III Problématique, hypothèses et proposition méthodologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "III Problématique, hypothèses et proposition méthodologique"

Transcription

1 l Acteur en 4 Dimensions III Problématique, hypothèses et proposition méthodologique Fait irruption dans notre culture, qui n en avait jamais formé d idée que locale et vague, la nature Michel Serres Quelles sont les disciplines qui s intéressent aux rapports homme-nature? Aucune en particulier, plusieurs à petites doses. Anthropologie, économie, géographie, économie et sociologie en sont quelques exemples, et fondent certains préceptes qui nous guideront tout au long de notre réflexion, transdisciplinaire donc. Nous posons quatre hypothèses qui nous aideront à répondre aux questions de départ suivantes : sur le plan théorique, comment s articulent rapports social et patrimonial sur un hydrosystème, à l échelle d un territoire? D un point de vue pratique cette fois, comment fournir une aide à la négociation environnementale dans un contexte territorial et multi-acteurs? Une proposition : l Acteur en 4 Dimensions, un modèle conceptuel d analyse qui propose une nouvelle vision d un jeu d acteurs, basée sur les relations humaines (rapport social) et les relations homme-nature (rapport patrimonial). 1. Ces sciences humaines qui touchent à la nature 1.1. Anthropologie, ethnologie : les prémices des rapports homme-nature Anthropologie : «ensemble des sciences qui étudient l homme en société» (Robert). En anthropologie, l intérêt pour les relations que les sociétés entretiennent avec les éléments naturels de leur environnement s est manifesté de plusieurs façons à travers 1) l étude de la «culture matérielle», 2) l analyse des modes de connaissance des objets et phénomènes naturels en liaison avec leur utilisation aussi bien technique que symbolique. Dans les années 50, deux figures dominent l étude de la culture matérielle, Leroi-Gourhan et Haudricourt. Avant de s occuper de leurs dieux, il était d abord nécessaire de savoir ce que les gens mangent, où ils habitent, comment ils se vêtent ; et pour cela, il fallait s intéresser à la façon dont ils prélèvent leurs moyens de subsistance sur le milieu environnant. En optant très tôt pour la préhistoire, Leroi-Gourhan s excluait automatiquement d une démarche interdisciplinaire portant sur les sociétés actuelles, mais il fut à l origine du développement en France des études sur les rapports que les sociétés préhistoriques entretenaient avec leur environnement. L influence d Haudricourt, quoique limitée, joua néanmoins un rôle décisif dans la promotion de l interdisciplinarité en ethnologie en suscitant des doubles formations, sciences de l homme et sciences de la vie. Lévi-Strauss représente la troisième personnalité qui joua un rôle dans le développement de l interdisciplinarité. C est pour comprendre les positions des plantes et des animaux figurant dans les mythes que Lévi-Strauss porta tant d attention à leurs caractéristiques biologiques, écologiques et comportementales. L enseignement de Lévi-Strauss appelle à la nécessité de connaître le milieu dans lequel vit une société pour comprendre le langage mythique par lequel elle exprime sa conception du fonctionnement du monde. Claude Levi-Strauss est le premier à appliquer à l anthropologie la méthode structuraliste, issue des linguistes et notamment de Saussure. Une structure consiste en éléments tels que la modification de l un entraîne celle de tous les autres. Ce seraient les rapports entre les éléments et non les éléments eux-mêmes qui définissent la structure (Lévi-Strauss, 1963). Ainsi les pratiques des hommes relèvent de schèmes qui les rendent intelligibles. C est en étudiant la praxis mais aussi les mythes, l imaginaire que l on trouve la structure. La structure est alors un système de 95

2 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle schèmes conceptuels présents à la fois dans le monde matériel et dans l idéologie des groupes sociaux territorialisés (Diméo, 1990). Pierre Bourdieu adhère aussi à ce courant du structuralisme en proposant de dépasser l opposition entre sujet et objet. Il présente l homme comme ayant à la fois un sens pour lui-même en tant qu individu et une signification sociale. Il introduit le concept d habitus qui est le système de dispositions de chaque individu à percevoir, à sentir, à penser, à agir (Bourdieu, 1980). Pour lui, les productions humaines se font par un double processus qui met en scène l individu et l agent social et qui serait l intériorisation de l extériorité et l extériorisation de l intériorité. Il est possible de relier le structuralisme au matérialisme dialectique, un courant philosophique de la praxis et de l action humaine. Sa méthode implique la prise en compte et l analyse des conditions de vie, des rapports à l environnement et des évènements quotidiens. C est à travers la praxis que le chercheur appréhende les idées et les représentations de l homme. Entre praxis et pratique sociale s intercale toujours un médiateur qui est le schème conceptuel que décrivait Lévi- Strauss en Pour celui-ci, le fonctionnement des structures passe par une connaissance des rapports dialectiques entre le monde matériel et le monde idéel. On cherche à comprendre de quelle façon s établissent les relations entre sujet et objet : l objet influençant le sujet par accommodation et le sujet façonnant l objet par assimilation (Diméo, 1990). Ces courants de pensée représentent un appui théorique dans l analyse des rapports socio-spatiaux ou socioterritoriaux. Ethnologie : «étude théorique des groupes humains» (Robert). Parallèlement, apparaît l ethnoscience, un terme utilisé pour la première fois par Murdock en 1950 pour traiter des idées au sujet de la nature et de l homme. Aux Etats-Unis, Conklin en 1954 définit l ethnoscience comme le fait de «partir des catégories sémantiques indigènes pour étudier la connaissance qu une société a de son environnement». Mais après que l on eut renoncé à reconstituer les cultures à partir de la somme des classifications populaires, le terme ethnoscience ne fut plus utilisé que pour désigner l étude des modes de connaissances populaires de la nature. L objectif général de l ouverture de l anthropologie et de l ethnologie est de mettre en évidence la façon dont les membres des sociétés étudiées se représentent le fonctionnement de la nature, leur façon de classer les plantes et les animaux et de comprendre les logiques qui sous-tendent leur mode d exploitation du milieu. Mais ni l anthropologie ni l ethnologie ne s ouvrent totalement aux programmes de recherche pluridisciplinaire. D abord parce que l anthropologie semble aspirer à pouvoir traiter les rapports homme-nature à l intérieur de son propre domaine. Il est vrai que les enseignements de Leroi- Gourhan, d Haudricourt et de Lévi-Strauss n invitaient pas les chercheurs à amorcer de réels partenariats avec des collègues de domaines différents, mais les poussaient plutôt à assumer euxmêmes une démarche interdisciplinaire. Mauss avait lui aussi débroussaillé les différentes directions dans lesquelles devait s engager la recherche, mais en affirmant que son objet demeurait la société dans sa globalité. L ensemble de ces personnalités ont affûté les outils et esquissé, en guise d hypothèses de travail, des lois permettant de mener à bien cette recherche, mais ils n ont pas abordé les sociétés de façon holistique, laissant ce soin à leurs héritiers (Friedberg, 1992) L économie et la nature Economie : «bonne administration des richesse matérielles» (Robert). Robbins, en 1947, définit l économie comme «la science qui étudie le comportement humain en tant que relations entre des fins et des moyens rares à usages alternatifs». Malinvaud, en 1975, ajoute que l économie est «la science qui étudie comment les ressources rares sont employées pour la satisfaction des besoins 96

3 l Acteur en 4 Dimensions des hommes vivant en société» 50. Ciblant deux objets d étude, que sont la logique de décision sociale et le système de production et d allocation de richesses, l économie a pour objectif de rendre compte de l univers de la production et de l échange de biens et de services individualisés à partir d une théorie du choix rationnel (Godard, 1992). Trois concepts-phares servent de base à l économie : les agents, les biens et l utilité ; la préoccupation centrale étant la recherche de l efficacité de l allocation des biens pour atteindre le niveau le plus élevé possible de bien-être collectif ou de richesse 51. Encore aujourd hui, on distingue plusieurs paradigmes au sein de la discipline : néo-classicisme, keynésianisme, institutionnalisme ou marxisme. Mais chacun reconnaît que la théorie neo-classique s est renforcée comme le modèle dominant. Cependant, depuis les années 70, l étude d objets particuliers a donné naissance à la formation de spécialités, telles l économie rurale ou l économie de l environnement. L économie de l environnement s appuie sur des concepts tels que : ressource naturelle ou actif naturel, désignant des bien non reproductibles (Gordon, 1954) bien collectif ou bien public, des biens pour lesquels des actions de consommation successives sont tantôt possibles, tantôt impossibles (Samuelson, 1954) effet externe lorsque l action d un agent affecte la fonction d utilité d un autre en dehors d un échange volontaire entre eux (Pigou, 1920) A partir de ces concepts, sont nés divers résultats : des modèles visant à mieux prendre en compte les conditions imparfaites d accès à l information, la notion de valeur d option liée à la méthode d évaluation contingente, des méthodes pour évaluer les actifs naturels, des discussions sur l attitude face au risque, à l économie de l information, etc... Critiquées tantôt par certains économistes traditionnels (Poupardin et al., 1971), tantôt par des scientifiques s intéressant à l économie (Georgescu-Roegen, 1971 ou Passet, 1979), les bases théoriques de cette nouvelle économie ne sont pas acceptées par tous et peinent à s affirmer dans le milieu de la recherche (Godard, 1992). En marge de l économie académique, certaines études abordent les milieux et les ressources en tant qu éléments constitutifs de la reproduction économique des groupes sociaux considérés (Jollivet, 1978). C est le cas de l économie forestière (Larrère et al., 1986) qui s est transformée en une spécialité pluridisciplinaire combinant des approches technique, sociologique, ethnologique, historique et économique. Sur un autre registre, l analyse des échecs des stratégies de développement ont lancé et alimenté la réflexion sur les rapports entre l environnement et le développement (Milton & Farvar, 1972 ; Sachs, 1980). Petit à petit, l économie s intéresse alors à des actifs multi-fonctionnels impliquant des aspects non-marchands dans des temporalités de très long terme. L un des aboutissements serait dans une économie pluridisciplinaire à dominante sociologique et anthropologique, pour une tentative de réorganiser l analyse autour du concept d «écosociosystème» proposé par Ribeill en Peut-on aller dans ce sens sans toucher au noyau théorique profond de l économie? Cette question se pose toujours de manière controversée Une touche de psychologie La psychologie de l environnement met en avant les interactions entre l homme et son environnement, entre l individu et l aménagement d espaces. Peu développée en France, elle connaît un essor important au niveau international 52. La psychologie de l environnement s appuie 50 La nature intervient ici par les contraintes qu elle impose à la liberté de comportement des agents. 51 L optimum de Pareto désigne une allocation des biens telle qu il ne soit pas possible de la modifier sans porter atteinte au bien-être d un agent. 52 Notamment au travers de deux réseaux : International association for people-environment study (IAPS) et Red de psicologia ambiental latinoamerica (Repala). 97

4 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle sur des modèles appelés transactionnistes, lesquels relient systématiquement acteurs et contexte. L individu est alors proposé comme un système intégré à l environnement. Les psychologues analysent par exemple les processus permettant d élaborer des représentations cognitives de l espace, se penchent sur les représentations de la ville, de l habitat, des atouts et des défauts des territoires, et en dressent ensuite des cartes mentales de l espace qui renseignent sur la lisibilité des lieux et la pertinence de leur configuration (Vaillancourt, 2005). La psychologie sociale est également mobilisée dans la réalisation de sondages sur l acceptabilité environnementale. Des psychologues américains, comme Harold Prohansky, ont notamment étudié le phénomène du crowding, soit le sentiment d entassement dans des espaces limités. En France, Abraham Moles a eu une grande influence avec sa Psychologie de l espace 53. Selon Moles (1995), la compréhension des relations que l homme entretient avec l espace qui l entoure est régie par la loi proxémique issue de la psychologie de l espace : «tout ce qui est proche (ici et maintenant) est pour moi plus important que ce qui est lointain (ailleurs, autrefois et plus tard)». Il existe ainsi trois types de relations fondamentales en occident : - l absence de relation : les archétypes pour les terriens occidentaux pourraient être le désert, l océan, la forêt tropicale ; - l identité d un lieu : lieu clos difficilement accessible aux autres, lieu où se concentre la majorité des activités et biens de l individu, lieu bénéficiant d une dénomination précise et reconnue par tous ; - l appropriation du lieu : lieu qui dispose non seulement d une identité mais qui en plus est le mien pour de nombreuses raisons qui dépassent la notion de propriété juridique [ ] cette appropriation peut se faire selon deux comportements : l enracinement quand un individu s installe en un lieu qui devient le barycentre de sa vie, autour duquel il développe des lieux secondaires (travail, loisir), avec entre les deux les espaces traversés ayant moins de valeurs ; et l errance qui se caractérise par des fréquences de passage à travers un territoire donné et qui peut développer chez celui qui la pratique un degré de connaissance de ce territoire aussi précise que chez les enracinés, sans pour autant qu il y attache de la valeur. Dès lors, certains lieux du territoire, certaines entités peuvent faire l objet de sentiments d attachement ou d appartenance. A l inverse, d autres lieux pourraient être l objet de sentiments d éloignement, de détachement. Pour étudier les représentations des individus, les psychologues se basent sur ce que Simon appelle la rationalité procédurale, qu il différencie de la rationalité substantive. Un comportement est rationnel de manière procédurale quand il est le résultat d une réflexion appropriée ; un comportement est substantivement rationnel quand il est en mesure d atteindre des buts donnés (Simon, 1982). A l origine et par définition, la rationalité ne dépend de l acteur que d un seul point de vue : ses buts (Gould & Kolb, 1964). Si l économie est surtout axée sur la rationalité substantive (les résultats), la psychologie s intéresse particulièrement à la rationalité procédurale (le processus) et cherche à décrypter les processus cognitifs, les processus intellectifs selon l expression de James 54. Historiquement, trois directions principales ont guidé la recherche psychologique sur les processus cognitifs : l apprentissage, la résolution de problèmes et l élaboration de concepts. Pour la plupart des problèmes que l homme rencontre dans le monde réel, aucune procédure ne lui permet de découvrir la solution optimale même si la notion d optimum est bien définie, les capacités de l homme pour traiter l information étant relativement modestes face à l énorme 53 Avec Elizabeth Rohmer (1972). 54 James W. (1890) Principles of psychology. 98

5 l Acteur en 4 Dimensions complexité du monde. Et l homme se retrouve très vite en dehors de l espace de rationalité substantive computable. S intéresser à la rationalité procédurale des individus face à un contexte de risque et d incertitude, c est trouver des procédures efficaces pour proposer de véritables solutions aux problèmes concrets de prise de décision. Ainsi en est-il de l heuristique du joueur d échecs pour une recherche sélective et pour ses connaissances encyclopédiques des schémas significatifs, qui sont à la base de sa rationalité procédurale quand il choisit de déplacer une pièce. L esprit humain peut acquérir une grande variété de compétences, de modèles de comportements, de répertoires pour résoudre les problèmes et les habitudes de perception (Edwards, 1968). Mais tous ces éléments dépendent de ce que l individu a appris, des expériences qu il a faites. Une rationalité substantive ne peut s appréhender que dans des situations très simples ; dans toutes les autres situations, l esprit humain utilise les informations imparfaites qu il possède, simplifie et se représente la situation comme il peut. C est alors la rationalité procédurale qui guide intuitivement les comportements des individus dans des situations complexes, risquées, incertaines (Simon, 1982). Les nouvelles interrogations, notamment environnementales, concentrent l attention sur de nouveaux phénomènes empiriques, et leur explication réclame en retour une compréhension des processus à la base de la rationalité humaine. La psychologie de l environnement s intéresse aux relations entre les individus et leur environnement en se basant le plus souvent sur l étude des rationalités procédurales. Ce champ disciplinaire, et notamment la psychologie de l espace, offre une base riche et pertinente pour l étude des rapports homme-nature La géographie s environnementalise a. s ouvrir aux liens entre espaces et peuples A l origine, la géographie est descriptive, empirique et encyclopédique pour faire connaître la terre et ses régions. Puis elle devient science humaine au XIXè, notamment grâce à deux auteurs. Rittel d abord en 1836 présente une réflexion déterministe de la discipline qui insiste sur l influence du milieu physique dans l histoire des peuples. Ratzel ensuite en 1897, à l origine du courant environnementaliste de la géographie, tente de préciser les lois physiques qui déterminent les distributions de l espèce humaine. Puis, au début des années 1900, des chercheurs comme Vidal de la Blache développent la thèse du possibilisme, laquelle statue qu il n y a pas de nécessité déterminante dans le milieu géographique, mais partout des possibilités que l homme, maître de son choix, va ou non utiliser. La géographie s est ainsi consacrée assez tôt à l étude de l homme et de son environnement. A la fin du XIXè siècle, Elisée Reclus définissait l environnement comme un milieu biophysique aménagé. La géographie accepte le lien entre discours sur la nature et discours social et rejette la fausse opposition géographie humaine- géographie physique, sciences dures sciences molles. La géographie veut aborder les questions d environnement dans un contexte humain à travers une analyse claire de grands concepts explicatifs qui lient approches physiques et humaines (George, 1970). Aujourd hui, la géographie de l environnement se préoccupe particulièrement d aménagement des territoires, qu il s agisse d un quartier, d une ville, d un continent. Déforestation ou changements climatiques, épuisement des ressources halieutiques ou ferroutage, la géographie de l environnement s intéresse à une diversité de thèmes, toutes échelles confondues. Pour appréhender les relations homme-nature, on s appuie sur la géographie comportementale qui privilégie l étude des représentations et de l imagination pour expliquer l influence des processus cognitifs sur la connaissance et les pratiques spatiales (Bailly, 1992). La géographie 99

6 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle comportementale est en partie basée sur la théorie des représentations, née au sein de la psychologie sociale, sur l imbrication entre le cognitif et le social et sur les prémisses de la phénoménologie 55. Le terme environnement est né au XVIè siècle et signifiait à l origine «ce qui environne», ce qui entoure à plus ou moins grande échelle. Son sens, dérivé du terme d environ, exprime une approximation que la vision contemporaine ne nie pas. La géographie choisit de recourir à des termes plus précis, comme le risque, le paysage ou l espace rural. b. appréhender le risque Le risque, qui se conçoit par rapport à un groupe social qu affecte un danger, constitue un volet important de la géographie de l environnement. Pour le géographe, la peur possède ses territoires de prédilection (Yi Fu Tuan, 1974), des lieux haïs, des trajets dangereux, des montagnes maléfiques. Cet objet intégrateur qu est le risque requiert qu on envisage à la fois les éléments naturels et les conséquences sur le terrain de la vie en société. Le géographe dresse des typologies des grands risques, des vulnérabilités potentielles afin d élaborer des programmes de mesure préventive adaptés à la fréquence et la gravité des phénomènes. Le principe de précaution devient un élément fondamental dans la réflexion sur la protection environnementale : prévoir des risques qui n existent pas encore, mais qui peuvent apparaître, estimer la gravité des risques en l absence de certitude scientifique. Penser à des risques inexistants au temps t, faire des expérimentations sur la base de catastrophes imaginaires ou à venir, prévoir des plans de risques, voici des éléments de la prise de conscience sociale des risques auxquels la géographie entend contribuer. Une véritable discipline des interactions individu-environnement s est ainsi progressivement élaborée en géographie pour un meilleur contrôle des risques. Pour permettre l évaluation des avantages et des inconvénients générés par un projet d aménagement ayant un caractère spatial, le géographe s intéresse à la maîtrise des techniques d aide à la décision. La solution idéale serait de rendre la société invulnérable (Theys & Fabiani, 1987) mais l évolution des sociétés, tout en nous protégeant de certains risques, en génère de nouveaux qui accroissent parfois sa vulnérabilité. La géographie du risque l étudie de façon globale à la fois dans sa représentation et dans sa gestion territoriale. c. s interroger sur le paysage et l espace rural Le paysage et la société rurale représentent également un des plus anciens objets géographiques. Sauer propose, dès 1925, «la compréhension de l organisation systématique du paysage et de ses causes» comme champ d étude à la discipline, une voie qui vise à saisir l utilisation de l espace par l homme (Sauer, 1925). Les géographes régionalistes s intéressent aux paysages ruraux au début du XXè, afin d évaluer l influence du passé et du milieu physique sur les aménagements humains. A partir des années 50, est élaborée une géographie des modèles agricoles, suivie dans les années 70 d une géographie des enjeux spatiaux, qui conçoit le paysage rural comme le résultat de luttes sociales, politiques et économiques. Cet ensemble de travaux est complété par la géographie de la perception qui cherche à dégager à travers les motivations des individus, la logique du discours et des pratiques. La problématique classique, dans la tradition de Vidal de la Blache, insiste sur le lien nécessaire entre la physionomie d un territoire et les paysages ruraux. La géographie rurale explique à partir de l étude des facteurs physiques les pratiques agricoles et techniques (Meynier, 1958). On y explique le système de cultures, les types de structures agraires, le concept de civilisation agraire, 55 L essence des phénomènes n est pas dans leur apparence mais dans le monde subjectif de l individu. 100

7 l Acteur en 4 Dimensions qui montre que la production agricole se règle non seulement d après les contraintes physiques, mais aussi d après des héritages historiques. En 1947, Gottmann place au premier rang la dynamique des collectivités comme facteur explicatif des paysages, une idée reprise par Le Lannou en , qu il complète par l introduction de variables psychologiques. Le paysage devient l expression de la conjoncture des civilisations, le reflet des sociétés ; la région est avant tout une notion politique, qui reflète les stratégies des groupes dominants. La géographie se rapproche alors de l écologie, dans sa recherche des influences réciproques de l homme et de la nature. Chaque conquête des sociétés sur les milieux entraînent des risques que seule une bonne connaissance des interrelations entre les composantes du milieu peut faire éviter. La géographie devient active et s intéresse alors aux équilibres homme-milieu avec ses facteurs endogènes 57 et exogènes 58 (Bailly & Béguin, 1998). Le tableau suivant fait le point sur les principales approches de la géographie en matière de paysages et de sociétés rurales (Tableau 3). Dans ce travail, nous chercherons, sur la base de méthodes inductives et déductives, à comprendre l espace vécu d un territoire, en analysant le système de représentations sociales et l idée d attachement territorial, en lien avec les sciences humaines et la psychologie de l environnement. Ainsi nous rapprochons-nous de la problématique humaniste et comportementale de la géographie (en grisé sur le tableau). date Objectif Problématique Démarche Type de Type de résultats Convergences recherches XIXè Connaissance Morphologie Inductive Description des Cartes et description Avec la du monde sociétés et des des zones naturelles topographie cheminements 1900 Recherche des causalités homme-milieu 1950 Rentabilité économique 1970 Enjeux sociaux et spatiaux Morphofonctionnelle 1980 Espace vécu Humaniste et comportementa le Inductive Déterminisme, Possibilisme, Environnementali sme Néopositiviste Déductive Théories et modèles à fondements économiques Radicale Dialectique Idéologies, stratégies et sociétés Inductive et déductive Microgéographie des sociétés et de leurs pratiques Tableau 3 : Principales approches de la géographie rurale et des paysages Géographie des unités régionales, Atlas régionaux Communautés dans les localisations agricoles, cohésion entre les systèmes Rôle des relations dissymétriques et les rapports centrepériphérie Systèmes de représentations et attachement territorial Avec les sciences naturelles Avec les sciences économiques Avec les sciences sociales Avec la psychologie et les sciences humaines Rappelons le paradoxe de Rousseau sur «la détérioration du milieu de vie par avancement de la civilisation matérielle 59». Dans les années 70, la géographie se rapproche du concept d écodéveloppement, en étudiant les interactions entre les diverses sociétés humaines, leur environnement et les déséquilibres qui en résultent. La notion de justice environnementale, émergente dans les années 70 et institutionnalisée dans les années 90 permet aussi de conceptualiser la lutte contre les inégalités qui ont tenu des groupes ethniques à l écart du développement. On cherche à comprendre l utilisation de supports écologiques indirects 60, et la géographie change d échelle. Cette nouvelle géographie humaine nous invite à approfondir les rapports entre les groupes, en particulier leurs stratégies dans l espace, historiquement déterminées, associées à des modes de 56 Géographie humaine, Jeu des phénomènes naturels, pratiques humaines. 58 Cadres imposés de l extérieur. 59 Discours sur les sciences et les arts, Recherche dans d autres aires de biens que l on ne peut obtenir sur son territoire. 101

8 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle production et à des formations sociales. L espace rural est ainsi le témoin des déséquilibres de l ordre socio-spatial et des rapports entre espace et pouvoir par suite des stratégies des groupes aux objectifs opposés. A l interface entre enracinement local et changement global, le monde rural devient un espace majeur confronté au libéralisme économique, aux nouveaux modes de production, aux rapports sociaux modernes et parfois à l exploitation abusive, ce qui a favorisé la diffusion, l appropriation du concept de développement durable (Bailly & Béguin, 1998). La géographie rurale traditionnelle n est plus, elle a été supplantée par une nouvelle géographie qui parle des territoires ruraux en les situant dans une perspective globale, en exprimant les rapports de pouvoir, l attitude des hommes face aux enjeux territoriaux, les nouveaux écosystèmes des campagnes, la notion d espace vécu Quand la sociologie s intéresse à l environnement Notons d abord comme un fait lexical significatif que l expression science sociale apparaît pour la première fois dans un texte adressé à Condorcet en 1791 par son jeune ami Dominique-Joseph Garat, alors que les physiocrates se contentaient à l époque de parler d un art social (Taguieff, 2004). Sociologie, mot créé par Auguste Comte, signifie l étude des faits sociaux humains (Robert). On peut définir la sociologie de l environnement comme la partie de la sociologie qui s intéresse aux problèmes touchant les rapports de l homme à la société d une part et à l environnement physique d autre part. Il y va de la relation dialectique et problématique entre nature et culture. La sociologie environnementale est née de la rencontre entre l écologie urbaine, l écologie humaine et l écologie sociale, d une part, et la sociologie rurale, la sociologie des ressources naturelles et la recherche sur les mouvements sociaux d autre part (Vaillancourt, 2003). Le champ d étude de la sociologie de l environnement s articule autour de trois grands axes : 1) les causes sociales des problèmes d environnement, 2) les réactions sociales à ces problèmes et 3) le développement de stratégies sociales et politiques pour les aborder et les résoudre. Cela peut paraître évident aujourd hui, mais jusque dans les années 70, il existait peu de concepts, paradigmes ou théories ayant pour centre la relation entre l homme et son environnement, même quand cette relation avait été tant soit peu formalisée comme constituant une problématique. A l origine, donc, la nature et l environnement étaient plutôt méconnus en tant qu objet d étude. La raison couramment invoquée pour expliquer l absence du volet physique dans la sociologie classique est que cette discipline voulait s émanciper de la domination des sciences naturelles ; en a découlé une exagération du social et une mise à l écart de tout déterminisme physique, biologique ou géographique. Les écrits des pères fondateurs des sciences sociales (Durkheim, Weber ou Marx) ont ainsi en tout état de cause contribué à ce que le milieu physique soit négligé par la sociologie moderne (Leroy, 2001). Néanmoins, la sociologie de l environnement, ou l étude des relations entre les milieux naturels et la société humaine, semble avoir évolué en trois étapes principales depuis les années 20. 1) Les notions d écologie urbaine et humaine émergent autour de 1920 avec des auteurs comme Park ou McKenzie, suivies de l écologie sociale de Mukerjee et Alihan et de l écologie humaine néoorthodoxe d Hawley et Quinn dans les années 30, sans pour autant parvenir à faire école en sociologie (Vaillancourt, 2003). 2) Au tournant des années 70, suite à l apparition d une certaine conscience environnementale, apparaît la sociologie environnementale. A titre d exemples, on cherche à expliquer les origines de la question de l environnement, en invoquant la surpopulation (Ehrlich, 1969), la technologie (Commoner, 1971) ou le capitalisme (Gorz, 1977, Touraine, 1978). Bateson parle de l écologie de l esprit, une approche holistique et interdisciplinaire des rapports entre l homme et la nature qui vise une mise en commun d un ensemble de connaissances (Bateson, 102

9 l Acteur en 4 Dimensions 1973). Dans d autres cas, on assiste à des tentatives de verdissement des écrits des pères fondateurs, mais globalement, l homme est considéré comme libre de toute influence vis-à-vis de son environnement physique, un paradigme évoqué par Catton et Dunlap en 1978, très influents dans les sciences sociales. Jusqu au milieu des années 80, la sociologie de l environnement est marquée par la grande diversité d angles d approche et de thèmes empiriques. 3) Puis la sociologie de l environnement commence à s organiser sur le plan international au début des années 90. Mettant l accent sur les aspects globaux, tant sur les plans économiques qu écosystémiques, cette sociologie de l écosphère peut être qualifiée «écosociologie» (Vaillancourt, 1982). Quelques courants voient le jour qui laissent la place à l environnement physique dans les rapports humains. On revient à la notion d Ecologie sociale ou human ecology, qui considère l individu comme l élément d un système socio-écologique et les conditions physiques comme génératrices de possibilités et de contraintes. On parle également de la sociologie de l espace, un courant qui se penche sur le processus de construction sociale de l espace dans une perspective tantôt historicoculturelle, tantôt néomarxiste. La géographie politique analyse les conflits environnementaux comme des incompatibilités entre espace physique, espace social et espace comme objet politique. Ces recherches innovantes et pertinentes sont malgré tout restées le plus souvent dans l ombre et n ont pas donné lieu à l élaboration d un véritable paradigme pour la sociologie de l environnement (Leroy, 2001). Ainsi la relation entre l homme et son environnement n est apparue comme une évidence aux sociologues qu à la fin des années 80. Deux courants dominants sont ensuite à noter dans le débat de la sociologie de l environnement : la thèse de la société du risque d une part, et celle de la modernisation écologique d autre part (Spaargaren et al., 2000). La société du risque, étudiée par Beck dès 1986, se penche sur les réactions, perceptions et précautions face aux risques et fait prendre conscience aux sociologues que le remède aux problèmes environnementaux ne passe pas par un anti-modernisme mais par une nouvelle forme de modernité, dite aussi réflexive, c est-àdire tournée sur soi. La modernisation écologique, initiée notamment par Huber en 1982, expose la problématique de l environnement comme le résultat d un choc entre le rationnel de l économie et celui de l écologie. Parallèlement à l évolution des théories, on doit s interroger sur l émergence de la société urbaine qui s imagine être libérée des contingences matérielles et des contraintes naturelles. Aujourd hui finalement, la sociologie se rapproche de la politique de l environnement et la recherche porte de plus en plus sur les initiatives locales en rapport avec l environnement. On s intéresse aux changements dans les rapports de force entre l Etat, le marché et la société civile, et aux nouveaux dispositifs institutionnels qui en découlent 61. Le sociologue de l environnement est devenu un homme de terrain, qui prend part à des projets environnementaux, et qui les étudient de l intérieur cette fois. Les sociologues de l environnement commencent à collaborer avec des politicologues, des géographes, des historiens, des économistes et des chercheurs en sciences naturelles. Mais tout ça prend du temps et même si les dés sont lancés, la sociologie de l environnement n accorderait encore qu une attention assez limitée aux problèmes de l interdisciplinarité et de la transdisciplinarité (Leroy, 2001). Selon Durkheim, il existe deux grands objets possibles de la pensée humaine, à savoir les humains et la nature. Les «écosociologues» ont choisi de centrer leur attention sur ces deux grands thèmes et sur leur interaction, car la société (y compris l économie et la culture) n existe pas hors de la nature (Vaillancourt, 2003). 61 Selon Roqueplo, les sociologues étudiant le thème du débat public en matière d environnement s intéressent plus au fait social qu aux connaissances. Ils renforcent la défiance envers l expert en dénonçant la connaissance instrumentalisée par le pouvoir, plutôt que d identifier les jugements de valeurs propres à l expert sous couvert de ses compétences scientifiques (Roqueplo, 1991). 103

10 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle 2. Bases conceptuelles de la problématique 2.1. Un acteur trop social? A l heure actuelle, l environnement dans les sciences sociales met en jeu des épistémologies contrastées, où les faits sociaux constituent encore le plus souvent l objet d étude classique. Les problèmes d environnement sont devenus un thème d analyse sociologique, dans la mesure où ils sont des manifestations socialement construites des rapports entre groupes ou agents sociaux et leur environnement physique ou biologique, et où ces manifestations donnent lieu à la constitution d institutions sociales visant à intervenir sur ces problèmes. La tradition anthropologique se focalise alors sur la diversité des formes culturelles de construction et d appropriation de la nature formant le «tissu sans couture nature-culture», comme le dit Bruno Latour. Qui plus est, les problèmes environnementaux sont souvent abordés comme objets de débat social et de réorganisation des relations sociales. Ceux-ci peuvent être appréhendés par les approches psychosociologique et ethnographique. L objectif affiché consiste à «définir, mesurer les valeurs et attitudes des différents agents sociaux face à l environnement et leurs aptitudes à s engager ou non dans des modifications de pratiques pour protéger ou améliorer celui-ci» (Deverre, 1998). Pour tenter de comprendre les relations société nature, les sociologues ont dû pour un moment laisser de côté leurs théories et palper la réalité de terrain. Autour des questions de développement local ou de développement durable, ils découvrent la mise en place de processus de négociation, participation, consultation, des idées que regroupe le concept de gouvernance. Mais leur approche de la gouvernance les conduit encore le plus souvent à dissocier l homme de son milieu ; on cherche à relier l état de l environnement d un côté à l organisation sociale de l autre, sans en faire une analyse systémique. Les sciences humaines en général et la sociologie en particulier ont été amenées à trop autonomiser leur objet qui, du coup, s est trouvé réduit à l étude des seuls liens sociaux entre humains contemporains (Micoud, 2000). Le célèbre paradigme durkheimien selon lequel la cause d un fait social doit être recherchée dans un autre fait social est très explicite sur le contenu, les limites, les frontières mêmes de l explication en sociologie. Les sciences sociales s intéressent encore en effet le plus souvent à l acteur d un système en tant qu acteur social uniquement (Jollivet & Pena-Vega, 2002) et pour comprendre le fonctionnement d un territoire, on privilégiera l étude des seuls rapports sociaux, qu on tentera de relier avec l état de l environnement dans un second temps. Parallèlement, les études préliminaires à l élaboration d un projet territorial fondées sur la prospective stratégique 62 tiennent essentiellement compte des préoccupations de nos sociétés modernes. En effet, on s intéresse surtout aux convergences et divergences d objectifs entre acteurs ainsi qu à leurs rapports de force sur un territoire (Godet, 2001 ; Thomas, 1998), en occultant parfois les implications environnementales et les connaissances avérées sur le milieu naturel. Dans ce contexte, le leitmotiv d un projet territorial repose avant tout sur la résolution de conflits entre acteurs, pour un objectif final : la recherche d un consensus. La nécessité d une distanciation a entraîné de façon fortuite une accentuation du social et une dévalorisation de tout mode d explication établie selon la méthode des sciences naturelles (Leroy, 2001). L existence des ressources biologiques est directement liée à un système ancestral de coexistence possible entre les hommes et l environnement, raison pour laquelle ces ressources dépendent de la survie de ce système. La destruction de l habitat naturel de la communauté sera suivie de sa disparition comme système culturel et vice-versa, car l un sans l autre n est pas envisageable. Il 62 Concept des années 1990 où l anticipation de la prospective est mise au service de l action stratégique et du projet d entreprise. 104

11 l Acteur en 4 Dimensions est impossible de protéger la diversité biologique sans protéger simultanément la sociodiversité qui la produit et la conserve (Castro, 2003). Selon Edgar Morin, «la culture est constituée par l'ensemble des savoirs, savoir-faire, règles, normes, interdits, stratégies, croyances, idées, valeurs, mythes qui se transmettent de génération en génération, se reproduit en chaque individu, contrôle l'existence de la société et entretient la complexité psychologique et sociale» (Morin, 1999). C est cette forme de culture qui est envisagée lors du Sommet de Johannesburg : «le respect de la diversité culturelle (est essentiel) pour assurer un développement durable 63» Seule une critique de la pensée dualiste qui sépare l homme de la nature est capable de faire avancer la compréhension de ces sociétés avec ce qu elles apportent comme défis théoriques et méthodologiques pour les sciences sociales contemporaines. Par une entrée transdisciplinaire, il apparaît aujourd hui nécessaire de s intéresser aux rapports entre individu et nature, entre société et environnement physique, et finalement entre culture et nature (Leroy, 2001) Des liens effleurés entre société et territoire Même si l interaction entre rapports sociaux et rapports à l environnement constitue une problématique relativement récente, un certain nombre de relations a déjà été mise en évidence par certains auteurs. Marx d abord avait proposé une ébauche des liens entre société et nature ; dans l Idéologie Allemande (1847), deux hypothèses expliquent les raisons de la diversité des «édifices sociaux» qui se succèdent dans l histoire. D abord, on découvrira la logique de chacun de ces édifices sociaux lorsqu on aura découvert les rapports de production sur lesquels ils reposent ; ensuite, ces rapports de production eux-mêmes ne naissent pas au hasard, mais correspondent à la force productive d une société, à ses capacités intellectuelles et matérielles d agir sur la nature pour la faire servir à ses fins. Ainsi passent au premier plan de l analyse non plus seulement les rapports des hommes avec la nature, leurs modes matériels de production et de subsistance, les diverses manières d exploiter les ressources, mais aussi les rapports des hommes entre eux, leur diverses manières de coopérer ou de s exploiter dans l appropriation de la nature. Usage de l homme et usage de la nature sont liés, et il n y a pas de crise dans l usage de la nature qui ne soit une crise dans le mode de vie de l homme. Godelier (1984) ensuite démontre que la propriété d un territoire n existe pleinement que lorsque les membres d une société se servent de ses règles pour organiser leurs conduites concrètes d appropriation. Ces formes d action sur la nature sont toujours des formes sociales, qu elles soient individuelles ou collectives, qu il s agisse de chasse, de cueillette, de pêche, d élevage, d agriculture, d artisanat ou d industrie. Les formes de propriété d un territoire sont donc à la fois un rapport à la nature et un rapport entre les hommes ; ce dernier est double : c est un rapport entre des sociétés en même temps qu un rapport à l intérieur de chaque société entre les individus et les groupes qui la composent. Quelle que soit la forme individuelle ou collective d un processus quelconque d appropriation concrète de la nature, cette forme est toujours celle d un rapport social, l effet de la structure d une société (Godelier, 1984). Il faut alors dans chaque cas voir les choses de près et chercher quels sont les rapports sociaux qui organisent le processus de production lié aux ressources naturelles. Dans tous les cas, un élément naturel ne devient une ressource pour l homme que par l effet combiné de deux conditions : d abord qu il puisse directement ou indirectement satisfaire un besoin humain, posséder une utilité au sein d une forme de vie sociale ; ensuite que l homme dispose de moyens techniques de le séparer du reste de la nature et de le faire servir à ses fins. Cela implique 63 Plan d action du Sommet mondial pour le développement durable, Johannesburg Afrique du Sud, 26 août au 4 septembre 2002, 5 105

12 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle d une société qu elle ait une certaine interprétation de la nature et qu elle combine ses représentations individuelles à des moyens matériels pour agir sur une portion de cette nature et la faire servir à sa reproduction physique et sociale (Godelier, 1984). Il apparaît donc que les biens communs dépendent moins de l environnement naturel que de la capacité (ou de l incapacité) des sociétés à agir sur lui pour reproduire les espèces animales et végétales dont elles vivent. Nous avons donc affaire non pas à un déterminisme écologique mais à des déterminations écologiques qui n agissent sur les sociétés que conjuguées aux capacités productives dont celles-ci disposent. Armand Frémont (1984), dans sa géographie sociale, souhaite montrer quelle influence un lieu peut avoir sur les phénomènes sociaux en posant la question : y a-t-il un effet de lieu? Pour lui, l espace apparaît comme facteur explicatif de l organisation sociale 64. L espace est-il un produit social ou un produit spatial? Selon Bourdieu, l espace social se traduit dans l espace physique mais de manière plus ou moins brouillée ; l espace social se trouve inscrit à la fois dans les structures spatiales et dans les structures mentales (Bourdieu, 1993). C est en observant les structures spatiales et les structures mentales que l on peut tenter de comprendre l espace social et le rapport de l homme au monde. Les représentations s affirment dans le paysage comme un réseau de signes, comme une emblème (Frémont et al., 1984). En définitive, partout apparaît un lien intime entre la manière d user de la nature et la manière d user de l homme. Mais si les théoriciens ont souvent réfléchi au chemin qui va des manières de traiter l homme à celles de s approprier la nature, ils sont moins nombreux à avoir exploré le chemin inverse. Néanmoins, des auteurs tels que Rappaport, Levi-Strauss, Conklin et certains anthropologues spécialisés dans l étude des représentations indigènes de la nature se sont intéressés à l action de la nature sur la culture, pour déterminer si un milieu particulier imposait des contraintes à la pensée mythique. Needham et Haudricourt ont aussi ouvert de vastes perspectives sur l influence de l environnement sur la culture, à partir des différences opposant Orient et Occident depuis le néolithique. Selon Haudricourt (1962) : «Vis-à-vis du monde végétal et animal à partir du néolithique l homme n est plus seulement un prédateur et un consommateur, désormais, il assiste, il protège, il coexiste longuement avec les espèces qu il a «domestiquées». De nouveaux rapports se sont établis d un type amical et qui ne sont pas sans rappeler ceux que les hommes entretiennent entre eux à l intérieur d un groupe. Mais la diversité du monde végétal et animal sur la surface du globe rend impossible l identité qualitative de ces rapports amicaux dans toutes les civilisations». Ces quelques lignes ont survolé différentes disciplines pour y puiser certains éléments clés de la construction de notre problématique ; le lecteur pardonnera les approximations inhérentes à un tel exercice. L étude des rapports homme-nature s est ainsi diffusée à travers plusieurs disciplines en touchant l anthropologie, l économie, la géographie, la psychologie et la sociologie. C est sur cette base, multidisciplinaire donc, que sont construites nos hypothèses de travail, notre problématique et notre proposition méthodologique. 3. Hypothèses de recherche «A l heure actuelle, autant l environnement est reconnu comme objet de préoccupation générale, autant les mises en œuvre à son sujet, sa prise en charge à l échelle fine et la dimension subjective qui en est constitutive restent largement sous-estimées et mal appréhendées» (Charles, 2001). En règle générale, toute concurrence pour l accès à une ressource naturelle génère des conflits entre parties intéressées. Face à ce constat, certains trouvent la solution dans le consensus et proposent 64 L auteur parle davantage de l espace comme tissu de relations sociales que de l espace dans sa matérialité. 106

13 l Acteur en 4 Dimensions des méthodes de résolution de conflits ; ils se concentrent alors exclusivement sur les rapports entre humains (Micoud, 2000). Les acteurs auront alors trouvé un terrain d entente mais qu en estil des conséquences sur le milieu naturel? D autres, au contraire, pour protéger cette ressource, vont jusqu à en interdire l accès ; ils se concentrent alors sur les rapports homme-territoire dans une optique de conservation (Nash, 1989), une interdiction qui peut être aussi économique en faisant du droit de propriété un moyen de gérer ces biens publics. Ainsi, les géographes, qui s intéressent particulièrement aux relations entre nature et culture, semblent parfois occulter les rapports entre êtres humains (Ferrier, 1999). Dans le même ordre d idée, les projets de protection de l environnement centrent leurs efforts sur la nature, parfois au détriment des acteurs. Les politiques de conservation de l environnement reposent souvent sur des instruments économiques, sociaux ou politiques qui visent à réglementer les pratiques environnementales par des taxes ou des normes (Weber, 1999 ;Bontemps & Rotillon, 1998). Par exemple, les bonnes pratiques peuvent être légitimées par des normes et les mauvaises, rendues illégitimes par des taxes, des réglementations. La nature est alors épargnée mais qu en est-il des conséquences sur les acteurs du système? Il nous semble intéressant de combiner ces deux approches pour concilier intérêts humains et préservation de la ressource. Afin de rétablir un certain équilibre entre société et environnement, on tentera d analyser conjointement et dans la même logique relations entre humains et relations au territoire, pratiques sociales et pratiques territoriales. Ce travail exploratoire s attachera à étudier les jeux d acteurs sur un territoire par l analyse des liens entre humains et des liens homme-territoire ainsi que par leurs interactions. Nous utilisons l expression rapport social pour définir une relation entre humains contemporains, ou relation entre acteurs (Crozier & Friedberg, 1977 ; Quivy & van Campenhoudt, 1995). Nous appelons rapport patrimonial la relation entre un acteur et sa nature d une part (milieu naturel, êtres vivants non-humains) et sa culture d autre part (générations passées et générations futures). Concept Objectif Contexte Hypothèse Rapport social Rapport patrimonial Caractériser la relation entre humains Aide à la négociation Caractériser la relation homme - territoire Aide à la conservation Tableau 4 : Récapitulatif du travail de recherche Les relations humaines s énoncent à travers un rapport social La négociation prône l entente entre humains contemporains Les pratiques environnementales s énoncent à travers un rapport patrimonial La conservation prône la prise en compte des acteurs absents (1) Les relations humaines s expliquent aussi par un rapport patrimonial (3) L obtention d un consensus entre humains peut amener à la dégradation d un bien commun environnemental (2) Les pratiques environnementales s expliquent aussi par un rapport social (4) Certaines pratiques conservationnistes peuvent générer des conflits entre humains Perspective Une gouvernance éclairée n est envisageable que si elle intègre les acteurs forts, faibles et absents (non-humain et générations futures). Dès lors, nos réflexions sont guidées par la question de départ suivante : comment s articulent rapports social et patrimonial autour des relations et pratiques humaines liées à un bien commun environnemental? Cette question nous conduit à poser les hypothèses suivantes (Tableau 4), hypothèses qui n ont pas pour ambition de construire un nouveau modèle sociologique théorique mais de servir de bases pour un diagnostic territorial pertinent. 107

14 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle Dans un contexte d aide à la négociation, notre contribution vise à mieux comprendre les relations entre humains en complétant l analyse sociale classique par l étude des liens homme-territoire. Dans un contexte d aide à la conservation, notre contribution vise à mieux comprendre les pratiques en complétant l analyse environnementale classique par l étude des liens entre acteurs. Plus globalement, par notre approche transdisciplinaire, nous espérons faciliter la mise en place d un processus de gouvernance pour une gestion intégrée et participative des ressources naturelles sur un territoire. Hypothèse 1 ces objets qui font du lien Les relations humaines (rapport social) s expliquent aussi par un rapport patrimonial Cette première hypothèse veut montrer que les relations humaines varient en fonction du territoire (endroit de vie), c est-à-dire en fonction des objets en tant que tels (patrimoine naturel et culturel) et des relations à ces objets (pratiques, attachement ou éloignement des acteurs envers certains objets). Il s agit là de tenter d analyser les répercussions du rapport patrimonial sur le rapport social. Certains pratiques environnementales modifient-elles le jeu social? La préservation favorise-t-elle la concertation? La simple présence d objets sur le territoire engendre-t-elle des rapprochements ou conflits entre acteurs? L attachement à certains objets crée-t-il des tensions au sein du jeu d acteurs? Bref, de quelle manière les objets du territoire et les relations à ces objets influent-ils sur les relations humaines? Afin de tenter de répondre à cette hypothèse, un premier thème de recherche s impose : ces objets qui font du lien. On s interrogera sur la place des objets du territoire dans le rapport social. Quelle part prend le territoire dans l ensemble des relations humaines? Hypothèse 2 ces liens qui font des objets Les pratiques environnementales (rapport patrimonial) s expliquent aussi par un rapport social Cette hypothèse a pour objectif d étudier dans quelle mesure le tissu social influe sur les relations au territoire, tant au niveau des pratiques que des perceptions. Il s agit cette fois de tenter d analyser les répercussions du rapport social sur le rapport patrimonial. Quels objets se trouvent modifiés à cause de liens sociaux? Les pratiques environnementales du territoire trouvent-elles leur origine dans le rapport social? La concertation favorise-t-elle la préservation et le conflit, la dégradation environnementale? Le thème de recherche adapté à cette hypothèse est le suivant : ces liens qui font des objets, et nous conduira à analyser la place du rapport social dans l évolution des objets du territoire et dans l évolution des perceptions environnementales. Une fois la liste des liens sociaux établie sur un territoire, il s agit de déterminer lesquels ont eu un impact sur les pratiques ou représentations visà-vis du milieu naturel. Hypothèse 3 - la place des acteurs absents Un consensus peut amener à la dégradation d un bien environnemental Cette hypothèse remet en cause l idée systématique du consensus (le consensus serait toujours juste), qui plus est pour régler une problématique environnementale. S il s agit de s entendre entre acteurs forts, alors un consensus peut s établir sur le dos de la nature et des générations futures, autrement dit sur le dos des acteurs absents. Le thème de recherche pour tester cette hypothèse se situe alors au niveau du rapport patrimonial, et plus exactement au niveau des représentations sociales des acteurs vis-à-vis des objets environnementaux. 108

15 l Acteur en 4 Dimensions Comment le milieu naturel est-il perçu par les acteurs? Quels sont les objets abordés ; les objets oubliés? Les générations futures interviennent-elles dans le débat? Qui va pouvoir porter les enjeux des acteurs absents? Quelles valeurs les acteurs forts accordent-ils aux acteurs absents? Qu est-ce que chaque acteur peut apporter à une négociation environnementale? Objets/ acteurs A1 A2 A3 A4 A5 nappe fleuve source Légende : : attaché à l objet/ préserve l objet : objet oublié / non évoqué : éloigné de l objet / dégrade Tableau 5 : Relations entre objets et acteurs Au niveau des pratiques des acteurs, on tâchera d identifier leurs impacts sur le milieu en termes positifs (conservation) ou négatifs (dégradation) ; au niveau des perceptions, il s agira de déceler le caractère d attachement ou d éloignement des acteurs envers les objets environnementaux. Le diagnostic scientifique ne suffit pas si les éléments ne sont pas portés par des acteurs. Prenons l exemple d une négociation axée sur la ressource en eau (Tableau 5). En analysant la position de chacun des cinq acteurs par rapport à trois objets environnementaux, on est en mesure d identifier les risques qu un consensus s établisse sur le dos d un ou plusieurs acteurs absents. Ici, si l on réunit les acteurs 1, 3, 4 et 5, alors les enjeux des nappes phréatiques ne seront pas pris en compte lors de la négociation. L acteur 2 a donc un rôle essentiel puisque il est le seul à se faire le porte-parole des nappes phréatiques. Ce thème de recherche nous amène à déceler de quels acteurs absents les acteurs deviennent-ils les porte-parole. Hypothèse 4 la place des acteurs faibles Certaines pratiques conservationnistes peuvent générer des conflits entre humains Cette dernière hypothèse avance l idée selon laquelle les politiques de conservation de la nature peuvent s organiser en écartant certains acteurs du territoire en cause. On analysera les répercussions des pratiques de protection de la nature sur le rapport social. Quelles sont les valeurs morales liées à la notion de conservation sur un territoire? Les acteurs qui préservent sont-il engagés dans des processus de concertation? Le rôle institutionnalisé de contrepouvoir des APN favorise-t-il les conflits sur un territoire? Qui sont les acteurs qui préservent et qui sont les acteurs oubliés? Le thème de recherche avancé pour cette hypothèse se situe au niveau du rapport social, plus précisément au niveau de la place des acteurs faibles. On réfléchira au rôle de ces acteurs invisibles dans la conservation, à la manière de les reconnaître sur un territoire et de les faire participer, à ce qu ils peuvent apporter dans une négociation environnementale. Quant aux acteurs forts, on étudiera leur représentations d eux-mêmes et des acteurs faibles. Bref, pour chaque acteur, il s agira d identifier les conflits associés aux pratiques conservationnistes des autres. Dans un contexte territorial multi-acteurs, l aide à la négociation, quand elle doit satisfaire les principes de la gouvernance appliqués à la gestion d une ressource naturelle, nécessite une somme de connaissances importantes pour assumer la notion de gestion équilibrée. Les problématiques territoriales impliquent un nombre important d acteurs, qui sont difficiles à identifier et à réunir autour de la table des négociations ; ainsi, une négociation environnementale n est pas chose simple à mettre en place. La question qui nous préoccupe est donc la suivante : comment proposer une aide à la négociation environnementale dans un contexte territorial et multi-acteurs? 109

16 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle 4. Une proposition : l Acteur en 4 Dimensions 4.1. Le rapport social, un concept de sociologie Afin d approcher la question des relations entre humains sur un territoire et de tenter de les évaluer, nous nous inspirons des sciences sociales et notamment de la théorie de l acteur social. La théorie de l acteur social est fondée sur la thèse suivante : «une organisation, phénomène sociologique, est toujours un construit social, qui existe et se transforme seulement si d une part elle peut s appuyer sur des jeux permettant d intégrer les stratégies de ses participants et si d autre part elle assure à ceux-ci l autonomie d agents libres et coopératifs [ ] l acteur est donc engagé dans un système d action concret et doit découvrir, avec la marge de liberté dont il dispose, sa véritable responsabilité» (Crozier & Friedberg, 1977). Cette approche propose de donner du sens aux stratégies des acteurs et de connaître les jeux qui conditionnent leurs comportements. Elle vise donc à une meilleure compréhension du fonctionnement des organisations sociales en explorant les hypothèses suivantes : - l action collective est considérée comme un construit social. Celle-ci permet aux acteurs de trouver des solutions aux problèmes collectifs en vue de réalisation d objectifs communs. Ce résultat est conditionné et orienté par le comportement et la liberté d action des acteurs. - l action collective est un champ de coopération et d interdépendance entre acteurs avec des intérêts contradictoires. - la coopération est contrainte par les objectifs multiples des acteurs sociaux et par l incertitude liée au caractère indéterminé des ressources disponibles. - le pouvoir occupe une place centrale car s il permet la construction de solutions, il les contraint simultanément. Cette théorie est donc une approche organisationnelle visant à découvrir les caractéristiques, la nature et les règles du jeu qui structurent les relations entre les acteurs concernés, celles-ci conditionnant leurs stratégies et au final les modes de régulation du système d action. Le but est ici de produire des connaissances capables d éclairer les pratiques des acteurs, non pas en formulant des lois générales, des recettes, mais en leur permettant de mieux se situer dans leur champ d action et de mieux mesurer les contraintes et les interactions du jeu d acteurs. Il est donc essentiel de prendre comme point de départ le vécu des acteurs. Les principes de cette théorie permettent de 1 construire des modèles d analyses du jeu Acteur B Conflit d acteurs pour «tenter de comprendre les phénomènes et la manière dont sont structurés Acteur A (ou déstructurés) les rapports sociaux dont les acteurs sont parties prenantes et au travers desquels ils se constituent comme acteurs sociaux» (Quivy & Van Campenhoudt, 1995). 0 1 Coopération L acteur social est défini par la nature du rapport social dans lequel il est engagé. Cet acteur peut Figure 27 : Représentation graphique du rapport social être individuel ou collectif. Dans tous les cas, un rapport social se présente comme une coopération conflictuelle d acteurs qui coopèrent à une production mais qui entrent inévitablement en conflit en raison de leurs positions inégales dans la coopération ou, ce qui revient au même, de leur emprise inégale sur les enjeux de leur coopération (Quivy & Van Campenhoudt, 1995). Figure 27 : Représentation graphique du rapport social 110

17 l Acteur en 4 Dimensions Le rapport social est alors défini comme une relation de coopération et de conflit. Il s agit de situer un acteur donné par rapport aux autres sur un plan de coopération conflictuelle, c est-à-dire d évaluer le potentiel de l acteur à coopérer ou entrer en conflit avec les autres. Il est possible de mesurer ce potentiel à partir d une série de composantes, elles-mêmes définies par plusieurs indicateurs. Au final, le rapport social peut faire l objet d une représentation graphique, grâce à un indice de coopération et de conflit, estimé pour chaque acteur (Figure 27). Une telle représentation peut paraître simpliste mais permet néanmoins de situer un acteur dans un espace défini par les deux dimensions du rapport social. On peut ensuite comparer les acteurs entre eux et mesurer leurs différences, notamment dans l exploration de la nature et du rôle des acteurs faibles du territoire La patrimonialisation, une ouverture pour l étude des liens homme-nature a. une gestion patrimoniale, pourquoi? Classiquement, on l a vu, les sciences humaines en général et la sociologie en particulier ont été amenées à trop autonomiser leur objet d étude qui s est alors trouvé réduit à l étude des seuls liens sociaux entre humains contemporains, avec une certaine réticence à s engager dans l action. Dans le cadre d études environnementales, cette démarche conduit souvent les sociologues à dissocier l organisation sociale de l état du milieu naturel, à s intéresser à l acteur d un système en tant qu acteur social uniquement, et privilégier l étude des seuls rapports sociaux pour comprendre le fonctionnement d un territoire (Jollivet & Pena-Vega, 2002, Leroy, 2001). L homme moderne, considéré à travers la théorie de l acteur social, a ainsi été construit, seulement social et seulement actuel. Deux aspects fondamentaux ont été dissociés de son étude et lui sont pourtant intimement et intrinsèquement reliés : la nature (milieu naturel et vivant biologique) et la tradition (générations futures et passées) (Micoud, 2000). La montée de ces nouvelles aspirations avait été pressentie par le sociologue Edgar Morin en 1967 ; il écrivait dans sa monographie d un village breton qu il se manifestait dans certains îlots de la classe bourgeoise un «néo-archaïsme» traduisant l inquiétude et l insatisfaction face au modernisme et la recherche du «naturel, du primitif et du fondamental» (Morin, 1967). Ces nouvelles aspirations se sont concrétisées en milieu rural par l émergence simultanée de deux types d attitudes : la revalorisation du passé et le regain d intérêt pour la nature. Ces comportements sont d ailleurs intimement liés ; dans les deux cas, il s agit de préserver des témoignages du passé, une espèce devenue rare ou une ancienne pratique (Barouch, 1989). Michel de Certeau, dans un article qui tente d analyser la pratique des historiens, estime que le passé, c est d abord «le moyen de représenter une différence[ ] La figure du passé garde sa valeur première de représenter ce qui fait défaut [ ] Un groupe, on le sait, ne peut exprimer ce qui manque encore que par une redistribution de son passé» (De Certeau, 1974). Le concept de patrimonialisation est issu de la tradition anthropologique. Dans le domaine de l eau par exemple, l anthropologie fluviale considère tout autant un fleuve comme un patrimoine naturel ou comme un patrimoine culturel porteur d une mémoire, de légendes ou de pratiques identitaires. Le fleuve vivant est donc considéré «de manière métaphorique, en tant qu il est cela qui relie les humains qui vivent de lui, ou avec lui». Selon Micoud (2000), la patrimonialisation est «un travail d institution d un nouveau cadre d action. Ce travail [ ] revient à prendre en charge la double question, proprement ontologique, de la différence et de l identité : 1) de la différence entre les ensembles humains et ce qui n est pas eux mais dont ils font partie (qui définit les patrimoines naturels) et 2) de l identité dans le temps des ensembles humains (qui définit les patrimoines 111

18 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle culturels). Soit, autrement dit, des liens avec les contemporains non humains 65, et des liens avec les humains non contemporains 66». Micoud (2001) définit donc la patrimonialisation comme «l activité sociale consistant à faire quelque chose qui prend nom et valeur de patrimoine». Il n y a donc pas de patrimoine en soi mais la construction d une représentation à un moment donné par un acteur ou un groupe d acteurs. Ainsi, le patrimoine ne serait pas seulement une reprise, une relecture du passé, mais aussi une façon d envisager l avenir sur le socle de l identité. Une telle approche consiste, par exemple, à protéger des éléments du milieu naturel, comme l eau, en l établissant comme patrimoine commun pris en charge par l ensemble des acteurs concernés dans toutes ses composantes (économique, écologique, technico-administrative). La démarche patrimoniale d Ollagnon (1989) constitue un moyen d action dans cet esprit. Selon Puech (1999), une gestion patrimoniale de l eau passe par : - la prise de conscience des limites des modalités de gestion traditionnelle à long terme. - la mise en place de modalités de gestion précises : 1) développer une conscience patrimoniale du milieu de la part des acteurs concernés et du système d action par l information, 2) instaurer une relation patrimoniale active vis-à-vis du milieu par l émergence d une volonté commune de gérer et de sauvegarder un bien commun, 3) instaurer une négociation patrimoniale entre acteurs se reconnaissant des intérêts patrimoniaux communs. Dans cette optique, il est nécessaire de bien connaître le système à gérer, d organiser la gestion, de mettre au point des outils d aide à la négociation, de mettre en place une politique de contrats, d animer, de sensibiliser, et de disposer de garde-fou réglementaires. - un prolongement des modalités de gestion classique tout en renforçant l orientation vers une gestion durable. «La gestion patrimoniale consiste à partir d une négociation, à choisir la façon dont les usages (ou les fonctions) de l élément eau seront agencés [ ] la négociation est le centre de la gestion patrimoniale car si chaque acteur se sent responsable des caractéristiques du milieu alors il accepte et respecte les usages différents du sien» (Puech, 1999). Encore une fois, la négociation peut être fondée sur un compromis et accompagné par des processus d arbitrage (notamment par la puissance publique) ou de médiation. Selon Serres (1992), «par les contrats exclusivement sociaux, nous avons laissé le lien qui nous rattache au monde, celui qui relie le temps qui passe et coule au temps qu il fait, celui qui met en relation les sciences sociales et les sciences de l univers, le lien qui adresse notre langue aux choses muettes». Autrement dit, il n existe pas de collectif humain sans choses : les rapports entre les hommes passent par les choses, nos rapports aux choses passent par les hommes. Au contrat exclusivement social, ajouter la passation d un contrat naturel de symbiose et de réciprocité. La nature conditionne la nature humaine, qui la conditionne à son tour. «La nature se conduit comme un sujet» (Serres, 1992). b. notre proposition : le rapport patrimonial Nous avons voulu aborder l acteur non seulement selon les relations qu il entretient avec les autres (rapport social) mais aussi selon les liens qu il a tissés avec différents objets qui composent le territoire, d un point de vue naturel ou culturel, relation que nous qualifions de rapport patrimonial. Au pan social souvent étudié, il nous a semblé pertinent d y accoler le pan patrimonial. Il s agit ici de comprendre comment les humains contemporains (acteurs du territoire) perçoivent les acteurs 65 Vivant biologique. 66 Générations futures et passées. 112

19 l Acteur en 4 Dimensions absents 67 afin d évaluer ce qui relie aujourd hui 1 acteurs et territoire. Comme pour le rapport social qui est identifié par deux dimensions, coopération et conflit, le rapport patrimonial sera Domination Acteur B Acteur A lui aussi évalué selon deux dimensions : cohabitation et domination. Pour chaque acteur, nous choisissons de mesurer sa volonté à 0 cohabiter (dimension cohabitation) avec son 1 Cohabitation territoire ou à le dominer (dimension domination). Grossièrement, un acteur aura Figure 28 : Représentation graphique du rapport patrimonial tendance à cohabiter avec son territoire s il tient compte des générations futures et du vivant biologique dans ses projets ; un acteur aura tendance à dominer son territoire s il ne tient compte que de ses intérêts propres. Comme pour la théorie de l acteur social, nous décidons de représenter la relation que nous appelons cohabitation dominatrice sur un graphique pour comparer les acteurs entre eux. Nous définissons alors le rapport patrimonial comme la caractérisation de la relation entre un acteur et sa nature d une part (milieu naturel, êtres vivants non humains) et sa culture d autre part (générations passées et futures). Ainsi, pour une fois il n est pas question de dissocier l étude des relations entre humains des relations homme-territoire ; rapport social et patrimonial seront analysés conjointement et dans la même logique. C est en intégrant ces deux valeurs, rapport social et rapport patrimonial, que notre modèle conceptuel d analyse intitulé l Acteur en 4 Dimensions prend tout son sens (Figure 28). Figure 28 : Représentation graphique du rapport patrimonial 4.3. L Acteur en 4 Dimensions : son socle Rapport social Rapport patrimonial Etres vivants Patrimoine naturel Patrimoine culturel Objets physiques Générations passées Rapport à l espace passé futur Générations futures Rapport au temps Figure 29 : Explicitations des rapports social et patrimonial La négociation classique montre ses faiblesses quand elle est confrontée aux conflits de valeurs morales, aux acteurs faibles (humains contemporains sous-représentés) et aux acteurs absents (vivant biologique et générations futures) ; deux types d acteurs importants à considérer dans une problématique environnementale. Les politiques de conservation quant à elles centrent leur effort 67 Vivant biologique et générations futures 113

20 Partie 2 : Quatre hypothèses pour un modèle sur la nature au détriment des acteurs locaux. Rendre une négociation plus écologique par la prise en compte des intérêts des acteurs absents ; rendre une conservation un peu plus humaine par la prise en compte des intérêts des acteurs faibles ; afin d aborder sur le terrain cette idée d approche socio-centrée du développement durable, nous avons mis au point un modèle conceptuel d analyse inspiré des méthodes de la sociologie 68 que nous avons appelé l Acteur en 4 Dimensions (4D). Ce modèle théorique et pratique se donne comme objectif d analyser un jeu d acteurs territorial à la fois par les relations que tissent les acteurs entre eux (rapport social) ainsi que par les liens existants entre les acteurs et leur patrimoine naturel et culturel (rapport patrimonial) (Figure 29). Il convient de situer cette relation entre sociosystème et écosystème non seulement dans la description théorique mais aussi, et surtout, au sein de processus de décision, et donc de gouvernance. Il s agit alors de comprendre la dialectique entre plusieurs formes de rationalités : 1) la rationalité substantive des connaissances et des faits, et 2) la rationalité procédurale s appuyant sur les représentations sociales et émergeant des relations entre acteurs. La théorie de l acteur social sert de base pour l étude des liens sociaux et positionne les acteurs dans leur coopération conflictuelle (tendance à la coopération et/ou au conflit avec les autres). De la même façon, c est la notion de patrimonialisation qui inspire la rapport patrimonial des acteurs, afin de les positionner dans une cohabitation dominatrice (tendance à la cohabitation et/ou à la domination envers les éléments du territoire) (Figure 30). Régulièrement, ces deux approches sont traitées séparément ; que ce soit en sociologie, anthropologie, écologie ou sciences politiques, on aborde souvent indépendamment les relations sociales des relations homme-nature. L originalité de notre approche transdisciplinaire se situe dans la réunion de ces thèmes, en posant pour base que l étude des liens sociaux ne peut se faire indépendamment du contexte dans lesquels ils sont ancrés (H1) et inversement, les liens homme-nature existent par le biais de relations sociales (H2). Autrement dit, l Acteur en 4D se propose de tenter d établir un diagnostic territorial pertinent à partir de l analyse des liens entre rapport patrimonial et rapport social, entre nature et culture. L Acteur en 4 dimensions Relations entre humains Relations homme- territoire La théorie de l acteur social La patrimonialisation Rapport social Rapport patrimonial coopération conflit cohabitation domination Place desacteurs faiblesdans le jeu d acteurs Place desacteurs absentsdans le jeu d acteurs Figure 30 : Explicitation de l Acteur en 4 Dimensions 68 Théorie de l acteur social et Patrimonialisation 114

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La culture d entreprise

La culture d entreprise La culture d entreprise INTRODUCTION Vues de l extérieur, toutes les entreprises se ressemblent : des ateliers, des entrepôts, des bureaux, des mouvements incessants d hommes et de marchandises. Pourtant

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

MASTER Les pensées du projet

MASTER Les pensées du projet MASTER Les pensées du projet L ARCHITECTURE COMME DISCIPLINE EQUIPE ENSEIGNANTE Christian Blachot ingénieur, responsable de l équipe Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Anne Coste -historienne Guy Depollier

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES Dorothée FRANJUS Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d Origine Contrôlée (C.N.I.V.) 12, Rue Sainte Anne 75001 PARIS Tèl : 01 53 29 92

Plus en détail

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs,

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, Je vous remercie de votre présence aujourd hui et de l attention que vous avez bien voulu porter à mon travail. Je remercie particulièrement Francis

Plus en détail

Les notions d agent et d acteur en sociologie

Les notions d agent et d acteur en sociologie Les notions d agent et d acteur en sociologie Il nous était demandé d apporter quelques éléments sur la façon dont les sociologues utilisent les notions d agent et d acteur, et plus particulièrement sur

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

A. La contribution de la géographie à l enseignement pour le développement durable

A. La contribution de la géographie à l enseignement pour le développement durable U G I I G U Déclaration de Lucerne sur l enseignement géographique pour le développement durable Hartwig Haubrich (Fribourg), Sybille Reinfried (Lucerne), Yvonne Scheicher (Weingarten) La commission pour

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

L'identité de l'entreprise

L'identité de l'entreprise L'identité de l'entreprise ACT Formation 181 à 203 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon Tél. 33 00/4 72 73 48 79 Fax 33 00/4 72 73 11 20 email : info@actformation.fr www.actformation.fr ACT Formation SA 1 route

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets?

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Résumé Christine Jacqmot et Elie Milgrom FA2L scrl «Mon cours intéresse-t-il

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1?

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? (Rémi Bachelet et Nathalie Claret) Dans le cadre de l atelier portant sur les nouveaux champs du contrôle de gestion, une réflexion sur la place de ce dernier dans

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents?

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Oui. Sauf si l intérêt de l enfant nécessite l absence de tous contacts avec ses grands-parents.

Plus en détail

C EST QUOI L ESPACE?

C EST QUOI L ESPACE? C EST QUOI L ESPACE? c est quoi un espace Un espace est un lieu plus ou moins bien délimité dans lequel on peut se situer. On peut distinguer l intérieur de l extérieur d un espace, son dedans de son dehors.

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Communication à large spectre

Communication à large spectre Communication à large spectre Facilitateur de contact 10 ans d Expérience & d Expertise 5 Domaines d Activités Intégrés & Complémentaires Conférences, Formations & Conseils o Depuis plusieurs années, les

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail