Commentaires du BEUC sur la proposition de Règlement sur les refus d'embarquement et d'annulation ou de retard important d'un vol 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commentaires du BEUC sur la proposition de Règlement sur les refus d'embarquement et d'annulation ou de retard important d'un vol 1"

Transcription

1 BEUC/X/018/ mai, 2002 Contact :Victoria Villamar Lang : FR The European Consumers Organisation Commentaires du BEUC sur la proposition de Règlement sur les refus d'embarquement et d'annulation ou de retard important d'un vol 1 1 Proposition de Règlement établissant des règles communes en matière d'indemnisation des passagers aériens et d'assistance en cas de refus d'embarquement et d'annulation ou de retard important d'un vol, COM (2001) 784 final, du 21 décembre 2001 Bureau Européen des Unions de Consommateurs, Avenue de Tervueren 36, bte 4, B-1040 Bruxelles Tel: +32(0) , Fax: +32(0) , Europäischer Verbraucherverband Neytendasamtök Evrópu Euroopan Kuluttajaliitto Europese Consumentenorganisatie Európai Fogyasztók Szervezete Europejska Organizacja Konsumencka Organización Europea de Consumidores Evropska potrošniška organizacija Eυρωлαïkή Opyάνωση Kαταναλωτών Organização Europeia de Consumidores Den Europeiske Forbrukerorganisasjonen Den Europæiske Forbrugerorganisation Organizzazione Europea dei Consumatori Den Europeiska Konsumentorganisationen

2 2 I. Introduction Le BEUC 2, Bureau Européen des Unions de Consommateurs, est une fédération établie à Bruxelles qui représente 32 organisations indépendantes et nationales de consommateurs issues de 22 pays européens dont l'ensemble des Etats membres de l'ue. Notre tâche principale consiste à tenter d'exercer une influence, dans l'intérêt du consommateur, sur le développement des politiques de l'ue et de promouvoir et défendre les intérêts de l'ensemble des consommateurs européens. Le BEUC accueille favorablement la proposition de la Commission de règlement établissant des règles communes en matière d'indemnisation des passagers aériens et d'assistance en cas de refus d'embarquement et d'annulation ou de retard important d'un vol (COM (2001) 784 final). Nous pensons que ce Règlement encouragera les transporteurs aériens / organisateurs de voyages à réduire les pratiques actuelles de refus d'embarquement. Pour les consommateurs, le problème de la surréservation dans les transports aériens, de l'annulation et du retard des vols reste un problème crucial, plus particulièrement pendant les périodes de pointe dans le trafic. Bien que nous pensions que les nouvelles mesures proposées ne résoudront pas l'ensemble des problèmes liés aux refus d'embarquement, et ne mettront d'aucune manière un terme à la surréservation, aux annulations ou aux retards, nous espérons qu'elles seront suffisamment dissuasives pour empêcher les sociétés d'utiliser cette pratique. L'objectif d'une politique communautaire en matière de refus d'embarquement devrait être de veiller à ce que cette pratique soit aussi rare que possible, pas de la sanctionner. Les compensations octroyées aux consommateurs victimes d'un refus d'embarquement devraient par conséquent être assez importantes pour encourager les transporteurs aériens et organisateurs de voyages à réduire ces pratiques. De plus, il convient que les compagnies aériennes prennent toutes les mesures possibles pour veiller à réduire autant que faire se peut l'utilisation de ces pratiques. Le refus d'embarquement est stressant, fatiguant et généralement gênant pour les passagers. Il est évident qu'un grand nombre de passagers se voient refuser l'embarquement (surréservation, annulation, retard) et les conséquences de ce refus peuvent s'avérer sérieuses pour les personnes concernées. Pour un homme d'affaires, cela peut entraîner la perte d'une affaire et le paiement de dommages et intérêts. Pour d'autres, cela peut entraîner une perturbation d'arrangements domestiques, le stress causé par le fait de manquer un vol de liaison et l'humiliation de se voir refuser l'accès à l'embarquement dans un avion pour lequel ils disposent d'une confirmation de réservation. Il convient de remarquer que le comportement d'une compagnie aérienne qui refuse à un passager la place dont il / elle a confirmé la réservation constitue une rupture de contrat. Les transporteurs aériens / organisateurs de voyages devraient par conséquent être tenus de dédommager les passagers qui ont été victime d'un refus d'embarquement par suite d'une rupture de contrat. Comme la Commission l'a déjà indiqué dans la Communication sur la protection des passagers aériens dans l'union européenne 3 et dans l'exposé des motifs de ce présent règlement 4, le 2 BEUC, Bureau Européen des Unions de Consommateurs 3 Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil sur la protection des passagers aériens dans l'union européenne. COM (2000) 365 final, du 21 juin 2000.

3 3 transport aérien ne répond pas aux attentes des consommateurs qui ont trop souvent des raisons valables d'être mécontents. Le manque d'informations, les problèmes de bagages, la confusion au sujet des tarifs, les retards, les questions relatives à la santé sont les problèmes principaux évoqués dans les plaintes des passagers. Le BEUC pense que ce problème est encore plus vaste que ce que le nombre de plaintes laisse à penser, pas tant parce que les consommateurs manquent d'informations, mais parce que dans la plus grande majorité des cas, les passagers ne sont pas conscients de leurs droits. La Commission affirme que la politique européenne en matière de transport aérien doit viser à assurer un niveau élevé de protection des passagers et qu'il convient de tenir pleinement compte des exigences de protection des consommateurs 5. Comme indiqué dans le Livre blanc sur Livre blanc sur la politique des transports au sein de l'ue 6, l'objectif de la Commission pour les dix prochaines années consiste à recentrer la politique européenne des transports sur les exigences et les besoins des citoyens. Comme la Commission le souligne également dans son livre blanc sur la politique européenne des transports 7, la Communauté doit aborder l'ensemble des problèmes auxquels les passagers sont confrontés lorsqu'ils essaient de faire valoir leurs droits : comment identifier la partie responsable ; comment lancer une procédure dans un autre Etat membre ; comment obtenir une compensation pour un dommage subi? Si nous accueillons favorablement la proposition de règlement et si nous croyons qu'il améliorera le régime existant, nous estimons qu'il convient d'améliorer cette proposition, plus particulièrement pour ce qui est de sa mise en œuvre et de la réparation proposée au consommateur. II. Récapitulatif des points principaux Le BEUC accueille favorablement la proposition de la Commission en matière d'indemnisation des passagers aériens et d'assistance en cas de refus d'embarquement et d'annulation ou de retard important. Le texte proposé intègre une bonne partie des exigences que nous avons mises en avant au cours des dernières années. Nous avons cependant aussi identifié des éléments pour lesquels nous estimons qu'il convient d'approfondir l'action. Nous espérons que nos commentaires seront pris en compte et que la proposition sera modifiée en conséquence. Notre position se résume comme suit : Le BEUC est extrêmement favorable à l'extension du champ d'application de ce règlement de manière à couvrir les annulations et retards importants des vols. Nous sommes extrêmement favorables à l'intégration des vols non réguliers dans le règlement, de sorte que celui-ci soit applicable à tous les vols, réguliers et non réguliers. Nous sommes favorables au fait que toutes les dispositions de ce règlement s'appliquent également aux organisateurs de voyages. Nous estimons cependant que toute personne morale qui vend des billets d'avion doit être soumise aux règles imposées par le Règlement proposé. Nous regrettons en outre que la Commission n'étende pas la responsabilité à tous les acteurs (sous-traitants, aéroports) qui pourraient être responsables de refus d'embarquement. 4 Page 2 5 page 13 de la proposition de règlement 6 Livre blanc sur la politique européenne des transports à l horizon 2010: l heure des choix, COM(2001) 370 final, du 12 septembre Page 83

4 4 Le BEUC est favorable à l'intégration des billets électroniques dans le règlement par une nouvelle définition du terme billet. Le BEUC pense que les informations fournies aux passagers doivent être correctes, détaillées et communiquées en temps utile avant qu'une situation de refus d'embarquement se produise. Des informations compréhensibles et lisibles devraient figurer à la fois sur le billet et sur des pancartes affichées dans l'aéroport. Le BEUC accueille favorablement la proposition de mettre à disposition les informations dans la zone d'enregistrement, par le biais d'un avertissement, qui serait idéalement placé sur le guichet d'enregistrement. Des brochures d'informations devraient aussi être présentées aux points d'information / guichets d'enregistrement. Nous en appelons à la Commission afin qu'elle présente rapidement une proposition d'obligations minimales pour les conditions générales des contrats de transport aérien. Le BEUC est d'avis que le passager devrait bénéficier d'une compensation intégrale de la manière la plus pertinente, à sa convenance. Le BEUC soutient fermement le fait que d'autres modes de paiement que ceux qui sont prévus dans le règlement (c'est-à-dire en liquide ou en bons), doivent être possible. Pour ce qui est du partage de code, la possibilité de choix de celui qui fournit l'indemnisation constitue la meilleure solution pour les passagers. Nous estimons que la responsabilité du paiement de l'indemnisation au passager ne doit pas nécessairement reposer sur le seul transporteur aérien/organisateur de voyages agissant. La responsabilité du paiement devrait être partagée entre les deux opérateurs, afin d'éviter des situations où les passagers finissent par être renvoyés d'un opérateur à l'autre, chacun d'eux essayant d'échapper à ses responsabilités. Le BEUC accueille favorablement l'augmentation du seuil des indemnisations. Nous considérons cependant que la proposition devrait inclure un mécanisme correcteur des seuils lié au taux d'inflation de l'ue. Le BEUC estime que les chapitres consacrés à la réparation et à l'application ne sont pas suffisamment développés et qu'il convient de les améliorer. Nous suggérons que pour faciliter l'indemnisation du consommateur, l'utilisation d'un formulaire similaire au formulaire de plainte standardisé de l'ue soit favorisée. Il convient de favoriser l'utilisation de systèmes ADR visant à résoudre les différends impliquant des consommateurs dans le secteur des transports aériens. A cet égard, les organes ADR devraient se conformer entièrement aux deux recommandations de la Commission sur les principes applicables aux organes extrajudiciaires de résolutions de conflits. Le BEUC accueille favorablement l'imposition de sanctions dissuasives aux transporteurs / organisateurs de voyages qui ne respectent pas les dispositions en la matière. Toute sanction imposée aux compagnies aériennes / organisateurs de voyages devrait être publique. Le BEUC considère qu'il existe un besoin de procédure de suivi efficace afin de surveiller le respect permanent des règles communes en matière d'indemnisation des refus d'embarquement. Comme il revient aux Etats membres d'identifier des organes chargés de surveiller la mise en œuvre de ce règlement et de traiter des plaintes qui s'y rapportent, nous estimons que seuls des organes statutaires devraient assumer ces tâches.

5 5 Le BEUC espère également que la Convention de Montréal 8, qui fixe toujours les règles de transport aérien au niveau international, sera mise en vigueur rapidement. III. Commentaires spécifiques sur le Règlement proposé Au titre de remarque préliminaire, soulignons le fait que la proposition de règlement établit les droits minimums des passagers aériens, droits qui ne peuvent être limités : Nous accueillons chaleureusement le fait que la Commission établisse à l'article 15 que Les obligations envers les passagers qui sont énoncées par le présent règlement ne peuvent être limitées ou levées, notamment par une dérogation ou une clause restrictive figurant dans le contrat de transport. Cela signifie par exemple des conditions complémentaires imposées par le transporteur aérien (ou organisateur de voyages), telles qu'une nouvelle confirmation de la réservation à un moment déterminé avant le vol, ne permettent pas au transporteur aérien / organisateur de voyages de passer outre le droit du passager à obtenir une compensation et à échapper ainsi à ses responsabilités. Objet Article 1 Nous accueillons extrêmement favorablement le fait que la proposition de règlement étende son champ d'action à l'indemnisation et à l'assistance aux passagers en cas d'annulation et de retard important d'un vol. Sous le régime actuel 9 les passagers affectés par les annulations et retards importants n'ont pas le droit d'obtenir de compensation. Bien que nous préférions que tous les retards - indépendamment du moment spécifique du retard soient soumis aux dispositions de ce nouveau règlement, nous considérons que la proposition de règlement constitue un progrès majeur au régime existant qui ne s'applique jusqu'à présent qu'aux refus d'embarquement dus à une surréservation. Définitions Article 2 Nous sommes particulièrement favorables aux dispositions relatives aux obligations du transporteur aérien / de l'organisateur de voyages et au régime des responsabilités des compagnies aériennes / organisateurs de voyages. Nous apprécions également le fait que les règles relatives aux refus d'embarquement aient été étendues aux organisateurs de voyages. 8 Convention visant à unifier certaines règles internationales de transport aérien (Convention de Montréal) du 28 mai Règlement (CEE) n 295/91 du Conseil du 4 février 1991 établissant des règles communes relatives à un système de compensation pour refus d'embarquement dans les transports aériens réguliers (JO L 36 du 8 février 1991).

6 6 Nous regrettons toutefois que le régime proposé ne couvre pas les intermédiaires et / ou "agents généraux" qui vendent des billets d'avion directement aux consommateurs et / ou aux agences de voyages. Ce Règlement devrait être applicable à "toute personne morale agissant en qualité d'intermédiaire dans la vente de billets d'avion". Nous regrettons également que la Commission n'ait pas étendu le régime de responsabilité à tous les "acteurs" (aéroports, agents sous-traitants, codes partagés) qui pourraient être responsables à un moment du refus d'embarquement. Nous estimons qu'il convient d'établir un régime de responsabilité conjointe applicable à l'ensemble des opérateurs impliqués. Nous accueillons très favorablement la définition de billet visée à l'article 2 (e), qui est la suivante : Aux fins du présent règlement, on entend par : (e) billet signifie un document en cours de validité établissant le droit au transport ou un équivalent sous forme immatérielle, y compris électronique, délivré ou autorisé par le transporteur aérien ou l'organisateur de voyages Les pratiques actuelles montrent que la tendance est au remplacement des billets traditionnels sous forme papier par des billets électroniques. Ces nouvelles pratiques commerciales devraient également être prévues par la proposition. Champ d'application Article 3 Le règlement proposé couvrira toutes les compagnies aériennes / tous les organisateurs de voyages au départ d'un aéroport de la Communauté et à toutes les compagnies aériennes communautaires à destination d'un aéroport de la Communauté. Ce nouveau règlement ne couvrira cependant pas les cas de compagnies aériennes non communautaires au départ d'un pays tiers à destination d'un aéroport de la Communauté. Nous savons que la C.E. peut exclusivement proposer des mesures qui seront applicables sur le territoire de l'ue et nous suggérons par conséquent que les règles intégrées dans ce règlement constituent un modèle au niveau international. Nous pensons que tous les passagers doivent être suffisamment protégés contre les refus d'embarquement (surréservation, annulations, retards), lorsque l'aéroport concerné fait partie de la Communauté. Nous regrettons que dans sa proposition, la Commission ne considère pas les "allers-retours". Nous estimons que le retour d'un vol dont une partie du voyage part de l'ue doit tomber sous le coup de la Directive. Le "voyage" doit être considéré dans sa totalité, par exemple ses deux parties. Il serait opportun d'annexer une liste des aéroports auxquels ce règlement est applicable à ce règlement. Nous apprécions particulièrement le fait que la Commission ait proposé d'abolir la distinction qui est faite entre les vols réguliers et autres. Nous ne pouvons envisager aucune raison qui justifie un traitement différent des passagers.

7 7 Etant donné l'environnement international, nous espérons que la Convention de Montréal en vue de l'unification de certaines règles relatives au transport aérien international 10 entrera bientôt en vigueur. Règles définies par le transporteur aérien ou l'organisateur de voyages Article 4 Nous accueillons très favorablement les dispositions qui obligent les transporteurs aériens et / ou organisateurs de voyages à communiquer des informations au sujet des règles qu'il observera en cas de refus d'embarquement et plus particulièrement les règles relatives aux priorités d'embarquement utilisées pour sélectionner les passagers qui embarqueront et ceux qui n'embarqueront pas. Tel que proposé par la Commission, ce système est similaire au système appliqué aux Etats- Unis où les compagnies aériennes sont obligées de publier les règles utilisées pour affecter les priorités d'embarquement. Les transporteurs aériens sont libres d'établir l'ordre de priorité qu'ils estiment le plus adéquat en cas de refus d'embarquement. Dans ce contexte, nous accueillons favorablement la référence qui est faite dans l'article 6 au sujet des personnes handicapées, des personnes à mobilité réduite et des enfants non accompagnés. Nous estimons cependant que la liste prioritaire doit être étendue aux passagers qui voyagent avec des enfants en bas âge. Embarquement des passagers handicapés et des autres passagers ayant des besoins particuliers - Article 6 Un transporteur aérien ou un organisateur de voyage ne refuse pas l'embarquement d'un passager handicapé et de toute personne l'accompagnant, ni celui d'un passager à mobilité réduite ou d'un enfant non accompagné. Nous estimons que lors de l'établissement de ce type de règles, les compagnies aériennes doivent donner la priorité : - aux passagers qui voyagent suite au décès ou à la maladie d'un membre de sa famille ; - aux passagers âgés et handicapés ; - aux enfants non accompagnés ; - aux passagers qui doivent prendre une correspondance qui dépend du vol surréservé / annulé / retardé ; - aux passagers qui voyagent avec des enfants en bas âge. 10 Proposition du Conseil relative à la signature par la C.E. de la convention du 28 mai 1999 pour l unification de certaines règles relatives au transport aérien international (convention de Montréal), COM (1999) 435 final, du 9 septembre 1999.

8 8 Comme le propose la Commission, ces règles établissant une priorité d'embarquement doivent être publiées et tenues à la disposition du public. Pour que la publicité soit aussi importante que possible, ce règlement oblige les compagnies aériennes et organisateurs de voyages à les inclure dans le contrat ou les conditions de transport du transporteur aérien ou de l'organisateur de voyage. Nous accueillons très favorablement l'extension de cette obligation aux organisateurs de voyages qui, lorsqu'ils sont informés préalablement de problèmes possibles, sont tenus d'informer avant le départ les passagers de risques possibles de refus d'embarquement pour que ceux-ci aient encore la possibilité de décider d'annuler leur voyage ou de trouver une solution alternative acceptable. Les passagers doivent être correctement informés de leur droit à une compensation au cas ou en cas de refus d'embarquement. Généralement, les utilisateurs des transports aériens sont très peu au courant des conditions générales du contrat de transport qu'ils concluent avec les transporteurs aériens lorsqu'ils achètent un billet d'avion. Les droits des passagers sont généralement régis par des conditions générales standard préétablies, généralement appelées "règlement du transporteur ". Ces conditions sont hors de contrôle du passager et leur validité ne dépend pas de l'accord informé de celui-ci. Le BEUC espère que la Commission présentera rapidement une proposition améliorant la qualité des conditions générales des contrats de transport aérien. Refus d'embarquement ( Surréservation ) Article 5 Bien qu'en principe nous soyons d'accord avec l'approche proposée par la Commission pour ce qui est du refus d'embarquement, il convient de faire quelques commentaires. Lorsqu'une catégorie de place est surréservée, la première méthode qui permet de résoudre ce problème consiste à donner aux passagers concernés une place dans une autre classe. Le transporteur aérien doit utiliser toute la capacité de l'avion. Nous regrettons que la Commission n'envisage pas explicitement cette solution comme la première mesure à prendre en cas de refus d'embarquement, bien que certaines dispositions de ce règlement évoquent implicitement cette possibilité (article 5.4). Nous estimons que lorsque la compagnie aérienne peut accueillir les passagers dans une autre classe que celle qui fait l'objet d'une surréservation, les passagers ne doivent pas payer la différence de prix qui existe entre les billets. Par contre, lorsque la personne est accueillie dans une classe inférieure, il convient de procéder au remboursement de la différence. Du point de vue du consommateur, il serait inacceptable que le consommateur victime du refus paie la différence de prix entre les billets s'il bénéficie d'une meilleure place. Le système proposé par la Commission se résume comme suit : Etape 1 (article 5.1) La Commission propose que le transporteur aérien / l'organisateur de voyages recense les passagers qui attendent toujours leur enregistrement sur ce vol à l'heure de clôture de l'enregistrement et fait ensuite appel aux volontaires acceptant de renoncer à leur réservation en échange de certains avantages, suivant des modalités à convenir entre le passager concerné et le transporteur aérien / l'organisateur de voyages.

9 9 Il convient de souligner que les conditions moyennant lesquelles les volontaires qui ont accepté de renoncer à leur vol confirmé doivent être convenues entre le volontaire et le transporteur aérien / l'organisateur de voyages. Les compagnies aériennes doivent offrir des compensations importantes aux passagers qui renoncent volontairement à leur place. Etape 2 (article 5.2) Lorsque le nombre de volontaire qui se manifestent n'est pas suffisant, cette proposition établit que le transporteur aérien / l'organisateur de voyages peut alors refuser l'embarquement de passagers contre la volonté de ceux-ci (article 5.2). Quelle que soit la solution adoptée afin de résoudre le problème des refus d'embarquement, les consommateurs doivent immédiatement bénéficier d'une compensation. Nous constatons avec satisfaction l'augmentation du seuil de la compensation minimale qui doit être versée aux passagers pour refus d'embarquement. Nous espérons vraiment que cela encouragera les compagnies aériennes / organisateurs de voyages à réduire ces pratiques idéalement à y mettre un terme. Il ne semble cependant pas si onéreux que les compagnies / organisateurs de voyages l'affirment souvent de maintenir un faible taux de refus d'embarquement. Cela les encouragerait toutefois à prendre toutes les mesures possibles pour réduire autant que possible l'incidence des refus d'embarquement. Nous regrettons que la Commission n'ait pas inclus dans sa proposition une clause de révision des seuils. Le montant de la compensation doit être adapté en fonction de l'inflation. Nous suggérons par conséquent l'introduction dans le nouveau règlement d'un mécanisme correcteur des seuils lié au taux d'inflation dans l'ue. Dans de précédents avis, nous insistions sur l'importance d'une extension des possibilités d'obtention de compensations pour les passagers. Nous sommes favorables au fait que ce règlement comprenne divers modes de paiement et que la compensation sera dès lors versée en liquide ou, moyennant accord signé par le passager, par virement bancaire, par chèque, chèques de voyage et / ou autres services. Il convient de souligner le fait que les passagers victimes d'un refus d'embarquement doivent bénéficier d'une compensation complète de son choix. Nous sommes satisfaits de ce que la Commission établit dans l'article 8 le droit à une assistance pour les passagers victimes d'un refus d'embarquement. Dans de telles situations, les passagers concernés devraient pouvoir choisir entre : soit 1) le remboursement intégral du prix du billet ; soit 2) un ré acheminement vers leur destination finale, dans les meilleurs délais ; soit 3) un réacheminement vers leur destination finale à une date ultérieure, à leur convenance. Dans le cas d'un refus d'embarquement, conformément à la proposition, l'assistance aux passagers doit couvrir : - un appel téléphonique et / ou l'envoi d'un message par télex ou télécopie et / ou par courrier électronique à leur lieu de destination finale (gratuit) ; - si la région / ville est desservie par plusieurs aéroports, les frais de transfert vers un autre aéroport si le passager marque son accord sur cette solution ; - des rafraîchissements et repas ; - si nécessaire, un hébergement à l'hôtel.

10 10 Nous estimons que l'assistance doit être étendue aux communications (téléphone, fax ou e- mail) vers le point de départ. De plus, les coûts de transport devraient aussi couvrir les frais de retour à la maison ou à l'hôtel, par exemple le coût d'un taxi, un ticket de bus. Dans ces cas, la compagnie aérienne / l'organisateur de voyages doit apporter cette assistance. De plus, la compagnie aérienne est responsable de veiller à ce que les bagages des passagers parviennent à destination ou soient renvoyés au passager si celui-ci refuse la proposition d'un autre vol. Annulations Article 10 Nous accueillons très favorablement le fait que la Commission étende le champ d'application de ce règlement aux annulations des vols. Cela devrait toutefois être considéré comme une simple conséquence de la loi sur les contrats. Lorsqu'un vol est annulé, la compagnie aérienne / l'organisateur de voyage rompt le contrat conclu avec les consommateurs et les passagers devraient par conséquent bénéficier d'une compensation pour non-respect de ses obligations par le transporteur aérien / l'organisateur de voyages. Conformément à l'article 10, les transporteurs aériens / organisateurs de voyages ne doivent pas offrir de compensation aux passagers s'ils peuvent prouver que l'annulation résulte de circonstances exceptionnelles indépendantes de leur responsabilité ou de sont sous-traitant. Nous admettons que des "circonstances exceptionnelles" indépendantes de la responsabilité du transporteur aérien / de l'organisateur de voyage / de l'agent sous-traitant telles que des conditions atmosphériques, des raisons de sécurité, une instabilité politique dans le pays de destination, peuvent justifier l'annulation de certains vols. Il est toutefois inacceptable que des raisons commerciales ou des problèmes liés à l'aéroport tels que des grèves des employés de l'aéroport ou des pilotes, un manque d'équipage, la faillite de la compagnie aérienne / de l'organisateur de voyage puissent être considérés comme "circonstances exceptionnelles" Dans la mesure ou le terme "circonstances exceptionnelles" est ambigu et qu'il laisse la porte ouverte à diverses interprétations, nous estimons que ce terme devrait être interprété à la lumière de la jurisprudence développée par la CJE quant à la notion de "force majeure" 11. Conformément à la jurisprudence de la CEJ 12, le concept de "force majeure" est défini comme suit : "le concept de force majeure nécessite que la non-exécution de l'acte en question soit due à des circonstances indépendantes du contrôle de la personne qui invoque la force majeure, qui sont anormales ou imprévisibles et dont les conséquences ne pouvaient être évitées, malgré la mise en œuvre de tous les soins nécessaires". (Cas C 335/87, Rec.p. I 2875) (cf. la.22). Il est inacceptable pour les consommateurs qu'un transporteur aérien / organisateur de voyages puisse échapper à toute responsabilité s'il conclut un contrat avec des agents qui sont responsables de l'exécution de services. Les consommateurs ne doivent pas être affectés par de tels contrats conclus entre la compagnie aérienne / l'organisateur de voyage et un soustraitant et dans ce cas, la compagnie aérienne / l'organisateur de voyages doit à tout moment 11 Réf. Jurisprudence re. "force majeure" 12 C- 335/87, Rec.p. I (cf. Al.22), C - 266/84, Rec. p. 149 (cf.al.27), C- 145/85, Rec. p. 565 (cf.al.11), C- 70/86, Rec.p (cf.al.8), C- 109/86, Rec. p (cf.al.7), C- 296/86, Rec.p.1491 (cf.al.11), T- 147/89, Rec. p. II-1057 (cf.point 106), T-148/89, Rec.p. II 1063 (cf.point 125), C- 334/87, Rec.p. I (cf.al.21, 34-35)

11 11 rester responsable et ne peut échapper à ses responsabilités. Pour améliorer la protection du consommateur, il convient d'établir clairement un système de responsabilité conjointe. La Commission propose une procédure commune de traitement des vols annulés qui se résume comme suit : Première étape Le transporteur aérien / organisateur de voyages met tout en œuvre pour prendre contact avec les passagers concernés. Deuxième étape Lorsque les passagers concernés sont identifiés, le transporteur aérien / l'organisateur de voyages convient avec eux des conditions dans lesquelles ils accepteraient de renoncer à leur réservation confirmée. Troisième étape Si aucun accord n'est atteint, les règles relatives aux refus d'embarquement (droit à une compensation et à une assistance) s'appliquent. Le consommateur affecté peut choisir entre le remboursement intégral du billet ou le réacheminement dans les meilleurs délais ou encore le réacheminement à une date ultérieure à la convenance des passagers. Du point de vue du consommateur, les passagers confrontés à une annulation ou à un retard important devraient avoir le droit au remboursement de leur billet et à une compensation financière standard dont le montant couvrirait les frais normaux ou moyens, subis par le consommateur à la suite de cette annulation / de ce retard important. Retards Article 11 Comme nous l'avons déjà indiqué pour les annulations, nous accueillons favorablement l'extension du champ d'application de ce règlement de manière à couvrir les retards importants des vols. En vue de ne couvrir que les retards importants, la Commission a fait dépendre la compensation en cas de retard de la longueur du vol. Si la longueur du vol est inférieure à km, un retard de 2 heures ou plus donne encore droit à une compensation. Si la longueur du vol est supérieure ou égale à km, tout retard de 4 heures ou plus donne droit à une compensation. Nous regrettons que la Commission n'intègre pas dans sa proposition les "retards qui font rater un vol de connexion". Ces cas devraient également être inclus, indépendamment de la durée du retard. Les retards entraînent des désagréments pour les passagers et doivent par conséquent donner lieu à une compensation et à une assistance. Ce principe devrait encourager les compagnies aériennes à réduire les retards. Nous espérons vraiment que la publication des indicateurs de service des compagnies aériennes 13, qui incluront des indicateurs de ponctualité et de performance, constitueront pour les compagnies aériennes un encouragement à réduire les retards. 13 Document de consultation de la Commission sur la mise en place des indicateurs de performance des compagnies, du 30 novembre 2000.

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 17.2.2004 L 46/1 I (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) RÈGLEMENT (CE) N o 261/2004 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 11 février 2004 établissant des règles communes

Plus en détail

Règlement (CE) no 261/2004 du Parlement européen et du Conseil

Règlement (CE) no 261/2004 du Parlement européen et du Conseil Règlement (CE) n 261/2004 du Parlement européen et du Conseil du 11 février 2004 établissant des règles communes en matière d'indemnisation et d'assistance des passagers en cas de refus d'embarquement

Plus en détail

BEUC/X/065/2000 02 Janvier, 2001 Contact : Machiel van der Velde Email : legal@beuc.org Lang : FR. The European Consumers Organisation

BEUC/X/065/2000 02 Janvier, 2001 Contact : Machiel van der Velde Email : legal@beuc.org Lang : FR. The European Consumers Organisation The European Consumers Organisation BEUC/X/065/2000 02 Janvier, 2001 Contact : Machiel van der Velde Email : legal@beuc.org Lang : FR Position du BEUC sur la Proposition par la Commission européenne d

Plus en détail

Position du BEUC sur. la réglementation sur les détergents

Position du BEUC sur. la réglementation sur les détergents BEUC/X/004/2003 20 janvier, 2003 Contact : Charlotte de Roo Email : cro@beuc.org Lang : FR The European Consumers Organisation Position du BEUC sur la réglementation sur les détergents Bureau Européen

Plus en détail

Résumé des droits des passagers voyageant par autobus et autocar 1

Résumé des droits des passagers voyageant par autobus et autocar 1 Résumé des droits des passagers voyageant par autobus et autocar 1 Le règlement (UE) n 181/2011 (ci-après le «règlement») est entré en vigueur le 1 er mars 2013. Il prévoit un socle de droits pour les

Plus en détail

enfant ou un bébé (moins de nécessaire deux ans)

enfant ou un bébé (moins de nécessaire deux ans) DROITS DES PASSAGERS AERIENS FORMULAIRE DE PLAINTE UE CE FORMULAIRE PEUT ÊTRE UTILISE POUR DEPOSER UNE PLAINTE À L'ENCONTRE D'UNE COMPAGNIE AÉRIENNE ET/OU D'UN ORGANISME NATIONAL DE CONTRÔLE. Droits des

Plus en détail

- des frais peuvent être facturés pour les bagages en soute.

- des frais peuvent être facturés pour les bagages en soute. Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation Voyager en avion Le Règlement européen n 261/2004 définit les droits des passagers aériens victimes d une annulation, d un retard ou d un surbooking.

Plus en détail

La révision de la législation sur les médicaments. Position du BEUC

La révision de la législation sur les médicaments. Position du BEUC The European Consumers Organisation BEUC/X/009/2002 7 février, 2002 Contact :Charlotte de Roo Email :cro@beuc.org Lang :FR La révision de la législation sur les médicaments Position du BEUC Bureau Européen

Plus en détail

Programme Entreprises de FINNAIR Termes du contrat

Programme Entreprises de FINNAIR Termes du contrat INFORMATIONS GÉNÉRALES Ces conditions de vente s'appliqueront au Programme Entreprises de Finnair (ci-après dénommé «Programme»). En dehors de ces conditions de vente, aucune autre règle ne s'applique.

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

DIRECTIVE 98/20/CE DU CONSEIL

DIRECTIVE 98/20/CE DU CONSEIL Directive 98/20/CE du Conseil du 30 mars 1998 modifiant la directive 92/14/CEE relative à la limitation de l'exploitation des avions relevant du volume 1, deuxième partie, chapitre 2 de l'annexe 16 de

Plus en détail

Conditions Générales de ventes

Conditions Générales de ventes Conditions Générales de ventes Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues entre, d'une part, le Laboratoire Immergence,immatriculé au Registre du commerce et des sociétés de Cahors,

Plus en détail

Conditions du contrat et autres informations importantes

Conditions du contrat et autres informations importantes Conditions du contrat et autres informations importantes CONDITIONS DU CONTRAT ET AUTRES INFORMATIONS IMPORTANTES LES PASSAGERS EFFECTUANT UN VOYAGE VERS UNE DESTINATION FINALE OU INCLUANT UN ARRET DANS

Plus en détail

REGLEMENT DES REMBOURSEMENTS DE FRAIS DE

REGLEMENT DES REMBOURSEMENTS DE FRAIS DE REGLEMENT DES REMBOURSEMENTS DE FRAIS DE (indiquer la raison sociale de la société) du (date) 1. Généralités 1.1 Champ d'application Le présent règlement des remboursements de frais s'applique à l'ensemble

Plus en détail

Conditions générales Claim it

Conditions générales Claim it * * * Conditions générales Claim it Dernière version du 30 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Article 1 Identité de l entreprise Article 2 Champ d application et conditions Article 3 Offre et ordre de service

Plus en détail

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR Tous les produits achetés auprès d'apple, y compris les produits qui ne sont pas de la marque Apple, bénéficient de la garantie légale de conformité de 2 ans du vendeur, prévue

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 mars 2010 (16.03) (OR. en) 5218/3/10 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0237 (COD)

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 mars 2010 (16.03) (OR. en) 5218/3/10 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0237 (COD) CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11 mars 2010 (16.03) (OR. en) Dossier interinstitutionnel: 2008/0237 (COD) 5218/3/10 REV 3 TRANS 6 CODEC 8 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Position

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE DES TRAVAILLEURS QUITTANT L'ENTREPRISE OU LE LIEU DE TRAVAIL --------------------------

Plus en détail

Infobrochure SVOS DROITS EN TANT QUE VOYAGEUR AÉRIEN

Infobrochure SVOS DROITS EN TANT QUE VOYAGEUR AÉRIEN Infobrochure SVOS DROITS EN TANT QUE VOYAGEUR AÉRIEN S En cas de retard À l aide! À quoi puis-je prétendre? Mon vol est retardé ( delayed ) avec mention ou non d une nouvelle heure de départ... En cas

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Doc. parl. 3671 Loi du 3 juin 1994 portant organisation des relations entre les agents commerciaux indépendants et leurs commettants et portant transposition de la directive du Conseil 86/653/CEE du 18

Plus en détail

AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES

AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES Ce document s adresse aux nouveaux arrivants dans le domaine de l affrètement et aux affréteurs occasionnels. Il a pour but de leur fournir

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION

COMMUNICATION DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 3.7.2015 C(2015) 4089 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION Orientations interprétatives relatives au règlement (CE) n 1371/2007 du Parlement européen et du Conseil sur

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Les présentes conditions générales ont pour objet de définir les conditions dans lesquelles les prestations de services de la société Ether Création sont effectuées. 1 - Généralités

Plus en détail

A r t i c le 3 Information à charge de l'organisateur et / ou de l'intermédiaire de voyages

A r t i c le 3 Information à charge de l'organisateur et / ou de l'intermédiaire de voyages C O N D IT I O N S G E NE RA LE S DE L A CO M M ISSI O N DE L I T I G E S VOY A G E S A r t i c le 1 Champ d'application Ces conditions générales sont d application aux contrats d organisation et d intermédiaire

Plus en détail

Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking

Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking Article 1. Stipulation générale Les Conditions Générales Bancaires de bpost banque régissent le Service PCbanking. Les présentes Conditions

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1. Champs d application. Toutes les fournitures de biens matériels et de prestations de services (telles que, sans caractère limitatif : réalisation de site internet, réalisation

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Reproduction littérale des articles R.211-3 à R.211-11 du Code du tourisme, conformément à l article R.211-12 du code du tourisme. Article R.211-3 : Sous réserve des exclusions

Plus en détail

Conditions générales de Vente

Conditions générales de Vente Conditions générales de Vente Les utilisateurs d ExpedierPasCher.com sont soumis aux termes et conditions générales indiquées ci-après. Ceux-ci concernent l'accès au site web, son utilisation ainsi que

Plus en détail

CHAPITRE PREMIER: Champ d'application

CHAPITRE PREMIER: Champ d'application Directive 86/653/CEE du Conseil du 18 décembre 1986 relative à la coordination des droits des États membres concernant les agents commerciaux indépendants Journal officiel n L 382 du 31/12/1986 p. 0017-0021

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

Politique de résolution des litiges relatifs aux noms de domaine Point ML

Politique de résolution des litiges relatifs aux noms de domaine Point ML Politique de résolution des litiges relatifs aux noms de domaine Point ML 1. Objet Les principes directeurs pour ce règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine (les «principes directeurs»)

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

(JO L 143 du 27.6.1995, p. 70)

(JO L 143 du 27.6.1995, p. 70) 1995L0018 FR 30.04.2004 002.002 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B DIRECTIVE 95/18/CE DU CONSEIL du 19 juin 1995 concernant les licences

Plus en détail

Programme de garantie pour le système de câblage R&Mfreenet

Programme de garantie pour le système de câblage R&Mfreenet Programme de garantie pour le système de câblage R&Mfreenet Garantie générale produit R&Mfreenet de 5 ans Garantie système R&Mfreenet de 25 ans Garantie d'application R&Mfreenet à vie 1 Définitions : R&M

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1. CHAMP D'APPLICATION Les conditions générales de vente décrites ci-dessous (ci-après les "Conditions Générales de Vente") ont pour objet de régir l'ensemble des relations

Plus en détail

Normes de qualité. Conformément au Règlement Européen 1107/2006 l aéroport de Carcassonne fixe des normes de qualité pour l'assistance des PMR.

Normes de qualité. Conformément au Règlement Européen 1107/2006 l aéroport de Carcassonne fixe des normes de qualité pour l'assistance des PMR. Normes de qualité Règlement CE 1107/2006 - concernant les droits des personnes handicapées et à mobilité réduite (PMR) lorsqu'elles font des voyages aériens Conformément au Règlement Européen 1107/2006

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1. Inscription et Confirmation 1.1. Le client réalise sa commande ou sa pré-réservation de voyage à travers le formulaire de réservation en ligne. Dans le cas d une pré-réservation,

Plus en détail

La protection des passagers aériens : une responsabilité accrue pour les transporteurs

La protection des passagers aériens : une responsabilité accrue pour les transporteurs La protection des passagers aériens : une responsabilité accrue pour les transporteurs Submitted By Dr. Saliha BOUZIANI Doctorat en droit des affaires, Université de BOURGOGNE Dijon France- Introduction

Plus en détail

L'UNION EUROPÉENNE ENQUÊTE SUR LES SITES DE VENTE DE BILLETS D'AVION EN LIGNE. QUESTIONS ET RÉPONSES

L'UNION EUROPÉENNE ENQUÊTE SUR LES SITES DE VENTE DE BILLETS D'AVION EN LIGNE. QUESTIONS ET RÉPONSES MEMO/07/459 Bruxelles, le 14 novembre 2007 L'UNION EUROPÉENNE ENQUÊTE SUR LES SITES DE VENTE DE BILLETS D'AVION EN LIGNE. QUESTIONS ET RÉPONSES LE BALAYAGE Qu'est-ce qu'un balayage? Un «balayage communautaire»

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 28.2.2014 COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition 1484/2008, présentée par Catherine Le Comte, de nationalité française, sur l'incidence de la pollution

Plus en détail

COPPEL PEINTURE. Société SARL au capital de 1000 euros Siège social : 29 Avenue de Rangueil 31400 TOULOUSE

COPPEL PEINTURE. Société SARL au capital de 1000 euros Siège social : 29 Avenue de Rangueil 31400 TOULOUSE COPPEL PEINTURE Société SARL au capital de 1000 euros Siège social : 29 Avenue de Rangueil 31400 TOULOUSE Adresse de l Etablissement : 7-9 Allée Paul Sabatier 31000 TOULOUSE N de téléphone 05 62 73 73

Plus en détail

[Contractant] [Personne physique ou morale] [État participant] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence

[Contractant] [Personne physique ou morale] [État participant] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence BESOINS PROPRES DE L'AGENCE LICENCE TYPE DE l'esa 5 [Contractant] et [Personne physique ou morale] [État participant] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence Contrat

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE GRAND PUBLIC

CONDITIONS GENERALES DE VENTE GRAND PUBLIC CONDITIONS GENERALES DE VENTE GRAND PUBLIC 1. Dispositions liminaires 1.1 Généralités Ces Conditions Générales de Vente s'appliquent à toutes les opérations de vente conclues par les entités de la SAS

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA MARINE MARCHANDE DE MER EGEE Direction Nationale des Transports Maritimes

MINISTÈRE DE LA MARINE MARCHANDE DE MER EGEE Direction Nationale des Transports Maritimes MINISTÈRE DE LA MARINE MARCHANDE DE MER EGEE Direction Nationale des Transports Maritimes UNION DES CONSOMMATEURS HELLÉNIQUE Centre d'information pour les passagers Cher passager, Vous voyagez par bateau

Plus en détail

DGG 1B UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 3 décembre 2015 (OR. en) 2012/0175 (COD) PE-CONS 49/15 EF 155 ECOFIN 631 SURE 22 CODEC 1079

DGG 1B UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 3 décembre 2015 (OR. en) 2012/0175 (COD) PE-CONS 49/15 EF 155 ECOFIN 631 SURE 22 CODEC 1079 UNION EUROPÉENNE LE PARLEMENT EUROPÉEN LE CONSEIL Bruxelles, le 3 décembre 2015 (OR. en) 2012/0175 (COD) PE-CONS 49/15 EF 155 ECOFIN 631 SURE 22 CODEC 1079 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet:

Plus en détail

DÉCISION N 120/2014. relative aux modalités d'application des règlements n 3/2014, n 4/2014, n 5/2014 du Comité des régions

DÉCISION N 120/2014. relative aux modalités d'application des règlements n 3/2014, n 4/2014, n 5/2014 du Comité des régions DÉCISION N 120/2014 relative aux modalités d'application des règlements n 3/2014, n 4/2014, n 5/2014 du Comité des régions LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL, VU VU VU l'article 10 du règlement n 3/2014 relatif au

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

CONDITIONS DE VENTE DE L ASSOCIATION A LA PULPE. La vente est réservée aux lecteurs particuliers non professionnels.

CONDITIONS DE VENTE DE L ASSOCIATION A LA PULPE. La vente est réservée aux lecteurs particuliers non professionnels. CONDITIONS DE VENTE DE L ASSOCIATION A LA PULPE Les présentes conditions générales de vente s'appliquent à toutes les ventes conclues par le biais du site Internet www.lassociation.fr entre L Association

Plus en détail

Conditions particulières de vente

Conditions particulières de vente Conditions particulières de vente Camp de base Hameau de la Combe 30 440 Saint Laurent-le- Minier Paris 0825 000 840 (0,15 /min) Info@akaoka.com www.akaoka.com Inscription Toute inscription à l une des

Plus en détail

DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles

DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles La directive 2011/83/UE sur les droits des consommateurs du 25 octobre 2011 visant à accroitre la protection des consommateurs

Plus en détail

REGLEMENT DU PROGRAMME OERTLI «SPECIALISTES 2014»

REGLEMENT DU PROGRAMME OERTLI «SPECIALISTES 2014» REGLEMENT DU PROGRAMME OERTLI «SPECIALISTES 2014» Ce document reprend les conditions générales de fonctionnement et d'utilisation qui régissent le programme de fidélisation Oertli Spécialistes 2014 et

Plus en détail

Terms et Conditions of Ridder Drive Systems

Terms et Conditions of Ridder Drive Systems Ridder Drive Systems Lorentzstraat 36 38 3846 AX Harderwijk Article 1 : Champ d'application 1.1 Les présentes conditions générales s'appliquent à toutes les offres, contrats et livraisons qui résultent

Plus en détail

SARL au capital de 2,030,000 Euros Licence d agence de voyage N 075960116

SARL au capital de 2,030,000 Euros Licence d agence de voyage N 075960116 CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE 1. INSCRIPTION 1 1 Voyages sur mesure à la carte et circuits accompagnés individuels nous proposons sur notre site internet des idées de voyages avec des tarifs «à partir

Plus en détail

Nous vous demandons d'accepter l'offre Auto Car Location ou de rajouter un autre véhicule de location

Nous vous demandons d'accepter l'offre Auto Car Location ou de rajouter un autre véhicule de location Conditions générales de la réservation Vous serez invités à confirmer que vous avez lu et compris ces dernières afin de valider votre réservation. 1. Processus de réservation en ligne Voici les étapes

Plus en détail

FINANCIÈRE FIRST NATIONAL S.E.C. ENTENTE RELATIVE À L'ACCÈS ÉLECTRONIQUE (2008)

FINANCIÈRE FIRST NATIONAL S.E.C. ENTENTE RELATIVE À L'ACCÈS ÉLECTRONIQUE (2008) FINANCIÈRE FIRST NATIONAL S.E.C. ENTENTE RELATIVE À L'ACCÈS ÉLECTRONIQUE (2008) PARTIE A DISPOSITIONS GÉNÉRALES Portée : Autres ententes: Modifications : Interprétation: PARTIE B : Mots de passe : La présente

Plus en détail

Conditions générales d installation Egardia

Conditions générales d installation Egardia Conditions générales d installation Egardia Mise à jour : Juillet 2014 Article 1 - Définitions Article 2 - Applicabilité Article 3 - Contrat Article 4 - Vos obligations Article 5 - Nos obligations Article

Plus en détail

[Contractant] [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence

[Contractant] [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence BESOINS PROPRES DE L'AGENCE LICENCE TYPE DE l'esa 4 [Contractant] et [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence Contrat partiellement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SITE DREAMJET

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SITE DREAMJET CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SITE DREAMJET Article 1 - Champ d application La société DreamJet est une société par action simplifiée à associé unique, ayant son siège social situé

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Règlement jeu «jeu Cartes Visa FIFA 2014»

Règlement jeu «jeu Cartes Visa FIFA 2014» Règlement jeu «jeu Cartes Visa FIFA 2014» Article I : Organisation Les banques du groupe CIC représentées par le Crédit industriel et Commercial -CIC société anonyme au capital de 608 439 888 euros, dont

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE ARTICLE 29 Groupe de travail sur la protection des données TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE 11601/FR WP 90 Avis 5/2004 portant sur les communications de prospection directe non sollicitées selon l'article

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Préambule : La Société «Les Evasions de Jade» ci-après désignée sous le vocable «le Prestataire» EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité limitée), dont le siège social

Plus en détail

Adoptée le 12 février 2014 En vigueur le 14 mars 2014. Traduction en français mise à jour le 5 septembre 2014 TABLE DES MATIÈRES

Adoptée le 12 février 2014 En vigueur le 14 mars 2014. Traduction en français mise à jour le 5 septembre 2014 TABLE DES MATIÈRES CHARTE DE RÈGLEMENT UNIFORME DES LITIGES POUR LES ADRESSES FROGANS (UDRP-F) Publiée par l'op3ft, l'organisation à but non lucratif dont l'objet est de détenir, promouvoir, protéger et faire progresser

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

BILLETTERIE ONLINE MUSÉE D ART CONTEMPORAIN DE LYON

BILLETTERIE ONLINE MUSÉE D ART CONTEMPORAIN DE LYON BILLETTERIE ONLINE MUSÉE D ART CONTEMPORAIN DE LYON Définitions Dans les présentes conditions générales de vente (ci-après «CGV») sont entendus par : «MUSÉE D ART CONTEMPORAIN DE LYON (ci-après dénommé

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions règlent les rapports entre l établissement, désigné ci-après par l'institut ou l'institut Lyonnais, et les personnes amenées à le fréquenter. Elles

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE GRAND PUBLIC

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE GRAND PUBLIC CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE GRAND PUBLIC 1. Dispositions liminaires 1.1 Généralités Ces Conditions Générales de Vente s'appliquent à toutes les opérations de vente conclues par les entités de la SAS

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes. (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité)

Journal officiel des Communautés européennes. (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) L 113/1 I (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) RÈGLEMENT (CE) N o 733/2002 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 avril2002 concernant la mise en œuvre du domaine de premier

Plus en détail

2. Les prestations de WKB ont pour objet la fourniture d'informations au client. Ces prestations peuvent être

2. Les prestations de WKB ont pour objet la fourniture d'informations au client. Ces prestations peuvent être Conditions générales 1. Les relations contractuelles entre Wolters Kluwer Belgium S.A., dont le siège social est établi Motstraat 30, à 2800 Mechelen, immatriculée au registre de la T.V.A. sous le numéro

Plus en détail

Circulaire n Ci.RH.241/539.525 (AFER 12/2004) dd. 09.03.2004

Circulaire n Ci.RH.241/539.525 (AFER 12/2004) dd. 09.03.2004 Circulaire n Ci.RH.241/539.525 (AFER 12/2004) dd. 09.03.2004 (complétée par : - Addendum dd. 05.03.2010 à la circulaire n Ci.RH.241/539.525 (AFER 12/2004) dd. 09.03.2004 - Addendum dd. 01.08.2011 aux circulaires

Plus en détail

Et : La personne transportée dans le cadre de la prestation de service Ci-après «le Client»,

Et : La personne transportée dans le cadre de la prestation de service Ci-après «le Client», CONDITIONS GÉNÉRALES Entre les soussignés : La centrale BUSINESS.CAB représentée par la société SAS PARISMOTOTAXI, 66, avenue des Champs-Elysées, 75008 PARIS, RCS PARIS 792817231. Ci-après «BUSINESS.CAB»,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE OLLANDINI VOYAGES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE OLLANDINI VOYAGES CONDITIONS GENERALES DE VENTE OLLANDINI VOYAGES ARTICLE 1 - OBJET ET CHAMP D'APPLICATION 1.1 OBJET Toute inscription à l un des voyages présenté dans le présent catalogue, ou ayant fait l objet d un devis

Plus en détail

Communication de la Commission sur l'immunité d'amendes et la réduction de leur montant dans les affaires portant sur des ententes

Communication de la Commission sur l'immunité d'amendes et la réduction de leur montant dans les affaires portant sur des ententes Communication de la Commission sur l'immunité d'amendes et la réduction de leur montant dans les affaires portant sur des ententes I. INTRODUCTION (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) (2006/C 298/11)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU WEBSHOP

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU WEBSHOP CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU WEBSHOP Données de l'entreprise FJA-OEYEN MOL SA Asstraat 2, 2400 Mol, Belgique info@fja-oeyen.be Tél. : +32 (0)14 31 13 92 Fax : +32 (0)14 31 54 08 Numéro d'entreprise

Plus en détail

Modalités d application de certaines dispositions de la Convention

Modalités d application de certaines dispositions de la Convention Modalités d application de certaines dispositions de la Convention Article 1: Champ d application de la Convention A la date de la signature de la présente Convention, les organismes visés à 1 article

Plus en détail

Conditions générales de vente de AlphaBest

Conditions générales de vente de AlphaBest Conditions générales de vente de AlphaBest 1. Applicabilité des conditions générales 1.1. Sauf convention contraire et expresse, les présentes conditions générales sont applicables à toutes les offres,

Plus en détail

Programme et Politique de lancement du.bzh

Programme et Politique de lancement du.bzh Programme et Politique de lancement du.bzh Table des matières I. Introduction... 2 II. Période Sunrise pour les marques... 5 1. Présentation et demandeurs éligibles... 5 2. Justificatifs et certificats

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

NEGOCIATIONS D'URUGUAY

NEGOCIATIONS D'URUGUAY NEGOCIATIONS COMMERCIALES MULTILATERALES NEGOCIATIONS D'URUGUAY RESTRICTED MTN.GNG/NG 1 mars 19 Distribution spéciale Groupe de négociation sur les marchandises (GATT) Groupe de Négociation sur les Mesures

Plus en détail

Conditions générales de vente web shop Nearly New Car

Conditions générales de vente web shop Nearly New Car (Succursale de Mercedes-Benz Belgium Luxembourg SA, avenue du Péage 68, 1200 Bruxelles, RPM Conditions générales de vente web shop Nearly New Car 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les présentes conditions

Plus en détail

IMMO-ENCHERE. Teamwork : Teamwork sprl, siège social Avenue de Jupille 19, 4020 Liège, Belgique et numéro d entreprise 0474.548.447.

IMMO-ENCHERE. Teamwork : Teamwork sprl, siège social Avenue de Jupille 19, 4020 Liège, Belgique et numéro d entreprise 0474.548.447. A. Conditions pour la mise en vente IMMO-ENCHERE Les conditions de l inscription comprennent les conditions par lesquelles un courtier peut faire offre aux enchères d un bien immobilier via immo-enchère.be.

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES CONDITIONS GÉNÉRALES Champs d'application Les présentes conditions générales de vente s'appliquent à compter de leur mise en ligne en date du..., sans restriction ni réserve, à l'ensemble des ventes conclues

Plus en détail

RÈGLEMENT N 3/2014. Article premier Principes

RÈGLEMENT N 3/2014. Article premier Principes RÈGLEMENT N 3/2014 relatif au remboursement des frais de transport et au paiement des indemnités forfaitaires de voyage et de réunion pour les membres et suppléants du Comité des régions LE BUREAU DU COMITÉ

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE (CGU / CGV)

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE (CGU / CGV) Société Book Events Services CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE (CGU / CGV) 1. Préambule L'accès et l'utilisation des services de la société Book Events Services depuis les sites web www.bookinevent.com

Plus en détail

Règlement d utilisation de TaxiBus Table des matières

Règlement d utilisation de TaxiBus Table des matières Règlement d utilisation de TaxiBus Table des matières Table des matières... 0 Préambule... 1 Article 1 : Objet... 1 Article 2 : Modalités d accès au service... 2 2.1 - Personnes autorisées... 2 2.2 - Inscription

Plus en détail

LES ENFANTS ET LA PUBLICITE. Résumé de l étude menée par le BEUC et CB

LES ENFANTS ET LA PUBLICITE. Résumé de l étude menée par le BEUC et CB The European Consumers Organisation BEUC/X/001/2000 1996 Contact : Caroline Kerstiëns Email : upa@beuc.org Lang : FR LES ENFANTS ET LA PUBLICITE Résumé de l étude menée par le BEUC et CB Bureau Européen

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE POUR LES VENTES REALISEES SUR LE SITE www.annefelker.com

CONDITIONS GENERALES DE VENTE POUR LES VENTES REALISEES SUR LE SITE www.annefelker.com CONDITIONS GENERALES DE VENTE POUR LES VENTES REALISEES SUR LE SITE www.annefelker.com 1. Préambule Le présent site Internet est édité par la société Laboratoire des Sources, SARL au capital de 16 000

Plus en détail

Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA

Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA 1. Conditions d application Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA Les conditions générales de vente concernent le vendeur, étant Velda Cable Technics SA, avec siège social en Belgique,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail