Les peintures murales de Delacroix dans la Chapelle des Saints-Anges, église Saint-Sulpice.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les peintures murales de Delacroix dans la Chapelle des Saints-Anges, église Saint-Sulpice."

Transcription

1 Les peintures murales de Delacroix dans la Chapelle des Saints-Anges, église Saint-Sulpice. La chapelle des Saints-Anges, orientée au sud, est la première à droite en entrant dans l église Saint-Sulpice. La décoration en est entièrement peinte par Delacroix. Sur les deux murs latéraux, deux grandes peintures de 715 cm sur 485 cm chacune : à droite en entrant, Héliodore chassé du temple ; à gauche, Le combat de Jacob avec l ange. Au plafond, Saint Michel terrassant le démon. La première mention d une commande pour Saint-Sulpice apparaît dans le Journal de Delacroix en 1847 ; mais il s agit de la décoration du transept. La Révolution de 1848 annule le projet mais dès 1849 une nouvelle commande officielle est passée pour la première chapelle en entrant, à droite : l inauguration n aura lieu que le 31 juillet une aventure de 14 ans! Cette longueur s explique par des causes diverses : série de malentendus avec ses commanditaires et ses assistants ; interférences d autres commandes (notamment la galerie d Apollon au Louvre) ; mais surtout diverses difficultés techniques : impossibilité de travailler l hiver à cause du froid et du manque de lumière, efforts physiques nécessaires pour peindre des murs humides de grande surface conditions rudes pour un artiste déjà âgé, puisque Delacroix meurt deux ans après l inauguration. Le cartel qui accueille le visiteur dans la chapelle des Saints Anges présente à tort ces peintures comme des fresques : la fresque est une technique qui consiste à appliquer le pigment mélangé à de l eau sur un enduit frais (fresca) qui s en imprègne ; cet enduit étant composé pour partie de chaux, il forme en séchant une croûte colorée. La technique utilisée par Delacroix est différente : il utilise une peinture à l encaustique, appliquée sur un mur préalablement imbibé d huile et recouvert d une couche de blanc de céruse (carbonate de plomb), d une couleur ocre jaune. Mais l huile ne permet pas toujours de pallier suffisamment l humidité, de sorte que Delacroix se plaint beaucoup dans son journal des murs de Saint Sulpice, qui boivent excessivement la peinture. Pour le plafond, Delacroix a vite renoncé à la peinture murale : il s agit d une toile marouflée, c'est-à-dire peinte en atelier puis collée. Ces conditions concrètes du travail, son aspect humain et quotidien, intéressent les élèves, ainsi que les questions techniques que se pose Delacroix : nous proposons page? une activité qui permettra d entrer de façon plus détaillée dans le récit de cette longue histoire et des questions techniques que se pose le peintre. Les sujets. Le 29 juillet 1861 les invitations sont imprimées pour l inauguration : «M. Delacroix vous prie de vouloir bien lui faire l honneur de visiter les travaux qu il vient de terminer dans la chapelle des Saints Anges à Saint Sulpice. Ces travaux seront visibles au moyen de cette lettre depuis le mercredi 31 juillet jusqu au samedi 3 août inclusivement, de 1 heure à 5 heures de l après-midi. Première chapelle à droite en entrant par le grand portail. Sujets : Plafond l archange saint Michel terrassant le démon. Tableau de droite Héliodore chassé du temple. Tableau de gauche La lutte de Jacob avec l ange.» Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 1 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

2 L archange Michel terrassant le dragon représente la victorieuse «guerre dans le ciel» de Michel, protecteur angélique d Israël, contre Satan et ses anges, est un épisode de l Apocalypse. Héliodore chassé du temple est un épisode du second Livre des Maccabées, dans L Ancien Testament Ces deux livres montrent le peuple juif luttant pour sa liberté religieuse et politique. Leur titre est le nom de l un des principaux héros, Maccabée. L un des messages principaux est que le Temple de Jérusalem est sacré. C est le cas du récit choisi par Delacroix : le Temple, où officie grand prêtre Onias, est à cette époque, dit le texte biblique, respecté des rois, notamment de Seleucus, le roi d Asie. Mais un certain Simon, administrateur du temple pour l autorité royale, a des démêlés avec Onias et pour se venger prétend qu il y a dans le temple un trésor inestimable, qu il faut livrer au roi. Seleucus averti se laisse convaincre et envoie l un de ses officiers, Héliodore, prendre le trésor. Onias reçoit Héliodore, lui dit que ces richesses sont utilisées pour aider les veuves et les orphelins; qu il n y a pas grand chose et que de toutes façons on ne peut pas «dépouiller ceux qui s'étaient confiés à la sainteté de ce lieu». Mais selon Héliodore l ordre du roi est intangible. Le jour fixé pour la saisie des richesses du temple, la ville entière est en émoi : Onias est consterné ; les prêtres, «revêtus de leurs habits sacerdotaux», et tous les habitants, dans le temple et dans la ville, prient Dieu de protéger le trésor. C est à ce moment que dans le texte biblique a lieu le miracle que Delacroix représente : «Pendant que les Juifs suppliaient le Seigneur Tout-Puissant de garder intacts, en toute sûreté, les dépôts à ceux qui les avaient confiés, Héliodore exécutait son dessein. Déjà il était là avec ses satellites près du trésor, lorsque le Seigneur des esprits, le Dominateur de toute puissance, fit une grande manifestation, de sorte que tous ceux qui avaient osé venir là, atteints par la force de Dieu, furent frappés d'impuissance et d'épouvante. A leurs yeux apparut un cheval monté par un cavalier terrible, et richement caparaçonné; s'élançant avec impétuosité, il agita sur Héliodore ses pieds de devant; le cavalier paraissait avoir une armure d'or. En même temps, lui apparurent deux autres jeunes hommes, pleins de force, brillants d'un vif éclat et vêtus d'habits magnifiques; s'étant placés l'un d'un côté, l'autre de l'autre, ils le flagellaient sans relâche, lui portant une multitude de coups. Héliodore tomba subitement par terre, environné de profondes ténèbres; on le ramassa, pour le mettre dans une litière; et cet homme qui venait d'entrer dans la chambre du susdit trésor avec une suite nombreuse de coureurs et de satellites armés, on l'emporta incapable de s'aider lui-même et ayant visiblement éprouvé la puissance de Dieu». Delacroix représente Héliodore au centre de la partie inférieure du tableau, cible impuissante des verges brandies par deux des anges, tenu en respect sous le sabot du cheval monté par le troisième ange, ailé. Les Juifs et le prêtre Onias contemplent la scène depuis la tribune. Au premier plan Delacroix a représenté des éléments du trésor, urnes, plats précieux, bijoux s échappant d un coffre ciselé. Dans l écoinçon en bas à droite, les soldats d Héliodore, deux «satellites» armés et un «coureur» encore chargé de l urne qu il vient de voler. Le texte biblique rapporte ensuite que pendant qu Héliodore anéanti est transporté hors du temple, ses compagnons prient Onias de le sauver. Le prêtre, qui a peur que la mort d Héliodore ne nuise aux Juifs, offre un sacrifice pour lui. Les anges reviennent voir Héliodore pour lui annoncer que grâce à ce sacrifice il est sauvé. Héliodore se convertit et dit au roi qu il ne faut plus tenter de prendre le trésor car Dieu le protège. La lutte de Jacob avec l ange est un épisode de la Genèse (III). Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 2 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

3 Jacob est un patriarche, fils d Isaac et frère jumeau d Esaü. Jacob ayant soustrait par ruse son droit d aînesse à son frère, il doit fuir son ressentiment. Pendant le voyage, alors qu'il dort, il a la vision d'une échelle qui va du ciel vers la terre : cette vision signifie la promesse qu'il serait protégé par Dieu. Après vingt ans d exil, il veut rentrer dans son pays mais craint la vengeance de son frère : en signe de paix Jacob prend avec lui des bêtes de ses troupeaux pour les lui offrir : chèvres, brebis, béliers, chamelles, vaches, ânes... Il fait donc chemin avec ses troupeaux, des serviteurs pour les conduire, ses deux femmes, ses deux servantes et ses onze enfants Le groupe s installe pour passer la nuit au gué de Yabboq. Jacob fait partir ses compagnons en avant. Dans la peinture de Delacroix on voit la caravane qui s éloigne : dans l écoinçon en bas à droite, un troupeau de mouton poussé par un berger, un cavalier monté sur un cheval, un autre sur un chameau, un homme portant une amphore ; le regard du spectateur suit la troupe sur le chemin qui serpente dans la montagne, passant de l autre côté des arbres, jusqu à l arrière plan nimbé de lumière où se devinent encore des personnages en marche, la tête de la caravane se perdant dans le lointain. Jacob resté seul est provoqué pour un étrange combat, que Delacroix représente au premier plan. Remarquons que les différents plans correspondent à différents moments du récit biblique, puisque dans le texte le combat commence alors que Jacob est déjà seul. «Il resta seul, et quelqu'un lutta avec lui jusqu'à l'aurore. Quand l'adversaire vit qu'il ne pouvait pas vaincre Jacob dans cette lutte, il le frappa à l'articulation de la hanche, et celle-ci se déboîta. Il dit alors: «Laisse-moi partir, car voici l'aurore.» «Je ne te laisserai pas partir si tu ne me bénis pas», répliqua Jacob. L'autre demanda: «Comment t'appelles-tu?» «Jacob», répondit-il. L'autre reprit: «On ne t'appellera plus Jacob mais Israël, car tu as lutté contre Dieu et contre les hommes, et tu as été le plus fort.» Jacob demanda: «Dis-moi donc quel est ton nom.» «Pourquoi me demandes-tu mon nom?» répondit-il. Alors il bénit Jacob. Celui-ci déclara: «J'ai vu Dieu face à face et je suis encore en vie.» C'est pourquoi il nomma cet endroit Penouel ce qui veut dire "Face de Dieu"» Encadré. Approche pédagogique des sujets bibliques. Il est important que les élèves connaissent les sujets avant toute activité d analyse des peintures murales. Plusieurs démarches nous semblent possibles en fonction du niveau des élèves : Un travail direct sur les textes (voir CD Rom) : lecture et échanges selon le questionnement suivant : De qui et de quoi parle ce texte? Quelle était selon vous la visée de ceux qui l ont écrit? Comment le comprenez-vous personnellement? Remarquons qu un extrait plus bref peut suffire, encadré par des résumés de ce qui suit et précède, comme nous l avons proposé ci-dessus. Une découverte plus ludique, en partant des tableaux voir les diaporamas dans le CD Rom : Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 3 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

4 projeter la reproduction et demander aux élèves de faire des hypothèses : où sommes-nous? qui sont ces personnages? que font-ils? Les amener à reconstituer un récit (que semble-t-il s être passé juste avant? que semble-t-il pouvoir se passer ensuite?) présenter la lecture du texte comme un moyen de confirmer ou d invalider les hypothèses (tout en montrant que les diverses propositions peuvent avoir un intérêt pour le commentaire du tableau, l univocité et la stricte fidélité au texte n étant pas le propre d un grand tableau, surtout au 19!). Remarquons qu il peut être intéressant de partir non pas de Delacroix mais des tableaux sur le même sujet de Raphaël (pour Héliodore chassé du temple) et de Rembrandt (pour Le combat de Jacob avec l Ange) ; cette démarche complexifie un peu les choses mais elle a l avantage d amener des élèves à repérer la diversité des traductions picturales du même sujet biblique, auquel les différents peintres ne donnent pas tout à fait le même sens. Pistes d analyse pour Héliodore chassé du temple. Dans son Journal Delacroix écrit que «le caractère distinctif des hommes rares, c est d avoir un cachet particulier, de sorte que le beau se teint toujours de leur personnalité» L esprit «vraiment inspiré» «tire le nouveau de ce qu il y a de plus rebattu» 1. Les sujets religieux, pense Delacroix, ont l avantage d offrir au peintre des situations frappantes qu il pourra ensuite traiter à sa manière particulière. Ainsi écrit-il à un ami le 5 octobre à propos des sujets qu il a choisi pour Saint Sulpice : «Vous me voyez dans ces différents sujets côtoyant des grands maîtres bien imposants. Mais les sujets religieux, entre tous les genres d attrait qu ils présentent, ont celui de laisser toute carrière à l imagination, de manière que chacun y trouve à exprimer son sentiment particulier.» 2 Affirmation qui pourrait paraître paradoxale : un sujet religieux, qui plus est commandé pour une église, n imposet-il pas à l artiste une fidélité contraignante à la fois au texte et au message biblique? Si Héliodore chassé du temple n est pas un sujet particulièrement «rebattu», Delacroix n est pas le premier à le traiter voir notamment dans le diaporama la chambre d Héliodore, l une des chambres de Raphaël au Vatican. En quoi lui appose-t-il la marque de sa personnalité? Quelle part de liberté se permet-il avec la lettre et la leçon du texte biblique? Dans quelle mesure renouvelle-t-il la tradition? La représentation du miracle. Le surgissement du surnaturel miraculeux au cœur du naturel est un topos de la peinture religieuse chrétienne auquel la tradition propose des réponses iconographiques que Delacroix s approprie. D abord, le miracle, miraculum, de mirari, s étonner, suppose par définition que l intervention surnaturelle provoque à la fois la surprise et l admiration des hommes. Delacroix dispose sur la tribune et en haut de l escalier le prêtre Onias et des fidèles, tous penchés, tournés vers le lieu du châtiment d Héliodore, spectateurs comme nous-mêmes du 1 Cité par Maurice Serullaz. Les peintures murales de Delacroix. Les éditions du temps Ibid Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 4 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

5 miracle : ils sont les relais à l intérieur du tableau de notre propre regard ; leurs mains levées et leurs corps désaxés manifestent la surprise. Autres spectateurs, les soldats d Héliodore au premier plan à droite ont le visage dans la lumière de manière à faire voir l effroi qui marque leurs traits. De part et d autre de la scène centrale, une femme sur les escaliers à gauche, un soldat à droite, regardent vers le ciel ; les bras en prière de la femme et la lance du soldat, dressée verticalement comme une flèche, soulignent la direction de leur regard, qui signale le lieu d où sont venus les anges. Ainsi la physionomie et l attitude des personnages secondaires marquent-ils l irruption du miracle. L apparition bouleverse les hommes et simultanément l équilibre de leur un monde. Ainsi pour souligner le contraste avec le mouvement des anges le peintre donne-t-il des repères de stabilité par l architecture du temple, qui, à la manière de Véronèse, par exemple dans les Noces de Cana, construisent fermement l image : les trois puissantes colonnes affirment les verticales alors que les horizontales sont constituées par les limites supérieures et inférieures de la tribune. Les moulures de la tribune et les éléments décoratifs des colonnes rappellent en écho ces verticales et horizontales ainsi que les marches des escaliers d une part et les encadrements des portes d autre part, soulignés par d autres colonnes. Cette architecture rectiligne convient à la description de la Bible, qui évoque «la majesté inviolable d'un temple vénéré dans tout l'univers». Le miracle est représenté par un mouvement animant brusquement le décor, qu il déstabilise mais ne désorganise pas. L œil est d abord attiré par le rideau rose orangé, qui, au centre de la partie supérieure, est encadré par les deux colonnes. Ce rideau est nettement agité par un souffle qui vient de la gauche. Delacroix ébauche ce mouvement dans un premier rideau à l extrême gauche du tableau : ce rideau, qu on devine tendu entre la première colonne et celle qui lui fait face dans le hors champ, est donc le pendant du rideau central, de même couleur que lui. Il est légèrement gonflé seulement. La gradation du souffle du premier au second rideau signale clairement qu il ne s agit pas d un vent ordinaire dont l intensité faiblirait mais d un souffle miraculeux. Le mouvement se poursuit : Héliodore, au centre de la partie inférieure du tableau, est couché sur un tissu de même couleur que les rideaux, affecté d un mouvement semblable : le tissu apparaît semblablement froissé par le travail pictural sur deux valeurs d une même couleur. L œil du spectateur est incité à relier ces deux éléments en suivant la courbe harmonieuse tracée par la jambe de l ange qui plonge sur Héliodore puis par son bras. La ceinture de cet ange, faite d un tissu de même couleur volant au vent, ponctue ce parcours, qui se poursuit vers une dernière récurrence du tissu rose orangé à reflets clairs, la jupette du cavalier. C est alors l encolure du cheval, en arc de cercle très fermé, qui poursuit ce mouvement en spirale et le clôture, venant finaliser l action divine dans ce superbe animal qui punit le criminel sous son sabot. C est donc dans le regard du spectateur, guidé par différents repères, lignes et récurrences chromatiques, que se construit le mouvement en spirale qui figure la fulgurance d un souffle surnaturel venant contrarier l action des profanateurs du temple de Jérusalem. Le motif du souffle divin est récurrent dans la Bible : dans le second récit de la création de la Genèse, Yahvé après avoir modelé «l homme avec la glaise du sol», «insuffla dans ses narines une haleine de vie et l homme devint un être vivant». Mais le souffle aussi un des moyens par lequel Dieu se rend sensible aux sens des hommes : par exemple, Elie dans le Premier livre des Rois reçoit la parole divine portée par «une brise légère» qui suit un ouragan, un tremblement de terre et le feu. Remarquons que nul souffle n accompagne dans l extrait du livre des Maccabées l apparition des anges punisseurs : «le Seigneur des esprits, le Dominateur de toute puissance, fit une grande manifestation». Le souffle que Delacroix rend perceptible par l animation du rideau et le mouvement en spirale est donc un moyen graphique conçu par le peintre pour traduire le Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 5 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

6 sème de puissance, récurrent dans les choix lexicaux du texte. Aucune progressivité de l apparition miraculeuse dans le texte : «A leurs yeux apparut», «En même temps, lui apparurent» : le divin qui était absent est soudainement présent. Dans le vocabulaire courant, c est par métaphore qu on parle du souffle divin animant un paysage, une personne, une œuvre ; Delacroix par le mouvement dont il anime son image représente littéralement cette métaphore. Que ce mouvement se clôture en spirale transpose l idée de fulgurance. Le lexique de la lumière est quant à lui explicite dans la description biblique des trois anges : le cavalier porte une «armure d'or», les deux autres brillent «d'un vif éclat». Par opposition, Héliodore est «environné de profondes ténèbres». La lumière est un moyen de manifestation de la présence divine, beaucoup plus fréquent dans les Ecritures que le vent, Dieu est «revêtu de majesté et de splendeur, enveloppé de lumière comme un manteau» (psaume 104), et guide par son éclat les hommes vers le Salut («Yahvé est ma lumière et mon Salut», psaume 27). Inutile de multiplier les exemples : l idée est récurrente que Dieu est lumière. La vue suffisant à son appréhension, il est normal que les peintres aient largement recours à ce signe du surnaturel. Delacroix use à son tour de ce procédé conventionnel : un faisceau lumineux, nimbant le rideau, vient en oblique de la gauche ; Gaëtan Picon écrit que «c est d ailleurs que vient la lumière qui tombe sur Héliodore flagellé par les anges, renversé par le cavalier : d un espace que nous ne pouvons pas voir» 3, ainsi l image représente-t-elle par le subterfuge du hors cadre un audelà qui serait la source de cette lumière, ainsi désignée comme surnaturelle. L éclairage porté sur les bras et les jambes de l ange qui plonge, des mèches de ses cheveux, accompagne le mouvement du regard vers la scène centrale. La lumière rebondit sur la lance de l ange cavalier, sur son armure et sur son casque d or, sur le précieux harnachement du cheval et environne le sabot posé sur Héliodore, tandis que d autres éclats de lumière font briller les objets précieux du trésor éparpillés au premier plan : les signes martiaux ainsi articulés à l objet du vol blasphématoire signalent la puissance de la punition divine. Les contrastes entre zones de lumière et ombres portées tracent plusieurs obliques constructives très visibles, renforçant la cohérence de l image et du message qu elle délivre : c est le cas notamment de la courte ligne d ombre en haut à droite, de même mesure et parallèle à la lance du cavalier en bas à gauche ; quant à l ombre qui coupe en diagonale l escalier de gauche, elle matérialise une ligne qui, passant juste au dessus de leur deux têtes, relie l ange cavalier et le prêtre Onias. Physionomie des spectateurs marquée par l effroi, ample mouvement contrastant avec la stabilité des architectures, lumière : ces procédés sont très proches de ceux qu utilisent les peintres de la Renaissance italienne pour représenter le miracle. Le tableau du Tintoret, le Miracle de Saint-Marc peint en 1548 (musée de l Académie à Venise), peut aider à montrer cette filiation : Saint-Marc auréolé de lumière plonge du ciel, son mouvement, souligné par la traîne rouge de son vêtement qui flotte au dessus de lui, traverse un monde solidement stabilisé par les architectures et la disposition équilibrée des figures. La fidélité au message biblique. Le peintre transpose par des procédés picturaux appropriés le surgissement fulgurant du surnaturel dans le monde des hommes tel que le décrit la Bible. Le récit biblique (en première, on parlera d apologue) est au service 3 Gaëtan Picon, 1863, Naissance de la peinture moderne, page 37, édition Gallimard. Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 6 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

7 d une mise en garde : celui qui ose attaquer ce que Dieu protège s expose à coup sûr au châtiment du ciel. Dans la peinture de Delacroix de même, les hommes apparaissent comme les objets impuissants de la décision divine. Ainsi le tableau travaille-t-il très nettement l opposition entre le naturel et le surnaturel, entre les anges et les hommes. Tout d abord les anges sont parfaitement maîtres d eux-mêmes : les visages au profil parfait (le cavalier esquisse d ailleurs un léger sourire) ne trahissent que leur concentration, aucun signe ni de ressentiment il ne s agit pas d une vengeance personnelle - ni d effort ils sont les rouages bien rodés de la justice divine. Leurs gestes harmonieux et sûrs montrent qu ils maîtrisent parfaitement leur corps athlétique. Ces anges sont des justiciers sans colère, Dieu n est pas servi par des voyous! Les rênes de l ange cavalier sont flottantes alors que sa monture a l encolure parfaitement incurvée à la manière d un cheval de haute école : cet animal autonome, à la crinière sage, bien différent de certains Pégase aux naseaux fulminants de Delacroix ou de Géricault, dont on dirait dans le vocabulaire de l équitation qu il se place avec perfection, est comme une métaphore de la maîtrise de soi. En opposition, les mortels sont affectés d une désarticulation de pantins : la panique et tout un panel de sentiments divers, selon qu ils sont du bon ou du mauvais côté, se lit sur leur visage. Plusieurs des hommes, aussi bien le grand prêtre Onias que le soldat au premier plan, ont les mains levées vers le ciel, les doigts ouverts en signe d impuissance, alors que les anges ont les poings vigoureusement fermés sur les armes qu ils tiennent, signe de puissance et de tranquille autonomie par opposition à l hétéronomie caractéristique des mortels. Autre aspect de l opposition : alors qu Héliodore est écrasé à terre (nouvelle fidélité au texte biblique : «sous le coup de la force divine, étendu muet, privé de toute espérance et de tout secours» ; plus loin : «celui qui gisait»), deux des anges sont suspendus dans l air ; le cheval qui n a qu un demi-pied à terre maintient pourtant Héliodore sans l écraser, contre toutes les lois de la physique... Les autres mortels sont cloués au sol, souvent accroupis, pliés, penchés vers le bas. Enfin, les anges forment un groupe cohérent et uni ; outre leur ressemblance physique, leurs gestes sont symétriques, un bras replié en angle droit et l autre presque tendu, et leurs mouvements se rencontrent tous au même point : en prolongeant la lance de l ange cavalier, chacun des deux bras de l ange central et l axe du corps de celui qui est à gauche, on obtient des lignes qui toutes se croisent à l endroit où le pied du cheval maintient le corps d Héliodore. Les personnages de la scène du châtiment sont d ailleurs unis dans un cercle dont le centre serait situé sur le poitrail du cheval. Par opposition, les soldats d Héliodore prennent la fuite en désordre et ne font aucun geste en direction de leur chef. En somme les hommes n ont aucune chance face à la décision divine : pour que le message porte, et que les fidèles s en approprient le sens, il est nécessaire de frapper les imaginations. D où tout d abord le travail sur une image toute en contraste, en écho à l opposition centrale des anges et des hommes : contrastes chromatiques (vert et oranger pour les colonnes, violet et rouge pour les vêtements de l ange central, jaune et rouge pour l ange cavalier ) ; contrastes entre les matières duveteuses et soyeuses d une part (ailes de l ange, robe du cheval, tissus) et la rigidité du métal d autre part (armures, trésor, dorures) ; contraste entre les nappes d ombre et de lumière ; les verticales et les horizontales. Ensuite, cette peinture murale reste en place et doit donc tous les jours susciter l émotion des fidèles : ambitionner l universel condamne à l exagération. Baudelaire dans son article nécrologique paru dans L Opinion Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 7 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

8 nationale 4 (voir dans le CD Rom) parle d un dessin «épique». Delacroix donne une présence sculpturale à ses personnages, qu il représente grandeur nature (un rapide calcul à partir d une reproduction permettra aux élèves de constater que les personnages du premier plan mesurent à peu près 1 mètre 80). Surtout, il travaille le modelé à la manière de Michel Ange, sculpteur avant d être peintre, comme le montre la comparaison que nous proposons dans le diaporama avec le prophète Jonas, qui semble sortir de la voûte de la chapelle Sixtine. Autre modèle pour ce grandissement épique : Véronèse, à qui Delacroix emprunte le travail sur les coloris vifs et lumineux et accroche la lumière en appliquant sur le fond foncé une valeur claire afin de donner l illusion du volume, notamment pour la représentation des anges (voir le rapprochement d un détail de Delacroix avec un détail des Noces de Cana). Ce travail ajoute à l effet de réel : tout invraisemblable que soit cet ange fendant les airs, la peinture le rend présent. Par ailleurs, Delacroix donne à voir le moment de plus grande tension dramatique : les anges surprennent les pilleurs en pleine action (l un d eux porte encore une urne), et châtient Héliodore : l image, qui s appréhende globalement, ne raconte pas de la même manière que le texte, qui se déroule dans le temps. Ici le peintre prend l action à son épicentre et compte sur le spectateur pour reconstituer par l imagination culture biblique à l appui l avant et l après qu elle n aborde que par allusion : trésor éparpillé au premier plan, geste de supplication du grand prêtre Onias à la tribune, prêtres «revêtus de leurs habits sacerdotaux», posture de la femme à gauche qui dos tourné lève les mains vers le ciel (allusion à la description des fidèles en prière avant le miracle). Il pourra être intéressant de comparer cette façon de transposer le déroulement narratif avec celle qui consistait, jusqu au 17, à représenter plusieurs moments du récit dans la même toile ou dans des panneaux différents (prédelle dans un retable notamment) : le parcours que nous proposons au musée du Louvre permet cette réflexion sur récit et peinture. Le choix de Delacroix lui permet de frapper l imagination par la dramatisation. Dramatisation que renforce la théâtralisation de la représentation, qui donne à la scène la présence d un spectacle : l architecture peut évoquer celle d un théâtre avec les rideaux et une tribune où se tiennent des spectateurs, regards tournés vers les acteurs du drame ; ceux-ci sont au centre du premier plan et sous la lumière, sur un palier qui évoque une scène, d autant mieux que le spectateur placé devant le tableau est un peu en dessous d eux. Les personnages secondaires sont d ailleurs dans des attitudes codifiées, comme des comédiens de théâtre : supplication, surprise, effroi. L espace architectural est conçu comme un scénographie signifiante : les escaliers par exemple, occupés par les personnages pieux, sont une métaphore d un lien vers ciel, alors que les alliés d Héliodore sont massés dans l écoinçon en bas à droite : le couloir derrière eux semble descendant ; quant à Héliodore luimême, sa chute vers le bas de l escalier semble imminente. De même comme au théâtre certains accessoires ont valeur de signes : la lance du soldat pointée vers le ciel, le trésor éparpillé Les échos chromatiques et graphiques entre l armure du cavalier et les décorations murales suggèrent le lien entre l ange envoyé de Dieu et le temple, lieu sacré : équivalence centrale dans le message biblique. Par ailleurs, comme si l arrière plan était un décor peint pour le théâtre, la perspective en est accélérée : la diminution considérable de la taille des personnages qui sont sur la tribune par rapport à ceux du premier plan creuse très rapidement l espace, ce qui donne l impression d un temple très haut et profond qui s ouvre dans les murs de la chapelle, en écho à l église Saint Sulpice elle-même. De quoi faire forte impression sur le visiteur 4 2 septembre, 14 et 22 novembre Voir à ce propos l activité pédagogique p Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 8 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

9 Le travail de Delacroix serait donc au service fidèle du texte biblique, transposant par des procédés picturaux son message sans le trahir. Cependant cette lecture n épuise pas l œuvre, qui résiste à une interprétation univoque. Complexification et épaississement du sens. La scène centrale quand on la regarde à deux fois brouille l opposition entre les anges et les hommes qui apparaissait d abord. Deux des anges sont dépourvus d ailes. La foi enseigne que l Ange est esprit, dans le psaume 103 par exemple: «O Dieu, vous avez créé vos Anges purs esprits». Ici pourtant les anges ont un corps et quel corps! Plus troublants, de nets parallèles unissent Héliodore et ses divins bourreaux ; les quatre visages se ressemblent étrangement sous les mèches blondes ; d ailleurs le bras de l ange et celui d Héliodore, qui s effleurent, sont presque symétriques de même que sa jambe reliée dessine la même courbe que celle du cavalier ; le costume d Héliodore ressemble étrangement à celui de l ange cavalier (l armure or et l armure argent sont de même coupe) et le tissu sur lequel gît le pilleur est en écho chromatique avec le rideau qui incarne le souffle divin. D ailleurs Héliodore est pris dans le même cercle que les anges et sur le même plan qu eux. Delacroix ne s en tient donc pas à la transposition aussi transparente que possible de la lettre et du message de l extrait biblique, qui voudrait une opposition univoque entre anges et hommes. Comment interpréter ceci? Rappelons que dans le texte Héliodore est sauvé suite au sacrifice qu Onias offre pour lui à Dieu. Par la suite il témoignera de la puissance du Dieu des Juifs. Delacroix, en travaillant la ressemblance entre Héliodore et ses bourreaux, en exposant Héliodore dans la même lumière que les anges, annonce sa réhabilitation à venir. Comme c est souvent le cas lorsqu un peintre choisit un épisode de l Ancien Testament pour sujet d un tableau d église, Delacroix donne ainsi une coloration nettement évangélique à l épisode d Héliodore : le message du Christ donne une place centrale au pardon accessible à ceux qui ayant péché s en repentent. L histoire de Saint-Paul en est un exemple : Paul, né en Asie Mineure vers l an 10, est un personnage très important du christianisme pour ses actions d évangélisation et ses épîtres, lettres ni vraiment privées ni vraiment littéraires, centrées sur la mort et la résurrection du Christ. Sa conversion, alors qu il a plus de 25 ans, est racontée dans les Actes des Apôtres : ce citoyen romain, ennemi du christianisme, s appelle encore Saul ; alors qu il se rend à Damas pour persécuter des chrétiens, il est tout à coup renversé à terre, aveuglé par une lumière éblouissante ; une voix, qui se présentera comme celle de Jésus, lui dit alors : «Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?». Il est frappé de cécité pendant trois jours ; un Chrétien, Ananias, averti en songe par le seigneur, lui rend la vue au nom de Jésus qui entend lui faire «porter (son) nom devant les nations païennes, les rois et les Israëlites». Pour son baptême il prendra le nom de Paul, par humilité (paulus, signifie le petit). Il prêchera surtout pour les païens (les Gentils, c'est-à-dire les non Juifs), et obtiendra que les Chrétiens convertis du paganisme ne soient pas soumis à la loi juive, ce qui contribue à la séparation du christianisme et du judaïsme : preuve de son rôle déterminant, et donc du pardon qui selon le Nouveau Testament a été accordé par Dieu à ce repenti qui sans avoir connu le Christ est appelé apôtre. Peut-on faire l hypothèse que Delacroix s est souvenu pour son Héliodore du tableau du Caravage, La chute de Saint Paul? Le peintre représente Paul à terre, violemment éclairé, aux pieds de son cheval. Echos entre les deux œuvres : la position du cheval, dont un pied est levé, et surtout celle du cavalier, terrassé à terre, les bras écarté et la nuque renversée. Ces échos confirmeraient l épaississement du sens conféré à l épisode d Héliodore : le message de Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 9 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

10 l Ancien Testament se prolongerait par celui du Nouveau. Peut-être peut-on lire dans le tableau d autres allusions au Nouveau Testament : cette femme aux longs cheveux qui à gauche implore le ciel, une allusion à Marie- Madeleine? Ces deux femmes, cet homme et cet enfant en haut du même escalier, la Sainte famille? Enfin le trésor au premier plan renvoie à l épisode des marchands du temple, relaté dans les quatre Evangiles : juste après son entrée dans Jérusalem, Jésus va dans le temple ; Jean raconte qu il se fait un fouet avec des cordes pour chasser les brebis, les bœufs, les colombes vendus pour les sacrifices et disperse la monnaie des marchands en disant : «Enlevez cela d ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce.» Ce renouvellement d un message de l Ancien Testament à la lumière du Nouveau n a rien d étonnant dans la culture chrétienne. Mais la liberté de Delacroix avec sa source va peut-être plus loin : la lumière elle-même, matérialisation de la présence divine, vient de biais, pas du haut, où le chapiteau des colonnes, sous la voûte de la chapelle, se perd dans l ombre, dans un espace très sombre, mystérieux ; la lumière apparaît d ailleurs étrange lorsqu on l analyse : l oblique très nette sur la tribune est une ombre portée dont il est difficile d identifier l origine, de plus l éclairage de la scène centrale, surexposant certaines parties des corps des anges, ne peut émaner de la même source que celle qui vient de la gauche du tableau et accompagne le souffle qui gonfle le rideau. L origine divine de la punition, bien que très présente, est plus mystérieuse qu il n y paraissait d abord Un autre élément vient troubler le spectateur : le tableau est comme compartimenté par les éléments architecturaux délimitant des espaces ayant chacun un point de fuite différent : au premier plan à gauche la scène principale, où tous les personnages sont sur le même plan, en avant d une perspective déterminée par les lignes vertes sur le mur reliant les deux colonnes ; au premier plan à droite l espace des soldats, derrière lesquels se devine un large passage bordé d une colonnade ; au second plan à droite l espace du prêtre Onias et de ses compagnons, devant un escalier construit selon une perspective qui lui est propre ; enfin au second plan à gauche l espace de la famille sur le palier de l escalier, devant une colonnade suggérant un quatrième point du fuite. Ce cloisonnement, très nettement marqué par les puissantes colonnes et la tribune massive, ne permet pas au spectateur de s en tenir à un point de vue unique et l amène à promener son regard d un espace à l autre, comme pour lui interdire de s en tenir à une lecture univoque. Autre inconfort pour le spectateur : si Delacroix a beaucoup emprunté à la Renaissance italienne, ce qui le séduit ici n est pas du côté de la rationalisation du regard qu elle porte sur le monde, mais plutôt, comme l écrit Focillon : «dans ses débordements d énergie, dans sa fougue naturaliste, bien plus, dans son maniérisme, dans son écume, dans ses volutes.» A ce goût du baroque s ajoute une technique moderne qui acheva sans doute de troubler en 1861 : contrastes audacieux entre les couleurs inspirés par les recherches scientifiques récentes (notamment une théorie sur les couleurs primaires et complémentaires élaborée par Chevreul, directeur des teintures à la manufacture des Gobelins, en 1839), touche fragmentée et visible qui affiche le geste du peintre ; lorsqu on regarde de près un détail, par exemple le bras de l ange plongeur, on distingue très bien les traces du pinceau (Ingres appelait Delacroix «le balai ivre») et les couleurs autres que les couleurs chair que Delacroix utilise pour que se reconstitue dans l œil du spectateur la couleur de la chair. Delacroix ne se contente donc pas d épaissir le message de l Ancien Testament en le prolongeant par celui du Nouveau. Il impose à son spectateur un inconfort troublant : ainsi n est-il pas étonnant que certains des contemporains de Delacroix n aient pas beaucoup aimé la chapelle des Saints-Anges. Ils critiquent l excès de Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 10 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

11 violence, l excessive dramatisation, l agitation des corps et des esprits et apprécient peu ces outrances baroques qui troublent la sérénité de l église mais aussi la transparence du message délivré. Dans La révolte des Anges d Anatole France, un personnage, l abbé Patouille, se demande : «pourquoi le peintre a-t-il représenté sur ces murs uniquement des anges irrités?». Ce sont «des peintures sulfureuses, des compositions violentes, qui, loin d inspirer aux âmes la paix et le recueillement, la quiétude, les jette dans une sorte d agitation pleine d effroi.» Ce qui irait à rebours du message christique centré sur l amour et le pardon. Mais Baudelaire quant à lui, dans une approche toute romantique, voit dans la liberté de Delacroix la preuve de son génie, qui en s appropriant les sujets bibliques vivifie les émotions qu ils recèlent : «L'imagination de Delacroix! Celle-là n'a jamais craint d'escalader les hauteurs difficiles de la religion; le ciel lui appartient, comme l'enfer, comme la guerre, comme l'olympe, comme la volupté. Voilà bien le type du peintrepoète! Il est bien un des rares élus, et l'étendue de son esprit comprend la religion dans son domaine. Son imagination, ardente comme les chapelles ardentes, brille de toutes les flammes et de toutes les pourpres. Tout ce qu'il y a de douleur dans la passion le passionne; tout ce qu'il y a de splendeur dans l'eglise l'illumine. Il verse tour à tour sur ses toiles inspirées le sang, la lumière et les ténèbres. Je crois qu'il ajouterait volontiers, comme surcroît, son faste naturel aux majestés de l'evangile.» 5 Ce génie est un enthousiasme au sens propre, que le peintre transmet au spectateur : «Un tableau de Delacroix, placé à une trop grande distance pour que vous puissiez juger de l'agrément des contours ou de la qualité plus ou moins dramatique du sujet, vous pénètre déjà d'une volupté surnaturelle. Il vous semble qu'une atmosphère magique a marché vers vous et vous enveloppe.» Cette exaltation religieuse que voit et partage le poète, c est bien celle dont parle Delacroix dans son journal lorsqu il revient à plusieurs reprises sur la permission qu il demande et que lui refuse l abbé de Saint- Sulpice de travailler le dimanche car la musique de l orgue, pendant les offices, l aide à se pénétrer d une atmosphère religieuse. Lors de l été 1855, il se réjouit d avoir pu profiter d une occasion exceptionnelle : «Le matin de ce jour, j ai travaillé beaucoup à l église, inspiré par la musique et les chants d église. Il y a eu un office extraordinaire à huit heures ; cette musique me met dans un état d exaltation favorable à la peinture.» 6 Loin de mettre son art au service d une édification religieuse univoque, Delacroix complexifie donc le message de l épisode biblique, refusant au spectateur le confort d un décodage transparent, le confrontant à une inquiétude : trahison du message religieux ou expression d un enthousiasme plus exaltant en étant plus subjectif et plus diffus? Liberté affirmée de l artiste en tout cas, qui teinte résolument le sujet de sa palette intime, de son «sentiment particulier». Ainsi Delacroix note-t-il dans son Journal le 2 septembre 1854 : «Les savants ne font autre chose, après tout, que trouver dans la nature ce qui est. La personnalité du savant est absente de son œuvre ; il en est tout autrement de l artiste. C est le cachet qu il imprime à son ouvrage qui en fait une œuvre d artiste, c'està-dire d inventeur.» 7 «Le caractère distinctif des hommes rares, c est d avoir un cachet particulier, de sorte que le 5 L'oeuvre et la vie d'eugène Delacroix. L'opinion nationale, 2 septembre, 14 et 22 novembre Voir l article complet dans le CD Rom. 6 Journal, le 30 août Journal, le 2 septembre 1854, page 198. Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 11 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

12 beau se teint toujours de leur (personnalité)». L esprit «vraiment inspiré» «tire le nouveau de ce qu il y a de plus rebattu». Quand bien même c est encore dans la mythologie biblique que Delacroix choisit son sujet, extrayant son image d un «continuum» existant avant elle, puisant «le plus digne objet, le meilleur moment, le meilleur état» dans «la réserve d un monde, d un imaginaire et d une connaissance» 8 partagés par tous. Delacroix se situe pour Gaëtan Picon juste avant la «naissance de la modernité», c'est-à-dire, avec le Déjeuner sur l herbe qui refuse tout prétexte mythologique et même toute narration (voir pages ), la «fin de l imaginaire, fin de tout ce qui appartient à une mémoire et à une rêverie collectives, fin des modèles que la vie individuelle ne rencontre pas mais peut reconstituer, réanimer : légendes et mythes, grandes actions et grandes figures de l histoire, figurations idéales de la beauté, objets idéaux du désir» 9 D un ange à l autre. Sans entrer dans l analyse détaillée des deux autres peintures, remarquons cependant qu une perception globale de la chapelle des Saints Anges montre que c est à l ensemble que Delacroix imprime «son sentiment particulier», son cachet intime, au-delà de la lettre des textes bibliques, au-delà de l anecdote. L impression de cohérence vient principalement des parallèles de composition entre les deux grandes peintures murales qui se font face : le chêne dans Le combat de Jacob avec l Ange joue le même rôle structurant que la colonne centrale dans Héliodore chassé du temple. A gauche, la rencontre de l homme et de l ange dans les deux cas. A droite, en écoinçon, des personnages secondaires : soldats d Héliodore dans un cas, dans l autre serviteurs, porteurs, bergers. Nature morte au tout premier plan : trésor dans un cas, équipement de voyage déposé par Jacob dans l autre. Creusement de la perspective au fond : derrière Onias à droite le temple semble d une vertigineuse profondeur, autant que le défilé entre les deux montagnes, à gauche cette fois, dans le Combat de Jacob avec l ange. Les similitudes physiques entre les personnages sont frappantes : le cavalier qui punit Héliodore et l ange de Jacob ont le même profil. Jacob, Héliodore et les anges se ressemblent d ailleurs comme des frères. Sur le plan thématique les sujets sont cohérents : l ange dans tous ses états! Dans les Ecritures l ange est un messager, un envoyé de Dieu, qui transmet aux hommes ses volontés ou les exécute : c est le sens aussi bien du terme hébreu, malakim, que grec, aggeloï et latin angeli. C'est-à-dire que l ange est défini par sa fonction et non par sa nature, sur laquelle nous avons fort peu de précision (seul Marc nous renseigne un tant soit peu sur le sexe des anges : ni femme ni homme!). Remarquons que dans les textes ils n ont pas d ailes, tout juste une échelle pour aller de la terre au ciel dans la vision de Jacob. Cette imprécision des descriptions laisse une grande liberté aux peintres. Delacroix retient de l iconographie traditionnelle les ailes mais, nous l avons souligné, donne à ses anges un corps très humain, très masculin. Dans Héliodore chassé du temple, les anges sont le bras de la Providence, ils protègent les hommes pieux contre les méchants qui ne respectent pas Dieu. Le combat de Jacob avec l ange donne une autre fonction à l ange, plus complexe : suite à ce combat Jacob prendra le nom d Israël, ancêtre éponyme du peuple de Yahvé, il est alors objet de la faveur divine. On peut donc interpréter cette lutte comme une épreuve initiatique ; mais l identité du mystérieux combattant de Jacob est problématique et donne lieu, en fonction des 8 Gaëtan Picon, 1863, Naissance de la peinture moderne, Gallimard, page Ibid page 41. Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 12 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

13 traductions, à des interprétations différentes. A l issue du combat, son adversaire dit à Jacob qu il a «lutté avec Dieu». Jacob affirme : «j ai vu Dieu». Mais un homme peut-il lutter avec Dieu? Cet ange est-il comme un double de Jacob qui lutterait contre lui-même, impression que peut donner la représentation de Delacroix? Enfin, au plafond, est représenté Michel. Archange comme Raphaël et Gabriel, les seuls anges nommés, Michel est le chef de la milice céleste et combat dans l Apocalypse combat contre le démon, chef des anges rebelles. Encadré. Une visite à Saint-Sulpice. Il est préférable de découvrir ces peintures de grande taille sur place plutôt que par des reproductions ; contrairement à ce qui se passe au musée, les élèves voient l œuvre dans son lieu premier de destination, ce qui permet de les faire réfléchir sur la façon dont le contexte peut influencer leur réception et sur les effets qu il a pu avoir sur le processus de création. Signalons que cette visite peut donner lieu à un travail avec le professeur de physique sur le gnomon, particulièrement bien adapté au programme de seconde. Il s agit d un instrument astronomique installé dans le transept par un curé éclairé au XVIII ; la fonction du dispositif est d établir avec certitude la date de l équinoxe de mars, donc celle de Pâques, le premier dimanche suivant, qui change donc chaque année. Dans le vitrail situé dans le bras sud du transept on aperçoit sur la droite deux petites ouvertures, des lentilles par lesquelles passe le soleil qui à midi vient frapper le méridien, matérialisé par une baguette de cuivre scellée dans le sol. Aux équinoxes et aux solstices, le soleil atteint l un des repères du dispositif : un carré de marbre dont part la baguette de cuivre ; une plaque de cuivre ovale au sol devant le chœur ; un obélisque de marbre blanc surmonté d une boule et d une croix. Il nous semble utile de prendre soin, avant une telle visite, de travailler avec les élèves sur le statut juridique d une église en France. Il est d ailleurs possible d envisager un travail interdisciplinaire avec l ECJS au lycée ou l éducation civique au collège, ce qui pourrait permettre en outre de clarifier la notion de laïcité et d expliquer pourquoi elle est compatible avec l enseignement du fait religieux contenue dans l analyse de tableaux à sujet biblique. Pour cette peinture religieuse, il nous semble souhaitable que les élèves, surtout les lycéens, réfléchissent à ce qu ils font et qu ils sachent selon quelles garanties de respect de leurs convictions personnelles on les confronte à des œuvres étroitement liées au christianisme. Le titre III de la loi de séparation des églises et de l Etat de 1905 définit le statut des édifices de culte. L article 12 stipule qu ils «sont et demeurent propriétés de l'etat, des départements, des communes», avec les «objets mobiliers» qu ils contiennent. Rappelons que les églises et cathédrales de France sont propriétés publiques depuis Révolution car les révolutionnaires avaient considéré qu ayant été payées par la dîme, donc par des fonds «publics», elles appartenaient au peuple. La loi de 1905 déclarant le statut juridique désormais privé du culte, dont l Etat ne se chargera plus de l encadrement (titre 1, article 2 : «La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte»), elle prévoit que l Etat mettra gratuitement les édifices qui lui appartiennent à la disposition d associations cultuelles constituées par les croyants et désormais chargées d organiser les différents cultes : c est ce que définit l article 13 du titre III (les édifices de culte «seront laissés gratuitement à la disposition des établissements publics du culte, puis des associations appelées à les remplacer»). Mais le culte n est qu une des Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 13 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

14 fonctions de ces édifices, qui demeurent des éléments du patrimoine artistique et culturel public : à titre d œuvres d art ils sont accessibles gratuitement par tous en dehors d une préoccupation religieuse 10. Proposition d une activité d analyse des tableaux. Les questions indiquées en italiques nous semblent difficiles pour les collégiens. A tous les niveaux, il nous paraît indispensable d avoir mené au préalable le travail sur les textes bibliques. Les pages peuvent être photocopiées et distribués aux élèves avec le questionnaire. Les élèves doivent aussi disposer d une photocopie des textes (dans leur version longue ou courte : voir dans le CD Rom). Il nous semble important de rappeler aux élèves qu il y a toujours plusieurs réponses possibles et que le but n est pas de deviner une réponse que le professeur attendrait, mais de bien regarder et de proposer des éléments d analyse personnels. Le travail peut se faire en équipe, les professeurs accompagnateurs aidant les élèves qui les sollicitent. L évaluation nous semble pouvoir porter sur la compréhension des consignes, l approfondissement et la cohérence des réponses, sans qu il soit nécessaire de tenir compte de l aide éventuellement apportée. La meilleure démarche nous semble être de poursuivre le travail après la visite, en classe sur des reproductions ; à partir des éléments de réponse proposés par les élèves, on pourra construire avec eux l analyse, comme pour un texte. A lire au préalable : quelques éléments sur Saint-Sulpice L'église actuelle conserve quelques vestiges d une petite église qui avait été construite au début du XIIe siècle en souvenir de l'évêque de Bourges, qui s appelait Sulpice. Au XVIIe siècle commence le chantier de l église actuelle, qui est presque achevée en Mais il lui manque une façade, que réalisera l architecte Nicolas Servandoni, et quelques embellissements intérieurs. Lorsque la Révolution survient, Saint Sulpice comme la plupart des églises est désaffectée et pillée. Elle sera à un moment consacrée à une sorte de culte athée rationaliste, mis en place par certains révolutionnaires. Après la Révolution, les bâtiments religieux, qui depuis 1789 appartiennent à l'état ou aux villes, sont réparés à leurs frais. Entre 1820 et 1875, la municipalité de Paris se préoccupe de la décoration de Saint Sulpice, en particulier des vingt-trois chapelles qui s ouvrent à droite et à gauche de la nef. Dix-sept artistes sont sollicités, parmi lesquels Eugène Delacroix, chargé en 1849 de la première chapelle à droite en entrant. Il choisit de représenter différents épisodes de la Bible où apparaissent des anges, ce qui explique le nom qu on donne aujourd hui à cette pièce : la chapelle des Saints-Anges. Allez dans la chapelle des Saints Anges : 1. Vos premières impressions sur ce lieu : donnez les en quelques mots. 2. Questions techniques. Informations à lire. 10 Pour plus de précisions sur la question, voir Henri Pena Ruiz, Qu est ce que la laïcité? Folio actuel 104, Gallimard 2003, notamment le chapitre VIII. Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai

15 Il est indiqué dans la chapelle que ces peintures sont des fresques : erreur! Il s agit bien comme dans le cas de la fresque de peintures murales, c'est-à-dire que le tableau n est pas réalisé sur une toile mais sur le mur. Pour la technique de la fresque, les pigments réduits en poudre, mélangés à l eau, sont appliqués sur un enduit frais (d où le nom de fresque) ; cet enduit, qui absorbe la couleur, est composé pour partie de chaux : quand il sèche, il forme une croûte dure, colorée. Le peintre doit donc mettre ses couleurs avant que la partie qu il a recouverte d enduit soit sèche : il doit prévoir d enduire seulement la surface qu il sera capable de peindre en une journée. Delacroix a préféré la méthode de la peinture à l huile et à la cire, qui permettait une technique qui se rapprochait davantage de celle de la peinture à l huile sur une toile, la cire empêchant que le mur absorbe trop la peinture. Malgré tout le mur absorbait beaucoup plus la couleur qu une toile, ce qui a posé bien des problèmes à Delacroix, qui a mis beaucoup de temps à finir cette chapelle, alternant avec d autres travaux car le chantier de Saint Sulpice l épuisait (la commande date de 1847 et le travail est fini en 1861, deux ans avant sa mort). A vous! Observez bien ces peintures murales et leur environnement. Travailler ici ou travailler dans son atelier, ce n est pas la même chose pour un peintre : essayez d imaginer puis expliquez les problèmes matériels qui se sont posés à Delacroix. Et pour vous? découvrir une peinture ici ou dans un musée, ce n est pas la même chose pour un spectateur : expliquez les différences. 3. Des textes bibliques à la représentation de Delacroix. Avant toute chose, souvenez-vous des textes de la Bible et repérez les deux scènes : Héliodore chassé du temple ; la lutte de Jacob avec l ange. Ecrivez le titre sur la photocopie correspondante. Reprenez vos deux textes bibliques : Soulignez dans les textes ce qui concerne le lieu où se passe l action : pour chacun des tableaux, expliquez si le lieu tel que le peint Delacroix ressemble à celui qu évoque le texte biblique Soulignez dans chacun des textes les lignes qui correspondent au moment précis que Delacroix a choisi de représenter. Comment expliquez-vous ce choix? Certains éléments représentés par Delacroix évoquent d autres moments du récit : expliquez. D après les textes bibliques, retrouvez qui sont les personnages représentés dans le tableau, et indiquez leur nom sur les photocopies noir et blanc. D après la Bible certains des personnages sont célestes, d autres sont humains : rayez la mention inutile! Expliquez comment vous avez différencié les personnages célestes et les personnages humains. Est-il possible d hésiter? Quelque soit votre réponse, justifiez et efforcez vous de commenter. Il serait bon que vos réponses soient développées et nuancées. 4. Zoom sur Héliodore chassé du temple. Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 15 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

16 Nous avons fait apparaître sur la photocopie une ligne qui nous paraissait très visible. Repérez et faites apparaître d autres lignes qui vous semblent très visibles aussi. Repérez si possible des figures géométriques (par exemple : cercle, triangle, losange ). Essayez de commenter en cherchant quelles nouvelles impressions vous avez sur le tableau après avoir vu ces lignes. Repérez les éléments d architecture et indiquez les sur votre photocopie (notez par exemple : escalier, couloir, balcon...). Expliquez comment les personnages se répartissent par rapport à ces éléments d architecture et essayez de commenter (quel sens donnez-vous à cette répartition?). Delacroix utilise des contrastes de couleurs qui étonnèrent. Baudelaire est admiratif : «jamais ( ) Delacroix n a étalé un coloris plus splendidement et plus savamment surnaturel». Mais d autres contemporains trouvent que c est un bariolage de très mauvais goût. A vous de dire ce que vous en pensez Quelque soit votre réponse, essayez de commenter. Observez d aussi près que vous pouvez la peinture, par exemple les bras et jambes au premier plan : nommez les couleurs que Delacroix a utilisé pour les peindre. Essayez de commenter ses choix. Cherchez dans vos souvenirs Regardez bien les différents personnages, regardez ce qu ils font, leur position : certains d entre eux pourraient évoquer des personnages issus de la culture chrétienne (et non plus judeo-chrétienne) avez-vous une idée? 5. D autres que vous ont écrit sur la Chapelle des Saints Anges expliquez si vous voyez les choses comme eux : Dans un roman d Anatole France, auteur presque contemporain de Delacroix, La révolte des Anges, un personnage, l abbé Patouille, se demande : «pourquoi le peintre a-t-il représenté sur ces murs uniquement des anges irrités?». Expliquez ce que ressent Patouille ; êtes d accord avec lui? Sur La lutte de Jacob avec l ange, voici ce qu écrit Delacroix lui-même : «Jacob accompagne les troupeaux et autres présents à l aide desquels il espère fléchir la colère de son frère Esaü. Un étranger se présente qui arrête ses pas et engage avec lui une lutte opiniâtre, laquelle ne se termine qu au moment où Jacob, touché au nerf de la cuisse par son adversaire, se trouve réduit à l impuissance. Cette lutte est regardée, par les livres saints, comme un emblème des épreuves que Dieu envoie quelquefois à ses élus». Reformulez la dernière phrase. Pensez-vous que le tableau favorise cette interprétation? Pensez-vous qu on puisse dire la même chose à propos d Héliodore? 6. Bilan. Expliquez si la visite vous a plu, si le travail vous a posé des difficultés et faites le point sur ce que vous avez appris. AJOUTER LES REPROS AVEC POINTILLES A REMPLIR. Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 16 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

17 Encadré. Propositions pour des travaux d écriture. Ces travaux peuvent être faits en classe après la visite, à partir de reproductions, ou soumis aux élèves lors d une visite : ils prennent alors sur place des notes préparatoires au brouillon. Dans tous les cas il est important de prévoir un travail de réécriture. Nous proposons le dispositif suivant, possible quelque soit la consigne : - Chaque élève rédige un premier jet en autonomie. - Quelques élèves volontaires lisent leur texte. La classe recherche, à partir de ces lectures, les critères qui font qu un texte est réussi. Ce travail peut aussi se faire en équipe, les élèves se basant sur les premiers jets des différents membres de l équipe pour déterminer des critères de qualité, qui seront confrontés lors d une mise en commun. - Une fois la liste des critères établie, on les retient comme critères d évaluation ; les élèves sont invités à modifier leur premier jet en fonction de ces critères ; il nous semble très intéressant d imposer et d évaluer une explicitation des choix de réécriture, en donnant par exemple la consigne suivante : faire la liste des améliorations réalisées et expliquer pour chaque amélioration quel critère vous avez cherché à atteindre. - Rien n empêche d insérer une autre étape de réécriture, avant ou après une évaluation du professeur. Souvenir de la première découverte. Jean-Paul Kauffmann a écrit en 2000 La Lutte avec l ange, sur la chapelle des Saints Anges. Il raconte sa première découverte, avec un ami qui connaît bien les lieux : «Je me rappelle, quand nous sommes entrés, du choc à la fois sec et moelleux de la porte l inimitable bruit de Saint Sulpice! Le saisissement lumineux et doux du sanctuaire, ce demi-jour tamisé de persienne et la vision du Delacroix surgissant brusquement au milieu du clair-obscur Un éblouissement provoqué par le contact subit avec la chapelle qui s offre de manière imprévue, presque comme une fausse note dans la pénombre ( ). En y réfléchissant, j avais été alors plus intrigué qu intéressé. Je trouvais inattendue la présence de Delacroix dans cette église. J étais fasciné par les gros mollets de l Ange. Dans sa posture quelque chose d inélégant, d emprunté paraissait donner à l ensemble un caractère rudimentaire, maladroit.» Consigne. Ecrivez à votre tour le souvenir que vous laisse votre découverte des lieux. Vous reprendrez la même structure de la description. Vous utiliserez à la même place les expressions suivantes : «Je me rappelle, quand nous sommes entrés». «En y réfléchissant, j avais été alors». Evaluation sur deux travaux : - Présentation de la structure de la description dans le texte de Kauffman. - Rédaction du texte Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 17 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

18 Récits autour d Héliodore chassé du temple. I. En quatre lignes, racontez ce qui pourrait se passer immédiatement après le moment représenté : 1. En respectant le registre du texte biblique 2. Sur un registre comique. Pensez à ce que font les anges, Héliodore, mais aussi les autres personnages. II. En cinq lignes, racontez ce qui s est passé juste avant le moment représenté en prenant pour narrateur : - L ange cavalier, - Héliodore, - Le soldat au premier plan à gauche ; - L enfant qui regarde en haut à gauche. Chacun des textes doit vous permettre de dire : - pourquoi votre narrateur est là ; - ce qu il voit, - ce qu il pense, - ce qu il ressent. Vous pouvez choisir la fidélité au registre du texte biblique ou non. Tentative d épuisement d un lieu parisien : la place Saint-Sulpice. Ce travail ne concerne pas les œuvres de Delacroix mais nous paraît permettre un prolongement intéressant d une visite à Saint-Sulpice. Rappelons que le projet de Pérec était d «épuiser» douze lieux parisiens, c'est-à-dire de choisir un lieu d observation et pendant un temps donné de décrire, raconter, inventorier tout ce qui s y passe et surtout ce que d habitude un passant ne remarque pas, un auteur n écrit pas. Place Saint-Sulpice, Pérec s est installé café-tabac de la Mairie entre le 18 et le 20 octobre Les autres projets «d épuisement» n ont pas été réalisés. 1. Expliquez le titre du texte de Perec. 2. Choisissez un lieu d observation sur la place Saint Sulpice et réalisez à votre tour le projet que Perec explique en introduction (nous nous contenterons d une seule journée!). Encadré. Peintures de Delacroix à Saint Sulpice et écrits de Baudelaire : pistes pour des travaux pédagogiques. Ces activités nous semblent possibles seulement si les élèves ont déjà analysé les peintures de Delacroix. On trouvera de plus larges extraits des textes de Baudelaire dans le CD Rom. Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 18 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

19 1. Lecture analytique de la description d Héliodore chassé du temple dans un article de La revue fantaisiste, 15 septembre 1861 Il s agit de l article que Baudelaire a fait paraître rapidement après l ouverture de la chapelle au public (à partir d août 1861). Il décrit les trois peintures après avoir rappelé l épisode biblique choisi par Delacroix. A propos d Héliodore chassé du temple, voici ce qu il écrit juste après avoir cité le passage du Livre des Maccabées : «Dans un temple magnifique, d'architecture polychrome, sur les premières marches de l'escalier conduisant à la trésorerie, Héliodore est renversé sous un cheval qui le maintient de son sabot divin pour le livrer plus commodément aux verges des deux Anges; ceux-ci fouettent avec vigueur, mais aussi avec l'opiniâtre tranquillité qui convient à des êtres investis d'une puissance céleste. Le cavalier, qui est vraiment d'une beauté angélique, garde dans son attitude toute la solennité et tout le calme des Cieux. Du haut de la rampe, à un étage supérieur, plusieurs personnages contemplent avec horreur et ravissement le travail des divins bourreaux.» La lecture analytique de la description de Baudelaire a une double finalité. D une part, elle permet de faire réfléchir les élèves aux effets de sens des signes picturaux et des signes verbaux et aux spécificités de chacun des deux langages. On les amènera à se demander comment, par ses choix stylistiques, Baudelaire s attache à transposer un système de signes (pictural) dans un autre système de signes (verbal). D autre part, seconde direction, il s agit de montrer la subjectivité de tout regard sur une œuvre d art : la description de Baudelaire, loin d être objective, relève d une réception personnelle de l œuvre de Delacroix. La lecture analytique permet de montrer ce qui caractérise cette vision particulière du poète. Les élèves perçoivent ainsi les jeux de dialogue entre textes et images : Delacroix a transposé un texte, le texte biblique, dans son propre langage et selon sa propre vision ; sa peinture fait à son tour l objet d une appropriation subjective par Baudelaire dans un nouveau texte. Nous proposons d autres jeux de dialogues dans le chapitre. Il est possible d aborder cette lecture analytique selon le scénario suivant, familier aux élèves : susciter leurs premières réactions Baudelaire voit-il le tableau de la même façon que vous? puis partir de leurs impressions pour les amener à chercher ce qui est particulier dans la vision de Baudelaire et quels choix stylistiques leur permet de le savoir. Mais une approche pédagogique par l écriture, amenant les élèves à entrer à leur tour dans le dialogue des images et des textes, nous semble plus stimulante et mieux appropriée. On trouvera dans le CD Rom un diaporama permettant de mettre en œuvre la procédure que nous suggérons, qui peut bien sûr faire l objet de larges transformations et améliorations et qui est d ailleurs adaptable à d autres objets. Il s agit d écrire collectivement avant de découvrir la description de Baudelaire une description de même structure. Les étapes sont les suivantes : - La reproduction est projetée ; on demande aux élèves de décrire en une quinzaine de mots au maximum : le lieu de l action ; Héliodore ; le cheval ; les deux anges qui fouettent Héliodore ; l ange cavalier ; les autres personnages. Il est possible répartir le travail dans la classe, par exemple cinq élèves par tâche (chacun rédigeant sa description en autonomie on obtiendra alors cinq textes différents ou ces élèves travaillant en équipe sur la même description). On peut imposer le début de la description, afin d imiter au plus près le texte de Baudelaire (par exemple pour le lieu, commencer par «dans un temple», pour Héliodore commencer par son nom etc ). - Sur le diaporama, on note sous la dictée des élèves leur description. Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 19 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

20 - Puis on insère leur texte à côté de celui de Baudelaire en leur demandant de réfléchir aux différences entre leur vision et celle du poète : les élèves sont alors plus sensibles aux choix stylistiques, qui diffèrent des leurs, et à leurs effets. Quelques pistes possibles pour l analyse : Baudelaire perçoit les anges de Delacroix comme étant de caractère à la fois composite et harmonieux, ils concilient des catégories qui concernant des humains pourraient sembler antinomiques : la violence du châtiment (fouettent, verges, opiniâtre bourreau) s alliant avec leur sérénité (maintient, commodément, tranquillité, garde, solennité, calme). Remarquons dans le syntagme beauté angélique le jeu sur la polysémie de l adjectif qui au sens courant connote la douceur. Aucun désordre dans leur action, Dieu maîtrise sa colère, Baudelaire est ici fidèle à Delacroix - du moins à ce que en avons nous-mêmes perçu. Des figures oxymoriques soulignent ce caractère composite des anges - opiniâtre tranquillité, divin bourreau - tandis que l abondance des liens de subordination suggère la parfaite coordination de leurs actions, impression que Delacroix obtient par des procédés picturaux, notamment le croisement de plusieurs lignes au niveau du pied du cheval. En réponse à la série d oppositions entre les anges et les hommes dans le tableau, les choix stylistiques de Baudelaire soulignent l appartenance des anges à une catégorie surnaturelle qui les distingue des hommes divin(s) ; angélique ; investis d'une puissance céleste Le mot travail évoque l idée qu ils ne sont pas des hommes qui se vengent mais les instruments dociles de la Providence. Enfin les spectateurs contemplent avec horreur et ravissement la scène : on retrouve l idée de théâtralité que nous percevions aussi dans le tableau. En revanche et contrairement à ce que nous percevions dans le tableau de Delacroix, le texte de Baudelaire ne suggère aucun dépassement de l opposition entre Héliodore et les anges. Héliodore étant sujet d un verbe à la voix passive, renversé sous un cheval, puis désigné par des pronoms en fonction COD : pur objet des anges, Héliodore est immobilisé comme le sont aussi ses divins bourreaux, le seul mouvement étant dans le geste mécanique de la flagellation fouettent avec vigueur : Baudelaire ne perçoit pas le mouvement en spirale qui nous semblait traverser le tableau de Delacroix, évoquant l irruption fulgurante des anges, et anime au contraire le fouet immobilisé par Delacroix. 2. Autres directions de travail sur le dialogue entre Baudelaire et Delacroix. Comparaison de la description de Baudelaire avec le texte de Delacroix sur les invitations : «S étant présenté avec ses gardes pour enlever les trésors, il est tout à coup renversé par un cavalier mystérieux : en même temps, deux envoyés célestes se précipitent sur lui en le battant de verges avec furie, jusqu à ce qu il soit rejeté hors de l enceinte sacrée.» On pourra remarquer que Delacroix, contrairement à Baudelaire, prend Héliodore et les anges dans un même mouvement fulgurant qu il prolonge jusqu à l exclusion d Héliodore : en attestent les verbes d action, les adverbes ou locutions adverbiales (tout à coup, en même temps) et l enchaînement fluide des actions (passé «s étant présenté» ; présent : «il est renversé», «se précipitent», «en le battant», le participe présent insistant sur la simultanéité Marie-Sylvie Claude, IUFM Créteil. In Quand se rencontrent littérature 20 et arts plastiques, G Di Rosa MS Claude Sceren CRDP mai 2006.

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :...

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :... LA CATHÉDRALE DE REIMS NOM :... Prénom :... Classe :... Sur les traces des constructeurs de la cathédrale : Vers 400 : l évêque Nicaise transfert la première cathédrale de Reims à l emplacement actuel

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

DIDON. Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres.

DIDON. Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres. DIDON Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres. Didon construisant Carthage. William Turner, 1815. 155,5 cm x 23,2 cm L'oeuvre: Le beau se déplace donc

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

Vive le jour de Pâques

Vive le jour de Pâques Voici le joyeux temps du Carême, 40 jours où les chrétiens élargissent leurs cœurs, se tournent vers leurs frères et sont invités à vivre à la manière de Jésus-Christ. Chaque semaine ce livret t aidera

Plus en détail

Préparation de la visite. Visite symbolique et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e (collège) Visites éducatives de la Sagrada Família

Préparation de la visite. Visite symbolique et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e (collège) Visites éducatives de la Sagrada Família Visites éducatives de la Sagrada Família Préparation de la visite. Visite et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e () 1 0. À la découverte de l église La Sagrada Família ouvre ses portes au regard

Plus en détail

huile sur bois 67 x 49 cm Origine : Renaissance

huile sur bois 67 x 49 cm Origine : Renaissance L'autoportrait Un autoportrait est une représentation d'un artiste, dessinée, peinte, photographiée ou sculptée par l'artiste lui-même. Bien que l'exercice de l'autoportrait ait été pratiqué depuis les

Plus en détail

13 Quelle est l église du Nouveau Testament?

13 Quelle est l église du Nouveau Testament? DU NOUVEAU TESTAMENT? 169 13 Quelle est l église du Nouveau Testament? Ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres (Rm 12.5). Par

Plus en détail

Les rapports du chrétien avec les autres

Les rapports du chrétien avec les autres Leçon 13 Les rapports du chrétien avec les autres C était le moment des témoignages, lors de notre rencontre du lundi matin, à la chapelle de l Ecole biblique. Une jeune fille nommée Olga se leva pour

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC 1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC Dans la galerie Est du Palais du Luxembourg (aujourd hui l Annexe de la Bibliothèque) s ouvre le 14 octobre 1750 le Cabinet du

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Musée Saint-Loup. Service d'action culturelle des musées de Troyes

Musée Saint-Loup. Service d'action culturelle des musées de Troyes Musée Saint-Loup La nature Service d'action culturelle des musées de Troyes morte Action culturelle et pédagogique des musées de Troyes Jean-Paul Hauty, professeur animateur 2008 Dis, c'est quoi une nature

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption Religieuses de l Assomption 17 rue de l Assomption 75016 Paris France Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption U n c h e m i n d E s p é r a n c e a v e c M a r i e www.assumpta.fr

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

Documentation. de l Évangile Pour le foyer. Écritures...2. Conférence générale...2. Magazines...3. Musique...3. Illustrations de l Évangile...

Documentation. de l Évangile Pour le foyer. Écritures...2. Conférence générale...2. Magazines...3. Musique...3. Illustrations de l Évangile... Documentation de l Évangile Pour le foyer Écritures...2 Conférence générale...2 Magazines...3 Musique...3 Illustrations de l Évangile...3 Livres, manuels et brochures...4 Histoire familiale...6 Œuvre missionnaire...6

Plus en détail

Là où vont nos pères1

Là où vont nos pères1 Là où vont nos pères1 Ces pages ne cherchent pas à servir de guide d interprétation pour cet album sans paroles. Chacun y cherchera et y trouvera des significations personnelles, des situations familières

Plus en détail

RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN

RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN KIT RITUELLIQUE N 4 DISPOSITION DES BOUGIES BOUGIE BLANCHE 1 BOUGIE NOIRE 2 BOUGIE ROUGE 3 BOUGIE MARRON 4 BOUGIE BLEUE MARINE 5 BOUGIE CELESTE 6 GRANDES BOUGIES

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Cette Bible a été trouvée près de la Mer Morte, non loin de Jérusalem. Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Plus en détail

Debout sur le Pavé Mosaïque

Debout sur le Pavé Mosaïque 1 Debout sur le Pavé Mosaïque A la Gloire du Grand Architecte De L Univers, Au nom de la Franc-maçonnerie Universelle et sous les hospices de la Grande Loge de France, Francs-maçons sous le Rite Ecossais

Plus en détail

Les Frères Limbourg Les Très Riches Heures du Duc de Berry

Les Frères Limbourg Les Très Riches Heures du Duc de Berry Les Frères Limbourg Les Très Riches Heures du Duc de Berry Le mois de Mars Les frères Limbourg Pol, Jean et Hermann de Limbourg, dits les Frères de Limbourg (1380-1416) sont célèbres pour les livres enluminés

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE Complément à la rencontre préparatoire GUIDE Dans le noir, je l entends qui m appelle ÉTAPE Qu est-ce que je vise dans cette rencontre? Permettre aux enfants d avoir une impression positive par rapport

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

Liens entre la peinture et la poésie

Liens entre la peinture et la poésie Liens entre la peinture et la poésie Ophélie dans Hamlet Ophélie est un personnage fictif de la tragédie d Hamlet, une célèbre pièce de William Shakespeare. Elle partage une idylle romantique avec Hamlet

Plus en détail

Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16

Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16 1 Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16 Introduction : Pour qu une église puisse se développer harmonieusement il faut que chaque membre trouve sa place et remplisse sa fonction. Voila pourquoi

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

La Neuvaine de l'assomption

La Neuvaine de l'assomption La Neuvaine de l'assomption 6 au 14 août 2012-15 août fête de l'assomption Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Georges BORGEAUD La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir Dans Echos de Saint-Maurice, 1966, tome 64, p. 18-22 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Souvenir

Plus en détail

Emmanuel, Dieu avec nous

Emmanuel, Dieu avec nous Emmanuel, Dieu avec nous Jésus, un homme comme nous, dans une chair de péché Texte : Matthieu 1:18-23 (Ce que croit les Ad7J, p. 103, 55) Connaissez-vous la généalogie de Jésus? Luc 3:31 - Fils de David

Plus en détail

Solennité de MARIE, Mère de Dieu Journée mondiale de la paix Paroisse catholique francophone

Solennité de MARIE, Mère de Dieu Journée mondiale de la paix Paroisse catholique francophone St Thomas d Aquin Solennité de MARIE, Mère de Dieu Journée mondiale de la paix Paroisse catholique francophone 1 er janvier 2014 Entrée Peuple louez Marie Ref/ Peuple louez Marie (Ave Marie) la mère au

Plus en détail

ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE

ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE Le musée propose un espace pédagogique à disposition des enseignants et de leurs élèves. Il aborde plusieurs thématiques en relation avec l espace

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

La Sainte-Chapelle. P a r c o u r s d é c o u v e r t e. j e u n e p u b l i c / Î L E - D E - F R A N C E P A R I S

La Sainte-Chapelle. P a r c o u r s d é c o u v e r t e. j e u n e p u b l i c / Î L E - D E - F R A N C E P A R I S P a r c o u r s d é c o u v e r t e La Sainte-Chapelle P A R I S / Î L E - D E - F R A N C E j e u n e p u b l i c La Sainte-Chapelle Bonjour et bienvenue à la Sainte-Chapelle. Je suis très heureux de

Plus en détail

AUJOURD HUI SI VOUS ENTENDEZ SA VOIX. «7 Aujourd hui, si vous entendez ma voix, n endurcissez pas vos cœurs.» (Hébreux 4, 7)

AUJOURD HUI SI VOUS ENTENDEZ SA VOIX. «7 Aujourd hui, si vous entendez ma voix, n endurcissez pas vos cœurs.» (Hébreux 4, 7) AUJOURD HUI SI VOUS ENTENDEZ SA VOIX «7 Aujourd hui, si vous entendez ma voix, n endurcissez pas vos cœurs.» (Hébreux 4, 7) Ce cri, c est celui des prophètes, bien avant la venue du Christ, à l adresse

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

LE CHRIST, LA LOI ET LES ALLIANCES

LE CHRIST, LA LOI ET LES ALLIANCES Leçon 10 31 mai 6 juin SABBAT APÈS-MIDI Étude de la semaine: Gn 9.12-17, 17.2-12; Ga 3.15-28 ; Dt 9.9 ; He 10.11-18; He 9.15-28. Verset à mémoriser : «Voilà pourquoi il est le médiateur d une alliance

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Histoire des arts. sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse. 1) Présentation du mythe de Narcisse

Histoire des arts. sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse. 1) Présentation du mythe de Narcisse Histoire des arts sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse 1) Présentation du mythe de Narcisse Narcisse, trop imbu de lui-même, ne voit pas l'amour que lui portent les nymphes

Plus en détail

LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT

LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT Le 7 mars 1867, un acte d acquisition est passé par les pères Mariste avec la commune de Rochefort par devant M. Dutour, notaire à Rochefort, portant sur un

Plus en détail

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX Objectif : Indiquer les règles de base de colorimétrie en coiffure (échelle de tons, reflets) LA COLORIMETRIE Du soleil nous parvient la lumière du

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte *L'écriture en Mésopotamie et en Égypte -4000 à -3000 Le calculi L agriculture est une activité économique très importante en Mésopotamie. Cependant, le territoire n est pas riche en ressources naturelles

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

LA NOUVELLE ALLIANCE

LA NOUVELLE ALLIANCE 1. Introduction Qu est-ce qu une alliance dans la Bible? LA NOUVELLE ALLIANCE 1. un contrat, un accord, un arrangement; 2. deux parties contractantes : Dieu & l homme/les hommes; 3. les deux parties contractantes

Plus en détail

L auteure. L illustrateur

L auteure. L illustrateur Nouveauté jeunesse L histoire Dans le centre historique de Milan, Emma, dix ans, habite avec ses parents et son chat dans un immeuble ancien qui renferme un jardin secret. Son souhait le plus cher est

Plus en détail

DIEU : CET INCONNU. «29 Terre, terre, terre, écoute la Parole de l Éternel.» (Jérémie 22, 29)

DIEU : CET INCONNU. «29 Terre, terre, terre, écoute la Parole de l Éternel.» (Jérémie 22, 29) DIEU : CET INCONNU Il y a dix-neuf siècles, l apôtre Paul, en parcourant la vielle d Athènes découvrit un autel qui portait une inscription étrange : «23 À un Dieu inconnu!» (Actes 17, 23) De crainte d

Plus en détail

Pourquoi enseigner le fait religieux à l école?

Pourquoi enseigner le fait religieux à l école? L ART AU MOYEN AGE LE FAIT RELIGIEUX BRIGITTE MORAND IUFM DE MONTPELLIER Pourquoi enseigner le fait religieux à l école? Il était une fois la mosquée de Cordoue, le codex de l apocalypse, la Sainte Chapelle,

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Villes et Pays d Art et d Histoire. raconte-moi. La cathédrale Notre - Dame de Strasbourg. Livret découverte 7 > 10 ans

Villes et Pays d Art et d Histoire. raconte-moi. La cathédrale Notre - Dame de Strasbourg. Livret découverte 7 > 10 ans Villes et Pays d Art et d Histoire raconte-moi La cathédrale Notre - Dame de Strasbourg Livret découverte 7 > 10 ans Bonjour! Nous te proposons de partir à la découverte de la cathédrale Notre-Dame de

Plus en détail

La doctrine de la mise en œuvre de la rédemption

La doctrine de la mise en œuvre de la rédemption La doctrine de la mise en œuvre de la rédemption La doctrine de la mise en œuvre de la rédemption...1 Leçon 8 : L adoption (membre de la famille de Dieu)...2 Introduction...2 A. Les bases bibliques de

Plus en détail

SOMMAIRE. Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives RUSTIQUE BULLÉE 04 ABBAYE 12 PIERRE DU LOT 10 COLLÉGIALE 16

SOMMAIRE. Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives RUSTIQUE BULLÉE 04 ABBAYE 12 PIERRE DU LOT 10 COLLÉGIALE 16 2011 Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives De l atmosphère restituée des anciennes bâtisses à l esprit de modernité des maisons contemporaines, les dallages et margelles PIERRA signent

Plus en détail

La mécanique sous le capot

La mécanique sous le capot La mécanique sous le capot L ergonomie Comment éviter et diminuer les TMS aux membres supérieurs Pourquoi vos articulations vous font-elles souffrir? De nombreux travailleurs souffrent de troubles musculo-squelettiques

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 MON VISAGE A LA MANIERE DE JEAN DUBUFFET OBJECTIFS - utiliser son expérience sensorielle visuelle pour produire une œuvre picturale. - réaliser une œuvre s'inspirant

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? 1 Pourquoi Dieu permet-il le mal? Brève initiation au problème du mal MASSON Alexis Philosophie de la Religion www.epistheo.com 2 Première Partie UN SERIEUX PROBLEME 3 1

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

Étudier l histoire des arts

Étudier l histoire des arts Étudier l histoire des arts Une option de détermination en seconde Puis soit une option de spécialité en filière littéraire Soit une option facultative dans toutes les autres filières. Au lycée Fulbert

Plus en détail

Partager? En parler avec les enfants de 6-11 ans

Partager? En parler avec les enfants de 6-11 ans Ecole du dimanche Partager? En parler avec les enfants de 6-11 ans Jeunes Ateliers-débat Réflexions bibliques Culte Témoignages Actions pour tous L objectif de cette séance est de montrer aux enfants que

Plus en détail

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915)

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) COMMUNIQUE DE PRESSE avril 2015 L exposition de l été 2015 du musée du Faouët : Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) Matin de pardon en Bretagne, vers 1913. Huile sur toile. Collection picturale, Ville

Plus en détail

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Chers fidèles du Christ, Chers séminaristes, La fête de Sainte Thérèse de l Enfant Jésus, patronne de votre séminaire, permet chaque

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants).

Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants). Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants). J utilise avec les élèves le manuel CE2 Histoire Géographie édité par Les ateliers Hachette (j adore cette collection). Les illustrations ci

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume.

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume. Après le repas, nous sommes allés visiter le musée de Bayeux. Quand nous sommes rentrés, les personnes du musée nous ont donné des audio guides. Pour pouvoir profiter de l histoire sans être entassés devant

Plus en détail

Chante le matin. Chansonnier p. 33

Chante le matin. Chansonnier p. 33 de Yves Duteil Chante le matin Chante le matin qui vient te réveiller, Chante le soleil qui vient te réchauffer, Chante le ruisseau dans le creux du rocher, Le cri de l oiseau dans le ciel l été. La, la,

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

Les arc-boutant Un peu de vocabulaire

Les arc-boutant Un peu de vocabulaire La cathédrale d Amiens Classée au patrimoine mondial de l'unesco depuis 1981, la cathédrale gothique d'amiens s'élève en plein centre de la ville. Sa flèche s'élève à 112 mètres du sol. Pour une longueur

Plus en détail