RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007."

Transcription

1 RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes zones avec leurs désignations. Fig.5- Zones où les résultats du relevé d état sont exposés sur les plans SCHÉMA DE LA DEMARCHE Palée 1 Palée 2 Palée 3 RELEVE D ETAT Inspection visuelle Plans des dégâts Culée 1 Culée 2 Appui côté Vallorbe Tablier Bordures Photos et commentarires CONCLUSIONS Traitement spécial Appuis Joints Photos et commentarires Enrobé bitumineux Juin / 114

2 Détails et résultats de l auscultation générale Palée 1 Fig.6- Résultats auscultation palée 1 (vue côté Lausanne) Juin / 114

3 Fig.7- Résultats auscultation palée 1 (vue côté Vallorbe) Juin / 114

4 Palée 2 Fig.8- Résultats auscultation palée 2 (vue côté Lausanne) Juin / 114

5 Fig.9- Résultats auscultation palée 2 (vue côté Vallorbe) Juin / 114

6 Palée 3 Fig.10- Résultats auscultation palée 3 (vue côté Lausanne) Juin / 114

7 Fig.11- Résultats auscultation palée 3 (vue côté Vallorbe) Juin / 114

8 Culées Fig.12- Résultats auscultations culées (vue côté Vallorbe et Lausanne) Juin / 114

9 Fig.13- Résultats auscultation appui côté Vallorbe Juin / 114

10 Sous tablier Fig.14- Résultats auscultation partie au-dessous du tablier Juin / 114

11 COMMENTAIRES SUR LE RELEVE D ETAT PALEE 1 Vue côté Vallorbe Fissures verticales d environ 3 mètres de longueur, probablement provoquées par la corrosion de l armature. On peut aussi voir des dégâts de corrosion à l angle entre la pile et l aile supérieure. Fig.15- Photo 1 Eclat du béton d enrobage dû à la corrosion de l armature. Taille dégât : environ 10 cm. Ici on peut observer l épaisseur du béton d enrobage, 2 cm. Fig.16- Photo 2 Taille dégâts: 10cm Corrosion de l armature et éclat du béton d enrobage. Ici l enrobage était inférieur à 2 cm. Fig.17- Photo 3 Juin / 114

12 Vue côte Lausanne Fissures verticales de 3 m de longueur A la zone plus baisse à gauche c est où il y a l éclat du béton d enrobage (photo 2). Fig.18- Photo 4 Parte inférieure de l aile. Dégâts de corrosion visibles. Fig.19- Photo 5 PALEE 2 Vue côté Vallorbe Pas des dégâts apparents sauf deux point localisés au-dessous du tablier, le premier entre les deux sommiers centraux et l autre à droite. Points où il y a un petit trou d environ 10 cm, l eau coule et la corrosion est visible. Fig.20- Photo 6 Vue palée 2, côté Lausanne. Pas de dégâts remarquables. On peut bien apprécier les interventions précédentes. Fig.21- Photo 7 Juin / 114

13 PALEE 3 Vue côté Vallorbe Dégâts ponctuels de corrosion au-dessous du tablier. Même apparence que les dégâts de la palée 2. (Détails photos prochaines) Fissures verticales à la partie renouvelée, au pied de la palée. Dans quelques fissures il y a de rouille. Fig.22- Photo 8 Détail dégât corrosion au-dessous «1». Fig.23- Photo 9 Détail dégât corrosion au-dessous du tablier «2». Fig.24- Photo 10 Fissures verticales avec et sans rouille. La fissure plus baisse a une longueur d environ 40 cm et une ouverture de 1,6 mm. Fig.25- Photo 11 Juin / 114

14 Fissures verticales d une longueur maximale de 50 cm et une épaisseur de 2 mm. L épaisseur augmente à mesure qu on descend. Fig.26- Photo 12 Vue côté Lausanne Dégâts ponctuels importants au niveau de corrosion d armature. Eclat du béton d enrobage. Fig.27- Photo 13 Détail dégât de corrosion supérieur. Taille d environ 15x15 cm. L épaisseur d enrobage est inférieure à 2 cm. Fig.28- Photo 14 Juin / 114

15 Détail de corrosion inférieur. Corrosion de l armatures et éclat du béton d enrobage. Taille environ 40x20 cm. Fig.29- Photo 15 Fissures verticales au côté du Vallorbe. Longueur d environ 50 cm la plus longue et une épaisseur maximale à la base de 3 mm. A la fissure plus baisse on voit du rouille. Fig.30- Photo 16 CULEE 1 Cet appui simple est l appui à gauche de la poutre simple entre le joint Gerber et la culée du côté de Lausanne. La manque d étanchéité du tablier est évidente, alors les dégâts dans l appui sont facilement visibles (prochain photo) Fig.31- Photo 17 Détail de l appui. On peut voir que la zone de contacte entre la poutre et l appui est fortement détériorée. Fig.32- Photo 18 Juin / 114

16 On peut aussi voir certains points où il y a de rouille, l enrobage est insuffisant (voire après les réparations précédentes) Fig.33- Photo 19 Fissuration à la zone d appui où l effort tranchant est les plus élevé. Longueur d environ 50 cm et épaisseur de 3 mm. Si on enlève la partie du béton on peut voir l armature corrodée. Fig.34- Photo 20 Vue de la culée du côté de Lausanne. Entre les poutres et l appui il y a une protection pour améliorer l étanchéité, mais quelques dégâts de corrosion sont présents juste au-dessous de la protection. Fig.35- Photo 21 Détail des dégâts de corrosion au-dessous de la couche de protection. Rouille d environ 10x5 cm. Fig.36- Photo 22 Juin / 114

17 CULEE 2 Vue de la culée, côté Vallorbe. Il n y a pas de dégâts apparents, on peut facilement voir les interventions faites. Fig.37- Photo 23 Vue de la culée du côté de Lausanne. Il y a aussi une protection d étanchéité entre les poutres et la pile. Quelques piqûres de rouille sont visible au-dessus cette couche d étanchéité. Fig.38- Photo 24 APPUI CÔTE VALLORBE Zone avec beaucoup d humidité due au manque d étanchéité à l appui. L eau coule de manière continue. Les dégâts de corrosion sont présents de forme générale, piqûres. Fig.39- Photo 25 Juin / 114

18 Détail de corrosion et éclat du béton d enrobage au-dessous du sommier, zone très proche à l appui. Taille d environ 15x15 cm. Fig.40- Photo 26 Fissure vertical d une longueur d environ 1,2m et une ouverture de 6-7mm. On peut voir que la zone où la fissure ce trouve est presque permanente ment mouillée et qu une protection avait été mise. Fig.41- Photo 27 Ouverture de 6 cm entre le mur et l appui. Dans cette ouverture il y a deux couches du matériel «porexpan» et de la terre est présente. On peut aussi voir des dégâts de corrosion où la humidité est présente. Deux échantillons était faits pour évaluer l état de béton. Fig.42- Photo 29 Juin / 114

19 DESSOUS TABLIER Pour commenter l état de la partie sous le tablier on va se concentrer aux joints Gerber et aux quelques dégâts ponctuels. Joint Gerber côté Lausanne Manque totale d étanchéité et corrosion générale en forme de piqûres. Fig.43- Photo 30 On peut voir comme l eau coule par le joint Gerber et provoque une humidité autour, les piqûres se forment soit sous le tablier soit aux sommiers. Fig.44- Photo 31 Il y a un tube pour évacuer les eaux du tablier mais le manque d étanchéité fait que l eau coule par le joint Gerber aussi. Corrosion des armatures évidente. Fig.45- Photo 32 Juin / 114

20 Joint Gerber côté Vallorbe Cas pareil au joint Gerber antérieure. Manque d étanchéité et corrosion autour toute la joint. Fig.46- Photo 33 Détails des dégâts au joint Gerber. Fig.47- Photo 34 Dégâts ponctuels sous le tablier Rouille entre la culée 2 et la palée 3. Fig.48- Photo 35 Juin / 114

21 Entrée d eau, humidité permanente. Rouille. Fig.49- Photo 36 Détail zone antérieure. Fig.50- Photo 37 Pour conclure le relevé d état on va traiter spécialement 3 points faibles où il faudrait aussi intervenir : Bordures Appuis Joints de dilatation Et aussi quelques commentaires sur l état de l enrobé bitumineux. BORDURES Les bordures du pont ont des dégâts remarquables dus à la corrosion des armatures et à la faible qualité du béton d enrobage. L attaque pour les chlorures est directe. Ici quelques photos qui nous montrent l état des bordures : Eclat du béton d enrobage d environ 30 cm. On peut observer que une intervention était déjà faite mais le résultat n est pas satisfaisant. Fig.51- Eclat du béton d enrobage à la bordure. Juin / 114

22 Ici autre exemple que le béton d enrobage a une faible qualité est commence a se dégrader. Fig.52- Détérioration du béton d enrobage à la bordure. La partie extérieure est aussi dégradée. Fig.53- Détérioration du béton d enrobage à la bordure, part extérieure. Ici il y a un point d évacuation des eaux du tablier, mais la géométrie irrégulière provoque des zones où l eau s accumule, les dégâts à la bordure autour cette zone est évidente. Fig.54- Détérioration du béton d enrobage, zone proche écoulement d eau. Juin / 114

23 APPUIS Dans la partie précédente on a déjà traité les appuis. Maintenant on va traiter appui par appui, leur était, leur système statique et les matériaux qui étaient mis en place. -Appui culée 1 (côté Lausanne) : c est un appui simple où les sommiers reposent sur la culée. Comme interface entre les sommiers et la culée il y a 2 fouilles de Pavatex de 26 mm. On ne peut pas voir leurs états à cause de la dégradation dans le joint. L eau peut entrer sans problème. Fig.55- Détail appui de la poutre simple à al culée 1. -Joints Gerber : l appui aux joint Gerber est un point où l eau arrive facilement, néanmoins les caoutchoucs d appui ne sont pas visiblement très dégradés. Au niveau statique sont des articulations. Fig.56- Détail appui joint Gerber. Caoutchouc. -Appui culée 2 : Comme l appui sur la culée 1 est un appui simple avec 2 fouilles de Pavetex de 26 mm. Visiblement cet appui est plus dégradé à cause que l étanchéité est encore moindre. L eau coule librement. Fig.57- Débit d eau à la culée 2. Il pleuvait. Juin / 114

24 Apparentement il y a eu de mouvements latéraux entre le tablier et la culée. Fig.58- Détail union pont-chaussée. Appui culé 2. Fig.59- Détail appui de la poutre simple à al culée 2. JOINTS DE DILATATION Comme on a déjà vu il y a 2 joints de dilatation, une dans chaque joint Gerber. Le jour de l inspection visuelle pleuvait. On a pu observer leur comportement. L eau s accumule au joint et pénètre lentement. Fig.59- Joint de dilatation. On peut voir que les particules plus grandes restent au-dessus le tablier et l eau traverse la joint. Fig.60- Eau étanche au joint de dilatation. Juin / 114

25 ENROBE BITUMINEUX L enrobé bitumineux est fissuré transversalement et localement. Ici la zone où il y a l appui sur la culée 2, où il n y a pas un joint. Fig.61- Fissuration transversale de l enrobé (sur appui) Ici on se trouve sur un appui, les efforts de traction on fissuré l enrobé. Fig.62- Bordure et enrobé bitumineux sur un appui. Il y a des points fissurés où l eau peut pénétrer librement. Fig.63- Détail réparation où il y a des filtrations d eau Vers le tablier. Juin / 114

26 Le point de la figure 63 se traduise sous le tablier de la manière suivante : L eau traverse l enrobé bitumineux et le tablier, les chlorures arrivent aux palées, voire les fondations. Fig.65- Parcours suivi par l eau qui travers le tablier. Juin / 114

27 REMARQUES ET CONCLUSIONS DU RELEVE D ETAT 1) Concernant l état général de l ouvrage on ne se trouve pas dans une situation critique de risque apparent. On peut constater que la partie centrale du pont a un aspect beaucoup plus sain que les parties aux extrémités. On a une présence d eau chargée de chlorures aux appuis et aux joints Gerber, alors les processus de détériorement s accélèrent. Zones plus endommagées : Fig.66- Zones plus endommagées. 2) Problèmes principales : étanchéité du tablier. Depuis une inspection visuelle on se rend compte que la source principale des dégâts est un manque d étanchéité du tablier surtout où il y a des discontinuités (joints et appuis). Ce la cause principale des tous les dégâts au niveau corrosion.. La présence d eau en quelques zones est la cause prépondérante pour l endommagement de la structure. Cette eau chargée de chlorures du sel de deverglaçage arrive sous le tablier et aux palées, cette présence de chlorures dans une zone d haute humidité provoque une corrosion des armatures. Sur la fissuration observée, on peut constater que les fissures plus importants en nombre et ouverture sont dues à la corrosion des armatures qui provoque une expansion de la barre et un éclat du béton d enrobage. (Fissures verticales aux palées et proches aux angles). 3) Les points faibles responsables du manque d étanchéité sont les deux joints Gerber et les appuis à chaque culée. Il y a aussi de points ponctuels au tablier où la pénétration d eau est visible. Juin / 114

M S A RAPPORT D INSPECTION PRINCIPALE. Commune de la Tène PONT DE BELLEVUE À MARIN I N G É N I E U R S C I V I L S. Commentaire de l inspecteur :

M S A RAPPORT D INSPECTION PRINCIPALE. Commune de la Tène PONT DE BELLEVUE À MARIN I N G É N I E U R S C I V I L S. Commentaire de l inspecteur : Commune de la Tène M S A À MARIN Neuchâtel, le 5 décembre 2014 / OM, ABA et FR Commentaire de l inspecteur : L inspection s est déroulée de jour le 18.11.2014, avec un temps couvert et partiellement humide,

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES. 1/ Etat général des terrasses :

DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES. 1/ Etat général des terrasses : DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES 1/ Etat général des terrasses : L aspect général de la protection gravillons est satisfaisante, l épaisseur est régulière et uniforme.. La protection gravillon s est

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 1 CONSTRUIRE EN BETON Section 1.7 La préfabrication 1.7.1 Les généralités 1.7.2 Les éléments verticaux 1.7.4 Les éléments précontraints Version 1.0 A Prof. André Oribasi

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

RAPPORT. Passage piétons souterrain. Gare SNCF de Clamart SERVICE HYGIENE ARCHITECTE CONSEIL MAIRIE DE CLAMART. NSE architecture

RAPPORT. Passage piétons souterrain. Gare SNCF de Clamart SERVICE HYGIENE ARCHITECTE CONSEIL MAIRIE DE CLAMART. NSE architecture MAIRIE DE CLAMART SERVICE HYGIENE NSE architecture ARCHITECTE CONSEIL Place Maurice GUNSBOURG Tél : 01-46-62-35-35 Fax : 01-46-62-35-68 Tél : 01.46.62.36.47 34 rue de TURIN 75008 PARIS Tél : 09 54 79 33

Plus en détail

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE Auteurs : Réjean Brousseau, Ph. D. et Sébastien Dewey, ing. jr Enpar Corrosion Contrôle Inc. Denis Bérubé, ing. et Daniel Bouchard, ing. Ministère

Plus en détail

Dalle en béton précontraint

Dalle en béton précontraint Dalle en béton précontraint 1 Morphologie 2 Morphologie 3 Portées et élancements Gamme de portée Élancement Nombre et type de travée 1/22 à 1/25 travée isostatique Dalles pleines 14 à 20 m 1/28 2 travées

Plus en détail

Indicateurs d état visuels pour l évaluation des structures en béton armé

Indicateurs d état visuels pour l évaluation des structures en béton armé 1 opération de recherche 11R082 Indicateurs d état visuels pour l évaluation des structures en béton armé Benoit Thauvin CETE de l Ouest, Département Laboratoire de Saint-Brieuc ERA n 37 2 février 2012

Plus en détail

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES

Plus en détail

Double mur: détails de construction

Double mur: détails de construction Les détails de construction présentés ci-après montrent comment le mur composé s associe aux ouvrages contigus. Il s agit évidemment d un choix d exemples pris parmi les innombrables combinaisons possibles.

Plus en détail

Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation. Liste de prix 2011

Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation. Liste de prix 2011 Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation Liste de prix 2011 Natte d étanchéité, de desolidarisation et de drainage Nattes d étanchéité et desolidarisation en polyéthylène pour la pose

Plus en détail

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH PRESENTATION Le réservoir souterrain horizontal, type ECODEPUR, modèle RSH est fabriqué en Polyéthylène Linéaire avec additif anti-uv, par système de rotomoulage,

Plus en détail

Le Pont Adolphe à Luxembourg

Le Pont Adolphe à Luxembourg Le Pont Adolphe à Luxembourg I. HISTORIQUE Dès le démantèlement de la forteresse de Luxembourg en 1867, la Ville de Luxembourg commençait à s étendre sur le plateau Bourbon situé de l autre côté de la

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION POUR EU-RAMPS

MANUEL D INSTALLATION POUR EU-RAMPS Avertissement : Dans ce manuel d installation, le mot rampe est utilisé pour les modules inclinés et le mot plateforme pour les modules horizontaux. Généralités Commencer l installation par le point culminant

Plus en détail

Pont dalle en béton armé. Dalle en béton armé LES PONTS. Illustration des défauts 1

Pont dalle en béton armé. Dalle en béton armé LES PONTS. Illustration des défauts 1 Dalle en béton armé 1 Morphologie Coupe longitudinale 2 Morphologie 3 Morphologie 4 Portées et élancements Gamme de portée Élancement Nombre et type de travées 8 à 15 m 1/20 travée isostatique 8 à 15 m

Plus en détail

générale à la mise en œuvre Introduction générale à la mise en œuvre

générale à la mise en œuvre Introduction générale à la mise en œuvre Béton cellulaire Ytong Béton cellulaire Ytong Introduction générale à la mise en œuvre Remarque : Ces données ont été publiées par. Nous donnons des conseils et informations au mieux de nos connaissances

Plus en détail

Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes

Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes 23-25 janvier de 2013 Couches principaux d une toiture-terrasse traditionnelle

Plus en détail

Le plâtre-chaux est la meilleure surface pour les murs en terre parce que :

Le plâtre-chaux est la meilleure surface pour les murs en terre parce que : VOYEZ COMMENT FAIRE LE PLATRE-CHAUX PATTI STOUTER, BUILD SIMPLE INC. FEVRIER 2013 POURQUOI LA CHAUX? Le plâtre-chaux est une surface claire, propre, résistante à la pluie et les moisissures, et durable.

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Page 1 / 6 Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Contenu : Réfection d un pont Rédaction : Michel Wenger et De Luca Giuseppe / étudiants ETC 3 ème année Chantier : Pont sur la Trême, rue de

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383 Chapitre Contenu Page 14 383 14 Principes De par ses propriétés particulières, le béton s est installé comme matériau dans tous les domaines de la construction. Partenaire important et fiable, il est

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Pont Saint Michel sur la Garonne à Toulouse

Pont Saint Michel sur la Garonne à Toulouse Pont Saint Michel sur la Garonne à Toulouse Préambule : À l occasion du voyage de l Association Freyssinet, les 14 et 15 Mars 2008, on aurait souhaité pouvoir expliquer aux participants, les modalités

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du exemple génie-civil. Contenu : Assainissements routiers

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du exemple génie-civil. Contenu : Assainissements routiers Page 1 / 8 Rapport technique / domaine du exemple génie-civil Contenu : Assainissements routiers Rédaction : Pierre Barras / Étudiant ETC 3 ème année / 3971 Chermignon Date : Janvier 2013 Introduction

Plus en détail

Installez vos sols stratifiés Berry Floor en un tour de main.

Installez vos sols stratifiés Berry Floor en un tour de main. 1. Préparation de la surface 2. Instructions préalables 3. Chauffage par le sol 4. La pose du revêtement stratifié Berry Floor 1. Préparation de la surface Un sol Berry Floor peut être installé sur la

Plus en détail

[Armatures de liaison de dalles en porte-à-faux] Le vaste assortiment d éléments d armature pour l isolation thermique

[Armatures de liaison de dalles en porte-à-faux] Le vaste assortiment d éléments d armature pour l isolation thermique Journal pour la clientèle de F.J. Aschwanden SA Mai 2010 [Armatures de liaison de dalles en porte-à-faux] Le vaste assortiment d éléments d armature pour l isolation thermique Les armatures de liaison

Plus en détail

Cette fiche a été rédigée par l équipe technique du RéFEA

Cette fiche a été rédigée par l équipe technique du RéFEA TUYAU D EVENT : CONSTRUCTION Ce tuyau a pour objectif : de créer un courant d air entre la cabine et l extérieur de la fosse, passant par le trou de défécation ; servir de source lumineuse qui attire les

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV)

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV) Consulter la fiche technique disponible sur le site www.benfer.it / www.schomburg.de Additifs Imperméabilisants Liquides Cristallins pour structures en béton 292 Additifs Imperméabilisants Cristallins

Plus en détail

Condition d'examen AEAI n 01 TUILES

Condition d'examen AEAI n 01 TUILES Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie REPERTOIRE SUISSE DE LA PROTECTION CONTRE LA GRELE (RPG) Condition d'examen AEAI n 01 TUILES 01.06.2014

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS. INSPECTION DE L ATELIER No. 1

PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS. INSPECTION DE L ATELIER No. 1 PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS INSPECTION DE L ATELIER No. 1 Préparé par Rafik Matta, ing. Ingénieur principal Structure TPSGC Mai 2015 Travaux publics et services gouvernementaux Canada Works and

Plus en détail

Humabloc Plus. Technologie gel avancée

Humabloc Plus. Technologie gel avancée Humabloc Plus Technologie gel avancée Humabloc Plus Humidité ascensionnelle En général, l humidité ascensionnelle affecte surtout des murs à forte absorbtion, sous l effet du processus de capillarité en

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation 1. Description Elément préfabriqué en béton de type prémur isolé composé de 2 parois en béton de 7 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 20 cm en polystyrène expansé et d un espace pour le remplissage

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 www.inbtpmanlio.altervista.org ? inbtpmanlio@gmail.com PROGRAMME LECONS LECON_001 (T) Présentation Notions de technobat LECON_002 (T) Exigences et contraintes

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 15 Restauration du béton 235 239

Chapitre Contenu Page. 15 Restauration du béton 235 239 Chapitre Contenu Page 15 Restauration du béton 235 239 Restauration du béton 15 Principes Par ses propriétés particulières, le matériau béton s'est établi dans tous les domaines de la construction comme

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL concernant une demande de crédit de Fr. 700'000.- pour la réfection de la couverture du Bied sous la rue Georges-Favre, premier secteur carrefour Klaus

Plus en détail

GUIDE DU BONNE EMPLOI Stockage et manipulation des colis et panneaux

GUIDE DU BONNE EMPLOI Stockage et manipulation des colis et panneaux Page: 1 de 10 1. OBJET L objet de cet document c est d informer le client sur des réglés de correcte emploi des panneaux en matière de logistique et mise en ouvre a fin d obtenir un résultat final optimisé

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel ou total du dormant existant

FICHE TECHNIQUE. Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel ou total du dormant existant FICHE TECHNIQUE CSTB CEBTP Bureau VERITAS APAVE QUALICONSULT SOCOTEC SNFA du COPREC N 52 - Indice : A Date : Juillet 2012 Nombre de pages : 8 Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel

Plus en détail

Pont La Unidad. Pont La Unidad. Emplacement. Alberto PATRÓN. Entrée du lagon «De terminos»

Pont La Unidad. Pont La Unidad. Emplacement. Alberto PATRÓN. Entrée du lagon «De terminos» Pont La Unidad Alberto PATRÓN Consultora Mexicana de Ingeniería S.A. de C.V. alberto.patron@prodigy.net.mx Emplacement Pont La Unidad Entrée du lagon «De terminos» 1 Pont Existant Lien entre Ciudad del

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud

Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud Traitement des chaussées et garnissage de joints DEVGC N 10 - Édition avril 2007 - Révision 02 Cahier des Charges de Pose Sommaire 1. Introduction 3 2. Présentation

Plus en détail

Une intervention rapide permet le ralentissement ou même l'arrêt total du mécanisme de corrosion.

Une intervention rapide permet le ralentissement ou même l'arrêt total du mécanisme de corrosion. Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du génie civil et bâtiment Contenu : Réparation du béton due à la carbonatation Rédaction : Broquet Raphaël Etudiant conducteur de travaux 3 e année Date : 23 novembre

Plus en détail

traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement

traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement L humidité ascensionnelle Les conséquences de l humidité ascensionnelle se manifestent sous

Plus en détail

La route en béton. Une solution économique et de qualité

La route en béton. Une solution économique et de qualité La route en béton Une solution économique et de qualité Ir Luc Rens Ingénieur conseil FEBELCEM Directeur EUPAVE 1 Introduction Les premières routes en béton belges datent de l entre-deux-guerres : presque

Plus en détail

ÉVACUATIONS PLUVIALES DTU 43.1 CE QUE DIT LE DTU 43.1 EP-DTU1

ÉVACUATIONS PLUVIALES DTU 43.1 CE QUE DIT LE DTU 43.1 EP-DTU1 DTU 43.1 CE QUE DIT LE DTU 43.1 8.6 Mise en oeuvre des dispositifs d'évacuation des eaux pluviales et raccordement au revêtement d'étanchéité Ces dispositifs comprennent les entrées d'eaux pluviales (E.E.P.)

Plus en détail

ÉVACUATIONS PLUVIALES DTU 43.1 CE QUE DIT LE DTU 43.1 EP-DTU1

ÉVACUATIONS PLUVIALES DTU 43.1 CE QUE DIT LE DTU 43.1 EP-DTU1 DTU 43.1 CE QUE DIT LE DTU 43.1 8.6 Mise en oeuvre des dispositifs d'évacuation des eaux et raccordement au revêtement d'étanchéité Ces dispositifs comprennent les entrées d'eaux (E.E.P.) et les trop-pleins.

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

COMPARAISON APPUI À POT - APPUI SPHÉRIQUE

COMPARAISON APPUI À POT - APPUI SPHÉRIQUE COMPARAISON APPUI À POT - APPUI SPHÉRIQUE 02 [www.emergo.be ] 03 APPUI À POT Un appui à pot se constitue d un cylindre en acier ( le pot ),rempli d un coussin en élastomère non-fretté, dans lequel s emboite

Plus en détail

Réparer les bétons GUIDE DE CHOIX

Réparer les bétons GUIDE DE CHOIX 12a13Brgo08.qxp:maquette_solutions.qxd 26/02/08 14:15 Page 12 Réparer les s épaisseurs types de réparation réparations d éclats réparations de panneaux ou sur grandes longueurs réparations généralisées

Plus en détail

LES TROUBLES HABITUELS

LES TROUBLES HABITUELS LES TROUBLES HABITUELS Le diagnostic et les solutions d intervention Problèmes majeurs Troubles Opérations habituelles 1. Fondation - drainage -- affaissement, déformation -- joints -- fissures -- pourriture

Plus en détail

Liste des pièces (suite)

Liste des pièces (suite) Liste des pièces (suite) Pour former les Lucarnes Réf: Description Largeur Longueur Epaisseur Quantité 52 Panneau de cote de lucarne (droite/gauche) 440 510 4 53 Echarpe de fenêtre de lucarne 447 447 2

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Sommaire Principes d établissement de plans Formats de briques Appareillages de maçonnerie Construction

Plus en détail

Journées Techniques Ouvrages d Art 2014

Journées Techniques Ouvrages d Art 2014 Journées Techniques Ouvrages d Art 2014 Pont Pakowski Diagnostic, auscultation, réparation Richard Vaissiere / Bernard Jacquier Cerema / DTerCE Sommaire de la présentation Éléments de contexte Présentation

Plus en détail

Guide d installation Interlock. Lignes directrices générales. Utiliser 6 fixations par tapis, sauf en cas d indication contraire

Guide d installation Interlock. Lignes directrices générales. Utiliser 6 fixations par tapis, sauf en cas d indication contraire I nst al l at i on L as ol ut i onver t epourl ec onf or tdesvac hes Gui de d i nst al l at i on Guide d installation Interlock Lignes directrices générales Utiliser 6 fixations par tapis, sauf en cas

Plus en détail

L OSSATURE METALLIQUE

L OSSATURE METALLIQUE Communauté d Agglomération Saint Etienne Métropole ZENITH SAINT ETIENNE L OSSATURE METALLIQUE Le 21 mai 2008 Joseph NOC L ossature métallique du ZENITH de SAINT ETIENNE a été créée en 4 parties différentes

Plus en détail

Stratégie de maintenance des Ouvrages d Art SNCF

Stratégie de maintenance des Ouvrages d Art SNCF INFRA INGÉNIERIE Stratégie de maintenance des Ouvrages d Art SNCF P. VERNISSE 06 Décembre 2012 Sommaire CHAPITRE 1 Présentation du Patrimoine CHAPITRE 2 Matériaux - assemblages CHAPITRE 3 Les différentes

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET... 3

SOMMAIRE 1. OBJET... 3 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 5 3. CALCULS EN ENVIRONNEMENT AGRESSIF... 7 3.1 Généralités... 7 3.2 Vérification des dalles... 12 3.3 Vérification des poutres... 24 3.4 Calculs

Plus en détail

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012 Bordeaux, le 13 fevrier 2012 DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX INDEX DATE MODIFICATIONS Resposable 0 10/11/2010 1 er document Oscar BAUZA A 13/02/2012

Plus en détail

Guide d inspection des ponceaux

Guide d inspection des ponceaux Guide d inspection des ponceaux Guide d inspection des ponceaux Le contenu de ce guide a été préparé par le ministère des Transports. La Direction du soutien à l exploitation des infrastructures et la

Plus en détail

Yves Baret Traiter l humidité

Yves Baret Traiter l humidité Yves Baret Traiter l humidité 2 e édition, 2011 Groupe Eyrolles, 2007-2011 ISBN 13 : 978-2-212-13223-6 II Manifestations et effets de l humidité / Les conséquences de l humidité Le bois en œuvre craint

Plus en détail

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton L2-1/3 Relation entre corrosion et fissuration du béton Acronyme : APPLET Titre complet : Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive Performantielle et probabiliste Dates de début et de fin du projet

Plus en détail

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 :

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 : Composition du mur de Façade Mise en œuvre 1. Avant les années 40 : Les murs de façade étaient constitués d éléments maçonnés en contact direct les uns avec les autre et recevaient un enduit extérieur

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

D0.0 D0.0 D0.2 D0.1 LISTE DES PLANCHES LISTE DES PLANCHES RÉPARATION DE LA CONNEXION ENTRE LE MUR ET LA TOITURE

D0.0 D0.0 D0.2 D0.1 LISTE DES PLANCHES LISTE DES PLANCHES RÉPARATION DE LA CONNEXION ENTRE LE MUR ET LA TOITURE LISTE DES PLANCHES D0 - RÉPARATION D0.1 - RÉPARATION DE MAÇONNERIE DÉGRADÉE PAR LES INTEMPÉRIES D0.2 - RÉPARATION DE LA CONNEXION ENTRE LE MUR ET LA TOITURE D1 - NOUVEAUX DÉTAILS DE MURS D1.1 - NOUVEAU

Plus en détail

Reproduction même partielle soumise à autorisation ZADEPRE. Projet PFT TP du Limousin. 14 avril au 28 mai 2014. Projet de Fin d Etude

Reproduction même partielle soumise à autorisation ZADEPRE. Projet PFT TP du Limousin. 14 avril au 28 mai 2014. Projet de Fin d Etude BELLANCA FOULTIER TORRES 14 avril au 28 mai 2014 Projet de Fin d Etude Sommaire I /Inventaire des défauts prévisibles d une chaussée 2 - Famille des fissures 2 a) Fissure longitudinale de fatigue 2 b)

Plus en détail

ÉLARGISSEMENT ET RÉPARATION DES PONTS EN ARC NORD ET SUD SITUÉS SUR L AUTOROUTE 20 AU-DESSUS DE LA RIVIÈRE CHAUDIÈRE À SAINT-ROMUALD

ÉLARGISSEMENT ET RÉPARATION DES PONTS EN ARC NORD ET SUD SITUÉS SUR L AUTOROUTE 20 AU-DESSUS DE LA RIVIÈRE CHAUDIÈRE À SAINT-ROMUALD ÉLARGISSEMENT ET RÉPARATION DES PONTS EN ARC NORD ET SUD SITUÉS SUR L AUTOROUTE 20 AU-DESSUS DE LA RIVIÈRE CHAUDIÈRE À SAINT-ROMUALD Jacques Blouin, ing. M. Sc. Directeur Ouvrage d art GENIVAR Société

Plus en détail

Constructions en béton.

Constructions en béton. Constructions en béton. La stabilité du front et l arrivée d une artillerie lourde extrêmement puissante capable d anéantir les abris conventionnels en terre et en bois a rendu «nécessaire» la construction

Plus en détail

DALLES DE COUVERTURE POUR LES LATRINES : CAS DES DALLES A BASE DE CIMENT ET COMPOSANTS => BETON ARME (CONCEPTION)

DALLES DE COUVERTURE POUR LES LATRINES : CAS DES DALLES A BASE DE CIMENT ET COMPOSANTS => BETON ARME (CONCEPTION) DALLES DE COUVERTURE POUR LES LATRINES : CAS DES DALLES A BASE DE CIMENT ET COMPOSANTS => BETON ARME (CONCEPTION) Dans la plupart des cas, ce sont les dalles de béton ou à base de ciment qui offrent la

Plus en détail

Le tempérage. un chauffage de mur individuel. En théorie et en pratique

Le tempérage. un chauffage de mur individuel. En théorie et en pratique Le tempérage un chauffage de mur individuel En théorie et en pratique Qu'est-ce que le tempérage? C est un système de distribution de chaleur, lié aux éléments de la construction d un bâtiment, par l installation

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU

GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU TM GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU CMJN : 0/0/0/60 www.thermart.eu 1 SOMMAIRE INSTALLATION PAR COLLAGE 3 RECOMMANDATION GÉNÉRALE 4 PRÉPARATION DU SUPPORT 4 DÉTERMINER LA

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

BLEU VIETNAMIEN. Applications. Propriétés. Dimensions disponibles. Information produit

BLEU VIETNAMIEN. Applications. Propriétés. Dimensions disponibles. Information produit Applications Adapté à la pose intérieure et extérieure Terrasses Allées de jardin Allées d'accès Propriétés Pierre bleue dure orientale Indémodable Facile à entretenir Fairstone 1 Homologation CE Dimensions

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REALISATION DE TRAVAUX DE BRANCHEMENT AU RESEAU D ASSAINISSEMENT ET PETITS TRAVAUX DE REPARATION MAITRE D OUVRAGE : DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES

Plus en détail

THORO - Système de réparation du béton

THORO - Système de réparation du béton THORO - Système de réparation du béton Bienvenue dans le monde de Thoro En 1912 l ingénieur civil Edward H. Canon ne pensait pas que sa gamme de produits Thoro aurait un rôle prépondérant dans le domaine

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 2 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 2.2 Les radiers 2.2. Le radier avec mur extérieur en béton armé 2.2.2 Le radier avec mur extérieur en maçonnerie 2.2.3 Le sous-sol

Plus en détail

SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME. Par Marie-Ève Dorion, ing.

SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME. Par Marie-Ève Dorion, ing. SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME Par Marie-Ève Dorion, ing. Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES LE SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 STADE

Plus en détail

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Standard Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Notre gamme de produit à base de HDPE est de très haute qualité.

Plus en détail

Condition d'examen AEAI n 01 TUILES ET TUILES EN BÉTON

Condition d'examen AEAI n 01 TUILES ET TUILES EN BÉTON Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie REPERTOIRE SUISSE DE LA PROTECTION CONTRE LA GRELE (RPG) Condition d'examen AEAI n 01 TUILES ET

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts Buse métallique 1 Morphologie 2 Morphologie 3 Morphologie H longitudinaux I circonférentiels 4 Morphologie Différentes formes de buses 5 Morphologie Buse arche ou passage 6 Morphologie Arche 7 Morphologie

Plus en détail

Thys Ready Door classic porte et ébrasement prêts à poser

Thys Ready Door classic porte et ébrasement prêts à poser Un concept unique. 1. Fermeture de porte avec 6 charnières visibles Pose de panneau de porte pivotant à droite aussi Thys Ready Door classic porte et ébrasement prêts à poser bien qu à gauche. - pivote

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 2 LES MATERIAUX EN PRESENCE Section 2.2 Le béton 2.2.1 Les constituants du béton 2.2.2 Les types de béton 2.2.3 La résistance à la compression 2.2.4 La résistance

Plus en détail

La prédalle de qualité avec armature integrée

La prédalle de qualité avec armature integrée I n s t r u c t i o n s d e p o s e La prédalle de qualité avec armature integrée Le plan de pose On établit pour chaque plafond un plan de pose (figure 1). Il contient toutes les indications importantes

Plus en détail

Le Pont de saint Nazaire saint Brevin. Réparations des piles béton Nord. extrait de «Maintenance d un ouvrage qui reste exceptionnel»

Le Pont de saint Nazaire saint Brevin. Réparations des piles béton Nord. extrait de «Maintenance d un ouvrage qui reste exceptionnel» Le Pont de saint Nazaire saint Brevin Réparations des piles béton Nord extrait de «Maintenance d un ouvrage qui reste exceptionnel» Un ouvrage exceptionnel en 1975: Mise en service le 18 octobre 1975 par

Plus en détail

Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides

Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides Notice d utilisation Guide d installation Centrales CT- 5 et CT- 8 Sommaire Composition du kit Description centrales

Plus en détail

DES STRUCTURES SPÉCIALES. Le Restaurant "La Réserve" Le Bureau des Douanes

DES STRUCTURES SPÉCIALES. Le Restaurant La Réserve Le Bureau des Douanes DES STRUCTURES SPÉCIALES En plus des types de bâtiments standard tels que ceux dont il est débattu dans les sections précédentes de ce chapitre, il y avait un certain nombre de constructions spéciales

Plus en détail

Commune de SABLONNIERES

Commune de SABLONNIERES Commune de SABLONNIERES Travaux de raccordement des habitations au réseau d assainissement Eaux Usées CAHIER DES CHARGES DESTINE AUX PROPRIETAIRES : REALISANT EUX-MÊMES LEURS TRAVAUX DE RACCORDEMENT OU

Plus en détail

Manuel de pose des systèmes Silicone

Manuel de pose des systèmes Silicone Manuel de pose des systèmes Silicone Sommaire 1 : Préparation du support... 4 2 : Pose des profilés... 5 3 : Pose des panneaux isolants en laine de roche ECOROCK... 6 4 : Application de la couche de sous

Plus en détail

Joints de dilatation modulaires mageba la référence pour grands mouvements

Joints de dilatation modulaires mageba la référence pour grands mouvements Joints de dilatation modulaires mageba la référence pour grands mouvements TENSA MODULAR Types LR et LR-LS fiables, variés, peu bruyants Switzerland www.mageba.ch Caractéristiques du produit Principe Les

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Photo Dimensions Quantité par emballage QSINCP(-)MD215 11 mm x 47 mm x 215 cm 1 (outil de coupe + rail inclus)

Photo Dimensions Quantité par emballage QSINCP(-)MD215 11 mm x 47 mm x 215 cm 1 (outil de coupe + rail inclus) Incizo Code de commande Photo Dimensions Quantité par emballage QSINCP(-)MD215 11 mm x 47 mm x 215 cm 1 (outil de coupe + rail inclus) Description du produit Le profilé doté de la technologie Incizo offre

Plus en détail