DES de Pathologie AFIAP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DES de Pathologie AFIAP"

Transcription

1 DES de athologie AFIA 21 novembre 2009 J. Audouin,, S. ain

2 IMMUNOHISTOCHIMIE Introduction I - Différentes méthodes AC conjugués Enzyme - anti-enzyme : A, AAA rotéine conjuguée : avidine, streptavidine Amplification par la tyramide olymère de dextran II - Enzymes et chromogènes III - Anticorps IV - réparation tissulaire 1. Fixation et inclusion en paraffine 2. Tissu congelé V - Contrôles VI - Quantification

3 IMMUNOHISTOCHIMIE rincipe Fluorochrome Enzyme Antigène Détection d une substance chimique dans un tissu ou dans une cellule par un anticorps (AC) dirigé contre cette substance. Les AC sont appliqués sur la section tissulaire (ou sur la cellule) pour se lier à l antigène (Ag) correspondant. Un système de détection est ensuite utilisé pour identifier le lieu de la réaction antigène-ac. Ce système de détection utilise des molécules marquées qui peuvent être visualisées : soit par un microscope à lumière blanche : enzymes soit par un microscope à fluorescence : fluorochromes

4 Antigènes (Ag) L antigène : molécule complexe, habituellement une glycoprotéine, immmunogène, capable d induire la production d AC chez un animal d espèce différente. Un antigène comporte en fait plusieurs déterminants antigéniques ou épitopes (3 à 8 acides aminés) dont la configuration est complémentaire du site AC des immunoglobulines qui leur correspondent. antigène Epitopes antigéniques

5 Anticorps (AC) Les anticorps : immunoglobulines comportant une paire de chaînes légères et une paire de chaînes lourdes reliées par des ponts disulfures Les chaînes lourdes et légères ont une région constante et une région variable. Les sites de liaison avec l épitope sont formés par les extrémités variables de chaque paire chaîne lourde-chaîne légère. Un anticorps monoclonal est dirigé contre un seul épitope antigénique. Un antigène comportant plusieurs épitopes peut être reconnu par plusieurs anticorps différents.

6 1 - Anticorps conjugués La molécule marquée est conjuguée à une immunoglobuline : soit l anticorps primaire (méthode directe) soit l anticorps secondaire (méthodes indirectes) Méthode directe Anticorps primaire (spécifique de l antigène) conjugué à la molécule marquée (enzyme ou fluorochrome) AC primaire conjugué avantages : rapidité peu de réactions non spécifiques double marquage Antigène inconvénients : sensibilité faible

7 1.2 - Méthode indirecte Anticorps primaire non conjugué se lie à l antigène Anticorps secondaire conjugué à la molécule marquée dirigé contre les immunoglobulines de l animal chez lequel est préparé l anticorps primaire Avantages : Sensibilité augmentée (AC primaire : plusieurs sites de liaison pour l AC secondaire) AC II conjugué AC primaire Inconvénients : Réactions croisées avec les Ig endogènes. Antigène

8 2 - Méthode enzyme-anti anti-enzyme Méthode utilisant des anticorps non conjugués Elle utilise un complexe soluble constitué par une enzyme (HR, A) et un anticorps dirigé contre l enzyme Séquence : 1. AC primaire non conjugué 2. AC de liaison 3. complexe enzyme-anti-enzyme L AC primaire et l AC du complexe enzyme-anti-enzyme doivent provenir de la même espèce animale afin que l AC secondaire puisse lier les deux AC ensemble Le nom de la méthode dépend de l enzyme utilisée : A (peroxydase-anti-peroxydase) AAA (phosphatase alcaline-anti-phosphatase alcaline) Avantages : sensibilité augmentée.

9 2 - Méthode enzyme-anti anti-enzyme Méthode utilisant des anticorps non conjugués Elle utilise un complexe soluble constitué par un enzyme (HR, A) et un anticorps dirigé contre l enzyme AC anti-enzyme enzyme Complexe enzyme anti-enzyme

10 Méthode enzyme-anti anti-enzyme Complexe A Complexe AAA Séquence : I. AC primaire non conjugué II. AC de liaison III. Complexe enzyme-anti-enzyme III II AC de liaison AC de liaison I AC primaire AC primaire Technique A Technique AAA L AC primaire et l AC du complexe enzyme-anti-enzyme doivent provenir de la même espèce animale afin que l AC secondaire puisse lier les deux AC ensemble Le nom de la méthode dépend de l enzyme utilisée : A (peroxydase-anti-peroxydase) AAA (phosphatase alcaline-anti-phosphatase alcaline)

11 3 - Méthodes streptavidine-biotine Méthode utilisant la grande affinité de la streptavidine pour la biotine. Streptavidine : Streptomyces avidinii, ph7, pas d hydrate de carbone. biotine : vitamine de faible poids moléculaire. La streptavidine a 4 récepteurs pour la biotine. La biotine peut être couplée aux anticorps et aux enzymes (enzyme biotinylé). La streptavidine peut être couplée aux enzymes Deux méthodes streptavidine-biotine sont fréquemment utilisées. Ces deux méthodes nécessitent un AC biotinylé comme AC de liaison Complexe streptavidine-biotine (SAC). Complexe tridimensionnel comportant de l avidine en excès et de la peroxydase biotinylée Streptavidine conjuguée-biotine (LSA). Septravidine conjuguée à l enzyme. Avantages : sensibilité. Inconvénients : biotine endogène dans de nombreux tissus (foie, rein,...)

12 Complexe streptavidine-biotine (SAC) S-AVIDINE AC II biotinylé S-avidine + peroxydase biotinylée AC primaire Complexe streptavidine - iotine : SAC

13 Complexe streptavidine-biotine (SAC). Complexe tridimensionnel comportant de l avidine en excès et de la peroxydase biotinylée. AC II biotinylé AC primaire

14 Streptavidine conjuguée-biotine (LSA) Septravidine conjuguée à l enzyme S-AVIDINE AC II biotinylé Streptavidine - peroxydase AC primaire

15 4 - Amplification par la tyramine Catalysed Reporter Deposition (CARD) ou Catalysed Signal Amplification (CSA) rincipe : la peroxydase catalyse la formation de radicaux tyramine. Ces radicaux se lient de façon covalente avec les protéines de proximité. T + S-AVIDINE Tyramine biotinylée Avidine-peroxydase

16 4 - Amplification par la tyramine Méthodologie : Technique conventionnelle : LSA peroxydase SAC peroxydase Incubation avec la tyramine biotinylée et H2O Révélation de la tyramine biotinylée par S.avidine-peroxydase ou SAC-peroxydase. III S-AVIDINE S-AVIDINE Technique CSA V S-AVIDINE I II S-AVIDINE I. AC primaire II. AC secondaire III. SA- peroxydase IV. Tyramine biotinylée V. SA- peroxydase IV T T T S-AVIDINE

17 MDH: CD30 SAC - DA MDH: CD30 CSA - DA

18 MDH: CD30 CSA - DA MDH: CD30 CSA - AEC

19 5 - olymère couplé à la peroxydase Ehanced olymer One step Staining (EOS) olymère couplé à de nombreuses molécules de peroxydase Méthodologie : AC primaire couplé au polymère-peroxydase olymère AC primaire Technique EOS

20 II ENZYMES Méthodes immunoenzymatiques : réaction enzyme-substrat pour convertir un chromogène non coloré et soluble en un produit final coloré insoluble Formule générale : enzyme + substrat complexe ES ES roduit coloré + Enzyme Ex : peroxydase eroxydase + H2O2 eroxydase H2O2 + Donneur d électron (par ex. DA) oxydation molécule colorée insoluble + H2O + oxygène Sélection des enzymes utilisables en immunohistochimie la conjugaison (AC, avidine,...) ne doit pas abolir l activité enzymatique l enzyme lié doit être stable en solution les produits de la réaction colorée doivent être détectables et stables.

21 1 eroxydase 40kD, racine de radis noir substrat : H2O2 activité endogène : lignée myéloïde, hémoglobine inhibition : H2O2 en excès Chromogènes DA AEC - produit brun, - insoluble dans l alcool et les solvants organiques - possibilité d intensification par le tetroxyde d osmium ou par des métaux lourds (cuivre, cobalt,...) - produit rouge - soluble dans l alcool montage en milieu aqueux.

22 MDH: CD30 SAC - DA MDH: CD30 SAC - AEC

23 MDH: CD30 CSA - DA MDH: CD30 CSA - AEC

24 Immunoglobuline : comparaison AEC et DA Kappa Lambda DA DA AEC AEC

25 2 - hosphatase alcaline hosphatase alcaline intestinale de veau, 100kD Substrat : esters de phosphate de naphtol Activité endogène : intestin, rein, ostéoblastes, cellules endothéliales, polynucléaires, etc... Inhibition de l activité endogène : lévamisole (pas de blocage de la A intestinale) Chromogènes Substrat naphtol AS-MX phosphate : - Fast Red, Fast lue produit rouge ou bleu soluble dans l alcool et les solvants organiques - New Fuchsin produit rouge insoluble dans l alcool Substrat 5-romo-4-chloro-3-indoxyl phosphatase (CI) - Nitro leu de Tetrazolium (NT) produit pourpre noir insoluble

26 III - ANTICORS Anticorps polyclonaux Antisérum produit par immunisation d un animal. Il est produit par différentes cellules et réagit avec différents épitopes de la molécule antigénique roduction : résentation : Avantages : lapin, chèvre, porc, mouton - antisérum total (bruit de fond) - fraction d Ig purifié - AC spécifique de l antigène (Ag) - faible coût - facilité de production - bonne affinité Inconvénients : - réactions non spécifiques (AC naturels) - bruit de fond - reproductibilité dans le temps - nécessité de purifier l Ag

27 Anticorps monoclonaux Les anticorps monoclonaux sont produits par des clones de plasmocytes. Les AC d un clone donné sont immunologiquement identiques et réagissent avec un seul épitope de l Ag. Avantages : - spécificité : un seul déterminant antigénique - AC standardisés permettant une nomenclature précise : CD, cytokératines,... - production permanente - absence de variation qualitative Inconvénients : - nécessité d AC présentant une grande affinité Limites : - AC dirigé contre un seul épitope. Si l épitope est détruit par la préparation tissulaire, la réaction sera négative - l épitope peut être présent dans des molécules différentes Ex : HNK-1 : Ag CD57 (cellules T ou NK) et protéine MAG, glycoprotéine associée à la myéline (cellules de Schwann) - la même molécule peut être présente dans des cellules différentes Ex : CD4 : lymphocytes T facilitants et histiocytes

28 Hyperplasie lymphoïde folliculaire : tissu fixé et inclus en paraffine IgD Ac monoclonal IgD Ac polyclonal IgD Ac polyclonal

29 Sélection des AC clone espèce animale, technique de préparation, classe d Ig concentration en AC spécifique date de péremption description de l Ag, indications sur les témoins positifs caractéristiques techniques ordre de grandeur de la dilution tampon de dilution réactivité en fonction des fixateurs prétraitement nécessaire conditions de stockage lyophilisés +4 C concentrés aliquots à -20 C dilués +4 C

30 IV- REARATION TISSULAIRE 1 - Fixation et inclusion en paraffine Avantages : - qualité de la morphologie cellulaire et tissulaire - facilité de conservation et de transport des blocs tissulaires - matériel usuel des pathologistes Inconvénients : - la plupart des épitopes antigéniques sont masqués ou détruits par les fixateurs uts de la fixation En immunohistochimie : - préserver l intégrité de l antigène - éviter l extraction, la diffusion et le déplacement des molécules En fait : les modifications des protéines au cours de la fixation ne sont pas toujours compatibles avec la préservation de l activité antigénique

31 1.2 - Différents fixateurs Fixateurs coagulants Ex. éthanol, méthanol, Carnoy préservent les Ag de poids moléculaire élevé (Ig, filaments, récepteurs, ) extraction des Ag de faible poids moléculaire Fixateurs par ponts protéiques Ex. Formaldéhyde 10 % formalin (solution du commerce), 4 % formaldéhyde ph neutre : acétate de sodium, carbonate de calcium, S réaction avec protéines: ponts méthylènes entre les chaînes polypeptidiques augmentation des ponts protéiques : ph acide, fixation longue stockage prolongé du formol : - formation d acide formique - formation de polymères (+++) qui augmentent les ponts protéiques Fixateurs mixtes Acides : ouin (acide picrique + acide acétique) AFA Attention : les acides sont responsables d altérations antigéniques +++

32 Notes sur les fixateurs Facteurs influençant la conservation antigénique nique : fixateur durée de la fixation facteurs locaux : ph, composition du compartiment cellulaire (Ex. : immunoglobulines) Epitopes antigéniques niques (3-8 8 AA) soit détruits, cassés soit masqués Une molécule contient de multiples épitopes antigéniques niques : intérêt des AC polyclonaux

33 1.3 Récupération antigénique Démasquage enzymatique Avantages des enzymes protéolytiques : démasquer des épitopes antigéniques cachés ou pliés par ouverture des protéines supprimer des agrégats de macromolécules empêchant l accessibilité à l antigène démasquer les ponts protéiques induits par les fixateurs diminuer le bruit de fond par destruction des sites protéiques de la substance fondamentale augmenter la pénétration des anticorps dans les tissus Inconvévients des enzymes protéolytiques ils peuvent couper ou détruire les Ag faux négatif Agents protéolytiques protéase pepsine trypsine

34 Chaleur Incubateur (bain marie), autoclave, micro-ondes ondes augmentation de la réactivité augmentation de l intensité du signal détecte des Ag non détectables après fixation : Ki-67, Ig de surface, CD20 (ouin) Micro-ondes ondes température : 100 C +/- 5 C cycles courts : 5 mn, x 1, x 2, x 3 Incubateur température : 95 C +/- 2 C 40 mn Solutions tampons pour l incubation Solutions tampons pour l incubation : citrate 10 mm, ph 6 EDTA ph 9, ph 9,9 UREE 2 M, 4 M

35 Augmentation de la pénétration de l anticorps Détergents à ajouter soit dans les tampons, soit dans l AC dilué triton X 100, Tween 20, saponine acétone enzymes protéolytiques

36 2 - Coupes au cryostat de blocs congelés Avantages : - conservation de la plupart des épitopes antigéniques Inconvénients : - congélation immédiate du tissu frais (prévoir le prélèvement congelé) - médiocrité de la morphologie cellulaire et tissulaire - difficulté de conservation et de transport des blocs congelés

37 Morphologie sur congélation TTF-1 sur congélation

38 TTF-1 extemporané TTF-1 sur tissu fixé

39 TTF-1 extemporané TTF-1 sur tissu fixé

40 2.1 - Congélation Congélation immédiate par immersion dans l azote liquide (-196 C) pendant 5 à 10 mn congeler, si possible, plusieurs fragments tissulaires (5 x 5 x 3 mm) la chaîne du froid ne doit plus être interrompue Les blocs congelés seront transportés, même pour une courte distance, dans l'azote liquide (ou dans de la carboglace à -60 C) Conservation des blocs congelés azote liquide congélateur à -80 C Coupes au cryostat (-( 20 C) Coupes régulières à 5-6 µm Séchage à l air, à température ambiante, pendant au moins 2 heures Fixation des coupes dans l acétone à +4 C, pendant 5 à 10 mn - soit techniquées immédiatement - soit stockées à -80 C

41 V - CONTROLES de QUALITE Validation de la technique et spécificité du signal ositifs Les contrôles positifs sont utilisés pour valider l AC primaire et les différentes étapes de la technique. tissu témoin contenant l Ag recherché témoin endogène +++ (préparation tissulaire + technique) Négatifs Un contrôle négatif est utilisé pour évaluer l intensité du bruit de fond non spécifique. omission de l AC primaire AC de la même espèce non immun absorption de l AC primaire avec l antigène purifié blocage des sites antigéniques par un AC d une autre espèce réparation tissulaire témoin endogène molécule présente dans tous les tissus : par ex. Vimentine

42 VI - QUANTIFICATION EN IMMUNOHISTOCHIMIE La quantification comporte : 1 - Nombre de cellules positives dans un tissu 2 - Intensité du signal immunohistochimique quantité d antigènes nes présents dans le tissu / les cellules? En fait, l intensité du signal pour un antigène donné : ne dépend pas uniquement de la quantité de l antigène dépend également de multiples facteurs techniques (durée de la fixation, épaisseur de la coupe tissulaire, méthode utilisée,...) Ces facteurs ont une grande variabilité et expliquent la difficulté d interpréter l intensité du signal immunohistochimique : Ex. Her-2 2 : lame témoin validée confirmation par technique FISH des cas douteux

43 I RUIT de FOND IHC : ROLEMES et SOLUTIONS - ruit de fond - Signal faible ou résultat négatif - Fausse positivité 1. AC primaire trop concentré Dilution 2. Sites électrostatiques a) blocage des sites non spécifiques (coupes congelées+++) - sérum normal (même espèce ACII) -SA b) détergent dans les tampons et/ou l AC - Triton, Saponine 3. Récepteurs R Fc a) Sérum normal (même espèce ACII) (coupes congelées +++) b) Fraction F(ab )2

44 4. éroxydase endogène ne a) H2O2 concentré b) H2O2 / Méthanol 5. hosphatase alcaline endogène Levamisole 6. AC pris au piège dans le tissu coupes, rinçages - coupes irrégulières ou décollées - séchage pendant la technique - rinçages insuffisants 7. Territoires de nécrosen 0 8. Antigènes nes phagocytés s (histiocytes) 0

45 II SIGNAL FAILE, FAUX NEGATIFS roblème difficile 1. Erreurs fréquentes 1.1. Erreur technique expérience du technicien 1.2. Réactif R détériord rioré Facteurs méthodologiquesm 2.1. réparation tissulaire surfixation : masquage des Ag sous-fixation : diffusion des Ag lavage coupes / blocs enzymes protéolytiques chaleur sites antigéniques niques masqués s dans l antigl antigène ne lié au tissu (ELISA +, RIA + : spécificité de l AC mais ne précise pas si l AC est utilisable sur des tissus)

46 2.2. Technique d IHC Coupes tissulaires étalement à température < 45 C séchage 3h à 37 C ou 20 mn à 58 C erméabilisation détergent Triton X-100 Tween 20 Tampons vérifier le ph de tous les tampons (ph ) Température d incubationd 22 C 4 C 37 C Durée e d incubationd AC polyclonaux 30 mn AC monoclonaux 1 à 2 h La durée d incubation est fonction de la dilution Sensibilité de la méthodem et de la température d incubation AC polyclonaux à 4 C - incubation 18 à 48h - dilution type de méthode enzyme (eroxydase/phosphatase alcaline) chromogènes

47 3. Anticorps Dilution Effet prozone (A, AAA) Affinité : AC polyclonaux Stockage des AC AC concentrés AC dilués -20 C (aliquots) +4 C (+SA, +azide de sodium) Quelques problèmes Contamination azide de sodium Destruction par des protéases inhibiteur des protéases Détachement du marqueur de l AC

48 Faut-il faire un compte rendu d immunohistochimie? Exemple : Lymphome folliculaire d un ganglion du col de la vésicule biliaire GANGLION DU COL DE LA VESICULE ILIAIRE Ganglion mesurant 1 cm de grand axe. Le tissu ganglionnaire est occupé par de multiples formations nodulaires, de petite taille et de taille moyenne, tassées les unes contre les autres. Ces follicules, dépourvus de zone du manteau, homogénéises, sont constitués d une majorité de centrocytes et de rares centroblastes. Absence de macrophages à corps tingibles et de mitoses. Les territoires interfolliculaires, la population cellulaire est constituée de lymphocytes, petits et moyens, à noyau plus ou moins irrégulier.

49 ÉTUDE IMMUNOHISTOCHIMIQUE SUR TISSU FIXÉ ET INCLUS EN ARAFFINE CD20 (L26, Dako) : positivité membranaire vive de la population lymphoïde constituant les nodules. Entre les nodules, 60 % de la population lymphoïde est positive. CD3 (S7, Neomarkers) : 40 % de lymphocytes positifs, situés entre les nodules. CD10 (5C6, Tebu) : vive positivité des cellules constituant les nodules. Entre les nodules, 40 % des cellules lymphoïdes sont positives. CL-2 (124, Dako) : positivité cytoplasmique vive de l'ensemble des cellules lymphoïdes dans les nodules et entre les nodules. La population lymphoïde tumorale exprime CD20, CD10 et cl-2. CONCLUSION Localisation ganglionnaire (col de la vésicule biliaire) d'un lymphome folliculaire de grade 1 (classification OMS 2008).

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

HIBRYDATION IN SITU METHODOLOGIE EN ANATOMIE PATHOLOGIE SESSION 2008-2009

HIBRYDATION IN SITU METHODOLOGIE EN ANATOMIE PATHOLOGIE SESSION 2008-2009 METHODOLOGIE EN ANATOMIE PATHOLOGIE SESSION 2008-2009 HIBRYDATION IN SITU Dr Mokrane Yacoub. AHU Histologie Faculté de médecine de Poitiers Service d anatomie pathologique PLAN I- Définition et principes

Plus en détail

Travaux pratiques d immunologie

Travaux pratiques d immunologie Travaux pratiques d immunologie I. Introduction Ces manipulations ont pour but d étudier certaines techniques immunologiques, de comprendre les mécanismes moléculaires mis en jeu dans chacune, d en tirer

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

Méthodes d études en histologie

Méthodes d études en histologie BUTS de ce chapitre : Méthodes d études en histologie - Connaître le circuit de prise en charge d un prélèvement histologique humain. - Connaître en détail les techniques histologiques et cytologiques

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

1. Méthodes d'études en histologie

1. Méthodes d'études en histologie 1. Méthodes d'études en histologie 9 1. Méthodes d'études en histologie 1. Quel(s) ordre(s) est(sont) possible(s) pour l analyse histologique A. Fixation, macroscopie, inclusion, coupe, coloration, B.

Plus en détail

Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Docteur Jean Charles RENVERSEZ Biochimie structurale Biochimie des Acides Aminés et Protéines Chapitre 3 : Acides aminés et protéines : propriétés générales et technique de purification et d identification Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Plus en détail

ANALYSE DES PROTEINES: IMMUNOHISTOCHIMIE, PROTEOMIQUE, MODIFICATIONS POST-TRADUCTIONNELLES

ANALYSE DES PROTEINES: IMMUNOHISTOCHIMIE, PROTEOMIQUE, MODIFICATIONS POST-TRADUCTIONNELLES ANALYSE DES PROTEINES: IMMUNOHISTOCHIMIE, PROTEOMIQUE, MODIFICATIONS POST-TRADUCTIONNELLES Quel avenir pour les techniques de détection «in situ» face au développement des techniques «haut débit» d analyse

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire A. La cellule Par Célian BERTIN Elle est l unité fondamentale de la vie. C est la plus petite quantité de matière vivante capable de subsister à l

Plus en détail

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1. Dénaturation Définition : Perte d activité biologique

Plus en détail

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes.

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes. Préparation des échantillons pour l immunohistochimie Application à la microscopie confocale Microscopie confocale : Principe et Pratique Formation permanente INSERM ADR Grand Ouest 19-22 mai 2008 Laurence

Plus en détail

La réaction antigène - anticorps et ses applications

La réaction antigène - anticorps et ses applications La réaction antigène - anticorps et ses applications 1. Généralités 1.1. Les antigènes - antigène = toute substance capable de se lier spécifiquement à un anticorps ou TCR. - immunogène = substance qui

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela,

Plus en détail

Principes Et Procédures

Principes Et Procédures Identification du Produit Réf. cat. Description 45616 Her2/Neu 0,1 R (EP3) 45617 Her2/Neu 1 R (EP3) 45636 Her2/Neu RTU R (EP3) Définitions Des Symboles P C A E S DIL DOC# DIS prêt à l emploi concentré

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Multipliez vos capacités

Multipliez vos capacités Multipliez vos capacités Leica ChromoPlex 1 Dual Detection pour BOND Multipliez vos capacités Différentiation claire. Souplesse. complétez votre panel 1 Multipliez vos capacités Différenciation claire.

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE 7 Novembre 2014 RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE Armor Pathologie Docteurs Agathe Coeugnet Fernanda Garcia Pimenta Pierre Marie Girardot

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets Mabsolys-2015-FR:Mise en page 1 03/07/15 14:02 Page1 le département prestataire de services de MABSolys de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

PLACE DE L IMAGERIE CELLULAIRE DANS L ETUDE DES CELLULES SOUCHES «PLACE DE L ANATOMIE PATHOLOGIQUE DANS L ETUDE DES CELLULES SOUCHES»

PLACE DE L IMAGERIE CELLULAIRE DANS L ETUDE DES CELLULES SOUCHES «PLACE DE L ANATOMIE PATHOLOGIQUE DANS L ETUDE DES CELLULES SOUCHES» PLACE DE L IMAGERIE CELLULAIRE DANS L ETUDE DES CELLULES SOUCHES «PLACE DE L ANATOMIE PATHOLOGIQUE DANS L ETUDE DES CELLULES SOUCHES» A quoi sert l Anatomie Pathologique? Faire le diagnostic de pathologies

Plus en détail

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Loïc Martin 6 avril 2012 Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Travail effectué, à l'université de Genève, Sciences

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

HMB-45 + Mart-1 (Melan A) + Tyrosinase (HMB-45+A103+T311)

HMB-45 + Mart-1 (Melan A) + Tyrosinase (HMB-45+A103+T311) HMB-45 + Mart-1 (Melan A) + Tyrosinase Identification du Produit Réf. cat. Description 45318 IMPATH HMB-45&MART-1 RTU M (HMB-45&MelanA) Définitions Des Symboles P A E S DOC# DIS prêt à l emploi ascite

Plus en détail

Actin, Smooth Muscle (1A4)

Actin, Smooth Muscle (1A4) Identification du Produit Réf. cat. Description 45121 IMPATH Actin Smooth Muscle RTU M (1A4) Définitions Des Symboles Actin afin de distinguer le léiomyosarcome du rhabdomyosarcome. Dans la plupart des

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME..... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 LA RETINOPATHIE DIABETIQUE.. 31 I-LE DIABETE SUCRE ET SES COMPLICATIONS 31 1-Le

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

Document de l expert(e)

Document de l expert(e) Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Document de l expert(e) Temps imparti 50 minutes

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

Chapitre 6 Les protéines : Propriétés physicochimiques. Professeur Michel SEVE

Chapitre 6 Les protéines : Propriétés physicochimiques. Professeur Michel SEVE UE1 : Biomolécules (1) : Acides aminés et protéines Chapitre 6 Les protéines : Propriétés physicochimiques et classification Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Immunoglobulines. A. Galmiche, octobre 2010

Immunoglobulines. A. Galmiche, octobre 2010 Immunoglobulines A. Galmiche, octobre 2010 Généralités Glycoprotéines retrouvées dans le sangs et les fluides biologiques Les immunoglobulines sont les principaux effecteurs de l immunité humorale (par

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Coloration de Perls. 1. Technique et interprétation générale. 2. Résultats et interprétation

Coloration de Perls. 1. Technique et interprétation générale. 2. Résultats et interprétation Coloration de Perls 1. Technique et interprétation générale Met en évidence les complexes insolubles contenant du fer: hémosidérine, granules de Pappenheimer, mitochondries surchargées en fer. La ferritine

Plus en détail

Société. Domaine d excellence : Développement d Anticorps. Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche

Société. Domaine d excellence : Développement d Anticorps. Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche Société Domaine d excellence : Développement d Anticorps d à façon Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche Collaborations de long terme avec acteurs de classe mondiale

Plus en détail

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Préparation à l Agrégation Interne Paris VI 2009-2010 Séances des 19 et 23 septembre LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Les mots clés : Lipide, glucide, protide, acide nucléique, monomère, polymère,

Plus en détail

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes DIRECTION DE L'EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTROLES CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Manipulation des acides nucléiques

Manipulation des acides nucléiques Manipulation des acides nucléiques (voir chapitre 6 du Voet et Voet) - les acides nucléiques forment des polymères : ADN et ARN - ils sont composés de 4 nucléotides: A, C, G et T pour l ADN A, C, G et

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser.

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser. AVERTISSEMENT Au fil de l ouvrage, les termes ou les notions importantes développés dans le livre de cours Bases cellulaires et moléculaires du développement (Ellipses, 2007), sont notés (I) ou (I, p.x).

Plus en détail

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie SESSION 2005 CAPET externe et CAFEP Section : Biotechnologies Option : Biochimie - génie biologique TRAVAUX PRATIQUES Première partie : Techniques de biochimie Durée totale : 4 heures SUIVI DE LA PURIFICATION

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Fiche sujet candidat 1/2

Fiche sujet candidat 1/2 Fiche sujet candidat 1/2 Mise en situation et recherche à mener Dans le cytoplasme, la synthèse de protéine constitue l expression de l information génétique contenue dans l ADN. Pour aboutir à cette synthèse

Plus en détail

Département de biologie Page 1 sur 6

Département de biologie Page 1 sur 6 Département de biologie Page 1 sur 6 TP de Biologie Moléculaire : BIO 36 Marion Benoîst, Keith Dudley, Dominique Charmot Introduction Lors de ce TP vous allez cloner des molécules d ADN. L objectif est

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Introduction à l immunocytochimie. Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2

Introduction à l immunocytochimie. Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2 Introduction à l immunocytochimie Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2 istorique et développements Origine: Albert. Coons, 1941 qui utilise la fluorescéine Introduction des marquages

Plus en détail

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES I. ISOLEMENT D UNE PROTEINE RESPONSABLE D UNE FONCTION : On s intéresse au fait d isoler la chymotrypsine, enzyme pancréatique sécrétée dans le tube digestif et responsable

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Q1 - Parmi la liste des acides aminés cités ci-dessous, précisez ceux dont la chaîne latérale peut participer dans une structure peptidique, et à ph

Plus en détail

Vivaspin 500 µl et 2 ml

Vivaspin 500 µl et 2 ml Caractéristiques techniques et mode d emploi Vivaspin 500 µl et 2 ml À usage in vitro uniquement 85032-539-17 85032-539-17 Vivaspin 500 µl et 2 ml Introduction Conditions de stockage Durée de vie Les colonnes

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien.

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien. 1 CHAPITRE II Des protéines actives dans la catalyse : les enzymes 2 L ensemble des caractères observables ou non d un individu constitue son phénotype. Ces caractères sont observables directement sur

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail