La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal"

Transcription

1 La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

2 Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal Statique comparative Applications et exemples

3 RATIONALITÉ DU CONSOMMATEUR - Quelle consommation est désirée? - Les choix possibles - Ordonner complètement les paniers atteignables - Première étape : l optimum local - Seconde étape : l optimum global

4 Quelle consommation est désirée? Une fois établi que le consommateur peut avoir intérêt à échanger avec d autres consommateurs ou avec des firmes, il reste à analyser les différentes transactions auxquelles il peut participer. Cependant, plutôt que de s attarder sur une multitude de combinaisons de transactions mutuellement avantageuses entre agents, la théorie se focalise sur la situation de chacun des agents, pris isolément, pour déterminer quelle est sa consommation désirée. Définition : la théorie du consommateur analyse quelle consommation serait choisie par le consommateur s il n était limité que par un système de prix et par son revenu.

5 Les choix possibles Pour modéliser la rareté des biens, la théorie place le consommateur dans une économie dans laquelle chaque bien a un prix déterminé. Elle modélise ensuite la dotation initiale à partir du revenu. Définition : Le revenu du consommateur est la contrepartie monétaire maximale dont dispose le consommateur pour acheter un panier de bien. Définition : L ensemble des choix possibles du consommateur est l ensemble des paniers de biens qu il peut acheter avec son revenu. Remarque : Le modèle de choix du consommateur est statique. On étudie d une manière globale tous ses choix. Il n y a pas de motif temporel. Pas d emprunt, pas de consommation différée. Tout le revenu est utilisé pour choisir le meilleur panier de bien.

6 Ordonner complètement les paniers atteignables 3 Hypothèse de rationalité complète du consommateur : On suppose que le consommateur est toujours capable de comparer deux paniers de biens et de déclarer quel est celui qui lui procure le plus de bien être. Définition : Un consommateur est rationnel dès lors qu il peut ordonner tous les paniers de biens, et que ses préférences sont transitives. Difficultés liés à l hypothèse de transitivité : Considérons une famille : le Père, la Mère et la Sœur. Toutes les décisions sont prises à la majorité. Le samedi, ils peuvent aller ensemble au Foot, à l Opéra ou à un Concert de Rock. Pour se décider, ils votent : F / O ; O / C ; C / F. A l issue de ces votes on obtient un cycle de décisions non transitives.

7 4 Première étape : l optimum local Principe : L agent désire ne pas consommer tout panier qui est localement dominé par un autre panier de bien. L application de ce principe donne quelques indications sur les propriétés de la consommation optimale de l agent : Proposition : la consommation optimale de l agent est telle que Le consommateur dépense tout son revenu Le consommateur exploite s il le peut toute différence entre le prix relatif du bien et son TMS

8 5 Seconde étape : l optimum global Hypothèse de rationalité du consommateur : On suppose que non seulement le consommateur peut toujours comparer les paniers entre-deux, deux à deux, mais qu il sait, dans la vie courante déterminer la consommation la meilleure pour lui. Principe : L agent choisit un panier particulier qui lui apporte le plus de bien être. L objectif de la théorie du consommateur est de développer une analyse qui permet de CALCULER ce panier. Remarque : Le fait de calculer un panier optimal ne signifie pas qu on postule que le consommateur est un théoricien qui fait ses calculs avant de consommer. On prédit à travers le modèle ce que le consommateur consomme, sans préciser la suite des tâtonnements qui lui ont permis de connaître ce qu il désirait consommer.

9 I I. LA CONTRAINTE BUDGÉTAIRE - Un principe économique - Une équation en général - Contrainte budgétaire par morceaux - Représentation de la contrainte budgétaire - Pente de la contrainte et prix relatif - Plusieurs pentes définissent plusieurs gammes de prix - Unicité de la contrainte

10 Un principe économique I Principe : Le consommateur doit satisfaire sa contrainte budgétaire. Ce principe traduit la rareté des biens dans un monde où le consommateur est «preneur de prix». «On ne peut pas dépenser plus que ce qu on a» «On doit choisir un panier qui ne coûte pas plus que le revenu» «Choisir ma consommation en un bien revient à choisir de moins consommer en un autre bien» Définition : La contrainte budgétaire est suivant les contextes - - la règle qui établit que le consommateur ne dépense pas plus que ce qu il possède l ensemble des paniers de biens que le consommateur peut acheter 3 la frontière de l ensemble précédent.

11 I Une équation en général La contrainte budgétaire établit une inégalité entre la dépense et le revenu qu on note R. Définition : On appelle «dépense du consommateur, la valeur du panier de bien qu il consomme (x,x,,x n ) en fonction des prix, soit : p x + p x +L+ p n x n. Définition : La contrainte budgétaire est l inégalité : p x + p x +L+ p n x n R Proposition : un consommateur rationnel dépense tout son revenu. On considère alors comme contrainte budgétaire la frontière de l ensemble de revenu d équation : p x + p x +L+ p n x n = R

12 I 3 Contrainte budgétaire par morceaux Cas d école : parfois, les prix réels dépendent plus ou moins des quantités achetées. Dans ce cas, la contrainte budgétaire est la donnée de plusieurs équations conditionnelles. Exemple : La mairie décide de faire payer la consommation d eau 5F le m 3 pour les 60 premiers m 3 consommés puis 5 F les m 3 suivants. On pourrait traiter cet exemple de deux manières : - soit on distingue l eau avant et après les 60 premiers m 3 (mais il n y a aucune raison car il n y a pas de «saut qualitatif» du point de vue du consommateur). - Soit on considère que c est le même bien et donc toute consommation x supérieure à 60 apparaîtra dans la dépense sous la forme : ( x 60 )

13 Représentation de la contrainte budgétaire I 4 Proposition : Quand les prix ne dépendent pas des quantités achetées, la contrainte budgétaire est une droite. Dans le cas de deux biens, c est la droite : p x + p x = R Dans le repère x x c est une droite décroissante passant par R/p et par R/p. X X

14 I 5 Pente de la contrainte budgétaire et prix relatif Proposition : Dans le modèle à deux biens, la pente de la contrainte budgétaire est : p p Il suffit de modifier l équation en la réécrivant : x = R p p p x Retenez donc que la pente de la contrainte budgétaire indique le prix relatif du BIEN NUMERO UN.

15 Plusieurs pentes définissent une ligne brisée I 6 Proposition : Dans le cas de prix qui dépendent des quantités la contrainte budgétaire est une ligne brisée. Dans le cas de l eau, si on suppose que le bien représente le reste des biens, le numéraire, et que p= ; la contrainte budgétaire est la droite cassée suivante : (on suppose R> 5*60). X 60 X La pente est plus faible avant 60 car le prix relatif de l eau est bien inférieur qu après 60.

16 I 7 Unicité de la contrainte budgétaire Proposition : la contrainte budgétaire, comme en tant que règle limitant la consommation du consommateur est unique pour ce consommateur. - Quel que soit le nombre de biens, il n y a qu une seule contrainte reliant justement toutes les consommations possibles en tous les biens. - Il y a autant de contraintes budgétaires que de consommateurs.

17 II II. Les préférences du consommateur - Position du problème - Quel ordre pour Comparer des paniers de biens - Pré-ordre complet - Monotonie des préférences - Diversité des pré-ordres - Représentation par les courbes d indifférence - Propriétés des courbes d indifférence - Pente de la courbe d indifférence et TMS - Hypothèse des TMS décroissants - Hypothèse des courbes d indifférence convexes

18 Position du problème Les phrases ci-après traduisent diversement l idée de préférences : - «J aime la bière» - «J aime la bière plus que la limonade» - «Si j ai le choix, je choisirai plutôt deux canettes de bière et un verre de limonade qu une canette de bière et trois verres de limonade» Principe : L économiste analyse les préférences du consom-mateur à travers la manière dont il ordonne les paniers de biens Convention : On traduit le fait de préférer deux canettes de bière et un verre de limonade plutôt qu une canette de bière et trois verres de limonade par la phrase mathématique : Écrite encore : ( bières, limonade) f ( bière, 3 limonades) (, ) f (, 3) II

19 II Quel ordre pour Comparer des paniers de biens? Il existe une relation d ordre `universelle sur laquelle tous les agents sont d accord. Si x = y et x = y, alors bien entendu ( x, x ) f (y, y ) En d autres termes, tous les agents préfèrent disposer de plus de biens. Cette situation correspond d ailleurs à une relation d ordre dans le plan notée =. Clairement : (x ; x) = (y ; y) Remarque : La relation = est une relation d ordre définie dans le plan. Cependant elle n est pas complète. Impossible avec la relation = de comparer les paniers (,) et (3,).

20 Pré-ordre Complet II 3 Définition : On dit que la relation f est un pré-ordre complet si elle est réflexive, transitive et complète. Définition : La relation f est réflexive si ( x, x ) : ( x, x ) f ( x, x ) Définition : La relation f est transitive si ( x, x ), (y, y ), (z, z ) : ( x, x ) f ( y, y ) et (y, y ) f ( z, z ) ( x, x ) f ( z, z Définition : La relation f est complète si (x, x ), (y, y ) : ( x, x ) f ( y, y ) ou ( y, y ) f ( x, x )

21 II 4 Monotonie des préférences Les différentes coordonnées des paniers de biens sont des unités de biens. On suppose que plus un agent dispose de bien, plus il en retire de bien-être Hypothèse de monotonie des préférences : La relation f est monotone. Définition : La relation f est monotone si x y, x y : ( x, x) f ( y, y)

22 II 5 Diversité des pré-ordres Le seul critère d ordre universel = est incomplet. Dès lors qu on s intéresse à des pré-ordres, on en a une très grande diversité. Ceci correspond bien à la diversité des goûts des consommateurs. Exemple : Vérifier que les deux relations f A et f B sont des préférences, et montrer qu elles sont différentes. La relation f A est définie par ( x, x ), ( y, y ) 0 : (x, x ) f ( y, y ) ( x x y y ) La relation f B est définie par ( x, x ), ( y, y ) 0 : ( x, x ) f ( y, y ) ( x +00 x y + 00 y )

23 Représentation des préférences par les courbes d indifférence La différence entre une relation d ordre et un pré-ordre est dans la propriété d anti-symétrie qui n est pas vérifiée par le pré-ordre. Il existe a priori des paniers de biens différents qui sont équivalents du point de vue du consommateur. Définition : La relation d équivalence ~ associée au pré-ordre fest définie par : (( x, x ) (y, y )) (( x, x ) f ( y, y ) et ( y, y ) f (x, x )) II 6 Définition : On appelle courbe d indifférence dans l espace x x tout ensemble de points reliant différents paniers entre lesquels le consommateur est indifférent. Proposition : Les préférences des consommateurs sont entièrement caractérisées par la donnée de toutes ses courbes d indifférence.

24 Propriétés des courbes d indifférence II 7 Définition : Les courbes d indifférence sont décroissantes et elles ne se coupent pas deux à deux. (y ; y) (x ; x ) En effet, si deux paniers sont tels que (x ; x ) > (y ; y ), ils ne peuvent pas être indifférents l un à l autre. Par ailleurs, lorsque si on suppose que deux courbes se coupent, les paniers de biens qui les composent sont tous indifférents au panier qui est à leur intersection, or la relation ~ est transitive.

25 Pente de la courbe d indifférence et TMS II 8 Jusqu à présent, nous avons défini de manière indépendante les préférences à travers les TMS, et à travers la notion de pré-ordre. Ces deux définitions sont équivalentes. Proposition : Le TMS de bien en bien de l agent évalué au point (x ; x ) est égal à la pente de la courbe d indifférence passant par ce point. (x ; x )

26 II 9 Hypothèse des courbes d indifférence convexes Hypothèse des courbes d indifférence convexe : Les préférences des consommateurs sont telles que toutes leurs courbes d indifférence sont convexes. EXEMPLE CONTRE-EXEMPLE

27 Hypothèse des TMS décroissants II 0 Proposition: Les préférences vérifiant l hypothèse de TMS décroissants avec les quantités sont représentées par des courbes d indifférence convexes. (x ; x) (y ; y) Soit deux points (x ; x) et (y ; y) situés sur la même courbe d indifférence. D après l hypothèse des TMS décroissants on a : TMS(x ; x)= TMS(y ; x) et TMS(y ; x) = TMS(y ; y). Par transitivité on trouve TMS(x ; x) = TMS(y ; y) : Il est toujours vrai que la pente décroît le long d une courbe d indifférence.

28 III III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR - La demande du consommateur - Règle d argent & équations de la demande quand on peut égaliser TMS et prix relatif - Exemple du consommateur Cobb-Douglas - Règle d or pour déterminer la demande quand on ne peut pas égaliser TMS et prix relatif - Exemple de demande en coin - Exemple : les biens substituts parfaits - Exemple : les biens compléments parfaits

29 La demande du consommateur sur la droite de budget III Définition : La demande du consommateur à revenu et à prix donnés est parmi les paniers de biens qu il peut acheter celui qui lui procure le plus de bien être. Proposition : La demande du consommateur est située sur la contrainte budgétaire X (a,b) Le point (a,b) ne peut pas être le choix optimal d un agent rationnel qui pourrait choisir de consommer plus de bien et plus de bien Grosso modo, on choisit le panier de bien qui se trouve sur la droite budgétaire passant par la courbe d indifférence «la plus élevée». X

30 Règle d argent & équations de la demande quand on peut égaliser TMS et prix relatif Le chapitre précédent nous prédispose à envisager l égalité du TMS de bien de l agent avec le prix relatif du bien. En effet, un panier de bien tel que TMS et prix relatif diffèrent est localement inefficace. Cependant l optimum global n aura cette propriété que sous certaines hypothèses. Proposition : Lorsque les préférences sont convexes, s il existe un panier sur la contrainte budgétaire qui égalise TMS et prix relatif, c est le choix optimal de l agent. Règle d argent : Quand les préférences sont convexes, il est utile de résoudre le système de deux équations suivantes p x + p x = R TMS ( x, x ) = p p III

31 Exemple du consommateur Cobb-Douglas III 3 Étudions la demande du consommateur dont le TMS=x /x. Ses préférences sont convexes, on peut donc regarder s il existe un panier sur la contrainte budgétaire qui satisferait l égalisation du TMS et du prix relatif. Le système d équations à résoudre est : x = p x p p x + p x = R La solution suivante est positive : c est la demande du consommateur Cobb-Douglas. x = R p x = R p

32 Règle d or pour déterminer la demande quand celle-ci n égalise pas TMS et prix relatif Dans tous les cas où les préférences ne sont pas convexes, où lorsque l application de la règle d argent donne des valeurs négative, le résultat suivant, plus universel, mais moins puissant s applique III 4 Règle d or : Un panier intérieur à la contrainte de budget qui n égalise pas TMS et prix relatif n est pas le choix optimal du consommateur. * En effet, quelle que soit la forme des courbes d indifférence, on trouve toujours localement un autre panier qui donnera plus d utilité à l agent que : soit le panier * soit le panier

33 Exemple de demande en coin Supposons qu il y a deux biens dans l économie, la crème de jour et la crème de nuit, et que le TMS de Juliette en crème de jour est : TMS (x ; x )=x / (x +x ) Proposition : Lorsque le prix relatif de la crème de jour en crème de nuit est égal à, Juliette ne demande que de la crème de nuit. En effet, il suffit de remarquer que son TMS est toujours inférieur à. Or si la crème de jour est deux fois plus cher que la crème de nuit, Juliette n en veut jamais. Remarque : il est alors immédiat que le choix optimal de Juliette est la solution du système suivant : x = 0 p x + p x = R III 5

34 Exemple : les biens substituts parfaits Problème : Quelle est la demande d un consommateur dont le TMS est constant (égal à t)? Principe : Si le prix relatif du bien est inférieur à t, l agent va toujours désirer acheter du bien. Sa demande est en coin. Raisonnement analogue miroir quand le prix relatif du bien est supérieur à t. Enfin s il y a égalité entre le TMS de l agent et le prix du marché, l agent se satisfait de n importe quel panier sur sa contrainte budgétaire. Application : lorsque p / p < t, la demande optimale de l agent satisfait les deux équations suivantes x = 0 p x + p x = R III 6

35 Exemple : les biens compléments parfaits Définition : Les biens sont réputés parfaitement compléments pour un consommateur si son TMS de bien est égal à zéro en dessous de la première bissectrice et infini au-dessus de la première bissectrice. Principe de choix optimal : Ici, le choix optimal de l agent est indépendant du prix relatif. En effet : - Lorsque le consommateur a un TMS infini, il désire «à tout prix acheter du bien. - Lorsque le consommateur a un TMS nul, il désire «à tout prix vendre du bien. On en déduit que la demande optimale du consommateur est nécessairement sur la première bissectrice Application : La demande optimale de l agent satisfait les deux équations suivantes x = x p x + p x = R III 7

36 IV IV. STATIQUE COMPARATIVE - Variation de la demande ET du bien être - En partant d une variation de revenu ou de prix - Ingrédients graphiques - Bien être quand la richesse varie - Bien normal et bien inférieur - Bien être quand un prix varie - Bien normal et bien de Giffen - Effet revenu & effet substitution

37 Variation de la demande et du bien être IV Lorsqu on étudie les effets des variations de l économie sur le consommateur, c est d abord la variation de son bien être qu on désire caractériser. Ensuite bien sûr, puisque la demande caractérise son comportement optimal, on cherchera à comprendre la variation de la demande. Conseil : Ces deux études de la variation du bien être et de la demande, bien que liées font parfois appel à des arguments de type différent. Il n est pas inutile quand vous relirez ce cours d essayer de comprendre séparément ces deux aspects de la question.

38 En partant d une variation de revenu ou de prix IV Les causes des variations de la demande sont soit une variation du revenu, soit une variation des prix. En effet, dans la théorie du consommateur, telle que nous l avons élaborée, ce sont les deux seuls paramètres qui interviennent, hormis les caractéristiques du consommateur, c est-à-dire ses préférences. Remarque : Dans le chapitre précédent, nous avions insisté sur la dotation initiale de l agent. On conseille à l étudiant à l issue de cette partie du chapitre de tenter d étudier l effet des variations de prix sous l hypothèse que l agent ne dispose pas de revenu, mais d une dotation initiale.

39 IV 3 Ingrédients graphiques Une des difficultés provient parfois de ce que l on travaille de manière symétrique dans deux repères. Dans l espace de consommation x x il est nécessaire d assimiler - Les modifications de la contrainte budgétaire avec les prix - Les modifications de la contrainte budgétaire avec les prix - Les variation de la demande pour ces paramètres Dans l espace prix quantités il est nécessaire de traduire en terme de déplacement de la courbe de demande les résultats obtenus points par points, en considérant les bonnes variables.

40 IV 4 Bien être quand la richesse varie Théorème : le bien être du consommateur augmente quand son revenu augmente. La contrainte budgétaire se relâche quand le revenu augmente : l agent peut s offrir au moins les mêmes paniers, et même de nouveaux. Il ne peut obtenir que plus de bien être par son choix optimal. Paradoxe : et pourtant la morale populaire clame que l argent ne fait pas le bonheur. Expliquez le paradoxe!

41 Bien normal et bien inférieur IV 5 Lorsque la richesse se modifie, l évolution de la demande en chacun des biens n est pas aussi immédiate qu on pourrait le penser. La demande de certains biens peut augmenter tandis que la demande d autres biens diminuer. Définition : Un bien est «normal» quand sa demande augmente lorsque le revenu augmente Définition : Un bien est «inférieur» quand sa demande diminue lorsque le revenu augmente X Notez que la demande de bien a diminuée. X

42 Bien être quand un prix varie IV 6 Théorème : Quand un prix augmente, toutes choses étant égales par ailleurs, le bien être du consommateur diminue. Raisonnement positif Quand un des prix augmente, l ensemble des choix du consommateur se restreint. En particulier, à de rares exceptions près, aucun des paniers anciennement disponibles sur la droite de budget ne l est désormais. Les choix se sont réduits dans le mauvais sens : le consommateur doit se contenter de paniers qui auparavant ne saturaient pas sa contrainte budgétaire : son bien être diminue. Raisonnement par l absurde Supposons que lorsque les prix augmentent, le bien être de l agent augmente quand il choisit un panier particulier, x. Ce panier est encore disponible aux anciens prix, une contradiction!

43 Bien ordinaire et bien de Giffen La variation d un prix peut avoir des effets multiples sur la demande des différents biens. En particulier, concernant la demande du bien correspondant au prix qui a varié : Définition : On appelle bien ordinaire un bien tel que l augmentation de son prix implique une baisse de sa demande. Définition : On appelle bien de Giffen un bien tel que l augmentation de son prix implique une hausse de sa demande. Notez que la notion de bien de Giffen est au premier abord contreintuitive. En effet, cela se traduit dans un repère prix quantités par une courbe de demande localement croissante : Q IV 7 P

44 Effet de substitution et effet revenu qd un prix varie On décompose la variation de la demande en deux temps en introduisant le panier de substitution qui serait choisi sur la même courbe d indifférence quand le prix relatif varie. On appelle effet de substitution la variation entre et * et effet revenu la variation entre * et Proposition : L effet de substitution implique toujours une baisse de la demande du bien dont le prix a varié. Proposition : L effet revenu, ambigü peut accentuer ou modérer l effet de substitution, voire l alterer jusqu à le rendre inverse. IV 8 X * : La demande aux anciens prix * : Le panier «de substitution : La demande aux nouveaux prix X

45 V V. EXEMPLES ET APPLICATIONS - Le consommateur CES - Le chemin d expansion - Courbe de demande dans l espace x x - Demande de bien ne dépendant pas du revenu - Demande avec une contrainte budgétaire avec coin - Demande dans un modèle à trois biens.

46 Le consommateur CES Calculer la demande d un consommateur dont le TMS est défini par : TMS ( x, x ) = α α x après avoir caractérisé les paramètres tels que ces préférences vérifient l hypothèse de décroissance du TMS avec les biens. On trouve : ρ - > 0 x = R x = R p x + p p x + p p p ρ ρ ρ ρ x ρ V

47 V Le chemin d expansion Définition : On appelle chemin d expansion la courbe reliant l ensemble des paniers de biens demandés par un agent en fonction de son revenu dans l espace x x. X x

48 V 3 Courbe de demande dans l espace x x On peut représenter la courbe de demande dans l espace x x en faisant par exemple varier le prix du bien. A D B C De A à C le prix du bien décroît. - Le point A est la limite pour p élevé - Entre A et B x croît et x diminue - Entre B et C x croît et x croît - Entre C et D x décroît et x croît (Giffen) - Après D x croît et x croît -

49 V 4 Demande de bien ne dépendant pas du revenu Soit un agent dont les préférences sont définies par la donnée de son TMS de bien en bien égal à : TMS(x,x)=f(x) Avec f(.)décroissante (exemple f(x)=/x) Proposition : Pour un tel agent La demande de bien ne dépend pas du revenu [ Pas d effet revenu sur le bien. ] Tout se passe comme si l agent commence par acheter le bien, ce qui détermine ex post la quantité de bien Définition : On déclare quasilinéaires les préférences d un agent dont la demande d un des biens ne dépend pas du revenu.

50 Demande avec une Contrainte budgétaire avec un coin Lorsque la contrainte budgétaire possède un point anguleux, signal qu il y a deux zones de prix différent, il est possible que pour une certaine gamme des paramètres la demande se situe sur ce coin. Il n est alors pas possible d égaliser TMS et prix relatif. V 5 X X Dans ce cas particulier, le TMS de l agent se trouve entre les deux prix relatifs du bien. Il ne désire donc ni vendre à prix trop faible, ni acheter à prix trop élevé.

51 V 6 Demande dans un modèle à trois biens Exercice : Supposons qu il y a trois biens dans l économie, calculer la demande en bien 3, connaissant la demande en bien et la demande en bien. On supposera que x = 00 5 p p 3 + β p p 3 + δ R p 3 x = α + β p p 3 + γ p p 3 + δ R p 3

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

LA DEMANDE DES MENAGES ... Contrainte budgétaire. Préférences. Choix optimal

LA DEMANDE DES MENAGES ... Contrainte budgétaire. Préférences. Choix optimal LA DEMANDE DES MENAGES... Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal P L A N Préambule : biens, ménages, contraintes, choix. I - La contrainte budgétaire des ménages II - Les préférences des ménages

Plus en détail

AES L1 - Economie Générale

AES L1 - Economie Générale - Contrainte budgétaire AES L1 - Economie Générale 2 Choix efficace des ménages Contrainte budgétaire Analyse positive - analyse normative 1 La contrainte budgétaire du ménage 2 Les courbes d indifférence

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Niveau de production croissant

Niveau de production croissant En effet, la fonction de production définit : l ensemble de production l ensemble des paniers de facteurs qui permettent de produire un niveau donné de bien. Cette fonction permet de définir des courbes

Plus en détail

La fonction carré Cours

La fonction carré Cours La fonction carré Cours CHAPITRE 1 : Définition CHAPITRE 2 : Sens de variation CHAPITRE 3 : Parité et symétrie CHAPITRE 4 : Représentation graphique CHAPITRE 5 : Equation du type CHAPITRE 6 : Inéquation

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

1 Préférences du consommateur

1 Préférences du consommateur Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Corrigé succint du TD n 5 Automne 04 Il y a deux manière complémentaires de caractériser les préférences d un consommateur. Soit on connait

Plus en détail

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6 Microéconomie 1 Table des matières 1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité................................ 4 1.1.1 La théorie cardinale de l utilité............................

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Choix de Portefeuille Christophe Boucher Chapitre 1. Théorie de la décision en avenir incertain Critère d espérance d utilité L attitude vis-à-vis du risque Chapitre 2. Rendements et critères

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) 3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) L analyse de Milton Friedman, et plus précisément celle du courant monétariste ouvre une perspective sur le comportement de demande de

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 10 novembre 2014 Marianne Tenand Monitorat ENS (2014-2015) marianne.tenand@ens.fr A rendre au plus tard dans mon casier du bâtiment B le mercredi

Plus en détail

Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur, la démarche est la suivante :

Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur, la démarche est la suivante : SURLUS DES CONSOMMATEURS ET SURLUS DES RODUCTUERS EFFICACITE DU MARCHE EN CONCURRENCE ARFAITE I- DEMANDE ET SURLUS DES CONSOMMATEURS. Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur,

Plus en détail

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nombre de pages au total: 10 pages + 1 grille réponse Durée de l

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

0.2.3 Polynômes... 4. 0.2.1 Monômes... 4 0.2.2 Opérations entre monômes... 4

0.2.3 Polynômes... 4. 0.2.1 Monômes... 4 0.2.2 Opérations entre monômes... 4 Table des matières 0 Rappels sur les polynômes et fractions algébriques 1 0.1 Puissances............................................... 1 0.1.1 Puissance d un nombre réel.................................

Plus en détail

Chapitre 2 La demande du consommateur

Chapitre 2 La demande du consommateur Chapitre 2 La demande du consommateur Plan du cours I. La fonction de demande et l élasticité. II. III. Analyse des demandes et des biens correspondants. Demande de loisir et offre de travail I. La fonction

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

COURS DE MICROECONOMIE

COURS DE MICROECONOMIE UNIVERSITE DE CARTHAGE FACULTE DE SCIENCES ECONOMIQUES DE NABEUL COURS DE MICROECONOMIE Première année EconomiE 1 Gestion Chargé de cours Jalel BERREBEH Année Universitaire 20121/2013 SOMMAIRE PARTIE I.

Plus en détail

Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence. Christelle Dumas

Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence. Christelle Dumas Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence Christelle Dumas Table des matières 1 Le consommateur 3 1.1 Préférences............................ 3 1.1.1 Espace des objets..................... 3 1.1.2

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Microéconomie. Alexandre Nshue M. Mokime

Microéconomie. Alexandre Nshue M. Mokime Microéconomie Alexandre Nshue M. Mokime Kinshasa, Juin 2012 Contenu du cours Introduction 1. Analyse du comportement du consommateur 1.1. Analyse des possibilités d action du consommateur 1.2. Préférences

Plus en détail

MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS. Comportements stratégiques Production de liquidité

MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS. Comportements stratégiques Production de liquidité MCROSTRUCTURE DES MARCHES FNANCERS Comportements stratégiques Production de liquidité Plan du cours Préambule : Comportements stratégiques et modèles de stock Le modèle de Ho et Stoll Le modèle de Kyle

Plus en détail

2/ LA DEMANDE. R1/p1 R2/p1 R3/P1 x1

2/ LA DEMANDE. R1/p1 R2/p1 R3/P1 x1 2/ LA DEMANDE Nous venons de voir dans le capitre précédent du cours, que le coix optimal du consommateur dépend de son revenu et du prix des biens. Nous allons maintenant nous intéresser aux fonctions

Plus en détail

Incertain, Marché financier, M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2015

Incertain, Marché financier, M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2015 Incertain, Marché financier, - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2015 Plan du cours 1. Incertain, actifs financiers et marché financier 2. Les conditions d un marché sans arbitrage

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

Actualisation. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Actualisation. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Actualisation - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours 1. Transferts de richesse et allocation intertemporelle de la consomma Déterminants des taux d intérêt d équilibre

Plus en détail

LA THÉORIE DU CHOIX DU CONSOMMATEUR À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE

LA THÉORIE DU CHOIX DU CONSOMMATEUR À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE À L FIN DE CE CHPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE de comprendre pourquoi une contrainte budgétaire représente les choix qui s offrent au consommateur d expliquer comment les courbes d indifférence peuvent représenter

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Equations de droites. Coefficient directeur

Equations de droites. Coefficient directeur Equations de droites. Coefficient directeur I) Caractérisation analytique d une droite m, p et c désignent des nombres réels. 1) Propriété : Dans un repère l ensemble des points M de coordonnées ( ; )

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11

Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11 Corrigé de Microéconomie Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11 DEUG 1ère Année 1. Les préférences et l utilité Exercice 1 a. Ensemble de paniers de biens Dans l énoncé, on sait que A B D D L K J

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités ECONOMIE : Marchés et comportements DES COMPORTEMENTS Marges & Elasticités Séance 10 08.04.2013 Des questions sur les séances précédentes? Questions «Marges» That are the questions Raisonnement à la marge

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

CHAPITRE 7 Fonction carré et fonction inverse

CHAPITRE 7 Fonction carré et fonction inverse CHAPITRE 7 Fonction carré et fonction inverse A) La fonction "carré" : f() = ² ) Domaine de définition Elle est définie sur ℝ complet (on peut toujours multiplier deu nombres entre eu). 2) Sens de variation

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

ASPECTS NORMATIFS DE LA CONSOMMATION DES MENAGES...

ASPECTS NORMATIFS DE LA CONSOMMATION DES MENAGES... ASPECTS NORMATIFS DE LA CONSOMMATION DES MENAGES... P L A N I - Utilité II - Utilité indirecte III - Fonction dépense et demande hicksienne IV - Mesures de la variation du bien être avec prix et revenu

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

JOHANNA ETNER, MEGLENA JELEVA

JOHANNA ETNER, MEGLENA JELEVA OPENBOOK LICENCE / BACHELOR Micro économie JOHANNA ETNER, MEGLENA JELEVA Sommaire Remerciements... Introduction... V VII Chapitre 1 Demande et offre sur le marché... 1 Chapitre 2 Technologie de production...

Plus en détail

1 Diverses actualisation

1 Diverses actualisation durée : 2 heures Nom de l enseignant : M. Chassagnon NB : documents et calculatrices autorisées Les exercices, sont à faire sur le sujet d examen. Il est demandé de répondre aux questions oui/non type

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Creative commons - Edition libre

Creative commons - Edition libre Introduction à la microéconomie Murat YILDIZOGLU Université Paul Cézanne Edition libre Creative commons - Edition libre Avant-propos Ce document regroupe les différents cours de microéconomie que j ai

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

Cours de mathématiques fondamentales 1 année, DUT GEA. Mourad Abouzaïd

Cours de mathématiques fondamentales 1 année, DUT GEA. Mourad Abouzaïd Cours de mathématiques fondamentales 1 année, DUT GEA Mourad Abouzaïd 9 décembre 2008 2 Table des matières Introduction 7 0 Rappels d algèbre élémentaire 9 0.1 Calcul algébrique................................

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

SYSTEMES EXERCICES CORRIGES

SYSTEMES EXERCICES CORRIGES Exercice n. SYSTEMES EXERCICES CRRIGES Parmi les couples (8,), (,-,5), (,), (5,), lequel est solution du système Exercice n. x+ y = 7x y= 8 Résoudre par substitution : ) ) x 5y = x+ y= 6 x+ y = 6 5x y=

Plus en détail

LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS

LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS 1 sur 10 LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS Activité conseillée p42 n 1 : Évolution du climat Activité conseillée p22 n 1 : Évolution du climat p61 n 5 p74 n 82 p61 n 7 p43 n 19 p44 n 20 p44 n 21

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION La corrélation est une notion couramment utilisée dans toutes les applications

Plus en détail

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé 1/46 Assurance, retraite et santé - F. Langot Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé F. Langot Univ. Le Mans (GAINS & IRA) Banque de France & PSE & Cepremap & IZA 2013-2014 2/46 Assurance,

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

2 Les décisions individuelles de consommation

2 Les décisions individuelles de consommation 2 Les décisions individuelles de consommation Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 Un premier exemple 3 2 Une approche générale du comportement de demande 5 2.1 Le choix de consommation est un choix

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/

Jean-Louis CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/ Chapitre 14 Marché du travail avec salaire négocié Supposer que le salaire est négocié entre l employeur et le salarié, c est remplacer l équation w( t) = w par une équation de détermination de ce salaire

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

TD : Equilibre Général. Emmanuel Duguet

TD : Equilibre Général. Emmanuel Duguet TD : Equilibre Général Emmanuel Duguet 2013-2014 Sommaire 1 Les ménages 2 1.1 Consommation et temps de travail................ 2 1.2 Prix et salaire d équilibre..................... 3 2 Equilibre avec

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail