Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données"

Transcription

1 AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, Bruxelles Numéro de registre : Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données L AEDH saisit l opportunité que donne la Commission européenne à la société civile de faire entendre sa voix sur la question, devenue centrale dans la société d aujourd hui pour l avenir de la démocratie, de l effectivité du droit fondamental à la protection des données à caractère personnel et profite donc de cette consultation publique pour donner son opinion et indiquer les orientations qu il lui semble souhaitable de retenir. L AEDH souhaite tout d abord rappeler qu elle n est pas un adversaire de l innovation en matière de technologies de l information et de la communication, bien au contraire. Par contre, nous prônons la neutralité d internet sur le plan technico économique pour garantir la liberté de communication, et nous prônons une conception, une mise en œuvre et des usages des technologies de l information respectueuses de la dignité des femmes et des hommes, de leurs libertés et de leurs droits fondamentaux tels que reconnus dans le pacte international relatifs aux droits civiles et politiques de 1966, dans la déclaration des droits de l Homme et de manière actualisée dans la Charte européenne des droits fondamentaux. A cet égard l AEDH est inquiète à plusieurs niveaux et propose les orientations et actions suivantes. I. Sur le front des technologies L AEDH s interroge sérieusement sur la prolifération des technologies fondées sur la biométrie. Que signifie, en effet, pour l avenir de nos sociétés et de la démocratie que les rapports entre les femmes et les hommes et leur environnement de toute nature, passe par l identification biométrique, intangible et contrôlée dans un nombre toujours plus grand d activités? Quels murs

2 potentiellement infranchissables d un nouveau type sommes-nous en train de laisser s édifier dans le quotidien, fondés sur le contrôle du corps humain, sous couvert de confort ou de contrôle légitime (contrôle des horaires de travail, d accès à un ordinateur, à une chambre d hôtel, à un moyen de paiement, à une cantine scolaire) et/ ou de contrôle de l immigration irrégulière et de lutte contre le terrorisme (passeport, visa, carte de séjour). Au nom même parfois de la protection de l identité par les Etats! L AEDH est favorable à un moratoire sur ces technologies tant qu'elles n'auront pas fait l'objet d'une évaluation complète et transparente par des autorités indépendantes et d'un débat démocratique 1. II. Sur le front des principes : A. L affaiblissement considérable du principe de finalité et de son corollaire, celui de la proportionnalité, sur le plan national, européen et mondial, principe cardinal du droit à la protection des données personnelles, est particulièrement inquiétant. Ce principe, pourtant reconnu par les «Fair Information Principles» formulés aux USA dès le début des années 70, a été reformulé dans la Convention n 108 du Conseil de l Europe adoptée en 1981 et dans la directive européenne de Dans un contexte de multiplication des bases de données sur les personnes tant dans le secteur privé que dans le secteur public, légitimées par la performance des services rendus et ses missions vis à vis des mesures visant à rendre obligatoire l allongement des durées de conservation des données personnelles au delà du temps nécessaire à la réalisation de la finalité légitime pour lesquelles elles ont été collectées (principe de finalité et de proportionnalité), et à établir de multiples interconnexions entre elles de manière excessive, ou des accès, y compris massif par des services secrets, sur le fondement de la prévention du terrorisme (en contradiction avec les mêmes principes de finalité et de proportionnalité). Ces approches transforment ces bases de données en autant de moyens de surveillance permanente de tout citoyen. Elles conduisent en pratique à la suspicion à l égard de tous, suspicion généralisée contraire aux règles élémentaires de l Etat de droit ainsi que la Cour des droits de l homme de Strasbourg l a signifié à de nombreuses reprises et encore en décembre 2008 à propos des bases de données biométriques et d ADN conservées dans le secteur de la sécurité au Royaume Uni. L AEDH tient à souligner que le rejet par le Parlement européen de la proposition permettant l ouverture de la base de données Eurodac à Europol est une bonne initiative. Cependant, l AEDH reste vigilante et espère qu aucune base de données ne sera ouverte à des services et agences ayant un but sécuritaire et répressif car cela contreviendrait aux libertés fondamentales des citoyens européens. Dans ce contexte, il serait nécessaire d accorder une attention particulière aux accords conclus avec des pays tiers qui mettent en jeu des données à caractère personnel, comme l accord PNR par exemple. Sur ce point, l AEDH est heureuse de constater que les institutions européennes ont pris la décision de revoir l accord PNR passé avec les USA. Néanmoins, l AEDH pense que toute personne, quelque soit sa nationalité, dont les données relatives aux vols qu elle effectue vers les USA à partir de l Union européenne ou se rendant en Europe à partir des 1 Déclaration "Standards mondiaux de respect de la vie privée dans un monde globalisé" de la société civile adoptée à Madrid le 3 novembre Directive 95/46/CE, articles 6.1 b), e) et 13.1

3 Etats-Unis sont transférées aux Etats-Unis, devrait bénéficier de la protection assurée dans l Union européenne à l égard de ses données. Par contre s agissant des accords EU/ SWIFT qui dérogent au principe de finalité et dont la portée est mondiale puisqu ils concernent la plateforme d échanges des transferts financiers de données établie en Europe par une société européenne relative non seulement à ceux effectués par des européens et des américains, mais aussi à ceux effectués par des personnes sans aucune attaches avec les USA ou l Europe, l AEDH s inquiète des mesures prises qui favorisent insuffisamment la transparence en Europe sur les motifs, le nombre et le contrôle des transferts demandés par les autorités américaines. B. Sur le front des mécanises de mise en œuvre, de l effectivité des règles et de leur harmonisation La directive 95/46/CE 3 institue un cadre juridique général visant à établir la libre circulation des services par l harmonisation des législations nationales. S agissant d un domaine garantissant les droits de l Homme, cette harmonisation s est effectuée en assurant un haut niveau de protection au point qu elle a conduit à renforcer la Convention n 108 du Conseil de l Europe par l adoption dans cette enceinte d un protocole additionnel sur les autorités nationales indépendantes chargées de sa mise en œuvre et sur les principes régissant les transferts de données personnelles vers un pays tiers. Sa portée et son effectivité soulèvent cependant plusieurs questions. Avec l entrée en vigueur du traité de Lisbonne, il est hautement nécessaire de revoir son champ d application pour étendre la portée de ses principes à tous les domaines de compétences de l Union européenne, en cela elle favoriserait le rétablissement du principe de finalité et des conditions de dérogation à ce principe dans une société démocratique, d ores et déjà établi en son article 13. Nombreux sont les acteurs qui déplorent que la mise en œuvre de la directive ait conduit à des disparités d interprétations au sein des Etats membres malgré les nombreux travaux du G29 qui visent à contribuer à l application homogène de la directive et notamment en matière de dérogations au principe de la protection adéquate qui doit être assurée dans un pays tiers pour autoriser un transfert vers ces pays. Concernant justement le transfert des données, la directive mentionne qu un tel transfert n est pas possible à l extérieur de l Union européenne s il ne bénéficie pas d un niveau suffisant de protection. Le problème est que ce sont les autorités nationales compétentes qui apprécient cette notion de «niveau suffisant de protection». Cela entraine une insécurité juridique au niveau européen puisque toutes les autorités nationales n adoptent pas forcément la même approche, les citoyens bénéficient en conséquence de différences de traitement de leurs données à caractère personnel. L AEDH pense qu il faudrait de ce fait instaurer des mécanismes systématiques et directement applicables à un niveau européen. La directive de 1995 a également créée un groupe des autorités nationales chargées du contrôle de la mise en œuvre, incluant le Contrôleur Européen de la Protection des Données 4 institué par le Règlement 45/2001 sur la protection des données à caractère personnel dans le cadre des institutions et des organes de l'union européenne. 3 Téléchargeable par ce lien 4 CEPD,

4 L AEDH ne peut que déplorer le fait que, bien que la consultation du G29 et du CEPD soit obligatoire dès qu un projet de législation s intéresse aux données personnelles, leurs avis n en restent pas moins que consultatifs. De même, toute l activité du G29, visant les questions nouvelles, n acquiert aucune autorité dans des domaines aussi importants que l emploi, les données de santé, la vidéosurveillance etc. La nouvelle directive devrait donc renforcer les mécanismes de contrôles du CEPD et du G29 ainsi que des autorités nationales de contrôle. En effet, une partie de la directive devrait traiter tout particulièrement du contrôle effectif des autorités nationales, de leurs compétences et par-dessus tout, des champs d application de chaque autorité nationale afin d harmoniser les décisions prises par ces entités et de respecter «l acquis» en matière de protection des données à caractère personnel. La visibilité de ce travail, sa reprise sous forme contraignante, y compris ses interprétations fouillées de notion clefs, telle que celle sur la définition des données personnelles qui est citée mondialement mais dans le cercle trop restreint des experts, apporterait une sécurité, la confiance chez tous, confrontés à tant d évolution technologiques. Une telle approche dynamique contribuerait hautement à l effectivité du droit fondamental à la protection des données. Par ailleurs, le rôle et la compétence du CEPD pour superviser et contrôler des agences comme Europol qui elles, seront désormais en mesure de conclure des accords internationaux restent encore floues telles qu encadrées par le nouveau traité. C. Sur le front de la régulation mondiale L AEDH aimerait attirer l attention sur le fait que le seul instrument juridique international contraignant existant, celui de la Convention n 108 du Conseil de l Europe que développe la directive européenne, pourtant ouvert à des pays tiers, n a été ratifiée à ce jour que par un seul pays tiers, alors que c est déjà le cas pour la convention postérieurement adoptée en matière de cyber crime par la même organisation. Ces deux textes sont les deux faces d une même monnaie. La société civile de tous les continents y fait référence dans sa Déclaration de Madrid de novembre Pour mémoire, les Lignes directrices de 1980 de l OCDE, qui sont compatibles mais sont insuffisantes, ne sont pas contraignantes alors que 20 des 24 Etats membres ont déjà adoptés une législation en la matière, les Principes directeurs des Nations Unies de 1991 ne sont pas non plus contraignants et aucun mécanisme de suivi et de mise en œuvre n a jamais été mis en place. C est pourquoi, au-delà du mécanisme de la reconnaissance du niveau de protection adéquat assuré dans des pays tiers, institué par la directive de 1995 avec raison, mais qui laisse seuls ces pays tiers hors de tout mécanisme international de suivi et de mise en œuvre, il serait bon que la Commission, en tant qu organe compétente pour prendre des initiatives, ajoute cette question sur l agenda international. Deux voix sont possibles. Soit elle propose au Conseil de l Europe, comme elle le fait en d autres matières, de lui porter assistance pour promouvoir la Convention n 108 et son protocole d accord, tout en l assistant dans cette démarche au travers de tous les partenariats avec des pays tiers déjà en cours qui prévoit la question de la protection des données ainsi qu au travers des partenariats avec des organisations internationales qui se sont déjà prononcées en faveur d un telle approche conventionnelle, telle l Organisation Internationale de la Francophonie et le secrétariat Ibéro américain. Cette approche aurait le mérite de partir d une base bien encrée dans la problématique des droits de l Homme même s il conviendrait d en revoir le mécanisme de suivi et de mise en œuvre.

5 L autre approche étant celle par laquelle la Commission prend l initiative de l organisation d une grande conférence internationale sur la protection des données où un maximum d Etats serait impliqués afin qu une convention internationale contraignante de portée mondiale soit élaborée et adoptée. Ces deux approches, en tout état de cause, bénéficient d ores et déjà de l impressionnant travail réalisé déjà par les commissaires à la protection des données lors de leur conférence mondiale qui s est tenu à Madrid en novembre dernier sous la forme de deux résolutions complémentaires : celle sur les standards internationaux et celle sur le renforcement de la coopération. Il va sans dire qu une telle politique doit trouver son complément indispensable dans les programmes de coopération et d aide aux pays en développement, en faveur de programmes d échange et d assistance sur le plan de la sensibilisation, par exemple par l organisation de conférences régionales, sur le plan législatif, et de la mise en œuvre notamment au soutien de l installation d autorités indépendantes chargées de la protection des données personnelles. L AEDH rappelle aux institutions européennes que la vie privée et la protection des droits fondamentaux des citoyens à l égard du traitement de données personnelles ne se limitent pas au niveau législatif, mais qu elles ont aussi leur dimension technique. Mais surtout l AEDH rappelle que ces préoccupations posent aussi des considérations de caractère politique et même éthique. Une nouvelle éthique devrait être développée au sein de la société européenne en ce qui concerne la protection de la vie privée et des libertés au dans laquelle la protection devrait toujours passer avant les intérêts politiques. Il serait plus que nécessaire d arrêter ; ou au moins d infléchir ce mouvement sécuritaire qui s opère au détriment des libertés fondamentales, ce qui est d ailleurs une condition première pour l essor de l innovation dans le domaine des technologies de l information et de la communication. Contact : AEDH, Association Européenne pour la défense des Droits de l Homme 33, rue de la Caserne. B-1000 Bruxelles Tél : +32(0) Fax : +32(0)

Pour une Europe des droits de l Homme

Pour une Europe des droits de l Homme Le manifeste de l AEDH et de ses membres en vue de l élection 2014 du Parlement européen Bruxelles, le 11 Novembre 2013 1. Citoyenneté et démocratie et respect des droits de l Homme Une citoyenneté de

Plus en détail

Le droit fondamental des personnes à la protection des données personnelles: les défis à relever sur le plan national, régional et mondial

Le droit fondamental des personnes à la protection des données personnelles: les défis à relever sur le plan national, régional et mondial Le droit fondamental des personnes à la protection des données personnelles: les défis à relever sur le plan national, régional et mondial Marie Georges Conseiller pour la prospective et pour le développement

Plus en détail

LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL La protection des données à caractère personnel et le respect de la vie privée sont des droits fondamentaux majeurs. Le Parlement européen insiste sur la

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Commission des affaires européennes Mardi 3 décembre 2013 17 h 30 Communication de Mme Marietta Karamanli sur le projet d accord PNR entre l Union européenne

Plus en détail

Groupe de rapporteurs sur la coopération juridique (GR-J), réunion du 7 octobre 2014

Groupe de rapporteurs sur la coopération juridique (GR-J), réunion du 7 octobre 2014 M. Jean-Philippe WALTER 1 Président du Comité consultatif de la Convention pour la protection des personnes à l égard du traitement automatisé des données à caractère personnel Conseil de l Europe 67075

Plus en détail

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable On entend par «aménagement raisonnable» les modifications et ajustements nécessaires et appropriés n imposant pas de charge disproportionnée ou indue apportés,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Atelier du CEPD sur la vidéosurveillance au sein des institutions et organes de l Union

Atelier du CEPD sur la vidéosurveillance au sein des institutions et organes de l Union Atelier du CEPD sur la vidéosurveillance au sein des institutions et organes de l Union Bruxelles, le 30 septembre 2009 Allocution d ouverture: les droits fondamentaux en jeu Giovanni BUTTARELLI Contrôleur

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 9 IGC CE/15/9.IGC/8 Paris, 5 octobre 2015 Original : français COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Neuvième session ordinaire Paris,

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

E 5040 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010

E 5040 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 E 5040 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 20 janvier 2010 le 20 janvier

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Rue des Chanoines 2, 1700 Fribourg T +41 26 322 50 08, F +41 26 305

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PC-ISP)

Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PC-ISP) 1031e réunion 2 juillet 2008 Annexe 29 (Point 10.3c) Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PCISP) Fiche synoptique Nom

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Strasbourg, le 26 mars 2009 AP/CAT (2009) 12 ACCORD EUROPEEN ET MEDITERRANEEN SUR LES RISQUES MAJEURS (EUR-OPA) RECOMMANDATION 1863 (2009) DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE Environnement et santé: pour une

Plus en détail

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne Pourquoi le Traité de Lisbonne? De Nice à Lisbonne Le Traité de Nice Conclusion à Nice le 11 décembre 2000 Signature le 26 février 2001 1 er février 2003 Entrée en vigueur du traité 2000 2001 2002 2003

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

Les impératifs de sécurité face à la protection des données personnelles. Chawki GADDES

Les impératifs de sécurité face à la protection des données personnelles. Chawki GADDES Les impératifs de sécurité face à la protection des données personnelles Chawki GADDES INTRODUCTION Les droits humains ne sont généralement pas consacrés de manière absolue Les chartes internationales

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace LA SÉCURITÉ DES CITOYENS PAR LA PROTECTION DES VICTIMES DE LA CRIMINALITÉ DANS L UE UE Muriel RAMBOUR Université de Haute-Alsace 18 mai 2011 présentation par la Commission européenne de ses propositions

Plus en détail

26è Conférence internationale sur la vie privée et la protection des données personnelles Wroclaw, 14-16 septembre 2004

26è Conférence internationale sur la vie privée et la protection des données personnelles Wroclaw, 14-16 septembre 2004 1 26è Conférence internationale sur la vie privée et la protection des données personnelles Wroclaw, 14-16 septembre 2004 Session : Droit à la vie privée et protection de la sécurité publique Intervention

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Nouvelle loi 23-13 complétant et modifiant la loi 17-97 relative à la protection de la propriété industrielle au MAROC

Nouvelle loi 23-13 complétant et modifiant la loi 17-97 relative à la protection de la propriété industrielle au MAROC Les principaux objectifs de ce projet d amendement s articulent autour des points suivants : 1- Amélioration du système des brevets d invention,. 2- Consolidation du système national des marques. 3- Réforme

Plus en détail

Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles?

Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles? Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles? Sophie Vulliet-Tavernier, directrice des études, de l innovation et de la prospective Congrès big data 20 et 21 mars 2012 La protection

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX Agence internationale de l énergie atomique Résolutions adoptées par la Conférence générale de l AIEA (2004)* La 48 ème session de la Conférence générale de l AIEA

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Communication. Mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E

Communication. Mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E X I V e L É G I S L A T U R E Communication Commission des affaires européennes Mardi 4 novembre 2014 16 h 30 Communication de M. Philippe Armand Martin sur l attribution des noms de domaine «.wine» et

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 1 avril 2009 24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Déclaration de l Association du Personnel du Secrétariat de l ONUSIDA Document préparé par

Plus en détail

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 Assemblée A/129/2-P.7 Point 2 4 octobre 2013 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT D'URGENCE A

Plus en détail

Monsieur Pascal Broulis Conseiller d Etat Chef du Département des finances Rue de la Paix 6 1014 Lausanne

Monsieur Pascal Broulis Conseiller d Etat Chef du Département des finances Rue de la Paix 6 1014 Lausanne Monsieur Pascal Broulis Conseiller d Etat Chef du Département des finances Rue de la Paix 6 1014 Lausanne Lausanne, le 21 septembre 2006 S:\COMMUN\POLITIQUE\Position\2006\POL0643.doc NOL Avant-projet de

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir :

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir : Prise de position du Conseil des Notariats de l Union européenne concernant la proposition de Directive de société unipersonnelle à responsabilité limitée (SUP) Les Notaires d Europe déplorent les conséquences

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR L ATTRIBUTION DES CONTRATS DE CONCESSION Mars 2012 Maison européenne

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOSURVEILLANCE

PROJET DE CHARTE DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOSURVEILLANCE Hôtel de Ville 10 place Victor Hassebroucq BP 80479 59208 Tourcoing Cedex Tél. : 03 20 23 37 00 Fax : 03 20 23 37 99 Direction de la Concertation, Tranquillité Habitants et Prévention 16 rue Paul Doumer

Plus en détail

Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications

Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications Version 1 06.03.2013 Introduction La liberté d'expression et la

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

1. Procédure. 2. Les faits

1. Procédure. 2. Les faits Avis relatif à la notification en vue d un contrôle préalable reçue du délégué à la protection des données de la Banque européenne d investissement concernant l enregistrement des conversations téléphoniques

Plus en détail

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET ART. 18 CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX DIRECTIVE RETOUR COMMISSION PARLEMENTAIRE LIBE FRONTEX DUBLIN II POLITIQUE D ASILE ELSJ SCHENGEN www.europarl.fr version décembre 2012 graphisme : atelier JBBOX EURODAC

Plus en détail

Repères Rapport annuel 2012

Repères Rapport annuel 2012 Édito En confiant au Haut Conseil la supervision des commissaires aux comptes, le législateur a mis en place un mécanisme indépendant, capable de traiter à la fois les cas individuels et les problématiques

Plus en détail

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Synthèse Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Alain PELLET Professeur à l Université de Paris X-Nanterre Olivier de FROUVILLE Maître de conférences à

Plus en détail

L avenir de la protection de la vie privée

L avenir de la protection de la vie privée Groupe de travail «Article 29» sur la protection des données Groupe de travail «Police et justice» 02356/09/FR WP 168 L avenir de la protection de la vie privée Contribution conjointe à la consultation

Plus en détail

3 e version révisée, mai 2012 STATISTIQUE PUBLIQUE STATISTIQUE PUBLIQUE

3 e version révisée, mai 2012 STATISTIQUE PUBLIQUE STATISTIQUE PUBLIQUE 3 e version révisée, mai 2012 STATISTIQUE PUBLIQUE DE DE LA LA SUISSE STATISTIQUE CHARTE PUBLIQUE DE LA DE SUISSE LA SUISSE STATISTIQUE PUBLIQUE DE LA SUISSE DE LA SUISSE Table des matières Préambule

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.3 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée Juin 2013 QUESTIONNAIRE REPONSE DES AUTORITES FRANCAISES CONSULTATION SUR LES RÉSULTATS DE L ÉTUDE SUR LA SITUATION ACTUELLE ET LES PERSPECTIVES DES SOCIÉTÉS MUTUELLES EN EUROPE Question 1: Informations

Plus en détail

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01 GABON A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01 3. CATÉGORIE D INDICATEUR DE DEVELOPPEMENT DES MEDIAS Catégorie

Plus en détail

Introduction. 1 Voir Assemblée générale, résolution 428 (V) du 14 décembre 1950, A/RES/428(V), disponible sur:

Introduction. 1 Voir Assemblée générale, résolution 428 (V) du 14 décembre 1950, A/RES/428(V), disponible sur: Commentaires du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés au sujet de la proposition de loi 0443/014 du 23 février 2011 modifiant la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle المملكة المغربية وزارة التشغيل والتكوين المهني A L L O C U T I O N de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité

département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité de la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/280 DÉLIBÉRATION N 12/078 DU 4 SEPTEMBRE 2012 RELATIVE À L ÉCHANGE MUTUEL DE DONNÉES D IDENTIFICATION ENTRE L OFFICE

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE Site Web : http://www.cnil.fr 1. Mesure de la diversité, «statistiques ethniques», égalité des chances La CNIL engage le débat La question de la lutte contre

Plus en détail

La politique culturelle Mexique

La politique culturelle Mexique La politique culturelle Mexique Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo (UMSNH) ETUDE TRAINMONHER 1 POLITIQUES NATIONALES SUR LE PATRIMOINE MONUMENTAL MEXIQUE (Universidad Michoacana de San Nicolás

Plus en détail

COM (2012) 655 final

COM (2012) 655 final COM (2012) 655 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 novembre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004)

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) adoptés par le CDCJ lors de sa 79 e plénière (11-14 mai 2004) INTRODUCTION Les comités du Conseil

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

- 1 - Réunion du jeudi 1 er juillet 2010. Justice et affaires intérieures

- 1 - Réunion du jeudi 1 er juillet 2010. Justice et affaires intérieures - 1 - Réunion du jeudi 1 er juillet 2010 Justice et affaires intérieures Accord sur le transfert de données entre l Union européenne et les États-Unis (SWIFT) : examen de la proposition de décision relative

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012

Organisation de l aviation civile internationale CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012 Organisation de l aviation civile internationale HLCAS-IP/5 4/8/12 1 NOTE D INFORMATION CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012 Point de l ordre du

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc

Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc M. Saïd IHRAI, Président de la CNDP FMSAR, Casablanca 15 Avril 2015 SOMMAIRE I. La protection

Plus en détail

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, 5E CONTRIBUTEUR AU FEM La France est le 5 e contributeur financier et co-initiateur du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM),

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A L ACCÈS A L INFORMATION ET AU PARTAGE DE CONNAISSANCES

CHARTE RELATIVE A L ACCÈS A L INFORMATION ET AU PARTAGE DE CONNAISSANCES CHARTE RELATIVE A L ACCÈS A L INFORMATION ET AU PARTAGE DE CONNAISSANCES Préambule Le respect de la démocratie, des droits de l homme et des libertés fondamentales implique le droit, pour tous les citoyens,

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

VOTRE GUIDE DU TRAITÉ DE LISBONNE

VOTRE GUIDE DU TRAITÉ DE LISBONNE VOTRE GUIDE DU TRAITÉ DE LISBONNE SOMMAIRE INTRODUCTION....................................... 1 L ENTRÉE DE L UNION DANS LE XXI E SIÈCLE............... 2 LES POINTS CLÉS DU TRAITÉ DE LISBONNE...............

Plus en détail