LE FRANC ET SON HISTOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE FRANC ET SON HISTOIRE"

Transcription

1 LE FRANC ET SON HISTOIRE par M. MAURICE BALTAZARD Membre titulaire Bien que le franc, surtout depuis la fin de la dernière guerre ait servi de sujet à de multiples conversations, et ait été l'objet de commentaires forcément défavorables dans tous les milieux sociaux, sont cent cinquantenaire a passé presque inaperçu; aucune manifestation officielle n'ayant marqué la date de cet anniversaire. Et cependant, le 7 avril 1953, le franc, né le 17 germinal An XI, a dépassé, sa 150 e année. Aussi il n'est peut-être pas tout à fait inutile, même à retardement, d'évoquer brièvement son histoire. A la vérité, le franc a existé longtemps avant l'an XI. En effet, le premier franc remonte à 1360, l'année du traité de Brétigny (près Chartres) en vertu duquel Jean le Bon recouvrait sa liberté en cédant aux Anglais le sud-ouest de la France et en leur promettant le paiement d'une rançon de 3 millions d'écus d'or. La paix étant rétablie, le roi arrive à Calais en juillet, puis à Paris en décembre, redevenu libre, c'est-à-dire: franc. L'ordonnance de Paris du 5 décembre 1360 constitue l'acte de naissance d'un franc, pièce d'or pur de 3 grammes 88 ayant cours pour 20 sous. La France retrouvait en même temps que son souverain une monnaie d'or de bon aloi, comme elle n'en connaissait plus depuis Saint Louis. Cependant le Roi ne consentit pas uniquement à émettre «de méchantes monnaies à haut cours», et il s'adressa également à l'impôt. «Nous prendrons, dit-il, sur le peuple de langue d'oil ce qui est nécessaire, savoir 12 deniers par livre sur les marchandises (on comptait alors 12 deniers par sou tournois et 15 par sou parisis), ce que payera le vendeur, une aide du cinquième sur le sel, du treizième sur le vin et autres breuvages. De laquelle aide,

2 174 LE FRANC ET SON HISTOIRE pour la grande compassion que nous avons de notre peuple, nous nous contenterons». Sur la pièce ainsi créée caracole un roi franc avec la devise «Francorum Rex Dei gratia». En 1365, sous le règne de Charles V, une nouvelle pièce d'or est frappée pesant 3 gr. 82 qui reproduit l'effigie du roi régnant et qui, cette fois, est représenté à pied. Et puis c'est une éclipse qui va durer pendant 2 siècles avant que reparaisse un nouveau franc. C'est une pièce d'argent pesant 14 gr 18 dont 11 gr 79 de métal fin, frappée en 1575 à l'effigie de Henri III et qu'on appellera le «franc blanc» pour la distinguer du franc jaune des premiers Valois. A son tour Henri IV en 1607 allégera son poids, et une pièce sera frappée en 1618, à l'effigie de Louis XIII. La France vivra alors sous le régime du bi-métallisme. Il exista également un franc d'argent dit «franc de la Ligue», à l'effigie de Charles X, c'est-à-dire du Cardinal Charles de Bourbon, né en 1523 et mort en captivité, en 1590, proclamé roi par la Ligue, qui était le propre frère d'antoine de Bourbon, roi de Navarre, père de Henri IV ( ). A nouveau le franc va disparaître sous Louis XIV et ne sera plus qu'une monnaie de compte. Ayant toujours conservé son cours de 20 sous, pratiquement dans l'esprit du public il s'aligne sur la livre tournois et on dit indifféremment Livre ou Franc. Pas tout à fait cependant, car le Dictionnaire de l'académie, jusqu'à son édition de 1822, spécifie que le «mot franc n'est d'usage ni au singulier, ni avec les nombres primitifs 1, 2, 3, 5. On s'en sert fort bien dans presque tous les autres nombres, ce qui implique qu'on devait dire alors: 20 sous, 40 sous, un écu, cent sous et 4 francs, 6, etc. Les hommes de notre génération se souviennent certainement que pendant très longtemps le langage populaire a conservé cette notion. Quand on parlait de revenus annuels, par contre, on disait plutôt qu'ils s'élevaient à tant de livres par an. En fait, chez les meilleurs auteurs du temps, on trouve livre pour franc et réciproquement. C'est ainsi qu'au moment où La Flèche expose à son maître les conditions imposées par un prêteur, qui au demeurant n'est déjà qu'un vulgaire usurier, Molière fera dire au valet de Cléante (L'Avare, Acte II, Scène I) : «de quinze mille francs qu'on demande, le prêteur ne pourra compter en argent que douze mille livres». Et cette situation va se maintenir jusqu'à la période révolutionnaire. Avant de l'aborder il paraît opportun de retenir quelques considérations complémentaires sur le système monétaire de l'époque. Sous l'ancien Régime, les monnaies tiraient leur pouvoir d'achat, non de la matière dont elles étaient fabriquées, mais des empreintes qui y étaient apposées, le prince ayant

3 LE FRANC ET SON HISTOIRE 175 le droit d'exiger à titre de service rendu à ses sujets un droit de seigneuriage, en dehors des frais de fabrication ou droit de brassage. A son gré, il pouvait démonétiser, retirant les pièces de la circulation et les remplaçant par de nouvelles pièces de même titre et de même poids, dont la valeur nominale était majorée. On cite en exemple la refonte de 1726, date à laquelle le seigneuriage atteignait 7/6/16 % sur l'or et 5/6/7 % sur l'argent. Le dernier tarif antérieur à la Révolution, celui de, 1771, fixait encore le seigneuriage à % pour l'argent et sur l'or; le droit de brassage à la même époque à 14,6 % pour l'argent et 2,8 % pour l'or. Mirabeau citera une circulaire du 2 avril 1779 dans laquelle on reprochait aux directeurs de l'administration des Monnaies de ne pas fabriquer «des pièces assez faibles pour qu'il en puisse résulter un plus grand bénéfice pour le Roi». Le système monétaire en vigueur avait l'inconvénient d'être duodécimal, tant pour la monnaie de compte que pour la monnaie réelle. La livre, la monnaie de compte, était divisée en 20 sous, chaque sou correspondant à 12 deniers. Les coupures monétaires étaient pour l'or et l'argent, 3, 6, 12, 24 et 48 livres, et il était malaisé de payer des sommes de 7, 8, 10, 11, 13, 14, 16 et 17 livres. Les abus comme les inconvénients du système furent dénoncés par Mirabeau dès le 12 décembre 1790 dans un Mémoire distribué à l'assemblée Constituante dont les conclusions peuvent se résumer comme suit: 1 Incorporation de la monnaie de compte dans une monnaie réelle, autrement dit équivalence définitive et intangible de la livre et d'un poids fixe d'argent. 2 Par voie de conséquence: abolition de la tarification des espèces ainsi que du droit de seigneuriage. 3 Frappe de monnaies d'or portant l'indication de leur valeur en livres d'argent, à cours commercial libre: Pièces de 10, 20, 50 et 100 livres. 4 Décimalité des monnaies d'or et d'argent, bien que Mirabeau, on ne sait au juste pourquoi, ait laissé subsister dans son projet la division du sou en 12 deniers. Ce plan aboutissait au monométallisme argent, ce métal étant d'ailleurs depuis des siècles la matière principale de la monnaie et constituant en conséquence la monnaie étalon. Ces différentes notions ainsi mises en lumière devaient servir de base aux projets élaborés par la suite de 1791 à l'an V. Par

4 176 LE FRANC ET SON HISTOIRE l'article 5 de la loi des juillet 1791 la Constituante abolit le droit de seigneuriage pour les menues monnaies d'argent. Le décret du 1 er août 1793, qui contient l'ébauche du système métrique des poids et mesures, décide que l'unité monétaire appelée franc aura un poids fixe d'argent du centième du grave (kilogramme). Une loi du 16 vendémiaire An II (7 octobre 1793) tenta d'organiser le nouveau système monétaire, le franc devant être re- 900 présenté par une pièce d'argent au nouveau titre de pesant 1000 la 100 e partie du grave appelée «républicaine». Il y avait aussi une pièce d'argent pesant 5 fois plus, dite «cinq républicains». On devait également frapper une pièce d'or, pesant le 100 e du 900 grave au titre de qu'on appellera le franc d'or. La loi du germinal An III sur le système métrique substitue le nom de franc à celui de livre. On trouve ensuite 3 lois du 28 thermidor An III ; la première décide que l'or sera frappé en pièces de 10 gr. 09/10 de fin, portant seulement l'indication de leur poids. La 2 e définit le franc, qui se divise en décimes et centimes, et doit être représenté par une pièce d'argent de 15 gr. au titre de 9/10. Elle autorise la fabrication de pièces de 2 frs et 5 frs de 10 et 25 gr. au titre de 9/10 portant l'indication de leur valeur. La 3 e loi enfin renouvelle pour ces monnaies l'abolition du seigneuriage. Les pièces d'or de 10 grs instituées successivement par les lois de l'an II et l'an III ne furent jamais frappées. C'est à la fin de l'an V que le Directoire soumet au Conseil des Cinq-Cents un projet de loi pour la création d'une pièce d'or de 10 grs qui porterait l'indication de la valeur en francs, proposant la valeur de 32 frs correspondant au rapport de 1 à 16 entre l'or et l'argent. Le Conseil des Cinq-Cents refusa de fixer la valeur de la pièce et le Conseil des Anciens à son tour rejeta le projet voté par le Conseil des Cinq-Cents, parce que la pièce d'or n'avait pas de valeur fixe. En l'an X le financier Gaudin proposa la frappe de pièces d'or de 20 et 40 frs dont le poids serait fixé d'après le rapport existant à cette époque entre le prix de l'or et celui de l'argent, et qu'il estimait être sensiblement de 1 à 15. C'était précisément le rapport d'après lequel avaient été créées, en vertu de l'edit de 1785, les diverses pièces d'or et d'argent constituant le

5 LE FRANC ET SON HISTOIRE 177 fonds de la circulation monétaire avant la Révolution. En adoptant un rapport identique, on rendait possible une circulation parallèle. Le projet Gaudin ayant été adopté, malgré l'opposition de la section des Finances du Conseil d'etat, devint la loi du 17 germinal AN XI (7 avril 1803) qui constitue la véritable charte du franc et dont il suffit de rappeler les dispositions essentielles. Avant tout elle proclame l'identité de la monnaie de compte et de la monnaie réelle, le franc est un poids fixe de métal fin, conformément à une disposition générale figurant en dehors de la série des articles numérotés et ainsi placée en vedette. Cinq grammes d'argent au titre de 900/1000 constituent l'unité monétaire qui conserve le nom de franc. C'est donc l'argent qui est la matière de l'unité de compte, c'est lui qui fournit l'unité monétaire qui est l'étalon, mais il n'est pas la seule monnaie légale. L'or, l'argent et même le cuivre sont également investis d'un pouvoir libératoire illimité, l'or étant tarifié en francs d'argent d'après le rapport 1 à 15 1/2, rapport légal qui d'ailleurs n'est pas littéralement exprimé dans la loi, et résulte implicitement des tailles adoptées pour l'argent et pour l'or. Le franc d'argent pe sant 5 grs 09/10, le kg vaut soit 200 frs. De son côté un kg 5 d'or à 9/10 destiné à la taille légalement obligatoire de 155 pièces 3100 de 20 frs vaut 20x155 = frs, d'où le rapport final = /2; rapport qui d'ailleurs n'est pas destiné à demeurer invariable. La pièce d'or de 20 frs pesant 6 grs 452, la valeur du franc correspondait ainsi à 0 gr autitre de 900/1000. Ainsi défini à 4 grs 50 d'argent fin, le franc correspondait sensiblement à la livre tournois, qui depuis l'edit de janvier 1726 équivalait au poids de 4 grs d'argent fin. Comme la plupart de ces pièces anciennes étaient passablement usées, on admit en fait que leur valeur moyenne n'était plus guère que de 4 grs 45 de métal fin. Ce qui fit que le nouveau franc, le franc germinal, dépassait légèrement la livre d'environ 1.80 et on observera les équivalences suivantes: 1 fr. = 1 livre 3 deniers, 5 frs = 5 livres 1 sou 3 deniers, 100 frs = 101 livres 5 sous. Toutefois pour faciliter certains décomptes, une loi du 17 floréal An VII prescrivit que pour les traitements, les impôts, les pensions, et les contrats, la substitution se ferait au pair franc pour livre.

6 178 LE FRANC ET SON HISTOIRE A première vue on est quelque peu surpris par cette abondance de textes législatifs et par les tâtonnements qui présidèrent à la naissance du franc germinal, mais on s'explique l'une et les autres, si on considère d'un peu près la situation financière de la France, au cours de la période révolutionnaire. Sous la Monarchie déjà, les premières expériences de papier-monnaie avaient été tentées, d'ailleurs sans succès, et en particulier celle du financier John Law ( ) s'était révélée désastreuse. L'émission des assignats procédant d'une conception nouvelle consistait dans la création d'une monnaie intégralement gagée. La Révolution, pauvre en numéraire, disposait par contre d'un domaine foncier d'une incontestable valeur comprenant les biens de la Couronne, les biens ecclésiastiques et plus tard ceux des Emigrés mis à la disposition de la Nation. En représentation de cet imposant patrimoine difficilement mobilisable, on conçut bientôt l'idée séduisante de créer des obligations à ordre auxquelles un paiement certain serait assigné. C'est ainsi que naquit l'assignat. Dès le début de la Constituante, le plafond de l'émission était triplé, s'élevant de 400 à millions entre décembre 1789 et septembre De cette dernière date à février 1793 il passe de millions à millions, et en 1794, la limite d'un plafond étant abandonnée, la circulation atteint rapidement millions, l'assignat perdant constamment de sa valeur, le numéraire n'ayant pas cessé de circuler surtout en province. Le papier, «la monnaie de Paris», s'effritait de plus en plus et on pouvait faire la même constatation sur le marché des changes étrangers. C'est alors que la Terreur prit des mesures draconiennes, en interdisant la vente du numéraire, puis en tentant de le réquisitionner. Les Bourses furent fermées et les sociétés de capitaux dissoutes. Certains billets et singulièrement les assignats «à face royale» furent démonétisés purement et simplement pour réduire d'autant la circulation. La chute de Robespierre mit fin à cette contrainte. Plusieurs plans d'assainissement furent bien établis, mais aucun n'ayant été appliqué, l'inflation poursuivant sa marche galopante, ainsi que cela se passe en pareil cas, la hausse des prix s'accentua, précédant et dépassant constamment le rythme des émissions. A la fin de la Terreur le montant total des Assignats s'élevait à 9 milliards de livres et, se poursuivant en 1795, une augmentation constante en porta le chiffre à 45 milliards au début de De sorte que les assignats perdirent peu à peu leur fonction monétaire et le Directoire, obligé de s'incliner devant les faits, procéda à une dévaluation officielle en faisant admettre l'équivalence de

7 LE FRANC ET SON HISTOIRE à 1 entre le papier et le numéraire, proportion qui au surplus fut vite dépassée. Le Directoire dut alors se résoudre à une réforme plus profonde. Le 19 février 17Ô6, les planches et matrices servant à la fabrication des assignats furent solennellement brisées, cependant que le Directoire, menacé de banqueroute immédiate, paraît au plus pressé en émettant une nouvelle monnaiepapier sous la forme des «Mandats territoriaux», contre laquelle devaient être échangés les assignats. Cette nouvelle expérience, ou plutôt, cet expédiant ne suscita aucun enthousiasme dans le public et la livre mandat qui lors de sa création, en 1796, valait théoriquement une livre métal moins d'un an après, en février 1797, avait perdu 99 % de sa valeur. Ce fut alors la faillite que le Corps législatif eut la sagesse de consacrer par une loi du 4 février 1797, qui sonna le glas du papier monnaie. L'assainissement financier s'imposait de façon urgente, conditionnée par une réforme monétaire qui précisément fut l'œuvre de la loi du 17 germinal an XI. Et le système ainsi institué allait durer pendant 111 ans, de 1803 à Pendant cette longue période de stabilité il y aura bien quelques alertes, car la carrière d'une monnaie n'est jamais exempte d'aléas, alertes qui en général coïncideront avec les événements historiques de haute importance dont en réalité elles sont les conséquences. En septembre 1805, l'encaisse de la Banque de France, dont les premiers statuts avaient été approuvés par l'assemblée des Actionnaires du 18 février 1800 (An VIII, 28 pluviôse) était descendue à francs devant une circulation financière d'environ 60 millions. Le public s'alarma et devant l'affluence des demandes de remboursement, la Banque dut limiter à francs par jour le montant des remboursements, chaque porteur ne pouvant présenter qu'un billet. Du 26 février au 14 mars 1848, l'encaisse s'abaissa de 140 à 70 millions et un arrêté du gouvernement provisoire du 15 mars 1848 décréta le cours forcé, qui fut aboli par la loi du 6 août La guerre de 1870 devait entraîner à nouveau l'établissement du cours forcé. Cette fois, le cours forcé fut la conséquence des avances faites au Trésor public par la B.D.F., soit pendant la guerre, soit durant les opérations du paiement de l'indemnité de guerre qui s'élevèrent à millions et il fut imposé à la B.D.F. dès le 12 août Deux jours" plus tard le maximum des émissions fut porté à millions, puis à millions lors de l'emprunt de 2 milliards, puis à millions pour l'emprunt de 3 milliards. En dépit de ces efforts considérables, l'encaisse de la Banque fut rapidement reconstituée: 1871, francs; 1872, 728 mil-

8 180 LE FRANC ET SON HISTOIRE lions; 1873, 762 millions; 1874, millions; 1875, millions; 1876, millions; 1877, millions, au point que la loi du 3 août 1875 disposait que le cours forcé cesserait aussitôt que la dette de l'etat vis-à-vis de la Banque serait réduite à 300 millions. En fait la convertibilité pu être à nouveau assurée dè& 1874, par étapes; dès le 7 novembre 1873, la Banque donnait en échange des billets, des pièces de 5 francs en argent, le 7 mai 1874 des pièces de 5 et 10 francs en or, le paiement en pièces d'or de 20 francs étant repris à la date du mois de novembre Cependant le cours forcé ne fut aboli que par la loi du 1 er janvier 1878, qui passa inaperçue. Peu de chose en somme en comparaison des vicissitudes qui attendaient le franc à partir de Et en face quel prestige pour le franc pendant plus d'un siècle durant lequel il fut vraiment la monnaie sur laquelle s'alignèrent les capitales du Monde. Et ce prestige, on le retrouve encore dans la formation de l'union latine. Le rapport légal de 1 à 15 1/2 put être maintenu tout le temps que les valeurs commerciales des deux métaux ne se modifièrent pas. Mais vers 1860 l'argent s'apprécia par rapport à l'or, et par le jeu de la loi de Gresham (Thomas) , qui spécifie que «la mauvaise monnaie chasse la bonne», la mauvaise monnaie, l'or en l'espèce, chasse l'argent. Pour enrayer la fuite des monnaies d'argent, la France prit le parti de billonner au titre de les pièces de 2 frs, 1 fr. et 0 fr. 50, supprimant la libre frappe de ces monnaies que seul désormais l'etat pourra fabriquer et limitant leur pouvoir à 50 frs, exceptant toutefois les pièces de 5 frs de ce nouveau régime lui conservant son titre de et un pouvoir libératoire illimité, à l'effet de maintenir le bi-métallisme. Et ladite pièce continua à s'enfuir. Le 23 X 1865, la France passa avec la Belgique, l'italie et la Suisse une Convention dite d'union latine à laquelle la Grèce adhéra en 1868, consacrant un état de fait existant entre les Pays qui ayant adopté le sytsème de la loi française du 17 germinal AN XI, dans leurs relations commerciales utilisaient indifféremment les pièces frappées par chacun d'eux. A partir de 1873, un renversement se produisit, et ce fut l'or qui s'apprécia par rapport à l'argent, et, en 1878, on dut supprimer la libre frappe des pièces d'argent de 5 frs, leur laissant toutefois le pouvoir libératoire illimité afin de conserver un semblant de bi-métallisme, régime boiteux sous lequel la France restera jusqu'à la loi monétaire du 25 juin 1928 qui marque l'abandon officiel du bi-métallisme.

9 LE FRANC ET SON HISTOIRE 181 La loi du 5 août 1914 va consacrer la rupture avec la définition de 1803, le franc cessant d'être convertible en métal et ne le sera plus désormais que pendant une courte période allant de 1928 à 1933 à un taux cinq fois inférieur. Pendant la guerre et au cours des années qui suivirent, l'institut d'émission dut venir en aide à l'etat qui avait à faire face à des dépenses considérables et sans cesse croissantes. Sous l'empire des circonstances et par dérogation à sa fonction monétaire classique, la B.D.F., sous le couvert du cours forcé, dut émettre du véritable papiermonnaie. Et cette situation alla se prolongeant, caractérisée par une inflation sans cesse accrue, jusqu'à l'abrogation du cours forcé par la loi du 25 juin 1928, marquant le retour à un système monétaire à base métallique. * * Dès le 31 mars 1926, le Gouvernement d'alors avait convoqué un Comité d'experts lui demandant de lui proposer les moyens de parer à la crise financière qui, en fait, se faisait sentir depuis Ce Comité devait conclure en préconisant la stabilisation du franc le plus tôt possible à un niveau compris entre le cours du franc résultant du coût de la vie atteint au moment décisif de l'opération et le cours du franc atteint au même moment sur le Marché des Changes. Or la parvient à son cours maximum de 243 francs le 21 juillet 1926 (avant 1914, le pair du franc à Londres était de 25,22 par ). Dès la constitution du Gouvernement Poincaré, le 22 juillet 1926, elle recule à 208 le 23, pour coter 199 francs le 26 et 196 francs le 27, soit une baisse de 47 firancs (19,38 %) en 5 jours seulement. Une loi du 7 août 1926, permettant à la B.D.F. d'acheter l'or intérieur et des devises étrangères sans avoir à se préoccuper du maximum légal d'émission, constitue la première étape du redressement financier en lui procurant le moyen de constituer une forte encaisse. La confiance renaît bientôt et le mouvement de rapatriement des capitaux s'amplifie au point d'inquiéter MM. Charles Rist et Pierre Quesnay, respectivement Sous-Gouverneur et Directeur des Etudes Economiques de la B.D.F., redoutant ce qu'ils appellent une «panique de confiance». Il est vrai en effet que la baisse des changes diminue pour les Français le prix des produits étrangers et augmente pour ces derniers le prix des produits français. Mais il arrive un moment où les produits français ne pourront plus s'écouler à l'étranger, et où en France, malgré les droits de douane (il n'y

10 182 LE FRANC ET SON HISTOIRE avait pas à l'époque de contingents), ils se trouveront primés par les produits étrangers. Il est vrai que cette situation entraînera à faire baisser les prix français, provoquant la mévente, la réduction des salaires et par suite le chômage. Pour que la revalorisation monétaire n'entrainât pas de graves perturbations, il fallait l'arrêter au moment où elle viendrait buter contre le niveau des salaires en vigueur. Pour MM. Rist et Quesnay les salaires fixaient à la revalorisation du franc un plancher en dessous duquel il ne fallait descendre à aucun prix. Ces deux spécialistes connaissaient bien la question pour avoir participer à la stabilisation autrichienne, à la restauration du Mark, et pour avoir observé les événements qui se déroulaient au même moment en Angleterre. Le Gouvernement britannique, le 28 avril 1925, venait de réduire la convertibilité de sa monnaie au niveau d'avant-guerre, du fait que la dépréciation de la n'avait pas excédé 10 % de sa valeur. Ils devront faire les plus grands efforts pour faire partager leur opinion à M. Moreau, gouverneur de la B.D.F., et à M. Poincaré; ce dernier surtout pendant 2 ans se montrera un revalorisâtes convaincu. M. Rueff, ancien sous-gouverneur de la B.D.F., nous présente les deux personnages: «Emile Moreau, Inspecteur Général des Finances, est un financier éprouvé. Il a été directeur du Cabinet Rouvier, puis pendant 20 ans gouverneur de la Banque d'algérie, mais il reste très attaché à son Poitou natal. Il est et sera toujours de Montmorillon. Il exploite le domaine familial. Il aime la chasse, il a peu voyagé, il ne pratique aucune langue étrangère. Les parents et amis qui l'entourent sont, pour la plupart, avoués, notaires, magistrats. Je suis sûr qu'à son premier contact avec MM. Rist et Quesnay, leur connaissance de l'étranger, leur pratique des milieux internationaux, l'ont plus inquiété que rassuré. Ses voix familières sont celles de la Province et de la terre française». Et cependant MM. Rist et Quesnay parviendront assez vite à le décider à arrêter la hausse du franc par des achats de devises, et c'est lui qui à son tour aura à lutter longuement contre M. Poincaré pour réaliser la stabilisation de Et M. Rueff poursuit: «M. Poincaré est l'homme dont l'intelligence peut tout comprendre, mais fils d'un Ingénieur des Ponts et Chaussées, frère d'un Inspecteur Général de l'instruction Publique, cousin germain d'un Professeur à la Sorbonne et d'un Professeur au Collège de France, il est un survivant des notables. Il se sait dépositaire de la tradition bourgeoise et républicaine. II sent que la dévaluation appauvrira les rentiers et les pensionnés, déclassera les fonctionnaires et les intellectuels au profit des

11 LE FRANC ET SON HISTOIRE 183 commerçants détenteurs de stocks et des spéculateurs de tout acabit. Il sait que le dommage sera d'autant plus grave que la dépréciation aura été plus profonde. Il prévoit l'ébranlement que la modification indirecte des contrats fera subir à la moralité publique et privée et le coup qui sera porté à la tradition d'enrichissement par le travail et par l'épargne. Il devine qu'après IV.menuisement occulte et comme honteux des rémunérations en frrmcs, l'esprit revendicatif apparaîtra comme la défense nécessaire des niveaux de vie. Tout cela lui fait horreur et le prépare à résister de toutes ses forces aux conclusions que sa raison et son patriotisme tendront à lui imposer. La seule politique qui lui paraît moralement acceptable, c'est le retour au cours de 1914, tel qu'il était fixé par la loi monétaire. De Poincaré, M. Moreau dira de son côté «Raymond Poincaré qui était l'honnêteté même, et qui avait a un point peu commun chez les hommes politiques le souci de l'intérêt public et de la gloire de la France, était au fond de son cœur avec les revalorisateurs». La question du niveau des salaires semble bien avoir été la préoccupation dominante du Président Poincaré qui, à plusieurs reprises, reçut la visite de M. Léon Jouhaux, alors Secrétaire Général de la G.G.T., venu attirer l'attention du Chef du Gouvernement sur les risques de chômage que la hausse du franc entraînait déjà. Ainsi, en août 1926, il avait appelé à son Cabinet, M. Rueff, alors jeune Inspecteur des Finances, pour le charger d'une étude sur le niveau d'une éventuelle stabilisation du franc. En octobre 1926, il lui demanda de porter son enquête sur le niveau des salaires, désirant savoir quel était, pour chaque industrie, le niveau minimum de change à partir duquel elle devrait réduire ses salaires pour conserver ses débouchés. Ayant opéré des sondages en comparant les salaires français et allemands, M. Rueff, le 20 septembre 1926, pouvait conclure que si on voulait stabiliser actuellement à la parité des prix de gros allemands, il faudrait fixer le cours d'environ 140 francs par. A la parité des prix de détail correspondait un cours d'environ 120 francs et à celle des salaires, un cours compris entre ces 2 limites, 132 frs 50 en moyenne; or, à cette date, la se situait aux environs de 130 francs, cotant 125 francs en décembre C'est alors que la Banque, d'accord avec le Gouvernement, décida de modifier le caractère de son intervention sur le Marché des changes. Par une déclaration officielle, elle fit connaître qu'elle se portait acheteur de toutes devises offertes et vendeur de toutes devises demandées à un cours fixe voisin de 124 francs. Ce fut

12 184 LE FRANC ET SON HISTOIRE le début de la période de stabilisation de fait qui devait durer jusqu'à la Loi du 25 juin 1928, date à laquelle elle devait être transformée en stabilisation de droit, A noter en passant que la Banque dut absorber pendant ce laps de temps près de 31 milliards de devises. Le 30 mai 1928, M. Moreau posa le problème de la stabilisation légale en déclarant que «l'équilibre budgétaire était assuré depuis juillet 1926, que la Trésorerie se trouvait en super-équilibre, que l'assainissement du Bilan de la B.D.F. allait être réalisé, que les élections d'avril 1928 avaient consacré le triomphe de M. Poincaré et des idées de sagesse qu'il représentait». Il ajoutait que «la situation politique était stabilisée, les finances étaient stabilisées», rendant ainsi hommage, à près d'un siècle de distance au principe proclamé par un autre grand Lorrain, le Baron Louis ( ;. M. Moreau, par ailleurs, constatait que la parité de 125 francs par avait été tenue depuis de longs mois et que l'économie nationale paraissait s'y être adaptée, estimant qu'il fallait stabiliser sans retard à ce cours. Et il ajoutait «Je fus obligé de le dire à M. Poincaré au début de juin 1928, en mettant dans la balance la menace de ma démission». Finalement, le 21 juin 1928, le Président du Conseil, enfin convaincu, dans un discours à la Chambre des Députés démontra la nécessité de la stabilisation. Et M. Moreau dira de lui qu'il a su parler en admirable avocat qui sait plaider de façon magistrale. M. Bueff de son côté, à propos du même discours, affirmera: (( Il n'est pas le plaidoyer d'un avocat habile, mais celui d'un patriote éclairé qui, après un débat de conscience prolongé, à définivement choisi de soumettre son sentiment aux exigences de sa raison». Dans la journée du 24 et dans la nuit du 24 au 25 juin, le projet de loi présenté par le Gouvernement fut voté à la Chambre par 402 voix contre 18 et au Sénat à la presque unanimité. Ainsi se terminait ce que M. Moreau a appelé le drame de la stabilisation. M. Rueff, lui aussi, dira: «C'est un drame antique qui se joue derrière les apparences d'une réforme financière, celui de la Fatalité, imposant à la France, contre la volonté quasi unanime de son opinion publique, contre les sentiments du chef de son Gouvernement et contre les tendances profondes du Gouverneur de la Banque d'emission, la stabilisation de sa monnaie à un cours représentant le cinquième seulement de son niveau d'avant 1914». Tout d'abord la loi du 25 juin 1928 a aboli le cours forcé établi par la loi du 5 août 1914, la France revenant ainsi à un système monétaire à base métallique. Elle substitue le monomé-

13 LE FRANC ET SON HISTOIRE 185 tallisme or au bi-métallisme en définissant le franc au poids de 65 milligrammes 1/2 au titre de 900/1.000, soit 58 mmg. de fin, consacrant la dépréciation du franc 1928 qui ne représente plus 1 que du franc germinal. Elle prévoit la frappe de pièces d'or 4925 de 100 francs au titre de 900/1.000 ayant cours légal illimité, reportant à une date ultérieure à fixer par décret la frappe pour compte des particuliers. Jusqu'à cette date la Banque est tenue d'acheter tout l'or qu'on lui présentera sur la base de 1 franc par 65 mmg. 5 d'or. La fabrication des monnaies d'argent pour le compte de l'etat au titre de 680/1.000, pièces de 10 francs (10 gr.) et de 20 francs (20 gr.) auront pouvoir libératoire jusqu'à 250 francs. Les monnaies de bronze d'aluminium et de nickel seront acceptées dans les paiements, les premières jusqu'à 50 francs, les autres jusqu'à 10 francs. Enfin, en exécution de la présente loi, il est procédé à la revalorisation de l'encaisse de la B.D.F. En comparant la situation hebdomadaire du 25 juin 1928 à celle du 24 juin 1926, on constate que l'encaisse de disponibles est passée de millions d'anciens francs, soit de francs nouveaux, à près de 29 milliards de francs nouveaux. A cette encaisse s'ajoute plus de 25 milliards de disponibilités à vue à l'etranger et de devises en rapport. En bref, c'est un total de 54 milliards (or et devises) qui sert de garantie au nouveau franc. Par ailleurs, les avances de la Banque de l'etat qui s'élevaient le 24 juin 1926 à plus de 42 milliards, ont été ramenées à millions. La stabilité ainsi réalisée va durer jusqu'à la loi du 1 er octobre 1936 qui abrogera ou suspendra certaines dispositions de la loi du 25 juin Et notamment le franc n'est plus défini, et tout en restant rattaché à l'or, il n'est plus défini par un poids d'or de 65 mmg 5. Sa nouvelle définition n'est pas inscrite dans la loi, et un décret ultérieur fixera dans des limites qu'elle prévoit la nouvelle teneur en or du franc, son poids d'or à 900/1.000 ne devant être ni inférieur à 43 mmg ni supérieur à 49 mmg. Par rapport à sa parité or antérieure de 65, mmg. 5, la dépréciation du franc devait atteindre 34,35 % dans le premier cas et 25,19 % dans le second. Cette loi devait être complétée par la suite par celle du 10 mars 1937 et par un décret-loi du 30 juin 1937 qui, en somme, demeure le dernier mot de notre droit monétaire. Ce dernier texte supprime les limites de 43 mmg. et 49 mmg. établies par la loi d'octobre 1936, de sorte que la parité est désormais indéter-

14 186 LE FRANC ET SON HISTOIRE minée et que le sort du franc demeure ainsi en suspens! Ledit décret-loi stipule bien «que la nouvelle teneur du franc, unité monétaire française, sera fixée par un décret pris en Conseil des Ministres, ainsi que les conditions de convertibilité des billets de la B.D.F.». Ce texte prévoit astucieusement le retour tôt ou tard à l'étalon-or, sauf avis contraire du Parlement, mais à l'heure actuelle il est permis de se demander sur quelles bases? En réalité le franc est flottant, il n'est plus stabilisé. Depuis 1937, le franc pourrait-on dire, n'a plus de valeur légale, ou du moins ses variations ne correspondent plus à cette définition. Pratiquement, il est défini par une autre monnaie, qui fut d'abord la et qui est maintenant le dollar, variant selon le cours du marché libre. Mais il ne faut pas oublier que depuis 1937, et pour reprendre l'expression de M. Rueff, il y a eu pour la France un second drame combien plus douloureux encore que le premier et dû lui aussi à la Fatalité.

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE Onzième résolution L assemblée générale, statuant aux conditions de quorum et de majorité requises pour les assemblées générales extraordinaires,

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED Spec(81)23 1 mai 1981 QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES Rémunération du personnel des services généraux et autres dépenses de personnel

Plus en détail

LE BELIER Société anonyme à Conseil d administration au capital de 6 631 956,08 uros Siège social : 33240 VERAC 393 629 779 RCS Libourne --------

LE BELIER Société anonyme à Conseil d administration au capital de 6 631 956,08 uros Siège social : 33240 VERAC 393 629 779 RCS Libourne -------- LE BELIER Société anonyme à Conseil d administration au capital de 6 631 956,08 uros Siège social : 33240 VERAC 393 629 779 RCS Libourne -------- RAPPORT COMPLEMENTAIRE DU DIRECTEUR GENERAL RELATIF A L

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

CESSION D UN CABINET D AVOCAT

CESSION D UN CABINET D AVOCAT CESSION D UN CABINET D AVOCAT Entre les soussignés : 1., Avocat au Barreau de PARIS, De nationalité française, Né le à ), Ayant son domicile à, (situation et régime matrimonial) Ci-après dénommé le Vendeur,

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL "E" CHARGE DE L'EXAMEN DES QUESTIONS RELATIVES A LA BALANCE DES PAIEMENTS -

GROUPE DE TRAVAIL E CHARGE DE L'EXAMEN DES QUESTIONS RELATIVES A LA BALANCE DES PAIEMENTS - s &&i SECRET ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS^ TlÙ^f/^ DOUANIERS ET LE COMMERCE AL : ^ ^ -JO ' '. -. GROUPE DE TRAVAIL "E" CHARGE DE L'EXAMEN DES QUESTIONS RELATIVES A LA BALANCE DES PAIEMENTS - Restrictions

Plus en détail

SOITEC PROCES-VERBAL DE L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE EN DATE DU 20 JANVIER 2012

SOITEC PROCES-VERBAL DE L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE EN DATE DU 20 JANVIER 2012 SOITEC Société Anonyme au capital de 12.210.579,20 Euros Siège social : Parc Technologique des Fontaines Chemin des Franques 38190 BERNIN 384 711 909 RCS Grenoble PROCES-VERBAL DE L'ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Circonstances des ventes d or de la Banque nationale suisse

Circonstances des ventes d or de la Banque nationale suisse Département fédéral des finances DFF 28 juillet 2008 Circonstances des ventes d or de la Banque nationale suisse Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat 07.3708 Stamm Luzi Le 21 décembre 2007,

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 9572-A. Rapport. Date de dépôt: 18 août 2005 Messagerie

Secrétariat du Grand Conseil PL 9572-A. Rapport. Date de dépôt: 18 août 2005 Messagerie Secrétariat du Grand Conseil PL 9572-A Date de dépôt: 18 août 2005 Messagerie Rapport de la Commission des finances chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'etat modifiant la loi ratifiant les nouveaux

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 21 MARS 2012 --------------------------------- TEXTE DE RESOLUTIONS

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 21 MARS 2012 --------------------------------- TEXTE DE RESOLUTIONS Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 467 226 960 euros RCS PARIS n 493 455 042 Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 PARIS Cedex 13 ASSEMBLEE GENERALE MIXTE

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

ELECTRICITE DE STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION

ELECTRICITE DE STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION ELECTRICITE DE STRASBOURG Société Anonyme au capital de 71 090 040 Siège social : 26, Boulevard du Président Wilson 67000 STRASBOURG 558 501 912 R.C.S STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION

Plus en détail

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005 FR Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 7(3) date: 27/06/2005 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Les dispositions relatives à la réforme des sociétés commerciales prévues dans la loi n 2008-776 de modernisation de

Plus en détail

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a Monsieur PERRACHON Liquidateur de la Société d'aménagement du Morbihan 10, rue Saint-Tropez Boite postale 55 56002 VANNES CEDEX Par lettre du 17 septembre 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

PricewaterhouseCoopers Audit 63, rue de Villiers 61, rue Henri Régnault 92208 Neuilly-sur-Seine Cedex 92400 Courbevoie

PricewaterhouseCoopers Audit 63, rue de Villiers 61, rue Henri Régnault 92208 Neuilly-sur-Seine Cedex 92400 Courbevoie Rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur l émission d actions de préférence avec maintien du droit préférentiel de souscription (Assemblée Générale Extraordinaire du 30 avril 2009 24 ème résolution)

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3.1. RELEVANT DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE Approbation des comptes 2014 et affectation du résultat Par le vote

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 19) PricewaterhouseCoopers Audit 63

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

Comprendre la dette publique en quelques minutes

Comprendre la dette publique en quelques minutes http://www.youtube.com/watch?v=aayyp_zewte Comprendre la dette publique en quelques minutes Depuis plusieurs décennies, la dette publique à laquelle sont confrontés des pays développés n a cessé de croitre

Plus en détail

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38)

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) 2 Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) A. REGIME EN VIGUEUR AU 31 DECEMBRE 2006 L article 30 de la loi n 2005-106 du 19 décembre 2005 portant loi de finances

Plus en détail

Texte des résolutions proposées

Texte des résolutions proposées 1 2 3 4 5 6 7 Résolutions de la compétence de l Assemblée Générale Ordinaire Première Résolution (Approbation des comptes sociaux de l exercice 2007) L Assemblée Générale, après avoir pris connaissance

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

RAPPORT COMPLEMENTAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL DECIDEE SUR DELEGATION DE L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT COMPLEMENTAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL DECIDEE SUR DELEGATION DE L ASSEMBLEE GENERALE PASCAL PIVETEAU SA Société anonyme à conseil d administration au capital social de 225 060 euros réparti en 2.250.600 actions de 0,1 euro de valeur nominale Siège social : 26, rue Malar 75007 Paris 529

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent»

Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent» 27 mars 2009 Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent» En Septembre 2008 la Monnaie de Paris a lancé, avec un grand succès, une nouvelle gamme d euros en métal précieux : les «Euros Or et Argent». Ces

Plus en détail

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 6 juillet 2011 à 9 h 30 «Avis technique sur l évolution de la durée d assurance pour la génération 1955» Document N 4 Document de travail, n engage

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété vous informe COPROPRIETE : Décret n 2004-479 du 27 mai 2004 modifiant le décret n 67-223 du 17 mars 1967 Principaux

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs

Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs Ministère des Finances Février 2008 Office of the Auditor General of Canada Bureau du vérificateur général du Canada Tous

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor

Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor Information Règlementée Paris, 29 Mars 2007 Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor Accor S.A. a décidé

Plus en détail

VALTECH SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2 343 382,98 SIEGE SOCIAL : 103 RUE DE GRENELLE 75007 PARIS RCS PARIS 389 665 167

VALTECH SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2 343 382,98 SIEGE SOCIAL : 103 RUE DE GRENELLE 75007 PARIS RCS PARIS 389 665 167 VALTECH SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2 343 382,98 SIEGE SOCIAL : 103 RUE DE GRENELLE 75007 PARIS RCS PARIS 389 665 167 RAPPORT DU CONSEL D ADMINISTRATION A L ASSEMLEE GENRALE DU 26 JUILLET 2011 Mesdames,

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

LE PRINCIPE DE L ANNUALITE

LE PRINCIPE DE L ANNUALITE LE PRINCIPE DE L ANNUALITE Grand principe de droit budgétaire il existe dans les finances des collectivités territoriales comme dans celles de l Etat. I - L annualité dans les finances locales A - Signification

Plus en détail

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982 Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI de développement de {'actionnariat, de {'épargne et de {'emploi, PRÉSENTÉE Par MM.

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI

Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI 2012 2013 Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI Dans ce document, vous trouverez les points les plus importants du cours du 3ème semestre avec quelques exemples. Chapitre N

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris

Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Page 1 sur 9 AUDIKA GROUPE Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et extraordinaire

Plus en détail

I. Article 2.3 a) - Traitement des rabais et remises dans la détermination de la valeur normale

I. Article 2.3 a) - Traitement des rabais et remises dans la détermination de la valeur normale ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED ADP/W/255 i5 December 1989 Distribution spéciale Comité des pratiques antidumping Original: anglais OBSERVATIONS ET QUESTIONS ADDITIONNELLES

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 22 AVRIL 2014

RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 22 AVRIL 2014 Soitec Société anonyme au capital de 17 258 079,50 Euros Siège social : Parc Technologique des Fontaines Chemin des Franques 38190 BERNIN 384 711 909 RCS GRENOBLE RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A

Plus en détail

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998 Remarques introductives de Bruno Gehrig A l'approche du passage à l'euro Le 1er janvier 1999, onze des quinze Etats de l'union européenne introduiront

Plus en détail

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015 Les hypothèques légales www.jlr.ca LES HYPOTHÈQUES LÉGALES Afin d observer les variations dans les mauvaises créances immobilières, les préavis d exercice et les délaissements sont

Plus en détail

Ordre du jour & projets de résolutions Assemblée générale mixte du 31 mai 2013

Ordre du jour & projets de résolutions Assemblée générale mixte du 31 mai 2013 Société ABC arbitrage Société anonyme à conseil d administration au capital de 835 310 euros 59 cents Siège social : 18, rue du Quatre Septembre, 75002 Paris 400 343 182 RCS Paris Ordre du jour & projets

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Recommandation Finale. Comité Technique de Revue des Titres et conventions Miniers.

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Recommandation Finale. Comité Technique de Revue des Titres et conventions Miniers. COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Recommandation Finale du Comité Technique de Revue des Titres et conventions Miniers de la République de Guinée concernant le projet d'exploitation

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL

COMMERCE INTERNATIONAL COMMERCE INTERNATIONAL (21 février 2011) Le risque de change Le risque de change correspond à un risque de paiement plus élevé pour l'importateur ou d'une recette moindre pour l'exportateur dans les deux

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

CONVOCATIONS CASINO, GUICHARD-PERRACHON

CONVOCATIONS CASINO, GUICHARD-PERRACHON CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital 173 157 997,86 Siège social : 1, Esplanade de France, 42000 Saint-Etienne 554 501 171

Plus en détail

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS présentés et adoptés par l Assemblée Constituante du 15 septembre 2015 Article 1er - Nom Le 15/09/2015, il est fondé une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE DU 04 juillet 2013. L an deux mil treize Et le quatre juillet

AUDIENCE PUBLIQUE DU 04 juillet 2013. L an deux mil treize Et le quatre juillet REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ---------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 904/2013 ------------- ORDONNANCE DU JUGE DES REFERES --------------

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014

Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014 Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014 Vous nous avez demandé de vous aider dans l examen d une nouvelle évolution du dispositif de

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

LOI N 08/010 DU 07 JUILLET 2008 FIXANT LES REGLES RELATIVES A L ORGANISATION ET A LA GESTION DU PORTEFEUILLE DE L ETAT

LOI N 08/010 DU 07 JUILLET 2008 FIXANT LES REGLES RELATIVES A L ORGANISATION ET A LA GESTION DU PORTEFEUILLE DE L ETAT 1 JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République LOI N 08/010 DU 07 JUILLET 2008 FIXANT LES REGLES RELATIVES A L ORGANISATION ET A LA GESTION DU PORTEFEUILLE

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs :

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs : 28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT Textes constitutifs : Loi organique n 2001-692 du 1 er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. * * * Textes pris dans le cadre

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 31 octobre 2013 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 La Banque

Plus en détail

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union Discipline Travail ORDONNE

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union Discipline Travail ORDONNE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union Discipline Travail ORDONNE Ordonnance n 2012 03. du 11 janvier 2012 modifiant les articles 22,50, 95, 149 a 163 ter et complétant l'article

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION "PHOTO-CLUB DE BELFORT"

STATUTS ASSOCIATION PHOTO-CLUB DE BELFORT STATUTS ASSOCIATION "PHOTO-CLUB DE BELFORT" Titre I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Introduction Au cours de son existence, une société peut être amenée à effectuer différentes opérations sur son capital

Plus en détail

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit Rappels de macro-économie La monnaie et le crédit Les différents types de monnaie La monnaie fiduciaire : pièces et billets : M1 La monnaie scripturale : avoirs bancaires M2 La masse monétaire : M = M1

Plus en détail