Sommaire RESUME LE MONITORING DES MEDIAS PAR L ONUCI DISPOSITIF MONITORING DES MEDIAS ET DEVELOPPEMENT DES MEDIAS...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire RESUME...3 1. LE MONITORING DES MEDIAS PAR L ONUCI...4 1.1. DISPOSITIF MONITORING DES MEDIAS ET DEVELOPPEMENT DES MEDIAS..."

Transcription

1

2 2 Sommaire RESUME...3 ETAT DES LIEUX LE MONITORING DES MEDIAS PAR L ONUCI DISPOSITIF MONITORING DES MEDIAS ET DEVELOPPEMENT DES MEDIAS LE MONITORING DES MEDIAS LE DEVELOPPEMENT DES MEDIAS LE SUIVI DU MONITORING DE L ONUCI PAR LE SECRETARIAT DE L ONU ET LE CONSEIL DE SECURITE/COMITE DES SANCTIONS: AVANTAGES ET DEFIS DE LA METHODOLOGIE APPLIQUEE : LES DEFIS CONTRIBUTION DU MANDAT RELATIF AUX MEDIAS DANS LE PROCESSUS DE PAIX LES PARTENARIATS LES PARTENAIRES NATIONAUX LES COMPOSANTES DE L ONUCI : LEÇONS APPRISES RECOMMANDATIONS...11 ANNEXE RECOMMANDATIONS POUR L ETABLISSEMENT DE L UNITE DE MONITORING DANS LES MISSIONS DE MAINTIEN DE LA PAIX (SOP):...12

3 3 Résumé L objectif de ce document est de partager avec les professionnels des médias et des Divisions de l Information Publique des Missions de Maintien de la Paix des Nations Unies, l expérience de l Opération des Nations Unies en Côte d Ivoire (ONUCI) dans le domaine spécifique du Média Monitoring en réponse au mandat confié par le Conseil sécurité des Nations Unies dans sa résolution 1572 (2004). Il indique comment ce mandat a contribué au processus de paix en Côte d Ivoire, présente les avantages et les défis de la méthode développée par l ONUCI, des recommandations pour un Monitoring efficace des médias en période électorale et des recommandations pour l établissement de l unité de Monitoring dans les Missions de maintien de la paix (SOP). Depuis la grave crise survenue en 2004 qui a enregistré une forte implication des médias publics (radio et télévision ivoirienne) et privés dans l exacerbation des tensions, la résolution 1572 (2004) a donné mandat à l Opération des Nations Unies en Côte d Ivoire de surveiller le comportement des médias publics et de faire rapport au Conseil de sécurité et au Comité des sanctions. L unité Monitoring des Médias de l ONUCI a mis en place une méthodologie en vue de noter les dérives et d alerter en temps réel l ONUCI, le Département des opérations de Maintien de la paix, le Conseil de sécurité et le Comité des sanctions. Cette méthodologie se fonde sur le relevé des incitations à la violence et à la haine et des propos dans la presse écrite et les médias audiovisuels qui pourraient entraver le processus de paix. Ce relevé inclut les différentes critiques et attaques contre les groupes ethniques et raciaux (tribalisme, racisme), les étrangers (xénophobie), le système des Nations Unies, les Forces françaises de l Opération Licorne et l ONUCI. L on peut légitimement penser que l extension éventuelle de la résolution 1572 (2004) qui ne vise que le comportement des médias publics Radio et Télévision ivoirienne, RTI et le quotidien national Fraternité Matin élargirait le champ d action du Comité des sanctions, et l efficacité du monitoring car, depuis l adoption de la résolution en 2004, les manquements les plus graves en matière d éthique et de déontologie sont observés dans la presse écrite privée et sur les stations FM. Aussi, l organe de régulation de la presse ivoirienne, le Conseil National de la Presse (CNP) après une longue période de sensibilisation et d alerte des acteurs du secteur, a-t-il décidé d appliquer dorénavant des sanctions du second degré (blâme, sanctions pécuniaires, suspension d activité) conformément aux prescriptions légales. Les entretiens avec les professionnels des médias ont permis de dégager un consensus sur la nécessité, à l occasion de l élection présidentielle, de collaborer et de mutualiser les efforts en vue d une plus grande efficacité dans les phases d alerte et de sanctions. Les recommandations proposées pour atteindre ces objectifs incluent notamment : L accroissement de la vigilance, à l approche des élections, par une collaboration entre les différentes composantes de la mission. Le développement d une synergie d actions entre la mission et les Régulateurs. La mise en place d un mécanisme de suivi qui permet d alerter les journalistes et les médias quant à leurs responsabilités historiques. La conduite d activités de renforcement des capacités pour les journalistes, particulièrement ceux des médias de proximité. La poursuite des activités de prévention et de sensibilisation du rôle des médias dans la cohésion sociale. L application des sanctions prévues notamment à l approche de la période électorale où la tension risque d atteindre son paroxysme.

4 4 1. Etat des lieux Les observations, avis et recommandations sont fondés d une part sur les textes - Résolutions du Conseil de sécurité 1 établissant le mandat de l ONUCI concernant ses activités d Information, notamment de monitoring des médias, les recommandations de l Accord Politique de Ouagadougou (APO), le Code de bonne conduite des partis politiques, des groupements, forces politiques et des candidats aux élections en Côte d Ivoire et les moyens et capacités d observation et de sanctions des organes de régulation 2 et d autorégulation de la presse ivoirienne. Les lois relatives au régime juridique de la presse et de la communication audiovisuelle promulguées en 2004 consécutivement à l Accord de Lina-Marcoussis, se veulent beaucoup plus libérales, particulièrement en ce qui concerne la presse écrite. Toutefois, il y a lieu de relever que les médias ivoiriens, du fait de leur positionnement, ne facilitent pas toujours le processus de sortie de crise. A l instar des acteurs politiques dont ils sont proches. Sur le plan national, il existe un arsenal juridique exhaustif permettant à la fois d observer le comportement des médias, d alerter les institutions concernées sur les infractions commises et si nécessaire, de sanctionner. Chaque Régulateur, Conseil National de la presse (CNP), Conseil National de la Communication Audiovisuelle (CNCA), ainsi que l Observatoire de la Liberté de la Presse de l Ethique et de la Déontologie (OLPED), dispose d outils identiques d observation des médias lois, code de déontologie. On note que chacun travaille dans sa sphère de compétence. La volonté du Conseil National de la presse de prendre des sanctions du second degré depuis avril 2009 a entraîné au sein de la corporation une certaine prise de conscience sur la capacité de la structure de régulation de faire la police. Il reste au Conseil à agir avec célérité pour affirmer son rôle et partant, inciter les médias à respecter les règles d éthique et de déontologie. 1. Le Monitoring des Médias par l ONUCI 1.1. Dispositif Monitoring des Médias et Développement des Médias A la suite d incitations verbales appels répétés - à la haine et à la violence sur les ondes de la radio télévision nationale, RTI, en 2004, le Conseil de sécurité a, dans sa résolution 1572, explicitement demandé à la Division de l information Publique de l ONUCI de surveiller le comportement des médias / Monitoring des Médias. Les termes de référence de l unité de suivi des médias -Média Monitoring- sous la supervision du Chef de la Division de l Information Publique établissent les critères de cette surveillance et 1 Résolutions 1572 (2004), 1633 (2005), 1842 (2008), 1865 (2009) 2 Lois et relatives au régime juridique de la presse et de la communication audiovisuelle

5 5 d alerte qui se conjuguent avec des activités de développement des médias - Développement des Médias -ou assistance aux médias dans leur contribution au processus de paix Le Monitoring des Médias Le Monitoring des Médias a établi une «Fiche d évaluation contenu média» qui prend en compte : Les incitations à la violence, à la xénophobie et à l intolérance inter ethnique Les incitations à la reprise du conflit Le suivi des activités Organes de régulation et associations professionnelles des médias Le suivi des médias d Etat Les critiques contre l ONUCI, la force Licorne, le système des Nations Unies, Cette fiche indique la durée, la fréquence et la langue utilisée, ainsi que la nature du message (intolérance, haine, exclusion). L unité Monitoring des Médias, composée de personnel national et international, relève les informations dangereuses pour le processus de paix dans une revue de presse quotidienne spéciale. Les Bureaux de terrain de l Information Publique disséminés dans les secteurs/régions participent à l exercice, en écoutant les radios de privées non commerciales et en suivant les déclarations publiques et / ou médiatisées d hommes politiques ou de leaders d opinion dangereuses pour le processus de paix. Toutes les unités de la Division de l Information Publique Porte-parole, ONUCI-FM, Vidéo, Publications, Plaidoyer jouent leur rôle dans l accompagnement du processus de paix. Concernant les élections, elles sont en train d adapter leur stratégie. Cette stratégie devra prendre en compte le monitoring des médias, les rumeurs, les fausses nouvelles, la désinformation, les menaces verbales et attaques contre des personnes et des groupes pour la diffusion de campagnes d information appropriées et ciblées. D autres composantes de l ONUCI directement intéressées par ce monitoring des médias y contribuent par leur rôle et fonction dans le cadre du processus de paix : Droits de l Homme, Assistance Electorale, Service Juridique, Police onusienne, Observateurs Militaires, etc. Observations : L unité Monitoring des Médias a ainsi fourni à l ONUCI, au Secrétariat de l ONU à New York, Département de l Information Publique (DPI), Département des Opérations de Maintien de Paix (DPKO), aux Etats membres, au Conseil de sécurité et au Comité des sanctions, un suivi exhaustif extrêmement rigoureux du contenu et de l analyse du comportement de l ensemble des médias ivoiriens depuis Les câbles, rapports du Secrétaire général transmis au Conseil de sécurité, et tous les autres rapports spéciaux, ad hoc, hebdomadaires, mensuels, trimestriels, annuels soulignent les dérapages quotidiens dans les journaux notamment, mais également ceux relevés sur les

6 6 radios de proximité et lors de meeting de mobilisation des partisans. Ils portent ainsi à l attention de l ONU et de la Communauté internationale les incitations à la haine, à l intolérance et à la violence Le Développement des Médias Le Développement des Médias dont les activités sont associées à celles du Monitoring des Médias, au sein de la même unité, a organisé depuis 2005, trente séminaires de formation ou ateliers de travail traitant des thèmes liés au processus de paix et à la sortie de crise. Ces activités se sont déroulées à travers le pays (Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké, Korhogo, Grand-Bassam, de la société Bouna, Daloa, Abengourou ) avec la participation de journalistes, des animateurs de radio, et des représentants civile. Les thèmes abordés visent à intégrer les médias dans le processus de paix et de la réconciliation nationale, en traitant de la couverture du processus électoral, du rôle des médias, des radios de proximité, du journalisme d investigation au service de la paix, etc. jusqu à l organisation, en appui au Ministère de la Communication, d un Forum national sur la mission des médias en période électorale. Il est à souligner que ce Forum organisé en mai 2008 a permis aux participants (Partis et groupements politiques, journalistes, organisations de la société civile) d adopter un document consensuel relatif à la couverture médiatique des élections. Observations : Il ressort que l unité Monitoring des Médias a établi et développé d excellentes relations avec les organisations professionnelles ivoiriennes dont les Régulateurs des médias, les radios de proximité, les associations de journalistes, presse écrite et médias audiovisuels. O bservations : Les différents séminaires ont permis à nombre de journalistes professionnels et d animateurs, particulièrement ceux des radios de proximité, d acquérir les rudiments du métier. Même si certains titres de la presse écrite continuent d enfreindre les règles d éthique et de déontologie, il n en demeure pas moins que les organisations professionnelles ont pris conscience de la nécessité de s impliquer dans le processus de paix et d encourager le professionnalisme. Aussi ces séminaires doivent-ils se poursuivre dans une dynamique de prévention, de gestion et de sensibilisation du rôle des médias dans la cohésion sociale Le suivi du Monitoring des Médias de l ONUCI par le Secrétariat de l ONU et le Conseil de sécurité/comité des sanctions: Tous les comptes-rendus relatifs au comportement des médias ivoiriens - suite à l adoption de la Résolution sont transmis mensuellement au Comité des sanctions par le Département des Opérations de Maintien de la Paix (DPKO). Conformément aux dispositions de la Résolution 1572, une observation du Monitoring des Médias du 24 Mars 2005 remis par ONU /DPKO au Comité des sanctions à New York, indique au paragraphe 6 : «Au lendemain de l adoption de la résolution 1572 du Conseil de sécurité on peut dire que les médias ivoiriens ont mis un bémol à leur tendance notée il y a quinze mois et

7 7 qui consistait à la diabolisation de l opposition et à l incitation de sentiments négatifs vis-à-vis des étrangers.» S il est vérifié que les médias publics, principalement visés par la résolution 1572, ont été les seuls médias à observer les recommanda tions du Conseil de sécurité, à l évidence la presse écrite et audiovisuelle privée ne s est pas sentie concernée, car elle n est pas explicitement nommée. Observations : Depuis 2004, et en raison des termes spécifiques (médias publics) inscrits dans la résolution 1572, le Conseil de sécurité et le Comité des sanctions n ont encore pris aucune sanction contre un ou des journaux ivoiriens et des radios privées responsables de fautes graves, «d incitation à la haine, à l intolérance et à la violence». 2. Avantages et défis de la Méthodologie appliquée : L analyse de la méthodologie appliquée a permis d identifier les meilleures pratiques (Best Practices) quant à l établissement, à la fonction et aux activités de l unité de Monitoring des Médias, mais également d en relever quelques aspects qui gagneraient à être renforcés ou améliorés. Les Avantages Les attributions dévolues au Monitoring des Médias sont contenues dans la Résolution 1572, ce qui lui donne un rôle défini et reconnu au sein de la Mission, auprès du Secrétariat de l ONU, du Conseil de sécurité, et du Comité des sanctions. Les rapports du Monitoring des Médias ont permis d informer et si nécessaire, d alerter en temps réel, le leadership de la Mission, le Secrétariat de l ONU (DPKO), le Conseil de sécurité et le Comité des Sanctions. Ces rapports ont permis un suivi rigoureux du contenu des médias et constitue une base de données précise et fiable sur le comportement des médias dans la crise ivoirienne. Il nous est apparu judicieux d avoir associé les activités de Monitoring des Médias et Développement des Médias au sein de la même Unité. Elles sont complémentaires dans l identification des problèmes (infractions) et la mise en œuvre des solutions (formation, prévention). Les deux aspects du mandat de l unité, Monitoring et Développement, ont permis d établir et d entretenir d excellentes relations avec les partenaires nationaux, à savoir le ministère de la Communication, les instances de régulation et d autorégulation des médias, les organisation et associations professionnelles des médias. Les activités de Développement des Médias auprès des radios de proximité la centaine de radios locales diffusant dans le pays ont permis à la Division de l Information de l ONUCI d établir d excellentes relations et de renforcer l implication de ces radios dans le processus de sortie de crise (soutien d ONG

8 Les défis internationales, Union Européenne) et d apporter sa contribution à des programmes d éducation civique (comme proposé par la CEI et le CNCA). Les principaux destinataires n ont réagi qu à la faveur d une nette amélioration du climat dans la presse (en fonction du climat politique). Le Monitoring des Médias gagnerait également à obtenir leurs réactions lors des périodes de tension extrême. L absence de sanctions du Conseil de sécurité conforte les médias dans leur dynamique «incendiaire» et leur sentiment d impunité. La presse écrite privée et celle en ligne ne se sentent pas concernée par la résolution. En même temps on note que les textes nationaux sont violés. Observations : L efficacité du Monitoring des Médias de l ONUCI pourrait être accrue grâce à des dispositions onusiennes d une part et nationales de l autre en vue de l établissement d un mécanisme de suivi qui permettrait d alerter les journalistes et les médias ivoiriens quant à leurs responsabilités historiques. A cet effet, le rappel de la responsabilité sociale des animateurs de la radiotélévision mille collines (Rwanda), devant les juridictions internationales est suffisamment révélateur. 3. Contribution du mandat relatif aux médias dans le processus de paix Le mandat du Monitoring des Médias établi par la résolution 1572 est tout à fait pertinent. Il s avère que la mise en œuvre du mandat limitée à la collecte des infractions au niveau des médias publics - reste sans effet sur la presse écrite privée non concernée, ce qui ne permet pas d obtenir les résultats escomptés. Les infractions relevées dans la presse écrite privée se perpétuent et les responsables continuent leur «guerre verbale» en toute impunité. Aussi pourrait-on voir son efficacité multiplié s il était étendu à l ensemble du paysage médiatique ivoirien. Le Monitoring des Médias a progressivement mis en place de bonnes relations professionnelles et régulières avec les organisations professionnelles ivoiriennes dont les Régulateurs des médias, les radios de proximité, les associations de journalistes, presse écrite et médias audiovisuels. Le suivi et la collaboration avec la centaine de radios locales diffusant dans le pays ont permis à la Division de l information de l ONUCI d établir et de maintenir un cadre de collaboration axé sur le renforcement des capacités. Cette collaboration renforce l implication des radios dans le process us de sortie de crise. La plupart d entre elles participent à la promotion des points clés du processus de sortie de crise, notamment du processus électoral et de la réunification du pays.

9 9 Observations : A l approche de la période électorale où la tension risque d atteindre son paroxysme, l application des mesures prévues, notamment de sanctions, devrait s étendre à l ensemble de la presse ivoirienne. 4. Les Partenariats Pour obtenir de l ensemble de la presse ivoirienne le respect des obligations éthiques et déontologiques en vue d une plus grande implication dans le processus de paix, le Monitoring des Média s estime indispensable de renforcer les synergies entre les différents acteurs que sont la classe politique, les Régulateurs et Autorégulateurs à travers un mécanisme intégré de veille et d alerte Les partenaires nationaux Les premiers responsables des différentes structures de régulation des médias (CNP et CNCA) ainsi que l Union Nationale des Journalistes de Côte d Ivoire (UNJCI) ont indiqué leur disposition à intégrer ce système de veille et d alerte Les composantes de l ONUCI : La Division de l Information Publique plaide pour le renforcement de l efficacité du monitoring des médias notamment : L élargissement de son domaine d activités relatif au suivi des médias à l ensemble de la presse ivoirienne. La poursuite et la multiplication des programmes de prévention (Développement des Média) : ateliers de formation des journalistes, sensibilisation au code de conduite en période électorale, sensibilisation du public sur le rôle et les dérives de la presse. A cet égard, le rôle d appui d ONUCI-FM et de la cellule Vidéo est essentiel au soutien à la cohésion sociale, à la réconciliation et à la sortie de crise. La diffusion des programmes spécifiques incluant les professionnels des médias ivoiriens et les messages des Nations Unies relatifs au processus électoral. Le renforcement de la phase «alerte» aux infractions, ce qui inclut la participation des autres composantes de l ONUCI selon leurs rôles et attributions, et la contribution des Régulateurs nationaux. La distribution des Kits de monitoring composés de fiches techniques pratiques mentionnant les données de l infraction, d enregistreurs MP3, et de postes de Télévision à cet égard. La sanction immédiate des contrevenants, par la prise concrète et rapide de sanctions au niveau des Régulateurs nationaux (exemples : suspension de journalistes, de médias), et en cas de faute(s) grave(s) par la saisine du Conseil de sécurité qui pourra intervenir au niveau du Comité des sanctions et exiger des mesures internationales plus radicales comme l interdiction de sortie du territoire, le gel des avoirs, l arrestation, la comparution devant un Tribunal international.

10 10 La collaboration accrue entre les composantes la Police des Nations Unies (UNPOL) la Division des Droits de l Homme, la Division de l Assistance Electorale, les porte-paroles militaires, l Unité Genre, l Unité Etat de Droit et l Unité Protection de l Enfance permet de renforcer le dispositif de Monitoring des Médias de l ONUCI. Le Bureau des Affaires Juridiques prévoit d attirer l attention sur l examen de textes relatifs aux sanctions (résolutions) lors d une prochaine réunion des juristes de l ONU. Observations : Selon leur rôle et responsabilité, les sections de l ONUCI impliquées directement dans le processus de monitoring continu des médias et des élections ont exprimé la nécessité d une vigilance accrue à l approche des élections ainsi que leur disponibilité à participer à cette vigilance. 5. Leçons apprises Le paysage médiatique ne fait que refléter les réalités politiques, sociales, culturelles et économiques d un pays. A cet égard, l exemple ivoirien n est pas atypique. Dans leur grande majorité, les médias ivoiriens restent solidement ancrés à des chapelles politiques. De ce fait, ils reflètent davantage des points de vue, parfois partisans. Néanmoins, l on observe ici et là, des tentatives de professionnalisation qui vont, sans nul doute, s amplifier avec le renforcement de la confian ce dans l exercice démocratique dans le pays. Pour renforcer l efficacité du Monitoring des Médias en période de crise ou en période électorale, il est utile de mettre en place une procédure d action concertée intégrant une approche en 5 phases incluant: La sensibilisation des médias, de la société civile, du public, Le monitoring par la mission et les régulateurs, La stigmatisation des contrevenants, La sanction par les Régulateurs et éventuellement le Conseil de sécurité. Cette synergie d actions entre la mission et les Régulateurs se concrétise par l intégration d un système d alerte souple, reposant sur l échange immédiat et en temps réel (grâce aux moyens de communication moderne) des infractions graves commises par un ou des médias. Ce système d alerte regroupe l unité Monitoring des Médias de la mission et les instances nationales de régulation des médias. L échange d information prend en compte les organisations professionnelles des médias. Les résultats escomptés sont : Au minimum, l isolement et la sanction contre les médias fauteurs de trouble, responsables de manquements graves, Au maximum, une diminution sensible des appels à la violence et des discours haineux dans les médias.

11 11 Cette approche qui se veut pragmatique se fonde sur l apport des parties et sur leur volonté commune exprimée lors des entretiens de «mutualiser» leurs actions. 6. Recommandations Mettre en place un cadre de travail avec les structures étatiques (Ministère de la communication), les organisations professionnelles des médias existantes et avec les Régulateurs des médias, les radios de proximité, les associations de journalistes, presse écrite et médias audiovisuels. Développer une synergie d actions entre la mission et les Régulateurs par l intégration d un système d alerte souple, reposant sur l échange immédiat, en temps réel (grâce aux moyens de communication moderne) des infractions graves commises par un ou des médias. Mettre en place un mécanisme de suivi qui permet d alerter les journalistes et les médias quant à leurs responsabilités historiques. A cet effet, le rappel de la responsabilité sociale des animateurs de la radiotélévision mille collines (Rwanda), devant les juridictions internationales est suffisamment révélateur. Conduire des activités de renforcement des capacités pour les journalistes, particulièrement ceux des radios de proximité. Renforcer l implication de ces radios dans le processus de sortie de crise. Poursuivre ces activités dans une dynamique de prévention et de sensibilisation du rôle des médias dans la cohésion sociale. Impliquer les organisations professionnelles dans le processus de paix. A l approche de la période électorale où la tension risque d atteindre son paroxysme, appliqu er les mesures prévues, notamment de sanctions, onusiennes et ou celles prévues par les lois. A l approche des élections, accroitre la vigilance au niveau du suivi des médias par une collaboration entre les différentes composantes de la mission impliquées dans le processus de monitoring des médias et des élections, selon leurs rôles et responsabilités. Encourager les relations de la presse ivoirienne avec les médias des pays en ou sortant de crise. *************************************

12 12 Annexe 7. Recommandations pour l établissement de l unité de Monitoring des Médias dans les Missions de maintien de la pa ix (SOP): DPI/DPKO : l Equipe d évaluation doit inclure dans son rapport un relevé du paysage médiatique dans le pays où la mission sera déployée : - Liste des médias (médias publics, privés, médias audiovisuels, journaux, sites Internet) - Lieux d émission et zones de diffusion - langues utilisées (officielle(s) et nationales - contenu (ligne éditoriale) - régulateurs (observation des médias) - Lois sur la presse, Textes et application - Prévoir le budget et les moyens pour que l unité soit fonctionnelle dès les premiers jours du déploiement de la nouvelle Mission. DPK O doit s assurer immédiatement : - De la mise en place de la structure : personnel international, local, et kits de relevé des infractions (Fichier de Monitoring Media, MP3, TV). - mise en place immédiate et effective de l observation des médias, avec l appui des PIO déployés dans les régions et du personnel local : revues de presse, compte-rendu, analyses, etc. - de la collaboration des autres composantes de la Mission (police, droits de l homme, assistance électorale, observateurs militaires, etc.) - de l établissement d un système d alerte interne à la Mission pour informer des infractions graves (appels à l intolérance, incitation à la haine, etc.) L unité de Monitoring des Médias doit : - établir des relations avec les professionnels de médias (régulateurs, médias) - étudier les perspectives de coopération avec les médias (Développement des Médias) - si nécessaire, convaincre les autorités et les médias de l établissement d organes de régulation et d autorégulation là où ils n existent pas et les informer des meilleures pratiques existantes. Dans ses recommandations au Conseil de sécurité pour établir le mandat de la Mission - surtout si les médias ont contribué à la crise ou au conflit et sont encore opérationnels - le rapport du Secrétaire général doit inclure explicitement le déploiement immédiat de l unité Monitoring des Médias au sein de la Division de l Information, soulignant son importance dans le dispositif de sensibilisation et de prévention auprès des populations.

13 13 En vue d accroitre l efficacité du Monitoring des Médias, le rapport du Secrétaire général pourrait interpeller la classe politique, les médias, les Régulateurs et en cas de besoin, les placer devant leurs responsabilités. Si le message n est pas entendu, la saisine du Conseil de sécurité puis du Comité des sanctions serait un recours efficace.

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE INTRODUCTION Au cours de l année 2013, le Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l Espace CEDEAO section Côte d Ivoire

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES ET DES ACTEURS POLITIQUES THEME

ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES ET DES ACTEURS POLITIQUES THEME NATIONS UNIES Opération des Nations Unies en Côte d Ivoire UNITED NATIONS United Nations Operation in Côte d Ivoire ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES ET DES ACTEURS POLITIQUES

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008 Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour Le Plan de Travail Commun se base sur les objectifs stratégiques de l Appel Consolidé (CAP)

Plus en détail

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS Dans le cadre de l élection présidentielle du 15 avril 2015, la Haute Autorité de l Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES THEME

ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES THEME NATIONS UNIES Opération des Nations Unies en Côte d Ivoire UNITED NATIONS United Nations Operation in Côte d Ivoire ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES THEME LA COUVERTURE

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn

19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn 19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn La régulation de l audiovisuel La régulation de l audiovisuel a pour objectif de garantir la liberté

Plus en détail

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009. Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.21 Directive Soutien à la formation militaire et de police préalable au déploiement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

ETAT DES C.E.S. EN AFRIQUE. SITUATION OF THE ESCs IN AFRICA. By Mrs. Simone Zoundi Vice President of the ESC of Burkina Faso

ETAT DES C.E.S. EN AFRIQUE. SITUATION OF THE ESCs IN AFRICA. By Mrs. Simone Zoundi Vice President of the ESC of Burkina Faso ETAT DES C.E.S. EN AFRIQUE SITUATION OF THE ESCs IN AFRICA By Mrs. Simone Zoundi Vice President of the ESC of Burkina Faso 1 PLAN 1. HISTORIQUE 2. ETAT DES LIEUX 3. DIFFICULTES/SOLUTIONS 4. PERSPECTIVES

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014

COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014 COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014 Mise en œuvre de la communication institutionnelle et de la mobilisation sociale dans le cadre de l élection présidentielle de 2015 Objet : Termes

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01 GABON A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01 3. CATÉGORIE D INDICATEUR DE DEVELOPPEMENT DES MEDIAS Catégorie

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence 1) Contexte/mandat du (niveau province) Le Groupe de Travail protection de l enfance () pour la province du Nord Kivu en RDC existe depuis début 2008. Il s agit d un groupe technique qui dépend du Cluster

Plus en détail

D PROCESSUS D REPORTING ET COMMUNICATION

D PROCESSUS D REPORTING ET COMMUNICATION PROCESSUS D REPORTING ET SOMMAIRE D PROCESSUS D REPORTING ET Page : 1 PROCESSUS D REPORTING ET SOMMAIRE D PROCESSUS D REPORTING ET... 1 D.1 REGLES ET PRINCIPES APPLICABLES... 3 D.2 ELEMENTS DE REPORTING

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Par Oumar Seck Ndiaye Les textes fondamentaux LOI N 2004-644 du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la Communication Audiovisuelle

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Siège : Maison de la presse, Tokoin Trésor - BP : 81213-Lomé-Togo Tél : (00228) 90 11 05 06 / 90 15 87 53 / 22 35 77 66 Email : conapptogo@gmail.

Siège : Maison de la presse, Tokoin Trésor - BP : 81213-Lomé-Togo Tél : (00228) 90 11 05 06 / 90 15 87 53 / 22 35 77 66 Email : conapptogo@gmail. MISE EN PLACE D UNE PLATE FORME DE COLLECTE, DE STOCKAGE, DE TRAITEMENT, DE GESTION ET DE DIFFUSION DE DONNEES DANS LE CADRE DE L ELECTION PRESIDENTIELLE 2015 1- NOTE CONCEPTUELLE La signature de l Accord

Plus en détail

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 DECLARATION Nous, femmes parlementaires de Côte d Ivoire, Conscientes de notre rôle de représentantes des femmes et des hommes ivoiriens,

Plus en détail

Cidoc. Note d information aux médias. Centre d information et de documentation citoyennes. Citizen information and documentation center

Cidoc. Note d information aux médias. Centre d information et de documentation citoyennes. Citizen information and documentation center Centre d information et de documentation citoyennes Connaissances, aptitudes et outils pour agir! Cidoc Citizen information and documentation center Knowledge. Skills. Tools. For action! Discussion sur

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE République de Côte d Ivoire Union- Discipline - Travail ----------------- DÉCRET N 2007-570 DU 10 AOUT 2007 PORTANT ORGANISATION DU MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) -coopération 25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 1 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de la Cour peut avoir sur la capacité de la Cour à mener à bien

Plus en détail

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti SPPPI PACA Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti Constat : des obstacles à la mise en œuvre des mesures PPRT - des aspects sociaux et habitat

Plus en détail

RAPPORT FINAL GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE. L Ecole, Instrument de la Paix - Côte d Ivoire

RAPPORT FINAL GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE. L Ecole, Instrument de la Paix - Côte d Ivoire GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME ET FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE RAPPORT FINAL Abidjan, Décembre 2013 I- RESUME DU PROJET Ce rapport a pour objet l édition et la vulgarisation d

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

LA LETTRE QUALITE DE LA DOUANE

LA LETTRE QUALITE DE LA DOUANE LA LETTRE QUALITE DE LA DOUANE Janvier 2014 N 002 Sommaire Editorial - Editorial.1 - Les échos de la démarche Qualité 2 - Focus..4 - Champagne : Exemple à Suivre.6 Production : Sous-direction de la Qualité

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Programme de Renforcement des Capacités de l Assemblée Nationale (RECAN)

Programme de Renforcement des Capacités de l Assemblée Nationale (RECAN) PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT ASSEMBLEE NATIONALE Programme de Renforcement des Capacités de l Assemblée Nationale Programme de Renforcement des Capacités de l Assemblée Nationale (RECAN)

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE UN BUT UNE FOI LOI N 2006-04 DU 4 JANVIER 2006, PORTANT CREATION DU CONSEIL NATIONAL DE REGULATION DE L AUDIOVISUEL (CNRA) Exposé des motifs Le présent projet de loi a pour

Plus en détail