A monde complexe, décisions simples?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A monde complexe, décisions simples?"

Transcription

1 Prof. Noreena Hertz A monde complexe, décisions simples? Face au déferlement d informations et au rythme effréné des changements, il est encore plus difficile de prendre les bonnes décisions. Les investisseurs feraient mieux de ne pas se fier au seul avis des experts. Notenstein: Le monde semble aller de plus en plus vite. Ce que l on pouvait encore tenir pour acquis hier ne se vérifie déjà plus aujourd hui: l euro est-il encore une monnaie forte? Les Etats-Unis sont-ils la seule superpuissance? La page de la guerre froide est-elle bel et bien tournée? Peut-on encore parler de sphère privée à l ère d Internet? Le temps est désormais révolu, où l on pouvait répondre à ce genre de questions par un oui catégorique. Le progrès technologique lié à la numérisation, au big data, à l automatisation et à l intelligence artificielle ouvre des possibilités insoupçonnées, mais il génère également des inquiétudes. Quant aux tensions géopolitiques en Ukraine, en mer de Chine et au Moyen-Orient notamment, elles viennent encore accentuer ce climat d incertitude. Globalisation oblige, un événement relativement mineur dans une partie du globe (comme une éruption volcanique en Islande ou une épidémie de grippe) affecte la vie quotidienne des individus à l échelle de la planète. En clair, nous vivons dans un monde toujours plus complexe. Professeur Hertz, quelles sont selon vous les principales tendances qui contribuent à cette complexité? Noreena Hertz: Vous en avez déjà cité quelques-unes, à commencer par le progrès technologique, qui a pour effet de révolutionner un nombre croissant d industries. D un côté, il est source d innovations et d opportunités qui nous semblaient impensables il y a peu. Mais de l autre, il déstabilise des acteurs du marché bien établis et s accompagne de nouveaux défis auxquels nous sommes insuffisamment préparés, de la protection des données aux délocalisations, en passant par les cyberattaques. Le terrorisme moderne repose sur l action de microcellules et d individus isolés, ce qui rend le travail des services de sécurité chargés de prévoir et déjouer les attaques terroristes bien plus compliqué qu à l époque où de telles activités étaient menées de manière coordonnée. Par ailleurs, un monde plus connecté est évidemment aussi plus vulnérable, par exemple face à la propagation de crises économiques ou de virus tels que celui d Ebola. Gouvernements et régulateurs semblent toujours plus enclins à modifier les règles du jeu sans crier gare; ce qui fait de la planification et de l établissement de prévisions un exercice de plus en plus ardu. Cela dit, quantité d autres facteurs ont pour effet d alimenter le sentiment de complexité et d insécurité croissantes. Premièrement, gouvernements et régulateurs semblent 1

2 toujours plus enclins à modifier les règles du jeu sans crier gare. Le passé récent nous en a livré quelques exemples, comme la décision de la Banque nationale suisse de supprimer brutalement le taux plancher du franc face à l euro en janvier dernier, les dévaluations successives du renminbi opérées par Pékin en août ou encore l annonce surprise du référendum grec par Alexis Tsipras. Les procédures en règle et les analyses en profondeur semblent céder le pas à des mesures radicales, rapides et unilatérales lorsqu il s agit d endiguer des crises locales réelles ou potentielles; ce qui fait de la planification et de l établissement de prévisions un exercice de plus en plus ardu. Deuxièmement, alors que l on a pu croire souvent au cours des 25 dernières années que le spectre politique convergeait vers le centre, on observe depuis quelque temps une montée de l extrémisme de droite comme de gauche, en tout cas en Europe. Que ce soit avec Syriza en Grèce, Podemos en Espagne, le Front national en France ou le UKIP au Royaume-Uni, on constate qu austérité, immigration et inégalités offrent un terreau propice à l émergence de courants populistes et moins modérés des deux côtés de l échiquier. Au-delà des clivages évidents qui opposent gauche et droite, les deux camps prônent une approche protectionniste et nationaliste, risquant ainsi de fragiliser le projet européen. Troisièmement, nous ne vivons aujourd hui ni dans le monde bipolaire de la guerre froide, ni dans le monde unipolaire de l hégémonie américaine qui, de l avis de nombreux observateurs, était censé lui succéder. Nous évoluons plutôt dans une réalité multipolaire toujours plus éclatée, au sein de laquelle des forces géopolitiques et idéologies concurrentes, de Moscou à Pékin, se livrent une lutte de pouvoir, d influence et de territoire. Le rééquilibrage des forces à l échelle mondiale se fait de manière chaotique et voit naître des coalitions inédites. Reste à voir quelles en seront les conséquences à long terme. Enfin, j aimerais parler quatrièmement des inquiétudes que je nourris à l égard de l économie mondiale. Même si le spectre d un Grexit s est éloigné pour l heure du moins, j entrevois divers facteurs susceptibles de compromettre la reprise de l économie mondiale: l essoufflement de la croissance chinoise, un possible éclatement de la bulle technologique, une éventuelle remontée des prix du pétrole, une nouvelle offensive des forces russes ou une sortie de la Grande-Bretagne de l UE, pour n en citer que quelquesuns. Nul ne sait ce qu il va advenir. Ce que nous savons, en revanche, c est que les développements sur ces différents fronts seront déterminants. Notenstein: Le sentiment de complexité et d insécurité croissantes s explique également par la multiplication des sources d information à disposition. Si, autrefois, le bouche à oreille était pour ainsi dire la seule manière d apprendre les dernières nouvelles, nous disposons aujourd hui non seulement des journaux, de la radio et de la télévision, mais aussi d Internet. Google, Facebook, Twitter et Cie engendrent un véritable déferlement d informations. Notre graphique indique la consommation journalière moyenne de médias en Allemagne en 2002 et Jamais auparavant nous n avions utilisé de manière active ou passive autant de canaux d informations, ni ne leur avions consacré autant de temps. Huit heures de consommation de médias par jour Consommation de médias au sein de la population allemande âgée de 14 à 49 ans, en nombre d heures par jour TV Radio Internet* Presse écrite** *y c. vidéos en ligne **Journaux et magazines Source: SevenOne Media, Forsa Cette abondance d informations pose toutefois un problème: avoir une bonne vision d ensemble de la situation et prendre in fine les bonnes décisions (de placement) suppose de pouvoir distinguer les informations utiles, nouvelles et pertinentes des «bruits parasites» inutiles, banals et insignifiants. Chez Notenstein, nous nous sommes dotés d un réseau de «stations radar» autrement dit de différents canaux d information, qui constitue pour nous une mine d opinions, de connaissances et d arguments et nous stimule intellectuellement. Nous recherchons activement la critique et accueillons volontiers des points de vue divergents. Nous nous sommes dotés d un réseau de «stations radar» autrement dit de canaux d information qui stimule notre réflexion. 2

3 Notre réseau de stations radar inclut des instituts de recherche financière tels que l Institut de la finance internationale et le Centre international d études monétaires et bancaires, des laboratoires d idées comme Avenir Suisse, l Institut international pour les études stratégiques ou M1 AG, ainsi que nos interlocuteurs du Dialogue avec Notenstein, à savoir des experts en économie, en sciences et en médias. Grâce à ces «antennes», nous pensons être en mesure de mieux appréhender les changements importants et potentiellement imminents qui nous attendent. Cela dit, la collecte d informations n est que la première étape du processus de décision, cheminement qui est précisément votre domaine de spécialité, Professeur Hertz. Aussi aimerions-nous vous demander comment on parvient à prendre les bonnes décisions. La tentation est grande de s en remettre à des experts plutôt que d essayer de devenir un meilleur chasseur-cueilleur d informations. Noreena Hertz: C est une vaste question! J y ai d ailleurs consacré un livre, paru en anglais sous le titre «Eyes Wide Open». Penchons-nous pour commencer sur l art de collecter l information. Face au déferlement de données, il est particulièrement important de définir une stratégie en la matière. La tentation est évidemment grande de s en remettre simplement à des experts plutôt que d essayer de devenir un meilleur chasseur-cueilleur d informations. Je salue le fait que Notenstein s appuie sur des experts pour réunir des informations. La réserve que j émettrais, c est que tous les experts ne sont pas égaux, comme vous le savez sans doute. Si en tant qu économiste, j ai conscience de la multitude de mauvaises prédictions faites par ma profession, l erreur n est pas l apanage des économistes. La crise pétrolière de 1973, l effondrement de l Union soviétique, les attentats du 11 septembre, le printemps arabe ou la montée de l Etat islamique sont autant d événements que les services de renseignement traditionnels n ont pas anticipés. Dans le cadre d une étude fréquemment citée portant sur prévisions formulées par des économistes, des politologues et des historiens sur une période de seize ans, les chercheurs ont découvert que lesdits experts n avaient pas été plus fiables qu un singe qui aurait tapé des réponses au hasard sur un clavier. Il n y a pas lieu de douter systématiquement des experts, mais il ne faut pas non plus leur accorder une confiance aveugle. Le mieux est de se renseigner sur leur compte avant de solliciter leurs services et d examiner leur track record: ceux qui, dans le passé, ont vu fréquemment leurs prévisions se vérifier ont plus de chances d y parvenir à nouveau à l avenir. Il convient aussi de les interroger sur leur approche et leur démarche. Seuls de rares experts réussissent à exploiter ce que le prix Nobel Friedrich Hayek appelait la «connaissance locale», autrement dit le savoir diffus des gens présents sur le terrain. Or ce savoir fournit des renseignements particulièrement précieux. Les spécialistes trop sûrs d eux sont à bannir, et vite, car ce sont eux qui risquent le plus de générer des résultats décevants. Des études ont ainsi montré qu en radiologie, les erreurs de diagnostic provenaient principalement des radiologues les plus convaincus de leurs compétences. La méfiance s impose également à l égard du discours dominant: des économistes naviguant à contre-courant, comme Nouriel Roubini ou moi-même, qui avions signalé les failles du système économique mondial avant l éclatement de la crise financière, ont été tout simplement ignorés par nos pairs. Trouver des données qui corroborent notre vision des choses libère en nous une dose de dopamine comparable à celle que nous donne le chocolat ou le sexe. Mais je me dois de relever un point encore plus fondamental: on tend généralement à cibler les informations qui confirment notre opinion. Trouver de telles données libère en nous une dose de dopamine comparable à celle que nous donne le chocolat, le sexe ou le sentiment amoureux. Or ce sont précisément les informations remettant en cause notre point de vue qui génèrent souvent le gain de connaissance le plus important. Raison pour laquelle j ai été ravie d apprendre que chez Notenstein, vous recherchez résolument des avis différents. Nous devrions tous faire preuve d une vigilance accrue face au dangereux attrait exercé par les informations qui ne font que nous conforter dans nos opinions. Si nous voulons prendre des décisions intelligentes, nous devons être prêts à remettre en cause nos idées et nos espoirs. Qui est votre «avocat du diable en chef»? Et quelle oreille lui prêtez-vous? Lors d entretiens avec nos clients, il n est pas rare que nous leur soumettions davantage de questions que de réponses. 3

4 Notenstein: Nous sommes conscients du fait qu il est impossible d établir des prévisions exactes. Jamais nous ne nous risquerions à prédire par exemple qu à la fin de l année, le SMI atteindra les points ou que le dollar s échangera à parité avec le franc suisse. Et nous nous méfions de toute personne qui prétend pouvoir fournir de tels pronostics. Pour notre part, nous travaillons sur la base de scénarios, en tentant d identifier les grandes tendances de long terme même contradictoires et de les extrapoler dans le futur. Cette approche nous aide à mieux diversifier les portefeuilles qui nous sont confiés, la diversification constituant la réponse logique à l insécurité. Le rôle de l «avocat du diable en chef» nous convient infiniment mieux que celui de l extralucide. Lors d entretiens avec nos clients, il n est pas rare que nous leur soumettions davantage de questions que de réponses. La stratégie d investissement appliquée est-elle compatible avec leur tolérance au risque? Pourraient-ils maintenir leur train de vie actuel (maison, voiture, vacances, etc.) même en cas de crash boursier? Quant au nouveau produit dont ils ont appris l existence dans les journaux, est-ce vraiment une bonne idée de placement? Mais revenons au principal problème qui nous occupe. Admettons que nous soyons devenus des collecteurs d informations plus éclairés, que nous n ayons pas suivi aveuglément des experts douteux et ayons prêté une oreille attentive aux opinions divergentes: tout cela ne nous conduit pas encore à une décision. Comment pouvons-nous parvenir à un bon résultat? Nous avons déjà abordé cette question en octobre 2013, dans le cadre de notre dialogue avec le professeur de psychologie Gerd Gigerenzer. Ce dernier soutenait que la profusion de données, d algorithmes complexes et de modèles analytiques générant des résultats exacts ne nous amenait pas forcément à prendre de meilleures décisions, ce qu il expliquait par le fait que d innombrables facteurs entrent en jeu et que les risques ne sont pas tous calculables. Il préconisait de nous fier davantage à notre intuition, à notre flair et à de simples règles empiriques. Qu en pensez-vous? Noreena Hertz: Je me demandais quand vous aborderiez le thème de l intuition. On assiste actuellement à un vif débat entre les «apôtres du big data», pour qui données et modèles permettent de répondre à tout, et ceux qui sont convaincus que nous devrions suivre notre intuition. Si je suis fascinée par les décisions fondées sur les données et prône leur exploitation aussi bien dans mes recherches que dans mes autres activités professionnelles, votre question appelle néanmoins une réponse nuancée, et je vais vous expliquer pourquoi. Pour certaines décisions, notre instinct est bel et bien de bon conseil. Prenons l exemple d une joueuse de tennis sur le point de renvoyer la balle à son adversaire. Pour décider de la trajectoire de son bras, elle n a pas besoin de calculer précisément la vitesse, l impact ou le facteur vent. Tous les entraînements et les heures durant lesquelles elle a envoyé et renvoyé des balles ont créé dans sa tête une forme de raccourci, qui lui permet de sauter l étape fastidieuse de la collecte et de l analyse d informations. Elle n a qu à jouer. Elle peut se fier à son intuition, qui est comme le condensé de ses expériences passées. Sauf que le passé ne permet pas toujours de tirer des conclusions pertinentes pour le présent, ce qui, à mon sens, constitue également une faille potentielle pour les modèles de prévision et les décisions basées sur les données. Aujourd hui plus que jamais, face à un monde incertain, complexe et en rapide mutation, nous devons partir du principe que rien n évolue de manière linéaire. Les étudiants auxquels on avait soumis la photo d un mannequin ont pris des décisions financières nettement plus mauvaises que ceux qui avaient reçu l image d une pierre! Mais il arrive aussi que notre intuition nous joue de mauvais tours. On peut avoir l impression de suivre son instinct, alors que c est une tout autre force de notre subconscient qui nous guide. Un exemple: dans le cadre d une expérience réalisée au Canada, deux images différentes ont été soumises à deux groupes d étudiants. Au premier, on a distribué la photo d un mannequin de lingerie et au second l image, neutre, d une pierre. Au terme de l opération, chacun était appelé à prendre une décision financière. Les étudiants auxquels on avait soumis la photo d un mannequin ont pris des décisions nettement plus mauvaises que ceux qui avaient reçu l image de la pierre! Or si on les avait interrogés, aucun d entre eux n aurait mis en cause la photo qui leur avait été présentée. Au lieu de cela, ils auraient vraisemblablement attribué leur choix à l intuition. L expérience de Doron Kliger est tout aussi révélatrice. Ce professeur de l Université de Haïfa a donné à des investisseurs un document d information sur les actions d une société, imprimé sur papier rouge pour certains et sur papier vert pour d autres. Au final, il s est aperçu que les investisseurs 4

5 qui avaient lu les informations imprimées sur fond rouge étaient moins enclins à acheter le titre que ceux qui avaient lu le même descriptif sur fond vert. Ici également, les investisseurs auraient vraisemblablement invoqué l intuition ou l expérience pour motiver leur choix, mais certainement pas la couleur du papier. Le factuel comme l intuitif ont donc leur place dans la prise de décision, car ils peuvent tous deux nous fournir de précieuses indications. Cela dit, n étant pas infaillibles, ils doivent l un et l autre être remis en question. C est pourquoi il est primordial de faire preuve de vigilance et de discernement lors de toute prise de décision. Notenstein: Des études ont montré que la performance d un placement dépend jusqu à 80% de la stratégie à long terme, contre environ 15% et 5%, respectivement, pour les décisions tactiques à court terme et la sélection des titres. Aussi consacrons-nous beaucoup de temps à discuter avec nos clients de leur stratégie de placement individuelle, appelée «allocation stratégique». Votre remarque sur les influences extérieures, sur l état émotionnel et la manière dont les choses nous sont présentées, est particulièrement pertinente dans ce contexte. Pour reprendre l exemple La discipline paie Indice ( =100) %* 25%* 75%* 50%* 25%* Portefeuille statique** Portefeuille dynamique*** *Allocation en actions du portefeuille dynamique **50% d obligations (SBI Total AAA-BBB Total Return Index en CHF), 50% d actions (MSCI Total Return Net Switzerland en CHF) ***respectivement 25%, 50% et 75% d actions, suivant l évolution des cours la semaine précédente. Une baisse des cours de plus de 10% entraîne une diminution de 25% de l allocation sur le marché actions, et inversement. Le reste du capital est investi en obligations. Source: Bloomberg que vous avez cité, notre investisseur optera pour une stratégie différente selon que le document que nous lui soumettons est imprimé sur fond rouge ou vert. La question qui se pose est de savoir s il y a lieu d instaurer un climat aussi neutre que possible afin de générer de bonnes décisions de placement. Ou, pour garder la même image, si toutes les stratégies de placement devraient être présentées sur papier blanc. En l occurrence, il est selon nous illusoire de vouloir créer un environnement parfaitement neutre, une sorte d espace aseptisé. Nous le savons bien: les marchés haussiers sont propices à la cupidité, et les marchés baissiers à la panique. Dans le jargon financier, on dit que la tolérance au risque fluctue dans le temps. D où l importance de définir une allocation stratégique, qui n est rien d autre qu un instrument d autodiscipline. Comme l indique notre graphique, les investisseurs qui vendent leurs actions durant les phases de baisse et les achètent lorsque les prix montent dégagent une moins bonne performance sur le long terme que ceux qui restent fidèles à leur stratégie. Si nos clients s en tiennent à leur stratégie de placement même lors d un crash boursier, c est que nous avons fait du bon travail. L expérience nous a appris que pour développer une stratégie de long terme efficace, l allocation initiale doit impérativement être réexaminée sur une base périodique. Si même lors d un crash boursier, nos clients s en tiennent à la stratégie de placement élaborée durant une phase haussière, c est que nous avons fait du bon travail. Réexamen périodique ou cadre de prise de décision neutre: qu en pensez-vous? Durant la bulle Internet, de nombreuses sociétés ont changé de raison sociale afin de bénéficier de l euphorie qui entourait les actions TMT. Noreena Hertz: Là encore, la réponse doit être nuancée. Je suis d accord avec vous: instaurer un cadre neutre pour la prise de décisions relève quasiment de l impossible. Cela dit, les investisseurs doivent prendre garde aux éventuels «effets de cadrage» susceptibles de les induire en erreur, et être pleinement conscients des circonstances qui pourraient influencer leur décision. Ce n est pas uniquement une question de perception, et le langage utilisé peut jouer ici un rôle étonnant. 5

6 Durant la dernière bulle Internet, de nombreuses sociétés ont changé de raison sociale afin de bénéficier de l euphorie qui entourait les actions TMT (technologies, médias, télécommunications). Parmi elles figuraient des entreprises qui n avaient rien à voir avec les technologies de l information, à l instar du groupe North American Natural Inc. Lorsque cet éditeur de publications spécialisées a pris le nom de Pinkmonkey.com, son action a grimpé de 1 à 17 dollars, sans que l entreprise elle-même ait connu le moindre changement. Sous l emprise de l enthousiasme suscité par Internet, beaucoup d investisseurs ont fondé leurs décisions de placement sur le seul nom des titres. S ils avaient tenu compte de l «effet de cadrage», ils auraient pris le temps de se demander si la raison sociale de la société influait ou non sur leur choix. C est un fait avéré: il suffit de réfléchir à une autre représentation de l information pour aborder la décision à prendre avec un regard plus critique. Comme vous l avez justement remarqué, les émotions peuvent grandement influencer nos décisions. Cependant, le but n est pas de les éliminer du processus décisionnel. Des études menées auprès de patients ayant subi des lésions irréversibles dans la partie du cerveau traitant des émotions ont en effet montré qu ils étaient de mauvais décideurs. Nous devrions dès lors essayer de prendre mieux conscience de notre état émotionnel au moment de décider quelque chose et identifier précisément ce que nous ressentons. Ainsi, lorsque nous attendons les résultats d un examen médical, nous devrions objectivement constater que nous sommes inquiets. A l inverse, lorsque notre équipe nationale remporte un match décisif, nous devrions reconnaître l enthousiasme et la joie qui nous animent. On a découvert que l attention portée à nos propres sentiments agit comme une sorte de thermostat émotionnel, qui a pour effet de mieux canaliser et équilibrer notre état affectif et de nous permettre de prendre de meilleures décisions. Reste qu il n est pas facile de se sonder soi-même de manière objective. D où l intérêt de votre approche, qui consiste à poser des questions critiques. Idem pour le réexamen périodique des décisions que vous préconisez. Une série de conditions doivent toutefois être réunies pour que cela fonctionne. Il faut que le client et son conseiller se respectent mutuellement et soient prêts non seulement à s écouter l un l autre, mais aussi à évoluer et à s adapter à une nouvelle donne. Les deux parties doivent en outre se sentir libres d émettre des objections, de soulever des questions et de tendre un miroir à leur interlocuteur. Notenstein: Exactement. La relation entre le conseiller et son client doit être un «partenariat d égal à égal». C est ce que nous recherchons. Mais permettez-nous de revenir sur un thème que vous avez touché au début de ce dialogue. Vous avez dit que la possibilité d aboutir à des décisions fondées sur des données avait pour vous quelque chose de fascinant, et évoqué au passage le concept de «savoir local» de Friedrich Hayek. A l évidence, les sauts quantiques sur le plan technologique ouvrent de nouvelles possibilités de mettre à profit le savoir diffus des acteurs du terrain. Notre graphique illustre l évolution du volume de données produit ces dernières années à l échelle mondiale, volume qui, d après les estimations, sera multiplié par dix d ici En l état actuel des choses, seules 20% de ces données sont utilisables, dont 5% sont véritablement exploitées. Pêche illimitée dans un océan de données Volume de données mondial, en exaoctets (1 milliard de gigaoctets) * *Projection (échelle de droite) Données exploitées Données utiles Autres données Source: IDC, Avenir Suisse Nous comprenons que le potentiel inexploité de cet océan de données vous captive. Mais qu est-ce que cela signifie au juste pour les marchés financiers? Quels avantages l analyse de ces données offre-t-elle à l investisseur? Des outils tels que Google Trends peuvent-ils l aider à prendre de meilleures décisions de placement? Noreena Hertz: Grâce aux avancées technologiques, nous disposons d une multitude de moyens pour mieux nous informer et obtenir un avantage informationnel. Prenons l exemple de Twitter: il y a quelques années, j ai effectué une expérience en temps réel aux côtés d éminents sociologues et experts en informatique. Le but était de savoir si 6

7 nous étions en mesure de prévoir la liste des gagnants et des perdants de l émission de télé-crochet X-Factor en analysant les centaines de milliers de tweets et de messages postés sur Facebook et YouTube par les téléspectateurs durant les «espaces de vote». Un programme informatique avait été spécialement développé à cet effet. Et le résultat s est avéré plus que concluant: dans douze cas sur quatorze, nous avons réussi à prédire qui seraient les deux derniers candidats. Si nous avions parié sur la base de nos prévisions, les bookmakers n en seraient pas revenus! Vous avez parlé de Google Trends. Des études ont montré que les modèles visant à pronostiquer des statistiques économiques telles que le chômage ou la confiance des consommateurs avant la publication des chiffres officiels affichent un taux de fiabilité de 5 à 20% supérieur lorsqu ils intègrent des informations issues de recherches par mots clés via Google Trends. Une enquête de la Banque d Angleterre a en outre révélé que pour évaluer la situation du marché immobilier, mieux vaut se référer à Google Trends qu aux statistiques officielles. Les tendances en matière de recherches pour le terme «agent immobilier» ont conduit à des prévisions plus précises que les données provenant des sources d information traditionnelles. Une étude similaire menée aux Etats-Unis suggère que l observation d un pic de recherches pour le terme «saisie» permettait d identifier des difficultés sur le marché immobilier avant même que les instances compétentes ne prennent conscience de ce qui se tramait. L être humain doit rester un acteur central dans le processus d analyse des données. Ce ne sont là que quelques exemples des possibilités offertes par le big data et la veille des réseaux sociaux. La Banque d Angleterre a d ailleurs créé l an dernier une nouvelle division qui aura la mission d analyser les risques pour le système économique et financier au moyen de méthodes telles que le social media monitoring. Ces nouvelles formes de collecte d informations ne sont pas un «graal», mais des outils précieux pour nous aider à mieux appréhender la réalité. Il est par conséquent impératif que nous continuions à utiliser de multiples sources d information et que l être humain reste un acteur central dans le processus d analyse des données. Notenstein: Professeur Hertz, nous vous remercions pour ce dialogue. Commentaire de Notenstein Des décisions simples: au début de notre dialogue avec Noreena Hertz, nous espérions recueillir des règles empiriques susceptibles de nous aider à mieux naviguer dans un monde en rapide mutation technologique et géopolitique. Or, tout n est pas si simple, comme nous l a expliqué notre interlocutrice. La réalité est plus complexe, plus nuancée et c est là un point essentiel prendre de bonnes décisions suppose un réel effort. Amasser des données à l aide de modèles et d ordinateurs, aussi sophistiqués soient-ils, ne suffit pas: souvent, les bonnes décisions relèvent aussi de l intuition et du flair. Le professeur Hertz souligne par ailleurs l influence de l environnement et de l état d esprit, même lorsqu il est question d investissement. Apparemment, on achète plus volontiers des actions lorsqu on a en main un document de présentation vert et non rouge. La complexité croissante et le manque de connaissances incitent souvent à déléguer la prise de décisions à des experts. Mais pour Noreena Hertz, on ne devrait pas le faire les yeux fermés. Remettre en question, contredire, chercher à se confronter aux opinions contraires: même la collaboration avec des experts exige un investissement personnel. La confiance ne saurait être acquise; elle doit être constamment réaffirmée, ce qui incombe aux deux parties concernées, à savoir les experts et les demandeurs de conseils. Dans le domaine financier en particulier, la méfiance s impose à l égard des solutions clé en main, censées offrir «une sécurité absolue». A quoi reconnaîton un bon conseiller? Il commence par poser des questions avant d élaborer des solutions. Quel enseignement en tirer pour les investisseurs? Essayons d esquisser quelques règles pratiques. Premièrement, les décisions financières devraient résulter d un dialogue, idéalement avec des personnes qui ne partagent pas le même point de vue. Deuxièmement, un certain scepticisme s impose à l égard des robots et des données générées de manière purement mécanique: leur contribution peut être utile, mais l intuition et l expérience ont également leur place. Troisièmement, les décisions doivent être mûrement réfléchies, la précipitation et les réactions impulsives n étant pas sages conseillères. Quatrièmement, il convient de les réexaminer périodiquement et de les appliquer avec discipline, les bonnes décisions restant valables même dans une nouvelle configuration. Cinquièmement, le processus décisionnel mobilisant de véritables ressources, il convient de se concentrer sur l essentiel. Nous concernant, cela consiste à opérer une allocation stratégique des avoirs dans différentes classes d actifs. 7

8 L invité L économiste britannique Noreena Hertz conseille des organisations et des dirigeants de premier plan en matière de stratégie et de prise de décisions ainsi que sur des thèmes tels que les tendances globales, la transformation numérique et la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Elle a été membre du Politics and Economics Global Advisory Board de Citigroup et siège depuis 2014 au Conseil de surveillance de Warner Music Group. Ses livres ont été publiés dans 22 pays. Le magazine britannique The Observer l a décrite comme «l une des jeunes pourvoyeuses d idées les plus en vue à l échelle mondiale» et Vogue voit en elle «une des femmes les plus inspirantes». Les interlocuteurs Ce Dialogue avec Notenstein a été conduit par Michael Zurkinden, Conseil en placement & Gestion de fortune, en collaboration avec Ivan Adamovich, membre du Comité exécutif, Giuseppe Lorino, Conseil en placement & Gestion de fortune, Diego Rugo, Méthode et stratégie de placement, Investment House, et Lotti Gerber, Communication. La publication Le Dialogue avec Notenstein entend susciter une réflexion sur les grandes tendances économiques et sociales actuelles, et s intéresser à leurs conséquences possibles pour l investisseur. Six fois par an, des experts de notre Banque engagent une discussion avec une figure marquante du monde économique ou scientifique. Notre but: soumettre à cette personnalité nos idées et nos thèses à la manière d un défi, et générer in fine un savoir transposable dans notre activité journalière de gestion de fortune. Nous sommes ouverts à la confrontation des opinions, source de débats fructueux. Le Dialogue avec Notenstein se conçoit comme une suite d échanges menés sous forme écrite pendant plusieurs jours. Ce mode d interaction permet d aborder les arguments avec recul et profondeur, à une époque caractérisée par un flux d informations permanent. Impressum Edition Dialogue avec Notenstein n 20, septembre 2015 Editeur Notenstein Banque Privée SA, Bohl 17, case postale, CH-9004 Saint-Gall, Contact Vous pouvez nous faire part de vos réactions ou commander l une de nos publications en ligne, via le formulaire mis à votre disposition sous ou par courrier. La banque privée Notenstein édite également les livres blancs de Notenstein, ainsi que le Focus Asie, un document de fond sur le continent asiatique. ISSN Archives Tous les numéros précédents du Dialogue avec Notenstein sont disponibles sur Ci-dessous, nos dix derniers invités: «L euro est devenu une prison dans laquelle les détenus se querellent. Nulle trace d un projet de paix.» Professeur Hans-Werner Sinn, Dialogue avec Notenstein, juin 2015 «L autodétermination numérique devient un sujet immensément vaste: un nombre croissant de gens veulent récupérer leurs données.» Matthias Horx, Dialogue avec Notenstein, avril 2015 «Les pouvoirs politiques ont tellement misé sur l euro qu ils mettront tout en oeuvre pour maintenir l union monétaire par le biais de transferts et de programmes de soutien.» Professeur Ernst Baltensperger, Dialogue avec Notenstein, février 2015 «Une constante historique: les crises indolores nous entretiennent.» Hans Widmer, Dialogue avec Notenstein, décembre 2014 «Sur la durée, une classe moyenne forte ne renoncera pas à la participation démocratique et à l Etat de droit.» Joschka Fischer, Dialogue avec Notenstein, octobre 2014 «Il est surprenant que l ADN de la coopérative corresponde si bien à l esprit de notre temps.» Professeur Franco Taisch, Dialogue avec Notenstein, août 2014 «Le monde aura besoin d une force de police, et non d un policier unique.» Général Stanley McChrystal, Dialogue avec Notenstein, juin 2014 «Les politiques à l origine de la crise n ont guère changé.» William R. White, Dialogue avec Notenstein, avril 2014 «La protection des données et la sphère privée deviennent des biens économiques pour lesquels l individu doit payer.» Professeur Miriam Meckel, Dialogue avec Notenstein, février 2014 «Les progrès de la technique d extraction permettent d exploiter de nouveaux gisements pétroliers gigantesques dans le monde entier.» Peter Voser, Dialogue avec Notenstein, décembre 2013 ST- GALL BÂLE BERNE COIRE GENÈVE LAUSANNE LOCARNO L UCERNE LUGANO SCHAFFHOUSE WINTERTHOUR ZURICH

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

Boussole. Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US. Flash Crash sur le marché obligataire

Boussole. Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US. Flash Crash sur le marché obligataire Boussole Décembre 2014 Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US Flash Crash sur le marché obligataire Hausse des cours sur le marché des actions - quand la fin est proche Les

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

BCV FONDS STRATÉGIQUE. La diversification au service de la performance

BCV FONDS STRATÉGIQUE. La diversification au service de la performance BCV FONDS STRATÉGIQUE BCV strategic fund La diversification au service de la performance Placez votre argent Vous disposez d un capital dont vous n avez pas besoin dans l immédiat et vous désirez profiter

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

Dialogue avec Notenstein, juin 2015. Prof. Hans-Werner Sinn Prisonniers de l euro?

Dialogue avec Notenstein, juin 2015. Prof. Hans-Werner Sinn Prisonniers de l euro? Prof. Hans-Werner Sinn Prisonniers de l euro? L Europe perd en compétitivité et se dirige progressivement vers une union de transferts. Les investisseurs peuvent s en accommoder mais devraient également

Plus en détail

Guide de compréhension des comportements financiers

Guide de compréhension des comportements financiers Guide de compréhension des comportements financiers Le test incomeiq comprendre les PROJECTION comportements financiers OVER-OPTIMISM BIAS Le test incomeiq a été élaboré à partir de théories cognitives

Plus en détail

Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés

Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés INVESTIR Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés Nous traversons présentement une période de grande volatilité, c est-à-dire une période où les cours des marchés boursiers varient

Plus en détail

Comment toucher les décideurs

Comment toucher les décideurs Comment toucher les décideurs Étude commanditée par Pitney Bowes sur l évolution du rôle du courrier dans le marketing mix des entreprises du domaine Business to Business (B2B) en Europe et aux États-Unis

Plus en détail

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013 1 von 5 07.05.2013 11:59 Vie numérique Dimanche5 mai 2013 Par Propos recueillis par Mehdi Atmani «Je pars en guerre contre le Big Data» Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence,

Plus en détail

TENDANCES CLÉS DU MARCHÉ JURIDIQUE

TENDANCES CLÉS DU MARCHÉ JURIDIQUE PERSPECTIVE COMPLÉMENTAIRE TENDANCES CLÉS DU MARCHÉ JURIDIQUE Professeur Richard Susskind OBE Septembre 2012 Richard Susskind, 2012 L Association du Barreau canadien 865, avenue Carling, bureau 500 Ottawa

Plus en détail

Rétrospective 2015. Mais qu avons-nous donc appris durant cette année qui s achève?

Rétrospective 2015. Mais qu avons-nous donc appris durant cette année qui s achève? Rétrospective 2015 L année 2015 n a pas seulement été exceptionnelle en termes de conditions météorologiques. Cette année qui s achève nous a également réservé bien des surprises sur des thèmes tels que

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Les vitesses du cerveau

Les vitesses du cerveau Les vitesses du cerveau Aller directement aux commentaires La concentration n est pas innée, et il n y a pas vraiment de gens qui sont nés plus concentrés que d autres. On vit à une époque où on a beaucoup

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

Conférence de presse annuelle

Conférence de presse annuelle Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Conférence de presse annuelle Berne, le 12 mai 2015 Dossier de presse 1. Communiqué de presse 2. Exposés 3. Rapport d activité 2014

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Point Keren Finance. 15 avril 2015

Point Keren Finance. 15 avril 2015 Le contexte boursier actuel est particulièrement porteur pour les marchés actions européens, notamment français, qui affichent de très fortes progressions à la fin du premier trimestre de l année 2015.

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE Le guide fait la différence PRÉAMBULE lacements, gestion financière, hypothèques, retraites et troisièmes piliers, successions, crédits bancaires, investissements... Pour

Plus en détail

Cadrer la stratégie boursière

Cadrer la stratégie boursière Chapitre 1 Cadrer la stratégie boursière Chercher la valeur dans tout investissement Qu est-ce que la stratégie boursière? Elle consiste à «chercher la valeur», nom technique utilisé par les analystes

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs, Intervention de M. Thierry REPENTIN Ministre délégué en charge des Affaires européennes Ouverture des Entretiens d Enghien sur le thème «Où va l Europe?» Samedi 8 mars 2014 Monsieur le Maire, (Philippe

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION

LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION Synthèse de l enquête quantitative Novembre 2008 Contacts TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Brice Teinturier / Fabienne Simon

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

Rapport sur le premier semestre 2015. Tornos Holding SA

Rapport sur le premier semestre 2015. Tornos Holding SA Rapport sur le premier semestre 2015 Tornos Holding SA Tornos s impose dans un environnement économique difficile Mesdames et Messieurs, Chers actionnaires, L exercice en cours a commencé par un coup de

Plus en détail

Schroders Global Investment Trends Report

Schroders Global Investment Trends Report Schroders Global Investment Trends Report 2014 Enquête mondiale sur les tendances et les intentions d épargne des investisseurs individuels Paris, le 4 mars 2014 Mars 2014 Introduction Méthodologie» Schroders

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

Chapitre 7 LA FORTUNE PAR LA BOURSE

Chapitre 7 LA FORTUNE PAR LA BOURSE Chapitre 7 LA FORTUNE PAR LA BOURSE La Bourse pour être dans la course! Vous voici de nouveau au camp de base, au pied de la montagne de la fortune. Vous avez déjà reconnu plusieurs itinéraires. Celui

Plus en détail

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

Un voyage virtuel dans le temps

Un voyage virtuel dans le temps 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 Un voyage virtuel dans le temps Guide destiné au corps enseignant du secondaire I en vue de l utilisation pédagogique des chroniques suisses de www.ideesuisse.ch

Plus en détail

Forex Equities Options

Forex Equities Options La BCE devra se battre avec la déflation Comme nous l écrivions à plusieurs reprises dans nos analyses, nous estimons que le spread FRA permet de juger de l évolution et de la juste valeur du marché des

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

Gestion dynamique de votre compte BullionVault

Gestion dynamique de votre compte BullionVault Mostafa Belkhayate Gestion dynamique de votre compte BullionVault Lorsque vous ouvrez un compte BullionVault, vous avez le choix entre 3 compartiments devises, l euro, le dollar et la livre sterling et

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information Troisième Forum parlementaire sur la société de l information «Les TIC et la crise économique mondiale : situation actuelle et perspectives futures» 3-5 mai 2010 Salle B Tour de l UIT Union internationale

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

AVEC LES NOUVELLES RÈGLES DE L AMF ET DE

AVEC LES NOUVELLES RÈGLES DE L AMF ET DE AVEC LES NOUVELLES RÈGLES DE L AMF ET DE L ACMF, QUEL RÔLE RESTE-T-IL AUX CONSEILLERS EN PLACEMENT EN ÉPARGNE COLLECTIVE? G É R A L D L E B L A N C E T V É R O N I Q U E R O B I C H A U D, 25 M A R S 2

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Swisscanto (LU) Equity Fund Long/ Short Selection International

Swisscanto (LU) Equity Fund Long/ Short Selection International Une stratégie neutre au marché Edition Suisse Swisscanto (LU) Equity Fund Long/ Short Selection International Le défi Réalisation de rendements indépendamment de la situation du marché Un environnement

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts

Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts Investir dans la science représente l avenir de la société Le fait qui témoigne de la réputation de nos académiciens, c

Plus en détail

Noël CLEMENT. Ma stratégie pour la sixième semaine du lundi 23 au vendredi 27 novembre 2015

Noël CLEMENT. Ma stratégie pour la sixième semaine du lundi 23 au vendredi 27 novembre 2015 Noël CLEMENT Ma stratégie pour la sixième semaine du lundi 23 au vendredi 27 novembre 2015 1. Contexte de marché : L ensemble des Etats-Unis d Europe, se sont mobilisés depuis le vendredi 13 novembre,

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Extrait du Rapport 62e CDDH, 4-7 avril 2006 CDDH (2006)007, Annexe V RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Introduction 1. Le Groupe de spécialistes sur les droits de l

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique.

Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique. Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique. Votre fondation de placement suisse. 1/6 Helvetia Fondation de placement

Plus en détail

LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS S AFFIRMENT COMME UNE PARTIE PRENANTE INCONTOURNABLE DE L ENTREPRISE

LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS S AFFIRMENT COMME UNE PARTIE PRENANTE INCONTOURNABLE DE L ENTREPRISE CONSULTATION CAPITALCOM AUPRES DES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS S AFFIRMENT COMME UNE PARTIE PRENANTE INCONTOURNABLE DE L ENTREPRISE A quelques jours de la 1 ère Edition du «Village

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

Inflation américaine % Chômage américain %

Inflation américaine % Chômage américain % FLASH MARCHÉS Rédigé le 17 juin 2013 Violent décrochage de la dette émergente : l opportunité d accroître ses positions? Le point avec Brigitte Le Bris, directeur taux internationaux et devises, Clothilde

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction... 9

SOMMAIRE. Introduction... 9 SOMMAIRE Introduction............................................ 9 Chapitre 1 Quels sont les fondements de la puissance américaine dans l économie mondiale? 1. Les fondements intérieurs de la puissance

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

Prévisions publicitaires de MAGNA GLOBAL: +6,5% de croissance pour la publicité mondiale en 2014

Prévisions publicitaires de MAGNA GLOBAL: +6,5% de croissance pour la publicité mondiale en 2014 Contact : Vincent.Letang@magnaglobal.com Prévisions publicitaires de MAGNA GLOBAL: +6,5% de croissance pour la publicité mondiale en 2014 La France devrait enfin renouer avec la croissance (+1.2%) Points

Plus en détail

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53877-9 L épargnant français est-il cigale ou fourmi? Le Français est plutôt fourmi. Les ménages français épargnent environ

Plus en détail

Analyse de contenu & big data Un état de l art des applications de la sémantique en 2013

Analyse de contenu & big data Un état de l art des applications de la sémantique en 2013 Analyse de contenu & big data Un état de l art des applications de la sémantique en 2013 Sommaire 1. Editorial de F.R. Chaumartin, fondateur de Proxem (page 2) 2. Moteur de recherche sémantique (page 3)

Plus en détail

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES ENQUETES STATISTIQUES

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES ENQUETES STATISTIQUES POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES ENQUETES STATISTIQUES POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES ENQUÊTES STATISTIQUES Complément Paul-André Salamin, OFS d information: Tel. 032 713 60 98 paul-andre.salamin@bfs.admin.ch

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Aux actionnaires de Credit Suisse Group AG Invitation à l Assemblée générale extraordinaire

Aux actionnaires de Credit Suisse Group AG Invitation à l Assemblée générale extraordinaire Aux actionnaires de Credit Suisse Group AG Invitation à l Assemblée générale extraordinaire Jeudi 19 novembre 2015, 10h30 (Ouverture des portes à 9h00) BERNEXPO, Halle 4 Mingerstrasse 6, 3014 Berne Ces

Plus en détail

Des publicités source de CROISSANCE pour votre marque

Des publicités source de CROISSANCE pour votre marque Des publicités source de CROISSANCE pour votre marque 02 Révélez toute la puissance de votre publicité grâce à Link La publicité est souvent l un des plus gros budgets d une marque. Si la marque investit

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

La déontologie, le courriel et la profession de counseling

La déontologie, le courriel et la profession de counseling Aide-mémoire sur la déontologie, les questions d ordre juridique, et les normes pour les conseillers Il me fait plaisir d accueillir Dan et Lawrence comme les premiers invités de la chronique Aide-mémoire.

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail