LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L INNOVATION DANS LE GRAND COMMERCE 87

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L INNOVATION DANS LE GRAND COMMERCE 87"

Transcription

1 LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L DANS LE GRAND COMMERCE 87 («innovation in market behaviour»). Cette enquête adopte une définition large de l innovation tenant compte également des dimensions non technologiques. TABLEAU 3.2 : Répartition des firmes selon les formes d innovations mises en œuvre (Danemark, 1996) DE PRODUIT DE PROCESS ORGANISATIONNELLE DE RELATION EXTERNE Édition Hôtels et restaurants Transport et communication Finance Immobilier Services aux entreprises Propreté Santé 89,5 50,0 54,5 92,3 64,8 70,4 66,2 43,0 94,7 75,0 47,6 85,7 61,5 70,4 61,6 35,5 57,9 75,0 45,2 50,0 43,4 50,4 50,7 33,3 47,4 75,0 54,8 57,1 43,4 60,5 64,4 33,3 Commerce de gros Commerce de détail 62,4 40,4 57,8 39,7 43,4 20,7 47,4 52,4 Ensemble 63,5 61,5 45,1 54,8 Source : DTI (1997 : 7) Le commerce se distingue, ici encore, par un comportement un peu différent des autres secteurs économiques. Les entreprises semblent y privilégier l innovation de relation externe. L innovation organisationnelle, même si elle concerne plus de 20 % des firmes, est la forme d innovation la moins citée. L intégration de nouvelles dimensions comme l innovation organisationnelle et l innovation de relation externe constitue une avancée réelle dans la compréhension de l innovation dans le secteur des services et du commerce. Néanmoins, on peut dire que globalement, la plupart des typologies existantes, à caractère général, et traitant les services comme un tout 4, ont quelques difficultés à cerner les contours de l innovation commerciale. C est ce qui explique que certains auteurs ont cherché à proposer des typologies spécifiques au secteur commercial. 1.2 Des typologies de l innovation adaptées au commerce Dans la littérature économique et de gestion, on peut recenser quelques tentatives de développer des typologies de l innovation adaptées et spécifiques au commerce. Ces typologies se distinguent des précédentes par le fait que, pour l essentiel, elles n ont pas été expérimentées dans le cadre d enquêtes de terrain 5. 4 Les activités de service dans leur ensemble. 5 À l exception d une récente enquête de l INSEE, qui s appuie en partie sur une typologie proposée par Dupuis.

2 88 L ÉTAT DES LIEUX Dans des apports que l on peut considérer comme précurseurs, Dupuis (1973 : 20) distingue deux formes principales d innovation commerciale : des innovations touchant principalement à l organisation et aux méthodes de distribution et des innovations affectant les types de magasins. En ce qui concerne les innovations touchant aux méthodes de vente, l auteur cite : le libre-service, le discount, la vente par catalogue, les nouvelles formules de crédit, l étiquetage informatif, etc. Dans le cas des innovations touchant aux types de magasins, l auteur cite dans l ordre d apparition : le grand magasin, le magasin populaire, le supermarché, l hypermarché, le discount non alimentaire. Les réflexions de Dupuis ne s arrêtent pas là, puisque, selon lui, ce serait appauvrir le champ de l innovation commerciale que de ne pas tenir compte de «la petite innovation», qui jouerait un rôle parfois décisif pour le développement des entreprises commerciales. Cependant, l auteur ne donne de cette «petite» innovation qu une définition vague : «dans beaucoup de cas, ce sont quelques idées simples, mais appliquées systématiquement et avec vigueur, qui jouent un grand rôle dans le développement de certaines formes de distribution». Depuis lors, très peu de réflexions ont été menées sur le sujet jusqu à la fin des années 90 où l on relève quelques travaux d importance sur la question dont en particulier certaines réflexions stimulantes menées par Dupuis ou encore Dawson. En effet, Dawson (2000), Dupuis (1998, 2002) et dans une certaine mesure den Hertog et Brouwer (2000) figurent encore parmi les rares auteurs à avoir tenté de proposer des typologies de l innovation adaptées au secteur commercial La typologie de Dawson : innovation et compétitivité dans le commerce Dawson (2000) qui, dans le cadre d un travail prospectif, s intéresse à la configuration future du commerce en Ecosse, propose une typologie intéressante de l innovation commerciale. Ce qui guide les réflexions de cet auteur n est cependant pas directement la question de l innovation dans le commerce. En effet, son analyse porte en premier lieu sur les moyens permettant d améliorer la compétitivité commerciale. L innovation apparaît dans ce cadre comme un moyen parmi d autres d accroître la compétitivité du grand commerce (en Ecosse). L auteur distingue ainsi quatre catégories d innovation : les nouveaux formats («format innovation») ; l innovation technologique («technological innovation»), l innovation de process («process innovation») et enfin l innovation de produit («item or product innovation»). A. L innovation de format Dawson considère que l innovation de format est à l innovation commerciale ce que l innovation de produit est à l innovation industrielle. Selon lui, c est le format que le consommateur achète dans la mesure où il choisit d abord le magasin et seulement dans un second temps les produits qui y sont proposés. On retrouve bien ici les prémices d une approche lancastérienne sur laquelle nous reviendrons dans notre chapitre 9.

3 LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L DANS LE GRAND COMMERCE 89 B. L innovation technologique L innovation technologique joue un rôle important dans la compétitivité commerciale. L auteur met en particulier en avant les TIC qui, selon lui, ont une influence importante tant à l intérieur du magasin qu à l extérieur, c est-à-dire au niveau de la filière dans son ensemble. À ce niveau, il est cependant important de relever que Dawson montre bien que la technologie commerciale ne se limite pas aux TIC. L auteur précise ainsi qu il faut bien tenir compte des autres formes d innovations technologiques en matière par exemple de manutention, de stockage, de logistique globale, etc., et ce même si (souvent) ces technologies incorporent elles-mêmes une forte part de TIC (Dawson, 2000 : 22). C. L innovation de process Cette forme d innovation émerge au sein des magasins et des sièges sociaux correspondants. Selon Dawson, les marques constituent une innovation de process importante. L auteur met également en évidence de nombreuses innovations de process dans l accès au client : les pratiques de fidélisation, le contrôle non financier des relations au sein de la filière commerciale, le développement de pratiques d Efficient Consumer Response (ECR) visant à intégrer la chaîne de distribution D. L innovation de produit L innovation de produit contribue au développement de nouveaux types de magasins en permettant d étendre la largeur de l offre ou en permettant des marges plus élevées. Là encore l auteur donne de multiples exemples. Ainsi relèveraient selon lui de l innovation de produit : l ouverture de magasins vendant de la téléphonie mobile, la pénétration des Marques de Distributeurs (MDD) dans de nouvelles catégories de produits, l extension du portefeuille des produits et prestations vers des services financiers et de voyage, le prolongement de la durée de vie des produits par un nouveau packaging, etc. La typologie proposée par Dawson est intéressante. Au-delà de la traditionnelle opposition entre produit et process, elle distingue des innovations technologiques et surtout des innovations de formats qui sont souvent négligées dans les typologies traditionnelles de l innovation dans les services. Néanmoins, l auteur ne précise pas les liens qui unissent ces différentes catégories. En effet, comment des innovations de produit et de process peuvent-elles se combiner pour déboucher sur des innovations plus globales de type format? Il nous semble donc que la typologie de Dawson néglige les possibles dimensions combinatoires ou architecturales de l innovation commerciale. De ce point de vue, la typologie que propose Dupuis apparaît nettement plus élaborée La typologie de Dupuis Cette nouvelle typologie, plus élaborée que les précédentes, s inspire de réflexions menées par Badot et Cova, (1992) d une part et Abernathy et Clark (1985) d autre part. Dupuis distingue ainsi cinq types d innovations : innovation de concept, innovation de flux, innovation organisationnelle, innovation architecturale et innovation relationnelle.

4 90 L ÉTAT DES LIEUX A. Les innovations de concept Les innovations de concept confèrent à l entreprise innovatrice un avantage concurrentiel au niveau de l interface consommateur (point de vente, écran, catalogue). Dupuis précise cette catégorie à partir de la notion de produit magasin. En effet, le concept peut être défini comme la combinaison d un format de vente et d un positionnement différenciateur. La réussite de ce type d innovation repose sur la capacité du distributeur à assurer l articulation et la cohérence entre les différentes composantes de ce que les praticiens appellent le «mix distributeur», c est-àdire la localisation, l assortiment, le prix, le profil des hommes et la communication. TABLEAU 3.3 : Quelques innovations de concept INTRODUCTION PAYS Grand magasin Magasin populaire Vente par correspondance Libre service Supermarché Discount Department store Hard discount Supermarché discount Cash and carry de type Metro Hypermarché Centre de magasin d usine Vente de meubles à emporter et à monter TV achat téléachat Vente par minitel Commerce par Internet Distribution de la Smart nc 1963 nc 1963 nc 1985 années France Allemagne France Allemagne France Suède France Allemagne/Suisse Source : Dupuis (1998 : 33) B. Les innovations de flux Les innovations de flux relèvent pour une grande part des relations verticales dans la filière. Ces innovations visent avant tout à réduire les coûts ou à créer de la valeur en économisant des ressources. Selon Dupuis, le commerce est traversé par trois types de flux : flux de biens ou flux physiques, d argent (flux financiers) et d information, qui induisent donc trois types d innovations. Les flux physiques Concernant les flux physiques, les efforts d innovation portent sur toute la chaîne de l offre. Ils visent à accélérer la rotation des marchandises, à diminuer les coûts de transport, de stockage et de manutention (entrepôts automatiques, plateformes d éclatements limitant les stockages, etc.). Les flux financiers Les innovations relatives aux flux financiers visent, là aussi, à accélérer et à fluidifier les flux financiers entrants ou sortants. Ces innovations permettent par

5 LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L DANS LE GRAND COMMERCE 91 ailleurs au distributeur, de disposer d informations nouvelles sur les produits vendus et les conditions de vente. Ainsi, on note que les moyens de paiement ont connu des progrès importants sur la période récente. Les cartes de paiement privatives lancées par le grand commerce constituent l une des innovations les plus remarquables dans la mesure où elles améliorent les flux financiers tout en favorisant une meilleure connaissance des clients les plus fidèles (cf. chapitre 2). Les flux d information Les flux d information se décomposent eux-mêmes en trois catégories : information du client (bornes d information, caddies intelligents ), information du distributeur (caisses à lecture optique ) et information partagée par les acteurs de la filière (codification EAN 6, EDI ). Dans les trois cas, les innovations technologiques, mais également non technologiques permettent une meilleure information des acteurs économiques et facilitent les décisions. TABLEAU 3.4 : Quelques exemples d innovations de flux Flux physiques Flux financiers Flux d information Libre service Caisse palette Plates-formes d éclatement Entrepôts automatiques ou semi-automatiques Gestion automatisée des stocks Méthode de calcul du profit direct du produit (PDP) Logiciels de merchandising Carte de paiement magnétique Carte de paiement à puce Porte monnaie électronique sécurisé Caisse enregistreuse Caisse scanner Location avec option d achat Caddies intelligents Création du code barre Liaison des réseaux de distribution par satellite EDI Datawarehouse Écrans d orientation interactifs Fichiers clients évolués Information multi-sensorielle Panels de distributeurs utilisant la lecture optique Source : Dupuis (1998 : 35) 6 European Article Numbering (Association Européenne pour le Numérotation des Articles) à laquelle adhèrent la plupart des pays européens.

6 92 L ÉTAT DES LIEUX C. Les innovations organisationnelles Les innovations organisationnelles concernent quant à elle les structures de fonctionnement des entreprises. Elles visent à améliorer le fonctionnement et la rentabilité des réseaux. Elles peuvent toucher les modes de fonctionnement des réseaux internes (relations entre le siège, les directions régionales, les points de vente) et/ou réseaux externes. La franchise, tout comme le succursalisme relèvent de cette catégorie. Dupuis cite également comme relevant de cette catégorie, le système du «tiers temps» introduit chez Leclerc puis Intermarché. Ce système dont l objectif est de souder les adhérents autour d un projet commun et de contenir les frais, consiste pour chaque adhérent à consacrer un tiers de son temps au magasin, à la base régionale et au niveau national. TABLEAU 3.5 : Exemples d innovations organisationnelles TYPE D ORGANISATION Succursalisme Coopératives de consommation Centrales d achats Coopératives de détaillants Franchise Indépendants associés Commerce pyramidal Eurocentrales Centrales d achat internationales Category management PÉRIODE D INTRODUCTION XIX e siècle XIX XIX XX XX XX XX Années 80 Années 90 Années 90 Source : Dupuis (1998 : 37) D. Les innovations relationnelles Ces formes d innovation modifient la nature des liens notamment en termes de répartition des fonctions entre les acteurs au sein de la filière. L auteur cite l exemple des places de marché («market places») qui, à terme, remettraient en cause les réseaux fournisseurs-distributeurs en les globalisant. On notera ici que cette catégorie ne figurait pas dans la contribution initiale (celle de 1998) de Dupuis. Elle n apparaît que dans des réflexions ultérieures (Dupuis, 2002 : 64). E. Les innovations architecturales Les innovations architecturales consistent quant à elles en une combinaison cohérente des différentes formes précédentes (innovations de concept, innovation de flux, innovation organisationnelle et innovation relationnelle). Selon l auteur, les grandes organisations modernes du commerce seraient de plus en plus confrontées à ce type d innovation de nature combinatoire. Ces innovations modifient radicalement, non seulement les technologies, mais également les relations qui existent entre les acteurs du réseau ou de la filière.

7 LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L DANS LE GRAND COMMERCE 93 ENTREPRISES Marks & Spencer (UK) TABLEAU 3.6 : Quelques innovations architecturales DE CONCEPT Reformulation du magasin populaire DE FLUX Organisation des réapprovisionnements et prévision sur la base des ventes Benetton (I) Design des magasins Nouvelle organisation de la filière Ikea (S) Nouveau type de GSS de meubles à emporter Meubles à emporter et à monter soi-même, disponibles sur stock ORGANISATIONNELLE Nouvelles relations fournisseursdistributeurs avec la marque de distributeur Néo-franchise Organisation de la soustraitance internationale Décathlon (F) GSS de la forme nc Organisation de la soustraitance Bodyshop UK) Zara (E) Hyper spécialiste du soin du corps GSS de l habillement marque de style propre, modèles renouvelés fréquemment nc Informatisation de la chaîne Sous-traitance mondiale moralisée articulée à un système de franchise Internationalisation rapide du réseau Source : Dupuis (1998 : 37) La réflexion de Dupuis apparaît ici relativement originale. Elle se caractérise par un réel effort de mise au point d une typologie de l innovation spécifique au commerce. C est d ailleurs cette dernière qui sera en partie reprise dans le cadre d une enquête nationale sur le commerce menée en France par l INSEE (cf. encadré 3.1). ENCADRÉ 3.1 L ENQUÊTE NATIONALE SUR L COMMERCIALE DE L INSEE En France, la récente enquête menée par l INSEE dans le cadre CIS 3 constitue à notre sens une réelle avancée dans la compréhension de l innovation dans les activités commerciales et de services. Elle comporte en effet un volet commercial spécifique qui s appuie en partie sur une typologie originale de Dupuis. Elle distingue ainsi : innovation de concept, innovation de flux et innovation d organisation. Centrales d achat Hypermarchés Grand commerce spécialisé Type d innovation principal réalisé dans le commerce (%) DE CONCEPT DE FLUX D ORGANISATION Ensemble Berry (2003 : 2)

8 94 L ÉTAT DES LIEUX Néanmoins, il nous semble que l abondance des types nuit à la clarté de la présentation. Et l on constate de multiples recoupements entre les catégories proposées. L auteur considère ainsi que les innovations architecturales sont une combinaison cohérente de toutes les autres dimensions (concept, flux, organisation, relation, etc.). Or, on peut tenir en partie le même raisonnement pour l innovation de concept qui combine l essentiel des autres catégories d innovation. De même on peut considérer que l innovation organisationnelle n est rien d autre qu une combinaison d innovations de flux. Ainsi, il nous apparaît que, de ce point de vue, le modèle suivant présenté par den Hertog et Brouwer se caractérise par une plus grande lisibilité Le modèle quadri-dimensionnel de den Hertog et Brouwer den Hertog et Brouwer (2000) proposent pour leur part, d analyser l innovation dans les services et le commerce au travers de ce qu ils appellent «le modèle d innovation à quatre dimensions» («4-D model»). Le modèle qu ils proposent se distingue des précédents par le fait qu il est général et ne concerne pas spécifiquement le commerce. Néanmoins, nous le retenons ici dans la mesure où les auteurs en font (dans un certain nombre de publications) une très large application au secteur commercial. Pour den Hertog et Brouwer, le modèle d innovation à quatre dimensions, bien que conceptuel, est suffisamment concret pour englober la plupart des innovations commerciales et permettre de discuter leurs développements pratiques. Le modèle permet ainsi de distinguer quatre formes d innovation commerciale : un nouveau concept de service, une nouvelle interface client, un nouveau système de distribution et enfin ce que les auteurs appellent une option technologique. A. Un nouveau concept Les auteurs notent que contrairement à ce que l on observe dans l industrie, l innovation dans les services repose souvent sur une dimension intangible comme une nouvelle idée ou une nouvelle façon d organiser la réponse à un problème. Ainsi, relèvent de cette catégorie : les nouveaux formats de magasin comme par exemple les magasins ultra-spécialisés, centrés sur une seule marque forte, les nouvelles localisations, nouvelles combinaisons, les nouveaux assortiments à destination d un segment spécifique de clients B. Une nouvelle interface client Il s agit cette fois de s interroger sur comment les clients ressentent-ils la relation avec la formule (niveau d interaction, de personnalisation, etc.)? L interface client est dans le commerce un lieu d innovation important, que cette relation soit purement servicielle ou qu elle soit médiatisée par des moyens technologiques. Les auteurs montrent également que les travaux sur les services ont mis en évidence le fait que le client pouvait, dans de nombreux cas, être coproducteur de l innovation. C. Un nouveau système de distribution (ou de servuction) den Hertog et Brouwer font ici référence aux arrangements organisationnels internes à l organisation (c est-à-dire au processus de production ou plutôt de ser-

9 LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L DANS LE GRAND COMMERCE 95 vuction pour reprendre les termes de Eiglier et Langeard), mais également à l organisation dans son ensemble. Ils notent ainsi que dans le commerce, on observe de nombreuses situations où le client pénètre le processus de servuction et prend en charge une partie des opérations (cf. l exemple d IKEA où les clients vont se servir eux-mêmes dans les réserves ). D. Une option technologique L option technologique reflète, selon den Hertog et Brouwer, l idée que si globalement l innovation dans le commerce peut se passer de technologie, dans la pratique il existe de très nombreuses relations entre technologie et innovation commerciale. On peut ainsi glisser d une catégorie où la technologie joue un rôle permissif ou de facilitation à une catégorie de type «supply push» ou «technology driven». On notera que les auteurs se focalisent encore une fois sur les TIC, qui selon eux permettent l optimisation de la logistique, le profilage du consommateur, et le développement d application personnalisées de e-commerce den Hertog et Brouwer proposent de multiples exemples correspondant à chacune de ces quatre formes d innovation (cf. tableau 3.7). Il semble cependant difficile de préciser laquelle de ces quatre dimensions est la plus importante en matière d innovation commerciale. Dans la réalité, la plupart des innovations commerciales sont des combinaisons de concept, de technologie, et d organisation, etc., qui sont par ailleurs souvent mises au point en relation et interaction avec le consommateur final. De fait, den Hertog et Brouwer précisent bien que ces quatre dimensions ne sont pas indépendantes. Elles interagissent fortement selon les liens présentés dans la figure Les principaux enseignements des typologies existantes Tant les résultats d enquêtes ( 1.1) que les typologies ( 1.2) que nous venons de présenter, sont particulièrement riches. Elles permettent de cerner toute la diversité des approches et formes d innovation dans le commerce. Néanmoins, elles posent également quelques problèmes. On note tout d abord que la traditionnelle opposition entre produit et process est loin d être suffisante pour rendre compte des catégories d innovation dans le commerce. Les difficultés à cerner l innovation commerciale en se fondant sur les catégories traditionnelles ont été relevées par Sirilli et Evangelista (1998), qui, au travers d une enquête menée en Italie, montrent que pour plus d un quart des firmes du commerce, la distinction entre innovation de produit (ou de service) et innovation de process est relativement difficile à effectuer (cf. tableau 3.8). Certains travaux distinguent innovation de produit et innovation de format. Cependant, dans d autres réflexions, le développement d un nouveau format est analysé comme équivalent à l introduction d un nouveau produit (Meyer-Ohle, 2003 : 5). D autres considèrent pour leur part que les innovations de process sont liées aux innovations de format. Elles en constituent même la base ou le fondement (Etgar, 1984 : 47-9). Il est par ailleurs extrêmement difficile selon nous, de distinguer réellement entre innovation de process et innovation organisationnelle. Des difficultés

10 96 L ÉTAT DES LIEUX TABLEAU 3.7 : L innovation dans le commerce selon le modèle 4D de den Hertog et Brouwer. DIMENSION 1. Nouveau concept 2. Nouvelle interface client 3. Nouveau système de distribution 4. Option technologique S Magasins monomarque (MEXX, Vanilla, GAP, Nikeworld) Magasins d usine Commerce virtuel (e-commerce) Nouvelles formules de vente (commerce d itinéraire, magasins express ) Magasins combinés (commerce et loisir, restauration et commerce, musée et commerce Expériences en magasin (leçons de cuisine offertes par le supermarché, initiations sportives par les magasins de sport, etc.) Packaging adapté aux ménages monoparentaux, packaging et quantité adaptées aux seniors Produits verts, produits bio E-commerce/M-commerce Corner de commodité («convenience corner») E-commerce Interfaces électroniques interactives et conviviales Offre de produits customisés sur la base de programmes de fidélité Services de livraison à domicile et développement de centres de distribution («pick up centres») Self-scanning Innovations dans la chaîne logistique (JAT, etc.) Self-scanning Stratégies de click-and-mortar (combinaisons de commerce virtuel et de commerce physique) Diverses formes de self service (pesée, scanning, paiement) Développement du conseil sur les produits Services à domicile, livraison à domicile Services complémentaires (transport, installation, formation, etc.) Contrôle et management des stocks Packaging intelligent, tagging Caisses à scanner Technologies d accès et d authentification Systèmes de paiement électronique Profilage du client (permettant le one to one et le data mining) Interfaces électroniques Multimédia pour le e-commerce/m-commerce (applications spécifiques comme les mannequins virtuels) Commerce électronique, s, plates-formes électroniques pour l e-procurement Den Hertog et Brouwer (2000 : 11)

11 LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L DANS LE GRAND COMMERCE 97 Caractéristiques des services existants et concurrents Nouveau concept de service (Dimension 1) Capacités en marketing et distribution Nouvelle interface client (Dimension 2) Caractéristiques des clients actuels et potentiels Capacités organisationnelles Options technologiques (Dimension 4) Capacités en gestion des ressources humaines Nouveau système de distribution (Dimension 3) Capacités, compétences et attitude des personnels de service en concurrence. FIGURE 3.2 : L innovation commerciale selon le modèle 4D apparaissent également parfois au sein d une même typologie. Ainsi par exemple, dans la typologie de Dupuis ( 1.2.2), le libre service est cité à la fois comme une innovation de flux et comme une innovation de concept. Néanmoins, il est clair que les diverses difficultés inhérentes au travail de survey que nous venons de faire ne doivent pas nous empêcher de tenter une synthèse des différentes catégories existantes. C est ce que nous proposons de faire dans notre section 2, qui s appuie également sur nos propres enquêtes, travaux et recherches. TABLEAU 3.8 : La catégorisation des innovations commerciales et ses difficultés d applications. Commerce et réparation automobile Commerce de gros Commerce de détail DE SERVICE UNIQUEMENT 21,7 15,7 23,5 DE PROCESS UNIQUEMENT 36,6 35,0 32,1 LES DEUX À LA FOIS 9,8 14,9 7,1 % DE FIRMES DÉCLARANT QUE LA DISTINCTION N EST PAS APPLICABLE Seulement dans certains cas 6,2 8,0 9,3 Dans tous les cas 25,5 26,4 28,0 Ensemble 18,1 30,7 17,1 8,6 25,6 Source : Extraits de Sirilli et Evangelista (1998 : 887)

12 98 L ÉTAT DES LIEUX 2. LES TYPOLOGIES DE L DANS LE COMMERCE : UNE SYNTHÈSE Les typologies et les réflexions que nous proposons ici s appuient à la fois sur les travaux précédents et sur nos propres réflexions basées sur des entretiens approfondis auprès de professionnels du commerce. Cette démarche nous amène ainsi à mettre en évidence les sept domaines ou formes d innovation suivants : a) les nouvelles méthodes de vente ; b) les nouveaux concepts ou nouveaux formats de magasins ; c) les nouveaux produits et nouveaux services distribués dans et par le magasin (innovation de marché) ; d) les nouveaux produits et nouveaux services (mis au point par les distributeurs ou à leur initiative) ; e) les nouveaux process (ou nouvelles formes d organisation et de fonctionnement) à l intérieur d un même format ; f) les nouveaux process (ou nouvelles formes d organisation et de fonctionnement) externes ; g) les applications et utilisations de nouvelles technologies (à l intérieur d un même format ou dans l environnement clients, fournisseurs, autres magasins du format considéré). Bien entendu, il existe des interactions fortes entre les différents types d innovations ainsi définis. La dimension technologique (g) a un statut particulier. Elle peut être transversale à l ensemble des autres dimensions (nous y reviendrons). Les méthodes de ventes peuvent incorporer ou non des nouvelles technologies, il en va de même pour les nouveaux concepts (b), les nouveaux produits et services (c et d) et les nouveaux process (e et f). Par ailleurs, on peut noter que l application et l utilisation de nouvelles technologies peut, par exemple, aboutir à de nouveaux services ou de nouveaux process. À l inverse, l émergence d un nouveau format de magasin peut se fonder sur (ou même nécessiter) le développement de nouvelles technologies de support. Globalement, il nous semble que les nouvelles formes de distribution (nouveaux concepts ou encore nouveaux formats de magasins) constituent une dimension intégratrice ou combinatoire de la plupart des autres formes. C est sans doute ce qui justifie le fait que c est bien sur cette question que se sont centrés la plupart des travaux théoriques existants (que nous abordons dans notre deuxième partie). On notera également qu il existe des liens forts entre la dimension b (nouveau concept ou nouveau format) d un côté, et les dimensions e et f (nouveaux process ou formes d organisation et de fonctionnement) de l autre ; la première s appuyant généralement sur les secondes. Autrement dit, on peut observer plusieurs configurations possibles : dans certains cas, de nouveaux process ou de nouvelles formes d organisation et de fonctionnement, peuvent émerger et se développer à l intérieur d un format existant sans trop en modifier la morphologie générale (on peut parler, dans ce cas, de formes d innovations incrémentales). Mais, il existe également des situations où les process en question sont tellement révolutionnaires (cas d innovations radicales) qu ils conduisent nécessairement à l émergence d un nouveau format.

13 LES MULTIPLES DIMENSIONS DE L DANS LE GRAND COMMERCE Les nouvelles méthodes de vente ou nouvelles formes de distribution L innovation dans la grande distribution peut prendre la forme de la mise en place et du développement de nouvelles méthodes de vente ou de nouvelles formes de distribution. Au-delà des traditionnelles ventes en magasin, VPC, ventes sur marché ou encore ventes par tournée, on fait ici référence à de nouveaux modèles d accès et d interaction avec le client. En effet, les techniques de vente adoptées et développées par le commerce sont relativement diversifiées. Elles se diffusent graduellement et sont utilisées de manière différenciée par les divers acteurs du commerce. C est dans cette catégorie que nous situons des innovations récentes comme la distribution automatique, le téléachat ou encore le supermarché à domicile. a) La distribution ou vente automatique et les magasins-robots ne constitue pas un phénomène réellement nouveau dans l univers commercial français, belge, ou plus généralement européen. En France, au milieu des années 80, la Société Industrielle d Applications de l Automatisme (SIAPA) installait à titre expérimental 7 un distributeur automatique de «jeans» à la station de métro parisienne Auber. La société en question (cf. Chirouze, 1986 : 190) a également développé et mis au point un distributeur automatique de chemises proposant cinq modèles à un prix unitaire d environ 45 euros. Plus globalement, on comptait en 1986 plus de machines qui ne réalisaient cependant que 0,05 % du chiffre d affaires du commerce de détail français. Au début de l année 2003, la distribution automatique réalisait, en France, un chiffre d affaires de plus de 1,5 milliard d euros. En Belgique, on compte à la même époque un peu moins de automates pour un CA de 520 millions d euros. Cette forme de distribution se caractérise par un taux de croissance de plus de 10 % par an depuis le milieu des années 90. Dans la situation actuelle, la distribution automatique est centrée essentiellement sur la vente de boissons (boissons chaudes principalement) qui représentent plus de 87 % du marché français (cf. sur ce point Vandercammen et Jospin-Pernet, 2005 : 113). D autres créneaux et segments comme celui des cassettes vidéo, des DVD, des préservatifs ou encore des journaux connaissent (ou ont connu) une relative croissance. Cependant, les perspectives de développement sur des gammes plus étendues de produits (principalement au travers de magasins-robots) restent importantes (cf. tableau 3.9). Ainsi, Casino 8 teste en France et depuis 1998, les petits «Casino 24», magasins automatiques de moins de 20 m 2. De son côté, New Distribution System, aux Pays-Bas et en Belgique, cherche à développer sous l enseigne «Shop 24» des mini-magasins automatiques de 18 m 2 offrant plus de 200 produits. 7 Du 30 juin au 15 juillet LSA, n 1698, novembre 2000.

COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE

COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE La rentabilité d un point de vente est très souvent lié à l implantation des rayons de ce magasin et de la gestion des produits dans

Plus en détail

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente.

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente. LES PANELS DE DISTRIBUTEURS. Le fonctionnement et l utilisation des données. Définition Un panel est une étude permanente de recueil d informations (achat, vente, lecture, TV, radio etc.) auprès d un échantillon

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Distribution. Baromètre du Commerce/ Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008

Distribution. Baromètre du Commerce/ Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008 Baromètre du Commerce/ Distribution Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008 Copyright 2007 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved.

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Chaîne logistique & TIC

Chaîne logistique & TIC Chaîne logistique & TIC (from commerce to e-commerce to c-commerce). 1 2 3 4 Les Les méthodologies méthodologies m ECR ECR Mise Mise en en œuvre œuvre d une d une d chaîne chaîne logistique intégrée. grée.

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007 Philippe-Pierre Dornier Michel Fender LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples Deuxième édition 2007, 2007 ISBN : 978-2-7081-3384-6 Sommaire Remerciements... V Préface...

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

TECHNIQUES DE DISTRIBUTION

TECHNIQUES DE DISTRIBUTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TECHNIQUES

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Présentation du Groupe IKEA

Présentation du Groupe IKEA Présentation du Groupe IKEA IKEA dans le monde en quelques chiffres En 62 ans, le Groupe IKEA est devenu le leader mondial sur le marché du meuble. En tant que spécialiste de l ameublement et de la décoration

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Vous présente. Pôle Gestion Commerciale

Vous présente. Pôle Gestion Commerciale Vous présente Pôle Gestion Commerciale Sommaire 1. Sage 100 Gestion Commerciale 2. Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée 3. Sage 100 Etendue 4. Sage 100 Workflow 5. Sage 100 Saisie de Caisse décentralisée

Plus en détail

Les standards GS1. Conférence CRITTBOIS. Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015

Les standards GS1. Conférence CRITTBOIS. Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015 Les standards GS1 Conférence CRITTBOIS Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015 Le saviez-vous? 6 milliards de searchs par jour 6 milliards de bips par jour 2 GS1, organisation internationale

Plus en détail

Les unités commerciales : définition et unités commerciales physiques

Les unités commerciales : définition et unités commerciales physiques 01 Une unité commerciale est un lieu physique ou virtuel permettant à un client potentiel d accéder à une offre de produits ou de services. C est un concept qui peut prendre des formes diverses : magasin,

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

Titre 1 Quas doluptur? Is audiossi alit perum accus quidust, optatis suntiam, apiendit, consequisque voluptatia cuptius plab

Titre 1 Quas doluptur? Is audiossi alit perum accus quidust, optatis suntiam, apiendit, consequisque voluptatia cuptius plab Augmentez vos marges CLOUD accus quidust, optatis suntiam, apiendit, ut alit libus, id unt quis et maximol escimil lanissum dis doles voluptaquis am, aut pa De la production à SOLUTION la gestion de projet

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010 áå ΩINSTITUT SUPERIEUR DU MANAGEMENT Supply chain management NESTLE Les Rois de la Supply Chain 2010 Cabinet ISM Abidjan, Cocody,Bvd F. Mitterand, Riviera Bonoumin, Immeuble La Paix 22 BP 876 Abidjan 22

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Cartographie. Succursalistes de la chaussure. Les fiches métiers téléchargeables

Cartographie. Succursalistes de la chaussure. Les fiches métiers téléchargeables Cartographie Les fiches métiers téléchargeables Les 9 fiches métiers Responsable régional Responsable/directeur de magasin Adjoint/assistant de magasin Chef de rayon Vendeur Employé de magasin Manutentionnaire

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

SUPPoRT > papier DIFFICULTé > + a.2, a.3, B.1. Classer des offres d emplois du secteur. Transport-Logistique en distinguant

SUPPoRT > papier DIFFICULTé > + a.2, a.3, B.1. Classer des offres d emplois du secteur. Transport-Logistique en distinguant CoMPéTEnCE odp3 > activité 2 a.2, a.3, B.1 Classer les activité offres 2 classer classer des offres des d emploi offres d emploi du secteur du secteur SUPPoRT > papier DIFFICULTé > + CoMPéTEnCE odp3 >

Plus en détail

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT 11 CHAPITRE PREMIER LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT En moins d un siècle, le marketing direct a profondément évolué. Passant de la commande traditionnelle par courrier à la multiplication

Plus en détail

LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE

LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE La stratégie est une anticipation lucide, la tactique est une réactivité habile. 1 La Stratégie Est la détermination des buts et objectifs à long terme d'une entreprise et le choix

Plus en détail

L enquête Nationale Drive 2.0,

L enquête Nationale Drive 2.0, Dossier de presse L enquête Nationale Drive 2.0, des résultats surprenants Sommaire I- A propos de Parabellum II- Contexte : Le Drive en France III- Enquête Nationale Drive 2.0 - Méthodologie de l enquête

Plus en détail

.Next. Advanced Customer Service Intelligent Pricing & Promotion

.Next. Advanced Customer Service Intelligent Pricing & Promotion .Next Demand Forecasting Open to buy Assortment Sourcing Optimisation Procurement & Production Planning Advanced Replenishment In store HR Optimisation Mobile Point Of Service CRM & Loyalty Advanced Customer

Plus en détail

UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR.

UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR. PLANNINGS 2015 UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR. Nielsen connaît les consommateurs. Personne n offre une plus grande compréhension de ce qu ils achètent et regardent. Nous innovons sans cesse pour apporter

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Résultats semestriels page 2

Résultats semestriels page 2 Paris, le 31 juillet 2008 Les activités de GO Sport Belgique étant en cours de réorganisation, les données 2008 et 2007 ci-après ont été retraitées en application de la norme IFRS 5 : les activités belges

Plus en détail

Les quatre NATURES d innovation. Innovation TECHNOLOGIQUE

Les quatre NATURES d innovation. Innovation TECHNOLOGIQUE INNOVATION ELARGIE : Cette appellation est utilisée pour aller au-delà de la vision traditionnelle de l innovation centrée sur la recherche. Tout en intégrant l innovation technologique, l innovation élargie

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

DOSSIER 1 ETUDE D UNE SITUATION PRATIQUE

DOSSIER 1 ETUDE D UNE SITUATION PRATIQUE DCG session 2010 UE7 Management Corrigé indicatif DOSSIER 1 ETUDE D UNE SITUATION PRATIQUE 1. Réaliser une analyse du macro-environnement L environnement correspond à l ensemble des éléments extérieurs

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

PHOTOGRAPHE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PHOTOGRAPHE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PHOTOGRAPHE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU PHOTOGRAPHE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU PHOTOGRAPHE... 5 L'ACTIVITÉ DU PHOTOGRAPHE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU PHOTOGRAPHE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12

Plus en détail

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE Ø Panorama du secteur de la grande distribution en France o Les grands chiffres o Typologie de la grande distribution o Les mutations

Plus en détail

Bordeaux, jeudi 3 février 2011

Bordeaux, jeudi 3 février 2011 Pionnier du commerce en ligne, Cdiscount, filiale du groupe Casino, est le leader de la distribution par Internet en France. Cdiscount propose une offre de produits de plus de 100 000 références répartie

Plus en détail

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing Irrigation Marketing C est un fait, Internet ne connaît pas la crise! Fort de sa souplesse et des capacités de tracking en temps réel, et offrant un avantage économique reconnu, Internet est aujourd hui

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence?

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? SOLUTIONS D AGENCE NCR Pour une expérience d agence financière plus moderne, intelligente et efficace. Experience a new world

Plus en détail

Éléments de contexte. L univers des jardineries et graineteries

Éléments de contexte. L univers des jardineries et graineteries Éléments de contexte L univers des jardineries et graineteries L univers étudié est constitué des établissements spécialisés dont l activité se caractérise par la distribution de végétaux, de fleurs, de

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015. 18 juin 2015

Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015. 18 juin 2015 Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015 18 juin 2015 1 Alan Parker Président 2 Agenda i. Synthèse ii. iii. iv. Comptes annuels Les 4D Initiatives de croissance 3 Synthèse 4 Nouvelle Confiance

Plus en détail

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Valentina Carbone Professeur en Management de la Supply Chain et des Opérations ESCP Europe mailto: vcarbone@escpeurope.eu Agenda 1. Rôles

Plus en détail

Satisfaire les Clients au-delà de leurs attentes

Satisfaire les Clients au-delà de leurs attentes Satisfaire les Clients au-delà de leurs attentes Your Life. Our Enthusiasm 01 La bonne offre au bon client. La gestion de la relation client ou CRM (Customer Relationship Management) signifie interagir

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 6 I. CHAMP D ACTIVITÉ I.1. DÉFINITION Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) Le titulaire du baccalauréat

Plus en détail

Poussées par la croissance

Poussées par la croissance Le Cross-Canal, une étape de la transformation des modèles logistiques L ouverture d un site web pour les enseignes traditionnelles tout comme celle de magasins pour certains «Pure Players» sont les signes

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

Programme détaillé DIPLÔME SPECIALISE MARKETING DES PRODUITS INDUSTRIELS. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé DIPLÔME SPECIALISE MARKETING DES PRODUITS INDUSTRIELS. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Programme détaillé Objectifs de la formation Le diplôme spécialisé en Marketing des Produits Industriels est une formation de niveau BAC +5. Il valide votre qualification professionnelle et votre aptitude

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité Gestion commerciale La rentabilité d une entreprise passe par l augmentation du chiffre d affaires et la maîtrise des coûts de gestion. Avec Sage 100 Gestion Commerciale, vous contrôlez votre activité

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Le diagnostic stratégique

Le diagnostic stratégique Le diagnostic stratégique 1.la segmentation stratégique 2.le diagnostic externe 3.le diagnostic interne 4.la synthèse du diagnostic 1 1. La segmentation stratégique Avant d effectuer un diagnostic sur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com Julie Toury Infobébés 28 rue François 1 er 75008 Paris40 DOSSIER DE PRESSE Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com Siège social : SAS Ed Société par Actions

Plus en détail

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»:

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Paris, le 11 juin 2014 Les dernières barrières à l achat

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

Présentation. Une autre idée

Présentation. Une autre idée Présentation 2011 Une autre idée DU CADEAU Informations Générales CECOP SA FICHE TECHNIQUE 2 Nom : CECOP SA Capital : 1.000.000 Création : Novembre 1981 Siège : 24 rue Thomas Edison 92230 Gennevilliers

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

Technico-commercial en Packaging et façonnages papetiers (étiquettes, articles de papeterie, sacs)

Technico-commercial en Packaging et façonnages papetiers (étiquettes, articles de papeterie, sacs) ANNEXE III COMMISSION PARITAIRE NATIONALE FORMATION INTER-SECTEURS PAPIERS-CARTONS Certificat de Qualification Professionnelle Technico-commercial en Packaging et façonnages papetiers (étiquettes, articles

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Formulation des politiques logistiques

Formulation des politiques logistiques Formulation des politiques logistiques plan Introduction I- Système d objectifs, la logistique comme gestion d interfaces II- Typologie des politiques logistiques III- Alliances et partenariats comme orientation

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

Immeuble INNOPOLIS Bat B, Voie de la Découverte 31670 LABEGE +33 (0)5.61.00.66.24 mob: +33 (0)6.88.05.50.70 www.pick-and-go.eu

Immeuble INNOPOLIS Bat B, Voie de la Découverte 31670 LABEGE +33 (0)5.61.00.66.24 mob: +33 (0)6.88.05.50.70 www.pick-and-go.eu PICK-AND-GO FOURNIT, À L'ENSEMBLE DES SUPPLY CHAIN INDUSTRIELLES, ET NOTAMMENT ALIMENTAIRE ET GMS, UN SERVICE COMPLET DE LOCATION/GESTION D'EMBALLAGES, EN PARTICULIER PALETTES EN PLASTIQUE RECYCLÉ, TRACÉS

Plus en détail

SUPPLYCHAIN. Organisation, planification et pilotage des flux, des clients aux fournisseurs CERTIFICAT DÉLIVRÉ PAR L UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE

SUPPLYCHAIN. Organisation, planification et pilotage des flux, des clients aux fournisseurs CERTIFICAT DÉLIVRÉ PAR L UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE CERTIFICAT DÉLIVRÉ PAR L UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE SUPPLYCHAIN M A N A G E M E N T Organisation, planification et pilotage des flux, des clients aux fournisseurs Une formation-action unique: les connaissances

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. DÉFINITION En point de vente spécialisé, le titulaire de ce CAP accueille et informe le client. Il présente les caractéristiques techniques

Plus en détail

Les solutions G5 Point de Vente et G5 Centrale

Les solutions G5 Point de Vente et G5 Centrale Les solutions et G5 Centrale Pour vous aider à faire face à un monde devenu complexe, individuel, incertain, et interdépendant, Progmag capitalise depuis plus de 20 ans sur les meilleures pratiques rencontrées

Plus en détail

Ce book est destiné à vous présenter quelques unes de nos applications installées. N hésitez pas à nous contacter pour toute question complémentaire.

Ce book est destiné à vous présenter quelques unes de nos applications installées. N hésitez pas à nous contacter pour toute question complémentaire. Book 2012 AppliDev est spécialisé dans le développement d applications informatiques «sur mesure». Notre métier est de créer des interfaces complètes ou complémentaires à votre système d informations

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

Gestion de l activité commerciale

Gestion de l activité commerciale 12 13 Gestion de l activité commerciale Gérez efficacement votre activité de négoce, services ou industrie L activité commerciale, c est le nerf de la guerre : prospection, réalisation de devis, facturation,

Plus en détail

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Journées Innovation Recherche BSPPP Matthieu LAURAS (EMAC), Cdt Florent COURREGES (SDIS81) matthieu.lauras@mines-albi.fr, florent.courreges@sdis81.fr

Plus en détail

Les classifications de la distribution

Les classifications de la distribution 1 - Par niveaux 2 - Par nature de l activité 3 - Point de vue économique 4 - Point de vue juridique 5 - Par méthodes de vente 6 - Par la localisation Les classifications de la distribution 7 - Avec ou

Plus en détail

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Corinne Blanquart (Inrets-Splot) 1 et Valentina Carbone (Esce et Escp-Eap) 2 L utilisation des modes alternatifs de transport

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Customer feedback management Management de la satisfaction client

Customer feedback management Management de la satisfaction client Customer feedback management Management de la satisfaction client La meilleure des publicités est un client satisfait. Vos clients les plus mécontents sont votre plus grande source d'enseignement. Bill

Plus en détail

Lancement label Millétoile

Lancement label Millétoile Dossier de presse Lancement label Millétoile Octobre 2013 Sommaire 1 Mercedes-Benz et les véhicules d occasion 2 Les attentes fondamentales des clients 3 Un nouveau label pour offrir confiance, confort

Plus en détail

solution technologique globale qui couvre en

solution technologique globale qui couvre en Dealer Management System solution technologique globale qui couvre en amont tous les besoins fonctionnels et techniques de l activité d un distributeur de véhicules : magasin, atelier, VN/VO. Adaptable

Plus en détail

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE 15 COMPETENCES PROFESSIONNELLES C.1. Participer à l approvisionnement du point de vente C.2. Intervenir dans la gestion et la présentation marchande des produits C.3. Communiquer

Plus en détail

Toujours plus près des clients

Toujours plus près des clients Toujours plus près des clients Conférence présentée à la journée d information sur les cultures ornementales en serre au Sheraton Laval. (10 décembre 2008) par Jean-Claude Dufour, Ph.D Pourquoi? On pense

Plus en détail