limone 1/87e EXPOSITION EXPOSITION 15/02/2014 > 01/06/2014 GUY dossier documentaire et pédagogique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "limone 1/87e EXPOSITION EXPOSITION 15/02/2014 > 01/06/2014 GUY dossier documentaire et pédagogique"

Transcription

1 limone GUY EXPOSITION dossier documentaire et pédagogique C e n t r e d e C r é a t i o n C o n t e m p o r a i n e Exposition ouverte du mercredi au dimanche, de 14h à 18h / Entrée libre. 55 rue Marcel Tribut TOURS T / F / site :

2 Sommaire > Présentation de l exposition page 1 > Présentation de l artiste pages 2-3 > Thèmes et angles d approche pages 4-7 > La visite au CCC page 8 > Pour aller plus loin pages 9-12 > Regards croisés pages > Lexique & bibliographie pages informations pratiques accueil des groupes VISITES COMMENTÉES SUR RENDEZ-VOUS DU MARDI AU VENDREDI (gratuit) Il est recommandé de prendre contact par , pour adapter au mieux les actions (visites, activités) à votre projet pédagogique : PROGRAMME ÉCOLES ET COLLÈGES RURAUX AU CCC Nous pouvons prendre en charge les trajets des établissements scolaires d Indre-et-Loire situés en milieu rural à partir du 2ème voyage vers le CCC. (renseignements sur demande) PARCOURS IMAGES ET ARTS VISUELS À TOURS Nous proposons des actions de sensibilisation (visites actives, parcours croisés, projets de classe...) à l histoire de la photographie et aux arts visuels à partir des expositions du CCC et du Jeu de Paume hors les murs au Château de Tours. RENCONTRES PROFESSIONNELLES rencontre enseignants La Direction des Services Départementaux de l Education Nationale d Indre-et Loire et le CCC invitent les enseignants à découvrir de manière privilégiée l exposition. mercredi 19 février à 10h30 et à 14h30 (réservation auprès de l IA 37) petit déjeuner Cultures du coeur Un temps de rencontre et d échange est réservé à tous les professionnels et bénévoles des relais Cultures du Coeur. vendredi 28 mars à 10h (réservation auprès de Cultures du Coeur) autour de l exposition Visites commentées - chaque premier samedi du mois à 16h30 Des étudiants de Master d Histoire de l art de l Université de Tours vous accompagnent dans la découverte des expositions du CCC. Possibilité de visite couplée avec l exposition du Jeu de Paume au Château de Tours, à 15h. Réalisation & conception du dossier : service des Publics et de la Diffusion régionale du CCC, en collaboration avec la Direction des Services Départementaux de l Education Nationale d Indre-et-Loire. centre de création contemporaine Exposition ouverte du mercredi au dimanche, de 14h à 18h / Entrée libre. 55 rue Marcel Tribut TOURS T / F / site : visite privée en compagnie de Guy Limone dans son exposition. samedi 29 mars à 16h (sur réservation, L ATELIER GUY LIMONE L artiste installe son studio photo dans l exposition et invite les visiteurs à participer à sa Collection d images. POUR LES 6-12 ANS : les samedis 22/02-12/04-10/05 à 15h POUR LES ANS : les samedis 08/03-26/04-24/05 à 15h (sur réservation, nuit européenne des musées - la nuit jaune Guy Limone créera l objet coloré offert aux visiteurs noctambules. samedi 17 mai de 19h à minuit

3 DOSSIER DOCUMENTAIRE > présentation de l exposition La série des Statistiques Les Statistiques sont apparues dans l œuvre de Guy Limone en 1987, peu de temps après sa sortie de l Ecole des Beaux-arts. L artiste commence alors à utiliser des petites figurines à l échelle qu il repeint et colle une à une sur les murs. Il compose des foules minuscules, monochromes ou multicolores, dessinant des formes circulaires au seuil de la visibilité. Chaque œuvre de la série s appuie sur un énoncé statistique trouvé dans la presse et qui lui donne son titre : Seul 1% des français rêve de devenir premier ministre, (1987), Seuls 14% des français seraient partisans d une société sans hiérarchie et sans chef, (1988), etc. A l origine installées sur murs blancs, les petites taches colorées des figurines ont progressivement intégré dans leur composition chromatique les murs leur servant de fond, eux-mêmes peints en couleur depuis Guy Limone, 59 % des français sont partagés entre l attrait d un monde meilleur promis par la science et la méfiance vis à vis des dérives d une recherche qui échapperait à leur contrôle, 2006 (détail) 350 éléments (échelle ) en plastique peint. Courtesy Galerie Perrotin. Photo : Claire Dorn. Guy Limone, En 2005, dans le département de la Manche (France), 765 personnes ont bénéficié d une action d insertion professionnelle / Place Jamaa El Fna, Marrakech, Maroc, 2005 (détail) Quatre tubes fluorescents, photo sur film transparent. Courtesy Galerie Perrotin. Le CCC consacre une exposition personnelle à Guy Limone. Actif depuis la fin des années 80 sur la scène française et internationale, l artiste présente sa série des Statistiques qu il développe depuis près de vingt-cinq ans. Toujours en cours d élaboration, cette série qui l a fait connaitre constitue le socle de sa recherche, l oeuvre fondatrice de toute la suite de son travail. Souvent abordées pour la relation singulière et ludique qu elles entretiennent avec le nombre et l énumération, les Statistiques de Guy Limone sont également traversées par la question de la couleur, l une des grandes préoccupations de l artiste. L exposition au CCC réunit un ensemble conséquent d une dizaine de Statistiques, de 1987 à aujourd hui, renforcées par plusieurs oeuvres lumineuses de la série des Tubes Fluorescents. Elle met en valeur la grande diversité et finesse de ces jeux colorés qui parcourent depuis toujours l oeuvre de Guy Limone. La série des Tubes fluo Ce travail de coloriste est renforcé par quelques œuvres lumineuses de la série des Tubes Fluorescents, développée à partir de Des photographies prises par l artiste, accumulées par centaines et classées par couleur, sont imprimées sur films transparents et assemblées sur des tubes fluo. A travers leur lumière, les images sont perçues comme des taches de couleurs qui, lorsque l on s approche, se révèlent être associées à des paysages, des villes que Guy Limone a parcourus. Elles révèlent surtout des gens saisis en mouvement dans l ordinaire du quotidien. En écho à la série des Statistiques, Guy Limone réduit par l image la taille des personnes, qui se retrouvent à la même échelle que les figurines. Il met sur le même plan des gens qui fréquentent le même lieu mais qui ne se rencontrent pas pour autant. A mesure que la série se développe, la statistique refait son apparition dans les titres pour compter le monde et rendre visible les individus noyés dans la foule. page 1

4 DOSSIER DOCUMENTAIRE > présentation de l artiste Guy Limone est né en Il vit et travaille à Paris. Le Secrétaire Général de l ONU Ban Ki-Moon a annoncé un plan ambitieux dont l objectif est d éradiquer le paludisme en Afrique en moins de 1000 jours, 2008/ éléments en plastique peint (échelle ), sur un fil cm de haut Courtesy Galerie Perrotin La couleur est ma règle de base se plaît à dire Guy Limone. Si elle est aussi essentielle à son travail c est sans doute que l artiste se considère avant tout comme un peintre. Un peintre qui toutefois n utilise pas les moyens habituels de la peinture, mais l aborde de manière détournée. Ses matériaux sont de minuscules figurines, des collections d images du quotidien ou encore des tubes fluo remplies de petites photographies. Autant d éléments divers qui se donnent à voir par centaines ou par milliers, dans le nombre et la démultiplication. 67% des français n ont pas franchi le sueil d un musée au cours des douze derniers mois, figurines (échelle ), 5 baguettes en aluminum 5 x 500 x 5 cm - Courtesy Galerie Perrotin. Guy Limone collecte, classe et réagence cette matière visuelle prolifique selon un mode abstrait et minimaliste, comme pour remettre ordre et clarté dans la complexité et le chaos du monde. Procédant par séries qu il développe en parallèle, l artiste opère de façon méthodique et ludique, se donnant différentes règles du jeu dans lesquelles la couleur joue souvent un rôle de premier ordre. Guy Limone est représenté par la galerie Perrotin. Marseille Jaune, 2006 Deux tubes fluorescents, photos sur film transparent 5 x 120 cm - Courtesy Galerie Perrotin. page 2

5 DOSSIER DOCUMENTAIRE > présentation de l artiste 2031, figurines (échelle ) peintes à la main 74 x 175 cm Courtesy Galerie Perrotin. Collection jaune, rouge et bleue, 1995/ images, 500 cadres en verre, aluminium, 200 x 200 cm Courtesy Galerie Perrotin. Peinture d images (ocre - bleu foncé, noir au bord - blanc au centre), Collage sur toile, 143 x 143 cm Courtesy Galerie Perrotin. Expositions personnelles - Politique du nombre, L Angle, La Roche-Sur- Foron, Permanent Installation Yellow, Orange, Ochre and Black Tapestry, Louis Vuitton Store Munich, Foules qui tiennent, Chapelle du Carmel, Chaâlon-sur-Saône, Espace public, Galerie Perrotin, Paris, Kaos, Rebecca Camhi Gallery, Athènes, Zrek dial hna, Galerie FJ, Casablanca, Loune dial hna, Galerie FJ, Casablanca, Arte Contemporaneo GACMA, Malaga, Entre nous, Association Château de Servières, Marseille, ça tourne!, Galerie Perrotin, Paris, Gallery Min Min, Tokyo, Japon, Galerie Perrotin, Miami, Images de soi, Espace Babel Oueb, une collaboration avec le FRAC PACA, Marseille Ligne de mire, Carrie Secrist Gallery, Chicago, Carrie Secrist Gallery, Chicago, Gallery Min Min, Tokyo, Japon, LIMONE, espace Paul Ricard, Paris, Le monde est rose, Espace 150 x 295 cm, Martil, Maroc, , Michael Kohn Gallery, Los Angeles, Guy Limone, Olivier Causseron, Galerie Athanor, Marseille, J ai une installation dans la tête, FRAC PACA, Mormoiron, Vaucluse, Galerie du Tableau, Marseille, Bibliothèque Berheim, Nouméa, Nouvelle- Calédonie, Galerie Guy Bärtschi, Genève, Je compte sur vous, Galerie Perrotin, Paris, Min Min Gallery, Tokyo, Japon, Seul(s) au monde, F.R.A.C Alsace, Michael Kohn Gallery, Los-Angeles, En otro lugar, Galeria OMR, Mexico City, Ailleurs, MIRE, Genève, Ailleurs, Institut Français, Fès, Moroc, Galerie Perrotin, Paris, Kohn Turner Gallery, Los Angeles, Jacky, Centre d art Contemporain de Castres, , Galerie Perrotin, Paris, images bleues, Arteppes, Annecy, Galerie Rebecca Camhi, Athènes, inhabitants/km2, Galerie Nicole Klagsbrun, New York, fois la France, Galerie Perrotin, Paris, En l an 2000, 9 êtres humains sur 1000 seront français, Galerie Perrotin, Paris, habitants/km2, Galerie Perrotin, Paris, expositions de groupe (sélection) - Exposition d été des artistes en résidence, Institut Bernard Magrez, Bordeaux, Sous influences, arts plastiques et psychotropes, Maison Rouge, Paris, Minimal, Hà Gamle Prestegard, Naerbo, Danemarque, Plaisir de France, Museum of Modern Art, Baku (Azerbaidjan) & travelling to Fine Arts Museum, Almaty (Kazakhstan), De leur temps (2), Musée d art contemporain, Grenoble, Through the looking glass, New House Center for Contemporary Art Staten Island, New York, French connection 1, The painting Center, New York, M. Cattelan, R. Ganhal, G. Limone..., Galerie Massimo de Carlo, Milan, page 3

6 DOSSIER DOCUMENTAIRE > thèmes et angles d approche Pour accompagner votre découverte de l oeuvre de Guy Limone au CCC, voici des indications plus précises sur quelques thèmes pour préparer ou prolonger sa visite. histoire de peinture, histoire de figure Ce sont des petites figurines pour les maquettes de train à l origine, qui servent beaucoup pour les architectes car elles ont une échelle précise (). Quand j ai découvert cette matière, j étais en pleine interrogation sur comment faire de l art figuratif quand on est comme moi amateur de minimalisme. (Entretien avec Guy Limone, site Documents d artistes) Un artiste peut-il être considéré comme un peintre s il n utilise pas la toile et le pinceau? La peinture se définit-elle uniquement comme abstraite ou figurative? Quel regard Guy Limone porte-t-il sur la peinture : la couleur, la forme, le format, l espace de l oeuvre et l histoire de l art? Les oeuvres de l exposition relèvent-elles de la peinture ou de la sculpture? Comment s inscrivent-elles dans l espace des différentes salles? Extraits, Guy Limone par Françoise Gaillard, in Guy Limone AMONGST, éd. Perrotin, Ces petits personnages fascinants par leur réalisme, la précision des détails, et leur diversité sociale, il les peint à la main, puis les aligne sur des baguettes de métal; les colle sur des surfaces diverses; les accroche à des fils pendus au plafond pour en faire des sculptures aériennes. Avec ces figurines dont il dispose comme de taches de couleur, Guy Limone a trouvé sa façon de concilier le minimalisme, dont il aime à se réclamer et la figuration à laquelle il n a jamais voulu renoncer. Comme pour faire un clin d oeil aux cercles de Richard Long, les a-t-il disposées en rond sur les murs pour former une circonférence de 175 cm de diamètre (juste sa taille se plaît-il à dire avec malice), puis il les a fait entrer à l intérieur de cette surface nue pour y produire des vibrations de couleurs et de matières. Extraits, entretien avec Guy Limone par Loïc H. Rechi, L art en zestes Guy Limone, in Snatch, mai-juin Et puis un jour en 1985, l année de mon diplôme, je suis passé devant un magasin de maquettes de trains. J ai vu ces petites figurines à l échelle. Ça a été le coup de foudre! Avec ces figurines, on quittait le jouet et on revenait dans la sculpture. Mais tout mon travail tourne autour de la peinture sans jamais en être concrètement. Il faut voir les figurines comme le support d un peintre, parce que je les peins moi-même. J ai passé des années à peindre des figurines, soit de façon monochrome, soit avec tous les petits détails(...). Ce qui m intéressait, c était de les transformer par la peinture et de jouer avec des codes couleurs, de m amuser à faire tous les détails, pour raconter quelque chose qui ait un rapport avec le titre de la pièce. Au début je plaçais une figurine dans une structure en bois ou en métal, puis j ai fini par ne garder que les figurines en nombre, en foule. Extraits, Entretien avec Guy Limone, site Documents d artistes, Je continue toujours à me qualifier en tant que peintre parce que je trouve navrant que beaucoup de gens refusent le statut de peintre s ils n utilisent pas la toile et le pinceau. (...) Je me rends compte que j ai du peindre dans ma vie trois ou quatre tableaux quand j avais 18, 21 ans. Pourquoi j ai refusé, quasiment depuis le début de peindre sur la toile? Il me semble, pour être un peu général en histoire de l art, que d abord l histoire de la peinture ne se définit pas par la toile. On sait qu une bonne partie de l humanité a existé avant la Renaissance, même avant le Moyen-Âge, et qu on peignait sur quoi? sur les grottes, sur les murs, sur des cailloux, sur le bois... Alors pourquoi ce refus de la peinture, si elle n est pas sur toile? (...) Moi, ce qui m a fasciné quand j étais aux Beaux-arts, c est tous les artistes qui avaient complètement destructuré le tableau jusqu à quasiment le détruire. Pas comme geste nihiliste, mais simplement parce qu on n est plus dans un rapport au monde qui est un mur, ce n est pas un mur sur lequel on va se heurter ou au contraire on va se poser devant et l admirer. On est dans une telle complexité d informations, de possibilités et de déplacements (...). Ce qui caractérise toutes mes oeuvres, c est qu elles sont faites dans ce refus de la surface. page 4

7 DOSSIER DOCUMENTAIRE > thèmes et angles d approche les codes couleurs de guy limone Maintenant les figurines, les images que j amasse, sont comparables aux matériaux que les peintres broyaient pour en faire des pigments. (Guy Limone, in Snatch, mai-juin 2013) Comment la couleur peut-elle rendre visible tout ce qui ne passe pas par les mots? Quelles sont les contraintes de couleur que se donne Guy Limone dans ses oeuvres? Dans la série des Statistiques, quels sont les rapports de couleur entre les fonds colorés et les figurines? Dans la série des Tubes Fluo, quels sont les rôles respectifs de la couleur et de la lumière? Extraits, entretien avec Guy Limone par Loïc H. Rechi, L art en zestes Guy Limone, in Snatch, mai-juin c est seulement aux Beaux-arts que je me suis rendu compte que j étais attiré par la couleur jaune. (...) J aime cette couleur et peut-être est-ce parce que je m appelle comme ça. J ai même réalisé une vidéo lors de mon exposition à la fondation d entreprise De la couleur avant toute chose ne cesse de nous dire Guy Limone. Guy Limone s est beaucoup expliqué sur son goût pour la couleur jaune. L utilisation de cette couleur peu usitée en art et mal aimée, comme en témoigne un sondage réalisé par lui-même, est une manière de provocation. Le jaune n est-il pas la couleur de Judas, des cocus et des briseurs de grèves? Même si Guy Limone ne déteste pas jouer les trublions, là n est pas la vraie raison de ce choix. Le jaune qui, pour lui est la couleur de l utopie, il l aime. Ricard. Je demandais aux gens, la plupart des créateurs, de raconter leur relation avec cette couleur. Le jaune est une couleur très difficile à vendre, en fait. Beaucoup de gens l aiment bien, mais de là à acheter une pièce où il y a du jaune, ce n est pas évident. Extraits, Guy Limone par Françoise Gaillard, in Guy Limone AMONGST, éd. Perrotin, Il l aime pour sa luminosité, pour sa radiance, pour la tonalité tout à la fois improbable et joyeuse qu elle donne aux choses. (...) Parler de tableaux à propos des oeuvres de Guy Limone peut paraître incongru, et pourtant rien ne l est moins. Car, même s il n utilise pas le pinceau, sauf pour peindre minutieusement les petites figurines qui sont comme sa signature, il se considère comme un peintre en raison de l importance qu il accorde à la couleur et de l usage qu il en fait. La couleur est ma règle de base se plait-il à dire quand on l interroge, et il ne déroge jamais à cette règle qu il s est fixée. D ailleurs ses oeuvres, comme celles des grands artistes auxquels il se réfère souvent, Matisse pour son audace de coloriste ou Ad Reinhardt pour son exploration radicale et pourtant sensible du monochromisme, sont autant d hommages rendus à la couleur. La série des Collections, celle des Tapisseries, les portraits de ville sur tubes fluo, et les Porteurs de couleurs le prouvent à l évidence. (...) Des photos prises par lui-même et numérisées, classées par couleur, comme le sont les images découpées des Collections, sont assemblées sur des tubes fluo pour produire un effet de chromatisme lumineux, auquel est associé un nom de ville, de lieu ou de pays. Couleur des îles Grecques : deux tubes de 120 cm de long qui diffusent une lumière d un bleu vert irréel. Car le propos n est pas de rendre la tonalité exacte des îles grecques. D ailleurs que serait-elle? Claude Monet dans sa série des cathédrales n at-il pas montré qu un paysage urbain changeait de tonalité et de coloris en fonction des heures de la journée, des saisons, de la luminosité du ciel? Peut-être. Mais aussi roses au lever du soleil ou orangées à son coucher. Guy Limone ne cherche pas la semblance mais l atmosphère affective. À ce moment-là de son voyage les îles grecques étaient pour lui bleues; d un bleu qui n a d ailleurs rien du bleu des clichés méditerranéens, comme était rouge Marrakech, sa ville de quasi adoption, et multicolore Miami. (...) La couleur s est toute l affaire de la pratique artistique de Guy Limone. Que ressent-il dans une ville? Une impression chromatique qu il traduit en fixant sur des tubes fluorescents des photographies imprimées sur des films transparents. De loin on ne perçoit qu un trait de couleur entouré d un étrange halo lumineux. De près on distingue des images. Des coins de paysages urbains, des encoignures de magasins, des fragments de murs peints, des bouts d enseigne, des traces d affiches et surtout des gens - des gens qui vaquent à leurs occupations, perçus comme des touches de couleurs mais qui forment cependant une foule vivante, pressée, grouillante qui fait écho à la série des Statistiques et des Densités. Robert Ryman auquel Guy Limone se réfère souvent, disait que la question n est pas sur quoi peindre, mais comment peindre. Cette question Guy Limone l a faite sienne y ajoutant cette autre qui en est le corollaire : comment rendre visible tout ce qui ne passe pas par le langage? page 5

8 DOSSIER DOCUMENTAIRE > thèmes et angles d approche le monde en réduction Ce qui fait qu on a une image hyperréaliste ou du moins réaliste, d une donnée mathématique qui elle-même est réaliste mais qui est très difficile à imaginer puisqu elle ne correspond à aucune image. (Entretien avec Guy Limone, site Documents d artistes) Comment les oeuvres de Guy Limone proposent-elles une image modélisée de la réalité? Comment l artiste montre que chaque figurine représente un individu et qu elle fait en même temps partie d un groupe social? Pour quelles raisons les oeuvres de Guy Limone sont-elles constituées d un très grand nombre de figurines et de photographies de gens? Quel regard l artiste pose-t-il sur notre monde contemporain? Extraits, entretien avec Guy Limone par Loïc H. Rechi, L art en zestes Guy Limone, in Snatch, mai-juin J accumule certes les éléments, et ça peut finir par devenir grand, mais mes pièces restent toujours fragiles, bricolées et exigent du spectateur comme du collectionneur de l attention. Je parle du monde mais je reste à une échelle qui est très humaine, je m adresse à l individu. J ai dû utiliser plus de cent mille figurines depuis le début de mon travail. Ce Extraits, Entretien avec Guy Limone, site Documents d artistes, Ce qui caractérise toutes mes oeuvres, c est qu elles sont faites dans ce refus de la surface. Elles sont faites de micro-éléments, de particules pourrait-on dire si on fait des liens avec la science physique, qui par leur accumulation refont une surface, une structure, refont un monde, mais ce monde est extrêmement fragmenté et il est toujours en mouvement. Par exemple, les petits personnages vont trouver une place nouvelle à chaque installation; c est la même chose pour les Collections : chaque image va trouver une place différente en fonction de la pièce. serait intéressant de mettre ce chiffre en rapport avec le nombre total de visiteurs de mes expositions. Notre système basé sur la starification de certains individus est dénoncé dans tout ce que je fais. Je parle de la foule, du collectif aux individus alors que le star système promeut des individus sélectionnés parmi la foule (...). C est ça qui fait l objet : une accumulation de petites choses, qui va nous mettre face à quelque chose qui, en général, est soit plus grand que nous, soit au moins aussi grand que nous. C est ce rapport là qui oblige évidemment un déplacement constant entre cet infiniment petit et la taille de l oeuvre qui n est pas infiniment grande mais qui par contraste devient géante. Cela fait qu en tant que spectateur, on est sans arrêt obligé de focaliser sur un détail ou de reculer pour voir l ensemble. Et aucune de ces deux situations n est satisfaisante. Extraits, Guy Limone par Françoise Gaillard, in Guy Limone AMONGST, éd. Perrotin, Le Jeu tel que le pratique Guy Limone, n empêche pas la réflexion sur l art. Bien au contraire, il lui donne de la profondeur en ouvrant le champ de sa perspective. C est aussi une manière pour l artiste d interroger le monde et de le marquer sa proximité avec lui. Car Guy Limone est tout autant concerné par l art que par un monde qui camoufle son désordre sous l empilement des chiffres. Ses oeuvres sont donc à lire dans tous les sens, esthétiques et humaniste, et avec tous les sens, celui de l humour comme celui du sérieux. (...) Telle est la force du gag visuel pratiqué par Guy Limone : faire tenir dans une même image tout à la fois le langage de l art et celui de la banalité du quotidien. Jeu de formes, jeu de mots, jeu d échelle. Extraits, Jean-Yves Jouannais, Guy Limone Ma galerie, in art press, n 179, (...) Les personnages de Guy Limone renvoient au non imaginaire du collectif, c est-à-dire l évidence creuse de ses vérités arithmétiques. La sociologie de l oeuvre d art que Bourdieu tente de définir, science exacte de la création, de ses moteurs comme de ses champs propres, trouve ici en un retournement chiasmatique des plus plaisants son application contraire : l oeuvre d art d une sociologie. La seule différence, hors l inversion de la perception, réside dans cette possibilité offerte, irrésistible, dans le cas des oeuvres de Guy Limone, d inventer de l histoire, d envisager de la fable et, passant, outre l inertie des figures, de fantasmer du vivant. page 6

9 DOSSIER DOCUMENTAIRE > thèmes et angles d approche Le nombre : énumération et statistiques Ce que j essaie de rendre, c est le vertige des images et des chiffres finalement. On peut travailler avec le nombre comme outil. C est ma manière de peindre. (Guy Limone, in Snatch, mai-juin 2013) En quoi le chiffre est-il une traduction ou une représentation de la réalité humaine? Quel regard portons-nous sur les instruments de mesures sociologiques devenus de véritables oracles modernes : statistique, densité, sondage? Collection, accumulation, liste... en quoi ces termes peuvent-ils s appliquer aux oeuvres de Guy Limone? Essayer d expliquer le titre de l exposition? Est-il uniquement une échelle de représentation? Extraits, entretien avec Guy Limone par Loïc H. Rechi, L art en zestes Guy Limone, in Snatch, mai-juin Très souvent, j aime mélanger dans la même oeuvre une info que je lis dans le journal et puis une référence venue de l art. Je découpais les pages des journaux quand je trouvais une information qui m intéressait. J ai aussi beaucoup acheté des encyclopédies sur l économie mondiale. Maintenant, je regarde sur Internet. Ce que je recherche, c est non seulement un chiffre qui me parle, mais aussi un chiffre qui peut me donner une idée de jeu avec les couleurs. (...) Dans les pages d un journal, d un magazine, il y a toujours un grand nombre de chiffres, de statistiques. Personne ne les mémorise. Mais quand j en choisis un qui deviendra le titre d une pièce, il devient obsessionnel, car je vais travailler dessus durant un mois. (...) Retrouver des chiffres dans une oeuvre, c est une manière de les arrêter, les fixer. Je ne veux pas devenir un outil pour un parti politique, je voudrais plutôt faire réfléchir sur l utilisation des chiffres. (...) Mon projet n est pas de réaliser des statistiques, mais de travailler à partir des chiffres tels qu ils sont diffusés, et de les sculpter. Extraits, Guy Limone par Françoise Gaillard, in Guy Limone AMONGST, éd. Perrotin, Pourquoi donner des titres? Pour identifier les différentes pièces tout en les situant chronologiquement dans la série, comme l on fait beaucoup d artistes minimalistes avant lui. Guy Limone a commencé sa série en 1987 par 1% des Français rêvent de devenir Premier minsitre. Puis 2%, puis 3%... Le pourcentage remplace le numéro sec et désaffecté, et avec elle s introduit l humour contre la tyrannie des sondages. Ceci n est pas une pipe inscrivait Magritte au bas d un tableau représentant précisément une pipe. Ceci n est pas 50% des Français de moins de 15 ans ne connaissent aucune langue étrangère. Par la suite, Guy Limone s est mis à établir un rapport précis entre les pourcentages auxquels les titres se rapportent et ce que l oeuvre donne à voir, qu il faut distinguer soigneusement de ce qu elle représente. (...) Guy Limone aime ces paradoxes, ces inversions, ces renversements de sens. À changement de règle, changement de manière. Les figurines sortent de leur cercle. Disposées en ligne ou attachées à un fil, elles forment dans l espace des sculptures horizontales ou verticales. Toujours fragiles, toujours précaires, comme les statistiques que la rotation de l information rend éphémères. (...) Avec la statistique ce que Guy Limone veut faire entrer dans son oeuvre, c est un monde où les chiffres se sont tellement substitués à la réalité, qu ils ont fini par nous la rendre indifférente. page 7

10 DOSSIER DOCUMENTAIRE > la visite au ccc la visite commentée Durée 1h15 1. Accueil (dans le hall). Présentation du CCC, du déroulement et des consignes de visite. Attention : la fragilité des oeuvres exige la plus grande attention des visiteurs qui, le temps de leur visite, auront la responsabilité d assurer la perrenité des milliers de figurines peuplant les oeuvres de Guy Limone. 2. Introduction à l exposition. Présentation de l artiste et de son exposition. > Sensibilisation à la démarche artistique de Guy Limone et à sa pratique picturale entre peinture et sculpture. > Interroger l exposition à partir de son titre et sensibiliser les visiteurs au projet de l exposition de l artiste au CCC. 3. Découverte de l exposition. > Sensibilisation à la pratique picturale de Guy Limone : outils, matériaux, supports, formes... > Exploration des préoccupations de l artiste à travers les oeuvres exposées : la couleur et le nombre. > Partager sa perception et sa compréhension de l oeuvre de Guy Limone : en tant que spectateur comment percevons-nous l échelle, les codes couleurs et les images de ses oeuvres? Quel regard l artiste porte-t-il sur le monde contemporain? 4. Des supports de visite adaptés au jeune public sont à disposition et accompagnent la découverte de l exposition de Guy Limone. 5. Regroupement Echange sur le ressenti de chacun par rapport à l expostion et synthèse sur la pratique artistique de Guy Limone. quelques mots-clés pour découvrir l exposition / peinture / sculpture / couleur / murs / espace / perception / échelle / ordre et désordre / asbtrait / minimaliste / réaliste / chiffre / infini / statistiques / figurines / lumière / tubes fluorescents / individus / foule / forme / image / photographie / collaboration / studio photo / l atelier guy limone Guy Limone installe son studio photo et invite les visiteurs à participer à ses Collections d images. Face à l objectif, chacun peut se mettre en scène dans une action du quotidien. En petit format, les images réduisent la taille des visiteurs à l échelle des figurines de l artiste. Collectionnées en nombre, les images reflètent la diversité des individus tout en préservant leur anonymat au sein d un groupe, celui des visiteurs de l exposition. A la fin de l exposition, l ensemble des photographies sera remis à Guy Limone qui pourra les utiliser comme matière d une nouvelle création. Photographies prises dans L atelier Guy Limone, Planche 1-14 février POUR LES GROUPES A la fin de la visite de l exposition, le studio photo peut être ouvert aux groupes (durée 30 min). Le préciser lors de la réservation de la visite commentée. POUR LES 6-12 ANS LES SAMEDIS 22/02 12/04 10/05 à 15h (sur réservation : POUR LES ANS LES SAMEDIS 08/03 26/04 24/05 à 15h (sur réservation : LE STUDIO PHOTO SERA EXCEPTIONNELLEMENT OUVERT À TOUS VENDREDI 14/02 de 18h30 à 19h30 pour le vernissage de l exposition SAMEDI 17/05 de 19h à 00h pour la Nuit européenne des musées DIMANCHE 23/03 de 15h à 17h pour le week-end Musées Télérama page 8

11 DOSSIER DOCUMENTAIRE > pour aller plus loin pistes d activités l atelier guy limone : un monde en réduction Pour prolonger la découverte de l exposition, des pistes d activités plastiques à développer en classe à partir des photographies prises pendant L atelier Guy Limone, ont été conçues par Anne Paty (Professeur missionnée de l Académie d Orléans-Tours), et Anne Champigny (Conseillère pédagogique pour les arts visuels à la Direction des Services Départementaux de l Education Nationale d Indre-et-Loire). Après avoir pris la pose dans le studio photo installé dans l exposition de Guy Limone, il est proposé aux participants de s approprier le travail de l artiste. Ils sont invités à réaliser une création collective avec comme matière les tirages en petit format des photographies du studio photo. À travers leur création, ils partageront leurs regards sur l œuvre et l exposition de l artiste. > Se donner préalablement des règles de réalisation... la création artistique se nourrit très souvent de contraintes! Cela peut être l occasion pour les élèves d expérimenter les règles du jeu de Guy Limone, à savoir la couleur et le nombre. > Se mettre d accord, collectivement, sur un titre. Celui-ci peut être choisi dans la presse, sur internet... et peut avoir un rapport avec le nombre. > Choisir les planches d images qui semblent les plus appropriées par rapport au titre choisi. Les images peuvent être choisies par rapport à une couleur portée par les personnes, une action qu ils miment ou encore pour la diversité de leurs poses... 4/ Fabriquer des figurines à partir des images choisies. > Déterminer une forme, une taille et une catégorie (2D ou 3D) pour la réalisation ainsi que son futur mode de présentation (cimaise, suspension, socle...). > Déterminer les couleurs des figurines, du fond, de la cimaise ou de l espace. > Définir un mode de composition ou de disposition des figurines. > A la fin de la réalisation, confronter celle-ci avec le titre initialement prévu et s il s avère trop redondant, chercher un autre titre, plus décalé. > Pour finir : prendre une ou plusieurs photographies de la création collective et adresser la meilleure (ou plusieurs) au CCC, avec les coordonnées de l établissement, du professeur et de la classe. des actions de sensibilisation aux images et aux arts visuels Pour explorer des thématiques communes à différents projets artistiques, le CCC vous invite à associer la visite de l exposition de Guy Limone à une visite de l exposition du Jeu de Paume hors les murs au Château de Tours et de participer à une action éducative. L EXPOSITION DU JEU DE PAUME HORS LES MURS au château de Tours VIVIAN MAIER ( ) UNE PHOTOGRAPHE RÉVÉLÉE > Du 9 novembre 2013 au 1er juin 2014 Lieu de référence pour la diffusion de l image contemporaine sous toutes ses formes, le Jeu de Paume s est associé depuis 2010 à la Ville de Tours pour présenter au Château des expositions de photographies à caractère patrimonial. Le talent de Vivian Maier ( ) est à rapprocher des figures majeures de la Street Photography américaine. Cette autodidacte, qui gagna sa vie en tant que gouvernante, consacra son temps libre à arpenter et à photographier les rues de New York puis de Chicago. Personnalité discrète et solitaire, elle a réalisé en trente ans plus de prises de vue qu elle n a montré à personne, ou presque, de son vivant. Ces photographies - datant essentiellement des années 1950 et donnent à voir la ville moderne, le quotidien de la classe moyenne américaine comme la diversité des citadins, mais aussi les compositions de formes, les contrastes de lumières et les mouvements du regard. Plus d informations : parcours images et arts visuels à tours Les visites commentées des expositions du Jeu de Paume au Château de Tours sont assurées par des étudiants en Master d Histoire de l art dans le cadre de la formation à la médiation initiée depuis 2010 par un partenariat entre le CCC, le Jeu de Paume, l Université François Rabelais et la Ville de Tours, en lien avec l Inspection académique d Indre-et-Loire. un nouveau centre d art à tours Le CCC et le Jeu de Paume hors les murs, en partenariat avec la Direction académique d Indre-et-Loire, proposent aux classes des établissements scolaires de Tours et du département d expérimenter leurs regards sur les oeuvres de leur époque et de s approprier des lieux dédiés à la création visuelle. Avant que les élèves ne découvrent en 2015 le nouveau centre d art de Tours, ils sont invités à imaginer ce nouveau lieu. Une proposition pédagogique ouverte à adapter en fonction de vos projets de classe vous est proprosée. La proposition se déroule en trois temps sur l année scolaire 2013/2014 : > Une sensibilisation à la photographie et à l art contemporain au contact des oeuvres par la visite régulière des espaces d expositions du Jeu de Paume hors les murs et du CCC. > La découverte en avant-première du projet architectural du nouveau centre d art de Tours. > Une invitation en direction des élèves pour leur permettre d exprimer leurs idées sur ce qu ils aimeraient trouver dans ce nouveau lieu et sur ce qui changera dans leur ville avec la construction de ce nouveau bâtiment. Cette action de sensibilisation aux arts visuels a été proposée dans le cadre des actions éducatives de la thématique annuelle de la Ville de Tours. Pour plus d informations, prendre contact avec le service des Publics du CCC. page 9

12 DOSSIER DOCUMENTAIRE > POUR ALLER PLUS LOIN L exposition offre la possibilité d explorer l oeuvre de Guy Limone en regard du développement de la pratique picturale dans l histoire de l art. La documentation et les références proposées, ont été choisies en collaboration avec Anne Paty (Professeur missionnée de l académie d Orléans-Tours), et Anne Champigny (Conseillère pédagogique pour les arts visuels à la direction des Services départementaux de l Education Nationale d Indre-et-Loire). DES références ARTISTIQUES en lien avec l oeuvre de GUY LIMONE (entre autres) Des ARTISTES coloristes eugène delacroix, La Mort de Sardanapale, 1827 Grand coloriste français de la période romantique, Eugène Delacroix ( ) s est inspiré des règles mathématiques de la couleur de Chevreul (1839) fondées sur le constraste complémentaire des couleurs. Considéré comme Le Manifeste de la Peinture Romantique, ce tableau exprime à la fois l intérêt pour la représentation des passions humaines et pour l orient. Sa conception et sa composition s appuient sur la primauté de la couleur, de la lumière, du geste, et non sur le dessin. TONY GRAGG, palette, 1985 Influencé par le minimalisme et l Arte Povera, le sculpteur britannique Tony Gragg (1949) utilise les techniques rudimentaires de création de formes à partir d objets quotidiens qu il collecte. Posées à même le sol ou accrochées au mur, ses grandes compositions colorées démontrent l influence toute picturale de l artiste : l objet devient un point coloré parmi d autres dans des compositions en dégragé de couleurs. Ad Reinhardt, Ultimate Painting, 1960 Peintre abstrait reconnu comme le pionnier du Minimalisme américain, Ad Reinhardt ( ) peint à partir de 1960 et jusqu à sa mort, les Ultimate paintings : des toiles de même format, presque entièrement noires avec au centre un motif de croix à peine discernable. Avec cette série de monochromes, l artiste propose d expérimenter les limites de la visibilité au-delà desquelles l oeuvre n existe plus. La Mort de Sardanapale, 1827 Huile sur toile, 3,92 x 4,96 m, Musée du Louvre, Paris. Palette, x 178 cm, objets divers disposés en palette au mur Ultimate Painting n 6, 1960 Huile sur toile, 153 x 153 cm page 10

13 DOSSIER DOCUMENTAIRE > POUR ALLER PLUS LOIN DES peintres AUX MOYENS NON TRADITIONNELS chuck close, Self-portrait, 1997 Peintre et photographe représentant de l hyperréalisme, l américain Chuck Close (1940), a orienté sa pratique vers la réalisation de portraits aux couleurs vives, et à une grande échelle. Vues à distance, ses images sont dotées d une grande fidélité photographique, mais de près elles ne laissent voir qu une multitude de taches colorées abstraites, de sorte que les surfaces apparaissent comme des sortes d écrans pixelisés. ron mueck, Couple Under An Umbrella, 2013 Les sculptures hyperréalistes de Ron Muek (1958) créent une humanité inquiétante et fascinante : ces êtres de résine peinte jouent sur des changements d échelle surprenants et demeurent aussi éloignés du naturalisme académique que du pop art ou de l hyperréalisme. Loin de donner à voir une simple copie de la réalité, cet hyperréalisme soulève des questions sur l humain et son environnement. dan flavin, untitled, 1971 A partir de 1963, Dan Flavin ( ) est l un des premiers artistes américains à réaliser des pièces uniquement à base de néons qu il assemble au sein d installations. En explorant les variations que permettent le nombre, la couleur, les dimensions des tubes et leur disposition, Dan Flavin travaille sur la perception de l espace. Ainsi, cette oeuvre lumineuse doit être disposée en coin, pour adoucir ou accentuer les lignes architecturales, c est-àdire modifier les caractéristiques d un espace défini. Self-portrait, 1997 Peinture à l huile, x cm. Couple Under An Umbrella, Fondation Cartier pour l art contemporain, Paris. Untitled (To Donna 5a), tubes fluorescents (jaune, bleu, rose) et structure de métal peint 245 x 245 x 139 cm, Centre Pompidou, Paris. page 11

14 DOSSIER DOCUMENTAIRE > POUR ALLER PLUS LOIN LES MATHÉMATIQUES DE L ART léonard de vinci, l homme de vitruve, 1492 Avec ce dessin, Léonard de Vinci ( ) corrigeait l enseignement antique des proportions du corps humain de Vitruve (vers -70 à 25), seules proportions idéales conservées de l Antiquité. Architecte et ingénieur de l époque romaine, Vitruve avait conclu qu un homme aux bras et jambes écartés, pouvait être inscrit au même titre dans les figures géométriques parfaites du cercle et du carré. françois morellet, ROCOCO, Figure emblématique de l abstraction géométrique, François Morellet (1926) opte pour une surface traitée géométriquement avec des compositions de lignes, de triangles ou de carrés. rococo est une série d installations urbaines réalisées selon le précepte mathématique = 3, Chaque décimale du nombre est traduite en un angle en degrés. Pour chaque segment droit, un segment courbe en néon lui correspond. roman opalka, détails, En 1965, Roman Opalka ( ) entame un travail qui devient son projet de vie, se confondant avec le cours de sa propre existence. L artiste explique son concept : Je compte de manière continue de 1 à l infini sur des toiles de même dimension, à la main, au pinceau, en blanc, sur un fond recevant à chaque fois 1% de blanc supplémentaire. Arrivera donc le moment où je compterai en blanc sur blanc. A chaque détail, il enregistre sa voix comptant chaque nombre peint, et photographie son visage après chaque séance de peinture. L homme de Vitruve, aux alentours de 1492 dessin à la plume, encre et lavis. rococo-néon, 1999, 20 éléments (de 1 à 20), siège administratif de la SNCF à Tours. Photo R. Vinet. OPALKA 1965/1 - Acrylique sur toile, 196 x 135 cm. page 12

15 regards croisés CCC / Jeu de paume hors les murs / musée des beaux-arts de tours en partenariat avec les Services Départementaux de l Education Nationale d Indre-et-Loire Un parcours en trois oeuvres et trois sites culturels à Tours est proposé aux classes : une photographie de l exposition de Vivian Maier au Château de Tours, une oeuvre de l exposition de Guy Limone au CCC, une peinture de Eugène Delacroix des collections permanentes du Musée des Beaux-arts de la ville. Ces regards croisés sont proposés en lien avec les programmes d enseignement des arts visuels et de l histoire des arts et ont été conçus en partenariat avec le service éducatif du Jeu de Paume, et les professeurs missionnées de l Académie d Orléans-Tours : Anne Paty et Anne Lariven. Eugène Delacroix Comédiens et bouffons arabes, Huile sur toile ; 0,96m x 1,03m Musée des Beaux-arts de Tours Eugène delacroix, Musée des Beaux-arts de Tours Collections permanentes Vivian maier ( ), une photographe révélée Jeu de Paume hors les murs au Château de Tours exposition du au , CCC - Tours exposition du au Accumulation et collection Comédiens ou bouffons arabes est une œuvre achevée seize ans après le retour d Orient de Delacroix. Elle est une synthèse de scènes observées par le peintre lors de ses voyages et des personnages représentés dans ses nombreux croquis. L ailleurs et l autre L Orient représente une nouvelle source d inspiration pour les peintres du XIXème siècle car il leur offre un grand dépaysement. Par cette frise de personnages arabes et juifs que l on distingue par la variété de leurs vêtements, Delacroix offre une vision distanciée par le souvenir. La composition de l œuvre crée une circulation des regards : l œil parcourt les personnages et il peut s échapper en suivant les silhouettes qui s éloignent. Le spectateur est mis à distance par le tas de vêtements figurant au premier plan et par la fermeture du groupe sur lui-même marquée par les deux personnages de trois-quarts dos au premier plan. Couleurs et lumière Les couleurs et la lumière fascinent les peintres, et leurs œuvres bien souvent montrent un Orient fantasmé. Le paysage verdoyant avec des nuées sombres de Delacroix ne correspond cependant pas aux clichés orientalistes attendus par le public occidental. Delacroix veut rendre compte des souvenirs qui seul[s] méritent d être conservé[s] dans la mémoire au détriment de l anecdote. Ce qui frappe dans cette toile est l emploi de couleurs contrastées, les silhouettes rouges tranchent sur le vert du paysage et les contrastes sont marqués par les noirs et les blancs des costumes et les gris et jaunes du ciel. page 13

16 regards croisés CCC / Jeu de paume hors les murs / musée des beaux-arts de tours en partenariat avec les Services Départementaux de l Education Nationale d Indre-et-Loire Vivian Maier, Sans titre, Chicago Illinois, août 1976 Vivian Maier/Maloof Collection, courtesy Howard Greenberg Gallery, New York., En 2005, dans le département de la Manche (france), 765 personnes ont bénéficié d une action professionnelle / place Jemaa el-fna, Marrakech, Maroc, Courtesy Galerie Perrotin, Paris Vue de l exposition au CCC. Photo : François Fernandez. Accumulation et collection La photographie apparaît chez Vivian Maier comme une nécessité, voire une véritable obsession : se sont accumulées dans les cartons qu elle emportait à chaque changement d employeur, à chaque déménagement, une impressionnante quantité de prises de vue et de films qu elle n a pas développés, faute d argent, ainsi que des archives composées de livres ou de coupures de presse relatant des faits divers. L ailleurs et l autre Les images de Vivian Maier montrent une réelle curiosité a l égard de l environnement urbain quotidien et une profonde attention envers les passants qu elle croise dans les rues de New York et de Chicago : la diversité des physionomies, des attitudes, des tenues, mais aussi des regards. Elle explore l altérité dans ses choix de prises de vue, à la sauvette ou frontalement, met en lumière les détails anodins, la distribution graphique des corps ou les rencontres colorées. Couleurs et lumière Vivian Maier aborde la photographie en couleurs dès le début des années 1970, elle travaille alors avec un Leica. L appareil est léger, facilement transportable ; la prise de vue est directement effectuée a hauteur du regard (contrairement au Rolleiflex qu elle utilise par ailleurs). Elle explore les spécificités du langage chromatique avec une certaine légèreté, s amuse avec le réel et souligne les stridences de couleur. Le dossier enseignants de l exposition Vivian Maier ( ), une photographe révélée est téléchargeable en ligne sur le site du Jeu de Paume : Accumulation et collection Pendant un an, Guy Limone s est installé tous les soirs à la même heure sur la place Jemaa el-fna à Marrakech pour mettre en boîte sans être vu les personnes qui passaient sous ses yeux. C est le monde que l on observe : pas de voiture, mais toutes les activités humaines, une insertion professionnelle à l oeuvre, directement! Les enfants, les femmes, les hommes sont saisis dans leur quotidienneté, dans un catalogue d attitudes du travail et des loisirs. En tout, l artiste a photographié 1500 personnes de manière compulsive et maladive. Ensuite, il a trouvé sur internet la statistique qui a donné le titre à l oeuvre et il a sélectionné les personnages figurant dans l oeuvre. L ailleurs et l autre Le regard au monde de Guy Limone s est inversé quand il a décidé de transporter son atelier et sa soif des gens ailleurs qu en France. Comme Vivian Maier, Guy Limone fait acte de street photographer : plaisir du regard et attention pour la diversité humaine! La toute petite dimension des figures nous oblige à nous approcher physiquement pour les découvrir, comme s il fallait abolir les distances géographiques et culturelles et plaider pour une reconnaissance de l Autre, si différent et si proche! Au delà de la sociologie des chiffres, Guy Limone retrouve l enthousiasme exotique de Delacroix et de Matisse, lassés d une Europe compassée, et c est l orientalisme revisité à l aube du XXI siècle qui s exprime de nouveau. Couleurs et lumière Le soir : la lumière et les couleurs sont à leur apogée et les ombres portées sont à la fois denses et veloutées. Les couleurs chaudes dominent, et en particulier la gamme des jaunes déclinée jusqu au rouge-orangé et aux bruns ; en contrepoint, les complémentaires, surtout les bleus, dynamisent la densité chromatique et interpellent notre regard. Quelques noirs et beaucoup de blancs permettent d équilibrer l ensemble en contrastant avec les teintes. On retrouve ici les partipris chromatiques utilisés par Delacroix et Vivian Maier. Pour Guy Limone, une œuvre se construit par la couleur et c est l organisation des couleurs, teintes et valeurs, qui crée à la fois l équilibre, l impact et la signification intrinsèque. En ce sens, il est fidèle à ses références revendiquées : Delacroix et Matisse. page 14

17 DOSSIER DOCUMENTAIRE > lexique & bibliographie Pour préparer ou prolonger la découverte des compositions colorées de Guy Limone, un lexique sur la couleur a été conçu par Anne Paty (Professeur missionnée de l Académie Orléans-Tours). Ce n est pas l œil qui voit mais le cerveau! de quelles couleurs parle-t-on? Les rayons lumineux entrent par la pupille, sont réfractés par la cornée et le cristallin et forment une image inversée sur la rétine. Celle-ci est tapissée de millions de cellules sensitives : > Les cônes : 5% responsables de la vision diurne et donc des couleurs > Les bâtonnets : 95% responsables de la vision nocturne et seulement sensibles aux différences entre lumière et obscurité. Ces cellules convertissent l image en impulsions nerveuses transmises au cerveau par les nerfs optiques. Le cerveau assure la coordination des deux yeux et remet les images à l endroit. Couleurs lumière : la synthèse additive Les couleurs primaires, non obtenues par mélange, sont : ROUGE (proche de l orangé) VERT BLEU (sorte de violet) Les secondaires, mélange de deux primaires sont : CYAN (50% B + 50% V) JAUNE (50% V + 50% R) MAGENTA (50% R+ 50% B) Elles constituent les couleurs du spectre et leur addition donne la lumière blanche. L absence de lumière donne le noir. Couleurs matière : la synthèse soustractive Le peintre utilise des pigments (substances colorantes) et non des lumières. La synthèse soustractive est donc un mélange pigmentaire. Le terme soustractif vient du fait qu un objet coloré soustrait (absorbe) une partie de la lumière incidente. De fait, une couleur obtenue par synthèse soustractive de plusieurs autres sera nécessairement plus sombre qu elles. Les couleurs primaires, non obtenues par mélange, sont : JAUNE MAGENTA CYAN Les secondaires, deux primaires mélangées, sont : VERT (50% J + 50% C) VIOLET (50% M + 50% C) ORANGE (rouge) (50% J + 50% M) Leur addition donne le noir et le blanc résulte de l absence de couleur. On distingue aussi deux non - couleurs : le noir et le blanc, en référence aux deux types de synthèse de la couleur. Dans la réalité, tout objet éclairé est soumis aux trois facteurs suivants : > La couleur locale, sa couleur propre et spécifique > La couleur tonale, les différences colorées provoquées par les effets de la lumière et de l ombre > La couleur ambiante, les couleurs réfléchies par les autres objets proches. Ces trois facteurs sont à leur tour conditionnés par : La couleur propre de la lumière L intensité de la lumière L atmosphère qui s interpose Variation de la perception d une couleur en fonction des couleurs voisines. Les différentes cathédrales de Claude Monet montrent les effets de l environnement sur les couleurs des objets. page 15

18 DOSSIER DOCUMENTAIRE > lexique & bibliographie Les couleurs complémentaires Les couleurs qui se trouvent opposées dans le cercle chromatique sont appelées couleurs complémentaires. Un couple de couleurs complémentaires est toujours constitué d une primaire et d une secondaire. L addition des deux couleurs donne les trois couleurs primaires. Associer des complémentaires crée un contraste à la fois très fort et harmonieux car l œil n a plus à fabriquer la complémentaire d une couleur. Les mélanger donne du gris. En synthèse additive, les couples de base sont : Rouge et cyan (bleu + vert) Bleu et Jaune (vert + rouge) Vert et magenta (rouge + bleu) une couleur, c est... Le terme de couleur associe deux aspects distincts : > La teinte désigne la couleur à proprement parler, vert, rouge, bleu ou brun... > La valeur désigne son degré de clarté ou d obscurité. Entre le noir et le blanc, s échelonne l échelle des valeurs, en gris. > Mélange optique les couleurs ne sont pas obtenues par mélange sur la palette mais résultent d une juxtaposition de points ou de motifs de couleurs différentes et c est le cerveau qui crée la couleur. Ainsi, à distance, des points jaunes et bleus donnent du vert. > Un monochrome c est une œuvre d une seule couleur, sans nuance ni ton. Le contraire est une œuvre polychrome. > La nuance c est le degré de teinte d une couleur ; par exemple, jaune orangé et rouge orangé. Contrastes et harmonies Les harmonies colorées, monochromes ou polychromes sont des mariages de plusieurs couleurs selon une règle définie. Les harmonies peuvent être par analogie (couleurs chaudes, pastels, camaïeu,...) ou par contraste, c est-àdire par opposition de couleurs. On distingue sept contrastes fondamentaux. 1- Contraste de Couleur en soi C est le plus simple. Les trois primaires au minimum sont nécessaires pour un effet multicolore. Plus les couleurs utilisées s éloignent des primaires, moins l effet de contraste fonctionne. Couleurs pures ou mélangées > Aplat cela désigne une surface de couleur uniforme, sans nuances. Contraire de dégradé. En synthèse soustractive, les couples sont : Jaune et violet (magenta + cyan) Magenta et vert (cyan + Jaune) Cyan et orange (Magenta + jaune) > Camaïeu c est une peinture composée des différents tons et nuances d une même couleur > Cassé ce terme est surtout employé pour qualifier un blanc auquel on ajoute une infime quantité d une couleur quelconque. > La saturation c est le degré de luminosité de la couleur. La saturation décrit la distance qui sépare les couleurs pures de leur décoloration complète soit vers le noir, soit vers le blanc. 2- Contraste Clair obscur Plus l écart est grand entre les valeurs des couleurs, plus l effet est efficace. > Un dégradé c est une modification progressive d une couleur. L ensemble des tons d une couleur s appelle une gamme (on parle de gamme de rouges, de verts, etc...) > Le ton d une couleur cela désigne son degré dans échelle des valeurs. page 16

19 DOSSIER DOCUMENTAIRE > lexique & bibliographie 3- Contraste chaud-froid Les couleurs dites chaudes sont le Rouge, le Jaune, l Orangé et leurs dérivées. Les couleurs dites froides sont le Bleu, le Vert, le Violet et leurs dérivées. Cette classification est très relative car l environnement modifie beaucoup cette sensation. Un orange est plus chaud près d un vert que d un rouge, par exemple. 4- Contraste Simultané Une même couleur, placée sur différentes couleurs, ne produit pas le même effet et les colore de sa complémentaire. Le gris, autour du rouge, se nuance de vert. 6- Contraste de qualité ou saturation La qualité d une couleur c est son degré de pureté ou de saturation qui lui donne une luminosité maximale. Ce contraste oppose de telles couleurs à des couleurs ternes, obscurcies, éclaircies, rabattues, rompues. 7- Contraste de quantité Opposition de grandeur entre les surfaces occupées par deux couleurs ou ensembles de couleurs suffisamment différents. > La dominante c est la couleur qui domine par sa présence les autres couleurs (dominante de couleurs vives, ou foncées, de vert, de brun, etc...) > La tonalité elle désigne l impression générale que donne un ensemble coloré. BIBLIOGRAPHIE GUY LIMONE monographies - Guy Limone, éd. Galerie Perrotin, Guy Limone, Arte Contemporaneo GACMA, Jacky, Centre d Art Contemporain de Castres & éd. Galerie Perrotin,1999 Histoire de l art (sélection) - John GAGE, Couleur et Culture Usages et significations de la couleur de l Antiquité à l abstraction, éd. Thames and Hudson, Manlio Busatim, Histoire des couleurs, éd. Flammarion Collection Champs Arts, Johannes ITTEN, Art de la couleur, éd. Dessain et Tolra, Michel PASTOUREAU, Les couleurs de notre temps (2003) - Bleu, histoire d une couleur (2006) - Les couleurs de nos souvenirs (2010) - Noir, histoire d une couleur (2011), Vert, histoire d une couleur (2013), éd. Seuil. - Johann Wolfgang Von GOETHE, De la Théorie des couleurs, éd. Triades, Umberto ECO, Vertige de la liste, éd. Flammarion, Jean-Claude Amesein, Yvan Borhard, Quand l art rencontre la science, éd. La Martinière, couleur.pdf dfile/ged/ressources/ficheenseignant/zvcf- FICHE_ENSEIGNANT_3.pdf -http://mediation.centrepompidou.fr/ Pompidou/Pedagogie.nsf/Docs/ID4EE- C395A4C49A162C12578AB0029 B49B/$file/cpmobile_lacouleur_cambrai.pdf - ressources/ens-monochrome/ens-monochrome. html 5- Contraste de complémentaires Son utilisation crée pour l oeil une harmonie parfaite. Ce contraste avive la luminosité de des couleurs. > Une tonique c est une couleur contrastant et occupant une surface très réduite par rapport à une dominante. Elle peut être la complémentaire de celle-ci. ressources en ligne (sélection) -Site internet de la galerie de l artiste : https://www.perrotin.com/artiste-guy_limone-5.html - Entretien avec Guy Limone - Philip Glass, Einstein on the beach Glass/albums/Einstein-On-The-Beach html. page 17

LA NUIT JAUNE avec Guy Limone

LA NUIT JAUNE avec Guy Limone DOSSIER DE PRESSE LA NUIT JAUNE avec Guy Limone À L OCCASION DE LA NUIT EUROPÉENNE DES MUSÉES DE TOURS samedi 17 mai 2014 de 19h à minuit CENTRE DE CREATION CONTEMPORAINE 55 RUE MARCEL TRIBUT 37000 TOURS

Plus en détail

SALLE 5 : C EST LE VRAI?

SALLE 5 : C EST LE VRAI? EXPOSITION CHROMAMIX 2 / 9 AVRIL - 15 NOVEMBRE 2009 MUSÉE D ART MODERNE ET CONTEMPORAIN - 1, place Hans-Jean Arp Dossier de préparation à la visite SALLE 5 : C EST LE VRAI? ŒUVRE EXPOSÉE DANS LA SALLE

Plus en détail

Couleur, ombre et lumière

Couleur, ombre et lumière Travaux pratiques de peinture Couleur, ombre et lumière atelier du 12 avril 2013 Animé par Luis Clemente, Maurice Lopès et Jean Pierre Pons Sommaire 1. LA COULEUR DE LA LUMIÈRE... 2 2. LA COULEUR DE LA

Plus en détail

Carnet de jeux. musée des beaux-arts de Liège

Carnet de jeux. musée des beaux-arts de Liège Carnet de jeux musée des beaux-arts de Liège Luis Enrique Salazar est né en 9 à San Sebastian (Pays Basque Espagne). L enfance de l artiste est marquée par l atmosphère tendue qui règne dans l Espagne

Plus en détail

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

NOTE : Les couleurs chaudes projettent le sujet en avant tandis que les couleurs froides le font reculer à l arrière de la toile.

NOTE : Les couleurs chaudes projettent le sujet en avant tandis que les couleurs froides le font reculer à l arrière de la toile. La pose des couleurs sur la toile et leur mélange A) Les couleurs de base Tout tableau peut être réalisé avec les couleurs primaires (rouge, jaune et bleu) ainsi que du noir et du blanc qui ne sont pas

Plus en détail

Lexique du langage plastique F3.7

Lexique du langage plastique F3.7 1 La nature de la forme Définition Exemple Le point Le point est la plus petite marque qui soit; il a la même dimension qu une piqûre. La ligne La ligne est soit une suite de petites marques, soit un trait

Plus en détail

Page 1 APPROCHE DE LA COULEUR

Page 1 APPROCHE DE LA COULEUR Page 1 APPROCHE DE LA COULEUR Vous trouverez ci-dessous mon résumé concernant la démarche et les critères à respecter pour obtenir les meilleurs résultats d une peinture «équilibrée» certains disent harmonieuse.

Plus en détail

LES COULEURS ET LEURS DEFINITIONS

LES COULEURS ET LEURS DEFINITIONS LES COULEURS ET LEURS DEFINITIONS La couleur peut avoir un impact important sur notre intérieur. Les couleurs que nous choisissons reflètent nos personnalités, nos styles de vie, nos passions. Elles établissent

Plus en détail

OPTIQUE 2 La couleur des objets

OPTIQUE 2 La couleur des objets OPTIQUE 2 La couleur des objets ACTIVITES Activité 1 : Comprendre l origine de la couleur des objets Expérience A : Éclairer des écrans en lumière blanche Réponses aux questions 1. Le seul écran qui diffuse

Plus en détail

Fiche N 5-2B : La couleur : application aux filtres

Fiche N 5-2B : La couleur : application aux filtres Les filtres 3 questions (-exemples) auxquelles cette fiche va essayer de répondre : Question 1 Que va-t-il se passer si j utilise un filtre bleu dans une zone qui est d autre part éclairée par un autre

Plus en détail

***** Introduction. Le problème esthétique de la couleur s articule autour de 3 points de vue, qui se bousculent et se complètent à la fois :

***** Introduction. Le problème esthétique de la couleur s articule autour de 3 points de vue, qui se bousculent et se complètent à la fois : Collection Théories Créatives Les couleurs sensibilisation à destination des artistes A R Tournadre - Introduction - Le cercle chromatique définition et vocabulaire des couleurs o les couleurs primaires,

Plus en détail

Etablis un constat de l expérience et essaie d expliquer le phénomène :

Etablis un constat de l expérience et essaie d expliquer le phénomène : Défi : La lumière est-elle blanche? un disque compact, une lampe de poche 1. Eclaire le CD. Ton hypothèse s est-elle vérifiée? 1 Défi : La lumière est-elle blanche? un miroir, une cuvette, de l eau, une

Plus en détail

La couleur dans vos créations Chapitre 1 La couleur

La couleur dans vos créations Chapitre 1 La couleur La couleur dans vos créations Chapitre 1 La couleur Théorie Introduction Ce cours est le premier d une série de trois visant à guider le novice dans l utilisation de la couleur dans ses créations. Pour

Plus en détail

David CLAERBOUT. DOSSIER PEDAGOGIQUE Exposition du 31 janvier au 10 mai 2015. Partenaire des actions éducatives du FRAC Auvergne

David CLAERBOUT. DOSSIER PEDAGOGIQUE Exposition du 31 janvier au 10 mai 2015. Partenaire des actions éducatives du FRAC Auvergne David CLAERBOUT DOSSIER PEDAGOGIQUE Exposition du 31 janvier au 10 mai 2015 Partenaire des actions éducatives du FRAC Auvergne David CLAERBOUT Salué internationalement, exposé par les plus grandes institutions,

Plus en détail

Observer vision et image TP : Couleur. Couleurs

Observer vision et image TP : Couleur. Couleurs I) SYNTHESE ADDITIVE Couleurs I.1 Couleur spectrale et couleur perçue Lumière blanche et couleur spectrale Exp prof : décomposition de la lumière par un prisme (ou un réseau) Couleurs spectrales (exemples)

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Point, ligne oblique, cercle, contraste

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

Couleur, vision et image

Couleur, vision et image 2 novembre 2012 Couleur, vision et image Table des matières 1 Œil réel et œil réduit 2 2 Lentille mince convergente 2 3 Grandeurs caractéristiques d une lentille convergente 2 4 Construction de l image

Plus en détail

Arts CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Plus en détail

Les Eléments du Design

Les Eléments du Design Les Eléments du Design Introduction Dans «Les Principes du Design», nous avons étudié la moitié des principes de base qui du Design. Ces principes représentent les assumptions de base de l univers qui

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

Progression des apprentissages Arts plastiques

Progression des apprentissages Arts plastiques 1 Progression des apprentissages Arts plastiques 24 août 2009 2 Table des matières Présentation 3 Connaissances 4 Utilisation des connaissances 7 Compétence 1 Réaliser des créations plastiques personnelles

Plus en détail

Progression des apprentissages Arts plastiques

Progression des apprentissages Arts plastiques 1 Progression des apprentissages Arts plastiques 24 août 2009 2 Table des matières Présentation 3 Connaissances 4 Utilisation des connaissances 7 Compétence 1 Réaliser des créations plastiques personnelles

Plus en détail

La couleur à l œuvre. Correction du Parcours élèves. Lycée

La couleur à l œuvre. Correction du Parcours élèves. Lycée La couleur à l œuvre Correction du Parcours élèves Lycée Département éducation formation Avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris www.palais-decouverte.fr 1 LA COULEUR, FILLE DE LA LUMIERE Quelle est la

Plus en détail

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Une fonction descriptive Par la redondance avec le texte, elle apporte des précisions quand à la description des lieux et de personnages,

Plus en détail

COULEUR M. PERES LEBLANC 2011-2012

COULEUR M. PERES LEBLANC 2011-2012 COULEUR M. PERES LEBLANC 2011-2012 La couleur : quelques bases Couleurs organiques et numériques UNE PERCEPTION PHYSIQUE COMPLEXE : LA TRICHROMATIE Perception de la couleur Décomposition en R V B des couleurs

Plus en détail

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE.

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE. SEQUENCE «VISIONS MODERNES. SEANCE 5. ZOOM SUR UNE VIEILLE DAME. Dominante. Histoire des Arts. Support. Tour Eiffel rouge, 1911 (1910), Robert Delaunay, Solomon R. Guggenheim Museum, New York. TYPE D OEUVRE.

Plus en détail

Activité Couleur des objets

Activité Couleur des objets Activité Couleur des objets Répondre sur une feuille annexe aux 6 activités en vous aidant des documents. Faites ensuite les exercices correspondants. I. Décomposition de la lumière 1. Décomposition de

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire

Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire : Durée : 3-4 périodes ½ période : préparation 2-3 périodes : réalisation ½ période : intégration Proposition de création

Plus en détail

http://www.le-nouvel-encrier.com - SARL L'ENCRIER - 68, bd de Metz - 35000 RENNES

http://www.le-nouvel-encrier.com - SARL L'ENCRIER - 68, bd de Metz - 35000 RENNES http://www.le-nouvel-encrier.com - SARL L'ENCRIER - 68, bd de Metz - 35000 RENNES 4- La décoration Votre faire-part a une dimension déterminée, la surface allouée au texte convient. Comment le décorer?

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Techniques Artistiques

Techniques Artistiques Enseignement technique Section de qualification 2 ème degré Techniques Artistiques Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré de qualification Techniques artistiques Grille Horaire A. FORMATION

Plus en détail

Leçon N 11 Traitement La couleur

Leçon N 11 Traitement La couleur Leçon N 11 Traitement La couleur 11 La couleur Tous ce qui vous environne a une couleur, mais c est la lumière qui vous permet de percevoir la couleur des objets qui vous entourent. 11.1 Le modèle TSL

Plus en détail

Glacis à l acrylique

Glacis à l acrylique Sommaire 1. Le glacis 2. Notions de base en acrylique 3. Réalisation pratique: tableau avec glacis 4. Modèle Séance du 31 janvier 2014 dirigée par Maurice Lopès Travaux pratiques de peinture Glacis à l

Plus en détail

Contrastes de couleurs et de valeurs

Contrastes de couleurs et de valeurs Le contraste de couleurs Deux couleurs opposées sur le cercle chromatique sont dites complémentaires. Utilisées dans une même image, elles se mettent mutuellement en valeur en créant un effet de contraste

Plus en détail

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 1 LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 2 3 L œil est un organe sensoriel du corps humain qui reçoit 80% des informations extérieures. Il sert uniquement à voir. Il n interprète pas les images qu il voit.

Plus en détail

La lumière et les couleurs (Chap4)

La lumière et les couleurs (Chap4) La lumière et les couleurs (Chap4) I. La lumière blanche On appelle lumière blanche, la lumière émise par le soleil ou par des éclairages artificiels reproduisant la lumière du soleil. La lumière blanche

Plus en détail

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche?

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? Introduction de dossier : Newton, dans sa vision de la blancheur de la lumière solaire résultant de toutes les 3 couleurs primaire

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Pour attirer l attention sur un emballage (ex. : Coke et DuMaurier). Pour provoquer une émotion vive. Bleu

Pour attirer l attention sur un emballage (ex. : Coke et DuMaurier). Pour provoquer une émotion vive. Bleu Par Serge Parent I. Les connotations associées aux couleurs II. L accord des couleurs I. Les connotations associées aux couleurs Couleur Connotations Usage en graphisme Rouge L énergie, la force et la

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients.

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients. 3. Les filtres utilisés permettent de soustraire «une couleur à une autre», c est-à-dire certaines radiations lumineuses à la colorée incidente. Leur rôle est de ne transmettre, à un œil, que les informations

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

EXPOSITION ITINÉRANTE

EXPOSITION ITINÉRANTE jeune public DÉTOURS D OBJETS DÉTOURS D OBJETS UNE EXPOSITION ITINÉRANTE DESTINÉE AUX ENFANTS DE 5 À 12 ANS AUTOUR DES ŒUVRES DE CLAUDE COURTECUISSE Direction de l action éducative et des publics Service

Plus en détail

ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE

ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE Boulevard Haussmann 75009 Paris France Tél : +33 1 80 88 80 30 - Fax : +33 1 80 88 80 31 Site web : - Email : contact@openclassrooms.coau capital social de 70 727,80

Plus en détail

Notions de base suite. octobre 2013 1

Notions de base suite. octobre 2013 1 Notions de base suite octobre 2013 1 21. Colormanagment octobre 2013 2 22. Harmonies colorées octobre 2013 3 octobre 2013 4 Couleurs Valeur Couleur Valeur Couleur Valeur Couleur Valeur Couleur #00FFFF

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

TP1 : Ombres et couleurs - Correction

TP1 : Ombres et couleurs - Correction TP1 : Ombres et couleurs - Correction I II II.1 Obtention de lumières colorées à partir de la lumière blanche Mélangeons les lumières colorées Expériences II.1.1 II.1.2 II.2 Utilisation de lumières rouge,

Plus en détail

Voici quelques photographies, et quelques questions.

Voici quelques photographies, et quelques questions. Christian Sabathié Tarbes le décembre 2007 aux élèves de la classe Bonjour à tout le monde! Bénédicte Magnin, la Conservatrice du musée Salies a choisi de nous faire découvrir les peintures d une artiste

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Deuxième partie : Optique

Deuxième partie : Optique Deuxième partie : Optique Introduction Exemples de questions Comment fonctionne un projecteur de dias? Qu est-ce que la mise au point d un appareil photo? Comment la lumière peut-elle être guidée dans

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

plastiques Détourner les objets quotidiens de leurs fonctions habituelles en apprenant à regarder d une autre manière.

plastiques Détourner les objets quotidiens de leurs fonctions habituelles en apprenant à regarder d une autre manière. LES ARTS VISUELS AU CYCLE II Deux buts essentiels : développer la sensibilité et les capacités d expression, installer des habitudes de questionnement sur le monde. Quatre axes de travail : Le dessin Enrichir

Plus en détail

Les images. ! Ce qu il faut savoir. Les natures d images

Les images. ! Ce qu il faut savoir. Les natures d images Chapitre 2 Les images! Ce qu il faut savoir GIMP permet de retoucher et de composer des images. Celles-ci peuvent se caractériser principalement par leur nature (photo, dessin ou peinture), les couleurs

Plus en détail

RJC-IHM 2006. De l Art à l interaction : Techniques graphiques. Jean-Luc Vinot vinot@cena.fr

RJC-IHM 2006. De l Art à l interaction : Techniques graphiques. Jean-Luc Vinot vinot@cena.fr RJC-IHM 2006 Anglet, 12-17 novembre 2006 De l Art à l interaction : Techniques graphiques Jean-Luc Vinot vinot@cena.fr 11 mots pour le dire! étude sur + 100 langages, Berlin & Kay 1969 Une perception (différentiation)

Plus en détail

50 activités. autour. des carnets de voyage. à l école. Cycle 2 Cycle 3. Anne-Marie Quéruel Pierre Gallo

50 activités. autour. des carnets de voyage. à l école. Cycle 2 Cycle 3. Anne-Marie Quéruel Pierre Gallo 50 activités autour Anne-Marie Quéruel Pierre Gallo des carnets de voyage à l école Cycle 2 Cycle 3 50 activités autour Anne-Marie Quéruel Pierre Gallo des carnets de voyage à l école Cycle 2 Cycle 3 SOMMAIRE

Plus en détail

Actions de sensibilisation à l architecture en milieu scolaire, année scolaire 2011/2012 Bilan des actions Délai de rigueur : 15 septembre 2012

Actions de sensibilisation à l architecture en milieu scolaire, année scolaire 2011/2012 Bilan des actions Délai de rigueur : 15 septembre 2012 Actions de sensibilisation à l architecture en milieu scolaire, année scolaire 2011/2012 Bilan des actions Délai de rigueur : 15 septembre 2012 Etablissement : Collège Paul Verlaine, Metz Enseignant(s)

Plus en détail

GLOSSAIRE. Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement

GLOSSAIRE. Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement GLOSSAIRE Accumulation : Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement Anamorphose : C est une image volontairement déformée de manière

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Les secrets des couleurs 1

Les secrets des couleurs 1 Les secrets des couleurs 1 Les secrets des couleurs L autre jour, mon artiste m a fait une farce. Elle m a demandé de fabriquer du rouge en mélangeant d autres couleurs. J ai pris mes crayons de couleurs

Plus en détail

PROGRAMMES DE PEINTURE

PROGRAMMES DE PEINTURE PROGRAMMES DE PEINTURE Filière de Formation Niveau : B Année : 1ière Amener l'élève à une formation théorique et pratique dont le but est de donner les moyens permettant par le nombre et la qualité des

Plus en détail

Permettre à des adultes d acquérir les savoirs de base sur la couleur nécessaires à certains métiers tels que peintre en bâtiment etc

Permettre à des adultes d acquérir les savoirs de base sur la couleur nécessaires à certains métiers tels que peintre en bâtiment etc Les couleurs Objectifs du dossier Permettre à des adultes d acquérir les savoirs de base sur la couleur nécessaires à certains métiers tels que peintre en bâtiment etc Niveaux concernés Les contenus sont

Plus en détail

CARTE EXPOSITION COLLECTION 18.01.2014>25.01.2015 USART RESSOURCES

CARTE EXPOSITION COLLECTION 18.01.2014>25.01.2015 USART RESSOURCES CARTE RESSOURCES EXPOSITION COLLECTION 18.01.2014>25.01.2015 USART 1 Quelles sont les formes que tu reconnais dans cette peinture? > Des carrés, des lignes rondes, des courbes, des demi-cercles. 2 Quelles

Plus en détail

Projet d Arts Visuels «Quand la sculpture rencontre la couleur»

Projet d Arts Visuels «Quand la sculpture rencontre la couleur» Projet d Arts Visuels «Quand la sculpture rencontre la couleur» Langage oral Histoire de l art Rencontre de différents artistes : Kandinsky, Niki de Saint Phalle, Klein, Malevitch, Van Gogh, Hundertwasser.

Plus en détail

Vivian Maier DOSSIER DE PRESSE. VERNISSAGE Mardi 15 octobre de 18h à 21h

Vivian Maier DOSSIER DE PRESSE. VERNISSAGE Mardi 15 octobre de 18h à 21h DOSSIER DE PRESSE Vivian Maier VERNISSAGE Mardi 15 octobre de 18h à 21h EXPOSITION du mercredi 16 octobre au samedi 21 décembre 2013 Du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous Nous sommes heureux

Plus en détail

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Plus en détail

SUR LES TRACES DE CLÉMENT BÉRINI, un des nôtres

SUR LES TRACES DE CLÉMENT BÉRINI, un des nôtres SUR LES TRACES DE CLÉMENT BÉRINI, un des nôtres Activités de 3 e année adaptables à d autres niveaux d'études dessin crayons de couleur Au regard du programme-cadre Éducation artistique, Le curriculum

Plus en détail

L œuvre. S extraire de Caroline Le Méhauté. S extraire, tel un mur de terre, parcourt une partie de la pelouse du Parc de Maison blanche

L œuvre. S extraire de Caroline Le Méhauté. S extraire, tel un mur de terre, parcourt une partie de la pelouse du Parc de Maison blanche S extraire de Caroline Le Méhauté E lle nous paraît tour à tour imposante puis fragile S extraire [ Négociation 25], Tirage digigraphique, 60 x 40 cm, 2011. L œuvre S extraire, tel un mur de terre, parcourt

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

d- A l aide de la relation de grandissement et de la relation de Chasles OA = OA + AA, retrouver la

d- A l aide de la relation de grandissement et de la relation de Chasles OA = OA + AA, retrouver la DEVOIR SURVEILLÉ SCIENCES PHYSIQUES PREMIÈRE S THÈME : OBSERVER VISION IMAGE COULEUR DS 0 A 0 NOM :... PRÉNOM :... CLASSE :... DATE :... On prendra soin tout au long du devoir de justifier et de rédiger

Plus en détail

Saul LEITER. Photographies et Peintures. «Mother and baby», années 1950.

Saul LEITER. Photographies et Peintures. «Mother and baby», années 1950. Saul LEITER Photographies et Peintures «Mother and baby», années 1950. Vernissage le jeudi 28 octobre de 18h à 21h Exposition du 29 octobre au 23 décembre 2010 Dans le cadre du Mois de la Photographie

Plus en détail

Lumière et couleur. «De toutes les qualités, la couleur est celle dont il est le plus difficile de parler»

Lumière et couleur. «De toutes les qualités, la couleur est celle dont il est le plus difficile de parler» Lumière et couleur «De toutes les qualités, la couleur est celle dont il est le plus difficile de parler» Aristote 1. Physique et physiologie 2. Brève histoire de la théorie de la couleur 3. Espaces colorimétriques

Plus en détail

ARTS VISUELS PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année. Techniques. Atelier pour 3 e année. Atelier pour 1 re année

ARTS VISUELS PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année. Techniques. Atelier pour 3 e année. Atelier pour 1 re année ARTS VISUELS PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année Techniques Atelier pour 1 re année J imprime un monotype B1.4 utiliser des techniques simples dans ses propres œuvres (p. ex., dessin à la craie, peinture

Plus en détail

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 MUSEE DES BEAUX-ARTS Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 Découvrir le musée en s amusant, apprendre à regarder les œuvres d art et les objets, créer en toute liberté dans l atelier toutes

Plus en détail

M é t r o p o l e (Not In My Back Yar d) Dominique Gauthey Photographies. Septembre de la Photographie Identité - Lyon 2008. Musée Urbain Tony Garnier

M é t r o p o l e (Not In My Back Yar d) Dominique Gauthey Photographies. Septembre de la Photographie Identité - Lyon 2008. Musée Urbain Tony Garnier M é t r o p o l e (Not In My Back Yar d) Photographies Septembre de la Photographie Identité - Lyon 2008 18 septembre 26 octobre Musée Urbain Tony Garnier Galerie Caroline Vachet Chrystel Egal, Artiste

Plus en détail

Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie

Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie Piet MONDRIAN / Broadway Boogie Woogie / 1942 1943 / Huile sur toile (127 x 127cm) Piet MONDRIAN Biographie Pieter Cornelis Mondriaan, dit Piet Mondrian Amersfoort,

Plus en détail

Stage : DEMARCHE SCIENTIFIQUE A PARTIR D UNE SITUATION PROBLEME.

Stage : DEMARCHE SCIENTIFIQUE A PARTIR D UNE SITUATION PROBLEME. Stage : DEMARCHE SCIENTIFIQUE A PARTIR D UNE SITUATION PROBLEME. Thème choisi : Couleur d un objet en lumière colorée. Pré-requis : Les sources de lumière, décomposition de la lumière blanche, les lumières

Plus en détail

ARTS PLASTIQUES. «La relation entre la forme et l idée» "Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose" Jacques Brel

ARTS PLASTIQUES. «La relation entre la forme et l idée» Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose Jacques Brel ARTS PLASTIQUES Programmation des classes de 2 nde : année scolaire 2014-2015 «La relation entre la forme et l idée» "Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose" Jacques Brel Nature morte d

Plus en détail

Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes

Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes Les ondes colorées de la lumière blanche La lumière est un rayonnement composé d ondes électromagnétiques qui se propagent dans le vide à la vitesse de 299

Plus en détail

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE Réalisation : Pierre Bischoff, sous la direction de François Mangenot CNDP d Alsace, 1997 Durée : 04 min 07 s À l aide d expériences filmées et d animations

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Contraste tonal, demi-cercle, rectangle

Plus en détail

Eugène Carrière Peintre, lithographe et penseur

Eugène Carrière Peintre, lithographe et penseur EXPOSITION Eugène Carrière Peintre, lithographe et penseur Du 29 Mars au 13 Décembre 2015 Musée Eugène-Carrière, 3 rue Ernest Pêcheux 93460 GOURNAY sur Marne La nouvelle présentation de la collection permanente

Plus en détail

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image Degré : 4P «Sous l océan» Buts Donner une intention précise à son œuvre Distinguer les couleurs chaudes des couleurs froides Appliquer les couleurs en fonction de son intention Associer un sentiment ou

Plus en détail

Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre PONS

Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre PONS Sommaire 1. La composition 2. Type de portrait 3. Proportions du corps 4. Proportions de la tête 5. Dessin des yeux Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre

Plus en détail

analyse De La situation

analyse De La situation 66 n Photographier l urbain atelier 3 Faire ViBrer les COUleUrS analyse De La situation Nikon D800 35 mm ƒ/7.1 1/60 s 100 ISO Les couleurs sont présentes partout autour de nous, il suffit parfois de lever

Plus en détail

ACADEMIE DES ARTS D AVIGNON Centre de Formation Professionnelle aux Métiers d Arts Décoratifs

ACADEMIE DES ARTS D AVIGNON Centre de Formation Professionnelle aux Métiers d Arts Décoratifs DESSINATEUR OU ILLUSTRATEUR 1540 Heures (08/1540) DESSINATEUR Objectifs recherchés La formation de dessinateur donne les bases artistiques pour divers métiers : dessinateur d art, tatoueur, dessinateur

Plus en détail

LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*)

LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*) 7 LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*) (novembre 2004) La peinture de Dominique Jalu est balayée par un vent frais. Rien ici de lourd, ni de démonstratif. A l évidence de la culture

Plus en détail

Antoine de Margerie. dossier de presse. Les horizons sensibles

Antoine de Margerie. dossier de presse. Les horizons sensibles dossier de presse Antoine de Margerie Les horizons sensibles Hôtel Estrine 8, rue Estrine 13210 Saint-Rémy-de-Provence Tél. 04 90 92 34 72 www.musee-estrine.fr 6 septembre - 29 novembre 2015 Antoine de

Plus en détail

Maison et jardins de. Claude Monet. carnet de jeux 5/8. ans. Ce carnet appartient à : ... J ai... ans Date de ma visite à Giverny : ...

Maison et jardins de. Claude Monet. carnet de jeux 5/8. ans. Ce carnet appartient à : ... J ai... ans Date de ma visite à Giverny : ... Maison et jardins de Claude Monet carnet de jeux 5/8 ans Ce carnet appartient à :.............................................................. J ai.................... ans Date de ma visite à Giverny

Plus en détail

LES TOITS - 1952- Huile sur Isorel 200 x 150 cm. Musée National d Art Moderne, Paris.

LES TOITS - 1952- Huile sur Isorel 200 x 150 cm. Musée National d Art Moderne, Paris. Nicolas de Staël : «les Toits» A toutes profondeurs LES TOITS - 1952- Huile sur Isorel 200 x 150 cm. Musée National d Art Moderne, Paris. «Les Toits» est sans doute l œuvre la plus célèbre de Nicolas de

Plus en détail

INFORMATIONS PRATIQUES

INFORMATIONS PRATIQUES DOSSIER PEDAGOGIQUE INFORMATIONS PRATIQUES Musée du Touquet Paris-Plage Angle de l avenue du Golf et de l avenue du Château 62520 Le Touquet-Paris-Plage Tel. : 03.21.05.62.62 Fax : 03.21.05.48.70 musee@letouquet.com

Plus en détail

LES TROUS NOIRS ATTAQUENT!

LES TROUS NOIRS ATTAQUENT! LES TROUS NOIRS ATTAQUENT! Cette fiche propose de s'initier à la lumière et aux couleurs. Thème : la lumière Âges : 8 à 13 ans ( à adapter pour les 5 à 7 ans) Nombre de joueurs : 10 à 40 Nombre d équipes

Plus en détail

La couleur Les mélanges de couleurs en peinture

La couleur Les mélanges de couleurs en peinture La couleur Les mélanges de couleurs en peinture 1. Les couleurs primaires. Le rouge (magenta), le jaune et le bleu (cyan) sont les couleurs primaires qui, comme le blanc, ne peuvent pas être obtenues en

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

Université du Québec à Montréal PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ATELIER EN LIEN AVEC LA VISITE D UNE EXPOSITION LA PHOTO 3D

Université du Québec à Montréal PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ATELIER EN LIEN AVEC LA VISITE D UNE EXPOSITION LA PHOTO 3D Université du Québec à Montréal PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ATELIER EN LIEN AVEC LA VISITE D UNE EXPOSITION LA PHOTO 3D TRAVAIL REMIS À Patricia Gauvin DANS LE CADRE DU COURS

Plus en détail