La représentation des consommateurs dans les services d eau au Royaume-Uni

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La représentation des consommateurs dans les services d eau au Royaume-Uni"

Transcription

1 Flux n 48/49 Avril - Septembre 2002 pp La représentation des consommateurs dans les services d eau au Royaume-Uni David Hall (1) LES CONSOMMATEURS DE L EAU La représentation des usagers/consommateurs dans les services publics en Grande-Bretagne ( ) La représentation des usagers/consommateurs dans les services publics a été organisée au Royaume-Uni dans l après-guerre. Au moment des privatisations de l ère Thatcher, il existait donc déjà des structures de représentation de leurs intérêts. Après la seconde guerre mondiale, quand un certain nombre d industries stratégiques ont été nationalisées, les Conseils des consommateurs des industries nationalisées (NICCs) ont été créés. Dans le cas de l électricité et du gaz, ceux-ci étaient dans la pratique dominés par des conseillers municipaux, reflétant ainsi le puissant intérêt municipal pour ces services dans la période précédant la seconde guerre mondiale. Aucun NICC n a en effet été créé pour des services administrés par des instances gouvernementales ou municipales. L hypothèse était que le système électoral représentait l intérêt des utilisateurs : les membres du Parlement en ce qui concerne le gouvernement, les conseillers locaux élus pour ce qui est des services municipaux. Ainsi les services postaux et de télécommunications n avaient pas de représentants du public, puisqu ils faisaient partie de la Poste, qui est restée un service du gouvernement jusqu en 1970 ; il en allait de même pour l industrie des eaux, qui est restée sous contrôle municipal jusqu en La représentation des usagers s est à nouveau développée dans les années 1970, après la nouvelle restructuration des services publics. Quand la Poste (incluant les télécommunications) Dossier 47

2 Flux n 48/49 Avril - Septembre 2002 est passée de service gouvernemental à entreprise nationalisée, le gouvernement a créé le Conseil national des utilisateurs de la Poste (POUNC), financé par une subvention gouvernementale, nommé par le gouvernement et appuyé sur des comités consultatifs locaux. Quand l industrie du gaz a été unifiée au sein d une société nationalisée en 1972, le gouvernement a créé un nouveau Conseil des consommateurs du gaz pour représenter les intérêts du public. Financé par un impôt sur l industrie, ce corps a continué de fonctionner après la privatisation de l industrie du gaz en En 1975, le gouvernement a établi le Conseil national de la Consommation (2). Il était et est toujours financé par l argent du gouvernement, avec un conseil nommé par le gouvernement. Il avait trois fonctions différentes : représenter les intérêts des consommateurs à faibles revenus ; couvrir les services aussi bien que les marchandises ; couvrir les marchandises et services du secteur public aussi bien que du secteur privé. Dans tous ces aspects, il a rempli un rôle nouveau si on le compare à l Association des consommateurs, autofinancée, qui représentait les intérêts de consommateurs au pouvoir d achat élevé, surtout intéressés par l information comparative de produits dans des marchés concurrentiels, comme celui des appareils électroménagers (3). L eau et l assainissement sont restés des services municipaux en Angleterre et au Pays de Galles jusqu en 1974, comme dans le reste de l Europe. Par la suite, les nombreuses sociétés d eau et d assainissement en Angleterre et au Pays de Galles ont été fusionnées en dix autorités régionales de l eau (RWAs), en fonction des bassins fluviaux. Les RWAs étaient un complexe d associations inter-municipales et d agences du gouvernement central. La plupart de leurs membres étaient nommés par les municipalités, mais le président et quelques-autres représentants étaient nommés par le gouvernement, qui fournissait en outre le financement. Il n y avait aucune représentation propre des usagers, mais les RWAs étaient responsables devant les municipalités, le public pouvait suivre leurs réunions et les consommateurs pouvaient aussi se plaindre auprès du Médiateur local, institution créée en même temps pour examiner les réclamations à l encontre des RWAs comme des municipalités. En 1983, les RWAs sont finalement passés sous le contrôle du gouvernement central. Leur participation en a été significativement réduite, toutes les nominations étant dorénavant assurées par le gouvernement et le public ayant perdu le droit de suivre les réunions des RWAs. À la place, des comités consultatifs grand public (CCCs), dont les membres étaient tous nommés par les RWAs, ont été créés dans chaque région. Les CCCs s intéressaient surtout aux tarifs, à la qualité des services et au suivi des réclamations. Au moment de sa privatisation, le secteur de l eau était donc déjà passé du statut d administration municipale à celui de service gouvernemental, doté de nouvelles entités représentant les consommateurs. Après les privatisations La privatisation des entreprises de service public au Royaume- Uni a commencé sous le gouvernement Thatcher avec British Telecom (1984), British Gas (1986), les directions anglaises et galloises de l eau (1989), l électricité (1990) et les chemins de fer (1995). La Poste est restée dans le secteur public. En conséquence, la représentation des consommateurs a été réorganisée en fonction des structures propres à chaque industrie, de la forme de sa privatisation et des dispositions antérieures. Ainsi, tandis que le Conseil des consommateurs du gaz restait en grande partie inchangé, l eau et les industries d électricité étaient dotées de nouveaux dispositifs en relation avec les nouvelles structures de privatisation et de régulation. Après leur privatisation, les directions de l eau par exemple sont devenues des sociétés privées, propriétés d actionnaires privés et responsables devant eux. Une agence régulatrice a été créée, le Bureau du régulateur de l eau (Ofwat), auquel on a fixé un certain nombre d objectifs : s assurer de la bonne santé financière des sociétés et veiller aux intérêts des consommateurs. Des comités régionaux de service aux consommateurs (CSCs), un par société d eau, ont été créés comme partie intégrante de la structure d Ofwat (4). Statutairement, les CSCs doivent représenter les intérêts de tous les clients, existants et potentiels, domestiques et industriels, contrôler et organiser des réunions publiques relatives à des sujets d inquiétude des consommateurs et traiter les réclamations contre les sociétés d eau. Les CSCs sont nommés, pourvus en personnel et financés par Ofwat. Nommés par le Directeur général d Ofwat, les présidents des CSCs cooptent ensuite les autres membres. Ils sont payés 19,589 par an pour 8 jours de travail par mois. Le personnel des CSCs, 43 au total, fait partie des employés d Ofwat 48 Dossier

3 Hall - Représentation du public dans le secteur de l eau en Angleterre et le budget global des CSCs était de 1.9m en Les CSCs font un rapport annuel au Directeur général d Ofwat. Aucun dispositif légal de niveau national n avait été initialement prévu, mais en 1993, l Ofwat a créé un corps non-statutaire national, le Conseil national de la consommation d Ofwat (ONCC), composé des présidents des dix CSCs. Ce dernier a joué un certain nombre de rôles en tant que porteparole national des intérêts des consommateurs, membre d un groupe de pression à la Commission européenne et lieu d échanges et d information entre les CSCs (5). certains secteurs de responsabilité. Par exemple, l audit des procédures de traitement des réclamations par les sociétés, développé par un CSC, a été normalisé et adopté par d autres CSCs après la publication d une directive à ce sujet par le Directeur général d Ofwat. Le gouvernement travailliste : révisions et réformes Le système existant étant abondamment critiqué, les structures de représentation des consommateurs et la réglementation des services ont été reconsidérées par le nouveau gouvernement Tableau 1 : Représentation statutaire des consommateurs après la privatisation mais avant les réformes de 2000 Secteur Intitulé Relation au régulateur Structure Financement Eau PRIV CSCs Intégré Régionale Régulateur Électricité PRIV ECCs, NCCC Intégré Régionale et nationale Régulateur Gaz PRIV GCC Indépendant Nationale Secrétariat d État Télécommunications PRIV ACTs Indépendant Chemin de fer PRIV RUCCs CRUCC Indépendant Régionale et intérêt spécifique Régionale et nationale Régulateur (intérêt spécifique) et Secrétariat d État (régional) Régulateur Postes PUB POUNC, POUCs (pas de régulateur) Nationale et régionale Secrétariat d État Source : Brooke R, (2001) (6) Les CSCs n ont actuellement, de par leur statut, aucun droit à l information détenue par les sociétés privées. Circonscrite à ce que ces sociétés veulent bien fournir, l information dépend donc largement des bonnes relations de travail et des contacts personnels établis. Cependant, par suite de leur intégration dans Ofwat, les CSCs ont un accès satisfaisant à l information générée par Ofwat, notamment les rapports mensuels mettant en évidence des problèmes régionaux ainsi que les minutes des réunions mensuelles de l ONCC. La Division des affaires publiques d Ofwat consulte les CSCs, par exemple sur des propositions de règlements. Ce partage de l information a permis aux CSCs de développer et de standardiser leurs pratiques dans travailliste, élu en Dans le secteur de l eau, les critiques épinglaient surtout le manque d indépendance des CSCs, souligné notamment dans une série de rapports du Conseil national de la consommation (NCC). En 1995, celui-ci a publié un examen détaillé de la représentation des consommateurs dans les entreprises de réseau (7) dans lequel il dénonçait le fonctionnement des CSCs et leur dépendance à l égard de notes confidentielles d Ofwat. Il écrivait ainsi que les CSCs ont été «si étroitement intégrés dans Ofwat qu il n est pas possible de fournir une évaluation distincte de leur efficacité Vue de l extérieur, cette difficulté semble résulter de ce que les CSCs sont en fait dirigés par Ofwat». Une illustration en est fournie à travers l exemple Dossier 49

4 Flux n 48/49 Avril - Septembre 2002 de Diana Scott, cité dans le rapport. Présidente du Yorkshire CSC, celle-ci a été «une fervente avocate des consommateurs sur la question des compteurs», en contradiction avec les vues d Ofwat : en 1994, elle fut la seule Présidente de CSC à ne pas être renommée. Les CSCs, qui n avaient pas d accès direct à l information des sociétés, reçurent des notes confidentielles d Ofwat à ce sujet et n eurent aucun moyen d effectuer leur propre recherche (8). Le NCC concluait son rapport en recommandant que les organismes représentant les consommateurs soient indépendants, dotés des moyens de conduire leurs propres recherches et légalement investis de pouvoirs en termes d accès à l information, de traitement des réclamations des consommateurs, de représentation des seuls intérêts des ménages et des petites entreprises (9). Un autre rapport du NCC sur le système de révision des prix de l eau, l année suivante, revint sur les mêmes critiques. Ofwat répondit que recueillir et traiter l information en provenance des clients est d abord une responsabilité des entreprises, et que le régulateur doit seulement compléter ces informations avec les données des CSCs. Le NCC a rejeté cette position, et notamment la dépendance établie à l égard des informations fournies par les entreprises, soulignant que les CSCs n ont ni l expertise ni les moyens de les critiquer et que les réclamations sont une source d information anecdotique, biaisée et limitée (10). Le NCC a réaffirmé son point de vue lors de la réévaluation des entreprises de réseau par le nouveau gouvernement Travailliste (11). Il y eut alors un consensus général autour de l idée que les régulateurs devaient avoir pour responsabilité première de protéger les consommateurs, mais le NCC maintint sa revendication en faveur d une représentation organisée et efficace des ménages aux faibles ressources : «Même si les devoirs des régulateurs sont modifiés afin que la protection des consommateurs devienne leur première responsabilité, ils devront toujours rechercher l équilibre entre les intérêts de groupes différents. Tous les consommateurs n ont pas les mêmes intérêts ceux des grands consommateurs diffèrent souvent de ceux des petits consommateurs. L introduction de la concurrence intensifie ces différences. Les ménages sont toujours dans une position beaucoup plus faible que les grands consommateurs, qui ont un pouvoir d achat beaucoup plus grand. Ils auront toujours besoin d un corps séparé pour faire reconnaître leurs besoins». L Ofwat, et les autres régulateurs, insistèrent sur les raisons de leur attachement au modèle intégré, que le dispositif existe déjà ou non dans leur secteur. Dans l industrie du gaz, où le conseil indépendant du gaz avait précédé la privatisation, le régulateur (Ofgas) prônait par exemple la disparition de cette structure au profit d un système intégré qui, selon lui, donnerait aux comités de consommateurs un meilleur accès à l information (12). Le NCC a rejeté cet argument affirmant que «de telles dispositions peuvent mettre en péril l indépendance des organisations de consommateurs et leur liberté d expression. Si un organisme dépend du régulateur pour son information et ses moyens, sa liberté et son efficacité sont dès lors trop déterminées par la bonne volonté du régulateur à les lui fournir». Le NCC recommandait à l inverse que «chaque organisation de consommateurs soit complètement indépendante du régulateur et ait assez de moyens propres pour collecter de l information, effectuer des recherches, exercer des pressions et traiter les plaintes des clients» (13). Le gouvernement s est finalement rallié à l avis des associations de consommateurs qui présentaient le système en vigueur dans l industrie du gaz comme le meilleur et décida d introduire de nouvelles réformes conformément à la loi 2000 sur les entreprises de services en réseau. Le principe retenu fut de créer, pour chaque secteur, un conseil de consommation indépendant des instances régulatrices, avec des attributions identiques en termes de traitement des réclamations et de représentation des intérêts des consommateurs. Dans le secteur énergétique, par exemple, les précédents conseils spécifiques pour le gaz et l électricité ont été supprimés et remplacés par un nouveau Conseil des consommateurs du gaz et de l électricité (GECC), qui fonctionne sous le nom d «Energywatch». Le GECC est financé par le gouvernement, qui nomme aussi ses membres. Il dispose de neuf comités régionaux : Écosse, Pays de Galles et régions de l Angleterre. Ses fonctions comprennent la collecte et la diffusion d informations pertinentes pour les consommateurs des industries énergétiques, la représentation des consommateurs et l examen de leurs réclamations (14). Le GECC a commencé à fonctionner en novembre Des rencontres ont lieu régulièrement avec le régulateur pour discuter des problèmes clés : prix, pratiques de ventes des sociétés et réclamations des consommateurs (15). Il s est servi de la publicité à de nombreuses fins : accroître la sensibilité de ses membres en interne, faire connaître aux personnes âgées et aux handicapés leurs droits prioritaires aux ser- 50 Dossier

5 Hall - Représentation du public dans le secteur de l eau en Angleterre vices, mettre en évidence le fait que plus de 25 % des réclamations transmises au GECC concernent les pratiques de vente de la société Npower (16). Un système identique a été mis en œuvre dans la plupart des autres services en réseau. Dans le secteur de l eau, son application a été reportée, mais la réforme paraît désormais inévitable à toutes les parties, y compris l Ofwat. En janvier 2002, ce dernier a publié un accord avec l ONCC et les CSCs reconnaissant que «il est important que l ONCC et les CSCs soient libres d exprimer les intérêts des consommateurs indépendamment de l Ofwat» et anticipait une nouvelle législation confirmant cette indépendance (17). Les changements proposés devraient ainsi rapprocher la structure de représentation des consommateurs de l eau de celle des consommateurs d énergie. Le gouvernement (18) a ainsi annoncé qu un nouvel organisme serait créé, le Conseil de consommation de l eau (CCW), indépendant du régulateur et disposant de son propre personnel et de ses structures régionales. Il serait nommé et financé par le gouvernement et responsable devant le Parlement. Il aurait pour tâche principale de recueillir et d examiner les réclamations des consommateurs. Il aura le pouvoir d exiger des informations auprès des sociétés, mais il sera sensé effectuer ses investigations en premier lieu auprès de l Ofwat, pour réduire le fardeau imposé aux entreprises, l Ofwat jouant un rôle d arbitre en cas de conflit entre celles-ci et le CCW. Le gouvernement s attend à ce que le CCW soulève des problèmes environnementaux aussi bien que des problèmes de consommation. Cependant, ce nouveau dispositif laisse entiers certains des problèmes antérieurs, notamment celui des moyens. En 2001, l ONCC a dénoncé le budget proposé pour le nouveau Conseil de l eau, d un montant de 3 millions, en soulignant que l augmentation ainsi obtenue par rapport au budget actuel des CSCs ( 1.9m) n était pas significative et, en tout cas, insuffisante pour permettre au CCW de mener à bien son nouveau rôle (19). De même, la question du droit à l information reste en suspens. Le droit des conseils de consommateurs à publier des informations sur une société est en effet soumis à une clause restrictive d importance, qui limite ce droit à des informations ne portant pas atteinte aux intérêts de l entreprise en question. L interprétation de cette clause est imprécise, en conséquence, l ampleur réelle des nouveaux droits du CCW demeure incertaine. L incertitude règne aussi sur le rôle des autres organisations : des discussions actuelles concernant la régulation de la concurrence donneraient à des entités telles que le NCC et la CA le droit de soumettre au Bureau du commerce équitable (OFT) les pratiques non-concurrentielles ou considérées comme telles des entreprises de réseau, tandis que les nouveaux conseils de consommateurs ne bénéficieraient pas de ce droit. Écosse : Des évolutions différentes pour la gestion publique de l eau Il est intéressant de souligner les évolutions parallèles mais différentes qui ont affecté le système de représentation des consommateurs en Écosse, où les services d eau, qui n ont pas été privatisés, restent dans le secteur public. Jusqu en 1996, les services d eau sont placés sous la responsabilité des administrations locales, puis le gouvernement du Royaume-Uni crée (20) trois autorités de l eau, entreprises publiques relevant du ministre en charge de l Écosse (avant que ses pouvoirs ne soient transférés au Parlement écossais) et responsables du bon fonctionnement de l industrie de l eau. En même temps est créé un Conseil des consommateurs écossais de l eau et assainissement (connu sous le nom de Conseil des consommateurs). C est un organisme national composé de trois comités géographiques correspondant aux trois autorités de l eau, financé par un impôt sur les trois administrations et chargé de représenter les intérêts des consommateurs et de traiter leurs réclamations. Il obtint aussi, ce qui est plus étonnant, le pouvoir d approuver les propositions tarifaires des autorités de l eau (21). Cependant, suite à une évaluation, ce dispositif a été complètement modifié en 1999 et le Conseil des consommateurs a été supprimé. Un nouveau régulateur de l eau a été créé, le Commissaire de l eau pour l Écosse, qui a repris en charge et la responsabilité d approuver les tarifs (auparavant confiée au Conseil des consommateurs) et celle d assurer la bonne marche de l industrie, précédemment du ressort du ministre en charge de l Écosse. Il assure la responsabilité d examiner les plaintes des consommateurs. Un Comité consultatif de l industrie de l eau et de l assainissement (WICC) est aussi créé pour chacune des trois autorités, afin de conseiller la commission de régulation sur la promotion des intérêts des consommateurs. Les trois WICCS sont tous présidés par le Commissaire et la plupart de leurs membres sont nommés par lui : ils sont donc désormais intégrés sur le modèle des CSCs de l eau en Angleterre et au Pays de Galles. Dossier 51

6 Flux n 48/49 Avril - Septembre 2002 Une nouvelle réorganisation de l industrie a été proposée en 2001, les trois autorités d eau devant être fusionnées en une seule administration. À cette occasion, la question de la représentation des consommateurs a été à nouveau discutée et le Conseil de la consommation écossais, qui a critiqué les WICCs, a réclamé la création «d un corps statutaire indépendant qui mette en évidence les soucis des consommateurs et les transmettent au Commissaire, au parlement écossais et aux décideurs» (22). LES CSCS EN PRATIQUE Il est intéressant d examiner deux aspects des pratiques des CSCs : le traitement des réclamations et la représentation des intérêts des consommateurs. Les réclamations Alors que les CSCs ont le devoir d examiner les réclamations, ils n ont actuellement aucun pouvoir légal pour résoudre les problèmes soulevés. Au cours des années cependant, six des CSCs ont négocié des accords écrits sur la médiation obligatoire, aux termes desquels les sociétés ont admis que, dans les cas où elles n ont pas réglé une question, le CSC peut mener une enquête et formuler des recommandations que la société acceptera. Tableau 2 : Actions entreprises sur réclamations gérées par les CSCs en Actions entreprises par les CSC Nombre % Renvoyées à l opérateur et résolues Acceptées pour enquête et résolues Retirées/ sans suite par le consommateur Source : Ofwat (23) En dehors de sa juridiction Non résolues 0 0 Total Depuis leur création en 1990, les dix CSCs régionaux ont traité plus de réclamations. Le montant annuel de réclamations reçues a évolué de en , la première année d existence des CSCs, à un pic de en , alors que les augmentations des prix de l eau et de l assainissement étaient au plus haut (24). 96 % des réclamations proviennent des clients eux-mêmes, plutôt que de leurs représentants légaux, et 85 % sont formulées par des ménages, le reste provenant des consommateurs commerciaux ou agricoles. Les réclamations suivent un cycle saisonnier régulier, avec des pics observables en avril de chaque année, qui coïncident avec l envoi des factures d eau. Le niveau général des réclamations, en moyenne pondérée, a augmenté à partir de 1996, pour atteindre un pic en avril 1999, puis il a de nouveau fléchi en raison d une chute des réclamations relatives aux facturations après les baisses de prix introduites en Représentant plus de 40 % de la totalité des réclamations en , les tarifs et les modes de facturation constituent le principal sujet de réclamation. La même année, 8 % concernaient la qualité de l eau ou la pression, 29 % l alimentation en eau ou les services d assainissement et 22 % divers autres problèmes. Le niveau des réclamations relatives à la facturation et aux tarifs est cependant en chute libre depuis 1999, selon l ONCC, parce que le régulateur a imposé des contrôles de prix plus répressifs. Les pics de 1998 et 1999 peuvent refléter les espoirs grandissants d une baisse des tarifs après l élection du nouveau gouvernement travailliste en On observe à l inverse une augmentation générale des plaintes relatives à l assainissement, attribuables à des incidents majeurs d inondation d égouts après de grosses pluies en Entre et , la proportion de réclamations sur l assainissement a doublé auprès des CSCs de l Est (de 8 % à 15 %), du Sud (de 5 % à 13 %), de la Tamise (de 6 % à 15 %) et du Yorkshire (de 8 % à 16 %). D autres catégories de réclamations varient fortement en fonction des régions : plus de 14 % des réclamations auprès du CSC du Sud-ouest concernent la qualité de l eau tandis que seulement 1 % des réclamations relève de cette catégorie dans la région de la Tamise. Le type de compteur et de facturation (individuelle versus collective) n est pas un facteur important de réclamations parce que presque tous les ménages ont des branchements individuels au Royaume-uni plutôt que des branchements collectifs. 52 Dossier

7 Hall - Représentation du public dans le secteur de l eau en Angleterre Figure 1 : Courbe des réclamations reçues d avril 1995 à mars 2001 Source : OFWAT (25) En , le traitement des réclamations par les CSCs a permis aux consommateurs d obtenir en indemnisations et remises. En général, les sociétés ont accepté les recommandations des CSCs pour régler les litiges, mais les comités continuent de trouver utiles les accords de «médiation obligatoire» passés avec quelques-unes des sociétés, comme l a révélé une étude interne réalisée en De manière générale, les CSCs semblent assurer de manière satisfaisante leur fonction de traitement des réclamations, même si les enjeux en sont plus limités que dans le secteur de l énergie, où les fournisseurs sont en concurrence. Il peut être utile à cet égard d établir une brève comparaison avec les réclamations formulées dans le secteur de l énergie (gaz et électricité) dont le nombre, sur une année, est bien plus élevé que dans le secteur de l eau. Cette différence s explique en grande partie par les modes opératoires différents de ces industries. En premier lieu, environ la moitié des réclamations dans le secteur de l énergie a trait aux pratiques de vente des sociétés ou aux transferts à de nouveaux fournisseurs. Rien de tout cela ne se produit dans les services d eau où il n existe pas de possibilité réelle de changement de fournisseur. En second lieu, les Dossier 53

8 Flux n 48/49 Avril - Septembre 2002 Tableau 3 : Réclamations reçues par CSC, par type en CSC Qualité de l eau Pression de l eau Fourni ture d eau Système d égouts Factura tion Tarifs Autres Total No % No % No % No % No % No % No % Central 70 3, , , , , , , Eastern 15 1,7 24 2, , , , , ,0 894 Northumbria 21 7,6 10 3, , , , , ,1 277 North West 55 6,2 35 3, ,9 27 3, , , ,6 891 Southern 45 3,0 29 2, , , , , , South West 85 14,2 23 3, ,5 47 7, , , ,1 598 Thames 25 1, , , , , , , Wales 60 5,4 54 4, ,9 67 6, , , , Wessex 26 4,9 21 4, ,9 44 8, , , ,2 531 Yorkshire 42 6,4 54 8, , , ,8 39 5, ,6 658 National 444 4, , , , , , , Source : OFWAT (26) Tableau 4 : Taux de réclamation par compagnie d eau en Connexions en milliers Réclamations Taux pour connexions Anglian Water ,5 Dwr Cymru (Welsh Water) ,5 North West Water ,0 Northumbrian Water ,2 Severn Trent ,3 South West ,1 Southern Water ,6 Thames Water ,6 Wessex Water ,7 Yorkshire Water ,3 TOTAL (W&S companies) ,6 TOTAL (including water only companies) ,5 Source : OFWAT (27) 54 Dossier

9 Hall - Représentation du public dans le secteur de l eau en Angleterre consommations de gaz et d électricité sont toutes deux mesurées et payées au moyen de compteurs en Grande-Bretagne, tandis que l eau est encore, pour la majorité des ménages, payée en fonction d un forfait liée à la propriété plutôt qu à la consommation. Il y a davantage d occasions de réclamations relatives à des factures trimestrielles de relevés de compteurs ou de consommation évaluée qu avec de simples forfaits. Finalement, il est intéressant de noter que les réclamations concernant l énergie sont limitées aux questions financières et aux pratiques commerciales des sociétés qui la fournissent. Les problèmes de fourniture, comme les pannes d électricité, ne sont pas pris en compte dans les statistiques, puisqu ils sont attribués aux sociétés de distribution ou de gestion des infrastructures qui n ont plus de relations directes avec les ménages. À cause de la concurrence introduite dans le secteur énergétique, Energywatch publie des statistiques trimestrielles sur les réclamations soulignant les performances respectives des sociétés. L objectif est d influencer le comportement des entreprises en jetant l opprobre sur les pratiques de certaines d entre elles, explicitement nommées. Le processus de traitement des réclamations revêt ainsi, dans le secteur énergétique, une dimension absente de celui de l eau. Coupures d eau et mutualisation Une autre fonction essentielle des CSCs est de représenter les intérêts des consommateurs auprès du gouvernement et des régulateurs. Ils ne sont cependant pas seuls à jouer ce rôle : en pratique, ils participent à des processus politiques impliquant des corps démocratiques élus, tels que les municipalités et le Parlement, des agences, comme Ofwat, des lobbies et groupes d activistes, des associations de consommateurs à vocation généraliste, des syndicats, etc. Leur rôle spécifique peut être appréhendé par l analyse de deux problèmes clés : le droit des sociétés d eau à débrancher des consommateurs pour non-paiement (et à installer des compteurs à pré-paiement) et les récentes propositions de certaines sociétés de vendre les infrastructures à des institutions à but non lucratif. Les débranchements Les coupures d eau ont fait l objet d une forte controverse dans l industrie de l eau au Royaume-Uni après la privatisation, qui a été suivie d une nette augmentation du nombre de ménages débranchés. Cette pratique a cependant suscité une vague d opposition, tant pour des raisons sociales que de santé. Les sociétés furent notamment critiquées pour leur absence de modération et de sens des responsabilités sociales dans le recours à la déconnexion ; les coupures elles-mêmes ont été dénoncées comme étant un facteur de risque sanitaire pour les ménages touchés et plus largement pour la société. Cette question est ainsi rapidement devenue un important problème de relations publiques, questionnant la «légitimité morale» des entreprises d eau (29). Les critiques avaient diverses origines et ont été diffusées par différents médias. La question fut notamment soulevée par les députés qui, à propos de familles avec des enfants en bas âge privées d eau (30), ont dénoncé les sociétés d eau parce Tableau 5 : Réclamations concernant les fournisseurs de gaz et d électricité, par motif, en Motif de réclamation Total des réclamations Vente directe Changement de forunisseur Comptes des consommateurs Électricité Nombre % du total ,4 37,3 50,3 Gaz Nombre % du total 100 4,8 40,8 54,4 Source : Ofgem (28) Dossier 55

10 Flux n 48/49 Avril - Septembre 2002 Tableau 6 : Débranchements d eau des ménages en Angleterre et au Pays de Galles, Année 1989/ / / / / / / / / /1999 Nombre de ménages débranchés Source : Documentation de la Chambre des Communes, OFWAT (31) qu elles n avaient pas notifié les coupures aux autorités locales, en dépit de leur obligation légale de le faire, et qu elles avaient ainsi négligé les risques sanitaires engendrés (32). Cette critique sur les effets sanitaires de telles pratiques est aussi venue des professionnels de santé, docteurs et soignants, et de groupes de pression s intéressant aux enfants pauvres. Ceux-ci voulaient que la fourniture d eau potable soit reconnue comme étant indispensable à la vie humaine, à l hygiène et à la santé et contestaient le fait que les sociétés d eau aient recours, face au non paiement des factures, à un outil (le débranchement) inaccessible à d autres créanciers cherchant également à recouvrer des dettes (33). Lorsque leur liberté d utiliser les coupures d eau s est trouvée limitée du fait de cette vaste contestation, les sociétés se sont mises à installer des compteurs à «Unité de Paiement Budget» (BPU) chez les clients incapables de payer leurs factures. Ces compteurs fournissent de l eau seulement quand ils sont alimentés en crédit au moyen d une carte électronique et ils fonctionnent donc comme des compteurs auto-débranchables. En 1996, plus de BPUs avaient été installés. La critique est à nouveau venue des députés, des autorités locales et des groupes de pression. À la tête d un groupe de six autorités locales, et soutenu par trente et une autres, le conseil municipal de Birmingham a obtenu un arrêt de justice contre Ofwat établissant l illégalité des BPUs parce qu ils pouvaient aboutir à des coupures sans que les sociétés aient à saisir la justice comme elles en ont l obligation aux termes de la loi sur l Industrie de l Eau de Les collectivités locales firent remarquer que le nombre des coupures induites par l usage des BPUs atteignait «des sommets astronomiques effrayants», constituant une réelle menace pour la santé publique tout en augmentant les risques d incendie. Les sociétés d eau prétendaient au contraire que le nouveau système était légal puisque les détenteurs d un BPU n étaient jamais débranchés par les sociétés elles-mêmes, mais s auto-débranchaient éventuellement faute de recharger leur carte électronique ou leur «clef» en «unités de crédit». Le juge admit que cet argument était en apparence séduisant mais, qu à son avis, il manquait de logique. Les députés avaient déjà fait remarquer que les BPUs n aidaient pas à équilibrer les budgets domestiques, comme c est le cas avec les compteurs à pré-paiement pour l électricité ou le gaz, parce que les redevances pour l eau au Royaume-Uni se limitent à un forfait annuel sans aucun rapport, dans la plupart des cas, avec la consommation. En conséquence, «si le client ne recharge pas sa carte ou sa clef, cela n altère en rien son obligation de payer sa redevance annuelle d eau. Cela signifie que, même si le client n est plus approvisionné, il devra payer pour de l eau qu il ne reçoit pas» (34). L élection d un nouveau gouvernement travailliste en 1997 conduisit à une révision des modes de fonctionnement de l industrie de l eau et à l adoption d une nouvelle législation. Celleci déclara illégaux tant les coupures forcées que les BPUs, confirmant ainsi la décision de justice (35). La démarche visant à interdire les coupures d eau fut bien accueillie par des groupes professionnels, tels que le Collège royal des Soins (36), et par des associations comme le Conseil national de la consommation (NCC) et le Bureau de conseil des citoyens (CAB), qui avaient mis en évidence des situations où les sociétés brandissaient de manière routinière la menace de coupure à l encontre de clients lourdement endettés, en exigeant des sommes forfaitaires supérieures à 100 pour «éviter les coupures» (37). À l inverse, Ofwat et UK Water (l organisme représentant les fournisseurs d eau du Royaume-Uni) ne soutinrent pas l interdiction, arguant que les sociétés faisaient de leur mieux pour distinguer ceux qui ne veulent pas payer leurs factures de ceux qui sont dans l incapacité de le faire, et brandi- 56 Dossier

11 Hall - Représentation du public dans le secteur de l eau en Angleterre rent la menace d une augmentation générale des factures suite à un accroissement des arriérés (38). L action des CSCs concernant cette question fut en grande partie alignée sur celle du régulateur, Ofwat. Ils ont, certes, exprimé des inquiétudes quant aux effets d un nombre élevé de coupures. Le Comité de service des consommateurs du Sud, par exemple, a décrit l augmentation des arriérés et celle des coupures qui s ensuivit comme étant «très inquiétantes» dans son rapport de (39). Il a aussi publiquement critiqué deux des compagnies d eau dans sa région, Portsmouth Water et Mid Kent Water, pour leurs taux de déconnexion des ménages les plus élevés d Angleterre et du Pays de Galles, suggérant que «Mid Kent Water et Portsmouth Water n ont pas fait les mêmes efforts que d autres sociétés pour traiter les problèmes de paiement des factures d eau» (40). Les CSCs avaient aussi pour rôle de contrôler l adhésion des sociétés aux nouvelles directives rédigées par Ofwat en 1992, après lesquelles il y eut une baisse significative des taux de coupures. Cependant, les CSCs ont soutenu le régulateur (et les entreprises) dans sa position en faveur d un «droit aux coupures»; ils ont aussi approuvé l utilisation des BPUs. Le rapport annuel de l ONCC pour stipule que «Dans une société civilisée, aucun ménage client ne doit être privé d eau par suite de son incapacité à payer. Cependant, il est dans l intérêt de tous les usagers que les compagnies puissent avoir recours à des sanctions à l encontre des mauvais payeurs qui se refusent à payer leurs factures. Grâce aux efforts du directeur de l Ofwat et des CSCs, le nombre de coupures pour non paiement a chuté bien au-dessous des niveaux précédant la privatisation. L ONCC soutient l utilisation du système des forfaits (BPUs) à condition que soient sauvegardés les intérêts des clients» (41). Le rôle des CSCs dans ce processus est intéressant tant pour ce qu ils ont fait que pour ce qu ils n ont pas fait. En particulier, ils n ont pas joué un rôle majeur dans la campagne pour mettre fin aux coupures ou aux BPUs : bien au contraire, ils ont constamment soutenu les positions de l Ofwat et des compagnies en faveur de ces instruments. En mai 1998, par exemple, le North-West CSC a bien accueilli le fait que la compagnie locale avait débranché moins de gens, en déclarant à cette occasion que «les nouvelles pratiques de la compagnie, qui consistent à nouer un contact avec le consommateur avant toute mise en demeure, paraissent à l évidence couronnées de succès», mais il exprimait aussi des doutes sur l interdiction des coupures, craignant que cela n entraîne «des augmentations de tarifs pour compenser les créances irrécouvrables de quelques mauvais payeurs» (42). En revanche, L ONCC et les CSCs ont joué un rôle déterminant et positif dans les initiatives administratives de l Ofwat, en soulevant des questions, en poussant les compagnies à adopter des règles d usage et en contrôlant l application de ces règles. Mutualisation En 2000 et 2001, les deux compagnies des eaux du Yorkshire et du Pays de Galles ont proposé de restructurer leurs opérations en créant chacune une compagnie mutualiste à but non lucratif, qui deviendrait propriétaire des actifs (les infrastructures) et prendrait aussi en charge les dettes accumulées par les compagnies. Dans le Yorkshire, il a été proposé que les consommateurs soient les propriétaires de cette mutuelle ; au Pays de Galles, le dispositif suggérait de sélectionner un groupe de personnes bien connues. Il dépendait de l Ofwat que chacune de ces propositions soit effectivement approuvée. Yorkshire Kelda plc, le groupe possédant Yorkshire Water a proposé en 2000 de séparer la branche opération de la branche infrastructure, laquelle serait confiée à une nouvelle société mutualiste appartenant à tous les consommateurs et qui aurait aussi à sa charge les dettes accumulées de la compagnie. Cette proposition suscita une forte résistance dont le principal argument était que la compagnie cherchait surtout à se débarrasser de ses dettes sur les consommateurs pour éviter toute responsabilité financière ultérieure relative à l état du réseau de distribution. Le CSC organisa un débat public au cours duquel certaines de ces opinions ont été exposées avec force par des groupes officieux de consommateurs, les syndicats, des responsables communautaires, parmi lesquels l Évêque de Leeds. Le CSC lui-même n a pas pris réellement position sur la question. Dans son communiqué de presse, annonçant le débat, il déclarait : «Ce problème concerne tous les consommateurs d eau. Le point de vue des actionnaires sera représenté et nous voulons être certains que les voix des consommateurs puissent se faire entendre avec autant de force lorsque les propositions de Kelda seront discutées. Le débat permettra aux consommateurs d être davantage informés du détail des propositions et de formuler leurs propres avis» (43). Bien que le rapport de l Ofwat sur la proposition ait souligné que «de nombreux consommateurs ainsi que le Comité de service Dossier 57

12 Flux n 48/49 Avril - Septembre 2002 des consommateurs du Yorkshire (Yorkshire CSC) n avaient pas d opposition de principe à l idée que l eau soit distribuée par une compagnie mutualiste» (44), le régulateur rejeta néanmoins la proposition de Kelda, en partie à cause des réticences d une partie de l opinion. Son rapport indiquait que toute avancée requérait que le consentement des consommateurs soit explicitement démontré : «Toute décision de l YWM pour entériner la proposition ne devrait être prise qu avec l accord explicite de consommateurs bien informés et après avoir démontré cette adhésion de manière transparente. La démarche demande encore réflexion et pourrait relever d un vote des consommateurs (sur la base d une voix par client ou en fonction de l importance relative de chaque client) ou de tout autre procédure comparable La procédure de recherche du consentement des consommateurs devrait être supervisée par des experts indépendants pour assurer son objectivité (45). Le Directeur de l Ofwat a demandé au Yorkshire CSC de donner un avis sur la façon dont on pourrait consulter les consommateurs de façon satisfaisante, afin qu ils puissent correctement exprimer leurs avis». À nouveau, le rôle du CSC semble être ici clairement un rôle de facilitateur dans la procédure de consultation publique et de conseiller de l Ofwat, mais non un rôle d avocat ou de défenseur de certains intérêts. Le CSC a beaucoup insisté sur le fait que «la voix des consommateurs devait être entendue», mais sans jamais se prononcer sur ce qu elle devait dire. Pays de Galles : Glas Cymru En , une longue bataille pour la prise de contrôle de Hyder, le propriétaire de la compagnie des eaux du Pays de Galles, conduisit à une proposition similaire : séparer les actifs de la branche infrastructure de la compagnie puis les transférer à une nouvelle société à but non lucratif, Glas Cymru, composée de personnalités nommées. Les dettes, à nouveau, seraient transférées à la nouvelle société. Au Pays de Galles, cette proposition fut considérée comme la meilleure option possible et rencontra peu d opposition. Selon l Ofwat, le processus de consultation s est appuyé sur trois éléments : le formulaire de consultation propre à l Ofwat, la consultation des consommateurs par la compagnie et un débat public organisé par le CSC, dont le président éprouva quelques difficultés a susciter les questions. L Ofwat a dans ce cas approuvé le projet, en soulignant le poids des avis locaux dans sa décision : «un nouveau point important à prendre en compte réside dans le fait que, au Pays de Galles, les parties prenantes et notamment la NafW (le Parlement gallois) et le CSC ont exprimé un appui franc et massif à l égard des propositions et qu il n y a aucune preuve tangible que les consommateurs aient de fortes réticences à cet égard» (46). Le rôle du CSC s est ici à nouveau limité à un rôle d assistance procédurale accompagnée d une bienveillante neutralité sur la question. Ceci n exclut pas, apparemment, une certaine désillusion à l égard des privatisations comme l indique cette citation de l Ofwat : «Le CSC du Pays de Galles n a exprimé aucune objection de principe à la création d une compagnie financée par des créances. Il n est pas convaincu que le modèle fondé sur l actionnariat a beaucoup apporté aux consommateurs gallois». Cette opinion coïncidait avec celle de la plupart des consommateurs du Pays de Galles et celle du Parlement gallois lui-même. Ainsi, on peut à nouveau constater que le CSC s est plus comporté en intermédiaire administratif dans la procédure de consultation qu en défenseur des intérêts des consommateurs. Il faut également souligner que les exigences d Ofwat, notamment en termes d organisation d un vote des consommateurs, ont été moindres dans ce cas que dans le Yorkshire. Peut être l avis d une assemblée élue, la NafW, semblait-elle suffisamment légitime à Ofwat. CONCLUSION : LA REFONTE DU DISPOSITIF DE GOUVERNANCE Le système de représentation des consommateurs d eau au Royaume-Uni (y compris l Écosse) s est organisé, au cours des vingt-cinq dernières années, alors que les responsabilités des autorités locales dans les services d eau s affaiblissaient puis étaient supprimées. On peut considérer la première régionalisation de 1974, puis la «nationalisation» de 1983 et finalement la privatisation de 1989, comme une série d étapes dans ce processus (l Écosse ayant franchi les deux premières plus rapidement dans les années 1990). Quel rôle les CSCs ont-ils joué dans ce processus? En tant que gestionnaires des réclamations, les CSCs semblent avoir accompli leur tâche de manière satisfaisante. Ils l ont fait en tant que membres de l appareil administratif d Ofwat et leurs opérations propres sont peu distinctes de celles des bureaux régionaux de l Ofwat assistés d experts extérieurs. Le système traditionnel de responsabilité, fondé sur les élections municipales et 58 Dossier

13 Hall - Représentation du public dans le secteur de l eau en Angleterre sur le recours au médiateur, a été remplacé par un système associant une régulation nationale et des comités consultatifs locaux. Reste à savoir si ce dispositif est plus efficace que les procédures de réclamation ouvertes aux utilisateurs des autres services municipaux, comme celui de la collecte des ordures privatisée dans quelques localités. En tant que représentants des intérêts des consommateurs, les CSCs ont été, semble-t-il, moins efficaces. Un facteur explicatif en est que, une fois intégrés au système de régulation, il leur a été plus difficile d adopter des avis indépendants et opposés à ceux d Ofwat sur des problèmes clés comme les coupures. On a plutôt assisté à un «positionnement commun» des compagnies d eaux, de l Ofwat et des CSCs, qui ont ainsi adopté une position convergente sur l industrie de l eau, tandis que les élus députés et conseillers municipaux, les organisations non gouvernementales et les groupes de pression ont défendu activement les intérêts des consommateurs. Une étude récente de Ben Page sur la participation dans le secteur de l eau au Royaume-Uni (47) défend l idée que les CSCs devraient être considérés comme une nouvelle composante du système de gouvernance et non comme des organes représentatifs ou participatifs. Page suggère que «le gouvernement est toujours au centre du processus décisionnel, mais que ce que nous appelons gouvernement change. En se concentrant uniquement sur les acteurs non gouvernementaux dans le nouveau système, on passe à côté de changements majeurs». Les membres des CSCs et de l ONCC sont nommés et formés en qualité d experts, leur rôle dans le système consiste à remplacer les consommateurs et les politiques et non à se prétendre des représentants du public. Page cite le commentaire acerbe du Syndicat national des résidants à la suggestion que les CSCs et l ONCC représentent «la voix des consommateurs» : «Avec tout le respect qui leur est dû, il n en est rien. Ils n ont pas été élus par des consommateurs pour cela. On ne peut pas dire, non plus, qu individuellement, leurs membres aient été autorisés par une composante importante d une communauté locale à représenter l opinion de cette communauté. Par expérience, nous pouvons dire qu il est très rare que la décision d un comité soit fondée sur une consultation publique» (48). On peut défendre ce point de vue en attirant l attention sur deux aspects des CSCs (et de leurs successeurs). Tout d abord, ils ne sont pas les seuls à représenter les intérêts des consommateurs : en ce qui concerne l eau (et l énergie), le rôle légal du ministre et du régulateur concernés est en principe de «protéger les intérêts des consommateurs» (49). On attend aussi des régulateurs qu ils publient des informations pertinentes pour les consommateurs et qu ils consultent ceux-ci. En fait, le public méconnaît le plus souvent le travail des CSCs (50). Un sondage Ofwat/ONCC en 2001 a montré que, même quand on le lui suggérait, moins d un individu sur dix était au courant des activités de l ONCC ou des CSCs, alors que, dans les mêmes conditions, deux tiers des personnes identifiaient l Ofwat. En second lieu, les CSCs n ont ni l exclusivité ni même la primauté dans la fonction de collecte des avis et des opinions des consommateurs : les régulateurs eux-mêmes effectuent de telles consultations auprès de nombreuses organisations et d individus. En avril 2000, l Ofwat a publié un article sur la consultation publique. Les CSCs n y sont mentionnés qu une seule fois, à titre d exemple d organisations qui pourraient vouloir exprimer une opinion : «Les consultations laisseront assez de temps aux organisations pour consulter leurs membres et les parties intéressées. Par exemple, les CSCs de l Ofwat peuvent avoir envie de rencontrer des consommateurs pour recueillir leurs avis» (51). Les CSCs figurent aussi dans l annexe, mais parmi vingt-six autres organes «représentant les intérêts des consommateurs». Les CSCs, qui sont apparus alors que la responsabilité du service des eaux avait été retirée aux municipalités, apparaissent ainsi moins comme des institutions représentatives que comme composante d un nouveau système de gouvernance qui réduit l influence politique ou électorale dans le processus de décision. Les nouvelles réformes vont probablement renforcer leur rôle, mais sans accroître leur représentativité. Finalement, les élections démocratiques traditionnelles demeurent la forme de participation publique la plus significative en ce qui concerne les services d eau au Royaume-Uni. Lors de l élection de 1997, les performances des services privatisés, particulièrement celui de l eau, ont été un thème de campagne essentiel, à propos duquel les partis ont défendu des positions très différentes. Le nouveau gouvernement issu des élections a introduit un impôt inattendu sur les bénéfices des sociétés de service, a proscrit les coupures d eau, a changé le rôle des régulateurs et les a obligés à imposer des contrôles de prix beaucoup plus sévères. Dossier 59

14 Flux n 48/49 Avril - Septembre 2002 NOTES (1) L auteur voudrait remercier Robin Simpson pour son aide généreuse, ses conseils et critiques ; Henry Comis pour son travail de mise en page et de réécriture en français ; Sylvy Jaglin pour sa patience, ses suggestions et utiles critiques des versions antérieures ; Steve Thomas, Jane Lethbridge et des lecteurs anonymes pour leurs commentaires. Toute erreur demeure de la responsabilité de l auteur. (2) National Consumers Agency (Cmnd 5726), (3) Robin Simpson «Consumer representation and participation in public utilities in the UK», Communication présentée à la conférence de l Institut Brésilien de Défense du Consommateur (Instituto Brasilaeiro de Defensa do Consumidor), février (4) Loi sur l Eau - Water Act, 1989, s.6 (devenue Loi sur l industrie de l eau - Water Industry Act, 1991, s. 28). (5) Le Conseil national de l usager d OFWAT (Ofwat National Customer Council) et les dix comités régionaux de service à l usager (Ten Regional Customer Service Committees), Projet de plan , Avril (6) Brooke R., 2001, Consumer representation changing policies and institutions. In Vass P. (Ed), Regulatory review : Millennium Edition, Centre for the Study of Regulated Industries, School of Management, University of Bath, Bath. (7) Consumer Representation in the Public Utilities, NCC, (8) Ibid, p (9) Ibid, p (10) Unclear Waters Unclear Waters. Consumer prices and water company financial information, NCC, Décember (11) Regulating the Public Utilities. Response to the DTI review of utility Regulation, NCC, Octobre (12) Brooke R., 2001, Consumer representation changing policies and institutions. In Vass P. (Ed), Regulatory review : Millennium Edition, Centre for the Study of Regulated Industries, School of Management, University of Bath, Bath. (13) Loi Services Publics - Utilities Act 2000, Partie I, ss 2-3, 7 ; partie III ss ; et plan 2. (14) The Gas and Electricity Markets Authority and the Gas and Electricity Consumer Council Memorandum of Understanding, Novembre 2000, docs/moufinal.pdf (15) Ibid. (16) Communiqués de presse d energywatch, 1er Novembre 2000 ; 9 Juillet 2001 ; 9 Octobre 2001 : (17) Memorandum Of Understanding Between The Office Of Water Services And The Ofwat National Customer Council And The Regional Customer Service Committees, January (18) Projet de loi sur l Eau : Draft Water Bill Regulatory, Environmental and Equal Treatment Appraisals, DETR, document de consultation, Novembre gov.uk/environment/consult/draftwbill/pdf/wtr_appr.pdf (19) ONCC (2001) Water Bill - Regulatory, Environmental and Equal Treatment Appraisals, réponse du Conseil national de de la consommation d Ofwat. (20) Loi sur le gouvernement local - Local Government etc. (Scotland) Act (21) Projet de loi sur l industrie de l eau - Water Industry Bill, House of Commons Research Paper 98/117. (22) SCC calls for water industry watchdog, communiqué de presse de SCC press, 26/07/01 (23) Representing Water Customers , Ofwat National Customer Council And The Ten Regional Customers Service Committees, rapport annuel, June (24) Representing Water Customers , Ofwat National Customer Council and the ten regional Customers Service Committees, rapport annuel. (25) Representing Water Customers , Rapport annuel, Juin 2001, op. cit. (26) Representing Water Customers , Rapport annuel, Juin 2001, op. cit. (27) Representing Water Customers , Rapport annuel, Juin 2000, op. cit. (28) Ofgem, Rapport annuel , Juillet (29) House of Commons, Official Report, 10 Décembre 1993 ; Vol. 234, c. 395 (30) Customer disclosures and the construction of legitimacy: the case of the UK privatised water industry, Julia Clarke and Stuart Ogden Leeds, University Business School, (31) House of Commons, RESEARCH PAPER 98/117, 10 décembre 1998, Projet de loi sur l industrie de l eau - Water Industry Bill, Annexe 2 : «Domestic disconnections for nonpayment of bills - England and Wales» from 1989/90 to 1997/1998, lib/research/rp98/rp pdf; Communiqué de presse d OFWAT PN 30/99, 17 Juin (32) Ibid. (33) Green Colin, «The lessons from the privatisation of the wastewater and water industry in England and Wales», Communication présentée à la conférence sur la privatisation de l eau, Berlin, Décembre 2000, 14 p. (34) House of Commons, 8 May 1996, Column 151 Water Meters. (35) House of Commons, RESEARCH PAPER 98/117, 10 Décembre 1998, Water Industry Bill, (36) Water Industry Bill, Brief for second reading, Royal College of Nursing, 1 Décembre 1998 (37) Water charging in England and Wales : A response by the CAB Service, Para 6, p. 1, Mai (38) «Ofwat opposes ban on disconnections», Independent, p. 26, 16 Mai Dossier

15 Hall - Représentation du public dans le secteur de l eau en Angleterre (39) Ogden, S.G. and Anderson, F. (1995). «Representing customer interests : the case of the U.K». privatised water industry». Public Administration, 73 (Winter), pp (40) Water watchdog wants explanations for high disconnection rates, Southern CSC, Communiqué de presse, 8 Mai (41) Representing Water Customers , Ofwat National Customer Council and the ten regional Customer Service Committees, Rapport annuel, p. 18. (42) Water watchdog welcomes drop in disconnections, Ofwat North West Customer Service Committee (CSC), Communiqué de presse, 14 Mai (43) Local water watchdog wants customers to air their views on Kelda s restructuring plan, Yorkshire CSC, communiqué de presse, 26 Juin (44) The Proposed Restructuring of the Kelda Group : A preliminary assessment, by the Director General of Water Services Juillet (45) Ibid. p. 16. (46) The proposed acquisition of Dwr Cymru Cyfyngedig by Glas Cymru Cyfyngedig, déclaration d Ofwat, Janvier (47) Page Internet, «Results of the case study on the water supply in London & the UK», 2001, (48) Page Internet, 2001, op. cit. (49) Loi Services Publics - Utilities Act 2000, Part I, ss 9, 13. (50) «Understanding Customers Views», Ofwat/Oncc Report, Novembre (51) «Having Your Say», OFWAT, Avril David Hall PSIRU, CMS, University of Greenwich Park Row, London SE10 9LS Téléphone : 44(0) Fax : (0) «Descentes d eaux pluviales», Lyon, cliché N. Cattan Dossier 61

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Les futurs pouvoirs des CNIL

Les futurs pouvoirs des CNIL Cet article est paru initialement dans la Revue Lamy Droit de l'immatériel, RLDI 2013/96, n 3210 Pour citer cet article : Fabrice Mattatia, «Les futurs pouvoirs de la CNIL», RLDI 2013/96, n 3210 Les futurs

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013. M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal)

Commentaire. Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013. M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal) Commentaire Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013 M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel le 17 avril 2013 (décision

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES (Approuvés en novembre 2004) SOMMAIRE Paragraphe Objectif du Conseil des normes comptables internationales du secteur public... 1 3 Nomination

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles 1. La Loi de révision constitutionnelle (Constitutional Reform Act, ci-après «CRA») a introduit un certain nombre de modifications constitutionnelles

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE Site Web : http://www.cnil.fr 1. Mesure de la diversité, «statistiques ethniques», égalité des chances La CNIL engage le débat La question de la lutte contre

Plus en détail

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie I Historique et fondement des conclusions Avant-propos

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11

Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11 Section institutionnelle INS Date: 30 octobre 2015 Original: anglais ONZIÈME QUESTION

Plus en détail

Préface FREDERIC JENNY

Préface FREDERIC JENNY FREDERIC JENNY Professeur d Économie, ESSEC Business School Co-directeur du Centre Européen de Droit et d Economie Président du Comité de la concurrence de l OCDE Ce livre explore les relations entre la

Plus en détail

Décision n 2010-91 QPC du 28 janvier 2011. (Fédération nationale CGT des personnels des organismes sociaux)

Décision n 2010-91 QPC du 28 janvier 2011. (Fédération nationale CGT des personnels des organismes sociaux) Décision n 2010-91 QPC du 28 janvier 2011 (Fédération nationale CGT des personnels des organismes sociaux) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le 10 novembre 2010 par une décision du Conseil d État

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Le 10 novembre 2014. Aux membres de la Commission des institutions Assemblée nationale du Québec

Le 10 novembre 2014. Aux membres de la Commission des institutions Assemblée nationale du Québec . 550, rue Sherbrooke Ouest Tour Ouest, bureau 890 Montréal (Québec) H3A 1B9 Téléphone : (514) 288-3574 Télécopieur : (514) 288-3580 courrier@professions-quebec.org www.professions-quebec.org Le 10 novembre

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

Politique de financement des services publics

Politique de financement des services publics Politique de financement des services publics TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 1. CHAMPS D APPLICATION DE LA POLITIQUE...3 2. ÉNONCÉ DES PRINCIPES DE LA POLITIQUE...5 3. AXES D INTERVENTION...7 4.

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme?

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme? Le gérant de la SPRL 71 25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? L article 141 C. soc. définit les sociétés qui ne sont pas tenues de nommer un commissaire. En pratique,

Plus en détail

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires Fiche n 13 Références : Article 60 de l ordonnance (O) n 2004-632 du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg

Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg Droit de vote pour les non-luxembourgeois aux élections législatives Prise de position de l ASTI Préambule Le débat sur le droit de vote

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

mécanismes comme des fonds de péréquation, des subventions de service public, ou à solvabiliser la demande.

mécanismes comme des fonds de péréquation, des subventions de service public, ou à solvabiliser la demande. II-5.9 : le régulateur français de l énergie émet pour la première fois un avis consultatif défavorable au projet de tarifs de gaz fixés par le Gouvernement pour les consommateurs domestiques Marie-Anne

Plus en détail

Règlement du Conseil suisse de la presse

Règlement du Conseil suisse de la presse Règlement du Conseil suisse de la presse I. Institution, siège, composition, secrétariat et finances Art. 1 (tâches) 1 Le Conseil suisse de la presse est à disposition du public et des journalistes en

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Affaire M-680/14, AlfaDečets SA c. Omorfi City, OmorfiDečets et CalorUrbis SA

Affaire M-680/14, AlfaDečets SA c. Omorfi City, OmorfiDečets et CalorUrbis SA Affaire M-680/14, AlfaDečets SA c. Omorfi City, OmorfiDečets et CalorUrbis SA 1. Verdania est un État membre de l Union européenne, dont l adhésion date de 2005. Sur le plan administratif, il comprend

Plus en détail

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC Le contentieux est la manifestation d approches opposant les intérêts de parties différentes

Plus en détail

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET PROFESSIONNELLES 111 Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles A côté d autres concours de l État, de nature

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 FEVRIER 2011 C.10.0149.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0149.F AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Émile Jacqmain, 53, demanderesse en

Plus en détail

La tutelle des chambres de commerce et d'industrie (CCI)

La tutelle des chambres de commerce et d'industrie (CCI) LA TUTELLE DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE 159 La tutelle des chambres de commerce et d'industrie (CCI) La Cour avait examiné les conditions dans lesquelles s exerçait la tutelle des chambres de

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE

CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE A. Objet. Le Comité d'audit est nommé par le Conseil d'administration (le "Conseil") du Groupe Delhaize (la "Société") afin (a) d assister le Conseil dans le

Plus en détail

Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada

Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada 1. Définitions Dans les présentes règles, «appel» désigne toute demande d examen d une question ou d une décision prise au cours du processus

Plus en détail

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL RELATIVE AUX DROITS DES CONSOMMATEURS COM(2008) 614/3 Prise de position du CCBE sur la proposition de directive

Plus en détail

La faillite transnationale après le nouveau règlement

La faillite transnationale après le nouveau règlement + La faillite transnationale après le nouveau règlement Yves BRULARD Avocat à Bruxelles - Mons Paris, Expert de la commission, chargé d enseignement CEFIAD + Champs d application + La situation visée par

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

Politique de communication citoyenne

Politique de communication citoyenne Politique de communication citoyenne Service des relations avec le milieu Décembre 2011 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 3 1. Raisons d être de la politique... 4 2. Définition de la communication

Plus en détail

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal)

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal) I. Dénomination, siege social et objectifs Article 1 (Dénomination et cadre légal) Par les présents statuts, il est constitué une fédération internationale d associations dénommée EURODOC le Conseil Européen

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Repères Rapport annuel 2012

Repères Rapport annuel 2012 Édito En confiant au Haut Conseil la supervision des commissaires aux comptes, le législateur a mis en place un mécanisme indépendant, capable de traiter à la fois les cas individuels et les problématiques

Plus en détail

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE!

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS : AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! (Résumé) Septembre 2015 FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT 1 Le Régime Social des Indépendants (RSI), qui constitue la Sécurité

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de vérification (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Utilisation des ressources des députés en dehors des périodes électorales. Interprétation

Utilisation des ressources des députés en dehors des périodes électorales. Interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES RÉGISSEURS DE LA RÉGIE DES ALCOOLS, DES COURSES ET DES JEUX

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES RÉGISSEURS DE LA RÉGIE DES ALCOOLS, DES COURSES ET DES JEUX CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES RÉGISSEURS DE LA RÉGIE DES ALCOOLS, DES COURSES ET DES JEUX PRÉAMBULE Le présent code est destiné à préserver et à renforcer le lien de confiance des administrés à

Plus en détail

1.2 Les membres délèguent au Conseil d administration le choix du nom définitif de l association.

1.2 Les membres délèguent au Conseil d administration le choix du nom définitif de l association. STATUTS ADOPTES PAR LA PREMIERE ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION DES MEMBRES DU BARREAU OEUVRANT HORS QUEBEC (AHQ) / ASSOCIATION OF QUEBEC BAR MEMBERS ABROAD («Avocats Hors Québec» / «Quebec Lawyers

Plus en détail

3.2 PERTE DE LA QUALITE D ADHERENT

3.2 PERTE DE LA QUALITE D ADHERENT REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 REGLEMENT INTERIEUR. En application de l article 25 des statuts il est créé un Règlement Intérieur. ART. 2 CONSTITUTION. (article 1 des statuts) Seuls les associations et

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 2 Sommaire I. Présentation de l Acte Uniforme révisé

Plus en détail

Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France)

Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France) Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France) Article 1 : Dénomination : Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la Loi du 1 er juillet 1901. La dénomination

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins 1946-1996 Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement de Gaulle une tarification au service de la réponse aux besoins Le 8 avril 1946 sous l impulsion de Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be CENTRE BELGE D ARBITRAGE ET DE MEDIATION DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be 1. Les parties 1.1. Le Plaignant

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Étude particulière. Évaluation, valeur d apport et parité

Étude particulière. Évaluation, valeur d apport et parité Étude particulière Évaluation, valeur d apport et parité Il convient de bien différencier la notion de valeur d apport de la notion de parité d échange. La parité fixe le rapport d échange des titres de

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement d INTERPOL sur le traitement des données [III/IRPD/GA/2011(2014)] REFERENCES 51 ème session de l Assemblée générale, résolution AGN/51/RES/1, portant adoption du

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Document de consultation. octobre 2008. droit des associations personnalisées

Document de consultation. octobre 2008. droit des associations personnalisées Réforme octobre 2008 droit des associations personnalisées Réforme octobre 2008 droit des associations personnalisées Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé, fabriqué au Québec, contenant

Plus en détail

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie 2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie L administration publique assure en Tunisie, depuis l accession à l indépendance

Plus en détail

VILLAGE DE :.. STATUTS ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU

VILLAGE DE :.. STATUTS ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU 1 VILLAGE DE :.. STATUTS ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU 2 Préambule Vu l ordonnance no [ ] portant Régime de l Eau modifiée par la loi [ ] et son décret d application [ ] relatifs aux modes de gestion

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 PROPOSITION DE DÉCRET. visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz

PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 PROPOSITION DE DÉCRET. visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz 617 (2011-2012) N 1 617 (2011-2012) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 5 juin 2012 PROPOSITION DE DÉCRET visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L ASSOCIATION ÉTUDIANTE DU SECTEUR DES SCIENCES DE L UQÀM. (24 octobre 2007)

RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L ASSOCIATION ÉTUDIANTE DU SECTEUR DES SCIENCES DE L UQÀM. (24 octobre 2007) RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L ASSOCIATION ÉTUDIANTE DU SECTEUR DES SCIENCES DE L UQÀM. (24 octobre 2007) TITRE I Définitions 1. Les termes suivants, employés dans ce présent document, signifient : a) AESSUQÀM

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats

Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats Liberté de contracter Prise de position du CCBE sur certains

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

Dans les faits, Mabe a déclaré elle-même la faillite, sans qu un ou plusieurs créanciers l aient forcé à le faire.

Dans les faits, Mabe a déclaré elle-même la faillite, sans qu un ou plusieurs créanciers l aient forcé à le faire. COMMUNIQUÉ Mercredi 8 octobre 2014 À tous les ex-employés de Mabe Canada Voici un résumé de l assemblée qui s est tenue le 25 septembre dernier. D abord, nous tenons à souligner la forte participation

Plus en détail

Comité des affaires fiscales Groupe de travail N 9 sur les impôts sur la consommation ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

Comité des affaires fiscales Groupe de travail N 9 sur les impôts sur la consommation ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L APPLICATION DE LA TVA/TPS AUX TRANSACTIONS INTERNATIONALES PORTANT SUR LES SERVICES ET LES BIENS INCORPORELS CONCEPTS EMERGENTS EN MATIÈRE

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SYNTHÈSE HISTORIQUE DU VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 Par Jacques Guilmain (Membre de l'association des employés retraités de la ville de Montréal et membre du conseil d'administration

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé

L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé Sheila Leatherman Center for Health Care Policy and Evaluation, Minnéapolis, MN Nuffield Trust, Londres, Grande-Bretagne

Plus en détail

Bureau de l ombudsman Rapport final. Garanties de prêt des municipalités Numéro de dossier : 50268. Mai 2011

Bureau de l ombudsman Rapport final. Garanties de prêt des municipalités Numéro de dossier : 50268. Mai 2011 Bureau de l ombudsman Rapport final Garanties de prêt des municipalités Numéro de dossier : 50268 Mai 2011 Ces documents sont exclus de la loi sur l accès à l information et la protection de la vie privée

Plus en détail