Les enjeux de l'harmonisation de la protection des consommateurs dans l'union européenne (droit du pays d'accueil/droit du pays d'origine)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux de l'harmonisation de la protection des consommateurs dans l'union européenne (droit du pays d'accueil/droit du pays d'origine)"

Transcription

1 Atelier 11 Les enjeux de l'harmonisation de la protection des consommateurs dans l'union européenne (droit du pays d'accueil/droit du pays d'origine) Président : Jean-François PRÉVOST, professeur de droit Intervenants : Odile BOITTE, directeur juridique de Cardiff vie, Eugène JULIEN, sousdirecteur à la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, Thierry VISSOL, chef de l'unité A 5 à la Direction santé et protection des consommateurs de la Commission européenne. Introduction de Jean-François PRÉVOST Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, nous sommes heureux de vous accueillir dans cet atelier qui est consacré aux enjeux de l'harmonisation de la protection des consommateurs dans l'union européenne. Nous sommes tous sensibilisés par l'actualité du sujet. Le débat est aujourd'hui ouvert, par exemple, entre la France et la Grande- Bretagne via les instances communautaires. Ces questions relatives à la protection des consommateurs sont aiguës et révélatrices d'une approche particulière de la vie en société où la sphère du marché empiète sur celle de l'etat. Le consommateur se trouve souvent en conflit indécis avec le citoyen. Des règles nouvelles commencent à s'élaborer sans que des lignes de fond aient vraiment été trouvées. Dans toute institution à vocation économique, le consommateur est au centre de la réflexion, cela entendu de manière générale. Cependant, c'est une conception qui n'a pas toujours été partagée. Au XVIII e siècle, par exemple, on plaçait le consommateur au centre de toute réflexion économique, comme Adam Smith dans La Richesse des nations. Puis le XIX e siècle est venu : la révolution industrielle a poussé les producteurs de biens et de services à s'organiser puissamment. Le consommateur est, dès lors, devenu un souci mineur pour les économistes. On lui préféra le citoyen, entendu au sens marxiste du terme

2 Le XX e siècle marque un retour à une réflexion sur les droits et la protection des consommateurs. En Europe, nous sommes au cœur de cette réflexion. En 1957, nous avons créé un marché, c'est-à-dire un dispositif d'intégration économique. Il a été créé un fédéralisme à l'envers en partant des intérêts économiques de six pays pour réaliser la construction que nous voyons se déployer aujourd'hui. Au début, le consommateur est apparu comme important. Les années 70 ont accentué cette tendance. Ensuite, le traité de Maastricht crée l'union européenne. L'article 129 met l'accent sur la protection du consommateur au niveau de sa santé, de son environnement et de ses droits. Cela fera l'objet des interventions qui vont suivre. La protection du consommateur au niveau européen s'inscrit exactement dans le cadre du marché unique. L'Europe est encore en position d'harmonisation progressive. A partir de là, ce n'est pas la protection, au sens général, du consommateur qui sera mise en avant, mais un ensemble de devoirs et de droits, une charte, en somme. Le marché a des règles. Il s'agira donc de se soucier des problèmes d'harmonisation judiciaire. Intervention de Thierry VISSOL J'aimerais me limiter à un discours d approche générale concernant la thématique : droit du fournisseur ou droit du pays d'accueil. Le débat est vif aujourd'hui sur ce sujet au sein des institutions communautaires et des professionnels. Il existe une école de pensée prônant qu'après l'instauration du marché intérieur, en 1992, il est logique que son mécanisme de fonctionnement repose sur le principe du passeport européen. Cette approche a été mise en application particulièrement dans le domaine des législations prudentielles (directives bancaires et d assurance). Ainsi, lorsqu un fournisseur répond aux règles prudentielles définies à l'intérieur, d'un pays, il est en mesure d'agir dans l'ensemble des autres pays de l Union, même si les législations y sont différentes. Des discussions autour d une transposition de ce principe du passeport européen ont aussi cours en matière de droit de la consommation. Cela, évidemment, pose un certain nombre de problèmes. Essayons de nous mettre dans la situation du législateur européen. Celui-ci doit être en mesure de prendre en compte une série de faits concrets que je voudrais présenter succinctement. La première question qu il doit se poser est de savoir pour qui il légifère. Autrement dit, il doit pouvoir répondre à la question : qu'est-ce qu'un consommateur? La réponse en termes juridiques est simple : il s'agit d'une personne effectuant un acte de consommation en sa capacité d'individu et non en sa capacité commerciale ou professionnelle. Mais une telle approche est insuffisante lorsqu il s agit de réfléchir au contenu de la législation. En effet, il est possible de se demander s il existe un consommateur «standard». Qui sont ces individus pour lesquels on essaie de travailler? La population à laquelle nous nous adressons se caractérise par un certain nombre de «faiblesses». Un consommateur n'est pas nécessairement un professeur d'université disposant de connaissances pointues ou spécifiques portant sur l'ensemble des produits ou services qu'il consomme et des aspects juridiques, de sécurité et de santé y afférents. Il ne peut, seulement pour consommer, devenir avocat ou ingénieur

3 Les dernières enquêtes sur les ménages menées par l Office statistique de l'union européenne montrent que le salaire médian s'élève à 850 euros par mois. 18 % de la population a un revenu inférieur à 60 % de cette somme. Les conditions économiques sont difficiles : 49 % de la population n'arrive pas à «joindre les deux bouts» tous les mois. 59 % n'est pas en mesure d'épargner régulièrement. 21 % ne peut s'acheter tous les mois les trois premiers biens de première nécessité. Des enquêtes concernant l illettrisme, c est-à-dire l incapacité d un individu à lire et à comprendre un texte simple relatif à des thèmes de la vie courante, ont été menées par l Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE). Dans l ensemble des pays européens et il n y a guère de raisons que la situation soit différente en France, entre 30 et 55 % de la population se trouve en grande difficulté de lecture. Ces personnes ne sont pas en mesure de lire ni de comprendre des textes simples. Que se passe-t-il lorsqu elles sont confrontées à des contrats financiers complexes? Il appartient donc au législateur de tenir compte de cette situation sociale, culturelle, linguistique, etc., et de rechercher à compenser le déséquilibre existant entre les capacités et les moyens des consommateurs, particulièrement des plus démunis financièrement ou culturellement, et ceux du fournisseur de biens ou services. La deuxième série de faits à prendre en compte par le législateur européen est la diversité institutionnelle, juridique et culturelle des Etats membres, entre autres l existence de différents ordres juridiques et de procédures judiciaires, de 11 langues nationales. Le troisième fait objectif qui aurait dû être le premier de mon exposé est le contenu du traité de l Union européenne. Les objectifs définis par le traité ne sont pas de réaliser un marché intérieur, mais de «promouvoir un développement harmonieux et équilibré des activités économiques, et [en particulier ] le relèvement du niveau et de la qualité de la vie, la cohésion économique et la solidarité entre les Etats membres» (article 2). La réalisation d un marché intérieur n est que l un des 21 moyens énoncés pour ce faire (article 3). Le traité d Amsterdam a par ailleurs confirmé une approche existante : l action communautaire en matière de politique de consommation est subsidiaire (article 3.1.A : L action de la communauté intègre «une contribution au renforcement de la protection des consommateurs» et article 153 du traité). La prise en compte de la technologie constitue la quatrième source de réflexion pour le législateur. Une réflexion humaniste peut conduire à penser que la technologie doit être au service de l homme et non l inverse. De fait, les grands principes qui se dégagent de toutes les législations stipulent que la technique doit être neutre. On ne doit pas plier la loi à la technique ou, autrement dit, l usage d une technologie plutôt que d une autre ne doit pas conduire à des différences dans les niveaux de protection accordés par la loi. Dans plusieurs discours, les autorités américaines, le vice-président Al Gore et le président Clinton ont précisé, à propos du commerce électronique, la conception américaine sur ce sujet, dont voici des extraits : selon Al Gore : «Administration accomplishment includes ensuring effective consumer protection online through industry self-regulation, and the prosecution of fraudulent practices under existing consumer protection laws» ; et, pour le président Clinton : «In adapting laws and regulations to the electronic environment, it is critical that consumers and the public at large be assured of a level

4 of protection in electronic commerce equivalent to that which they now enjoy in more traditional forms of commerce». (Memorandum for the Heads of Executive Departments and Agencies, Facilitating the Growth of Electronic Commerce, The White House, Office of the Press Secretary, November 29, 1999) 1 Cette conception de la neutralité de la technologie est aussi celle qui guide la réflexion et l action des autorités communautaires et qui est incluse au sein des guide lines de l OCDE pour le commerce électronique. La conséquence en est que les législations en matière de société de l information ne devraient en aucun cas conduire à réduire le niveau de protection des consommateurs par rapport à d autres techniques utilisées dans les rapports commerciaux. Le cinquième élément à prendre en compte, ce sont les principes gouvernant le droit des individus. Le premier droit d un individu est de pouvoir être jugé dans sa langue et selon sa loi. Ce sont, bien évidemment, les principes inclus dans les conventions de Rome et de Bruxelles en cours d intégration dans le droit communautaire. Ces principes sont indispensables, surtout lorsqu est envisagée la mise en place d une régulation des comportements à travers des codes de conduite. Il est difficile d accepter qu un individu ne puisse pas avoir le choix, pour la résolution d un conflit, entre un moyen extrajudiciaire et un moyen judiciaire, et ce selon sa propre loi. Enfin, en matière de commerce, il est nécessaire qu un consommateur ait confiance. Cette confiance est, entre autres, fonction de la capacité d un rapport contractuel ou du cadre juridique ou non qui y préside, à réduire les incertitudes. Législation ou code de conduite pour générer la confiance doivent être en mesure de réduire au minimum quatre incertitudes. La première a trait au contenu de la législation ou du code lui-même (c est-à-dire à la prise en compte des vrais problèmes et à l équilibre assuré entre les différentes parties), la deuxième à sa mise en œuvre (degré et nature de l obligation et des sanctions auxquelles sont soumis les destinataires de la loi ou du code), la troisième au contrôle de son application et, enfin, la quatrième aux mécanismes de compensation des préjudices et à leur exécution. En matière européenne, nous sommes dans une situation difficile, puisque l'espace judiciaire européen est en construction. Les incertitudes sont nombreuses, notamment celles qui sont liées au contrôle, à la sanction, à l'exequatur, mais aussi à l'accès à la justice. Dans le domaine des relations commerciales entre un fournisseur et un consommateur, si nous ne sommes pas dans une situation d'accès transfrontière à la 1. La tâche du gouvernement consiste également à assurer une protection efficace des consommateurs lors d opérations électroniques grâce à une auto-réglementation du secteur et aux poursuites judiciaires des pratiques frauduleuses, en application des lois existantes de protection des consommateurs. Lors de l adaptation des lois et réglementations au commerce électronique, il est essentiel de garantir aux consommateurs et au grand public un niveau de protection, dans la pratique du commerce électronique, équivalant à celui dont ils bénéficient à l heure actuelle dans le cadre de formes de commerce plus classiques. Note à l attention des responsables des ministères et organismes gouvernementaux, Faciliter le développement du commerce électronique, La Maison Blanche, Bureau du secrétariat à la presse, 29 novembre

5 justice et si les coûts d accès financiers ou procéduriers ou les complexités ne sont pas réduits au minimum, le risque est que l on crée un seuil financier au-dessous duquel personne ne cherchera à faire respecter son droit. Le législateur tenté par des législations qui ne prendraient pas en compte les éléments évoqués ci-dessus risquerait de créer (ou de maintenir) des zones de «non-droit» où le consommateur pourrait être trompé, grugé impunément. En conclusion, deux options s'offrent au législateur européen : légiférer pour assurer une harmonisation progressive ou brutale. Cette dernière consiste à appliquer le droit du fournisseur dans l'espoir que les conditions d accès à la justice et de résolution des conflits s'ajustent par la suite. Dans l'intervalle, le consommateur doit se débrouiller comme il peut. La première option permet de procéder par effet crémaillère : l'application de la cause minimale assure une harmonisation minimale. C'est une démarche progressive. La cohérence du droit apparaît peu à peu. Il existe une révision périodique des directives que nous mettons en œuvre. In fine, nous arrivons à une harmonisation européenne globale. Jean-François PRÉVOST : Je vous remercie pour cet exposé clair et synthétique qui nous a permis de discerner les difficultés contemporaines de la question. Elles proviennent essentiellement du commerce électronique, qui va représenter une voie nouvelle et grandissante de la consommation. Je vais maintenant céder la parole à M. Eugène Julien, sous-directeur à la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Intervention d'eugène JULIEN Dans un premier temps, il me semble nécessaire de rappeler certaines données de base sur le commerce électronique. Comme M. Jean-François Prévost vient de le signaler, je suis de la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes : chaque terme a sa valeur. Tout le monde sait que le gouvernement a conscience de la nouvelle et grandissante importance du commerce électronique dans tous les domaines, y compris les services. L'objectif avoué est d'accélérer son développement. Le deuxième point est le suivant. La conviction existe qu'il s'agit d'un marché qui ouvrira des possibilités considérables pour les consommateurs. Il faut dépasser certaines visions réfractaires. La Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes est favorable à cette nouvelle concurrence et ne peut que souhaiter son développement. Le troisième volet concerne la préservation des acquis. Nous sommes convaincus de cela, mais sans pour autant que la situation actuelle soit maintenue de manière intégrale. Il faut trouver des équivalents aux mentions manuscrites actuelles «lu et approuvé». Là se trouve la difficulté de l'exercice. Les choses ne resteront pas en l'état : par exemple, l'apparition de la vente aux enchères sur Internet et le maintien du monopole des

6 commissaires-priseurs nous font croire à une coexistence difficile. Cela n'est qu'un cas, il en existe bien d'autres. A la Commission européenne, les débats n'ont jamais été aussi vifs. Il a été décidé de mettre sur Internet les termes du débat afin que chacun puisse donner son avis sur le droit applicable. Il fallait faire un rappel de tous ces points. La volonté du gouvernement est donc claire : avancer dans ce nouveau millénaire tout en conservant certains acquis. Il n'est pas possible d'effacer ce qui a fait la conviction des consommateurs, l'existence de règles garanties par les services. Maintenant, il convient de développer les trois volets de mon intervention. Tout d'abord, je souhaiterais aborder les termes du débat. On pourrait imaginer une directive. Il existe déjà des règles depuis la convention de Rome. Je vais vous les rappeler. Le droit applicable, c'est lorsque «la conclusion du contrat a été précédée, dans un pays précis, d'une proposition spécialement faite ou d'une publicité et que le consommateur a accompli dans ce pays les actes nécessaires à la conclusion du contrat». Le deuxième cas possible, c'est lorsque le cocontractant du consommateur a reçu commande du consommateur dans ce pays. Le problème d'application d'une telle règle suppose qu'il faille localiser le lieu de la conclusion du contrat. Vous pouvez imaginer ce que cela représente avec l'apparition du commerce électronique. De même, la partie prenant l'initiative du contrat est une notion subtile. Il existe diverses manières de transférer l'initiative du contrat. Vous savez donc que la convention de Rome est actuellement en cours de révision : il faut espérer que les termes du débat soient clarifiés. La situation n'est pas figée. Une première directive Commerce électronique a vu le jour en ce mois de décembre M. Thierry Vissol a fort bien souligné les difficultés et ce qui amène le choix du pays de résidence du consommateur. Il existe un déséquilibre dans le contrat entre le professionnel et le consommateur. Je tiens à souligner, à ce sujet, que nous n'avons aucun problème de définition du consommateur : il s'agit de «toute personne passant un acte non professionnel». Un autre problème se fait jour : l'accès à la justice. Dans son propre pays, c'est une entreprise compliquée, mais elle l est encore plus lorsqu'il s'agit de se confronter à une langue qui n'est pas la sienne dans un autre pays. De même, il est clair que la concurrence représente un autre aspect important : il est nécessaire de créer des règles équitables de concurrence entre les prestataires établis afin d'éviter toute dérive. Le souci du gouvernement est de préserver non seulement le développement du commerce électronique, mais aussi l'application du droit du pays de résidence du consommateur, selon des termes à déterminer. Il existe des contrats avec des consommateurs et des contrats entre professionnels. Ces derniers sont censés être capables de se positionner. Le dernier volet que je vais développer concerne les débats et les problèmes restant à résoudre de façon concrète dans chacun des Etats membres et au sein de l'union européenne. J'ai participé à de nombreuses conférences sur le commerce électronique au cours des deux dernières années : j'ai été frappé de constater qu'aucun Etat n'avait eu une démarche cohérente dans la durée. Chaque Etat est conscient qu'il ne peut maintenir ses règles indéfiniment tout en se montrant favorable au marché intérieur. Nous serons tous obligés de changer nos règles

7 Le premier problème qui se dégage est celui de l'équivalence. Le deuxième concerne l'articulation entre nouvelles et anciennes directives : personne ne sait ce qu'il adviendra des directives. Le troisième point est celui de l'identification des personnes. Le quatrième concerne les exécutions de justice : il sera difficile de réaliser des autorégulations. A ce sujet, nous avons une conception différente du terme entre Européens et Américains. Un autre volet est la surveillance des réseaux : là aussi, l'orientation existant dans les services se place à un second degré. Nous pouvons donc dire, en résumé, que cette immense ouverture suscitée par le commerce électronique nous oblige à repenser nos règles de droit, nos modes de fonctionnement et de réglementation des litiges, ainsi que nos propres structurations de règles. Le commerce électronique est donc une formidable machine d'harmonisation du droit pour des raisons pratiques. Nous devons nous entendre. Cela implique-t-il l'existence d'une clause minimale? Je ne sais pas. On n'ira certainement pas au-delà. Il s'agit d'être optimiste. Jean-François PRÉVOST : Je vous remercie beaucoup pour cet exposé. Votre point de vue a été extrêmement précieux. J'aimerais signaler qu'il existe d'autres notes d'optimisme. Le corps social s'organise et le consumérisme commence lui aussi à s'instaurer. Il existe des changements de culture des consommateurs. Peut-être verronsnous abordées, dans la discussion qui va suivre, les deux grandes catégories de questions. Il peut y avoir une protection juridique et l'apparition de problèmes de santé. Je pense à la consommation de viande bovine ou bien de médicaments avariés dans certains pays du tiers monde. Une discrimination devra peut-être être faite entre ce qui relève de la consommation courante et le cœur de la santé publique. Nous avons sacrifié aux règles de la courtoisie, car c'est à Mme Odile Boitte que la parole aurait dû être donnée d'entrée. Cependant, nous avons préféré commencer par une intervention concernant l'europe, puis évoquer le fonctionnement national avant d'aborder un point plus précis que Mme Odile Boitte va s'attacher à développer. Intervention d'odile BOITTE Je vous propose d'examiner la problématique posée par l'harmonisation de la protection des consommateurs dans deux domaines : le droit des contrats et certaines activités de services. Les contrats d'assurance vie et non-vie ne sont pas régis par la convention de Rome : ils bénéficient d'un système de conflit de lois. C'est-à-dire que la loi du lieu de résidence du preneur d'assurances est appliquée systématiquement. La convention de Bruxelles fixe les règles de compétences juridictionnelles. Elle désigne toujours pour loi du for la loi de domicile du défendeur, ce qui peut dissuader un consommateur de défendre ses droits. Les travaux communautaires dans ce domaine sont les suivants. Le 19 janvier 1999, le Conseil a adopté une résolution afin de modifier la convention de Bruxelles : le tribunal compétent sera désormais toujours celui du lieu de résidence du consommateur. Il est

8 aussi envisagé de modifier la convention de Rome pour que la loi applicable soit celle du lieu de résidence du consommateur. Cela devrait généraliser le système de conflit de lois existant en assurance vie et non-vie depuis Or, celui-ci n'est pas un frein au développement de l'assurance en libre prestation de services au sein du marché unique. Cela doit être signalé à l'adresse des producteurs qui sont mécontents de cette évolution et hostiles aux propositions de la Commission en date des 4 et 5 novembre Leurs critiques sont les suivantes : «La connaissance du droit de quinze Etats membres a entraîné des coûts qui seront répercutés sur les biens et les services.» Certes, mais cela concerne un grand nombre de consommateurs ; «Il ne serait pas possible de déterminer le lieu de résidence d'un consommateur dans le cadre d'un contrat électronique, ce dernier pourrait donc faire du law shopping en choisissant la loi du pays le plus offrant.» Ce consommateur existe-t-il vraiment? En croisant son adresse Internet, son adresse de paiement et de livraison, le producteur devrait être à même de localiser correctement le consommateur. Producteurs et consommateurs se rejoignent sur deux nécessités : la résolution des litiges par la voie extrajudiciaire et la nécessité d'élaborer des codes de conduite. Sur ce point, les producteurs y voient une alternative à la modification de la convention de Rome, alors que la Commission penche pour un outil de prévention des contentieux. Faut-il aller plus loin dans la protection des consommateurs? Convient-il d'imposer une harmonisation du régime juridique du contrat? Il faut probablement tendre vers une telle harmonisation avec une patiente ténacité. Les droits nationaux diffèrent très sensiblement, et les efforts réalisés pour atténuer ces distorsions sont importants. Je vais vous citer quelques exemples de distorsions tirés du domaine de l'assurance. Premier exemple : les sanctions liées aux fausses déclarations. En droit français, elles rendent nul le contrat si elles sont intentionnelles et le réduisent si elles ne le sont pas. En droit hollandais, le contrat est nul dans tous les cas, en droit britannique aussi. Deuxième exemple : la durée de prescription est de un an en Italie, de deux ans en Espagne et en Allemagne pour les assurances de dommages et de cinq ans pour les assurances de personnes, en Belgique elle est en principe de trois ans. Le point de départ de la prescription est daté du jour de la connaissance du sinistre. Il existe des périphériques au contrat. Les distorsions fiscales en matière de TVA ou de retenue à la source sur les produits financiers seraient, elles aussi, à harmoniser. Les efforts d'harmonisation sont continus. Aujourd'hui, il existe, par exemple, des chantiers importants comme les travaux de la commission Lando menés durant plus de onze ans et qui ont débouché sur un recueil des principes du droit européen du contrat, «une infrastructure pour les règles communautaires gouvernant les contrats». Dans le domaine de l'assurance, on peut noter la création récente d'une commission pour l'harmonisation du droit des contrats d'assurance, qui travaille sur le délai de paiement de la prestation, la résiliation du contrat. Il existe un début de règle commune au sein de la directive Commerce électronique. En matière fiscale, la Commission s'est fixé, à l'horizon de décembre 2000, de proposer des mesures afin de lutter contre les dispositions fiscales restreignant le plein accès des contribuables au marché intérieur

9 Quelle est la contribution des prestataires à l'harmonisation de la protection des consommateurs? Jusqu'à présent, l'accès des producteurs au marché unique est fondé sur une harmonisation minimale des conditions d'exercice de l'activité. Elle s'accompagne du principe de reconnaissance mutuelle. Même dans les matières coordonnées, chaque Etat membre peut invoquer l'intérêt général afin d'éviter la règle commune. La protection des consommateurs faisant partie de cet intérêt général, il en découle une grande diversité dans les juridictions nationales. Les instances communautaires, s'appuyant sur l'article 11 du traité, paraissent vouloir élargir le champ d'application du principe d'harmonisation à des matières qui y échappaient jusqu'à présent. Je vais vous citer quelques exemples dans trois domaines : les signatures électroniques, les émetteurs de paiements électroniques et les intermédiaires d'assurances. On constate que les directives fixent aussi le régime juridique des services associés à l'activité. Il est prévu que les effets juridiques des signatures électroniques agréées devront être équivalents à ceux qui sont attachés à une signature manuscrite dans l'ensemble des pays de l'union européenne. Les prestataires de services de signatures électroniques devront être responsables des préjudices causés par un certificat agréé. Enfin, derniers exemples, les émetteurs de paiements électroniques devront soutenir les risques du paiement électronique, et, en matière d'assurance, les intermédiaires dont la responsabilité pour faute aura été reconnue par un tribunal seront sanctionnés selon un régime commun à l'ensemble des pays de l'union. Les instances communautaires participent donc, indirectement, à l'harmonisation du droit du contrat. Elles œuvrent sur un terrain vierge d'antécédents. En conclusion, je ferai deux remarques. Le caractère universel du commerce électronique s'accommode assez mal de réglementations s'arrêtant aux frontières de l'union. L'immixtion du pouvoir étatique dans les relations précontractuelles ou contractuelles paraît nécessaire lorsque les règles de droit seront impuissantes à régir des situations répréhensibles. Jean-François PRÉVOST : Je vous remercie pour cette intervention qui se trouve au cœur de notre débat. Il y a une recherche permanente en matière de nouveaux droits et de nouvelles institutions venant réguler ces droits. Débat De la salle : Vous avez parlé d'illettrisme, mais il me semble que même le consommateur évolué se sent frappé d'analphabétisme devant la complexité des textes. Existe-t-il vraiment au sein de la Commission une tendance à la simplicité et à la lisibilité des textes?

10 Thierry VISSOL : J'ai la chance d'appartenir à la Commission et non au Parlement ou au Conseil. Nous essayons de rendre le droit plus lisible, mais il ne s'agit que de projets, qui sont ensuite retravaillés par le Parlement. Ce qui entre dans le processus diffère de ce qui en sort. Jean-François PRÉVOST : Je crois qu'il s'agit d'une question pertinente : plus un droit est complexe, plus il est décadent. Thierry VISSOL : Lorsque vous êtes dans un processus de négociations avec quinze Etats membres, il n'est pas aisé d'avoir un droit simple ou autre chose qu'un compromis. Nous essayons de consolider le droit existant. Dans le domaine financier, il existe trois directives en matière de crédit à la consommation : nous sommes en train de les consolider. Jean-François PRÉVOST : On commence à apercevoir dans l'ordre juridique communautaire un certain nombre de principes fondamentaux éclairants, me semble-t-il. De la salle : Je suis professeur à l'université Paris I. Notre débat n'est-il pas un peu surréaliste? M. Thierry Vissol a parfaitement souligné qu'il n'était pas possible de traiter de la même façon un consommateur, un pot de yaourt ou bien un produit financier. Ne faudrait-il pas d'abord réguler la production? Ensuite seulement interviendrait la protection du droit du consommateur. Est-il aussi dans l'intention de la Commission de simplifier les directives européennes en matière de droit applicable? Il y a peu, je participais à un jury de thèse sous la présidence d'un des deux rapporteurs de la Convention de Rome. Le travail a été jugé excellent, mais la conclusion a été la suivante : ces dispositions de la directive sont d'une telle complexité qu'elles sont totalement inapplicables. Il est urgent de les revoir. Thierry VISSOL : Concernant la première partie de votre question et le travail en amont nécessaire, je crois que c'est effectivement celui qui a été réalisé jusqu ici. Cela ne suffit pas à assurer la protection du consommateur. Nous avons fait notre travail en matière de régulation. La directive sur le commerce électronique concerne avant tout le fournisseur. Au niveau de la simplification des règles de droit applicable que vous avez évoquée, je vous répondrai en disant qu'avant le traité d'amsterdam il était difficile pour la Commission de travailler ou de proposer des législations dans ce domaine. Nous avons entrepris un travail de révision des Conventions de Bruxelles et de Rome. Les récentes guide lines adoptées par l'ocde portent sur cette problématique du droit applicable. Lorsque l'on dit que le commerce électronique rend difficile l'application des règles de droit du consommateur, je ne suis pas tout à fait d'accord. Nous n'avons pas encore travaillé en amont. Le commerce électronique n'est aujourd'hui possible que lorsque vous

11 disposez d'une adresse électronique. Celle-ci est gérée par des gestionnaires de domaine. Personne n'a travaillé sur ces règles d'attribution d'une adresse électronique. Nous sommes en train de réfléchir sur des modalités prudentielles d'accès d'un fournisseur au commerce électronique. Alors, il sera possible d'envisager la mise en place de mécanismes d autorégulation. Eugène JULIEN : On parle beaucoup de traçabilité, actuellement. Vous avez une exigence des consommateurs, des producteurs et des gouvernements. L'exigence est énorme et simultanée. C'est un phénomène nouveau. Quelquefois, les consommateurs exigent des choses dont ils ne mesurent pas ce que cela peut signifier en termes pratiques. Par exemple, il nous est demandé d'étiqueter les organismes génétiquement modifiés. Que doit-on faire? Il en existe des centaines Jean-François PRÉVOST : Je vais revenir sur un aspect de la question, si vous me le permettez. Il s'agit des directives. Je ne vois plus de directives, mais des règlements différés. Il n'y a plus de textes à transposer, mais seulement d'énormes textes à transcrire. Il faudrait revenir à de vraies directives, afin d'articuler des singularités nationales avec des singularités communautaires. C'est un débat institutionnel. De la salle : Je fais partie de la Direction du Trésor au ministère des Finances et j'aimerais poser une question à Mme Odile Boitte. Qu'entendez-vous exactement par Commission pour l'harmonisation du droit du contrat d'assurance? Quel est son statut, ainsi que celui de la commission Lando? Odile BOITTE : Vous disposez d'un recueil qu'a publié La Documentation française concernant les travaux de la commission Lando. Quant à l'autre commission, elle se compose de juristes universitaires. De la salle : Cette Commission pour l'harmonisation du droit du contrat d'assurance a été créée voilà un an sous l'impulsion des Autrichiens et des Allemands. Elle se réunit tous les trois mois. Dans ces réunions apparaissent des blocs communautaires. C'est quelque chose d'assez curieux. J'ai aussi une question à poser. Vous avez parlé d'illettrés ou d'analphabètes. Bruxelles stipule que consommateur égale vie privée uniquement. Le petit plombier illettré est donc le sacrifié de ce droit-là. On a aussi parlé, à propos de la Direction de la concurrence, d'illettrés dans le domaine du contrat. Comment un assureur considère-til ses clients? Fait-il une distinction entre la vie privée d'un illettré et la vie professionnelle d'un peu lettré? Les points de vue sont différents. Vous en tenez-vous à la vie privée, à la compétence, ou à quelle exacte distinction?

12 Eugène JULIEN : Je ne perçois pas les choses sous cet angle. Nous avons envisagé d'intégrer les petits artisans en matière d'action contractuelle dans le domaine des services financiers. Cela pose des problèmes d'application dans les différents droits communautaires nationaux. Le problème n'est pas lié à la vie privée ou à la noncompétence, mais il existe un corpus juridique du consommateur spécifiant qu'il agit en son caractère propre et non comme professionnel. Jean-François PRÉVOST : Cette distinction est la résultante d'une époque où l'on pensait qu'avoir un métier c'était le posséder. Quand on est un professionnel, on connaît les us et coutumes. Il s'agirait de faire une distinction évidemment entre vie professionnelle et vie privée. Thierry VISSOL : Celui qui a du mal à comprendre un texte simple connaîtra, en règle générale, les mêmes difficultés dans sa vie privée et sa vie professionnelle. De la salle : Je suis étudiant en droit public. Vous avez parlé d'illettrisme. Je discutais, il y a peu, avec un cadre de la société IBM au sujet de la protection du consommateur en matière de commerce électronique. Il me disait que cela devait passer par l'éducation du consommateur. Je voudrais vous poser la question suivante alors que vous venez tous d'horizons différent : comment éduquer le consommateur? Odile BOITTE : Il est difficile d'éduquer un consommateur. Comme professionnels, nous devons avoir des communications claires et pédagogiques. Nous utilisons dès que possible un vocabulaire simple et accessible pioché dans un lexique approprié. Thierry VISSOL : Vous posez une question éminemment difficile. Faut-il éduquer le consommateur? On peut le renseigner avant tout, me semble-t-il. C'est un concept différent. Eugène JULIEN : Je vais sûrement surprendre, mais je crois qu'il faut savoir, à un moment donné, que l'on ne fait pas le bonheur des peuples malgré eux. Il n'y a qu'une chose qui fonctionne : le principe de simplicité dans l'élaboration des règles. Aujourd'hui, en France, les prix sont affichés dans les restaurants charges incluses, et les plaintes des consommateurs n'ont plus cours. Qui va contester cela? Si vous avez des problèmes de loyer, il vous faut un bail écrit. Tout est alors simple. Le reste est compliqué. Ce que vous abordez, l'éducation, par exemple. Il est vrai que nous perdons beaucoup de temps avec les règlements de la Commission. Il faudra trancher clairement certains points et avoir des règles communes en Europe

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai 2012. Giovanni BUTTARELLI Contrôleur européen adjoint de la protection des données

Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai 2012. Giovanni BUTTARELLI Contrôleur européen adjoint de la protection des données Vers la création du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) au sein d'europol: quelles sont les implications en matière de protection des données? Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai

Plus en détail

Questions de droit international. Sommaire :

Questions de droit international. Sommaire : Version 2 du 21/05/2013 Questions de droit international Sommaire : I- La juridiction compétente...2 A-La juridiction compétente pour connaitre d'un litige entièrement national...3 1-Les règles de compétence

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles DISCOURS DE M. LE VICE PRÉSIDENT FRATTINI, À L OCCASION DU SÉMINAIRE DE TRAVAIL DES MEMBRES DU RÉSEAU DES PRÉSIDENTS DES COURS SUPRÊMES DE L UNION EUROPÉENNE AVEC LES REPRÉSENTANTS DES INSTITUTIONS DE

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Un principe fondamental de l'union européenne

Un principe fondamental de l'union européenne A. Discours Introduction Mesdames et Messieurs, Je suis heureux d'être parmi vous aujourd'hui pour célébrer la Journée internationale de la femme. Je voudrais tout d'abord remercier pour l'invitation à

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne Traité sur le fonctionnement de l Union européenne TITRE V L'ESPACE DE LIBERTÉ, DE SÉCURITÉ ET DE JUSTICE (in Troisième partie : les politiques et actions internes de l Union européenne) CHAPITRE 1. DISPOSITIONS

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Commission des affaires juridiques. sur l'exploitation du potentiel de l'informatique en nuage en Europe

Commission des affaires juridiques. sur l'exploitation du potentiel de l'informatique en nuage en Europe PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des affaires juridiques 25.6.2013 2013/2063(INI) PROJET D'AVIS de la commission des affaires juridiques à l'intention de la commission de l'industrie, de la recherche

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

Conseil des Notariats de l Union Européenne

Conseil des Notariats de l Union Européenne Conseil des Notariats de l Union Européenne Réponses du CNUE au Livre Vert de la Commission européenne sur la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs COM (2006) 744

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

European Council conclusions on completing EMU 1

European Council conclusions on completing EMU 1 EUROPEA COU CIL Brussels, 14 December 2012 European Council conclusions on completing EMU 1 adopted on 14 December 2012 Feuille de route pour l'achèvement de l'uem 1. Compte tenu des défis fondamentaux

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

L arbitrage maritime en France

L arbitrage maritime en France Politique maritime L arbitrage maritime en France François Arradon Président de la Chambre arbitrale maritime de Paris Chacun sait que l arbitrage est un mode de règlement des litiges, mais certains ignorent

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

OFFICE OF LEGAL AFFAIRS

OFFICE OF LEGAL AFFAIRS UNITED NATIONS OFFICE OF LEGAL AFFAIRS Colloque Formes du Droit International : Réflexions sur le devenir des travaux de la Commission du droit international des Nations Unies La Formation du droit international,

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

1. INDICATIONS GÉNÉRALES

1. INDICATIONS GÉNÉRALES La soutenance orale de mémoire 1.Indications générales...1 2.L'exposé oral...2 2.1 Présenter le thème de votre mémoire et la population cible (utiliser le "je" au DE)...2 2.2 Motivation pour ce thème :...2

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Projet CROBECO - Position des Notaires d'europe

Projet CROBECO - Position des Notaires d'europe Projet CROBECO - Position des Notaires d'europe Les Notaires d'europe ont pris connaissance du projet Cross Border Electronic Conveyancing (Crobeco) présenté par l'european Land Registry Association (ELRA)

Plus en détail

Quatre interviews pour éclairer ce sujet majeur de l'évolution du droit.

Quatre interviews pour éclairer ce sujet majeur de l'évolution du droit. 26.02.2014 Quand le gouvernement oublie de consulter les praticiens. Comment articuler enjeux économiques, politiques et juridiques? Quatre interviews pour éclairer ce sujet majeur de l'évolution du droit.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION. THÈME 3

QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION. THÈME 3 QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION. THÈME 3 1.-La reconnaissance automatique : a) Implique que les sentences provenant d'un État membre de l'ue seront traitées dans les autres États membres comme s'il s'agissait

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s )

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s ) Laurence Idot Professeur Agrégé à l Université Paris I-Panthéon/Sorbonne vice-présidente de l Association Francaise d Etude de la Concurrence (AFEC) 12, place du Panthéon 75 005 Paris Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC- 441 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une proposition de loi modifiant la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (Doc 53-0831/001 à 004) Bruxelles,

Plus en détail

La reconnaissance des qualifications professionnelles en Europe: ce qu'il reste à faire

La reconnaissance des qualifications professionnelles en Europe: ce qu'il reste à faire SPEECH 10/ Michel Barnier Membre de la Commission européenne chargé du Marché intérieur et des services La reconnaissance des qualifications professionnelles en Europe: ce qu'il reste à faire Dialogue

Plus en détail

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit)

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) Commission européenne Direction générale du Marché intérieur

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services. Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen?

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services. Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen? SPEECH/12/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen? Débat organisé au Parlement européen

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

EuroMed Formation des Administrations publiques CONNAISSANCES AVANCÉES SUR L UE. Marchés publics

EuroMed Formation des Administrations publiques CONNAISSANCES AVANCÉES SUR L UE. Marchés publics EuroMed Formation des Administrations publiques Programme régional de formation et de conseil sur l'administration publique pour les Partenaires méditerranéens CONNAISSANCES AVANCÉES SUR L UE Marchés publics

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE»

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Table ronde 3 : Revue de la stabilité financière de la Banque de France «Financement de l économie

Plus en détail

L'ACCORD EPLA: UN JUGE EUROPÉEN POUR LE BREVET EUROPÉEN

L'ACCORD EPLA: UN JUGE EUROPÉEN POUR LE BREVET EUROPÉEN Intervention du Professeur Alain Pompidou, Président de l Office européen des brevets, lors du séminaire organisé par la Cour de Cassation et l'institut national de la propriété industrielle sur le thème

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------- La Commission SYLLABUS DE FORMATION DU MASTER COMMUNAUTAIRE SPECIALISE EN MARCHES PUBLICS

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------- La Commission SYLLABUS DE FORMATION DU MASTER COMMUNAUTAIRE SPECIALISE EN MARCHES PUBLICS UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------- La Commission SYLLABUS DE FORMATION DU MASTER COMMUNAUTAIRE SPECIALISE EN MARCHES PUBLICS I - Module 1 : 200 heures 1.- Droit communautaire des

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 81 -

TABLEAU COMPARATIF - 81 - - 81 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l'article 88-4 de la Constitution, européen et du Conseil sur les produits dérivés négociés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux

Plus en détail

Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures

Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures DISCOURS DE S.E. BAUDELAIRE NDONG ELLA PRESIDENT DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures 1 Excellences, Mesdames et Messieurs, Je suis honoré

Plus en détail

***I PROJET DE RAPPORT

***I PROJET DE RAPPORT PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des transports et du tourisme 20.6.2013 2011/0327(COD) ***I PROJET DE RAPPORT sur la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil modifiant la directive

Plus en détail

Assurances et pensions : défis et opportunités pour approfondir le marché unique

Assurances et pensions : défis et opportunités pour approfondir le marché unique SPEECH/11/766 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Assurances et pensions : défis et opportunités pour approfondir le marché unique Conférence annuelle

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail