Programme régional d évolution de l offre de formation professionnelle dans le secteur du bâtiment et des travaux publics en Languedoc-Roussillon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme régional d évolution de l offre de formation professionnelle dans le secteur du bâtiment et des travaux publics en Languedoc-Roussillon"

Transcription

1 formation professionnelle Programme régional d évolution de l offre de formation professionnelle dans le secteur du bâtiment et des travaux publics en Languedoc-Roussillon

2

3 édito Christian BOURQUIN Président de la Région Languedoc-Roussillon Le Bâtiment et les Travaux Publics représentent en Languedoc- Roussillon plus de entreprises et plus de salariés pour un chiffre d affaires de 5,8 millions d euros. Ce secteur majeur de l économie régionale doit aujourd hui répondre à deux défis, d ordres démographique et énergétique. A l initiative de la Région et pour la première fois en Languedoc-Roussillon, une réflexion a été menée avec l Etat et les partenaires sociaux pour identifier les pistes d évolution de l ensemble des dispositifs qui concernent chaque année, dans ce secteur, près de personnes en formation (lycéens, apprentis, demandeurs d emploi et salariés). Ce schéma sectoriel, adopté par le Conseil Régional le 29 novembre 2010, donne aujourd hui un premier cadrage sur les évolutions à apporter à l offre de formation pour répondre aux exigences d aujourd hui et de demain et s orienter vers les 15 métiers du BTP porteurs d emplois en Languedoc-Roussillon. Les objectifs sont ambitieux car il s agit de dynamiser le développement des entreprises du BTP en favorisant la performance énergétique, offrir des parcours de formation attractifs et innovants et professionnaliser les organismes de formation aux enjeux du développement durable. Avec ses partenaires, la Région prépare l avenir. 3

4 sommaire 1 ère Partie Le BTP : un potentiel de croissance... p. 6 2 ème Partie De nouvelles compétences en lien avec les enjeux du développement durable... p ème Partie Une offre de formation en développement... p ème Partie Évolution de l appareil de formation vers une adaptation des contenus de formation... p. 24 Programme d actions Fiche - action N 1 - Ajuster l offre de formation du BTP... p. 27 Fiche - action N 2 - Développer la formation de formateurs au développement durable... p. 28 Fiche - action N 3 - Renforcer l attractivité de certains métiers du BTP... p. 29 Fiche - action N 4 - Développer un module générique «Performance du bâti»... p. 30 Fiche - action N 5 - Sensibiliser les publics formés dans le secteur du BTP à la prévention sécurité... p. 31 Fiches emploi/formation Synthèse des fiches emploi/formation... p. 38 Charpentier(e) et constructeur(trice) bois... p. 38 Maçon(ne) - gros œuvre... p. 40 Chauffagiste... p. 42 Installateur(trice) sanitaire... p. 44 Electricien(ne)... p. 46 Menuisier(e)... p. 48 Metallier(e)... p. 50 Peintre et façadier(e)... p. 52 Carreleur(euse)... p. 54 Platrier(e) - plaquiste et monteur(euse) en isolation intérieure... p. 56 Encadrement de chantier... p. 58 Technicien(ne) bureau d études / chargé d affaires... p. 60 Technico-commercial(e)... p. 62 Canalisateur(trice)... p. 64 Conducteur(trice) d engins... p. 66 Ressources documentaires p. 68 Participants aux réunions de concertation p Sommaire

5 introduction La Région, avec l appui des représentants de la profession organisés en Commission Paritaire Emploi Formation, souhaite accompagner le développement des entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics par une réponse adaptée des dispositifs de formation : c est l objet de ce programme régional inscrit dans le programme opérationnel du Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles, voté par l exécutif régional en Fruit d une large concertation avec la Commission Paritaire Emploi Formation BTP, les services de l Etat, Pôle Emploi et avec l appui du cabinet SISIFE, de l Observatoire de la Cellule Economique Régionale du BTP, de l Observatoire Régional Emploi Formation et du Centre d Animation, de Recherche et d Information sur la Formation, ce document initie en Languedoc-Roussillon une nouvelle méthode de travail en décloisonnant les dispositifs de formation afin de répondre au mieux aux enjeux de développement des entreprises du secteur ainsi qu aux projets professionnels des publics en formation (lycéens, apprentis, demandeurs d emploi ou salariés). Former plutôt que licencier, former pour anticiper la reprise, former pour construire de nouveaux projets, tels sont les enjeux de ce programme. La formation, levier économique et social du développement régional, est une ressource décisive pour réussir la mutation du secteur et répondre aux paris du Schéma régional d Aménagement et de Développement Durable du Territoire adopté le 25 septembre Le dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics s appuie donc sur un diagnostic économique (1 ère partie) faisant ressortir les besoins en compétences (2 ème partie) et sur un état des lieux de l offre de formation existante (3 ème partie) permettant de dégager les principales préconisations sur les 5 ans à venir (4 ème partie). Ces préconisations sont inscrites dans un programme opérationnel composé de 5 fiches-actions et de 15 fiches emploi/formation détaillées portant sur les métiers identifiés par les professionnels comme porteurs d emploi en région et précisant, pour chacun d eux, l évolution de chaque dispositif (formation initiale, formation des demandeurs d emploi et formation des salariés) pour les 5 prochaines années. La déclinaison annuelle de ce document sera l occasion de mobiliser l ensemble des acteurs concernés afin de donner de la cohérence et de la lisibilité aux actions conduites. Introduction 5

6 1 Partie ère Le BTP un potentiel de croissance Ce diagnostic s appuie sur les travaux de la Cellule économique du BTP qui a notamment produit, en novembre 2007, une «Etude des potentialités de développement du dispositif de formation professionnelle dans le secteur de la construction en Languedoc-Roussillon». Il prend également en compte la politique de développement économique de la Région, le chantier de rénovation énergétique ainsi que les hypothèses stratégiques du Schéma Régional d Aménagement Durable et de Développement du Territoire (SRADDT) adopté par la Région le 25 septembre Il s inscrit toutefois dans un contexte de crise générant une baisse d activité même si les effets ont été différés en région. 6 F o r m at i o n p r o f e s s i o n n e l l e 1ère partie Le BTP : un potentiel de croissance

7 La croissance démographique régionale En moyenne, la population régionale augmente de + 1,4 % par an depuis 1999, soit le double de ce qui est observé en France métropolitaine. Depuis 2007, cette progression démographique qui représente environ personnes supplémentaires par an se poursuit, confirmant l attractivité du territoire : habitants en 2007, en 2008, en 2009, en 2015 selon les prévisions de l INSEE et entre et personnes supplémentaires dans les vingt prochaines années selon les projections démographiques inscrites au Schéma Régional d Aménagement et de Développement Durable du Territoire. Le BTP : moteur de l économie régionale La construction représente plus de entreprises (13 % des entreprises régionales) et un chiffre d affaires de 5,8 milliards d euros (3,6 % du chiffre d affaires national). Elle contribue à hauteur de 4 % au PIB national de la branche. Jusqu en 2007, son taux de croissance annuel moyen était de 4,1 % contre 2,9 % pour l ensemble des secteurs de l économie régionale. Cet essor remarquable est étroitement lié aux besoins induits par la croissance démographique régionale (construction de logements neufs, réhabilitation, entretien, rénovation, équipements collectifs) ainsi qu à une commande publique soutenue portant sur les travaux publics (infrastructures de transports ferroviaires, urbains, réseaux routiers, alimentation en eau). Le bâtiment et les travaux publics représentent respectivement 75 % et 25 % de l activité globale du secteur qui a créé emplois salariés de 1996 jusqu en fin 2007 soit une progression de 62,5 % largement supérieure à 40,8 % pour toutes les activités confondues. Dans le même temps, le nombre d établissements s est accru de près de unités. Avec salariés au 31 décembre 2008, le BTP représente 7,6 % de l emploi salarié régional contre 6 % au plan national. Depuis plus d une décennie, il a fortement renforcé ses effectifs : actifs en décembre 2002 pour (salariés et non salariés) au 31 décembre La Cellule Economique Régionale du BTP observe cependant qu alors que la construction de logements connaît depuis 1999 une hausse quasi continue, la production de logements locatifs sociaux marque un essoufflement avec deux années consécutives de baisse. En 2007, logements ont été autorisés à la construction avec une baisse sensible sur les logements individuels et une forte hausse pour les logements collectifs (+ 9,6 % par rapport à 2006) logements locatifs sociaux ont été financés pour un objectif de production du Plan de cohésion sociale conduit par l Etat de initialement et de après majoration des objectifs par la loi DALO. Pour ce qui concerne les travaux publics, les donneurs d ordre sont principalement les collectivités locales dans les domaines de la voirie et de l assainissement, à laquelle s ajoute la commande de grands chantiers : ligne TGV, lignes de tramway, Aquadomicia, doublement de l A9 F o r m at i o n p r o f e s s i o n n e l l e 1ère partie Le BTP : un potentiel de croissance 7

8 Le BTP : secteur-clé de l artisanat à l allongement de la durée de vie et à une évolution de cette demande davantage tournée vers les logements collectifs au détriment de la construction individuelle, n réglementaires avec la loi SRU et la création de logements sociaux, la mise en accessibilité des établissements recevant du public, la réforme du diagnostic technique immobilier (amiante, termite ), la prise en compte du risque sismique, une sécurité renforcée, n environnementales avec les enjeux de maîtrise de l énergie. La dimension artisanale du secteur reste très forte en Languedoc-Roussillon, représentant près de 90 % du nombre total d entreprises. Avec unités, les entreprises artisanales inscrites au 31 décembre 2008 constituent le contingent le plus élevé depuis plus de 30 ans d observation. Elles représentent un peu plus de 50 % de l emploi salarié du secteur et leurs principales activités sont la maçonnerie (34 %), l aménagement et les finitions (20 %), les corps d état techniques (12 %), la menuiserie/serrurerie (11 %) et le terrassement et travaux divers (10 %). Leur structure juridique se modifie et l on constate une évolution plus rapide des structures de type SARL ou EURL que celles sous statut de personnes physiques. Toutefois des indicateurs tels que le vieillissement de la population des artisans (seulement 8,37 % d entre eux sont âgés de moins de 30 ans), un turn-over important dont témoigne le nombre de radiations (près de : record historique) et la diminution de la durée de vie des entreprises (un quart ont plus de 10 ans d existence, pour un tiers il y a une trentaine d années) méritent attention. Les perspectives Les perspectives nationales de l Observatoire du BTP pour 2015 ont mis en évidence 2 scénarii d évolution pour le secteur du bâtiment : le premier dit «tendanciel cyclique» prolongeant simplement le lien avec le cycle économique observé par le passé, le second dit «d accélération» tient compte du dynamisme actuel. Quel que soit le scénario retenu, l activité du bâtiment devrait se maintenir à un niveau élevé. Les raisons en sont multiples : n sociologiques avec à la fois une augmentation de la demande en logement des ménages liée notamment à la proportion du nombre de divorces, Malgré un contexte économique difficile qui a eu un impact réel, à partir du 2 ème semestre 2008, sur l économie régionale, les prévisions à court terme de la Banque de France tablent aujourd hui sur une stabilisation d activité et l INSEE perçoit des signes d amélioration : la vente de logements neufs concentrée sur l aire urbaine de Montpellier et la plaine littorale a progressé en 2009 et le Languedoc-Roussillon se situe désormais au 6 ème rang des régions métropolitaines selon le critère du nombre annuel de logements commencés. Pour leur part, les branches professionnelles du secteur en région s accordent à penser que les tendances à moyen et long termes ne sont pas remises en cause d autant que, durant l année 2009, les professionnels (concepteurs, producteurs de matériaux et entreprises de pose) ont enregistré une forte explosion de la demande des primoaccédants à la propriété sous les effets conjugués du Pass foncier et du doublement du prêt à taux zéro. Par ailleurs dans les travaux publics, les grandes tendances observées soutenues par la croissance démographique (développement des infrastructures ferroviaires, développement des transports urbains, aménagements périurbains, réseaux d assainissement et réseaux secs) demeurent. Les mesures en faveur de l accès à la propriété et plus généralement pour le logement avec le maintien des différentes aides au titre de la loi Scellier, le renouvellement urbain et l amélioration de l habitat dans le cadre de la politique de la ville ainsi que les aides spécifiques pour les primo-accédants sont également favorables à cette évolution. Pour ce qui concerne les travaux publics, des efforts importants sont à produire pour l entretien ou le renouvellement des réseaux (approvisionnement en énergie, ferroviaire, alimentation en eau et assainissement). L emploi resterait donc à la hausse pour la plupart des familles professionnelles qualifiées et se maintiendrait sur les emplois d ouvriers non qualifiés. L emploi indépendant se maintiendrait sous une forme renouvelée, les nombreux départs à la retraite pouvant conduire à l intégration des 8 1 ère partie Le BTP : un potentiel de croissance

9 structures productives dans des structures plus grandes ou à la constitution de réseaux. Les petites entreprises polyvalentes, notamment dans les travaux de rénovation, devraient se développer. Par ailleurs, les premières mesures du Grenelle de l Environnement (38 % d économie d énergie à réaliser pour 2020 dans la rénovation des bâtiments existants, 20 % d énergies renouvelables dans la production d énergie pour 2020, mise aux normes de l assainissement non collectif) ne peuvent qu accélérer ce processus d évolution. Le comité de filière «Métiers du bâtiment» (janvier 2010), créé dans le cadre du plan national de mobilisation des territoires et des filières sur le développement des métiers de la croissance verte, rappelle que le bâtiment est le plus gros consommateur d énergie (42, 5 % de la consommation d énergie finale de la France et près de 28 % des émissions de gaz à effet de serre). En terme d évolution de marché, le Grenelle de l Environnement et les objectifs européens vont entraîner : n pour le bâtiment, une obligation de performance énergétique, le développement des énergies renouvelables et de la demande en éco-matériaux (nouveaux isolants, mode constructif bois), l augmentation de mise en chantier haute qualité environnementale et bâtiment basse consommation, n our les travaux publics, la réduction des gaz à effet p de serre, le réemploi des matériaux géologiques et la réduction des consommations d eau. L évaluation par le comité de filière de l effet sur la création d emplois reste prudente : les emplois concernés seront surtout des emplois maintenus qui vont permettre de contrecarrer les effets de la crise et non des emplois supplémentaires. En Languedoc-Roussillon, la cellule économique prévoyait, en 2007, la construction de logements supplémentaires de 2010 à 2015 ce que confirment aujourd hui les branches professionnelles qui évaluent le nombre annuel d autorisations de construire entre et et un potentiel de logements concernés chaque année par la rénovation énergétique. S agissant du logement social, le Rapport de la Commission Constantin remis au Président de Région en juin 2009 fait état d un retard régional (10,5 % de logements sociaux soit logements contre 17 % en moyenne régionale) qui doit être compensé par un effort conséquent des collectivités territoriales et des bailleurs. Chaque année, demandes sont satisfaites pour exprimées. Ce rapport estime à le nombre de logements à construire à l horizon 2030, tous parcs confondus. F o r m at i o n p r o f e s s i o n n e l l e 1ère partie Le BTP : un potentiel de croissance 9

10 Les actions engagées D ores et déjà, la Région se mobilise notamment au travers de l Etablissement Public Foncier par l acquisition de terrains pour à logements sociaux par an (financement jusqu à 50 % de la surcharge foncière de certains programmes favorisant la mixité sociale représentant 10 millions d euros par an). Concernant les travaux de rénovation, les objectifs pour 2013 sont de logements sociaux et de logements ou maisons individuelles. Les projets de renouvellement urbain associant Etat, Région, Communautés d agglomération, Communauté de communes prévoient déjà l intervention sur 10 sites notamment Montpellier, Alès, Béziers, Narbonne et l accompagnement de logements (3 201 constructions et réhabilitations). Par ailleurs, de nombreuses mesures favorisant la protection de l environnement ont été engagées en Languedoc-Roussillon : n ides régionales aux projets photovoltaïques, au a solaire thermique ou aux chaufferies bois n r énovation énergétique de logements classés de E à I (consommation d énergie supérieure à 230 kwh/m2/an) n l ancement en 2008 d un appel à projet «nouvelles formes urbaines durables en Languedoc-Roussillon pour le logement social» n ide régionale à l équipement des logements sociaux a en énergies renouvelables en appui des programmes européens n obilisation de 10,8 millions d euros au titre du m FEDER pour la réhabilitation énergétique n s ensibilisation des professionnels grâce à plusieurs dispositifs : Formation aux Economies d Energies des entreprises et artisans du Bâtiment - FEEBAT, centre de ressources ECOBATP LR, plates-formes dédiées au solaire et au photovoltaïque (5), platesformes technologiques départementales (5) n c ontribution du Pôle de compétitivité Développement des Energies Renouvelables dans le Bâtiment et l industrie (DERBI) à la structuration de la filière «énergies renouvelables» n btention par 400 artisans du label éco-artisan dans o le cadre de la convention nationale CAPEB/Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire n doption des démarches agendas 21 par de a nombreuses collectivités (Région, départements, villes ou communautés d agglomération) et plans de déplacement urbain n éveloppement d opérations d information (cf : d salons, points info énergie, forum, campagne de communication). Dans ce contexte, les comportements des clients évoluent : la prise de conscience écologique les incite désormais à rechercher eux-mêmes des informations sur les modes constructifs via internet et à attendre un interlocuteur unique pour la réalisation et la coordination des travaux. Des projets vont également se développer à moyen terme : n ise en œuvre des plans «climat» avec m développement des transports en commun (parkings relais, plates-formes intermodales) et des déplacements doux (pistes cyclables) n r énovation énergétique du bâti existant qui, selon la cellule économique du BTP concerne potentiellement 1,5 millions de logements dont 1,2 millions construits avant 1989 et 34 millions de m2 de locaux tertiaires pour un chiffre d affaires en rythme annuel estimé à 750 millions d euros d ici à La création de postes est estimée à (8 000 salariés). Cette forte mobilisation pourrait permettre à la région de devenir la première région de France pour les énergies renouvelables. 10 F o r m at i o n p r o f e s s i o n n e l l e 1ère partie Le BTP : un potentiel de croissance

11 En conclusion, la volonté de faire face à un développement programmé peut paraître contradictoire avec la conjoncture actuelle où le niveau de commande est en baisse. Cependant, cela ne remet pas en cause les grandes tendances structurantes du secteur, observées ces dix dernières années. La convergence des mesures nationales et régionales dans le domaine de la rénovation des bâtiments existants et du développement des énergies renouvelables devrait créer des conditions favorables de solvabilité de la clientèle. Par ailleurs, l engagement «formation accompagnement» des professionnels du secteur sur le chantier de la rénovation énergétique devrait accompagner l accroissement prévisible de la demande de travaux. Les entreprises du BTP sont des partenaires privilégiés pour apporter des réponses aux 3 controverses du Schéma Régional d Aménagement Durable et de Développement du Territoire identifiées à l horizon 2030 : n omment concilier attractivité du territoire et C préservation de la biodiversité? Par une économie de l espace dans laquelle le renouvelable prend une place prépondérante : à ce titre, la Région se fixe comme impératif de réduire de 30 % la consommation d espace par logement neuf n omment concilier croissance économique et C développement social? Par le développement de formations qualifiantes visant à apporter les ressources nécessaires à la création de nouveaux produits et l usage de nouvelles techniques : les parcours de formation se doivent donc d être attractifs et innovants n omment concilier cohésion des C compétitivité de la région? Par des différents réseaux notamment autoroutier pour la construction d une métropolitaine. territoires et l amélioration ferroviaire et stratégie inter Des facteurs d incertitudes sont toutefois à prendre en compte notamment : n e niveau d engagement des maîtres d ouvrage L (contraintes financières des collectivités locales, coût du foncier, volonté des élus de favoriser la mixité sociale), n a capacité des entreprises à absorber L l accroissement de la demande en développement durable et à répondre aux nouvelles demandes du marché : conseil technique et financier, interlocuteur unique, rénovation énergétique et éco-construction. F o r m at i o n p r o f e s s i o n n e l l e 1ère partie Le BTP : un potentiel de croissance 11

12 2 ème Partie De nouvelles compétences en lien avec les enjeux du développement durable Rajeunissement de la pyramide des âges De 2002 à 2007, le rajeunissement des effectifs s effectue selon un rythme annuel moyen de 13, 7 %. Évolution des salariés < 25 ans, de 2002 à 2007 Les jeunes de 16 à 29 ans représentent 28 % des salariés du BTP (19,95 % en France, tous secteurs confondus) alors que les 50 ans et plus représentent 18, 48 % (25,5 % en France, tous secteurs confondus). Une très large majorité (82 %) d entre eux intègre les métiers de la production, 8,2 % les métiers administratifs et commerciaux et 4,8 % les métiers de technicien et d encadrement. Ces écarts s accentuent lorsqu il s agit des premiers entrants pour lesquels la fonction de production joue un rôle très fort d accueil et d intégration et dont le recrutement s accentue dans les métiers des travaux publics. Les moins de 25 ans représentent 31 % des entrants et 40 % des 1ers entrants. 50 % des premiers entrants sont issus de la formation initiale (apprentissage et sous statut scolaire) mais les entreprises attirent également des candidats venant d autres horizons professionnels. Dans le même temps, on constate que la part des salariés ayant 10 à 24 ans d ancienneté a sensiblement diminué sans pour autant que la tranche de + de 25 ans d ancienneté augmente. Comparaison de l ancienneté, salariés BTP-LR, 1997 / 2002 / ème partie De nouvelles compétences en lien avec les enjeux du développement durable

13 Il faut souligner que les entreprises du BTP se sont engagées dans une démarche de fidélisation des salariés s appuyant sur une politique salariale forte (52 % d augmentation de salaires en 10 ans) et sur l amélioration des conditions de travail et de sécurité appuyée par des actions de prévention. Cependant, les derniers chiffres publiés par la cellule économique à partir des données de l Union des Caisses de France signalent un coup d arrêt dans la progression régulière des salaires enregistrée depuis Peu de mixité dans les métiers de production Le taux d emplois occupés par des femmes égal à 9,39 % en Languedoc-Roussillon est encore inférieur à la moyenne nationale (10,25 %) malgré une progression régulière depuis 2002, dans toutes les fonctions. Alors que de nombreuses actions sont menées en région pour favoriser la mixité des métiers tant par les professionnels que par le service public de l emploi, le bilan reste encore limité dans les fonctions de production. Les fonctions tertiaires sont toujours largement prépondérantes comme l indique le tableau ci-après. Répartition de l emploi féminin selon les fonctions en 2007 FONCTIONS Effectifs Taux de féminisation Production 440 1,13 % Techniques (études et encadrement 259 3,97 % de chantier) Tertiaire % TOTAL (soit 321 personnes supplémentaires par rapport à 2006) Niveau de qualification inférieur à la moyenne nationale Globalement, le niveau de qualification des salariés est inférieur à celui constaté au niveau national : 44,2 % de salariés peu qualifiés en région - 36 % au plan national et les entreprises déclarent toujours rencontrer des difficultés de recrutement pour les emplois qualifiés. Les métiers qui comprennent plus de 50 % de salariés non qualifiés sont les suivants : menuisier, couvreur, terrassier, carreleur, administratif et commercial. Ce constat qui renseigne sur les pratiques de recrutement des entreprises du secteur milite en faveur du développement de la formation des nouveaux entrants. L augmentation la plus forte des salariés peu qualifiés porte sur les deux métiers qui recrutent le plus de jeunes à savoir terrassier et canalisateur. Pour les emplois qualifiés, expérience et diplôme sont souvent nécessaires, seuls les postes de techniciens étant ouverts aux jeunes débutants. De manière générale, on constate aujourd hui que la pose des différents matériaux répondant aux enjeux du développement durable (isolation intérieure ou extérieure, capteurs solaires thermiques, panneaux solaires photovoltaïques, canalisations) est réalisée par du personnel peu qualifié. 2 ème partie De nouvelles compétences en lien avec les enjeux du développement durable 13

14 Métiers toujours en tension Fin 2009, demandeurs d emploi soit 12 % des inscrits à Pôle emploi recherchent un emploi dans le secteur. 24 % ont moins de 25 ans contre 18 % en moyenne générale. Ce sont principalement des hommes (97 %) qui recherchent en priorité un emploi de préparateur du gros œuvre et des travaux publics, maçon, peintre en bâtiment, électricien en bâtiment, installateur d équipements sanitaires et thermiques, conducteur d engins de terrassement et de carrière. Sur la même période, parmi les offres d emploi collectées par Pôle emploi, soit 8 % concernent le secteur et plus particulièrement la maçonnerie, la préparation du gros œuvre et travaux publics, l électricité en bâtiment, l installation d équipements sanitaires et thermiques, la peinture en bâtiment. Les contrats proposés sont principalement des contrats à durée déterminée (38 % des offres) et des contrats d intérim (38 % des offres). Nouveaux besoins en compétences D après les travaux du comité de filière au niveau national, les mutations en lien avec la rénovation énergétique devraient concerner toutes les catégories de personnel : les ouvriers dans le secteur production, les techniciens et ingénieurs dans le secteur de la maintenance ou du diagnostic ainsi que les gestionnaires de réseaux. Ces mutations devraient également développer de nouvelles compétences autour de la mesure de la performance énergétique et de l offre globale. Pour leur part, les professionnels du Languedoc-Roussillon considèrent que, pour ce qui concerne les métiers du gros œuvre et du second œuvre, l intégration de la rénovation énergétique et de l installation des énergies renouvelables ne créera pas de nouveaux métiers mais aura pour conséquence de développer la poly-compétence des salariés et leur technicité ainsi que le regroupement en réseau de plusieurs métiers pour parvenir à une offre globale. Les 3 principales évolutions de l activité du BTP sont décrites de la façon suivante : n une chaîne de production de type industriel avec des incidences sur la normalisation des prescriptions, la standardisation des matériaux, la préfabrication des enveloppes, la technicité des équipements et le développement de la maintenance, n une production/prestation pour les travaux de construction et de rénovation nécessitant une approche commerciale de la clientèle, l intégration dans une offre globale, le suivi coordonné des travaux, un niveau d expertise technique pour les interventions, une offre de maintenance et de service après-vente, n la limitation des impacts sur l environnement pour les travaux publics se traduisant par une protection renforcée de l environnement du chantier, la réduction des émissions de CO 2 liées aux transports, la rapidité des interventions et l optimisation des consommations d énergie liées au parc d engins. Ces évolutions vont modifier les fonctions au sein des entreprises : n une fonction «organisation de la production» plus structurée et plus rigoureuse : application des normes, précision de l exécution, renforcement de la sécurité, soin de la finition, gestion des interfaces entre les différents corps d état, n une fonction «technique et commerciale» plus proactive : approche marketing, conseil client, diagnostic technique, qualité et conformité de la prestation, n une fonction «installation» plus technique et plus spécialisée : spécialisation des interventions (modes constructifs, équipements, réseaux), développement de la maintenance et de la polyvalence ème partie De nouvelles compétences en lien avec les enjeux du développement durable

15 Xavier Dubosq et ProboisForissier Les nouveaux besoins en compétences du bâtiment se trouvent donc liés à : n la diversification des techniques et des modes de construction (ossature bois, filière sèche et construction métallique, pierre, monomur, béton banché, aggloméré de béton). En Languedoc- Roussillon, la surface boisée qui couvre 37 % du territoire et s accroît de 1 % par an offre des perspectives intéressantes pour la construction bois, n la formulation d une offre globale de services au client impliquant plusieurs corps d état, portée par un interlocuteur unique et garantissant une rapidité de réponse à la commande et d exécution, l intervention en site occupé et la maîtrise des coûts, n la généralisation de démarches commerciales garantissant la performance, n une évolution croissante des techniques et des matériaux mis en œuvre (installation des ENR, installation des systèmes thermodynamiques, robotisation, mise en œuvre des éco matériaux ). Dans les métiers des travaux publics : n la qualité globale et durable des ouvrages aura des impacts sur l ensemble des métiers, n l apparition de nouveaux métiers est également considérée comme négligeable par rapport à l évolution des métiers existants liée à l augmentation des exigences de préservation de l environnement : recyclage des déchets, traitement des eaux, diminution des nuisances, réduction des coupures de réseau. Ainsi pour les métiers de la route, il s agit de mettre en œuvre le retraitement et la réutilisation de matériaux afin de limiter la dépense énergétique et les rejets de CO 2 liés au transport des déblais/remblais. La Commission Paritaire Régionale Emploi Formation BTP précise par ailleurs que les salariés vont devoir développer sur les chantiers de nouvelles compétences en terme de gestion des relations avec les autres corps de métier, d écoute et de conseil dans les relations avec les clients, les autres entreprises et les fournisseurs, de propreté de chantier et de respect des consignes de prévention/ sécurité sur chantier et hors chantier (risques routiers). Les entreprises, de leur côté, doivent poursuivre l amélioration des conditions de travail, développer encore davantage la prévention/sécurité et proposer des parcours qualifiants accompagnant des progressions de carrière. Les acteurs locaux réunis en séminaire estiment pour leur part que les chantiers de rénovation comportent des exigences nouvelles : du personnel disposant de maturité, d une vision globale et de compétences transversales. En conclusion, le défi pour la profession est donc celui d une adaptation rapide de ses ressources aux principales évolutions repérées en terme d organisation de la production, de commercialisation, d installation et de maintenance des installations. L enjeu du développement durable peut être un levier contribuant à développer l attractivité de certains métiers pour les jeunes du territoire. 2 ème partie De nouvelles compétences en lien avec les enjeux du développement durable 15

16 3 ème Partie Une offre de formation en développement Le Centre d Animation, de Recherche et d Information sur la Formation dispose d une base de données de l offre de formation professionnelle existante, principalement alimentée par la Région (apprentissage, formation des demandeurs d emploi inscrits dans les programmes régionaux), l Etat (Rectorat, DRAF, DRASS, DRJS) et l AFPA. Cette base de données a fait l objet d une analyse quantitative et qualitative de l Observatoire Régional Emploi Formation, portant sur la formation initiale dans le secteur du BTP et validée par les différents financeurs réunis au sein d un groupe statistiques. Cette analyse prend également en compte les vœux d orientation, les taux de remplissage des formations, les taux d abandon, les taux de rupture des contrats d apprentissage, la localisation des publics de la formation. Pour ce qui concerne la formation continue, les éléments d analyse ont été fournis par les financeurs. Pour permettre le rapprochement des effectifs réels de la formation initiale et de la formation continue, l année de référence pour toutes les données chiffrées est l année 2008 correspondant à l année scolaire 2007/2008 et totalisant les effectifs en première, deuxième et troisième année. On comptabilise ainsi, en Languedoc-Roussillon, personnes formées réparties comme suit selon les dispositifs. Tableau général des effectifs en formation professionnelle et technologique dans le BTP - Année 2008 FORMATION INITIALE FORMATION CONTINUE TOTAL Voie scolaire* Apprentissage Salariés** Demandeurs d emploi *** % 24 % 33 % 13 % 100 % * Intègre les effectifs en bac techno ** Regroupe les données de l AREF-BTP, du FAFSAB et de l AFPA *** Regroupe les Programmes Régionaux : (Programme Régional Qualifiant, Actions Préparatoires à l Insertion), Pôle Emploi et AFPA ème partie Une offre de formation en développement

17 Répartition des formations professionnelles et technologiques dans le secteur du BTP - Année ème partie Une offre de formation en développement 17

18 1 - FORMATION INITIALE Avec élèves et apprentis (toutes années confondues), la formation dans les métiers du BTP se place au 2 ème rang de la formation professionnelle et technologique initiale en Languedoc-Roussillon, derrière les métiers de la gestion et de la comptabilité. Elle représente 15 % des effectifs régionaux. Si la voie scolaire concentre plus de la moitié des effectifs, l offre de formation est également fortement portée par l apprentissage. Entre 2003 et 2007, la formation initiale dans le BTP a beaucoup plus augmenté (+ 80 %) que l offre globale tous secteurs confondus (+ 15 %). Cette forte croissance résulte d un développement volontariste d une offre de formation déficitaire et va au-delà de la croissance des effectifs salariés du BTP (+ 25 % sur la période). Les filles restent très peu présentes dans les deux dispositifs : 5 % dans la voie scolaire et 2 % en apprentissage. La répartition des effectifs par groupe de spécialité est la suivante : n Gros œuvre : 12,6 % n Second œuvre : 71,5 % (poids des formations électriques et électroniques) n Travaux publics : 5,7 % n Autres (techniques de l architecture, ingénieur Bâtiment et TP, géomètre, topographe) : 10,2 % Comme le montrent les tableaux ci-après, le poids du niveau V très important encore en 2008 (64 % sous statut scolaire et 81 % en apprentissage) se trouve considérablement modifié du fait de la généralisation du BAC PRO en 3 ans, représentant pour l année scolaire 2009/2010, 25 % sous statut scolaire et 74 % en apprentissage. Répartition, par niveau, des formations professionnelles initiales dans le secteur du BTP - Année ème partie Une offre de formation en développement

19 Répartition, par niveau, des formations professionnelles initiales dans le secteur du BTP - Année ème partie Une offre de formation en développement 19

20 FFB - Dominique Coulier 1 - A : Formation initiale sous statut scolaire Le socle principal de l offre de formation initiale sous statut scolaire est donc désormais le niveau IV, conformément au projet académique qui prévoit par ailleurs d élargir l accès des bacheliers professionnels au BTS et de conduire davantage de bacheliers technologiques vers des poursuites d études en DUT, BTS et licences professionnelles. Les effets de cette évolution sur l obtention des diplômes ne peuvent encore être mesurés. Toutefois, l enquête interne réalisée au sein de l Education Nationale auprès de élèves tous secteurs confondus indique une meilleure réussite scolaire, un faible taux d abandon en cours de formation et une motivation accrue des élèves. Un dispositif d accompagnement individualisé est par ailleurs mis en place pour les élèves en difficulté. Par le biais du contrôle continu, une certification intermédiaire permet de valider un CAP ou un BEP. La demande sociale est toujours forte pour des entrées en formation de niveau V notamment en CAP gros œuvre mais l objectif de l Education Nationale est de limiter l accès aux CAP à un niveau de l ordre de 23 % des entrées en formation. A l inverse, la filière bois (menuiserie, agencement d intérieur et à un degré moindre, charpente) s avère moins attractive et rencontre des difficultés de recrutement. Globalement, les premiers vœux d affectation pour un CAP dans le BTP sont passés de 7,5 % à 10 % entre 2003 et La formation initiale sous statut scolaire s appuie fortement sur les pôles de compétences que constituent les 5 lycées des métiers intervenant sur ce secteur ainsi que sur les 5 plates-formes technologiques départementales, partenaires des entreprises régionales. La Région accompagne cette stratégie d élévation du niveau de qualification en mettant à disposition des établissements scolaires un environnement pédagogique performant, innovant et adapté aux besoins professionnels dans le cadre de son programme de renouvellement et de modernisation des équipements. Le Rectorat ne constate pas de difficultés particulières d insertion pour les jeunes diplômés sous statut scolaire hormis dans le domaine de la peinture où l analyse des pratiques montre toutefois l importance de l activité non déclarée. 1 - B : Apprentissage S agissant de l apprentissage, la Région s est engagée dans une politique volontariste inscrite dans le schéma régional visant à développer ce dispositif, tant au niveau quantitatif (objectif de apprentis en 2009 porté à à la rentrée de septembre 2014) qu au niveau qualitatif (logique de filière du CAP au diplôme d ingénieur, modernisation des établissements, aide renforcée aux apprentis). Avec des formations préparant du CAP au diplôme d ingénieur, le BTP illustre parfaitement cette évolution. Depuis 2004, les apprentis du secteur ont augmenté de 65 %. Le développement des Baccalauréats Professionnels en 3 ans, évoqué précédemment, pose la question du positionnement des Brevets Professionnels, qui doivent faire prochainement l objet d une remise à jour en terme de contenus de formation. Il convient de rappeler que les Brevets Professionnels sont des diplômes de promotion sociale préparés par apprentissage ou en travaillant, après obtention d un diplôme de niveau V dans la spécialité. La diminution des CAP va donc réduire leur vivier. La Commission Paritaire Emploi Formation considère que le Baccalauréat Professionnel serait plus adapté aux entreprises intervenant dans des domaines techniques tels que l électricité ou le génie climatique alors que les entreprises de gros œuvre ou de taille modeste privilégieraient le Brevet Professionnel qui permet à court terme de devenir chef d équipe. La réflexion sur le sujet se poursuit. A souligner que le secteur BTP est moins exposé aux ruptures de contrats dont le taux estimé à 17, 2 % en 2006 est de 5 points inférieur à celui de l ensemble des secteurs d activité. Par ailleurs, l insertion des apprentis est très positive : la dernière enquête, réalisée par le CNASEA pour le compte de la Région, montre que 75 % des apprentis du BTP sortis de formation en 2007 ont trouvé un emploi (56 % en CDI, 10 % en intérim et 7 % en CDD de 6 mois et plus). Dans 80 % des cas, il s agit d un emploi d ouvrier ème partie Une offre de formation en développement

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Version 06-01-2011. Edition Octobre 2009 1

Version 06-01-2011. Edition Octobre 2009 1 Version 06-01-2011 Edition Octobre 2009 1 Tableau de bord prospectif emploi/formation Bâtiment Travaux Publics Rhône-Alpes 2 Données clés du tableau de bord BTP Situation actuelle Mise en perspective à

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

Synthèse. Avril 2011

Synthèse. Avril 2011 De l analyse des marchés de la Construction Durable (performance énergétique et qualité environnementale) au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP

CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP Informations presse - 22 mai 2014 CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP Signature le 22 mai à Paris pour le prolongement en 2014 de la campagne de mobilisation

Plus en détail

Second oeuvre du bâtiment

Second oeuvre du bâtiment Profil du domaine professionnel Second oeuvre du bâtiment 51 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Second oeuvre du bâtiment Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS cordiste.mov - MÉTIERS DE LA COUVERTURE - DECEMBRE 2012 1. L emploi 1 241 couvreurs en 2010 soit 5% des salariés de la production du BTP

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Bâtiment INSTALLATEUR THERMIQUE

Bâtiment INSTALLATEUR THERMIQUE Bâtiment INSTALLATEUR THERMIQUE INSTALLATEUR THERMIQUE L installateur thermique assure le confort des bâtiments en posant et entretenant des systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation. Métier

Plus en détail

Enquête éco-construction. Bilan et résultats

Enquête éco-construction. Bilan et résultats Enquête éco-construction Bilan et résultats Introduction Lancée sur l ensemble de la région Rhône-Alpes en juin 29 par le réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat de Rhône-Alpes et en partenariat

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

Leader des services énergétiques

Leader des services énergétiques Introduction Leader des services énergétiques Activités Réseaux de chaleur et de froid Services thermiques & prestations multitechniques Utilités industrielles Gestion globale de bâtiments Maintenance

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Pour des «bâtiments responsables» : les défis pour la profession ; les défis pour la formation

Pour des «bâtiments responsables» : les défis pour la profession ; les défis pour la formation Pour des «bâtiments responsables» : les défis pour la profession ; les défis pour la formation Une approche globale de la relation marché / emploi / formation dans le secteur du Bâtiment en Bretagne 2

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des achats et des ventes à l'international de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES Le Conseil Régional, l Etat, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les partenaires sociaux, avec le concours de l AGEFMA ont réalisé des CEP (Contrats

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 La franche-comté, une région grande par ses talents Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 PRÉFET DE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE,

Plus en détail

Bâtiment et Travaux Publics

Bâtiment et Travaux Publics contrat d objectifs 6 ème édition Juillet 2012 Bâtiment et Travaux Publics Observation Prospective E m p l o i Qualification Formation CPREF BTP BOURGOGNE Commission Paritaire Régionale Emploi et Formation

Plus en détail

Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela

Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela 9 octobre 2012 1 Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela CONSTRUCTION L OPCA de la Construction est agréé gréé, par arrêté du 9 novembre 2011 (JO du 04/12/2011),

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain La fin de l année est l occasion pour chacun de faire le point sur la situation économique

Plus en détail

Le transport routier de personnes à la Réunion

Le transport routier de personnes à la Réunion Le transport routier de personnes à la Réunion Sous l effet de la croissance démographique et de l étalement urbain, les déplacements à la Réunion ne cessent de croître au regard des besoins d accès aux

Plus en détail

Diagnostics, accompagnements et appui RH

Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics et accompagnements Prestations de conseil financées à 100% par le Fafih Pour des entreprises de 1 à 250 salariés Assurées par des cabinets spécialisés

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Chantier à Lièpvre - Entreprise COLMAR CHARPENTES (Colmar) - MÉTIERS DE LA CHARPENTE - OCTOBRE 2012 1 1. L emploi 594 charpentiers en

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE ENTREPRISES TOUTES NOS COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE les-industries-technologiques.fr Malgré le contexte économique actuel, le sujet de préoccupation qui arrive en tête pour les chefs d entreprise

Plus en détail

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 18ème Bureau de la CNS 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 1 Ordre du jour Intervention du vice Président Christian Nibourel Communications des membres du bureau sur leurs actualités Présentation

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

L artisanat du BTP est un acteur économique français majeur mais demeure parmi les secteurs où les risques professionnels sont toujours importants.

L artisanat du BTP est un acteur économique français majeur mais demeure parmi les secteurs où les risques professionnels sont toujours importants. ARTISANAT DU BTP NOTE DE SYNTHESE 2011 N 1 Edition Janvier 2014 OBSERVATOIRE NATIONAL DES FORMATIONS A LA PREVENTION SOMMAIRE UN PREMIER ETAT DES LIEUX Retour sur l année 2011 LES DOMAINES DE FORMATION

Plus en détail

Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE

Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE INSTALLATEUR SANITAIRE L installateur sanitaire pose et entretient des équipements sanitaires (éviers, baignoires, douches, chauffe-eau ) et des réseaux de canalisations.

Plus en détail

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Banque Assurance 295 Profil du domaine professionnel Banque - Assurance Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel se décline en trois grands groupes

Plus en détail

Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants

Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants Approche de la notion par la formation Christophe Sadok / Patrick Lagarrique Direction de la prospective/direction de la

Plus en détail

Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ

Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ Le constructeur en béton armé réalise les fondations, les murs et les planchers de constructions neuves (logements individuels ou collectifs,

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle

Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

La filière photovoltaïque en Languedoc-Roussillon. La filière photovoltaïque en Languedoc-Roussillon

La filière photovoltaïque en Languedoc-Roussillon. La filière photovoltaïque en Languedoc-Roussillon Une action régionale volontariste Stratégie régionale pour l efficacité énergétique et les énergies renouvelables relever le défi climatique et énergétique afin de garantir l attractivité et la compétitivité

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Tourcoing le 09 avril 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Formation Chargé de développement de l alternance

Formation Chargé de développement de l alternance Formation Chargé de développement de l alternance En Ile de France GROUPE OMENDO Conseil et Formation 129 rue de Turenne - 75003 Paris 01 44 61 37 37 8 chemin du Pré Carré - Inovallée - 38240 Meylan 04

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

Sommaire. Les femmes dans l économie régionale. L effectif féminin du Bâtiment et des Travaux Publics en Rhône-Alpes

Sommaire. Les femmes dans l économie régionale. L effectif féminin du Bâtiment et des Travaux Publics en Rhône-Alpes LES FEMMES DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Sommaire Les femmes dans l économie régionale L effectif féminin du Bâtiment et des en RhôneAlpes L effectif féminin du Bâtiment et des par

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de travaux et encadrement de chantier de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019

Plus en détail

788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés Chiffres

788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés Chiffres Données de cadrage Terres de Lorraine Un secteur qui compte sur le territoire Terres de Lorraine 788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT SOMMAIRE Page 04 DONNÉES ÉCONOMIQUES Page 06 DONNÉES EMPLOI Page 09 DONNÉES FORMATION Page 11 ZOOM SUR LES PRINCIPAUX DISPOSITIFS EMPLOI

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER MARDI 19 FEVRIER

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

CHEF DE CHANTIER LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS. Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s

CHEF DE CHANTIER LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS. Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS CHEF DE CHANTIER Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s L enseignement de découverte professionnelle fournit

Plus en détail

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise Cette enquête du réseau FormaClub95 est destinée à engager notre action sur les besoins en recrutement et formation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maîtrise des risques industriels et environnementaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

La Formation des Personnels à l UM3

La Formation des Personnels à l UM3 La Formation des Personnels à l UM3 Le Plan de formation Le Plan de formation reprend les priorités retenues par l université pour une année. Il tient compte des besoins spécifiques de l établissement,

Plus en détail

C R C MIDI PYRÉNÉES. Midi-Quercy

C R C MIDI PYRÉNÉES. Midi-Quercy C R C MIDI PYRÉNÉES Maison de l emploi Développement durable De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon

Plus en détail

Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012

Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012 Vert, l avenir! L économie passe au vert Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012 Ce projet est cofinancé par l Union européenne.

Plus en détail

Bâtiment PLÂTRIER- PLAQUISTE

Bâtiment PLÂTRIER- PLAQUISTE Bâtiment PLÂTRIER- PLAQUISTE PLÂTRIER- PLAQUISTE Le plâtrier-plaquiste réalise plafonds, plafonds suspendus et cloisons. Il assure également l isolation thermique et acoustique et la protection contre

Plus en détail

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014 Se saisir des outils formation Sylvie Bocquet Chef de service Animation Territoriale» Direction de la Formation Permanente

Plus en détail

Note de synthèse 2012

Note de synthèse 2012 ARTISANAT DU BTP - EDITION N 2 NOVEMBRE 2014 Note de synthèse 2012 DANS CE NUMERO 2 ème publication de l Observatoire des formations à la prévention, cette notre présente les principaux chiffres clés de

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Travaux publics et environnement de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion opérationnelle et juridique des ressources humaines de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment COUVREUR COUVREUR Le couvreur est le spécialiste des toits : il réalise ou répare les toitures, pose l isolation thermique sous le toit, met en place des fenêtres de toit ou des capteurs solaires,

Plus en détail

Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités

Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités CERC Ile de France 22 novembre 2011 Jérôme Gatier, Directeur Plan Bâtiment Grenelle 1 Le Plan Bâtiment Grenelle : un pilotage inédit Mission d animation

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Formation en alternance

Formation en alternance Formation en alternance EN CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION EN CONTRAT D APPRENTISSAGE En raison des couts et de l impact environnemental de l énergie, les secteurs utilisateurs d énergie (industrie, agriculture,

Plus en détail

Réforme 2014 de la formation professionnelle :

Réforme 2014 de la formation professionnelle : CESER CESER Languedoc-Roussillon SYNTHÈSE N 9 Janvier 2015 Réforme 2014 de la formation professionnelle : La lutte contre l illettrisme et la formation professionnelle des personnes sous main de justice

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique

Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique LES ENERGIES RENOUVELABLES ET L EFFICACITE ENERGETIQUE AU CŒUR DE LA STRATEGIE ENERGETIQUE NATIONALE Hajjaji

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR»

LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR» LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR» Les bâtiments existants Ils sont très hétérogènes. Ils émettent dans leur ensemble 25% des émissions françaises de gaz

Plus en détail