Introduction à l immunocytochimie. Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences Nice Cedex 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction à l immunocytochimie. Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2"

Transcription

1 Introduction à l immunocytochimie Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences Nice Cedex 2

2 istorique et développements Origine: Albert. Coons, 1941 qui utilise la fluorescéine Introduction des marquages avec des enzymes (Avraméas et Uriel 1966) d abord avec la RP puis la phosphatase alcaline (1978), la glucose oxydase (1979), la ß-D-Galactosidase (1982) Introduction de marqueurs denses aux électrons avec la ferritine (1961) puis l or colloïdal (Faulk & Taylor, 1971) Exploitation de l interaction forte entre avidine et biotine (Guesdon, 1979)

3 istorique et développements Année Application Traceur Auteurs Immunofluorescence Fluorescéine Coons 1959 Microscopie électronique Ferritine Singer 1966 Microscopie optique Enzymes Nakane 1971 Microscopie électronique Enzymes Avrameas et Ternynck 1971 Microscopie électronique or colloïdal Faulk et Taylor 1975 Microscopie à balayage or colloïdal orisberger et coll.

4 Définition Technique permettant d identifier un antigène dans un tissu ou dans une localisation cellulaire La définition de l immunocytochimie est l utilisation d anticorps marqués comme des réactifs spécifiques pour la localisation de constituants in situ La réaction antigène anticorps est absolument spécifique

5 Définition: méthode directe Traceur Anticorps Antigène Tissu Avantages : Immunoréaction la plus simple et la plus rapide (1 seule étape), Idéal pour les marquages multiples, Distance minimale entre traceur et antigène : marquage le plus précis. Inconvénients : Nécessité, dans la plupart des cas, de marquer soi-même l'anticorps, Sensibilité réputée inférieure à celle des techniques "en plusieurs étapes".

6 Définition: méthode directe Les anticorps spécifiques sont couplés au marqueur Il faut faire un traitement préalable pour éviter le bruit de fond Réaction souvent trop faible, la méthode est peu utilisée

7 Définition: méthode indirecte ou à deux étapes Traceur Anticorps secondaire Anticorps primaire ETAPES 2 1 Méthode plus sensible car légère amplification (Coons 1955) Versatilité par le choix des anti-igg de la 2 ème couche Économique Antigène Tissu

8 Définition: méthode indirecte Méthode plus sensible car légère amplification (Coons, 1955) Versatilité par le choix des anti-igg de la 2 ème couche Cette vision des choses est toutefois très théorique

9 Techniques "sandwich" ou "bridge" Un anticorps est pris en sandwich (il sert de pont ou "bridge") entre l'anticorps primaire et le système révélateur. L'anticorps secondaire doit pouvoir reconnaître le premier et le troisième anticorps : ils doivent donc provenir de la même espèce (ou d'espèces voisines reconnues par le 2 anticorps). ETAPES ETAPES Traceur 4 Traceur 3 anticorps anti (traceur) 3 3 anticorps marqué 3 2 anticorps 2 2 anticorps 2 1 anticorps 1 1 anticorps 1 Antigène Antigène A B

10 Les anticorps Production monoclonale ou polyclonale Les 2 types ont des avantages et des limites Les étapes de test et de caractérisation des anticorps est capitale Plusieurs méthodes peuvent être utilisées et doivent être convergentes La méthode de test positif est la meilleure Il y a deux types d anticorps: les bons et les mauvais * Prendre avec précaution les anticorps du catalogue!

11 Caractéristiques d un bon anticorps Doit avoir une haute affinité pour son antigène C est-à-dire qu il doit se lier parfaitement à son antigène sans confusion avec des antigènes voisins ou modifiés Doit avoir une grande avidité (force de liaison) C est-à-dire qu il ne part pas de son site au cours de lavages par ex. Le titre doit être élevé Ce qui permet d utiliser de grandes dilutions et d améliorer la rapport signal/bruit. La concentration de travail devrait être entre 1 et 10 µg/ml

12 Test de spécificité (compétition) L'antisérum (ou anticorps) est préincubé avec l'antigène. On doit observer, suivant la quantité d'antigène ajouté, une suppression partielle ou totale du marquage si la réaction est spécifique : Préincubation anticorps-antigène Marquage supprimé Marquage Contrôle par compétition

13 Caractéristiques d un bon anticorps Dilution Tester un anticorps (ou un antisérum) à différents dilutions (4 ou 5 dilutions en cascade) permet de déterminer la dilution de travail de ce réactif. La différence entre l'intensité du marquage spécifique et l'intensité du bruit de fond est le contraste du marquage auquel l'œil de l'observateur est sensible. Plus cette valeur est élevée, plus le marquage est contrasté et la gamme de dilution utilisable étendue. Intensité Intensité Marquage Contraste Bruit de fond Dilution Dilution Plage de dilution utilisable Effet de la dilution de l'antisérum (ou de l'anticorps) sur le marquage. Bien que l'intensité du marquage spécifique soit identique dans les 2 cas, on a, à gauche, un réactif très médiocre et, à droite, un excellent réactif : ceci est dû uniquement à une différence d'intensité du bruit de fond. Différents artifices permettent parfois d atténuer le bruit de fond.

14 Conditions essentielles pour l immunocytochimie Préservation de l antigène dans le contexte cellulaire ou tissulaire (fixation) Marquage spécifique et sensible avec absence de marquage non spécifique Anticorps bien caractérisés Marquage et détection efficaces

15 Conditions essentielles pour l immunocytochimie Fixation Rendre l antigène insoluble mais cependant disponible Préserver tous les composants cellulaires, la morphologie, les effets osmotiques Fixation par les aldéhydes (pontage) Formaldéhyde Forme des ponts hydroxy-méthylène Doit être préparé fraîchement et tamponné (~ p 7,5) Fixation fonction du temps, de la concentration et de la température Partiellement réversible (rinçage, traitement par N4Cl) Glutaraldéhyde Pas réversible A réserver pour l ICC ultrastructurale (autofluorescence)

16 Conditions essentielles pour l immunocytochimie Agents de pontage chimique Ils créent des ponts intra- et inter-moléculaires qui immobilise les molécules. Aldéhydes Ils ont pour formule générale : R CO. Ils réagissent essentiellement avec les groupements aminés des protéines. Les plus couramment utilisés sont le formaldéhyde, le glutaraldéhyde et l'acroléine. O Formaldéhyde C 2 Acroléine O O Glutaraldéhyde Formaldéhyde C'est l'agent de fixation le plus souvent utilisé. Il entre seul ou en combinaison avec d'autres réactifs dans la composition de très nombreux fixateurs. Il est presque toujours préparé à partir de paraformaldéhyde lorsqu'il est destiné à un usage délicat comme l'immunocytochimie et l'hybridation in situ. Il réagit avec les composés ayant un hydrogène actif (amines par exemple) et forme des ponts méthylène ( C2 ) : O Il réagit avec les amines biogènes (sérotonine, dopamine, etc.) pour donner des composés à fluorescence jaune (réaction FIF ou Formaldéhyde-Induced-Fluorescence) qui peuvent gêner l observation des immunoréactions utilisant comme traceur la fluorescéine.

17 Conditions essentielles pour l immunocytochimie Agents de pontage chimique Ils créent des ponts intra- et inter-moléculaires qui immobilise les molécules. Aldéhydes Ils ont pour formule générale : R CO. Ils réagissent essentiellement avec les groupements aminés des protéines. Les plus couramment utilisés sont le formaldéhyde, le glutaraldéhyde et l'acroléine. R N 2 + O O + N 2 R' Protéine Glutaraldéhyde Protéine N N R R' + 2 O

18 Conditions essentielles pour l immunocytochimie Fixateur précipitants Méthanol, acétone Ce sont des fixateurs chaotropiques qui fonctionnent par extraction brutale de l eau moléculaire Ils doivent être parfaitement secs (pas facile!) Efficaces car rapides, fonctionnent à très basse température. Extraction notable, éviter pour des petits peptides. Dans une première approche, faire une fixation // Formol et Méthanol puis comparer les résultats. O O 3 C O 3 C C 3 Méthanol Ethanol Acétone

19 Conditions essentielles pour l immunocytochimie Fixateurs complexes Fixateurs de Bouin, Zamboni, Carnoy, etc. Le fonctionnement de ces fixateurs est discuté (et discutable!) Fonctionnent mais de façon empirique. Souvent utilisés mais peu recommandables O - O NO 2 NO 2 NO 2 NO 2 Acide picrique NO 2 NO 2 Fixateur PLP (Periodate-Lysine-Paraformaldehyde; McLean & Nakane, 1974) Fixateur compliqué à préparer (attention aux mauvaises recettes) Avantages?

20 Conditions essentielles pour l immunocytochimie Recipes For Making PLP Fixative (Paraformaldehyde/Lysine/Periodate) 8% Paraformaldehyde Stock : 1. eat 800 ml of 2O to 55 C. 2. Add 6 drops of 50% w/w NaO. 3. Add 80 grams of Paraformaldehyde from Electron Microscopy Sciences (Cat# 19202) and stir continuously on heat/stir plate. Do not allow powder to settle on bottom of beaker) 4. DO NOT ALLOW TEMP TO EXCEED 60 DEGREES C. OR YOU WILL MAKE FORMIC ACID!!!!! 5. Stir until solution is clear. A small amount of flocculent material will remain. 6. Vacuum filter through a 3mm Whatman filter in a Buchner funnel on a filter flask. 7. Top off to 1 liter and do not store. 0.4 M Phosphate Buffer Stock: (use at 0.1M on tissues) 1. Dissolve Grams of Sodium Phosphate Monobasic Monohydrate in 100 ml 2O. 2. Dissolve 49.4 Grams of Sodium Phosphate in 750 ml Add #1 and #2 in a 1 Liter cylinder and top off to 1 liter with If you have properly weighed out the chemicals, you should now have p7.6. Do not correct with acid or base. 5. This stock solution must be diluted with 20 to be used on tissues at 0.1M. 6. This may be stored at room temp for up to 6 months. Lysine Stock: To be used for making PLP mix 1. Dissolve 16.4 grams of L-Lysine (Sigma cat #L5626) in 300 ml Adjust p to 7.4 with 0.1M Na2PO4 3. Add 20 to 450 ml 4. Add 0.1M Phosphate buffer to 900cc 5. This may be stored at 4 Degrees C. for up to 3 weeks. Sodium m-periodate: 1. Purchase from Sigma (Cat#s gram bottles) 2. This will be used to make PLP fixative To Make PLP fixative (prepare just before use) Use 50 ml polypropylene centrifuge tube to mix solutions in (convenient) 1. Add 30 mls of Lysine Stock 2. Add 10 mls of 8% Paraformaldehyde 3. Add grams of Sodium m-periodate powder 4. Shake until powder dissolves. 5. Fixation for 1h to 24 h. 6. Rinse your samples with 0.1M Phosphate Buffer Reference: McLean I. And Nakane P.K. Periodate-Lyline-Paraformaldehyde fixative-a New Fixative for Immunoelectron Microscopy. Journal of istochemistry and Cytochemistry, 22, , 1974.

21 Problèmes et remèdes aut niveau de bruit de fond aut niveau de bruit de fond Peut avoir plusieurs origines L anticorps primaire Les anticorps secondaires ou marqués Des facteurs tissulaires (sites de liaisons non spécifiques, récepteurs Fc, protéines basiques Remèdes Diluer l anticorps primaire Déterminer l origine du bruit de fond (tester l anticorps secondaire et/ou tertiaire) Pour les facteurs autres que précédents, plusieurs possibilités:

22 Problèmes et remèdes aut niveau de bruit de fond Pour les facteurs tissulaires : Augmenter la concentration des protéines de blocages (BSA/Sérum) Ajouter des détergents (ex. tween 20 de 0,05% à 0,2%) Augmenter NaCl (de 0,9% à 2,5% par étapes) Augmenter le p de la solution d incubation (jusqu à p 9,0; faire des tampons Tris de 20 à 50 mm, éliminer le PBS) Ajouter de la poly-l-lysine, protéine basique (PM ) jusqu à 2 mg/ml dans la solution d anticorps primaire Pour les aldéhydes laissés dans le tissu: Laver les tissus Ajouter un traitement par N 4 Cl (de 10 à 100 mm) Traiter par NaB 4 ou KB 4 dans 0,1M tampon phosphate (2-30 min, RT)

23 Marquages faibles ou absents Origines possibles Méthode choisie peu sensible pour la rareté de l antigène Méthode en 2-3 couches Amplification enzymatique L antigène est masqué (sur-fixation) Récupération par traitement par des protéases (!) Récupération par la chaleur (!!) Détérioration de l anticorps Éviter les congélations-décongélations Éviter les contaminations Éviter les solutions trop diluées/concentrées Erreurs dans les solutions! Recommencer (!!)

24 Conservation des anticorps Stockage à 4 C Ajouter 0,1% NaN 3 Éviter de conserver des solutions diluées (sinon ajouter 0,1% BSA et 1% sérum qui diminuent le collage sur les parois du tube) On peut aussi ajouter du glycérol (au moins 30% final, mais faire attention à la dilution finale) Stockage à -20 C Faire des fractions aliquotes pour éviter la congélation décongélation Avec 30% glycérol mini, la solution ne congèle pas (mais attention à la dilution finale d utilisation!)

25 Temps d incubation? La vitesse de la réaction antigène anticorps est fonction de la T Rapide à T ordinaire, mais bruit de fond Plus spécifique à 4 C, mais plus lente. Important! Les temps d incubation sont toujours trop courts! Une heure est le minimum, 2-3 h à T labo est bien. OU MIEUX la nuit en chambre froide! Attention: Bien faire la chambre humide.

26 Un protocole standard qui va bien PBS ou TBS + N 4 Cl 50 mm soit 0,25% 5 min. PBS 1% NGS, 1% BSA, p 7,5 ou > 5 10 min(*). Anticorps dilué dans PBS-BSA-NGS (**) Rinçage PBS 0,1% BSA 10 min. en plusieurs bains Anticorps marqué dilué dans PBS BSA NGS (***) Rinçage PBS en plusieurs bains Montage final (milieu anti fading) (*) On peut ajouter du Tween (ou Triton X100) ~ 0,2% (**) Le temps d incubation est à déterminer par l expérimentateur (***) On évite d utiliser les surfactants avec les anticorps marqués

27 Vers istoire de la GFP Vers Qdots

28 istoire de la GFP Deux Américains, Roger Tsien et Martin Chalfie, et un Japonais, Osamu Shimomura, sont récompensés par le prix Nobel de chimie 2008 pour la découverte de la protéine fluorescente GFP et la mise au point de son utilisation comme marqueur. Un honneur mérité pour un travail qui a fait progresser à pas de géant notre connaissance du vivant.

29 L'idée d'utiliser des molécules fluorescentes est ancienne. Réémettant une lumière d'une certaine couleur lorsqu'ils sont éclairés, ces colorants originaux ont donné naissance à la microscopie par fluorescence, ensemble de techniques faisant appel à des microscopes spéciaux. Mais ces molécules lumineuses ont longtemps été toxiques, limitant leur usage. Osamu Shimomura, l'homme qui a découvert la GFP. Le cadeau de la méduse Il y a bientôt un demi-siècle, au début des années 1960, un biologiste marin qui était aussi chimiste, le Japonais Osamu Shimomura, s'est intéressé à une méduse du Pacifique, Aequorea victoria, capable, comme d'autres organismes marins, d'émettre de la lumière par fluorescence. Ce cnidaire utilise deux molécules, l'une (baptisée aequorine) émettant une lumière bleue (395 nanomètres) qui excite la seconde, la GFP, petite protéine de 238 acides aminés, laquelle réémet une lumière verte (508 nanomètres). Ses résultats sont publiés en 1962 mais la GFP n'éveille pas tout de suite l'intérêt des biologistes.

30 Dans les années 1980, un Américain, Douglas Prasher, émet une idée originale. Si l'on parvient à installer le gène de la GFP juste après un gène produisant une certaine protéine, celle-ci, lorsqu'elle sera fabriquée, portera une séquence supplémentaire, celle de la GFP. Elle deviendra ainsi visible pour peu qu'on l'éclaire avec une lumière bleue. Voilà un moyen d'étudier la production d'une protéine, dans des cellules en culture voire, pourquoi pas, chez un organisme vivant. Martin Chalfie, celui qui a découvert comment intégrer le gène de la GFP à un endroit quelconque du génome. C'est Martin Chalfie qui concrétisera cette brillante idée en 1994 en rendant fluorescentes deux vedettes des laboratoires, la bactérie Escherichia coli et le ver Caenorhabditis elegans (un nématode).

31 L'année suivante, Roger Tsien réussit à mettre au point des variantes de GFP de couleurs différentes, obtenues par mutation de son gène. Le bleu, le cyan et le jaune viennent ainsi compléter le vert naturel de la GFP de la méduse. Une autre protéine naturelle, DsRed, rougeâtre comme son nom l'indique, est ensuite découverte chez un organisme marin, un corail. Grâce à cette palette colorée, les chercheurs peuvent mettre en évidence simultanément plusieurs phénomènes. Roger Tsien, qui apporta la couleur...

32 Une composition obtenue par Roger Tsien en colorant différemment des colonies bactériennes à l'aide de GFP mutées et de dsred, obtenu chez le corail Discosoma.

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Loïc Martin 6 avril 2012 Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Travail effectué, à l'université de Genève, Sciences

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

1. Méthodes d'études en histologie

1. Méthodes d'études en histologie 1. Méthodes d'études en histologie 9 1. Méthodes d'études en histologie 1. Quel(s) ordre(s) est(sont) possible(s) pour l analyse histologique A. Fixation, macroscopie, inclusion, coupe, coloration, B.

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

HIBRYDATION IN SITU METHODOLOGIE EN ANATOMIE PATHOLOGIE SESSION 2008-2009

HIBRYDATION IN SITU METHODOLOGIE EN ANATOMIE PATHOLOGIE SESSION 2008-2009 METHODOLOGIE EN ANATOMIE PATHOLOGIE SESSION 2008-2009 HIBRYDATION IN SITU Dr Mokrane Yacoub. AHU Histologie Faculté de médecine de Poitiers Service d anatomie pathologique PLAN I- Définition et principes

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Durée : 3 heures

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Durée : 3 heures Banque «Agro Véto» AT 0109 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Document de l expert(e)

Document de l expert(e) Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Document de l expert(e) Temps imparti 50 minutes

Plus en détail

Travaux pratiques d immunologie

Travaux pratiques d immunologie Travaux pratiques d immunologie I. Introduction Ces manipulations ont pour but d étudier certaines techniques immunologiques, de comprendre les mécanismes moléculaires mis en jeu dans chacune, d en tirer

Plus en détail

EdU Click FC ROTI kit pour cytométrie en flux

EdU Click FC ROTI kit pour cytométrie en flux MANUEL OPÉRATEUR EdU Click FC ROTI kit pour cytométrie en flux ROTI kit pour cytométrie en flux Carl Roth GmbH + Co. KG EdU Click FC ROTI kit pour cytométrie en flux Introduction et description du produit:

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

DES de Pathologie AFIAP

DES de Pathologie AFIAP DES de athologie AFIA 21 novembre 2009 J. Audouin,, S. ain IMMUNOHISTOCHIMIE Introduction I - Différentes méthodes AC conjugués Enzyme - anti-enzyme : A, AAA rotéine conjuguée : avidine, streptavidine

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela,

Plus en détail

Plasmid DNA purification

Plasmid DNA purification Plasmid DNA purification Excerpt from user manual - Français - NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra Plus NucleoBond Xtra Plus January 2013 / Rev. 11 Plasmid DNA purification Français Introduction

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

ANALYSE DE PROTEINE DANS LES

ANALYSE DE PROTEINE DANS LES ANALYSE DE PROTEINE DANS LES CELLULES Assistants: K. Umebayashi G. Dewhurst A. Santos L. Pineau 1. Introduction Lors de cette expérience, nous avons réalisé l extraction de protéines à partir de deux souches

Plus en détail

MLVA Streptococcus pneumoniae

MLVA Streptococcus pneumoniae H.I.A. Robert Picqué Bordeaux Laboratoire de Biologie moléculaire Version Internet 2 MLVA Streptococcus pneumoniae 1. DESCRIPTION DES OPERATIONS 1.1 Culture et extraction des ADN NB : prévoir dans la série

Plus en détail

Microscopie électronique en biologie

Microscopie électronique en biologie Microscopie électronique en biologie Objectif de la microscopie en biologie Imager des structures, Co-localiser les protéines ou certaines molécules Acquisition In vivo A haute résolution Microscopie électronique

Plus en détail

Département de biologie Page 1 sur 6

Département de biologie Page 1 sur 6 Département de biologie Page 1 sur 6 TP de Biologie Moléculaire : BIO 36 Marion Benoîst, Keith Dudley, Dominique Charmot Introduction Lors de ce TP vous allez cloner des molécules d ADN. L objectif est

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet

Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet SOMMAIRE Matériel et réactifs nécessaires... P.2 Déroulement de l expérience... P.3 Préparation, électrophorèse et protocole de transfert... P.3 Protocole de

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1. Dénaturation Définition : Perte d activité biologique

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Pour la purification de l ADN génomique des kits de prélèvements Oragene et ORAcollect. Pour tout protocole et

Plus en détail

CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN

CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN But de la manipulation Le but de cette manipulation est l introduction d un gène de méduse codant pour une protéine fluorescente dans des bactéries par l

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Kit d extraction PicoPure DNA

Kit d extraction PicoPure DNA Directement à la PCR Le kit PicoPure DNA permet une extraction simple et rapide de l ADN génomique prêt à l utilisation en PCR. Extraire et amplifier l ADN dans le même tube, sans phase d extraction organique

Plus en détail

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire A. La cellule Par Célian BERTIN Elle est l unité fondamentale de la vie. C est la plus petite quantité de matière vivante capable de subsister à l

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes.

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes. Préparation des échantillons pour l immunohistochimie Application à la microscopie confocale Microscopie confocale : Principe et Pratique Formation permanente INSERM ADR Grand Ouest 19-22 mai 2008 Laurence

Plus en détail

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette).

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Ce type de lumière a été découvert en 1801 par Ritten. Après des recherches par Stoke et Schumann entre 1862 et 1903 c'est en fin de compte

Plus en détail

Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green

Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green Pour les produits AnyGenes : Cat # PMSX-F2S Cat # PMSX-F4S Cat # PMSX-F8S Cat # PMSX-F12S Cat # PMSX-F24S (* Cat # pour toutes les références

Plus en détail

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie SESSION 2005 CAPET externe et CAFEP Section : Biotechnologies Option : Biochimie - génie biologique TRAVAUX PRATIQUES Première partie : Techniques de biochimie Durée totale : 4 heures SUIVI DE LA PURIFICATION

Plus en détail

TP6 : Le support de l'information génétique

TP6 : Le support de l'information génétique Objectifs : TP6 : Le support de l'information génétique (notionnel) : comprendre le codage de l'information génétique comprendre la variabilité de l'information génétique connaître la structure de la molécule

Plus en détail

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine L Imagerie Petit Animal : Visualisation de marqueurs in vivo Fluorescence ou Bioluminescence Bruno Combettes HAMAMATSU

Plus en détail

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Name... Vorname... Kandidatennummer... Datum...

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

Aequorea victoria. Aequorine

Aequorea victoria. Aequorine Aequorea victoria Cette méduse bioluminescente vit près de la côte ouest des Etats-Unis. Elle possède plus de 150 tentacules et fait environ 3cm de diamètre. C est grâce à l étude de cette méduse que les

Plus en détail

La génétique : Science qui étudie les caractères héréditaires des individus, leur transmission au fil des générations et leurs variations.

La génétique : Science qui étudie les caractères héréditaires des individus, leur transmission au fil des générations et leurs variations. Reprendre l essentiel pour bien réussir son année en S.V.T. La génétique : Science qui étudie les caractères héréditaires des individus, leur transmission au fil des générations et leurs variations. En

Plus en détail

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets Mabsolys-2015-FR:Mise en page 1 03/07/15 14:02 Page1 le département prestataire de services de MABSolys de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire Biocell C. Alcaide 16/01/2012 Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire I - Cytometrie en flux Cytométrie en flux : Analyses quantitatives sur des cellules ou populations cellulaires C'est une technique

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE Ce document a été réalisé à partir du dossier«sagascience: La celluleanimale» http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doscel/decouv/norm/global.htm. Les outils utilisés pour

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt 1 Position de la séquence Thème n 1: les systèmes vivants présentent une organisation particulière de la matière. 1.5 Les molécules des organismes vivants

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Multipliez vos capacités

Multipliez vos capacités Multipliez vos capacités Leica ChromoPlex 1 Dual Detection pour BOND Multipliez vos capacités Différentiation claire. Souplesse. complétez votre panel 1 Multipliez vos capacités Différenciation claire.

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 2 HTS Informations Techniques 2 I 2 96 Puits 2 I 6 96 Puits en Polystyrène 2 I 6 96 Puits DemiPuits en PS 2 I 9 96 Puits en PP 2 I 10 384 Puits 2 I 12 384 Puits en Polystyrène 2 I 12 384 Puits en

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1

METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1 METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1 Exercice n 1 Les séquences nucléotidiques des gènes sont proches. 1 Production ATPase: On part de l'adnc de la levure pour savoir si la régulation se fait par la protéine

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

La rollei RETRO 80s, un film unique avec une finesse de grain extrême.

La rollei RETRO 80s, un film unique avec une finesse de grain extrême. La rollei RETRO 80s, un film unique avec une finesse de grain extrême. Aurélien LE DUC,11 avenue du Pont Neuf, 87260 Pierre Buffière, France +33 6 48 07 38 10 aurelien.le-duc@neuf.fr http://www.labo-argentique.com

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser.

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser. AVERTISSEMENT Au fil de l ouvrage, les termes ou les notions importantes développés dans le livre de cours Bases cellulaires et moléculaires du développement (Ellipses, 2007), sont notés (I) ou (I, p.x).

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

2: Les enzymes de restriction

2: Les enzymes de restriction 2: Les enzymes de restriction Les enzymes de restriction sont des protéines synthétisées par des bactéries pour se protéger des infections de virus (bactériophages). Ces enzymes coupent l ADN viral à des

Plus en détail

LA REACTION DE HILL. DVD scientifique et pédagogique de 13 minutes

LA REACTION DE HILL. DVD scientifique et pédagogique de 13 minutes LA REACTION DE HILL DVD scientifique et pédagogique de 13 minutes Ce film a été conçu pour s intégrer dans la partie de programme de première scientifique suivante: Flux d énergie et cycle de la matière

Plus en détail

Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom :

Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom : Examen BIO 231 : Novembre 2009 Nom: Prénom : 1- On dispose de 3 cultures bactériennes d'une même souche de bacillus subtilis qui ont été obtenues par ensemencement de milieu LB à partir de 3 pré-cultures

Plus en détail

Interprétation des résultats et troubleshooting

Interprétation des résultats et troubleshooting Interprétation des résultats et troubleshooting Le Service de séquençage du Centre d innovation Génome Québec et Université McGill utilise des appareils 3730xl DNA Analyzer d Applied Biosystems. Cette

Plus en détail

Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire. 1 année de Licence

Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire. 1 année de Licence Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire 1 année de Licence Annexes des cours de biologie moléculaire et cellulaire afin de parfaire leur compréhension. Par Chringel 2011 LA MICROSCOPIE SOMMAIRE

Plus en détail

Nouveau protocole Affymetrix (1 er juin 2004)

Nouveau protocole Affymetrix (1 er juin 2004) Nouveau protocole Affymetrix (1 er juin 2004) Important : pipettez toujours un volume égal ou supérieur à 2 µl. Étape 1 : préparation des ARN poly-a contrôles Quantité d ARN Dilutions en série à ajouter

Plus en détail

Hybridation et marquage Affymetrix puce HU133 Plate-Forme. plus 2

Hybridation et marquage Affymetrix puce HU133 Plate-Forme. plus 2 PRECAUTIONS GENERALES : HYBRIDATION AFFYMETRIX - Toutes les manipulations se font avec des gants de façon à limiter le risque de dépôt de RNAses présentes en grande quantité sur notre peau. - Tout le matériel

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique Structures et propriétés des membranes biologiques I. Rappels II. Interactions entre les constituants membranaires III. Caractérisation des constituants membranaires IV. Structure et fonctions des protéines

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes DIRECTION DE L'EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTROLES CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

Plus en détail

Extraction de protéines (Western Blot) - tampon de lyse

Extraction de protéines (Western Blot) - tampon de lyse Extraction de protéines (Western Blot) - tampon de lyse Préparer tampon de lyse : - 0.3 ml NaCl 5M - 0.5 ml Tris-base ph 8-0.1 ml Nonidet P 40 (NP40) - 0.5 ml Desoxycholate 10 % - 0.1 ml SDS 10 % - 0.5

Plus en détail

ATELIER TECHNIQUE L'ELECTROPHORESE DES PROTEINES SUR GEL DE POLYACRYLAMIDE EN PRESENCE DE SDS (SDS PAGE) proposé par

ATELIER TECHNIQUE L'ELECTROPHORESE DES PROTEINES SUR GEL DE POLYACRYLAMIDE EN PRESENCE DE SDS (SDS PAGE) proposé par ATELIER TECHNIQUE L'ELECTROPHORESE DES PROTEINES SUR GEL DE POLYACRYLAMIDE EN PRESENCE DE SDS (SDS PAGE) proposé par La Faculté des Sciences Exactes et Naturelles (UFR SEN) (Campus de Fouillole, Pointe

Plus en détail

BIO241 année 2007-2008

BIO241 année 2007-2008 BIO241 année 2007-2008 Examen Terminal de 2 nde session du 17 juin 2008 Documents et calculatrice non autorisés Notation sur 100 points ATTENTION!!!! Rédiger les 3 parties sur des feuilles séparées 5 pages

Plus en détail

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

AUSILAB TM Une gamme complète de détergents pour le lavage de la verrerie

AUSILAB TM Une gamme complète de détergents pour le lavage de la verrerie AUSILAB TM Une gamme complète de détergents pour le lavage de la verrerie CARLO ERBA Reagents Un partenaire de choix pour le laboratoire et l industrie CARLO ERBA Reagents, fournisseur reconnu de produits

Plus en détail

Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Docteur Jean Charles RENVERSEZ Biochimie structurale Biochimie des Acides Aminés et Protéines Chapitre 3 : Acides aminés et protéines : propriétés générales et technique de purification et d identification Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Plus en détail

Approche pratique de la transgénèse :

Approche pratique de la transgénèse : Approche pratique de la transgénèse : Recherche et analyse fine d une modification génétique dans le génome murin octobre 2006 1) 2) 3) 7) 8) 9) 10) 11) 12) 13) 14) Plan / Introduction Extraction et Préparation

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Analyse d article Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg M1 UE8b 21/3/2013 Pubmed http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Structure d un article original Titre Résumé structuré : Contexte scientifique, objectifs,

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail