LE TRAITEMENT DES POUSSEES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE TRAITEMENT DES POUSSEES"

Transcription

1 LE TRAITEMENT DES POUSSEES

2 Définition Apparition de nouveaux symptômes neurologiques, réapparition ou aggravation d anciens symptômes, de manière subaiguë, pendant plus de 24 heures, en l absence de fièvre ou d infection. Une poussée tous les deux ans en moyenne Dissociation anatomoclinique ou clinicoradiologique «MS never sleeps»

3 Corticoïdes et poussées Intéret d une corticothérapie dans les poussées de SEP? Quelle dose? Quelle voie d administration? IV, PO? Quel lieu? Hôpital, domicile?

4 Corticoïdes et poussées Molécules diverses : ACTH, Méthylprednisolone ou Prednisone Voie d administration variable : IV / PO / initialement IV puis relais PO. Doses variables : doses usuelles / fortes doses Groupes contrôles pas toujours «d authentiques» groupes placebo, (ONTT, groupe contrôle recevait seulement un placebo per os mais pas de placebo par voie IV) Effectifs faibles et durée d observation souvent courte Pas de critère de jugement principal standardisé

5 Corticoïdes IV vs PO vs placebo Optic Neuritis Treatment Trial ONTT Beck n = 134 1g/j IV x 3 j, relai 1mg/kg/j PO x J4-J14 n = 129 1mg/kg/j Prednisone PO x 14j n = 126 Placebo PO Amélioration plus rapide persistante jusqu à 6 mois NS à un an

6 Corticoïdes PO fortes doses vs IV

7 Biodisponibilité IV vs PO

8 La place des corticoïdes à forte dose par voie orale dans le traitement des poussées de SEP E. Le Page

9 COPOUSEP Corticothérapie Orale dans les POUssées de Sclérose En Plaques Etude randomisée, en double aveugle, comparant l efficacité et la tolérance de la méthylprednisolone administrée à forte dose par voie orale ou par voie intraveineuse dans le traitement des poussées de sclérose en plaques Objectif principal : Evaluer la non infériorité de l efficacité du traitement par Méthylprednisolone à forte dose (1gramme par jour pendant 3 jours) administré par voie orale versus voie intraveineuse, sur la récupération des poussées de SEP à 28 jours du début du traitement. Nombre de patients : 200

10 Hôpital vs domicile Les flashs de MP IV à domicile pour les poussées de sclérose en plaques ont démontré leur efficacité et leur sécurité lorsqu ils sont coordonnés par une clinique de la SEP, dans le cadre d un essai thérapeutique. Faisabilité Sécurité Diminution des coûts médicaux et non médicaux Faible effectif Un seul centre spécialisé Analyse principale basée sur la satisfaction des patients

11

12 En pratique Fonction de la gêne fonctionnelle engendrée par la poussée Soit abstention thérapeutique Soit «flash» de méthylprednisolone 1 gramme de SOLUMEDROL IV par jour pendant 3 jours/6j/ 9j +/- Relais per os: Prednisone (Solupred ): mg/j ou: Méthylprednisolone (Médrol ): mg/j ± 10 jours

13 Le flash de corticoïdes permet une récupération plus rapide, mais pas meilleure à moyen ou long terme. Ne modifie pas l évolution de la maladie à long terme. Ce n est pas une urgence thérapeutique.

14 Plasmaphérèse Réservée dans le traitement des rares cas de symptomatologie grave et fulminante qui ne répondent pas à la corticothérapie intraveineuse.

15 Flashs à domicile Réseau Rhône Alpes SEP

16 Procédure Perfusion Corticoïdes à Domicile Avec coordination par le Réseau. Neurologue Décision d un traitement par perfusion de corticoïdes à domicile. Fiche de prescription à faxer au Réseau RA SEP Synthèse de l intervention Questionnaire post-flash Enquête de satisfaction Fiche de surveillance IDE Documents à remettre au patient : 1 - Bilan pré-flash 2 Solumédrol 3 Plaquette Patient 4 - Questionnaire post-flash Réseau Rhône-Alpes SEP Feu vert pour Flash Contacte le Prestataire Demande d intervention 1 - IDE au domicile 2 - Matériel de perfusion 3 - Fiche de surveillance IDE Prestataire Réalisation du Flash Patient Questionnaire post-flash

17 Procédure Perfusion Corticoïdes à Domicile J1 réalisé à l hôpital, avec coordination par le Réseau. Neurologue Décision d un traitement par perfusion de corticoïdes à domicile avec J 1 réalisé à l hôpital. Synthèse de l intervention Questionnaire post-flash Enquête de satisfaction Fiche de surveillance IDE Fiche de prescription à faxer au Réseau RA SEP Réseau Rhône-Alpes SEP Organise le J 1 (si souhaité). Feu vert pour Flash donné lors du J 1. Organise la suite du Flash à domicile (si souhaité). Documents à remttre au patient : 1 - Solumédrol 2 - Questionnaire post-flash 3 - Plaquette Patient Contacte le Prestataire : Demande d intervention Ordonnances de 1 - IDE au domicile 2 - Matériel de perfusion 3 - Fiche de surveillance IDE Prestataire Réalisation du Flash à partir du J2 Patient Questionnaire post-flash

18 Procédure Perfusion Corticoïdes à Domicile, Sans coordination par le Réseau. Neurologue Décision d un traitement par perfusion de corticoïdes à domicile. Documents à remettre au patient : 1 - Bilan pré-flash 2 Solumédrol 3 - Plaquette Patient 4 - Questionnaire post-flash Questionnaire post-flash Fiche de surveillance IDE Contacte le Prestataire Demande d intervention 1 - IDE au domicile 2 - Matériel de perfusion 3 - Fiche de surveillance IDE Donne le Feu vert Prestataire Réalisation du Flash Patient

Traitements & SEP. Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques. Avec la participation de Maryse CELLIER

Traitements & SEP. Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques. Avec la participation de Maryse CELLIER Traitements & SEP Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER Le samedi 25 juin 2011 I- Rappel Sommaire II- Éducation Thérapeutique

Plus en détail

LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP. Une prise en charge individualisée homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes.

LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP. Une prise en charge individualisée homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes. LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP Une prise en charge individualisée homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes. LES OBJECTIFS DU RÉSEAU Offrir la même qualité de soins (diagnostic,

Plus en détail

LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP. Une prise en charge individualisée homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes.

LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP. Une prise en charge individualisée homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes. LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP Une prise en charge individualisée homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes. LES OBJECTIFS DU RÉSEAU Offrir la même qualité de soins (diagnostic,

Plus en détail

La sclérose en plaques Semaine médicale de Lorraine 16 novembre 2016

La sclérose en plaques Semaine médicale de Lorraine 16 novembre 2016 La sclérose en plaques Semaine médicale de Lorraine 16 novembre 2016 Guillaume Mathey Service de neurologie, CHRU de Nancy Épidémiologie, histoire naturelle Prévalence : 100 cas / 100 000 habitants Source

Plus en détail

Le Réseau Rhône-Alpes SEP

Le Réseau Rhône-Alpes SEP Le Réseau Rhône-Alpes SEP Dr Géraldine ANDRODIAS Dr Laurence GIGNOUX Médecins coordonnateurs Journée Rhônalpine d Information sur la SEP Session pour les professionnels Espace Tête d Or, Villeurbanne samedi

Plus en détail

Le Réseau Rhône-Alpes SEP

Le Réseau Rhône-Alpes SEP Le Réseau Rhône-Alpes SEP Dr Dominique LATOMBE Présidente Réseau Rhône-Alpes SEP Espace Tête d Or, Villeurbanne samedi 19 octobre 2013 L ORGANISATION DU RÉSEAU RHÔNE-ALPES SEP Le Réseau Rhône-Alpes SEP

Plus en détail

THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE

THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE TARGETED-RELEASE BUDESONIDE VERSUS PLACEBO IN PATIENTS WITH IGA NEPHROPATHIE (NEFIGAN) : A double blind, randomised, placebo-controlled phase 2b trial THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE La néphropathie

Plus en détail

Participer à un. Fondation pour l Aide à la Recherche sur la Sclérose En Plaques

Participer à un. Fondation pour l Aide à la Recherche sur la Sclérose En Plaques Participer à un Essai clinique Qu est-ce qu un essai clinique? C est une étude scientifique menée chez des volontaires sains ou malades et qui permet d évaluer l efficacité et la tolérance d une méthode

Plus en détail

RECONNAITRE ET GERER UNE POUSSEE

RECONNAITRE ET GERER UNE POUSSEE RECONNAITRE ET GERER UNE POUSSEE MAYLIS DE FRANQUEVILLE INFIRMIERE DR LAURENCE GIGNOUX - NEUROLOGUE JRA SAMEDI 8 octobre 2016 INTRODUCTION Dans 85% des cas la maladie se présente sous une forme rémittente

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LATRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 TEGELINE 50mg/ml poudre et solvant pour solution pour perfusion Laboratoire

Plus en détail

Les corticoïdes dans la RCH: quand et comment? Alix Portal

Les corticoïdes dans la RCH: quand et comment? Alix Portal Les corticoïdes dans la RCH: quand et comment? Alix Portal Plan! 1- Introduction! 2- Quand utiliser un traitement par corticoïde?! 3- Les différentes formes galéniques! 4- Corticoïdes dans le RCH! 5- Modalités

Plus en détail

Traitements des vascularites cryoglobulinémiques non virales

Traitements des vascularites cryoglobulinémiques non virales Traitements des vascularites cryoglobulinémiques non virales Benjamin Terrier Centre de Référence pour les Maladies Systémiques et Autoimmunes rares Hôpital Cochin Université Paris Descartes Cryoglobulinémies

Plus en détail

Prise en charge des formes sévères de sclérose en plaques

Prise en charge des formes sévères de sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Pr Bruno Brochet Service de Neurologie, CHU Pellegrin, Bordeaux Actualisation du texte du Pr Jean Pelletier Prise en charge

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L HEMORRAGIE ULCEREUSE. Caroline BORIE Octobre 2007

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L HEMORRAGIE ULCEREUSE. Caroline BORIE Octobre 2007 TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L HEMORRAGIE ULCEREUSE Caroline BORIE Octobre 2007 Traitement médical Remplissage vasculaire Transfusion sanguine (Hb

Plus en détail

ADDICTOLOGIE Le baclofène en médecine générale. Dr A TREMEY Service Pr Llorca-Pr Brousse JUMGA 2014

ADDICTOLOGIE Le baclofène en médecine générale. Dr A TREMEY Service Pr Llorca-Pr Brousse JUMGA 2014 ADDICTOLOGIE Le baclofène en médecine générale Dr A TREMEY Service Pr Llorca-Pr Brousse JUMGA 2014 Le baclofène en bref Traitement antispastique utilisé par les neurologues, les médecins généralistes depuis

Plus en détail

CARTE DE MISES EN GARDE DESTINÉE AUX PATIENTS TRAITÉS PAR TYSABRI (NATALIZUMAB)

CARTE DE MISES EN GARDE DESTINÉE AUX PATIENTS TRAITÉS PAR TYSABRI (NATALIZUMAB) (RMA version modifi ée 10/2016) CARTE DE MISES EN GARDE DESTINÉE AUX PATIENTS TRAITÉS PAR TYSABRI (NATALIZUMAB) Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire Montrez cette carte à chaque

Plus en détail

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4 Mr le Docteur JOUVENT Définition La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire du système nerveux central (SNC),

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 octobre 2006 BETAFERON 250 microgramme/ml (8MUI), poudre et solvant pour solution injectable Boite de 15 flacons en verre, code CIP : 340 409-2 Laboratoires SCHERING

Plus en détail

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Christian COFFINET, Nadir KADRI Les Médicales de Saint Julien Jeudi 27 Septembre 2012

Plus en détail

Supplementary appendix

Supplementary appendix Supplementary appendix This appendix formed part of the original submission and has been peer reviewed. We post it as supplied by the authors. This online publication has been corrected. The corrected

Plus en détail

Place des nébulisations de corticostéroïdes inhalés

Place des nébulisations de corticostéroïdes inhalés Place des nébulisations de corticostéroïdes inhalés Rola Abou Taam Pneumologie et allergologie pédiatriques Centre de référence des maladies respiratoires rares Hôpital Necker Enfants Malades Paris 5 ème

Plus en détail

Traitements de la SEP. Journée Rhônalpine annuelle 23/10/2010

Traitements de la SEP. Journée Rhônalpine annuelle 23/10/2010 Traitements de la SEP Journée Rhônalpine annuelle 23/10/2010 Les traitements de la SEP 1. Traitement des poussées 2. Traitement des symptômes 3. Traitement de fond Dr Chauplannaz Journée Rhônalpine 23.10.2010

Plus en détail

Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB

Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB 1 CO-INVESTIGATEUR COORDONNATEUR Dr Nathalie De Castro (Saint-Louis) MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

RESOLOR (Prucalopride) Afmc36 Villedieu-sur-Indre Jeudi 13 septembre 2012 Dr Georges EID

RESOLOR (Prucalopride) Afmc36 Villedieu-sur-Indre Jeudi 13 septembre 2012 Dr Georges EID RESOLOR (Prucalopride) Afmc36 Villedieu-sur-Indre Jeudi 13 septembre 2012 Dr Georges EID 1 Action ubiquitaire de la sérotonine Vasoconstriction Inflammation Sensibilité Motricité 2 Prucalopride : Mode

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE TOBI. Topiramate et obésité sévère de l enfant et l adolescent

RESUME DU PROTOCOLE TOBI. Topiramate et obésité sévère de l enfant et l adolescent RESUME DU PROTOCOLE TOBI Titre de l'étude Investigateur Coordonnateur Objectif principal Objectifs secondaires Durée totale de l'étude Nombre de centres : 4 Critères d'inclusion Topiramate et obésité sévère

Plus en détail

Vaccination d un patient porteur de maladie systémique

Vaccination d un patient porteur de maladie systémique Vaccination d un patient porteur de maladie systémique Thomas Hanslik Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines UFR Médicale Paris Ile-de-France Ouest Fédération de Médecine Interne, Hôpital Ambroise

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 juin 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité : GRANIONS DE MAGNESIUM

Plus en détail

ESSAI CLINIQUE QU EST-CE QU UN ESSAI CLINIQUE? PARTICIPER À UN

ESSAI CLINIQUE QU EST-CE QU UN ESSAI CLINIQUE? PARTICIPER À UN PARTICIPER À UN ESSAI CLINIQUE QU EST-CE QU UN ESSAI CLINIQUE? C est une étude scientifique menée chez des volontaires sains ou malades et qui permet d évaluer l efficacité et la tolérance d une méthode

Plus en détail

Bibliographie du 23/01/13 Croci-torti Aurélie Immunologie-rhumatologie clinique Service Pr Jorgensen

Bibliographie du 23/01/13 Croci-torti Aurélie Immunologie-rhumatologie clinique Service Pr Jorgensen Rituximab in the treatment of refractory adult and juvenile dermatomyositis and adult polymyositis : a randomized, placebo phase trial Arthritis & Rheumatism, Oct 2012, Chester and al. Bibliographie du

Plus en détail

Alexandre CHABROL DES pneumo du 7/02

Alexandre CHABROL DES pneumo du 7/02 Alexandre CHABROL DES pneumo du 7/02 Rationnel Les exacerbations de l asthme durant la grossesse sont fréquentes et sont associées à une morbidité materno-fœtale importante. Chez les patientes asthmatique

Plus en détail

LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP. Une prise en charge individualisée globale et homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes.

LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP. Une prise en charge individualisée globale et homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes. LE RESEAU RHÔNE ALPES SEP Une prise en charge individualisée globale et homogène, de qualité et de proximité pour les patients SEP en Rhône-Alpes. Association «RÉSEAU RHÔNE-ALPES SEP» - loi 1901 Aire géographique

Plus en détail

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE Valérie MORVAN Tiphaine RICARD Laurianne JAMES PLAN Présentation du service d hématologie et des Idecs Ide de programmation en hospitalisation:

Plus en détail

GROUPE 4 ETUDE DE NON INFERIORITE D UN NOUVEL ICOMT : OSS 117 VERSUS ENTACAPONE DANS LES FLUCTUATIONS MOTRICES DE LA MALADIE DE PARKINSON

GROUPE 4 ETUDE DE NON INFERIORITE D UN NOUVEL ICOMT : OSS 117 VERSUS ENTACAPONE DANS LES FLUCTUATIONS MOTRICES DE LA MALADIE DE PARKINSON GROUPE 4 ETUDE DE NON INFERIORITE D UN NOUVEL ICOMT : OSS 117 VERSUS ENTACAPONE DANS LES FLUCTUATIONS MOTRICES DE LA MALADIE DE PARKINSON 7 et 8 Novembre 2016 Formation «Méthodologie des essais cliniques

Plus en détail

Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière.

Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière. C est quoi la SEP Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière. Ø Ø Ø Comparé avec le fil électrique, on peut dire que : le câble est «l axone» qui véhicule

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 11 septembre Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 11 septembre Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 11 septembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans à compter du 9 août 1999 - (J.0. du 14

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI. Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Corticoïdes et immunosuppresseurs.

Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI. Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Objectifs du traitement 1) Contrôler les poussées 2) Diminuer et prévenir le risque de récidive Traitement de la maladie de Crohn Sévérité

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 MYFORTIC 180 mg, comprimé pelliculé gastro-résistant Boîte de 120 MYFORTIC 360 mg, comprimé pelliculé gastro-résistant

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 TOPALGIC 100 mg/ml, solution buvable Flacon de 10 ml Laboratoires THERAPLIX chlorhydrate de tramadol Liste I Date

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2008 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l'arrêté du 8 décembre

Plus en détail

ü Capacités fonctionnelles

ü Capacités fonctionnelles ü Capacités fonctionnelles 1 ü PEC médico-sociale -collaboration environnement médical AS et organismes sociaux -adaptée au stade évolutif de la maladie aux incapacités et handicaps -vise à réduire la

Plus en détail

RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE CLINIQUE EN INFECTIOLOGIE. Journées Nationales d Infectiologie 08 juin 2016

RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE CLINIQUE EN INFECTIOLOGIE. Journées Nationales d Infectiologie 08 juin 2016 RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE CLINIQUE EN INFECTIOLOGIE Journées Nationales d Infectiologie 08 juin 2016 Objectifs du RENARCI Problématique de recherche clinique en France (LEEM 2014) Délais de mise en

Plus en détail

Le Réseau Rhône-Alpes Sclérose en Plaques

Le Réseau Rhône-Alpes Sclérose en Plaques Le Réseau Rhône-Alpes Sclérose en Plaques Dr Géraldine ANDRODIAS Médecin coordonnateur Hôpital Saint Joseph Saint Luc, Lyon - Samedi 25 mai 2013 L ORGANISATION DU RÉSEAU RHÔNE-ALPES SEP Le Réseau Rhône-Alpes

Plus en détail

Quel(s) traitement(s) proposer?

Quel(s) traitement(s) proposer? 75 ème Journée Française de Médecine : Vascularites Artérites rites àcellules géantes g : Quel(s) traitement(s) proposer? Alfred Mahr Service de médecine interne Hôpital Saint-Louis alfred.mahr@sls.aphp.fr

Plus en détail

LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS

LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS ROUEN LIGUE MAGNUS LYON Division 1 LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS SONT AUSSI EFFICACES QUE LES TRAITEMENTS AU LONG COURS CHEZ LE JEUNE ENFANT Christophe Marguet Pneumologie & Allergologie pédiatrique EA3830/CIC

Plus en détail

Vascularites à ANCA Traitement

Vascularites à ANCA Traitement Vascularites à ANCA Traitement Vincent Esnault CHU Nice 2 phases thérapeutiques 1/ Traitement d induction : remission initiale 2/ Traitement d entretien : limiter les rechutes diminuer les complications

Plus en détail

corticothérapie: la rémission,corticodependance,corticoresistance

corticothérapie: la rémission,corticodependance,corticoresistance Journée laboratoire de recherche sur les MICI 25,26 Septembre 2013 corticothérapie: la rémission,corticodependance,corticoresistance CHU de Constantine Service de gastroenterologie Dr N.Zighmi Introduction

Plus en détail

Atelier 2. Gestion de la fatigue et SEP : programme FACETS

Atelier 2. Gestion de la fatigue et SEP : programme FACETS FACETS Mme Bernadette MERCIER Psychologue spécialisée en Neuropsychologie Réseau Rhône-Alpes SEP, Lyon Journée Rhônalpine d information sur la Sclérose en Plaques (SEP) pour les professionnels de santé

Plus en détail

Les essais cliniques dans les Maladies Rares : Quels besoins et Quelles solutions?

Les essais cliniques dans les Maladies Rares : Quels besoins et Quelles solutions? Les essais cliniques dans les Maladies Rares : Quels besoins et Quelles solutions? Dr Joëlle MICALLEF OrphanDev - Essais cliniques & Maladies rares CIC, Centre de Pharmacologie Clinique et d Evaluations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 7 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 7 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 7 septembre 2005 NASONEX 50 microgrammes/dose, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 doses (code CIP : 343 012-6) Laboratoire SCHERING PLOUGH mométasone

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 UROREC 4 mg, gélule B/30 (CIP 374 938-8) UROREC 8 mg, gélule B/30 (CIP 374 942-5) Laboratoires BOUCHARA RECORDATI Silodosine Code ATC : G04CA04 Liste I Date

Plus en détail

APNET Corrigé LCA Novembre 2011

APNET Corrigé LCA Novembre 2011 Corrigé LCA Novembre 2011 Principaux items testés : Module 11 ; Item 169 : l évaluation thérapeutique et les niveaux de preuve Module 9 ; Item 136 : Insuffisance veineuse chronique Question 1 comparer

Plus en détail

Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation

Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation Jean Gaudart jean.gaudart@univ-amu.fr Faculté de Médecine Aix-Marseille Université J Gaudart, LERTIM, Aix-Marseille Université 1 1. Introduction

Plus en détail

Fiche n 5 "Brucellose"

Fiche n 5 Brucellose Fiche thérapeutique Fiche n 5 "Brucellose" Les Brucella sont des bactéries responsables de maladies animales et humaines. L inhalation de 10 à 100 bactéries suffit à provoquer une maladie chez l homme.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075)

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075) PRESENTATION ETUDE DOMINO DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U75) Que faire des traitements anticholinestérasiques des patients souffrant de maladie d Alzheimer aux stades modéré et sévère? Les continuer?

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 ZOMIGSPRAY 5mg/0,1ml, solution pour pulvérisation nasale 0,1 ml en ampoule (verre) avec dispositif doseur Boîte

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 9 janvier 2000 (JO du 16 avril

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 ENDOBULINE 50 mg / ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 1 flacon 2,5 g/50 ml (Code CIP 562 120.9) Boîte de 1

Plus en détail

Situations particulières en Soins Palliatifs. SCHIRMECK, 26 mai 2010 Dr Béatrice LANNOYE, Dr Richard SCHWALD

Situations particulières en Soins Palliatifs. SCHIRMECK, 26 mai 2010 Dr Béatrice LANNOYE, Dr Richard SCHWALD Situations particulières en Soins Palliatifs SCHIRMECK, 26 mai 2010 Dr Béatrice LANNOYE, Dr Richard SCHWALD 1 Sommaire Hémorragies Hypercalcémie Carcinose péritonéale et occlusion définitive Syndrome cave

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRAPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 ZYPREXA 5 mg, comprimé enrobé ZYPREXA 7,5 mg, comprimé enrobé et 56 ZYPREXA 10 mg, comprimé enrobé et 56 ZYPREXA

Plus en détail

Traitements Rheumatoid arthritis: treatments

Traitements Rheumatoid arthritis: treatments Traitements Rheumatoid arthritis: treatments Daniel Wendling* * Service de rhumatologie, hôpital Jean-Minjoz, CHU de Besançon. Rituximab Rituximab en première ligne de biothérapie après échec au MTX :

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 9 janvier 2002

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 9 janvier 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 janvier 2002 GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion 0,5 g de poudre en flacon + 10 ml de solvant en flacon (boîte de 1)

Plus en détail

NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques :

NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques : Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques : Deux maladies

Plus en détail

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer?

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Coordination ville-hôpital et continuité des soins en ville Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Marina Dauzou, Hélène Labrosse Canat

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 18 avril 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Pharmaco-économie. UE6 Cadre juridique du médicament. Ndeye Coumba NDIAYE UMR INSERM U 1122 IGE-PCV

Pharmaco-économie. UE6 Cadre juridique du médicament. Ndeye Coumba NDIAYE UMR INSERM U 1122 IGE-PCV Pharmaco-économie UE6 Cadre juridique du médicament Ndeye Coumba NDIAYE UMR INSERM U 1122 IGE-PCV Pharmaco-économie 1. Contexte 2. Définition et Objectifs 3. Les coûts 4. Les différents types d études

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE stratégies thérapeutiques et modalités pratiques 24/11/2015 Le Guen, cadre de santé, Service de maladies infectieuses, CHRU de Brest 1 Plan Quelles options

Plus en détail

L'association ganciclovir oral et implant intravitréen de ganciclovir dans le traitement des rétinites à CMV

L'association ganciclovir oral et implant intravitréen de ganciclovir dans le traitement des rétinites à CMV Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 76 - juillet - août 99 VIH - OPPORTUNISTE L'association ganciclovir oral et implant intravitréen de ganciclovir

Plus en détail

Méthodes d analyse en pharmacovigilance

Méthodes d analyse en pharmacovigilance Méthodes d analyse en pharmacovigilance MASTER Toxicologie Humaine, évaluation des risques et Vigilances Pharmacovigilance et Toxicovigilance 21 janvier 2013 V. Fulda CRPV HEGP Pharmaco épidémiologie Application

Plus en détail

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Annexe II Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Le Résumé des Caractéristiques du Produit et la notice sont le résultat

Plus en détail

Fiche n 5 "Brucellose"

Fiche n 5 Brucellose Fiche thérapeutique Fiche n 5 "Brucellose" Les Brucella ont des bactéries responsables de maladies animales et humaines. L inhalation de 10 à 100 bactéries suffit à provoquer une maladie chez l homme.

Plus en détail

Traitement des LGM et HSF cortico-résistantes. Lise LELANDAIS (CCA ROUEN) 23/03/2017

Traitement des LGM et HSF cortico-résistantes. Lise LELANDAIS (CCA ROUEN) 23/03/2017 Traitement des LGM et HSF cortico-résistantes Lise LELANDAIS (CCA ROUEN) 23/03/2017 Définition : syndrome néphrotique cortico-résistant Rémission complète (RC) : diminution de la protéinurie < 0,3 g/j

Plus en détail

Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique

Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique TAO CTC novembre 2015 Elika loir, interne oncologie médicale Hôpital Cochin, paris Mme M., 64 ans Antécédent Syndrome de SHARP depuis 20 ans,

Plus en détail

Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation

Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation Dr Jean-Etienne Herbrecht Réanimation médicale - Hautepierre 18 ème Rendez-vous de l urgence 27 janvier 2010 Syndromes

Plus en détail

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois ONCOMEL Le 15 novembre 2016 Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois Complexité du domicile Complexité par elle-même de la maladie cancéreuse! Contexte social et familial Disponibilité des soignants

Plus en détail

Fiche n 4 "Tularémie"

Fiche n 4 Tularémie Fiche thérapeutique Fiche n 4 "Tularémie" La tularémie est une infection bactérienne due à Francisella tularensis, dont il existe 2 biovars : tularensis (type A) et palearctica (type B). C est une maladie

Plus en détail

THM et prévention de l ostéoporose : état des lieux depuis la WHI. Florence Trémollieres Centre de Ménopause Hôpital Paule de Viguier Toulouse

THM et prévention de l ostéoporose : état des lieux depuis la WHI. Florence Trémollieres Centre de Ménopause Hôpital Paule de Viguier Toulouse THM et prévention de l ostéoporose : état des lieux depuis la WHI Florence Trémollieres Centre de Ménopause Hôpital Paule de Viguier Toulouse Estrogènes et tissu osseux : les pionniers Fuller Albright

Plus en détail

Compte rendu de la réunion régionale des patients atteints de sclérose en plaques. Samedi 22 septembre Professeur Pierre Labauge

Compte rendu de la réunion régionale des patients atteints de sclérose en plaques. Samedi 22 septembre Professeur Pierre Labauge Compte rendu de la réunion régionale des patients atteints de sclérose en plaques Samedi 22 septembre 2013. Professeur Pierre Labauge Unité de prise en charge de la Sclérose en Plaques CHU de Montpellier.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites, pour une durée limitée, conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

La Sclérose en Plaques

La Sclérose en Plaques La Sclérose en Plaques Dr Géraldine ANDRODIAS Dr Laurence GIGNOUX Médecins coordonnateurs Réseau Rhône-Alpes SEP Journée Rhônalpine d Information sur la SEP Session pour les professionnels Espace Tête

Plus en détail

Nouveautés s et traitements de fond de la Sclérose en Plaques

Nouveautés s et traitements de fond de la Sclérose en Plaques Journée e Rhônalpine de la SEP Lyon, France 20 Octobre 2012 Session des Professionnels Nouveautés s et traitements de fond de la Sclérose en Plaques Prof. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A and EDMUS

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 février 2001 28 mars 2001 LIVIAL 2,5 mg, 28 comprimés sous plaquette thermoformée

Plus en détail

E CTR IM S. D r Nicolas COLLONGUES CHRU Strasbourg. D r Nathalie CHARBONNIER Journaliste. D r Etienne ALLART CHRU Lille.

E CTR IM S. D r Nicolas COLLONGUES CHRU Strasbourg. D r Nathalie CHARBONNIER Journaliste. D r Etienne ALLART CHRU Lille. E CTR IM S Préparé par : D r Nathalie CHARBONNIER Journaliste D r Etienne ALLART CHRU Lille D r Nicolas COLLONGUES CHRU Strasbourg Tous les trois ans, les comités ACTRIMS et ECTRIMS (Americas and European

Plus en détail

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Jean-Yves JENNY Service de Chirurgie Orthopédique Septique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1 Conflits d intérêt ( potentiels ) Déclaration d intérêts

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 7 septembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 21/07/2000 (JO du 02/08/2000) TIORFAN 10 mg NOURRISSONS, poudre orale

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRAPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale la Commission réexamine la spécialité :

Plus en détail

Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO. Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable

Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO. Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO Mise à jour 2008-2008 Thème : Traitement pharmacologique à l état stable Que peut-on attendre du traitement pharmacologique dans la BPCO? (1)

Plus en détail

SÉCURISATION DU CIRCUIT DU MÉDICAMENT en SSR, SLD et EHPAD.

SÉCURISATION DU CIRCUIT DU MÉDICAMENT en SSR, SLD et EHPAD. Strasbourg les 25 et 26 mai 2010. SÉCURISATION DU CIRCUIT DU MÉDICAMENT en SSR, SLD et EHPAD. Pascal Barreau Préparateur en pharmacie hospitalière Technicien supérieur Hospitalier Hôpital des collines

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire

Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire Etude WHI (Women s Health Initiative) Columbus, Ohio New England Journal of Medecine, Fev 06 Introduction L ostéoporose est responsable de 300000

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 06 juin 2007 PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés B/28 (CIP 347 945.7) B/50 (347 946.3) PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés sous plaquette thermoformées B/28 (CIP 350 644.4)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 Laboratoires THERABEL LUCIEN PHARMA

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : THIOVALONE, suspension pour

Plus en détail

technétium (99mTc) besilesomab

technétium (99mTc) besilesomab COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 juin 2010 SCINTIMUN 1 mg, trousse pour préparation radiopharmaceutique Poudre : 1 flacon de 1 mg - Poudre pour solvant : 1 flacon de 3 mg - Boîte de 1 flacon + 1 flacon

Plus en détail

L essai randomisé : «Sésame» de la recherche en chirurgie oncologique?

L essai randomisé : «Sésame» de la recherche en chirurgie oncologique? L essai randomisé : «Sésame» de la recherche en chirurgie oncologique? Thomas Filleron, Institut Claudius Regaud, Toulouse 4ième journée SFCO Villejuif, Octobre 2012 2 Innovations Chirurgicales De nombreuses

Plus en détail

Avis 4 janvier B06AC02 (médicament utilisé dans les angioedèmes héréditaires)

Avis 4 janvier B06AC02 (médicament utilisé dans les angioedèmes héréditaires) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 janvier 2012 FIRAZYR 30 mg, solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 seringue de 3 ml, code CIP : 387 368-0 Laboratoire SHIRE France SA DCI icatibant

Plus en détail

Traitements médicamenteux de l'alcoolodépendance

Traitements médicamenteux de l'alcoolodépendance Traitements médicamenteux de l'alcoolodépendance Dr Olivier Lejeune ELSA CH Lucien Hussel Vienne CSAPA CHU Croix Rousse Lyon Traitement médicamenteux: un soin parmi les autres Boite à outils des soins

Plus en détail

Traitements locaux dans la RectoColite Hémorragique. Cours de DES 1 er décembre 2006 Anne Bourrier

Traitements locaux dans la RectoColite Hémorragique. Cours de DES 1 er décembre 2006 Anne Bourrier Traitements locaux dans la RectoColite Hémorragique Cours de DES 1 er décembre 2006 Anne Bourrier INTRODUCTION Étendue de la RCH au moment du diagnostic: Limitée au rectum ou au recto sigmoïde dans un

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail