Document de travail IDP (EA 1384) n Aurélien Fortunato. Études doctorales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document de travail IDP (EA 1384) n 2013-08. Aurélien Fortunato. Études doctorales"

Transcription

1 Document de travail IDP (EA 1384) n Les finalités de l européanisation du droit créer un modèle commun : l exemple des clauses restrictives de concurrence dans les contrats d affaires Aurélien Fortunato Études doctorales

2 Les finalités de l européanisation du droit créer un modèle commun : l exemple des clauses restrictives de concurrence dans les contrats d affaires Aurélien Fortunato Aurélien Fortunato PRES Université Lille Nord de France, Université Lille2, CRDPD, Equipe Demogue, Lille, France

3 UNIVERSITE DE LILLE II DROIT ET SANTE. FACULTE DES SCIENCES POLITIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES. TROISIEME JOURNEE DOCTORALE REGIONALE DE L UNIVERSITE DE VALENCIENNES L EUROPEANISATION DES BRANCHES DU DROIT : AUTOUR DE L EMERGENCE D UN DROIT COMMUN EUROPEEN JEUDI 7 FEVRIER Organisateurs : Stéphane de La Rosa, Professeur à l Université de Valenciennes, et Marion Ho-Dac, Maître de conférences à l Université de Valenciennes. LES FINALITES DE L EUROPEANISATION DU DROIT CREER UN MODELE COMMUN : L EXEMPLE DES CLAUSES RESTRICTIVES DE CONCURRENCE DANS LES CONTRATS D AFFAIRES Intervention de 20 minutes Aurélien FORTUNATO ATER Université de Lille II. Doctorant au sein du Centre de Recherches Droits et Perspectives du Droit Equipe Demogue. Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 1

4 1. Introduction. Le thème de la Journée Doctorale Régionale proposée par Madame Ho-Dac et Monsieur De La Rosa, l européanisation des sources du droit, vers un droit commun européen présente, dans le domaine du droit des contrats d affaires, une actualité importante, depuis quelques années. Je remercie les organisateurs de me permettre d intervenir sur les clauses restrictives de concurrence en tant qu exemple de l européanisation des branches du droit. Outre le fait que ce thème se trouve au centre de mes recherches doctorales, il me permet également de confronter ces recherches à la discussion. Commençant cette après-midi, nous sommes déjà au cœur de l étude des finalités de l européanisation des sources du droit : la création d un modèle commun, applicable à toute l Union européenne. C est le cas des clauses restrictives de concurrence, pour lesquelles, progressivement, l Union envisage ce modèle commun. 2. Définitions. Européanisation des sources du droit suppose une action européenne, au sens de l Union européenne. Je prendrai en compte l ensemble des actions européennes, l Union européenne n agit pas seulement dans ce domaine par des règlements, directives ou traités. Elle a souvent eu recours au monde scientifique européen pour les modèles communs, voire même aux professionnels eux-mêmes, et passe également par des projets qui permettent à ces scientifiques de réagir et de les confronter à leurs modèles internes. C est ainsi que c est largement que j entends ici européanisation. Mon intervention porte sur les contrats d affaires. Cela exclut les contrats conclus entre particuliers. Mais, cela exclut également ce qu on peut appeler les contrats de consommation, c'est-à-dire conclus entre un professionnel et un consommateur. Ces contrats sont déjà largement régis par des textes européens, dont le domaine ne cesse de s étendre 1. La création d un modèle commun européen dans ce domaine ne parait donc moins être une finalité qu une réalité. Qu entendre, alors par contrats d affaires? Ce sont les contrats conclus dans le cadre d une relation d affaires, mais encore? Il s agit de l ensemble des contrats conclus dans le cadre d une relation entre professionnels. Le domaine d étude est ici relativement large, allant de l achat par un professionnels de marchandises ou de biens d équipement de son local ou de son magasin, jusqu aux plus importants contrats de distributions conclus entre un distributeur et un fournisseur, un industriel ou même un 1 Voir par exemple la directive 93/13/CEE du 5 avril 1993 concernant les clauses abusives dans les contrats conclus avec les consommateurs, la directive 2005/29/UE sur Directive 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2005 relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur, et même, la directive 2011/83/UE du 25 octobre 2011 relative aux droits des consommateurs, et sur le point d être transposée en France. Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 2

5 agriculteur, ou un revendeur. Les contrats d affaires sont minutieusement régis par le droit français, mais n en sont pas moins européens 2. Le principe de libre circulation des hommes et des marchandises, et le principe de libre concurrence pour la mise en place du marché commun nécessite de s intéresser aux législations nationales sur les contrats d affaires pour l Union européenne, sous peine de laisser subsister des distorsions de concurrence entre les professionnels des différents états, dont la législation sera plus ou moins stricte. 3. L action européenne en matière d harmonisation du droit des contrats d affaires. C est ainsi que l Union européenne n est pas restée passive et a mis en place d abord une législation spécifique, dont on s aperçoit qu elle se généralise jusqu à concerner l ensemble de la matière ; c est ainsi que l objectif de modèle commun est atteint par l Union, par une stratégie des petits-pas. Ces vingt-cinq dernières années, la Communauté, puis l Union s est intéressée à la création de ce modèle commun en droit des contrats, mais comprenez contrats d affaires, l Union s intéressant aux contrats de consommation par ailleurs, et ne s intéressant pas aux contrats conclus entre particuliers. En 1989 déjà, le Parlement invitait par une résolution les états membres à un rapprochement de leur droit privé 3. En 1994, il prononçait le terme, l harmonisation de certains secteurs du droit privé 4. Puis, régulièrement, l Union a manifesté son intérêt pour la matière 5, la doctrine française a suivi, publiant des ouvrages ou organisant des colloques sur ce thème assez régulièrement 6. 2 Pour un exemple de contrat d affaires régi par le droit interne mais également par le droit européen : Le contrat de franchise est régi par les articles 1101 et suivants du Code civil, mais aussi par les articles L à L du Code de commerce, et par les articles L et suivants du Code de commerce concernant les pratiques restrictives de concurrence. Ce contrat est également soumis au règlement UE n 330/2010 du 20 avril 2010 sur les accords verticaux et les pratiques concertées, mais aussi aux lignes directrices sur les restrictions verticales publiées par la commission le 19 mai Résolution A2-157/89 du 26 mai 1989 sur un effort de rapprochement du droit privé des états membres. 4 Résolution A3-0329/94 du 6 mai 1994 sur l harmonisation de certains secteurs du droit privé des états membres. 5 Voir par exemple la communication de la Commission COM concernant le droit européen des contrats. 6 Pour des exemples parmi d autres, un Colloque sur l harmonisation du droit des contrats en Europe sous la direction des Professeurs C. JAMIN et D. MAZEAUD, en 2001, paru chez Economica, ou plus récemment un colloque organisé à Lille en 2011 intitulé vers un droit européen des contrats spéciaux sous la direction des Professeurs D. VOINOT et J. SENECHAL (actes parus chez Larcier, «vers un droit européen des contrats spéciaux» en 2012), et un colloque intitulé droit européen de la vente, menace ou opportunité pour le modèle Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 3

6 Le point de départ de ces réflexions était la constatation de coûts de transaction pour les entreprises en raison des réglementations nationales, mais également les distorsions de concurrence occasionnées par ces réglementations qui pour certaines sont très contraignantes et, pour d autres, plus libérales. Après la Communication de la Commission, a été élaboré un Cadre commun de référence 7, par des universitaires et des scientifiques européens. La Commission a encore montré son intérêt pour la matière avec, en 2010, le Livre Vert de la pour un droit européen des contrats pour les consommateurs et les professionnels 8. S en est suivi la mise en place d un groupe d experts qui a rendu un projet de droit commun européen des contrats. Puis, la Commission européenne lancé une proposition de règlement mettant en place un instrument optionnel 9 pour le droit européen des contrats de vente, s appliquant pour schématiser aux contrats transfrontaliers, sur une base volontaire et par une clause du contrat. Ne croyez pas que ce projet a vocation à se limiter au contrat de vente. Le domaine de ce contrat est déjà très large, mais à la lecture du projet, il apparaît qu il ne peut que s étendre compte tenu de la généralité d un certain nombre de règles. C est d ailleurs ce qui «inquiète» une partie de la doctrine française 10. Intéressons-nous d abord à ce projet. Nous sommes habitués en France à l approche contractuelle, c'est-à-dire que la loi réglemente les contrats en les qualifiant et en leur appliquant éventuellement un droit spécial. L Union européenne n a pas à passer par cette étape. En effet, le projet ne concernant a priori que la vente, les règles qui se trouvent dans ce projet ne qualifient pas le contrat, mais s appliquent directement aux clauses. C est l approche clause par clause, privilégiée ici pour atteindre toutes les clauses des contrats qui entrent dans le champ d application du futur règlement, sur la vente ou étendu. 4. Un moyen d atteindre les clauses restrictives de concurrence. Au sein de ces clauses, se trouvent des clauses restrictives de concurrence. Pour revenir au droit français, les contractuel français, organisé à Paris en 2012, sous la direction de N. MOLFESSIS, et de l Association DPG Université Panthéon Assas Paris II, Revue des contrats, 01 octobre 2012 n 4, P s. 7 Rapport du 25 juillet 2007 de la Commission COM (2007) 447 sur l état d avancement du Cadre commun de référence. 8 Livre vert de la commission européenne COM(2010)348 relatif aux actions envisageables en vue de la création d un droit européen des contrats pour les consommateurs et les entreprises. 9 Proposition de règlement du Parlement Européen et du Conseil du 11 octobre 2011 COM (2011) 635, relatif à un droit commun européen de la vente. 10 Voir pour ces positions doctrinales notamment les actes du colloque intitulé droit européen de la vente, menace ou opportunité pour le modèle contractuel français, organisé à Paris en 2012, sous la direction de N. MOLFESSIS, et de l Association DPG Université Panthéon Assas Paris II, Revue des contrats, 01 octobre 2012 n 4, P s. Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 4

7 clauses restrictives de concurrence sont les clauses qui sont atteintes par des dispositions du droit des pratiques restrictives de concurrence 11. Ce droit, parfois qualifié de «petit» droit de la concurrence est davantage une partie de droit de la concurrence ayant pour objet la protection du professionnel, dans les contrats qu il conclut, comme dans les situations qu il peut rencontrer dans la vie des affaires. Les clauses restrictives de concurrence sont donc des clauses que la loi sanctionne pour protéger les professionnels dans leurs relations contractuelles avec d autres professionnels 12. Eparses et nombreuses en droit interne, ces clauses tendent à être réglementées également par le Droit de l Union européenne. 5. Plan. L Union européenne élabore un véritable modèle commun en matière de clauses restrictives de concurrence via son projet de droit commun européen de la vente (I), mais aussi via une réglementation en cours d élaboration dans le domaine des pratiques commerciales déloyales entre professionnels (II). I. Les clauses restrictives de concurrence au sein du futur droit commun européen de la vente. 1. Le projet. Le projet de droit commun européen de la vente s applique aux transactions transfrontières portant sur la vente de biens, la fourniture de services connexes lorsque les parties conviennent de les appliquer 13. Il s agit, pour reprendre une partie de la doctrine 14, plus d un droit commun des contrats européen que d un droit commun de la vente, en raison du large champ d application de nombreux textes. Pour autant, le projet limite son application aux contrats de vente, même s il est sans doute conçu pour être étendu au fil du temps aux autres contrats. Son approche clause par clause permet de distinguer, au sein d un contrat, les clauses qui sont restrictives de concurrence de celles qui ne le sont pas. Le projet regroupe ces clauses sous l appellation de clauses abusives 15, expression qui n est pas nouvelle au niveau européen s agissant des professionnels 16. Pour être précis, il s agit là d un 11 Le droit des pratiques anticoncurrentielles (articles 101 et suivants du traité sur le fonctionnement de l'union européenne) peut également sanctionner des clauses restrictives de concurrence, notamment dans des ententes, mais nous limitons ici l étude au droit des pratiques restrictives de concurrence. 12 Voir pour l exemple principal la sanction du déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties sanctionnée par l article L.442-6, I. 2 du Code de commerce. 13 Article 1 er de la proposition de Règlement sur le droit commun européen de la vente précité. 14 Par exemple Y. LECQUETTE dans son introduction au colloque intitulé «le projet de droit commun européen de la vente, menace ou opportunité pour le modèle contractuel français?», Paris, 2012, Revue des contrats, 01 octobre 2012 n 4, P s. 15 Voir la Section 3 du Chapitre 8 du projet de règlement sur le droit commun européen de la vente. 16 Déjà la directive 2011/7/UE du 16 février 2011 concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales évoque les clauses abusives entre professionnels dans son article 7. Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 5

8 exemple de clauses restrictives de concurrence, les clauses abusives doivent donc être vues comme une partie et non pas comme le tout. 2. La clause au sein du projet. Le projet propose une «conception extensive» 17 de la clause contractuelle en ajoutant à ce que classiquement nous appelons clause, les règles impératives du projet et les règles supplétives auxquelles les parties n ont pas dérogé, les usages (professionnels), les pratiques (relation contractuelle entre les parties), et la commune intention des parties 18. Cette conception extensive permet au projet un contrôle large de ces clauses par le biais de la notion de clause abusive. 3. Les clauses restrictives de concurrence au sein du projet. Entre professionnels, le projet précise que la «clause abusive» est celle qui n a pas été négociée ou celle dont l application s écarte des bonnes pratiques commerciales, ou est contraire à la loyauté ou à la bonne foi. Ces clauses, selon le projet, sont considérées comme ne liant pas la partie au détriment de laquelle elles sont stipulées, elles sont donc réputées non écrites 19. Ces clauses abusives sanctionnées entre professionnels sont des clauses restrictives de concurrence en ce qu elles sont des clauses potentiellement critiquables pour les parties car mettant en œuvre ce qu en droit interne français on appelle pratique restrictive de concurrence. Le projet propose un véritable modèle commun dans son chapitre consacré aux clauses contractuelles abusives entre professionnels. Il s agit d une partie du modèle commun des clauses restrictives de concurrence. Ainsi, ces clauses restrictives de concurrence particulières sont des clauses non suffisamment négociées. On ne peut s empêcher de penser au déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties, introduit en droit français en Ce sont donc des stipulations contractuelles imposées par l une des parties et que l autre partie pourra critiquer. Ce modèle commun de clauses restrictives de concurrence en Europe constitue une avancée concernant la possibilité pour les professionnels européens de mettre en évidence ce type de clauses dans leurs contrats. C est ainsi que le droit des contrats 17 J. SENECHAL, le contenu des contrats, in O. Deshayes (dir.), "Le droit commun européen de la vente, examen de la proposition de règlement du 11 octobre 2011", Société de législation comparée, coll "TEE", volume Article 66 du projet de droit commun européen de la vente. 19 Le projet précise par ailleurs au stade de l interprétation du contrat, que la préférence doit être donnée aux clauses négociées plutôt qu aux clauses non négociées. 20 Article L I, 2 e du Code de commerce. Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 6

9 unifié en Europe oblige les professionnels à respecter des règles uniques dans l ensemble du marché unique. 4. Transition. Je vous évoquais le fait que malgré le caractère général des dispositions du projet, les clauses abusives entre professionnels ne constituent qu une partie des clauses restrictives de concurrence. Celles-ci sont, ou plus exactement seront, également atteinte par le biais d un futur droit européen des pratiques commerciales déloyales entre professionnels. II. Les clauses restrictives de concurrence au sein du futur droit européen des pratiques commerciales déloyales entre professionnels. 1. Origine consumériste et définition. Une directive de 2005 vient prohiber les pratiques commerciales déloyales mises en place par des professionnels au détriment des consommateurs 21. La directive donne une définition des pratiques commerciales qui sont toute action, omission, conduite, démarche ou communication commerciale, y compris la publicité et le marketing de la part d un professionnel, en relation directe avec la promotion, la vente ou la fourniture d un produit au consommateur. 22 Ce texte protège aussi indirectement les entreprises contre les concurrents qui ne suivent pas les règles fixées par la directive, garantissant ainsi une concurrence loyale dans le secteur d activité 23. La question de l application de cette directive aux professionnels s est posée en doctrine Extension possible aux professionnels. Les pratiques commerciales déloyales sont définies largement et s est posée la question de leur extension aux relations contractuelles entre professionnels. Il s agirait alors de sanctionner les comportements déloyaux entre professionnels. On ne peut s empêcher de penser aux clauses contractuelles constitutives 21 Directive 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2005 relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur. 22 Article 2 sous d de la directive 2005/29/CE. Voir aussi : le considérant 7 de la même directive qui prévoit «La présente directive porte sur les pratiques commerciales qui visent directement à influencer les décisions commerciales des consommateurs à l égard de produits». Voir encore : le considérant 8 de la même directive qui prévoit «Dès lors, elle protège aussi indirectement les entreprises légitimes contre les concurrents qui ne suivent pas les règles du jeu fixées par la présente directive, garantissant ainsi une concurrence loyale dans le secteur d activité qu elle coordonne». 23 Voir : le considérant 8 de la directive 2005/29/CE qui prévoit «Dès lors, elle protège aussi indirectement les entreprises légitimes contre les concurrents qui ne suivent pas les règles du jeu fixées par la présente directive, garantissant ainsi une concurrence loyale dans le secteur d activité qu elle coordonne». 24 Voir pour un bilan du droit européen des pratiques commerciales déloyales et pour des points de vue doctrinaux sur l application de la directive aux professionnels les actes du Colloque organisé en 2011 à l Université de Lille II par les Professeurs E. TERRYN et D. VOINOT, intitulé quelle évolution pour le droit européen des pratiques commerciales déloyales, publiés chez Larcier, «droit européen des pratiques commerciales déloyales, évolution et perspectives» en Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 7

10 d une pratique commerciale déloyale. Mais, une partie de la doctrine considère que cette extension, par ailleurs souhaitable, passe par l adoption d un nouveau texte 25, le texte de la directive étant davantage adapté aux relations de consommation. 3. Une clause restrictive de concurrence déjà prohibée. Dans les relations contractuelles entre professionnels, l Union européenne a déjà agi pour la sanction d une clause restrictive de concurrence particulière. En effet, une directive consacrée aux délais de paiements prévoit que la clause qui constitue un abus manifeste à l égard du créancier s agissant d un délai de paiement, du taux d intérêts de retard n est pas applicable ou donne lieu à une action en réparation 26. Il s agit d une pratique commerciale déloyale entre professionnels. Elle rentre dans la définition précitée, et cette clause est déloyale puisqu elle constitue un non-respect de la législation concernant les délais de paiement. Elle est déloyale à l égard du créancier qui, selon le droit européen, peut demander soit à ce qu elle soit réputée non écrite, soit des dommages et intérêts. C est ainsi que l Union européenne atteint une clause restrictive de concurrence en tant que pratique commerciale déloyale dans le domaine particulier des délais de paiement. Cette clause restrictive de concurrence est là encore un exemple de clause restrictive de concurrence. En effet, l Union européenne a la possibilité d agir concernant les pratiques commerciales déloyales entre professionnels de manière plus large, permettant là encore la mise en place à petits-pas d un modèle commun concernant les clauses restrictives de concurrence. 4. L Union et les clauses restrictives de concurrence dans les contrats de distribution. L Union européenne a déjà atteint d autres clauses restrictives de concurrence comme celles qui imposent un prix de revente dans le cadre d un réseau franchisé de distribution. Elle considère ces clauses comme des clauses restrictives de concurrence, c'est-àdire qu elles doivent être sanctionnées, ou considérées comme non écrites 27. De même, le règlement d exemption des accords de distribution verticaux prévoit qu en présence de telles 25 Voir G. STRAETMANS, harmonisation des pratiques commerciales déloyales : protection des entreprises, in «droit européen des pratiques commerciales déloyales, évolution et perspectives», Larcier : 2012 Coll. Code économique européen, reprenant les actes du colloque intitulé «quelle évolution pour le droit européen des pratiques commerciales déloyales», organisé en 2011 à Lille, précité. 26 Article 7 de la directive 2011/7/UE du 16 février 2011 concernant la lutte contre les retards de paiement dans les transactions commerciales. 27 CJCE, 28 janvier 1986, Pronuptia, aff Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 8

11 clauses restrictives de concurrence, l exemption ne s applique pas 28. De même, celle-ci ne s applique pas pour une clause de non-concurrence post-contractuelle dépassant une durée de cinq ans 29. Ainsi, certaines clauses restrictives de concurrence sont d ors et déjà sanctionnées par le Droit européen. La question qui se pose est de savoir si une législation à vocation plus générale peut s appliquer en dehors du projet de droit commun européen de la vente. 5. Vers une prohibition des clauses restrictives de concurrence dans leur ensemble dans le futur droit européen des pratiques commerciales déloyales entre professionnels. L Union européenne a pour objectif 30 d étendre le régime consumériste de lutte contre les pratiques commerciales déloyales aux professionnels 31. A travers les pratiques commerciales déloyales 32, une législation sur les clauses restrictives de concurrence entre professionnels peut voir le jour. Une partie de la doctrine l appelle de ses vœux, considérant que la directive concernant les relations entre professionnels et consommateurs 33 doit être refondue pour être étendue aux relations entre professionnels 34. Cela permettrait de réduire les distorsions de concurrence et de s en remettre à un cadre législatif unique, concernant les professionnels et les consommateurs. La directive de 2005 promet déjà de préserver la loyauté de la concurrence 35, grâce à l interdiction de pratiques commerciales déloyales envers les consommateurs. 6. Une action européenne déjà lancée. Comme pour l harmonisation européenne du droit des contrats, l Union procède par la technique des petits-pas dans ce domaine. Pour 28 Article 4 a) du règlement 330/2010 du 20 avril 2010 concernant l'application de l'article 101, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l Union européenne à des catégories d'accords verticaux et de pratiques concertées, reprenant une disposition du règlement 2790/1999 précédent. 29 Article 5 a) du règlement 330/2010 du 20 avril 2010 précité. 30 En application de la Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions du 25 juin 2008 «Think small first», priorité aux PME, un Small Business Act pour l Europe COM (2008) D. VOINOT, les petits professionnels, in Mélanges en l honneur de la Professeure Françoise Dekeuwer- Défossez, 2012, Montchrestien, p. 565 et suivantes, spéc. p Voir aussi, la Réponse de V. REDING du 19 décembre 2011 dans laquelle elle affirme qu il faut des règles à l échelle européenne pour réprimer les pratiques déloyales vis-à-vis des entreprises (entendre par entreprises les PME). 32 La présente intervention ne s attarde pas sur les «pratiques» qui sont déjà partiellement réglementées entre professionnels comme, par exemple, pour la publicité comparative ou trompeuse entre professionnels, réglementée par la directive 2006/114/CE du 12 décembre Directive 2005/29/CE du 11 mai 2005 précitée. 34 B. KEIRSBILCK, vers un règlement européen unique relatif aux pratiques commerciales déloyales «B2C» et «B2B», in Droit européen des pratiques commerciales déloyales, évolution et perspectives, sous la dir de e. TERRYN et D. VOINOT, Larcier, 2012 coll. Code économique européen, reprenant les actes du colloque intitulé «quelle évolution pour le droit européen des pratiques commerciales déloyales» qui a eu lieu à Lille en Directive 2005/29/CE précitée et page consacrée aux pratiques commerciales déloyales sur le site internet de la DG Justice, Droit des consommateurs, Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 9

12 simplifier, le Parlement européen, suite à la Communication de la Commission ensemble pour une nouvelle croissance 36, dans laquelle elle prévoit une action pour harmoniser les pratiques commerciales déloyales entre entreprises, a pris une résolution dans laquelle il entend «améliorer les pratiques contractuelles et commerciales dans les relations entre entreprises» 37. Cette dernière résolution s intéresse plus précisément aux clauses restrictives de concurrence. Immédiatement après, l Union a mis en place un «sondage» destiné aux entreprises 38. S en est suivi un rapport de la Commission qui confirma l existence de pratiques commerciales déloyales entre entreprises, ce «démontre la nécessité d une approche européenne consistante dans ce domaine» 39. Plus de la moitié des pratiques commerciales déloyales qui ressortent de la consultation 40 concernent des clauses restrictives de concurrence, comme par exemple les pénalités contractuelles disproportionnées (clauses pénales), les délais de paiement trop longs, le transfert des risques systématique à l autre partie, ou le paiement pour des services non rendus ou non sollicités. Suite à ce rapport, la Commission s en est remise à des chercheurs. C est ainsi qu elle a lancé un appel d offres en juin 2012 dans le but de recevoir une étude sur le cadre juridique couvrant les pratiques commerciales déloyales d entreprise à entreprise dans la chaîne de 36 Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions du 13 avril 2011, l Acte pour le marché unique, douze leviers pour stimuler la croissance et renforcer la confiance, ensemble pour une nouvelle croissance, COM (2011) 206, spécialement point 2.5 concernant les services : une initiative sera prise pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales entre entreprises afin d'identifier la nature et l'étendue des problèmes liés aux pratiques commerciales déloyales entre professionnels tout au long de la chaîne d'approvisionnement, de répertorier les réglementations existant au niveau des Etats membres, de faire état de leur mise en œuvre, et enfin d'identifier les différentes options envisageables. L'objectif poursuivi sera de mettre fin aux pratiques déloyales qui mettent en danger la viabilité des entreprises et stimuler la compétitivité des différents opérateurs des chaînes d approvisionnement dans le cadre d'un marché unique plus efficace et plus équitable du commerce et de la distribution, tout en répondant aux attentes des consommateurs et des producteurs quant à des prix compétitifs. 37 Résolution du Parlement européen du 5 juillet 2011 sur un marché de commerce de détail plus efficace et plus équitable 2010/2109 (INI). 38 Consultation des entreprises du 14 juillet 2011 de la Commission européenne : «Votre entreprise s'est-elle déjà vu imposer par un partenaire commercial un comportement ou des clauses contractuelles que vous jugez déloyaux? Lui est-il arrivé d'introduire un recours, sous une forme ou une autre, contre de telles pratiques?». En participant à cette enquête, vous aiderez la Commission européenne à déterminer quelles mesures sont employées pour mettre en œuvre les bonnes pratiques, et avec quelle efficacité. Vos réponses l'aideront également à élaborer des orientations pour améliorer la situation. 39 Rapport de la DG Marché Intérieur et Services du 15 février 2012 sur les réponses reçues à la consultation de la commission sur les pratiques commerciales déloyales entre entreprises. 40 Rapport du 15 février 2012 précité, spèc. p. 44. Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 10

13 distribution de détail 41. Le résultat de cette étude scientifique sur ce cadre juridique dans les différents états membres sera connu fin Le Livre Vert de la Commission du 31 janvier Mais, la Commission a parallèlement publié un Livre Vert sur les pratiques commerciales déloyales entre entreprises 42 le 31 janvier 2013 [jeudi dernier]. Dans ce document de consultation, elle assimile les pratiques commerciales déloyales à des clauses restrictives de concurrence. Ces clauses, non négociées, orales, trop larges, ou abusives doivent, au terme de ce Livre Vert faire l objet d une législation européenne. La consultation s achèvera en avril 2013 et au mois de juin, la Commission doit en publier les conclusions en vue d une action dans ce domaine. Dans ce projet, l Union européenne lance pour l année 2013 un véritable chantier qui a vocation à aboutir en fin d année ou en début d année 2014, à un modèle commun en matière de clauses restrictives de concurrence, au sein d un droit des pratiques commerciales déloyales entre professionnels européens. Le Livre Vert est riche d enseignements sur ce que la Commission considère comme des clauses restrictives de concurrence, montrant une conception large de ces clauses. Il démontre également que la Commission a conscience des situations déséquilibrées entre professionnels, et projette d en sanctionner les abus. Cette action démontre, si cela était encore nécessaire, toute l actualité du modèle commun européen des clauses restrictives de concurrence. Mais, elle permet aussi de démontrer que les pratiques commerciales déloyales entre entreprises sont, pour la Commission, majoritairement des clauses restrictives de concurrence, imposées par un partenaire dans un contrat d affaires. 8. Conclusion. Au-delà de l action européenne concernant les clauses restrictives de concurrence, qui sont traitées par différents projets européens, c est aussi la méthode dont je voulais vous faire part, une méthode relativement «douce», par petits-pas, mais qui aboutira très probablement à une réglementation complète et applicable dans toute l Union d ici une ou deux années. Le thème qui m a été donné revêt une actualité particulièrement riche, et cela perdurera durant l année Appel d offres de la commission, DG Marché intérieur et Services, MARKT/2012/049/E du 1 er juin Livre vert du 31 janvier 2013 sur les pratiques commerciales déloyales dans la chaîne d approvisionnement alimentaire et non-alimentaire interentreprises en Europe Aurélien FORTUNATO Journée doctorale régionale de Valenciennes le 7 février 2013 Page : 11

14 ITIS Innovation, territoires et inclusion sociale MDD Mobilités et développement durable RIO Risque, information, organisation DOBIM Droit des obligations et activités bancaires et immobilières THEMOS Théorie, Modèles, Systèmes Documents de travail récents Jean-Jacques Nowak, Sylvain Petit et Mondher Sahli, «Intra-industry trade and vertical differentiation in tourism services», [ ]. Kirill Borissov, Thierry Bréchet et Stéphane Lambrecht, «Environmental Policy in a Dynamic Model with Heterogeneous Agents», [ ]. Joseph Hanna, «R&D rivalry and cooperation with spillovers cleanup costs: Industry organization and welfare policy performances», [ ]. Naïké Lepoutre, «L européanisation du contentieux des étrangers en situation irrégulière», [ ]. Romain Gosse, «L exemple du principe d intégration en droit de l environnement», [ ]. Gabriela Condurache, «Européanisation par influence horizontale : l exemple du statut des agents publics», [ ]. Nadia Beddiar, «L Européanisation par influence de règles incitatives, l exemple du droit pénitentiaire», [ ]. Responsable de l édition des documents de travail de l IDP : Sylvain Petit

Relations verticales au sein de la chaîne d'approvisionnement alimentaire: Principes de bonnes pratiques

Relations verticales au sein de la chaîne d'approvisionnement alimentaire: Principes de bonnes pratiques Relations verticales au sein de la chaîne d'approvisionnement alimentaire: Principes de bonnes pratiques Proposés par les principaux membres de la plateforme interentreprises AIM CEJA CELCAA CLITRAVI Copa

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

REPONSE AU LIVRE VERT

REPONSE AU LIVRE VERT Gaël Chantepie, Professeur. Denis Voinot, Professeur. Aurélien Fortunato, doctorant CRDP Evelyne Terryn, Professeur Bert Keirsbilck, Professeur Muriel Chagny, Professeur REPONSE AU LIVRE VERT SUR LES PRATIQUES

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Septembre 2012 Table des matières : 1. Facts and figures :...2 1.1. Lien entre retards de paiement et faillites :... 2 1.2. Délais de paiement...

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 octobre 2002 Au vu des raisons évoquées ci-après, la Commission

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

JOURNEES COLOMBIENNES

JOURNEES COLOMBIENNES JOURNEES COLOMBIENNES 24 28 SEPTEMBRE 2007 Questionnaire relatif au thème n 1 LES CONTRATS DU CONSOMMATEUR Monsieur le Recteur Fernando HINESTROSA Professeur à l Université Externado de Colombie Calle

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE COMMISSION EUROPÉENNE QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE 27 août 2012 Depuis l adoption du nouveau règlement d exemption

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». TAUX D INTÉRÊT LÉGAL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. -Loi

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 23.4.2010 Journal officiel de l Union européenne L 102/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 330/2010 DE LA COMMISSION du 20 avril 2010 concernant l'application de l'article 101, paragraphe

Plus en détail

Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code

Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code Les nouvelles règles en matière d'application du droit de la consommation couvrent l'action en cessation

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable

Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable Les grands dossiers sociaux 2014 édition janvier 2014 Est-il obligatoire de cotiser à la sécurité sociale? Depuis plusieurs

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir :

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir : Prise de position du Conseil des Notariats de l Union européenne concernant la proposition de Directive de société unipersonnelle à responsabilité limitée (SUP) Les Notaires d Europe déplorent les conséquences

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

Sécurisez la rédaction r de vos contrats

Sécurisez la rédaction r de vos contrats Sécurisez la rédaction r de vos contrats Olivier COLNAT Michael DECORNY AUDIT CONSEIL DÉFENSE 1 INTRODUCTION De nombreux outils sont à la disposition des entreprises pour régir leurs relations avec les

Plus en détail

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS LOI N 2014-344 DU 17 MARS 2014 RELATIVE A LA CONSOMMATION juin SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS 25/04/2014 I. CONDITIONS GENERALES DE VENTE L article

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR Tous les produits achetés auprès d'apple, y compris les produits qui ne sont pas de la marque Apple, bénéficient de la garantie légale de conformité de 2 ans du vendeur, prévue

Plus en détail

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Mars 2013 RÉSUMÉ :... 2 NOTE INTÉGRALE :... 3 1. LIEN ENTRE RETARDS DE PAIEMENT ET FAILLITES :... 3 2. DÉLAIS DE PAIEMENT... 4 3. RETARDS

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

Fondation du Barreau

Fondation du Barreau Professeur Frédéric Levesque Faculté de droit - Université Laval Fondation du Barreau L obligation in solidum en droit privé québécois Montréal - 12 juin 2012 Origine - Notion - Régime juridique Lorsque

Plus en détail

CHARTE DE L E-MAILING. Code relatif à l utilisation de coordonnées électroniques à des fins de prospection directe

CHARTE DE L E-MAILING. Code relatif à l utilisation de coordonnées électroniques à des fins de prospection directe Déclaré conforme à la loi Informatique et Libertés par la CNIL, le 30 mars 2005, suivant procédure prévue par l article 11-3 de la loi du 6 janvier 1978. CHARTE DE L E-MAILING Code relatif à l utilisation

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES 1. INTRODUCTION La directive 96/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 décembre 1996

Plus en détail

Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen

Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen Luxembourg, 18 mars 2013 Chambre de commerce, Robert Mathiak, DG Justice-A3

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

La Loi canadienne anti-pourriel. Séance d information 2014

La Loi canadienne anti-pourriel. Séance d information 2014 La Loi canadienne anti-pourriel Séance d information 2014 Avis Cette présentation a été préparée par le personnel de la Commission dans le but de fournir des informations générales à l égard de la Loi

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

L a vente sur Internet est un modèle nouveau

L a vente sur Internet est un modèle nouveau Les clauses d exclusivité territoriale et la vente en ligne L a vente sur Internet est un modèle nouveau dans le domaine du commerce. Elle s'impose et ne cesse d'envahir le marché actuel. Son développement

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 69 12 avril 2011. S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 69 12 avril 2011. S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1119 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 69 12 avril 2011 S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION Loi du 8

Plus en détail

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Cahiers les d'acp ASSURANCE & CAPITAL PARTNERS (ACP) est le Département spécialisé du Groupe SIACI SAINT

Plus en détail

DROIT BANCAIRE ET FINANCIER. (i) Sur l omission du T.E.G. :

DROIT BANCAIRE ET FINANCIER. (i) Sur l omission du T.E.G. : Novembre 2012 Les contrats de prêt «structurés» conclus par les acteurs publics peuvent présenter des failles permettant de les remettre en cause. Comité de rédaction Bruno WERTENSCHLAG Olivier POINDRON

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Proposition de directive relative au timeshare 1

Proposition de directive relative au timeshare 1 Proposition de directive relative au timeshare 1 - Avis de l ULC - Les sollicitations et engagements de timeshare concernant les consommateurs luxembourgeois s effectuent essentiellement à l étranger d

Plus en détail

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques CONGRES MONDIAL 2010 PARIS Thème proposé par le groupe français L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques Jérôme Kullmann Président de l AIDA-France Vice-Président de l AIDA

Plus en détail

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub A. Publicité : généralités................................................... 149 B. Définition large de la publicité...........................................

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Chris Imprimerie EURL au capital de 1000 euros 40 chemin de la Parette 13012 Marseille Siret 527 861 058 00016 TVA Intracom FR83527861058 Les rapports de la Société Chris

Plus en détail

ALGERIE Loi de finances complémentaire pour 2009 Mesures fiscales

ALGERIE Loi de finances complémentaire pour 2009 Mesures fiscales Août 2009 ALGERIE Loi de finances complémentaire pour 2009 Mesures fiscales Comme tous les ans le gouvernement algérien a adopté fin juillet une loi de finances complémentaires (LFC) pour 2009 (Ordonnance

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

Engagé à nouveau pour un an?

Engagé à nouveau pour un an? Engagé à nouveau pour un an? Engagé à nouveau pour un an? 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès, 50 B - 1210 BRUXELLES N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC Synthèse Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers Propositions et axes de réflexion des IEEC Introduction Alors que les marchés internationaux ont toujours été un

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication MEDEF - ORSE octobre 2014 Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication Fédération des Industries Electriques, Electroniques

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

Décision MLD 2013-45 relative à un refus de chèque fondé sur un nom patronymique à consonance étrangère (Recommandation)

Décision MLD 2013-45 relative à un refus de chèque fondé sur un nom patronymique à consonance étrangère (Recommandation) Décision MLD 2013-45 relative à un refus de chèque fondé sur un nom patronymique à consonance étrangère (Recommandation) Domaine de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations Thèmes

Plus en détail

Conditions d achat. 2. Commandes et confirmations de commande. 3. Délais et dates de livraison. Pour l entreprise: Schunk Electrographite S.A.S.

Conditions d achat. 2. Commandes et confirmations de commande. 3. Délais et dates de livraison. Pour l entreprise: Schunk Electrographite S.A.S. Conditions d achat Pour l entreprise: Schunk Electrographite S.A.S. Les conditions suivantes pour la conclusion de contrats d achats ne s appliquent que vis à vis de personnes agissant en leur qualité

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

Le droit de la consommation dans son contexte économique

Le droit de la consommation dans son contexte économique Gilles Paisant Ariane Morin Andréas Heinemann Dirk Langer Sandra Vigneron-Maggio-Aprile Le droit de la consommation dans son contexte économique Centre du droit de l'entreprise (droit industriel, droit

Plus en détail

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules.

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules. LA GEOLOCALISATION DEFINITION - A l origine : La géolocalisation est la localisation d un objet sur une carte à l aide de positions géographiques. On utilise la géolocalisation par GPS (Global Positionning

Plus en détail

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Directeurs de la formation René Despieghelaere : Ancien Bâtonnier du Barreau de Lille Bernard Bossu : Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES

FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES 1 Mise à jour : 26 11 2012 A - INTRODUCTION - Rappels - 2 LES 5 PRINCIPES DU DROIT DE LA CONCURRENCE 1. Liberté

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Garantie locative et abus des propriétaires

Garantie locative et abus des propriétaires Recht/Droit Garantie locative et abus des propriétaires La garantie locative, encore communément appelée «caution», est destinée en principe à protéger le propriétaire vis-à-vis d un locataire qui ne respecterait

Plus en détail

MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics. TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W

MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics. TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W A - IDENTIFIANTS MARCHE À PROCÉDURE ADAPTÉE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics TRAVAUX Réf. marché : BCS2013M06-W 1- Identification du pouvoir adjudicateur qui passe le marché

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

LawLex. L excellence en droit économique

LawLex. L excellence en droit économique LawLex L excellence en droit économique L INFORMATION DE RÉFÉRENCE en droit économique LawLex, société d édition juridique spécialisée en droit économique, offre en ce domaine les produits les plus complets,

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS POSITIF

ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS POSITIF Groupe Europe Directive «Droits des consommateurs» 16 mars 2010 ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

SAICA GROUP. Conditions Générales d Achat - France

SAICA GROUP. Conditions Générales d Achat - France SAICA GROUP Conditions Générales d Achat - France 1. Domaine d application 1.1. A titre de conditions déterminantes du consentement et sauf exception expresse faisant l objet de conditions particulières

Plus en détail