Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins"

Transcription

1 Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

2 Vaccinologie Terme utilisé par Jonas Salk Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi qu économiques, psychologiques et culturels.

3 Vaccins Disponibles Contre les Maladies Infectieuses Humaines Choléra, coqueluche, diphtérie, Encéphalite japonaise, fièvre jaune, Hemophilus influenza,hépatite A, hépatite B, Influenza, méningocoque,oreillons, HPV, pneumocoque, polio, rage, rotavirus, rougeole, rubéole, tétanos, tuberculose, typhoïde, varicelle, variole.

4 Vaccins Nécessaires chez l Enfant Virus respiratoire syncitial Parainfluenza Adénovirus Streptococcus mutans Méningocoque groupe B

5 Vaccins Nécessaires chez l Adolescent EBV HCV HIV HSV 2 Neisseria Gonococcus Chlamydia

6 Vaccins Nécessaires Dans les Pays en Voie de Développement Shistosomiase Paludisme Trypanosomiase Salmonelle Shigelle Campylobacter

7 Nouveaux Concepts Vaccinaux Extension du concept de vaccin au cancer, aux maladies auto-immunes et aux maladies neurodégénératives. Vaccins thérapeutiques versus vaccins préventifs

8 Impact des Nouvelles Technologies sur la Préparation des Vaccins Virus chimériques,vecteurs viraux et bactériens, vaccins ADN nu Peptides et protéines recombinantes Adjuvants moléculaires, émulsions, particules

9 Impact des Nouvelles Connaissances sur le Développement des Vaccins Immunité innée, récepteurs Toll-like et instruction du système immunitaire Génomique et identification des Ag vaccinaux Analyse de la réponse immunitaire (immunochips, CTL, cytométrie)

10 Développement des Vaccins D une Approche Empirique à une Approche Rationnelle

11 Constance des Propriétés Immunologiques et Cliniques des Vaccins Antigènicité Immunogènicité Efficacité Innocuité

12 Constance des Propriétés Immunologiques et Cliniques des Vaccins Antigènicité: quels Ag inclure dans le vaccin et sous quelle forme? Immunogènicité: comment induire une réponse immunitaire? une réponse effectrice adaptée? une réponse immunitaire durable? Efficacité: protection dans les essais cliniques, protection sur le terrain, protection épidémiologique Innocuité

13 Constance des Propriétés du Système Immunitaire Sollicitées par la Vaccination Reconnaissance Apprentissage Mémoire

14 Théorie de la Sélection Clonale un lymphocyte B une molécule d Ig un antigène

15

16 Les Différents Mécanismes de Défense vis à vis des Agents Pathogènes Immunité Innée et Immunité Adaptative

17 IMMUNITE INNEE Pathogen-Associated-Molecular-Patterns ( PAMP S ) Pattern-Recognition-Receptors

18 Cellules Dentritiques

19 La famille des Toll-Like receptors (TLRs) dsdna Viral ssrna CpG DNA Les TLRs représentent une famille de récepteurs r qui reconnaissent des structures moléculaires endogènes nes et propres aux microorganismes.

20 Les Ligands des Récepteurs Toll-Like

21

22 Inflammasome et sels d aluminium

23 Cellules Dentritiques Présentation des Antigènes Précurseur CD immature CD mature CD 34+ macropinocytose CMH classe II - CMH classe II + CD14+ CD14- CD32+ CD32- CD14+ CD14- B7- B7+

24 Rôle de Défense de la Cellule Dentritique (inflammation) CD14 Cytokines Inflammatoires Défense chimiokines

25 Rôle d Instruction de la Cellule Dentritique CD14 Cytokines Inflammatoires Défense B7 ( costimulation ) cytokines Th1/Th2 chimiokines

26 Interaction entre une Cellule Dentritique et un Lymphocyte T

27 BALANCE Th1/Th2/Th17 Tho IL12 IL23 IL4 Th1 Th2 Th17

28 MOLECULE D IMMUNOGLOBULINE hinge region

29 Les Lymphocytes T CD8+: Effecteurs Majeurs de la Réponse Anti-Virale

30 Hypersensibilité de Type IVc et IVd Granulomes

31 Propriétés immunologiques et cliniques des Vaccins Antigénicité Immunogénicité Efficacité Innocuité

32 Développement Vaccinal : Stratégies Sélection et obtention de l antigène Identification des épitopes B (Ac neutralisants) des épitopes T (CTL) Immunogénicité (systèmes de délivrance) réponse B réponse T système lymphoïde associé aux muqueuses redirection réponse immunitaire (Th1/Th2/Th17) mémoire immunitaire

33 Antigénicité

34 «Vaccins Traditionnels» Vaccins viraux et bactériens tués inactivés Vaccins viraux et bactériens vivants atténués

35 Vaccins sous-unité Anatoxines tétanique et diphtérique AgHBs, HPV Ag vaccinaux polysaccharidiques

36 ANTIGENICITE Déterminants antigèniques B Déterminants antigèniques T Déterminants immunogènes Déterminants protecteurs

37 Déterminants Antigéniques B Conformationnels > séquentiels Superficiels Forte mobilité atomique Continus ou discontinus Hydrophiles Identification par cartographie épitopique

38 Déterminants Antigéniques T Séquentiels et continus Hydrophobes Résidus d ancrage caractéristiques aux molécules CMH de classe I aux molécules CMH de classe II Identification par cartographie épitopique

39 Un Exemple de Développement Rationnel d un Vaccin La Vaccination contre l Hépatite B

40

41

42

43

44

45

46

47 Immunogénicité Induction d une réponse immunitaire Instruction de l Immunité adaptative pour induire les mécanismes effecteurs appropriés Induction d une mémoire immunitaire

48

49 Anticorps Vaccinaux Mise en évidence in vitro 1. Liaison à l Antigène vaccinal/virus/bactérie - Réactions primaires : ELISA - Spécificité/Seuil/Titre 2. Réactions secondaires RIA - Agglutination et hémagglutination (bactéries) - Neutralisation (virus) - Fixation du complément 3. Numération des cellules B secrétrices d Ac spécifiques - ELISPOT

50 ELISPOT-1 Filtres de nitrocellulose recouverts d Ac de capture Ajout des cellules +/- stimulation Incubation Lyse et lavages Ajout Ac biotinylé de révélation Ajout complexe avidine-enzyme (HRP ou AP) ou fluorophore Ajout substrat enzymatique ou excitation UV Comptage

51 ELISPOT-2 +Ag -Ag Très haute sensibilité (~1/10 5 cellules) Information sur le nombre de cellules spécifiques + quantité produite Difficultés: Reproductibilité (importance des contrôles, du lecteur) Pas de phénotype des cellules sécrétrices (mais possibilité de sélection avant) Pas de récupération des cellules

52 PRINCIPE du TEST de CYTOTOXICITE Cellule cible présentant les antigènes viraux Traceur dans la cellule cible (Cr 51 ) Mise en contact avec les PBL Relargage du traceur dans le surnageant si LT CD8+ CTL PBL CTL CTL No CTL Lyse Lyse -

53 CRT [chromium[ release test] % cytotoxicité 100 env gag wt pol ratio effecteurs:cibles cpm Cr51 surnageant % cytotoxicité = cpm Cr51 total env gag pol = cibles exprimant les antigènes du VIH wt = cible contrôle (négatif)

54 Tétramère Pentamère

55 Immunogénicité: Mémoire Immunitaire

56 Stratégies pour Optimiser la Mémoire Immunitaire Prime/boost hétérologue Augmenter le help T CD4 Cytokines Favoriser la co-stimulation Bloquer la co-stimulation négative

57 L Immunogénicité dépend de l adjuvant ou du systéme de délivrance vaccinale

58 Systèmes de Délivrance des Vaccins Virus chimériques Vecteurs viraux et bactériens ADN nu

59

60

61

62 Adjuvants Les adjuvants sont des molécules qui incorporées dans les préparations vaccinales augmentent l intensité et la durée de la réponse immunitaire spécifique des Ag vaccinaux ou en influencent la nature (Th1/Th2/Th17 ;Cellulaire/humorale ).

63 Qualités d un Adjuvant Dépourvu de toxicité Fonction de véhicule pour l Ag Fonction immunostimulatrice Fonction d immunomodulation (instruction) Induit une mémoire immunitaire ( diminue le nombre et la fréquence des rappels)

64 Adjuvants : difficultés Manque d études comparatives Mécanismes d action mal connus Critères d enregistrement exigeants Action adjuvante qui augmente souvent l action toxique Pas d adjuvant universel:couple Ag/Adjuvant

65 Les différents adjuvants Adjuvants véhicules Adjuvants immunostimulants Adjuvants de l immunité des muqueuses

66 ADJUVANTS Adjuvants bactériens MDP Adjuvants végétaux QuilA Iscoms QS21 Adjuvants synthétiques MF59 Cytokines IL12,IL2

67

68 Développement Clinique d un Nouveau Vaccin Phase 1 Première administration chez l homme(adulte) Innocuité acceptable Effet biologique attendu Phase 2 Etablir dans la population cible les conditions permettant une tolérance et une immunogénicité optimale (formulation,doses, voie d administration, schéma vaccinal, durée de la réponse, mémoire,etc ) Phase 3 Etablir l efficacité protectrice en sachant que le critère d évaluation est clinique ou établir un critère d immunogénicité quand il existe une corrélation immunogénicité/protection. Confirmer l innocuité sur une plus large échelle

69 Efficacité vaccinale Les différentes approches Efficacité sérologique : capacité d induire des anticorps protecteurs ; essais cliniques contrôlés, prospectifs, randomisés pré AMM ou enquêtes post commercialisation Efficacité épidémiologique : capacité à protéger les individus ; efficacité vaccinale sur le terrain Efficacité d un programme de vaccination : capacité à réduire morbidité et mortalité ; mesure d impact, surveillance épidémiologique

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Vaccination et Grossesse Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Objectifs 1-Enoncer la problématique de la vaccination au cours de la période gravido-puerpérale 2-Citer les 4 groupes de vaccins définis à partir

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 351 Principes et bases immunologiques de la vaccination GÉNÉRALITÉS DÉFINITION ET OBJECTIFS GÉNÉRAUX

Plus en détail

Classification des vaccins mode de préparation

Classification des vaccins mode de préparation COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL Classification des vaccins mode de préparation Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur DIU Physiopathologie et Thérapeutiques en maladies

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

: motifs moléculaires inducteurs d une d réponse

: motifs moléculaires inducteurs d une d réponse «Antigènes, nes, haptènes : motifs moléculaires inducteurs d une d réponse immune» F. Bérard Inserm U851 - Service d Immunologie Clinique CHU Lyon-Sud Jeudi 5 novembre 2009 16h-18h 18h Antigènes = substances

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

IMMUNOGENETIQUE 1) INTRODUCTION LA VACCINATION

IMMUNOGENETIQUE 1) INTRODUCTION LA VACCINATION IMMUNOGENETIQUE LA VACCINATION 1) INTRODUCTION Certaines maladies sont contagieuses, elles peuvent être contractées par rapport à un sujet malade, et ceci par la transmission d un agent infectieux. Le

Plus en détail

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie Différenciation lymphocytaire T & B CM5.1 Différenciation lymphocytaire T & B Adrien Six (adrien.six@upmc.fr) Phnom Penh Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE 4 semaines - Acteurs du système immunitaire Photo lymphocytes au contact cellule cancéreuse http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2005/images/ltc.jpg

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Questions fréquentes sur la vaccination en général

Questions fréquentes sur la vaccination en général Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Maladies transmissibles Etat au 9.10.2013 Questions fréquentes sur la vaccination en général 1. Qu est-ce que le système

Plus en détail

Développement du système immunitaire à la naissance

Développement du système immunitaire à la naissance Développement du système immunitaire à la naissance Sabine Le Gouvello Pierre Bongrand, Guislaine Carcelain, Alain Chevailler, Elodie Crétel, Ghislaine Sterkers. I.Introduction... 2 II.Immunité anti-infectieuse...

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants Séverine Pouillot, PhD Biogenouest 21 Novembre 2014 Société de services et de consulting Opérationnelle depuis 2004 Actionnaires

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse XXII ème JRPI 13 10 2015 Pr M. Labalette Biothérapies Déficit immunitaire secondaire Susceptibilité aux infections (1 er effet secondaire des biothérapies)

Plus en détail

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B 10.4.3 : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B Composition Un vaccin inactivé combiné contre l hépatite A et l hépatite B est distribué au Canada : Twinrix (GlaxoSmithKline). Les antigènes utilisés

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Sciences 8 le système immunitaire exercices

Sciences 8 le système immunitaire exercices Sciences 8 le système immunitaire exercices Exercice 1 : Remplis les blancs. 1. Les organismes qui sont la cause de maladies comme les bactéries et les virus sont appelés. 2. Les maladies peuvent être

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Examen Janvier 2008 Introduction (à lire attentivement) L actualité

Plus en détail

PLAN DU COURS. 1. Historique 2. Défini2ons 3. Principes de la vaccina2on 4. Classifica2on des vaccins 5. Perspec2ves vaccinales 6.

PLAN DU COURS. 1. Historique 2. Défini2ons 3. Principes de la vaccina2on 4. Classifica2on des vaccins 5. Perspec2ves vaccinales 6. PLAN DU COURS 1. Historique 2. Défini2ons 3. Principes de la vaccina2on 4. Classifica2on des vaccins 5. Perspec2ves vaccinales 6. Conclusion PLAN DU COURS 1. Historique 2. Défini2ons 3. Principes de la

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Vaccinologie 1. Yves-Marie Vandamme Jeudi 24 janvier 2018

Vaccinologie 1. Yves-Marie Vandamme Jeudi 24 janvier 2018 Vaccinologie 1 Yves-Marie Vandamme Jeudi 24 janvier 2018 Immunité active Immunée innée puis adaptative Immunité humorale adaptative : Chaque individu produit ses propres anticorps Anticorps produits en

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

la vaccination UE : Immunopathologie et immunointervention

la vaccination UE : Immunopathologie et immunointervention UE : Immunopathologie et immunointervention Date : 23/11/11 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : Norbert GUALDE Ronéistes : REY Julien julien.rey@etud.u-bordeaux2.fr GALVANON Anne la vaccination

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011

Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011 Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011 1 e partie : QCM 1- Un antigène : A- peut jouer un rôle dans la tolérance centrale s il s agit d un allo-antigène B- peut jouer un rôle dans la tolérance centrale

Plus en détail

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé TS-Thème 6 : immunologie N. Pidancier 2010-2011 Correction des exercices d'immunologie 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé ''la souris

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités?

Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités? Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités? Gaston De Serres, MD, PhD Institut National de santé publique du Québec

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins Formation Continue 2011 31 mars 2011 Maladies infectieuses - Immunologie & Allergie VIH & Immunité Traitements immunosuppresseurs: bilan initial, suivi et risques infectieux Pierre-Alexandre Bart Objectifs

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Modification du 15 décembre 2003 Le Département fédéral de l intérieur arrête: I L ordonnance du 13 janvier 1999 sur les déclarations de médecin

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM Défis reliés à l infection par le VIH Paul Jolicoeur, M.D., Ph. D. Chercheur fondamental Directeur de l unité de recherche

Plus en détail