Master Sciences de l Univers, Environnement, Ecologie Spécialité Ecologie, Biodiversité, Evolution Année universitaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Master Sciences de l Univers, Environnement, Ecologie Spécialité Ecologie, Biodiversité, Evolution Année universitaire 2007-2008"

Transcription

1 Master Sciences de l Univers, Environnement, Ecologie Spécialité Ecologie, Biodiversité, Evolution Année universitaire STRATEGIE DE GESTION CONSERVATOIRE DES FORETS FRANC-COMTOISES Mars - Juillet 2008 MARSAUD JULIE DIREN de Franche-Comté Service des Milieux Naturels Aquatiques et Terrestres (SMNAT) LE JEAN YVES Encadrant Réserve Naturelle du Ravin de Valbois (25)

2 TABLE DES MATIERES Table des illustrations... 3 Remerciements... 4 Présentation de l organisme d accueil... 5 Introduction... 7 Contexte du stage... 7 Problématique Harmonisation de la terminologie Définitions Typologie des surfaces forestières Grille d évaluation de l intérêt écologique des forêts et de la gestion antérieure Méthodologie Présentation des indicateurs Pondération des indicateurs Test de la grille d évaluation Méthode Résultats Propositions d adaptation de la gestion Adaptations quantifiées Recommandations générales Discussion Bilan des actions menées Perspectives Bibliographie Annexes... 47

3 TABLE DES ILLUSTRATIONS FIGURES Figure 1 : Cartes de la Franche-Comté : situation géographique et limites administratives... 8 Figure 2 : Carte des principaux zonages environnementaux de Franche-Comté Figure 3 : Le concept de gestion conservatoire Figure 4 : Valeurs propres de la matrice de corrélation associée à l évaluation des forêts Figure 5 : Cercle des corrélations illustrant la projection des variables sur le plan formé par les deux premiers facteurs de l ACP (Fact. 1 et Fact. 2) Figure 6 : Projection des individus sur le plan formé par les deux premiers facteurs de l'acp TABLEAUX Tableau 1 : Surfaces forestières concernées par les principaux zonages environnementaux... 9 Tableau 2 : Surfaces forestières concernées par les principaux zonages environnementaux, hors double comptage Tableau 3 : Caractéristiques des principaux paramètres de l intensité de la sylviculture Tableau 4 : Typologie actuelle des surfaces forestières Tableau 5 : Typologie souhaitable des surfaces forestières Tableau 6 : Diamètres minimaux (cm) retenus pour les cinq essences-objectif principales Tableau 7 : Calcul de l indice brut de l indicateur «Absence d exploitation» Tableau 8 : Classes et valeurs de diamètre des catégories Gros Bois (GB) et Très Gros Bois (TGB) Tableau 9 : Stations forestières franc-comtoises principales et leurs potentialités Tableau 10 : Diamètres de référence retenus pour les cinq essences-objectif principales Tableau 11 : Grille de caractérisation de l intérêt écologique et d évaluation de la gestion antérieure des forêts Tableau 12 : Coefficients de pondération appliqués aux indicateurs Tableau 13 : Synthèse de l évaluation de 40 forêts franc-comtoises selon la grille d indicateurs proposée Tableau 14 : Contributions des variables à l établissement des axes du plan factoriel, basées sur les corrélations. 35 Tableau 15 : Contribution absolue des variables au plan factoriel Tableau 16 : Propositions d adaptation de la sylviculture en fonction des espaces Critères quantifiables Tableau 17 : Propositions d adaptation de la sylviculture en fonction des espaces Recommandations générales

4 REMERCIEMENTS Je tiens à adresser en premier lieu mes remerciements à tous les membres du groupe de travail : forestiers (MM. Abt, Auffret, Augé et Mlle. Péroux), membres du Conservatoire Botanique de Franche-Comté (MM. Ferrez et Dehondt) et du Conservatoire Régional des Espaces Naturels (M. Collin), ainsi que M. Vionnet, de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray, M. Chambaud, directeur de l Union régionale des communes forestières (URACOFOR), M. Lefevre, membre de l Association pour l Ecocertification Forestière Comtoise, M. Michel, de la chambre d Agriculture du Doubs et M. Iriart, de la Direction Régionale de l Agriculture et de la Forêt. Tous ont contribué, par leur présence, leurs observations et le temps qu ils ont consacré à ce sujet de stage, à la réflexion ayant conduit à la rédaction du présent rapport. Merci aussi à M. Mora de l Office Pour les Insectes et leur Environnement (OPIE), M. Roué, de la Commission de Protection des Eaux, du Patrimoine, de l Environnement, du Sous-sol et des Chiroptères (CPEPESC) et MM. Legay et Weidmann, de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), sans qui les listes d espèces à enjeu forestier n auraient pas vu le jour. Je souhaite également remercier tous les interlocuteurs qui m ont accueilli dans les agences de l Office National des Forêts (ONF) lors de la consultation des aménagements forestiers : Mmes Maréchal et Labourot à Besançon, Mlle Giraud à Belfort, ainsi que M. Arrigoni à Pontarlier. Je n oublie pas les personnes rencontrées lors des visites sur le terrain, en particulier M. Hurstel et Mlle Lallement, MM. Tissot et Aubertel, M. Bailly, ainsi que les membres du groupe de travail sur l état de conservation des habitats forestiers d intérêt communautaire, animé par Mlle Carnino. Que ceux que j ai omis de citer ne m en tiennent pas rigueur, tous m ont apporté énormément durant les cinq mois écoulés. Un grand merci à mes deux co-locataires du «bocal à stagiaires», MM. Loisy et Strub, ainsi qu aux personnels de la DIREN, pour la bonne ambiance, les commentaires sur ce rapport (Mlle Pivart), l initiation aux Systèmes d Information Géographique (SIG) (Mme Fernane) et les discussions animées (MM. Piel, Terraz en particulier). Enfin, ce stage s est réalisé dans les meilleures conditions grâce à M. Le Jean, qui m a accordé sa confiance pour la réalisation des objectifs du stage, tout en me guidant au fil des avancées de l étude. Son expérience du terrain m a permis de découvrir, outre une région superbe dans sa diversité, les tenants et aboutissants de la gestion forestière et de partager ses préoccupations quant au devenir de la sylviculture en Franche-Comté. J espère avoir été fidèle à sa vision de la stratégie de gestion conservatoire à mener. Pour avoir nourri ma connaissance (et mon planning!), je tiens à lui faire part de ma reconnaissance et de mon profond respect. 4

5 PRESENTATION DE L ORGANISME D ACCUEIL Les Directions Régionales de l Environnement (DIREN) sont des services déconcentrés du Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire (MEEDDAT), instituées en novembre 1991 et créées pour la plupart l année suivante. Elles remplissent cinq missions principales : - Prendre en compte l environnement dans les politiques de planification (Schémas Directeurs d Aménagement et de Gestion des Eaux, Plans Locaux d Urbanisme etc.) - Connaître l environnement au moyen d une surveillance permanente, afin de le protéger et le gérer au mieux - Promouvoir un partenariat actif avec les collectivités territoriales, en particulier lors de l élaboration des contrats de plan Etat-Régions - Veiller au respect des lois et règlements relatifs aux divers domaines de l environnement - Sensibiliser tout type de public à l environnement La DIREN de Franche-Comté, située à Besançon, emploie 43 personnes réparties dans quatre services : - Le Secrétariat Général (SG) - Le Service de l Eau et des Risques Naturels (SEauRN) - Le Service du Développement Durable, de l Evaluation Environnementale et des Paysages (SDDEEP) - Le Service des Milieux Naturels Aquatiques et Terrestres (SMNAT), au sein duquel s est déroulé ce stage. Ce service se compose de trois départements interconnectés : Protection de la Nature, Natura 2000 et Connaissance, habitats, faune, flore Le travail effectué durant le présent stage a été encadré par M. Yves Le Jean, dont les missions s articulent autour de quatre axes : - L animation et le pilotage du réseau d espaces naturels protégés de la région : réserves naturelles, réserves biologiques, arrêtés de protection de biotope - Le pilotage et le suivi des sites Natura 2000 à forte composante forestière ou en interaction avec le réseau des réserves naturelles 5

6 - Le suivi de l activité du Conservatoire Régional des Espaces Naturels (CREN FC) : programmes régionaux mares, tourbières, azuré - La correspondance «Forêt» de la DIREN : connaissance des milieux forestiers, relations avec l Office National des Forêts (ONF), le Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) etc. 6

7 INTRODUCTION CONTEXTE DU STAGE LA SYLVICULTURE DES FORETS TEMPEREES : MODALITES, IMPACTS SUR LA BIODIVERSITE Par leur grande diversité biologique et leurs rôles dans l équilibre des cycles des nutriments et la protection des écosystèmes fragiles, des bassins versants et des ressources en eau potable (Vallauri D., 1997), les forêts constituent un élément fondamental pour la conservation des processus et des équilibres écologiques. À la suite de la Conférence des Nations Unies sur l Environnement et le Développement (CNUED) ou «Sommet de la Terre», qui s est tenue à Rio de Janeiro en 1992, les pays-participants ont approuvé une déclaration sur des principes forestiers concernant la gestion, la conservation et le développement durable des forêts (DERF, 2006a). Ils se sont engagés à adopter un Programme forestier national (PFN) pour la mise en œuvre de cette déclaration. Cet engagement a été renouvelé au cours de Conférences ministérielles pour la protection des forêts en Europe (en particulier, Lisbonne en 1998 et Vienne en 2003), chargées de l adaptation du PFN au contexte européen. La traduction opérationnelle de ces engagements politiques vise à assurer qu une bonne gestion sylvicole aille de pair avec une bonne gestion des écosystèmes forestiers. Cependant, une telle démarche se heurte parfois aux objectifs premiers de la sylviculture (Newton A.C., 2007 ; Rameau J.C., 2000) : planifier, façonner le milieu afin que la ressource ligneuse puisse fournir un ensemble de biens et services d ordre écologique, économique et/ou culturel. En effet, les activités sylvicoles ont nécessairement des conséquences néfastes pour la biodiversité : la sélection d essences commercialement valorisables, ainsi que le raccourcissement des stades pionnier et ultime du cycle sylvigénétique (Gilg O., 2004 ; Gosselin M. et Laroussinie O., 2004), conduisent inévitablement à des altérations de la composition spécifique et de la structure des écosystèmes et par suite, à une perte de biodiversité. Du fait de leur complexité intrinsèque et de leurs capacités de résilience (Rameau J.C., 1994 ; Schnitzler-Lenoble A., 2002), les écosystèmes forestiers portent durablement les marques des activités humaines : déboisements massifs au Moyen-âge, modifications de la composition du sol consécutives au défrichement par les premiers agriculteurs européens (Dupouey J.L., in Millier C. et al, (Coord.), 2005). Si certaines pratiques comme la régularisation systématique des massifs forestiers et l enrésinement des forêts de plaine tendent à disparaître depuis les deux dernières décennies (Carbinier D., 1995), le développement de 7

8 l exploitation de la ressource ligneuse à des fins énergétiques (prélèvement des menus-bois, exploitation en feuille) demeure un sujet préoccupant. ZONE D ETUDE : LA FORET FRANC-COMTOISE La région Franche-Comté est un espace intermédiaire entre le monde rhénan au Nord et la liaison rhodanienne au Sud, une zone d articulation entre les massifs des Vosges et du Jura et des Alpes, ainsi qu une région transfrontalière, du fait des 230 km qu elle partage avec la Suisse (Figure 1). Héritée de l histoire géologique et humaine de la région, l organisation des paysages francscomtois est caractérisée par une grande diversité, comme en témoigne l existence de quinze régions naturelles. Figure 1 : Cartes de la Franche-Comté : situation géographique et limites administratives (http://wiki.geneanet.org, Les espaces forestiers s étendent sur environ hectares ; avec un taux de couverture forestière de 44 %, la Franche-Comté est la deuxième région la plus boisée de France métropolitaine, après l Aquitaine. La forêt franc-comtoise est caractérisée par une grande diversité : elle comprend 54 habitats forestiers élémentaires, dont 46 sont reconnus d intérêt communautaire (parmi lesquels 20 reconnus d intérêt prioritaire) au titre de la «Directive Habitats Faune Flore» (Directive 92/43/CEE), ainsi que 18 habitats associés à la forêt (milieux aquatiques, landes, fruticées, pelouses et prairies, tourbières et marais ou encore rochers et éboulis). Elle est constituée pour près des deux tiers par des peuplements Feuillus ou mélangés Feuillus - Résineux (DRAF, 2000). En termes de propriété, la répartition public-privé en Franche-Comté est atypique : tandis qu à l échelle nationale, la forêt est en moyenne à 25 % publique, cette part représente près de 55 % dans la région (pour 90 % aux collectivités, 10 % domaniales - DERF, 2000 ; ONF, 2006a -). 8

9 La tradition sylvicole en Franche-Comté est séculaire et fortement ancrée ; le secteur forêtbois est le cinquième employeur de la région (Réseau Conseil en développement Territorial, 2006) et se tourne majoritairement vers la production de bois d œuvre : pour la construction et, plus marginalement, pour les industries du jouet, de l ameublement ou de la lutherie. Les autres débouchés concernent le bois d industrie (palettes et panneaux de particules) et la filière boisénergie (plaquettes, granules, sciures), qui alimente les chaufferies de la région, parmi lesquelles celle de Besançon-Planoise, l une des plus importantes de France (Nardin G. et al., 2006). La gestion passée, bien qu orientée vers des objectifs de production ligneuse soutenue, a su conserver la qualité et l intégrité globales des milieux forestiers. En témoignent les engagements pris en lien avec les démarches de certification forestière (Programme for the Endorsement of Forest Certification schemes - PEFC - ou Haute Qualité Environnementale - ISO 14001) et le souhait d instaurer une Appellation d Origine Contrôlée Bois (Réseau Conseil en développement Territorial, 2006). En outre, la diversité des caractéristiques topographiques, hydriques et édaphiques de la région a contribué localement au maintien de zones peu touchées par l exploitation forestière, potentiellement riches en éléments de naturalité et de biodiversité remarquables : accumulation de bois mort, présence d espèces inféodées aux stades de dégradation etc. ETAT DES LIEUX DE LA PROTECTION DES ESPACES FORESTIERS Une synthèse des surfaces forestières concernées par différents zonages (inventaires, protection) a été réalisée par la DIREN de Franche-Comté en 2006 (Tableau 1, Figure 2). Surface totale Dont forêt (ha) (ha) ( %) Forêt de protection Réserve Naturelle Nationale (RNN) Réserve Naturelle Régionale (RNR) Réserves biologiques (RB) Arrêtés Préfectoraux de Protection de Biotope (APPB) Sites classés Natura 2000 «Oiseaux» (Zones Spéciales de Conservation) Natura 2000 «Habitats» (Zones de Protection Spéciale) Zones Naturelles d Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type I Tableau 1 : Surfaces forestières concernées par les principaux zonages environnementaux (Le Jean Y.) On constate que la forêt est fortement représentée dans la plupart des zonages ; cela n est pas surprenant dans le cas des Forêts de Protection, des RB ou des APPB, mais peut le paraître pour les RNN et RNR, à 84 % composées de forêts. En revanche, la part de ZNIEFF de type I constituée par des milieux forestiers est comparable au taux de boisement de la région (46 %, contre 44 %). 9

10 Figure 2 : Carte des principaux zonages environnementaux de Franche-Comté (DIREN FC) 10

11 Comme l indique la Figure 2, ces chiffres sont à nuancer par le fort recoupement qui existe entre les périmètres : localement, un polygone forestier peut être inclus dans trois, voire quatre zonages (ZNIEFF de type I, Natura 2000, APPB et RB par exemple). Ainsi, Yves Le Jean a produit une synthèse des surfaces forestières hors double comptage, présentée ci-après : Zonages Surface (ha) Surface forestière régionale ( %) Protections réglementaires : RNN, RNR, RB, APPB dont Réserve Intégrale Sites Natura 2000 et ZNIEFF de type I et II Tableau 2 : Surfaces forestières concernées par les principaux zonages environnementaux, hors double comptage (Le Jean Y.) D après ce second tableau, il apparaît que les zones situées dans un site Natura 2000 ou une ZNIEFF ne s étendent que sur un quart de la surface forestière de la région et que seulement 2 % de cette surface font l objet d une protection réglementaire. Si l on s intéresse aux statuts de protection stricte (Réserve Naturelle ou Biologique Intégrale), les surfaces considérées sont alors très faibles (364 hectares, soit 0.05 % de la surface forestière régionale). Ces valeurs ne sont que très légèrement supérieures aux valeurs nationales (0.03 % d après Vallauri D. (Coord.), 2003) et sont révélatrices de l ampleur des efforts à consentir en vue de constituer un réseau cohérent et fonctionnel d espaces à haut niveau de protection. PROBLEMATIQUE INITIATION PAR LA DIREN D UNE REFLEXION PROSPECTIVE La volonté d initier une réflexion interne à la DIREN, en vue de se doter d une stratégie de gestion conservatoire des forêts franc-comtoises, est née d un constat selon lequel les connaissances restent à compléter à différents points de vue, ainsi que de préoccupations concernant l aspect durable de la gestion forestière actuelle à l échelle régionale. En effet, il existe des lacunes importantes en termes de connaissances : des taxons (Insectes, Lichens, Champignons, Bryophytes) sont encore peu étudiés alors qu ils représentent jusqu à 80 % de la biomasse forestière, la nécromasse n est pas évaluée systématiquement alors que 20 à 25 % des espèces forestières dépendent du bois mort et que les deux tiers des espèces associées aux arbres apparaissent après l âge d exploitabilité (Vallauri D. et al. (Coord.), 2005), l absence d exploitation n est que rarement renseignée de façon explicite dans les documents encadrant la sylviculture alors qu elle devrait pouvoir être valorisée comme facteur de gestion écologique etc. 11

12 D autre part, des incertitudes, voire des inquiétudes se font jour quant à la durabilité de la gestion des forêts : objectifs de décapitalisation et de rajeunissement exprimés dans les documents cadres régionaux (CGAAER, 2007 ; DRAF, 2000 ; ONF, 2005a et 2005b), développement de la filière bois-énergie, prévoyant la récolte de grandes quantités de biomasse jusqu alors maintenue au sein des écosystèmes (et qui constitue un apport majeur de carbone organique dans les sols forestiers) en étant les éléments les plus préoccupants. QUELLE GESTION POUR QUELS ESPACES? Dans cette perspective, il apparaît nécessaire de concevoir une méthodologie permettant d appréhender l intérêt écologique des forêts d une part et de préparer la mise en place de stratégies compensatoires sur certaines surfaces forestières, pour lesquelles des adaptations de la gestion semblent essentielles d autre part. Cette réflexion tend à apporter des éléments de réponse à la question : «Quelle gestion pour quels espaces?». Dans le contexte actuel de la politique nationale de l environnement (DERF, 2006b), il convient de préparer dès à présent les actions susceptibles de voir le jour, conformément aux conclusions du Grenelle de l Environnement quant à la mise en place de réseaux régionaux d espaces naturels, ou Trames Vertes et Bleues. Le stage proposé par la DIREN de Franche-Comté pour une durée de cinq mois vise à satisfaire trois objectifs : - Adapter au contexte régional la définition d un certain nombre de concepts : forêt ancienne, subnaturelle, humide, à forte valeur patrimoniale, gestion conservatoire, intensité de la sylviculture etc. - Proposer une grille synthétique d évaluation de l intérêt écologique des forêts, sur la base de critères restreints et d utilisation aisée - Formuler des propositions d adaptation de la sylviculture, en fonction de l intérêt écologique et, le cas échéant, du statut de protection existant 12

13 1. HARMONISATION DE LA TERMINOLOGIE DEFINITIONS Une première tâche a consisté en l adaptation de certaines définitions au contexte régional, à partir d une synthèse bibliographique. Cet exercice s avère indispensable pour l appropriation par tous de notions familières aux forestiers, mais parfois peu connues ou interprétées de façon différente par les naturalistes, les gestionnaires d espaces naturels, les instances administratives et le grand public. Les définitions proposées par différents auteurs sont reprises en annexe (Annexe 1) ; les définitions suivantes ont été retenues par l ensemble des acteurs consultés au cours des réunions et par voie de questionnaire : elles représentent la synthèse régionale des différents concepts. LES FORETS FORET A CARACTERE NATUREL / SUBNATURELLE : Ecosystème forestier caractérisé par : - L absence de traces de perturbations anthropiques susceptibles d en avoir modifié la structure, la composition ou le fonctionnement depuis plusieurs décennies - Une structure inéquienne, présentant l ensemble des stades sylvigénétiques - Une régénération naturelle par remplissage des trouées - Un cortège d essences indigènes - L abondance de nécromasse au sol et sur pied et d arbres sénescents Une difficulté a résidé ici dans l impossibilité d effectuer un arbitrage entre le concept de forêt subnaturelle, admis par l ONF et les forestiers en général et celui de forêt à caractère naturel, promu par les Réserves Naturelles de France. L accent a donc été mis sur la présence des paramètres de naturalité (indigénat, abondance de nécromasse, présence des stades matures du cycle sylvigénétique), indépendamment du qualificatif retenu. FORET ANCIENNE : La distinction entre cette définition et la précédente porte sur le caractère discriminant de la pérennité du couvert forestier depuis le courant du XVIII è siècle. Une forêt ancienne peut ainsi être définie comme une forêt à caractère naturel / subnaturelle présente depuis plus d un siècle. La synthèse retenue par le groupe de travail met l accent sur la pérennité du couvert forestier, quelle que soit la structure des peuplements (en particulier, futaie non indispensable). Des travaux visant à l établissement d une carte d ancienneté des forêts sont en cours (Dupouey J.L., in Millier C. et al, 13

14 (Coord.), 2005) : le minimum de couverture forestière étant estimé aux années 1830s, l utilisation des minutes couleur de la carte d état-major ( ) semble être, du fait de son échelle relativement précise (1/ è ), une source pertinente pour une telle tâche. La caractérisation des forêts anciennes en Franche-Comté pourrait se faire au moyen de cette carte, lorsqu elle viendra à être diffusée. FORET HUMIDE : Ecosystème forestier inondé de façon régulière ou exceptionnelle ; il peut être riverain et dépendant d un cours d eau (forêts alluviales) ou alimenté par une nappe souterraine, des apports par précipitations ou ruissellement, en connexion ou non avec un cours d eau. Il est constitué d une mosaïque complexe de formations herbacées, arbustives et ligneuses occupant : - Le lit majeur des cours d eau (forêt alluviale à bois durs) - Les cordons de transition avec les berges des cours d eau (forêts, fruticées alluviales à bois tendres) - Les dépressions marécageuses au niveau des grandes vallées, des petits cours d eau ou en bordure des plans d eau (boisements de berge : saulaies et aulnaies marécageuses) - Les zones à hydromorphie superficielle résultant d un contexte stationnel particulier (chênaies pédonculées à déterminisme édaphique) - Les zones humides en conditions anoxiques (tourbières) Hormis le cas des forêts qualifiées d humides, la gestion forestière doit prendre en compte la présence de zones humides intraforestières, telles les mares et mardelles : les documents cadres de sylviculture contiennent des recommandations spécifiques à la préservation de ces zones ; cependant, du fait de leur faible étendue, elles demeurent rarement cartographiées et valorisées dans la gestion courante. FORET A FORTE VALEUR PATRIMONIALE : Ecosystème forestier vérifiant l une au moins des conditions suivantes : - Abritant une diversité floristique importante et/ou des espèces animales ou végétales rares, menacées, protégées, remarquables et/ou emblématiques - Rare et/ou peu recouvrant à l échelle locale ou régionale - Présentant des éléments de structure remarquables : peuplements âgés, bois mort, zone humide etc. - Inclus pour tout ou partie de sa surface dans une Zone Naturelle d Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique, un site Natura 2000 et/ou un espace protégé, cette dernière condition n étant ni nécessaire, ni suffisante à elle seule 14

15 LA GESTION FORESTIERE INTENSITE DE LA GESTION : L intensité de la sylviculture peut être mesurée par l effort de prélèvement, la durée de rotation entre les coupes, les critères d exploitabilité des essences (âge, diamètre), la durée de régénération et la densité des cloisonnements et infrastructures. Une gestion est qualifiée d intensive dès lors qu elle vise à la définition d un peuplement objectif et à la recherche d un équilibre des classes d âge à l échelle de l unité de gestion (parcelle, sousparcelle), c est-à-dire qu elle poursuit des objectifs explicites en termes de rendement, productivité, volume et part de l accroissement prélevés. Le tableau suivant présente les paramètres principaux de l intensité de la sylviculture, ainsi que les conséquences directes de celle-ci sur la biodiversité. Paramètre de l intensité I Rotation R Prélèvement instantané Pi Prélèvement moyen Pm Critères d exploitabilité CE Durée de régénération D Unité Sens de l intensité années I quand R m 3 /ha I quand Pi m 3 /ha/an I quand Pm années / cm I quand CE années I quand D Conséquences sur la biodiversité Une rotation courte induit une plus grande fréquence des dérangements pour la faune et des perturbations pour les peuplements Au-delà de 80 m 3 /ha pour les Feuillus et 120 m 3 /ha pour les Résineux, le prélèvement induit des dégâts d exploitation : dommages sur les arbres non prélevés, tassement du sol Sur une période d aménagement, un prélèvement proche de l accroissement ne permet pas de conserver suffisamment de nécromasse. Lorsque Pm > accroissement, on parle de décapitalisation, lorsque Pm < accroissement, de capitalisation La baisse des critères d exploitabilité (âge / diamètre) induit un raccourcissement des rotations Une phase de régénération courte conduit à l exploitation précoce de semenciers dans le but de diminuer les sacrifices d exploitabilité de cette phase «improductive». Les conséquences portent sur le dérangement pour la faune et la destruction de biotopes spécifiques aux espèces associées aux stades matures ou aux coupes de régénération Tableau 3 : Caractéristiques des principaux paramètres de l intensité de la sylviculture GESTION EXTENSIVE : La gestion extensive implique et nécessite l absence d objectifs de renouvellement et de structure de peuplement, ainsi qu une durée de rotation longue (la valeur minimale pourrait raisonnablement être fixée à 15 ans en montagne, 17 à 20 ans en plaine selon la productivité). La gestion extensive s apparente à un mode de prélèvement parfois qualifié d opportuniste, ou de cueillette. GESTION CONSERVATOIRE : 15

16 Mode de gestion des milieux naturels ou subnaturels visant à maintenir ou à restaurer la biodiversité, qu elle soit ordinaire ou remarquable. Appliquée à la sylviculture, la gestion conservatoire envisage des ajustements des pratiques en fonction des éléments abrités par les forêts : gestion intégrée (biodiversité ordinaire), gestion adaptée (biodiversité remarquable), absence d exploitation dans le but de laisser s exprimer librement les processus évolutifs naturels. La figure suivante propose une vue schématique du concept de gestion conservatoire et de ses trois composantes : Gestion conservatoire Absence d exploitation Gestion adaptée Gestion intégrée Surface forestière libre expression des processus évolutifs éléments remarquables éléments ordinaires : pérennité, restauration de la diversité Figure 3 : Le concept de gestion conservatoire : division de la surface forestière en compartiments soumis à une absence d exploitation, une gestion adaptée, ou une gestion intégrée (Rameau J.C., 2000 ; Le Jean Y., 2006) Cette définition se trouve être beaucoup plus large que celle communément admise par l écologie de la restauration, pour laquelle la gestion conservatoire implique des mesures d intervention directe en vue de réhabiliter le fonctionnement de milieux dégradés par les activités humaines (généralement, des zones humides). La définition proposée plus haut étant le résultat de la concertation des membres du groupe de travail, c est celle que l on retiendra pour la région. DEFINITIONS SUPPLEMENTAIRES Les définitions suivantes ont été jugées nécessaires par certains membres du groupe de travail réuni au cours de ce stage. Elles concernent des éléments retenus pour l élaboration de la grille d évaluation de l intérêt écologique des forêts franc-comtoises, présentée ultérieurement. ARBRE «BIOLOGIQUE» : arbre dont le diamètre est supérieur à 35 cm à 1,30 m de hauteur et qui est sénescent et/ou porteur d aires, de nids ou de cavités potentiellement occupés, mais pas nécessairement. Le cas des «arbres à conserver au titre de la biodiversité», qui représentent un habitat potentiel ou avéré pour la faune mais ne satisfont pas à la condition de diamètre minimal, sera également renseigné au sein de cet indicateur. ARBRE MONUMENTAL (OU VETERAN) : arbre dont le diamètre à 1,30 m de hauteur est significativement supérieur au diamètre de la catégorie «Très Gros Bois» (TGB) retenu en fonction de l essence et du type de station considérés. Le cas des arbres remarquables (définis selon 16

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

Pôle Gestion Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran

Pôle Gestion Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran Pôle Gestion Atelier technique «forêt» Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran Vendredi 6 novembre 2015 La forêt de Chambaran 800 ha de hêtraie charmaie autour d un champ

Plus en détail

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Contexte Comme toutes les lisières entre deux types de milieux (écotone), le littoral

Plus en détail

La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine

La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine La Charte Forestière de Territoire Les crêtes gréseuses, couronnées de forêt, constituent l ossature du territoire des monts de Normandie et du Maine.

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Le réseau FRENE. de Forêts Rhônalpines. en Évolution NaturellE. Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex ( L.

Le réseau FRENE. de Forêts Rhônalpines. en Évolution NaturellE. Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex ( L. Le réseau FRENE de Forêts Rhônalpines en Évolution NaturellE Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex Pourquoi constituer ce réseau? Les peuplements âgés, grâce à leur bois mort et à cavités,

Plus en détail

Gestion patrimoniale des massifs forestiers

Gestion patrimoniale des massifs forestiers MF 1 Objectif(s) concerné(s) III.2.3 Milieux forestiers Gestion patrimoniale des massifs forestiers Favoriser une gestion sylvicole intégrant les enjeux de biodiversité et assurant la pérennité des habitats

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Environnement - Agriculture - Viticulture Evaluation environnementale des scénarios Ouest et Médian en région Centre Synthèse

Environnement - Agriculture - Viticulture Evaluation environnementale des scénarios Ouest et Médian en région Centre Synthèse Environnement - Agriculture - Viticulture Evaluation environnementale des scénarios Ouest et Médian en région Centre Synthèse Etape préliminaire aux études préalables à l enquête d utilité publique Rappel

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés Panorama de la forêt alsacienne Taux de boisement Volume sur pied Principales essences Diversité Propriétaires publics Propriétaires privés Tempête de 1999 Récolte Edition 2005 Bienvenue au cœur d une

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

Biodiversité floristique, entomologique et ornithologique des vallées alluviales de Champagne-Ardenne

Biodiversité floristique, entomologique et ornithologique des vallées alluviales de Champagne-Ardenne Biodiversité floristique, entomologique et ornithologique des vallées alluviales de Champagne-Ardenne Rôle de l antécédent d usage du sol et de l intensité des entretiens des peupleraies, en interaction

Plus en détail

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012 Serre de la Fare Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012 Invités à la réunion Présidents des Commissions Prospective,

Plus en détail

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012 REGION POITOU-CHARENTES GESTION DE LA FUTURE RESERVE NATURELLE REGIONALE DU BOCAGE DES ANTONINS APPEL A MANIFESTATION D'INTERET CAHIER DES CHARGES REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000

Plus en détail

Modalités de la compensation des impacts sur la biodiversité en forêt

Modalités de la compensation des impacts sur la biodiversité en forêt Modalités de la compensation des impacts sur la biodiversité en forêt Atelier Recherche et Gestion Forestières 2011 14 juin 2011 1 Les bases réglementaires de la compensation La loi de 1976 sur les études

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

RESUME DU DOCUMENT D OBJECTIFS «DOMAINE DE VERDILLY»

RESUME DU DOCUMENT D OBJECTIFS «DOMAINE DE VERDILLY» RESUME DU DOCUMENT D OBJECTIFS «DOMAINE DE VERDILLY» Le site Natura 2000 «Domaine de Verdilly» s étend sur 595 ha et est constitué d un complexe de milieux forestiers reposant sur des formations limoneuses

Plus en détail

L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire

L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire Atelier de reflexion «La biodiversité, un plus au service des éleveurs et des forestiers» Le Caylar - 09 Juin

Plus en détail

Classement en forêt de protection du massif de Rambouillet

Classement en forêt de protection du massif de Rambouillet PREFECTURE DES YVELINES Comité consultatif scientifique et des usagers de la forêt de Rambouillet Classement en forêt de protection du massif de Rambouillet sous-préfecture de Rambouillet, 23 mai 2011

Plus en détail

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE 2 ÉDITO C R C - M C Daniel BEGUIN Jean-Marie HARAUX Jean-Pierre RENAUD Henri PLAUCHE GILLON 3 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 PARTIE 1 : DESCRIPTION DE L ESPÈCE

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques

Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques Contexte La Lagune de Bouin se trouve sur un polder créé à dans les années 1960. Il s'agit d'une propriété

Plus en détail

B. LA PROCEDURE DE CLASSEMENT D UN SITE NATUREL EN RESERVE NATURELLE REGIONALE

B. LA PROCEDURE DE CLASSEMENT D UN SITE NATUREL EN RESERVE NATURELLE REGIONALE CADRE D INTERVENTION REGIONALE POUR LE CLASSEMENT D ESPACES NATURELS EN RESERVES NATURELLES REGIONALES Abroge et remplace, à compter du 14 mars 2014, le cadre d intervention adopté par délibération CPR

Plus en détail

Plan d actions pour la constitution d'un réseau de forêts en évolution naturelle en Rhône-Alpes

Plan d actions pour la constitution d'un réseau de forêts en évolution naturelle en Rhône-Alpes Plan d actions pour la constitution d'un réseau de forêts en évolution naturelle en Rhône-Alpes Le Grenelle de l environnement et son développement à travers les assises de la forêt ont montré l importance

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

Commission Ecologie et Paysage du 7 juin 2010

Commission Ecologie et Paysage du 7 juin 2010 Gestion du patrimoine arboré de la vallée de l Orge aval Commission Ecologie et Paysage du 7 juin 2010 170 ha de boisements Athis Aval : Collège Mozart : Coteau des Vignes : Prés Saint Martin : Parc Duparchy

Plus en détail

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région La forêt française Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009 Les résultats pour la région Rhône-Alpes 2 TOME Rhône-Alpes : les résultats régionaux Sommaire 1 La région Rhône-Alpes 1.1

Plus en détail

Champ de l Etude - SCOPING

Champ de l Etude - SCOPING Cadrage 1 Champ de l Etude - SCOPING Les principes directeurs de la phase de définition du champ de l étude la définition du champ de l étude n est pas une simple activité la définition du champ de l étude

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots

Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots Natura 2000, qu est ce que c est? Définition : Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels résultant de l application de deux directives européennes : la

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Les objectifs de gestion assignés aux forêts

Les objectifs de gestion assignés aux forêts Les objectifs de gestion assignés aux forêts On distingue : les objectifs d intérêt général les objectifs du propriétaire FOGEFOR 2009/2010 Extraits du SRGS I. LES OBJECTIFS D INTERET GENERAL Pour la forêt

Plus en détail

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Contexte La région Midi-Pyrénées bénéficie d un patrimoine naturel exceptionnel. Il faut toutefois constater un déficit de connaissance

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014 STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR CRB 3 juin 2014 Une démarche de co-construction depuis 2010 : 1 - Diagnostic partagé (état de la biodiversité, relations homme-nature,

Plus en détail

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM]

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] Entre La commune (ou autre collectivité) de [nom de la collectivité], propriétaire du site [nom du site] représentée par son maire

Plus en détail

Exploiter. la forêt. dans le site classé

Exploiter. la forêt. dans le site classé Exploiter la forêt dans le site classé de la Chaîne des Puys Le site classé de la Paysage emblématique situé dans la partie nord du Parc naturel régional des Volcans d Auvergne sur plus de 13 700 hectares,

Plus en détail

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER Mireille Feldtrauer-Molitor I N S T R U C T I O N S P O U R L É L A B O R AT I O N D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Zones Humides et stratégie d'évitement Éléments de préconisation

Zones Humides et stratégie d'évitement Éléments de préconisation Zones Humides et stratégie d'évitement Éléments de préconisation Cotita 03/03/2014 Présentation de Dominique STEVENS Directeur de la Nature - Communauté Urbaine de Bordeaux Réserve Naturelle de Bruges

Plus en détail

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires Développement d une gestion durable des peuplements irréguliers feuillus Septembre 2003 Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES 1.- Inventaires Inventaire pied à pied (en

Plus en détail

PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR

PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 Par qui? Ce formulaire est à remplir par le porteur du projet, en fonction des informations

Plus en détail

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Présentation du rapport de stage effectué au Conseil Régional R d Aquitaine Février à Juillet 2013 Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Master professionnel: Economie et

Plus en détail

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES 2015 AGENCE DE FONTAINEBLEAU L OFFI CE NATIONAL DES FORÊTS PREMIER GESTIONNAIRE D ESPACES NATURELS EN FRANCE Établissement public à caractère industriel et commercial

Plus en détail

Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent

Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent Le défi de l'ae au BSL: Concevoir des modalités d'aménagement qui tiennent compte des effets créés par les processus qui ont dynamisé

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : REGION : FRANCE Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Le bec de Vienne. La Trame Verte et Bleue. Localisation de l unité paysagère. Les paysages

Le bec de Vienne. La Trame Verte et Bleue. Localisation de l unité paysagère. Les paysages P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Localisation de l unité paysagère La Trame Verte et Bleue Avoine Beaumont-en-Véron Candes-Saint-Martin Chinon Huismes Saint-Germain-sur-Vienne Savigny-en-Véron

Plus en détail

Rejoignez-nous sur @CarrefourEau et débattez sur #CGLE16

Rejoignez-nous sur @CarrefourEau et débattez sur #CGLE16 Rejoignez-nous sur @CarrefourEau et débattez sur #CGLE16 Organisé par En partenariat avec «Quels effets des programmes de restauration des zones humides sur l état des eaux?» Laurent VIENNE Chargé de mission

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA DISPONIBILITÉ FORESTIÈRE

ÉVALUATION DE LA DISPONIBILITÉ FORESTIÈRE THÈME 2. CONNAISSANCE DE LA RESSOURCE ET DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ÉVALUATION DE LA DISPONIBILITÉ FORESTIÈRE DES FORÊTS PUBLIQUES DE LORRAINE ANDRÉ RICHTER Avec une récolte annuelle de plus de 3 millions

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

La gestion des forêts communales

La gestion des forêts communales La gestion des forêts communales Principaux éléments La forêt en France 25% du territoire métropolitain qui se répartit selon trois grands types : La forêt de plaine : 60% La forêt de montagne : 30% La

Plus en détail

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Cette création illustre : I - Le partenariat exemplaire entre la ville d Olonne et l Office National des Forêts II - Le projet municipal

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière

Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière Patricia Heuzé et François Klein Contexte de l étude Depuis une cinquantaine

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Le Parc naturel régional des Ardennes. Syndicat mixte de préfiguration du Parc naturel régional des Ardennes

Le Parc naturel régional des Ardennes. Syndicat mixte de préfiguration du Parc naturel régional des Ardennes Le Parc naturel régional des Ardennes Qu est-ce qu un PNR? Un Parc naturel régional (PNR) est : Un territoire aux patrimoines naturel, culturel et paysager riches et fragiles Faisant l objet d un projet

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Commune de Bernin. Ala. Avril 2013

Commune de Bernin. Ala. Avril 2013 Ala EXPERTISE ZONES HUMIDES ET MILIEUX NATURELS Commune de Bernin Avril 2013 SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud.fr

Plus en détail

PNRLF07. Proposition de classement en zone humide stratégique : Zone Stratégique pour la Gestion de l'eau

PNRLF07. Proposition de classement en zone humide stratégique : Zone Stratégique pour la Gestion de l'eau Zone humide déterminée d'après la végétation PNRLF07 Présence de plan d'eau :oui/1 Proposition de classement en zone humide stratégique : Zone Stratégique pour la Gestion de l'eau Renseignements généraux

Plus en détail

B. LA PROCEDURE DE CLASSEMENT D UN SITE NATUREL EN RESERVE NATURELLE REGIONALE

B. LA PROCEDURE DE CLASSEMENT D UN SITE NATUREL EN RESERVE NATURELLE REGIONALE CADRE D INTERVENTION REGIONALE POUR LE CLASSEMENT D ESPACES NATURELS EN RESERVES NATURELLES REGIONALES (approuvé par délibération n 07.03.48 en date du 16 mars 2007) A. DEFINITION Une réserve naturelle

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

MAEC. Carrière des Pieds Grimaud Vallée de l Anglin Basse vallée de la Gartempe

MAEC. Carrière des Pieds Grimaud Vallée de l Anglin Basse vallée de la Gartempe MAEC Carrière des Pieds Grimaud Vallée de l Anglin Basse vallée de la Gartempe Conditions générales Pas de condition d âge, mais obligation de poursuivre le contrat sur 5 ans Mesures «Biodiversité» attention

Plus en détail

L Espace de Bon Fonctionnement (E.B.F.) des cours d eau

L Espace de Bon Fonctionnement (E.B.F.) des cours d eau L Espace de Bon Fonctionnement (E.B.F.) des cours d eau Avertissement La totalité des exemples et photographies illustrant le présent diaporama sont tirés, sauf mention particulière, de cas concrets pris

Plus en détail

Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve»

Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve» Gorges de la Loire Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve» Yv es T hon néri eux : asar ine cou ché e, h ê trai e- Mic ka ël

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative Grenelle de l environnement Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative 1. Projet de loi Grenelle 1 Le Groupe Chambres d agriculture propose, concernant le projet de loi Grenelle

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 DÉCRÉTANT UN CONTRÔLE INTÉRIMAIRE PROHIBANT UNE CONSTRUCTION, UN OUVRAGE OU DES TRAVAUX SUR DES TERRAINS COMPORTANT UN MILIEU HUMIDE SANS UNE CARACTÉRISATION

Plus en détail

83 RIVIÈRES À MOULES PERLIÈRES

83 RIVIÈRES À MOULES PERLIÈRES M I N ISTERE DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L'ENVIRONNEMENT DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DU CANTAL Service environnement 83 RIVIÈRES À MOULES PERLIÈRES 1 - COMMUNES CONCERNÉES

Plus en détail

Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives

Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives COLIN Antoine (IGN) & THIVOLLE-CAZAT Alain (FCBA) Journée Technique IGN-FCBA "Mieux connaître la ressource, mieux la mobiliser,

Plus en détail

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA 20 juin 2011 Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA Annabelle Jaeger, Conseillère régionale déléguée à la Biodiversité 24 novembre 2011 Eléments de contexte Le constat : au rythme actuel,

Plus en détail

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I Mise en place d une bourse d échange d arbres I Ordre du jour I 1 - Les caractéristiques du réseau bocager 2 -

Plus en détail

La réserve naturelle nationale des vallées de la Grand-Pierre et de Vitain : présentation et objets remarquables

La réserve naturelle nationale des vallées de la Grand-Pierre et de Vitain : présentation et objets remarquables La réserve naturelle nationale des vallées de la Grand-Pierre et de Vitain : présentation et objets remarquables Claude LE DOUSSAL Vice-président du CDPNE de Loir-et-Cher 1979-2009, trente ans, déjà!.

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Centre de Ressources du Patrimoine Naturel et des zones humides du bassin de la Loire

Centre de Ressources du Patrimoine Naturel et des zones humides du bassin de la Loire la Fédération, Centre de Ressources du Patrimoine Naturel et des zones humides du bassin de la Loire Synthèse portant sur les habitats d intérêt communautaire des sites Natura 2000 "vallées alluviales"

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux D01 Objectifs Garantir un approvisionnement en eau potable de qualité et minimiser l impact humain sur les eaux de surface et souterraines Effets

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 25 mai 2016. Journée d échange Connaissance des libellules pour la gestion des zones humides forestières

DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 25 mai 2016. Journée d échange Connaissance des libellules pour la gestion des zones humides forestières DOSSIER DE PRESSE Journée d échange Connaissance des libellules pour la gestion des zones humides forestières Mercredi 25 mai 2016 Maison de la réserve Naturelle de la tourbière des Dauges à Saint-Léger-la-Montagne

Plus en détail

Séminaire sur l évaluation environnementale des documents d urbanisme. 5 novembre 2013 DREAL F. Nassiet. Études urbaines

Séminaire sur l évaluation environnementale des documents d urbanisme. 5 novembre 2013 DREAL F. Nassiet. Études urbaines Séminaire sur l évaluation environnementale des documents d urbanisme 5 novembre 2013 DREAL F. Nassiet 1 La TVB de l agglomération de la Rochelle : Une première étape, le schéma prospectif des liaisons

Plus en détail

Pièce E : Etude d impact

Pièce E : Etude d impact Pièce E : Etude d impact 130/357 E4.3. Environnement naturel E4.3.1. Grands ensembles naturels Dans l aire d étude, la matrice de cultures industrielles (céréales) ou spécialisées (tabac, houblon) domine

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Plan Loire Grandeur Nature

Plan Loire Grandeur Nature Plan Loire Grandeur Nature 2007/2013 Réunion des Plateformes «Patrimoine» et «Eau, espaces, espèces» éducation/sensibilisation à l environnement mercredi 09 décembre 2009 la Fédération, Élaboration du

Plus en détail

Inventaire permanent de la flore de Lorraine

Inventaire permanent de la flore de Lorraine En collaboration avec : Faculté des sciences et technologies Campus des Aiguillettes BP 70239 54 506 Vandœuvre-lès-Nancy Tél : 03 83 68 41 77 Mail : contact@polelorrain-cbnne.fr 100 rue du jardin botanique

Plus en détail

Orientations Nationales d'aménagement et de Gestion. pour les forêts des collectivités

Orientations Nationales d'aménagement et de Gestion. pour les forêts des collectivités Orientations Nationales d'aménagement et de Gestion pour les forêts des collectivités Orientations Nationales d Aménagement et de Gestion pour les forêts des collectivités Approuvées par le Ministre de

Plus en détail

Densité d établissements industriels à risque

Densité d établissements industriels à risque Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques, technologiques et naturels Densité d établissements industriels à risque par

Plus en détail

LA MARE DE ST MYON Rédaction du plan de gestion de la mare de St Myon restauration et la mise en valeur de sa mare communale.

LA MARE DE ST MYON Rédaction du plan de gestion de la mare de St Myon restauration et la mise en valeur de sa mare communale. LA MARE DE ST MYON Rédaction du plan de gestion de la mare de St Myon Chaque année, un projet est confié aux élèves de Term STAV par un partenaire professionnel du secteur de l aménagement des espaces

Plus en détail