Sur le concept de la vérité dans les langues formalisées, 1, Le concept de la proposition vraie dans la langue quotidienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sur le concept de la vérité dans les langues formalisées, 1, Le concept de la proposition vraie dans la langue quotidienne"

Transcription

1 Sur le concept de la vérité dans les langues formalisées, 1, Le concept de la proposition vraie dans la langue quotidienne Alfred Tarski, 1935 Pour introduire le lecteur dans la matière de nos recherches, il me semble souhaitable de concevoir le problème de définir la vérité dans la langue quotidienne. Je voudrais en particulier mettre en perspectif les difficultés que l on rencontre dans les essais de résoudre ce problème. Des plusieurs manières que l on peut attaquer la construction d une définition correcte de la vérité des propositions dans la langue quotidienne, l essai de la définir sur le plan sémantique semble être le plus naturel. Je veux dire, une définition en mots : (1) une proposition vraie est une proposition qui dit que les choses sont comme ça et que les choses sont en effet comme ça. Sur le plan de la justesse, claritude et univocité formelles, cette formulation laisse encore beaucoup à désidérer. Mais le sens et l intention générale semble être clair et compréhensible. C est la tâche d une définition sémantique de préciser cette intention et de la donner une forme correcte. Comme point de départ, certaines propositions d un caractère speciale se présentent, qui peuvent passer comme des définitions partielles de la vérité d une proposition, ou plus précis, comme des explications de certaines tournures concrètes de la langue quotidienne, du type x est une proposition vraie. Ce schéma général de ce genre de propositions est : (2) x est une proposition vraie si et seulement si p ; pour obtenir des déclarations concrètes, on substitue dans ce schéma au lieu du symbole p une proposition et au lieu de x un nom particulier quelconque de cette proposition. Si on a, pour une proposition, un nom particulier, alors on peut construire pour lui une déclaration du type (2), si ça nous est possible de donner la proposition désignée par ce nom. La catégorie des noms la plus importante et la plus fréquente, pour laquelle cette condition est réalisée, sont les noms de guillemets, parce que nous désignons avec ce terme tout nom d une proposition (ou d une autre expression quelconque, même vide de signification), qui est composée de guillemets (à gauche et à droite) et de la proposition qui est entre les guillemets et qui est exactement ce qui est désignée par le nom considéré. Comme exemple d un tel nom de guillemets d une proposition on peut prendre le nom il neige. L explication de type (2) est dans ce cas : (3) il neige est une proposition vraie si et seulement s il neige. 1

2 Une autre catégorie de noms particuliers de propositions pour lesquels on peut construire des explications analogues sont les noms structurel-descriptifs. On appelle ces noms de telle manière qui décrivent de quels mots la proposition désignée par le nom est composée et de quels signes chacun de ces mots est composé et dans quel ordre ces signes et mots se suivent. Ces noms peuvent être formulés sans l aide de guillemets. Pour obtenir une telle description, il faut introduire dans la langue que l on utilise un nom particulier quelconque (mais pas de noms guillemets) pour tous les lettres et tous les autres signes dont sont composées les mots et expressions de cette langue. Par exemple on pourrait choisir comme noms pour les lettres a, e, f, j, p, x... les désignations A, E, Ef, Jé, Pé, Ixe... Il est clair que l on peut maintenant faire correspondre chaque nom de guillemets avec un nom structurel-descriptif sans guillemets et avec la même extension (cad. désignant la même expression) et vice versa. P.ex. le nom neige correspond avec le mot qui est composé des six lettres consécutives qui suivent : En, E, I, Gé, E. Il se comprend que l on peut construire des définitions partielles du type (2) pour les noms structureldescriptifs des propositions. Ca se voit dans cet exemple : (4) une expression, qui est composée de deux mots, dont le premier de deux lettres consécutives suivantes : I, El, et le deuxième de sept lettres consécutives suivantes : En, E, I, Gé, E, est une proposition vraie si et seulement s il neige. Des propositions analogues à (3) et (4) semblent être évident et semblent correspondre complètement avec la signification du mot vrai, comme exprimé dans (1). Elles ne laissent pas de doute sur la claritude de leur contenu et de la justesse de leur forme (sous la condition que les proposition que l on a substituées dans (2) pour le symbole p ne laissent pas de doute). Il faut tout de même ajouter une restriction ici. Il y a des situations dans lesquelles des propositions d exactement ce type, combinées avec certaines autres prémisses, intuitivement aussi évidentes, conduisent à une contradiction apparente, cad. l antinomie du menteur. On donne une version très simple de cette antinomie, due à Lukasiewicz. Pour que tout se présente d un coup d oeil nous utiliserons le symbole c comme abbréviation typographique de la proposition la proposition que l on trouve imprimée sur cette page, ligne 3 compté en commençant du haut de la page. Notons la proposition suivante : c n est pas une proposition vraie 1 Prenant en compte la signification du symbole c, on peut constater empiriquement : (a) c n est pas une proposition vraie est identique avec c Pour le nom de guillemets de cette proposition c (ou pour un autre nom particulier) on construit une explication du type (2) : (b) c n est pas une proposition vrai est une proposition vraie si et seulement si c n est pas une proposition vraie. Les prémisses (a) et (b) pris ensemble donnent immédiatement une contradiction. 1 Cette proposition se trouve dans la version original sur la ligne 3 2

3 c est une proposition vraie si et seulement si c n est pas une proposition vraie Le source de cette contradiction peut être trouvé aisément : pour construire la déclaration (b), on a substitué pour le symbole p dans le schéma (2) une expression qui contient elle-même le concept proposition vraie (et c est pourquoi la déclaration obtenue, contrairement à p.ex. (3) ou (4) ne peut plus être considérée comme définition partielle de la vérité). On ne peut néanmoins pas trouver un argument valide pour défendre de telles substitutions en principe. Je me borne ici à la formulation de l antinomie ici-dessus et je tiens en réserve de tirer les conséquences de ce fait. Faisant abstraction de cette difficulté, j essaierai d abord de construire une définition de la proposition vraie en généralisant les explications du type (3). A première vue, ce problème semble être bien léger en particulier pour celui sait utiliser l apparat de la logique mathématique moderne. On pourra penser que la substitution d une variable de proposition quelconque (cad. d un symbole, que l on peut substituer avec des propositions arbitraires) en (3) pour l expression deux fois répétée il neige ensemble avec la constatation, que la formule ainsi construite soit valable pour chaque valeur des variables, que ces deux faits conduisent à une proposition qui contient tous les déclarations du type (3) comme cas spéciaux : (5) pour un p arbitraire p est une proposition vraie si et seulement si p. La proposition ci-dessus ne peut pas servir comme définition générale de l expression x est une proposition vraie parce que l ensemble des substitutions possibles pour le symbole x est ici limité aux noms de guillemets. Pour éliminer cette restriction, on devrait se reclamer du fait connu que toute proposition vrai (a fortiori, toute proposition) correspond à un nom de guillemets, qui désigne cette proposition. De ce fait, une généralisation de la formulation (5) peut être faite comme suit : (6) pour un x arbitraire x ist une proposition vraie si et seulement si pour un certain p x est identique avec p et p. A première vue, on serait tenté de prendre la proposition (6) comme une définition sémantique correcte et valable pour l expression proposition vraie, qui de manière précise réalise l intention de la formulation (1), et qui peut être reconnue comme solution satisfaisante du problème que l on traîte ici. A fond, la chose n est pas si facile que ça : du moment que nous commçons à analyser la signification des nom de guillemets que l on trouve dans (5) et (6), nous remarquons une série de difficultés et dangers. On peut traîter les noms de guillemets comme les mots d une langue, cad. comme des expressions syntactiquement simples ; les composants de ces noms les guillemets et les expressions entre ces guillemets ont la même fonction que les lettres ou les complexes de lettres suivantes dans les mots, ils n ont pas, alors, un signification indépendante. Chaque nom de guillemets est un nom particulier constant d une expression déterminée (cad. de l expression entre guillemets), et ce nom a le même caractère que les noms propres des hommes ; p. ex. le nom p est une des lettres de l alphabet. Dans cette interprétation, qui semble être la plus naturelle et complètement correspondante à l usage habituelle des guillemets, les définitions partielles du type (3) ne peuvent pas être utilisées pour de généralisations. La proposition (5) resp. (6) ne peut pas être prise comme 3

4 généralisation : si on applique le règle de substitution sur (5) on n a pas le droît de substituer quoique ce soit pour p (en partie composante d un nom de guillemets), de la même manière que l on n a pas le droît de substituer quelque chose pour la lettre v dans le mot vraie. De là on n obtient en conclusion pas (3), mais la proposition suivante : p ist une proposition vraie si et seulement s il neige. On voit que les propositions (5) et (6) ne sont pas de formulations de la pensée que l on veut exprimer, et même plus, qu elles sont apparemment sans sens. La proposition (5) conduit même directement à une contradiction, parce que l on peut tirer d elle, à part la conséquence déjà discutée, une conséquence contradictoire : p est une proposition vraie si et seulement s il ne neige pas. La proposition (6) seule ne conduit pas à une contradiction, mais d elle s ensuit la conclusion à contre-sens que la lettre p serait la seule proposition vraie. Pour éclaircir les observations de ci-dessus, nous devons ajouter la remarque que l on peut, en partant de cette conception du nom de guillemets, éliminer ces noms-là et les substituer p. ex. par les noms structurel-descriptifs correspondants partout. Si on regarde des explications du type (2) pour de telles noms, p. ex. l explication (4), on ne voit aucune route qui mène à une généralisation de ces explications ; par contre, si on substitue dans (5) et (6) le nom de guillemets p par un nom structurel-descriptif de la même extension Pe (resp. le mot, qui consiste de la seul lettre Pe ), alors le contresens des formulations ainsi obtenues devient immédiatement apparent. Pour sauver le sens des propositions (5) et (6), on doit prendre une autre interprétation du nom de guillemets. Ces noms doivent être traîtés comme des expressions composées selon le syntaxe, dont les parties composantes syntactiques sont les guillemets et les expressions dans ces guillemets. Pas tous les expressions de guillemets sont dans ce cas des noms constants : l expression p dans (5) et (6) doit p. ex. être vue comme une fonction, dont l argument est une variable de proposition et dont les valeurs sont des noms de guillemets constants de certaines propositions. Une telle fonction sera désignée comme fonction de guillemets. Les guillemets deviennent ainsi des mots autonomes, faisants partie de la sémantique. Sur le plan de la signification, ils sont près du mot nom et sur le plan syntactique ils ont le rôle d opérateurs (Funktoren). Ils naissent de nouveaux complications. Le sens de la fonction de guillemets et des guillemets-mêmes n est pas assez évident de lui-même. En tout cas, ce ne sont pas d opérateurs extensionnels : la proposition pour tout p et q arbitraires p si et seulement si q, alors p est identique avec q est sans aucun doute en contradiction flagrante avec la manière normale d utiliser les guillemets. Pour cette raison seulle, la définition (6) serait inacceptable pour tous qui veulent éviter l utilisation des opérateurs intensionnels et qui sont même de l opinion que une analyse plus profonde rendrait impossible d assigner une signification à de tels opérateurs. L usage de la fonction de guillemets nous porte aussi le danger de nous compliquer dans plusiers antinomies sémantiques comme l antinomie du menteur. Cela est le cas même si on étant très prudent n utilise que les propriétés les plus évidentes des fonctions discutées. Contraire à la version de l antinomie du menteur que l on a vue ci-dessus, on peut aussi formuler l antinomie sans l expression proposition vraie, en introduisant les fonctions 4

5 de guillemets avec argument variable. On donnera une esquisse de cette formulation. 5

SYSTÈME D ÉQUATIONS DU PREMIER DEGRÉ A PLUSIEURS INCONNUES

SYSTÈME D ÉQUATIONS DU PREMIER DEGRÉ A PLUSIEURS INCONNUES SYSTÈME D ÉQUATIONS DU PREMIER DEGRÉ A PLUSIEURS INCONNUES GÉNÉRALITÉS Considérons une équation à deus inconnues x et y : x 2y + 1 = 0. Si on remplace x par 1, et y par 2, on obtient une égalité numérique

Plus en détail

Notes de cours. Quelques définitions

Notes de cours. Quelques définitions Notes de cours GEI 443 : ORGANISATION DES LANGAGES ET COMPILATION Chapitre 4 Grammaires et langages 1 Quelques définitions Grammaire est un moyen pour spécifier la syntaxe d un langage, c-à-d. l ensemble

Plus en détail

Créer un cours en ligne

Créer un cours en ligne Anne Delaby Créer un cours en ligne, 2006 ISBN : 2-7081-3459-0 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est une combinaison d interactions

Plus en détail

Logique Cours de Licence de Sciences du Langage (L2) Alain Lecomte Professeur, Université Paris 8

Logique Cours de Licence de Sciences du Langage (L2) Alain Lecomte Professeur, Université Paris 8 Logique Cours de Licence de Sciences du Langage (L2) Alain Lecomte Professeur, Université Paris 8 1 Opérations booléennes 1.1 Classes et symboles En 1854, George Boole publie «The Laws of Thought» Il s

Plus en détail

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues.

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. DOCUMENT 23 Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. 1. Introduction et notations Considérons la fonction f : x sin x définie sur R. La valeur 0 n appartient pas à x l ensemble de définition

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Outils de lecture des verbes de consignes avec le glossaire ST2S ou comment assimiler l implicite des consignes.

GRF dyslexie 2010/2012. Outils de lecture des verbes de consignes avec le glossaire ST2S ou comment assimiler l implicite des consignes. La compréhension en lecture, GONZALEZ Lucy Compréhension 13 Contexte classe : Outils de lecture des verbes de consignes avec le glossaire ST2S ou comment assimiler l implicite des consignes. Les élèves

Plus en détail

Correction du Partiel Théorie des Langages

Correction du Partiel Théorie des Langages Correction du Partiel Théorie des Langages EPITA Promo 2007 Juillet 2005 (1h30) Le sujet et une partie de sa correction ont été écrits par Akim Demaille. Ce sujet est l exacte copie de l épreuve THL originelle

Plus en détail

CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE

CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE Les mathématiques demandent une grande rigueur dans l exposition des résultats et des démonstrations. Si l intuition et la persuasion sont des outils indispensables

Plus en détail

TYPES ABSTRAITS. 1 Signature. ESIAL 1A Structures de Données

TYPES ABSTRAITS. 1 Signature. ESIAL 1A Structures de Données ESIAL 1A Structures de Données 2008-2009 TYPES ABSTRAITS 1 Signature Il est toujours intéressant de pouvoir travailler sur l'énoncé et la résolution d'un problème indépendamment d'une implantation particulière.

Plus en détail

Outils formels pour l étude du langage

Outils formels pour l étude du langage Outils formels pour l étude du langage Cours de Master, ENS, MasterCog + LTD, A. Lecomte, 2009-2010 Ensembles et logique 1 Ensembles Rappelons brièvement quelques notions de théorie des ensembles. Notons

Plus en détail

Commande à logique floue. Mounir Boukadoum

Commande à logique floue. Mounir Boukadoum Commande à logique floue Mounir Boukadoum Objectifs d apprentissage Introduire la logique floue, discuter ses applications et montrer comment concevoir un contrôleur de processus à logique floue. La logique

Plus en détail

Notes de cours. Vocabulaire de LSP

Notes de cours. Vocabulaire de LSP Notes de cours GEI 443 : ORGANISATION DES LANGAGES ET COMPILATION Chapitre 5 Introduction au langage LSP 1 Vocabulaire de LSP Vocabulaire = ensemble des terminaux acceptés Vocabulaire vérifié lors de l

Plus en détail

Hypothèse : les descriptions définies sont ambiguës de manière systématique entre une lecture rigide et non-rigide.

Hypothèse : les descriptions définies sont ambiguës de manière systématique entre une lecture rigide et non-rigide. 1 Cours: La signification des mots et le contenu des pensées Martine Nida-Rümelin Cours 7 et 8 Thèmes: - les noms comme désignateurs rigides - la théorie causale de la référence des noms 1. Les désignateurs

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

Logique. L intégrale des connecteurs logiques

Logique. L intégrale des connecteurs logiques Logique L intégrale des connecteurs logiques Jusqu à présent, nous avons vu les connecteurs,,,, et accessoirement. Il en existe d autres. Nous allons maintenant tous les voir un par un plus exactement

Plus en détail

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Basé sur les directives concernant l examen professionnel de courtière / courtier en immeubles

Plus en détail

COURS SUR LA LOGIQUE FORMELLE

COURS SUR LA LOGIQUE FORMELLE COURS SUR LA LOGIQUE FORMELLE Tristan Canale et Geoffrey Just 24 mai 2016 Nous voudrions particulièrement remercier M. Bulois, Maitre de Conférence en Mathématiques à l Université Jean Monnet de Saint-Etienne,

Plus en détail

3. SYSTEMES LINEAIRES

3. SYSTEMES LINEAIRES 3 SYSTEMES LINEAIRES 31 Définition Un système linéaire est un ensemble de m équations linéaires à n variables Il a la forme générale suivante : a 11 x 1 + a 12 x 2 + + a 1n x n = b 1 a 21 x 1 + a 22 x

Plus en détail

Transducteurs. Denise Maurice. 13 février 2007

Transducteurs. Denise Maurice. 13 février 2007 Transducteurs Denise Maurice 13 février 2007 Introduction Un transducteur est une notion assez intuitive quand on manipule des automates : au fur et à mesure qu il lit un mot sur l entrée, le transducteur

Plus en détail

1 Introduction. 2 Où chercher les solutions?

1 Introduction. 2 Où chercher les solutions? 1 Introduction Une équation algébrique est une équation mettant en jeu une inconnue x qui n intervient que par ses puissances. Par exemple, les équation x 2 +5x = 7 et x 6 = x 5 +1 sont algébriques, mais

Plus en détail

INFO-F-302, Cours d Informatique Fondamentale Logique pour l Informatique

INFO-F-302, Cours d Informatique Fondamentale Logique pour l Informatique 1- INFO-F-302 - / INFO-F-302, Cours d Informatique Fondamentale Logique pour l Informatique Emmanuel Filiot Département d Informatique Faculté des Sciences Université Libre de Bruxelles Année académique

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES

LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES 1. Les débuts de la théorie des ensembles Georg Cantor (1845 1918) est considéré comme l inventeur de la théorie des ensembles. La théorie de Cantor reposait sur deux principes,

Plus en détail

métriques et introduction aux espaces topologiques

métriques et introduction aux espaces topologiques Chapitre 1 Généralités sur les espaces métriques et introduction aux espaces topologiques Les notations R, N, Z, Q, C sont comme d habitude. On utilisera les normes 1, 2, de R n. De même, on étudiera les

Plus en détail

{ f(2t) si 0 t < 1/2 f.g(t) = g(2t 1) si 1/2 t 1

{ f(2t) si 0 t < 1/2 f.g(t) = g(2t 1) si 1/2 t 1 Chapitre 6 Homotopie 6.1 Version continue Soit X un espace topologique connexe par arcs et x X. Un lacet de X de point base x est une application continue f : [0, 1] X telle que f(0) = f(1) = x. On note

Plus en détail

Tableau de correspondances des grilles d évaluation ECLER, CECRL et FLE

Tableau de correspondances des grilles d évaluation ECLER, CECRL et FLE Tableau de correspondances des grilles d évaluation ECLER, CECRL et FLE Evaluation du niveau d expression écrite : Méthode ECLER NIVEAUX ECLER Equivalence CECRL et FLE Pas de production écrite en français

Plus en détail

Rappels sur les nombres et les calculs élémentaires

Rappels sur les nombres et les calculs élémentaires Rappels sur les nombres et les calculs élémentaires I- Les entiers et l addition des relatifs : La première famille de nombres que vous avez rencontrée dans votre vie est celle des entiers naturels : 0

Plus en détail

Les ponts de Königsberg

Les ponts de Königsberg Les ponts de Königsberg Le problème des ponts de Königsberg La ville de Königsberg en 1736 était une ville de Prusse orientale traversée par un fleuve sur lequel il y avait une île et qui se divisait en

Plus en détail

Logique propositionnelle

Logique propositionnelle Chapitre I Logique propositionnelle Sommaire A RISTOTE 1 Syntaxe... 8 1.1 Formules strictes... 8 1.2 Formules à priorité... 11 2 Sens des formules... 11 2.1 Sens des connecteurs... 11 2.2 Valeur d une

Plus en détail

Le raisonnement mathématique

Le raisonnement mathématique avec exercices tirés d extraits de la Première Partie du Chapitre I Sur la nature du raisonnement mathématique de La Science et l hypothèse de Henri Poincaré : 2 Les exercices n 1 et n 2 portent sur les

Plus en détail

QUELQUES CARACTERISTIQUES DE LA LANGUE JAPONAISE II

QUELQUES CARACTERISTIQUES DE LA LANGUE JAPONAISE II QUELQUES CARACTERISTIQUES DE LA LANGUE JAPONAISE II ROMAJI Avant de poursuivre par quelques considérations sur les kanjis, regardons ce qu est le Rômaji. Le rômaji n est pas une langue, c est la transcription

Plus en détail

PROGRAMMATION EN ASSEMBLEUR.

PROGRAMMATION EN ASSEMBLEUR. PROGRAMMATION EN ASSEMBLEUR. I. Introduction : Au cœur de tout système microprogrammé, se trouve un microprocesseur. C est lui qui gère toutes les opérations à effectuer. Pour réaliser ces opérations,

Plus en détail

La conséquence sémantique

La conséquence sémantique MAT-2500 A-14 Notations : La conséquence sémantique varprop est l ensemble de toutes les variables propositionnelles 1 ; on peut donc voir cet ensemble comme varprop = {p 1, p 2, p 3,...} ; 2 forprop désigne

Plus en détail

Examen d analyse personnel technique (A N T) Exemples de questions

Examen d analyse personnel technique (A N T) Exemples de questions Examen d analyse personnel technique (A N T) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir de l information

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

Sémantique Cours de Licence de Sciences du Langage (L2) Alain Lecomte Professeur, Université Paris 8

Sémantique Cours de Licence de Sciences du Langage (L2) Alain Lecomte Professeur, Université Paris 8 Sémantique Cours de Licence de Sciences du Langage (L2) Alain Lecomte Professeur, Université Paris 8 Cours n 4 Inférences sémantiques 1.8 Conditions de vérité de phrases complexes 1.8.1 Représentation

Plus en détail

Cours 2 : La Logique (Classique) Propositionnelle. Syntaxe. Francesco Belardinelli. 2017, Université d'evry

Cours 2 : La Logique (Classique) Propositionnelle. Syntaxe. Francesco Belardinelli. 2017, Université d'evry Cours 2 : La Logique (Classique) Propositionnelle Syntaxe Francesco Belardinelli 2017, Université d'evry Etude des tests conditionnels Considérez l'instruction suivante : if count>0 and not found then

Plus en détail

Rédaction de textes mathématiques. Rédaction de textes mathématiques

Rédaction de textes mathématiques. Rédaction de textes mathématiques Règle générale Le but principal d un texte mathématique est de définir précisément les concepts étudiés; d énoncer clairement un certain nombre de résultats les concernant; de démontrer complètement et

Plus en détail

Introduction à Maple

Introduction à Maple Introduction à Maple Découvrons d abord les icônes #Ceci est le prompt et # permet d introduire un commentaire / + /; #ne pas oublier le ; Appuyer sur la touche Entrée pour que Maple exécute votre commande,

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction Chapitre 1 Introduction Dans les chapitres qui suivent, nous allons apprendre un langage. Un langage permettant de décrire au moyen d un petit nombre de concepts un grand nombre de choses, en particulier

Plus en détail

SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions. IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm

SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions. IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm M1.22.2 Outils mathématiques pour l informatique Ouvrages

Plus en détail

Grille de correction en mathématiques résolution de problèmes (M4)

Grille de correction en mathématiques résolution de problèmes (M4) Grille de correction en mathématiques résolution de problèmes (M4) Résolution de problème : comprend le problème, le plan/la stratégie, le calcul/la solution 4 3 2 1 B A I comprend parfaitement le problème

Plus en détail

Logique 1 : Le langage mathématique. I Cours 1

Logique 1 : Le langage mathématique. I Cours 1 Logique 1 : Le langage mathématique Table des matières I Cours 1 1 La phrase mathématique 1 1.1 Composition d une phrase mathématique................................ 1 1.2 Exemples.................................................

Plus en détail

Fiche Systèmes d Équations Linéaires

Fiche Systèmes d Équations Linéaires Fiche Systèmes d Équations Linéaires MOSE 1003 13 Septembre 2014 Table des matières Systèmes de 2 équations à 2 inconnues 1 Méthode des combinaisons linéaires.................................... 2 Interprétation

Plus en détail

CHAPITRE 6 Les Probabilités

CHAPITRE 6 Les Probabilités A) Définitions et généralités 1) Définitions de base a) Expérience aléatoire CHAPITRE 6 Les Probabilités Une expérience aléatoire (du latin "alea", qui signifie dé) est une expérience dont le résultat

Plus en détail

Les démarches pédagogiques

Les démarches pédagogiques Les démarches pédagogiques Quelles démarches scientifique et/ou technologique pour la technologie? Trois démarches pour l enseignement de la Technologie La démarche C est une démarche scientifique qui

Plus en détail

1 ère S Exercices sur les probabilités

1 ère S Exercices sur les probabilités ère S Exercices sur les probabilités On donne dans le tableau ci-dessous les probabilités d apparition de chacune des s d un dé truqué. Face N 4 6 Probabilité d apparition 0, 0, 0, 0, 0, 0, Ce tableau

Plus en détail

Enseigner les sciences expe rimentales a l e cole e le mentaire : physique et technologie Tavernier, Bordas

Enseigner les sciences expe rimentales a l e cole e le mentaire : physique et technologie Tavernier, Bordas Enseigner les sciences expe rimentales a l e cole e le mentaire : physique et technologie Tavernier, Bordas Comment enseigner la physique et la technologie à l école primaire? Les sciences cherchent à

Plus en détail

Exercice de recherche opérationnelle Localisation de dépôts

Exercice de recherche opérationnelle Localisation de dépôts Exercice de recherche opérationnelle Localisation de dépôts Marc Roelens Corrigé 1 Le problème On se propose de déterminer l emplacement de dépôts chargés d approvisionner des points de vente : un point

Plus en détail

Calcul des prédicats

Calcul des prédicats MAGISTERE MATH.-INFO. (2003-2004) Logique E. Bouscaren Calcul des prédicats Notes complémentaires (1) 1 Syntaxe 1.1 Langages Un langage (ou un type de similarité) égalitaire L est défini par les données

Plus en détail

Grille de correction en mathématiques résolution de problèmes (M6)

Grille de correction en mathématiques résolution de problèmes (M6) Grille de correction en mathématiques résolution de problèmes (M6) Résolution de problème : comprend le problème, le plan/la stratégie, le calcul/la solution 4 3 2 1 B A I comprend parfaitement le problème

Plus en détail

Examen - 19 décembre 2013

Examen - 19 décembre 2013 Licence Informatique, semestre 5 2013 14 Eléments de logique pour l informatique (Info 315) 25 mai 2014 http://www.lri.fr/~paulin/logique Examen - 19 décembre 2013 L examen dure 3 heures. L énoncé est

Plus en détail

Syntaxe et sémantique de la logique propositionnelle

Syntaxe et sémantique de la logique propositionnelle Syntaxe et sémantique de la logique propositionnelle Tero Tulenheimo 1 Syntaxe : expressions bien formées Pour représenter et étudier des schémas d argumentation, on utilisera la logique propositionnelle.

Plus en détail

Grille d observation stratégies d écriture

Grille d observation stratégies d écriture stratégies exemples de moyens à enseigner et à pratiquer par les élèves niveau 1 niveau 2 niveau 3 niveau 4 septembre : connaitre les règles et les étapes liées au processus d écriture utiliser un système

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Espaces vectoriels de dimension finie 1.1) Famille génératrice (rappel) Exemple 1 On considère par exemple l'espace vectoriel R² et les vecteurs 1,1, 1, et,3. Soit un élément quelconque de R²,,. Peut-on

Plus en détail

Termes du premier ordre

Termes du premier ordre Chapitre 6 Termes du premier ordre Les termes du premier ordre forment une façon générale de représenter de nombreuses données manipulées en logique ou en programmation. On s en sert pour représenter des

Plus en détail

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL Université de Metz Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL par Ralph Chill Laboratoire de Mathématiques et Applications de Metz Année 2010/11 1 Table des matières Chapitre

Plus en détail

Étude de fonctions Limites et continuité

Étude de fonctions Limites et continuité Chapitre 3 Term.S Étude de fonctions Limites et continuité Ce que dit le programme : CONTENUS Limites de fonctions Limite finie ou infinie d une fonction à l infini. Limite infinie d une fonction en un

Plus en détail

Un cours de grammaire en classe de sixième : la leçon sur la voix passive.

Un cours de grammaire en classe de sixième : la leçon sur la voix passive. Un cours de grammaire en classe de sixième : la leçon sur la voix passive. Cécile Revéret Les élèves maîtrisent déjà assez bien la notion de transitivité. Ils ont compris ce qu est un complément d objet.

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION 5 PARTIE I APTITUDE LOGIQUE

SOMMAIRE INTRODUCTION 5 PARTIE I APTITUDE LOGIQUE SOMMAIRE INTRODUCTION 5 PARTIE I APTITUDE LOGIQUE 1 LOGIQUE SPATIALE 11 Séries de symboles 11 Dominos 15 Questions de type Mastermind 18 2 LOGIQUE VERBALE 21 Intrus 21 Anagrammes 22 Analogies 24 3 LOGIQUE

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION ÉPREUVE OBLIGATOIRE

DOCUMENT D INFORMATION ÉPREUVE OBLIGATOIRE DOCUMENT D INFORMATION ÉPREUVE OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUE Fin du troisième cycle du primaire (6 e année) 022-610 Juin 2010 Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 Le

Plus en détail

Fondations mathématiques : L42

Fondations mathématiques : L42 Fondations mathématiques : L42 Emmanuel Chantréau, email : echant-6@maretmanu.org 17 octobre 2012 La simplicité est la sophistication ultime. Léonard de Vinci Table des matières 1 Les définitions fournies

Plus en détail

THÉORÈME DE MOIVRE-LAPLACE

THÉORÈME DE MOIVRE-LAPLACE THÉORÈME DE MOIVRE-LAPLACE TI-83 Premium CE 1. Objectifs Comprendre au moyen de considérations graphiques le problème de l approximation de la loi binomiale par la loi normale. Souligner au cours de ce

Plus en détail

Logique 2 : la déduction

Logique 2 : la déduction Logique 2 : la déduction La mathématique est la science de la déduction. Ce qui signifie qu un mathématicien prend des informations de départ et cherche tout ce qu on peut en déduire. La question de savoir

Plus en détail

CH IV : Récurrence, calculs de sommes et produits

CH IV : Récurrence, calculs de sommes et produits ECE1-B 01-015 On a notamment : CH IV : Récurrence, calculs de sommes et produits a truc N, 3 truc+1 + truc+ est un multiple de 7 Par la suite, on gardera la notation n, plus adaptée I0 Une première tentative

Plus en détail

Séance : "les droites perpendiculaires " au CM1

Séance : les droites perpendiculaires  au CM1 Séance : "les droites perpendiculaires " au CM1 Lors de la séance précédente sur l angle droit, les élèves se sont servis d un gabarit d angle droit construit en classe avec une feuille de papier. A l

Plus en détail

Document Equivalences Certificat de branche OrTra TC (Document PE)

Document Equivalences Certificat de branche OrTra TC (Document PE) Document Equivalences Certificat de branche OrTra TC () 1. Documents de base Tous les documents nécessaires sont mis à la disposition pour téléchargement sur le site web de l OrTra TC. Nous vous recommandons

Plus en détail

Mathématiques 11ème Sciences Production de Mathematikos Votre Ticket pour l Excellence en Maths. Exemple. Exemple

Mathématiques 11ème Sciences Production de Mathematikos Votre Ticket pour l Excellence en Maths. Exemple. Exemple Classe : 11 ème Sciences CHAPITRE 5 SUITES NUMÉRIQUES Domaine : Sciences, Mathématiques et Technologies Compétences : Résoudre une situation problème Composantes : Diagnostiquer la situation problème,

Plus en détail

Grille d appréciation

Grille d appréciation Critère 6 Critère 5 Critère 4 Critère 3 Critère 2 Critère 1 Grille d appréciation Nom de l élève : Date : Compétence : Communiquer à l aide du langage mathématique Composante : S approprier le vocabulaire

Plus en détail

TP 3 : Résolution de sudoku

TP 3 : Résolution de sudoku TP 3 : Résolution de sudoku Le but du TP est de résoudre un sudoku, le fameux jeu japonais que tout le monde connaît. Pour ce faire, on va interpréter le problème de la résolution comme la recherche d

Plus en détail

3.1 De la sécante à la tangente

3.1 De la sécante à la tangente La notion de dérivée est au coeur du calcul différentiel D'abord introduite par Newton et par Leibniz à la fin du 17e siècle, cette notion s'est précisé au fil du temps Pour la présenter, nous nous intéresserons

Plus en détail

LES SUITES 3. II Utilisation de la calculatrice Représentation Graphique Représentation graphique (n ;u n ) 4

LES SUITES 3. II Utilisation de la calculatrice Représentation Graphique Représentation graphique (n ;u n ) 4 LES SUITES 3 I Généralités 3 1.1 Définitions 3 Exemple : 3 1. Différentes façons de définir une suite 3 a ) Par une formule explicite 3 3 3 b ) Par récurrence 4 ex 4 II Utilisation de la calculatrice Représentation

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION PROTOTYPE D ÉPREUVE MATHÉMATIQUE Fin du 1 er cycle du primaire 022-210 MATHÉMATIQUE Fin du 2 e cycle du primaire 022-410 2008 Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du

Plus en détail

Séminaire d analyse fonctionnelle École Polytechnique

Séminaire d analyse fonctionnelle École Polytechnique Séminaire d analyse fonctionnelle École Polytechnique B. MAUREY Tout opérateur d une C -algèbre dans un espace de cotype 2 se factorise par un Hilbert, d après G. Pisier Séminaire d analyse fonctionnelle

Plus en détail

Annales de Mathématiques pures et appliquées, tome 17 ( ), p

Annales de Mathématiques pures et appliquées, tome 17 ( ), p <http://www.numdam.org/item?id=ampa_ _0> AMPÈRE Analyse transcendante. Démonstration du théorème de Taylor, pour les fonctions d un nombre quelconque de variables indépendantes, avec la détermination de l erreur que l on commet lorsqu on arrête

Plus en détail

Corrigé du Concours Blanc

Corrigé du Concours Blanc Corrigé du Concours Blanc Exercice : On considère la fonction f définie par : f(x = x + 2 2 ln(e x + et on note (C la courbe représentative de f dans un repère orthonorrnal.. Etude de la fonction f. a.

Plus en détail

Examen - 14 décembre 2015

Examen - 14 décembre 2015 Licence Informatique, semestre 5 20 16 Eléments de logique pour l informatique (Info 3) http://www.lri.fr/~paulin/logique ANONYMAT :..................... Examen - 14 décembre 20 L examen dure 2 heures.

Plus en détail

L3 - Biologie générale Mathématiques TD n 0 3 : Division euclidienne - Congruence

L3 - Biologie générale Mathématiques TD n 0 3 : Division euclidienne - Congruence L3 - Biologie générale - 2005-2006 - Mathématiques TD n 0 3 : Division euclidienne - Congruence 1 1 Division euclidienne - Divisibilité Exercice 1.1. [Rennes 2003] Quel est le 125ème chiffre après la virgule

Plus en détail

La note de synthèse. 1. Lire et s imprégner des différents documents. 2. Recenser les idées (Souligner les idées essentielles en les numérotant)

La note de synthèse. 1. Lire et s imprégner des différents documents. 2. Recenser les idées (Souligner les idées essentielles en les numérotant) I. Définition Document qui a pour objet de présenter de manière structurée et logique les idées essentielles d un ensemble de documents traitant d un même sujet. II. Justification Dans l entreprise il

Plus en détail

Projet personnel. Pour une meilleure compréhension des critères

Projet personnel. Pour une meilleure compréhension des critères Projet personnel Pour une meilleure compréhension des critères CRITÈRE A : RECHERCHE (Enquête, découvertes, résoudre une problématique) Premier aspect à traiter dans ce critère Définir le but dans un contexte

Plus en détail

Cours 4. Pointeurs et tableau

Cours 4. Pointeurs et tableau Cours 4. Pointeurs et tableau Dimitri Galayko 1 Pointeurs en langage C Un pointeur est une variable qui contient l adresse d une autre variable, ou plus généralement, d une cellule de mémoire. Un objet

Plus en détail

L ACTION (L2) BRUNO GNASSOUNOU

L ACTION (L2) BRUNO GNASSOUNOU L ACTION (L2) BRUNO GNASSOUNOU Notes sur Intentionnalité et intensionnalité Voici une expression très générale (mais non la plus générale) du principe d extentionnalité : Un contexte C est extensionnel

Plus en détail

Ex : la résolution d une équation du premier degré à une seule inconnue. 2X/3 = 12 2X = 3x12 X = (3x12)/2 = 18

Ex : la résolution d une équation du premier degré à une seule inconnue. 2X/3 = 12 2X = 3x12 X = (3x12)/2 = 18 Prenons les mathématiques : la notion de vérité qui y a court est-elle la même que la vérité logique d un jugement ou d un raisonnement, à savoir la cohérence de sa forme, le respect des lois de la logique?

Plus en détail

Chapitre 5 Interprétation des données d enquête

Chapitre 5 Interprétation des données d enquête Chapitre 5 Interprétation des données d enquête 1 Chapitre 5, principalement le point C, en p. 65 et suivantes Enquête, sondage : même combat! Exemple : sondage d opinion politique en rapport avec une

Plus en détail

Représentation des nombres dans une Base. Le système décimal

Représentation des nombres dans une Base. Le système décimal Un système de numération est une convention de représentation des nombres. Cette notion apparaît lorsque vous utilisez la calculatrice, livrée dans les accessoires de Windows. Ce logiciel (dont nous avons

Plus en détail

UML. Modélisation objet. avec. Pierre-Alain Muller Nathalie Gaertner. Deuxième édition 2000 Cinquième tirage 2004

UML. Modélisation objet. avec. Pierre-Alain Muller Nathalie Gaertner. Deuxième édition 2000 Cinquième tirage 2004 Modélisation objet avec UML Pierre-Alain Muller Nathalie Gaertner Deuxième édition 2000 Cinquième tirage 2004 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11397-8 Introduction Que signifie exactement UML? Quels

Plus en détail

aq + bq = c (a, b et c sont des constantes)

aq + bq = c (a, b et c sont des constantes) Première Partie Définitions préalables : production, consommation et marché 1. Agents économiques et biens. L analyse économique a pour objectif les phénomènes économiques apparaissant à l occasion de

Plus en détail

Chapitre 2 : Structures de données linéaires

Chapitre 2 : Structures de données linéaires Cours Structures de Données Avancées Option G.L. Semestre 3 Chapitre 2 : Structures de données linéaires 1. Les types abstraits de données Un Type Abstrait de Données (TAD) est une notation pour décrire

Plus en détail

Les propriétés considérées essentielles de l ensemble des nombres naturels N = {0, 1, 2, 3,..., n, n+ 1,...} sont les suivantes :

Les propriétés considérées essentielles de l ensemble des nombres naturels N = {0, 1, 2, 3,..., n, n+ 1,...} sont les suivantes : 4. Induction mathématique Les propriétés considérées essentielles de l ensemble des nombres naturels N = {0, 1,, 3,..., n, n+ 1,...} sont les suivantes : (1) Chaque nombre naturel n a un unique successeur

Plus en détail

Algorithmique / Initiation. Table des matières. Adapté de P. BUNEL / Version 3.0

Algorithmique / Initiation. Table des matières. Adapté de P. BUNEL / Version 3.0 Dept GEII Année universitaire 2010-2011 II1 J. VILLEMEJANE - julien.villemejane@u-pec.fr Adapté de P. BUNEL / Version 3.0 Table des matières 1 Introduction - Définitions 2 1.1 Qu est-ce qu un algorithme?.........................................

Plus en détail

Introduction au langage C

Introduction au langage C Introduction au langage C Objectif: acquérir les bases d un langage de programmation évolué Les éléments abordés seront: - Organisation d un programme - Les variables - Les opérations sur les variables

Plus en détail

Principe des tiroirs de Dirichlet, ou le principe des nids de pigeon

Principe des tiroirs de Dirichlet, ou le principe des nids de pigeon Principe des tiroirs de Dirichlet, ou le principe des nids de pigeon Considérons un principe très simple. Proposition (Principe des tiroirs de Dirichlet) Si m + 1 objets ou plus sont rangés dans m tiroirs,

Plus en détail

si 0 p n. = p!(n p)! 0 si p > n.

si 0 p n. = p!(n p)! 0 si p > n. Université Claude Bernard Lyon I L1 - parcours PMI de Mathématiques : Algèbre I Année 2012 2013 Dénombrements Les résultats à retenir Théorème Soit E et F deux ensembles de cardinaux finis respectifs n

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Corrigé de l envoi Numéro 4 Combinatoire OFM. Olympiade. Française.

Olympiades Françaises de Mathématiques Corrigé de l envoi Numéro 4 Combinatoire OFM. Olympiade. Française. s s de 015-016 Olympiade Corrigé de l envoi Numéro 4 Combinatoire 1 Exercices du groupe B Exercice 1. Soit n. On place une pièce sur chaque case d un échiquier n n. Un mouvement consiste à déplacer chaque

Plus en détail

Les Topos Élémentaires via les Classifiants Alain Prouté

Les Topos Élémentaires via les Classifiants Alain Prouté Les Topos Élémentaires via les Classifiants Alain Prouté Résumé Ce court texte est une introduction rapide à la structure de Topos Élémentaire (de Lawvere- Tierney) via la notion de classifiant. Ce texte

Plus en détail

Incertitudes et mesures en TP

Incertitudes et mesures en TP Incertitudes et mesures en TP En sciences expérimentales, il n existe pas de mesure exacte. Toute mesure est entachée d erreurs plus ou moins importantes selon le protocole choisi, la qualité des instruments

Plus en détail

Logique et théorie des modèles

Logique et théorie des modèles Logique et théorie des modèles Cours de P. Joray Définition 0.1 Dans un langage L, une proposition est un énoncé qui possède l une des deux valeurs de vérité suivante : vrai ou faux. «2 + 2 = 4», «2 +

Plus en détail

Guide d écriture d un rapport d expérimentation

Guide d écriture d un rapport d expérimentation Guide d écriture d un rapport d expérimentation 1- Qualités principales d un rapport d expérimentation Les scientifiques se sont donnés un cadre rigoureux de travail afin de s assurer que leurs résultats

Plus en détail

Racines carrées, racines cubiques

Racines carrées, racines cubiques Racines carrées, racines cubiques Jean M. Turgeon Université de Montréal Je garde un bon souvenir du moment de mon enfance où l on m a enseigné la méthode de calcul de la racine carrée d un nombre. J étais

Plus en détail

DES SIGNES ET DES LETTRES

DES SIGNES ET DES LETTRES CHAPITRE IV DES SIGNES ET DES LETTRES Les calculs algébriques ne connaissent pas de règles à proprement parler ; vouloir en apprendre, c est se condamner aux erreurs et à l incompréhension. Dans ces calculs-ci,

Plus en détail