La Franc-Maçonnerie parisienne sous le second Empire ( )

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Franc-Maçonnerie parisienne sous le second Empire (1852-1870)"

Transcription

1 UNIVERSITE DE PARIS IV - SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE N d'enregistrement : Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l'université de Paris Sorbonne Discipline : Histoire contemporaine Présentée et soutenue publiquement en février 2008 par Laurence GREGOIRE La Franc-Maçonnerie parisienne sous le second Empire ( ) Directeur de recherche : M. le Professeur Jacques-Olivier BOUDON Jury : M. Jacques Olivier BOUDON, professeur à l Université Paris IV Sorbonne M. Jean GARRIGUES, professeur d Histoire contemporaine à l Université d Orléans M. Jean TULARD, professeur émérite à l Université Paris IV Sorbonne M. Sudhir HAZAREESINGH, professeur à l Université d Oxford

2 POSITION DE THESE «Faisons de la Maçonnerie la grande école mutuelle du XIXème siècle» 1. Cette citation d Eugène Pelletan, extraite des travaux de la loge «l Avenir», est typique du discours des francs-maçons parisiens novateurs des années dix-huit cent soixante. La franc-maçonnerie 2 à Paris connaît alors une période d évolution, mais aussi de montée des contestations. S intéresser aux loges parisiennes sous le second Empire amène ainsi à se poser la question de l originalité de cette période qui oscille entre continuités et changements. Avant d aborder les approches historiques de la question, on peut s arrêter un moment sur la définition donnée à la franc-maçonnerie. L Encyclopédie Larousse la présente ainsi comme une «association en partie secrète, de personnes qui professent des principes de fraternité, se reconnaissent entre elles à des signes et à des emblèmes, et se divisent en groupes appelés loges» 3. Certains font remonter la franc-maçonnerie à une tradition antique tandis qu on relève un stade «opératif» et une étape «spéculative». La franc-maçonnerie «opérative» 4 est la «maçonnerie de métier» remontant notamment au Moyen-Age et à laquelle a succédé une phase «spéculative» 5 dont les racines se situeraient au XVème siècle. Les textes fondateurs sont alors les Constitutions d Anderson datant de Sous le second Empire, en France, les loges maçonniques se répartissent en plusieurs obédiences différentes : le Grand Orient de France, le Suprême Conseil de France du Rite Ecossais Ancien et Accepté et également les rites égyptiens de Misraïm et de Memphis. Le Grand Orient, dont la fondation remonte ainsi à , rassemble surtout à l époque une majorité de loges travaillant au Rite Français 7. Le Rite Ecossais Ancien et Accepté se 1 La Chaîne d Union, 15 septembre 1864, p On a utilisé ici les minuscules qui correspondent à l utilisation la plus fréquente. 3 Encyclopédie Larousse, Tome IV, Paris, 1962, 1029 p., p LIGOU Daniel, notice «opératif, opérative», in LIGOU Daniel, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, PUF, 1991, 1322 p., p BIANCO René, H S, notice «spéculatif», in LIGOU Daniel, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, PUF, 1991, 1322 p., p LIGOU Daniel, notice «Grand Orient de France», in LIGOU Daniel, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, PUF, 1991, 1322 p., p

3 structure en France en 1804 autour d un Suprême Conseil et d une Grande Loge Générale Ecossaise constitués par Grasse Tilly. En 1821, Decazes instaure par la suite un Suprême Conseil de France toujours en vigueur sous le second Empire 8. Les rites égyptiens sont représentés par le Rite de Misraïm installé en France depuis environ 1814 par les frères Bédarride 9. Le Rite de Memphis s est organisé officiellement plus tardivement, vers 1838, sous l impulsion de Jacques Marconis de Nègre 10. Numériquement, ces deux rites restent très limités durant le XIXème siècle 11. Après cette rapide présentation, il convient de s intéresser aux divers ouvrages qui se sont penchés sur la période et comment celle-ci a été appréhendée. Il faut préciser qu ils prennent place au sein d une littérature abondante dans laquelle il est parfois difficile de se repérer. Dès le second Empire, on trouve ainsi des études consacrées à la franc-maçonnerie comme celle d Emmanuel Rebold qui présente une Histoire des trois grandes loges de francs-maçons en France 12 publiée en 1864 ou encore le travail de J.G Findel, Histoire de la Franc- Maçonnerie depuis son origine jusqu à nos jours 13. Par la suite, les recherches se sont amenuisées pour reprendre dans les années mille neuf cent vingt avec les livres d Albert Lantoine, auteur notamment d une Histoire de la franc-maçonnerie française 14 en trois volumes tandis qu Oswald Wirth publie par exemple le livre de l apprenti 15 en Les années soixante connaissent ensuite une relance des publications avec les livres de Paul Naudon 16, Serge Hutin 17, Pierre Mariel 18 ou encore Jean Baylot 19. Depuis une trentaine 7 HIVERT-MESSECA Yves, notice «spéculatif», in SAUNIER Eric, Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, La Pochothèque, le Livre de Poche, 2002, 982 p., p NAUDON Paul, notice «France», in LIGOU Daniel, op. cit., p , p CAILLET Serge, La franc-maçonnerie égyptienne de Memphis-Misraïm, préface de Robert Amadou, Paris, Dervy, 2003, 371 p., p GALTIER Gérard, Maçonnerie égyptienne, Rose Croix et Néo chevalerie, les fils de Cagliostro, Monaco, Editions du Rocher, 1989, 474 p., p Ce Rite aurait eu également des racines remontant à 1815 avec la loge «les disciples de Memphis». 11 MOLLIER Pierre, in SAUNIER Eric, article «rites égyptiens», p REBOLD Emmanuel, Histoire des trois grandes loges de francs-maçons en France, Paris, Collignon, 1864, 700p. 13 FINDEL J.G, Histoire de la franc-maçonnerie depuis son origine jusqu à nos jours, Paris, A. Lacroix, Verboecken et cie, 1866, 496 p. 14 LANTOINE Albert, Histoire de la franc-maçonnerie française, tome 1, tome 2, tome 3, Paris, Emile Nourry, 1925, 514 p., 332 p., 459 p. 15 WIRTH Oswald, Le livre de l apprenti, Paris, Dorbon aîné, 1931, 191 p. 16 NAUDON Paul, Histoire et Rituels des Hauts Grades Maçonniques, le Rite Ecossais Ancien et Accepté, Paris, Dervy, 1966, 205p. 17 HUTIN Serge, Les francs-maçons, Paris, Edition du Seuil, 1961, 188 p. 3

4 d années cependant, l histoire de la franc-maçonnerie connaît un net renouveau autour de plusieurs axes majeurs. On relève d abord l élaboration de dictionnaires de référence conséquents et très nourris avec tout d abord le Dictionnaire de la franc-maçonnerie 20 de Daniel Ligou publié pour la première fois en 1974, et qui rassemble les recherches de plus d une centaine de spécialistes. Il faut signaler aussi l Encyclopédie de la franc-maçonnerie 21, publiée sous la direction d Eric Saunier avec quelques quarante six chercheurs, et qui amène de nouveaux éclairages récents sur les sujets abordés. Le deuxième axe de renouvellement se situe autour d Histoires générales de la francmaçonnerie. On peut ainsi citer la très importante Histoire de la franc-maçonnerie française de Pierre Chevallier 22, l Histoire générale de la franc-maçonnerie 23 de Paul Naudon, l Histoire des francs-maçons en France publié sous la direction de Daniel Ligou 24. La période du XIXème siècle a été particulièrement remise en valeur avec, par exemple, l Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXème siècle d André Combes 25. Des approches plus thématiques ont également vu le jour avec un intérêt porté aux liens avec la politique, le pouvoir, la laïcité. On peut évoquer notamment John Bartier 26 sur ce dernier point. Luis P. Martin s est interrogé, de son côté, sur les cultures politiques de la Franc- Maçonnerie en Europe 27 tandis que Paul Gourdot évoque les sources maçonniques du socialisme français 28. Jean André Faucher s est intéressé quant à lui aux liens existants entre 18 MARIEL Pierre, Les francs-maçons en France, leur rôle, leur influence dans la vie politique et sociale, Paris, Marabout, 1969, 313 p. 19 BAYLOT Jean, La voie substituée, recherche sur la déviation de la franc-maçonnerie en France et en Europe, Belgique, Borp sa, 1968, 467 p. 20 LIGOU Daniel, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, PUF, 1991, 1322 p. 21 SAUNIER Eric, Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, La Pochothèque, Le Livre de Poche, 2002, 982 p. 22 CHEVALLIER Pierre, Histoire de la franc-maçonnerie française, tome 2, la Maçonnerie, missionnaire du libéralisme ( ), Fayard, Paris, 1988, 556 p. 23 NAUDON Paul, Histoire générale de la franc-maçonnerie, Paris, Office du Livre, 1981, 251 p. 24 LIGOU Daniel, Histoire des francs-maçons en France, Paris, Privat, 1981, 414p 25 COMBES André, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXème siècle, tome 1, tome 2, Monaco, Editions du Rocher, 1998, 1999, 454 p., 430 p. 26 BARTIER John, Laïcité et franc-maçonnerie, Edition de l université de Bruxelles, études rassemblées par Guy Gambier, université libre de Bruxelles, Institut d Histoire du christianisme et de la pensée laïque, Paris, 1981, 377 p. 27 MARTIN P. Luis, sous la direction de, Les francs-maçons dans la cité, les cultures politiques de la francmaçonnerie en Europe XIX-Xxème siècle, Rennes, PUR, 2000, 205 p. 28 GOURDOT Paul, Les sources maçonniques du socialisme français, Monaco, Editions du Rocher, 1998, 313 p. 4

5 les francs-maçons et le pouvoir 29. Les rapports de la franc-maçonnerie et de l Eglise ont aussi fait l objet de recherches récentes comme, par exemple, ceux de Jérôme Rousse Lacordaire 30. Les études sur la sociabilité des francs-maçons doivent beaucoup aux ouvrages de Pierre- Yves Beaurepaire qui s est notamment penché, dans le sillage de Maurice Agulhon, sur le XVIIIème siècle 31. Le XIXème siècle a fait l objet de recherches particulières notamment de la part d André Combes. Celui-ci est l auteur, en effet, de toute une série d articles consacrés, par exemple, à des loges du second Empire ou bien encore aux ateliers parisiens à la même époque 32. Des biographies ponctuelles de personnalités éminentes ont fait aussi l objet d ouvrages variés comme celui d Anne Girollet à propos de Victor Schoelcher 33. La Grande Loge Symbolique écossaise a été par ailleurs étudiée par Françoise Jupeau Requillard 34. Les rapports entre les femmes et la franc-maçonnerie ont motivé divers ouvrages récents comme ceux de Françoise Jupeau Requillard 35 ou de Gisèle et Yves Hivert Messeca 36. Enfin Sudhir Hazareesingh et Vincent Wright 37 ont réalisé une étude très conséquente sur les loges provinciales du Grand Orient à la veille de la IIIème République, qui permet une avancée importante de la connaissance de cet espace maçonnique. Après ce rapide aperçu des productions historiques, on peut se demander sous quels axes est perçue l histoire de la franc-maçonnerie sous le second Empire. Celle-ci a été au départ appréciée de manière négative, souvent dépréciée, par comparaison avec l éclat du Ier Empire et les changements de la IIIème République. Les ouvrages de Lantoine puis de Baylot ont tendu, par la suite, à mettre en cause les glissements de la franc-maçonnerie vers un engagement plus poussé dans les débats de la cité. Albert Lantoine évoque ainsi les «lézardes du temple» tandis que Jean Baylot parle d une «voie substituée». Globalement, les diverses 29 FAUCHER Jean-André, Les francs-maçons et le pouvoir, Paris, Perrin, 1986, 341 p. 30 ROUSSE LACORDAIRE Jérôme, Rome et les francs-maçons, histoire d un conflit, collection Pensée politique et sciences sociales, Berg International, 1996, 194 p. 31 BEAUREPAIRE Pierre Yves, L espace des francs-maçons, une sociabilité européenne au XVIIIème siècle, Rennes, PUR, 2003, 229 p. 32 COMBES André, «La franc-maçonnerie parisienne de 1862 à 1870», Humanisme, 1978, n 24, p GIROLLET Anne, Victor Schoelcher, républicain et franc-maçon, Paris, Edimaf, 2000, 126 p. 34 JUPEAU REQUILLARD Françoise, La Grande Loge Symbolique Ecossaise ( ), le changement dans l institution maçonnique, thèse de Doctorat sous la direction de Daniel Ligou, Université de Bourgogne, deux tomes, JUPEAU REQUILLARD Françoise, L initiation des femmes ou le souci permanent des francs-maçons français, Monaco, Editions du Rocher, 2000, 317 p. 36 HIVERT-MESSECA Gisèle et Yves, Comment la franc-maçonnerie vint aux femmes, deux siècles de francmaçonnerie féminine et mixte en France ; , Paris, Edition Dervy, 1997, 387 p. 37 HAZAREESINGH Sudhir, WRIGHT Vincent, Francs-Maçons sous le second Empire, les loges provinciales du Grand Orient à la veille de la IIIème République, Rennes, PUR, 2001, 255 p. 5

6 recherches tendent à distinguer deux moments au cours de cette période. Les premières années de l Empire sont marquées par l autoritarisme du pouvoir, tandis que les années dixhuit cent soixante se distinguent par l éclosion de contestations plus marquées. Ceci est particulièrement notable pour l histoire du Grand Orient qui connaît la nomination de deux grands maîtres par le pouvoir. André Combes a particulièrement souligné, par l étude précise de quelques loges parisiennes 38, l aspect activiste de celles-ci au sein des obédiences, ainsi que l investissement de certains francs-maçons dans la Commune. L objet de cette thèse est de se demander en quoi cette période est un moment d évolution et de transition pour la franc-maçonnerie parisienne. Le cadre chronologique du second Empire permet d apprécier l évolution de la situation des loges parisiennes dans un laps de temps bien défini. La période, qui représente presque vingt années, s inscrit juste après la IIème République et se termine avant l éclosion de celle de la IIIème République. Si on ne peut oublier ces perspectives républicaines, il convient néanmoins de s interroger sur l originalité de la période impériale dans le cadre d une revalorisation de l histoire du second Empire. Cette époque mérite en effet une étude à part entière permettant l appréciation de la situation des ateliers parisiens durant cette période. Le choix de Paris n est pas neutre et amène aussi à se demander quelles sont les singularités des loges de la capitale, en terme, notamment, d importance numérique, de profil socioprofessionnel ou encore de proximité avec le pouvoir impérial. Retrouve-t-on, par exemple, une participation des dignitaires du régime comme cela fut le cas sous le Ier Empire? On peut se demander aussi ce qu il en est de l organisation des obédiences et si on retrouve à Paris une tendance à la centralisation. Les conclusions du travail de Sudhir Hazareesingh et Vincent Wright sur les loges provinciales du Grand Orient à la veille de la IIIème République peuvent être utilement mises en perspective pour l approche de la situation parisienne. Ces auteurs y décrivent les ateliers provinciaux comme participant d un monde «instable», «fragmenté», «divisé» marqué aussi par des controverses idéologiques à la fin de l Empire, tandis que se profile la République. Arrive-t-on aux mêmes remarques pour la capitale? On peut également se demander si le second Empire est annonciateur des changements réalisés sous la IIIème République pour la vie des obédiences. Trois grands axes d évolution semblent ainsi se dessiner autour des débats spirituels, mais aussi avec des revendications liées aux femmes et à une plus grande démocratisation des 38 COMBES André, «Des loges activistes du Grand Orient de France et de leur influence au sein de l obédience ( )», Institut des Hautes Etudes et des Recherches Maçonniques, Recueil des Actes, , Paris, p

7 structures maçonniques. Ces grands discours semblent liés à l avènement d une nouvelle franc-maçonnerie, engagée de surcroît, dans l émergence d une République laïque. En 1877, par exemple, le Grand Orient décide ainsi de la suppression de l obligation de croyance en Dieu et en l immortalité de l âme 39. Observe-t-on des traces de tels débats auparavant? En 1879 et 1880, des contestataires du Suprême Conseil de France donnent naissance à une «nouvelle fédération maçonnique» 40 nommée Grande Loge Symbolique Ecossaise et animée d un souci de «démocratisation». Là encore, on peut se demander ce qu il en est une décennie auparavant. En 1893, Maria Deraismes et Georges Martin fondent la «première loge-obédience mixte française» qui prend bientôt le nom de «Droit Humain» 41. Il est possible aussi de s interroger sur l existence de signes d ouverture vers l admission des femmes dans les milieux maçonniques parisiens à l époque du second Empire. Enfin les rapports avec la société et l Eglise peuvent être également des pistes de réflexion pour ce sujet. Les sources possibles pour aborder cette thèse sont de diverses natures. Elles sont principalement maçonniques et se constituent notamment des fonds versés à la Bibliothèque Nationale et conservés au département des Manuscrits. Elles peuvent être aussi complétées par les archives de la Grande loge de France et celles du Grand Orient de France. Ces sources sont constituées principalement des archives centrales des obédiences mais aussi de celles des loges. La presse maçonnique particulièrement importante à l époque est également une mine importante d informations. Elle aide notamment à reconstituer la teneur de certains discours de loges car les archives de celles-ci sont souvent très lacunaires, ce qui est une des difficultés de cette étude. D autres fonds peuvent s avérer pertinents comme les Archives Privées versées à la Bibliothèque Nationale et concernant des personnalités maçonniques importantes telles qu Adolphe Crémieux ou encore Georges Coulon. On peut aussi s intéresser, toujours aux Archives Nationales, aux archives du prince Murat qui a été nommé Grand Maître du Grand Orient mais aussi à celle du prince Jérôme Napoléon lui aussi franc-maçon. Certains francs-maçons particulièrement actifs ont pu également s engager dans 39 LIGOU Daniel, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, PUF, 1991, 1322 p. 40 HIVERT-MESSECA Yves, notice «Grande Loge symbolique écossaise», in SAUNIER Eric, Encyclopédie de la maçonnerie, 982 p., p HIVERT-MESSECA Yves, notice «Droit Humain», in SAUNIER Eric, Encyclopédie de la maçonnerie, 2002, 982 p., p

8 des revendications publiques, c est pourquoi il a été utile de consulter les pétitions versées au Sénat et à l Assemblée Nationale. On peut rajouter à cette liste, les fonds concernant les ministères de l instruction publique, de la Justice, de l Intérieur. Les archives de la Guerre sont aussi des ressources utiles notamment pour reconstituer les carrières des militaires inscrits dans certaines loges parisiennes. On peut consulter également les Archives Historiques de l Archevêché de Paris pour tout ce qui concerne Monseigneur Darboy; les archives de Paris ont également leur utilité pour la fin de la période mais pourraient encore certainement être plus exploitées. Aborder l étude de la franc-maçonnerie parisienne sous le second empire fait surgir de multiples thèmes. Trois aspects peuvent ici retenir particulièrement notre attention. L histoire sociale est d abord concernée par la composition socioprofessionnelle des loges. L histoire religieuse n est pas non plus à négliger car le second Empire est une période charnière pour plusieurs aspects. Elle est marquée par les troubles suscités par la guerre d Italie mais aussi par les décisions du pape Pie IX à l égard des principales «erreurs» du temps. Ainsi l encyclique Quanta Cura et le Syllabus qui datent de décembre 1864 condamnent notamment le «rationalisme, l indifférentisme, le panthéisme, la laïcisation, des institutions et des mœurs, la démocratie, le socialisme, la franc-maçonnerie» 42. Ces textes ont marqué un durcissement des rapports entre l Eglise et les tenants des idées condamnées. La francmaçonnerie qui se retrouve visée par ces condamnations connaît alors sous le second Empire une poussée réactive des tendances anticléricales particulièrement vive chez les «novateurs». Certains s engagent alors d autant plus ouvertement dans les courants libre penseurs en plein développement à la fin de l Empire. On relève aussi l élaboration de discours cléricaux antimaçonniques dans la lignée de l abbé Barruel et qui dénoncent, comme le fait Monseigneur de Ségur, la franc-maçonnerie. L histoire politique est importante aussi de part les choix opérés par l Empereur. On peut de plus se demander ce qu il en est de la survivance des courants républicains durant la période. Certains francs-maçons se sont ouvertement engagés sous la deuxième République, comme le député Baudin, mort sur les barricades le 3 décembre Qu en est-il sous le second Empire? 42 ANCEAU Eric, La France de 1848 à 1870, entre ordre et mouvement, collection la France contemporaine, Paris, Le Livre de Poche, 256 p., p PLESSIS Alain, De la fête impériale au mur des fédérés, , collection Nouvelle Histoire de la France contemporaine, Paris, Editions du Seuil, 253 p., p

9 Cette grande variété thématique est une des difficultés du sujet mais elle doit être prise en compte pour les ressources bibliographiques qui peuvent nourrir tous ces champs d intérêts possibles. Des limites sont néanmoins à apporter quant au traitement du sujet. Notre étude, en effet, par manque de temps, laisse de côté les rituels mais aussi les aspects liés à la musique, aux poèmes, aux chants et aux odes maçonniques. En outre, il faut souligner que, faute de sources, certains aspects des Rites égyptiens sont moins aisés à appréhender que pour les autres rites. C est notamment vrai pour l étude de la structure organisationnelle ou encore pour les archives des loges dont peu sont conservées. Cette thèse peut donc être envisagée en trois parties. La première partie de cette thèse nous montre d abord que Paris se présente, pendant la période, comme la capitale de la franc-maçonnerie. Elle est un lieu de centralisation pour les structures directionnelles des obédiences. Le Grand Orient, sous l impulsion du Grand Maître Murat, acquiert, par exemple, sous le second Empire ses locaux situés au numéro seize de la rue Cadet. Cette nouvelle adresse devient alors le lieu de réunion pour les loges parisiennes. Le Suprême Conseil de France loue, de son côté, des bâtiments installés au numéro trentecinq de la rue de Grenelle saint Honoré. L emprise de Paris et des alentours se retrouve aussi dans l origine géographique des personnalités dirigeantes des obédiences qui ont souvent une place importante dans la vie de la capitale. Lieu de centralisation pour la direction des obédiences, Paris occupe aussi une place à part par sa proximité avec le pouvoir impérial qui entretient des relations ambiguës avec les loges parisiennes. Elles apparaissent comme étant protégées pour plusieurs facteurs. D abord le Grand Orient de France voit la nomination de deux Grands Maîtres proches de l Empereur : le prince Murat, puis le maréchal Magnan dont le rôle a été très important pour le coup d état du deux décembre 1851, et qui tente en 1862 d unifier toutes les obédiences. Ensuite des mesures gouvernementales sont favorables à la franc-maçonnerie comme la circulaire de Persigny de L attitude de Napoléon III apparaît, par le biais de ce texte, favorable à la franc-maçonnerie qui sert aussi de contrepoids dans la crise italienne. Le second Empire voit aussi l émergence de loges ouvertement proches du pouvoir comme les loges «Saint Lucien» et «Bonaparte» au Grand Orient. Le pouvoir exerce néanmoins son emprise et les loges parisiennes doivent ainsi déclarer leur réunion selon des rythmes très précis, tandis que certaines sont suspectes de servir de prétexte 9

10 pour les «agents des partis opposés au gouvernement» 44. Paris apparaît aussi comme une «capitale» de la franc-maçonnerie de part le nombre des loges qui y sont présentes. C est ainsi la ville qui compte le plus d ateliers en France, avec, en 1870, quelques cinquante loges pour le Grand Orient et vingt-neuf pour le Suprême Conseil. 45 Ce poids numérique exceptionnel, en hausse durant les années dix-huit cent soixante représente aussi une forte proportion des effectifs nationaux pour les obédiences. L originalité de la capitale se retrouve dans la composition socioprofessionnelle des loges avec de nombreux métiers liés à l artisanat, au commerce et au négoce. On y note beaucoup plus d employés qu en province et une large participation des «notables». La seconde partie de ce travail fait apparaître une franc-maçonnerie parisienne prise entre continuités et changements. Des évolutions notables sont d abord à relever pour les rapports entretenus entre les loges et les femmes, avec le développement de formes festives liées à la franc-maçonnerie d adoption. On note ici la permanence de ces dernières avec notamment celle de Misraïm et diverses tentatives comme celle de l atelier du «Temple des Familles». Des francs-maçons parisiens n hésitent pas comme Léon Richer, par exemple, à s engager dans des luttes féministes. Des journaux maçonniques, mais aussi des loges comme «le Travail», militent pour une féminisation des obédiences. Les droits des femmes ont aussi motivé des discussions à l intérieur des loges. Certaines maçonnes s engagent publiquement comme Jenny d Héricourt dans des controverses féministes menées notamment contre Proudhon ou encore Marchef-Girard dans le domaine de l éducation. Cette dernière est invitée à donner des conférences par le Grand Orient où elle côtoie d ailleurs Maria Deraismes, future co-fondatrice du Droit Humain. Des projets liés à l éducation, notamment dans le domaine professionnel motivent aussi certaines loges parisiennes. Un autre aspect évolutif de la période concerne les relations entre la franc-maçonnerie et l Eglise. On observe durant le second Empire un durcissement des rapports avec l Eglise surtout durant les années dix-huit cent soixante. On assiste alors à l élaboration de discours anticléricaux élaborés souvent en réponse aux attaques portées. De plus, certains francs-maçons, proches des milieux libre penseurs, ont pu aussi radicaliser leur attitude, face à une Eglise perçue comme intolérante. Des ouvrages cléricaux à visée antimaçonnique se développent également dans la lignée de ce qu avait pu faire l abbé Barruel comme, par exemple, le livre de monseigneur de Ségur sur les 44 AN, F7 3008/1 Rapports de police, dossier 9 sur l opinion publique, Rapport du lundi 5 juillet Ce chiffre ne tient compte que des loges symboliques. 10

11 francs-maçons. Ces derniers connaissent pendant la période une vive montée des contestations internes. Elles concernent d abord des remises en question d ordre spirituel à propos de l attachement à la croyance en Dieu et en l immortalité de l âme. Au sein du Grand Orient les critiques sont particulièrement vives lors du Convent de 1865, et se poursuivent ponctuellement par l action de quelques loges qui suppriment, par exemple, la mention du Grand Architecte de l Univers. On note aussi au sein du Suprême Conseil du Rite Ecossais Ancien et Accepté une montée des discussions sur ces sujets à la fin des années dix-huit cent soixante. L autre pan des contestations est plutôt structurel avec une volonté de démocratisation des obédiences et un souhait, pour les plus contestataires, de disparition des hauts grades. Les loges parisiennes sous le second Empire voient également l émergence de nouveaux thèmes de discussion, liés notamment, plus étroitement, à la vie de la cité. Parmi ces thèmes, on peut distinguer l économie, la famille, les droits, la politique étrangère, mais aussi l instruction. Ces différents sujets sont l occasion pour la franc-maçonnerie d affirmer aussi des valeurs communes. La fin du second Empire connaît, de plus, l émergence de figures républicaines notables dont certaines sont engagées dans la franc-maçonnerie tels que Jules Simon, Eugène Pelletan, Léon Gambetta, Adolphe Crémieux, Jules Vallès L expérience de la Commune de Paris et la naissance de la IIIème République offrent des occasions d actions nombreuses pour ces francs-maçons souvent très impliqués dans une lutte républicaine et laïque. Au delà de 1870 et de l effondrement du second Empire, une évolution de fonds se poursuit au sein de la francmaçonnerie. Des initiations comme celle de Jules Ferry en 1875 sont alors emblématiques des changements internes qui perdurent sous la IIIème République. La troisième partie de cette thèse traite de la sociabilité des ateliers parisiens qui se dessine, sous le second Empire, comme complexe et plus ou moins mouvante. Ils forment d abord des unités singulières qui peuvent se heurter à des obstacles propres comme les problèmes financiers, les mouvements d effectifs. Les ateliers de la capitale entretiennent aussi des relations entre eux, par le biais, notamment des affiliations, mais aussi des invitations. Les actions philanthropiques sont également partagées par les ateliers mais se retrouvent aussi au sein du monde profane. Il s agit souvent ici de gestes forts, qui peuvent s inscrire dans une solidarité nationale, avec notamment des soutiens accordés aux victimes des grandes inondations, aux blessés pendant les périodes de guerre. Les relations liées avec la société sont souvent parcellaires. On relève à ce propos, divers discours maçonniques plus ou moins 11

12 optimistes à ce sujet. Certains affirment néanmoins leur souhait de multiplier les contacts avec la société et d essayer d améliorer l image proposée au public. En définitive, on peut donc souligner que la période du second Empire apparaît bel et bien pour la franc-maçonnerie parisienne comme une période de transition qui annonce, par plusieurs aspects, des évolutions futures de la vie des obédiences. 12

13 LA FRANC-MAÇONNERIE PARISIENNE SOUS LE SECOND EMPIRE ( ) La franc-maçonnerie est selon l Encyclopédie Larousse une «association en partie secrète de personnes qui professent des principes de fraternité, se reconnaissent entre elles à des signes et à des emblèmes, et se divisent en groupes appelés loges». On peut s interroger sur le devenir de celle-ci à Paris entre 1852 et Le choix d une telle période s inscrit dans une volonté de revalorisation du second Empire souvent oublié car enserré entre un Ier Empire présenté comme glorieux et la naissance de la IIIème République. S interroger sur la situation de la franc-maçonnerie au sein de la capitale amène également à se poser de multipkes questions. Existe-t-il une singularité parisienne au niveau des loges étudiées? La proximité du pouvoir impérial a-t-il pu avoir des incidences? Remarque-t-on des caractéristiques sociales notables? Pour mener ce travail, le chercheur bénéficie outre ses propres investigations d œuvres importantes sur lesquelles il peut s appuyer. Il faut signaler ainsi l étude effectuée par Vincent Wright et Sudhir Hazareesingh sur les loges du Grand Orient à la veille de la IIIème République. Cette approche provinciale dresse le tableau des ateliers provinciaux pendant une partie de l Empire et permet de nombreuses comparaisons en même temps qu une mise en perspective utile par rapport à la situation parisienne. Celle-ci a été de surcroît abordée sous plusieurs aspects par André Combes lors d Histoires générales mais aussi par le biais d articles ponctuels. Cette thèse sur la franc-maçonnerie parisienne sous le second Empire s intéresse donc aux traits distinctifs de celle-ci tout en cherchant à y distinguer les différentes tendances oscillant entre continuités et changements. THE PARISIAN FREE MASONRY UNDER THE SECOND EMPIRE ( ) The free masonry is according to the Larousse Encyclopaedia an association partly secret of people that profess brotherhood views, identify themselves by signs and emblems and are divided in groups called freemason s lodges. We might question about the free masonry s development in Paris between 1852 and The choice of this period is related to the will to emphasise the importance of the Second Empire, often forgotten, because encircled between the First Empire, presented as glorious, and the birth of the Third Republic. To wonder about the situation of the free masonry within the French capital also brings up many questions. Is there a Parisian remarkablneness in the free mason s lodge studied? Could the proximity of the imperial power have some incidence? Can we remark social characteristics worthy of note? To conduct this work, the researcher profits of his own investigations as well as important work on which he can learn on. One must point out Vincent Wright and Sudhir Hazareesingh s study on the Grand Orient s lodge, just before the Third Republic. This approach raises the picture of the provincial lodge s situation during a part of the Empire and allows many comparisons. It also puts a useful outlook regarding the Parisian situation. This situation was tackled under several points of view in general History books as well as punctual articles. My thesis on the Parisian free masonry under the Second Empire studies three distinct characteristics, by searching and distinguishing the different tendencies fluctuating between continuity and changes. DISCIPLINE : HISTOIRE CONTEMPORAINE MOTS CLEFS : Anticléricalisme Antimaçonnique Ateliers Bourgeoisie Commune Droit Humain Enseignement Féminisme Franc-Maçonnerie France 19ème siècle Grand Orient de France Laïcité Libre Pensée Loges d adoption Loges Paris Philanthropie Presse maçonnique Rite de Memphis Rite de Misraïm Sociabilité Suprême Conseil du Rite Ecossais Ancien et Accepté École Doctorale Histoire moderne et contemporaine - 28 Rue Serpente PARIS

La franc-maçonnerie. Troisième tirage 2011

La franc-maçonnerie. Troisième tirage 2011 Alain Quéruel La franc-maçonnerie Troisième tirage 2011 2008, pour le texte de la présente édition. 2011, pour la nouvelle présentation. ISBN : 978-2-212-54866-2 Table des matières Sommaire......................................................

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE.

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Irène Mainguy, Pierre Mollier et Georges Odo pour leur aide précieuse, et pour nous avoir autorisé à publier

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Magali Zimmer

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Magali Zimmer Compte rendu Ouvrage recensé : Entreprises collectives. Les enjeux sociopolitiques et territoriaux de la coopération et de l économie sociale, Louis Favreau (2008), Québec, Presses de l Université du Québec,

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC Dossier de presse Janvier 2007 Service de presse MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC L Observatoire de la Qualité de la Construction

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Épreuves du concours interne

Épreuves du concours interne Épreuves du concours interne 1. Quelles sont les épreuves écrites d admissibilité du concours interne? 2. Quelles sont les épreuves d admission du concours interne? 3. Quelles sont les épreuves facultatives?

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR 1 L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR COULON Alain Professeur de sciences de l éducation à Paris 8 Directeur du CIES Sorbonne Les Centres d Initiation à l Enseignement Supérieur (CIES)

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

N 551 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 551 ASSEMBLÉE NATIONALE N 551 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 décembre 2012. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

Table des matières. L émergence de l entreprise dans le droit belge des sociétés anonymes... 15

Table des matières. L émergence de l entreprise dans le droit belge des sociétés anonymes... 15 Sommaire... 5 L entreprise dans la Société du XXI e siècle... 7 Introduction aux travaux du Colloque de Rennes du 27 mai 2011 organisé par FORDE Claude CHAMPAUD Président du Conseil scientifique du Fonds

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS ASSEMBLEE GENERALE du 4 OCTOBRE 2012 Le quatre octobre deux mille douze

Plus en détail

2015-2016. Master 2 Droit canonique et droit européen comparé des religions. Spécialité : Droit européen comparé des religions

2015-2016. Master 2 Droit canonique et droit européen comparé des religions. Spécialité : Droit européen comparé des religions 2015-2016 Master 2 Droit canonique et droit européen comparé des religions Spécialité : Droit européen comparé des religions Présentation générale de la formation La spécialité Droit européen comparé des

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Licence professionnelle Éditeur

Licence professionnelle Éditeur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Éditeur Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège.

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège. FICHE PÉDAGOGIQUE CYCLE 3 N 150 Février 2013 HISTOIRE RUBRIQUE l histoire de l école en France DOMAINES D ACTIVITÉS histoire, instruction civique et TUIC OBJECTIFS ET COMPÉTENCES * Objectifs * : en privilégiant

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

La comptabilité, une technique statistique

La comptabilité, une technique statistique La comptabilité, une technique statistique Claude JANSSENS 1. Introduction En doctrine, une approche qui peut permettre de démontrer l importance du respect du caractère correct et complet des situations

Plus en détail

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 «La grande idée, la notion fondamentale de l Etat laïque, c est-àdire la délimitation profonde entre le temporel et le spirituel, est entrée dans nos mœurs de manière

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE. Titre fonctionnel P-3 Économiste. Département/Division/Section RITD-ATPC

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE. Titre fonctionnel P-3 Économiste. Département/Division/Section RITD-ATPC UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf. No. HRSS/15/08/1262 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE Classe Titre fonctionnel P-3 Économiste Département/Division/Section RITD-ATPC Groupe professionnel Affaires Économiques

Plus en détail

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative.

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. 1 Conférence Nationale du Sport 20 novembre 2008 Discours de Guy Drut, Membre du CIO Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. L occasion qui est donnée aujourd hui de rassembler les différents

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.dauphine.fr. Mercredi 4 juin 2013 Direction de la communication de l Université Paris-Dauphine

DOSSIER DE PRESSE. www.dauphine.fr. Mercredi 4 juin 2013 Direction de la communication de l Université Paris-Dauphine DOSSIER DE PRESSE www.dauphine.fr 1 Présentation de l Université Paris-Dauphine L Université Paris-Dauphine est un grand établissement d enseignement supérieur exerçant des activités de formation (initiale

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014 Les Mardis de l École des chartes Plan général I Les grandes dates de la vie de Morny II Les biographies antérieures III L apport des sources accessibles

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Les objectifs du bilan de compétences.

Les objectifs du bilan de compétences. Les objectifs du bilan de compétences. Qu est ce qu un bilan de compétences? Pourquoi faire un bilan de compétences? Comment se déroule un bilan de compétences? Quelle est la méthodologie utilisée? Le

Plus en détail

Connaître La Grande Loge de France

Connaître La Grande Loge de France Connaître La Grande Loge de France La Grande Loge de France, héritière de trois siècles d histoire et de culture, est la plus ancienne obédience française. La démarche initiatique exceptionnelle qu elle

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

Cabinet de recrutement et de conseil spécialisé dans l embauche de travailleurs handicapés

Cabinet de recrutement et de conseil spécialisé dans l embauche de travailleurs handicapés Cabinet de recrutement et de conseil Spécialisé dans l embauche de travailleurs handicapés Cabinet de recrutement et de conseil spécialisé dans l embauche de travailleurs handicapés Présentation du cabinet

Plus en détail

(8h30-11h30) (durée : 3h, coefficient 3, dissertation, un sujet à choisir parmi deux). Thèmes 2016 : «L école» et/ou «La démocratie»

(8h30-11h30) (durée : 3h, coefficient 3, dissertation, un sujet à choisir parmi deux). Thèmes 2016 : «L école» et/ou «La démocratie» Nature des épreuves 1) Questions contemporaines (8h30-11h30) (durée : 3h, coefficient 3, dissertation, un sujet à choisir parmi deux). Thèmes 2016 : «L école» et/ou «La démocratie» 2) Histoire (entre 13h30

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie?

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? SITUATION PROBLEME 1: La loi de réforme des collectivités territoriales de 2010 Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? Compétences du socle commun

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu 20 juin 2008 Introduction Return to care (RTC) est une initiative spécifique

Plus en détail

Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel...

Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel... Comment articuler «accompagnement spirituel» et «sciences humaines»? Un livre de Christine Aulenbacher et Robert Moldo Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel...

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE Strasbourg, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT DE LA 8EME EDITION DE L OPERATION «LES BOSS INVITENT LES PROFS» Monsieur Jacques-Pierre GOUGEON, Recteur de l académie de Strasbourg et Monsieur

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

ECOLE ET SOCIETE : LES PARADOXES DE LA DEMOCRATIE

ECOLE ET SOCIETE : LES PARADOXES DE LA DEMOCRATIE Sous la direction de Raymond Boudon, Nathalie Bulle, Mohamed Cherkaoui ECOLE ET SOCIETE : LES PARADOXES DE LA DEMOCRATIE PUF 2001 Sommaire PRESENTATION PREMIERE PARTIE Les contradictions de l école dans

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

Comment devenir coach

Comment devenir coach Alain Cardon Comment devenir coach Fondamentaux, outils et techniques, 2008 ISBN : 978-2-212-54122-9 Introduction Depuis maintenant quinze ans, le coaching s insère dans toutes les dimensions de nos vies

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

Les principales ressources jésuites en France

Les principales ressources jésuites en France octobre 2010 Les principales ressources jésuites en France A l image de la Compagnie de Jésus, les ressources documentaires la concernant ont beaucoup voyagé. Il peut donc être difficile de se repérer

Plus en détail

Appel à projet 2003/2004 Réalisation d un carnet de voyage en ligne

Appel à projet 2003/2004 Réalisation d un carnet de voyage en ligne Appel à projet 2003/2004 Réalisation d un carnet de voyage en ligne Montant du projet : 6617 Montant du soutien du projet : 2300 MPT MJC HARTELOIRE 39 AVENUE CLEMENCEAU BP 18311 29283 BREST CEDEX TEL :

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail

Rapport d évaluation : Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master

Rapport d évaluation : Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation : Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Diplôme de deuxième cycle supérieur Création musicale Conservatoire national

Plus en détail

La charte du Coach de Vie en Auvergne

La charte du Coach de Vie en Auvergne La charte du Coach de Vie en Auvergne Charte d engagement des Coachs de Vie en Auvergne et des nouveaux arrivants qui en bénéficieront L'Agence des Territoires d Auvergne (ARDTA) est une association financée

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

I M M O B I L I E R I M M O S C O P E

I M M O B I L I E R I M M O S C O P E market.ch mars 2011 L ARCHITECTURE EN MODE 3D Marie-Albéric Martin Entre art et technologie, l architecture a passé un cap et aborde une approche plus moderne avec l utilisation de nouveaux outils comme

Plus en détail

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise I. INTRODUCTION COACHING JRT 35, rue LeGuerrier Blainville (Québec) J7E 4H5 514-236-1729 info@coachingjrt.com www.coachingjrt.com Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission

Plus en détail

"Le chemin est long du projet à la chose." Molière, Tartuffe.

Le chemin est long du projet à la chose. Molière, Tartuffe. "Le chemin est long du projet à la chose." Molière, Tartuffe. Stage PAF STL SPCL - Le Projet 05/04/12 1 La place du projet dans les programmes de STL SPCL Alors, qu est-ce qui s est passé? Elle se serait

Plus en détail

Licence professionnelle Bibliothécaire

Licence professionnelle Bibliothécaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Bibliothécaire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail