LYME OR NOT LYME? Marion SCHNEIDER, interne de DES Dr Patricia LUBELSKI, pédiatre Jeudi UHPS, 15/10/15

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LYME OR NOT LYME? Marion SCHNEIDER, interne de DES Dr Patricia LUBELSKI, pédiatre Jeudi UHPS, 15/10/15"

Transcription

1 LYME OR NOT LYME? Marion SCHNEIDER, interne de DES Dr Patricia LUBELSKI, pédiatre Jeudi UHPS, 15/10/15

2 Déborah, 4 ans Consulte pour fièvre J6 après morsure de tique occipitale en Bourgogne, retirée par les parents Douleurs cervicales

3 A l examen clinique : Fièvre à 40, bonne tolérance hémodynamique Raideur et douleurs de la nuque sans signes méningés Croûte au point d inoculation Erythème autour de la morsure Erythème migrant, Arthralgie Qu évoquez-vous? Quelle prise en charge?

4 Prise en charge NFS, CRP Sérologie de Lyme Traitement par CLAMOXYL 100mg/kg/j

5 Contrôle J+1 Persistance de la fièvre Apparition d une pustulose, aspect très érythémateux autour de l escarre Douleurs locales importantes Majoration de la raideur de nuque QUE FAIRE?

6 Prise en charge Adressée aux urgences Ablation de la croûte occipitale, soins locaux NFS : GB 8340 dont 4590 PNN, Hb 11.4 g/dl, Plaquettes /mm3 Iono nl, CRP 14 mg Sérologie de Lyme en attente RAD avec Clamoxyl + Bristopen, soins locaux, Doliprane

7 Consultation à J+4 Ecoulement mélicérique en regard du point d inoculation, Douleurs locales mais amélioration de la mobilité cervicale Sérologie de Lyme positive en IgM Poursuite surveillance

8 Reconsulte 48h plus tard Apparition d un rash, généralisé, reprise d un fébricule QUE PENSER DU LYME?

9 J12 de la morsure Fièvre + raideur Escarre au point d inoculation avec érythème migrant Eruption érythémato-papuleuse généralisée Arthralgies

10 Sérologie Rickettsiose + (envoyée au centre de référence) : Rickettsia slovaca Faux positif de la sérologie de Lyme TTT : Josacine après avis centre de référence (Marseille)

11 Enzo 5 ans, vient vous consulter pour présence d une tique dans un contexte de balade en forêt la veille.

12 1ères questions : Quand a-t-il été piqué? Combien de temps la tique est-elle restée? QUE FAITES-VOUS?

13 Extraction avec un tire-tique Examen cutané minutieux Surveiller l apparition d un érythème migrant ou d autres signes (fièvre, arthralgies ) dans les 2 à 32 jours QUELLE EST LA PLACE DE L ANTIBIOTHERAPIE?

14 Parmi les tiques, seule l espèce Ixodes ricinus est vecteur de Borrelia burgdorferi 12% sont infectées Donc pas d ATB 16e Confe rence de Consensus en The rapeutique Anti-Infectieuse Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives SPILF, décembre 2006, P.Choutet

15 Cycle infectieux

16 Enzo Consulte aux urgences 1 semaine plus tard pour érythème au niveau de la morsure de tique et apparition d une fièvre Examens complémentaires? Quelle antibiothérapie?

17 Stade 2 et 3 16e Confe rence de Consensus en The rapeutique Anti-Infectieuse Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives SPILF, décembre 2006, P.Choutet

18 Situations où la sérologie n a pas d indication - Dépistage systématique des sujets exposés - Piqûre de tique sans manifestation clinique - E rythème migrant typique - Contro le sérologique systématique des patients traités -Tps de contact <48h

19 16e Confe rence de Consensus en The rapeutique Anti-Infectieuse Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives SPILF, décembre 2006, P.Choutet

20 Mise au point Maladie de Lyme Transmise par morsure de tique Due à une infection à Borrélia burgdorferi Pathologie fréquente dont l incidence en France est 1 pour 6000 Surement sous-estimée car : Moins de 50% des patients ont souvenir d une morsure de tique L EM n est présent que dans 50 à 70% des cas Diagnostic difficile aux stades secondaire et tertiaire

21 Dans le monde

22 En France

23 Diagnostic sérologique En 2 étapes Test ELISA Les IgM apparaissent 3 semaines après la morsure, leur apparition est inconstante, elles peuvent persister plusieurs mois voire plusieurs années Les IgG apparaissent entre 6 et 8 semaines, leur décroissance se poursuit sur plusieurs années En cas de résultat douteux, contrôler 15 à 20 jours après

24 Faux positifs : réactions croisées Avec syphilis et tréponématoses non vénériennes Avec les Rickettsioses Avec les maladies autoimmunes (ELIS A) Avec les Herpes virus (seulement en ELISA) 16e Confe rence de Consensus en The rapeutique Anti-Infectieuse Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives SPILF, décembre 2006, P.Choutet

25 Faux négatifs Sérologie réalisée trop tôt Antibiothérapie précoce dans la phase I Sensibilité à 80 % dans la phase II

26 2 e étape Western Blot En cas de positivité, un WB de confirmation est réalisé.il permet d exclure les faux positifs. Sa sensibilité n est pas supérieure au test Elisa et sa réalisation est inutile en cas d Elisa ne gatif.

27 Interprétation et piège Stade I : diagnostic clinique (érythème migrans) avant séroconversion Stade II : fièvre inconstante et manifestations variées de type neurologiques, rhumatologiques, cardiaques, cutanées. Attention : 20% des patients sont séronégatifs Stade III : 100 % des patients sont séropositifs

28 Mise au point Rickettsiose ou fièvre boutonneuse Fièvre +/- myalgies, céphalées Escarre Puis éruption centrifuge dans un 2 e temps Après une piqure de tique (de type Ixodes) Pr Aubry, Rickettsioses actualités 2014

29 Manifestations extra-cutanées (5 à 6% des cas) - he pato-sple nome galie (en particulier chez l enfant), - atteinte neurologique : stupeur ou syndrome confusionnel, convulsions (nourrisson, formes graves), - atteinte me ninge e (le LCR est normal), - atteinte cardiovasculaire : collapsus initial, bradycardie (formes graves), modifications ECG, - atteinte pulmonaire (images réticulo-nodulaires) - atteinte re nale aigue de mécanismes physiopathologiques différents : Insuffisance rénale aigue fonctionnelle, nécrose tubulaire aigue, glomérulonéphrite extra-capillaire. - Biologie : Syndrome inflammatoire, thrombopénie, augmentation des LDH. Pr Aubry, Rickettsioses actualités 2014

30 Diagnostic En 2014, le CNR a détecté 52 nouveaux cas de Rickettsioses (+13% par rapport à 2013) Méthode : ELISA + WB Culture PCR dans le sang ou biopsie ou tique Pr P-E Fournier, rapport d activité 2014

31 Traitement Débuter avant la confirmation diagnostique Traitement de référence : Doxycycline 2,2 mg/kg/12 h (200 mg chez l'adulte, 5 mg/kg chez l'enfant) pendant au moins 3 jours parès apyréxie Contre indication : femme enceinte, enfant de moins de 8 ans. Alternatives : Josacine 50 mg/kg/j Chloramphénicol à la dose de mg/kg/j Fluoroquinolones (ciprofloxacine 750 mg x 2/j) Clarithromycine : 15 mg/kg/j Pr Aubry, Rickettsioses actualités 2014

32 MERCI DE VOTRE ATTENTION

Maladie de Lyme. Dr Cihan BIRCAN Service des urgences CH de THIERS

Maladie de Lyme. Dr Cihan BIRCAN Service des urgences CH de THIERS Maladie de Lyme Dr Cihan BIRCAN Service des urgences CH de THIERS Découverte en 1976. HISTOIRE Une femme de 25 ans vient vous consulter car elle s est aperçue le matin même de la présence d une tique

Plus en détail

Maladie de Lyme. Jean Paul Stahl

Maladie de Lyme. Jean Paul Stahl Maladie de Lyme Jean Paul Stahl Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic de la borréliose de Lyme? exposition possible aux piqûres de tique + manifestations cliniques

Plus en détail

Piqué par une tique, que faire? Piqûres de tiques : causes et conséquences de la maladie de Lyme TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT

Piqué par une tique, que faire? Piqûres de tiques : causes et conséquences de la maladie de Lyme TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Piqué par une tique, que faire? Piqûres de tiques : causes et conséquences de la maladie de Lyme TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Généralités sur la pathologie La maladie de Lyme, ou borréliose, est une

Plus en détail

Colloque Maladies transmises par les tiques

Colloque Maladies transmises par les tiques Colloque Maladies transmises par les tiques 3 juin 2015 Petit amphithéatre Faculté de Médecine Yves Hansmann Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Quelles agents infectieux peuvent transmettre

Plus en détail

La fièvre boutonneuse méditerranéenne (FBM) Présenté par le Dr BOUHABEL Maamar Maître assistant en Maladies infectieuses / HMRU Constantine

La fièvre boutonneuse méditerranéenne (FBM) Présenté par le Dr BOUHABEL Maamar Maître assistant en Maladies infectieuses / HMRU Constantine La fièvre boutonneuse méditerranéenne (FBM) Présenté par le Dr BOUHABEL Maamar Maître assistant en Maladies infectieuses / HMRU Constantine Définition Entropozoonose due à Rickettsia Conorii, coccobacille

Plus en détail

Conduite à tenir devant une piqûre de tique

Conduite à tenir devant une piqûre de tique Conduite à tenir devant une piqûre de tique Actualités Thérapeutiques Nantes, 1 er décembre 2012 Maeva Lefebvre, Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Quel est le risque infectieux inhérent à

Plus en détail

Place et intérêt des méthodes du diagnostic biologique au cours des différentes manifestations de la borréliose de Lyme

Place et intérêt des méthodes du diagnostic biologique au cours des différentes manifestations de la borréliose de Lyme Place et intérêt des méthodes du diagnostic biologique au cours des différentes manifestations de la borréliose de Lyme Marc Victor ASSOUS Microbiologie, Faculté de Médecine René Descartes, Université

Plus en détail

Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir?

Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir? Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir? Professeur Yves Hansmann Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Borréliose de Lyme tardive :

Plus en détail

Muriel FROMAGE (ANSM) / Christophe DE CHAMPS (Reims), Gérard LINA (Lyon), Benoît JAULHAC (Strasbourg) Expédition - Clôture 05/11/ /12/2014

Muriel FROMAGE (ANSM) / Christophe DE CHAMPS (Reims), Gérard LINA (Lyon), Benoît JAULHAC (Strasbourg) Expédition - Clôture 05/11/ /12/2014 Contrôle National de Qualité des analyses de biologie médicale Bactériologie 14BAC2 Muriel FROMAGE (ANSM) / Christophe DE CHAMPS (Reims), Gérard LINA (Lyon), Benoît JAULHAC (Strasbourg) Expédition - Clôture

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Fie vre boutonneuse me diterrane enne

Fie vre boutonneuse me diterrane enne Fie vre boutonneuse me diterrane enne Dr charaoui.k Définitions généralités Les rickettsioses sont des maladies infectieuses dues à des petites bactéries : rickettsies. Les rickettsies sont séparées en

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

réseau Franche-Comté

réseau Franche-Comté SURVEILLANCE-DES- MALADIES-TRANSMISES- PAR-LES-TIQUES réseau Franche-Comté 2010-2012 Bulletin d information n 1 Période de surveillance du 1 er avril au 31 décembre 2010 Franche-Comté L équipe de la Cire

Plus en détail

Borréliose de Lyme Actualités. Yves Hansmann Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Borréliose de Lyme Actualités. Yves Hansmann Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Borréliose de Lyme Actualités Yves Hansmann Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Pas de conflit d intérêt pour cette présentation PLAN Prévention Faire plus ou faire moins? Epidémiologie Sommes nous face

Plus en détail

Biolac 360. Mai 2016 DIAGNOSTIC DE LA COQUELUCHE PRESCRIPTION ET REMBOURSEMENT DES FIBROTESTS ET ACTITESTS

Biolac 360. Mai 2016 DIAGNOSTIC DE LA COQUELUCHE PRESCRIPTION ET REMBOURSEMENT DES FIBROTESTS ET ACTITESTS Un nouveau numéro de notre journal destiné aux prescripteurs et partenaires médicaux. Bonne lecture! DIAGNOSTIC DE LA COQUELUCHE N hésitez pas à nous faire parvenir vos suggestions concernant des sujets

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

LA MALADIE DE LYME OU BORRELIOSE

LA MALADIE DE LYME OU BORRELIOSE LA MALADIE DE LYME OU BORRELIOSE La borreliose est une pathologie multisystémique à spirochète transmise par l intermédiaire de tiques. Bien connue en médecine humaine, elle a également été décrite dans

Plus en détail

A Berriche, L Ammari, H Tiouiri Benaissa. Le 30/06/2010.

A Berriche, L Ammari, H Tiouiri Benaissa. Le 30/06/2010. A Berriche, L Ammari, H Tiouiri Benaissa Le 30/06/2010 Mr A.B, âgé de 72 ans, admis pour : Céphalée Vomissements Convulsions généralisés Sono-photophobie Fièvre chiffrée à 39 40 C La symptomatologie est

Plus en détail

La tique appartient à la famille des acariens. Plus de 850 espèces ont été décrites à travers le monde.

La tique appartient à la famille des acariens. Plus de 850 espèces ont été décrites à travers le monde. LE POINT SUR LES MORSURES DE TIQUES I - LA VIE DES TIQUES : La tique appartient à la famille des acariens. Plus de 850 espèces ont été décrites à travers le monde. Les tiques sont caractérisées par un

Plus en détail

Incidence de la borréliose de Lyme en Alsace Etude ALSA(CE)TIQUE

Incidence de la borréliose de Lyme en Alsace Etude ALSA(CE)TIQUE Incidence de la borréliose de Lyme en Alsace Etude ALSA(CE)TIQUE 2014-2015 S. Raguet 1, Y. le Strat 1, Y Hansmann 2, M. Martinot 3, P. Kieffer 4, S. De Martino 5, B. Jaulhac 5, E. Couturier 1 1 Sante publique

Plus en détail

Code : B-PR1-PREA-F15 Version n 1 Date d'application : 06/11/2015 Page : 1 / 8

Code : B-PR1-PREA-F15 Version n 1 Date d'application : 06/11/2015 Page : 1 / 8 Page : 1 / 8 VERSION COMMENTAIRE DATE 1 Création 06/11/2015 Rédaction Vérification Approbation Validation Date : 30/10/2015 Fonction : Adjoint Nom : BIGAILLON Christine Visa : Informatique Date : 05/11/2015

Plus en détail

MOUFFOK N Infectiologie CHUOran

MOUFFOK N Infectiologie CHUOran MOUFFOK N Infectiologie CHUOran FIEVRE BOUTONNEUSE MEDITERRANEENNE R. conorii subsp. Conorii à l'intérieur d'une cellule endothéliale humaine (Coloration de Gimenez). Rickettsia conorii Transmise par la

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES N de version: 01 Date d'application: Mars 2010 Réf.: CMUB-004 Pagination : 1 de 5 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 004 Rédacteurs Dr Minerva FADDOUL, Dr Emmanuel VIGREUX Date Mars

Plus en détail

Le point sur la maladie de Lyme

Le point sur la maladie de Lyme Le point sur la maladie de Lyme B. Jaulhac, C. Koebel, S. De Martino Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

LES VECTEURS : TRANSMISSION D AGENTS PATHOGENES

LES VECTEURS : TRANSMISSION D AGENTS PATHOGENES LES VECTEURS : TRANSMISSION D AGENTS PATHOGENES I) Notion de vecteur Les vecteurs sont des arthropodes hématophages assurant la transmission biologique (ou mécanique) active (volonté) d un agent pathogène,

Plus en détail

RUBEOLE ET GROSSESSE

RUBEOLE ET GROSSESSE RUBEOLE ET GROSSESSE diminution de l incidence grâce à la vaccination En 2006: moins de 20 cas séroconversions /an pdt la grossesse 0 cas de rubéole malformative en 2006 en France (vaccination /IMG des

Plus en détail

Réseau Limousin. Bulletin d'information n 2 Période de surveillance du 1 er avril 2004 au 31 mars 2006 LA MALADIE DE LYME

Réseau Limousin. Bulletin d'information n 2 Période de surveillance du 1 er avril 2004 au 31 mars 2006 LA MALADIE DE LYME SURVEILLANCE DE LA MALADIE DE LYME Réseau Limousin Bulletin d'information n 2 Période de surveillance du 1 er avril 2004 au 31 mars 2006 avril 2004 à mars 2005 (1) (1) selon les données consolidées le

Plus en détail

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie Cas Clinique Mme F. Jeanne, 82 ans est hospitalisée dans le service de Gériatrie le 21/01/2004. Elle est adressée par son médecin traitant pour d aggravation de sa démence et demande de placement. ATCD

Plus en détail

Leptospiroses. Galas T. DESC Réa. médicale Limoges 2007

Leptospiroses. Galas T. DESC Réa. médicale Limoges 2007 Leptospiroses Galas T. DESC Réa. médicale Limoges 2007 Bactériologie Bactériologie Treponema (syphilis) Borellia (M. de Lyme) Spirochètes Leptospira (leptospirose) Bactériologie Taille 0,25 x 6-25 µm Caractéristiques

Plus en détail

Module 7 - Edition 2006 - Item 101 page 1 Copyright CMIT ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2006 - Item 101 page 1 Copyright CMIT ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 101 page 1 ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX I. Identifier les situations à risques de pathologie d inoculation II. Diagnostiquer et argumenter les

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle»

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Point de vue du Virologue Marianne COSTE-BUREL, Service de Virologie, CHU NANTES Quelques Chiffres (rapport HAS mai 2016)

Plus en détail

Maladie de Lyme : que doisje savoir?

Maladie de Lyme : que doisje savoir? Maladie de Lyme : que doisje savoir? CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La maladie de Lyme est une maladie

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie CAS CLINIQUE Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011 Jeune homme, 33 ans Marié depuis un an Sans antécédents pathologiques Rapports sexuels extraconjugaux non protégés avec des partenaires multiples

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

éruption rosée e du tronc * Rx thorax/ecg sans particularité

éruption rosée e du tronc * Rx thorax/ecg sans particularité Madame Z. 56 ans Hospitalisée e le 17.10 pour un syndrome fébrile f au retour d un trek au NEPAL ATCD : O Séjour au NEPAL du 29.09 au 16.10 principalement en zone montagneuse * A son entrée e dans le service

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

Typhus murin à la Réunion Etat des lieux et perspectives

Typhus murin à la Réunion Etat des lieux et perspectives Typhus murin à la Réunion Etat des lieux et perspectives E. Balleydier, G.Camuset, C.Socolovschi, M.P Moiton, B.Kuli, A.Foucher, P.Poubeau, G. Borgherini, G.Wartel, H. Audin, D.Raoult, L.Filleul, P.Parola,

Plus en détail

LA MÉDITERRANÉE C EST AUSSI DANGEREUX! Hervé Haas Philippe Minodier. ée fe ct ieu se p é d i a t r i q. ue am

LA MÉDITERRANÉE C EST AUSSI DANGEREUX! Hervé Haas Philippe Minodier. ée fe ct ieu se p é d i a t r i q. ue am LA MÉDITERRANÉE C EST AUSSI DANGEREUX! ej 20 ée ourn de path ologie in fe ct ieu se p é d i a t r i q bu ue am lato ire Hervé Haas Philippe Minodier 1 Nous sommes le 6 septembre 2016, Benjamin 6 ans vous

Plus en détail

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon A propos de 5 cas cliniques Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon Constat: Leptospirose : maladie rare et méconnue chez l enfant mais non exceptionnelle Objectifs de l étude

Plus en détail

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Formes cliniques et prise en charge Patrice POUBEAU G. BORGHERINI Service Maladies Infectieuses G H Sud Réunion Marie Pierre MOITON Dominique FERRANDIZ

Plus en détail

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins D. Christmann Hôpitaux Universitaires Strasbourg CEMI 17 : ACTUALITES SUR LES ARBOVIROSES. 15 et 16 mars 2012 Institut Pasteur Virus TBE (1) Famille Togaviridae

Plus en détail

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Elargoubi Aida 15/04/2016 Virus et Grossesse Passage transpalcentaire Conséquences sur la maman et le bébé VIRUS

Plus en détail

PRESENTATION DES QUIZ

PRESENTATION DES QUIZ PRESENTATION DES QUIZ QUIZ N 1 Hôpital Beaujon Francisca Joly, PHU PMAD - Gastroentérologie et Assistance Nutritive Une patiente de 35 ans est hospitalisée en urgence en octobre 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mai 2006 TICOVAC 0,25 ml ENFANTS, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'encéphalite à tiques (inactivé) seringue préremplie en verre de 0,25 ml

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Généralité Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Épidémiologie Les IST : VIH, syphilis, gonococcie, chlamydiose, herpès génitale, VHB, HPV,... FDR : femme, PD, 1 er rapport précoce, partenaires

Plus en détail

Borréliose de Lyme certitudes et incertitudes

Borréliose de Lyme certitudes et incertitudes Borréliose de Lyme certitudes et incertitudes DESC Maladies Infectieuses Yves Hansmann Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Le paradoxe de la borréliose

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Patrick CHOUTET Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il

Plus en détail

Prise en charge de la Fièvre Q. Dr. E. Denes Service de Maladies Infectieuses Mars 2013

Prise en charge de la Fièvre Q. Dr. E. Denes Service de Maladies Infectieuses Mars 2013 Prise en charge de la Fièvre Q Dr. E. Denes Service de Maladies Infectieuses Mars 2013 Fin mai 2013? 2 Les Hollandais entrent dans la danse C était très français. 4 Littérature actuelle 5 Mr L 50 ans Agriculteur

Plus en détail

«Maladies infectieuses»

«Maladies infectieuses» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Maladies infectieuses» 1. Informations de base - Matière d enseignement: maladies infectieuses - Public cible : 3 ème année médecine -

Plus en détail

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué?

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué? M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin Diagnostic évoqué? PL : albuminorachie 0,5g/L 70 cellules / µl 90% lympho-monocytes Diagnostic

Plus en détail

Cas clinique en pathologies inflammatoires

Cas clinique en pathologies inflammatoires Cas clinique en pathologies inflammatoires Dr. Elisabeth ASLANGUL Médecine Interne Groupe Hospitalier Hôtel Dieu/Cochin Pr. Franck PAGES Immunologie Hôpital Européen Georges Pompidou Faculté de Médecine

Plus en détail

QUIZZ en INFECTIOLOGIE. Docteur Sophie DUCROIX-ROUBERTOU CHU DUPUYTREN Service de Maladies Infectieuses et tropicales Limoges

QUIZZ en INFECTIOLOGIE. Docteur Sophie DUCROIX-ROUBERTOU CHU DUPUYTREN Service de Maladies Infectieuses et tropicales Limoges QUIZZ en INFECTIOLOGIE Docteur Sophie DUCROIX-ROUBERTOU CHU DUPUYTREN Service de Maladies Infectieuses et tropicales Limoges Déclaration de liens d intérêts de 2010 à 2012 Sophie Ducroix-Roubertou Intervenant

Plus en détail

Méningites bactériennes. Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014

Méningites bactériennes. Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014 Méningites bactériennes Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014 Introduction Pathologie grave mais rare But : ne pas manquer

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel

Plus en détail

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites Problème fréquent 10-13 /100 000 enfants /an HSV: 1/ 250 à 500.000 enfants/

Plus en détail

UE «De l agent infectieux à l hôte» Toxoplasmose. Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP

UE «De l agent infectieux à l hôte» Toxoplasmose. Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP UE «De l agent infectieux à l hôte» Toxoplasmose Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP TOXOPLASMOSE 1.Introduction Protozoose Toxoplama gondii responsable de toxoplasmose acquise toxoplasmose congénitale

Plus en détail

La syphilis à la Réunion. Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE

La syphilis à la Réunion. Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE La syphilis à la Réunion Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE LA SYPHILIS EN QUELQUES MOTS Infection sexuellement transmissible (IST) due

Plus en détail

Tests sérologiques et autres tests biologiques. S. De Martino CNR des Borrelia, CHU de Strasbourg

Tests sérologiques et autres tests biologiques. S. De Martino CNR des Borrelia, CHU de Strasbourg Tests sérologiques et autres tests biologiques S. De Martino CNR des Borrelia, CHU de Strasbourg Quel serait le test parfait pour le diagnostic de la borréliose de Lyme? confirme ou exclu la suspicion

Plus en détail

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta CAS CLINIQUE Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta Observation: Jeune fille de 16 ans. Athlète pratiquant un sport de combat. Notion de séjour au cote d ivoire. Admise

Plus en détail

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14)

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Helicobacter pylori est un bacille à Gram négatif hélicoïdal, très mobile, caractérisé par Warren et Marshall en 1983, dont les

Plus en détail

Pièges diagnostiques en hémostase Surveillance du traitement anticoagulant

Pièges diagnostiques en hémostase Surveillance du traitement anticoagulant Pièges diagnostiques en hémostase Surveillance du traitement anticoagulant Hela Baccouche Service Hématologie Hôpital La Rabta JNBC 24 Mars 2017 CAS CLINIQUE 1 Homme âgée de 55 ans Tabagique 1PA depuis

Plus en détail

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche UN GROS GENOU Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche ATCD: adénome prostatique, prothèse de hanche droite, HTA, diabète II, goutte, hypercholesterolémie Traitement: AMAREL, COZAAR, ZYLORIC 100, ZOCOR,

Plus en détail

Maladies transmises par les tiques Aspects cliniques, prophylactiques et thérapeutiques

Maladies transmises par les tiques Aspects cliniques, prophylactiques et thérapeutiques Maladies transmises par les tiques Aspects cliniques, prophylactiques et thérapeutiques Cours de perfectionnement Labmed Dr Ph. Erard 23 mars 2009 Borréliose de LYME Morsure de tiques Erythème migrant

Plus en détail

département de l Ain, de la Loire, et de la Haute-Savoie

département de l Ain, de la Loire, et de la Haute-Savoie SURVEILLANCE DE LA MALADIE DE LYME département de l Ain, de la Loire, et de la Haute-Savoie Bulletin d information n 4 Période de surveillance du 1 er avril 2006 au 31 mars 2008 Avril 2006 à mars 2008

Plus en détail

La borréliose de Lyme en Limousin

La borréliose de Lyme en Limousin CELLULE DE L INVS EN RÉGIONS LIMOUSIN ET POITOU-CHARENTES Bulletin de veille sanitaire N 22 - LIM / Octobre 2013 La borréliose de Lyme en Limousin Avril 2004 - Mars 2006 1.Contexte La borréliose de Lyme

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse. Sousse, le 23 septembre 2011

CAS CLINIQUE. Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse. Sousse, le 23 septembre 2011 CAS CLINIQUE Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse Sousse, le 23 septembre 2011 1 Un patient de 50 ans consulte aux urgences pour céphalées, fièvre, et vomissements

Plus en détail

Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU Date d intervention : mars 2012

Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU Date d intervention : mars 2012 Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU 2011-2012 Date d intervention : mars 2012 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation, diffusion, vente

Plus en détail

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1)

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) Fièvres éruptives Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) éléments éruptifs association topographie caractère prurigineux ou non caractères évolutifs Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (2) Contexte

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

www.printo.it/pediatric-rheumatology/be_fr/intro Arthrite de Lyme Version de 2016 1. L'ARTHRITE DE LYME 1.1 Qu'est-ce que c'est? L'arthrite de Lyme est une des maladies provoquées par la bactérie Borrelia

Plus en détail

LES MÉNINGITES ET MÉNINGO-ENCÉPHALITES VIRALES. Dr ALLERS Mona Séminaire de Médecine d urgence le 9 Mars 2017

LES MÉNINGITES ET MÉNINGO-ENCÉPHALITES VIRALES. Dr ALLERS Mona Séminaire de Médecine d urgence le 9 Mars 2017 LES MÉNINGITES ET MÉNINGO-ENCÉPHALITES VIRALES Dr ALLERS Mona Séminaire de Médecine d urgence le 9 Mars 2017 OBJECTIFS Rappel clinique La ponction lombaire Germes fréquents Diagnostic différentiels Que

Plus en détail

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation Dr E r i c C O P P A R D PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation EPU Rillieux du Petite synthèse personnelle de données existantes dans la littérature 20 Juin 2006 Qu est est-ce que la Procalcitonine?

Plus en détail

Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine

Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine PRSE - CSP Connaissance - Mardi 24 juin 2014 Florian FRANKE Cire Sud Chikungunya Période d incubation De 4 à 7 jours

Plus en détail

Maladies infectieuses d importation Prise en charge au service d accueil des urgences

Maladies infectieuses d importation Prise en charge au service d accueil des urgences Maladies infectieuses d importation Prise en charge au service d accueil des urgences Professeur Fabrice SIMON Service de pathologie infectieuse et tropicale, Hôpital d Instruction des Armées LAVERAN Marseille

Plus en détail

L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne

L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne Parti pris. Public concerné : les médecins généralistes Examens concernés : les examens biologiques couramment prescrits en médecine

Plus en détail

Cas clinique. Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06

Cas clinique. Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06 Cas clinique Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06 Motif d hospitalisation Mr T Bernard, âgé de 72 ans, est hospitalisé : en urgence, un triste samedi de février, en fin d après-midi, pour

Plus en détail

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue 25 mars 2010 3 ème journée Jean-Gérard GUILLET de vaccinologie clinique Dr Marlène GUILLET Laboratoire de Microbiologie Immunologie biologique Hôpital

Plus en détail

Journées de formation sur la maladie de Lyme, les co-infections, et les SPPT (Symptômes Polymorphes Persistants après morsure de Tique)

Journées de formation sur la maladie de Lyme, les co-infections, et les SPPT (Symptômes Polymorphes Persistants après morsure de Tique) Journées de formation sur la maladie de Lyme, les co-infections, et les SPPT (Symptômes Polymorphes Persistants après morsure de Tique) par le dr Philippe RAYMOND Membre du groupe de travail du Haut Conseil

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 Copyright CMIT ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 Copyright CMIT ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX I. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. II. Expliquer

Plus en détail

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux I- Maladie infectieuse- Définition A- Définitions Maladie : Altération de la santé. Syndrôme infectieux Santé : Etat de bien-être

Plus en détail

CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS

CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS Femme de 29 ans enceinte de 24 SA ATCDs : maladie de crohn méningite appendicectomie tabagisme actif G1P0 Traitement : IMUREL(aziathropine)

Plus en détail

Définition et objectif - Indication des bilans et traitements chez les enfants dont la mère a présenté une séroconversion toxoplasmique

Définition et objectif - Indication des bilans et traitements chez les enfants dont la mère a présenté une séroconversion toxoplasmique Mots-clés : Toxoplasmose congénitale Nom Fonction Date Signature Rédaction André LOCQUET Hop Saint Vincent 11/05/07 Véronique ROULAND Hop Jeanne de Flandre 11/05/07 Chantal SAMAILLE CH. Roubaix 11/05/07

Plus en détail

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000 Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Maladie de Lyme Ce qu il faut faire et ne pas faire Pierre Abgueguen Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Janvier

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

cas n 1 : TROD ou pas TROD? Cas clinique 3 Qu en pensez vous? Quel risque? CAT?

cas n 1 : TROD ou pas TROD? Cas clinique 3 Qu en pensez vous? Quel risque? CAT? Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale Cas cliniques Elisabeth Bouvet Elisabeth Rouveix 2014 cas n 1 : TROD ou pas TROD? Homme de 32 ans, vient pour réaliser

Plus en détail

Opacités alvéolaires floues bilatérales Non systématisées De topographie plutôt basale Péri-hilaire Pas d épanchement pleural.

Opacités alvéolaires floues bilatérales Non systématisées De topographie plutôt basale Péri-hilaire Pas d épanchement pleural. - Homme de 47 ans - ATCD : HTA, tabagisme 15 PA, - - Dyspnée depuis 2 semaines d aggravation progressive, crépitants bilatéraux - hématurie microscopie, arthralgies bilatérales (épaules), myalgies, purpura.

Plus en détail

Soliris. I. Qu est ce que le Soliris? II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique

Soliris. I. Qu est ce que le Soliris? II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique SOLIRIS ECULIZUMAB I. Qu est ce que le Soliris? Soliris II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique IV. Notre pratique du Soliris V. Notre

Plus en détail

Diagnostic microbiologique. encéphalite à tique et ehrlichioses. Reto Lienhard FAMH, Collaborateur CNRT

Diagnostic microbiologique. encéphalite à tique et ehrlichioses. Reto Lienhard FAMH, Collaborateur CNRT Diagnostic microbiologique encéphalite à tique et ehrlichioses Reto Lienhard FAMH, Collaborateur CNRT CHUV 2013 Tiques (CH) Borrelia MEVE - FSME Francisella Ehrlichia Anaplasma Rickettsia Babesia Bartonella

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

HEMIPARESIE AIGUE REVELATRICE D UNE NEUROBORRELIOSE CHRONIQUE CHEZ UN ENFANT

HEMIPARESIE AIGUE REVELATRICE D UNE NEUROBORRELIOSE CHRONIQUE CHEZ UN ENFANT HEMIPARESIE AIGUE REVELATRICE D UNE NEUROBORRELIOSE CHRONIQUE CHEZ UN ENFANT «Archives de pédiatrie» janvier 2008;15 (1) 41-44 Rénard C.,Marignier S.,Gillet Y., Roure Sobas C., Guibaud L.,Des Portes V.,Lion-François

Plus en détail