L emballage, ou comment capter en chaque homme le baudet qui sommeille 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L emballage, ou comment capter en chaque homme le baudet qui sommeille 1"

Transcription

1 L emballage, ou comment capter en chaque homme le baudet qui sommeille 1 Franck Cochoy Comment «capter» (comprendre et saisir) le comportement du consommateur? Voilà une question qui intéresse beaucoup de monde : le spécialiste de sciences sociales sans doute (la captation comme compréhension), mais aussi les professionnels du marché (la captation comme préhension), mais encore et surtout les dispositifs que ces derniers mettent en œuvre pour appréhender les dispositions du chaland, et qui informent l ensemble des autres acteurs (chercheurs, professionnels, consommateurs). Pour saisir le comportement du consommateur, je suggère paradoxalement de préférer l objet au sujet, de regarder moins le consommateur que ce que le consommateur regarde, mais aussi ceux qui le regardent, comment on le fait regarder, bref d étudier la façon dont les artefacts marchands captent l attention/l inclination du consommateur. Proposer de regarder ce que le consommateur regarde peut sembler incongru, tant la proposition paraît inutile : le consommateur regarde les produits, bien évidemment! Mais en sommes-nous vraiment certains? Le consommateur regarde sans doute les produits, mais les produits qu il regarde ne sont pas vraiment des produits, ce sont des produits emballés. En proposant de regarder ce que le consommateur regarde, je suggère donc non pas d oublier le consommateur pour passer directement au produit, mais au contraire de s arrêter entre l un et l autre, de s attarder sur ces emballages que tout le monde prend pour l expression des produits eux-mêmes, puis que tout le monte jette sans autre forme d attention. Or je voudrais montrer que l emballage est peut-être l un des plus puissants dispositifs de captation qui soit : l emballage capture le produit (l enveloppe, le masque, le représente) et captive donc le consommateur (le fascine et l informe, l attire et le retient, le détache et l attache). Mon programme consiste en quelque sorte à subordonner la sociologie du consommateur et des producteurs à une sociologie du packaging (Cochoy, 2002a). Pour montrer l intérêt d une telle sociologie pour l exploration des dispositifs et des ressorts de la captation marchande, je partirai d exemples très simples et très concrets. Mes exemples seront politiquement très incorrects, puisque je propose d étudier quatre produits inséparables dans les bistrots : l alcool, le tabac, le café et la politique. Pour saisir la contribution particulière de l emballage à la formation des préférences et à l établissement des relations de marché, je 1. Des versions antérieures de ce texte ont fait l objet de présentations dans le cadre du colloque Elusive consumption, tracking new research perspectives (Center for Consumer Science, University of Göteborg, Göteborg, Sweden, June 23-26, 2002), du séminaire du CERLIS (Desjeux, D. (dir.), CERLIS, Paris, 3 février 2003) et du Seminar on Innovating markets, Barry, A. Callon, M. and Slater, D., (eds.), London School of Economics, London, England, Friday 28 th March 2003). Nous remercions vivement les organisateurs et les participants de ces différentes manifestations pour leurs remarques constructives. Enfin, précisons que le présent texte est une version française du texte publié en anglais dans un ouvrage collectif tiré du colloque de Göteborg («Is the modern consumer a Buridan s donkey? Product packaging and consumer choice», in Ekström, K. & Brembeck, H. (eds.), Elusive Consumption, Berg Publisher, sous presse).

2 -2- parlerai du pastis «Ricard» et des cigarettes «Gauloises», pour en venir aux discussions politiques que favorisent leur consommation (à savoir le choix entre Chirac, Jospin ou hélas Le Pen). Nous verrons comment Ricard pose le problème du choix du consommateur et situe l importance de l emballage dans ce choix ; nous verrons comment les Gauloises permettent de «déplier» tous les enjeux inscrits dans les emballages ; nous verrons enfin, autour d un débat électoral et d une tasse de café, comment les emballages se trouvent convoqués dans la politique et inversement 2. En découvrant à quel point l emballage participe à la construction des préférences du consommateur et à l activation de ses registres d action nous pourrons, je l espère, comprendre dans quelle mesure les opérations de captation consistent à dépasser l opposition classique entre calcul et routine, voire à découvrir d autres dynamiques qui parient sur leur possible combinaison. Un Ricard? La soif de l âne et son enchaînement On connaît le proverbe : on ne fait pas boire un âne qui n a pas soif. Mais que se passe-t-il si l âne dont on parle est un âne de Buridan? L âne de Buridan, contrairement à son cousin proverbial, est un âne qui a soif très soif : il s agit de cet animal aussi rationnel qu il est assoiffé et qui, placé à égale distance entre deux seaux d eau identiques, se laisse mourir de soif faute de savoir que choisir (Adam, 1985)! La fable de l âne de Buridan nous apprend ainsi que s il est difficile de faire boire un âne qui n a pas soif, il est tout aussi ardu de faire (bien) boire un âne qui a soif! Or le problème de l âne de Buridan tiraillé entre deux biens similaires n est pas seulement un vieux cas d école philosophique, destiné à montrer par l absurde l existence du libre arbitre. Ce problème est aussi celui qu affrontent quotidiennement les professionnels du marché, dont le métier consiste à aider les consommateurs à choisir entre des produits concurrents mais qu ils ont souvent du mal à discerner (Coke contre Pepsi, Fuji contre Kodak, Canon contre Nikon, etc.). Regardons pour le comprendre une affiche du fabricant d alcool Ricard : 2. Les produits choisis ont pour marques Ricard, Seita-Altadis, Jacques-Vabre/Max Havelaar. Il est amusant de remarquer même si c est involontaire! que chacun de ces produits est lié à la vie particulière d un homme politique (de droite) : Charles Pasqua pour le Ricard, Jacques Chirac pour la Seita (via les Gitanes), Jean-Pierre Raffarin pour Jacques Vabre. Je remercie Isabelle Bazet d avoir attiré mon attention sur l existence de cet autre lien entre les produits qui m intéressent et l univers politique!

3 -3- L affiche recourt très clairement à la scénarisation classique de l âne de Buridan : nous sommes face à deux bouteilles de même taille, de même couleur, placées à égale distance de l axe auquel je fais face. Bref, le problème posé est bien celui de l âne le problème de l hésitation entre le même et le même. Mais le problème est aussi surmonté de son énoncé et de sa solution immédiate. À gauche, une question «Un Ricard?» ; à droite, une réponse «Oui». Pourtant, l évidence de la réponse (le choix de Ricard) n a d égale que l extraordinaire polysémie de la question. Demander en deux mots «Un Ricard?» peut en effet recevoir pas moins de trois significations différentes : «Voulez-vous boire ce Ricard que je vous propose?». Dans ce cas il s agit de choisir d entrer ou non en consommation indépendamment du produit lui-même ; ou plutôt, il s agit de faire acheter un âne qui n a pas encore soif en le plaçant par anticipation devant le rituel convivial de l apéritif, d augurer en quelque sorte l apéritif réel par un apéritif au second degré. La deuxième signification prolonge la première : «Voulez-vous boire un Ricard ou un whisky ou, bien sûr, un Martini, un Gin & Tonic, voire un jus d orange ou tout autre boisson?» Dans ce cas, il s agit de faire choisir l âne qui a soif entre plusieurs produits qu il perçoit comme distincts, en fonction de ses préférences subjectives. Là aussi, la stratégie commerciale consiste à «allécher» le consommateur, en rapportant son appréciation présente à une scène de consommation future, tout en biaisant un peu ce choix : la question «qu aimeriez-vous boire?» est habilement remplacée par un «Voulez-vous un Ricard ou autre chose», l autre chose n étant de surcroît ni nommée, ni montrée.

4 -4- Enfin, la troisième signification de la question est la plus cruciale : «La bouteille que j ai devant moi est-elle vraiment une bouteille de marque Ricard, ou s agit-il de l un de ses clones?» Sitôt posé, le problème de l âne de Buridan est ici dénoncé comme un jeu de dupes : il n y a plus à choisir entre la bouteille de gauche et celle de droite, pour la bonne raison que c est exactement la même! Dans cette publicité, on découvre que le problème spatial de l hésitation de l âne entre deux seaux distincts et équidistants a été astucieusement remplacé par la figuration séquentielle d une seule et même bouteille. Ici comme dans la fable de l âne, tout est encore affaire de points de vue, mais ni le sujet de l énonciation ni l angle de vision ne sont plus les mêmes : à la question qu on m adresse succède un problème que je me pose ; au problème de l équidistance succède la fausse énigme de la rotation. Après réflexion et un demi-tour plus tard, une fois que j y ai pensé et une fois la bouteille tournée comme il convient, la devinette est résolue, le bon choix s impose : oui, il s agit bien d un Ricard! Je l avais reconnu avant même qu on ne le retourne ; c est ce pastis-là que je connais, que je veux et que je vais consommer. Toute cette rhétorique vise à rappeler avec malice à chacun ce qu il est censé connaître (ou plutôt s efforce de faire en sorte que chacun croie savoir ce que l on veut qu il sache), à savoir que la boisson Ricard est un quasi produit générique, dont le nom vaut ou devrait valoir pour «alcool anisé», de la même façon que le nom de marque «Bic» sert à désigner un stylo-bille. L alcoolier recourt ici à une stratégie particulière de captation que nous nommerons «enchaînement» 3 : il s agit de mobiliser/construire le registre de la tradition et de la connivence (l enchaînement comme sujétion), de rapporter la réception de la publicité présente à un continuum entre consommations passée et future (l enchaînement comme succession/reproduction des pratiques). Implicitement, cette publicité vise bien sûr les substituts possibles de Ricard, au premier rang desquels son principal concurrent, le «Pastis 51»). L iconographie publicitaire cherche bien à poser/à faire en sorte que l on se pose le problème de l âne de Buridan le choix entre le même et le même : Ricard et Pastis 51 tout en indiquant immédiatement comment le résoudre : Ricard fait/devrait faire partie d un schème incorporé, s inscrire dans des habitudes de consommation, et ne saurait par conséquent se confondre avec nul autre produit. Mais comment ce problème est-il résolu, et par qui? Le problème est résolu dans le temps, d abord. Les professionnels du marché savent bien que l hésitation du consommateur est un moment très rare et très fugace, qu il convient par conséquent d aménager et de saisir avec adresse, vitesse et délicatesse. Tout le problème des professionnels du marché consiste à susciter une hésitation pour la devancer aussitôt, pour subordonner l exercice du choix à la mobilisation d un équipement et donc éviter, bien sûr, que les consommateurs choisissent seuls. Capter un consommateur, c est ainsi d abord faire vaciller les attachements au produit, y compris ceux de vos propres fidèles, un peu comme dans ces jeux d enfants où il faut déplacer de petites billes sur un plateau pour les faire rejoindre les alvéoles qui leur sont destinées : on ne peut placer toutes les billes une à une, pour gagner, pour caser toutes les billes dans tous les trous, il faut d abord accepter de les déloger toutes. Mais ici, le publicitaire remplace très vite la possible hésitation du regard entre la gauche et la droite par un glissement narratif conforme au sens de la lecture («UN RICARD? OUI») et par la rotation d une même bouteille. Ce faisant, il parvient à la fois à recréer la scène du choix et à en retirer tout le bénéfice, à imposer l évidence de sa solution. Le problème est résolu dans 3. On trouve un usage proche de cette même notion chez Jean-Claude Kaufman (1997, p. 201).

5 -5- l espace, ensuite. Car la solution proposée est non seulement la réponse à la devinette, mais l instrument même de cette réponse : la solution est donnée par l entremise du packaging, de l étiquette, qui seule permet d aller «au-delà» des apparences, et d établir une différence entre deux produits similaires. Comment le consommateur pourrait-il en effet choisir seul entre des boissons visuellement indiscernables et qu il ne peut goûter au moment de l achat? Ainsi, de l eau de l âne au pastis du buveur d apéritif, on découvre que l emballage est à la fois la condition et la solution du choix : il intervient dans la position du problème comme dans sa résolution. Ce point est important, car il nous montre à quel point le mimétisme est le complément indispensable de la différenciation : pour différencier des produits, mieux vaut d abord les présenter comme semblables sous toute une série de rapports (Pointet, 1997). Or l usage combiné du mimétisme et de la différenciation nous apprend que le calcul économique du consommateur, loin d être un pur fantasme d économiste, est au contraire très soigneusement aménagé par les acteurs de l offre. Ces derniers s emploient en effet avec énergie à rendre possible des calculs «toutes choses égales par ailleurs», en dotant leurs produits de tous les attributs de leurs concurrents (odeur, couleur, composition ) pour mieux faire ressortir «la» différence qu ils entendent privilégier : un nom de marque dans le cas du pastis, des caractéristiques techniques dans le cas de l automobile, etc. Une Gauloise? De l attachement à l intéressement Bien sûr, l exemple que j ai utilisé jusqu ici est élémentaire ; le packaging engage beaucoup plus que le mimétisme par l apparence et la différenciation par la marque ; il mobilise bien d autres registres de captation que la dynamique classique des enchaînements. Pour avancer dans notre exploration de l économie d emballage, je propose donc de changer de produit, de tirer une bouffée après avoir pris un verre, bref de glisser du Ricard à son indispensable compagnon : le paquet de Gauloises Cette illustration représente un paquet de cigarettes commercialisé en 2001 qui se conforme donc aux règles en vigueur à cette époque. L apparence des emballages des cigarettes Gauloises a récemment été modifiée pour répondre aux exigences de la nouvelle directive européenne entrée en vigueur en septembre 2003.

6 -6- Comment la critique dissipe l écran de fumée des stratégies d attachement commercial Que penser et que dire d un paquet de Gauloises? Quelle est la contribution d un tel artefact à la cognition du consommateur? Pour un connaisseur, Gauloises est un nom de code, qui masque le nom de la société qui fabrique et distribue les cigarettes : la SEITA jadis, ALTADIS aujourd hui (un nom que l on trouve certes sur l emballage, mais inscrit en tous petits caractères). Ce décalage entre le nom de marque et celui du fabricant m incite à la suspicion. D une part, je m interroge sur le sens du mot lui-même, qui établit un lien douteux entre les cigarettes et la façon ancestrale de désigner les français (une impression d identification nationale confirmée par l inscription des mots «liberté, toujours» qui reprennent, sur l un des côtés du paquet, l un des trois termes de la devise nationale : «liberté, égalité, fraternité»). D autre part, j incline d autant plus à la méfiance que mon impression première se trouve confirmée par l emploi d un symbole, le «casque» gaulois, et bien d autres connotations. Le gaulois et son casque me rappellent inévitablement le héros de bande-dessinée Astérix, dont le portrait ressemble étonnamment au logo de mon paquet de cigarettes, couleurs et graphismes compris! Encouragé par une telle débauche de significations symboliques, je poursuis en ce sens, en m intéressant cette fois au jeu sur le genre : alors que le casque figure un guerrier mâle et viril, qui est manifestement au fumeur français ce que le cowboy de Marlboro est à son homologue américain, le féminin des cigarettes «gauloises» introduit à n en pas douter une signification érotique, d autant plus évidente ici qu il faut ouvrir le paquet pour atteindre le produit déshabiller les «blondes» pour mieux les atteindre/les étreindre. Mon mâle guerrier doit ressentir un désir d autant plus vif que ces Gauloises sont réputées «légères» un adjectif ambivalent s il en est. Mieux : une femme facile n est-elle pas une allumeuse, comme l allumette, l indispensable complément de la cigarette? Mais oui! Cela fait bien longtemps que les fabricants de cigarettes et d allumettes d ailleurs souvent les mêmes ont joué sur les mots et les images, forcé l analogie entre l allumette et l allumeuse, joué du symbolisme sexuel comme le montrent ces trois paquets d allumettes anciens :

7 -7- Bref, lorsqu on prend les emballages par leur côté symbolique, on ne peut plus s arrêter, on se trouve pris dans le vertige grisant du dévoilement critique, on glisse d image en symbole, de connotation en manipulation, on retrouve les enseignements de tous ceux qui nous ont appris, de Ernest Dicter (1960) à Naomi Klein (2001), en passant par Sidney Levy (1959), Herbert Marcuse (1964) ou Jean Baudrillard (1970), que les produits sont achetés non pour ce qu ils sont mais pour ce qu ils signifient ; on est vite persuadé que les acteurs du marché nous influencent, que les simulacres nous aliènent, que l écran de fumée publicitaire nous ôte tout discernement, nous fait prendre les logos pour les produits, jusqu à nous convaincre qu un poison mortel est un vecteur de fantasmes et de plaisir! Manifestement, la captation packagée met en œuvre une double stratégie d attachement : attachement collectif, en termes d identification nationale ; attachement individuel, en termes de rapport érotique 5. Comment la critique fait écran à la perception des informations commerciales Pourtant, s il faut à coup sûr se méfier des mirages publicitaires, ne faudrait-il pas, aussi, se garder de céder un peu trop vite aux sirènes de la critique? Un écran de fumée pourrait bien en cacher un autre. Dès que l on prend les emballages par leur côté symbolique, tout s éclaire, avions nous dit. Mais à trop nous éclairer la critique nous aveugle, à trop nous montrer le côté symbolique des choses elle finit par en occulter l autre côté. Cet autre côté, quel est-il? L autre côté concerne tout ce que ne regarde pas la critique, toutes les autres mentions portées sur l emballage qu elle oublie de voir à force de se concentrer sur la dimension symbolique et manipulatrice des produits. Pour prendre en compte cette autre face des emballages, il suffit donc de procéder par simple soustraction, d adopter la règle de méthode qui consiste à inventorier systématiquement tout ce que n inventorie pas la critique. Au terme d une telle opération, on obtient sans peine la double liste de ce que considère la critique et de ce qu elle néglige : 5. Nous prenons la notion d attachement dans un sens beaucoup plus étroit que les chercheurs du CSI (Callon & al ; Latour, 2000). Alors que ces derniers n explicitent pas ou peu la définition qu ils donnent à la notion, qui semble pour eux pouvoir désigner tout type de lien, tous les rapports qui rattachent une personne et des choses, nous préférons restreindre l attachement à sa dimension affective, retenant en cela le sens amical, familial ou amoureux d expressions populaires comme «avoir des attaches», «être attaché», ou «avoir une liaison» (dans cette dernière expression, la liaison désigne à la fois le lien et le contenu affectuel de ce lien). Nous verrons en conclusion quels sont les raisons (et peut-être les avantages) de cette restriction.

8 -8- CE QUE VOIT LA CRITIQUE GAULOISES BLONDES CASQUE LÉGÈRES/LIGHT LIBERTÉ, TOUJOURS CE QU ELLE NÉGLIGE Nuit gravement à la santé label éco-emballage code-barre 01 Vente en France Fumer provoque le cancer 20 Cigarettes filtre Tabac : 86,5 % Papier à cigarette : 5,5 % Agents de saveur et de texture : 8 % Nicotine : 0,60 mg Goudrons : 8,0 mg Altadis Fabriqué en France Au terme d un tel inventaire, on découvre un étonnant paradoxe : il y a environ deux fois plus de choses à voir du côté de ce que la critique ne voit pas ou refuse de voir, que du côté de ce qu elle voit et veut seulement nous faire voir! Si l on considère maintenant non plus le nombre 13 contre 6 mais aussi la nature de ces éléments, on découvre une opposition tout aussi saisissante. À la dimension symbolique, censée nous éloigner de la matérialité des produits, s oppose la dimension informationnelle, qui désigne au contraire, à quelques exceptions près, les attributs substantiels du produit : la mention «20 cigarettes filtre» nous indique très précisément ce que contient le paquet, les rubriques «tabac», «papier à cigarette», «agents de saveur et de texture», «nicotine» et «goudrons» nous détaillent de façon exhaustive la composition des cigarettes, les mentions «Nuit gravement à la santé» et «fumer provoque le cancer» nous en signalent les effets à long terme, les inscriptions «Altadis», «Fabriqué en France» et «Vente en France» nous en précisent le nom, l origine et la destination. Du coup, les certitudes que j exprimais plus haut vacillent, tout se renverse : avec la prise en compte du contenu évident des paquets la boîte contient des cigarettes et des cigarettes seulement, je m aperçois que les adjectifs «blondes» et «légères» renvoient peut-être davantage à un type de tabac qu à une couleur de cheveux, ils désignent un mode de fabrication plutôt que des mœurs de petite vertu. Finalement j en viens à me demander si la critique n est pas plus fumeuse que mes cigarettes, si je ne me suis pas trompé de colonne, ou tout au moins si je n aurais pas dû faire figurer certaines informations deux fois, à gauche du côté des symboles, à droite du côté des informations. Alors que je faisais face tout à l heure à des images polysémiques pariant sur la possible manipulation du consommateur via ses pulsions inconscientes, je suis désormais en présence, pour le même produit, de références

9 -9- très factuelles et monosémiques, qui parient au contraire sur l information du consommateur et ses capacités de calcul : grâce à ce que je lis, je sais ce que j achète, en quelle quantité, avec quels effets ; je suis équipé pour exercer ma rationalité, mes préférences, et pour faire un choix parmi les produits concurrents. Le dispositif de séduction se transforme en dispositif de calcul, la captation-attachement est concurrencée par une contre-captation qui joue cette fois sur l intéressement (dans le cas précis, il s agit d un intéressement négatif, qui vise à détourner le consommateur du produit). L emballage des paquets de cigarettes croise donc trois registres de captation, combine enchaînement, attachement et intéressement, oscille entre l objet et la marque, le goût et les références symboliques, la composition du produit et les enjeux de santé publique 6. Ce dernier enjeu est particulièrement intéressant, dans la mesure où il semble replier des questions politiques dans le produit lui-même. D où la question : Où se situe aujourd hui la frontière entre le marché et la politique? Et si la politique envahit l espace du marché, le marché luimême ne gagnerait-il pas la sphère politique? Quel serait le rôle de l emballage dans un tel brouillage des frontières? Avec quels conséquences? Dans mon bistrot, les effets de l alcool et du tabac se conjuguent pour échauffer les esprits, la dispute sur les mérites et les dangers supposés des produits dérive vers un débat politique, où le problème du choix d un Président pour la France finit par remplacer celui, finalement beaucoup plus anodin, du pastis ou des cigarettes. Un Président? Un café? Vers l engagement du consommateur-citoyen Marchandisation de la politique J ai beaucoup insisté jusqu ici sur le rôle de l emballage, sur la façon dont cette enveloppe apparemment anodine parvient en fait à transformer très profondément la cognition du consommateur d un côté, les stratégies de l offre de l autre côté. Mais le mode d action particulier de l emballage ne marquerait-il pas aussi sa limite? Très puissant du côté de tout ce qu il peut recouvrir, l emballage ne perdrait-il pas tout pouvoir vis-à-vis de tout ce qui lui résiste de tout ce qui se refus à la mise en boîte? L emballage marquerait, dès lors, la frontière entre le marché et le non marché, il tracerait la limite entre l espace de l échange commercial et d autres sphères plus humaines, plus sacrées, plus culturelles que l anthropologie économique se plaît à identifier et à étudier (Trompette et Boissin, 2000 ; Roustan, 2002). Pour répondre à ces questions, pour éprouver les limites de l économie d emballage et la résistance du monde à son extension, je prendrai l exemple de la politique puisque, dans mon bistrot, cet exemple est celui qui vient naturellement après l usage de l alcool et du tabac. 6. Sans exclure d autres modes de qualification non rencontrés ici, mais que nous découvrirons plus loin, tels les certificats de qualité et les codes de conduite volontaire.

10 -10- Partons de la couverture d un magazine consumériste célèbre paru dans les jours qui ont précédé l élection présidentielle. Manifestement, cette couverture suffit à faire voler en éclats mon hypothèse selon laquelle la politique ne serait en rien soluble dans le marché et ses emballages. On y voit deux figurines, l une avec les traits de l ancien Président Jacques Chirac, l autre avec le visage de l ex premier ministre Lionel Jospin. Or ces figurines sont dûment mises en boîte, comme de vulgaires poupées Barbie ; plus encore les boîtes sont packagées dans les règles de l art, rien n y manque : ni les couleurs et les logos de leurs marques respectives pardon, de leurs partis!, ni le label éco-emballage, ni le codebarre, ni un certificat de conformité aux normes européennes, ni même un pictogramme indiquant que ces jouets ne conviennent pas aux enfants de moins de 18 ans! Grâce à l emballage, chacune des poupées se trouve affublée d un surnom, «Inaction man» pour Chirac, «Moralisator» pour Jospin, et chacune comporte une mention «flash» destinée à souligner ses avantages respectifs : photos à l appui, Chirac-Inaction-man est «garanti : 3000 poignées de main à l heure!», Jospin-Moralisator reçoit sa «Nouveauté 2002 : sourire incorporé!». Le journal présente donc la scène parfaite de l âne de Buridan politique, redoublée par le nom du magazine «Qui choisir», et confirmée par le titre même de l essai comparatif : «Présidentielle. Programmes défectueux, vices cachés, absence de garantie : un match vraiment nul!».

11 -11- Mais soudain je m arrête à un petit détail et je tique. J ai failli confondre un «i» avec un «e», mélanger la copie et l original 7, prendre un Qui choisir parodique pour le très sérieux Que choisir! À une petite voyelle près le sacrilège était presque parfait : l un des deux plus grands magazines de consommation français avait osé mettre la politique en boîte au sens propre comme au sens figuré!, le journal avait osé soumettre les candidats au banc d essai comme de vulgaires objets de consommation courante (Mallard, 2000). Finalement, le bandeau supérieur du magazine détourné me rassure : «Encore une vulgaire contrefaçon signée Jalons». Je suis en présence d un pastiche, d un faux plein d ironie, dont l humour et l impertinence renforcent finalement l autonomie du politique : si nous sourions, c est bien parce que la situation nous semble incongrue, c est bien parce que nous considérons que les hommes politiques ne se choisissent pas comme des jouets, que les personnes («Qui») ne sauraient relever de traitements réservés aux objets («Que»), bref que politique et marché sont deux univers radicalement disjoints. Néanmoins, avant de conclure définitivement à l étrangeté radicale et rassurante de la politique et du marché, il me faut vérifier si le vrai journal Que choisir n aurait pas commis le même crime, si l un des principaux organes de presse du consumérisme national n aurait pas cédé à la tentation de confondre le vote et l achat, de passer au crible les candidats comme on teste les appareils ménagers. Et là, stupeur! Je tombe sur l âne de Buridan d ordre deux, je découvre que le journal Que choisir a fait plus discrètement mais aussi plus sérieusement ce que son clone Qui choisir n osait faire qu avec bruit et humour : 7. La confusion n a rien de rhétorique : ayant vu l affiche à la devanture d un buraliste, je suis immédiatement venu l acheter, en demandant le numéro de Que choisir sur l élection présidentielle, très déçu de ne pas le trouver, puis très content de découvrir, avec l aide du buraliste, deux journaux là où je n en cherchais qu un!

12 -12- Cela dit, le vrai journal Que choisir ne dramatise pas son banc d essai. Il adopte une démarche plus prudente sur au moins quatre points : d abord, la boîte des poupées est ici remplacée par la boîte électorale (l urne) ; ensuite le test proposé en couverture est beaucoup plus prudent : le duel entre Chirac et Jospin est élargi aux 17 candidats (alors 8 ) en lice ; par ailleurs, le journal se contente d examiner les candidats sur les seules questions qui lui tiennent à cœur/ pour lesquelles il s estime compétent. Cette restriction est perceptible sur les mentions inscrites sur les bulletins de vote «chèques payants», «OGM» et confirmée par l examen des pages intérieures : Que choisir procède bien à un test comparatif, mais sur les seules questions susceptibles d intéresser les consommateurs et leurs représentants (alimentation, argent, consommation, environnement, justice, santé, services publics). Enfin, les hommes politiques ne sont pas «testés» sans leur consentement, mais d après les réponses qu ils ont eux-mêmes fournies à un questionnaire envoyé par la rédaction du journal (Que choisir concède ainsi, pour cette catégorie particulière de produit, la possibilité d une procédure d auto-test!). Donc et a priori, la démarche de Que choisir se veut très discrète, bienveillante, dérogatoire et limitée, comme si les hommes politiques ne pouvaient impunément être pris comme des produits ordinaires, comme si l évaluation consumériste des candidats imposait des égards particuliers, comme si le marché et la politique n étaient pas tout à fait miscibles l un dans l autre. Bref, un examen minutieux de la pratique de Que choisir montrerait que la marchandisation de la politique ne va pas aussi loin que la couverture du même magazine inclinait à le croire Quelques jours plus tard Charles Pasqua fut «retiré de la vente» pour cause de nombre de signatures d élus insuffisant, pour reprendre l expression satirique de Qui choisir mieux informé que son modèle! 9. Notons toutefois le petit problème que pose le voisinage entre les «candidats» et les «hottes de cuisine», les «brosses à dent électriques» et les «ampoules longue durée» : il y a là comme un zeugma gênant, comme une contamination qui rétablit d un côté la marchandisation que l on dénie de l autre.

13 -13- Pourtant, deux questions importantes subsistent. La première question est celle que soulève le journal Que choisir en interpellant l ensemble des candidats sur des enjeux de consommation qu ils négligent. Cette question pointe par antiphrase le packaging implicite qu opère tout discours politico-médiatique. En effet, de même que chaque emballage propose une série limitée de critères d évaluation au consommateur exclusive d autres dimensions possibles, le discours politique sélectionne arbitrairement les dimensions du débat, et laisse parfois dans l ombre des thèmes tout aussi cruciaux. Par exemple, si l élection présidentielle 2002 a largement focalisé l attention des électeurs sur les questions de sécurité, elle a complètement occulté les enjeux de consommation, mais aussi la construction européenne et la politique étrangère. L intrusion inattendue de Que choisir nous fait ainsi découvrir d une part l extension considérable de l économie d emballage, qui prend souvent des formes immatérielles, et d autre part l importance du jeu qui préside, en amont des choix économiques ou politiques, à la sélection des critères d après lesquels nous formons nos préférences et nos choix. Enfin la deuxième question est celle que soulève, jusqu à la caricature, l affrontement parodique entre Chirac-Inaction-man et Jospin-Moralisator. Cette dramatisation du choix ne fait que reprendre l anticipation des sondages et des commentaires, qui tous projetaient un duel entre ces deux candidats au second tour de l élection, tout en nous présentant ce duel comme un choix entre le même et le même. On apprend ainsi qu en amont du cadrage des critères de choix opéré par les emballages intervient un cadrage moins perceptible encore qui consiste à arranger des scènes de choix, des alternatives, à privilégier certains produits parmi

14 -14- d autres possibles. Mais l histoire de l élection présidentielle nous apprend aussi que les opérations de cadrage excessif peuvent produire des débordements (Callon, 1998b), elle nous montre que les consommateurs-électeurs peuvent se montrer récalcitrants (Latour, 1997), au risque de l effet pervers : convaincus que le premier tour était joué, persuadés par la rhétorique buridanesque suicidaire des médias mais aussi des candidats eux-mêmes! que le second tour opposerait deux candidats similaires, les électeurs en ont profité pour faire valoir de petites différences des petites différences dont l accumulation a fini par produire un score ridicule pour le Président sortant, l élimination de son premier ministre, et la promotion surprise de l abominable Le Pen. Le regard décalé du consumérisme comme les caprices tragiques des électeurs nous font ainsi découvrir toute l importance de l emballage clandestin des choix politiques : la démocratie met en jeu non seulement la computation des votes pour une offre politique donnée, mais aussi la construction des préférences et des choix possibles. Mais ce qui vaut pour la politique vaut aussi bien sûr pour le marché. La captation des publics et l aménagement de leurs choix, qu ils soient politiques ou marchands, sont une affaire politique pour au moins deux raisons : d une part, l importance du cadrage des scènes et des critères de choix engage un rapport de force entre représentants de l offre et de la demande, et ce rapport de force mérite d être reconnu et analysé ; d autre part le possible usage des emballages comme autant de lieux de débat public rend ces derniers accessibles à de nombreuses formes d expression, y compris politiques. Ces deux raisons font alors du packaging un vecteur privilégié de politisation du marché. Politisation du marché Parler de politisation du marché peut surprendre, tant le marché et la politique nous semblent a priori étrangers l un à l autre. On sait, depuis Adam Smith, que le marché s est construit comme une alternative à la politique, comme un moyen d obtenir l ordre social en faisant l économie de l autorité publique, grâce à la combinaison vertueuse des intérêts privés et à l orientation de chacun vers les choses (Hirschman, 1980). On sait, depuis Polanyi, que le marché smithien a été institué puis régulé politiquement : l utopie libérale n a pu s inscrire dans les faits qu à partir du moment où elle est devenue un véritable projet politique soutenu par les autorités publiques ; l économie de marché n a pu ensuite se maintenir qu avec le soutien d institutions publiques destinées à en contrôler et à en garantir le fonctionnement (Polanyi, 1983). Or, dans le sillage ou en marge de ces deux évolutions, un constat nouveau se fait jour : de plus en plus, les acteurs du monde économique inscrivent les enjeux politiques dans le marché lui-même. Mais comment s opère la politisation du marché? L inscription de mentions obligatoires sur les cigarettes nous a mis sur la voie, dans la mesure où ces mentions opèrent bien un transfert des enjeux publics vers le corps même des produits. Cependant, ce premier type de transfert reste partiel, dans la mesure où les enjeux publics sont ici davantage «plaqués sur» que «confondus dans» la matérialité des produits. Certes, avec les mentions obligatoires, le Droit se fait plus présent dans l échange, il quitte la sphère abstraite de la pure régulation pour rejoindre le produit lui-même. Mais si le Droit n est plus «autour» du marché, il reste encore «autour» du produit, à la manière d un bandeau clairement discernable, comme les mentions du type «Selon la loi n nuit gravement à la santé». Pour saisir comment s opère l inscription définitive de la politique dans le marché, mieux vaut paradoxalement changer de produit, nous tourner vers des denrées a priori moins chargées d enjeux politiques que les cigarettes ou l alcool. Prenons donc leur compagnon de route, le café : pour qui a trop bu, fumé et parlé, quoi de mieux en effet pour reprendre ses esprits et y voir plus clair qu une

15 -15- petite tasse de café? Le seul problème est qu avant de boire, comme toujours, il nous faut choisir la boisson, et voilà que l âne qui sommeille en nous refait surface, que le choix des paquets précède et conditionne encore une fois la prise du breuvage : Nous sommes face à deux paquets comme toujours étrangement similaires. Des deux côtés, nous avons le même type de café («100 % arabica», redoublé par le même «code couleur», la même teinte brune dédiée à cette variété), les mêmes sonorités exotico-latines («Gringo», «Kalinda») et des provenances lointaines («Amérique Latine et Afrique», «Haïti»). Cependant et comme toujours, le mimétisme est là pour rendre beaucoup plus saillants les signes de différenciation. Tandis qu un paquet mise tout sur l image, et fait appel à la séduction (attachement), l autre utilise davantage le verbe et fait appel à la réflexion (intéressement). Le café de gauche donne un coup de projecteur sur des grains de cafés géants sur fond de géographie exotique des grains de café qui renvoient astucieusement au nom même de la marque, dont ils sont le logo (le grain de café dessine le rond de la lettre «Q» dans «JACQUES VABRE»). Le paquet de droite, au contraire, se contente d expressions dactylographiées qui visent à qualifier à la fois le café («Fin et parfumé») et son mode de production : «torréfaction traditionnelle artisanale». Ici, le produit et sa production sont indissociables, comme tentent de le faire comprendre d une part le seul élément graphique

16 -16- présent ici le dessin d un paysan moustachu portant un sac de café sur son dos et l inscription d un slogan binaire «un grand café, une grande cause» 10. Établir un parallèle entre un «café» et une «cause», c est proposer d établir une relation entre un plaisir personnel (et matériel) et un enjeu collectif (et moral). La clé de cette relation nous est donnée au dos du paquet, où nous lisons l explication suivante : La garantie Max Havelaar c est quoi? L assurance de boire un café de haute qualité qui a fait l objet de tous les soins de sa culture à sa torréfaction. L assurance de permettre aux petits producteurs de café de vivre dignement de leur travail. En effet, le café que vous allez consommer a été acheté directement à de petits producteurs à des prix supérieurs aux cours mondiaux, après un financement partiel de leurs récoltes. En achetant ce café : Vous permettez le maintien d un haut niveau de qualité du café. Vous contribuez à des échanges commerciaux plus équitables entre le Nord et le Sud. Vous favorisez l amélioration des conditions de vie des familles des petits producteurs du Sud. Max Havelaar est par ailleurs présentée non comme une marque, mais comme une association loi de 1901 qui «contrôle le respect de ces conditions». Jusqu à présent, nous avions découvert l action de la marque ou de l État, du marché et de la politique. Or nous voici en présence d une autre logique, qui repose sur un mécanisme et une institution. Le mécanisme propose une combinaison particulière de marché et de politique, d exigences à la fois matérielles («un café de haute qualité», «le maintien d un haut niveau de qualité du café») et sociales («permettre aux petits producteurs de café de vivre dignement de leur travail», «contribue[r] à des échanges commerciaux plus équitables entre le Nord et le Sud», «favorise[r] l amélioration des conditions de vie des familles des petits producteurs du Sud»). Il s agit ici de rapporter les choix à une préférence nouvelle, la préférence pour le «commerce équitable», qui désigne le contenu éthique et politique des produits. L institution est l association «Max Havelaar», qui milite pour la défense d un commerce international plus juste, et qui vient apporter sa «garantie», assurer les conditions de l échange, instaurer une certification «tierce partie» (Minvielle, 2001). Pour légitimer la politisation des produits, pour rapporter les préférences des consommateurs au sort des producteurs, Max Havelaar navigue donc entre deux logiques : celle des marques, toujours suspectes d agir et de parler en tant que «juge et partie», et celle de la réglementation ou des labels officiels, établis sur des bases beaucoup plus larges et transparentes. Au-delà d une captation fondée sur la mise en œuvre de mécanismes d enchaînement ou d attachement (Altadis, Jacques Vabre), nous découvrons ici une captation qui tente d activer le registre de l engagement, de l expression des valeurs citoyennes, sociales et humanitaires. Quant au quatrième registre d action/captation l intéressement (intéressement négatif avec les avertissements sanitaires sur les paquets de cigarettes ; intéressement positif avec l appel à l appel à la raison chez Max Havelaar) il apparaît ici comme une stratégie intermédiaire ; l appel à la raison, à la réflexion, à 10. Nous laisserons de côté la question des prix. Jacques Vabre : 2,10 euros ; Max Havelaar, 2,68. (27 % plus cher, mais petit coût) (Prix Monoprix Toulouse au 06/06/2002).

17 -17- l argumentation apparaît ici comme un moyen de rompre un éventuel attachement préalable pour ouvrir sur l engagement pour/par le produit porteur de valeurs politiques politiques. Le paquet de Max Havelaar nous fait ainsi comprendre l importance potentielle de cette politisation «marchande» des produits que portent aujourd hui un nombre considérable d acteurs et d institutions : les actions de «buycott» destinées à récompenser les entreprises vertueuses, (Friedman, 1999) la «clean clothes campaign» (Cf. le chapitre de Michèle Lalanne dans ce volume), les codes de conduite volontaires (Daugareilh, 2002), le référentiel SA 8000 de certification sociale (Cochoy, 2003), les fonds d investissement éthiques (Giamporcaro, 2002), les promoteurs de la responsabilité sociale de l entreprise (Salmon A., 2000 ; Minvielle, 2001), le collectif de l éthique sur l étiquette (Grenouillet, 2001), etc. Ces démarches ont quatre points communs. D abord, toutes s engagent dans une action de politisation volontaire et substantielle des produits, qui ne saurait être confondue ni avec l ancienne façon d inscrire la politique dans le marché, de l extérieur et par la force, comme le droit sur les paquets de cigarettes, ni avec de vieilles stratégies comme le «cause-related marketing», qui propose par exemple de verser une obole à une œuvre caritative pour chaque Big mac vendu (Varadarajan & Menon, 1988). Avec la politisation des produits, il ne s agit ni de faire de la politique sur le dos des choses, ni du marketing sur le dos des causes, mais de vendre le contenu politique des produits. Le second point dérive du premier et lie très étroitement la politisation des produits à la progression d une économie de la (ou des) qualité(s) (Karpik, 1989 ; Callon & al., 2000) : l appréciation des qualités substantielles ou servicielles des biens et services est ici complétée par la prise en compte de leurs qualités éthiques et sociales. Le troisième point commun des actions de politisation du marché consiste à renverser le fétichisme de la marchandise : alors que Marx dénonçait les biens marchands comme autant d idoles masquant le scandale des rapports de production dont ils étaient pourtant le produit, voilà que la vente des produits s appuie sur la rupture même du fétiche, voilà que le rapport de production se trouve fétichisé à son tour et sert d argument commercial! (Cochoy, 2002b). Le quatrième point commun de cet ensemble de démarches consiste par conséquent à faire du marché le seul moyen permettant de lutter contre ses propres abus et de relayer la critique politique de la mondialisation : en l absence d institutions juridiques internationales efficaces, seule la promotion d une concurrence fondée sur des préférences éthiques et politiques semble susceptible de porter et de préserver les valeurs humaines et citoyennes. Ce que les emballages nous font faire, et comment ils le font/nous le faisons En définitive, de bouteilles en paquet de cigarette, de poupées politiques en paquet de café équitable, nous avons saisi à quel point l entremise du capteur-emballage instrumente et transforme nos choix : les emballages nous apprennent à saisir les produits autrement, ils nous trompent et nous informent, ils nous entraînent vers la séduction des symboles mais nous révèlent aussi les propriétés enfouies des produits, ils nous enchaînent aux plaisirs égoïstes et matériels de la consommation, mais nous révèlent aussi la face politique et citoyenne des choses. La captation packagée, en fin de compte, croise quatre dimensions : une dimension sociologique, qui repose sur l activation des habitus, des trajectoires individuelles et de leur enchaînement, une dimension affective, qui parie sur la séduction, l affect et l attachement, une dimension logique, qui en appelle aux capacités de réflexion, de calcul et d intéressement,

18 -18- une dimension axiologique, qui s oriente vers les valeurs, le sens collectif, l engagement du consommateur 11. Ces quatre dimensions, que nous avons découvertes en ordre dispersé au cours de notre exploration de l économie d emballage, peuvent en fait être regroupées et ordonnées selon deux dimensions. La première dimension oppose le temps long de la réflexion consciente au temps court de la réponse immédiate ou réflexe. La seconde dimension oppose des comportements tournés vers soi à des comportements orientés vers l extérieur (vers les choses et/ou vers autrui). En croisant ces deux dimensions, on parvient à situer dans un même espace cognitif et stratégique les quatre logiques de captation : 11. En arrière de ce quadruple registre de captation on retrouve chacune des modalités de l activité sociale identifiées par Max Weber : comportement affectuel pour l attachement, comportement traditionnel pour l enchaînement, comportement rationnel en finalité pour l intéressement, comportement rationnel en valeur pour l engagement. Il est réconfortant de constater à quel point l observation des acteurs et des dispositifs ordinaires nous ramène à reconnaître la pertinence de l ensemble de ces registres d action que nombre de successeurs de Weber se sont plutôt acharnés à présenter, pendant plusieurs décennies, comme exclusifs l un de l autre.

19 -19- ATTACHEMENT registre symbolico-affectif parier sur l affect placer l acheteur dans un réseau d appartenance avec les hommes et les choses séduction (Gauloises) Immédiat, pré-réflexif ENCHAÎNEMENT registre sociologique parier sur l habitus placer l acheteur dans un continuum passé-consommation/ présent-achat/ futur-consommation fidélisation (Ricard) intra-individuel exo-individuel ENGAGEMENT registre axiologique parier sur les valeurs placer l acheteur face à des enjeux socio-politiques conviction (Max Havelaar : «un grand café, une grande cause») Temps long, réflexif, conscient INTÉRESSEMENT registre logique parier sur le calcul placer l acheteur face à un faisceau de calculs, d informations et d arguments rationnels prix et données qualitatives information (Gauloises) On retrouve donc, distribuées à la surface des emballages, ces différents registres d action que nous croyions réservés aux personnes : le calcul des économistes et la routine des sociologues, mais aussi l affect et la politique chers aux acteurs de terrain 12. Chacune des dimensions distribuées sur l emballage tente d activer un ressort particulier de l action, d arracher le consommateur à la routine pour le faire passer dans le calcul 12. Notre dette à l égard des chercheurs du Centre de Sociologie de l Innovation est bien sûr immense, dans la mesure où ce sont ces chercheurs qui ont depuis près de vingt ans problématisé successivement les dynamiques d intéressement (Callon, 1986), d attachement (Callon & al., 2000 ; Latour, 2002) voire d engagement des personnes (Callon, 1999), même si à notre connaissance ils n ont explicité ni les raisons qui fondent pour eux le glissement d une terminologie à l autre, ni la parenté ou les relations que pourraient entretenir ces différents termes. Précisément : l idée de captation n entend rien ajouter, elle ne vise pas à encombrer le lexique d un concept supplémentaire, sinon sous la forme d un signifiant permettant de rassembler les signifiés disponibles, sinon comme moyen de réfléchir aux fondements et à l articulation possibles des différents registres d encastrement économique des personnes. Précisons enfin que nous n entendons nullement figer la liste des registres cognitifs possibles ; l important est moins d établir leur description que de saisir la circulation des motivations et des comportements qu ils sont susceptibles d engendrer.

20 -20- (intéressement/information), de couper court au calcul pour provoquer un engagement citoyen (engagement/conviction), de transformer un achat réfléchi en achat familier (enchaînement/fidélisation), de rompre une habitude pour un nouveau plaisir (attachement/séduction), etc. Parfois, l un de ces registres domine (Ricard) ; parfois, ils sont (presque) tous présents et se disputent l attention du consommateur (cas des cigarettes). Parfois, ils sont articulés ou combinés ; parfois l un sert de passerelle pour favoriser le glissement entre deux autres (Cf. l appel à l intéressement pour rompre l enchaînement aux grandes marques de café, puis basculer ensuite vers l engagement militant du café équitable). Dès lors, où se forment nos préférences? En chacun de nous, ou à la surface des emballages? Où devons-nous chercher le modèle du consommateur? Dans le consommateur, ou dans les objets qu on lui tend? Pour répondre à ces questions délicates il ne faut plus, comme tout à l heure, rester dans les bars réservés aux adultes pour protéger les enfants, mais plutôt écouter les enfants lorsqu ils se soucient de la santé des adultes, lorsqu ils s inquiètent de leur tendance à trop parler, à trop boire, à trop fumer. Bruno Latour (2000) citait ainsi une bande dessinée émouvante, où l on voit un père dire à sa petite fille qu il fume, et la fillette répondre à son père qu elle pensait qu il était plutôt fumé par sa cigarette. Et Bruno Latour de rejeter l alternative entre l actif et le passif en proposant la solution suivante : nous ne fumons pas plus les cigarettes que nous ne sommes fumés par elles, simplement, les cigarettes nous «font fumer». Ce qui vaut pour les cigarettes vaut plus encore pour les emballages qui conditionnent leur choix : nous ne choisissons pas plus entre deux paquets que nous ne sommes choisis par eux : simplement, les emballages et derrière eux les différents ressorts de la captation nous font choisir. Pour Bruno Latour, la contribution particulière des objets à l action réside précisément dans ce «faire faire», dans cette capacité qu ont les choses d amener les personnes au-delà d elles mêmes, sans pour autant leur dénier l initiative et le contrôle de leur action. Avec la prise en compte de cette captation packagée qui nous fait choisir, nous comprenons à quel point les modèles d acteurs sont distribués et s échangent dans l action. Nous comprenons aussi pourquoi le consommateur échappe à l identité d âne de Buridan : grâce aux stratagèmes de captation repliés sur le corps des emballages, son hésitation ne dure qu une fraction de seconde, le temps pour l offre de suspendre sa logique d action, de lui proposer d autres références en guise de préférences, pour ensuite l aider à faire son choix, à choisir comme il (lui) convient. Références Adam, M. (1985), «Sur Jean Buridan, ou les mémoires d un âne médiéval», Archives de Philosophie, vol. 48, pp Akerlof, G. A. (1970), «The Market for Lemons : Quality Uncertainty and the Market Mechanism», Quarterly Journal of Economics, Vol. 84, 1970, August, pp Baudrillard, J. (1970), La société de consommation, Paris, Denoël. Bourdieu, P. (1979), La distinction, Critique sociale du jugement, Paris, Minuit. Callon, M. (1986), «Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint- Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc», L année sociologique, vol. 36, pp Callon, M. (1998a), «Introduction : The Embeddedness of Economic Markets in Economics», in Callon, M. (ed.), The Laws of the Markets, Oxford, Blackwell, pp Callon, M. (1998b), «An Essay on Framing and Overflowing : economic externalities revisited by sociology», in Callon, M. (ed.), The Laws of the Markets, Oxford, Blackwell, pp

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent.

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent. SOMMAIRE I. Etude de marché. > Le marché du chocolat en France. > La marque. > Les points forts de la marque. > Les différents produits de la marque. > Les action menées par la marque. II. Etude de la

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Les formes alternatives de consommation

Les formes alternatives de consommation Les formes alternatives de consommation Fabienne Barthélémy Centre de sociologie des organisations f.barthelemy@cso.cnrs.fr Cette thématique vise à analyser des propositions alternatives autour de la consommation

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage?

Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage? Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage? Comment concilier au mieux les conditions de travail avec les libertés individuelles des salariés? Une telle question s avère souvent

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13

Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Pascale GARNIER est docteur en sociologie, professeur en sciences de l'éducation à

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Comment faire parler les chiffres

Comment faire parler les chiffres Sondages d opinions Comment faire parler les chiffres Sept règles d or à l usage des journalistes et des communicants pour utiliser les données d un sondage d opinions sans se tromper ni tromper son audience

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Poste 4 le montage. Le montage

Poste 4 le montage. Le montage 1/11 Le montage Conseils et astuces pour le montage de clips vidéo Situations de montage modèles Exercice pratique Information aux enseignants: logiciel de traitement vidéo 2/11 Un montage parfait! Description

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Guide d animation Caravane citoyenne

Guide d animation Caravane citoyenne Guide d animation Caravane citoyenne Nicolas Zorn Chargé de projet Mai 2013 Introduction Les inégalités tuent. Elles rendent malade, méfiant et malheureux. Elles frappent toute la population d une société

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@tic ecommerce Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@TIC? 1. Pourquoi passer le cap du e-commerce? (e-commerce signifiant commerce électronique)

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

marque REPèREs Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque

marque REPèREs Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque La marque REPèREs Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque La marque Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque sommaire Pourquoi déposer une marque? Une protection efficace de

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment RÉDIGER. une lettre de MOTIVATION JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment RÉDIGER. une lettre de MOTIVATION JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment RÉDIGER une lettre de MOTIVATION JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS Avec le soutien du Fonds social européen A quoi sert une lettre de motivation? Lorsque vous faites

Plus en détail

WIKIPÉDIA, LES ÉTUDIANTS, ET MOI, ET MOI, ET MOI

WIKIPÉDIA, LES ÉTUDIANTS, ET MOI, ET MOI, ET MOI Thèmes 1 et 2 WIKIPÉDIA, LES ÉTUDIANTS, ET MOI, ET MOI, ET MOI D HAUTCOURT Alexis Kansai Gaidai (Université des langues étrangères du Kansai) adhautco?kansaigaidai.ac.jp Introduction Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre.

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre. Université de Nantes Année 2013-2014 L3 Maths-Eco Feuille 6 : Tests Exercice 1 On cherche à connaître la température d ébullition µ, en degrés Celsius, d un certain liquide. On effectue 16 expériences

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

marque Repères Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque

marque Repères Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque La marque Repères Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque Som Sommaire maire Pourquoi déposer une marque? p. 4 Une protection efficace de vos produits et services Bien choisir sa marque pour

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Relations Commerciales Chapitre 3 Créer des contacts

Relations Commerciales Chapitre 3 Créer des contacts Un prospect est un client potentiel. Lorsque l on contacte le prospect, il faut opter pour un angle d attaque (prétexte fondé pour prise de contact), montrer que l on ai renseigné sur l annonceur et lui

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE CERTIFICATS SSL EXTENDED VALIDATION : UN GAGE DE CONFIANCE

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005

Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005 Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005 Allocution d ouverture de François Bourdillon, Président de la société française de santé publique Mesdames, Messieurs, chers membres

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Septembre 2003 Analyse et rédaction Lynda Bouthillier Agente de recherche et de planification socioéconomique

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES Dans le souci du respect et de la recherche d une commune et loyale application des

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

Description sémiotique et comparative d un corpus de sites web

Description sémiotique et comparative d un corpus de sites web Description sémiotique et comparative d un corpus de sites web Pages d accueil des sites de la presse écrite internationale Brochet Hélène Lusson Audrey Beaumont Frédéric Master 2 Management de la Communication

Plus en détail

Le livret des réponses

Le livret des réponses Le livret des réponses Achat 1 Avant de dépenser tout ton argent, il faut réfléchir aux conséquences de cet achat. Auras-tu besoin d argent pour faire d autres activités dans les semaines qui viennent,

Plus en détail

Sommaire. 1ère Partie: L analyse. 2ème Partie: Le concept. 1. Etude du rosé et de la concurrence. 2. Etude du Bordeaux rosé 3.

Sommaire. 1ère Partie: L analyse. 2ème Partie: Le concept. 1. Etude du rosé et de la concurrence. 2. Etude du Bordeaux rosé 3. Sommaire 1ère Partie: L analyse 1. Etude du rosé et de la concurrence. 2. Etude du Bordeaux rosé 3. Etude de la cible 2ème Partie: Le concept 1. Notre proposition 2. L identité 3. Le déroulement de la

Plus en détail

Compréhension de l oral

Compréhension de l oral 1 DOCUMENT RÉSERVÉ AUX CORRECTEURS CORRIGÉ ET BARÈME Compréhension de l oral 25 points Répondez aux questions en cochant ( ) la bonne réponse, ou en écrivant l information demandée. EXERCICE 1 5 points

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

GUIDE DE l ACHETEUR :

GUIDE DE l ACHETEUR : GUIDE DE l ACHETEUR : Nouvel acheteur sur Delcampe? Voici comment commencer sur de bonnes bases : 1 ère étape : Vous inscrire a) L inscription est gratuite b) La procédure d inscription c) Ouvrir une session

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail