Réforme sectorielle de l eau en milieu rural au Ghana : un changement majeur de politique et de structure

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réforme sectorielle de l eau en milieu rural au Ghana : un changement majeur de politique et de structure"

Transcription

1 Fiche 2 Programme pour l eau et l assainissement Un partenarait international pour aider les populations défavorisées a avoir un accès durable à des services d eau et d assainissement améliorés Réforme sectorielle de l eau en milieu rural au Ghana : un changement majeur de politique et de structure Région Afrique L eau, l assainissement et l hygiène sont des composantes essentielles du développement durable et de l allègement de la pauvreté. En Afrique, les responsables politiques et les spécialistes du secteur insufflent une nouvelle dynamique dans ces domaines importants. Cette fiche ainsi que d autres dans la même collection, participent de manière opportune à cette dynamique. Il s agit essentiellement d aider les politiciens, les responsables et les professionnels dans leurs activités. En ma qualité d ambassadeur de l eau pour l Afrique, nommé à Accra en avril 2002 et appuyé par la Conférence de l AMCOW en mai 2002, je vous les conseille. Salim Ahmed Salim Ambassadeur de l eau pour l Afrique Résumé En un peu plus d une décennie, le Ghana a transformé la structure de son secteur de l approvisionnement en eau en milieu rural et sa stratégie. En 1990, les bailleurs de fonds, les ONG et une organisation para-étatique ont planifié et construit des systèmes d alimentation en eau potable en zones rurales et l entreprise para-étatique s est également chargée de les entretenir. En 2000, les assemblées de district et les communautés jouaient un rôle significatif dans la planification des systèmes d approvisionnement, le secteur privé était devenu actif dans les activités de forage et autres services pour l approvisionnement en eau, et les communautés devenaient entièrement responsables de la maintenance de leur système. La nouvelle politique et structure attirent des fonds supplémentaires, et le travail accélère. Le processus de réforme a engagé un large dialogue entre les principales parties prenantes du secteur, à partir duquel une nouvelle politique pour l eau et l assainissement en milieu rural a été développée. La politique a ensuite été mise en œuvre à travers plusieurs grands projets pilotes financés par un certain nombre d agences internationales et finalement les leçons de ces projets ont été intégrées au programme national proprement dit. La politique en elle même ainsi que son processus d élaboration sont intéressants. Certaines conditions spécifiques au Ghana ont favorisé la nouvelle politique mais d autres éléments du succès du Ghana sont reproductibles. Par exemple, le large dialogue politique ; le fait de tester les recommandations sur un pilote ; le transfert par étapes des responsabilités aux districts et la participation des ONG et des organisations communautaires dans le processus d intermédiation sociale.

2 De l Afrique, toujours du neuf PLINY Contexte : le secteur de l eau en milieu rural au Ghana en 1990 En 1990, le secteur de l eau en zones rurales au Ghana était à l image de celui de beaucoup de pays africains. Le gouvernement et les bailleurs de fonds étaient chargés de la planification, de la construction et de l entretien des installations d approvisionnement en eau en milieu rural, avec une faible participation du secteur privé, en dehors des cabinets de conseil étrangers qui étaient recrutés pour gérer les projets, et des entrepreneurs internationaux pour le forage des puits. Administration et planification La Société d eau et d assainissement du Ghana (GWSC), une société para-étatique coiffée par le Ministère des travaux publics et de l habitat, était officiellement responsable de l approvisionnement en eau et de l assainissement en milieu rural et urbain. La plupart du personnel et des ressources de la Société étaient cependant déployés dans le secteur urbain. Avec tout juste deux ou trois membres du personnel au siège de la Société traitant de l approvisionnement en eau en milieu rural, la prise de décision pour le secteur rural est passée de facto aux grands projets régionaux financés par les bailleurs de fonds. Construction Le secteur public dominait également le domaine de la construction. La majorité des systèmes d approvisionnement en eau en milieu rural correspondait à des puits équipés de pompes manuelles. La GWSC et les ONG avaient leurs propres équipements et réalisaient l essentiel des forages au Ghana tandis que les entrepreneurs étrangers ont été introduits par les grands projets sur financements extérieurs. Il n existait qu une seule société privée ghanéenne de forage. Le manque de compétition a rendu les forages artificiellement coûteux. En 1990, un puits foré au Ghana revenait à 9,000 dollars US par rapport à une moyenne de 3,000 dollars US au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Entretien La Société d eau et d assainissement du Ghana (GWSC) était chargée d entretenir les points d eau en milieu rural, essentiellement des pompes manuelles, et les 80 petits réseaux d adduction d eau des petites villes. En principe, la GWSC dépêchait des équipes régionales avec des camions et le personnel de district avec des mobylettes pour entretenir et réparer les équipements. En pratique, 40% seulement des pompes manuelles marchaient à tout moment et il y avait de fréquentes et parfois longues interruptions du service pour les petits réseaux. Ces problèmes ont empiré avec l accroissement du nombre de systèmes. Une des raisons était que la société portait toute son attention sur le milieu urbain et non rural. De plus, les revenus que la GWSC prélevait auprès des usagers ruraux permettaient seulement de couvrir 10% des frais d entretien pour les pompes manuelles et 20% des frais d exploitation et d entretien pour les petits réseaux d adduction d eau. 2

3 L évolution du secteur jusqu en 2000 Une décennie plus tard, la structure du secteur de l approvisionnement en eau en milieu rural au Ghana avait été transformée. Le rôle du gouvernement avait été réduit et était passé du contrôle de la planification, de la construction et de l entretien, à la facilitation, pour que d autres puissent assumer ces responsabilités. Le secteur privé, les districts et les communautés étaient apparus comme des acteurs importants chargés principalement de la planification et de l exécution, ainsi que de la fourniture d une partie des financements pour la construction, et de la totalité des financements pour l entretien. Changements administratifs La GWSC elle-même avait été transformée par la suite. Les responsabilités pour l approvisionnement en eau en milieu rural (correspondant à tout système suffisamment petit pour être géré par une organisation communautaire) avaient été séparées et la propriété et la gestion des équipements relevaient juridiquement de l administration locale et des communautés, avec l appui de l Agence communautaire indépendante de l eau et de l assainissement (CWSA). Ce faisant, le gouvernement s était retiré des activités de forage ; la CWSA a contracté avec des firmes privées pour l implantation des forages, la construction et la supervision. Les autres responsabilités de la CWSA comportaient l attribution des marchés et la fixation des normes. La même loi qui a institué la CWSA a également transféré la propriété et les responsabilités de mise en oeuvre aux districts et aux communautés. Le rôle du secteur privé Le secteur privé est intervenu à son tour dans d autres domaines que le forage. Les sociétés privées, les individus et les ONG ainsi que les organisations à base communautaire travaillant sur des bases contractuelles ont réalisé la plupart des activités, allant de la construction de latrines et de la réparation de pompes manuelles aux activités de mobilisation de la communauté. Des ONG plus grandes ont été recrutées au niveau national pour assurer la formation et l appui aux ONG et aux organisations à base communautaire de district pour qu elles puissent assumer de nouvelles responsabilités. Le rôle de la communauté Enfin, le gouvernement s est retiré des travaux d entretien. Conformément à la politique nationale, les communautés ont accepté la responsabilité de l exploitation et de l entretien de leurs équipements ainsi que de leur financement. Au lieu d attendre que le gouvernement envoie une équipe de réparation, les communautés embauchent des mécaniciens pour réparer les pompes manuelles. Les propres projets du gouvernement ghanéen, financés par la Banque mondiale, l Agence canadienne de développement internationale (ACDI), la Banque de développement international allemande (KfW), l Assistance danoise du développement international (DANIDA) et les autres bailleurs de fonds basaient leurs nouveaux travaux sur cette politique. A travers ces projets, la CWSA a pu instaurer la gestion communautaire pour deux mille cinq cent pompes manuelles existantes. Le processus du changement au Ghana Le Ghana a transformé son secteur de l approvisionnement en eau en milieu rural à travers un processus graduel qui suit toujours son cours. Le processus de développement de la politique La première étape s est étendue sur plusieurs années, entre la fin des années 80 et le début des années 90, étant donné que le gouvernement, les bailleurs de fonds et les ONG se sont engagés dans un processus consultatif pour définir la nouvelle politique nationale d approvisionnement en eau en milieu rural. La Banque mondiale et le Programme pour l eau et l assainissement ont piloté le processus en commandant une série de rapports de base sur le secteur. Ces analyses ont alimenté le projet de stratégie du secteur qui a été discuté au cours d un atelier en 1991 par divers spécialistes du secteur et représentants des organisations travaillant dans le secteur au Ghana. Dans une autre série de quatre ateliers au cours de l année et demie suivante, des représentants des ministères, de l administration locale, du secteur privé, des ONG, des donateurs et de la société civile ont peaufiné la stratégie. Cette large participation donna voix au chapitre à tous les groupes d acteurs, tout en empêchant un groupe de détourner le processus de réforme afin de protéger ses propres intérêts. Les débats politiques se sont également inspirés des projets pilotes en cours. Par exemple, le Programme pour l eau et l assainissement travaillait avec le gouvernement pour tester la gestion communautaire des pompes manuelles, l ONG britannique WaterAid testait la gestion communautaire dans les projets et les organisations 3

4 catholiques expérimentaient les contributions en espèces des communautés. Les éléments de la nouvelle politique Re-organisation administrative : Ce dialogue politique et la phase d expérimentation ont abouti à l élaboration d une nouvelle politique nationale pour l approvisionnement en eau et l assainissement en milieu rural. Une fois la politique en place, la démarche suivant a été de mettre en œuvre cette politique. L élément majeur fut le Projet pour l eau et l assainissement communautaire, financé par la Banque mondiale pour un montant de 20 millions de dollars US, et géré par la CWSA, en vue de mettre en oeuvre la nouvelle politique dans vingt six districts sur un total de 110 à l échelle nationale. Au cours de ce projet, les assemblées de district et les organisations communautaires ont construit points d eau et 29 petits réseaux d adduction d eau. Le projet a permis d instaurer la CWSA en tant que coordinatrice compétente et facilitatrice pour les systèmes d approvisionnement en eau gérés par la communauté. D abord, la comptabilité et autres fonctions liées aux systèmes d approvisionnement communautaires en eau ont été placées dans une division séparée de la GWSC. Plus tard, en 1988, la division est devenue une agence indépendante. En même temps, la CWSA est devenue le leader sectoriel abritant les consultations des parties prenantes, les revues des politiques et projets, les réunions avec les bailleurs de fonds et les conférences. Délégation des responsabilités : Un autre élément de la politique nationale a été de déléguer certaines responsabilités aux districts et aux communautés avec l appui des bureaux régionaux de la CWSA. Par le biais du projet, les assemblées de district étaient chargées de traiter les demandes communautaires pour l approvisionnement en eau et de leur donner des ordres de priorité, d octroyer les contrats pour le forage manuel des puits et la construction des latrines et de gérer les programmes de subvention des latrines. Les communautés, afin d être éligibles pour l aide, devaient créer des comités de gestion de l eau (ou des associations des usagers de l eau dans le cas des petits réseaux), finaliser les plans détaillant en particulier comment seraient financés les systèmes d approvisionnement en eau et apporter une contribution en espèces, représentant 5% du coût de l investissement initial. Conformément à la nouvelle politique nationale, les communautés devaient également assurer tous les frais d entretien et rechercher les services de réparation sur le marché privé. Participation du secteur privé : L élément final de la stratégie a été l intervention du secteur privé pour la fourniture de biens et services dans une proportion jamais égalée. Dans les quatre régions où le Projet communautaire pour l eau et l assainissement est intervenu, la CWSA a sous-traité les services de quatre sociétés de forage, trente-deux opérateurs privés de construction manuelle de puits, trois cabinets de conseil pour les GHANA petits réseaux, 481 artisans pour les latrines individuelles, trente-deux ONG et organisations à base communautaire engagées pour la mobilisation communautaire et plusieurs ONG nationales et internationales pour renforcer les capacités au niveau des ONG et des organisations à base communautaire du district. Les développements récents Ce projet a pris fin en 2000, mais il a été suivi par un projet d ajustement structurel pour neuf ans, financé par la Banque mondiale, avec un budget de 80 millions de dollars US. L objectif principal de ce projet est de transférer de la CWSA aux districts et aux communautés la responsabilité de gérer tous les contrats, dans un premier temps sur une base pilote dans quatre régions. Par ailleurs, plusieurs bailleurs collaborent avec la CWSA pour financer des investissements sectoriels dans les régions ciblées tandis que DANIDA et la Banque mondiale continuent à soutenir le dialogue politique et le renforcement des capacités de toutes les parties prenantes à travers le pays. La CWSA envisage de passer à une approche sectorielle complète, ce qui a été le thème de la dernière conférence annuelle de bilan, organisée en mars Cette approche encourage tous les bailleurs à mettre en commun leurs ressources pour soutenir un seul programme national plutôt qu une panoplie de projets séparés. Analyse : les facteurs qui ont favorisé le succès de la réforme Les tendances nationales et internationales ont favorisé la participation du secteur privé. La tendance nationale au Ghana à l époque favorisait la réforme et l innovation. En 1983, le gouvernement avait entamé le Programme de relance économique, sa version de 4

5 l ajustement structurel. Le programme comportait la promotion du secteur privé et le renforcement de l efficacité de l action gouvernementale. L initiative a été couronnée de succès et couverte d éloges au niveau international. La réforme sectorielle de l eau en milieu rural cadrait bien avec les autres transformations en cours dans le pays. La Décennie Internationale de l Eau Potable et de l Assainissement ( ) reposait sur l idée que les gouvernements et les bailleurs de fonds avaient la responsabilité de fournir un niveau minimum d approvisionnement en eau potable à autant de personnes que possible, l eau étant un bien social. Mais les problèmes rencontrés au cours de la décennie ont progressivement conduit plusieurs praticiens à considérer l eau comme un bien économique dont l approvisionnement serait mieux géré par le secteur privé. Dans ce modèle conceptuel, les agences du secteur répondent à la demande des usagers et procurent le niveau de service pour lequel ils ont la volonté de payer. Par conséquent, au Ghana, ces idées ont germé en terrain fertile et ce fut l un des premiers pays à tenter d appliquer sur une échelle plus large les nouvelles idées sur la stratégie de l approche par la demande. Il y avait un équilibre des forces équitable entre les parties prenantes. Les conditions étaient également adéquates pour ce changement institutionnel majeur car il n y avait pas d organisation bien établie pour l approvisionnement en eau en milieu rural, et suffisamment puissante pour s opposer à un tel changement. Dans les autres pays par contre, les bailleurs de fonds avaient poussé à la création de ministères de l eau qui ont alors résisté aux initiatives visant à décentraliser le contrôle vers les districts et les communautés, à permettre au secteur privé de reprendre ces fonctions ou à subordonner la mise en oeuvre des projets au versement par les communautés d une participation financière aux coûts du projet. Toutes les agences ont soutenu la décentralisation. Les bailleurs de fonds ont reconnu qu un système d entretien géré par le gouvernement central ne permettait pas d entretenir les milliers de puits répandus sur tout le territoire rural ghanéen. L ACDI et la KfW avaient déjà commencé à chercher les voies et moyens de décentraliser l entretien dans leurs projets au bénéfice des communautés. DANIDA, qui venait juste d entrer dans le secteur au Ghana, plaidait depuis longtemps en faveur de l exploitation et de la maintenance au niveau villageois. La nouvelle politique a permis à ces bailleurs de fonds d aller dans la direction qui leur convenait. Entre-temps, la GWSC s est rendue compte que sa propre mission serait simplifiée et non pas menacée si elle transférait la gestion des points d eau et des petits réseaux d adduction d eau potable aux communautés et concentrait ses efforts sur les grands réseaux d eau et d assainissement. Les structures pour la gestion locale et communautaire étaient déjà en place. La Réforme nationale avait inclue une Loi de décentralisation de 1983 qui avait créé et habilité les assemblées de district, un processus bien avancé au moment où le Projet communautaire pour l eau et l assainissement a commencé. Ainsi les institutions existaient pour assumer les responsabilités attribuées au niveau local par la politique nationale. Les leçons de l expérience du Ghana La réforme du secteur au Ghana a bien marché pour plusieurs raisons. Certaines ont trait aux circonstances propres du Ghana, mais d autres peuvent être copiées et adaptées ailleurs. La dernière catégorie comporte les points suivants : La période de plusieurs années consacrées à dégager le consensus a permis de construire un soutien étendu à la nouvelle politique nationale. Le gouvernement n a pas essayé de précipiter la mise en œuvre des réformes. Les bailleurs bilatéraux ont continué à financer leurs propres projets régionaux, tout en y incluant les principes de la nouvelle politique. Le Ghana a commencé à créer un programme national par la convergence. Cela ne veut pas dire que le processus s est déroulé sans contretemps. Même aujourd hui, certains aspects fondamentaux de l approche par la demande comme la participation financière des communautés aux coûts d investissement font toujours 5

6 l objet de débats au Ghana. La viabilité financière de cette nouvelle approche n a pas encore été établie de manière définitive et ne le sera sûrement pas avant des années. Cependant, le Ghana ne s est pas éternisé dans des débats sur ces points qui, ailleurs, ont affecté les programmes d approvisionnement en eau au niveau communautaire et ralenti les réformes. Le transfert par étapes des responsabilités aux districts plutôt qu en une seule étape semble bien marcher. La politique nationale, ainsi que les réformes de décentralisation plus généralement, ont fixé des objectifs clairs pour les rôles des assemblées de district et des communautés, par exemple en matière de contractualisation. Cependant, le risque était que les assemblées de district ne soient pas capables d assumer toutes ces responsabilités d un coup. Au cours d une étape intermédiaire lors des dernières années, la CWSA a assumé certaines de ces responsabilités. A présent, elles ont été transférées aux assemblées de district et aux communautés avec l appui et la facilitation de la CWSA. Le Programme communautaire d approvisionnement en eau et d assainissement a marché de façon efficace et d une manière nouvelle avec les ONG et les organisations à base communautaire. L approche habituelle de la facilitation externe pour la participation communautaire dans la plupart du continent africain a été de supporter les frais et les indemnités des travailleurs de développement communautaire du gouvernement. Le programme ghanéen, par contre, a versé une somme forfaitaire aux ONG et aux organisations à base communautaire sur une base contractuelle et seulement à la fin du travail. C est la différence entre payer pour la participation ou pour des résultats. La première approche semble souvent encourager les agents de l Etat à faire des demandes incessantes d indemnités et de transport sans pour autant faire des efforts pour montrer des résultats. Au Ghana, les superviseurs des ONG et le personnel se sont efforcés de faire exécuter les travaux, même si les ressources accusaient du retard. Par exemple, au lieu de se servir du manque de transport comme excuse pour ne pas se rendre dans les villages, le personnel des ONG et des organisations à base communautaire utilisaient des vélos, le bus et même marchaient, pour se rendre à leur travail. Le succès de cette approche a aussi été aidé par le fait que des ONG nationales et internationales ont été contractées pour renforcer la capacité des ONG et des organisations à base communautaire au niveau local. Donner à ces organisations les mesures d incitation adéquates ne suffit pas ; elles ont besoin d un certain appui pour apprendre comment réagir face à ces stimulants. La CWSA a été créée en tant qu agence facilitatrice et non exécutante. La CWSA, en tant qu agence du secteur public semi-autonome, signe un contrat annuel de performance avec la Commission des entreprises étatiques. Elle s engage à demeurer efficace, avec un effectif inférieur à 200 cadres et décentralisée à travers dix bureaux régionaux. Le personnel est également recruté sur une base compétitive. Programme pour l'eau et l'assainissement-afrique (PEA-AF) The World Bank, Hill Park, Upper Hill, P.O. Box Nairobi, Kenya Tel: (254-2) , Fax: (254-2) Web site: Remerciements Rédacteur de la série : Jon Lane Rédacteur-conseiller : John Dawson Ecrit par : Elizabeth Kleemeier, avec des remerciements particuliers à Jennifer Sara Publié par : Vandana Mehra Photos par : CWSA-Ghana (PPPH-Ghana) et Curt Carnemark Conçu par : Write Media Imprimé par : PS Press Services Pvt. Ltd. Traduction en Français : Bilha Mwenesi Révision de la traduction par : Sarah Fiset et Delphine Bouquin Août 2002 Le Programme pour l'eau et l'assainissement est un partenariat international qui vise à aider les populations défavorisées à avoir un accès durable à des services d'eau et d'assainissement améliorés. Les principaux partenaires financiers du programme regroupent les gouvernements de l'australie, l'autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l'allemagne, l'italie, le Japon, le Luxembourg, la Norvège, la Suède, la Suisse, le Royaume-Uni ; le Programme des Nations Unies pour le Développement et la Banque mondiale. La Banque mondiale n accepte pas la responsabilité des opinions exprimées ci-dessus, qui sont entièrement ceux de l auteur, et ne devrait pas être attribuée à la Banque mondiale ou à toute autre organisation affiliée. Les désignations utilisées et la présentation du matériel sont seulement pour aider le lecteur et n impliquent pas l expression de quelconque opinion légale de la part de la Banque mondiale ou de ses affiliations au sujet du statut juridique de quelconque pays, de territoire, de ville, de secteur, ou de ses autorités, ou concernant les délimitations de ses frontières ou affiliations nationales. L information des publications du Programme pour l eau et l assainissement peut être librement reproduite. La reconnaissance appropriée sera appréciée.

West Africa Water Supply, Sanitation and Hygiene (USAID WA-WASH) Program

West Africa Water Supply, Sanitation and Hygiene (USAID WA-WASH) Program Présentation sur les Services Durables a l Echelle (Triple-S): une initiative d apprentissage pour l approvisionnement des services d eau potables permanent www.waterservicesthatlast.org July 2012, IRC

Plus en détail

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Evaluation réalisée avec l appui du F3E pour ELECTRICIENS SANS FRONTIERES (257 Ev) Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Date : Mai 2008 Auteur : Daniel THIEBA

Plus en détail

Termes de référence. Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est

Termes de référence. Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est Termes de référence Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est Programme : Programme de réforme et investissements dans le secteur de l eau

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Qu est ce que le Marketing de l assainissement?

Qu est ce que le Marketing de l assainissement? Qu est ce que le Marketing de l assainissement? 1 Ce module porte sur la recherche formative. Les objectifs d apprentissage de ce module visent à : comprendre le cadre conceptuel du WSP pour les initiatives

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE 1 EVALUATION ET AUDIT COMPTABLE & FINANCIER FINAUX GUINÉE-BISSAU

TERMES DE REFERENCE 1 EVALUATION ET AUDIT COMPTABLE & FINANCIER FINAUX GUINÉE-BISSAU COMMISSION EUROPEENNE DELEGATION EN REPUBLIQUE DE GUINEE-BISSAU TERMES DE REFERENCE 1 EVALUATION ET AUDIT COMPTABLE & FINANCIER FINAUX PROJET D HYDRAULIQUE RURALE ET SEMI-URBAINE Nº 8 ACP GUB 010 GUINÉE-BISSAU

Plus en détail

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine v Renforcement des compétences opérationnelles dans le développement mené par la communauté 15 au 19 avril 2002 Washington, D.C. Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Findings Développement Humain 223 Février 2003

Findings Développement Humain 223 Février 2003 Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Findings Développement Humain 223 Février 2003 Findings fournit un compte-rendu des études

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE (COMEDAF IV+) 11-13 MAI 2011 NAIROBI (KENYA)

PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE (COMEDAF IV+) 11-13 MAI 2011 NAIROBI (KENYA) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone: 251 11 5517700 Fax: 251 11 5 517844 website: www.africa-union.org DEPARTEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE LA

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Notre approche pour les investissements en bourse

Notre approche pour les investissements en bourse blt Notre approche pour les investissements en bourse Introduction Ce document présente la troisième version de la stratégie d investissement dans les entreprises cotées en bourse adoptée par Triodos Investment

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE

LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE UN INSTRUMENT POUR APPUYER LES INITIATIVES LOCALES PAR LES COMMUNAUTES POUR

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

ANNEXE 3. Période 2011-2015

ANNEXE 3. Période 2011-2015 ANNEXE 3 GUIDE DE MOBILISATION DES RESSOURCES POUR LA MISE EN OEUVRE DU PLAN OPERATIONEL DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA EN MILIEU DE TRAVAIL Période 2011-2015 BUJUMBURA, 19 Mai 2011 2 Sommaire 0. Introduction.3

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

Aperçu général de la nouvelle JICA

Aperçu général de la nouvelle JICA Aperçu général de la nouvelle JICA 1 Naissance de la nouvelle JICA : La plus grande agence de coopération bilatérale du monde L Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) va renaître le 1er

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Pompes à eau potable solaires pour les communautés

Pompes à eau potable solaires pour les communautés Étude de cas 6, 03 2013 Pompes à eau potable solaires pour les communautés Sujet Camp de réfugiés IFO-II de Dadaab Lieu Comté de Garissa, au nord-est du Kenya Application Surface Eau potable et eau d'assainissement

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE LA COMMUNE ET LES ASSOCIATIONS DES USAGERS DE L EAU

CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE LA COMMUNE ET LES ASSOCIATIONS DES USAGERS DE L EAU CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE LA COMMUNE ET LES ASSOCIATIONS DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de..... Province de. Représentée par le Maire

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1?

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? (Rémi Bachelet et Nathalie Claret) Dans le cadre de l atelier portant sur les nouveaux champs du contrôle de gestion, une réflexion sur la place de ce dernier dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

S.A.E.I.F - Bureau d Études

S.A.E.I.F - Bureau d Études La société Africaine d Études & d Ingénierie Financière est un bureau d Études multidisciplinaire qui travaille depuis 1997 dans le domaine de l appui au développement en Afrique. La SAEIF Bureau d Études

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

ECOLES DE LA TERRE Le Book 2014

ECOLES DE LA TERRE Le Book 2014 ECOLES DE LA TERRE Le Book 2014 DEUX ASSOCIATIONS POUR LUTTER CONTRE LA MISERE ECOLES DE LA TERRE ASSOCIATION [SUISSE] o Nom : ASSOCIATION ECOLES DE LA TERRE o Adresse : Rue de la Fontenette 11 1227 CAROUGE

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

Marketing Mix: Distribution

Marketing Mix: Distribution Marketing Mix: Distribution 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le Marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C. L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a

B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C. L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a Avril 2014 Mark Schrutt, directeur des services et applications

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Taxer la finance. Toby Sanger

Taxer la finance. Toby Sanger Taxer la finance Toby Sanger La crise financière et économique a entraîné une réévaluation du rôle, de la régle - mentation et de l imposition du secteur financier dans le monde, qui aurait dû être faite

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN ~~~~~~&~~~~~ MINISTERE DES MINES, DE L ENERGIE ET DE L HYDRAULIQUE ~~~~~~&~~~~~ DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE ~~~~~~&~~~~~

REPUBLIQUE DU BENIN ~~~~~~&~~~~~ MINISTERE DES MINES, DE L ENERGIE ET DE L HYDRAULIQUE ~~~~~~&~~~~~ DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE ~~~~~~&~~~~~ REPUBLIQUE DU BENIN ~~~~~~&~~~~~ MINISTERE DES MINES, DE L ENERGIE ET DE L HYDRAULIQUE ~~~~~~&~~~~~ DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE ~~~~~~&~~~~~ STRATEGIE NATIONALE DE L APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies

Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies Accès à l eau potable et à l assainissement dans les Andes du Sud en Equateur Région de Saraguro-Oña ecobeton

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION

QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION Original: anglais 20 octobre 2005 QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION RÉGIME DE SÉCURITÉ SOCIALE DE L OIM Amendement au Statut du personnel pour les fonctionnaires et les employés Page 1 RÉGIME DE SÉCURITÉ SOCIALE

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

Lundi 5 novembre, programme Solidarité Eau 32 rue Le Peletier, 75009 Paris, 6 ème étage SOMMAIRE

Lundi 5 novembre, programme Solidarité Eau 32 rue Le Peletier, 75009 Paris, 6 ème étage SOMMAIRE Compte-rendu de la rencontre EAU ET ASSAINISSEMENT EN HAÏTI (2) Développement des services et décentralisation Perspectives et opportunités pour la coopération décentralisée et non gouvernementale Une

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES Juin 2014 TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... iii CARTE DU BURUNDI... iv SIGLES ET ABREVIATIONS... v RESUME EXECUTIF... vii CHAPITRE I : INTRODUCTION...

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/70/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 22 JUILLET 2014 Comité de coordination de l OMPI Soixante-dixième session (45 e session ordinaire) Genève, 22 30 septembre 2014 STATUT ET RÈGLEMENT DU PERSONNEL :

Plus en détail