IMAGE DES FEMMES DANS LES MEDIAS TUNISIENS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGE DES FEMMES DANS LES MEDIAS TUNISIENS"

Transcription

1

2 IMAGE DES FEMMES DANS LES MEDIAS TUNISIENS

3 2

4 TABLE DE MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE : OBJECTIFS ET MÉTHODES I. FEMMES ET MÉDIAS EN TUNISIE A. Situation actuelle des en Tunisie 1. Les Tunisiennes, des privilégiées? 2. Révolution, islamisme et Constitution Liberté retrouvée pour le discours conservateur Le «syndrome de Leïla» dans les médias La représentation politique des stagne La rédaction de la constitution, une porte ouverte aux reculs? B. Les Tunisiennes travaillant dans les médias II. GENÈSE ET OBJECTIF DU PROJET A. Présentation des responsables du projet B. Expériences antérieures et genèse du projet de monitoring 1. Observation des médias dans le cadre du GMMP (2009) 2. Observation pilote de la presse par l AWG (été 2012) C. Objectifs du plaidoyer 1. Cadre international de référence : le Programme d action de Beijing 2. Déroulement du projet de plaidoyer III. METHODOLOGIE EMPLOYEE 1. Médias observés 2. Types de productions observées SECONDE PARTIE : RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES I. Définition du champ d observation Champ d observation de l audiovisuel Champ d observation de la presse Domaines d intérêt des médias tunisiens II. Observations globales sur le genre 3

5 Audiovisuel Presse III. Les, sujets des médias A. Les comme thème 1. Productions centrées sur les 2. Présence de stéréotypes de genre B. Degré de visibilité des dans les médias 1. Visibilité des selon le rôle accordé par le média Audiovisuel Presse 2. Visibilité des selon la position par rapport à l information 3. Visibilité des selon le domaine d intérêt Selon le thème Selon le type de production Type d émission (audiovisuel) Type d article (presse) 4. Visibilité des selon la profession 5. Visibilité des selon l âge (télévision et images de la presse) IV. Les, actrices des médias A. Visibilité des professionnelles des médias Audiovisuel Presse B. Inégalités face à l âge (télévision) ANNEXE : GRILLES D OBSERVATION UTILISEES 4

6 PREMIÈRE PARTIE : OBJECTIFS ET MÉTHODES Ce projet a été réalisé par le Groupe arabe d'observation des médias en partenariat avec deux associations tunisiennes, le Conseil national des libertés en Tunisie et la Coalition pour les de Tunisie. Deux ans après la chute du régime dictatorial du président Ben Ali, et un an après l arrivée au pouvoir d un gouvernement à majorité islamiste, ce projet veut faire un état des lieux de l évolution des performances des médias en Tunisie dans le traitement de la question du genre. Il s intéresse essentiellement à l image des qu ils diffusent, à travers les thèmes traités, l abondance et le choix des personnages féminins ou la transmission de stéréotypes sociaux. Le projet comprend deux étapes : - une phase d observation (monitoring) des médias courant sur 11 semaines. Un large éventail de médias est analysé (presse écrite, radio, télévision). - une phase de plaidoyer (advocacy) basé sur les résultats de l observation, dès la publication du présent rapport préliminaire. Ce plaidoyer sera adressé aux médias, mais aussi à la société civile et aux autorités. I. FEMMES ET MÉDIAS EN TUNISIE A. Situation actuelle des en Tunisie 1. Les Tunisiennes, des privilégiées? Dans le monde musulman, la Tunisie est certainement le pays où l'état a le plus œuvré pour réduire les rapports d'inégalité entre les sexes. Les avancées inscrites dans la loi sous l impulsion du président Habib Bourguiba constituent un précédent inégalé jusqu à aujourd hui par les autres pays de la région. Le Code du statut personnel (CSP) en particulier, promulgué seulement trois mois après l indépendance en 1956, a tranché des questions que nombre de pays «arabes» n arrivent toujours pas à dénouer. Depuis, une série d amendements au CSP ont permis d équilibrer les relations entre époux (tutelle sur les enfants) et d élargir les droits des (nationalité etc.). Le droit des à disposer de leur corps par rapport à la contraception et à l avortement (protégés dès le début des années 60) ; l'accès des à l'éducation, au travail et à l'espace public a largement pulvérisé les schémas traditionnels, remettant partiellement en question les fondements du patriarcat qui cherchent dans les dogmes religieux, un système de légitimation. 5

7 Pourtant, comme l explique la chercheuse en droit Sana Ben Achour 1, professeur de droit, le «féminisme d Etat» mis en place par Bourguiba était loin d'être désintéressé : on attendait des qu elles soutiennent sans discuter la figure charismatique du président. Sous le régime de Ben Ali, les tunisiennes ont également été instrumentalisées, comme faire valoir démocratique d un régime dictatorial. La promotion des par le gouvernement s accompagne de certaines lignes rouges à ne pas franchir dans un «pays profond» encore très attaché à des structures patriarcales comme l exercice d une citoyenneté pleine et entière. Si le gouvernement entreprend des réformes pour améliorer la condition des, analyse Ben Achour, c est toujours dans l intérêt bien compris de la stabilité de l ordre social. Par ailleurs, il existe le sentiment, chez beaucoup de Tunisiens, que les ont «tout eu» et qu'il ne leur reste aucune raison de se battre. Celles qui se plaignent sont donc perçues comme des rebelles «ingrates» et trop occidentalisées. Cette impression, précise Ben Achour, est accentuée par l environnement régional, marqué dans tous les pays arabo-musulmans par la reconduction d un statut juridique inférieur des et par la montée en force de l islamisme rétrograde. Voilà pourquoi le débat autour du statut personnel revient sur le devant de la scène à chaque fois que la Tunisie vit un bouleversement politique. Le CSP est alors critiqué par les conservateurs attachés à «l identité arabo-musulmane» de la Tunisie, qui y voient la cause de la détérioration de la cohésion familiale en Tunisie 2. Cela a eu lieu lors de la destitution forcée de Bourguiba par Ben Ali en Bien sûr l arrivée au pouvoir d'un parti islamiste en 2011 a fait rejaillir ces tensions. Sous la dictature de Ben Ali, l islamisme politique est durement réprimé. Les parties les plus conservatrices de la société sont «tenues en laisse», puisque même l excès de piété religieuse est mal vue. C est au début des années période de répression des islamistes - que le président Ben Ali renoue avec le «féminisme d Etat», explique Sophie Bessis 3, notamment par le discours inaugural du 13 août 1992 à l occasion de la Fête de la Femme. Les droits des tunisiennes deviennent un élément important de la belle vitrine entretenue par le régime à destination de l étranger. Par ailleurs, une femme en particulier, Leïla Trabelsi-Ben Ali, est de plus en plus détestée par la population à cause de son pouvoir grandissant, sans commune mesure avec sa position réelle, celle de conjointe du chef de l Etat, ce qui contribue au développement de la misogynie ambiante. 2. Révolution, islamisme et Constitution Liberté retrouvée pour le discours conservateur Après la révolution du 14 janvier 2011, le nombre de médias explose et la parole se libère. Mais en même temps, les courants conservateurs redeviennent visibles et ont le vent en poupe. Les voiles féminins et les barbes masculines, marqueurs sociaux de piété, se multiplient dans l espace public. Pour la première fois, les Tunisiens voient manifester des entièrement masquées par un niqab. Pendant l été et l automne 2011, des groupes qui revendiquent du «salafisme», plus ou moins violents, causent de nombreux troubles pour protester contre les atteintes au sacré que 1 Sana Ben Achour, Féminisme d Etat : figure ou défiguration du féminisme, Lauri A. BRAND, Women, the State, and Political Liberalization, New York, Columbia University Press, Sophie BESSIS, Le féminisme institutionnel en Tunisie, Clio, Histoire, et sociétés, 1999 (disponible sur 6

8 constituent à leurs yeux un film ou une exposition artistique. La fracture entre les «pôles opposés» de la société se cristallise au sein de la faculté de la Manouba, paralysée pendant presque toute l année universitaire par les actions des partisans de la mouvance «salafiste» autour de la question du droit à assister aux cours le visage caché par un niqab ; tout cela sous le regard bienveillant du ministre de l enseignement supérieur, appartenant au parti au pouvoir, Ennahdha. Le «syndrome de Leïla» dans les médias Trop longtemps muselés et compromis avec la dictature, les médias se défoulent brusquement sur les anciens «clans» au pouvoir, et particulièrement sur Leïla Trabelsi. Certains journalistes en arrivent à dégrader l image des en général, allant jusqu à réclamer qu elles restent désormais «à la maison», comme si toutes les étaient des Leïla en puissance. «La diabolisation est en marche», écrit ainsi Henda Hendoud en juillet «La première cible a été l ex-première dame de Tunisie, Leïla Ben Ali. La presse tunisienne l a présentée comme étant à l origine des maux de tout le pays [, la] décrivant comme «la coiffeuse, sorcière, voleuse», [ ] tenant un séchoir à la main ou portant un jean serré. Deux signaux qui dévalorisent les en Tunisie. Il s agissait de la présenter comme une femme hyper libérée, manquant de valeurs morales et, par conséquent, une menace potentielle pour l ordre social établi». Mais le pire, estime la blogueuse, est qu une année après le début de ce «syndrome de Leïla» atteignant les médias, l intéressée soit sortie du silence de son exil saoudien en projetant une image inversée : «Le retour de Leila Ben Ali dans le paysage médiatique s est manifesté par une photographie d elle portant le hijab comme signe de mea-culpa au peuple tunisien, précisant qu elle est sous l autorité de son mari et qu elle n a jamais fait de mal aux Tunisiens. Cette image renforce le stéréotype de la femme modèle, qui doit forcément être religieuse (voilée) et soumise (toujours sous les ordres de son mari)». La représentation politique des stagne Entre 1999 et 2011, dans le gouvernement de Mohamed Ghannouchi (qui a aussi dirigé le 1 er gouvernement post révolutionnaire), se sont succédé huit (deux ministres et six secrétaires d Etat). Dans les gouvernements de transition de 2011, trois ont été nommées ministres et deux, secrétaires d Etat. Mais après les élections du 23 octobre et la victoire du parti islamiste Ennahda, le Premier ministre Hamadi Jebali n a nommé que deux ministres (sur 26) - et toujours à des portefeuilles peu prestigieux : l Environnement (Memia El Banna) et la Femme (Sihem Badi). Deux autres sont secrétaires d Etat. Du côté de l Assemblée nationale constituante (ANC), dont les élections ont été porteuses d un immense espoir de changement démocratique, on n a pas vu de net changement non plus. Bien que la loi sur l organisation des élections ait instauré la parité (50% avec obligation d alterner sur une liste H/F), les partis se sont arrangés pour avoir très peu de têtes de listes (5%) mais la présence des à l Assemblée nationale constituante a été plus heureuse avec 29,49%:. La fragmentation du vote, étant donné les innombrables partis et listes qui se sont présentés, n a permis dans de nombreux cas d élire que la tête de liste presque toujours un homme! 4 7

9 Malgré cela, la visibilité des candidates dans les médias est restée très réduite, comme l a démontré une observation de la couverture médiatique de la campagne réalisée par l AWG en partenariat avec l Association tunisienne des démocrates (ATFD) et d'autres ONG. Les résultats 5 montrent que les candidates ont bénéficié d un taux de couverture médiatique de seulement 6,6% dans la presse, de 8% à la radio et de 10,9% à la télévision. La rédaction de la constitution, une porte ouverte aux reculs? Dans la période de transition, les activistes féministes tunisiennes ont voulu profiter des profonds bouleversements politiques en cours pour faire avancer encore les droits des. Ainsi le 8 août 2011, un groupe d'associations féministes organisait une manifestation pour réclamer la levée des réserves pesant sur la Convention sur l élimination de toutes les formes de discrimination à l égard des (CEDAW). Quelques jours après, le 16, un décret levait effectivement (presque toutes) les réserves de la Tunisie sur ce texte. Mais les élections des membres de l ANC constituent un tournant puisque les «islamistes» du mouvement Ennahda obtiennent une large victoire. Malgré ses promesses, le gouvernement à majorité islamiste n a pas protégé les de certains comportements de ses alliés plus conservateurs, les «salafistes». Bien que la législation n ait pas été modifiée, on a enregistré entre 2011 et 2012 des attaques contre des agressées dans la rue pour leur tenue vestimentaire sans que les auteurs soient poursuivis 6. Sur fond de perte d autorité de la police et d augmentation de la criminalité, les hésitent - bien plus que sous la dictature - à sortir seules ou tard le soir. Dès le 2 novembre 2011, des manifestent pour défendre leurs droits et leurs acquis. Il y en aura beaucoup d autres. Les féministes sont particulièrement inquiètes que la large majorité islamiste inscrive des reculs dans la nouvelle constitution. D autant qu au sein des discussions de l ANC, des députées de Ennahda introduisent des propositions de lois ou d articles de la constitution qui menacent les droits des. En novembre, une députée nahdaouie s élève contre la tolérance envers les mères célibataires. Début 2012, on entend parler dans les commissions de l assemblée de suppression du droit à l avortement depuis les années soixante (une exception dans le monde musulman). A l occasion du 8 mars, une nouvelle manifestation a lieu. Le 8 août 2012, l ANC rend publique la première ébauche de constitution. L article 28, inspiré des idées du «féminisme islamiste», provoque un tollé chez les défenseurs des droits humains : il considère que les «sont partenaires des hommes dans la construction de la nation, et que leurs rôles au sein de la famille sont complémentaires l un de l autre». Quelques jours après, le 13 août (Fête de la Femme en Tunisie), des milliers de Tunisien(ne)s sortent dans la rue dans plusieurs villes du pays pour protester notamment contre l article. Le 24 septembre, la commission de coordination et de rédaction de l'anc supprime la notion de «complémentarité» entre les sexes pour réintroduire celle d égalité, c est la première victoire ; il y en aura d autres grâce au débat public qui est le principal acquis de la révolution (comme l abandon de la référence à la Chariaa, de 5 Rapport disponible sur 6 Lire à ce sujet le rapport de Human Rights Watch : 8

10 l atteinte au sacré ou tout dernièrement la référence à l universalité des droits humains à inscrire dans le préambule). B. Les Tunisiennes travaillant dans les médias Si après la révolution il n y a pas eu de bouleversement dans les médias du point de vue de la présence féminine, on a remarqué l apparition de nouveaux visages féminins. En tout cas les Tunisiennes ont conservé une place importante dans les médias. Pour l année 2011, le Syndicat des journalistes tunisiens indiqué qu il y avait 555 sur journalistes, soit une belle parité (50,9% de ). Cette proportion est en progression, selon les chiffres cités dans un rapport de la Commission européenne pour 2009: 468 journalistes sur un total de (soit 43,7%). Le rapport Tunisie du GMMP précisait en 2010 : «Les constituent 46% de l effectif des journalistes détenteurs de carte professionnelle ( ). Elles sont majoritaires dans l agence Tunis Afrique Presse (TAP), avec 58%, et y occupent des postes de décision dans plusieurs desks. Elles représentent 49% des journalistes de la télévision et 38% de la presse écrite». L accès des aux métiers des médias devrait même se renforcer dans les années à venir puisque l IPSI (Institut de presse et des sciences de l'information), principal institut de formation des journalistes, signale pour l année que sur ses 850 étudiants, deux sur trois sont des. II. GENÈSE ET OBJECTIF DU PROJET A. Présentation des responsables du projet Le Groupe arabe d'observation des médias (Arab Working Group for Media Monitoring, AWG-MM) est une coalition indépendante d'organisations de plusieurs pays arabophones qui développe des activités concernant les médias, la liberté d'expression et les droits humains. Le groupe est né d'un projet qui portait le même nom, proposé par l ONG danoise International Media Support (IMS). La première expérience date de 2004 et commence en Tunisie à l initiative du CNLT ; plus tard, les partenaires, de Palestine, d Egypte, du Liban et de Syrie observent à leur tour la couverture médiatique des élections. Par la suite, le réseau s étoffe et s enrichit de partenaires au Maroc, Yemen, Algérie, Jordanie, Bahrein, Soudan etc.: Et l'awg organise des missions d observation des médias à l occasion des élections importantes ayant lieu dans le monde arabe. En mars 2011, à l occasion du printemps arabe, le groupe de travail prend son indépendance et se constitue en tant qu'association, choisissant d établir son siège en Tunisie. L AWG-MM ne se limite plus à l'observation de la couverture des élections, mais développe des projets d observation des médias sur d'autres thèmatiques liés au développement du processus démocratique dans la région arabe. L AWG inclut actuellement 21 organisations-membres dans 14 pays arabophones, que ce soit au Maghreb (Maroc, Mauritanie, Algérie, Tunisie, Egypte), au Machrek (Liban, Jordanie, Syrie, Palestine, Irak), en Arabie (Yémen, Arabie saoudite, Bahreïn), ou encore au Soudan. Les sept organisations membres du bureau directeur décident des projets à réaliser chaque année. 9

11 Le Conseil national des libertés en Tunisie (CNLT) est une ONG tunisienne qui s'est constituée comme observatoire des violations des droits humains. Le conseil a été fondé en 1998, alors que les autorités commençaient à empêcher la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH) de travailler de façon indépendante. 34 personnalités tunisiennes, en grande majorité des militants des droits humains, avaient alors fondé le CNLT, choisissant le 10 décembre pour déclarer sa naissance (anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme). Le gouvernement n a jamais reconnu légalement l association et interdit ses activités. Ce n est que suite à la révolution tunisienne que le CNLT deviendra légal, le 28 février 2011 par un jugement du tribunal administratif. Il est dès sa naissance adhéré à la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) ; à l organisation mondiale contre la torture et au Réseau euro-méditerranéen des droits humains. La Coalition pour les de Tunisie est un réseau associatif qui s est constitué légalement en septembre 2012, et dont les activités ont commencé l'été 2011, dans un contexte de doutes autour des travaux de rédaction de la nouvelle constitution. Il veut contribuer à «préserver les droits acquis par les tunisiennes depuis l'indépendance et les promouvoir». Ces 15 associations fondatrices (et plus de 20 associations adhérentes), pour la plupart féminines, intègrent la dimension genre dans leurs statuts et «partagent l idéal d égalité entre les et les hommes comme une dimension des droits humains». B. Expériences antérieures et genèse du projet de monitoring 1. Observation des médias dans le cadre du GMMP (2009) La seule étude globale des médias tunisiens (audiovisuel et presse) déjà réalisée sous une perspective de genre s est tenue dans le cadre du Global Media Monitoring Project (GMMP). Si elle nous intéresse particulièrement, c est parce qu elle est relativement récente et que sa méthodologie a largement inspiré celle utilisée pour le présent projet, ce qui permet d avoir quelques points de comparaison. L initiative du GMMP a démarré en 1995 avec 71 pays, et depuis, a lieu tous les cinq ans. Depuis l édition 2000, elle est coordonnée par la WACC (Association mondiale pour la communication chrétienne). Pour le rapport 2010, la Tunisie a participé pour la première fois au projet 7. Le 10 novembre 2009, en même temps que dans 107 autres pays, une équipe de 12 observateurs tunisiens a analysé les médias pendant une journée. Les autres pays du «Moyen-Orient» observés étaient la Jordanie, les Emirats Arabes Unis, l Egypte, le Liban et Israël. Il est intéressant de constater que les journaux choisis pour l observation étaient presque les mêmes que pour le présent projet. On retrouve cinq quotidiens sur six (Al Maghreb, Al Chourouk, Al Sarih, La Presse et Le Temps), plus El Horria, organe du RCD. Malheureusement, le temps d observation très court a grandement limité le nombre de sujets observables dans la presse, ce qui rend les résultats peu exploitables (4 sujets féminins sur 12, soit 25% de visibilité féminine). On se réfèrera aux résultats mondiaux et régionaux, statistiquement plus fiables. 7 Rapport disponible sur 10

12 Dans un paysage audiovisuel beaucoup moins diversifié qu aujourd hui, seules des chaînes publiques ont été observées. Pour la télévision, Canal 7 et Tunisie 21. Pour la radio, trois fréquences publiques nationales (Radio Tunis, Radio Jeunes, RTCI) et la radio régionale ayant la plus grande couverture (Radio Monastir). Le rapport note qu en ce jour du 10 novembre 2009, «l actualité était dominée par deux événements jugés particuliers par les médias : l interview accordée par la première dame de la Tunisie à un magazine libanais, et l ouverture de la 12 ème session de la Chambre des députés». On a là un bon exemple du contenu des médias sous le régime Ben Ali : des sujets officiels imposés par la dictature, aux enjeux politiques creux, et l invasion médiatique d un sujet féminin très particulier, Leïla Trabelsi. On peut même penser que ce thème imposé, l interview de la «première dame», explique la visibilité féminine relativement importante calculée par le rapport GMMP en Tunisie : 23% à la radio et 32% à la télévision (bien au-dessus de la moyenne mondiale). On le voit, pour des raisons différentes, aucune de ces études antérieures n est satisfaisante. Il est nécessaire d effectuer une évaluation du travail des médias tunisiens dans la période post-révolution avec un champ d observation plus large, incluant le secteur privé, et sur une période plus étendue. 2. Observation pilote de la presse par l AWG (été 2012) Du 1 er juillet au 30 août 2012, l AWG-MM a réalisé un projet-pilote d observation de la presse écrite tunisienne. Un groupe de cinq observateurs avait analysé le contenu de six quotidiens (les mêmes que pour le présent projet) et de trois hebdomadaires (Al Massa, Al Dhamir et L'Audace). Les résultats 8 de cette observation ne laissaient aucun doute sur le long chemin restant à parcourir par les médias tunisiens pour répondre aux standards internationaux d'une représentation équitable entre et hommes, mais beaucoup de points restaient à éclaircir. La méthodologie employée était adaptée de celle de l ONG sud-africaine Media Monitoring Africa (MMA), spécialisée dans le monitoring des médias sur des thématiques de droits humains, dont un représentant a formé l équipe tunisienne. Mais cette méthode impliquait de sélectionner au préalable les textes «pertinents pour la perspective de genre», c est-à-dire où le sexe des personnes mentionnées pouvait être identifié. Seuls ces articles étaient observés, ce qui empêchait d avoir des résultats quantitatifs fiables de visibilité globale du genre féminin. Un des axes d observation était le sexe des professionnels produisant l information. Parmi les auteurs des textes analysés, la proportion de était de 16% dans les quotidiens (22% dans les hebdos), contre 42% d auteurs masculins. Mais la précision de ce résultat souffrait du grand nombre d articles non signés (ou de pseudonymes) présents dans les quotidiens tunisiens (42%). Notons qu une analyse de l audiovisuel ne présente pas ce problème, puisqu il est plus aisé d y identifier le sexe des producteurs de l information. Toujours dans les limites de l analyse (les articles «pertinents»), le sexe des sources d information sollicitées par les journalistes a été étudié. Les sources féminines représentaient 46% des sources de 8 Rapport disponible sur le site de l AWG: 0l%27information%20dans%20la%20perspective%20de%20genre.pdf 11

13 sexe identifiable, ce qui ne représentait pas une différence importante par rapport aux 54% de sources masculines. Mais en réalité, ces nombres sont très variables selon le secteur. On trouve par exemple 62% de dans les sources du secteur des médias et 67% pour les ONG locales, mais cette proportion tombe à 38,5% pour les sources gouvernementales, 35% pour les partis politiques, et même à 0% pour les autorités locales et le système judiciaire. L analyse du sexe des sources selon leur «position» donnait également des informations révélatrices. On a constaté que les sont citées dans seulement 49,5% des cas pour leur position de savoir (catégories expert, porte-parole ou auteur), contre 66% des hommes cités. L autre moitié des citées (51,5%) l étaient en tant que «citoyennes ordinaires» (catégories opinion populaire, expérience personnelle, témoin oculaire, sujet de l'information et victime), contre 34% des hommes. L analyse thématique a montré, pour les articles analysés, que l actualité de la presse tunisienne de l été 2012 était marquée par trois domaines : la constitution (autour de laquelle tournaient les discussions de l assemblée), le sport (à cause des jeux olympiques) et la religion (à cause du ramadan). A l issue de ce projet-pilote, on a pris conscience du besoin d une équipe d observation plus étoffée pour pouvoir analyser un corpus plus étendu, autrement l ensemble des articles (pour la presse). On s est également rendu compte de l intérêt d élargir l étude à l audiovisuel. Par ailleurs, on a voulu déplacer l observation vers une période plus «classique» (c est-à-dire non estivale et hors ramadan), située en pleine année universitaire donc caractérisée par une activité politique, judiciaire et professionnelle normale. C. Objectifs du plaidoyer 1. Cadre international de référence : le Programme d action de Beijing La Déclaration et le Programme d'action de Beijing 9 (PAB) sont issus de la quatrième conférence mondiale sur les tenue par l ONU à Pékin en septembre Signé par 189 pays, le texte invite la communauté internationale à s'engager pour la promotion de l'égalité des sexes. Selon la section J du PAB, Les et les médias, «il est temps de mettre un terme à la diffusion d images négatives et dégradantes de la femme ( ) par les médias. Les organes de presse et de diffusion électronique de la plupart des pays ne donnent pas une représentation équilibrée de la diversité de la vie des et de leur contribution à la société dans un monde en pleine évolution». Le projet de plaidoyer de l AWG s inscrit notamment dans le cadre de la recommandation J a du PAB, qui préconise «la création de groupes de surveillance des médias capables de [les] contrôler et de tenir des consultations avec eux afin de veiller à ce qu'[ils tiennent] compte des besoins et des préoccupations des»

14 2. Déroulement du projet de plaidoyer L observation doit servir de support à une action de plaidoyer dès la publication des résultats préliminaires du présent rapport. En faisant parvenir les résultats aux centres de production de l'information, notamment aux responsables des rédactions et aux journalistes, ce plaidoyer vise à leur faire prendre conscience de leurs éventuelles pratiques discriminatoires et à les inciter à modifier leur représentation des dans les médias. Dans ce but, des sessions de formation au plaidoyer ont été organisées les 1 er et 4 février. Un expert marocain, Mr. Abdelali Mastour (du Forum citoyen), a initié aux principes et techniques du plaidoyer un groupe de 12 personnes appartenant aux associations tunisiennes partenaires : le CNLT et la Coalition pour les de Tunisie. Au cours des discussions, plusieurs objectifs se sont dégagés. A court terme, il s agit bien sûr d améliorer le taux de présence et l image des dans les médias tunisiens par des actions ponctuelles auprès des producteurs d information. A plus long terme, il faudrait faire adhérer le maximum d acteurs de la société à une charte nationale par laquelle ils s engageront à respecter et promouvoir une image positive des dans les médias. L équipe responsable du projet peut contribuer à la rédaction de son ébauche, mais la société civile, les médias et en dernier lieu les acteurs politiques (assemblée constituante, législateurs, représentants du gouvernement) doivent être sollicités pour mettre la main à l élaboration de la charte. Une fois rédigée, une telle charte pourra être intégrée aux cahiers des charges que doivent respecter les professionnels des médias. L élaboration d une charte s inscrit directement dans la recommandation J a. du PAB : «Les médias ( ) devraient ( ) élaborer, dans le respect de la liberté d expression, des principes et codes de conduite professionnels et d autres formes d autoréglementation afin d encourager la présentation d images non stéréotypées des». III. METHODOLOGIE EMPLOYEE Une phase de pré-observation a eu lieu du 20 au 31 décembre 2012 pour permettre des ajustements dans la méthodologie et le choix des médias. La phase de monitoring a officiellement débuté le 1 er janvier et doit se poursuivre jusqu au 20 mars observateurs (outre une superviseuse et trois agents de saisie) ont observé les productions de 15 médias (6 journaux, 4 télévisions et 5 radios). Ils suivent pour cela une méthodologie adoptée par des experts internationaux de l observation des médias et de l analyse de la communication. Afin de déterminer la représentation du genre féminin dans les médias tunisiens, la méthode utilisée considère deux aspects : - aspect quantitatif : taux de présence des, comparé à celle des hommes, - aspect qualitatif : détection des articles ou émissions susceptibles de véhiculer des stéréotypes de genre, de lutter contre eux, ou restant neutres. Du 7 au 15 décembre, l équipe a été initiée à l observation des médias sous la perspective de genre par Mme Manuela Malchiodi, une experte de l institut italien Osservatorio di Pavia. La méthodologie 13

15 développée par cet observatoire est fortement inspirée de celle du Global Media Monitoring Project (GMMP) - suffisamment pour que leurs résultats puissent être comparés. A la fin de la formation, des grilles ont été adaptées aux besoins de l observation (voir Annexe). Elles sont partiellement différentes pour la presse et l audiovisuel. 1. Médias observés L échantillon a été établi avec le souci de ne choisir que des médias ayant un fort taux de pénétration (tirage ou audimat), à la fois publics et privés. Pour la presse, on a retenu six quotidiens parmi les plus importants de Tunisie : Al Maghreb, Al Chourouk, Al Tounsiya, Al Sarih (en arabe), La Presse et Le Temps (en français). Face à l obligation de faire des choix, on a laissé de côté les hebdomadaires et les mensuels, qui sont beaucoup moins lus (surtout pour les magazines francophones). Lors du projet-pilote, ils avaient été analysés, mais jugés moins pertinents pour la perspective de genre. Pour la radio, on a retenu cinq fréquences : Radio Tunis, principale chaîne publique (désignée comme Radio nationale), deux radios commerciales émettant déjà sous le régime de Ben Ali (Mosaïque et Express) et deux radios parvenues à la FM après la révolution (Radio 6 et Kalima). Trois tranches horaires de forte audience ont été observées : de 7h à 9h ; de 11h30 à 14h ; et de 16h à 18h. Pour la télévision, on a observé l ensemble des chaînes basées en Tunisie : la Wataniya 1 (première chaîne nationale) et trois chaînes privées (Hannibal, Nessma et Al Tounsiya). Une seule tranche horaire a été observée, celle de plus forte audience et aux émissions les plus pertinentes pour l observation : de 18h30 à 23h. 2. Types de productions observées Pour la presse, l expérience acquise pendant l observation de l été 2012 et pendant la phase d observation préliminaire du projet (fin décembre 2012) a montré que certaines rubriques des journaux étaient moins pertinentes pour l analyse. Il s agit notamment de la rubrique sportive. L été 2012 représentait une situation particulière, avec les Jeux Olympiques. Des sports très variés étaient abordés et on trouvait beaucoup d articles sur les compétitions féminines. Par la suite, force est de constater que la presse est actuellement retombée dans sa «routine footballistique». Il suffit de consulter l échantillon pendant une semaine pour constater que la quasi-totalité des articles sportifs ne présentent que des sujets masculins. Une fois ce constat établi, et compte tenu du temps de travail important que cela représente pour les observateurs, il a paru pertinent d écarter ce type d articles de l observation. L autre catégorie écartée est la rubrique internationale. En effet, presque tous les textes publiés dans ces pages sont des dépêches d agences de presse internationales reprises telles quelles (AFP, Reuters ). Etant donné que les thèmes sont imposés par l actualité mondiale du jour, même la sélection des dépêches ne nous apprenait rien sur le travail de la presse tunisienne. Bref, leur analyse n aurait rien apporté au projet de plaidoyer à l échelle nationale. 14

16 En laissant de côté les pages «annonces» et les publicités, il reste donc à analyser : - les textes d actualité nationale (premières pages surtout) : politique, économie, société, opinion - les articles et brèves de divertissement (notamment en dernière page) : santé, culture, «people» - les images pertinentes (celles où on distingue des personnages), notamment photos et dessins. Elles sont analysées indépendamment de l article auquel elles se rattachent. Pour la radio, le critère déterminant est celui de la tranche horaire. Le choix des tranches horaires phares, celles du driving time (7h-9h et 16h-18h) et de la pause-déjeuner (11h30-14h), privilégiait délibérément les émissions riches en sujets d actualité, politiques et sociaux. On y trouve en effet surtout des journaux d information, des émissions de «faits divers» (surtout le matin), des débats sur l actualité ou des talk-shows légers. Le week-end, on tombait sur une majorité d émissions musicales. A noter que pour la radio aussi, on a laissé de côté les rubriques sportives, sauf pour les «news» sur le sport. Les publicités ont également été écartées. Pour la télévision, la tranche horaire 18h30h-23h répondait également à une exigence d audience élevée (c est le moment où les familles se réunissent devant la télé) et de richesse en thèmes d actualité. En écartant toujours les magazines sportifs et les publicités, on retrouve surtout les journaux d information, les reportages, les débats, les magazines culturels ou documentaires, les talk-shows et les émissions de variété. Les fictions télévisées ont posé question. L équipe d observation a été formée à leur analyse à l aide de grilles appropriées, et a commencé à travailler dessus pendant quelques jours, essentiellement sur des séries. Mais comme chaque apparition des personnages doit être analysée, la charge de travail s est révélée énorme. Or, si l analyse des fictions est très instructive du point de vue des stéréotypes de genre, elle avait peu d intérêt pour le plaidoyer puisque les chaînes tunisiennes diffusent exclusivement des séries importées (surtout égyptiennes, américaines et indiennes). En fait, la seule période de l année où on trouve des productions tunisiennes est le mois de ramadan. Dès la phase de pré-observation, il a donc été décidé d écarter les fictions de l observation. 15

17 SECONDE PARTIE : RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES I. Définition du champ d observation Tous les résultats donnés ici correspondent à la première période d observation, du 1 er au 20 janvier Il faut tout d abord définir le découpage de l observation, préciser la quantité de productions analysées et leur distribution thématique. Champ d observation de l audiovisuel L équipe d observation des radios et des télévisions a analysé un total de émissions réparties comme suit : Répartition du nombre d émissions observées au sein des neuf chaînes audiovisuelles Pour les journaux d information, les observateurs ont étudié à part chaque «nouvelle» (unité d information, au thème différent des autres). Les émissions d un autre type, par contre, sont comptées comme une seule «nouvelle». L ensemble donne nouvelles, réparties comme suit : Chaîne Politiq ue Econo mie Social /Jurid ique Crimin alité / Violenc e Arts,, Céléb Sports Scie nce/ Sant é Attounsiya Hannibal Nessma Mét éo Autr es Non dét. TOT AL 16

18 Watani Express Mosaïq Radio Radio Kalima R. Nat TOTAL % TOTAL 25,5% 17,7% 14,8% 14,2% 8,9% 2,6% 1,5 % 1,4% 13,5 % 100% La plus grande part de nouvelles comptées dans les radios (79,3% en tout) par rapport aux chaînes de télévision (20,7%) s explique par le grand nombre de journaux d information radiophoniques (fractionnés en nouvelles) dans les heures observées. Dans ces nouvelles, on a analysé interventions de «sujets», c est-à-dire de personnes (dont sujets répétés, c est-à-dire intervenant plusieurs fois dans la même nouvelle). Cela donne en moyenne 2,3 sujets par nouvelle. Ces personnes sont réparties comme suit : (62,1%) sont des apparitions de personnes externes (personnes interviewées, ou personnes dont on parle mais qui n interviennent pas), (37,9%) correspondent aux interventions des professionnels des médias (journalistes et autres). La très grande majorité des sujets sont de genre déterminé dans l audiovisuel, on a donc négligé les sujets indéterminés. Cependant, ce facteur peut expliquer de légères variations dans les totaux des tableaux. Champ d observation de la presse L équipe d observateurs de la presse a analysé articles. Par «article» on entend un texte ou une image (à condition qu elle présente des sujets humains). On a compté images, dont 2237 photos et 63 caricatures. Les articles observés sont répartis comme suit : Journal Politiq ue Econo mie Social /Jurid ique Crimin alité / Violenc e Arts, Célé. Sports Scie nce/ Sant é Autr es Non dét. Al Chourouk Al Maghreb Al Sarih Al Tounsiya La Presse Le Temps TOTAL % TOTAL 32,0% 19,4% 21,7% 11,4% 11,7% 2,6% 0,9% 0,3% 100% TOT AL 17

19 Dans ces articles, on a analysé apparitions de sujets (dont 90 sujets répétés, c est-à-dire apparaissant plusieurs fois dans le même article), soit une moyenne de 2,7 sujets par article. Ils sont répartis comme suit : (72%) sont des apparitions de sujets externes (personnes interviewées, citées, représentées dans les images, ou encore personnes dont on parle). Seuls 56 de ces sujets étant de genre indéterminé, on les négligera pour considérer seulement les restants (28%) correspondent aux signatures des professionnels des médias, c est-à-dire des auteurs des textes (ou des dessins). Il faut souligner qu un grand nombre d auteurs (2 783) sont anonymes ou ont signé de façon à ce qu on ne puisse pas déterminer leur genre. Ce sont les limites inhérentes à l analyse de la presse. Ainsi on a pu déterminer le genre de seulement auteurs d articles (63%). Selon le cas, on considèrera soit le total des auteurs, soit ceux de genre déterminé, d où des variations possibles des totaux. Domaines d intérêt des médias tunisiens Répartition thématique des productions observées (%) On constate que les quatre premiers thèmes, dits «sérieux» (politique, économie, social-juridique, criminalité), occupent à eux seuls 72,1% de l espace médiatique dans l audiovisuel et 84,5% dans le presse. Cela s explique en partie par la richesse d émissions d actualité dans les tranches horaires observées. On pourrait aussi faire remarquer que cela est caractéristique des préoccupations de la Tunisie post-14-janvier (rédaction de la constitution, augmentation de la violence, récurrence des grèves ). II. Observations globales sur le genre Un premier élément d information nous est fourni par l étude globale de l apparition des personnes des deux sexes dans les médias, qu elles fassent partie des journalistes et des professionnels des médias, ou bien des personnes «sujets», c est-à-dire représentées, interpellées ou évoquées par les médias. 18

20 Audiovisuel TOTAL % des apparitions Chaîne hommes personnes de Attounsiya ,4% Hannibal ,2% Nessma ,8% Wataniya ,0% Total Télévision ,1% Express ,3% Mosaïque ,2% Radio ,6% Radio Kalima ,1% R.nationale ,9% Total Radio ,6% TOTAL Audiovisuel ,5% Presse Personnes TOTAL % des Journal hommes genre personnes (pers. indéterminée. déterminés) Al Chourouk ,1% Al Maghreb ,8% Al Sarih ,0% Al Tounsiya ,7% La Presse ,4% Le Temps ,4% TOTAL Presse ,5% Proportion des apparaissant dans les médias observés (% sur le total des personnes de sexe déterminé) 19

21 Si on fait une moyenne pondérée pour l ensemble de l audiovisuel et de la presse, on trouve une visibilité globale des de 24,8%. Mais on remarque de grandes disparités entre les médias observés. L audiovisuel a toujours une plus forte visibilité féminine, à cause, nous le verrons, du grand nombre de présentatrices des nouvelles. Ce sont trois radios qui se rapprochent le plus de la parité : Radio 6, avec 45,6% d apparitions de, Express FM (43,3%) et Kalima (40,1%). III. Les, sujets des médias A. Les comme thème 1. Productions centrées sur les Un des critères notés lors de l observation est la «centralité». On considère qu il y a «centralité féminine» si la production (nouvelle ou article) se focalise sur une femme, un groupe de ou un sujet concernant les. Voici la proportion de productions centrées sur les pour chaque média : Proportion des productions centrées sur les dans les médias observés (en %) Nous pouvons en tirer la moyenne par type de média et globale : Type de média Nº productions centrées TOTAL prod. (articles ou % prod. centrées nouvelles) Télévision ,9% Radio ,5% Presse ,3% TOTAL ,4% 20

22 Notons que le rapport 2010 du GMMP donnait pour le monde entier, 13% de nouvelles centrées sur les, mais seulement 8% pour le Moyen-Orient. Etant donné la faible part de productions centrées sur les qui ont été repérées par cette première partie de l étude, il a été décidé de noter à partir du 1 er février les entités avec «centralité masculine» pour savoir si cette tendance est simplement due au fait que la plupart des ne sont pas focalisées sur des personnes, ou à un réel manque de productions centrées sur les. Par ailleurs, l étude de la centralité sera affinée, par la suite, grâce à une étude qualitative des thèmes récurrents apparaissant dans les productions centrées sur les ainsi que des personnalités féminines qui reviennent le plus souvent dans les médias. On essaiera aussi d examiner si elles sont présentes en tant que ou bien en tant que représentantes de telle ou telle organisation. Distribution par thème des productions centrées sur les (%) 2. Présence de stéréotypes de genre Il s agit d une analyse plus subjective puisqu on demande aux observateurs de signaler la présence de nouvelles ou d articles présentant des stéréotypes de genre, et de préciser s ils sont rapportés de façon neutre par les journalistes, «perpétués» (accrédités par le média) ou au contraire «contestés» (attaqués par le média). Absence de Stéréotypes Stéréotypes Stéréotypes TOTAL Média stéréotypes contestés par présentés de perpétués par stéréotypes le média façon neutre le média Attounsiya Hannibal Nessma Wataniya Express Mosaïque

23 Radio Radio Kalima R.nationale TOTAL Audiovisuel (nouvelles) Al Chourouk Al Maghreb Al Sarih Al Tounsiya La Presse Le Temps TOTAL Presse (articles) TOTAL (productions) La proportion des stéréotypes qui apparaissent reste faible (7,4% en moyenne), mais il ne faut pas oublier qu elle est calculée sur un corpus de productions très général, dont la plupart ne sont pas tout simplement pas centrées sur des personnes. L étude 2005 du GMMP détectait par exemple, 6% de productions «renforçant les stéréotypes de genre» et 3% «défiant les stéréotypes de genre». Cette proportion est cohérente avec les 5,4% de «centralité féminine» et devrait être éclairé, par la suite, par le choix d étudier la «centralité masculine». Par ailleurs, l analyse des stéréotypes sera affinée par une étude qualitative des stéréotypes qui reviennent le plus souvent. B. Degré de visibilité des dans les médias Dans l audiovisuel, interventions de sujets «externes» (hors journalistes) ont été observées, dont 81,4% d hommes et seulement 18,6% de en moyenne, avec les variations suivantes dans les différents médias observés : Média hommes TOTAL sujets % Femmes Attounsiya ,0% Hannibal ,6% Nessma ,0% Wataniya ,1% TOTAL Télévision ,5% Express ,7% Mosaïque ,5% Radio ,9% Radio Kalima ,3% R.nationale ,3% TOTAL Radio ,7% TOTAL AV ,6% 22

24 La presse ne fait pas mieux puisque sur apparitions de sujets «externes», il y a 84,7% d hommes et seulement 15,3% de en moyenne : hommes TOTAL sujets % de sujets Journal Al Chourouk ,1% Al Maghreb ,6% Al Sarih ,9% Al Tounsiya ,0% La Presse ,8% Le Temps ,5% TOTAL Presse ,3% La moyenne pondérée pour l ensemble des médias est de 16,4% de «sujets externes» des médias, et 83,6% d hommes. Les médias tunisiens interpellent ou parlent des moins d une fois sur cinq! A titre de comparaison, l étude du GMMP (journée du 10 novembre 2009) donnait les proportions suivantes de parmi les sujets des nouvelles 10 : Ensemble du Europe Amérique du Moyen-Orient monde Nord Télévision 22% 29% 33% 20% Radio 24% 24% 23% 15% Presse 24% 25% 27% 14% Ensemble 24% 26% 28% 16% La Tunisie se situe donc bien toujours dans les moyennes de la région du Moyen-Orient (16%), assez loin de la moyenne mondiale de 24%. Ceci étant dit, on peut constater que dans le reste du monde - y compris dans les pays occidentaux on est encore très loin de la parité. 1. Visibilité des selon le rôle accordé par le média Audiovisuel On constate que la participation des est particulièrement faible en tant que sources d information (entre 10 à 20%). Elle n est forte que dans les catégories de «divertissement» (jeux, spectacles). Seules 14,8% des personnes invitées aux débats sont des : 10 Toutefois la méthodologie du GMMP ne considère comme «sujets» que les personnes dont traitent les nouvelles (sans les personnes interviewées, considérées comme sources). 23

25 TOTAL % Rôle hommes sujets Personne interviewée ,0% Personne dont on parle ,1% Personne reprise en directe ,7% Invité participant à un débat ,8% Concurrent d un jeu ,6% Invité participant à un ,5% spectacle Autre sujet externe au ,3% programme TOTAL ,6% Presse Les catégories sont ici très différentes, étant donné le support papier de la presse. Les «personnes dont on parle» (évoquées, mais sans déclaration reprise par les journalistes) sont forcément beaucoup plus courantes que dans l audiovisuel, où il est plus rare de ne pas diffuser une déclaration des personnes d intérêt. On constate que la présence des n est supérieure à la moyenne que dans le rôle de personne photographiée, ce qui fait plutôt penser à un rôle «décoratif» du sujet féminin : Rôle hommes TOTAL sujets % Personne interviewée ,2% Personne dont on parle ,8% Personne photographiée ,6% Personne caricaturée ,6% TOTAL ,3% 2. Visibilité des selon la position par rapport à l information Voici le tableau présentant, pour l ensemble des médias (audiovisuel et presse), la répartition des sujets selon leur «position narrative» ou leur «degré d expertise» dans la nouvelle ou l article où ils apparaissent : Position du sujet hommes TOTAL sujets % Protagoniste ou coprotagoniste ,4% Expérience / opinion ,7% personnelle Témoignage ,7% Porte-parole ,8% Expert / commentateur ,3% 24

26 Opinion populaire ,7% Interpellation (audiovisuel) ,4% Exhibition artistique ,0% (audiovisuel) Exhibition professionnelle ,8% (audiovisuel) Autres ,1% Non déterminable ,7% TOTAL ,4% L inégalité entre les genres est frappante : pour les positions de «savoir» (porte-parole, expert), la part des interpellées par les médias est encore plus réduite que leur visibilité globale. Elles ne dépassent leur moyenne que dans les positions «de Madame tout le monde» (expérience personnelle, opinion populaire) et dans celles que donnent les émissions audiovisuelles de divertissement. 3. Visibilité des selon le domaine d intérêt Selon le thème Ce tableau présente la répartition des sujets selon le thème pour l ensemble des médias (audiovisuel et presse). On constate que les sujets féminins ne dépassent leur visibilité moyenne que dans trois domaines : le social-juridique, la culture et la santé. Et encore, même dans ce cas, les ne représentent que 20 à 26% des apparitions totales de sujets : Thème de la nouvelle ou de l article hommes TOTAL sujets % Politique ,2% Economie et affaires ,3% Questions Sociales et ,6% Juridiques Criminalité et Violence ,4% Arts, Médias, Célébrités ,9% et Sports Science et Santé ,1% Météo ,7% Autres ,0% Non déterminable ,1% TOTAL ,4% 25

27 Selon le type de production Type d émission (audiovisuel) Là encore, on retrouve une forte présence des sujets que dans les émissions dites «légères», de divertissement (talk-shows légers, faits divers, reality-shows) et de culture : Type d émission hommes TOTAL sujets % Journal ,2% Débat d information ,2% Reportage ou Magazine ,0% Micro-trottoir ,5% Information parlementaire ,9% Magazine culturel/scientifique ,3% ou Documentaire Talk-show léger ,8% Émission de faits-divers et ,2% chronique mondaine Reality-show ,8% Spectacle de variétés ou ,6% Emission musicale Magazine sportif ,0% Emission de service ,5% Emission religieuse ,5% Autres ,6% TOTAL ,6% Type d article (presse) On distingue peu de variations selon le type d article, mais on peut noter toutefois une présence de sujets féminins supérieure à la moyenne dans les photos et les portraits : Type d article hommes TOTAL sujets % Éditorial/Commentaire ,2% Papier d'analyse ,6% Reportage ,8% Enquête ,5% Compterendu/Synthèse/Communiqué ,0% Dépêche/Brève ,9% Interview ,2% Portrait ,6% Billet ,5% 26

28 Tribune des lecteurs ,4% Photo ,8% Caricature ,7% Autres ,7% TOTAL ,3% 4. Visibilité des selon la profession Ce tableau présente la répartition des sujets selon leur profession ou situation sociale pour l ensemble des médias (audiovisuel et presse). Il montre une parité ou une prépondérance des dans l enfance et les rôles familiaux (mère, épouse) et une présence supérieure à la moyenne dans les métiers de la culture, du spectacle et de la santé (une profession très féminisée en Tunisie) : Profession du sujet hommes TOTAL sujets % Activiste d ONG ou d organisations ,8% internationales, syndicaliste Agriculteur, pêcheur ,0% Avocat, magistrat, expert légal ,1% Célébrité, musicien, acteur, ,0% professionnel du spectacle Dirigeant de l administration publique ,1% Employé de bureau sans fonctions ,3% managériales Entrepreneur, homme/femme ,7% d affaires, agent de bourse, expert financier Médecin, psychologue, professionnel ,4% sanitaire Membre de famille royale ,8% Policier, militaire, protection civile ,3% Politicien ,2% Professionnel des médias et de la ,9% culture, écrivain, artiste Religieux ,7% Représentant de commerce, artisan, ,3% ouvrier, personnel domestique Scientifique, ingénieur, technicien, ,0% informaticien Sportif, athlète, entraîneur, arbitre ,9% Universitaire, enseignant, éducateur ,8% Prostitué ,9% Enfant, adolescent (jusqu à 18 ans) ,8% Etudiant, élève ,9% Femme/homme au foyer, mère/père ,4% 27

29 Retraité ,6% Chômeur ,6% Habitant générique d un pays ,1% Criminel, suspect de crime ,5% Autres ,7% Non déterminable ,4% TOTAL ,4% 5. Visibilité des selon l âge (télévision et images de la presse) Dans les deux supports où il est largement possible de déterminer l âge des personnes (la télévision et les photos de presse), on a étudié la répartition des hommes et des de différentes générations : TOTAL % Age (télévision) hommes sujets 0-12 ans ,1% ,1% ,2% ,8% ,8% Plus de 64 ans ,1% Non déterminable ,1% TOTAL ,5% TOTAL % Age (photos) hommes sujets 0-12 ans ,9% ,5% ,9% ,7% ,0% Plus de 64 ans ,0% Non déterminable ,4% TOTAL ,8% Dans les deux cas, il saute aux yeux que plus on considère des tranches âgées de la population, plus la présence des se fait rare. Outre le rôle «décoratif» joué par les images de jolies jeunes dans des médias dominés par les hommes, cela correspond sans doute au fait que plus on monte dans les générations, plus on trouve d inégalités sociales et de stéréotypes de genre. Autrement dit, les âgées sont encore plus discriminées que les jeunes 28

30 IV. Les, actrices des médias A. Visibilité des professionnelles des médias La «visibilité», bien sûr, n est pas la même chose que la participation réelle des journalistes dans le travail des médias. En regardant les émissions ou en lisant les journaux, la présence réelle des est très difficile à estimer, puisqu une grande partie du travail de production de l information se déroule en amont et n apparaît pas forcément. Pensons par exemple aux (nombreuses) travaillant pour l agence de presse TAP, auteures d innombrables communiqués non signés qui seront repris tels quels par les médias. Dans l audiovisuel, et surtout à la télévision, la personne qui présente l information n en est pas forcément l auteur. Dans la presse, les signatures sont partielles et plus ou moins opaques. Il s est donc révélé nécessaire, pour la suite de l observation, d interroger les médias pour mieux identifier les auteurs des émissions ou des articles et évaluer la place des au sein de leurs équipes de production de l information. Dans l audiovisuel, sur apparitions de professionnels des médias, on trouve 3 617, soit 60,5% en moyenne, avec les variations suivantes selon les chaînes : Chaîne apparitions de professionnelles apparitions de professionnels hommes total d apparitions de professionnels % des apparitions de Attounsiya ,2% Hannibal ,8% Nessma ,6% Wataniya ,3% Express ,8% Mosaïque ,1% Radio ,1% Radio Kalima ,5% R.nationale ,7% TOTAL ,5% On peut remarquer que la chaîne de télévision Attounsiya est fortement «masculinisée» (80,8% d hommes apparaissant à l écran). Au contraire, Radio 6 se remarque par une forte présence de journalistes sur ses ondes. La moyenne de 60% signifie que les visages et les voix féminines sont prépondérantes dans l audiovisuel tunisien. Mais qu en est-il en termes de production de l information? Si on isole les journaux d information (fractionnés en nouvelles pour l analyse) des autres types d émission, les résultats changent de façon notable : 29

31 d apparitions de professionnelles apparitions de professionnels hommes TOTAL d apparitions de professionnels % des apparitions de Journaux ,0% d information Autres types ,3% d émission TOTAL AV ,5% La plus grande visibilité globale des est donc due, d une part, au fractionnement en nouvelles des émissions du type «Journaux d information» (ce qui multiplie les apparitions de la personne qui les présente). D autre part, la distribution par rôle montre que les sont majoritaires dans la fonction de présentatrice ou «speakerine». Le nombre d expertes invitées régulières des émissions est particulièrement faible (22,6%). Un point positif, toutefois, est qu on remarque une présence satisfaisante des parmi les «auteurs de reportages» (58,1%) : Rôle du professionnel (audiovisuel) hommes TOTAL professionnels % Présentateur ou coprésentateur ,6% Journaliste auteur du reportage ,1% Journaliste correspondant ou ,9% envoyé Autre journaliste ,6% Professionnel expert, invité ,6% permanent ou habituel de l émission Autre sujet interne à l émission ,4% Jeune assistant ,9% Artiste (comique, musicien, ,2% danseur ) TOTAL ,5% Dans la presse, sur signatures de journalistes de genre déterminé, on trouve 1 496, soit 31,6% en moyenne, avec là aussi de fortes variations selon le journal : Auteures Auteurs Auteurs Total % des Journal hommes de genre auteurs (auteurs indéterminé déterminés) Al Chourouk ,3% Al Maghreb ,9% Al Sarih ,8% Al Tounsiya ,4% La Presse ,7% Le Temps ,1% TOTAL Presse ,6% 30

32 Al Maghreb et Al Sarih remportent la palme des signatures féminines (50 à 57%). Par contre Al Tounsiya, Al Chourouk et Le Temps se distinguent par une proportion de auteures plus faible que la moyenne et très loin de la parité (entre 19 et 23%). Quant à la distribution des auteurs par rôle, elle montre que très peu de (7,7%) signent des productions autres que les textes. D ailleurs, en se basant sur les signatures, les observateurs n ont trouvé presque aucune femme caricaturiste : Auteures Auteurs Auteurs TOTAL % des Rôle de l auteur (presse) hommes de genre auteurs (auteurs indéterminé déterminés) Journaliste auteur de l article ,3% Auteur d un communiqué ,8% Auteur d une lettre au journal ,9% Sujet externe au journal, ,8% auteur de l article Auteur d autres productions ,7% (dessin, blague, poème, dicton ) TOTAL ,6% B. Inégalités face à l âge (télévision) Média de l apparence par excellence, la télévision favorise la sélection de professionnels en fonction de leur apparence. Il était donc logique de s intéresser à l âge des personnes apparaissant à la télévision : Age TOTAL % hommes apparitions de professionnels ans ,5% ,3% ,9% Plus de 64 ans ,3% Non déterminable ,5% TOTAL ,6% Il saute aux yeux que les professionnels de télévision qui apparaissent à l écran sont très inégalement répartis si on considère leur âge. En ne considérant que les apparitions de professionnels dont on a pu déterminer l âge (732), on trouve que l effectif est distribué de la façon suivante (total 100%): Age Femmes Hommes ans 19,9% 16,0% ,8% 33,1% ,4% 10,1% Plus de 64 ans 0,3% 0,5% 31

33 Si on constate que la «disparition» de l écran avec l âge concerne tous les professionnels de télévision, les «disparaissent» bien plus rapidement que les hommes. Entre 35 et 49 ans, elles représentent moins de 20% de l effectif, tandis que les hommes de cette génération constituent encore un tiers des apparitions à l écran. Et les hommes de plus de 50 ans constituent encore 10,6% de l effectif, alors qu il n y a déjà presque plus de de cet âge (0,7%). 32

34 ANNEXE : GRILLES D OBSERVATION UTILISEES 33

35 Fiche d observation de l audiovisuel 34

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

RAPPORT FINAL Résultats

RAPPORT FINAL Résultats COALITION DES ONG MEDIAS-MONITORING-TUNISIE-2011 ATFD-AFTURD-LTDH-CNLT-SNJ RAPPORT FINAL Résultats CONFERENCE DE PRESSE 29 février 2012 Maison de la culture. Ibn Rachiq PERIODES D OBSERVATION 4 périodes

Plus en détail

AMNESTY INTERNATIONAL Index AI : MDE 30/020/01. DOCUMENT PUBLIC Londres, juillet 2001

AMNESTY INTERNATIONAL Index AI : MDE 30/020/01. DOCUMENT PUBLIC Londres, juillet 2001 AMNESTY INTERNATIONAL Index AI : MDE 30/020/01 ÉFAI DOCUMENT PUBLIC Londres, juillet 2001 Tunisie nouveau : Prisonnier emprisonnéd'opinion. Mohamed Mouadda a été à Le 19 juin 2001, Mohamed Mouadda, ancien

Plus en détail

19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn

19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn 19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn La régulation de l audiovisuel La régulation de l audiovisuel a pour objectif de garantir la liberté

Plus en détail

Bilan de communication:

Bilan de communication: Bilan de communication: Ministère de l intérieur de la République Tunisienne Rapport et recommandations Centre pour le contrôle démocratique des forces armées Genève (DCAF) Centre pour le contrôle démocratique

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

Perception de la transition démocratique en Tunisie

Perception de la transition démocratique en Tunisie Perception de la transition démocratique en Tunisie Septembre 2011 Etude réalisée par l Observatoire tunisien de la transition démocratique pour la En partenariat avec et le quotidien Le Maghreb A Méthodologie

Plus en détail

Synthèse du rapport remis à l Observatoire de la diversité dans les médias audiovisuels du Conseil supérieur de l audiovisuel

Synthèse du rapport remis à l Observatoire de la diversité dans les médias audiovisuels du Conseil supérieur de l audiovisuel REPRESENTATION DE LA DIVERSITÉ DANS LES PROGRAMMES DE TÉLÉVISION SOUS EMBARGO JUSQU AU 12 NOVEMBRE 2008 11 heures Synthèse du rapport remis à l Observatoire de la diversité dans les médias audiovisuels

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

STRATEGIE DE COMMUNICATION ELEMENTS D APPROCHE DE L ASSEMBLEE NATIONALE DU BURKINA FASO

STRATEGIE DE COMMUNICATION ELEMENTS D APPROCHE DE L ASSEMBLEE NATIONALE DU BURKINA FASO STRATEGIE DE COMMUNICATION ELEMENTS D APPROCHE DE L ASSEMBLEE NATIONALE DU BURKINA FASO LE PROBLEME La communication apparaît de nos jours comme le principal moyen pour les parlements de reconquérir leur

Plus en détail

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes A l occasion de la journée internationale des droits de l Homme, le 10 décembre 2013, le ministère des Affaires étrangères a organisé un séminaire

Plus en détail

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES ÉDITEURS POUR LA COUVERTURE DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 EN FÉDÉRATION WALLONIE- BRUXELLES Les élections constituent un moment particulier

Plus en détail

Perception de la transition démocratique en Tunisie

Perception de la transition démocratique en Tunisie Perception de la transition démocratique en Tunisie Septembre 2011 Etude réalisée par tunisien de la transition démocratique pour la En partenariat avec et le quotidien Le Maghreb AMéthodologie page 2

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

Rapport de l association tunisienne des jeunes avocats concernant la réforme de la législation en matière des droits de l Homme après le 14 janvier

Rapport de l association tunisienne des jeunes avocats concernant la réforme de la législation en matière des droits de l Homme après le 14 janvier Rapport de l association tunisienne des jeunes avocats concernant la réforme de la législation en matière des droits de l Homme après le 14 janvier Présentation de l association tunisienne des jeunes avocats

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

BUDGET PARTICIPATIF DANS 3 COMMUNES TUNISIENNES

BUDGET PARTICIPATIF DANS 3 COMMUNES TUNISIENNES BUDGET PARTICIPATIF DANS 3 COMMUNES TUNISIENNES PREMIER RAPPORT INTERMEDAIRE D ACTIVITES 2015 PHASE : PARTICIPATION CITOYENNE Expert en communication - Kouraich Jaouahdou - Experte technique Hela Krid

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

SCIENCE-ACTUALITÉS. Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France

SCIENCE-ACTUALITÉS. Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France SCIENCE-ACTUALITÉS Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France Rappel historique La salle Science-Actualités a été inaugurée

Plus en détail

*Luttes pour les droits des femmes au Québec

*Luttes pour les droits des femmes au Québec *Luttes 1791 Droit de vote pour les femmes propriétaires Adopté en 1791, l Acte constitutionnel est une loi britannique qui crée le Haut- Canada et le Bas-Canada. Cette loi donne aux propriétaires terriens

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

ATELIER DE REFLEXION 1 PROMOUVOIR LA LIBERTE D EXPRESSION

ATELIER DE REFLEXION 1 PROMOUVOIR LA LIBERTE D EXPRESSION ATELIER DE REFLEXION 1 PROMOUVOIR LA LIBERTE D EXPRESSION LA QUESTION DE LA LIBERTE D EXPRESSION DANS UN CONTEXTE PARTICULIER La promotion de la liberté d expression n est pas un sujet nouveau pour l Institut

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Association Contractante : NOVA Centre per a la Innovació Social

Association Contractante : NOVA Centre per a la Innovació Social Association Contractante : NOVA Centre per a la Innovació Social Appel à Services: Soutien à la recherche, la promotion des droits humains et la réalisation des missions internationales de dialogue et

Plus en détail

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec dans le cadre de la consultation de la Commission des relations avec le citoyen sur le deuxième plan d action gouvernemental pour l égalité entre

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE EN MEDITERRANEE REPUBLIQUE ARABE D EGYPTE

OBSERVATOIRE DE LA GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE EN MEDITERRANEE REPUBLIQUE ARABE D EGYPTE OBSERVATOIRE DE LA GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE EN MEDITERRANEE REPUBLIQUE ARABE D EGYPTE L Egypte se définit dans sa Constitution de 2014 comme une République démocratique, unie et indivisible. L Islam est

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

Les publics de l art contemporain

Les publics de l art contemporain Direction générale de la création artistique Les publics de l art contemporain Première approche Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

Le journal télévisé. Thèmes. Concept. Contenu. Le site de l émission : Actualité, information, météo

Le journal télévisé. Thèmes. Concept. Contenu. Le site de l émission : Actualité, information, météo Le journal télévisé Thèmes Actualité, information, météo Concept L'information est le fil conducteur de la programmation de TV5 avec 17 rendez-vous par 24 heures. TV5 offre cinq heures d'information chaque

Plus en détail

Les femmes au pouvoir Leur présence au parlement sud-africain 1

Les femmes au pouvoir Leur présence au parlement sud-africain 1 ÉTUDE DE CAS AFRIQUE DU SUD Les femmes au pouvoir Leur présence au parlement sud-africain 1 mavivi myakayaka-manzini «la liberté ne s obtient que si les femmes se sont émancipées de toutes les formes d

Plus en détail

Fonctionnement du Système des Médias Publics et Organismes de Contrôle en Argentine. Gerardo Fabián Milman Directeur AFSCA

Fonctionnement du Système des Médias Publics et Organismes de Contrôle en Argentine. Gerardo Fabián Milman Directeur AFSCA Fonctionnement du Système des Médias Publics et Organismes de Contrôle en Argentine Gerardo Fabián Milman Directeur AFSCA 1 . LA LOI DES MEDIAS EN ARGENTINE ET SON ORGANISME D APPLICATION L organisme chargé

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Charte des collections Médiathèque intercommunale du Val de Somme

Charte des collections Médiathèque intercommunale du Val de Somme Charte des collections du Val de Somme 1. La médiathèque intercommunale et son environnement 1.1 La Communauté de Communes et le contexte socioculturel 1.2 La tutelle administrative 2. Les missions 2.1

Plus en détail

4. DOMAINE DE PRIORITÉ DU PIDC Développement des ressources humaines

4. DOMAINE DE PRIORITÉ DU PIDC Développement des ressources humaines DJIBOUTI 1. TITRE A. PROJECT IDENTIFICATION APPUI A LA CREATION DE L ECOLE SUPERIEURE DE JOURNALISME A L UNIVERSITE DE DJIBOUTI 2. NUMÉRO IPDC/56 DJI/01 3. CATÉGORIE D INDICATEUR DE DEVELOPPEMENT DES MEDIAS

Plus en détail

Ministère de la culture et de la communication. Consultation publique

Ministère de la culture et de la communication. Consultation publique Ministère de la culture et de la communication Direction générale des médias et des industries culturelles Consultation publique sur la modification du régime publicitaire et de parrainage applicable à

Plus en détail

Genre et politique en Tunisie aperçu

Genre et politique en Tunisie aperçu Genre et politique en Tunisie aperçu Genre et politique en Tunisie Octobre 2009 Bailleur de fonds Qu est ce Que la participation politique en relation avec le genre? Selon la définition de la Conférence

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Le travailleur étranger

Le travailleur étranger Le travailleur étranger Par Mongi TARCHOUNA, Professeur et Doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Sousse. Liberté et égalité, telles sont les valeurs universelles à la réalisation

Plus en détail

Corps professoral en transformation?

Corps professoral en transformation? JANVIER 2010 VOL 12 NO 1 Répartition par âge Sous-représentation & sous-rémunération des femmes Professeur(e)s autochtones ou appartenant à une minorité visible Conclusion Corps professoral en transformation?

Plus en détail

RAPPORT MISSION DE LA FEDERATION EURO-MEDITERRANEENNE CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES (FEMED) TUNISIE 20-24 JUIN 2013

RAPPORT MISSION DE LA FEDERATION EURO-MEDITERRANEENNE CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES (FEMED) TUNISIE 20-24 JUIN 2013 RAPPORT MISSION DE LA FEDERATION EURO-MEDITERRANEENNE CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES (FEMED) TUNISIE 20-24 JUIN 2013 Photo : Place de la Casbah, Tunis. Banderoles contenant les photos/noms des martyrs

Plus en détail

COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Ministère de l Économie et des Finances COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FEUILLE DE ROUTE BILAN 2013 PROGRAMME D ACTION 2014

Plus en détail

L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe.

L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe. 1 1 2 2 Qui est l Union des Femmes Investisseurs Arabes? FICHE D IDENTITÉ L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe. Elle a été créée par l Union économique arabe

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

Rapport Mission de prise de contact et d information du Réseau des femmes parlementaires de la Francophonie en Tunisie Présenté par

Rapport Mission de prise de contact et d information du Réseau des femmes parlementaires de la Francophonie en Tunisie Présenté par Rapport Mission de prise de contact et d information du Réseau des femmes parlementaires de la Francophonie en Tunisie Présenté par Mme Françoise Bertieaux, Députée de la Fédération Wallonie-Bruxelles,

Plus en détail

Recommandations de la Conférence

Recommandations de la Conférence REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT MINISTERE DES FINANCES COMMISSARIAT GENERAL A LA PLANIFICATION ET A LA PROSPECTIVE OFFICE NATIONAL DES STATISTIQUES

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage*

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage* REPÈRES 15 Juillet 2011 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Violences physiques ou sexuelles

Plus en détail

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT Section 1 : Les moyens financiers et matériels Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire L indemnité parlementaire prévue à l article 37 de la Constitution a pour

Plus en détail

LE PÔLE YOUNOMIE, DE L ARGUS DE LA PRESSE PRÉSENTE L ARGUS DE LA PRESSE LA COMMUNICATION NOUS REUNIT, L INFORMATION VOUS ENRICHIT 1

LE PÔLE YOUNOMIE, DE L ARGUS DE LA PRESSE PRÉSENTE L ARGUS DE LA PRESSE LA COMMUNICATION NOUS REUNIT, L INFORMATION VOUS ENRICHIT 1 LE PÔLE YOUNOMIE, DE L ARGUS DE LA PRESSE PRÉSENTE L ARGUS DE LA PRESSE LA COMMUNICATION NOUS REUNIT, L INFORMATION VOUS ENRICHIT 1 CONTEXTE DE L ENQUÊTE POURQUOI? Une démarche inédite, jamais menée en

Plus en détail

Demande de soutien sélectif

Demande de soutien sélectif AIDE AUX PROGRAMMES D ENTREPRISE Dossier 2016 Version octobre 2015 Demande de soutien sélectif Vous trouverez dans ce document tous les éléments concernant le soutien sélectif de Ciclic aux programmes

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

MEMENTO. Mieux prendre en compte l égalité entre les femmes et les hommes dans les études d impact des projets de loi

MEMENTO. Mieux prendre en compte l égalité entre les femmes et les hommes dans les études d impact des projets de loi Introduction : contexte et objectifs MEMENTO Ce mémento vise à formaliser et faire mieux connaître les pratiques qui se sont établies depuis l entrée en vigueur de la circulaire du Premier ministre du

Plus en détail

Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2

Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2 Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2 Nous, étudiantes et étudiants du réseau des Écoles associées de l UNESCO du Québec, réunis dans le cadre de la Conférence

Plus en détail

Bamako, 11-13 décembre 2007

Bamako, 11-13 décembre 2007 Mise en oeuvre des Lignes directrices de Robben Island en Afrique francophone Bamako, 11-13 décembre 2007 RAPPORT NARRATIF Introduction Ce séminaire, co-organisé par L Association pour la Prévention de

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

Intelligence and Terrorism Information Center at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Intelligence and Terrorism Information Center at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC) 18 novembre 2008 Intelligence and Terrorism Information Center at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC) Al-Quds, la seconde chaîne de télévision par satellite du Hamas, a commencé

Plus en détail

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande 9.2.7 Message concernant l Accord international de 2001 sur le café du 9 janvier 2002 9.2.7.1 Partie générale 9.2.7.1.1 Condensé L Accord international de 2001 sur le café a été approuvé au cours de la

Plus en détail

Lucie Lamarche. Cependant, c était une égalité FORMELLE :

Lucie Lamarche. Cependant, c était une égalité FORMELLE : Lucie Lamarche Biographie : - Droit de la personne, droit social, droit international et études féministes - Enseigné à UQAM et maintenant à Ottawa - Titulaire de la Chaire Gordon F. Henderson pour le

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE Mission d Observation Électorale en Tunisie 2011 Élection de l Assemblée Nationale Constituante

UNION EUROPÉENNE Mission d Observation Électorale en Tunisie 2011 Élection de l Assemblée Nationale Constituante UNION EUROPÉENNE Mission d Observation Électorale en Tunisie 2011 Élection de l Assemblée Nationale Constituante Tunis, le 25 octobre 2011 UNE PREMIÈRE ÉTAPE ENCOURAGEANTE VERS LA DÉMOCRATIE CONCLUSIONS

Plus en détail

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial Note conceptuelle Forum Social Mondial 2015 - Tables rondes Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

OUGANDA 40. Affilié de l IE. Ratifications. UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000

OUGANDA 40. Affilié de l IE. Ratifications. UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000 OUGANDA 40 Affilié de l IE UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000 Ratifications C 87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical (1948), ratifiée en 2005 C 98

Plus en détail

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise Observatoire des entreprises Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise 2009 1 i Observatoire des entreprises Santé de l entreprise

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Le droit du travail et de l emploi au Canada

Le droit du travail et de l emploi au Canada Le droit du travail et de l emploi au Canada Les changements fréquents qui touchent le droit du travail et de l emploi au Canada posent un défi de taille aux employeurs qui font des affaires ici. À cela

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 Version courte du guide pour le l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 APC présente une version courte de notre plan d'action stratégique destiné à nos membres,

Plus en détail

III) ENTRE POUVOIRS PUBLICS, OPINION PUBLIQUE ET ASSOCIATIONS DE DEFENSE DE LA FEMME, OUVRONS LE DEBAT.

III) ENTRE POUVOIRS PUBLICS, OPINION PUBLIQUE ET ASSOCIATIONS DE DEFENSE DE LA FEMME, OUVRONS LE DEBAT. III) ENTRE POUVOIRS PUBLICS, OPINION PUBLIQUE ET ASSOCIATIONS DE DEFENSE DE LA FEMME, OUVRONS LE DEBAT. Les pouvoirs publics qui mènent, en étroite collaboration avec le secteur associatif, une politique

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

LE PRIX SAIMA POUR LA CREATION CONTEMPORAINE

LE PRIX SAIMA POUR LA CREATION CONTEMPORAINE LE PRIX SAIMA POUR LA CREATION CONTEMPORAINE Edition 2016 La Société des Amis de l IMA (SAIMA) est une association loi 1901, créée en 1993 dans le but de soutenir la mission de l Institut du monde arabe

Plus en détail

Règlement du Jeu Concours d Art Oratoire droits de l homme (JCAO) 2015

Règlement du Jeu Concours d Art Oratoire droits de l homme (JCAO) 2015 Règlement du Jeu Concours d Art Oratoire droits de l homme (JCAO) 2015 Préambule Dans la cadre de la commémoration de la journée du 10 décembre 2013, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de

Plus en détail

Baromètre de perception de la qualité des programmes

Baromètre de perception de la qualité des programmes Baromètre de perception de la qualité des programmes Vague 1 Janvier 2013-1 - Méthodologie Recueil Etude réalisée par l Institut BVA par téléphone du 3 au 27 octobre 2012 auprès de 2002 personnes interrogées

Plus en détail

CPNEJ RÉFÉRENTIEL GÉNÉRAL DES FORMATIONS AU JOURNALISME (version février 2008)

CPNEJ RÉFÉRENTIEL GÉNÉRAL DES FORMATIONS AU JOURNALISME (version février 2008) CPNEJ RÉFÉRENTIEL GÉNÉRAL DES FORMATIONS AU JOURNALISME (version février 2008) Le présent référentiel pédagogique général peut concerner toutes les formations au journalisme. Il est destiné à l instruction

Plus en détail

Annexe : les orientations proposées

Annexe : les orientations proposées Annexe : les orientations proposées Les propositions 10 à 13 créent des champs d action et proposent les orientations qui doivent baliser l action de la Fédération dans ces champs. Au congrès, les champs

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC ENTRETIEN AVEC NAIMA BENWAKRIM * Les Marocains sont en train de vivre une période charnière de leur histoire. En effet, le travail mené dans

Plus en détail

LEXIQUE. Ambiance : ensemble des bruitages propres à un environnement.

LEXIQUE. Ambiance : ensemble des bruitages propres à un environnement. LEXIQUE Ambiance : ensemble des bruitages propres à un environnement. Animateur : c est celui qui parle aux auditeurs, gère les transitions, dirige le programme. Annonce / désannonce : on utilise ces termes

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

La loi sur l équité salariale du Québec

La loi sur l équité salariale du Québec RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES La loi sur l équité salariale du Québec Notes pour une allocution de Mme Danielle Doyer, députée de Matapédia, dans le cadre du Forum panaméricain «Citoyenneté

Plus en détail

RESPECT DES VALEURS DU SPORT

RESPECT DES VALEURS DU SPORT LOIS LOI n o 2012-158 du 1 er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les droits des sportifs (1) NOR : SPOX1115082L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE. Genève le 6 février 2004

Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE. Genève le 6 février 2004 Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE Genève le 6 février 2004 intervention de Fabienne Bonnet-Cogulet et Jean-Pierre Rosenczveig 1 La légitimité

Plus en détail

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO I APPROCHE A - Contexte B - État des lieux de la recherche dans les pays de la zone II OBJECTIFS A Objectif général B Objectifs spécifiques

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

ISF STATUTS. Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire. Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE)

ISF STATUTS. Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire. Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE) ISF STATUTS Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE) Membres élus du Comité Exécutif un Président un Vice-président un Secrétaire Général

Plus en détail

Le dialogue entre les membres du

Le dialogue entre les membres du LES CAHIERS DU JOURNALISME N O 11 DÉCEMBRE 2002 Sport et journalisme sportif : valeurs, réalités et déviances Loïc Hervouet Journaliste Directeur général de l ESJ-Lille Co-animateur du groupe de recherche

Plus en détail

Agir collectivement pour développer les capacités d action

Agir collectivement pour développer les capacités d action Agir collectivement pour développer les capacités d action de toute la population au Québec Perspectives et plan de travail de l ICÉA 2014-2015 2015 Version 3 11 septembre 2014 Document de travail discuté,

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

Contracting authority: NOVA Centre per a la Innovació Social

Contracting authority: NOVA Centre per a la Innovació Social Contracting authority: NOVA Centre per a la Innovació Social Appel à Services: Soutien à la recherche, promotion des droits humains et les missions de dialogue et plaidoyer des organisations de la société

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

ACTIVITÉ Domaines Citoyenneté Maîtrise de la langue

ACTIVITÉ Domaines Citoyenneté Maîtrise de la langue ACTIVITÉ Domaines Citoyenneté Maîtrise de la langue Objectif général Sensibiliser les élèves aux dangers des images télévisuelles. Objectif spécifique Prendre conscience du comportement de téléspectateur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail