Climat et vigne en moyenne vallée de la Loire, France.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Climat et vigne en moyenne vallée de la Loire, France."

Transcription

1 Climat et vigne en moyenne vallée de la Loire, France. G. Barbeau, UMT VINITERA, Unité Vigne et Vin, INRA 42, rue Georges Morel, 4971 BEAUCOUZE CEDEX tel. (33) /72, fax (33) , Résumé L évolution du climat a été suivie pendant 3 ans, de à 26, sur le Domaine expérimental INRA de Montreuil-Bellay (49-France). Cette période a été marquée par un accroissement de la température moyenne annuelle, du rayonnement global et de l ensoleillement. L ETP Penman d Avril à Septembre a augmenté de moins de 7 mm à plus de 85 mm et l indice de Huglin est passé de 15 à 2. Un essai de comportement de 4 cépages rouges (Cabernet franc, Cabernet Sauvignon, Gamay et Grolleau) mis en place sur le Domaine quelques années avant 1976 à proximité de la station météorologique a été exploité jusqu en En un nouvel essai identique au précédent, mis en place en 1996, a pris le relais. L étude des données phénologiques sur la période d étude met en évidence une avance à tous les stades, avec comme résultante une avance de la date de récolte, plus importante pour les cépages précoces (Gamay et Grolleau) que pour les cépages plus tardifs (Cabernet franc et Cabernet Sauvignon). L indice de maturité s accroît pour tous les cépages. On constate une tendance vers une légère augmentation de la teneur en anthocyanes, uniquement chez les cépages tardifs. Le rôle des variables climatiques sur l avance du cycle de la vigne et la qualité des baies est discuté compte tenu de l évolution des pratiques agro-viticoles sur la même période. La perception des changements par les vignerons et les marges d adaptation du matériel végétal et des pratiques sont analysées au regard des conditions de milieu. Mots clés : vigne, climat, stades phénologiques, composition des baies Abstract. The evolution of climate has been monitored for 3 years, from to 26, at the INRA Experimental Station in Montreuil-Bellay (49-France). During this period, there was an increase in yearly mean temperatures, global radiation and hours of sunshine. Consequently the ETP Penman from April to September rose from less than 7 mm to more than 85 mm and the Huglin Index from 15 to 2. An experimental plot with 4 red grape varieties (Cabernet franc, Cabernet Sauvignon, Gamay and Grolleau), planted several years prior to 1976 close to the weather station, was monitored until From, it was substituted by another trial planted in 1996, close to the former. Phenological data over the period of study showed an increase in the earliness of all the stages, resulting in a more precocious harvest date, greater for the earliest varieties (Gamay and Grolleau) than for the late ones (Cabernet franc and Cabernet Sauvignon). Maturity indexes rose for all varieties. The trend for anthocyanins was towards a slight increase, only for the late varieties. The role of the climatic variables on the earliness of the vine cycle and the quality of grapes is discussed taking into account the evolution of the agro viticultural practices during the period. The perception of the climatic changes by the growers and the margins for adaptation of the planting material and the cultural practices are discussed with regard to the environmental conditions. Key-words : grapevine, climate, phenological stages, berry composition Congrès sur le climat et la viticulture. Saragosse, Espagne, -14 avril 27 1

2 INTRODUCTION En moyenne vallée de la Loire, les grands millésimes sont souvent associés à des conditions climatiques exceptionnelles : ce sont des années plus chaudes que la moyenne, avec des étés peu pluvieux et débuts d automne secs et ensoleillés. Avec la publication d un nombre important de rapports et d articles depuis une dizaine d années (IPCC, ; European Environment Agency, 24 ; ) le concept de changement climatique s est imposé petit à petit dans le monde scientifique et a été fortement relayé par les médias. Le monde viticole ne s en est pas ému outre mesure jusqu à maintenant, habitué qu il est à des variations importantes du climat annuel qu il doit gérer au mieux pour maintenir ses standards de qualité et la typicité de ses produits. Cependant de plus en plus d articles s intéressent à la viticulture en particulier (Jones and Davis, 2, Schultz, 2, Battaglini et al., 225) et montrent que les changements en cours peuvent avoir des incidences importantes sur l activité de la filière à une échelle de temps qui concerne les viticulteurs qui seront en activité dans les prochaines décennies. L enjeu est donc important et, sur la base des observations réalisées pendant les 3 dernières années sur le comportement de 4 cépages rouges, nous avons souhaité faire le point pour la moyenne vallée de la Loire. MATERIELS ET METHODES Dispositif expérimental Depuis 1976, le comportement de divers cépages rouges du Val de Loire - Cabernet franc (CF), Cabernet Sauvignon (CS), Gamay Beaujolais (GB) et Grolleau noir (GN) fait l objet d un suivi agroviticole sur le domaine expérimental INRA de Montreuil-Bellay (49 France). Un premier essai a été exploité de 1976 à 1998 ; chaque cépage était représenté par 6 rangs consécutifs de 35 ceps chacun, avec écartement de 2 m entre rangs et de 1,18 m entre ceps, soit une soit une surface de 2,36 m² par plant et une densité de 4237 plants / Ha. L ensemble de l essai était conduit en désherbage chimique total. A partir de, un essai similaire, planté en à proximité du premier, a pris le relais. Sur ce dernier, l écartement entre plants est de 1,15 m, soit une surface de 2,3 m² par plant et une densité de 4348 plants / Ha. Un inter-rang sur deux est enherbé, soit 25% de la surface de l essai. Avant véraison, un éclaircissage manuel est pratiqué sur la base d un rendement de 6 HL/Ha. Le sol, fertile et profond, est un sol brun calcique argilisé développé sur des marnes et calcaires marneux de l Oxfordien (Jurassique). En comparaison avec d autres sols de la moyenne vallée de la Loire, il induit une précocité moyenne ; la vigne y est peu sujette au stress hydrique, même en millésime sec. Le climat y est caractérisé par une température moyenne annuelle de 12,3 C et une pluviométrie de 579mm (moyennes sur 3 ans : -26). La durée d ensoleillement moyenne est de 296 heures (moyenne sur 25 ans : 26, sauf et 1982). L indice de Huglin évolue entre 1393 et La période d étude comprend l ensemble des années -26, à l exception de l année (gel). Suivi météorologique Le Domaine est équipé d une station météorologique complète (11 paramètres) intégrée au réseau national METEO-France. Les variables utilisées sont : températures moyennes corrigées (TMC), maximales (TX) et minimales (TN) en d C, pluviomètrie (RR) en mm, évapotranspiration potentielle Penman (ETPP) en mm, durée d insolation corrigée (DIC) en heures, rayonnement global (RG) en Joules/m 2, vitesse moyenne du vent (V) en m/s. Suivis phénologiques Les notations ont porté sur les principaux stades phénologiques floraison (F), véraison (V) et maturité approchée par la date de récolte (R), d après l échelle de Baggiolini (1952). Des dates de mifloraison (F5 = 5% de fleurs ouvertes) et mi-véraison (V5 = 5% de baies vérées) ont été calculées de façon à avoir un repère unique pour chaque cépage. Congrès sur le climat et la viticulture. Saragosse, Espagne, -14 avril 27 2

3 Suivis de maturation et qualité de la vendange Des suivis de maturation ont été effectués de la mi-véraison à la vendange, avec détermination de la masse des baies (g/ baies), de l acidité titrable (g H2SO4/L), des teneurs en acides malique et tartrique (g/l) et de la teneur en anthocyanes (mg/kg de baies). Les mêmes mesures et analyses ont eu lieu à la vendange. A cette date, la masse de grappes par cep a été déterminée (Kg/cep). Traitement des données Il a d abord consisté en un calcul de nouvelles variables (indice de Huglin, indice de maturité). Chaque groupe de variables a fait l objet de statistiques descriptives afin de préciser leurs caractéristiques globales sur l ensemble de la période. RESULTATS Météorologie Les températures moyennes annuelles augmentent de 1,5 C, de 11,5 à 13 C ; les minima de 1 C, de 7,3 à 8,3 C et les maxima de 2 C, de 15,7 à 17,7 C. La moyenne pluviométrique, elle, varie peu ; mais depuis, les écarts autour de la moyenne s amplifient avec des alternances d années très sèches (RR < 45mm : 199,, ) et d années très humides (RR > 7 mm : 1994,, 2, 22). Parallèlement, l évapotranspiration passe de moins de 7mm à plus de 85mm, soit une augmentation de 3%. La durée annuelle d ensoleillement passe de moins de 18 à plus de 2 heures et le rayonnement global d un peu plus de 4 MJ/m² à 5 MJ/m², soit presque 25% d augmentation. Sur la période végétative, généralement comprise entre le 1 er avril et le 3 septembre dans l hémisphère Nord, la température moyenne augmente très régulièrement, de 14,8 C à 18,1 C, les minima passent de à 12 C et les maxima de moins de 2 à plus de 24 C. C est donc sur la période végétative que l augmentation de température se fait le plus sentir. La pluviométrie oscille autour de 25mm avec les mêmes caractéristiques que sur l ensemble de l année. L évapotranspiration augmente d environ 1% par an, pour dépasser maintenant les 7mm. La durée d ensoleillement passe de 12 à plus de 15 heures et le rayonnement global de 3 à plus de 35 MJ/m². La courbe de tendance de l indice de Huglin croît de 15 à 2, soit une augmentation de 33%, plus de 1% par an (Fig. 1). La somme des températures supérieures à C sur la période avrilseptembre passe de 95 à 145, soit une augmentation de 5%. Ces données mettent en évidence une évolution du climat avec une importante augmentation de la température et de la durée d ensoleillement, non accompagnées d une modification substantielle de la moyenne des précipitations, mais si de leur fréquence, ce qui se traduit par une demande climatique de la vigne nettement plus forte qu il y a 3 ans. Des cépages comme le Cabernet franc et le Cabernet Sauvignon étaient considérés il y a 3 ans comme étant en Val de Loire à la limite nord de la culture de la vigne ; maintenant ils s y trouvent dans des conditions idéales pour exprimer tout leur potentiel. Phénologie Les données correspondent aux dates de 3 stades phénologiques, la mi-floraison, la mi-véraison et la maturation (approchée par la date de récolte), pour chaque cépage selon les différentes années. Les dates de mi-floraison et mi-véraison ne sont disponibles qu à partir du début ou du milieu des années 8 et la base de données n est pas complète. La date de mi-floraison pour l année 1998 est absente. Congrès sur le climat et la viticulture. Saragosse, Espagne, -14 avril 27 3

4 La floraison moyenne des cépages Gamay et Grolleau noir se situe le 12 juin, celle du Cabernet franc le 13 juin et celle du Cabernet Sauvignon le 15 juin. Avant 1988, la date de mi-floraison se situait souvent dans la seconde quinzaine de juin ; depuis, elle a rarement dépassé le 15 juin. Le cépage Gamay a la date de véraison moyenne la plus précoce : le 16 août. Il est suivi du Grolleau noir (21 août), puis du Cabernet Sauvignon (23 août) et du Cabernet franc (25 août). Les dates de mi-véraison du Gamay et Grolleau avaient généralement lieu fin août voire début septembre pour ce dernier ; depuis le début des années 2 elles se situent nettement dans la première quinzaine d août. Celles des Cabernets ont aussi été avancées, mais dans une moindre mesure et en 2 et 24 les mivéraisons de ces cépages sont survenues après le 2 août. La durée moyenne de la période mi-floraison/mi-véraison est la plus courte pour le Gamay (65 jours), suivi du Cabernet Sauvignon (68 jours) puis du Grolleau (7 jours) et enfin du Cabernet franc (74 jours). Ces durées ne semblent pas s être modifiées au cours des vingt dernières années. On note cependant une variabilité importante d une année à l autre (coefficient de variation de à 11%, sauf pour le Grolleau noir : 7,3%). La durée moyenne de la période mi-véraison récolte, elle, ne semble pas non plus être modifiée. Elle est nettement plus courte pour le Grolleau (36 jours) et le Gamay (39jours) que pour les Cabernet franc (41 jours) et Cabernet Sauvignon (47 jours). Ces deux cépages montrent une variabilité annuelle très importante quant à ce caractère (coefficient de variation de l ordre de 2%), contrairement au Gamay (14%) et surtout au Grolleau noir (3,2%). Les dates moyennes de vendange des cépages Gamay et Grolleau au cours de ces trente dernières années sont respectivement les 28 et 3 septembre. Celles des Cabernet franc et Cabernet Sauvignon les 8 et octobre. Les écarts à la moyenne sont fréquemment négatifs avant 199 et souvent positifs après cette date. Les dates de vendanges du Gamay et du Grolleau ont été avancées de plus de vingt jours, celle du cabernet franc de quinze jours et celle du Cabernet Sauvignon de l ordre de dix jours. Ces deux derniers cépages, plus tardifs que les autres, montrent aussi des fluctuations plus importantes dans leurs dates de récolte (Fig. 2). Qualité de la vendange La teneur en sucres augmente régulièrement au cours de la période, de moins de 18 g/l à plus de 22 g/l pour les cabernets, de 17 à 2 g/l pour le Gamay et de 15 à plus de 18 g/l pour le Grolleau. L acidité titrable décroît de l ordre de deux points pour chaque cépage, avec des variations annuelles importantes en relation avec la précocité des stades phénologiques et la pluviométrie estivale. Elle est désormais de l ordre de 4 à 6 g/l H2SO4. C est surtout la teneur en acide malique qui est responsable de cette diminution ; en effet elle a perdu environ 4 points pour se situer entre 1 et 2 g/l ces dernières années. En conséquence, l indice de maturité (rapport teneur en sucres / acidité titrable) a doublé pour l ensemble des cépages, de 3 à 6 pour les Cabernets et de 25 à 5 pour les Gamay et Grolleau (Fig. 3). En ce qui concerne les anthocyanes du raisin, une augmentation significative est notée depuis l an 2 chez les Cabernets : de 15 à 2 g/kg baies pour le Cabernet franc et de 22 à plus de 25 g/kg baies chez le Cabernet sauvignon. Par contre chez les Gamay et Grolleau, cépages plus précoces à teneur en anthocyanes nettement plus faible, aucune variation n a été constatée au cours de la période. DISCUSSION Des variations climatiques importantes ont été notées au cours de ces trente dernières années en moyenne vallée de la Loire. Les températures ont augmenté ainsi que le rayonnement global et la durée d insolation, ce qui s est traduit par une importante augmentation de l évapotranspiration, non compensée par une augmentation de la pluviométrie. Globalement ces nouvelles conditions climatiques sont plus favorables à un bon fonctionnement de la vigne (sommes de températures plus élevées, rayonnement photo synthétiquement actif plus important, meilleure efficience de l eau) qu elles ne l étaient il y a trente ans. Cependant, la fréquence des printemps et/ou étés secs a Congrès sur le climat et la viticulture. Saragosse, Espagne, -14 avril 27 4

5 tendance à augmenter (, 199,, 1996, 22, 24,, 26 1 ) et cela pose des problèmes dans certains sols superficiels sur roche-mère dure qui peuvent alors souffrir de stress hydrique avec blocage de la photosynthèse, d autant plus que les températures sont élevées. Cela entraîne des conséquences sur la composition des vendanges des Cabernets qui sont alors constituées de baies plus petites, moyennement riches en sucres, à faible acidité (en particulier des teneurs très basses en acide malique), mais très riches en anthocyanes et en tannins à cause du rapport élevé (pellicule + pépins) / pulpe. C est moins vrai pour les Gamay et Grolleau dont les baies, déjà nettement plus grosses que celles des Cabernets, réagissent fortement aux pluies de fin d été et d automne en augmentant rapidement de volume. En dehors de ces cas de stress hydrique, le changement climatique se traduit par une augmentation du degré potentiel des moûts, avec souvent un décalage entre la maturité technologique et la maturité phénolique, ce qui pose de nouveaux problèmes aux viticulteurs en termes de choix de date de vendange et d itinéraires oenologiques. Il y a eu d autres périodes où le climat a été plus favorable à la culture de la vigne ; la période est reconnue comme ayant eu un nombre important de vendanges précoces et de très bonne qualité. (jurés-courtiers réunis). Le changement actuel est notable depuis la fin des années quatre-vingt ; reste à savoir s il sera durable. En trente ans les pratiques agro-viticoles ont évolué. D un sol désherbé chimiquement sur sa totalité, on est passé à un enherbement des interlignes, ce qui a pour effet de limiter la vigueur de la vigne, réduire l incidence des maladies cryptogamiques et en principe le rendement. Cette technique, combinée à d autres éclaircissage des grappes, effeuillage de la zone des grappes ainsi qu à l usage de molécules fongicides plus performantes, fait que les principales maladies (mildiou, oïdium et Botrytis) sont désormais relativement aisées à contrôler en système de viticulture raisonnée. A la récolte, les écarts de triage pour cause de pourriture grise sont de moins et moins nombreux, aussi les rendements demeurent-ils aussi importants que par le passé, sinon plus. Ceux des cépages Gamay et Grolleau sont particulièrement difficile à maîtriser et ils peuvent exploser en année chaude et moyennement humide, sans perte significative de qualité de la vendange (ex. Grolleau : 25 HL/Ha,,5 alcool Vol., 3,5 g/l acidité H2SO4 et 1165 g/kg baies d anthocyanes). Il convient de signaler que, dans ces expérimentations, la vigne n a jamais bénéficié d aucune fertilisation minérale ; seule des restitutions organiques ont été effectuées par broyage des bois de taille. La surface foliaire exposée de la vigne (SFE) a aussi été modifiée par l augmentation de la hauteur de rognage. Les ébourgeonnages de printemps systématiques ainsi que des effeuillages précoces (entre nouaison et fermeture de la grappe), joints à une augmentation de la durée d ensoleillement, ont certainement contribué à une meilleure activité photo synthétique de la vigne et en particulier à une meilleure biosynthèse des composés phénoliques, ce qui semble le cas chez les Cabernets. Par contre, chez les Gamay et Grolleau, cépages plus précoces, la synthèse des anthocyanes est peutêtre ralentie par une véraison qui se trouve avancée en période de fortes chaleurs. Une enquête sur la perception des changements climatiques a été effectuée en 22 auprès de vignerons de plusieurs pays européens (Battaglini et al. ). En France, les vignerons du Val de Loire y avaient fortement contribué (5% des réponses). 8% a noté des changements qui portent sur l augmentation de la température avec des automnes et des hivers plus chauds, des étés plus secs mais aussi des risques d inondations plus élevés (en vallée du Rhône). Les conséquences les plus souvent mentionnées sont une avancée des stades phénologiques, une meilleure qualité de la vendange (53%), avec cependant une augmentation de variabilité de la qualité des vins. 43% n a pas noté de variation de rendement, mais 34% indique cependant une réduction due à la sécheresse estivale. Enfin, 45% pense qu il y a une augmentation de l incidence d insectes et de maladies ; cela 1 En, année de la canicule, la moyenne vallée de la Loire n a pas souffert de stress hydrique contrairement a beaucoup d autres régions de France et d Europe. Des orages à intervalles réguliers durant l été ont assuré une alimentation hydrique régulière à la vigne. Congrès sur le climat et la viticulture. Saragosse, Espagne, -14 avril 27 5

6 n a absolument pas été le cas sur nos expérimentations. Avec le réchauffement, il y a cependant un risque avéré de remontée de nouveaux parasites des régions méridionales vers les vignobles septentrionaux. Face à ces changements qui semblent bien réels et commencent à préoccuper les producteurs, quelles sont les marges d adaptation? Le changement variétal est mentionné comme une possibilité dans seulement 3% des réponses ; il y a là certainement un aspect réglementaire lié aux décrets d appellations d origine contrôlée. Mais il y a d autres possibilités. En moyenne vallée de la Loire, plusieurs grands vignobles disposent maintenant d une cartographie de leurs unités de terroir. La connaissance des potentialités qui en résulte potentiel de précocité, potentiel de vigueur, en relation avec la profondeur d enracinement de la vigne et la réserve en eau du sol, offre aux viticulteurs une série d options à court, moyen et long terme pour une meilleure adéquation entre propriétés physiques de l environnement, matériel végétal et pratiques. A court terme, les possibilités consistent à adapter certaines pratiques agro-viticoles qui peuvent avoir une incidence non négligeable sur la précocité et l alimentation hydrique : entretien du sol avec ou sans couverture herbacée, date et type de taille, hauteur de rognage, A moyen et long terme, les adaptations se feront au fur et à mesure du remplacement du vignoble ; elles devront concerner d une part le choix des unités de terroir et d autre part le type d associations cépage porte-greffe à y planter. Des unités de terroirs actuellement peu propices à une production viticole de qualité à cause d un potentiel de précocité trop faible ou de réserve en eau du sol trop importante pourraient s avérer dans l avenir comme des terroirs à privilégier pour assurer un fonctionnement de la vigne qui permette le maintien d une qualité de vendange en accord avec la typicité recherchée pour les vins. D autres unités de terroirs pourraient être abandonnées, car trop fréquemment sujettes à des stress hydriques importants, à moins que de nouvelles réglementations ne se mettent en place. CONCLUSIONS Depuis 3 ans, l augmentation de la température et de la durée d ensoleillement en moyenne vallée de la Loire, a contribué à modifier certaines variables de fonctionnement de la vigne, en particulier la précocité et le régime d alimentation hydrique. Parallèlement, la mise en œuvre de nouvelles pratiques agro-viticoles a eu aussi une incidence sur le fonctionnement de la vigne, en termes de maîtrise de la vigueur et de l incidence des maladies cryptogamiques. Ces deux facteurs climat et pratiques ont ensemble contribué à l obtention d une vendange de meilleure qualité, et ce, de manière plus régulière que par le passé, avec cependant des déséquilibres assez fréquents en lien avec des problèmes de stress hydrique. Si la tendance climatique actuelle devait se confirmer, les viticulteurs possèdent une marge de manœuvre importante avec la possibilité de jouer sur l adéquation entre les cépages actuels et les unités de terroir, d utiliser des porte-greffe et clones mieux adaptés aux propriétés physiques du milieu et de mettre en œuvre de nouvelles pratiques qui restent encore à inventer. Congrès sur le climat et la viticulture. Saragosse, Espagne, -14 avril 27 6

7 BIBLIOGRAPHIE BAGGIOLINI M., Les stades repères dans le développement annuel de la vigne. Rev. Romande agric. et vitic., 8, 4-6. BARBEAU G., BOURNAND S., CHAMPENOIS R., BOUVET M.H., BLIN A., COSNEAU A., 24. Comportement de 4 cépages rouges du val de Loire. Relations entre les variables climatiques et la composition des baies. J. Int. Sci. Vigne Vin, 24, 38, n 1, BARBEAU G., RAMILLON D., BLIN A., MARSAULT J., LANDURE J.,. Effets combinés de l'enherbement et du porte-greffe sur le comportement agronomique du Cabernet franc. Actes des XIVè Journées GESCO, Geisenheim, Allemagne, août, Vol. 2, session "relations hydriques, sol, racines", BATTAGLINI A., BARBEAU G., BINDI M., BADECK F.W.,. Perception of climate change impacts and options for adaptation by European winegrowers. EUROPEAN ENVIRONMENT AGENCY, 24 Impacts of Europe's changing climate. An indicator-based assessment. Luxembourg: Office for Official Publications of the European Communities, 7 p. IPCC,. Climate Change : The scientific basis. Contribution of Working Group I to the Third Assessment JONES GV, DAVIS RE. 2. Climate influences on grapevine phenology, grape composition, and wine production and quality for Bordeaux, France. American Journal of Enology and Viticulture 51: SCHULTZ HR. 2. Climate change and viticulture: A European perspective on climatology, carbon dioxide and UV-B effects. Australian Journal of Grape and Wine Research Australia 6: Remerciements. L auteur tient à remercier toutes les personnes de l unité Vigne et Vin de l INRA d Angers qui ont participé de près ou de loin à cette expérimentation, en particulier les agents du Domaine expérimental de Montreuil-Bellay et ceux des laboratoires d analyses et de l atelier pilote d œnologie d Angers. Congrès sur le climat et la viticulture. Saragosse, Espagne, -14 avril 27 7

8 R 2 =, R 2 =,6413 Congrès sur le climat et la viticulture. Saragosse, Espagne, -14 avril Fig. 1. Evolution de l indice de Huglin (IH) - Fig. 1. Evolution of the Huglin Index (HI) Cabernet franc Gamay R 2 =,24 R 2 =,49 Cabernet Sauvignon R 2 =,16 Fig. 2. Date de vendange. Ecarts à la moyenne - Fig. 2. Harvest date. Deviation from the average indice maturité Cabernet franc indice maturité Gamay R 2 =,436 R 2 =,6177 Fig. 3. Evolution des indices de maturité. - Fig. 3. Evolution of the maturity indices Grolleau noir indice maturité Cabernet Sauvignon indice maturité Grolleau noir R 2 =,59 R 2 =,4311 R 2 =,69

Influence du changement. agronomiques de la vigne

Influence du changement. agronomiques de la vigne Influence du changement climatique sur les résultatsr agronomiques de la vigne à l'aide du modèle STICS Iñaki García a de Cortázar Atauri Unité CSE - Avignon Réunion Protection du Vignoble Changement Climatique

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

Le potentiel phénolique du Cabernet franc

Le potentiel phénolique du Cabernet franc Le potentiel phénolique du Cabernet franc Synthèse de 8 années dʼexpérimentations Yves Cadot INRA, UE 1117 Vigne et Vin, F-49070 Beaucouzé, France Avec la collaboration de : Michel Chevalier INRA, UMR

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Journées Techniques Viticulture Biologique 15 & 16 décembre 2010 à Angers

Journées Techniques Viticulture Biologique 15 & 16 décembre 2010 à Angers E. Maille Journées Techniques Viticulture Biologique 15 & 16 décembre 2010 à Angers AIVB-LR SOMMAIRE CONFERENCE 1 : CHOIX DES ITINERAIRES TECHNIQUES Pratiques agro-viticoles et qualité des mouts... 5

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Les facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin Veille concurrentielle 2012. 18 juin 2013 Vinexpo 2013, Bordeaux

Les facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin Veille concurrentielle 2012. 18 juin 2013 Vinexpo 2013, Bordeaux Les facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin Veille concurrentielle 2012 18 juin 2013 Vinexpo 2013, Bordeaux 1 Les facteurs de compétitivit titivité sur le marché mondial du vin Veille concurrentielle

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

La culture de la vigne au Québec; Tout ce dont vous devez savoir.

La culture de la vigne au Québec; Tout ce dont vous devez savoir. La culture de la vigne au Québec; Tout ce dont vous devez savoir. Texte rédigé pour les Journées horticoles des Laurentides Par Larbi Zerouala, agronome Conseiller en horticulture 450-971-5110, poste 227

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Elodie Briche *, Gérard Beltrando *, Claude Kergomard **, Hervé Quénol ***

Elodie Briche *, Gérard Beltrando *, Claude Kergomard **, Hervé Quénol *** N e uv iè m e s Re nc o n t re s d e T hé o Q ua n t Besa nç o n, 4-6 ma rs 2 0 09 h t tp : // t h e ma. u n i v- fc o m te.f r / Utilisation des sorties du modèle numérique ARPEGE-Climat pour la simulation

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

M. F. PITA Departamento de Geografía Física. Universidad de Sevilla. C/ María de Padilla s.n. 41.002-SEVILLA (Espagne). mfpita@cica.

M. F. PITA Departamento de Geografía Física. Universidad de Sevilla. C/ María de Padilla s.n. 41.002-SEVILLA (Espagne). mfpita@cica. Un nouvel indice de sécheresse pour les domaines méditerranéens. Application au bassin du Guadalquivir (sudo-uest de l Espagne). En: Un nouvel indice de sécheresse pour les domaines méditerranéens. Application

Plus en détail

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax Du Thermostat à l ordinateur climatique Vincent Aubret Hortimax 1 Introduction 2 Régulateurs de type thermostat Applications : Idéal pour la régulation simplifiée de type Tunnels, Hall Alarme haute et

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

La Vinification en Alsace

La Vinification en Alsace La Vinification en Alsace La grande caractéristique des Vins d Alsace est qu ils sont tous élaborés à partir de cépages très aromatiques. Le vinificateur n aura de cesse, tout au long des vendanges et

Plus en détail

LE MOT DU PRESIDENT. «La technique pour le défi de la qualité»

LE MOT DU PRESIDENT. «La technique pour le défi de la qualité» LE MOT DU PRESIDENT Le Colloque Viticole et Œnologique Régional 2012, organisé par la Chambre d Agriculture de Loir-et-Cher aura pour thème cette année : «La technique pour le défi de la qualité» 2012

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes

Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes Y. Curnel 1, F. Vanwindekens 1, A. Gobin 2, S. Zamani 3, H. Van de Vijver

Plus en détail

Royaume du Maroc Secrétariat d État auprès du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement, Chargé de l Eau et de l Environnement Direction de la Météorologie Nationale Variabilité

Plus en détail

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Boutenac Info La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Edito Nos lignes se sont coupées depuis plusieurs mois et pour cause! De nombreuses activités ont occupé

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

FLASH SPECIAL GRELE. A l heure actuelle, il est impossible d estimer les dégâts occasionnés au vignoble.

FLASH SPECIAL GRELE. A l heure actuelle, il est impossible d estimer les dégâts occasionnés au vignoble. A tous les Adhérents FLASH SPECIAL GRELE Bilan météo de la nuit du 12 au 13 mai : Dans la nuit du 12 au 13 mai, un violent orage a éclaté sur le canton de Branne, accompagné de vent et surtout d averse

Plus en détail

LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE. par Bruno Tisseyre 1

LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE. par Bruno Tisseyre 1 1 LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE par Bruno Tisseyre 1 RÉSUMÉ Avec la médiatisation des applications développées à partir des drones, la télédétection appliquée à l'agriculture fait aujourd hui beaucoup

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Fiches cépages. Technoresto.org

Fiches cépages. Technoresto.org Fiches cépages Technoresto.org Index Le chardonnay...1/16 Description...1/16...1/16...1/16...1/16 Le sauvignon...2/16 Description...2/16...2/16...2/16...2/16 Le viognier...3/16 Description...3/16...3/16...3/16...3/16

Plus en détail

Créer, sur ce terroir d excellence, l un des plus grands vins blancs secs du marché. «Sur ce terroir exceptionnel, je suis venu

Créer, sur ce terroir d excellence, l un des plus grands vins blancs secs du marché. «Sur ce terroir exceptionnel, je suis venu C est sur un très ancien terroir du Sauternais, parmi les plus grands du Bordelais, que se situe l acte de naissance du Clos des Lunes, récemment signé par Olivier Bernard et l équipe du Domaine de Chevalier.

Plus en détail

LA PRODUCTION DE MES VIGNES EST-ELLE COUVERTE EN CAS D INTEMPERIES?

LA PRODUCTION DE MES VIGNES EST-ELLE COUVERTE EN CAS D INTEMPERIES? LA PRODUCTION DE MES VIGNES EST-ELLE COUVERTE EN CAS D INTEMPERIES? Il existe plusieurs dispositifs publics et privés pour indemniser voire réduire l impact financier d un aléa climatique qui détruit en

Plus en détail

Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA

Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA Fatima Driouech et Atika Kasmi Le travail effectué par l équipe de la DMN, dans le cadre du projet et durant cette première période,

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Evaluation de la typicité des vins liés au terroir : proposition de méthodes pour les professionnels de la filière

Evaluation de la typicité des vins liés au terroir : proposition de méthodes pour les professionnels de la filière Evaluation de la typicité des vins liés au terroir : proposition de méthodes pour les professionnels de la filière Ronan SYMONEAUX, Isabelle MAITRE, Frédérique JOURJON UMT VINITERA- Laboratoire GRAPPE

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Jean-François DEJOUX CESBIO & Luc CHAMPOLIVIER CETIOM Télédétection en agriculture : nouveau

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats Analyses et résultats Numéro 84 - mai 2014 La production agricole est par nature soumise aux aléas climatiques. Le phénomène n est pas nouveau. Toutefois, au cours des vingt dernières années, le profil

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Ver de la grappe: cochylis

Ver de la grappe: cochylis Fiche: 050 Ver de la grappe: cochylis (Eupoecilia ambiguella Hb.) Auteurs: P.-J. Charmillot, D. Pasquier, U. Remund et E. Boller Aire de répartition La cochylis de la vigne est une tordeuse dont l'aire

Plus en détail

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se PHYTOREM S.A. L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se Le BAMBOU-ASSAINISSEMENT Le Procédé Sol EFFLUENTS EXPORTATION VERS LA TIGE Chaume ou tige Pollution organique et minérale

Plus en détail

Maïs grain irrigué. Synthèse variétale 2014

Maïs grain irrigué. Synthèse variétale 2014 Maïs grain irrigué Synthèse variétale 2014 Les récoltes 2013 comme celles de 2012 se sont faites sur des sols trempés et tardivement. L hiver très doux, très humide, en absence totale de gel n a pas permis

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Conseil Spécialisé fruits et légumes

Conseil Spécialisé fruits et légumes Conseil Spécialisé fruits et légumes Proposition d axes pour l expérimentation pour 2013/2015 dans la filière fruits et légumes frais (hors pomme de terre) 18 décembre 2012 FranceAgriMer Préparation de

Plus en détail

Grêle : précipitation de glace avec un diamètre de quelque cm Grésil : grêlon avec un diamètre <5mm peu de dégâts

Grêle : précipitation de glace avec un diamètre de quelque cm Grésil : grêlon avec un diamètre <5mm peu de dégâts 1. 2 CHAPITRE 2 : PROTECTION DES CULTURES CONTRE LES ACCIDENTS CLIMATIQUES 2.1 Grêle Grêle : précipitation de glace avec un diamètre de quelque cm Grésil : grêlon avec un diamètre

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

: IDENTIFIANT : BOURGOGNE, MOT DE PASSE : CAVB

: IDENTIFIANT : BOURGOGNE, MOT DE PASSE : CAVB SPECIALE ASSURANCES N 51 bis du mois de janvier 2014 La CAVB s est rapprochée de quelques compagnies d assurance afin de connaître les différentes offres existantes concernant les aléas climatiques. Vous

Plus en détail

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Évaluation du Risque d Inondation dans la Démarcation Hydrographique de Congrès SHF, Evénements extrêmes fluviaux et maritimes, Paris, 1-2 février

Plus en détail

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires CHOU BIOLOGIQUE Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires Essai de plein champ conditions expérimentales 1 Auteurs : Christian ICARD (Ctifl-SERAIL), Nadine

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES. > ÉDITION septembre 2013 RÉCOLTE 2013. Qualité des blés durs français

CARACTÉRISTIQUES. > ÉDITION septembre 2013 RÉCOLTE 2013. Qualité des blés durs français CARACTÉRISTIQUES > ÉDITION septembre 213 RÉCOLTE 213 Qualité des blés durs français ÉDITORIAL BLÉ DUR 213 : UNE PRODUCTION À 1,7 MILLION DE TONNES ET UNE QUALITÉ VARIABLE SELON LES SITUATIONS La production

Plus en détail

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015 1 A retenir cette semaine - Très nette accélération des stades phénologiques. - 81% des cuvettes piègent des charançons de la tige du colza cette semaine. Le risque va s amplifier en fin de semaine avec

Plus en détail

Mesure de la teneur en alcool

Mesure de la teneur en alcool 37 Mesure de la teneur en alcool 1 Rôle de l alcool dans les vins 285 1.1. Sur le plan organoleptique 285 1.2. Sur le plan biologique 285 1.3. Sur le plan réglementaire 285 1.4. Sur le plan commercial

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

I ntroduction. Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie. Caractéristiques et avantages

I ntroduction. Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie. Caractéristiques et avantages Catalogue Réfrigération Section Notice technique JC-TH230-1xM Edition 060212 Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie I ntroduction Conçu pour faciliter le travail de l installateur,

Plus en détail

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine Revue des Energies Renouvelables Vol. 11 N 4 (2008) 587 594 SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine S. Kherris 1*, M. Makhlouf 1 et A. Asnoun 2 1 Laboratoire des Matériaux et des Systèmes

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

Collaborations avec la Thaïlande Enseignement, Recherche

Collaborations avec la Thaïlande Enseignement, Recherche Collaborations avec la Thaïlande Enseignement, Recherche (non exhaustif ) Un pays économiquement avancé Un réseau d'universités, des centres de recherche Des structures de coopération en place (CIRAD,

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

IGP CITE DE CARCASSONNE-CABERNET

IGP CITE DE CARCASSONNE-CABERNET IGP CITE DE CARCASSONNE-CABERNET Assemblage : 70% Cabernet franc - 30% Cabernet sauvignon Belle robe rouge avec des reflets violines - Nez très marqué par le fruits avec des notes de cassis, poivre et

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Proposition d article pour le colloque SFER. ANGERS, décembre 2013

Proposition d article pour le colloque SFER. ANGERS, décembre 2013 Proposition d article pour le colloque SFER ANGERS, décembre 2013 Convergence et différence dans la représentation des vins rouges de Bourgogne chez les professionnels de la filière viti-vinicole Monia

Plus en détail

le coupage de vins en Valais

le coupage de vins en Valais Grand Conseil Commission de gestion Grosser Rat COMMISSION DE GESTION DU GRAND CONSEIL Rapport sur le coupage de vins en Valais Session de juin 2014 Commission de gestion 2/11 SOMMAIRE Page 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

sur le réseau de distribution

sur le réseau de distribution EDF-R&D Département MIRE et Département EFESE 1, avenue du Général de Gaulle 92141 Clamart Impact qualité du site photovoltaïque "Association Soleil Marguerite" sur le réseau de distribution Responsable

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Soutenir les petits agriculteurs et leurs organisations grâce à l intelligence économique XOF / kg RONGEAD has been supporting

Plus en détail

Livret de dégustation Veuillez trouver ci-joint notre fiche descriptive des vins d automne-hiver 2013

Livret de dégustation Veuillez trouver ci-joint notre fiche descriptive des vins d automne-hiver 2013 Voyage de fin d études 2014 Livret de dégustation Veuillez trouver ci-joint notre fiche descriptive des vins d automne-hiver 2013 Au profit du voyage de fin d étude 2014, nous vous proposons une sélection

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

Bancs publics. Problématiques traitées : FICHE

Bancs publics. Problématiques traitées : FICHE Bancs publics Pour un piéton dont les ressources de mobilité sont limitées, le banc public n est pas uniquement un lieu de détente, mais il lui sert également à retrouver des forces pour poursuivre son

Plus en détail

Station météo autonome avec transmission par GSM DATA

Station météo autonome avec transmission par GSM DATA Station météo autonome avec transmission par GSM DATA CIMA TECHNOLOGIE 142 Allée du Berfayet 69250 Montanay France Page 1 sur 9 Cette station météorologique est spécialement étudiée pour être installée

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Congrès International sur l Assurance et la Réassurance des Risques Agricoles

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail