La Civilisation, ma Mère!...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Civilisation, ma Mère!..."

Transcription

1 Classe de Troisième Formes du récit aux xx e et xxi e siècles La Civilisation, ma Mère!... Driss Chraïbi Édition de Marianne Chomienne Deux fils racontent avec tendresse la vie de leur mère dans le Maroc des années 1930 jusqu à l indépendance du pays. Grâce à ses deux garçons, cette femme finit par prendre son destin en main. Avec ce récit engagé et plein d humour, Driss Chraïbi célèbre l émancipation des femmes. ISBN pages

2 Arrêt sur lecture 1 Arrêt sur lecture 1 p Un quiz pour commencer p Où l histoire racontée par le narrateur se déroule-t-elle? Dans une ville marocaine. 2 De qui la famille du narrateur est-elle composée? Son père, sa mère et son frère. 3 Pourquoi le narrateur doit-il se laver la bouche en rentrant chez lui? Parce qu il a parlé français à la maison. 4 Comment la mère occupe-t-elle ses journées? En prenant soin du logement et des membres de sa famille. 5 Quelle définition les deux garçons donnent-ils de la radio? C est une boîte qui parle. 6 Comment les enfants font-ils accepter à leur mère l installation de l électricité? Ils lui font croire que c est l œuvre d un magicien. 7 Que fait la mère pour écouter la radio la première fois? Elle met de beaux habits. Des questions pour aller plus loin p Découvrir la mise en place d un récit d enfance Un récit rétrospectif 1 De quelle période de la vie du narrateur les souvenirs racontés datent-ils? Peut-on les situer précisément dans le temps? Les souvenirs remontent à l enfance du narrateur. À la fin du chapitre 2, le narrateur donne un âge (6 ans) et une date (1936) mais les autres souvenirs ne sont pas aussi précisément datés, on devine juste, par la nature des souvenirs évoqués, qu ils remontent à la période où le narrateur est scolarisé, entre 1936 et la Seconde Guerre mondiale (fin du chapitre 3). 2 2 Dressez la liste des procédés qui donnent au premier chapitre une tonalité lyrique (expression des sentiments, rapport avec la nature, images). Quel sentiment domine le narrateur lorsqu il se remémore son passé? Le premier chapitre présente une tonalité lyrique qui se traduit par plusieurs indices : l expression des sentiments : c est un récit à la première personne qui évoque la nostalgie et le regret du temps qui passe («souvenirs», «passé», l. 10 ; «souvenirs», l. 12 ; «autrefois» employé à deux reprises comme adverbe, l. 1 et 4 ; une fois sous la forme substantivée, l ) ; le rapport à la nature : la nature est omniprésente dans ce chapitre («mer et montagne», l. 1 ; «arbre», l. 4 ; «la terre entière», l. 4-5 ; «L Océan», l. 6 ; «[le] ciel», l. 7 ; «la falaise», l. 7 ; «la plage», l. 9). De plus, le narrateur semble en parfaite adéquation avec cet environnement. On peut en effet y lire à la fois son amour de la nature et son inscription dans l univers («Et peut-être y retournerai-je pour mourir en paix, un jour», l. 3 ; «La terre entière, humanité comprise [ ]», l. 5-6) ; L éloquence des images créées : métaphore des «entrailles de la mer» (l. 5) et métaphore filée de la vague ; comparaison des «bulles d écume» (l. 12) ; personnification de l océan (l. 6). Face à son passé, le narrateur éprouve un sentiment de regret, de nostalgie. Les mots du texte parlent de «souffrance et amertume» (l. 13), de «gigantesque mélancolie» (l. 15). Il déplore à la fois la perte du «paradis» (l. 1, 4) de l enfance, «quand tout était à commencer, à espérer» (l. 16), mais il est aussi négatif face au chemin parcouru dans la vie : «avoir tant lutté pour presque rien» (l. 13). 3 Retrouve-t-on dans le chapitre 2 la tonalité lyrique du chapitre 1? Citez trois différences entre ces deux premiers chapitres. Non, la tonalité lyrique du chapitre 1 ne se retrouve pas dans le chapitre 2. Les différences entre les deux premiers chapitres sont nombreuses. Parmi elles on peut citer : la présentation typographique : l italique du premier chapitre vient souligner visuellement le hiatus entre les deux chapitres ; l âge du narrateur : le narrateur du chapitre 1 est arrivé à l âge adulte, puisqu il se retourne sur son passé et fait le bilan de sa vie, alors que le deuxième chapitre met en scène le narrateur enfant dans l évocation des souvenirs de classe ; la tonalité des chapitres : poétique et lyrique dans le premier chapitre, avec un travail sur les sonorités («étincelle et ruisselle d une vie nouvelle», l ) et sur les rythmes («naissent et meurent, se couvrant et se renouvelant, ajoutant leur vie à la vie», l ), alors que le deuxième chapitre est un texte narratif, comme le prouvent le temps employé et l organisation chronologique, aux accents comiques, avec notamment les scènes de la mère chassant le frère à coups de 3

3 Arrêt sur lecture 1 torchon, de l enfant obligé de se laver la bouche parce qu il a parlé français, du récit de la confection des habits. 4 En quoi la succession des chapitres 2 et 3 peut-elle rappeler les «bulles d écumes» (p. 15, l. 12) ou les «vagues [ ] se couvrant et se renouvelant» (p. 15, l ) évoquées dans le chapitre 1? Comme des bulles, les deux chapitres sont indépendants, chacun centré sur un événement différent (la confection de l habit pour l un, l arrivée de la radio pour l autre), ils sont autonomes et se recouvrent comme des vagues successives. Ce sont deux moments de vie, distincts, qui, par leur enchaînement dressent un portrait du narrateur et de sa famille. 5 Dans quelle mesure le narrateur adulte fait-il sentir sa présence dans les chapitres 2 et 3? Citez un passage dans lequel il commente son récit. Le narrateur adulte revient de façon visible au chapitre 2 quand il s adresse directement au lecteur («Vous savez bien : de ces célèbres ciseaux japonais des années 20», p. 18), évoquant la machine à coudre de sa mère dans sa bibliothèque (p. 23) ou encore dans le chapitre 3, quand il fait allusion à sa fille Dominique (p. 33). Mais on le devine également derrière la remarque sur son frère, «Jamais il ne s est marié» (p. 16), ou dans les commentaires qu il fait sur sa mère, sa solitude (p. 19, 25), son manque d amour (p. 25, 37), son inculture (p. 17). Ce sont davantage des commentaires d un adulte qui se retourne sur son passé que des paroles d enfant, et comme des clins d œil fait au narrateur devenu adulte. Une enfance entre tradition et modernité 6 Quels sont les deux mondes dans lesquels évolue le narrateur enfant? Relevez les termes qui opposent ces deux univers (p , l. 1-43). Les deux univers opposés dans lesquels le narrateur enfant évolue sont celui de l école et de la maison : l école est l univers du colonisateur et du savoir : connaissances d hygiène, apprentissage du français, vêtements «de civilisé» (p. 17) ; la maison est l univers de la mère qui fabrique savon et habits de façon artisanale et traditionnelle. Ces deux univers ne communiquent pas, ils sont fermés sur eux-mêmes : il faut se laver la bouche en rentrant et se changer (p. 17), l Histoire reste derrière la porte (p. 20). 7 Relevez les images et les comparaisons employées par le narrateur dans l épisode de la tonte (p , l ). Qu apportent-elles au récit? La mère est comparée à un «corsaire se préparant à l abordage» (l ), elle sautille 4 ensuite «à pas de Sioux» (l. 73) ; le mouton est quant à lui «transformé en un mustang fou furieux» (l. 88) : c est une véritable bataille, un rodéo auquel s apprête à assister le narrateur. La tonte en elle-même devient une «danse rituelle» : «dansait» (l. 67), «valsait», «tanguait» (l. 70). La scène devient ainsi une aventure et le narrateur lui confère les accents d un récit épique en lui donnant du rythme. Ces métaphores donnent au récit un aspect comique et décalé qui se retrouvera dans toute la première partie du roman. 8 Sur quel ton l épisode de l installation de la radio est-il raconté? Justifiez votre réponse à l aide de quelques citations. Le récit de l installation de la radio est raconté sur un ton humoristique : les difficultés d aménagement puis les explications données à la mère, ses réactions, sont montrées à travers le regard attendri du narrateur devant cette mère redevenue une enfant (p. 28). Ce regard est également insistant et souligne tout ce qui est drôle (les péripéties des déménageurs pour entrer dans la maison, les croyances de la mère en un monde magique fait de sorciers, par exemple). D ailleurs, c est un chapitre dominé par la figure du frère, Nagib, caractérisé par son rire et sa joie de vivre communicatifs. 9 Retrouvez dans le chapitre 3 un exemple de chacun des types de comique suivants : comique de gestes, de paroles et de situation. On peut caractériser les éléments du chapitre 3 en utilisant la typologie du registre comique : comique de gestes : course dans les chambres pour allumer l électricité (p. 33) ; gesticulations des déménageurs pour passer dans l escalier, lorsque l un d entre eux se cogne la tête malgré les avertissements de Nagib (p ) ; comique de paroles : recours au registre familier des déménageurs (p ), image des ours et des géants pour les caractériser (p. 28), dispute autour du nom de la radio (p. 30) ; comique de situation : excitation de la mère lors de la découverte de l électricité (p. 31). Le portrait d une mère Dressez le portrait physique et moral de la mère en vous appuyant sur des citations précises des chapitres 2 et 3. On sait de la mère qu elle est petite et menue («Elle était si menue, si fragile», p. 16), et que son regard témoigne de son affection pour le narrateur («Elle était là, debout, [ ] me regardant à travers deux boules de tendresse noire : ses yeux», p. 16). C est une femme dévouée aux siens. Elle est orpheline et de ce fait n a pas eu d enfance : elle a été immédiatement placée dans une famille bourgeoise comme «bonne» (p. 21), elle n a reçu aucune éducation, et a été mariée très jeune, «à l âge de treize ans» (p. 21). Elle est alors 5

4 Arrêt sur lecture 1 devenue la femme d un homme riche, un «bourgeois cousu d or» (p. 21), qui l a choisie «sans l avoir jamais vue» (p. 21) et qui «pouvait avoir l âge de son père» (p. 21). On apprend également, avec l épisode de la tonte et du filage, que c est une femme patiente et tenace : «elle ne perdait ni son sang-froid ni sa ténacité» (p. 18) ; «patiemment, avec la méticulosité d un Chinois laquant un paravent», (p. 20). Sans éducation, elle est crédule, et se montre très attachée aux croyances qu on lui a inculquées, qu elles soient religieuses («nous avons désobéi au Seigneur», p. 28) ou magiques («comme les fakirs et les charmeurs de serpents», p. 31). Les scènes de la tonte ou de la radio permettent également de dresser un portrait en actes de la mère, de la rendre plus vivante au lecteur. En quoi la mère incarne-t-elle un mode de vie traditionnel? Comment réagitelle face au monde moderne? Son enfance au travail et son mariage jeune sont des marques de la tradition marocaine. Elle fait partie d une société orale, elle ne cesse d ailleurs de parler et chanter (à ses enfants, au mouton, à la radio). On sait aussi qu elle est attachée à la religion : aux «vêtements de païen» que porte son fils pour aller à l école, elle oppose des habits «bibliques» (p. 17) qu elle tisse ellemême, et au mouton avant le sacrifice, elle fredonne des chants religieux. Sa première réaction face au monde moderne est la peur, ainsi elle ne peut s empêcher de recourir à la prière quand arrive la radio («prie, mon fils, prie!», p. 28). C est un monde qui lui est entièrement étranger et qu elle n adopte que lentement : elle ne comprend rien aux leçons de son mari («incompréhension totale», p. 35) et n accepte la radio que parce qu elle la rattache au monde des contes et de la magie. cette situation se montre critique : il dénonce l infantilisation de la femme et son maintien dans l innocence. Ainsi, page 23, on peut lire, à propos de son mode de vie le mot «colonisation», la femme étant, selon l auteur sous colonisation masculine, dominée et sans aucune autonomie. En quoi la lecture des trois premiers chapitres éclaire-t-elle le titre du livre? Les premiers chapitres évoquent le rapport de la mère du narrateur avec la civilisation. Le chapitre 2 la met en scène dans une scène traditionnelle, la confection d un vêtement pour le narrateur, et le chapitre 3, à l opposé, montre l entrée d un objet moderne, la radio, amenée par Nagib dans l univers maternel. Le titre peut ainsi être compris comme une formule de présentation, un fils qui présente à sa mère la civilisation moderne à laquelle son enfance et son éducation ne lui ont pas donné accès. Comment pourriez-vous caractériser le regard que le narrateur porte sur sa mère? Expliquez votre réponse. Le regard du narrateur sur sa mère n est jamais critique dans ces chapitres : le chapitre 2 a donné des explications à l état d enfance de sa mère, maintenue dans la plus parfaite ignorance par son mari et par toute une société. C est le narrateur lui-même qui, par tendresse, pour ne pas brusquer sa mère, invente cette histoire de magicien pour lui permettre d accepter l arrivée de la radio et d accéder enfin au monde extérieur qui, sinon, lui serait encore refusé. C est un regard attendri, aimant, à l instar de Nagib (p. 16) qui se pose sur la mère. Que représente l arrivée de la radio pour la mère du narrateur? L arrivée de la radio brise sa solitude et transforme la mère en être humain à part entière : elle représente à la fois un père, un mari et un ami. C est une présence et aussi une libération : grâce à la radio, elle sort de sa prison, s évade, voyage par l esprit, assiste aux spectacles qu elle écoute religieusement (p. 35). Que sait-on des rapports de la mère avec son époux? Quel effet produisent les images de l «arbre, cerclé dans une cour de prison» et de «la trappe de la colonisation» (p. 25, l. 270 et 273)? Les relations de la mère avec son époux manquent de tendresse. Le couple parental est un couple imposé, un couple de hasard dans lequel, de façon traditionnelle, l homme est dominant. La femme, quant à elle, est présentée comme une recluse et vit dans une grande solitude : elle parle au mouton pour peupler cette solitude, la soirée d amour révèle aussi cet isolement («j ai assisté à un lever de soleil sur sa solitude quotidienne et profonde» p. 25). L image de l arbre «cerclé dans une cour de prison» à la fin du chapitre 2 souligne l enfermement imposé à cette femme. Le regard du narrateur sur 6 De la lecture à l écriture p Des mots pour mieux écrire 1 a. adjectifs mélioratifs : tenace, méticuleux, hospitalier, érudit adjectifs péjoratifs : fruste, reclus. b. Lors de l épisode de la tonte, la mère se montre tenace pour attraper le mouton. Filer la laine est un exercice méticuleux. En rentrant de l école, le narrateur retrouve l univers hospitalier du foyer maternel. Le père est beaucoup plus érudit que la mère, qui n a reçu aucune éducation. Les déménageurs sont des personnages un peu frustres : ils ne ménagent pas le narrateur dans leur propos. La mère vit recluse chez elle, sans jamais sortir de la maison. 2 a. Jeu d enfant ; b. enfantillage ; c. infantiliser ; d. infantile. 7

5 Arrêt sur lecture 2 Du texte à l image p. 43 Eugène Delacroix, La Famille Bouzaglo, aquarelle, Photographie de Casablanca, (Images reproduites en début et en fin d ouvrage, au verso de la couverture.) Lire l image 1 Décrivez l intérieur peint par Eugène Delacroix en vous intéressant notamment aux couleurs dominantes, au décor, aux personnages représentés et à leur attitude. L intérieur représenté est une pièce d apparence simple, dominée par la couleur brune (sol et murs) qui contraste avec les tons gris et blancs (habits, haut des murs). La pièce est peu décorée, avec sans doute une tenture au mur ou un paravent, et peu meublée. Les personnages sont des femmes et des enfants : les femmes sont assises sur une natte posée au sol, deux adultes semblent s occuper de bébés et de deux jeunes enfants. C est une scène de vie quotidienne dans une maison marocaine. 2 Identifiez dans la photographie les signes de la modernité. Précisez ce qui vous permet de reconnaître une ville marocaine. C est une rue de grande ville, large et sur laquelle donnent des façades d immeubles cossus : la rue, les trottoirs, la taille des immeubles sont les symboles de la modernité. On repère également des objets du monde moderne : les voitures, le réverbère et un cinéma (LUX visible sur une façade). Certains éléments évoquent le Maroc : de part et d autre de la rue, des palmiers, signe d un climat chaud ; au centre, une place bâtie autour d un élément d architecture, une sorte de tour, sans doute un minaret, signe religieux constitutif des villes maghrébines ; enfin on peut lire l inscription «Maroc» sur la façade d un bâtiment officiel au premier plan. 3 Comparez le tableau de Delacroix avec la vue de Casablanca en relevant tout ce qui les oppose et dites quelle atmosphère se dégage de chacune de ces deux images. Les deux lieux s opposent diamétralement sur plusieurs plans : Tableau de Delacroix Intérieur, lieu clos et replié sur lui-même Univers traditionnel Activité familiale Monde féminin Atmosphère calme 8 Photographie Extérieur, lieu ouvert et lieu de rencontres Univers moderne Activité économique Monde masculin Atmosphère d agitation et d ouverture sur le monde Comparer le texte et l image 4 Malgré la différence d époque, entre le temps du récit et celui auquel a été peint le tableau, la mère du narrateur pourrait-elle être l une des deux femmes représentées par Eugène Delacroix? Justifiez votre réponse. L enfermement et l aspect traditionnel du repli sur la maternité correspondent bien au personnage de la mère mais elle est montrée, dans le roman, dans une solitude qui ne correspond pas au tableau de Delacroix : la mère du narrateur n est pas dans une pièce avec d autres femmes, elle y est absolument coupée de toute communication. De même, la présence d un miroir au mur sera niée dans la suite du roman : la mère ne s est jamais vue avant l intervention de ses deux fils. 5 La photographie de Casablanca vous semble-t-elle correspondre à l univers que fréquente le narrateur de la première partie de La Civilisation, ma Mère! lorsqu il n est pas avec sa famille? Justifiez votre réponse. La photographie représente bien l univers moderne que fréquente le narrateur en dehors de la maison. Ainsi, les voitures, le cinéma sont autant d éléments qui figurent dans la suite du roman. La photographie témoigne de l ouverture sur le monde extérieur, un monde auquel les femmes n ont pas accès, et en cela elle correspond bien au roman. Arrêt sur lecture 2 p Un quiz pour commencer p Quels objets modernes entrent dans la maison du narrateur? Une cuisinière, un téléphone, un fer à repasser. 2 Où la mère range-t-elle ses produits de beauté? Dans la cuisine. 3 Quelle fête le narrateur veut-il célébrer après une conversation avec un camarade de classe? Noël. 9

6 Arrêt sur lecture 2 4 Quelles lois le narrateur tente-t-il d expliquer à sa mère? Les lois de l électricité. 5 Comment la mère du narrateur parvient-elle à parler à sa cousine au téléphone? Laborieusement, elle explique à l opératrice où vit sa cousine. 6 Où le père se trouve-t-il quand les garçons font sortir leur mère pour la première fois? Il est ailleurs et ne sait rien de ce qui se passe chez lui. 7 Comment la mère réagit-elle lors de la sortie au parc? Elle est émerveillée de tout ce qu elle découvre. 8 Qui fréquente la «contre-école»? Nagib. 9 Pourquoi le narrateur quitte-t-il sa mère? Parce qu il part poursuivre ses études en France. Des questions pour aller plus loin p Analyser l évolution du personnage de la mère La découverte d une nouvelle vie 1 Faites la liste des différents objets offerts à la mère et précisez ce qu elle en fait. La mère reçoit plusieurs objets modernes, ou simplement nouveaux pour elle, mais elle en détourne souvent l usage. Car une nouveauté, pour être assimilée doit appartenir au monde des sensations et des émotions, ne pas être froide ou abstraite. Page 47, on peut ainsi lire : «Tout ce qu elle pouvait toucher, sentir, voir, entendre, goûter et aimer, elle l assimilait aisément, l adaptait à sa personnalité ce qui était à sa mesure. Le reste, elle le rejetait». La liste de ces objets est la suivante : le fait-tout «made in Germany» (p. 45) : elle le transforme en brasero ; la cuisinière en fonte (p. 47) : elle en fait une armoire à trésors ; le fer à repasser (p. 53) : il est cassé dès le premier jour ; le téléphone (p. 55) : elle donne des indications farfelues à l opératrice téléphonique pour joindre sa cousine ; les chaussures et la robe (p. 61) : elle fait enlever les talons des chaussures, qu elle ne porte finalement que pour sa première sortie ; un cahier, un crayon une ardoise et un bâton de craie (p. 83) : elle s en sert correctement, selon leur usage, car ce sont des objets qui participent à son émancipation Quels changements interviennent dans le mode de vie de la mère? Ont-ils des conséquences importantes? Expliquez. Les changements qui interviennent dans le mode de vie de la mère sont sa découverte de la modernité mais surtout son ouverture au monde. Elle sort de son isolement de façon progressive : avec la radio elle entendait des nouvelles du monde et apprenait ce qui s y passait, grâce au téléphone elle s ouvre davantage, participant plus activement, par ses questions et ses commentaires, à sa compréhension de la société ; enfin en sortant de sa maison, elle acquiert une connaissance sensorielle de l extérieur. Ces changements sont d une importance cruciale : elle n est plus repliée sur elle-même et prend ainsi part aux activités du monde. 3 Quels sentiments la mère ressent-elle au chapitre 6? Lors de sa sortie, elle est d abord étonnée («saisie», p. 63) puis contente mais vite déçue («éclata en sanglots», p. 65), elle est intimidée et inquiète en sortant («Vous savez bien que je [ne] suis jamais sortie [de la maison]», p. 66). Finalement, elle est envahie par un sentiment d euphorie et se montre très enthousiaste (p ) 4 Parmi les matières qui sont enseignées à la mère (chap. 9), lesquelles préfère-t-elle? Est-ce étonnant? Justifiez votre réponse. Ce que la mère préfère dans les enseignements que lui prodigue son fils, c est l histoire et la géographie. Il n y a rien d étonnant car cela correspond à ce que le lecteur, à ce stade du récit, sait de ses goûts et de ses talents : talents de conteuse d histoires, comme en témoigne la scène du cinéma au chapitre 8, et plaisir de rencontrer les autres, ainsi que le prouve la scène du téléphone au chapitre 5. Un récit d apprentissage 5 Qui est à l origine de l apprentissage de la mère? En quoi est-ce surprenant? Ce sont ses deux fils qui sont à l origine de son apprentissage, tour à tour ou ensemble : Nagib est présenté le premier, c est lui qui fait installer la radio, qui indique à son frère comment expliquer à leur mère le fonctionnement de l électricité Puis le narrateur prend le relais quand il apprend des choses plus savantes à sa mère l histoire, p. 84, ou l anatomie, p. 85. Les deux garçons se joignent pour faire sortir la mère dans le parc au chapitre 6, au cinéma au chapitre 8, ou à la foire au chapitre 9. Cette situation est surprenante en ce qu elle inverse les rôles attendus entre parents et enfants, d ailleurs la mère le fait remarquer, page 55 : «Comment? Je suis plus âgée que toi. C est moi qui t ai enfanté, et non le contraire, il me semble». 11

7 Arrêt sur lecture 2 6 Relevez et analysez l image employée par le narrateur pour évoquer l éducation de sa mère (p. 80, l ). À la fin de la première partie (p ), quelle parole de la mère fait écho à cette image? L image des vannes que l on ouvre (l. 162) et de la fertilisation (l. 164) montre que l éducation de la mère a une action positive sur sa vie, va lui permettre de s enrichir intellectuellement. Mais c est aussi une image qui traduit une certaine violence («torrents», l. 162) et qui montre qu un certain travail est nécessaire («endiguer», l. 163) pour que l éducation soit efficace. À la fin de la première partie (p ), la mère prend compte de cette action. Le terreau de son apprentissage a été fertile et toutes les graines semées par ses enfants, au fil de son éducation, ont bien poussé. Elle conclut ainsi : «je suis grande maintenant» (l. 56). 7 Quel reproche la mère fait-elle au narrateur lorsqu il essaie de lui expliquer les lois de l électricité en évoquant des «génies» (p )? Elle lui reproche de la prendre pour une enfant et d inverser les rôles : «Je suis plus âgée que toi. C est moi qui t ai enfanté et non le contraire, il me semble» (l ). Elle n a pas tort : il l infantilise en effet lorsqu il ne lui explique pas réellement les choses mais a recours à une histoire magique, au merveilleux pour lui expliquer le monde. On pourra se souvenir que c était le rôle des mythes et des contes (instruire et plaire). C est un peu la même infantilisation lorsqu il lui achète de quoi l habiller (p. 61) ou quand il lui apprend à reconnaître la valeur des billets de banque (p. 90) 8 Quel sentiment nouveau la mère ressent-elle à partir de la fin du chapitre 9? Pourquoi? Au terme de son apprentissage la mère ressent de la tristesse : elle pleure et trouve la liberté «poignante» (p. 93) et parle de souffrance. Après les passages comiques, du cinéma notamment, et l euphorie de la promenade dans le parc, la première partie se clôt sur une tonalité douce-amère. C est la conscience nouvellement acquise d elle-même et des autres qui est la source de cette peine : la mère n est plus un enfant sans volonté, elle est devenue un être responsable de ses actes et de ses choix. Cette responsabilité est douloureuse car elle est devenue elle-même son propre chef : elle est celle qui accepte une situation familiale qui ne lui convient plus mais qui l accepte librement, en tout état de cause. 9 En vous appuyant sur l évolution de la mère et sur ce qu elle a appris, expliquez le titre de la première partie du roman. Au terme de cette première partie, la mère du narrateur a appris à «être», selon le titre de la première partie du roman. Elle est sortie de l enfance imposée dans laquelle elle était maintenue pour devenir une adulte savante et consciente, elle a eu accès au monde et à elle-même. Ses deux fils lui ont ainsi permis d être un être humain à part entière : «Elle ne cherchait pas à savoir mais à comprendre, à être et non à avoir ou posséder» (p. 82). 12 Le regard du narrateur Que sait-on de la vie de la mère avant son éducation par ses fils? On sait qu elle était inculte, savait à peine compter («habituer à compter sur ses doigts», p. 80), qu elle est enfermée dans son ignorance («peu de vocabulaire», p. 81), solitaire et étrangère dans sa famille même («elle avait toujours été entourée d une pluie de silence et les seuls dialogues qu elle pouvait avoir avec les trois étrangers qui habitaient avec elle, c était ça : le ménage et les repas», p. 81). Elle est prisonnière de son statut et enfermée dans sa maison : elle n existe pas hors de son rôle de mère et d épouse («poupée, on l avait étranglée par la loi et dans le devoir», p. 68). On sait cependant, qu inconsciente de cet isolement, elle n en était pas malheureuse. Pourquoi le narrateur veut-il faire sortir sa mère hors de sa maison au chapitre 6? Comment a-t-il choisi le jour de cette sortie? Le but du narrateur est de rendre sa liberté à sa mère comme en témoigne la comparaison avec les chevaux (l , p. 63). La date de ce grand jour qu est la première sortie de la mère, est choisie en fonction du père. Le narrateur privilégie le dimanche parce que le père n est pas là (l , p. 63) : la sortie est qualifiée d ailleurs comme un «secret» (p. 70). Le narrateur dit de son père qu il est «moderniste d objets, non d idées» (p. 47, l ) : que lui reproche-t-il? Pensez-vous que la première partie du récit lui donne raison? Le narrateur condamne le machisme de son père, son rôle actif dans le maintien de la mère dans l ignorance et la plus complète dépendance. À cet égard, on pourra rappeler l image de la «trappe de la colonisation» (p. 25), étudiée précédemment. Le roman lui donne effectivement raison. Les rapports dans le couple sont totalement déséquilibrés, la mère est un «public» (l. 28, p. 71) pour les discours du père, pleine de «bonne volonté» mais ne comprenant presque rien aux propos de son mari. Dans la communication, il y a comme un mur qui sépare les parents. Lui aussi est prisonnier de ses habitudes et de ses préjugés (l , p. 86). Cependant le portrait n est pas totalement manichéen, et sa générosité, notamment, est notée à deux reprises : quand il donne de l argent de poche au narrateur pour le récompenser de ses bonnes notes (l , p. 49) et quand il paie sans rien dire la note de téléphone de sa femme (l , p. 59). Quels autres personnages poursuivent leur propre éducation dans les chapitres 4 à 10? Précisez où et comment, puis dites de quelle façon le narrateur juge chacun de ces apprentissages. Le narrateur et Nagib suivent tous une éducation mais qui présentent des modèles très différents : 13

8 Arrêt sur lecture 3 le narrateur : il reçoit une éducation française, colonisatrice : il apprend que Vercingétorix est son ancêtre (p. 50), il côtoie des gens très différents de lui (chapitre 4, épisode de Noël et p ). C est une éducation purement scolaire marquée par la froideur et l abstraction (explication des lois de l électricité et de son métier d ingénieur au moment de l installation du téléphone, p ) ; Nagib : il quitte l école française («ce vieux bahut», p. 86) mais n a pas d autre choix que la «contre-école» du vice et des voyous (p , 88-89). Son école est donc peu recommandable et peu légale, fondée sur la force, le mensonge, la débrouille. De la lecture à l écriture p Des mots pour mieux écrire 1 Inextricable Extraordinaire Tentaculaire Constant Immuable Gigantesque Anarchique Déchirant Poignant Embrouillé Abracadabrant Désordonné 2 a. Autodidacte ; b. arguments ; c. logique ; d. théories ; e. stéréotypes. Arrêt sur lecture 3 p Un quiz pour commencer p À quelle guerre est-il fait allusion dans la seconde partie du récit? La Seconde Guerre mondiale. 2 À quels pays la mère du narrateur s intéresse-t-elle? Aux pays qui sont ou qui ont été en guerre. 3 Pourquoi la mère se rend-elle dans une villa d Anfa? Pour convaincre les chefs militaires alliés de mettre fin à la guerre. 4 Au nom de qui la mère proclame-t-elle une «Constitution Universelle»? Au nom des femmes. 5 Quelle erreur la mère commet-elle quand Charles de Gaulle apparaît à la fenêtre? Elle ne le reconnaît pas et croit voir son époux. 6 Pourquoi la mère se fâche-t-elle contre Nagib un soir? Parce qu il est intervenu dans une dispute entre elle et son époux. 7 Que reproche la mère aux écrivains dont elle jette les livres? Elle trouve que ce qu ils ont écrit n est pas en accord avec la réalité. 8 Pourquoi la mère arpente-t-elle le pays chaque dimanche? Pour enseigner aux autres femmes ce qu elle a appris. 9 Que décide la mère à la fin du récit? De quitter son pays pour rejoindre son fils et découvrir le monde. 14 Des questions pour aller plus loin p Comprendre la fin du récit et ses transformations Un nouveau regard 1 Qui est le nouveau narrateur de la seconde partie? Dressez son portrait en vous appuyant sur votre lecture de la première partie du roman. Le nouveau narrateur est Nagib, le frère du narrateur de la première partie. On sait de lui qu il 15

9 Arrêt sur lecture 3 est en adoration devant sa mère (p. 16), qu il est la joie de vivre incarnée et rit tout le temps (p. 16), qu il a arrêté l école pour acheter des livres à sa mère (p ) et est devenu un «voyou» (p. 87), selon les propres mots du père. 2 À qui le narrateur s adresse-t-il dans le chapitre 1 de la seconde partie? Pourquoi? Il s adresse à son frère, le narrateur de la première partie, parce que ce dernier a émigré en France pour finir ses études et n est donc plus en mesure de raconter ce qui est arrivé à sa mère. 3 Montrez que le dialogue rapporté entre la mère et le soldat en faction (p ) reflète le caractère rieur de Nagib. Quels types de comique identifiez-vous? Le récit et le dialogue qui constituent le chapitre 2 sont humoristiques. Le rire est d ailleurs la meilleure arme pour «briser la glace de la discipline» au début du dialogue avec le soldat (l. 72). Nagib tient dans ce passage le premier rôle. Le fait qu il décide de rapporter cette scène à la manière d un dialogue de théâtre n est pas anodin. Cela lui permet de commenter de façon plaisante, dans les didascalies, les actions du soldat, et notamment de souligner sa gourmandise (l. 153, ). Il s amuse sans cesse de la peur du soldat, du fait qu il soit dépassé par les événements. On peut se fonder sur les différents types de comique au théâtre pour analyser le dialogue : comique de gestes : les «repos-fixe» à répétition au début du passage (l ) ; comique de caractère : la gourmandise du soldat à propos des dattes (l ) ; comique de situation : la mère qui se fâche et fait peur au soldat (l ), le braque avec son fusil (l. 242) ; comique de mots : la déformation du nom de de Gaulle en «Tougoul» (l. 88), l inversion de l avis du soldat sur ces dattes préférées (l. 131 et 274), ses interruptions et commentaires sur «[de Gaulle] est comme moi» (l. 173). 4 Pour quelle raison Nagib retrouve-t-il des moments de complicité avec son père à partir du chapitre 7? L évolution de la mère laisse Nagib aussi désarmé que son père : quand il lui propose de l aider, elle le rejette (p. 131), il ne comprend plus son monde (l , p. 141) et n est plus qu un chauffeur pour elle (l. 48, p. 152), un peu comme si le monde des hommes était désormais puni à jamais, et ne pouvait plus entretenir de relations simples avec la mère. La métamorphose de la mère 5 Quel type de phrase domine dans les premiers propos de la mère au chapitre 1 (p. 104)? Quel changement du personnage cela traduit-il? Ce sont des phrases injonctives pour donner des ordres à son fils. Cela montre qu elle a fini 16 son initiation et a pris son destin en main : elle n est plus celle qui obéit à ses fils, ni celle que Nagib peut féliciter comme dans la première partie, mais celle à qui on obéit et qui décide de ce qu elle fait. 6 De quelles qualités la mère fait-elle preuve dans sa façon d agir pour mettre un terme à la guerre (chap. 1)? Elle se montre concrète, et tenace par exemple pour obtenir le Journal Parlé (p. 107), elle cherche de façon assidue une résolution au conflit, tente d assurer le «salut pour toute l humanité» (p. 106). Elle est aussi dotée de toutes les qualités nécessaires pour être le «coordinateur, rapide, efficace et neutre» (p. 107) : volontaire, décidée, autonome. 7 Selon vous, la mère est-elle trop naïve dans les deux premiers chapitres? Justifiez votre réponse en citant le texte. La mère peut en effet sembler très naïve quand elle décide d aller rencontrer de Gaulle : elle n a pas conscience de la différence de statut entre les dirigeants des Quatre Grands et son propre rang ; mais c est cette inconscience qui lui permet d agir et de réunir la foule autour d elle. Au-delà de la naïveté, cette attitude a un fondement théorique : l égalité absolue des hommes entre eux, qu elle proclame haut et fort face au soldat en faction devant la villa d Anfa : «article 1 : de Gaulle, tu es comme moi» (l. 167, p. 117) 8 Au chapitre 3, en quoi le dialogue entre les parents montre-t-il que leurs rapports ont évolué par rapport à la première partie? Contrairement à la première partie, c est la mère qui mène le dialogue et c est le père qui ne comprend pas ce qu il entend. Si sa femme ne cesse de progresser dans son apprentissage, le père n évolue pas du tout. Il ne comprend plus sa femme. 9 De quoi la mère se sépare-t-elle au chapitre 4? En quoi cette séparation estelle symbolique? Dans le chapitre 4, pour se séparer de ce qui marquait sa vie antérieure, la mère creuse une tombe. Cette tombe sert à enterrer tout son passé : objets, robes Son éducation est désormais terminée et le retour en arrière refusé. Le passé est détaché et mis à distance, comme s il était mort. La mère réussit-elle sa mission d éducation de la population dans les chapitres 6 et 7? Justifiez votre réponse. La mère échoue dans sa mission d éducation de la population. Si au début toutes ses réunions sont un succès, peu à peu elle se retrouve seule : les maris interdisent à leurs femmes d assister à ses assemblées, les femmes restent dans leur maison On retrouve dans les deux chapitres le même mouvement d adhésion puis de rejet, de popularité suivie d une grande solitude. 17

10 Arrêt sur l œuvre Un récit engagé Qui compose la foule se pressant devant la villa d Anfa (p. 112)? De qui la mère veut-elle être le porte-parole auprès du général de Gaulle? C est une foule entièrement composée de femmes, les seuls hommes font le service d ordre. Ce sont des femmes qui viennent porter leur message devant de Gaulle. La mère veut être le porte-voix de la majorité silencieuse : les femmes d abord, mais aussi les enfants, les pauvres, tous ceux que l on n écoute pas d ordinaire. Elle étend même ses prérogatives aux animaux et aux éléments naturels (l , p. 118) Que représente le drapeau cousu par la mère avant la rencontre de la villa d Anfa? Quelle injustice sa fabrication révèle-t-elle? Le drapeau cousu par la mère représente toutes les démocraties et les nations (p ). Mais sa confection permet de révéler au grand jour la colonisation qui prive de droits certains pays : ils n ont même pas de drapeau, ils sont sous tutelle et n ont pas d existence propre. À qui l expression «peuples non encore indépendants» fait-elle référence (p. 121)? Quelles valeurs sont mises en avant par la «Constitution Universelle» proclamée à la fin du chapitre 2? L expression fait référence aux pays encore colonisés (africains ou asiatiques notamment). La charte proclamée à la fin du chapitre 2 met en avant la liberté, la réparation des guerres et des erreurs dont ils ont été victimes, la fin de toute soumission, la fin de l infantilisation. Quelles sont les cibles, explicites ou non, de la critique du narrateur dans la deuxième partie du roman? Le narrateur vise le fonctionnement archaïque des sociétés traditionnelles qui imposent aux femmes d être tenues à l écart du monde, prisonnières de leur maison ; tout comme il dénonce la colonisation qui oblige des pays à être sous tutelle, considérés comme inférieurs aux autres. À Anfa, la ville est en état de siège. Les Quatre Grands souhaitent mettre fin aux attaques et aux contre-offensives. 2 a. C est une métaphore (comparé : la foule / comparant : une marée qui monte) qui traduit l élan massif et naturel, l union des hommes pour submerger la villa, dans cette idée de nombre, de mouvement et de force. b. C est une comparaison (comparé : le silence / comparant : un boa qui se déploie) qui traduit la lenteur de l écoulement du temps avec, dans le même temps, l idée d une menace sous-jacente, symbolisée par le serpent. c. C est une personnification qui fait le parallèle entre les arbres et des hommes debout. Les seuls compagnons de la mère sont ces arbres humanisés, ils pallient la coupure avec le père. Arrêt sur l œuvre p Des questions sur l ensemble de l œuvre p Un récit de souvenirs De la lecture à l écriture p. 172 Des mots pour mieux écrire 1 a. Ces mots appartiennent au champ lexical de la guerre. b. Pour résoudre le conflit, la mère décide d aller rencontrer les belligérants à la villa d Anfa. Son éducation terminée, la mère se lance dans une vaste propagande pour inciter les femmes du pays à s émanciper. Les soldats en poste se tiennent là, martiaux, prêts à intervenir Citez des détails donnés par le narrateur sur les lieux ou le mode de vie de son enfance. Selon vous, en donne-t-il une vision réaliste ou idéalisée? Le narrateur évoque les lieux les plus importants pour lui, et les plus symboliques : l école (citée dès la première page du chapitre 2), le marché (p. 17), le minaret d où le muezzin lance ses appels (p. 51), le cinéma (p. 75), la médina (p. 143) ; ainsi que les lieux liés à sa famille : la maison (p. 16), la ferme de son père (p. 63). Les descriptions sont rares et insistent sur la foule, les bruits et les odeurs. Le mode de vie représenté accentue la différence entre le sort réservé aux hommes et aux femmes : les hommes sont tournés vers l extérieur, travaillent, alors que les femmes sont maintenues enfermées, sans autre contact que celui de leur famille. C est donc une vision à la fois personnelle et pittoresque qui est donnée ici. 19

11 Arrêt sur l œuvre 2 Dressez la liste des anecdotes rapportées par le narrateur dans la première partie du récit. Comment qualifieriez-vous son enfance? La liste des anecdotes rapportées par le narrateur dans la première partie du récit est la suivante : la «danse» du mouton suivie du filage de la laine et de la confection des vêtements ; l installation de la radio ; le Noël raté ; l achat des chaussures et de la robe pour la mère ; la sortie au cinéma ; l apprentissage de sa mère. C est donc une enfance heureuse, marquée par le rire et la joie de vivre, qui nous est donnée à lire. 3 Comment comprenez-vous la dernière phrase de la première partie (p. 94)? Que peut symboliser la «nuit»? Cette dernière phrase annonce la fin des souvenirs d enfance («la fin de mon passé», l. 60) et une coupure complète entre deux périodes («La nuit tomba», l. 59). La phrase joue sur le sens propre et le sens figuré de l expression : réelle, elle est la marque du temps qui passe et symbolise le moment crucial de la séparation avec la mère ; métaphorique, elle est aussi un «noir fondamental» qui va tomber sur le narrateur, absent de la deuxième partie du roman, et sur les autres personnages pris dans la tourmente des combats de la mère et qui ne parviendront plus à retrouver ce bonheur de l enfance. La civilisation moderne 4 Quels objets ou quels progrès techniques jouent un rôle important dans le récit? Pourquoi? Les objets modernes jouant un rôle important dans le récit sont nombreux : radio, cuisinière, fer à repasser, téléphone, voiture Les plus importants dans la première partie sont la radio et le téléphone qui permettent à la mère de sortir de son enfermement imposé et d avoir accès au monde. Les moyens de transports jouent également un rôle notable car ils permettent de se déplacer et de repousser les frontières du monde inconnu, de sortir de l enfermement. La voiture mène ainsi la mère de village en village, lui permettant d aller prêcher et de diffuser sa bonne parole. Le bateau ouvre sur un monde plus vaste encore, il est l appel de l ailleurs : le narrateur l a pris à la fin de la première partie pour venir faire ses études à Paris, et sa mère le prend dans les dernières pages du roman pour partir à la découverte de l Occident. 5 «Nous sommes condamnés au progrès et à la civilisation industrielle» (p. 135, l ) : qu a perdu la mère au cours du récit pour qu elle se sente ainsi 20 «condamnée»? L ouverture sur le monde est le début d un apprentissage qui condamne la mère à quitter son statut d assistée, de femme ignorante qui se replie derrière les décisions de son mari. Une fois que la radio et le téléphone sont introduits dans la maison, la mère ne peut plus rester dans cette ignorance que l on peut qualifier de confortable en ce qu elle n a de fait pas conscience du monde extérieur et de ses injustices. À plusieurs reprises dans le roman (l , p. 93 par exemple) la mère se demande pourquoi on lui a fait quitter ce statut, sa «prison» où, paradoxalement, elle était heureuse car elle ne savait pas qu il existait autre chose au-delà de son monde étroit. C est donc une part de son innocence que la mère a perdue en même temps que son ignorance ; une innocence sacrifiée au profit de son initiation au progrès et de sa découverte de la civilisation moderne. 6 Quel regard les Occidentaux portent-ils sur les Marocains d après le narrateur? Et inversement? Appuyez-vous sur des exemples précis pour répondre. Les Occidentaux ont un regard au mieux paternaliste, ils ne comprennent pas les Marocains et leurs traditions, c est ce que montre l épisode de la lecture (p. 144), quand la mère ne peut contenir son rire en lisant les livres occidentaux et les erreurs grossières qu ils comportent sur l histoire du pays, les pratiques religieuses des musulmans ou leur mode de vie. Cette méconnaissance se transforme même en négation totale de l identité marocaine quand le narrateur doit apprendre à l école la fameuse leçon sur «[ses] ancêtres gaulois» (p. 50). Inversement, la mère pose un regard d abord étonné et plein d incompréhension sur le monde occidental : après l anecdote des chaussures à talons faites par ceux qui «ne connaissent pas les pieds de chez nous» (p. 64), elle en vient à se moquer des Européens, tournant en ridicule les erreurs des livres (p ), jetant ceux erronés ou menteurs (p. 146) et espérant que, comme la marée descendante, les Occidentaux quittent leur position dominatrice au Maroc (p. 88) combat qu elle mène dans la seconde partie du récit. Une femme face à un monde d hommes 7 Retracez l évolution du personnage de la mère : présentez-la telle qu elle est au début du récit, puis relevez les étapes de son parcours initiatique. La mère est, au départ, une femme totalement ignorante et enfermée : elle est mère et épouse mais privée de libre arbitre et comme privée d âme : c est ainsi qu elle est décrite dans les premiers chapitres et qu elle se définit dans la deuxième partie (p ). Elle n existe pas pour elle-même mais dans son rapport aux hommes de sa famille. Quand ses enfants l éduquent, elle s ouvre peu à peu au monde et commence à le comprendre. Au début de la seconde partie, elle se dote même de moyens d action 21

12 Arrêt sur l œuvre comme la montre-boussole ou la voiture (chap. 1) pour aller prêcher sa bonne parole aux femmes des environs. Une fois son trajet personnel achevé, elle devient l égale des hommes de sa famille, on observe même une inversion des rôles : c est elle qui donne des ordres et qui explique les choses à son mari, elle met son professeur en difficulté en lui demandant des informations qu il ne connaît pas ou en le confrontant à ses contradictions (p ). L étape suivante fait d elle un guide, une initiatrice pour les autres femmes ( deuxième partie, chap. 6). Dans les dernières pages du roman, ayant achevé son parcours, elle quitte le Maroc pour clore définitivement ce cycle de vie. 8 Quelle image le narrateur donne-t-il de son père? Justifiez votre réponse par des exemples tirés du texte. Le père est un homme traditionnel, il est la figure de l autorité dans la famille ; ce n est d ailleurs pas pour rien que la mère croit le voir quand elle aperçoit de Gaulle à la fenêtre (p. 123). Il évolue peu et s éloigne progressivement de sa femme : au début, l apprentissage se fait en cachette (l épisode de la sortie au parc, p. 63) mais petit à petit sa femme devient une étrangère qu il ne comprend pas. Toutefois, ce portrait n est pas entièrement à charge. Le père, dans la première partie est montré comme généreux : il donne de l argent de poche à ses fils en récompense de leurs bonnes notes et paie la facture de téléphone de sa femme. Il pense avoir été particulièrement bon avec son épouse car il lui a donné des conditions de vie confortables (p. 126). À la fin du roman, enfin, il appelle de ses vœux cette «société nouvelle» et égalitaire dont sa femme lui a montré la voie (p. 162). 9 Quels messages la mère cherche-t-elle à faire passer dans la seconde partie du roman? Dans le chapitre 2, la mère apporte un message de paix et d égalité entre les peuples ; et dans le chapitre 6, elle donne aux femmes les moyens de s instruire et de prendre leur vie en main. Des mots pour mieux écrire p Lexique de l apprentissage Mots croisés Horizontalement : 1. Intellectuel. 2. Abstrait. 3. Archétype. Verticalement : A. Entendement. B. Rudiments. C. Critique. 22 Lexique de la domination a. Champ lexical de la domination : autonomie, féodalité, émancipation, hégémonie, impérialisme, souveraineté, tyran. Champ lexical de la soumission : brider, colonie, tributaire, tutelle. Lexique des idées altruisme égoïsme avant-garde retardataire, passéiste conservateur progressiste contestation accord, acceptation démocratie dictature fatalisme volontarisme moderniste passéiste progressiste conservateur philanthropie misanthropie Du texte à l image p. 181 Photographie d une femme marocaine à sa porte, Casablanca, Portrait d une jeune fille marocaine, (Images reproduites en couverture et en début d ouvrage, au verso de la couverture). Lire l image 1 Analysez la composition de la photographie de couverture en étudiant les couleurs dominantes et en montrant que leur opposition organise l image en deux grands pans verticaux distincts. La photographie de couverture est un portrait en gros plan d une femme, sur le pas de sa porte. Son regard est dirigé vers l extérieur mais nous ne savons pas ce qu elle observe. La composition de l image se divise en deux pans verticaux distincts, délimités par la porte. À gauche de l image et en arrière-plan, l intérieur de la maison est dominé par une couleur sombre, le gris sur le mur du fond, et semble ne pas laisser passer la lumière du jour, ménageant de nombreuses zones d ombre. À droite de l image et au premier plan, la porte est peinte d une couleur claire, vert d eau, et semble s ouvrir vers la lumière. 2 Décrivez le lieu où se trouve la jeune fille photographiée. Quelle impression se dégage de cette image? La jeune fille est photographiée à l intérieur d une maison, probablement, puisqu on aperçoit un mur au fond et, au sol, des carreaux noirs 23

13 Vers l écrit du Brevet et blancs en damier. Vêtue des habits traditionnels, elle est assise sur un tabouret, tournée de trois quarts vers l objectif. Son visage, souriant, semble serein. 3 Sur la photographie de la jeune fille, quel élément de décor n est pas montré, mais révélé par le jeu d ombres et de lumières? Que peut-il symboliser? Le jeu d ombres et de lumières sur la photographie révèle l existence d une fenêtre à barreaux. L ombre portée de ce grillage, sur le visage de la jeune fille, semble symboliser son enfermement : elle est comme emprisonnée chez elle, réduite aux seules tâches domestiques, et n a aucun accès direct avec le monde extérieur. 4 Que révèlent l attitude et l expression du visage de chacune de ces femmes sur leur état d esprit et leur mode de vie? C est moins l expression du visage que les éléments du décor qui nous renseignent sur le mode de vie de ces femmes. Elles sont toutes deux tenues à l écart du monde extérieur, au seuil de sa maison pour l une, cloîtrée à domicile pour l autre. Curieusement, malgré ce que les éléments du décor mettent en avant, le visage de ces femmes semble impassible, aucune expression de détresse ne se lit sur leur visage. Mais peut-être cette sérénité n est-elle qu apparente et cache-t-elle une certaine résignation? Comparer le texte et l image initiée au monde et à ses progrès, notamment par l intermédiaire de la radio et du téléphone. Mais, pareille à la femme en couverture, elle hésite encore à franchir le seuil de sa porte, frontière symbolique avec le monde extérieur : «Mais que va dire votre père? Non, non, non, je ne peux pas Pour l amour de Dieu Je vous en prie, mes enfants Je n aime pas le drame, il m est étranger Retournons vite à la maison Vous savez bien que je n en suis jamais sortie» (l , p. 66). Vers l écrit du Brevet p Première partie 5 En quoi la jeune fille photographiée ici peut-elle faire penser au personnage de la mère dans le texte de Driss Chraïbi? Dans la première partie du récit, retrouvez le passage que cette photographie peut illustrer. La jeune fille photographiée ici n est pas sans évoquer la mère du narrateur dans la première partie du récit. D après le peu que nous savons de son enfance, elle a été mariée très jeune et n est jamais sortie de chez elle avant que ses fils ne l y poussent. Servant de bonne à ses parents adoptifs et par la suite entièrement dévouée à ses proches, elle s est vue cantonnée aux tâches domestiques, restant prisonnière de sa propre maison. C est ce qu illustre le passage page 21 : «Personne ne lui avait rien appris depuis qu elle était venue au monde. Orpheline à six mois. Recueillie par des parents bourgeois à qui elle avait servi de bonne. À l âge de treize ans, un autre bourgeois cousu d or et de morale l avait épousée sans l avoir jamais vue. Qui pouvait avoir l âge de son père. Qui était mon père» (l ). 6 À quel moment, dans l évolution du personnage de la mère, la photographie de couverture peut-elle correspondre? Justifiez votre réponse. La photographie de couverture peut illustrer l épisode de la sortie au parc (première partie, chapitre 6). Comme la femme sur la photographie, le personnage de la mère commence à se tourner vers l extérieur, vers la lumière. Grâce à ses deux fils, elle a été 24 Questions I. Un récit d enfance 1. Quel est le point de vue adopté? Justifiez votre réponse en citant le texte. C est un récit à la première personne, en point de vue interne : le point de vue du narrateur. Le lecteur sait ce qu il fait (achat de fleurs, attente de la nuit ) et connaît ses sentiments («une boule m accompagna de marche en marche, qui ma crispait le ventre», l. 8-9). 2. a. Expliquez qui pose les questions mentionnées aux lignes 32-38, à qui, et par quel type de discours ces paroles sont rapportées. C est le narrateur qui se pose ces questions à lui-même pour ménager son attente ; elles sont rapportées en discours indirect libre : comme au discours indirect, les verbes sont à l imparfait («s occupait», l. 33 ; «comprenait», l. 34) ou au conditionnel présent («pourrait», l. 35) mais la ponctuation forte (points d interrogation) et l absence des verbes de paroles montrent que ce n est pas complètement du discours indirect. b. Quelles informations ce paragraphe apporte-t-il au lecteur quant au caractère du narrateur? Ce paragraphe traduit l envie et l impatience du narrateur, désireux de célébrer son premier Noël. 25

14 Vers l écrit du Brevet 3. a. Quel est le temps le plus souvent employé dans le récit? Donnez-en un exemple. Le temps le plus fréquemment employé dans le récit est le passé simple : «je fis» (l. 1), «Ma mère m accueillit» (l. 2) b. À quel temps le verbe «a voulu» (l. 19) est-il conjugué? Le verbe «a voulu» est conjugué au passé composé. c. Comment expliquez-vous ce changement de temps? Le narrateur change de temps pour mieux marquer la différence d époque entre les différents souvenirs : le récit d enfance est coupé de la situation d énonciation, comme mis à distance par le passé simple alors que le souvenir du refus des poèmes est plus proche, il est ancré dans la situation d énonciation. II. Le rêve d un premier Noël 4. a. Pourquoi le narrateur écrit-il qu il «veillai[t] avec les mots»? Dans la tradition chrétienne, la nuit de Noël se déroule lors d une veillée jusqu à la messe de minuit. Le narrateur, quant à lui, adapte cette célébration en se tenant éveillé grâce aux livres qui lui rappellent Noël mais qui n en ont pas la dimension religieuse. b. Relevez les éléments qui composent l univers dont rêve le personnage. Qu ontils en commun? Le monde dont il rêve est marqué par le froid : il y est question de «neige» (l. 13), de «Mr Christmas» (l. 16), «[des] Alpes et [de] l Himalaya» (l. 20), du «père Noël» (l. 20), et «des rennes» (l. 21). c. Ce monde rêvé est-il proche de l univers dans lequel vit le jeune garçon? Expliquez. Le monde rêvé est opposé à son monde familier. Le monde dans lequel il vit, le Maroc, se caractérise au contraire par la chaleur : les arbres (le «palmier dattier» et le «mimosa», l. 1-2), l absence de cheminée (l ) 5. «À défaut de cheminée, pourrait-il descendre par le tuyau de la cuisinière?» a. Réécrivez la phrase en transformant le groupe de mots soulignés en proposition subordonnée. Comme il n y avait pas de cheminée pourrait-il descendre par le tuyau de la cuisinière? Ou en inversant l ordre des propositions : Pourrait-il descendre par le tuyau de la cuisinière puisque nous n avions pas de cheminée. Toute subordonnée de cause est considérée comme juste. b. Quel est le rapport logique ainsi mis en évidence? C est un rapport logique de cause. 6. Quels sentiments le jeune garçon ressent-il? Appuyez votre réponse sur quelques citations. Le narrateur connaît l impatience et l excitation de Noël : il se plonge dans l esprit de Noël par la lecture et l écriture («je veillai avec les mots», l. 10 ; «j écrivis même des poèmes», l. 18), compte «jusqu à cent, jusqu à mille» 26 (l. 24) pour attendre de descendre ses souliers, lutte contre le sommeil. Il connaît aussi une déception quand sa mère se méprend et le prive d arbre de Noël : «une boule m accompagna qui me crispait le ventre» (l. 8-9) ; on peut alors penser aussi qu il a peur de rater son rendez-vous avec le père Noël. 7. Selon vous, le rêve du jeune garçon peut-il se réaliser? Pourquoi? Le rêve du jeune garçon a peu de chances de se réaliser : son rêve est trop éloigné de la réalité géographique et culturelle dans laquelle il vit. Sans compter que son rêve se heurte à un adversaire de taille : la mère. Son rôle est de s opposer, ici, à la réalisation des vœux de son fils. À deux reprises elle met en péril l organisation de son Noël européen : elle prend pour elle l ersatz de sapin en s attribuant le mimosa et elle empêche l enfant de placer ses souliers dans la cuisinière. III. Le regard du narrateur 8. a. «des yeux pailletés de diamants»: identifiez la figure de style présente dans cette expression. C est une métaphore qui établit un rapprochement entre les yeux et des diamants du fait de leur brillance, leur éclat. b. Quel sentiment traduit-elle chez la mère? Vous justifierez votre réponse en vous appuyant sur le texte. Cela traduit l émotion de la mère, sa joie face à un cadeau nouveau, quelque chose qu elle n a jamais eu, elle qui n avait même jamais vu de fleur. 9. «L imagination prêtant forme et consistance aux cartes géographiques, j écrivis même des poèmes qu aucun éditeur par la suite n a voulu publier et pourtant ils s élançaient à la découverte des Alpes, de l Himalaya, du père Noël et de son traîneau tiré par des rennes.» a. Quelle est la relation logique introduite par «et pourtant» (l. 19)? C est une relation d opposition. b. Quel regard le narrateur porte-t-il sur lui-même dans la phrase? Expliquez votre réponse. C est un regard amusé, il se moque un peu des prétentions d écriture d un enfant qui n a rien vu de ce dont il parle. 10. Quel effet la dernière question, qui porte sur Vercingétorix (l ), produit-elle? Cette question fait suite à une série d interrogations sur le père Noël qui montrent la méconnaissance du narrateur à propos d une tradition qui n est pas la sienne. La dernière question semble changer de sujet, il n y est pas question du père Noël mais, comme dans les autres interrogations, le narrateur semble chercher l appropriation d une figure qui ne lui est pas familière. De façon assez légère et humoristique, l auteur met en cause l éducation fallacieuse reçue par les enfants des pays colonisés. 27

15 Vers l écrit du Brevet Réécriture «Vers le soir, je fis l acquisition d une branche de palmier dattier et d un brin de mimosa. Ma mère m accueillit avec des yeux pailletés de diamants. [ ] Elle cloua la branche de palmier sur la porte de la cuisine, mit le mimosa dans ses cheveux.» Réécrivez ce passage en remplaçant «je» par «ils» et en employant le passé composé au lieu du passé simple. Vous ferez toutes les modifications nécessaires. Vers le soir, ils ont fait l acquisition d une branche de palmier dattier et d un brin de mimosa. Leur mère les a accueillis avec des yeux pailletés de diamants. [ ] Elle a cloué la branche de palmier sur la porte de la cuisine, a mis le mimosa dans ses cheveux. Deuxième partie Sujet de réflexion Le narrateur de ce texte aimerait adopter une tradition issue d une culture qui n est pas la sienne. Pensez-vous qu il faut être strictement fidèle à ses racines, ou estimez-vous qu il est bon de s ouvrir aux influences extérieures? Vous appuierez votre réflexion sur des arguments précis, qui seront illustrés par des exemples. influences extérieures) et justifiée par des arguments développés. Il faut aussi que la thèse défendue, les arguments et les exemples soient cohérents. Sujet d imagination Comme le narrateur de ce texte, il vous est déjà arrivé d avoir très fortement envie de quelque chose et de tout faire pour l obtenir. Racontez comment cela s est passé, à quel point vous désiriez cette chose, et à quel résultat vous êtes finalement parvenu(e). Ce sujet, d expérience personnelle, demande de se servir du texte comme point de départ mais pour s en écarter rapidement : le narrateur n est plus le même, le temps et le lieu sont ceux de l élève. Rester trop proche du texte, en faire un calque serait une erreur. L élève doit commencer par choisir précisément l objet de l attente en question en étant attentif à ne pas sortir du sujet : un objet, une autorisation, un voyage Le sujet donne ensuite tous les éléments nécessaires pour organiser le devoir : le récit de l envie suppose une présentation détaillée de ce qui fait envie en expliquant pourquoi, ensuite le récit doit s attarder sur ce qui a été fait pour voir ce souhait réalisé et enfin, en conclusion, le résultat de ces actions, c est-à-dire l obtention ou le refus de ce qui faisait envie. L expression des sentiments (envie, impatience, crainte, joie ou déception) fait partie des critères de réussite d un tel sujet. Pour traiter ce sujet, la situation du narrateur n est qu un point de départ : l élève doit répondre à la question en suivant son propre point de vue. Il faut commencer par étudier ce qui peut être défini comme «racines», pour qui et où (les exemples possiblement traités par les élèves peuvent être les suivants : fêtes religieuses, repas de famille, composition de la famille et rôle de la mère ou du père ). Ensuite, l élève pourra donner un exemple d ouverture aux influences extérieures et parler de ses conséquences (le cours d histoire peut fournir des exemples mais aussi des images plus proches des élèves : couples mixtes dont les deux membres viennent de deux traditions différentes, voyages et migrations ). À la suite de ces réflexions, l élève doit être à même de répondre à la question posée et d utiliser les exemples qu il a rassemblés. Pour réussir ce sujet de réflexion, il faut que la réponse soit claire (même si elle peut être nuancée, un mélange de fidélité aux racines et d ouverture aux 28 29

16 Bibliographie et sitographie Ouvrages sur la littérature francophone Jean-Paul Beaumarchais, Dictionnaire des littératures de langue française, Bordas, Jacques Noiray, Littératures francophones I : Le Maghreb, Belin, Collectif, sous la dir. de Jean-Louis Joubert, Les Littératures francophones depuis 1945, Bordas, Ressources sur Internet Sur La Civilisation, ma Mère! et la littérature africaine : séquence sur La Civilisation, ma Mère! de Khadidja Afrounn-Alabouch, professeure de lettres. : site consacré aux littératures du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie). : site de la revue du même nom. Sur la peinture orientaliste : visite virtuelle de l exposition «De Delacroix à Kandinsky. L orientalisme en Europe». : nombreux tableaux orientalistes. : exposition sur le voyage en orient en photos et en textes au xix e siècle. 30

Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle

Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiches pédagogiques 2 e cycle Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiche A* Animation du livre Fiche 2.1 Compréhension de texte Fiche 2.1 CORRIGÉ Fiche 2.2 Fiche «Éthique et culture religieuse»

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveaux B2/C1 : en bref trouble Thème : quand le cœur tressaille et que naît le Après une entrée dans le film par le titre et la scène

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

Le Relais Culturel de Wissembourg et les spectacles jeune public

Le Relais Culturel de Wissembourg et les spectacles jeune public Le Relais Culturel de Wissembourg et les spectacles jeune public Un dossier réalisé par le Relais Culturel de Wissembourg pour préparer la venue au spectacle des jeunes spectateurs «Le théâtre pour enfants,

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

R Projet d écoute FLA 10-2. Texte ludique : Fais ton ménage! Cahier de l élève. Nom :

R Projet d écoute FLA 10-2. Texte ludique : Fais ton ménage! Cahier de l élève. Nom : R Projet d écoute Texte ludique : Fais ton ménage! FLA 10-2 Cahier de l élève Nom : Fais ton ménage! DESCRIPTION DU PROJET Tu écouteras un extrait intitulé : Les petits pouvoirs de Suzanne Lebeau. L extrait

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B2 : en bref Thème : la jeunesse face à la justice Après avoir fait connaissance avec les personnages du film, les apprenants analyseront

Plus en détail

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Fiche Collection Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Une collection de livres concrets et amusants pour se repérer dans le monde des grands. SOMMAIRE Introduction p. 1 Fiche 1 L Europe p. 2 Fiche

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS ACADÉMIE DE STRASBOURG COLLÈGE FRANÇOIS TRUFFAUT CLASSE DE 3 e Entreprise BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS TEXTE D ÉTUDE Alex, un adolescent sans histoire,

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Pour un Québec Famille Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Semaine Québécoise des Familles Célébration du 9 mai

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Passages de Paris 8 (2013) 13-19 www.apebfr.org/passagesdeparis UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Entretien avec Nino MONTALTO Nino Montalto est né en Sicile. Très jeune, il travaille dans un

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Et avant, c était comment?

Et avant, c était comment? 3 Et avant, c était comment? Objectifs de l unité Tâche La première partie de l évaluation comprend une tâche, QUELS CHANGEMENTS!, divisée en quatre phases. Dans la première phase, il s agit d écouter

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy 1 Ecrire pour mieux lire : ce qu en comprennent les collègues, rapide tour de table En général : - Prendre une posture d écrivain

Plus en détail

Fiche d appréciation littéraire LES FÉES DU CAMPING

Fiche d appréciation littéraire LES FÉES DU CAMPING Fiche d appréciation littéraire AUTEUR: SUSIE MORGENSTERN Tout le monde le dit, écouter parler Susie Morgenstern est un vrai bonheur tant son verbe est chaleureux et sa joie de vivre communicative. S ils

Plus en détail

Ariane Moffatt : Je veux tout

Ariane Moffatt : Je veux tout Ariane Moffatt : Je veux tout Paroles et musique : Ariane Moffatt Sony Music France Thèmes La relation amoureuse, les enfants gâtés. Objectifs Objectifs communicatifs : Exprimer un sentiment. Exprimer

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 Thème : adolescence : vie révée / vie réelle Après une mise en route sur les motivations qui poussent un jeune à quitter son

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant 1 - Découverte : Le verbe au participe passé Rappel : le verbe au participe présent, c est : Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant C est grâce au participé présent

Plus en détail

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin.

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin. Réécriture Réécriture Réécriture La nouvelle fantastique Au XIX ème siècle, un genre nouveau naît et se développe : la nouvelle fantastique. La nouvelle est un récit bref, présentant des personnages peu

Plus en détail

Illusion & Réalité dans KOR

Illusion & Réalité dans KOR Illusion & Réalité dans KOR (Caméra Photographie Pouvoir) 1- La photographie dans KOR : Je me suis toujours demandée quel était le sens de la photographie qui revient très souvent aussi bien dans la série

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

Sur la presqu île de la Garoupe, Les étudiants de la classe de Gisèle ont goûté aux plaisirs minuscules d une sortie lumineuse.

Sur la presqu île de la Garoupe, Les étudiants de la classe de Gisèle ont goûté aux plaisirs minuscules d une sortie lumineuse. L'école buissonnière Hors les murs Sur la presqu île de la Garoupe, Les étudiants de la classe de Gisèle ont goûté aux plaisirs minuscules d une sortie lumineuse. Nous avons passé la semaine à découvrir

Plus en détail

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE Complément à la rencontre préparatoire GUIDE Dans le noir, je l entends qui m appelle ÉTAPE Qu est-ce que je vise dans cette rencontre? Permettre aux enfants d avoir une impression positive par rapport

Plus en détail

LA RÉDACTION AU BREVET

LA RÉDACTION AU BREVET LA RÉDACTION AU BREVET Il y a 2 sujets au choix. Quel que soit votre choix, il est impératif de : 1. bien lire le sujet 2. souligner les mots importants 3. dégager ce qui est important,l'intérêt du sujet

Plus en détail

Le bon Samaritain Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

Le bon Samaritain Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Découvrir le chemin de l intimité grâce au bon Samaritain Catéchèse 1 1 Pourquoi et comment se faire proche des autres et de soi-même comme Jésus? Accueil et chant mimé En paraboles de Mannick et Gaëtan

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

Pour faire le portrait

Pour faire le portrait Fiche élève 1 CE 1 / CE 2 Pour faire le portrait 1. Écris un texte court pour décrire les trois personnages suivants. Pour chacun des trois personnages (Mémé, l architecte, le réalisateur italien), on

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Vanessa Winship. Voyage mélancolique. 14 janvier au 8 mars 2015. 5 novembre 2014 5 janvier 2015

Vanessa Winship. Voyage mélancolique. 14 janvier au 8 mars 2015. 5 novembre 2014 5 janvier 2015 Vanessa Winship Voyage mélancolique 14 janvier au 8 mars 2015 5 novembre 2014 5 janvier 2015 «Pour moi la photographie est un processus d apprentissage, un voyage vers la compréhension» Vanessa Winship

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

Conversations au château hanté : Scène de ménage

Conversations au château hanté : Scène de ménage Séquence 34 - Sketch 1/5 Les verbes terminés par «-ant» sketches à imprimer, sketchs à imprimer, sketch à imprimer, sketches gratuits, sketchs gratuits, sketch métier, sketch à jouer, sketch fle, sketch

Plus en détail

Là où vont nos pères1

Là où vont nos pères1 Là où vont nos pères1 Ces pages ne cherchent pas à servir de guide d interprétation pour cet album sans paroles. Chacun y cherchera et y trouvera des significations personnelles, des situations familières

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

Si j'étais à ta place

Si j'étais à ta place Si j'étais à ta place Les fiches-consignes avec le début de la phrase sont distribuées par l'enseignant ou tirées au sort. Chaque élève doit compléter sa phrase. Puis il se concerte avec son partenaire

Plus en détail

Exercices de langue. Consigne : Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance d un français/une française. Complète le dialogue.

Exercices de langue. Consigne : Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance d un français/une française. Complète le dialogue. Exercices de langue Compétence pragmatique à évaluer : se présenter (dire son nom et son âge, son origine, en quelle classe on va, quelles langues on parle) Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance

Plus en détail

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur Rétrospective Le Secret Vincere, de Marco Bellochio Italie 2009 1h59 - Couleur Fiche pédagogique réalisée par Sébastien Farouelle Scénario : Marco Bellocchio, Daniela Ceselli Image : Daniele Ciprì Montage

Plus en détail

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Une fonction descriptive Par la redondance avec le texte, elle apporte des précisions quand à la description des lieux et de personnages,

Plus en détail

Introduire des documents visuels dans sa pratiqu de classe

Introduire des documents visuels dans sa pratiqu de classe NOUVEAUX ARRIVANTS & ENFANTS DU VOYAGE ADAPTER SA PÉDAGOGIE À LA PRÉSENCE D'ÉLÈVES ALLOPHONES EN CLASSE ORDINAIRE Introduire des documents visuels dans sa pratiqu de classe Marie-Claude Pignol est enseignante

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Atelier 3. Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. les lutins. Le langage au cœur des apprentissages : «Au pays des lutins couleurs»

Atelier 3. Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. les lutins. Le langage au cœur des apprentissages : «Au pays des lutins couleurs» Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. Lorsque le petit homme naît, il privilégie énormément le toucher à sa vue, encore mal affinée. A 3 mois, il ne reconnaît pas un objet qu il n a pas touché

Plus en détail

Carnet de littérature

Carnet de littérature Carnet de littérature Instruction officielle 2002 «On peut aussi encourager les élèves à se doter d un carnet de littérature qu ils utilisent très librement pour conserver en mémoire les titres des œuvres

Plus en détail

LA DÉSINTÉGRATION de Philippe Faucon

LA DÉSINTÉGRATION de Philippe Faucon MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe LA DÉSINTÉGRATION de Philippe Faucon Thèmes : l intégration, la religion. Parcours - B2 : en bref Après avoir découvert l ambiance du film grâce

Plus en détail

Les 400 Coups étude du film Fiche élève A2

Les 400 Coups étude du film Fiche élève A2 Les 400 Coups étude du film Fiche élève A2 Thèmes L école Les années 50 Le cinéma français Idées d exploitati ons pédagogiq ues Objectifs communicatifs Comprendre un film Comparer son école avec l école

Plus en détail

Lettre ouverte à mon homme

Lettre ouverte à mon homme L amour 6 DITES-MOI UN PEU Lettre ouverte Lettre ouverte à mon homme Dans dix-huit jours je serai mariée, tu seras mon époux. Pourtant, je ne t aime pas. J ai vingt-neuf ans, un physique agréable, un travail,

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944)

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) Huit clos est une pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre, dont la première représentation a eu lieu en 1944. Le récit se déroule en enfer, il prend ici la forme d

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS

DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS 9 NOTIONS INTÉRESSANTES SUR LA LECTURE À SAVOIR ET À PROMOUVOIR LA PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS VOUS CONCERNE? CETTE LISTE VOUS INTÉRESSERA

Plus en détail

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème )

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Titre : Comme le Petit Chaperon Rouge de Perrault, apprenons à nous méfier des apparences... Pré requis de

Plus en détail

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Document conçu et réalisé par Danièle Beaudoin, Marina Drolet, Isabelle Gagné et Éloise Lavoie révisé par Liette Champagne Le

Plus en détail

La Vénus d Ille. de Prosper Mérimée. Clefs d analyse

La Vénus d Ille. de Prosper Mérimée. Clefs d analyse La Vénus d Ille de Prosper Mérimée Clefs d analyse La Vénus d Ille Clefs d analyse Clefs d analyse : ligne 277 à 342 (p. 33 à 35) Action et personnages 1. Quels sont les indices qui nous montrent qu'une

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

CONVERSATION EN COURS DE ROUTE

CONVERSATION EN COURS DE ROUTE 1 La b ussole Un outil pratique pour les formateurs de disciples Multiplier Apprendre à utiliser la brochure Satisfait? CONVERSATION EN COURS DE ROUTE J ai une question pour toi. Quel enseignement biblique

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Leçon : La phrase GRAMMAIRE. 1. La phrase est une suite de mots qui a du sens : elle raconte

Leçon : La phrase GRAMMAIRE. 1. La phrase est une suite de mots qui a du sens : elle raconte GRAMMAIRE La phrase 1 1. La phrase est une suite de mots qui a du sens : elle raconte quelque chose. 2. Au début de la phrase, on trouve une majuscule. 3. A la fin de la phrase, on trouve un point. Lis

Plus en détail

Fiche pédagogique Le rêve de Dieu

Fiche pédagogique Le rêve de Dieu AUTEUR L archevêque Desmond Tutu a reçu le prix Nobel de la Paix en 1984. Considéré comme la conscience morale de l Afrique du sud, il a contribué à défaire l apartheid avant de se mettre au service de

Plus en détail

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle MEXIQUE ETATS-UNIS Le drapeau mexicain Le fait qu elle le tienne dans sa main gauche indique qu elle préfère son pays d origine Le drapeau américain Il flotte dans la fumée des cheminées d usine C est

Plus en détail

FICHE ENSEIGNANT. Objectif. Objectif spécifique

FICHE ENSEIGNANT. Objectif. Objectif spécifique 1 ACTIVITÉ Domaines Langue française Éducation humaine (vivre ensemble) Objectif Sensibiliser aux effets du marketing sur nos achats. Objectif spécifique Sensibiliser à une consommation avertie. Compétences

Plus en détail

Le Petit Prince et le renard

Le Petit Prince et le renard LISEZ CE TEXTE ET FAITES LES ACTIVITÉS SUIVANTES. Le Petit Prince et le renard [ ] C est alors qu apparut le renard. - Bonjour, dit le renard. - Bonjour, répondit poliment le Petit Prince, qui se retourna

Plus en détail

BREVET BLANC N 1 FRANÇAIS

BREVET BLANC N 1 FRANÇAIS BB1FRS0109 BREVET BLANC N 1 Session janvier 2009 FRANÇAIS SÉRIE COLLÈGE Première partie : 1 h 30 - Questions (15 points) et réécriture (3 points) 1 h 15 - Dictée (7 points) 15 minutes LE TEXTE DOIT ÊTRE

Plus en détail

Des souvenirs, des émotions... Les maisons dans lesquelles nous avons vécus en recellent. Bénabar l'exprime en chanson, et dans son vidéo clip.

Des souvenirs, des émotions... Les maisons dans lesquelles nous avons vécus en recellent. Bénabar l'exprime en chanson, et dans son vidéo clip. Des souvenirs, des émotions... Les maisons dans lesquelles nous avons vécus en recellent. Bénabar l'exprime en chanson, et dans son vidéo clip. Niveaux : A2 à B2 Public : adolescents / adultes Objectif

Plus en détail

Orelsan : Plus rien ne m étonne

Orelsan : Plus rien ne m étonne Orelsan : Plus rien ne m étonne Paroles et musique : Orelsan Skread Thèmes La société, le progrès, la mode. Objectifs Objectifs communicatifs : Raconter un clip. Imaginer la fin d un clip. Retrouver l

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

Zazie : Être et avoir

Zazie : Être et avoir Zazie : Être et avoir Paroles et musique : Zazie / Philippe Paradis Mercury / Universal Music Thèmes La consommation, le bonheur. Objectifs Objectifs communicatifs : Décrire une pièce. Donner une définition

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

Thomas Dutronc : Demain

Thomas Dutronc : Demain Thomas Dutronc : Demain Paroles et musique : Thomas Dutronc Mercury / Universal Music Thèmes La conception de la vie, la joie de vivre, l insouciance. Objectifs Objectifs communicatifs : Donner son avis,

Plus en détail

Fabien Bœuf : La bulle

Fabien Bœuf : La bulle Fabien Bœuf : La bulle Paroles et musique : Fabien Boeuf Booster/WTPL Music Thèmes La maison, le chez-soi, la vie en couple. Objectifs Objectifs communicatifs : Identifier le sujet de la chanson. Exprimer

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

Nous nous demandons donc en quoi cette scène de comédie est au service de la présentation de Tartuffe.

Nous nous demandons donc en quoi cette scène de comédie est au service de la présentation de Tartuffe. Introduction Molière est un grand auteur classique et acteur de théâtre français du XVIIe siècle, né en 1622 et décédé en 1673. Il écrit de nombreuses pièces qui rencontrèrent le succès comme «L école

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage LES ACCOMPAGNEMENTS PROPOSÉS As trame propose différentes formes de soutien aux familles concernées par une situation de deuil. Pour les enfants et les adolescents : suivis en groupe, en individuel, en

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Nom. Choisissez la bonne réponse. Notez la page qui la justifie.

Nom. Choisissez la bonne réponse. Notez la page qui la justifie. Nom Choisissez la bonne réponse. Notez la page qui la justifie. 67. Après avoir rencontré les six personnages A. ils n apparaissent plus dans la suite du récit. B. deux d entre eux apparaissent dans la

Plus en détail