Sommaire RESUME LE MONITORING DES MEDIAS PAR L ONUCI DISPOSITIF MONITORING DES MEDIAS ET DEVELOPPEMENT DES MEDIAS...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire RESUME...3 1. LE MONITORING DES MEDIAS PAR L ONUCI...4 1.1. DISPOSITIF MONITORING DES MEDIAS ET DEVELOPPEMENT DES MEDIAS..."

Transcription

1

2 2 Sommaire RESUME...3 ETAT DES LIEUX LE MONITORING DES MEDIAS PAR L ONUCI DISPOSITIF MONITORING DES MEDIAS ET DEVELOPPEMENT DES MEDIAS LE MONITORING DES MEDIAS LE DEVELOPPEMENT DES MEDIAS LE SUIVI DU MONITORING DE L ONUCI PAR LE SECRETARIAT DE L ONU ET LE CONSEIL DE SECURITE/COMITE DES SANCTIONS: AVANTAGES ET DEFIS DE LA METHODOLOGIE APPLIQUEE : LES DEFIS CONTRIBUTION DU MANDAT RELATIF AUX MEDIAS DANS LE PROCESSUS DE PAIX LES PARTENARIATS LES PARTENAIRES NATIONAUX LES COMPOSANTES DE L ONUCI : LEÇONS APPRISES RECOMMANDATIONS...11 ANNEXE RECOMMANDATIONS POUR L ETABLISSEMENT DE L UNITE DE MONITORING DANS LES MISSIONS DE MAINTIEN DE LA PAIX (SOP):...12

3 3 Résumé L objectif de ce document est de partager avec les professionnels des médias et des Divisions de l Information Publique des Missions de Maintien de la Paix des Nations Unies, l expérience de l Opération des Nations Unies en Côte d Ivoire (ONUCI) dans le domaine spécifique du Média Monitoring en réponse au mandat confié par le Conseil sécurité des Nations Unies dans sa résolution 1572 (2004). Il indique comment ce mandat a contribué au processus de paix en Côte d Ivoire, présente les avantages et les défis de la méthode développée par l ONUCI, des recommandations pour un Monitoring efficace des médias en période électorale et des recommandations pour l établissement de l unité de Monitoring dans les Missions de maintien de la paix (SOP). Depuis la grave crise survenue en 2004 qui a enregistré une forte implication des médias publics (radio et télévision ivoirienne) et privés dans l exacerbation des tensions, la résolution 1572 (2004) a donné mandat à l Opération des Nations Unies en Côte d Ivoire de surveiller le comportement des médias publics et de faire rapport au Conseil de sécurité et au Comité des sanctions. L unité Monitoring des Médias de l ONUCI a mis en place une méthodologie en vue de noter les dérives et d alerter en temps réel l ONUCI, le Département des opérations de Maintien de la paix, le Conseil de sécurité et le Comité des sanctions. Cette méthodologie se fonde sur le relevé des incitations à la violence et à la haine et des propos dans la presse écrite et les médias audiovisuels qui pourraient entraver le processus de paix. Ce relevé inclut les différentes critiques et attaques contre les groupes ethniques et raciaux (tribalisme, racisme), les étrangers (xénophobie), le système des Nations Unies, les Forces françaises de l Opération Licorne et l ONUCI. L on peut légitimement penser que l extension éventuelle de la résolution 1572 (2004) qui ne vise que le comportement des médias publics Radio et Télévision ivoirienne, RTI et le quotidien national Fraternité Matin élargirait le champ d action du Comité des sanctions, et l efficacité du monitoring car, depuis l adoption de la résolution en 2004, les manquements les plus graves en matière d éthique et de déontologie sont observés dans la presse écrite privée et sur les stations FM. Aussi, l organe de régulation de la presse ivoirienne, le Conseil National de la Presse (CNP) après une longue période de sensibilisation et d alerte des acteurs du secteur, a-t-il décidé d appliquer dorénavant des sanctions du second degré (blâme, sanctions pécuniaires, suspension d activité) conformément aux prescriptions légales. Les entretiens avec les professionnels des médias ont permis de dégager un consensus sur la nécessité, à l occasion de l élection présidentielle, de collaborer et de mutualiser les efforts en vue d une plus grande efficacité dans les phases d alerte et de sanctions. Les recommandations proposées pour atteindre ces objectifs incluent notamment : L accroissement de la vigilance, à l approche des élections, par une collaboration entre les différentes composantes de la mission. Le développement d une synergie d actions entre la mission et les Régulateurs. La mise en place d un mécanisme de suivi qui permet d alerter les journalistes et les médias quant à leurs responsabilités historiques. La conduite d activités de renforcement des capacités pour les journalistes, particulièrement ceux des médias de proximité. La poursuite des activités de prévention et de sensibilisation du rôle des médias dans la cohésion sociale. L application des sanctions prévues notamment à l approche de la période électorale où la tension risque d atteindre son paroxysme.

4 4 1. Etat des lieux Les observations, avis et recommandations sont fondés d une part sur les textes - Résolutions du Conseil de sécurité 1 établissant le mandat de l ONUCI concernant ses activités d Information, notamment de monitoring des médias, les recommandations de l Accord Politique de Ouagadougou (APO), le Code de bonne conduite des partis politiques, des groupements, forces politiques et des candidats aux élections en Côte d Ivoire et les moyens et capacités d observation et de sanctions des organes de régulation 2 et d autorégulation de la presse ivoirienne. Les lois relatives au régime juridique de la presse et de la communication audiovisuelle promulguées en 2004 consécutivement à l Accord de Lina-Marcoussis, se veulent beaucoup plus libérales, particulièrement en ce qui concerne la presse écrite. Toutefois, il y a lieu de relever que les médias ivoiriens, du fait de leur positionnement, ne facilitent pas toujours le processus de sortie de crise. A l instar des acteurs politiques dont ils sont proches. Sur le plan national, il existe un arsenal juridique exhaustif permettant à la fois d observer le comportement des médias, d alerter les institutions concernées sur les infractions commises et si nécessaire, de sanctionner. Chaque Régulateur, Conseil National de la presse (CNP), Conseil National de la Communication Audiovisuelle (CNCA), ainsi que l Observatoire de la Liberté de la Presse de l Ethique et de la Déontologie (OLPED), dispose d outils identiques d observation des médias lois, code de déontologie. On note que chacun travaille dans sa sphère de compétence. La volonté du Conseil National de la presse de prendre des sanctions du second degré depuis avril 2009 a entraîné au sein de la corporation une certaine prise de conscience sur la capacité de la structure de régulation de faire la police. Il reste au Conseil à agir avec célérité pour affirmer son rôle et partant, inciter les médias à respecter les règles d éthique et de déontologie. 1. Le Monitoring des Médias par l ONUCI 1.1. Dispositif Monitoring des Médias et Développement des Médias A la suite d incitations verbales appels répétés - à la haine et à la violence sur les ondes de la radio télévision nationale, RTI, en 2004, le Conseil de sécurité a, dans sa résolution 1572, explicitement demandé à la Division de l information Publique de l ONUCI de surveiller le comportement des médias / Monitoring des Médias. Les termes de référence de l unité de suivi des médias -Média Monitoring- sous la supervision du Chef de la Division de l Information Publique établissent les critères de cette surveillance et 1 Résolutions 1572 (2004), 1633 (2005), 1842 (2008), 1865 (2009) 2 Lois et relatives au régime juridique de la presse et de la communication audiovisuelle

5 5 d alerte qui se conjuguent avec des activités de développement des médias - Développement des Médias -ou assistance aux médias dans leur contribution au processus de paix Le Monitoring des Médias Le Monitoring des Médias a établi une «Fiche d évaluation contenu média» qui prend en compte : Les incitations à la violence, à la xénophobie et à l intolérance inter ethnique Les incitations à la reprise du conflit Le suivi des activités Organes de régulation et associations professionnelles des médias Le suivi des médias d Etat Les critiques contre l ONUCI, la force Licorne, le système des Nations Unies, Cette fiche indique la durée, la fréquence et la langue utilisée, ainsi que la nature du message (intolérance, haine, exclusion). L unité Monitoring des Médias, composée de personnel national et international, relève les informations dangereuses pour le processus de paix dans une revue de presse quotidienne spéciale. Les Bureaux de terrain de l Information Publique disséminés dans les secteurs/régions participent à l exercice, en écoutant les radios de privées non commerciales et en suivant les déclarations publiques et / ou médiatisées d hommes politiques ou de leaders d opinion dangereuses pour le processus de paix. Toutes les unités de la Division de l Information Publique Porte-parole, ONUCI-FM, Vidéo, Publications, Plaidoyer jouent leur rôle dans l accompagnement du processus de paix. Concernant les élections, elles sont en train d adapter leur stratégie. Cette stratégie devra prendre en compte le monitoring des médias, les rumeurs, les fausses nouvelles, la désinformation, les menaces verbales et attaques contre des personnes et des groupes pour la diffusion de campagnes d information appropriées et ciblées. D autres composantes de l ONUCI directement intéressées par ce monitoring des médias y contribuent par leur rôle et fonction dans le cadre du processus de paix : Droits de l Homme, Assistance Electorale, Service Juridique, Police onusienne, Observateurs Militaires, etc. Observations : L unité Monitoring des Médias a ainsi fourni à l ONUCI, au Secrétariat de l ONU à New York, Département de l Information Publique (DPI), Département des Opérations de Maintien de Paix (DPKO), aux Etats membres, au Conseil de sécurité et au Comité des sanctions, un suivi exhaustif extrêmement rigoureux du contenu et de l analyse du comportement de l ensemble des médias ivoiriens depuis Les câbles, rapports du Secrétaire général transmis au Conseil de sécurité, et tous les autres rapports spéciaux, ad hoc, hebdomadaires, mensuels, trimestriels, annuels soulignent les dérapages quotidiens dans les journaux notamment, mais également ceux relevés sur les

6 6 radios de proximité et lors de meeting de mobilisation des partisans. Ils portent ainsi à l attention de l ONU et de la Communauté internationale les incitations à la haine, à l intolérance et à la violence Le Développement des Médias Le Développement des Médias dont les activités sont associées à celles du Monitoring des Médias, au sein de la même unité, a organisé depuis 2005, trente séminaires de formation ou ateliers de travail traitant des thèmes liés au processus de paix et à la sortie de crise. Ces activités se sont déroulées à travers le pays (Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké, Korhogo, Grand-Bassam, de la société Bouna, Daloa, Abengourou ) avec la participation de journalistes, des animateurs de radio, et des représentants civile. Les thèmes abordés visent à intégrer les médias dans le processus de paix et de la réconciliation nationale, en traitant de la couverture du processus électoral, du rôle des médias, des radios de proximité, du journalisme d investigation au service de la paix, etc. jusqu à l organisation, en appui au Ministère de la Communication, d un Forum national sur la mission des médias en période électorale. Il est à souligner que ce Forum organisé en mai 2008 a permis aux participants (Partis et groupements politiques, journalistes, organisations de la société civile) d adopter un document consensuel relatif à la couverture médiatique des élections. Observations : Il ressort que l unité Monitoring des Médias a établi et développé d excellentes relations avec les organisations professionnelles ivoiriennes dont les Régulateurs des médias, les radios de proximité, les associations de journalistes, presse écrite et médias audiovisuels. O bservations : Les différents séminaires ont permis à nombre de journalistes professionnels et d animateurs, particulièrement ceux des radios de proximité, d acquérir les rudiments du métier. Même si certains titres de la presse écrite continuent d enfreindre les règles d éthique et de déontologie, il n en demeure pas moins que les organisations professionnelles ont pris conscience de la nécessité de s impliquer dans le processus de paix et d encourager le professionnalisme. Aussi ces séminaires doivent-ils se poursuivre dans une dynamique de prévention, de gestion et de sensibilisation du rôle des médias dans la cohésion sociale Le suivi du Monitoring des Médias de l ONUCI par le Secrétariat de l ONU et le Conseil de sécurité/comité des sanctions: Tous les comptes-rendus relatifs au comportement des médias ivoiriens - suite à l adoption de la Résolution sont transmis mensuellement au Comité des sanctions par le Département des Opérations de Maintien de la Paix (DPKO). Conformément aux dispositions de la Résolution 1572, une observation du Monitoring des Médias du 24 Mars 2005 remis par ONU /DPKO au Comité des sanctions à New York, indique au paragraphe 6 : «Au lendemain de l adoption de la résolution 1572 du Conseil de sécurité on peut dire que les médias ivoiriens ont mis un bémol à leur tendance notée il y a quinze mois et

7 7 qui consistait à la diabolisation de l opposition et à l incitation de sentiments négatifs vis-à-vis des étrangers.» S il est vérifié que les médias publics, principalement visés par la résolution 1572, ont été les seuls médias à observer les recommanda tions du Conseil de sécurité, à l évidence la presse écrite et audiovisuelle privée ne s est pas sentie concernée, car elle n est pas explicitement nommée. Observations : Depuis 2004, et en raison des termes spécifiques (médias publics) inscrits dans la résolution 1572, le Conseil de sécurité et le Comité des sanctions n ont encore pris aucune sanction contre un ou des journaux ivoiriens et des radios privées responsables de fautes graves, «d incitation à la haine, à l intolérance et à la violence». 2. Avantages et défis de la Méthodologie appliquée : L analyse de la méthodologie appliquée a permis d identifier les meilleures pratiques (Best Practices) quant à l établissement, à la fonction et aux activités de l unité de Monitoring des Médias, mais également d en relever quelques aspects qui gagneraient à être renforcés ou améliorés. Les Avantages Les attributions dévolues au Monitoring des Médias sont contenues dans la Résolution 1572, ce qui lui donne un rôle défini et reconnu au sein de la Mission, auprès du Secrétariat de l ONU, du Conseil de sécurité, et du Comité des sanctions. Les rapports du Monitoring des Médias ont permis d informer et si nécessaire, d alerter en temps réel, le leadership de la Mission, le Secrétariat de l ONU (DPKO), le Conseil de sécurité et le Comité des Sanctions. Ces rapports ont permis un suivi rigoureux du contenu des médias et constitue une base de données précise et fiable sur le comportement des médias dans la crise ivoirienne. Il nous est apparu judicieux d avoir associé les activités de Monitoring des Médias et Développement des Médias au sein de la même Unité. Elles sont complémentaires dans l identification des problèmes (infractions) et la mise en œuvre des solutions (formation, prévention). Les deux aspects du mandat de l unité, Monitoring et Développement, ont permis d établir et d entretenir d excellentes relations avec les partenaires nationaux, à savoir le ministère de la Communication, les instances de régulation et d autorégulation des médias, les organisation et associations professionnelles des médias. Les activités de Développement des Médias auprès des radios de proximité la centaine de radios locales diffusant dans le pays ont permis à la Division de l Information de l ONUCI d établir d excellentes relations et de renforcer l implication de ces radios dans le processus de sortie de crise (soutien d ONG

8 Les défis internationales, Union Européenne) et d apporter sa contribution à des programmes d éducation civique (comme proposé par la CEI et le CNCA). Les principaux destinataires n ont réagi qu à la faveur d une nette amélioration du climat dans la presse (en fonction du climat politique). Le Monitoring des Médias gagnerait également à obtenir leurs réactions lors des périodes de tension extrême. L absence de sanctions du Conseil de sécurité conforte les médias dans leur dynamique «incendiaire» et leur sentiment d impunité. La presse écrite privée et celle en ligne ne se sentent pas concernée par la résolution. En même temps on note que les textes nationaux sont violés. Observations : L efficacité du Monitoring des Médias de l ONUCI pourrait être accrue grâce à des dispositions onusiennes d une part et nationales de l autre en vue de l établissement d un mécanisme de suivi qui permettrait d alerter les journalistes et les médias ivoiriens quant à leurs responsabilités historiques. A cet effet, le rappel de la responsabilité sociale des animateurs de la radiotélévision mille collines (Rwanda), devant les juridictions internationales est suffisamment révélateur. 3. Contribution du mandat relatif aux médias dans le processus de paix Le mandat du Monitoring des Médias établi par la résolution 1572 est tout à fait pertinent. Il s avère que la mise en œuvre du mandat limitée à la collecte des infractions au niveau des médias publics - reste sans effet sur la presse écrite privée non concernée, ce qui ne permet pas d obtenir les résultats escomptés. Les infractions relevées dans la presse écrite privée se perpétuent et les responsables continuent leur «guerre verbale» en toute impunité. Aussi pourrait-on voir son efficacité multiplié s il était étendu à l ensemble du paysage médiatique ivoirien. Le Monitoring des Médias a progressivement mis en place de bonnes relations professionnelles et régulières avec les organisations professionnelles ivoiriennes dont les Régulateurs des médias, les radios de proximité, les associations de journalistes, presse écrite et médias audiovisuels. Le suivi et la collaboration avec la centaine de radios locales diffusant dans le pays ont permis à la Division de l information de l ONUCI d établir et de maintenir un cadre de collaboration axé sur le renforcement des capacités. Cette collaboration renforce l implication des radios dans le process us de sortie de crise. La plupart d entre elles participent à la promotion des points clés du processus de sortie de crise, notamment du processus électoral et de la réunification du pays.

9 9 Observations : A l approche de la période électorale où la tension risque d atteindre son paroxysme, l application des mesures prévues, notamment de sanctions, devrait s étendre à l ensemble de la presse ivoirienne. 4. Les Partenariats Pour obtenir de l ensemble de la presse ivoirienne le respect des obligations éthiques et déontologiques en vue d une plus grande implication dans le processus de paix, le Monitoring des Média s estime indispensable de renforcer les synergies entre les différents acteurs que sont la classe politique, les Régulateurs et Autorégulateurs à travers un mécanisme intégré de veille et d alerte Les partenaires nationaux Les premiers responsables des différentes structures de régulation des médias (CNP et CNCA) ainsi que l Union Nationale des Journalistes de Côte d Ivoire (UNJCI) ont indiqué leur disposition à intégrer ce système de veille et d alerte Les composantes de l ONUCI : La Division de l Information Publique plaide pour le renforcement de l efficacité du monitoring des médias notamment : L élargissement de son domaine d activités relatif au suivi des médias à l ensemble de la presse ivoirienne. La poursuite et la multiplication des programmes de prévention (Développement des Média) : ateliers de formation des journalistes, sensibilisation au code de conduite en période électorale, sensibilisation du public sur le rôle et les dérives de la presse. A cet égard, le rôle d appui d ONUCI-FM et de la cellule Vidéo est essentiel au soutien à la cohésion sociale, à la réconciliation et à la sortie de crise. La diffusion des programmes spécifiques incluant les professionnels des médias ivoiriens et les messages des Nations Unies relatifs au processus électoral. Le renforcement de la phase «alerte» aux infractions, ce qui inclut la participation des autres composantes de l ONUCI selon leurs rôles et attributions, et la contribution des Régulateurs nationaux. La distribution des Kits de monitoring composés de fiches techniques pratiques mentionnant les données de l infraction, d enregistreurs MP3, et de postes de Télévision à cet égard. La sanction immédiate des contrevenants, par la prise concrète et rapide de sanctions au niveau des Régulateurs nationaux (exemples : suspension de journalistes, de médias), et en cas de faute(s) grave(s) par la saisine du Conseil de sécurité qui pourra intervenir au niveau du Comité des sanctions et exiger des mesures internationales plus radicales comme l interdiction de sortie du territoire, le gel des avoirs, l arrestation, la comparution devant un Tribunal international.

10 10 La collaboration accrue entre les composantes la Police des Nations Unies (UNPOL) la Division des Droits de l Homme, la Division de l Assistance Electorale, les porte-paroles militaires, l Unité Genre, l Unité Etat de Droit et l Unité Protection de l Enfance permet de renforcer le dispositif de Monitoring des Médias de l ONUCI. Le Bureau des Affaires Juridiques prévoit d attirer l attention sur l examen de textes relatifs aux sanctions (résolutions) lors d une prochaine réunion des juristes de l ONU. Observations : Selon leur rôle et responsabilité, les sections de l ONUCI impliquées directement dans le processus de monitoring continu des médias et des élections ont exprimé la nécessité d une vigilance accrue à l approche des élections ainsi que leur disponibilité à participer à cette vigilance. 5. Leçons apprises Le paysage médiatique ne fait que refléter les réalités politiques, sociales, culturelles et économiques d un pays. A cet égard, l exemple ivoirien n est pas atypique. Dans leur grande majorité, les médias ivoiriens restent solidement ancrés à des chapelles politiques. De ce fait, ils reflètent davantage des points de vue, parfois partisans. Néanmoins, l on observe ici et là, des tentatives de professionnalisation qui vont, sans nul doute, s amplifier avec le renforcement de la confian ce dans l exercice démocratique dans le pays. Pour renforcer l efficacité du Monitoring des Médias en période de crise ou en période électorale, il est utile de mettre en place une procédure d action concertée intégrant une approche en 5 phases incluant: La sensibilisation des médias, de la société civile, du public, Le monitoring par la mission et les régulateurs, La stigmatisation des contrevenants, La sanction par les Régulateurs et éventuellement le Conseil de sécurité. Cette synergie d actions entre la mission et les Régulateurs se concrétise par l intégration d un système d alerte souple, reposant sur l échange immédiat et en temps réel (grâce aux moyens de communication moderne) des infractions graves commises par un ou des médias. Ce système d alerte regroupe l unité Monitoring des Médias de la mission et les instances nationales de régulation des médias. L échange d information prend en compte les organisations professionnelles des médias. Les résultats escomptés sont : Au minimum, l isolement et la sanction contre les médias fauteurs de trouble, responsables de manquements graves, Au maximum, une diminution sensible des appels à la violence et des discours haineux dans les médias.

11 11 Cette approche qui se veut pragmatique se fonde sur l apport des parties et sur leur volonté commune exprimée lors des entretiens de «mutualiser» leurs actions. 6. Recommandations Mettre en place un cadre de travail avec les structures étatiques (Ministère de la communication), les organisations professionnelles des médias existantes et avec les Régulateurs des médias, les radios de proximité, les associations de journalistes, presse écrite et médias audiovisuels. Développer une synergie d actions entre la mission et les Régulateurs par l intégration d un système d alerte souple, reposant sur l échange immédiat, en temps réel (grâce aux moyens de communication moderne) des infractions graves commises par un ou des médias. Mettre en place un mécanisme de suivi qui permet d alerter les journalistes et les médias quant à leurs responsabilités historiques. A cet effet, le rappel de la responsabilité sociale des animateurs de la radiotélévision mille collines (Rwanda), devant les juridictions internationales est suffisamment révélateur. Conduire des activités de renforcement des capacités pour les journalistes, particulièrement ceux des radios de proximité. Renforcer l implication de ces radios dans le processus de sortie de crise. Poursuivre ces activités dans une dynamique de prévention et de sensibilisation du rôle des médias dans la cohésion sociale. Impliquer les organisations professionnelles dans le processus de paix. A l approche de la période électorale où la tension risque d atteindre son paroxysme, appliqu er les mesures prévues, notamment de sanctions, onusiennes et ou celles prévues par les lois. A l approche des élections, accroitre la vigilance au niveau du suivi des médias par une collaboration entre les différentes composantes de la mission impliquées dans le processus de monitoring des médias et des élections, selon leurs rôles et responsabilités. Encourager les relations de la presse ivoirienne avec les médias des pays en ou sortant de crise. *************************************

12 12 Annexe 7. Recommandations pour l établissement de l unité de Monitoring des Médias dans les Missions de maintien de la pa ix (SOP): DPI/DPKO : l Equipe d évaluation doit inclure dans son rapport un relevé du paysage médiatique dans le pays où la mission sera déployée : - Liste des médias (médias publics, privés, médias audiovisuels, journaux, sites Internet) - Lieux d émission et zones de diffusion - langues utilisées (officielle(s) et nationales - contenu (ligne éditoriale) - régulateurs (observation des médias) - Lois sur la presse, Textes et application - Prévoir le budget et les moyens pour que l unité soit fonctionnelle dès les premiers jours du déploiement de la nouvelle Mission. DPK O doit s assurer immédiatement : - De la mise en place de la structure : personnel international, local, et kits de relevé des infractions (Fichier de Monitoring Media, MP3, TV). - mise en place immédiate et effective de l observation des médias, avec l appui des PIO déployés dans les régions et du personnel local : revues de presse, compte-rendu, analyses, etc. - de la collaboration des autres composantes de la Mission (police, droits de l homme, assistance électorale, observateurs militaires, etc.) - de l établissement d un système d alerte interne à la Mission pour informer des infractions graves (appels à l intolérance, incitation à la haine, etc.) L unité de Monitoring des Médias doit : - établir des relations avec les professionnels de médias (régulateurs, médias) - étudier les perspectives de coopération avec les médias (Développement des Médias) - si nécessaire, convaincre les autorités et les médias de l établissement d organes de régulation et d autorégulation là où ils n existent pas et les informer des meilleures pratiques existantes. Dans ses recommandations au Conseil de sécurité pour établir le mandat de la Mission - surtout si les médias ont contribué à la crise ou au conflit et sont encore opérationnels - le rapport du Secrétaire général doit inclure explicitement le déploiement immédiat de l unité Monitoring des Médias au sein de la Division de l Information, soulignant son importance dans le dispositif de sensibilisation et de prévention auprès des populations.

13 13 En vue d accroitre l efficacité du Monitoring des Médias, le rapport du Secrétaire général pourrait interpeller la classe politique, les médias, les Régulateurs et en cas de besoin, les placer devant leurs responsabilités. Si le message n est pas entendu, la saisine du Conseil de sécurité puis du Comité des sanctions serait un recours efficace.

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn

19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn 19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn La régulation de l audiovisuel La régulation de l audiovisuel a pour objectif de garantir la liberté

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Appui à la Consolidation de la cohésion sociale et à la promotion de la culture de la paix en Guinée.

Appui à la Consolidation de la cohésion sociale et à la promotion de la culture de la paix en Guinée. Appui à la Consolidation de la cohésion sociale et à la promotion de la culture de la paix en Guinée. RAPPORT D EVALUTION FINALE Mai 2014 Equipe d évaluation : Julien Bolamou, Assistant Suivi- Evaluation

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire»

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Search for Common Ground Côte d Ivoire, Septembre 2013

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Le Conseil Supérieur de l Audiovisuel et de la Communication vient ainsi à point nommé remplacer la Haute Autorité des Médias.

Le Conseil Supérieur de l Audiovisuel et de la Communication vient ainsi à point nommé remplacer la Haute Autorité des Médias. Loi organique n 11/001 du 10 janvier 2011 portant composition, attribution et fonctionnement du Conseil Supérieur de l Audiovisuel et de la Communication Exposé des motifs La Constitution du 18 février

Plus en détail

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 DECLARATION Nous, femmes parlementaires de Côte d Ivoire, Conscientes de notre rôle de représentantes des femmes et des hommes ivoiriens,

Plus en détail

Siège : Maison de la presse, Tokoin Trésor - BP : 81213-Lomé-Togo Tél : (00228) 90 11 05 06 / 90 15 87 53 / 22 35 77 66 Email : conapptogo@gmail.

Siège : Maison de la presse, Tokoin Trésor - BP : 81213-Lomé-Togo Tél : (00228) 90 11 05 06 / 90 15 87 53 / 22 35 77 66 Email : conapptogo@gmail. MISE EN PLACE D UNE PLATE FORME DE COLLECTE, DE STOCKAGE, DE TRAITEMENT, DE GESTION ET DE DIFFUSION DE DONNEES DANS LE CADRE DE L ELECTION PRESIDENTIELLE 2015 1- NOTE CONCEPTUELLE La signature de l Accord

Plus en détail

PROGRAMME DES EXAMENS PREMIER SEMESTRESTRE SUITE ET FIN ET SECOND SEMESTRE 2015

PROGRAMME DES EXAMENS PREMIER SEMESTRESTRE SUITE ET FIN ET SECOND SEMESTRE 2015 PROGRAMME DES EXAMENS PREMIER SEMESTRESTRE SUITE ET FIN ET SECOND SEMESTRE 2015 Master 2 développement Licence, master 1 et master 2 droit Licence, master 1 logistique Licence, master 1 et master 2 sciences

Plus en détail

Dr Philippe IBITOWA DIGEST

Dr Philippe IBITOWA DIGEST Dr Philippe IBITOWA Consultant en Communication Enseignant-Chercheur à l UFR Information-Communication et Art (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody/Abidjan-Côte d Ivoire) Ivoirien 43 ans Célibataire

Plus en détail

Evolution de la consommation des médias en CI

Evolution de la consommation des médias en CI Evolution de la consommation des médias en CI depuis décembre 2010 Au niveau TELEVISION : Une partie de la population n est pas du tout exposée aux chaînes de la RTI vue leur inaccessibilité géographique

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L ECRI SUR LA MISE EN ŒUVRE DES RECOMMANDATIONS FAISANT L OBJET D UN SUIVI INTERMÉDIAIRE ADRESSEES A LA FRANCE

CONCLUSIONS DE L ECRI SUR LA MISE EN ŒUVRE DES RECOMMANDATIONS FAISANT L OBJET D UN SUIVI INTERMÉDIAIRE ADRESSEES A LA FRANCE CRI(2013)22 CONCLUSIONS DE L ECRI SUR LA MISE EN ŒUVRE DES RECOMMANDATIONS FAISANT L OBJET D UN SUIVI INTERMÉDIAIRE ADRESSEES A LA FRANCE Adoptées le 20 mars 2013 1 1 Aucun fait intervenu après le 5 décembre

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA !! BURUNDI ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA Bob Rugurika est le directeur de la Radio Publique Africaine (RPA), la radio indépendante la plus populaire au Burundi. Lors de son passage à Genève en ce mois de

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS 1 République de Guinée Commission Electorale Nationale Indépendante GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS Election Présidentielle, octobre 2015 Conakry, Août 2015 1 2 Introduction Les organisations de

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU 12-38583 (F) Avril 2008 U N I T E D N A T I O

Plus en détail

DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015

DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015 DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015 du Conseil d administration de l Autorité luxembourgeoise indépendante de l audiovisuel concernant une autosaisine à l encontre du service de radio RTL

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Communication, relations publiques et relations médias à l heure des réseaux sociaux

Communication, relations publiques et relations médias à l heure des réseaux sociaux Communication, relations publiques et relations médias à l heure des réseaux sociaux Dans un univers médiatique en profonde et constante mutation, la communication, les relations publiques et les relations

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Acronymes. Introduction

Acronymes. Introduction Société civile et observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en République du Congo : progrès, leçons tirées et ouverture sur l avenir Juin 2009

Plus en détail

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Introduction et raison d être 1. La Police des Nations Unies fut déployée pour la première fois dans les années 1960 au sein d une

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour :

La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour : Préambule La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour : capitaliser sur l image de marque véhiculée créer une plus grande synergie

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Avril 2009. École secondaire de la Rivière-des-Français. Muskies Supers Partenaires (MSP)

RAPPORT FINAL. Avril 2009. École secondaire de la Rivière-des-Français. Muskies Supers Partenaires (MSP) La corporation des services en éducation de l Ontario Projet de prévention de l intimidation et de la violence RAPPORT FINAL Avril 2009 École secondaire de la Rivière-des-Français Muskies Supers Partenaires

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Bilan de communication:

Bilan de communication: Bilan de communication: Ministère de l intérieur de la République Tunisienne Rapport et recommandations Centre pour le contrôle démocratique des forces armées Genève (DCAF) Centre pour le contrôle démocratique

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3

COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3 COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3 ÉLABORER SA STRATÉGIE DE PRÉSENCE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX EN 10 ÉTAPES Pour une institution de médiation, définir sa présence sur les réseaux sociaux

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

Aspirations et valeurs

Aspirations et valeurs Communiquer avec les électeurs Un exposé consiste d'un énoncé de cinq à sept paragraphes qui offre une rationale complète et cohérente en faveur du candidat et qui établit un lien entre l'histoire personnelle

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE

SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE MONSIEUR DOUDOU DIENE 22 FEVRIER 2014 A L OPERATION

Plus en détail

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014 United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux ALLOCUTION (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non officiel.)

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

DECLARATION PRELIMINAIRE LE PEUPLE TUNISIEN CONSOLIDE SA DEMOCRATIE PAR DES ELECTIONS INCLUSIVES ET CREDIBLES. Tunis, le 28 octobre 2014

DECLARATION PRELIMINAIRE LE PEUPLE TUNISIEN CONSOLIDE SA DEMOCRATIE PAR DES ELECTIONS INCLUSIVES ET CREDIBLES. Tunis, le 28 octobre 2014 DECLARATION PRELIMINAIRE LE PEUPLE TUNISIEN CONSOLIDE SA DEMOCRATIE PAR DES ELECTIONS INCLUSIVES ET CREDIBLES Tunis, le 28 octobre 2014 CONCLUSIONS PRÉLIMINAIRES Dimanche dernier, le peuple tunisien a

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

RAPPORT FINAL Résultats

RAPPORT FINAL Résultats COALITION DES ONG MEDIAS-MONITORING-TUNISIE-2011 ATFD-AFTURD-LTDH-CNLT-SNJ RAPPORT FINAL Résultats CONFERENCE DE PRESSE 29 février 2012 Maison de la culture. Ibn Rachiq PERIODES D OBSERVATION 4 périodes

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

CONSORTIUM POUR L OBSERVATION DOMESTIQUE DES ELECTIONS EN GUINEE

CONSORTIUM POUR L OBSERVATION DOMESTIQUE DES ELECTIONS EN GUINEE CONSORTIUM POUR L OBSERVATION DOMESTIQUE DES ELECTIONS EN GUINEE OBSERVATION CITOYENNE DU PROCESSUS DE REVISION DU FICHIER ELECTORAL CAS DE LA GUINEE Présentation: Dr Dansa KOUROUMA/Directeur Lansana MANSANDOUNO/

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

CADRE DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC

CADRE DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC CADRE DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L INFORMATION DE TÉLÉ-QUÉBEC TABLE DES MATIÈRES CONTENU 1 PRÉAMBULE ----------------------------------------------------------------------------------------- 3 1.1 Définitions

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

ÉVALUATION. Évaluation de l appui aux médias en période électorale en Afrique subsaharienne. Synthèse du rapport. n 125

ÉVALUATION. Évaluation de l appui aux médias en période électorale en Afrique subsaharienne. Synthèse du rapport. n 125 ÉVALUATION 2013 n 125 Évaluation de l appui aux médias en période électorale en Afrique subsaharienne Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats Synthèse du rapport DIRECTION

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

Termes de Références Évaluation finale BETTER TOGETHER : ENSEMBLE C EST MIEUX

Termes de Références Évaluation finale BETTER TOGETHER : ENSEMBLE C EST MIEUX 1. Contexte Termes de Références Évaluation finale BETTER TOGETHER : ENSEMBLE C EST MIEUX À propos de Search for Common Ground SFCG est une organisation internationale à but non lucratif créée en 1982

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

GUIDE EN PÉRIODE ÉLECTORALE PRATIQUE DU JOURNALISTE

GUIDE EN PÉRIODE ÉLECTORALE PRATIQUE DU JOURNALISTE GUIDE PRATIQUE DU JOURNALISTE EN PÉRIODE ÉLECTORALE Préface 4 Introduction 6 1. Les règles applicables aux journalistes 9 1.1 Le droit à la liberté d opinion et d expression 11 1.2 Le devoir d informer

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation

Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation Les Grandes Conférences les affaires FAVORISER L ADHÉSION DES PARTIES PRENANTES Ville de Montréal Le 5 décembre 2012 Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation Les éléments

Plus en détail