Lecture panoramique des avancées en macroéconomie DGE 1 Révolution keynésienne et Contre révolution des anticipations rationnelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lecture panoramique des avancées en macroéconomie DGE 1 Révolution keynésienne et Contre révolution des anticipations rationnelles"

Transcription

1 Macroéconomie Dynamique, par One pager Décembre 2012 Vol. 4 Num. 009 Copyright Laréq 2012 Lecture panoramique des avancées en macroéconomie DGE 1 Révolution keynésienne et Contre révolution des anticipations rationnelles James Wabenga Yango 2 & Jean Paul Kimbambu, Tsasa Vangu 3 Résumé Ce papier discute de l évolution de la modélisation macroéconomique et des développements de modèles d équilibre général dynamique et stochastique (DSGE). Le mobile justificatif de cette écriture réside dans le fait que la modélisation macroéconomique DGE apparaît comme la dernière étape du développement de la macroéconomie depuis les travaux de Keynes (1936). Mot clé: Macroéconomie DSGE. Abstract This paper discusses the evolution of macroeconomic modeling and the development of DSGE models. The interest of this presentation is that the DSGE macroeconomic modeling appears as the last step in the development of macroeconomics since the publication of Keynes s General Theory in Introduction La révolution qu a connue la théorie économique contemporaine est partie de la controverse qu a soulevée l équation : que Phillips estima en D une part, les prédictions de cette équation ont complété l écriture de la théorie générale de Keynes (1936) qui entretenait un flou sur la théorie de la relation inflation fluctuations 4. Ainsi, les résultats de cette équation ont alimenté le carquois keynésien des arguments et justifications de l analyse du déséquilibre et d arbitrage dans une perspective de court terme (Samuelson Solow, 1960). Et d autre part, ces résultats ont été à la source d une vague de contestations à cause, notamment, de son incapacité à expliquer et prévoir un phénomène nouveau 5 qui vit le jour dans la décennie 1970 (Friedman, 1968 ; Lucas, 1976). Ce qui poussa les nouveaux économistes classiques de 1 Les auteurs remercient Blaise Nlemfu (Université de Sherbrooke) pour ses suggestions et commentaires. Ce papier résulte d une série d échanges dans le cadre de l applicabilité des modèles EGC et DSGE dans le cas de l économie congolaise (RDC). Sa version primitive a été présentée dans un essai défendu en septembre 2012 au NPTCI/UNIKIN. 2 M.Sc. student à l Université Laval (Macroeconometrics) et chercheur au Laboratoire d Economie Expérimentale de l Université Laval (LEE Université Laval). Mail : 3 Ph.D. student (Sciences économiques) à l Université de Montréal et Chercheur au Laboratoire d Analyse Recherche en Economie Quantitative [LAREQ]. Mail : 4 Il convient de préciser que l écriture de la théorie générale de Keynes avait entretenu pendant la période un trou noir concernant la relation salaire et emploi. En effet, la faute reprochée à Keynes (1936), c est de vouloir appréhender l interaction existant entre salaire et emploi, sans toutefois disposer d une théorie de la relation inflation fluctuation. A ce sujet, l économiste américain Hansen (1967) estime que le Maître ne traite pas d éventuelles conséquences inflationnistes d un programme systématique de plein emploi. Ainsi, Phillips (1958), puis Samuelson Solow (1960), en voulant sonder ce mystère, sont parvenus à établir une corrélation négative entre le taux de salaire et le taux de chômage, puis un lien négatif entre taux d inflation et taux de chômage, c était la naissance de la plus célèbre courbe en macroéconomie : la courbe de Phillips. 5 Il s agit de la stagflation, co existence de niveaux d inflation et de chômage élevés. 48

2 forger une nouvelle approche d analyse, caractérisée plus particulièrement par les affronts faits par un groupe d économistes : Kydland, Lucas, Prescott, Sargent, Wallace contre le paradigme dominant de l époque. En remettant en cause l efficacité des modèles qui fondaient la justification des décisions de politique macroéconomique pendant les trente glorieuses (Friedman, 1968), en revisitant les hypothèses qui sous tendaient leur construction et en réinventant la méthodologie d approcher l économique (Lucas, 1972, 1976 ; Sargent et Wallace, 1975) 6, l économiste a simplement reconsidéré la toile de fonds de sa discipline et s est proposé de forger de nouveaux outils d analyse des phénomènes et faits vécus dans la société. C est ainsi qu on est parvenu, notamment à : (i) la révolution des anticipations rationnelles ; (ii) le courant revendiquant l unification de la microéconomie et de la macroéconomie et (iii) la construction des modèles d équilibre général dynamique et stochastique (DSGE, Dynamic Stochastic General Equilibrium). De même que la relation établie par Phillips a failli dans les années 1970, ainsi, les modèles DSGE, non plus, n ont pu prédire la crise financière qui a débuté en Va t on, une fois de plus, assister à un renouvellement de la théorie économique comme cela fut le cas en 1776, 1936 et 1976? Il nous semble difficile de répondre à une telle question, si l on ne comprenait pas préalablement les grands épisodes de l évolution et de développement enregistrés en analyse macroéconomique. Ainsi, ce présent papier se propose de retracer l évolution de la modélisation macroéconomique (section 1) et de discuter des développements de la macroéconomie dynamique (section 2), avant de conclure par quelques critiques adressées à cette branche de la modélisation macroéconomique. Evolution de la modélisation macroéconomique La macroéconomie, fille de la crise de 1929, a longtemps été attachée à la pensée keynésienne. Et les premiers efforts de modélisation du dogme keynésien, notamment par Hicks (1936), Tinbergen (1939) ou Klein (1950) ont été caractérisés par un discours ad hoc dans la construction des relations entre arguments expliqués et arguments explicatifs. D une part, cette approche de construction n a pas épargné cette première génération des modèles aux critiques quant à la pertinence et à la qualité de leurs prédictions. En effet, les prédictions issues de ces modèles n ont pas permis d expliquer efficacement les phénomènes vécus dans les années 1970, notamment la stagflation et l inefficacité partielle des politiques conjoncturelles 7. Et d autre part, ces modèles étaient construits sur des considérations myopes : équilibre partiel ; non prise en compte des fondations microéconomiques des relations qui existeraient entre les variables macroéconomiques ; fixité des paramètres estimés. Les prédictions et les simulations de ces modèles étaient dotées de deux hypothèses fortes, à noter : le ceteris paribus d Alfred Marshall et la passivité des agents économiques face aux modifications des politiques économiques (comportements myopes). 6 La littérature économique parle de la proposition LSW, de noms de Lucas (Robert), Sargent (Thomas) et Wallace (Neils). D après cette propriété, les politiques économiques sont neutres ; d où la remise en question des principes centraux de la macroéconomie d inspiration keynésienne. Cette façon de concevoir les choses a été fortement objectée par Fischer (1977) et Taylor (1979a, 1979b). Ceux ci réhabilitent les politiques de stabilisation en introduisant une rigidité des salaires à court terme par l intermédiaire de contrats négociés sur deux ou plusieurs périodes. 7 Par exemple, Lucas (Prix Nobel d économie en 1995) a affirmé que l analyse macroéconomique de l emploi et de l inflation ne pouvait fonctionner que si elle s appuyait sur les fondations microéconomiques utilisées pour analyser les marchés individuels, et la façon dont ces marchés interagissaient pour créer un équilibre général. 49

3 Ces faiblesses ont conduit les économistes de l école de Chicago à reconsidérer les fondements de la modélisation macroéconomique. Contrairement aux partisans de la tradition post keynésienne qui modélisaient en termes de circuit de transmission 8, Milton Friedman adopte, puis popularise, une approche en termes de boîte noire 9. Au sens de Friedman, il est quasi impossible de formaliser en termes d un circuit de transmission les interactions entre agrégats macroéconomiques. Figure 1 : Approche en termes de circuit versus Approche en boîte noire Paradigme keynésien Augmentation de la masse monétaire Baisse du taux d intérêt réel Hausse des investissements Elévation du revenu national Paradigme friedmanien Masse Monétaire Revenu National Relevant les faiblesses de la boîte noire au sens de Friedman, c est à dire approche se basant sur l analyse corrélative, Christopher Sims (1972) et Clive Granger (1980) développèrent une alternative en terme de causalité. En effet, puisque l approche popularisée par Friedman a hérité de toutes les faiblesses du coefficient de corrélation de Bravais Galton Pearson (corrélation paramétrique), il était indispensable de développer une approche qui corrigerait le biais entraîné par les relations fortuites dans l interprétation des faits. S attelant sur l idée novatrice de Muth introduite, dès 1961, en analyse économique, les travaux de Lucas (1972, 1976) et ceux de ses partisans, notamment Sargent et Wallace (1975), développèrent un nouveau soubassement de la modélisation macroéconomique. Il s agit de la célèbre hypothèse d anticipations rationnelles. D après celle ci, toute anticipation associée à la variable et faite par les agents économiques à la date t 1 pour la date t correspond à l espérance mathématique conditionnelle de la variable en cause, compte tenu de l information disponible en t 1. Mathématiquement, on écrit : Si l on adopte une classification de modèle en considérant comme référence l hypothèse d anticipations rationnelles, il y a lieu de distinguer quatre grands épisodes du développement de la modélisation macroéconomique : Modèles macroéconomiques avec anticipations adaptatives. Ces modèles, s inscrivant dans l optique de la demande, permettent d évaluer, de façon unifiée, l impact des chocs, et donc des politiques économiques. Cependant, l hypothèse d anticipations retenue affecte le bon sens des décideurs politiques, car ceux ci sont obligés de considérer pour l ensemble de la période que les agents 8 Par exemple, (1) si la masse monétaire (M) augmente, cela va entrainer successivement : (2) une baisse du taux d intérêt (i), (3) une augmentation des investissements (I) et (4) une augmentation du produit global (Y). 9 Considérations qui ont, sans nul doute, contribué à la naissance de l économétrie sans théorie. 50

4 économiques commettent la même erreur. Ainsi dit on que les politiques créent un biais vers des politiques expansionnistes, car générant des réactions quasi statiques même en cas de perturbations cycliques, ceteris paribus. Modèles macroéconomiques avec anticipations rationnelles. Contrairement aux modèles précédents, ceux ci génèrent des réactions dynamiques plus réalistes en cas des perturbations cycliques. Ces modèles, n étant pas construits sur des considérations théoriques solides, rendent difficile l évaluation des effets des politiques économiques sur l offre agrégée. Modèles des cycles réels. Ces modèles dotent les modèles d anticipations rationnelles des fondements théoriques plus solides mais ne laissent que peu de place à l analyse des politiques macroéconomiques. In fine, il convient de noter qu en pratique, l équilibre de long terme d une économie est continuellement perturbé par des chocs. Ces chocs peuvent être temporaires ou permanents, anticipés ou non. Selon le type de choc, l équilibre de l économie peut changer ou non, et l ajustement optimal de retour à l équilibre peut être instantané ou différé. Le chemin suivi par une économie au cours de l ajustement vers l équilibre est appelé cycle réel (RBC 10 ) même s il ne s agit pas nécessairement d un cycle proprement dit (Wickens, 2010). Modèles d équilibre général dynamique stochastique. Ces modèles, en dotant des fondations microéconomiques les réactions de l offre et de la demande agrégées, enrichissent à la fois les fondements théoriques de trois premiers modèles. Ces modèles étant aux prémices de leur développement, ils restent, jusqu à ce jour, quasi - difficiles à construire et à appliquer. Dans la section suivante, notre attention sera focalisée sur les modèles d équilibre général dynamique stochastique. Nous remarquons, avec Carré (2010), que ces modèles ont été développés dès la fin des années Les premiers modèles standards 11 furent mis en œuvre par Woodford (2003), Smets et Wouters (2003). Développements des modèles DSGE Rappelons tout d abord, comme le soulignent Avouyi Dovi, Matheron et Fève (2007), que la synthèse néoclassique, qui est une combinaison du schéma keynésien de court terme et de la théorie de la croissance (vision classique de long terme), jointe aux progrès de l économétrie, de la statistique et de l informatique, a suscité l apparition, dans les années 1950, de modèles macro-économétriques de grande taille dans les pays développés. Et dans la plupart du temps, l analyse macroéconomique, s appuyant sur ces modèles, considérait une combinaison des courbes d offre et de demande agrégées et de la relation de Phillips. L analyse de performances de ces modèles a révélé leur faible capacité à fournir des prévisions ou à décrire correctement certains phénomènes. Cette constatation a conduit à un certain désenchantement tant des constructeurs que des utilisateurs, puis a eu pour conséquence une moindre utilisation de ces modèles voire leur abandon progressif dans les milieux académiques et, dans une moindre mesure, dans 10 Real Business Cycle Theory. 11 Appelés également modèle prototype (Lubik et Schorfheide, 2004), pierre angulaire de modèles DSGE de référence (Goodhart, Osorio et Tsomocos, 2009) ou simplement références pour les modèles DSGE (Mishkin, 2007 ; Rudebusch, 2008). 51

5 les institutions ou organismes spécialisés (Avouyi Dovi et al., 2007). D où, les critiques d ordres empirique (Friedman et Sims), théorique (Lucas, Sargent) et pratique. Du point de vue empirique, dans la décennie 1970, Friedman a mis en évidence l instabilité de la courbe de Phillip dans le temps. Ces critiques ont affaibli la pertinence des modèles macro-économétriques, car à l époque, ces modèles n en prenaient pas compte. Par ailleurs, Sims (1980) a remis en question la pratique qui imposait le caractère exogène de certaines variables intervenant dans la résolution des modèles macroéconomiques traditionnels. Il a démontré que cette hypothèse n était pas toujours satisfaisante d un point de vue théorique et de fois, apparaissait ad hoc. Parallèlement, Lucas (1976) émet une critique d ordre théorique en s attaquant à l usage des modèles macro-économétriques pour analyser l impact de la politique économique. En effet, les modèles traditionnels contiennent des équations de comportement qui relient les variables d intérêt à des facteurs explicatifs, dont des variables de politique économique. Ainsi, l un des emplois des modèles consiste à étudier l impact d une modification de la politique économique sur les variables d intérêt, toutes choses égales par ailleurs. Lucas critique cette utilisation car si les agents privés avaient des comportements dynamiques d optimisation et exploitaient rationnellement l information disponible, ils devraient, suite à l annonce d une décision de la politique économique, modifier leur comportement pourtant supposé invariant (Avouyi Dovi et al., 2007). Contrairement aux modèles macro-économétriques, Lucas (1976), puis Lucas et Sargent (1979) proposent la construction de modèles sous forme de systèmes économiques résultant de l interaction entre les agents économiques dont les objectifs et les contraintes sont modélisés et interprétés à l aide d outils empruntés à la théorie microéconomique. Cette conception, dans la démarche de la modélisation, marque le point de rupture le plus tranché entre la recherche académique et la pratique macroéconométrique adoptée, en général, dans les institutions économiques. In fine, il y a lieu également de noter que les modèles macro-économétriques tels que conçus posaient de nombreux problèmes, notamment : - En termes de gestion : ces modèles, étant de grande taille, nécessitaient souvent la mobilisation d une équipe à effectif important ; - En termes de mise à jour : le processus d actualisation des équations était tellement fastidieux que les modélisateurs se contentaient à maintenir les équations obsolètes. Lucas (1987) considère et présente les modèles du «cycle réel» comme la meilleure illustration quantitative de ses recommandations méthodologiques définies dans Lucas (1976, 1977). S inscrivant dans la lignée de Lucas (1976, 1977), Kydland et Prescott (1982) et Long et Plosser (1983) se proposent d interpréter les fluctuations conjoncturelles comme la réponse optimale des agents économiques à des chocs réels exogènes. Ces travaux ont été à l origine de la théorie du cycle économique réel (RBC) et donc, de modèles d équilibre général dynamique en concurrence pure et parfaite dans lesquels les chocs de productivité expliquaient l essentiel des fluctuations. 52

6 La non distinction dans l examen des phénomènes de croissance de long terme et de fluctuations de court terme a permis le développement de la version stochastique des modèles d équilibre général dynamique. Les modèles RBC n ont pas échappé aux critiques des économistes, notamment les pro keynésiens, à cause, notamment, de ses hypothèses (concurrence pure et parfaite, anticipation rationnelle). Aussi, les banques ont rejeté les modèles RBC, puisque son approche ignorait totalement la pertinence de la monnaie au sein de l économie 12. Par ailleurs, Cogley et Nason (1995) estiment que les modèles RBC éprouvent des difficultés à reproduire les propriétés de persistance des séries macroéconomiques. Cherchant à intégrer les différentes critiques adressées aux modèles RBC, les économistes ont développé de modèles macroéconomiques prenant en compte les principaux éléments théoriques du courant des cycles réels et les avancées théoriques, méthodologiques et empiriques de trente années ayant suivi la critique de Lucas. Ainsi, au passage du temps, l abréviation RBC (Real Business Cycle) a laissé progressivement la place au sigle DSGE. Nous reprenons ci après les apports distingués par Avouyi Dovi, Matheron et Fève (2007). 1) Prise en compte de la monnaie Parmi ces apports, on note les travaux de Cooley et Hansen (1989) qui évaluent l importance des chocs monétaires dans les économies où la monnaie est détenue pour un motif de transaction. Les conclusions de leurs investigations montrent que les chocs monétaires ne contribuent que faiblement aux fluctuations de l activité économique. Ces résultats ont poussé, notamment King et Plosser (1984) et Kydland et Freeman (2000) à analyser la corrélation entre monnaie et production comme le résultat des variations endogènes de la monnaie en réponse à d autres chocs. Christiano (1991) et Christiano et Eichenbaum (1995), à la suite des travaux théoriques de Lucas (1990), ont développé de modèles dits de «participation limitée». La particularité de ces modèles est qu ils intègrent les imperfections financières et la capacité limitée des agents à ajuster leurs portefeuilles de titres. 2) Prise en compte des rigidités sur le marché du travail Les modèles d équilibre général dynamique de la première génération souffrent d un manque de propriétés d amplification et de propagation des chocs. D aucuns estiment que cette faiblesse résulterait de la modélisation très pauvre du marché du travail (Avouyi Dovi, Matheron et Fève,2007). Ainsi, de nombreux auteurs ont cherché à introduire des frictions sur le marché du travail (Burnside Eichenbaum, 1996 ; Burnside Eichenbaum Rebelo, 1993). Par ailleurs, Danthine et Donaldson (1990), Gomme (1999) et Alexopoulos (2004) modélise le salaire, non comme la productivité marginale du travail, mais en considérant l hypothèse de salaire d efficience. Collard et Delacroix (2000) estime que ce mécanisme peut contribuer à la propagation des effets des 12 Les prédictions des modèles RBC réhabilitent l hypothèse de neutralité de la monnaie ; les initiateurs du modèle en cause parlent même de la super neutralité de la monnaie. 53

7 chocs dans les modèles DSGE. Des résultats semblables ont été obtenus par Mortensen et Pissaride (1994) ; Andolfatto (1996) ; Merz (1995) ; den Hann, Ramey et Watson (2000). 3) Prise en compte de la concurrence imparfaite Hall (1986) puis Basu et Fernald (1997) ont montré que le marché des produits n est pas parfaitement concurrentiel, car faisant apparaître de comportement de marge. D où, le développement des modèles de cycle dans lesquels la concurrence pure et parfaite est remplacée par l hypothèse de concurrence monopolistique. Ainsi, Hornstein (1993) établit que les chocs de productivité ont des effets amoindris. Rotemberg et Woodford (1992, 1995) montrent que cette hypothèse rend mieux la compréhension de la réaction des variables macroéconomiques aux chocs de dépenses publiques. S inscrivant dans la même logique, Carlstrom et Fuerst (1997) et Bernanke, Gertler et Gilchrist (1999) se sont intéressé aux frictions sur les marchés financiers. Comme le mentionne Avouyi Dovi, Matheron et Fève, (2007), dans ce cadre, des entrepreneurs développent des projets d investissement mais sont contraints par leur richesse. Ils recourent alors au crédit pour financer leurs projets. Le succès de ces projets est imparfaitement observable, ce qui conduit l offre de crédit à dévier de son niveau optimal. Les variations endogènes de l offre de crédit sont ainsi un puissant mécanisme d amplification et de propagation des chocs. Ces différents apports ont permis le raffinement théorique des modèles RBC. Ce raffinement a provoqué certains changements dans l analyse de faits. Si les prolongements des modèles RBC continuent d interpréter les fluctuations comme la réponse d équilibre des agents privés aux différents chocs, toutefois, ils n admettent plus qu il s agit d une réponse optimale. Ces considérations rendent les modèles d équilibre général plus perméables aux développements de la nouvelle macroéconomie keynésienne. C est dans ce cadre que les modèles DSGE avec viscosité des prix virent le jour, notamment avec les travaux de : - Hairault et Portier (1993) Yun (1996) et King et Wolman (1996) qui dévoilèrent comment intégrer les rigidités nominales dans les cadres DSGE ; - Gali et Gertler (1999) qui, en modifiant le modèle de King et Wolman (1996), montrent que l équation régissant le comportement dynamique de l inflation est une version prospective de la courbe de Phillips qui relie l inflation à sa valeur passée, à sa valeur future et au coût marginal réel (nouvelle courbe de Phillips) ; - Woodford (2003) qui cherchent à améliorer les modèles DSGE, en considérant les résultats théoriques de Ball et Romer (1990). Ces résultats proposent une combinaison des rigidités nominales et réelles. Au passage, sur le plan de l analyse de la relation bien être et imposition, il y a lieu de noter que Chari et al (1994) ont comparé le bien-être lié à des politiques d imposition alternatives du travail et du capital en utilisant des méthodes de simulation fondées sur un modèle d équilibre général dynamique. Ils ont montré que les gains de bien-être les plus importants apparaissent pour un impôt initial sur le capital élevé et un impôt sur le travail négatif. Par la suite, ils ont montré que l impôt sur le capital devrait être proche de zéro et celui sur le travail positif, mais assez stable. Néanmoins, ils ont également démontré que le bénéfice d une imposition nulle du capital est faible. Cela suggère que la tentation pour le 54

8 Calcul Economique gouvernement d imposer le capital dans les périodes suivantes, malgré sa promesse de ne pas le faire, est considérable. Cette tentation est la plus importante à la suite d une hausse inattendue des dépenses publiques, ou d une baisse des revenus fiscaux. Céder à une telle tentation détruirait bien entendu et de façon permanente la crédibilité des promesses du gouvernement de ne pas imposer les futurs revenus du capital. Une fois que le secteur privé pense que le capital sera imposé, il se produira une perte substantielle de bien-être. Enfin, précisons que les modèles DSGE de dernière génération incorporent l essentiel des critiques et apports évoqués précédemment. Ce sont, notamment, les cas des modèles développés par Christiano, Motto et Rostagno (2003) et Christiano, Eichenbaum et Evans (2005) grâce aux travaux sémantiques de Leeper et Sims (1994), Kim (1997) et de Smets et Wouters (2003). Schématiquement, le développement de la modélisation DSGE se résume par les séquences essentielles suivantes (voir figure (0.2) : (i) critique de Lucas et importation des outils de la science de l ingénieur ; (ii) renouvellement des hypothèses basiques (Anticipations rationnelles ; Fondations microéconomiques) ; (iii) référence de politiques basées sur les règles (Principe de cohérence temporelle) et (iv) émergence de la nouvelle synthèse (NMC et NMK). Figure 2 : Modélisation DSGE 3 Nouvelle Théorie Macroéconomique - Nouveaux Classiques : RBC Model - Nouveaux Keynésiens : Théorie du déséquilibre (Asymétrie informationnelle) Fondements microéconomiques de modèles macroéconométriques Hypothèse basique Anticipations Rationnelles Critique de Lucas Modèle RBC 2 Modèle DSGE Référentiel Classique Principe de Cohérence Temporelle Outils opérationnels Optimisation Dynamique 1 Approches privilégiées Econométrie Bayésienne 55

9 Critiques adressées aux modèles DSGE de dernière génération Dès leurs premiers développements, les modèles DSGE de dernière génération n ont pas échappé aux critiques et à la remise en cause de leur pertinence. Lubik et Schorfheide (2004) critiquent ces modèles en insistant sur le cas d indétermination de l équilibre pouvant caractériser la modélisation DSGE et d existence des équilibres multiples. Pour Sims 13 (2008) et Blanchard (2008), les modèles DSGE manquent de réalisme dans leur construction. Cette assertion relance le débat sur la distinction des approches d analyse établies en sciences économiques à la suite de divergence des philosophies de Samuelson (partisan de l empirisme) et de Friedman (partisan de l abstraction). Pour le premier auteur, l économiste devrait partir des observations, comme le fait notamment le physicien, pour construire ses théories, alors que pour le second auteur, l économiste doit chercher à apprécier une théorie en se fondant sur le degré de pertinence de ses prédictions, plutôt qu en recherchant le réalisme de ses hypothèses. A ce sujet, Lucas 14 renchérit en disant que la recherche du réalisme d une imagination fertile pervertit son utilité potentielle pour penser la réalité. Plus tard, Sims (2010) en reprenant la critique de Lubik et Schorfheide (2004), estime que le problème posé par ces derniers, peut davantage s aggraver pendant la période de crise financière, car, par exemple, la fixation de taux d intérêt nominal de 0%, pratiques courantes durant les périodes de crise, par la banque centrale n est pas conforme à la règle de Taylor. De manière plus globale, il y a lieu de retenir trois types de limites caractérisant les modèles DSGE (Carré, 2010), celles en économie monétaire et financière ; celles en matière de politiques économiques et celles des méthodes. In fine, comme l estiment certains économistes critiques, les modèles DSGE n étaient pas à même, malgré le degré de complexité et l élégance de résultats qu ils génèrent, de prévenir la crise financière internationale débutée en Et encore, comme argumentent d autres, ces modèles n ont rien apporté au débat concernant les mesures de politiques économiques à adopter pour en venir à bout. Ainsi, du fait de la complexité et de l élégance de ces modèles, Paul Krugman estime que l économiste, dans sa profession, a confondu beauté et vérité! Au sens de Krugman, l analyse macroéconomique et de politiques économiques doit être plus réaliste, même si elle doit sacrifier un peu de sa rigueur pour y parvenir. A ce jour, il apparait difficile de contraindre la machine de la recherche universitaire de faire demi tour. Plutôt que de s attarder sur les échecs et les ratés, les modélisateurs DSGE ont semblé comprendre qu il faut se servir de ces critiques pour perfectionner leur art, leur science et leur technique. 13 Christopher Sims est co lauréat du Prix Nobel d économie en 2011 avec Thomas J. Sargent, théoricien de la Nouvelle Macroéconomie Classique. 14 Il convient de noter, par ailleurs, que certains économistes reprochent à Robert E. Lucas de recourir à des calculs complexes, empruntés dans la science de l ingénieur (notamment le calcul stochastique) pour soutenir ses arguments. Ainsi, par exemple, la revue The American Economic Review avait rejeté son célèbre article «Expectations and the Neutrality of Money» considéré, à ce jour, comme la pierre angulaire du développement de la nouvelle théorie macroéconomique, car l estimant trop mathématique. A ce jour, l éditeur, comme nous le révèle Robert E. Barro dans «Rien n est sacré», ne cesse de regretter cette décision. 56

10 Tableau 1 : Institutions et Modèles DSGE à travers le monde Institution Modèle DSGE Banque Centrale Européenne Modèle de Smets et Wouters (2003) Banque du Canada Banque de Réserve de Nouvelle - Zélande Banque de Suède Réserve Fédérale Américaine Central Bank of Nigeria South African Reserve Bank Modèle TOTEM Modèle KITT Modèle RAMSES Modèle EDO Small Scale DSGE Model of the Nigerian Economy (2007) Open Economy New Keynesian DSGE Model of the South African Economy Somme toute, il convient de noter que les modèles DSGE de la dernière génération sont compatibles avec la critique de Lucas (1976). En outre, ils offrent des ajustements de qualité aux données. Ainsi, comme le tableau 1 l indique, les grandes institutions à travers le monde s appuient sur ces modèles pour mener certaines analyses macroéconomiques. Et, à travers nos investigations, nous nous proposons de baliser le chemin pouvant faciliter la construction et l application de tels modèles pour l économie de la RD. Congo. 57

Par Jean Paul Tsasa Vangu Kimbambu. Mémoire défendu publiquement en vue de l obtention du Diplôme de Master en Sciences Economiques

Par Jean Paul Tsasa Vangu Kimbambu. Mémoire défendu publiquement en vue de l obtention du Diplôme de Master en Sciences Economiques Fondements microéconomiques de politiques économiques, Incohérence temporelle et Révision bayésienne Construction et Application d un modèle d équilibre général dynamique stochastique Etude du cas de la

Plus en détail

ECN-60219: Théorie macroéconomique I http://www.webct.ulaval.ca

ECN-60219: Théorie macroéconomique I http://www.webct.ulaval.ca UNIVERSITÉ LAVAL Département d économique Professeur: Benoît Carmichæl Automne 2008 Bureau: J.-A.-DeSève 2260 Tél.: 418-656-2131 poste 5442 Adresse courriel: benoit.carmichael@ecn.ulaval.ca ECN-60219:

Plus en détail

ECN-7010: Macroéconomique I http://www.portaildescours.ulaval.ca

ECN-7010: Macroéconomique I http://www.portaildescours.ulaval.ca UNIVERSITÉ LAVAL Département d économique Professeur: Benoît Carmichæl Automne 2014 Bureau: J.-A.-DeSève 2260 Adresse courriel: benoit.carmichael@ecn.ulaval.ca Assistant: Jean Armand Gnagne Adresse couriel:

Plus en détail

Chapitre 3 : La politique budgétaire est-elle efficace?

Chapitre 3 : La politique budgétaire est-elle efficace? Politique budgétaire et finances publiques M1 mention Analyse et Politiques Economiques Année universitaire 2014-2015 Chapitre 3 : La politique budgétaire est-elle efficace? Amélie BARBIER-GAUCHARD e-mail

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Introduction Émergence dans les années 80s Recherche de fondements microéconomiques solides

Plus en détail

Diagnostic de la Politique Monétaire en RDC Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique

Diagnostic de la Politique Monétaire en RDC Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique Diagnostic de la Politique Monétaire en RDC Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique Jean Paul K. Tsasa Vangu Chercheur au Laréq Mail : jeanpaultsasa@lareq.com Web : www.lareq.com Dernier

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire 1 Dans les coulisses d une décision de politique monétaire Yves Longchamp Conjoncture suisse Banque Nationale Suisse Université de Fribourg le 4 mai 2007 Plan de la présentation 2 Plan de la présentation

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique Stéphane Gregoir (stephane.gregoir@edhec.edu) Juin 2008 Objectifs Illustrer quelques uns des problèmes que l on peut rencontrer

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

L endettement public est-il un frein à la croissance économique?

L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Marine Maréchal conférence de méthode n 7 Groupe3 finances publiques-années 90. L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Introduction : Aujourd hui l endettement public de la France

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

L impact de la hausse du prix du pétrole sur la croissance française

L impact de la hausse du prix du pétrole sur la croissance française L impact de la hausse du prix du pétrole sur la croissance française Résumé: - Les variations, notamment la hausse, des prix du pétrole ont un impact sur la croissance du PIB français. Une augmentation

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

L élaboration de la politique monétaire dans la zone euro et aux États-Unis

L élaboration de la politique monétaire dans la zone euro et aux États-Unis L élaboration de la politique monétaire dans la zone euro et aux États-Unis Olivier LOISEL Direction de la Recherche Service d Études et de Recherche sur la politique monétaire Pourquoi la politique monétaire

Plus en détail

Analyse factorielle des correspondances de Benzécri

Analyse factorielle des correspondances de Benzécri Analyse factorielle des correspondances de Benzécri One Pager Décembre 2013 Vol. 8 Num. 011 Copyright Laréq 2013 http://www.lareq.com Analyse Factorielle des Correspondances de Benzécri Une illustration

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Université Saint Joseph Faculté des Sciences Economiques "MONNAIE 2"

Université Saint Joseph Faculté des Sciences Economiques MONNAIE 2 Université Saint Joseph Faculté des Sciences Economiques Licence en sciences économiques 2007-2008 "MONNAIE 2" Jean-Baptiste DESQUILBET Professeur à l'université d'artois (France) jbaptiste.desquilbet@univ-artois.fr

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie Prof. Mathias Thoenig et Philippe Andrade Examen de Rattrapage : Session d été 2015 Nom et prénom No matricule No de place Points EX 1 EX 2

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

Jusqu à tout récemment, TOTEM, le principal

Jusqu à tout récemment, TOTEM, le principal Intégration de plusieurs taux d intérêt au modèle TOTEM José Dorich, Rhys R. Mendes et Yang Zhang, département des Analyses de l économie canadienne Traditionnellement, les modèles d équilibre général

Plus en détail

Diagnostic de la politique monétaire en Rép. Dém. Congo Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique

Diagnostic de la politique monétaire en Rép. Dém. Congo Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique Dynare Working Papers Series http://www.dynare.org/wp/ Diagnostic de la politique monétaire en Rép. Dém. Congo Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique Jean-Paul Kimbambu Tsasa Vangu Working

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Sujet : Les politiques économiques règles ou discrétion?

Sujet : Les politiques économiques règles ou discrétion? ECOLE NORMALE SUPERIEURE CONCOURS B/L 2013 Epreuve orale commune d Economie Jury : Nicolas Dromel et Gaël Giraud Sujet : Les politiques économiques règles ou discrétion? Dossier documentaire (7 pages)

Plus en détail

De 2012 à 2014, le ralentissement de l inflation dans. Rue de la Banque N 6 Mai 2015

De 2012 à 2014, le ralentissement de l inflation dans. Rue de la Banque N 6 Mai 2015 Inflation basse en zone euro : rôle des prix d imports et de l atonie économique Nicolas CHATELAIS, Annabelle DE GAYE et Yannick KALANTZIS Direction de la Conjoncture et des Prévisions macroéconomiques

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Bachelor 1 ère année

Bachelor 1 ère année Juin 2014 Bachelor 1 ère année GRANDS PRINCIPES ECONOMIQUES ECOA101 S1 20 heures 2 crédits Français Département académique : «stratégie, économie et droit» Coordinateur de département : S. Coissard Campus

Plus en détail

Prévision et analyse de la production manufacturière au Canada : comparaison de modèles linéaires et non linéaires Frédérick Demers

Prévision et analyse de la production manufacturière au Canada : comparaison de modèles linéaires et non linéaires Frédérick Demers Banque du Canada Bank of Canada Document de travail 2004-40 / Working Paper 2004-40 Prévision et analyse de la production manufacturière au Canada : comparaison de modèles linéaires et non linéaires Frédérick

Plus en détail

1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale

1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale 1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale Solvabilité fiscale = capacité du gouvernement à servir la dette publique (intérêt, échéances de remboursement) sans faire défaut. Soutenabilité fiscale

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE

MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE DE LA RÉGLEMENTATION DES MARCHÉS La vague de crises qui a débuté en 2008 a relancé le débat sur la déréglementation des marchés comme outil pour améliorer la performance

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Persistance des habitudes de consommation et effet de liquidité 1

Persistance des habitudes de consommation et effet de liquidité 1 ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 82 2006 Persistance des habitudes de consommation et effet de liquidité 1 Stéphane AURAY* RÉSUMÉ. Cet article montre que l introduction de la formation des habitudes

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Depuis l éclatement de la crise de la dette souveraine

Depuis l éclatement de la crise de la dette souveraine Comment la politique budgétaire affecte le niveau des prix : les enseignements d un passé pas si lointain Pamfili ANTIPA Direction des Études monétaires et financières Cette lettre présente le résultat

Plus en détail

Table des matières. 1. Tests de Granger 1. 2. Test de Haugh-Pierce 1. 3. Méthode de Sims 2. 4. Notes bibliographiques 3

Table des matières. 1. Tests de Granger 1. 2. Test de Haugh-Pierce 1. 3. Méthode de Sims 2. 4. Notes bibliographiques 3 Tests de causalité Jean-Marie Dufour Ý Université de Montréal Première version: Octobre 2000 Révisions: Avril 2002 Cette version: 15 avril 2002 Compilé: 15 avril 2002, 10:16am Cette recherche a bénéficié

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

Taches solaires, indétermination et. un survol de la littérature

Taches solaires, indétermination et. un survol de la littérature Taches solaires, indétermination et modèles monétaires : un survol de la littérature Stéphane Auray Aurélien Eyquem Novembre 2007 Résumé Cette note réalise un bref survol de la littérature récente sur

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Economie monétaire et système financier européens. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016

Economie monétaire et système financier européens. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016 Economie monétaire et système financier européens Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016 http://www.nikolaynenovsky.com/ Economie monétaire et Système financier européens Plan des séminaires Séminaire 1 L intégration

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie TP d actualité économique Prof.: M. Dewatripont - C. Soil - C. Fuss Solvay Brussels School of Economics & Management ULB Année académique 2012-2013

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Curriculum Vitae. Catherine Bruno-Portier. Mai 2004

Curriculum Vitae. Catherine Bruno-Portier. Mai 2004 Curriculum Vitae Catherine Bruno-Portier Mai 2004 Née le 9 juin 1965 à Hyères (Var) Nationalité française Mariée, trois enfants Adresse personnelle: 28, rue Sainte-Ursule, 31000 Toulouse Téléphone: 05

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

ECN-8010 : Théorie Macroéconomique II

ECN-8010 : Théorie Macroéconomique II Université Laval Département d économique Hiver 2012 Professeurs: Kevin Moran ECN-8010 : Théorie Macroéconomique II Objectifs du cours La modélisation macroéonomique moderne met en scène des agents économiques(ménages,

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Modèles DSGE Nouveaux Keynésiens, Monnaie et Aversion au Risque

Modèles DSGE Nouveaux Keynésiens, Monnaie et Aversion au Risque Modèles DSGE Nouveaux Keynésiens, Monnaie et Aversion au Risque Soutenance de thèse de doctorat en Sciences Économiques CES - 1 9 Décembre 2011 Maison des Sciences Economiques 1 et ESSEC Business School

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Analyse structurelle. 25 Les modèles DGSE : Mourad Ayouz. 41 La compétitivité française en 2007 Denis Ferrand

Analyse structurelle. 25 Les modèles DGSE : Mourad Ayouz. 41 La compétitivité française en 2007 Denis Ferrand 25 Les modèles DGSE : intérêts et limites pour l analyse économique Mourad Ayouz 41 La compétitivité française en 2007 Denis Ferrand 59 Crise de l immobilier résidentiel : la France est-elle à l abri?

Plus en détail

AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60

AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60 AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60 Site du cours : http://www.moodle.uqam.ca/ Avant de commencer la séance, éteignez votre cellulaire!!!

Plus en détail

dans les salles de De l économétrie pour vendre des vins ou des obligations Philippe Février et Michael Visser

dans les salles de De l économétrie pour vendre des vins ou des obligations Philippe Février et Michael Visser De l économétrie pour vendre des vins ou des obligations Philippe Février et Michael Visser Grands vins ou bons du Trésor font l objet de ventes aux enchères. Mais quel type d enchères faut-il pratiquer?

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Définir l Entreprise Resources Planning mieux connu sous le nom d ERP Cette solution informatique

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Les cibles d inflation et les perspectives de l inflation au Canada

Les cibles d inflation et les perspectives de l inflation au Canada Les cibles d inflation et les perspectives de l inflation au Canada Colloque multidisciplinaire sur le RPC Mars 2006 Don Coletti Directeur de la recherche Relations internationales Banque du Canada Aperçu

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002 Département d économie politique DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS Semestre d hiver 2001-2002 Professeurs Marc Chesney et François Quittard-Pinon Séance

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

Sujet : L impact économique de la contrainte énergétique

Sujet : L impact économique de la contrainte énergétique Concours B/L 2012 1 Concours B/L 2012 Economie Epreuve commune sur dossier : oral Jury : Gaël Giraud et Xavier Ragot Sujet : L impact économique de la contrainte énergétique Dossier documentaire Document

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail