Rapport de consultance : Le Cadre juridique de la Réduction des Risques et de gestion de Catastrophes au Sénégal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de consultance : Le Cadre juridique de la Réduction des Risques et de gestion de Catastrophes au Sénégal"

Transcription

1 Rapport de consultance : Le Cadre juridique de la Réduction des Risques et de gestion de Catastrophes au Sénégal Produit par : Monsieur Abdou SANE Expert consultant en Prévention et Gestion des Risques de Catastrophes Ce rapport a été commandé par la Croix-Rouge Sénégalaise (CRS) et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). Les opinions exprimées dans ce document sont celles de l auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de la Croix-Rouge sénégalaise ou de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

2 Février 2015 Table des Matière Contents Le cadre juridique de la réduction des risques et de gestion des catastrophes au Sénégal..1 Abréviations et sigles.5 Remerciements.8 I Introduction et objectifs du projet 10 I.1Introduction 10 I.2Objectifs du projet 10 I.3 Profil de risque du Sénégal 13 II Méthodologie 18 II.1Recherche documentaire 18 II.2 Entretien sous forme de questionnaires.18 III Description et analyse du cadre réglementaire de la RRC et de leur mise en œuvre 18 IV Le Cadre institutionnel de la RRC au Sénégal 20 VI.1 Le ministère de l Intérieur (MINT) 21 IV1.1 La direction de la protection civile 24 IV.1.2 La brigade nationale des sapeurs-pompiers 26 2

3 IV.2 Le ministère de la Restructuration et de l Aménagement des Zones d Inondation (MRAZI) 27 IV.3 Le ministère de l environnement et du développement durable 28 IV.3.1 La division des établissements classés 29 IV.3.2 La division des études d'impact / lutte contre les pollutions et nuisances.30 IV.4 Commission supérieure de la protection civile 31 IV.5 Le comité national de sécurité civile 32 IV.6 Le comité national de lutte antiacridienne 34 IV.7 La commission nationale de gestion des produits chimiques 35 IV.8 La cellule nationale de prévention et de lutte contre les inondations 35 IV.9 Le Cadre institutionnel décentralisé de la RRC 35 IV.9.1Le conseil départemental 36 IV Le conseil municipal 37 IV.10 Les institutions internationales 40 IV.10.1 Comité sahélien des pesticides 40 IV.10.2 Mouvement international de la Croix-Rouge et du croissant-rouge 41 V. Les instruments politiques, stratégiques et opérationnels de la RRC..43 V.1 Document de stratégie de réduction de la pauvreté 43 V.2 Le plan national d actions pour la gestion des déchets dangereux au Sénégal.43 V.3 Plan d action national de lutte contre la désertification 43 V.4 La commission nationale de prévention, de supervision et de suivi de la lutte contre les inondations (CNPSSLI)..45 V.5 Le comité national de lutte contre les inondations (CNLI) 45 3

4 V.6 Comité national de lutte antiacridienne..47 V.7 Le comité national changement climatique (COMNACC)...47 V.8Profil national sur la gestion des produits chimiques 47 V.9 Inventaire national polychlorobiphényles 48 V.10 Les plans d alerte et d urgence (PAU)..48 V.10.1 Le plan national d organisation des secours (ORSEC) 48 V.10.2 Les plans d urgence et plans d opération interne (POI) 49 V.10.3 Le plan national d intervention d urgence en mer (PNIUM) 50 V.10.4 Analyse de la mise en œuvre des instruments politiques et plans opérationnels pour la RRC 50 VI. Réglementation d aménagement du milieu urbain dans un contexte de gestion des inondations 51 VI.1 Le plan directeur d urbanisme (PDU) et le schéma directeur d aménagement et d urbanisme (SDAU) 53 VII Recommandations pour renforcer le cadre juridique pour la RRC 58 VIII Conclusion.62 Annexes.64 1 Le cadre juridique de la réduction des risques de catastrophes : textes, lois et règlements Les chartes, conventions, protocoles Les lois Les décrets et arrêtées.67 2 Tableaux.72 3 Bibliographie.74 4 Questionnaire..76 4

5 ABREVIATIONS ET SIGLES ACDI : Agence Canadienne pour le développement International ADIE : Agence de l Informatique de l Etat AGRHYMET : Centre Régional de formation et d Application en Agro météorologie et Hydrologie Opérationnel ANACIM : Agence Nationale de l Aviation Civile et de la Météorologie ANGMV : Agence Nationale de la Grande Muraille Verte ARC: African Risk Capacity ARV: African Risk View CAH : Cadre d Action de Hyogo CFA : Communauté Financière Africaine CILSS : Comité Inter-Etat de Lutte contre la Sécheresse au Sahel CM/UEMOA : Conseil Ministériel de l Union Economique Monétaire Ouest Africaine CNLAA : Comité National de Lutte Antiacridienne CNLI : Comité National de Lutte contre les Inondations CNPLI : Cellule Nationale de Prévention et de Lutte contre les Inondations COGIC : Centre Opérationnel de Gestion Interministériel des Crises et Catastrophes COMNACC : Comité National de changement Climatique COMREC : Comité Régional de Changement Climatique CONAGPI : Commission Nationale de Gestion Prévisionnelle des Inondations CSE : Centre de Suivi Ecologique CSP : Comité Sahélien des Pesticides CSPC : Commission Supérieure de la Protection Civile DAPS : Direction de l Analyse et de la Prévision Statistique DEEC : Direction de l Environnement et des Etablissements Classés 5

6 DPC : Direction de la Protection Civile DUA : Direction de l Urbanisme et l Architecture DSRP : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté FAO : Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture GIE : Groupement d Intérêt Economique GICC : Groupe Interinstitutionnel de Concertation et de Coordination en Géomatique GMV : Grande Muraille Verte IDG/S : Information de Données Géo spatiales au Sénégal IPRES : Institut de Prévoyance Retraite du Sénégal JO : Journal Officiel LMD : Licence, Master, DEA MEA : Ministère de l Environnement et de l Assainissement MINT : Ministère de l Intérieur MJEHP : Ministère de la Jeunesse de l Environnement et de l Hygiène Publique MRAZI : Ministère de la Restructuration et de l Aménagement des Zones d Inondation OCLALAV : Organisation Commune de Lutte Antiacridienne et de lutte anti-aviaire OHM : Observatoire Homme-Milieu OIPC : Organisation Internationale de la Protection Civile OMD : Objectif du Millénaire pour le Développement OMS : Organisation Mondiale de la Santé ONG : Organisation Non Gouvernementale ONU : Organisation des Nations Unies ORSEC : Organisation des Secours OUA : Organisation de l Unité Africaine PAN /LCD : Plan d Action Nationale de Lutte Contre la Désertification PAU : Plan d Alerte d Urgence PCB : Polychlorobiphényles PDU: Plan Directeur d Urbanisme PNIUM : Plan National d Intervention d Urgence en Mer PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement POI : Plan d Opération Interne PPI : Plan Particulier d Intervention 6

7 PUD : Plan d Urbanisme de détail RISCA : Réduction des Risques et Gestion des Crises en Afrique RRC : Réduction de Risques de Catastrophe SAMU : Service d Assistance Médicale d Urgence SAP : Système d Alerte Précoce SDAU : Schéma Directeur d Aménagement et d Urbanisme SIG : Système d information Géographique SGH : Système Général Harmonisé SIDA : Syndrome Immuno- déficitaire Acquis SIPC : Stratégie Internationale de Prévention des Catastrophes SNPS : Stratégie Nationale de Protection Sociale SNPS /GRC : Stratégie Nationale de Protection Sociale et de Gestion des Risques et Catastrophes 7

8 Remerciement Le résultat de ce travail a été obtenu grâce à la disponibilité et à la générosité d un certain nombre de personnalités (des professionnels et/ou des acteurs de la RRC). Elles ont accepté d échanger, de répondre à notre questionnaire (joint en annexe). Nous souhaitons remercier la Direction générale de l aide humanitaire de la commission européenne (ECHO) pour le soutien apporté à la réalisation de cette étude. Aussi nous tenons à remercier vivement : Monsieur Dame Gaye directeur de la protection civile (DPC) et point focal de la plateforme nationale de prévention et de gestion des risques de catastrophes au Sénégal. Ainsi que le Commandant Cheikh Tine directeur adjoint de la DPC ; Monsieur Malick Diagne du centre de suivi écologique ; Le colonel Matar Cissé directeur de l Agence Nationale de la Grande Muraille Verte ; Monsieur Mateug Diack Enseignant Chercheur, et initiateur du master en gestion des risques de catastrophes à l Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal ; Le Commandant Amadou Fall ainsi que monsieur Souleymane Diallo du ministère de la Restructuration et de l Aménagement des Zones d Inondation ; L Ensemble des chefs de divisions de la direction de l environnement et des établissements classés particulièrement, Madame Madeleine Diouf du comité national changement climatique ; Monsieur Saada Kane chef de division établissements classés ; Momar Sow chef de division études d impact sur l environnement) ; Monsieur Sérigne Dia directeur du développement territorial à l Agence nationale de l aménagement du territoire 8

9 Madame Rama Yague chargé de mission développement et marketing territorial à l Agence nationale de l aménagement du territoire Messieurs Babacar Mbaye dit Ngaraf, Louis Gomis, Abdou Samath Diouf, Sérigne Mbacké Sow, responsables d organisation communautaire de base dans la banlieue dakaroise. Employés de la Croix-Rouge Sénégalaise, Ida Marstein et Mireille Le-Ngoc, du programme de droit relatif aux catastrophes en Afrique de la Fédération Internationale des Sociétés Nationales des Croix-Rouge et Croissants Rouges. 9

10 I Introduction et objectifs du projet I.1 Introduction Ce rapport a été commandé par la Croix-Rouge Sénégalaise et la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et préparé par Monsieur Abdou Sané consultant expert en prévention et gestion des risques de catastrophes, en Il s agit d un rapport qui a été produit dans le cadre d un projet sur le droit relatif aux catastrophes et notamment sur le rôle de la législation et la réglementation sur la réduction des risques de catastrophes. Le rapport a été publié en Février I.2 Objectifs du projet Cette étude a pour objectif d identifier le cadre juridique au Sénégal de promotion de la réduction et de la gestion des risques de catastrophes, d en analyser le rôle que joue le cadre juridique dans le soutien des efforts de réduction des risques de catastrophes. Cette étude couvre un large éventail de lois et de règlements pertinents en matière de Réduction des risques de catastrophes (RRC) liés à des aléas naturels et à des catastrophes anthropiques. Elle identifie les arrangements institutionnels, la responsabilité, les systèmes d alerte précoce, les infrastructures, les codes de construction, l aménagement du territoire, la gestion environnementale, l adaptation au changement climatique, la sensibilisation et l éducation, autant d outils pertinents comme support à la réduction des risques de catastrophe (RRC). La méthodologie consiste à organiser des entretiens avec les parties prenantes au niveau national, régional et local avec pour objectif d identifier les lacunes, les défis et les bonnes pratiques dans le domaine de la mise en œuvre du cadre juridique. Cette étude s inscrit également dans un projet plus large entrepris par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-rouge (FICR) et le 10

11 Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) sur le rôle de la législation dans la RRC afin d apporter des idées, des analyses et des données de référence pour les Etats qui souhaitent renforcer la RRC à travers la législation. Les résultats de ces études sont également utilisés dans le cadre de consultations plus larges visant à développer des outils pour les législateurs qui souhaiteraient améliorer leur cadre législatif pour une meilleure mise en œuvre de la RRC. Cette étude de cas a, par conséquent, un objectif double : apporter des informations au niveau national et une analyse permettant de contribuer à l initiative mondiale, et apporter des éléments de réflexion sur le cadre législatif des parties prenantes dans le domaine de la RRC au Sénégal. Le Cadre d Action de Hyōgo (CAH) qui a été adopté en janvier 2005 par une conférence des Nation Unies réunissant plus de 4000 représentants de gouvernements, des organisations non-gouvernementales (ONG), de la Croix-Rouge et du Croissant- Rouge, des agences de l ONU, des Institutions universitaires, et du secteur privé. Le CAH est un ensemble d engagements et de priorités qui permettent de prendre des mesures de la réduction des risques de catastrophes. La première priorité du CAH est de «veiller à ce que la réduction des risques de catastrophes soit une priorité nationale et locale et à ce qu il existe, pour mener à bien les activités correspondantes un cadre institutionnel solide», notamment à travers «un cadre politique général, ainsi que des cadres législatifs et institutionnels de réduction des risques de catastrophes». Durant les années qui ont suivi le CAH, un nombre significatif de nouvelles lois ont été adoptées dans de nombreuses parties du monde, afin de renforcer la réduction des risques. Néanmoins des défis importants persistent, particulièrement le suivi au niveau communautaire. Cet état de fait a été confirmé par de nombreux rapports publiés au moment de l évaluation à mi-parcours du CAH ainsi que par la suite, notamment la recherche documentaire de la FICR en , ainsi que les études de cas préliminaires menées au Brésil, en République Dominicaine, au Népal et en Afrique du Sud. Il s est avéré que les communautés n étaient pas suffisamment informées, trop peu engagées, et qu elles ne disposaient pas de suffisamment de ressources pour jouer un rôle actif dans la réduction des risques. 11

12 Il a également été indiqué que les règles visant à éviter des comportements à risque en particulier dans le domaine de la construction ou de l aménagement du territoire n étaient pas souvent appliquées. La législation n est certainement pas la seule façon de traiter certains de ces problèmes mais elle peut néanmoins faire partie de la solution. En 2011, les Etats parties aux conventions de Genève ont évoqués cette question lors de la conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Leur résolution a encouragé les Etats, avec le soutien des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la FICR, le PNUD et les autres partenaires concernés, à passer en revue les cadres législatifs existants à la lumière des lacunes identifiées dans le rapport de la FICR présenté lors de la conférence, et de vérifier si les législations contribuaient à : a) faire de la réduction des risques de catastrophes une priorité des actions menées au niveau communautaire ; b) prôner la réalisation d une cartographie des risques de catastrophes au niveau communautaire ; c) faciliter l accès des communautés aux informations relatives à la RRC ; d) promouvoir l implication des communautés, des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que des autres organisations de la société civile et du secteur privé dans les activités de RRC ; e) allouer le financement adéquat pour les activités de RRC au niveau communautaire ; f) veiller à ce que les projets de développement tiennent compte de la variabilité locale des profils de risques, de l exposition aux risques, de la vulnérabilité et de l analyse coûts-bénéfices ; g) garantir la mise en application exhaustive des codes de construction, de la réglementation relative à l aménagement du territoire et des autres outils juridiques et ; h) promouvoir un bon système de redevabilité permettant de collecter les résultats de la réduction des risques de catastrophes au niveau communautaire. Le rapport actuel se place dans ce contexte et aborde cette question dans le cadre de la perspective nationale du Sénégal. Dans ce rapport, la RRC est définit selon la terminologie de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations-Unies (SIPC) : «le concept et pratique de la réduction des risques de catastrophes obtenue grâce à 12

13 des efforts d analyse et de gestion de leurs causes, notamment à travers une réduction de l exposition aux risques, ce qui permet de réduire la vulnérabilité des personnes et des biens, de mettre en œuvre une gestion rationnelle des terres et de l environnement, et d améliorer la préparation aux événements indésirables.» I.3 Profil de risque du Sénégal Le Sénégal, avec la presqu île du Cap-Vert, occupe la position la plus avancée de l Afrique de l Ouest dans l Océan Atlantique. Il est situé entre 12 et 17 de latitude Nord et 11 et 18 de longitude Ouest. Le Sénégal est limité au Nord et Nord-Est par la Mauritanie, au Sud-Est par la Guinée et la Guinée-Bissau. La Gambie constitue une enclave de km à l intérieur du territoire. La superficie du Sénégal est de km. C est un pays plat, ne s élevant pas au-dessus de 130 mètres, exception faite de la région du Sud-Est, avec un relief peu accidenté, mais dont l altitude ne dépasse pas 581 mètres au point culminant des contreforts du Fouta-Djalon. Quant au climat, il est soumis d une part, à des facteurs géographiques et, d autre part, à des influences atmosphériques. En effet, la présence d une façade maritime de plus de 700 km et la situation à l extrême Ouest du Continent Africain, entraînent des différences climatiques entre la zone côtière et les régions de l intérieur. De même, la circulation atmosphérique, facilitée par un relief sans obstacles, met le territoire sous l influence de l alizé maritime, de l harmattan et de la mousson. Ces masses d air vont déterminer deux saisons différenciées par la pluviométrie. La saison sèche, de Novembre à Avril/Mai, voit sur la région côtière, la prédominance de l alizé maritime, tandis que l intérieur est sous l influence d un alizé continental saharien: l harmattan. - La mousson intervient pendant l hivernage ou saison des pluies. - Les précipitations vont de 800 mm/an dans la zone centrale à 1500 mm/an dans la région sud. Le Sénégal est un pays où les paysages géographiques sont très diversifiés et les risques divers. Bien que les inondations représentent l un des risques météorologiques majeurs 13

14 auxquels fait face le Gouvernement du Sénégal (GDS), les sécheresses suivent de près, ce qui a une incidence sur les moyens de subsistance des ménages ruraux, en particulier dans les régions sahéliennes du pays. Selon certaines estimations, la dernière sécheresse sévère qui a touché le pays en 2002, a affecté près de 3 millions de personnes. La lutte contre les sécheresses dans le contexte de la sécurité alimentaire est donc une question capitale pour le gouvernement du Sénégal. Pour faire face à l ensemble des risques auxquels le pays est exposé (voir à titre indicatif ci-dessous le tableau de quelques victimes de catastrophes), Schéma 1 : Tableau de synthèse des risques et catastrophes selon les secteurs Secteurs Risques et catastrophes Exemples Urbanisme et aménagement du territoire Environnement Industrie Transport Effondrements de bâtiment Inondations Incendies et explosions Erosion côtière Raz de marée Problèmes de mobilité urbaine Feux de brousse Inondations Raz de marée et érosion Côtière Manque d assainissement Pollution urbaine Pollution des eaux Incendies Sécheresse Pluies hors saison Déforestation Incendies Expositions Substances toxique Pollution Accidents Accidents routiers, ferroviaires, maritimes et aériens Mobilité urbaine Produits et matières dangereux Bâtiments vétustes et même bâtiments en cours de construction Quartiers bas de Dakar et régions Incendies de marché (plus de 20 cas entre 1993 et 2004, avec des dizaines de milliards de francs CFA de pertes matérielles) Sur toute la petite côte Dakar coupée du Sénégal par les eaux Dans plusieurs régions Dans les zones basses et les quartiers flottants Pluies hors saison de janvier 2002 Surtout dans le centre et sud-est du pays Explosion d une citerne d ammoniac à l usine SONACOS de Dakar En 1992 (plus de 30 morts et une centaine de blessées Les accidents de transports : Aériens (Kafountine, Ngaparou, Tambacouda ; Ferroviaires ; Routiers (600 morts et 2000 blessées graves par an ; Maritimes (pécheurs traditionnels, naufrage du bateau le «jola» en septembre 2002, avec plus de 1800 personnes décédées ou disparues 14

15 Agriculture et élevage Invasion des criquets Epizooties Risques aviaires Risques météorologiques le péril acridien, 1988 et 2004 (sept régions au moins ont été infectées pluies hors saison (janvier 2002) Pêche Tourisme Naufrages Dégradation des ressources halieutiques Accidents industriels Maladies professionnelles Risques alimentaires Risques environnementaux Accidents routiers et maritimes Incendies Intoxications alimentaires Risques économiques Dégradations des mœurs Noyades (dans les zones de baignade et de traversées par embarcation, en moyenne70 cas de décès par an) Tempêtes (en 1999, pécheurs noyés en mer avec la tempête Cindy) Plusieurs cas d incendies d hôtels enregistrés dans la station balnéaire de Saly Portudal Santé Secteur minier Endémies / Epidémies Gestion des déchets biomédicaux Explosions Pluies acides Déraillements Produits toxiques Accidents de travail Paludisme endémique dans les zones inondables / Epidémie de choléra Bilharziose, Onchocercose au Sud-est dans la plupart des hôpitaux Déraillement récurent des trains des ICS Transport des produits dangereux : acides phosphoriques et sulfuriques concentrés, des produits inflammables tels que le soufre minéral et les hydrocarbures et traversant des établissements humains denses (Tivaouane, Thiès, Thiaroye Gare, Pikine, Thiaroye sur mer Source : stratégie nationale de protection sociale Schéma 2 : bilan de quelques dégâts enregistrés entre 1992 et 2012( Sénégal) Catastrophes majeures entre 1992 et 2012 Explosion d une citerne d ammoniac à la SONACOS de Bel Air en 1992 Les incendies dans les marchés (une vingtaine de cas) Les pluies hors saison de janvier 2002 Les inondations en 2005, 2008, 2009, 2012 Les invasions acridiennes de 1988 et 2004 Les noyades Dégâts causés 30 morts et + de 100 blessés + de 10 milliards de francs CFA de perte + de 31 milliards de perte Entre à sinistrés/inondation Dégâts sur des milliers d ha de cultures + de 100 cas/an Les accidents de transport, crashs d avion, «le Joola», etc. + de 2000 Morts Source : Direction de la protection civile (DPC) 15

16 Un certain nombre de textes de lois et de conventions ont été promus (voir annexe) ; une architecture institutionnelle bâtie. Nous prêterons une attention toute particulière à deux aléas naturels considérés comme dominantes au Sénégal : inondations et sécheresse mais aussi aux risques majeurs de catastrophes tels que : Les risques industriels et technologiques qui recouvrent tous les événements, installations, procédés et rejets dangereux susceptibles de provoquer des accidents sur un site industriel et pouvant entrainer des conséquences immédiates graves pour le personnel, les riverains, les biens et l environnement. Pour mieux contrôler ces risques, les établissements industriels sont soumis à une réglementation particulière et à des visites de prévention régulière. La survenue de catastrophes industrielles peut se manifester de plusieurs manières : -l incendie dû à l ignition de combustibles par une flamme ou un point chaud (risque d intoxication, d asphyxie et de brûlures). -l explosion due au mélange combustible /carburant (air) avec libération brutale de gaz (risque de décès, de brûlures, de traumatismes directs par l onde de choc ). -la pollution et dispersion de substances toxiques dans l air, l eau ou le sol, de produits dangereux avec une toxicité pour l homme par inhalation ou contact. -l émission de radiations nucléaires ou de rayonnement ionisant, notamment dans le milieu industriel, dans le domaine de la recherche et dans le domaine médical (risque de cancer et de décès). Schéma 3 : 16

17 Source : Ministère de la restructuration et de l aménagement des zones inondables (MRAZI) II- Méthodologie Pour mener ce travail nous avons procédé à deux types de recherches : II-1-Recherche documentaire Nous avons cherché des ouvrages spécialisés ainsi que certains ouvrages généraux qui ont permis de faire une moisson d informations aussi bien sur des aspects juridiques que sur des aspects permettant de voir de plus près les mécanismes et institutions intervenant dans la Gestion des Risques de Catastrophes au Sénégal. Toutefois pour l aspect juridique, nous avons exploité le journal officiel ainsi que des archives au niveau de la direction des services législatifs de l Assemblée Nationale. II-2-Entretien sous forme de questionnaires Pour compléter et enrichir cette recherche nous avons fait recours à un questionnaire avec des questions de toutes formes (questions ouvertes, semi-ouvertes, fermées). Des questions qui ont trait à l identification des textes et lois relatifs à la promotion de la 17

18 Réduction des risques de catastrophes (RRC), de l appréciation des contraintes et opportunités des textes et lois relatifs à la RRC, du fonctionnement et des mécanismes du cadre institutionnel de la RRC au Sénégal autant de questions qui nous ont amené à rencontrer diverses personnalités parmi lesquelles: des responsables d organisations de droits de l homme, des responsables de réseaux en gestion des risques de catastrophes, des élus locaux, des techniciens de service, du point focal de la RRC autant de personnalités d origine et de structures différentes qui nous ont aidé à avoir des résultats qui nous ont permis de présenter ce travail. 1 III. Description et analyse du cadre réglementaire de la RRC et de sa mise en œuvre Le Sénégal dispose de plusieurs instruments législatifs et réglementaires. Ce sont des outils à partir duquel s adossent les institutions et personnes en charge de la promotion de la RRC. On peut noter: les directives, les chartes, les conventions, les protocoles, les lois, les arrêtés, les circulaires. Beaucoup des textes ont été signés bien avant l engagement du Sénégal au Cadre d Action de Hyōgo. Ce qui signifie que la culture et les politiques en faveur de la résilience ont précédé le CAH. Par conséquent, il y a lieu de les interpréter et de les analyser en tenant compte de cet élément. L autre aspect non moins important est que l arsenal juridique n est pas stationnaire, il est dynamique par conséquent les exigences du moment doivent pousser le législateur à en tenir compte de manière à pouvoir procéder à leur révision selon la conjoncture. En parcourant l arsenal juridique Sénégalais relatif à la RRC, on peut s apercevoir que la loi considérée comme la principale est la loi du 10 juillet 1964 portant organisation générale de la défense civile. Elle stipule en son article 1er «la défense civile a pour objet d assurer en tous temps la protection matérielle et morale des personnes et la conservation des installations, des ressources et des biens publics et privés.» 1 Voir en annexes la compilation des textes, lois et règlements 18

19 Du point de vue de son contenu, cette loi fait référence à la protection surtout en temps de guerre. Elle ne fait nullement référence aux aléas naturels telles les inondations, la sécheresse C était la première mission assignée à la direction de la protection civile et qui comprend notamment : -Des équipes de sapeurs-pompiers -des équipes de déblaiement -des équipes de secours Afin de vérifier l efficacité des mesures de défense civile, «des exercices pourront avoir lieu toute époque de l année, particulièrement à l occasion des manœuvres miliaires et de défense aérienne. Les personnels convoqués à cette occasion seront rémunérés et couverts entres les risques divers dans les mêmes conditions que les militaires de réserves rappelés en service, dans la limite des crédits ouverts par la loi de finances.» Article 8de la loi portant organisation de la défense civile. Toute fois des lois sectorielles telles la loi du 04 mars 1981 portant code de l Eau, celle du 05juillet 1983 portant code de l hygiène et plus tard celles de , portant code de l environnement, du 8 juillet portant code de la construction, du 08 juillet 2009, portant code de l urbanisme ont constitué quelques progrès dans le sens d une meilleure prise en compte de la prévention des risques de catastrophes.malgré leurs limites dont la principale est l inexistence de loi en matière d aménagement du territoire. Le seul document juridique accordé à l aménagement est le décret n du 16 janvier 1976 portant institution du visa de localisation. C est ce qui explique aujourd hui l absence quasi-totale de plans d aménagement sous l impulsion de l agence nationale de l aménagement du territoire. Or aucun développement n est viable sans aménagement. Dans la plus part des Etats un peu partout au monde, l aménagement du territoire occupe une place de choix et est souvent placé à un niveau central. Ici au Sénégal, il est rattaché au ministère des collectivités locales. Par conséquent son autorité ne peut être que réduite malgré l existence en son sein de cadres et experts de haut niveau. 19

20 En définitive, il y a lieu de souligner la naissance récente d une loi, celle du 28 décembre 2013 portant code général des codes locales et qui en son article 304 confie la prévention des risques aux collectivités locales. Cette loi constitue un énorme progrès dans la mise en œuvre du Cadre d Action de Hyōgo. (voir cadre institutionnel décentralisé de la RRC). IV Le Cadre institutionnel de la RRC au Sénégal A travers sa politique de prévention et de gestion des risques, le Sénégal a mis en place un certain nombre d institutions chargés de piloter, de coordonner et de mettre en œuvre les plans, programmes, stratégies et textes juridiques pertinents Schéma4 : le dispositif institutionnel de prévention des risques de catastrophes Gouvernement Ministères (Compétences sectorielles) Commission supérieure de la protection civile Plateforme national de la RRC Commissions régionales de la protection civile (Gouverneurs) Direction de la protection civile Brigade nationale des Sapeurspompiers Autres acteurs Commissions auxiliaires de protection civile (Préfets) -collectivités locales -Organisations patronales -Société civile 20

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE 5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET 3 è m e REUNION MINISTERIELLE P OUR LA R E D U C T I ON DES RISQUES DE CATASTROPHE DU 13 AU 16 MAI 2014 ABUJA (NIGERIA) DECLARATION SOMMAIRE C ONTRIBUTION AFRICAINE

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère.

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ------------- DECRET N 2014-288 fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. LE PREMIER MINISTRE, CHEF

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT Plan Sectoriel d Intégration de la Biodiversité au Ministère des Transports, des Travaux Publics et de l Equipement

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

TITRE PREMIER Dispositions générales

TITRE PREMIER Dispositions générales REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana ------------ MINISTERE DE L'INTERIEUR ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE ----------- Décret n : 2005 866 fixant les modalités d'application

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS)

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE Protocole d Accord de Coopération Entre Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8 Note explicative 1. Ce document est l avant-projet préliminaire du cadre de réduction des risques de catastrophe pour l après-2015. Il servira de base aux consultations informelles ouvertes à mener en

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE République de Côte d Ivoire Union- Discipline - Travail ----------------- DÉCRET N 2007-570 DU 10 AOUT 2007 PORTANT ORGANISATION DU MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes

Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes À sa 9 e séance plénière, le 22 janvier 2005, la Conférence mondiale sur la prévention des

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche D1 Réorienter le système d enseignement supérieur vers les sciences, la technologie, les formations professionnelles courtes

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

SITUATION GENERALE Description du phénomène

SITUATION GENERALE Description du phénomène BULLETIN N 007 REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana Tanindrazana Fandrosoana ------------------- MINISTERE DE L INTERIEUR ------------------ BUREAU NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES CATASTROPHES -----------------

Plus en détail

Ministère de l Industrie

Ministère de l Industrie Ministère de l Industrie ZONES INDUSTRIELLES BILAN ET PERSPECTIVES Présentée par M. ABIDI Benaissa PDG AFI Site Web: http ://www.afi.nat.tn Juin 2013 1 Sommaire : I- Présentation de L AFI II- Réalisations

Plus en détail

Aperçus de l Outil d'auto-évaluation de la résilience face aux catastrophes à l usage des gouvernements locaux

Aperçus de l Outil d'auto-évaluation de la résilience face aux catastrophes à l usage des gouvernements locaux Aperçus de l Outil d'auto-évaluation de la résilience face aux catastrophes à l usage des gouvernements locaux Quelles sont les bonnes raisons d utiliser l'outil d'autoévaluation à l usage des gouvernements

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL Ouvrage collectif TABLE DES MATIERES Liste des abréviations 7 Introduction 9 Première partie : la prévention du risque identifié I. La délimitation du risque 17 A. L'encadrement

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Travailler avec le site INA Rhône-Alpes ou l intérêt d une approche locale

Travailler avec le site INA Rhône-Alpes ou l intérêt d une approche locale ACADEMIE DE GRENOBLE Géographie Programme de Troisième, partie II, thème 1 LES ESPACES PRODUCTIFS Travailler avec le site INA Rhône-Alpes ou l intérêt d une approche locale alexandre.bouineau@ac-grenoble.fr

Plus en détail

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN Centre européen de sensibilisation et d éducation aux risques Le contexte français Toujours trop de victimes Chaque année en France, 11 millions d accidents de la vie courante

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG)

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Qu est INSARAG? Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (connu sous son sigle en anglais, INSARAG)

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

LE CADRE JURIDIQUE DE LA PREVENTION ET DE LA GESTION DES RISQUES MAJEURS EN ALGERIE

LE CADRE JURIDIQUE DE LA PREVENTION ET DE LA GESTION DES RISQUES MAJEURS EN ALGERIE LE CADRE JURIDIQUE DE LA PREVENTION ET DE LA GESTION DES RISQUES MAJEURS EN ALGERIE Azzouz KERDOUN Professeur à l Université de Constantine Directeur du laboratoire Maghreb-Méditerranée Membre du comité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 23 novembre 2010

DOSSIER DE PRESSE. 23 novembre 2010 DOSSIER DE PRESSE 23 novembre 2010 GROUPAMA, 1 er assureur des communes, au Salon des Maires et des Collectivités Locales 2010 : une édition placée sous le signe de l innovation et de la prévention RELATIONS

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget ACCORDS DU BOURGET Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget Préambule La Conférence des Parties, Rappelant l objectif

Plus en détail

Programme Biotechnologie et Biosécurité

Programme Biotechnologie et Biosécurité Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles CEDE AO Communauté Éco nomique des État s d Af rique de l Ou es t ECOW AS Economic Communit y of W est Af rican S ta t es

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines La législation minière actuellement en vigueur au Maroc est consacrée par le dahir du 9 rejeb 1370 (16 avril 1951) portant règlement minier.

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

(traduit de l anglais) Bruxelles, le

(traduit de l anglais) Bruxelles, le MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES Protocole Sous-Direction de la Logistique et de l'interprétation-traduction Département de la Traduction 57, boulevard des Invalides 75700 Paris : (33-1)

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

MISSING. Le moteur de recherche mondial des disparus de catastrophes naturelles. En partenariat avec :

MISSING. Le moteur de recherche mondial des disparus de catastrophes naturelles. En partenariat avec : MISSING Le moteur de recherche mondial des disparus de catastrophes naturelles En partenariat avec : DES DISPARUS LAISSES A L ABANDON Chaque catastrophe humanitaire majeure entraîne la disparition de nombreux

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Les usages et les potentialités d'application des SIG sont diverses et variés. Citons quelques exemples (liste non-exhaustive):

Les usages et les potentialités d'application des SIG sont diverses et variés. Citons quelques exemples (liste non-exhaustive): Un SIG, outil de production cartographique et de gestion de données Les Systèmes d'information Géographique sont des systèmes d'information qui vont vous permettre d'acquérir, de traiter, d'organiser et

Plus en détail

Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012. www.uncsd2012.org

Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012. www.uncsd2012.org Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012 www.uncsd2012.org «Rio+20 sera l une des plus importantes réunions internationales sur le développement durable de notre époque. À Rio, notre vision doit être claire

Plus en détail

n w Document d information communal sur les risques majeurs

n w Document d information communal sur les risques majeurs D I C R I M b n w c i Document d information communal sur les risques majeurs ÉDITO Madame, Monsieur, Notre Ville peut être, un jour, concernée par un risque majeur comme un phénomène météorologique, un

Plus en détail

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement Société Centrale de Réassurance Avis de recrutement Date : 27 Février 2015 La société Centrale de Réassurance, filiale du Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) lance un appel à candidature pour pourvoir

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 9 octobre 2013 relatif aux conditions d exercice de l activité d utilisateur professionnel

Plus en détail