Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques octobre novembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques octobre novembre 2011"

Transcription

1 Promotion Santé Suisse Document de travail 4 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques octobre novembre 2011 Etude KIWI 2 Mars 2013

2 2 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques Promotion Santé Suisse est une fondation soutenue par les cantons et les assureurs maladie. En vertu de son mandat légal (Loi sur l assurance-maladie, art. 19), elle exécute des mesures destinées à promouvoir la santé. La Fondation est soumise au contrôle de la Confédération. Son organe de décision suprême est le Conseil de Fondation. Deux bureaux, l un à Berne et l autre à Lausanne, en forment le secrétariat. Actuellement, chaque personne verse, en Suisse, un montant de CHF 2.40 par année en faveur de Promotion Santé Suisse. Ce montant est encaissé par les assureurs maladie pour le compte de la Fondation. Dans la série «Document de travail de Promotion Santé Suisse», la Fondation publie des travaux réalisés par elle-même ou sur mandat. Ces documents de travail ont pour objectif de soutenir les expertes et experts dans la mise en place de mesures dans le domaine de la promotion de la santé et de la prévention. Le contenu de ces derniers est de la responsabilité de leurs auteurs. Les documents de travail de Promotion Santé Suisse sont généralement disponibles sous forme électro nique (PDF). Impressum Editeur Promotion Santé Suisse Cette publication a été réalisée dans le cadre du projet «Promotion de la santé et consommation» mené par Promotion Santé Suisse en collaboration avec la Conférence Latine des Affaires Sanitaires et Sociales (CLASS) et la Fédération romande des consommateurs (FRC). Auteure Barbara Pfenniger (FRC) En collaboration avec les Dr Simone Keller et Dr Seraphina Zurbriggen de l Institute of Communication and Health (ICH) de l Università della Svizzera italiana Responsabilité Promotion Santé Suisse Catherine Favre, Responsable de projets Relations partenaires Sabine Scheiben, Responsable de projet Poids corporel sain Source et numéro Promotion Santé Suisse, Document de travail 4 Référence bibliographique Pfenniger B. (2013). Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques octobre novembre Etude KIWI 2 (Promotion Santé Suisse Document de travail 4). Berne: Promotion Santé Suisse. Source image de couverture istockphoto Renseignements et informations Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, CH-1003 Lausanne Tél , fax > Monitoring des médias poids corporel sain Texte original Français (seul le résumé de ce document de travail a été traduit en allemand et en italien) Commandes Numéro de commande FR Cette publication n est disponible qu en français. Un résumé en allemand et en italien figure au début de ce document de travail. Téléchargement du fichier PDF > Monitoring des médias poids corporel sain Promotion Santé Suisse, mars 2013

3 3 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques Table des matières Le rapport KIWI 2 en bref 4 Kurzfassung des KIWI-2-Berichts 5 Il rapporto KIWI 2 in breve 6 Etude KIWI Introduction Mise en place des Pledges 9 2 But de l étude 10 3 Méthodologie Choix des programmes télévisés à analyser Les heures de programme enregistrées et analysées 14 4 Résultats Analyse des publicités Nombre de publicités par heure de programme Les secteurs économiques présents durant les publicités Analyse détaillée des publicités alimentaires Analyse des techniques de marketing utilisées dans les publicités alimentaires Bénéfices associés au produit alimentaire Aspect financier des publicités Le prix de la diffusion des publicités Recettes publicitaires des chaînes de télévision Swiss Pledge: un premier pas pour limiter la publicité alimentaire pour enfants Les publicités émises par les signataires du Swiss Pledge Détails concernant les entreprises signataires du Swiss Pledge Les entreprises n ayant pas (encore) signé le Swiss Pledge Respect des codes déontologiques des publicitaires 37 5 Conclusions Pistes d action 41 6 Recommandations des associations de consommateurs suisses FRC, SKS, ACSI 43 Annexe 1 Bibliographie 45 Annexe 2 Comparaison de plusieurs systèmes d analyse nutritionnelle pour les publicités 49 A 2.1 La pyramide alimentaire 49 A 2.2 Les feux tricolores 51 A 2.3 The Food Standards Agency s Nutrient Profiling Model 52 A 2.4 Le modèle «Healthy Choice Label» 54 A 2.5 Conclusions 55

4 4 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques Le rapport KIWI 2 en bref En Suisse, le surpoids et l obésité des enfants sont des thèmes préoccupants. Des recherches ont démontré que la télévision, entre autres les spots publicitaires, participe à ces phénomènes. En 2006, une première étude intitulée KIWI 1 a montré quels aliments étaient concernés dans les annonces télévisées. La même analyse a été répétée en automne 2011 par l Alliance des organisations de consommateurs (FRC, SKS et ACSI). Cette dernière étude a été effectuée grâce au soutien de Promotion Santé Suisse et de la Conférence latine des Affaires sanitaires et sociales, et en collaboration avec l Institute for Communication and Health de l Università della Svizzera italiana. Entre 2006 et 2011, certaines entreprises ont signé un engagement volontaire pour limiter la publicité à l attention des enfants dans le cadre du Swiss Pledge. Globalement, les résultats montrent qu en passant une heure par jour devant la télévision, un petit Helvète voit 18,5 publicités en moyenne, ce qui correspond à 40 heures de programme publicitaire par an. Les spots alimentaires essentiellement du fastfood, des friandises sucrées et des snacks représentent un quart de ce volume. En revanche, les fruits et légumes sont toujours aussi peu présents à l écran. Comme en 2006, leur nombre diminue en s approchant des horaires du programme pour enfants et tombe à zéro durant les matinées. Depuis 2006, le nombre de spots pour des boissons sucrées a diminué. Toutefois, 20 % des publicités alimentaires diffusées durant les programmes jeunesse proviennent encore des signataires du Swiss Pledge. Par ailleurs, 78 % d entre elles ne correspondent pas aux critères nutritionnels définis par des experts indépendants. Ces spots auraient été interdits de diffusion dans les pays qui connaissent une règlementation officielle sur les publicités. Cela montre que l initiative privée Swiss Pledge est certes encourageante, mais qu elle doit devenir plus efficace. Les recommandations de l Alliance L Alliance des organisations des consommateurs recommande les points suivants en faveur de la santé des enfants: Des acteurs importants comme Ferrero, Migros et Coop devraient signer et respecter le Swiss Pledge pour prouver le sérieux de leur engagement. L efficacité du Swiss Pledge serait meilleure en introduisant des critères nutritionnels plus stricts ainsi qu une ligne de conduite concernant les techniques de marketing. La limitation de la publicité doit être étendue à tous les programmes regardés par les enfants et un monitoring indépendant, détaillé et transparent doit être mis en place. La promesse de Nestlé et de Kellogg s de ne pas émettre de spots durant les programmes pour les tout petits doit être réellement respectée. Les fruits et légumes devraient être promus auprès du jeune public, avec un soutien officiel si besoin est. Dans son programme Actionsanté, l Office fédéral de la santé publique (OFSP) a officiellement approuvé le Swiss Pledge. L Alliance demande donc qu Actionsanté s engage activement en faveur de critères plus stricts, pour une véritable transparence, pour un contrôle indépendant des engagements et pour augmenter le nombre de signataires. Si les mesures volontaires n aboutissent pas à des résultats crédibles, L Alliance milite pour qu une réglementation soit également discutée et devienne une mesure efficace de lutte contre l obésité et le surpoids des enfants. FRC, mars 2013

5 5 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques Kurzfassung des KIWI-2-Berichts Das Problem des Übergewichts und der Fettleibigkeit von Kindern in der Schweiz ist besorgniserregend. Studien haben gezeigt, dass Fernsehwerbung dabei eine wichtige Rolle spielt. Im Jahre 2006 hat die KIWI-Studie von der Università della Svizzera italiana aufgezeigt, wie viele Lebensmittel im Schweizer Kinderprogramm beworben werden. Im Herbst 2011 hat die Allianz der Konsumentenschutz-Organisationen (SKS, FRC, ACSI) die Studie in Zusammenarbeit mit dem Institute of Communication and Health (ICH) der Università della Svizzera italiana und der Unterstützung von Gesundheitsförderung Schweiz und den Westschweizer Kantonen wiederholt. In der Zwischenzeit hatten mehrere Unternehmen eine freiwillige Werbungseinschränkung, den Swiss Pledge, unterzeichnet. Die Ergebnisse der KIWI-2-Studie zeigen, dass ein Kind pro Stunde durchschnittlich 18,5 Werbungen ausgesetzt ist. Dies ergibt jährlich 40 Stunden Werbeprogramm, ein Viertel davon für Lebensmittel, vor allem Fast-Food, Süssigkeiten oder Snacks. Wie im Jahre 2006 sind Früchte und Gemüse noch immer so gut wie abwesend in der Werbung und im Kinderprogramm am Vormittag sogar inexistent. Seit der Studie von 2006 hat die Anzahl der Werbungen für Süssgetränke dagegen abgenommen. Jedoch stammen noch immer 20 % der Lebensmittelwerbungen im Kinderprogramm von den Swiss- Pledge-Unterzeichnern und 78 % dieser Spots erfüllen nicht die Nährwertkriterien von unabhängigen Experten: Sie hätten in Ländern, die eine offizielle Regelung haben, nicht im Kinderprogramm ausgestrahlt werden dürfen. Die privaten Verpflichtungen im Rahmen des Swiss Pledge sind also ein positiver Anfang, sollten aber noch wirkungsvoller werden. Empfehlungen der Allianz Die Allianz der Konsumentenschutz-Organisationen stellt deshalb eine Reihe von Forderungen auf, damit die Situation auf dem Schweizer Werbemarkt zugunsten der Kinder verbessert wird: Wichtige Akteure wie Ferrero, Coop und Migros müssen den Swiss Pledge unterzeichnen und einhalten, um die Ernsthaftigkeit ihres Engagements zu beweisen. Der Swiss Pledge muss durch strengere, einheitliche Ernährungskriterien sowie durch Kriterien zu Marketing-Techniken ergänzt werden. Die Programmzeiten ohne Werbung sollen ausgedehnt und ein unabhängiges, detailliertes und transparentes Monitoring eingeführt werden. Das Versprechen von Nestlé und Kellogg s, keine Werbung für Kinder im Vorschulalter zu senden, muss tatsächlich eingehalten werden. Werbung für Früchte und Gemüse sind im Kinderprogramm inexistent. Es ist jedoch wichtig, dass Kinder auch solche Produkte sehen. Dies soll, falls nötig, auch offiziell gefördert werden. Das Bundesamt für Gesundheit hat in seiner Initiative Actionsanté den Swiss Pledge offiziell anerkannt. Die Allianz fordert nun, dass Actionsanté sich aktiv für strengere Kriterien, für mehr unterzeichnende Unternehmen und eine unabhängige und transparente Kontrolle des Swiss Pledge einsetzt. Der Fernsehkonsum und die Lebensmittelwerbung sind nicht zu unterschätzende Faktoren für unausgewogene Ernährung und fördern das Übergewicht von Kindern und Jugendlichen. Die Allianz ist deshalb überzeugt, dass auch über regulatorische Massnahmen diskutiert werden muss, wenn freiwillige Verpflichtungen in absehbarer Zeit nicht die gewünschte Wirkung zeigen. SKS, März 2013

6 6 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques Il rapporto KIWI 2 in breve In Svizzera, il sovrappeso e l obesità dei bambini sono preoccupanti. Diverse ricerche evidenziano come la televisione, in particolare la pubblicità televisiva, abbia un ruolo in questo fenomeno. Lo studio KIWI 1, effettuato nel 2006, aveva mostrato quali alimenti erano presenti nella pubblicità televisiva svizzera. Poiché nel frattempo nel quadro di Swiss Pledge, alcune aziende si sono volontariamente impegnate a limitare la propria pubblicità destinata ai bambini, l indagine è stata ripetuta nell autunno 2011 dall Alleanza delle organizzazioni dei consumatori (ACSI, FRC e SKS) con il sostegno di Promozione Salute Svizzera (PSS) e della Conferenza latina degli affari sanitari e sociali (CLASS) e con la collaborazione della Facoltà di Scienze della comunicazione dell Università della Svizzera italiana. Globalmente i risultati mostrano che guardando quotidianamente un ora di televisione un bambino vede in media 18,5 spot pubblicitari, ciò che corrisponde a 40 ore di pubblicità in un anno. Le pubblicità per prodotti alimentari per la maggior parte fast-food, dolciumi e snack rappresentano un quarto dell insieme dei messaggi pubblicitari. Frutta e verdura rimangono poco presenti: come nel 2006, questi messaggi diminuiscono in prossimità della programmazione per bambini e scendono a zero durante le mattinate. Dal 2006 il numero di messaggi pubblicitari per bibite zuccherate è diminuito. Tuttavia il 20 % della pubblicità trasmessa durante i programmi per bambini è promossa da firmatari di Swiss Pledge. Il 78 % di questi spot non corrisponde ai criteri nutrizionali definiti da esperti indipendenti. La diffusione di questi messaggi sarebbe stata vietata nei paesi che si sono dotati di normative ufficiali sulla pubblicità. Ciò mostra che l iniziativa privata Swiss Pledge, pur se incoraggiante, deve diventare più efficace. Le raccomandazioni dell Alleanza L Alleanza delle organizzazioni dei consumatori esprime le seguenti raccomandazioni in favore della salute dei bambini: Attori importanti come Ferrero, Migros e Coop dovrebbero sottoscrivere e rispettare Swiss Pledge per dimostrare la serietà del loro impegno. Per avere l effetto auspicato Swiss Pledge dovrebbe integrare precisi criteri nutrizionali e codici di comportamento relativi alle tecniche di marketing. La limitazione della pubblicità deve essere estesa a tutti i programmi guardati dai bambini e dovrebbe venir introdotto un monitoraggio indipendente, dettagliato e trasparente. La promessa di Nestlé e di Kellogg s di non diffondere messaggi pubblicitari durante i programmi destinati ai più piccoli deve essere realmente rispettata. Ogni genere di campagna per la promozione della frutta e della verdura dovrebbe essere estesa ai programmi televisivi per bambini, se necessario con un sostegno ufficiale. Nel suo programma actionsanté, l Ufficio federale della sanità pubblica (UFSP) ha ufficialmente approvato Swiss Pledge. L Alleanza chiede dunque che actionsanté si impegni attivamente in favore dell introduzione di criteri più rigorosi, di una reale trasparenza, di un controllo indipendente e per l aumento del numero dei firmatari. Se le misure volontarie non dovessero portare a risultati credibili l Alleanza ritiene che si dovrebbe aprire la discussione sull introduzione di una regolamentazione quale strumento efficace di lotta all obesità e al sovrappeso dei bambini. ACSI, marzo 2013

7 7 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques Etude KIWI 2 Du 10 octobre au 20 novembre 2011, les publicités des six chaînes nationales ont été analysées par les trois associations membres de l Alliance des organisations des consommateurs suisses: Fédération romande des consommateurs (FRC), Stiftung für Konsumentenschutz (SKS), Associazione consumatrici e consumatori della Svizzera italiana (ACSI). La mise en place de l étude ainsi que l analyse des données ont été effectuées par la FRC en collaboration avec Dr Simone Keller et Dr Seraphina Zurbriggen de l Institute of Communication and Health (ICH) de l Università della Svizzera italiana. Auparavant, en 2006, Peter J. Schulz, professeur à l ICH, et Simone Keller, alors étudiante en master, avaient effectué une première analyse des publicités regardées par les enfants suisses avec le soutien de l Office fédéral de la santé publique (OFSP). Cette première étude avait été nommée KIWI pour «Kinderwerbung im Fernsehen» 1. L étude actuelle de 2011, appelée KIWI 2, a été réalisée quant à elle avec le soutien de Promotion Santé Suisse et de la Conférence latine des Affaires sanitaires et sociales. La FRC est une association sans but lucratif et libre de toute influence. Référence en matière de consommation responsable en Suisse romande depuis plus de 50 ans, elle compte près de adhérents. Elle édite un mensuel sans publicité, FRC Mieux choisir, tandis que son site frc.ch fournit des informations au quotidien. Elle publie aussi des guides, dont Bien manger à petit prix. Présente sur le terrain via ses antennes cantonales, la FRC représente la Suisse romande au sein de l Alliance des organisations de consommateurs avec le SKS en Suisse alémanique et l ACSI au Tessin. Fédération romande des consommateurs Rue de Genève 17 Case postale Lausanne Tél.: Bericht zur KIWI Studie, Lebensmittelwerbung für Kinder: eine Inhaltsanalyse des Schweizer Fernsehens, mars août 2006, Peter J. Schulz, Simone Keller, Uwe Hartung.

8 8 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques 1 Introduction En Suisse, comme en Europe, un enfant sur cinq souffre de surpoids ou est obèse 2. Comme ces enfants risquent souvent de rester en surpoids en grandissant, les chercheurs européens estiment que l impact sur la prévalence des maladies cardiaques à l âge adulte est important 3. Le surpoids et l obésité sont non seulement une source de souffrance pour les individus, mais également une source de coûts importants pour la société de demain. Une des pistes d explication du surpoids chez les enfants est liée au double rôle préjudiciable de la télévision sur leurs choix alimentaires et sur leur manque d activité physique. En effet, plusieurs études ont montré que la télévision influence les choix alimentaires des enfants et favorise leur prise de poids 4. Ainsi, d après l étude IDEFICS européenne, «les enfants qui regardent davantage la télévision se distinguent par une alimentation plus grasse et plus sucrée 5». Les facteurs incriminés dans ce phénomène sont non seulement l immobilité devant l écran mais également le contenu des programmes visionnés, notamment la publicité. Depuis plusieurs années, la FRC s engage de concert avec les associations de consommateurs de par le monde, regroupées dans Consumers International (CI) 6, en faveur de la création d un code international pour le marketing d aliments et de boissons non alcoolisées auprès des enfants 7. En 2008, les «Recommandations en faveur d un Code relatif à la commercialisation des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées auprès des enfants» ont ainsi été publiées par Consumers International en collaboration avec l International Association for the Study of Obesity et l International Obesity Task Force 8. Suite à cette publication, l OMS a édicté ses «Recommandations sur la commercialisation des aliments et des boissons non alcoolisées destinés aux enfants» dans le but d encourager les pays membres à mettre en place un cadre efficace pour réduire l impact sur les enfants du marketing de produits trop salés, trop sucrés ou trop gras 9. Les Etats sont encouragés à fixer des objectifs dans la politique nationale et à mettre en place un système de surveillance à l aide d indicateurs adaptés. 2 Recueil d indicateurs du MOSEB, janvier Prévention de l obésité infantile Résultats de l étude IDEFICS, juin Par exemple: Effect of television advertisements for foods on food consumption in children, J.C.G. Halford et al., Beyond-brand effect of television food advertisements on food choice in children: the effect of weight status, J.C.G. Halford et al., Review of research on the effect of food promotion to children. Report prepared for the Food stands Agency. Glasgow: Centre for Social Marketing, The University of Strathclyde, G. Hastings et al., The extent, nature and effects of food promotion to children: a review of the evidence. UK: Institute for Social Marketing, University of Stirling and the Open University, G. Hastings et al., Association between children s television advertising exposure and their food consumption patterns, a house-hold diary-survey study, M. Buijsen et al., Enseignement sur l obésité infantile Garder un mode de vie sain à l issue du projet IDEFICS, février Consumers International (CI) est la fédération mondiale des organisations de consommateurs regroupant plus de 220 organisations membres réparties dans 115 pays à travers le monde. 7 P. ex.: Malbouffe pour enfants: Stop à la pub! FRC, septembre Recommandations en faveur d un Code relatif à la commercialisation des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées auprès des enfants, Consumers International (CI), International Association for the Study of Obesity (IASO), International Obesity TaskForce (IOTF), mars Ensemble de recommandations sur la commercialisation des aliments et des boissons non alcoolisées destinés aux enfants, Organisation mondiale de la santé (OMS), 2010, approuvé dans la résolution WHA63.14.

9 9 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques En effet, l OMS constate que «( ) la distribution à grande échelle et le marketing intensif de beaucoup de ces denrées, surtout des produits riches en graisses, en sucre ou en sel, sapent les efforts entrepris pour manger sainement et conserver un poids normal, en particulier quand il s agit d enfants 10». mais qu elle était logée à la même enseigne que ses voisins européens. En 2006, la grande majorité des publicités alimentaires servaient à promouvoir du fast-food, des friandises, des aliments «convenience» (précuisinés) et des boissons sucrées; 0,1 % de ces publicités vantaient des fruits et légumes. 1.1 Mise en place des Pledges En parallèle aux recommandations de l OMS de fixer un cadre à la promotion des aliments trop sucrés, trop gras ou trop salés par une véritable politique de santé publique, l industrie alimentaire a pris l initiative de limiter elle-même ses publicités pour les enfants. Dans plusieurs pays 11, elle a mis en place des Pledges groupés 12, complétés par des engagements individuels 13 détaillant la limitation du marketing pour enfants. Ainsi, depuis août 2011, onze entreprises (Coca- Cola, Danone, Intersnack, Kellogg, Kraft Foods, Mars, Nestlé, PepsiCo, Procter & Gamble, Unilever, Zweifel) se sont réunies dans un Swiss Pledge et «renoncent spontanément aux publicités destinées aux enfants de moins de 12 ans» 14 sous certaines conditions. Avant la mise en place des Pledges européen et suisse, l étude KIWI de l Institute of Communication and Health de l Università della Svizzera italiana a permis d analyser durant six mois les publicités destinées aux enfants sur les six chaînes de télévision nationales ainsi que sur une chaîne italienne et une chaîne allemande. Dans cette étude, les publicités d aliments et de jouets regardées par les enfants ont été analysées en particulier. Les observations ont mis en évidence que la Suisse n était pas une «île» sans publicités pour des aliments gras ou sucrés, 10 Ibid. p P. ex. Afrique du Sud, Australie, Brésil, Canada, Etats du Golfe, Inde, Nouvelle Zélande, Pérou, les Philippines, Russie, Thaïlande, Turquie, USA, ainsi que l Union européenne. 12 Un Pledge est une déclaration commune signée par un groupe de fabricants alimentaires. Il contient des principes de base visant à changer le marketing à l attention des enfants, dont des restrictions pour certains genres d aliments. Il définit le mot «enfant», la notion de «publicité destinée aux enfants», ainsi que les médias et les techniques de marketing concernés. 13 Un engagement est la déclaration d une entreprise signataire d un Pledge qui confirme son respect du Pledge et énonce des critères propres que l entreprise s engage à respecter. Généralement les engagements définissent plus en détail pour quels aliments la publicité sera limitée. Certains engagements limitent plus strictement le marketing à l attention des enfants d âge préscolaire. 14 Communiqué de presse Swiss Pledge, 22 janvier 2011.

10 10 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques 2 But de l étude Suite à la mise en place des Pledges et en prolongement de son engagement aux côtés de Consumers International et du Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC), la FRC et les associations partenaires de l Alliance (ACSI et SKS) ont donc décidé de reconduire une seconde étude KIWI, cinq ans après KIWI 1. Le but de KIWI 2 est d évaluer la situation actuelle et de mesurer un éventuel changement dû aux engagements volontaires des entreprises signataires du Swiss Pledge. Pour cette raison, le même livre de code et les mêmes bases que pour KIWI 1 ont été utilisés dans KIWI 2 afin de garder une continuité et une comparabilité entre les deux études. Le but de l étude KIWI 2 est d analyser les programmes télévisés suisses regardés par les enfants et d y rechercher: le genre d aliments promus dans les publicités ainsi que leur évaluation nutritionnelle, les marques représentées avec une attention particulière portée aux entreprises signataires du Swiss Pledge, les moyens de marketing mis en œuvre, l évolution de la situation par rapport à L objectif de l étude KIWI 2 est de formuler des recommandations afin de limiter l exposition des enfants à la communication commerciale pour des aliments riches en sucre, en graisses et en sel, comme le préconise l Organisation mondiale de la santé.

11 11 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques 3 Méthodologie 3.1 Choix des programmes télévisés à analyser La télévision joue un rôle non négligeable dans la vie des enfants suisses. En effet, d après SRG SSR Idée suisse, en % des enfants de 7 à 14 ans la regardaient au moins une fois par jour en semaine et chaque jour durant le week-end 15. Les enfants des trois régions linguistiques n ont pas les mêmes habitudes. D après l indicateur de l Office fédéral de la statistique «Télévision: temps consacré à la télévision selon la région linguistique, l âge et le sexe» 16, les petits Alémaniques de 3 à 14 ans regardaient la télévision en 2011 en moyenne 70 minutes par jour, les petits Romands 68 minutes et les petits Tessinois dépassaient leurs contemporains en la regardant en moyenne 80 minutes par jour. Dans les trois régions linguistiques suisses, les chaînes de télévision nationales proposent un programme particulier aux jeunes téléspectateurs. Cependant, il est à relever que, d après l étude de 2004, les enfants sont les plus présents devant l écran dès 18h, soit en dehors du programme destiné aux enfants. A ce moment-là, les enfants regardent le programme de début de soirée et le journal télévisé en compagnie de leurs parents (cf. figure 1). Les enfants regardent la télévision également l après-midi ou bien le matin, surtout en Suisse romande. Le matin, ils se trouvent souvent seuls devant les émissions pour enfants y compris devant la publicité qui les entrecoupe. 80 Part d enfants en % Consommation TV moyenne par enfant et par jour, 2004 Suisse alémanique: 1 heure et 32 minutes Suisse romande: 1 heure et 32 minutes Tessin: 2 heures et 3 minutes Suisse alémanique Suisse romande Tessin h00 05h15 06h00 06h15 07h00 07h15 08h00 08h15 09h00 09h15 10h00 10h15 11h00 11h15 12h00 12h15 13h00 13h15 14h00 14h15 15h00 15h15 16h00 16h15 17h00 17h15 18h00 18h15 19h00 19h15 20h00 20h15 21h00 21h15 22h00 22h15 23h00 23h15 Figure 1: La proportion d enfants regardant la télévision au cours d un jour de semaine ordinaire indications pour les trois régions linguistiques SRG SSR Idée suisse, La fréquentation médias des enfants en Suisse mesure et sondage. Une recherche sur le comportement médias, les motivations et les centres d intérêt des enfants de 7 à 14 ans, octobre Indicateurs des médias Audience de la télévision; Télévision: Utilisation selon la région linguistique, l âge et le sexe, Office fédéral de la statistique OFS, Mediapulse SA (Telecontrol). 17 La fréquentation médias des enfants en Suisse mesure et sondage, SRG SSR Idée suisse, octobre Version complète: Die Mediennutzung von Kindern in der Schweiz gemessen und gefragt, SRG Studie 2004.

12 12 Publicités alimentaires à l attention des enfants sur les chaînes de télévision suisses des trois régions linguistiques La pénétration des émissions de télévision en Suisse est évaluée par Mediapulse à l aide d un panel de foyers représentatifs de toutes les régions linguistiques. Composé d après les données de l Office fédéral de la statistique, ce panel comprend des résidents permanents, à partir de l âge de 3 ans, maîtrisant une des langues officielles et disposant d au moins un appareil de télévision. Le panel sert à évaluer la proportion moyenne de personnes qui ont regardé la télévision pendant un laps de temps donné (cf. figures 1 et 2) ou qui ont suivi une certaine émission. Cette proportion est montrée dans le tableau 1 (cf. page 13), dans la rubrique «Rating» qui indique le nombre d enfants de 3 à 14 ans qui ont suivi les 22 émissions les plus regardées par les enfants le mardi 11 octobre Ce tableau confirme les conclusions des figures 1 et 2. Par exemple, le deuxième jour de l étude KIWI 2, (10k) enfants romands ont regardé les nouvelles du soir, alors que seuls 4000 (4k) regardaient le programme pour enfants le plus suivi ce jour-là («Les Zozios»). Le même phénomène s observe dans les trois régions linguistiques. Suite à cette analyse des habitudes télévisuelles des enfants et en accord avec les auteurs de l étude KIWI 1, l Alliance des organisations des consommateurs suisses a étudié non seulement les programmes destinés aux enfants mais également les émissions devant lesquelles se trouve le plus grand nombre d enfants, à savoir le programme du début de soirée. 80 Part d enfants en % Consommation TV moyenne par personne et par jour en Suisse romande, 2004 Enfants: 1 heure et 32 minutes Adultes: 2 heures et 53 minutes Enfants Adultes h00 05h15 06h00 06h15 07h00 07h15 08h00 08h15 09h00 09h15 10h00 10h15 11h00 11h15 12h00 12h15 13h00 13h15 14h00 14h15 15h00 15h15 16h00 16h15 17h00 17h15 18h00 18h15 19h00 19h15 20h00 20h15 21h00 21h15 22h00 22h15 23h00 23h15 Figure 2: La proportion d enfants et d adultes regardant la télévision au cours d un jour de semaine ordinaire indications pour la Suisse romande La fréquentation médias des enfants en Suisse mesure et sondage, SRG SSR Idée suisse, octobre 2004, Die Mediennutzung von Kindern in der Schweiz gemessen und gefragt, SRG Studie 2004.

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

LE MARKETING DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE:

LE MARKETING DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE: LE MARKETING DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE: ATTIRER LES FUMEURS OU SÉDUIRE LES JEUNES? Colloque de l IMUSP Lausanne 18 novembre 2014 Michela Canevascini, PhD. CIPRET-Vaud 2 /////// OBSERVATOIRE DES STRATÉGIES

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR Les années Primaire et Collège : 7-14 ans Le seul baromètre en France qui vous apporte des données actualisées tous les 6 mois avec : o une analyse nourrie de l'expertise

Plus en détail

MASTER OF SCIENCE IN COMMUNICATION, MANAGEMENT AND HEALTH Università della Svizzera italiana FIELD PROJECT Rapport de synthèse

MASTER OF SCIENCE IN COMMUNICATION, MANAGEMENT AND HEALTH Università della Svizzera italiana FIELD PROJECT Rapport de synthèse MASTER OF SCIENCE IN COMMUNICATION, MANAGEMENT AND HEALTH Università della Svizzera italiana FIELD PROJECT Rapport de synthèse Lugano, juillet 2013 L industrie suisse des boissons Analyse des stratégies

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

ACADEMIE DE VERSAILLES Année scolaire 2010-2011 GROUPE DE TRAVAIL ACADEMIQUE : Entraîner, évaluer l expression écrite

ACADEMIE DE VERSAILLES Année scolaire 2010-2011 GROUPE DE TRAVAIL ACADEMIQUE : Entraîner, évaluer l expression écrite COMPTE RENDU D EXPERIMENTATION Domaine de travail : Entraînement à l expression écrite à la maison à partir de notes recueillies en classe. Révision et remédiation individualisée de chaque production écrite

Plus en détail

GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION

GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION Formation pratique certifiante préparant au Certificat SAWI de Généraliste en marketing et communication LAUSANNE 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs déterminants

Plus en détail

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Ringier Romandie Service TV commercialise en exclusivité la fenêtre publicitaire en Suisse pour la chaîne de TV TF1. Les Conditions commerciales

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Feuille d informations 5 Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de, et Evaluation comparative des données de l année scolaire 2013/2014 Abstract

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent.

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent. SOMMAIRE I. Etude de marché. > Le marché du chocolat en France. > La marque. > Les points forts de la marque. > Les différents produits de la marque. > Les action menées par la marque. II. Etude de la

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

SPECIALISTE EN MARKETING SPORTIF. Formation professionnelle préparant au Diplôme SAWI de Spécialiste en marketing sportif.

SPECIALISTE EN MARKETING SPORTIF. Formation professionnelle préparant au Diplôme SAWI de Spécialiste en marketing sportif. SPECIALISTE EN MARKETING SPORTIF Formation professionnelle préparant au Diplôme SAWI de Spécialiste en marketing sportif powered by 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs déterminants permettant de choisir

Plus en détail

SAWI - garantie d excellence. Facteurs déterminants permettant de chois ir une formation auprès du SAWI

SAWI - garantie d excellence. Facteurs déterminants permettant de chois ir une formation auprès du SAWI SALES DIRECTOR Formation professionnelle supérieure en management de la vente préparant au Diplôme SAWI de Sales Director et au Diplôme fédéral de Chef de vente 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques (Loi sur le commerce de l alcool, LCal) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, al. 1, 105 et 118, al. 2, let. a,

Plus en détail

INTRANET: outil de Knowledge management au sein de l entreprise

INTRANET: outil de Knowledge management au sein de l entreprise ARIEL RICHARD-ARLAUD INTRANET: outil de Knowledge management au sein de l entreprise Ariel Richard-Arlaud I. Le Knowledge management L avènement de la technologie INTERNET bouleverse les habitudes et mentalités:

Plus en détail

BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT

BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT Automne 2015 ENCARTS PUBLICITAIRES L étude confirme le fort impact publicitaire. AU FINAL, 90% DES UTILISATEURS ACHÈTENT Les encarts publicitaires dans les journaux et

Plus en détail

Tendances du Marché Publicitaire

Tendances du Marché Publicitaire Tendances du Marché Publicitaire Rapport 2015/07 Compte-rendu mensuel de l évolution du marché suisse de la publicité Les points culminants en juillet 2 Pression publicitaire pour l ensemble du marché

Plus en détail

Réponses aux questions

Réponses aux questions Concours de projets d aménagement urbain Place des Augustins à Genève Prix Evariste Mertens 2014 Réponses aux questions Les questions sont retranscrites ici telles qu elles ont été posées, c est à dire

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES AKAD École Supérieure spécialisée en Banque et Finance SA École supérieure reconnue par la Confédération ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES

Plus en détail

Wie können meine Abschlüsse in Frankreich anerkannt werden?

Wie können meine Abschlüsse in Frankreich anerkannt werden? Wie können meine Abschlüsse in Frankreich anerkannt werden? Trotz der mittlerweile in Kraft getretenen europäischen Regelungen der beruflichen Anerkennung von Ausbildungen und Hochschuldiplomen, liegt

Plus en détail

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior À chacun sa portion Nous changeons nos besoins aussi! Des portions adaptées à vos besoins,, adulte ou senior, nos besoins alimentaires évoluent au fil de nos vies. Ils diffèrent également entre les femmes

Plus en détail

SPECIALISTE EN MEDIAS SOCIAUX. Formation professionnelle préparant au diplôme SAWI de Spécialiste en médias sociaux.

SPECIALISTE EN MEDIAS SOCIAUX. Formation professionnelle préparant au diplôme SAWI de Spécialiste en médias sociaux. SPECIALISTE EN MEDIAS SOCIAUX Formation professionnelle préparant au diplôme SAWI de Spécialiste en médias sociaux. LAUSANNE - BIENNE 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs déterminants permettant de

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature!

Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature! MagasinBio2008 Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature! Le Magasin Bio de l année 2008 1 Documents de candidature Le Magasin Bio de l année

Plus en détail

Agriculture biologique suisse : Statistiques

Agriculture biologique suisse : Statistiques Agriculture biologique suisse : Statistiques % bio 2013 édition juin2014 Josy Taramarcaz AGRIDEA Disponible sur : www.agridrea.ch Nombre d exploitations et surfaces Bio en Suisse (exploitation touchant

Plus en détail

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES 1. La publicité doit être conçue de manière à respecter les règles et l esprit de la législation, des codes d autorégulation en général et du présent code

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr. 18 3086 Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous

Plus en détail

Profession Culture Langue. Invitation Conférence ASCI 2015. Genève, 22.09.15, 14h00 17h45

Profession Culture Langue. Invitation Conférence ASCI 2015. Genève, 22.09.15, 14h00 17h45 Invitation Conférence ASCI 2015 Genève, 22.09.15, 14h00 17h45 Profession Culture Langue La communication interne et intégrée : comment maîtriser les langues pour surmonter les barrières culturelles et

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ----- Arrondissement de Chambéry ----- Commune de SAINT-ALBAN-LEYSSE MAIRIE DE SAINT-ALBAN-LEYSSE 120, avenue de la Mairie 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Téléphone : 04 79 33 13 57 Télécopie

Plus en détail

Etude de marché APG SGA Best Practice. Poster Performance Index 2000 2013 Les affiches ont un impact durable

Etude de marché APG SGA Best Practice. Poster Performance Index 2000 2013 Les affiches ont un impact durable Etude de marché APG SGA Best Practice Poster Performance Index 2000 2013 Les affiches ont un impact durable Etude de marché APG SGA Best Practice En 1997, dans le cadre de son programme de recherche, APG

Plus en détail

La Vache qui rit. CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats -

La Vache qui rit. CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats - La Vache qui rit CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats - Le Groupe Bel, conscient du rôle à jouer par l industrie agroalimentaire dans la lutte contre les problèmes de santé

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

GENERALISTE EN MARKETING COMMERCIAL

GENERALISTE EN MARKETING COMMERCIAL GENERALISTE EN MARKETING COMMERCIAL Formation pratique certifiante préparant au Certificat SAWI de Généraliste en marketing commercial Nouveau programme à Genève 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs

Plus en détail

Activité physique et alimentation dans les écoles suisses

Activité physique et alimentation dans les écoles suisses Promotion Santé Suisse Document de travail Activité physique et alimentation dans les écoles suisses Résultats du deuxième sondage mené auprès des directions d écoles en Suisse et dans la Principauté du

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

4 Objectifs généraux, objectifs particuliers, objectifs évaluateurs pour les trois lieux de formation

4 Objectifs généraux, objectifs particuliers, objectifs évaluateurs pour les trois lieux de formation Plan de formation pour la profession No. 79022 Employée en cuisine / Employé en cuisine Addetta di cucina / Addetto di cucina Küchenangestellte / Küchenangestellter Parts: A 1 Compétence professionnelle

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

Statuts FSEA. FSEA Fédération suisse pour la formation continue Version du 28 avril 2009

Statuts FSEA. FSEA Fédération suisse pour la formation continue Version du 28 avril 2009 Statuts FSEA FSEA Fédération suisse pour la formation continue Version du 28 avril 2009 La FSEA en bref La FSEA est l organisation faîtière de la formation continue en Suisse. Ses membres sont des organisations

Plus en détail

La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36)

La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36) La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36) La famille distribution-vad se classe en 7 e position des annonceurs de la TV hertzienne. Elle totalise 5,7 %

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Table des matières 1. La méthode des focus groupes 2 2. Connaissance des produits d alpage 3. Les consommateurs perçoivent les fromages

Plus en détail

NOS FORMULES ENTREPRISE 2011

NOS FORMULES ENTREPRISE 2011 NOS FORMULES ENTREPRISE 2011 Séminaire Confort Cocktail De 8h30 à 18h00 Minimum 20 personnes DESCRIPTIF 24 pièces par personne base minimum de 20 personnes Les produits pourraient être remplacés en fonction

Plus en détail

Die Fotografie als Lebensgefühl, mit all ihren Facetten und Ausdrucksmöglichkeiten,

Die Fotografie als Lebensgefühl, mit all ihren Facetten und Ausdrucksmöglichkeiten, PORTFOLIO Claus Rose Photography as a way of living, with all its aspects and opportunities for expression, became my passion at an early stage. In particular the magic of nude photography, which lends

Plus en détail

2013 Monitoring Report

2013 Monitoring Report 2013 Monitoring Report Executive summary Monitoring 2013 TV advertsing Sites Internet Ecoles primaires Conclusion 2013 Monitoring Report Executive summary & Key findings I Attitude publicitaire et marketing

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE

RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE Goldbach Media est tenu de respecter les restrictions publicitaires françaises. M6 Publicité se réserve le droit de refuser des spots ou

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION LES PETITS MALINS

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION LES PETITS MALINS REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION LES PETITS MALINS L association «Les Petits Malins» a pour mission d organiser et de mettre en place des activités socio-éducatives pour les enfants à partir de trois ans

Plus en détail

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012)

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) 1 CATÉGORIE : ETUDE D AUDIENCE BALmétrie : LA MESURE D AUDIENCE DU MEDIA COURRIER 1. Introduction Création, en 2011, d un GIE qui réunit les principales parties

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

SWISS MASTER SERIES D YVERDON-LES BAINS les 30 avril, 1er et 2 mai 2010. Exclusivement par Internet sur le site de Swiss Badminton

SWISS MASTER SERIES D YVERDON-LES BAINS les 30 avril, 1er et 2 mai 2010. Exclusivement par Internet sur le site de Swiss Badminton -2- SWISS MASTER SERIES D YVERDON-LES BAINS les 30 avril, 1er et 2 mai 2010 Organisateur Directeur du tournoi Badminton Club Yverdon-les-Bains, www.badmintonyverdon.ch Rosalba Dumartheray, 078 711 66 92,

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Tendances de l ecommerce

Tendances de l ecommerce Tendances de l ecommerce Rapport 2015/04 Le développement de l ecommerce en Suisse Les points forts 2 Le marché publicitaire 3 Catégories du marché 4 Combinaison de médias 5 Les 10 premières catégories

Plus en détail

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Référence PCCB/S3/1092228 Date 02/08/2013

Plus en détail

Réserve Personnelle. Persönliche Reserve. Emprunter et épargner en fonction de vos besoins. Leihen und sparen je nach Bedarf

Réserve Personnelle. Persönliche Reserve. Emprunter et épargner en fonction de vos besoins. Leihen und sparen je nach Bedarf crédit épargne Réserve Personnelle Emprunter et épargner en fonction de vos besoins Persönliche Reserve Leihen und sparen je nach Bedarf Réserve Personnelle Vous voulez disposer à tout moment des moyens

Plus en détail

Le Goldbach Video Network Publicité multi-écrans

Le Goldbach Video Network Publicité multi-écrans Le Goldbach Video Network Publicité multi-écrans 13.07.2012 Publicité multi-écrans L exploitation fragmentée des médias / Les informations et divertissements sont de plus en plus souvent diffusés et consommés

Plus en détail

Le courrier publicitaire, l indispensable de votre mix média

Le courrier publicitaire, l indispensable de votre mix média Le courrier publicitaire, l indispensable de votre mix média En préambule Des résultats qui s'inscrivent dans le cadre d'une réflexion entamée depuis 1997 > La dernière étude remonte à 2002 Un double objectif

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015

DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015 DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015 du Conseil d administration de l Autorité luxembourgeoise indépendante de l audiovisuel concernant une autosaisine à l encontre du service de radio RTL

Plus en détail

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent:

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent: Convention intercantonale sur la surveillance, l autorisation et la répartition du bénéfice de loteries et paris exploités sur le plan intercantonal ou sur l ensemble de la Suisse adoptée par la Conférence

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique

Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique 3 Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique DÉCISION de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA du ( ) 68 BULLETIN 4/2013 FINMA Organisation administrative

Plus en détail

Manuel de suivi de la commercialisation. des produits alimentaires auprès des enfants

Manuel de suivi de la commercialisation. des produits alimentaires auprès des enfants Manuel de suivi de la commercialisation des produits alimentaires auprès des enfants Cette publication a été financée par la fondation Nuffield La fondation Nuffield est un trust caritatif financé par

Plus en détail

L encadrement de la publicité alcool en France Description et retour d expérience

L encadrement de la publicité alcool en France Description et retour d expérience L encadrement de la publicité alcool en France Description et retour d expérience Colloque Offre d alcool et conséquences sociales Service public fédéral santé publique de Belgique 26 septembre 2014 1

Plus en détail

Evénementiel & Sponsoring

Evénementiel & Sponsoring POUR LES PROFESSIONNELS PAR LES PROFESSIONNELS Evénementiel & Sponsoring Formation professionnelle préparant au Diplôme SAWI de Spécialiste en événementiel & sponsoring SAWI garantie d excellence Facteurs

Plus en détail

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013 kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 0/09/0 Fondements Nom et forme juridique Principe But Tâches Art. Sous le nom de kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Benchmark Email marketing. Second semestre 2011 Réalisé par Experian Marketing Services Avril 2012

Benchmark Email marketing. Second semestre 2011 Réalisé par Experian Marketing Services Avril 2012 Benchmark Email marketing Second semestre 2011 Réalisé par Experian Marketing Services Avril 2012 Mai 2012 Table des matières Méthodologie Définition des secteurs d activité Evolution des indicateurs clés

Plus en détail

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec «Les tendances clés» «TENDANCE» Une tendance qui démontre une véritable opportunité de croissance;

Plus en détail

Collège d autorisation et de contrôle. Avis n 02/2011

Collège d autorisation et de contrôle. Avis n 02/2011 Collège d autorisation et de contrôle Avis n 02/2011 Première évaluation de la Recommandation du 24 juin 2010 relative à la mise en valeur des œuvres européennes et de la Communauté française dans les

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES FABRICANTS POUR LA COMMERCIALISATION DES PRÉPARATIONS POUR NOURRISSONS

CODE DE CONDUITE DES FABRICANTS POUR LA COMMERCIALISATION DES PRÉPARATIONS POUR NOURRISSONS CODE DE CONDUITE DES FABRICANTS POUR LA COMMERCIALISATION DES PRÉPARATIONS POUR NOURRISSONS (édition révisée 2010, rev. 1) Les sociétés qui fabriquent des préparations pour nourrissons et les commercialisent

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er juillet 2010) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Examen de la situation financière et de l efficience de SRG SSR idée suisse Rapport à l intention du DETEC

Examen de la situation financière et de l efficience de SRG SSR idée suisse Rapport à l intention du DETEC Examen de la situation financière et de l efficience de SRG SSR idée suisse Rapport à l intention du DETEC Berne, le 29 mars 2006 L essentiel en bref En avril 2005, le Département fédéral de l environnement,

Plus en détail

Observatoire des écrans connectés

Observatoire des écrans connectés Observatoire des écrans connectés Poursuivre l Observatoire de l internet mobile et aller plus loin! Smartphones, tablettes la multiplication des écrans connectés modifie la consommation des médias Comment

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION

LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION 2 3 AVANT-PROPOS Ce guide pratique s adresse aux groupes de jeunes qui se demandent s ils doivent créer une association pour réaliser leur projet.

Plus en détail

Bourse Binding de la Fondation suisse d études

Bourse Binding de la Fondation suisse d études Univers Suisse Bourse Binding de la Fondation suisse d études Dossier de candidature Veuillez présenter les documents dans l ordre et en suivant de manière stricte le modèle fourni. Nous vous sommes reconnaissants

Plus en détail

FONDATION RETRIBUTION À PRIX COÛTANT DU COURANT INJECTÉ (RPC) COMPTES ANNUELS 2010

FONDATION RETRIBUTION À PRIX COÛTANT DU COURANT INJECTÉ (RPC) COMPTES ANNUELS 2010 Themen in dieser Ausgabe: Stellen Sie hier kurz das Thema vor. Stellen Sie hier kurz das Thema vor. Stellen Sie hier kurz das Thema vor. Stellen Sie hier kurz das Thema vor. Überschrift Nebenartikel FONDATION

Plus en détail

Monitorage sur le tabac en Suisse : notoriété, utilisation et acceptation

Monitorage sur le tabac en Suisse : notoriété, utilisation et acceptation Hans Krebs Kommunikation und Publikumsforschung Monitorage sur le tabac en Suisse : notoriété, utilisation et acceptation Résultats de l enquête menée sur les organisations partenaires de l Office fédéral

Plus en détail

Recommandations en faveur d un Code relatif à la commercialisation des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées auprès des enfants 1

Recommandations en faveur d un Code relatif à la commercialisation des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées auprès des enfants 1 MARS 2008 Recommandations en faveur d un Code relatif à la commercialisation des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées auprès des enfants 1 Contexte 1 Seul le document original en anglais

Plus en détail

FORFAITS SÉMINAIRES PAUSES-CAFE LOCATION DE SALLE MATERIEL TECHNIQUE

FORFAITS SÉMINAIRES PAUSES-CAFE LOCATION DE SALLE MATERIEL TECHNIQUE FORFAITS SÉMINAIRES PAUSES-CAFE LOCATION DE SALLE MATERIEL TECHNIQUE F O R F A I T S S É M I N A I R E S 2 0 1 5 à partir de 15 personnes FORFAIT «HAPPY» valable du 1 er mars au 31 août 2015 Taxes et service

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E )

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E ) SI VOUS CHERCHEZ POUR VOTRE FILLE UNE ÉCOLE SECONDAIRE QUI CONTRIBUE À SA RÉUSSITE ET À SON ÉPANOUISSEMENT, QUI LUI DONNE CONFIANCE EN ELLE-MÊME, QUI STIMULE SON ENVIE D APPRENDRE. QUELLES PORTES S OUVRENT

Plus en détail