Lecture panoramique des avancées en macroéconomie DGE 1 Révolution keynésienne et Contre révolution des anticipations rationnelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lecture panoramique des avancées en macroéconomie DGE 1 Révolution keynésienne et Contre révolution des anticipations rationnelles"

Transcription

1 Macroéconomie Dynamique, par One pager Décembre 2012 Vol. 4 Num. 009 Copyright Laréq 2012 Lecture panoramique des avancées en macroéconomie DGE 1 Révolution keynésienne et Contre révolution des anticipations rationnelles James Wabenga Yango 2 & Jean Paul Kimbambu, Tsasa Vangu 3 Résumé Ce papier discute de l évolution de la modélisation macroéconomique et des développements de modèles d équilibre général dynamique et stochastique (DSGE). Le mobile justificatif de cette écriture réside dans le fait que la modélisation macroéconomique DGE apparaît comme la dernière étape du développement de la macroéconomie depuis les travaux de Keynes (1936). Mot clé: Macroéconomie DSGE. Abstract This paper discusses the evolution of macroeconomic modeling and the development of DSGE models. The interest of this presentation is that the DSGE macroeconomic modeling appears as the last step in the development of macroeconomics since the publication of Keynes s General Theory in Introduction La révolution qu a connue la théorie économique contemporaine est partie de la controverse qu a soulevée l équation : que Phillips estima en D une part, les prédictions de cette équation ont complété l écriture de la théorie générale de Keynes (1936) qui entretenait un flou sur la théorie de la relation inflation fluctuations 4. Ainsi, les résultats de cette équation ont alimenté le carquois keynésien des arguments et justifications de l analyse du déséquilibre et d arbitrage dans une perspective de court terme (Samuelson Solow, 1960). Et d autre part, ces résultats ont été à la source d une vague de contestations à cause, notamment, de son incapacité à expliquer et prévoir un phénomène nouveau 5 qui vit le jour dans la décennie 1970 (Friedman, 1968 ; Lucas, 1976). Ce qui poussa les nouveaux économistes classiques de 1 Les auteurs remercient Blaise Nlemfu (Université de Sherbrooke) pour ses suggestions et commentaires. Ce papier résulte d une série d échanges dans le cadre de l applicabilité des modèles EGC et DSGE dans le cas de l économie congolaise (RDC). Sa version primitive a été présentée dans un essai défendu en septembre 2012 au NPTCI/UNIKIN. 2 M.Sc. student à l Université Laval (Macroeconometrics) et chercheur au Laboratoire d Economie Expérimentale de l Université Laval (LEE Université Laval). Mail : 3 Ph.D. student (Sciences économiques) à l Université de Montréal et Chercheur au Laboratoire d Analyse Recherche en Economie Quantitative [LAREQ]. Mail : 4 Il convient de préciser que l écriture de la théorie générale de Keynes avait entretenu pendant la période un trou noir concernant la relation salaire et emploi. En effet, la faute reprochée à Keynes (1936), c est de vouloir appréhender l interaction existant entre salaire et emploi, sans toutefois disposer d une théorie de la relation inflation fluctuation. A ce sujet, l économiste américain Hansen (1967) estime que le Maître ne traite pas d éventuelles conséquences inflationnistes d un programme systématique de plein emploi. Ainsi, Phillips (1958), puis Samuelson Solow (1960), en voulant sonder ce mystère, sont parvenus à établir une corrélation négative entre le taux de salaire et le taux de chômage, puis un lien négatif entre taux d inflation et taux de chômage, c était la naissance de la plus célèbre courbe en macroéconomie : la courbe de Phillips. 5 Il s agit de la stagflation, co existence de niveaux d inflation et de chômage élevés. 48

2 forger une nouvelle approche d analyse, caractérisée plus particulièrement par les affronts faits par un groupe d économistes : Kydland, Lucas, Prescott, Sargent, Wallace contre le paradigme dominant de l époque. En remettant en cause l efficacité des modèles qui fondaient la justification des décisions de politique macroéconomique pendant les trente glorieuses (Friedman, 1968), en revisitant les hypothèses qui sous tendaient leur construction et en réinventant la méthodologie d approcher l économique (Lucas, 1972, 1976 ; Sargent et Wallace, 1975) 6, l économiste a simplement reconsidéré la toile de fonds de sa discipline et s est proposé de forger de nouveaux outils d analyse des phénomènes et faits vécus dans la société. C est ainsi qu on est parvenu, notamment à : (i) la révolution des anticipations rationnelles ; (ii) le courant revendiquant l unification de la microéconomie et de la macroéconomie et (iii) la construction des modèles d équilibre général dynamique et stochastique (DSGE, Dynamic Stochastic General Equilibrium). De même que la relation établie par Phillips a failli dans les années 1970, ainsi, les modèles DSGE, non plus, n ont pu prédire la crise financière qui a débuté en Va t on, une fois de plus, assister à un renouvellement de la théorie économique comme cela fut le cas en 1776, 1936 et 1976? Il nous semble difficile de répondre à une telle question, si l on ne comprenait pas préalablement les grands épisodes de l évolution et de développement enregistrés en analyse macroéconomique. Ainsi, ce présent papier se propose de retracer l évolution de la modélisation macroéconomique (section 1) et de discuter des développements de la macroéconomie dynamique (section 2), avant de conclure par quelques critiques adressées à cette branche de la modélisation macroéconomique. Evolution de la modélisation macroéconomique La macroéconomie, fille de la crise de 1929, a longtemps été attachée à la pensée keynésienne. Et les premiers efforts de modélisation du dogme keynésien, notamment par Hicks (1936), Tinbergen (1939) ou Klein (1950) ont été caractérisés par un discours ad hoc dans la construction des relations entre arguments expliqués et arguments explicatifs. D une part, cette approche de construction n a pas épargné cette première génération des modèles aux critiques quant à la pertinence et à la qualité de leurs prédictions. En effet, les prédictions issues de ces modèles n ont pas permis d expliquer efficacement les phénomènes vécus dans les années 1970, notamment la stagflation et l inefficacité partielle des politiques conjoncturelles 7. Et d autre part, ces modèles étaient construits sur des considérations myopes : équilibre partiel ; non prise en compte des fondations microéconomiques des relations qui existeraient entre les variables macroéconomiques ; fixité des paramètres estimés. Les prédictions et les simulations de ces modèles étaient dotées de deux hypothèses fortes, à noter : le ceteris paribus d Alfred Marshall et la passivité des agents économiques face aux modifications des politiques économiques (comportements myopes). 6 La littérature économique parle de la proposition LSW, de noms de Lucas (Robert), Sargent (Thomas) et Wallace (Neils). D après cette propriété, les politiques économiques sont neutres ; d où la remise en question des principes centraux de la macroéconomie d inspiration keynésienne. Cette façon de concevoir les choses a été fortement objectée par Fischer (1977) et Taylor (1979a, 1979b). Ceux ci réhabilitent les politiques de stabilisation en introduisant une rigidité des salaires à court terme par l intermédiaire de contrats négociés sur deux ou plusieurs périodes. 7 Par exemple, Lucas (Prix Nobel d économie en 1995) a affirmé que l analyse macroéconomique de l emploi et de l inflation ne pouvait fonctionner que si elle s appuyait sur les fondations microéconomiques utilisées pour analyser les marchés individuels, et la façon dont ces marchés interagissaient pour créer un équilibre général. 49

3 Ces faiblesses ont conduit les économistes de l école de Chicago à reconsidérer les fondements de la modélisation macroéconomique. Contrairement aux partisans de la tradition post keynésienne qui modélisaient en termes de circuit de transmission 8, Milton Friedman adopte, puis popularise, une approche en termes de boîte noire 9. Au sens de Friedman, il est quasi impossible de formaliser en termes d un circuit de transmission les interactions entre agrégats macroéconomiques. Figure 1 : Approche en termes de circuit versus Approche en boîte noire Paradigme keynésien Augmentation de la masse monétaire Baisse du taux d intérêt réel Hausse des investissements Elévation du revenu national Paradigme friedmanien Masse Monétaire Revenu National Relevant les faiblesses de la boîte noire au sens de Friedman, c est à dire approche se basant sur l analyse corrélative, Christopher Sims (1972) et Clive Granger (1980) développèrent une alternative en terme de causalité. En effet, puisque l approche popularisée par Friedman a hérité de toutes les faiblesses du coefficient de corrélation de Bravais Galton Pearson (corrélation paramétrique), il était indispensable de développer une approche qui corrigerait le biais entraîné par les relations fortuites dans l interprétation des faits. S attelant sur l idée novatrice de Muth introduite, dès 1961, en analyse économique, les travaux de Lucas (1972, 1976) et ceux de ses partisans, notamment Sargent et Wallace (1975), développèrent un nouveau soubassement de la modélisation macroéconomique. Il s agit de la célèbre hypothèse d anticipations rationnelles. D après celle ci, toute anticipation associée à la variable et faite par les agents économiques à la date t 1 pour la date t correspond à l espérance mathématique conditionnelle de la variable en cause, compte tenu de l information disponible en t 1. Mathématiquement, on écrit : Si l on adopte une classification de modèle en considérant comme référence l hypothèse d anticipations rationnelles, il y a lieu de distinguer quatre grands épisodes du développement de la modélisation macroéconomique : Modèles macroéconomiques avec anticipations adaptatives. Ces modèles, s inscrivant dans l optique de la demande, permettent d évaluer, de façon unifiée, l impact des chocs, et donc des politiques économiques. Cependant, l hypothèse d anticipations retenue affecte le bon sens des décideurs politiques, car ceux ci sont obligés de considérer pour l ensemble de la période que les agents 8 Par exemple, (1) si la masse monétaire (M) augmente, cela va entrainer successivement : (2) une baisse du taux d intérêt (i), (3) une augmentation des investissements (I) et (4) une augmentation du produit global (Y). 9 Considérations qui ont, sans nul doute, contribué à la naissance de l économétrie sans théorie. 50

4 économiques commettent la même erreur. Ainsi dit on que les politiques créent un biais vers des politiques expansionnistes, car générant des réactions quasi statiques même en cas de perturbations cycliques, ceteris paribus. Modèles macroéconomiques avec anticipations rationnelles. Contrairement aux modèles précédents, ceux ci génèrent des réactions dynamiques plus réalistes en cas des perturbations cycliques. Ces modèles, n étant pas construits sur des considérations théoriques solides, rendent difficile l évaluation des effets des politiques économiques sur l offre agrégée. Modèles des cycles réels. Ces modèles dotent les modèles d anticipations rationnelles des fondements théoriques plus solides mais ne laissent que peu de place à l analyse des politiques macroéconomiques. In fine, il convient de noter qu en pratique, l équilibre de long terme d une économie est continuellement perturbé par des chocs. Ces chocs peuvent être temporaires ou permanents, anticipés ou non. Selon le type de choc, l équilibre de l économie peut changer ou non, et l ajustement optimal de retour à l équilibre peut être instantané ou différé. Le chemin suivi par une économie au cours de l ajustement vers l équilibre est appelé cycle réel (RBC 10 ) même s il ne s agit pas nécessairement d un cycle proprement dit (Wickens, 2010). Modèles d équilibre général dynamique stochastique. Ces modèles, en dotant des fondations microéconomiques les réactions de l offre et de la demande agrégées, enrichissent à la fois les fondements théoriques de trois premiers modèles. Ces modèles étant aux prémices de leur développement, ils restent, jusqu à ce jour, quasi - difficiles à construire et à appliquer. Dans la section suivante, notre attention sera focalisée sur les modèles d équilibre général dynamique stochastique. Nous remarquons, avec Carré (2010), que ces modèles ont été développés dès la fin des années Les premiers modèles standards 11 furent mis en œuvre par Woodford (2003), Smets et Wouters (2003). Développements des modèles DSGE Rappelons tout d abord, comme le soulignent Avouyi Dovi, Matheron et Fève (2007), que la synthèse néoclassique, qui est une combinaison du schéma keynésien de court terme et de la théorie de la croissance (vision classique de long terme), jointe aux progrès de l économétrie, de la statistique et de l informatique, a suscité l apparition, dans les années 1950, de modèles macro-économétriques de grande taille dans les pays développés. Et dans la plupart du temps, l analyse macroéconomique, s appuyant sur ces modèles, considérait une combinaison des courbes d offre et de demande agrégées et de la relation de Phillips. L analyse de performances de ces modèles a révélé leur faible capacité à fournir des prévisions ou à décrire correctement certains phénomènes. Cette constatation a conduit à un certain désenchantement tant des constructeurs que des utilisateurs, puis a eu pour conséquence une moindre utilisation de ces modèles voire leur abandon progressif dans les milieux académiques et, dans une moindre mesure, dans 10 Real Business Cycle Theory. 11 Appelés également modèle prototype (Lubik et Schorfheide, 2004), pierre angulaire de modèles DSGE de référence (Goodhart, Osorio et Tsomocos, 2009) ou simplement références pour les modèles DSGE (Mishkin, 2007 ; Rudebusch, 2008). 51

5 les institutions ou organismes spécialisés (Avouyi Dovi et al., 2007). D où, les critiques d ordres empirique (Friedman et Sims), théorique (Lucas, Sargent) et pratique. Du point de vue empirique, dans la décennie 1970, Friedman a mis en évidence l instabilité de la courbe de Phillip dans le temps. Ces critiques ont affaibli la pertinence des modèles macro-économétriques, car à l époque, ces modèles n en prenaient pas compte. Par ailleurs, Sims (1980) a remis en question la pratique qui imposait le caractère exogène de certaines variables intervenant dans la résolution des modèles macroéconomiques traditionnels. Il a démontré que cette hypothèse n était pas toujours satisfaisante d un point de vue théorique et de fois, apparaissait ad hoc. Parallèlement, Lucas (1976) émet une critique d ordre théorique en s attaquant à l usage des modèles macro-économétriques pour analyser l impact de la politique économique. En effet, les modèles traditionnels contiennent des équations de comportement qui relient les variables d intérêt à des facteurs explicatifs, dont des variables de politique économique. Ainsi, l un des emplois des modèles consiste à étudier l impact d une modification de la politique économique sur les variables d intérêt, toutes choses égales par ailleurs. Lucas critique cette utilisation car si les agents privés avaient des comportements dynamiques d optimisation et exploitaient rationnellement l information disponible, ils devraient, suite à l annonce d une décision de la politique économique, modifier leur comportement pourtant supposé invariant (Avouyi Dovi et al., 2007). Contrairement aux modèles macro-économétriques, Lucas (1976), puis Lucas et Sargent (1979) proposent la construction de modèles sous forme de systèmes économiques résultant de l interaction entre les agents économiques dont les objectifs et les contraintes sont modélisés et interprétés à l aide d outils empruntés à la théorie microéconomique. Cette conception, dans la démarche de la modélisation, marque le point de rupture le plus tranché entre la recherche académique et la pratique macroéconométrique adoptée, en général, dans les institutions économiques. In fine, il y a lieu également de noter que les modèles macro-économétriques tels que conçus posaient de nombreux problèmes, notamment : - En termes de gestion : ces modèles, étant de grande taille, nécessitaient souvent la mobilisation d une équipe à effectif important ; - En termes de mise à jour : le processus d actualisation des équations était tellement fastidieux que les modélisateurs se contentaient à maintenir les équations obsolètes. Lucas (1987) considère et présente les modèles du «cycle réel» comme la meilleure illustration quantitative de ses recommandations méthodologiques définies dans Lucas (1976, 1977). S inscrivant dans la lignée de Lucas (1976, 1977), Kydland et Prescott (1982) et Long et Plosser (1983) se proposent d interpréter les fluctuations conjoncturelles comme la réponse optimale des agents économiques à des chocs réels exogènes. Ces travaux ont été à l origine de la théorie du cycle économique réel (RBC) et donc, de modèles d équilibre général dynamique en concurrence pure et parfaite dans lesquels les chocs de productivité expliquaient l essentiel des fluctuations. 52

6 La non distinction dans l examen des phénomènes de croissance de long terme et de fluctuations de court terme a permis le développement de la version stochastique des modèles d équilibre général dynamique. Les modèles RBC n ont pas échappé aux critiques des économistes, notamment les pro keynésiens, à cause, notamment, de ses hypothèses (concurrence pure et parfaite, anticipation rationnelle). Aussi, les banques ont rejeté les modèles RBC, puisque son approche ignorait totalement la pertinence de la monnaie au sein de l économie 12. Par ailleurs, Cogley et Nason (1995) estiment que les modèles RBC éprouvent des difficultés à reproduire les propriétés de persistance des séries macroéconomiques. Cherchant à intégrer les différentes critiques adressées aux modèles RBC, les économistes ont développé de modèles macroéconomiques prenant en compte les principaux éléments théoriques du courant des cycles réels et les avancées théoriques, méthodologiques et empiriques de trente années ayant suivi la critique de Lucas. Ainsi, au passage du temps, l abréviation RBC (Real Business Cycle) a laissé progressivement la place au sigle DSGE. Nous reprenons ci après les apports distingués par Avouyi Dovi, Matheron et Fève (2007). 1) Prise en compte de la monnaie Parmi ces apports, on note les travaux de Cooley et Hansen (1989) qui évaluent l importance des chocs monétaires dans les économies où la monnaie est détenue pour un motif de transaction. Les conclusions de leurs investigations montrent que les chocs monétaires ne contribuent que faiblement aux fluctuations de l activité économique. Ces résultats ont poussé, notamment King et Plosser (1984) et Kydland et Freeman (2000) à analyser la corrélation entre monnaie et production comme le résultat des variations endogènes de la monnaie en réponse à d autres chocs. Christiano (1991) et Christiano et Eichenbaum (1995), à la suite des travaux théoriques de Lucas (1990), ont développé de modèles dits de «participation limitée». La particularité de ces modèles est qu ils intègrent les imperfections financières et la capacité limitée des agents à ajuster leurs portefeuilles de titres. 2) Prise en compte des rigidités sur le marché du travail Les modèles d équilibre général dynamique de la première génération souffrent d un manque de propriétés d amplification et de propagation des chocs. D aucuns estiment que cette faiblesse résulterait de la modélisation très pauvre du marché du travail (Avouyi Dovi, Matheron et Fève,2007). Ainsi, de nombreux auteurs ont cherché à introduire des frictions sur le marché du travail (Burnside Eichenbaum, 1996 ; Burnside Eichenbaum Rebelo, 1993). Par ailleurs, Danthine et Donaldson (1990), Gomme (1999) et Alexopoulos (2004) modélise le salaire, non comme la productivité marginale du travail, mais en considérant l hypothèse de salaire d efficience. Collard et Delacroix (2000) estime que ce mécanisme peut contribuer à la propagation des effets des 12 Les prédictions des modèles RBC réhabilitent l hypothèse de neutralité de la monnaie ; les initiateurs du modèle en cause parlent même de la super neutralité de la monnaie. 53

7 chocs dans les modèles DSGE. Des résultats semblables ont été obtenus par Mortensen et Pissaride (1994) ; Andolfatto (1996) ; Merz (1995) ; den Hann, Ramey et Watson (2000). 3) Prise en compte de la concurrence imparfaite Hall (1986) puis Basu et Fernald (1997) ont montré que le marché des produits n est pas parfaitement concurrentiel, car faisant apparaître de comportement de marge. D où, le développement des modèles de cycle dans lesquels la concurrence pure et parfaite est remplacée par l hypothèse de concurrence monopolistique. Ainsi, Hornstein (1993) établit que les chocs de productivité ont des effets amoindris. Rotemberg et Woodford (1992, 1995) montrent que cette hypothèse rend mieux la compréhension de la réaction des variables macroéconomiques aux chocs de dépenses publiques. S inscrivant dans la même logique, Carlstrom et Fuerst (1997) et Bernanke, Gertler et Gilchrist (1999) se sont intéressé aux frictions sur les marchés financiers. Comme le mentionne Avouyi Dovi, Matheron et Fève, (2007), dans ce cadre, des entrepreneurs développent des projets d investissement mais sont contraints par leur richesse. Ils recourent alors au crédit pour financer leurs projets. Le succès de ces projets est imparfaitement observable, ce qui conduit l offre de crédit à dévier de son niveau optimal. Les variations endogènes de l offre de crédit sont ainsi un puissant mécanisme d amplification et de propagation des chocs. Ces différents apports ont permis le raffinement théorique des modèles RBC. Ce raffinement a provoqué certains changements dans l analyse de faits. Si les prolongements des modèles RBC continuent d interpréter les fluctuations comme la réponse d équilibre des agents privés aux différents chocs, toutefois, ils n admettent plus qu il s agit d une réponse optimale. Ces considérations rendent les modèles d équilibre général plus perméables aux développements de la nouvelle macroéconomie keynésienne. C est dans ce cadre que les modèles DSGE avec viscosité des prix virent le jour, notamment avec les travaux de : - Hairault et Portier (1993) Yun (1996) et King et Wolman (1996) qui dévoilèrent comment intégrer les rigidités nominales dans les cadres DSGE ; - Gali et Gertler (1999) qui, en modifiant le modèle de King et Wolman (1996), montrent que l équation régissant le comportement dynamique de l inflation est une version prospective de la courbe de Phillips qui relie l inflation à sa valeur passée, à sa valeur future et au coût marginal réel (nouvelle courbe de Phillips) ; - Woodford (2003) qui cherchent à améliorer les modèles DSGE, en considérant les résultats théoriques de Ball et Romer (1990). Ces résultats proposent une combinaison des rigidités nominales et réelles. Au passage, sur le plan de l analyse de la relation bien être et imposition, il y a lieu de noter que Chari et al (1994) ont comparé le bien-être lié à des politiques d imposition alternatives du travail et du capital en utilisant des méthodes de simulation fondées sur un modèle d équilibre général dynamique. Ils ont montré que les gains de bien-être les plus importants apparaissent pour un impôt initial sur le capital élevé et un impôt sur le travail négatif. Par la suite, ils ont montré que l impôt sur le capital devrait être proche de zéro et celui sur le travail positif, mais assez stable. Néanmoins, ils ont également démontré que le bénéfice d une imposition nulle du capital est faible. Cela suggère que la tentation pour le 54

8 Calcul Economique gouvernement d imposer le capital dans les périodes suivantes, malgré sa promesse de ne pas le faire, est considérable. Cette tentation est la plus importante à la suite d une hausse inattendue des dépenses publiques, ou d une baisse des revenus fiscaux. Céder à une telle tentation détruirait bien entendu et de façon permanente la crédibilité des promesses du gouvernement de ne pas imposer les futurs revenus du capital. Une fois que le secteur privé pense que le capital sera imposé, il se produira une perte substantielle de bien-être. Enfin, précisons que les modèles DSGE de dernière génération incorporent l essentiel des critiques et apports évoqués précédemment. Ce sont, notamment, les cas des modèles développés par Christiano, Motto et Rostagno (2003) et Christiano, Eichenbaum et Evans (2005) grâce aux travaux sémantiques de Leeper et Sims (1994), Kim (1997) et de Smets et Wouters (2003). Schématiquement, le développement de la modélisation DSGE se résume par les séquences essentielles suivantes (voir figure (0.2) : (i) critique de Lucas et importation des outils de la science de l ingénieur ; (ii) renouvellement des hypothèses basiques (Anticipations rationnelles ; Fondations microéconomiques) ; (iii) référence de politiques basées sur les règles (Principe de cohérence temporelle) et (iv) émergence de la nouvelle synthèse (NMC et NMK). Figure 2 : Modélisation DSGE 3 Nouvelle Théorie Macroéconomique - Nouveaux Classiques : RBC Model - Nouveaux Keynésiens : Théorie du déséquilibre (Asymétrie informationnelle) Fondements microéconomiques de modèles macroéconométriques Hypothèse basique Anticipations Rationnelles Critique de Lucas Modèle RBC 2 Modèle DSGE Référentiel Classique Principe de Cohérence Temporelle Outils opérationnels Optimisation Dynamique 1 Approches privilégiées Econométrie Bayésienne 55

9 Critiques adressées aux modèles DSGE de dernière génération Dès leurs premiers développements, les modèles DSGE de dernière génération n ont pas échappé aux critiques et à la remise en cause de leur pertinence. Lubik et Schorfheide (2004) critiquent ces modèles en insistant sur le cas d indétermination de l équilibre pouvant caractériser la modélisation DSGE et d existence des équilibres multiples. Pour Sims 13 (2008) et Blanchard (2008), les modèles DSGE manquent de réalisme dans leur construction. Cette assertion relance le débat sur la distinction des approches d analyse établies en sciences économiques à la suite de divergence des philosophies de Samuelson (partisan de l empirisme) et de Friedman (partisan de l abstraction). Pour le premier auteur, l économiste devrait partir des observations, comme le fait notamment le physicien, pour construire ses théories, alors que pour le second auteur, l économiste doit chercher à apprécier une théorie en se fondant sur le degré de pertinence de ses prédictions, plutôt qu en recherchant le réalisme de ses hypothèses. A ce sujet, Lucas 14 renchérit en disant que la recherche du réalisme d une imagination fertile pervertit son utilité potentielle pour penser la réalité. Plus tard, Sims (2010) en reprenant la critique de Lubik et Schorfheide (2004), estime que le problème posé par ces derniers, peut davantage s aggraver pendant la période de crise financière, car, par exemple, la fixation de taux d intérêt nominal de 0%, pratiques courantes durant les périodes de crise, par la banque centrale n est pas conforme à la règle de Taylor. De manière plus globale, il y a lieu de retenir trois types de limites caractérisant les modèles DSGE (Carré, 2010), celles en économie monétaire et financière ; celles en matière de politiques économiques et celles des méthodes. In fine, comme l estiment certains économistes critiques, les modèles DSGE n étaient pas à même, malgré le degré de complexité et l élégance de résultats qu ils génèrent, de prévenir la crise financière internationale débutée en Et encore, comme argumentent d autres, ces modèles n ont rien apporté au débat concernant les mesures de politiques économiques à adopter pour en venir à bout. Ainsi, du fait de la complexité et de l élégance de ces modèles, Paul Krugman estime que l économiste, dans sa profession, a confondu beauté et vérité! Au sens de Krugman, l analyse macroéconomique et de politiques économiques doit être plus réaliste, même si elle doit sacrifier un peu de sa rigueur pour y parvenir. A ce jour, il apparait difficile de contraindre la machine de la recherche universitaire de faire demi tour. Plutôt que de s attarder sur les échecs et les ratés, les modélisateurs DSGE ont semblé comprendre qu il faut se servir de ces critiques pour perfectionner leur art, leur science et leur technique. 13 Christopher Sims est co lauréat du Prix Nobel d économie en 2011 avec Thomas J. Sargent, théoricien de la Nouvelle Macroéconomie Classique. 14 Il convient de noter, par ailleurs, que certains économistes reprochent à Robert E. Lucas de recourir à des calculs complexes, empruntés dans la science de l ingénieur (notamment le calcul stochastique) pour soutenir ses arguments. Ainsi, par exemple, la revue The American Economic Review avait rejeté son célèbre article «Expectations and the Neutrality of Money» considéré, à ce jour, comme la pierre angulaire du développement de la nouvelle théorie macroéconomique, car l estimant trop mathématique. A ce jour, l éditeur, comme nous le révèle Robert E. Barro dans «Rien n est sacré», ne cesse de regretter cette décision. 56

10 Tableau 1 : Institutions et Modèles DSGE à travers le monde Institution Modèle DSGE Banque Centrale Européenne Modèle de Smets et Wouters (2003) Banque du Canada Banque de Réserve de Nouvelle - Zélande Banque de Suède Réserve Fédérale Américaine Central Bank of Nigeria South African Reserve Bank Modèle TOTEM Modèle KITT Modèle RAMSES Modèle EDO Small Scale DSGE Model of the Nigerian Economy (2007) Open Economy New Keynesian DSGE Model of the South African Economy Somme toute, il convient de noter que les modèles DSGE de la dernière génération sont compatibles avec la critique de Lucas (1976). En outre, ils offrent des ajustements de qualité aux données. Ainsi, comme le tableau 1 l indique, les grandes institutions à travers le monde s appuient sur ces modèles pour mener certaines analyses macroéconomiques. Et, à travers nos investigations, nous nous proposons de baliser le chemin pouvant faciliter la construction et l application de tels modèles pour l économie de la RD. Congo. 57

Diagnostic de la politique monétaire en Rép. Dém. Congo Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique

Diagnostic de la politique monétaire en Rép. Dém. Congo Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique Dynare Working Papers Series http://www.dynare.org/wp/ Diagnostic de la politique monétaire en Rép. Dém. Congo Approche par l Equilibre Général Dynamique Stochastique Jean-Paul Kimbambu Tsasa Vangu Working

Plus en détail

MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE

MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE DE LA RÉGLEMENTATION DES MARCHÉS La vague de crises qui a débuté en 2008 a relancé le débat sur la déréglementation des marchés comme outil pour améliorer la performance

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques 1 Enjeux Définitions monnaie taux d intérêt inflation Rôle des banques centrales 2 Fonctions et mesure de la monnaie Trois fonctions de la monnaie

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002 Département d économie politique DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS Semestre d hiver 2001-2002 Professeurs Marc Chesney et François Quittard-Pinon Séance

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips Université Paris Ouest Nanterre La Défense Licence 3 Mention Economie U.F.R SEGMI Premier semestre 2009-2010 Dynamique économique: analyse des fluctuations Cours de Valérie Mignon Brefs rappels sur le

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. CHAMP DE SPÉCIALISATION Économie financière. Économétrie financière. Économétrie.

CURRICULUM VITAE. CHAMP DE SPÉCIALISATION Économie financière. Économétrie financière. Économétrie. CURRICULUM VITAE Nom: Bruno Feunou Citoyenneté: Canadien Langues: Bangam, Bandjoun, Français, Anglais Adresse: Duke University Department of Economics 213 Social Sciences Building Durham, NC 27708, US

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

Curriculum Vitae détaillé

Curriculum Vitae détaillé Curriculum Vitae détaillé Situation personnelle Nom Patronymique : HURLIN Prénom : Christophe Date et lieu de naissance : né le 06 mars 1973 à Montluçon (03) Adresse personnelle : 4bis Avenue Jean Zay

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa One Pager Février 2013 Vol. 5 Num. 011 Copyright Laréq 2013 http://www.lareq.com Corps des Nombres Complexes Définitions, Règles de Calcul et Théorèmes «Les idiots

Plus en détail

Economie et finance Internationale, Taux de change d équilibre, Macroéconomie internationale.

Economie et finance Internationale, Taux de change d équilibre, Macroéconomie internationale. Yousra ZARKA DIT FEHRI Statut : Doctorante Yousra93400@yahoo.fr zarka@univ-paris13.fr CEPN- CNRS UMR N 7115 Bureau J 110 Tél. : 01.49.40.35.30 Domaine de recherche Economie et finance Internationale, Taux

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Volume 2, numéro 1 5 avril 2004. Dollar canadien. L évolution de la devise de 1992 à 2003. Sommaire

Volume 2, numéro 1 5 avril 2004. Dollar canadien. L évolution de la devise de 1992 à 2003. Sommaire ISSN 18-9158 Volume 2, numéro 1 5 avril 2004 Dollar canadien L évolution de la devise de 1992 à 2003 Sommaire 1. Le dollar canadien a connu une décennie de dépréciation presque ininterrompue de 1992 à

Plus en détail

ANALYSE DE LA PERTINENCE DES CANAUX DE TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE A LA LUMIERE DE L EVOLUTION RECENTE DE L ECONOMIE MONDIALE

ANALYSE DE LA PERTINENCE DES CANAUX DE TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE A LA LUMIERE DE L EVOLUTION RECENTE DE L ECONOMIE MONDIALE ANALYSE DE LA PERTINENCE DES CANAUX DE TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE A LA LUMIERE DE L EVOLUTION RECENTE DE L ECONOMIE MONDIALE Lonzo Lubu Gastonfils* 1 Abstract - Working Paper - L objet de ce

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE Auteur : Sana GUERMAZI-BOUASSIDA Assistante Permanente à l Ecole Supérieure de Commerce de la

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

LES INÉGALITÉS s accroissent dans

LES INÉGALITÉS s accroissent dans EMPLOI Le POUVOIR et le PEUPLE Florence Jaumotte et Carolina Osorio Buitron LES INÉGALITÉS s accroissent dans de nombreux pays avancés depuis les années 80, essentiellement par suite de la concentration

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

Le Dollar, l Innovation et l Emploi. Gilles Saint Paul. Toulouse School of Economics. Birkbeck College

Le Dollar, l Innovation et l Emploi. Gilles Saint Paul. Toulouse School of Economics. Birkbeck College Le Dollar, l Innovation et l Emploi Gilles Saint Paul Toulouse School of Economics Birkbeck College Confronté à un sujet pareil, tout économiste «bien né» aura pour premier réflexe de se retrancher vers

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Support de cours Economie monétaire et financière

Support de cours Economie monétaire et financière UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger Filière des sciences économiques Semestre 3 Support de cours Economie monétaire et financière Professeur

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

L indépendance des banques centrales renforce-t-elle l efficacité des politiques économiques?

L indépendance des banques centrales renforce-t-elle l efficacité des politiques économiques? L indépendance des banques centrales renforce-t-elle l efficacité des politiques économiques? Mots clés : politiques économiques, indépendance des banques centrales, politique monétaire Aujourd hui, dans

Plus en détail

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics 3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics Résumé-Abstracts Organization: Ghislain Léveillé Co-organization:

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés

4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés 4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés Mishkin (2007), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. 7 1- Évaluer le prix d'une

Plus en détail

Les variables financières sont-elles utiles pour anticiper la croissance économique?

Les variables financières sont-elles utiles pour anticiper la croissance économique? Les variables financières sont-elles utiles pour anticiper la croissance économique? Quelques évidences économétriques 1 Laurent Ferrara * Dans la littérature économétrique récente, le rôle des variables

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Le canal du prix des actifs en Zone Euro. Une revue de la littérature

Le canal du prix des actifs en Zone Euro. Une revue de la littérature Le canal du prix des actifs en Zone Euro Une revue de la littérature Jonathan Benchimol Juillet 2007 Jonathan Benchimol 1 1 - Introduction Les canaux de transmission ont été au cœur de la recherche économique

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

La finance, facteur d inégalités

La finance, facteur d inégalités La finance, facteur d inégalités Olivier GODECHOT Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de

Plus en détail

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Comparaison des hypothèses

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise?

Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise? Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise? Grégory Verdugo Direction des Études microéconomiques et structurelles Service des Analyses microéconomiques

Plus en détail

Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro

Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro ISFA, Université Lyon 1 Aterlier risque systémique et

Plus en détail

Université Abou-Bekr Belkaid Tlemcen Faculté des Sciences Economiques et de Gestion. BENBOUZIANE Mohamed

Université Abou-Bekr Belkaid Tlemcen Faculté des Sciences Economiques et de Gestion. BENBOUZIANE Mohamed Université Abou-Bekr Belkaid Tlemcen Faculté des Sciences Economiques et de Gestion CV BENBOUZIANE Mohamed Nom : BENBOUZIANE Prénom : Mohamed Date et Lieu de Naissance : 04/ 12/ 1963 à Honaine Tlemcen-

Plus en détail

Présentation du projet de jumelage

Présentation du projet de jumelage MISE EN PLACE D UN CADRE DE POLITIQUE MONÉTAIRE AXÉ SUR LE CIBLAGE D INFLATION À LA BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Présentation du projet de jumelage Mohamed Salah SOUILEM Directeur Général de la Politique

Plus en détail

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro?

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Virginie Coudert avril 2000 Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Contribution au rapport du CNCT 2000 La création de l'euro et la disparition des monnaies sous-jacentes ont profondément modifié la structure

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg Szabolcs Deák 1 - Lionel Fontagné 2 - Marco Maffezzoli 3 - Massimiliano Marcellino 4 Introduction Les modèles dynamiques stochastiques d équilibre

Plus en détail

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Conséquence de l empilement des régimes et de modes de calculs complexes, nul ne sait exactement quels seront ses droits à la retraite.

Plus en détail

L INFLUENCE DE LA SPHÈRE FINANCIÈRE SUR LA SPHÈRE RÉELLE : LES CANAUX DU CRÉDIT

L INFLUENCE DE LA SPHÈRE FINANCIÈRE SUR LA SPHÈRE RÉELLE : LES CANAUX DU CRÉDIT L INFLUENCE DE LA SPHÈRE FINANCIÈRE SUR LA SPHÈRE RÉELLE : LES CANAUX DU CRÉDIT Cet article traite du rôle des imperfections financières dans l explication des cycles conjoncturels. Les canaux de transmission

Plus en détail

UNIVERSITÉ D AIX-MARSEILLE II THÈSE. Dynamiques de l Inflation Américaine Autour des Changements Structurels : Essais Théoriques & Empiriques

UNIVERSITÉ D AIX-MARSEILLE II THÈSE. Dynamiques de l Inflation Américaine Autour des Changements Structurels : Essais Théoriques & Empiriques UNIVERSITÉ D AIX-MARSEILLE II Groupement de Recherches en Economie Quantitative d Aix-Marseille (GREQAM) & Centre de Recherche sur les Dynamiques et Politiques Économiques et l Économie des Ressources

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013)

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013) Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 213) 1. Exposé des motifs et référentiels internationaux. La circularité des concepts

Plus en détail

ECO 8021: Notes de cours Chapitre 1 Introduction au cours

ECO 8021: Notes de cours Chapitre 1 Introduction au cours ECO 8021: otes de cours Chapitre 1 Introduction au cours Steve Ambler Département des sciences économiques École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Automne 2001 1 Objectifs, prérequis

Plus en détail

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 Plan de cours Cataldo Zuccaro, MBA, Ph.D. Département

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

THOMAS WEITZENBLUM. Situation courante : Professeur à l Université du Maine EMPLOIS FORMATION ET DIPLOMES

THOMAS WEITZENBLUM. Situation courante : Professeur à l Université du Maine EMPLOIS FORMATION ET DIPLOMES THOMAS WEITZENBLUM GAINS, Université du Maine Faculté de Droit, des Sciences Economiques et de Gestion Avenue Olivier Messiaen 72000 LE MANS E-mail : thomas.weitzenblum@univ-lemans.fr Né le 22 mai 1973

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

PEAC1 APPEL ANNUEL À CONTRIBUTIONS EDITION 2013/2014

PEAC1 APPEL ANNUEL À CONTRIBUTIONS EDITION 2013/2014 PEAC1 APPEL ANNUEL À CONTRIBUTIONS EDITION 2013/2014 Dans le cadre de son prochain Forum annuel, prévu à Bruxelles du 5 au 8 mars 2014, l initiative «Pour une économie progressiste» organisera une conférence

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE L ETAT

ECONOMIE GENERALE LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE L ETAT IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE 3 ème PARTIE : LES MOTEURS DE LA CROISSANCE CHAPITRE 12 LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE L ETAT MOTS CLES - Déficit budgétaire - Dette publique

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

Comment anticiper les décisions de la BCE et de la Fed

Comment anticiper les décisions de la BCE et de la Fed Comment anticiper les décisions de la BCE et de la Fed Jean-Charles Bricongne Jean-Marc Fournier Division Synthèse conjoncturelle E n fixant leurs taux d intérêt, les banques centrales influent sur la

Plus en détail

La tarification d options

La tarification d options La tarification d options Proposition pour une approche déterministe Pierre Bernhard 1 Stéphane Thiery 2 Marc Deschamps 3 Nous proposons ici une théorie de la tarification d options sur la base d un modèle

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES MASTER Domaine DROIT, ÉCONOMIE, GESTION Mention MONNAIE,BANQUE, FINANCE, ASSURANCE Spécialité RISQUE, ASSURANCE, DÉCISION 2014 / 2015 Z.Trocellier Directeurs Pr Kouroche VAFAÏ

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

Résumé du cours en graphiques En vue des prochains cours En vue de l examen final. Macroéconomie 1. Conclusion générale. Olivier Loisel.

Résumé du cours en graphiques En vue des prochains cours En vue de l examen final. Macroéconomie 1. Conclusion générale. Olivier Loisel. Macroéconomie 1 Conclusion générale Olivier Loisel ensae Automne 2014 Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 : conclusion générale Automne 2014 1 / 14 Plan de la conclusion générale 1 Résumé du cours en

Plus en détail

POL 1100 (Méthodes de recherche en politique) Hiver 2012 Local B-0305 Lundi de 13h00-14h30

POL 1100 (Méthodes de recherche en politique) Hiver 2012 Local B-0305 Lundi de 13h00-14h30 Faculté des arts et des sciences Département de science politique POL 1100 (Méthodes de recherche en politique) Hiver 2012 Local B-0305 Lundi de 13h00-14h30 Professeur : Erick Lachapelle Bureau : C-3124

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor. gaelle.le_fol@dauphine.fr

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor. gaelle.le_fol@dauphine.fr Le Fol Gaëlle Full professor gaelle.le_fol@dauphine.fr Current Position - Status Head of an education program : Master 203 - Financial Markets Department of attachment : MSO Centre of Research : Dauphine

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES E n s e l i m i t a n t à u n e présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néoclassique du fonctionnement

Plus en détail

la Banque de France, mars. C. Bordes, «La politique monétaire» chapitre II de «Politique économique» ellipse.

la Banque de France, mars. C. Bordes, «La politique monétaire» chapitre II de «Politique économique» ellipse. 12.2 Canaux de transmission de la politique monétaire Il s agit d une section tout à fait importante dans le cadre de la compréhension de la réalisation du dispositif monétaire. Cependant, comme le reconnaît

Plus en détail