DIAGNOSTIC IMMOBILIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIAGNOSTIC IMMOBILIER"

Transcription

1 Philippe MONGAUZE Architecte D.P.L.G. DIAGNOSTIC IMMOBILIER Copropriété : 16, bvd Pereire PARIS Représentée par : Cabinet IMMODEFRANCE 20, rue Treilhard PARIS CEDEX 08-16, bvd Pereire Ordre PARIS des Architectes - diagnostic n Code immobilier APE 71.11Z - SIRET Philippe MONGAUZE Architecte Page 1 / 25 Philippe MONGAUZE - Architecte D.P.L.G , avenue de la République Vincennes Tél : Mail : diagnostic DIAGNOSTIC immobilier 16, ANALYSE bvd Pereire FACADES PARIS DES COURS

2 PREAMBULE : Suite à la demande de madame ROMIEU, du cabinet IMMODEFRANCE, le 04 avril 2011, et à nos visites sur place en compagnie du Conseil Syndical, nous avons eu l'honneur d adresser à la copropriété une proposition de contrat en vue de la rédaction d un dossier de diagnostic immobilier. Suite au vote de notre mission en assemblée générale, nous nous sommes rapprochés de Madame ROMIEU et du Conseil Syndical pour réaliser différentes visites sur place. Nous avons effectué des visites complètes des parties communes, (façades boulevard, cour centrale, cour fond de parcelle, caves, halls, escaliers principaux et escaliers de service, couverture et parties communes des chambres de service) ainsi que de l'ensemble des lots privatifs significatifs où des désordres intérieurs pouvaient être dus à des causes extérieurs, particulièrement au niveau des descentes d'eau. Le but était de pouvoir rédiger le document le plus complet et le plus précis possible pour éclairer la copropriété sur l étendue des travaux à réaliser, leurs urgences et leurs montants afin de les planifier au cours des années à venir dans le meilleur ordre possible, technique et financier. - 16, bvd Pereire PARIS - DIAGNOSTIC IMMOBILIER - Philippe MONGAUZE Architecte Page 2 / 23 DIAGNOSTIC 16, bvd Pereire PARIS

3 PRESENTATION : Ce dossier de diagnostic immobilier est divisé en trois parties : - Première partie : ANALYSE DE LA COPROPRIETE - page 5 Ce chapitre décrit les différentes parties de la copropriété, liste les désordres. Il préconise des solutions pour y remédier. Deux codes viennent compléter les remarques et les illustrations : + État de la partie décrite : Bon... Mauvais... Très mauvais Urgence des réponses à apporter aux désordres constatés : Long terme (5 ans et +) Moyen terme (1 à 4 ans). Urgent (dans l année)... - Deuxième partie : RECAPITULATIF / ESTIMATIF - page 20 Ce chapitre résume les différents travaux à mener par degré d urgence. Un estimatif financier vient compléter cette liste pour éclairer la copropriété sur les montants nécessaires à la réalisation de ces travaux. - Troisième partie : CONCLUSIONS - page 22 Cette dernière partie donne les grandes directions que nous conseillons à la copropriété de suivre dans les années à venir pour assurer l entretien et la pérennité des bâtiments au cours du temps. - 16, bvd Pereire PARIS - DIAGNOSTIC IMMOBILIER - Philippe MONGAUZE Architecte Page 3 / 23 DIAGNOSTIC 16, bvd Pereire PARIS

4 SOMMAIRE : Vue aérienne de la copropriété Préambule... p p Conclusions... Présentation... p p Sommaire.. p p Analyse de la copropriété.. p p I) Parties communes extérieures. p 05 a) Façade boulevard Pereire.. p 05 p 05 b) Façades cour centrale.. p 06 p 05 c) Cage d escalier de service bât A.. p 07 d) Façade cour fond de parcelle..... p 08 p 09 e) Cage d escalier de service bât B.. p 09 f) Couverture. p II) Parties communes intérieures... p 11 a) Hall et cage d escalier bâtiment A p 11 b) Hall et cage d escalier bâtiment B. p 12 c) Caves..... p 13 d) Chambres de bonnes bât A et B.. p 14 III) Réseaux en parties communes... p 15 a) Eau.... p 15 b) Gaz... p 17 c) Électricité p 18 d) Chauffage p 19 Récapitulatif/Estimatif. p 20 Conclusions.... p 22-16, bvd Pereire PARIS - DIAGNOSTIC IMMOBILIER - Philippe MONGAUZE Architecte Page 4 / 23 DIAGNOSTIC 16, bvd Pereire PARIS

5 ANALYSE DE LA COPROPRIETE : I) Parties communes extérieures a) Façade boulevard PEREIRE Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations La copropriété du 16, boulevard PEREIRE, dans le 17ème arrondissement de Paris est de type haussmannien tardif. Elle a été réalisée en 1927 par l architecte H. DUBOUILLON. Elle est édifiée sur une parcelle trapézoïdale de 675m2 située le long du côté nord du boulevard Pereire. Une des particularités de cet ouvrage est le mélange des matériaux, pierre et béton, que l on commence à voir dans Paris à cette époque. La façade du bâtiment boulevard s'étend sur rez-dechaussée, sept étages principaux dont le dernier légèrement en attique et un dernier niveau abritant les chambres de 0 bonnes sous combles. Si l immeuble ne compte pas de commerce en propre, la partie droite du rez-de-chaussée est occupée par un cabinet d avocats et la gauche par la loge de la gardienne. Séparant les deux locaux, une porte cochère en verre et fer forgé donne sur un vaste hall. La façade en pierre est tramée de manière régulière avec une partie en bow-window à l aplomb de la porte cochère, autour de laquelle, dans les étages supérieurs, s organisent des balcons ponctuels au R+2 et filant au R+6 et R+7. Les entourages de baies, appuis et sous-faces de balcons sont des parties pierre très travaillées, aux motifs art déco. Les baies sont équipées de larges fenêtres bois équipées de persiennes métalliques. Chaque baie est équipée de gardecorps en fer forgé, à l'image des balcons. Une descente pluviale côté gauche de la façade guide l'eau de ruissellement depuis le toit jusqu'aux caves. Un précédent ravalement a dégradé le calcin de la façade et l'a fragilisé, accentuant l aspect «grêlé» de cette dernière. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 5 / 23 La façade porte les traces d'une forte pollution et de nombreuses dégradations. Dans les parties hautes, la pierre est très abîmée ponctuellement, suite à des éclatements de fers à béton ou des fissurations dans les balcons. La multiplicité de ces détériorations demandera un véritable travail de maçonnerie. L encrassement est suffisamment avancé pour qu il devienne difficile de retrouver une pierre parfaite. Les baies et les garde-corps devront également être traités en profondeur afin d éradiquer leur détérioration. Les bois ont près d un siècle et malgré l âge, ils semblent sains en leur structure et donc traitables. Dans son état actuel, la façade boulevard nécessite un ravalement rapide. Les fissurations et épaufrures se multiplient. La pierre se dégrade rapidement sous l action de l eau et de la pollution. Les parties béton, dans les derniers niveaux, sont les plus atteintes, car ce matériau est encore plus sensible que la pierre à l érosion du temps. Un nettoyage complet par hydro-gommage doit être envisagé, car un nettoyant simple n y suffirait pas. Des parties planes devront être poncées ponctuellement. En parallèle des travaux de nettoyage et de maçonnerie, le traitement des baies et gardecorps devra être mené, en incluant un traitement ponctuel fort des zones touchées et la mise en œuvre générale de produits spécifiques aux supports. Les façades de la copropriété sont très encrassées et fissurées. Des désordres sont notables sur toute la façade. Les baies et métalleries doivent être traitées. ANALYSE FACADE BOULEVARD

6 b) Façades cour centrale Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations Les façades donnant sur la cour appartiennent toute à la copropriété. Côté bâtiment A, elles s étendent sur rez-de-chaussée plus 7 niveaux et chambres de bonnes sous mansards. Côté bâtiment B, elles s étendent sur rez-de-chaussée plus 6 niveaux et chambres de bonnes sous mansards. Les façades sont composées de briques avec des bandeaux de recoupement périphériques au R+6 et R+7 recouverts de zinc, l ensemble formant un T dont la barre supérieure coure au long de la contre-façade du bâtiment A. Chaque baie est équipée d un appui en béton, la majorité étant composée de portes fenêtres, elles sont équipées de garde-corps en fer forgé Les appuis ne sont pas protégés. La contre-façade du bâtiment boulevard est équipé de coursives en béton armé qui sont desservies par l escalier extérieur de service. Le sol de la cour est recouvert de mosaïques formées de carrelages en opus incertum à tendance clair avec une bande périphérique plus bleue et plus foncée constituée des mêmes matériaux. Une descente pluviale traverse les niveaux de la coursive et une autre à son exact opposé reprend les eaux pluviales de la couverture du bâtiment B. Les menuiseries sont principalement en bois et toutes les portes fenêtres sont équipées de persiennes métalliques. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 6 / 23 Les façades sont fortement encrassées, particulièrement au niveau des appuis des derniers niveaux et des bandeaux périphériques. Des traces de coulures recouvrent une grande partie des façades. On note de très fortes traces de dégradations dans les maçonneries des étages supérieures, mais également au niveau des appuis de baies, dont certains ont cédé sous l effet de la corrosion de leurs fers de structure, laissés à vif. Les persiennes sont dans un bon état structurel mais très touchés par l encrassement. Les fixations des gardecorps doivent être vérifiées et reprises si nécessaires. On constate de nombreuses reprises de scellement sur la façade. L état actuel des maçonneries de la façade réclame un ravalement urgent et complet. De nombreuses fissures importantes sont apparues et doivent être traitées dans les meilleurs délais. Les maçonneries des balcons doivent également être reconstituées et les fers traités. Elles devront recevoir un traitement méthacryl qui limitera les infiltrations et les détériorations dans le temps. Les zincs doivent être remplacés car ils n assurent plus leur rôle de protection des bandeaux de recoupement. Les traitements traditionnels de ravalement (nettoyage, mise en peinture) devront également être réalisés. Un hydro gommage des briques est également nécessaire, car un simple lavage ne suffira pas au vu de l encrassement. Le dernier niveau est particulièrement touché par d importantes fissures, mais les appuis de baies doivent également être réparés. Les recouvrements en zinc, qui sont censés protégés les maçonneries, ne remplissent plus leurs offices et devront être remplacés. Le filet antipigeons en couverture permettra de ne pas remplacer ces éléments. ANALYSE FACADES COUR CENTRALE

7 c) Cage d escalier de service bâtiment A Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations La cage d escalier de service est située en façade extérieure. Elle dessert les 7 niveaux supérieurs de l immeuble et au 8 ème étage les chambres de service. Chaque palier est une coursive en façade qui permet l accès aux cuisines des deux appartements de chaque étage. L ensemble est réalisé en béton armé. L escalier tourne autour d une ancienne cage de monte-charge, déposé à ce jour. Les réseaux d électricité et de gaz sont contenus dans deux colonnes coffrées dans les angles de l escalier. Les réseaux sont plus détaillés au sein du chapitre III. Les évacuations des balcons sont réalisées par des siphons de sol se reprenant dans une descente sur la hauteur de l immeuble. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 7 / 23 L escalier, comme les garde-corps maçonnés bordant les coursives de chaque étage, présente des défauts de maçonnerie. Lors du ravalement des façades de la cour, ces problèmes devront être gérés. Les murs ne présentent pas de défauts majeurs mais sont dans un très mauvais état général. Les coffrages dégradés devront être repris et repeints. L évacuation des eaux des coursives est réalisée par des siphons de sol en point bas de forme de pente des coursives. Les évacuations sont en mauvais état et fuyardes. Les réseaux sont en mauvais état (réseau gaz) ou très chaotique (réseau électrique courants forts et faibles). Traitement des maçonneries, passivation des fers et reconstitution des ouvrages. Rebouchages des fissures. Mise en peinture des murs. Réparation, mise en peinture. Dépose de l ensemble du réseau. Mise en œuvre d éléments neufs avec siphon de sol neuf. Mise en œuvre d une étanchéité circulable de sol. Réfection des réseaux, mise sous goulotte unique des réseaux électriques courants faibles. Les désordres dans la cage d escalier de service sont de trois ordres : - Maçonnerie : des fers sont à vifs et font éclater le béton. - Réseaux : l empilage dans le temps des différents réseaux crée une cacophonie visible de tous. - Aspect général : l ensemble est très dégradé et doit être remis à niveau avec le ravalement. ANALYSE CAGE D ESCALIER DE SERVICE BAT A

8 d) Façade cour fond de parcelle Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations La façade arrière s étend sur rez-dechaussée et six étages. De même que sur la façade arrière du bâtiment boulevard, l escalier de service est extérieur et dessert une coursive à chaque niveau ainsi que les chambres de service au 7 ème étage. Le bâtiment, à ce niveau est en U autour d une courette centrale. L immeuble est édifié à ce niveau en briques, à l image des façades de la cour centrale, moins les ornements. Les baies sont équipées de grilles et l on trouve à chaque niveau un ancien sanitaire, aujourd hui désaffecté. Ici aussi, les réseaux circulent par le biais de la cage d escalier de service. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 8 / 23 Les façades sont fortement encrassées, particulièrement au niveau des appuis des derniers niveaux et des bandeaux périphériques. Des traces de coulures recouvrent une grande partie des façades. On note de très fortes traces de dégradations dans les maçonneries à tous les niveaux et particulièrement au niveau des appuis de baies, dont certains ont cédé sous l effet de la corrosion de leurs fers de structure, laissés à vif. Les grilles qui protègent les baies sont corrodées. Certains appuis de maçonnerie recouvrant ne sont protégés par du zinc, ce qui est nécessaire légalement pour éviter toute infiltration dans l appartement à l aplomb. L état actuel des maçonneries de la façade réclame un ravalement complet. Les maçonneries des appuis et des parties hautes de la façade doivent également être reconstituées et les fers traités. Elles devront recevoir un traitement méthacryl qui limitera les infiltrations et les détériorations dans le temps. Les traitements traditionnels de ravalement (nettoyage, mise en peinture) devront également être réalisés. Un hydro gommage des briques est également nécessaire, car un simple lavage ne suffira pas au vu de l encrassement. Des recouvrements en zinc devront être mis en œuvre. Les façades en brique sont très encrassées. Les appuis maçonnés sont fissurés et doivent être reconstitués et protégés. Outre les opérations classiques de ravalement (traitement des baies et métalleries), des recouvrements en zinc devront être installés pour éviter les infiltrations dans les appartements. ANALYSE FACADE FOND DE PARCELLE

9 e) Cage d escalier de service Bâtiment B Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence La cage d escalier de service est située en façade extérieure. Elle dessert les 6 niveaux supérieurs de l immeuble et au 7 ème étage les chambres de service. Chaque palier est une coursive en façade qui permet l accès aux cuisines des deux appartements de chaque étage. L ensemble est réalisé en béton armé. Sur cette façade, il n y a pas de trace d ancien monte-charge. Les réseaux d électricité et de gaz sont contenus dans deux colonnes coffrées dans les angles de l escalier. Les réseaux sont plus détaillés au sein du chapitre III. Les évacuations des balcons sont réalisées par des siphons de sol se reprenant dans une descente sur la hauteur de l immeuble. Sur cette façade, un rebord est présent à chaque niveau pour former cuvette. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 9 / 23 Les défauts sont sensiblement les mêmes que dans l autre cage d escalier de service. L escalier, comme les garde-corps maçonnés bordant les coursives de chaque étage, présente des défauts de maçonnerie. De nombreux appuis de baies en béton sont détériorés. Ils ne sont pas protégés actuellement. Les murs ne présentent pas de défauts majeurs mais sont dans un très mauvais état général. Les coffrages dégradés devront être repris et repeints. L évacuation des eaux des coursives est réalisée par des siphons de sol en bas de forme de pente des coursives. Les évacuations sont en mauvais état et fuyardes. Les réseaux sont en mauvais état (réseau gaz) ou très chaotique (réseau électrique courants forts et faibles). Traitement des maçonneries, passivation des fers et reconstitution des ouvrages. Protection des appuis de baies par une résine méthacryl. Rebouchages des fissures. Mise en peinture des murs. Réparation, mise en peinture. Dépose de l ensemble du réseau. Mise en œuvre d éléments neufs avec siphon de sol neuf. Mise en œuvre d une étanchéité circulable de sol. Réfection des réseaux, mise sous goulotte unique des réseaux électriques courants faibles. Illustrations Les maçonneries des garde-corps et des marches doivent être révisées. A l image des coursives bâtiment A, les réseaux d évacuation des eaux doivent être repris. L ensemble des réseaux doit être rénové, particulièrement le réseau gaz qui doit être refixé par endroit. ANALYSE CAGE D ESCALIER DE SERVICE BAT B

10 e) Couverture Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgenc e La couverture de la copropriété est réalisée en zinc pour ses terrassons et en ardoises pour les brisis, ce qui est le cas d une manière classique de tous les immeubles haussmannien ou d inspiration haussmannienne. Elle est bordée de lucarnes bois habillée de retours zinc dans sa partie brisis et de châssis parisiens sur l ensemble de sa surface. Le bâtiment cour a été rénové au début des années 2000 par l entreprise Benali et le bâtiment boulevard a été rénové en 2009 pour les parties concernées. Les châssis parisiens associés à ces parties ont également été rénovés, ainsi que les habillages de lucarnes. Les souches de cheminées sont en brique, avec couronnement et mitrons. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 10 / 23 La couverture a été en grande partie rénovée dans les dernières années. Ont été rénovées les versants du bâtiment B et les versants façade boulevard et contre façade, ainsi que l aile droite du bâtiment A. L aile gauche côté cour centrale bâtiment A n a pas été rénovée. A ce niveau, brisis et terrassons sont anciens et dégradés, ainsi que les châssis parisiens associés. Les lucarnes sont en mauvais état. Les bois sont dégradés. Les souches sont dans le même état que les autres parties brique et demandent une rénovation en maçonnerie et en ravalement. De nombreux mitrons sont détériorés et doivent être remplacés. En sus, la très grande majorité des mitrons n est pas équipée de chapeaux. Ce dispositif limite fortement la pénétration de l eau pluviale dans les conduits de cheminée. La majorité de la couverture ne nécessite pas d intervention. L'état du zinc et des parties ardoisées de l aile gauche du bâtiment boulevard nécessite une intervention de réfection. Les lucarnes devront être traitées lors du ravalement. Les peintures écaillées seront poncées, les supports bois traités et l'ensemble repeint. Les souches devront également être traitées pendant le ravalement de la cour. Les parties non-adhérentes seront piochées. Les parties manquantes seront reconstituées. Les mitrons seront vérifiés et les éléments détériorés remplacés. Des chapeaux devront être installés sur tous les mitrons. Illustrations La couverture a été rénovée récemment. Seules les souches n ont pas été traitées, ce qui est normal, car c est un travail de maçon et non de couvreur. Les lucarnes seront traitées au cours du ravalement. La partie non rénovée de la couverture mérite de l être et de profiter des échafaudages du ravalement pour sa réalisation. ANALYSE COUVERTURE

11 II) Parties communes intérieures a) Hall bâtiment boulevard (A) et cage d escalier attenante Descriptif Désordres Préconisations sommaires La porte cochère en fer forgé donne sur un hall intermédiaire, séparant la rue de la cage d'escalier principale. Il se conclut, au niveau de la séparation, par une double porte vitrée en aluminium laqué noir. Ce premier sas donne sur la deuxième partie du hall et sur la loge de la gardienne, en partie gauche. La deuxième partie du hall permet les différents accès à la copropriété. En premier, elle conduit, sur sa partie gauche à la cour centrale. Elle dessert également la cage d escalier principale dans laquelle se situe l ascenseur, habillé d un grillage en fer forgé traditionnel, complété par un treillis complémentaire afin d être aux normes. Enfin, elle donne accès au cave, dans la continuité de la cage d escalier. L ensemble est réalisé en stucco, avec marbre au sol et finitions électriques de grande qualité. Un tapis de sol habille l escalier en pierre. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 11 / 23 Les halls ont été récemment rénovés et sont de très bonne facture. On note l absence de boîtes aux lettres. Le courrier est géré par la gardienne. La porte métallique de l entrée est assez lourde et difficile à manœuvrer, malheureusement son ossature ne permet pas la mise en œuvre d un groom ou d un système d ouverture électrique, car trop fine. Ce type de système est assez fragile, car toute ouverture forcée de la porte le dégrade. Les dégradations dans la cage d escalier sont dues uniquement à des déménagements. Aucun travail particulier n est nécessaire en dehors de l entretien courant. Urgence Illustrations Un premier sas donne l accès au hall principal. Les locaux sont en très bon état et réalisé avec un grand souci esthétique. Le hall principal donne accès à la cour, à la cage d escalier principale du bâtiment A et à l ascenseur et à la cave. ANALYSE HALL / CAGE D ESCALIER BATIMENT A

12 b) Hall bâtiment fond de parcelle (B) et cage d escalier attenante Descriptif Désordres Préconisations sommaires La porte de l immeuble en fond de parcelle est réalisée en fer forgé. Elle donne sur un hall conduisant à la cage d'escalier principale. Cette partie est équipée d un vaste miroir qui contribue à la qualité esthétique des lieux. L ascenseur, avec ses protège portes en fer forgé, est situé en tête de la cage d escalier sur sa partie droite en entrant. Il est encastré dans une gaine maçonnée. La volée de marche en marbre, à l image du sol du rez-dechaussée, forme un U aplati. Les finitions murales sont également réalisées en stucco, avec marbre au sol dans les étages. Les finitions électriques sont de grande qualité. Un tapis de sol habille l escalier en pierre et les paliers. La cage d escalier, comme celle du bâtiment A, reçoit un éclairage naturel au travers de verre cathédrale donnant sur l escalier de service, extérieur. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 12 / 23 Le hall, comme la cage d escalier, a été récemment rénové et est de très bonne facture. Les déménagements successifs détériorent la cage d escalier par des coups dans les enduits. Aucun travail particulier n est nécessaire en dehors de l entretien courant. Urgence Illustrations Le hall est très clair grâce à une double porte vitrée et un vaste miroir. Il est en très bon état. La cage d'escalier principal est en très bon état, hormis quelques dégradations dues à des déménagements. La cage d escalier profite d un éclairage naturel direct grâce à la cage d escalier de service, réalisée sous forme de coursives extérieures. ANALYSE HALL / CAGE D ESCALIER BATIMENT B

13 c) Caves Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations On accède aux caves par les cages d escaliers des deux bâtiments. Un couloir périphérique permet de desservir l ensemble des caves et la chaufferie commune. Les locaux sont anciens mais ne présentent pas de défaut majeur. Aucun travail particulier n est nécessaire en dehors de l entretien courant. Les caves sont saines et ne présentent pas de traces d humidité. Les canalisations sont en bon état. La cave contient le local chaufferie qui est très bien entretenu et en très bon état. Les caves sont en bon état et ne présentent pas de signe d humidité particulier, en dehors des problèmes de réseau d eau. (fontes détériorées et fuyardes) Seules les fontes du réseau d évacuation des eaux usées ou vannes sont anciennes et dégradées. Nous avons pu constater cela dans la chaufferie et dans la cave appartenant au cabinet d avocats. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 13 / 23 Les réseaux d alimentation électrique sont très anciens. Les caves sont saines et bien éclairées. ANALYSE CAVES

14 d) Chambres de service bâtiments A et B Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations Les chambres de service sont situées au R+8 du bâtiment A et au R+7 du bâtiment cour. Elles sont accessibles par les escaliers de services situés dans les cours et par l ascenseur jusqu au R+7 pour le bâtiment boulevard. Un couloir central dessert l ensemble des chambres. Les parties communes intérieures ont été rénovées durant les dernières années. Les parties hautes des escaliers de service, à la limite entre l intérieur et l extérieur sont fortement dégradées. Les réseaux d évacuation des eaux ont été rénovés, mais les faibles pentes posent problème. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 14 / 23 Les circulations ont été récemment rénovées et sont de très bonne facture. Les réseaux électriques sont à revoir. Les courants forts sont anciens et les courants faibles sont organisés de manière ordonnée mais leur trop grande quantité indique clairement qu ils ont été installés successivement, sans que les lignes inutilisées soient déposées. Les réseaux d évacuation des eaux sont également problématiques, car ils circulent sur de grandes longueurs avec trop peu de pent, ce qui conduit à des engorgements réguliers. Aucun travail particulier n est nécessaire en dehors de l entretien courant. Préconisations développées au chapitre III Réseaux sous chapitre c) Electricité Préconisations développées au chapitre III Réseaux sous chapitre a) Eau Les parties communes des chambres de bonnes sont en très bon état. Seuls véritables soucis, les réseaux d eau et d électricité, inopérants ou vétustes. ANALYSE CHAMBRES DE SERVICE

15 III) Réseaux a) Eau Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations 1) Arrivées L'alimentation en eau froide de la copropriété se fait depuis les caves. Le réseau dans les parties communes sont en acier. Les réseaux sont intérieurs. Même s il est ancien, le réseau est en bon état. Nous n avons pas noté de fuite dans les parties communes. Le réseau ne demande pas d intervention pour le moment. 2) Chutes et évacuations 2.a) Chutes et évacuations Bât A Les chutes Eaux usées - Eaux vannes et Eaux pluviales sont mélangées et chutent par l intérieur des deux appartements de chaque niveau. Chaque appartement possède trois descentes : deux descentes de 80mm, une dans la cuisine près de la coursive et une dans la salle de bains du fond, au niveau du milieu de la cour et une descente de 100mm dans les sanitaires intermédiaires. Une seule chute Eaux Pluviales est située sur le côté gauche de la façade boulevard. Une seule chute est située en extérieure sur la façade cour. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 15 / 23 2) Chutes et évacuations 2.a) Chutes et évacuations Bât A Les chutes Eaux usées - Eaux Vannes et Eaux Pluviales sont mélangées et chutent par l intérieur des appartements de chaque niveau, par les descentes en 80mm. L association de ces types d eau est déconseillée par le règlement sanitaire de la Ville de Paris et interdit en construction neuve. Les chutes intérieures de diamètre 80mm sont très anciennes et des refoulements sont à regretter. D un diamètre initial faible, l entartrage de ces ouvrages a encore réduit le diamètre utile au passage de l eau. Ces éléments sont intégrés dans les appartements dans des coffrages, carrelés ou non selon les pièces et sont difficiles à remplacer. 2) Chutes et évacuations 2.a) Chutes et évacuations Bât A Les réseaux doivent être séparés dans leurs parties verticales et se rejoindre uniquement au niveau des collecteurs en cave. Le remplacement des chutes intérieures dans les appartements provoquera de graves désordres. Afin de dissocier les réseaux, des descentes extérieures pourront être mises en œuvre pour reprendre les eaux usées en diamètre 100mm. Elle reprendra les eaux usées des salles de bains et cuisines, eaux les plus chargées. Cette intervention doit être menée au niveau des quatre descentes de 80mm, deux sur façade et deux au niveau des coursives. La nourrice ne présente pas de traces de fuites. Les descentes en cave doivent être rénovées. Une seule descente pluviale est extérieure. Les autres servent aussi aux Eaux Usées. ANALYSE RESEAUX - EAU

16 Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations 2.b) Chutes et évacuations Bât B Les évacuations du bâtiment B ne présentent pas de défaut notable. Aucun souci particulier ne nous a été signalé. Les Eaux Pluviales et les Eaux usées sont également mélangées. Dans les coursives de la façade arrière, comme sur celles de la cour principale, les évacuations sont reprises par des siphons de sol se reprenant dans une descente particulière. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 16 / 23 Les évacuations pluviales se mélangent avec les Eaux usées au sein des descentes de 80mm 2.b) Chutes et évacuations Bât B Aucun désordre signalé. Les Eaux Pluviales et les Eaux Usées doivent être séparées. La majorité de ce réseau est en mauvais état. A l image des travaux à envisager sur la coursive du bâtiment A, il faut remplacer ce réseau. Deux possibilités : - Conserver les anciennes chutes pour ne plus les utiliser que comme descente pluviales. Nous ne recommandons pas cette solution car nous ne connaissons pas exactement le diamètre du passage libre dans ces sections. - Doubles les futures descentes Eaux Usées par des descentes pluviales et complètement abandonner les colonnes existantes. 2.b) Chutes et évacuations Bât B Aucun désordre à reprendre. Une descente devrait être mise en œuvre afin de permettre l écoulement des Eaux Pluviales. Une nouvelle descente devra être mise en œuvre avec remplacement des siphons de sol existants. Aucune descente pluviale ne reprend uniquement ces eaux, bâtiment A et B. Elles devraient être installées en façade au droit des évacuations actuelles afin de conserver les pentes des gouttières, tout en séparant les réseaux. Le réseau d évacuation des eaux des sols des courettes, devra être remis en état. ANALYSE RESEAUX - EAU

17 b) Gaz Descriptif Désordres Préconisations sommaires L'alimentation en gaz de la copropriété se fait depuis la rue. Urgence Illustrations Les alimentations circulent en cave avant de remonter dans les étages par les escaliers de service ou de se diriger jusqu à la chaufferie. Les alimentations en cave sont parfaitement repérées et en bon état. Aucun travail n est nécessaire pour le moment en cave. Les alimentations des appartements circulent dans un coffrage situé dans l'angle des escaliers de service, en provenance de la cave. Les compteurs sont situés devant les portes des appartements, au niveau des paliers. Des raccordements en plomb irriguent les appartements. Un grand nombre d entre eux est coupé. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 17 / 23 Les alimentations dans les étages supérieurs sont en mauvais état, manquent ponctuellement de fixations et ne sont pas repérées. Un point complet sur le gaz doit être réalisé, appartement par appartement pour savoir quelle partie du réseau doit être conservé. Les branchements palier seront conservées, ce qui permettra de réalimenter le cas échéant.. Révision des coffrets gaz dans l'escalier de service. Protection, repérage et mise en peinture dans les parties aériennes. Révision des parties de réseau défaillantes. Les alimentations en cave sont repérées et en bon état. Les réseaux gaz doivent être révisés dans les deux coursives. Un point complet doit être réalisé avec chaque copropriétaire pour savoir s il utilise le gaz dans son appartement ou non et ainsi conserver uniquement les réseaux nécessaires. ANALYSE RESEAUX - GAZ

18 c) Electricité Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations c.1) Généralités L arrivée des réseaux se fait par les caves. Ils remontent dans les étages par les escaliers de service. c.2) Courants forts c.2.α) Réseaux Les réseaux d alimentations en cave circulent au plafond et sont très anciens. Les réseaux remontent dans les étages par l escalier de service, installés dans des coffrages bois, dans l escalier et les parties communes des chambres de service. Là aussi, les réseaux sont anciens. c.2.β) Eclairage L éclairage de la copropriété est de bonne qualité. Les paliers sont assez faiblement éclairés, mais le niveau d éclairage est suffisant pour circuler. Dans les caves, les réseaux ont été rénovés. c.3) Courants faibles Les réseaux courants faibles circulent dans les cages d escalier de service et sur les paliers des coursives. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 18 / 23 Le réseau électrique général de la copropriété nécessitera une profonde remise à niveau, particulièrement dans les cages d'escaliers de service. La terre est reliée dans les immeubles. Les réseaux d alimentation (câblage, compteurs, coffrages) de la copropriété doit être rénové en cave comme dans les cages d escalier et les parties communes de chambres de service. Les nouveaux réseaux pourront circuler par les mêmes volumes (soit au plafond des caves et dans les coffrages des escaliers de service) L éclairage de la copropriété a été rénové récemment et ne demande pas d intervention. Les courants faibles sont installés de manière chaotique, sans coordination. Depuis l arrivée générale EDF, les réseaux d alimentation doivent rénovés, dans les caves comme dans les escaliers et les parties communes des chambres de service. Les anciens, réseaux, coffrets bois, etc. seront déposés et l ensemble sera remis aux normes. Aucune intervention n est nécessaire au niveau de l éclairage intérieur hormis l entretien courant. Les courants faibles doivent être regroupés dans une goulotte intégrée aux coursives. Les futurs réseaux doivent y être placés. Les réseaux électriques existants, particulièrement dans la cage d'escalier de service, seront déposés et des réseaux neufs mis en œuvre. ANALYSE RESEAUX - ELECTRICITE

19 d) Chauffage Descriptif Désordres Préconisations sommaires Urgence Illustrations La copropriété produit de manière collective eau chaude et chauffage, dans la chaufferie en cave par deux chaudières à gaz, parfaitement entretenues. Le vaste local accueillant la chaufferie est suffisamment éclairé et aéré. L ensemble est propre. Les conduits sont parfaitement calorifugés et le plafond floqué en cas d incendie. Les fontes d évacuations des réseaux d eau du bâtiment boulevard côté gauche passent par ce local avant de se jeter dans les collecteurs. - 16, bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 19 / 23 La chaufferie, à l image du matériel y étant contenu, ne présente pas de défaut notable. Si le système de chauffage et d eau fonctionne correctement, il n en va pas de même pour le bouclage de l eau chaude vers le bâtiment B. L eau chaude est sous bonne pression en arrivant en pied de colonne, au niveau des caves du bâtiment B. Le retour possède un débit très faible. Cela démontre clairement qu une partie de cette tuyauterie est bouchée et empêche le bouclage de faire son office, c està-dire d avoir très rapidement de l eau chaude en permanence. Ce dysfonctionnement entraîne des surconsommations d eau très importantes, car il faut la laisser couler plusieurs minutes avant qu elle devienne chaude. Les fontes des réseaux d évacuations d eau sont très dégradées et montre des signes de fuite ( à l image de celles circulant dans la cave du cabinet d avocat.) La chaufferie est en bon état de marche et sous contrôle régulier d un chauffagiste. Le réseau de bouclage est obturé dans les niveaux supérieurs du bâtiment B. Une campagne de recherche doit être menée, étage par étage, de bas en haut, afin de déterminer à quel niveau la pression chute. Une fois un premier désordre repéré et résolu, la campagne doit continuer jusqu au dernier niveau, car la conduite peut être obturé en plusieurs endroits. Préconisations développées au chapitre III Réseaux sous chapitre a) Eau La chaufferie est en très bon état et sous la surveillance constante d un chauffagiste. Le réseau de bouclage de l eau chaude du bâtiment B dysfonctionne. Une campagne doit être menée pour trouver le ou les endroits où la canalisation est obstruée. Les fontes en cave sont anciennes et portent des traces d oxydation et de fuite. Le tampon rapporté signale que des engorgements ont été résolus à ce niveau. ANALYSE RESEAUX - CHAUFFAGE

20 RECAPITULATIF / ESTIMATIF : Cette partie du diagnostic permet de lister l ensemble des désordres et d estimer le coût de tels travaux. Ces prix s'entendent H.T et ne concernent que la partie travaux, c est-à-dire sans les honoraires de la maîtrise d œuvre ou de la maîtrise d ouvrage. La liste est exhaustive pour que la copropriété puisse prévoir ses financements et ses priorités. Ces estimatifs ne sont pas le fruit de devis d entreprises mais d expériences de chantiers similaires. NOTA IMPORTANT : Nous avons catalogué certains travaux pouvant paraître d urgence équivalente (particulièrement au niveau des réseaux) entre urgent et moyen terme. Ces travaux sont à mener en parallèle d un ravalement car ils peuvent nécessiter des échafaudages pour les réaliser. Nous considérons que l urgence en terme de ravalement, est de commencer par la cour centrale et de continuer par la façade boulevard et la façade fond de parcelle. A) TRAVAUX URGENTS (dans l année) Ce paragraphe reprend les travaux que la copropriété doit réaliser dans les mois à venir. Il s agit d assurer la copropriété face aux dangers pour la sécurité des habitants et assurer le clos et le couvert et devant être réalisé en parallèle du ravalement de la cour centrale. Ravalement : + Reprises des fissures piochées sur les différentes façades de à Ravalement des façades cour de à Ravalement de la cage d escalier de service et des coursives attenantes du bâtiment A.... de à Plomberie : + Mise en œuvre de nouvelles descentes d évacuation des eaux des coursives du bâtiment A... de à Mise en œuvre de nouvelles descentes d évacuation des eaux des cuisines/salles de bains/chambres de service bâtiments A et B.. de à Mise en œuvre de nouvelles descentes d évacuation des eaux pluviales bâtiments A et B de à Rénovation du réseau gaz de à Menuiserie : + Rénovation des coffrages de l escalier de service du bâtiment A (réseau électricité et gaz) de à Electricité : + Rénovation du réseau d alimentation en courant fort Bât A (cave/escalier de service/parties communes des chambres de service) de à Couverture : + Rénovation d une partie de la couverture du bâtiment A de à Chauffage : + Campagne de recherche sur le bouclage eau chaude du bâtiment B / rénovation des parties détériorées.... de à , bvd Pereire PARIS - diagnostic immobilier - Philippe MONGAUZE Architecte Page 20 / 23 RECAPITULATIF / ESTIMATIF

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013 Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre Ancien prieuré Aménagement de la maison néogothique Projet 08/11/2013 // Pièces écrites / Sommaire /02 Le projet / Description architecturale

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR Les parties privatives et les parties communes Vous êtes propriétaire de votre appartement dans un immeuble en copropriété.

Plus en détail

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur / Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la règlementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE MARINADOUR 25 Allées Marines 64100 BAYONNE NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Bâtiment B2 Edition du 27/06/2013 Page 1 sur 9 A/ APPARTEMENTS Gros œuvre : 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations des

Plus en détail

www.defiscalisation.com

www.defiscalisation.com DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE Commune De Fort de France Quartier Beauséjour Jambette «Domaine de Bélize» 57 Appartements 60 Garages DESCRIPTIF DE VENTE www.defiscalisation.com 1/5 1 - CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Plus en détail

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière Conception et construction des ouvrages gaz Club de la Performance Immobilière Novembre 2014 RT2012 et arrêté 2 Aout 77 Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

Guide. de la copropriété

Guide. de la copropriété Guide de la copropriété 3F acteur majeur de l'habitat social 3F construit et gère des logements sociaux. Son parc s élève à près de 190 000 logements dont plus de 100 000 en Île-de-France. 3F est composé

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

Préavis n 15/14 au Conseil communal

Préavis n 15/14 au Conseil communal COMMUNE D AUBONNE Municipalité Préavis n 15/14 au Conseil communal Travaux de mise à jour des bâtiments rue de l'industrie 8 et 10 Délégué municipal : - M. Michel Crottaz, municipal Aubonne, le 21 octobre

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

CARNET DE SANTE LYCEE COLBERT A MARSEILLE. Destinataires : AREA M. SIRON

CARNET DE SANTE LYCEE COLBERT A MARSEILLE. Destinataires : AREA M. SIRON AGENCE DE MARSEILLE CONTROLE TECHNIQUE DE CONSTRUCTION 8 RUE JEAN JACQUES VERNAZZA BP 193 13322 MARSEILLE CEDEX 16 04.96.15.22.60 04.96.15.23.96 CARNET DE SANTE LYCEE COLBERT A MARSEILLE Destinataires

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! sommaire Entrée et cuisine... p.- Pièce à vivre... p.- Salle de bain, wc... p.- Immeuble collectif... p. Maison individuelle...

Plus en détail

CONSTRUCTION DE 56 VILLAS LOT 5, 2 ème EXTENSION SPRING CORCORDIA 97150 SAINT MARTIN

CONSTRUCTION DE 56 VILLAS LOT 5, 2 ème EXTENSION SPRING CORCORDIA 97150 SAINT MARTIN CONSTRUCTION DE 56 VILLAS LOT 5, 2 ème EXTENSION SPRING CORCORDIA 97150 SAINT MARTIN NOTICE DESCRIPTIVE I CARACTERISTIQUES TECHNIQUES GENERALES DE L IMMEUBLE 1.1 - INFRASTRUCTURE 1.1.1 - Fondations Les

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

Sécurité incendie Bâtiments d habitation anciens

Sécurité incendie Bâtiments d habitation anciens direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Sécurité incendie Bâtiments d habitation anciens Page 1 Préambule Le présent document constitue un diagnostic permettant aux gestionnaires

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété Une copropriété doit être entretenue et nécessite parfois la réalisation de

Plus en détail

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur /Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la réglementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

Résidence Les chemins de Berroueta

Résidence Les chemins de Berroueta Résidence Les chemins de Berroueta Quartier Berroueta 64122 URRUGNE DESCRIPTIF SOMMAIRE DU COLLECTIF Edition du 20/03/2014 1 A)APPARTEMENTS Gros oeuvre 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations

Plus en détail

CONSTAT D'ETAT DES LIEUX ENTRANT Dressé contradictoirement entre les soussignés

CONSTAT D'ETAT DES LIEUX ENTRANT Dressé contradictoirement entre les soussignés CONSTAT D'ETAT DES LIEUX ENTRANT Date : Dressé contradictoirement entre les soussignés Etabli par non renseigné EDL CB REUNION 1C Rocade de l'oasis Résidence Le Lotus Bleu, Appt 29 97400 SAINT DENIS Tel

Plus en détail

AVANT PROJET SOMMAIRE / AUDIT Lots CVC CFO CFA:

AVANT PROJET SOMMAIRE / AUDIT Lots CVC CFO CFA: MAITRE D OUVRAGE 133, rue Falguière 75015 PARIS Date 23/09/2011 Affaire / indice 0821-28-2011_IndA AVANT PROJET SOMMAIRE / AUDIT Lots CVC CFO CFA: Nom du fichier AUDIT_0821-28-2010_IndA_Caves Mouchotte.docx

Plus en détail

Le déroulement de l'enquête

Le déroulement de l'enquête Le déroulement de l'enquête Nous vous remercions de participer à notre enquête sur les charges de copropriété, dont nous publierons les résultats, dans notre mensuel et sur notre site, fin 2010, dès que

Plus en détail

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Centre de recherche Saint Antoine UMR-S 893 Site de l Hôpital Saint Antoine Bâtiment Inserm Raoul KOURILSKY 6 ème étage Equipe 13 Alex DUVAL

Plus en détail

Nota : le présent procès-verbal sera considéré comme accepté de tous s'il n'est fait aucune objection écrite pour le rendez-vous suivant.

Nota : le présent procès-verbal sera considéré comme accepté de tous s'il n'est fait aucune objection écrite pour le rendez-vous suivant. Nota : le présent procès-verbal sera considéré comme accepté de tous s'il n'est fait aucune objection écrite pour le rendez-vous suivant. 2/ 7 I GENERALITES CHANTIER 1. PLANNING PREVISIONNEL POUR le 10

Plus en détail

«La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON. Descriptif commercial sommaire

«La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON. Descriptif commercial sommaire «La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON Descriptif commercial sommaire A) CARACTERISTIQUES GENERALES 1. Gros Œuvre Infrastructure : - Implantation. - Fouilles en rigoles pour fondations.

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Place Jean Marie Danel 80370 BERNAVILLE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT n 04: SERRURERIE MAITRISE d ŒUVRE Antoine MAUGNARD Architecte 11 Avenue de

Plus en détail

AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots

AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots Cahier des charges de consultation expérimental AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots Date de mise à jour : 06/01/14 SOMMAIRE 0. Introduction 1. Cadre de la mission 2. Constitution

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

La réunion a commencée à 8h30 et s est terminée à 11h30

La réunion a commencée à 8h30 et s est terminée à 11h30 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL SYNDICAL DE LA RESIDENCE LE GRAND SUD Le vendredi 12 décembre 2014 Les membres du Conseil Syndical se sont réunis dans les locaux du cabinet FONCIA CARRERE TIXADOR

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

PROCES VERBAL DE DESCRIPTION

PROCES VERBAL DE DESCRIPTION SELARL SICARD MORIN Huissiers de Justice Associés près le Tribunal de Grande Instance de SAINTES 15-17, Faubourg Taillebourg BP. 14 17412 SAINT JEAN D ANGELY Tél : 05 46 32 04 98 Fax : 05 46 32 11 28 PROCES

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

C AD OUPE R G L Atelier des Compagnons:

C AD OUPE R G L Atelier des Compagnons: GROUPE ADC L Atelier des Compagnons: 26-30, Boulevard Biron - 93400 Saint-Ouen Tél. : 01 40 03 04 05 Fax : 01 40 03 06 15 www.latelier-sas.com Juin 2014 Immeuble de Bureaux Réhabilitation d un immeuble

Plus en détail

PROCES-VERBAL DESCRIPTIF

PROCES-VERBAL DESCRIPTIF SECOND ORIGINAL PROCES-VERBAL DESCRIPTIF L an deux mille douze et deux aout A la requête de Le CMAR, Société Coopérative de crédit à capital variable, soumise au Livre V du Code Rural, inscrite au RCS

Plus en détail

SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze. Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» Dossier N : 500032751 42000 SAINT-ETIENNE

SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze. Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» Dossier N : 500032751 42000 SAINT-ETIENNE SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» REVISION D'ESTIMATION EN VALEURS D ASSURANCE Date de relevé : 07/06/2010 Date de valeur : 01/01/2010 SCI

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée. Place René LESCOT

VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée. Place René LESCOT VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) MAITRE D'OUVRAGE VILLE DE FEYZIN Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée Place René LESCOT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUE PARTICULIERES (C.C.T.P) SOMMAIRE 1 OBJET DU MARCHE...3

Plus en détail

COMPTE-RENDU CONSEIL SYNDICAL DU 14/03/2013 Résidence DU PARC 78620 L ETANG LA VILLE

COMPTE-RENDU CONSEIL SYNDICAL DU 14/03/2013 Résidence DU PARC 78620 L ETANG LA VILLE COMPTE-RENDU CONSEIL SYNDICAL DU 14/03/2013 Résidence DU PARC 78620 L ETANG LA VILLE Le conseil syndical du Syndicat des Copropriétaires de la résidence du PARC s est réuni le jeudi 14 mars 2013 à 20h00

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE

AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE APPEL D OFFRE POUR UN MARCHE DE NETTOYAGE Pouvoir adjudicateur Monsieur Bernard VALERO, ambassadeur de

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

ORDRE DU JOUR. La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement. Questions/Réponses. Les travaux de canalisation et leur financement

ORDRE DU JOUR. La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement. Questions/Réponses. Les travaux de canalisation et leur financement ORDRE DU JOUR La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement Le projet de budget Questions/Réponses Les travaux de canalisation et leur financement L éventuel passage en copropriété Conclusion

Plus en détail

Travaux : REFECTION DES BALCONS ET RAVALEMENT DE LA RESIDENCE (SOCIETE SOCATEB) Ref. Client à rappeler : SOCAGI dossier réf. 0099/15715/W AG 7/06/11

Travaux : REFECTION DES BALCONS ET RAVALEMENT DE LA RESIDENCE (SOCIETE SOCATEB) Ref. Client à rappeler : SOCAGI dossier réf. 0099/15715/W AG 7/06/11 RÉSIDENCE L OREE DU BOIS II 1/5 RUE MARGUERITE BERVOETS 78280 GUYANCOURT Responsable Maître d Ouvrage : M. SEGARD 19 rue Georges Clémenceau (78000) Versailles Responsable Maître d œuvre : Monsieur CROUÉ

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Communauté d agglomération du Grand-Rodez. Rodez. L immeuble Balard 14 place de la Cité. Inventaire du patrimoine

Communauté d agglomération du Grand-Rodez. Rodez. L immeuble Balard 14 place de la Cité. Inventaire du patrimoine Communauté d agglomération du Grand-Rodez Inventaire du patrimoine Rodez L immeuble Balard 14 place de la Cité Diane Joy Novembre 2010 L immeuble Balard, 14 place de la Cité L immeuble situé au n 14 place

Plus en détail

Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête

Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête 74 RUE DE VIENNE, 27140 GISORS RAPPORT DE DIAGNOSTIC DES SONDAGES REALISES DANS LA SALLE DE PROJECTION 0. TABLE DES MATIERES 0. Table des matières...

Plus en détail

Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne

Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne Les branchements et le Code de la Santé Publique Les articles que nous utilisons le plus dans notre relation avec les abonnés sont les suivants

Plus en détail

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr S GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMB QUI FAIT QUOI DANS LOGEMENT? Point par point www.ophmontreuillois.fr Les installations de chauffage en détail Les installations de plomberie en détail Convecteur électrique

Plus en détail

IMMEUBLE A VENDRE. Avenue du Val Saint Georges, 4 5000 NAMUR

IMMEUBLE A VENDRE. Avenue du Val Saint Georges, 4 5000 NAMUR IMMEUBLE A VENDRE Avenue du Val Saint Georges, 4 5000 NAMUR À Salzinnes, à proximité immédiate du centre de Namur, de la clinique et maternité Sainte-Elisabeth, des Hautes Ecoles, des autoroutes, des commerces

Plus en détail

avec ou sans isolation Relookez et isolez votre maison bardage pvc

avec ou sans isolation Relookez et isolez votre maison bardage pvc avec ou sans isolation Relookez et isolez votre maison F IC H E PRODUIT bardage pvc L utilisation du revêtement avec ou sans isolant proposé par Plein jour vous permet de rajeunir et embellir l aspect

Plus en détail

PROCÈS VERBAL DE CONSTAT D'ÉTAT DES LIEUX

PROCÈS VERBAL DE CONSTAT D'ÉTAT DES LIEUX Maître N d'étude : Tél. : Fax : email : @ PROCÈS VERBAL DE CONSTAT D'ÉTAT DES LIEUX Référence du dossier : xxxxxxxxxxxxxx Page 1/8 PROCÈS VERBAL DE CONSTAT L'AN DEUX MILLE DOUZE ET LE VENDREDI NEUF NOVEMBRE

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE : ARCHITECTE : 29, RUE DES MONTEES 13, RUE DESCARTES 45074 ORLEANS CEDEX 2. Mars 2009

MAITRE D OUVRAGE : ARCHITECTE : 29, RUE DES MONTEES 13, RUE DESCARTES 45074 ORLEANS CEDEX 2. Mars 2009 DESCRIPTIF COMMERCIAL «LA RENAISSANCE» RESIDENCE SERVICES VILLE D ORLEANS PROGRAMME DE 70 APPARTEMENTS Faubourg Bannier Passage de la Concorde - 45000 ORLEANS MAITRE D OUVRAGE : ARCHITECTE : IDIMMO ORLEANS

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

GUIDE D'INSTALLATION. Lave-Vaisselle

GUIDE D'INSTALLATION. Lave-Vaisselle GUIDE D'INSTALLATION Lave-Vaisselle SOMMAIRE 1/ CONSIGNES DE SECURITE Avertissements importants 03 2/ INSTALLATION DE VOTRE LAVE-VAISSELLE Appareil non encastré 04 Appareil encastré 04 Appareil encastré

Plus en détail

Entretien et Réparations dans votre logement

Entretien et Réparations dans votre logement Ce document est important pour vous. Conservez-le soigneusement. Extérieurs Entretien et Réparations dans votre logement Ce document reprend l ensemble des équipements de votre logement et vous indique,

Plus en détail

SURFACES ET EFFECTIFS

SURFACES ET EFFECTIFS 2,91 m 3,50 m 6 m 3,50 m 3,50 m 5,80 m 3,50 m 3 m 3,50 m rue des Sablons COUPE RESTRUCTURATION D'UN ENSEMBLE IMMOBILIER 29-31 rue des Sablons - Impasse des prêtres 75016 PARIS COMMERCIALISATION COUPE COMMERCIALISATION

Plus en détail

Dallnet goutte d eau

Dallnet goutte d eau Balcon Dallnet goutte d eau... Larmiers en aluminium pour façade et nez de balcon Edition 8/009 Toutes les nouveautés, les catalogues à jour consultables et téléchargeables sur www.danialu.com La philosophie

Plus en détail

Toiture Démoussage Zinguerie Isolation Traitement de charpente Ravalement Vélux Réhaussement Nettoyage de gouttière Anti-nuisibles

Toiture Démoussage Zinguerie Isolation Traitement de charpente Ravalement Vélux Réhaussement Nettoyage de gouttière Anti-nuisibles Toiture Démoussage Zinguerie Isolation Traitement de charpente Ravalement Vélux Réhaussement Nettoyage de gouttière Anti-nuisibles NOTRE ENTREPRISE L entreprise MORENO, spécialiste des interventions de

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

A l extérieur du logement

A l extérieur du logement Travaux et entretien du logement Locataire bailleur, qui fait quoi Locataire / bailleur, qui fait quoi? octobre 00 Fiche n sept. 00 Fiche n A l extérieur du logement 6 3 4 7 5 Fiche n Travaux et entretien

Plus en détail

PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF

PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF L an DEUX MILLE QUINZE, et le DIX SEPT AVRIL A la requête de : Madame Valérie MAIK veuve RELIGA, Née le 28 novembre 1927 à OPALNICA, 105 Route de Cassel 59940 NEUF BERQUIN

Plus en détail

CCTP 07.TVX.02 Page N 1

CCTP 07.TVX.02 Page N 1 CCTP 07.TVX.02 Page N 1 SOMMAIRE A EXPOSE GENERAL DE L OPERATION A.01 OPERATION Page : 3 A.02 INTERVENANTS Page : 3 A.03 DOCUMENTS REMIS Page : 3 B GENERALITES TOUS CORPS D ETAT B.01 OBJET DU C.C.T.P.

Plus en détail

CARNET D ENTRETIEN DE LA COPROPRIETE. Loi du 10 juillet 1965 Article 18 Décret n 2001-477 du 30 mai 2001 REGLEMENT DE COPROPRIETE

CARNET D ENTRETIEN DE LA COPROPRIETE. Loi du 10 juillet 1965 Article 18 Décret n 2001-477 du 30 mai 2001 REGLEMENT DE COPROPRIETE Crééle31/01/200816:44:00 CARNET D ENTRETIEN DE LA COPROPRIETE Loi du 10 juillet 1965 Article 18 Décret n 2001-477 du 30 mai 2001 Désignation de l immeuble : RESIDENCE LECLERC 78140 VELIZY-VILLACOUBLAY

Plus en détail

Travaux : REFECTION DES BALCONS ET RAVALEMENT DE LA RESIDENCE (SOCIETE SOCATEB) Ref. Client à rappeler : SOCAGI dossier réf. 0099/15715/W AG 7/06/11

Travaux : REFECTION DES BALCONS ET RAVALEMENT DE LA RESIDENCE (SOCIETE SOCATEB) Ref. Client à rappeler : SOCAGI dossier réf. 0099/15715/W AG 7/06/11 RÉSIDENCE L OREE DU BOIS II 1/5 RUE MARGUERITE BERVOETS 78280 GUYANCOURT Responsable Maître d Ouvrage : M. SEGARD 19 rue Georges Clémenceau (78000) Versailles Responsable Maître d œuvre : Monsieur CROUÉ

Plus en détail

Le Domaine les Moulins NOTICE DESCRIPTIVE

Le Domaine les Moulins NOTICE DESCRIPTIVE Le Domaine les Moulins 46, rue Paul Valéry - 75116 Paris NOTICE DESCRIPTIVE (Prévue par l article R 261.13 du CCH suivant l arrêté du 10 mai 1968) SAINTE-MAXIME «LE DOMAINE LES MOULINS» ENSEMBLE IMMOBILIER

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE REUNION.

COMPTE-RENDU DE REUNION. Date d'émission : 10/05/2011 Page : 1/5 DESTINATAIRES : Les participants Les absents excusés COPIES : GEI Émetteur : Claude ARNAUD Date de la réunion : 06/05/2011 de 20 h 30 à 22 h Participants : Claire

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Mairie de BRAILLANS 9 rue de la mairie 25640 BRAILLANS 03 81 57 93 30 Email : mairie.braillans@orange.fr MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

NOTICE D EQUIPEMENT. Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE

NOTICE D EQUIPEMENT. Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE NOTICE D EQUIPEMENT Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE MAITRE D OUVRAGE SAS DAUPHINE et CLEMENT c/o COGECO IMMOBILIER Le Temporis ZAC de Champfeuillet BP 96 38503

Plus en détail

Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France Section milieux de vie Groupe de travail «Bâtiment Santé»

Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France Section milieux de vie Groupe de travail «Bâtiment Santé» Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France Section milieux de vie Groupe de travail «Bâtiment Santé» Avis relatif à l utilisation du plomb en feuilles ou en plaques dans la construction Séance du 23

Plus en détail

SOCIETE D ECONOMIE MIXTE IMMOBILIERE. de la VILLE de VELIZY SEMIV ------ RESIDENCE LECLERC REGLEMENT DE JOUISSANCE ET DE COPROPRIETE

SOCIETE D ECONOMIE MIXTE IMMOBILIERE. de la VILLE de VELIZY SEMIV ------ RESIDENCE LECLERC REGLEMENT DE JOUISSANCE ET DE COPROPRIETE 1 SOCIETE D ECONOMIE MIXTE IMMOBILIERE de la VILLE de VELIZY SEMIV ------ RESIDENCE LECLERC REGLEMENT DE JOUISSANCE ET DE COPROPRIETE AVERTISSEMENT Ce document n est pas un original, mais une saisie informatique

Plus en détail

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement?

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement? ENTRETIEN & RÉPARATIONS Qui paie quoi dans votre logement? Qui paie quoi dans votre logement? Peinture, papier peint sur murs et plafonds Peinture sur les portes palières et huisseries L entrée Un évier

Plus en détail

François Dussault, T.P. Inspecteur en bâtiment. Repentigny, le 31 août 2010

François Dussault, T.P. Inspecteur en bâtiment. Repentigny, le 31 août 2010 Repentigny, le 31 août 2010 Monsieur François Dussault, propriétaire 76 rue Vinet Repentigny, Qc. J6A 1K9 Objet : Infiltration dans la salle de bains au 76 Vinet Monsieur Dussault, C est avec plaisir que

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ANNEXE PLANCHES DESCRIPTIVES Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques PLANCHES DESCRIPTIVES Etanchéité des installations ; protection

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 LA VENTILATION DES COUVERTURES 01-01-1998 TABLE DES MATIÈRES Page 1- Historique... 1 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 3- Recommandations et investigations avant réfection... 3 4-

Plus en détail

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009 Document d information non contractuel L Anah, Agence nationale de l habitat, attribue des aides financières aux propriétaires

Plus en détail

www.financeimmo.com 1 - Généralités sur le prêt pass travaux. 2 - Bénéficiaires de l'emprunt travaux. Prêt PASS TRAVAUX du 1% patronal

www.financeimmo.com 1 - Généralités sur le prêt pass travaux. 2 - Bénéficiaires de l'emprunt travaux. Prêt PASS TRAVAUX du 1% patronal Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES Ecole de MIRANGO I Vincent DAVID Le 21 décembre 2010 Table des matières 1- Les outils d accessibilité principalement utilisés 1-1 Les rampes d accès

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! sommaire Entrée et cuisine... p.4- Pièce à vivre... p.-7 Salle de bain, wc... p.8-9 Immeuble collectif... p.10 Maison

Plus en détail

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre )

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) Toitures et charpentes Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) C.2 1/6 Domaine d application Le présent document traite des interfaces dans la mise en œuvre des couvertures grands

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Approche architecturale d un projet de rénovation

Approche architecturale d un projet de rénovation Approche architecturale d un projet de rénovation Atelier d architecture, 9 rue des Hospices, 34 090 Montpellier Guillaume Bounoure - chloe Genevaux architectes architectes.ecoarct@gmail.com 1 Déroulement

Plus en détail

Phase de processus Poste période Activité stable Activité évolutive. d étude ou de bureau d étude

Phase de processus Poste période Activité stable Activité évolutive. d étude ou de bureau d étude Répertoire des activités de travail exposant aux cancérogènes GISCOP93 Université Paris 13 (Bobigny) Page 1 sur 11 Parmi les postes répertoriés, beaucoup de postes sont cités une seule fois. Pour eux,

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

DPGF MARCHE LOT 120 - PEINTURE

DPGF MARCHE LOT 120 - PEINTURE GENERALITES Tous les ouvrages devront être principalement conformes aux exigences en vigueur : des textes législatifs et règlementaires, DTU, normes, règles techniques, traitant de la construction et tout

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION

DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION Conformément au Code de la Construction et de l Habitation : articlel134, la LOI n 2006-872 du 13 juillet

Plus en détail

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014 Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Sommaire Domaine Sécurité et sanitaire Mise en sécurité des

Plus en détail

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT PREAMBULE Le principe de l assainissement collectif est d organiser la collecte des eaux usées depuis les logements

Plus en détail