Séro- épidémiologie de la theilériose à Theileria annulata et de la babésiose à Babesia bigemina au Maroc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séro- épidémiologie de la theilériose à Theileria annulata et de la babésiose à Babesia bigemina au Maroc"

Transcription

1 ARTICLE ORIGINAL Séro- épidémiologie de la theilériose à Theileria annulata et de la babésiose à Babesia bigemina au Maroc N. EL HAJ, M. KACHANI, M. BOUSLIKHANE, H. OUHELLI, A.T. AHAMI, J. KATENDE et S.P MORZARIA Département de Biologie, Université Ibn Tofail, B.P. 133, Kénitra, Maroc Département de Parasitologie et Maladies Parasitaires, Institut Agronomique et Vétérinaire, Hassan II, B.P. 6202, Rabat-Instituts, Maroc Département de Microbiologie, Immunologie et Maladies contagieuses, Institut Agronomique et Vétérinaire, Hassan II, B.P. 6202, Rabat-Instituts, Maroc Laboratoire de Neurosciences Comportementales et Cognitives, Département de Biologie, Université Ibn Tofail, B.P. 133, Kénitra, Maroc International Livestock Research Institute, P.O. Box 30709, Nairobi, Kenya Auteur chargé de la correspondance : Pr. Malika Kachani ; Téléphone : ; Télécopie: ; E.mail1 : athena. online.co.ma ; E.mail2 : RÉSUMÉ Une enquête séro-épidémiologique sur les infections par Theileria annulata et Babesia bigemina a été conduite dans cinq des principales régions d élevage bovin laitier au Maroc. Dans chacune des régions, 30 communes et une exploitation par commune ont été sélectionnées en utilisant un échantillonnage en grappe. Un total de 1819 sérums, collecté de tous les animaux présents dans chaque exploitation a été analysé pour détecter les anticorps anti-t. annulata et/ou anti-b. bigemina, au moyen des deux tests sérologiques : immunoperoxydase et ELISA respectivement. La prévalence de T. annulata a été de 41 % à Doukkala, 27 % au Gharb, 66 % au Haouz, 28 % au Loukkoss et 47 % au Tadla. La prévalence de B. bigemina a été de 13 % à Doukkala, 14 % au Gharb et au Loukkos, 16 % au Haouz et 10 % au Tadla. Une proportion de 91 % des élevages étudiés s est avérée séropositive pour T. annulata et 68 % séropositive pour B. bigemina. Au sein de ces élevages, le pourcentage d animaux infectés par les deux protozoaires était de 6 % alors que 51 % des animaux n ont jamais été infectés par Theileria ni par Babesia. D une manière générale, les conditions et les pratiques d élevage dans les régions étudiées ne semblent pas avoir d influence sur la prévalence des deux infections. Ces investigations ont montré que T. annulata et B. bigemina sont prévalentes dans les 5 régions. L information sur les prévalences observées doit être prise en considération pour l élaboration de tout programme de contrôle des maladies transmises par les tiques. MOTS-CLÉS : babésiose - Babesia bigemina - Theilériose tropicale - Theileria annulata - bovins - maladies transmises par les tiques - prévalence - épidémiologie - ELISA - immunoperoxydase. SUMMARY Sero-epidemiology of Theileria annulata and Babesia bigemina infections in Morocco. By N. EL HAJ, M. KACHANI, M. BOUSLIKHANE, H. OUHELLI, A.T. AHAMI, J. KATENDE and S.P. MORZARIA. A sero-epidemiological survey on theileriosis (Theileria annulata infection) and babesiosis (Babesia bigemina infection) was conducted in five of the main dairy cattle areas in Morocco. In each region, a random sample of 30 villages was selected through the cluster method, and one farm was selected in each village. A total of 1819 cattle sera, collected from all animals present in each farm, was tested for anti T. annulata and anti B. bigemina antibodies using two tests, namely immunoperoxydase and ELISA. The prevalence of T. annulata infection was 41 % in Doukkala, 27 % in Gharb, 66 % in Haouz, 28% in Loukkos and 47 % in Tadla. The prevalence of B. bigemina infection was 13 % in Doukkala, 14 % in Gharb and Loukkos, 16 % in Haouz and 10 % in Tadla. 91 % of the herds studied were sero-positive for T. annulata and 68 % were sero-positive for B. bigemina infection. Within these herds, the percentage of infected animals by the two protozoans at the same time was 6 %, while 51 % of animals have never been infected neither by T.annulata nor by B. bigemina. Overall, animal husbandry practices and conditions had no significant influence on the prevalence of both infections. These investigations showed that both T. annulata and B. bigemina are prevalent in the five areas studied. The information on prevalence must be taken into consideration to design any control programme for tick-borne diseases in Morocco. KEY-WORDS : babesiosis - Babesia bigemina - Theileria annulata - tropical theileriosis - tick-borne diseases - prevalence - epidemiology - ELISA - immunoperoxydase. Introduction Parmi les maladies bovines transmises par les tiques, celles causées par les protozoaires du genre Theileria et Babesia constituent une entrave majeure au développement de l élevage bovin en Afrique et dans d autres régions du globe [12]. La theilériose tropicale causée par T. annulata, transmise principalement par les tiques du genre Hyalomma existe dans tout le bassin méditerranéen, au Moyen Orient et au Sud de l Asie [6]. La babésiose à B. bigemina, transmise essentiellement par les tiques du genre Boophilus est très largement distribuée dans toutes les régions tropicales et subtropicales [22]. Au Maroc, la theilériose tropicale est l une des pathologies bovines les plus sévères et les plus importantes économiquement [10]. De nombreuses recherches conduites depuis 1984 ont abouti à la mise au point d un vaccin vivant, à base de lymphocytes infectés par des schizontes de T. annulata [15].

2 190 EL HAJ (N.) ET COLLABORATEURS Différents travaux ont été également entrepris sur la babésiose bovine et ses vecteurs dans différentes régions du pays [2, 19]. Toutefois, les données relatives à l épidémiologie de ces deux infections restent fragmentaires. Leurs prévalences dans les cinq régions d endémie doivent être déterminées avant la mise en place de mesures prophylactiques, par la vaccination et/ou le contrôle des tiques. L objectif de cette étude est d estimer la prévalence de ces deux infections dans 5 des principales régions d élevage bovin au Maroc et d identifier les facteurs de risque, susceptibles de les influencer. Matériel et méthodes 1) RÉGIONS D ÉTUDE L enquête séro-épidémiologique a été effectuée dans cinq des principales régions d élevage bovin au Maroc : Doukkala, Gharb, Haouz, Loukkos et Tadla. Ces régions sont localisées dans la partie Nord-Ouest du pays entre la côte Atlantique à l Ouest et le Rif et les montagnes de l Atlas à l Est (Fig. 1). Toutes ces régions disposent de périmètres irrigués où se concentrent les élevages bovins laitiers en particulier. Elles sont sous l encadrement des Offices Régionaux de Mise en Valeur Agricole (ORMVA) dont l un des principaux objectifs est l amélioration du cheptel bovin local. Le choix de ces régions est lié à l importance de l élevage bovin et sa contribution dans la production laitière. Selon les statistiques officielles du Ministère de l Agriculture, ces régions contiennent 22 % de la population bovine nationale dont 39 % de race améliorée et 9 % de race locale. Leur contribution à la production laitière est de 43 % au niveau national. Dans ces régions, la babésiose et en particulier la theilériose sont considérées, par les autorités vétérinaires, comme étant un facteur limitant au développement de l élevage bovin laitier. 2) PROTOCOLE D ENQUÊTE Chacune des régions a été étudiée séparément en adoptant un échantillonnage en grappe.trente communes ont été sélectionnées par région, de manière aléatoire et simple, à partir de la liste des communes. Une exploitation par commune a été choisie de manière aléatoire à partir d une liste fournie par les vétérinaires, sur la base du dernier recense- Méditerranée Océan Atlantique Régions économiques : 1. Nord Ouest 2. Centre Nord 3. Centre 4. Centre Sud 5. Tensift 6. Est 7. Sud FIGURE 1. Distribution géographique des 5 régions d étude.

3 SÉRO-ÉPIDÉMIOLOGIE DES INFECTIONS PAR THEILERIA ANNULATA ET BABESIA BIGEMINA AU MAROC 191 ment d éleveurs de bovins. Tous les bovins élevés au sein des exploitations visitées ont fait l objet de prélèvements sanguins. Un total de 1819 sérums bovins a été collecté et analysé, au moyen des deux tests sérologiques : un test basé sur l utilisation de la peroxydase sur des éléments figurés (test à l immunoperoxydase) pour identifier les animaux séropositifs pour T. annulata et un test ELISA (Enzyme Linked Immunosorbent Assay) pour révéler les bovins infectés par B. bigemina. Les facteurs liés aux conditions et aux pratiques d élevage, susceptibles d influencer les prévalences des infections ont été identifiés grâce à un questionnaire. Des informations relatives aux conditions et aux pratiques d élevage (conditions agro-hydrologiques, qualité du bâtiment d élevage, pratique de pâturage et/ou de stabulation, traitement et prévention des piroplasmoses) ont été recueillies par entretien direct avec les éleveurs dans chacune des exploitations. 3) ANALYSE SÉROLOGIQUE a) Test à l immunoperoxydase - Antigène : L antigène utilisé dans ce test est le stade macroschizonte de la souche T. annulata Doukkala, isolée par OUHELLI (1986) et maintenue en culture cellulaire dans l azote liquide. Cet antigène a été utilisé à la concentration de cellules /ml, au passage Sérums témoins : Ces sérums positifs ou négatifs pour T. annulata sont issus d animaux ayant servi à vérifier la durée de protection conférée par un vaccin à base de lymphocytes infectés par des schizontes de T. annulata : 4 veaux de race Frisonne ont été vaccinés par injection de lymphocytes infectés par des schizontes de T. annulata Doukkala, à la dose de 10 4 dans 2 ml du milieu RPMI. Ils ont été ensuite infectés par des sporozoïtes de T. annulata à la dose de 1 équivalenttique. Les sérums témoins négatifs ont été prélevés des animaux avant la vaccination (J0) et les sérums témoins positifs ont été prélevés après infection par les sporozoïtes (J28) et dont l analyse par le test d immunofluorescence indirecte (IFI) a révélé la présence d importants titres d anticorps anti- Theileria annulata. - Sérums à tester : Ces sérums ont été prélevés à la veine jugulaire de tous les bovins, existant dans les 150 exploitations visitées. Ils ont été isolés par centrifugation à 3000 g puis stockés à -20 C en deux lots : le premier lot, pour l enquête séro-épidémiologique sur la theilériose à T. annulata et le second lot pour celle sur la babésiose à B. bigemina. - Test : Le test immunoperoxydase, utilisé pour le dépistage de l infection par T. annulata a été développé selon une méthode décrite précédemment par CAMPBELL [5]. La préparation des lames d antigènes a été faite selon la technique préconisée par BURRIDGE et al [4]. Ce test est basé sur l utilisation d une enzyme qui permet la coloration des schizontes. Il est connu pour sa sensibilité et sa spécificité. Il présente l avantage de ne nécessiter qu un microscope photonique. Par ailleurs, la lecture des résultats est plus spécifique et plus objective que pour l IFI et enfin les lames peuvent être stockées pendant une longue durée. Les sérums à tester, dilués au 1 : 160 dans du tampon TBS (Tris buffered saline, (Tris (10X), NHCl (8.5 %)), ph 7.6 ont été incubés à la température ambiante pendant 30 min. Ensuite le deuxième anticorps anti-bovin, conjugué à la biotine (Sigma biotinylated Mouse anti-bovine IgG) a été dilué à 1 : 200 et à 1 : 400, dans le tampon TBS puis additionné et incubé à la température ambiante pendant 30 min. Un complexe biotine-avidine (DAKO ABC complex-hrp), conjugué à l enzyme peroxydase (HRP) qui réagit avec le deuxième anticorps a été ajouté puis incubé durant 30 min à la température ambiante. Le substrat de l enzyme, Diamino Benzidine (Fast DAB), permettant l induction de la coloration a été ajouté et incubé durant 30 min. Les lavages entre les différentes incubations ont été faits au moyen du tampon TBS. A la fin du test, les cellules ont été colorées à l Hématoxyline (Harris s Haematoxylin, (BDH)). La lecture des lames s est faite au moyen d un microscope photonique au grossissement x100. b) ELISA - Antigène : une protéine de 200 kda spécifique du stade mérozoïte de Babesia bigemina a été identifiée comme antigène candidat dans un test ELISA. L ADN qui code pour cette protéine a été cloné, caractérisé et la protéine recombinante exprimée et isolée a réagi fortement avec des sérums issus de bovins infectés expérimentalement par B. bigemina [21]. - Sérums témoins : Trois types de sérums témoins ont été utilisés : Sérum témoin négatif (C - ) : Ces sérums ont été collectés à partir d animaux de race exotique ou de race Boran, nés et élevés dans des conditons indemnes de tiques à l ILRI. L analyse sérologique par l ELISA a révélé l absence d anticorps contre les parasites suivants : Theileria parva, T. annulata, T. mutans, T. taurotratgi, Anaplasma marginale, Cowdria ruminantium, Babesia bigemina, B. bovis, Trypanosoma brucei, T. conglense et T. vivax. Sérums témoins fortement positifs (C ++ ) : Ils ont été prélevés à partir de bovins de race exotique ou de race Boran sains, ne possédant pas d anticorps dirigés contre les parasites précités. Ces animaux ont été infectés expérimentalement par des tiques Boophilus decoloratus infectées par B. bigemina. Les sérums ont été prélevés régulièrement et analysés et ceux ayant révélé d importants titres d anticorps anti B. bigemina ont été utilisés comme témoins positifs. Les sérums témoins positifs (C ++ ) et négatifs (C - ) ont été isolés par centrifugation à g pendant 30 min puis lyophilisés et stockés à +4 C. Un sérum avec des titres moyens d anticorps anti-b. bigemina (C + ) a été également utilisé comme témoin dans ce test. Il a été préparé par dilution du sérum témoin fortement positif: ((C + ) : 10 µl (C ++ ) + 30 µl (C - )). - Sérums à tester : Ce sont des sérums collectés de tous les bovins inclus dans cette étude puis isolés et conservés comme décrit dans le paragraphe Test : Les anticorps anti-b. bigemina ont été recherchés dans les sérums de bovins au moyen d un test ELISA, selon la technique rapportée par TEBELE et al., [20]. Dans ce test,

4 192 EL HAJ (N.) ET COLLABORATEURS une protéine recombinante spécifique à B. bigemina (EP1b) a été utilisée comme antigène. Le kit de diagnostic comprenant l antigène recombinant de B. bigemina, les sérums témoins ainsi que le protocole ELISA nous ont été fournis par l équipe de recherche sur les maladies transmises par les tiques de l ILRI (MORZARIA et al., Nairobi, Kenya). L antigène de B. bigemina, (150 µl),dilué au préalable à 1 : 30 dans du tampon DPBS (Dulbecco s Phosphate buffered saline, ph 7.2 +/- 0.2) a été incubé dans chacun des puits de la microplaque (Nunc-Immunoplate I) à +4 C pendant une nuit. Le blocage des sites non spécifiques a été réalisé avec 300 µl d une solution de blocage (DPBS-0.1 %Tween % caséine) incubée pendant 20 min à 37 C. Les sérums à tester et les sérums témoins ont été dilués à 1 : 100, dans du tampon de dilution (DPBS/0.1 % Tween-20-2 % lait) puis incubés avec l antigène à 37 C pendant 30 min. Le sérum conjugué (anticorps monoclonal anti-bovin IgG1, HRP), dilué à 1 : 4000 dans du tampon de dilution, a été additionné puis incubé à 37 C durant 30 min. Les lavages entre les différentes incubations ont été faits avec du tampon de lavage (DPBS-0.1 %Tween-20). La réaction immunitaire a été révélée par addition et incubation pendant 30 min d une solution contenant le substrat hydrogène peroxyde (1 %) et le chromogène 40 mm 2,2-azinobis 3-éthyl-benzylthiazoline 6-sulfonic acid, ammonium salt (ABTS), dilués dans du tampon sodium citrate à un ph de 4.0. La densité optique a été déterminée au moyen d un lecteur ELISA (Multiscan Plus ELISA, Flow laboratories) à la longueur d onde 414 nm. Les densités optiques obtenues ont été converties en pourcentages de positivité (PP), calculés par rapport à une valeur de référence dans chacune des plaques d un sérum témoin ayant des titres d anticorps très élevés (C ++ ) selon la méthode rapportée par TEBELE et al., [20]. 4) GESTION ET ANALYSE DES DONNÉES Les données de l enquête et les résultats sérologiques correspondants ont été saisis sur un logiciel de gestion de données épidémiologiques (PANACEA). Ce logiciel a servi pour effectuer les différentes analyses descriptives et les comparaisons des différentes proportions à l aide du test χ 2. Résultats Dans les régions d étude (Fig. 1), la prévalence de l infection par T. annulata chez les animaux a été respectivement de : 27 % au Gharb, 28 % au Loukkos, 41 % à Doukkala, 47 % à Tadla et 66 % au Haouz (Fig. 2). Elle a varié en suivant un gradient croissant de l étage bioclimatique sub-humide vers l étage aride. La comparaison des prévalences observées a révélé l existence de trois niveaux statistiquement différents selon les régions : le plus élevé dans la région du Haouz (66 %), le niveau moyen dans les deux régions de Doukkala et de Tadla (41 % et 47 %) et le niveau faible dans les deux régions du Gharb et du Loukkos (27 % et 28 %). Globalement, T. annulata est plus prévalente que B. bigemina. En effet, la proportion d animaux séropositifs pour B. bigemina a été respectivement de 10 % à Tadla, 13 % à Doukkala, 14 % au Gharb et au Loukkos et 16 % au Haouz (Fig. 2). La comparaison des prévalences estimées de la babésiose à B. bigemina a montré que seules les deux régions du Haouz et de Tadla ont été statistiquement différentes. Parmi la totalité des bovins étudiés, 6 % se sont révélés inféctés par les deux protozoaires alors que 51 % n ont jamais été infectés par T. annulata ni par B. bigemina (Fig. 3). La proportion d animaux séropositifs pour T. annulata a été de 36 % et pour B. bigemina de 7 % Séropositifs (%) Doukkala Ghard Haouz Loukkos Tadla Région d étude FIGURE 2. Prévalence de T. annulata et de B. bigemina chez les animaux dans les cinq régions d étude.

5 SÉRO-ÉPIDÉMIOLOGIE DES INFECTIONS PAR THEILERIA ANNULATA ET BABESIA BIGEMINA AU MAROC % 6 % 7 % 36 % T+ B+ B+ T T+ B T B FIGURE 3. Proportions des animaux infectés par T. annulata et/ou B. bigemina. Séropositifs (%) Doukkala Ghard Haouz Loukkos Tadla Région d étude Theileria Babesia FIGURE 4. Proportions de troupeaux séropositifs dans les cinq régions d étude. Afin d évaluer la distribution des deux parasites dans chacune des régions étudiées, le pourcentage de troupeaux infectés a été également déterminé. Les deux parasites étaient largement distribués dans toutes les régions visitées. Au total, 91 % des troupeaux étaient infectés par T. annulata et 68 % par B. bigemina (Fig.4). Les conditions et les pratiques d élevage dans les régions visitées sont globalement favorables à la transmission des deux infections. Parmi les élevages étudiés : 48 % avaient des étables construites en matériaux traditionnels. L enquête a révélé que 40 % des éleveurs traitent systématiquement contre les tiques, 30 % le font uniquement quand ils voient des tiques sur les animaux et 30 % ne pratiquent pas de traitement acaricide (Tableau I). De plus, la période de traitement, l intervalle entre les traitements et la nature des produits acaricides utilisés varient considérablement entre les exploitations. D un autre coté, plus de la moitié des troupeaux (56 %) faisait l objet de pâturage (Tableau I). Enfin, parmi les éleveurs faisant l objet de l enquête seulement 48 % utilisent le traitement spécifique en cas d observation de symptômes des piroplasmoses. Près de la moitié 48 % adoptent des traitements de type traditionnel, suivi ou non par un traitement spécifique (Tableau I). Le traitement tradition-

6 194 EL HAJ (N.) ET COLLABORATEURS Thei : Theileria, Bab. : Babesia (ns) : Non significatif (p > 0.05) Bour : Zones totalement dépendantes des apports pluviométriques TABLEAU I. Influence des conditions d élevage sur la proportion des troupeaux séropositifs pour les deux infections dans les régions étudiées. nel effectué est basé sur l utilisation de douche froide, saignée, cautérisation des ganglions, préparations orales à base d épices et d herbes etc. Le recours à un traitement chimique et spécifique à ces maladies n est souvent appliqué qu à un stade tardif. En effet, l enquête a révélé que différentes modalités de traitement étaient utilisées contre la maladie : un traitement exclusivement spécifique (48 %), un traitement à la fois spécifique et traditionnel (33 %), un traitement exclusivement traditionnel (14.9 %) et pas de traitement (0.8 %). En conclusion, une proportion non négligeable des éleveurs associait la chimiothérapie à la médecine traditionnelle et seulement la moitié traitait correctement en cas de maladie. L analyse des facteurs de risque a révélé que les conditions et les pratiques d élevage ne semblent pas influencer la prévalence des deux infections (Tableaux I et II). En effet, globalement il n y a pas eu de différences significatives entre les proportions totales de troupeaux et d animaux séropositifs selon que les conditions soient favorables ou non à l infestation par les tiques (selon que les étables soient traditionnelles ou en béton, la présence ou non de traitements acaricides, la présence ou l absence de pratique de pâturage). Discussion Les deux protozoaires T. annulata et B. bigemina sont largement distribués dans les cinq régions d étude. La majorité des élevages (91 %) se sont révélés séropositifs pour T. annulata et 68 % pour B. bigemina. Toutefois, la moitié des bovins n ont jamais été infectés par T. annularta ni par B. bigemina. Le pourcentage d animaux infectés en même temps par T. annulata et B. bigermina n était que de 6 %. La prévalence de B. bigemina a été faible par rapport à celle de T. annulata dans toutes les régions étudiées. Toutefois, une enquête précédente ayant intéressé les deux espèces B. bovis et B. bigemina, a révélé l existence de B. bovis dans les régions du Gharb et du Haouz, avec des prévalences respectives de 22 % et de 10 %, [19]. La séroprévalence de B. bigemina observée dans le Gharb a été de 10.8 % mais nulle dans le Haouz, alors que notre étude a révélé qu elle était maximale dans cette région (16 %). Cette différence serait due à la nature des tests de dépistage utilisés. En effet, nos analyses ont été réalisées au moyen d un test ELISA suffisamment spécifique et sensible [20], utilisant un antigène recombinant spécifique de B. bigemina [21]. Les conditions et les pratiques d élevage dans les exploitations visitées ont été étudiées. Elles étaient globalement favorables à la transmission des deux parasites. De nombreuses étables sont conçues en matériaux traditionnels (48 %). Ce qui constitue un environnement adéquat pour l hibernation des tiques Hyalomma detritum detritum, principal vecteur de T. annulata au Maroc [14]. La pratique de pâturage, qui favorise le déplacement des tiques en particulier celles du genre Boophilus, vecteurs essentiels de B. bigemina, était fréquente dans les élevages étudiés (56 %). En effet, au Maroc la tique Boophilus annulatus a été identifiée dans différentes régions à climat humide, sub-humide et semi aride dont notamment les régions étudiées dans notre enquête [1, 2, 19]. D un coté, une proportion non négligeable d éleveurs n a jamais traité contre les tiques. Par ailleurs, l enquête a révélé que les éle-

7 SÉRO-ÉPIDÉMIOLOGIE DES INFECTIONS PAR THEILERIA ANNULATA ET BABESIA BIGEMINA AU MAROC 195 Thei : Theileria, Bab. : Babesia ns : Non significatif (P > 0.05), s : significatif (P < 0.05) Bour : Zones totalement dépendantes des apports pluviométriques TABLEAU II. Influence des conditions d élevage sur la prévalende des deux infections chez les animaux dans les régions étudiées. veurs adoptent souvent des traitements de type traditionnel, en cas d observation des symptômes de l une des deux maladies. Le recours à un traitement chimique et spécifique à chacune des deux maladies n est souvent appliqué qu à un stade tardif après l échec du traitement traditionnel. Les facteurs et les pratiques d élevage semblent être globalement favorables à la transmission des infections par les tiques. Cependant, ces facteurs ne paraissent pas influencer leurs prévalences. Il semblerait donc que les mesures de prévention, entreprises contre les piroplasmoses par les acaricides, soient inappropriées. Un programme de sensibilisation des éleveurs aux différents facteurs de risque et aux mesures de prévention serait bénéfique, en particulier sur le rôle vecteur des tiques, sur leur écobiologie, ainsi que sur la rémanence et la nature des produits acaricides. Le contrôle de la theilériose et de la babésiose bovines au Maroc nécessite la mise en place d une stratégie de lutte appropriée et commune contre ces deux protozoaires et leurs vecteurs. Un programme raisonné de lutte contre les tiques permettrait de réduire les pertes dues aux piroplasmoses. La vaccination contre ces infections permettrait de protéger les animaux exposés dans les régions d endémie. Au Maroc, depuis 1985, un vaccin vivant à base de lymphocytes infectés par des schizontes de T. annulata a fait l objet de nombreuses investigations et d essais sur le terrain [13, 15]. Des expérimentations ont été entreprises pour déterminer son innocuité et son efficacité, la durée de l immunité chez l hôte bovin, l influence des lignées cellulaires vaccinales, la différence de réceptivité entre les race de bovins vaccinés et son effet sur la gestation [15]. Ce vaccin a été utilisé lors d une série de campagnes de vaccination sur le terrain dans une région d endémie, pendant 4 ans [10]. Il a permis la protection contre l infection naturelle et une épreuve de virulence expérimentale. Aucun cas de morbidité ni de mortalité n ont été signalés chez les animaux vaccinés et les tiques ne s infectent pas lorsqu elles se nourrissent sur ces animaux [10]. L étude de faisabilité économique a révélé que la vaccination offre des avantages malgré l existence de certaines contraintes liées à l utilisation d un vaccin vivant [3]. En effet, parmi les éleveurs interrogés, 66 % sont prêts à supporter le coût de la vaccination à un prix de 30 Dhs (1 $ = 10 Dhs) par animal, incluant un coût de production estimé entre 12 et 16 Dhs par dose. Cet investissement serait bénéfique puisque les pertes dues à la theilériose ont été estimées entre 300 et 650 Dhs par animal, sans tenir compte du coût résultant de l utilisation des acaricides [3]. Dans les régions visitées en particulier dans le Gharb et le Loukkos, la babésiose maladie est rencontrée avec des fréquences variables souvent dans un même troupeau [18]. Le contrôle de la babésiose maladie se fait dans différentes régions du monde, en utilisant des vaccins vivants à base de sang infecté par B. bigemina et B. bovis [18]. L administration de ces vaccins après atténuation à des bovins hautement sensibles a montré une faible ou absence de pathogénécité [16, 17, 18]. L utilisation de tels vaccins dans les régions à risque du Maroc permettrait de réduire les pertes qui seraient engendrées par ces protozooses. Par ailleurs, le contrôle par la vaccination doit être impérativement associé à des mesures d accompagnement, notamment l organisation de campagnes de sensibilisation et d information auprès des éleveurs dans les régions à risque.

8 196 EL HAJ (N.) ET COLLABORATEURS Références 1. BAILLY CHOUMARA H., MOREL P.C. et RAGEAU J. : Première contribution au catalogue des tiques du Maroc. Bull. Soc. Ph. Nat., Maroc, 1974, 54, BAILLY CHOUMARA H., MOREL P.C. et RAGEAU J. : Sommaire des données actuelles sur les tiques au Maroc. Bull., Inst. Sc., 1976, 1, BOUSLIKHANE M. : Tropical theileriosis (Theileria annulata) in Morocco : Epidemiological and economic investigations. PhD, University of Reading, U.K., 197 pages, BURRIDGE M.J. et KIMBER C.D. :The indirect fluorescent antibody test for experimental East Coast fever (Theileria parva infection of cattle). Evaluation of a cell culture schizonte antigen. Res, Vet. Sci., 1972, 13, CAMPBELL J.D., El HASNAOUI M., AHMED J.S. et SPOONER, R.L. : An improved serum antibody test for Theileria annulata. In : Proceedings of European Union Third Co-ordination Meeting on Tropical Theileriosis, Antalya, Turkey, 1994, R.L. Spooner et J.D. Campbell ed., 1994, DYER M. et TAIT A. : Control of lymphoproliferation by Theileria annulata. Parasitol. Today, 1987, 3, EL HAJ N. : Theilériose bovine à Theileria annulata : Contribution à l étude de l immunité passive d origine colostrale. Thèse de 3 ème cycle, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc, x pages, FERNANDEZ RUVALCABA M., CANTO ALARON G. J. et ABOYTES TORRES R. : Seroprevalence of Babesia spp. and Anaplasma in the municipality of Santiago Ixcuintla, Mexico. Veterinaria Mexico, 1995, 26, FLACH EJ., OUHELLI H., WADDINGTON D., OUDDICH M. et SPOONER R.L. : Factors influencing the transmission and incidence of tropical theileriosis (Theileria annulata infection of cattle) in Morocco. Vet. Parasitol., 1995, 59, FLACH E.J. et OUHELLI H. : The epidemiology of tropical theileriosis (Theileria annulata infection in cattle) in an endemic area of Morocco. Veterinary Parasitolgy, 1992, 44, KACHANI M., OUHELLI H., BOUSLIKHANE M., El HASNAOUI M., EL GUENNOUNI R. et SPOONER R. : Sero-epidemiological survey of tropical theileriosis in Morocco. Investigations on vaccination against theileriosis in Morocco. In : Tropical Animal health And Production. Proceeding of the European Union International Symposium on Ticks and Tick borne diseases, Xi an, China 3-6 September Hunter ed., 1997, 29, MORZARIA S.P. : Ticks and Ticks-borne disease control. In : Proceeding of a joint OAU, FAO and ILRAD. Workshop held in Kampala, Uganda September Dolan T.T ed., 1991, OUHELLI H. : Theilériose bovine à Theileria annulata (Dschunkowsky & Luhs, 1904). Recherche sur la biologie des vecteurs (Hyalomma spp.) et sur les intéractions hôte-parasite, I.N.P., Toulouse, OUHELLI H. et FLACH E. : Epidemiology and control of theileriosis in Morocco. In : Recent developpments in the research and control of Theileria annulata. Proceedings of a workshop held at ILRAD, Nairobi, Kenya, September Editor, Dolan, T.T., 1990, OUHELLI H., KACHANI M., FLACH E., WILLIAMSON S., EL HASNAOUI M. et SPONNER R. : Investigations on vaccination against theileriosis in Morocco. In : Tropical Animal Health and Production. Proceeding of European Union International Symposium on Ticks and Tick borne diseases, Xi an, China 3-6 September Hunter et al., (ed.), 1997, 29, PIPANO E., FISH L., SHKAP V., LEIBOITZ B. et KNEGEL Y. : Reduced virulence of cultured Babesia bovis. First International Conference on Tick-borne Pathogen at the Host vector Interface. An Agenda for Research, 1992a, Sept.,15-18, St Paul, Minnesota, PIPANO E., FISH L., SHKAP V. et FRANCK M. : Low virulence Babesia bovis obtained by in vitro cloning. Journal of parasitology, Suppl., 1992b, 39, PIPANO E. : Vaccines against hemoparasitic diseases in Israel with special reference to quality assurance. In tropical Animal Health And Production. Proceeding of the European Union International Symposium on Ticks and Tick-borne Diseases, Wi an, China, 3-6 Sept. 1996, A.G. Hunter et al., ed., 1997, 29, SAHIBI H., RHALEM A., BERRAG B., GOFF W.L. et CAMUS E. : Bovine babesiosis, seroprevalence and ticks associated with cattle from two different regions of Morocco. Tropical veterinary medecine : molecular epidemiology, hemoparasites and their vectors, and general topiccs. F. JONGEJAN et W. GOFF (ed.), Annals of the New York Academy of Sciences, 1998, 849 : TEBELE N., KATENDE J., SKILTON R., MUSOKE A. et MORZA- RIA S. : A recombinant antigen for the detection of antibodies to Babesia bigemina using an enzyme linked immunosorbent assay. Tick host pathogen interactions : A global perspective. Kruger National Park, South Africa. 28-September, 1, TEBELE N., SKILTON R., KATENDE J., WELLS C.W., NENE V., MORZARIA S. et MUSOKE A. J. : Clonning, characterisation and expression of a 200 kilodaltons diagnostic antigen of Babesia bigemina. J. Clinical Microbiol, 2000, 38, UILENBERG G. : International collaborative research : Significance of tick-borne hematoparasitic diseases to world animal health. Veterinary Parasitology, 1995, 57, WOODFORD J.D., JONES T.W., RAE P.F., BOID R. et BELL SAKYI L. : Seroepidemiological studies of bovine babesiosis on Pamba Island, Tanzania. Veterinary Parasitology, 1990, 37,

Développement d'un test ELISA à base d'un antigène recombinant pour l'étude séro-épidémiologique de la theilériose tropicale au Maroc

Développement d'un test ELISA à base d'un antigène recombinant pour l'étude séro-épidémiologique de la theilériose tropicale au Maroc ARTICLE ORIGINAL Développement d'un test ELISA à base d'un antigène recombinant pour l'étude séro-épidémiologique de la theilériose tropicale au Maroc N. EL HAJ, M. KACHANI, F. KATZER, M. BOUSLIKHANE,

Plus en détail

Eudes épidémiologiques sur Babesia bigemina au Maroc

Eudes épidémiologiques sur Babesia bigemina au Maroc ARTICLE ORIGINAL Eudes épidémiologiques sur Babesia bigemina au Maroc N. EL HAJ, M. KACHANI, H. OUHELLI, M. BOUSLIKHANE, A.T. AHAMI, R. EL GUENNOUNI, M. EL HASNAOUI, J.M. KATENDE et S.P. MORZARIA Département

Plus en détail

Département de Parasitologie et Maladies Parasitaires. Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, BP. 6202, Rabat-Instituts, Maroc.

Département de Parasitologie et Maladies Parasitaires. Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, BP. 6202, Rabat-Instituts, Maroc. Vaccin vivant contre la theilériose bovine constitué par des macroschizontes de Theileria annulata : innocuité, durée de l immunité et absence de portage M. KACHANI 1, N. EL HAJ 2 *, KAHOUACHE 1 et H.

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI REF. : CC/VM/01 révision A Date de Création : 08/12/2003 Date de Révision : 07/12/2004 Rédaction : Mme.

Plus en détail

Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche!

Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche! Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche! Faculté de médecine vétérinaire Karine Sonzogni-Desautels, DMV, MSc Étudiante au PhD en parasitologie Laboratoire

Plus en détail

Rencontres fièvre catarrhale ovine

Rencontres fièvre catarrhale ovine 3 déc. 2008 Intervenants : Gilles Aumont, INRA Renaud Lancelot, CIRAD Bruno Mathieu, EID-Méditerranée Claude Saegerman, Université de Liège Henri Seegers, École Nationale Vétérinaire de Nantes Stephan

Plus en détail

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis UMR INRA-Université 0483, Immunologie Parasitaire et Vaccinologie, Biothérapies Anti-infectieuses, 37200

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Claude SAEGERMAN Département des maladies infectieuses et parasitaires, Service d épidémiologie et analyse de risques appliquées aux

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Corps humain et santé

Corps humain et santé Français p 1 Kit pour test E.L.I.S.A. dosage immunologique Version : 3111 1 Composition du kit et stockage Stocker au congélateur (- 20 C) - Sachet A : Microtube bleu : Sérum de lapin anti-bsa 85 µl [Ac1]

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons 14: ELISA La technique de dosage d immunoabsorption par enzyme liée (en anglais Enzyme Linked Immuno Assay) ou ELISA est principalement utilisée en immunologie afin de détecter et/ou doser la présence

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ p Octobre 2011 Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ Introduction : Le programme Lait canadien de qualité (LCQ) est au courant de l utilisation des produits de santé naturels

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS

LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS FAITS ET CHIFFRES LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS UN DEFI POUR LA SANTE PUBLIQUE MONDIALE La dengue, maladie transmise par les moustiques et

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques)

PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques) PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques) BIO K 341/2-336/1-335/1-337/1-340/2-340/5 Mycoplasma bovis - BRSV - BoHV-1 - BVDV - TETRA Les affections respiratoires constituent chez les bovins un

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

23/01/2013. Situation de l hémophilie Au Maroc Pr. M. El khorassani Centre de traitement d l hémophilie Rabat Janvier 2013.

23/01/2013. Situation de l hémophilie Au Maroc Pr. M. El khorassani Centre de traitement d l hémophilie Rabat Janvier 2013. Situation de l hémophilie Au Maroc Pr. M. El khorassani Centre de traitement d l hémophilie Rabat Janvier 2013 Introduction Incidence : 1/10000 Maroc: 3000, réalité: 1000 CTHR: 300 hémophile: réalité:

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit

7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit 7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit 1 APPLICATION Pour usage in vitro Le kit CELLSEARCH Circulating Tumor Cell Control Kit est conçu pour être utilisé comme contrôle de dosage pour vérifier

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme, qu est ce que c est? Une des plus petites

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Phytogéniques et croissance des veaux Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Photo: Fredleonero 200 Phytogéniques 150 100 50 25 Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques et croissance des veaux

Plus en détail

INFORMATIONS GENERLES

INFORMATIONS GENERLES Nature Echantillon/ Espèce animale Motif (non exhaustif) Maladie/ Recherche Méthode(s) appliquée(s) Par défaut SERUM Achat Brucellose, Sérologie EAT Brucellose, sérologie EAT+ELISA individuel. Prophylaxie

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET SESSION 2010 France métropolitaine Option : élevage canin et félin BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES ÉPREUVE E DU DEUXIÈME GROUPE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs universitaires dans le domaine de l évaluation des risques pour la santé des animaux Le savoir au service du public Questionnaires d enquête

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Emmanuel THEBAUD Réseau des Vétérinaires en Élevage Baptiste HUBERT

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS FAITS ET CHIFFRES LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS UN DEFI POUR LA SANTE PUBLIQUE MONDIALE La dengue, maladie transmise par les moustiques et

Plus en détail

Chapitre 9. L analyse de risque. Page 1. L analyse de risque. 1. Généralités. Définition : l analyse de risque

Chapitre 9. L analyse de risque. Page 1. L analyse de risque. 1. Généralités. Définition : l analyse de risque Chapitre 9 L analyse de risque 17/04/2006 Claude Saegerman 1 L analyse de risque L analyse de risque organiser les informations disponibles sur un sujet donné les traduire en probabilités en déduire logiquement

Plus en détail

CONCOURS GENERAL DES LYCEES

CONCOURS GENERAL DES LYCEES CONCOURS GENERAL DES LYCEES Spécialité : Biotechnologies SESSION 2014 Epreuve d admission Durée totale de l épreuve : 6 h 1. Exploitation d informations scientifiques et présentation d un travail de synthèse

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Contrôle de la Peste porcine Classique à Hispaniola & Surveillance en Jamaique, Belize et Bahamas

Contrôle de la Peste porcine Classique à Hispaniola & Surveillance en Jamaique, Belize et Bahamas Endémie Contrôle Contrôle de la Peste porcine Classique à Hispaniola & en Jamaique, Belize et Bahamas Belize 1996 Réunion de fin de projet, République Dominicaine 1-5 mars 2004 Stratégie Conduire un programme

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE

MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE Sujet zéro BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BIOTECHNOLOGIES MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE Durée de l'épreuve : 2 heures Coefficient : 1 Le sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8 L usage d un

Plus en détail

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour test diagnostique in vitro PI-TT.610-FR-V5 Instructions Utilisation visée

Plus en détail

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait Exploitation d informations scientifiques et présentation d un travail de synthèse Durée : 1,5 h (préparation 1 h et soutenance orale 30 minutes) 1 Etude de la fabrication du Saint-Nectaire Les différentes

Plus en détail

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs».

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Dosage de la nicotine et de la cotinine urinaires par chromatographie liquide haute performance

Plus en détail

La situation de la sécurité des clés USB en France

La situation de la sécurité des clés USB en France La situation de la sécurité des clés USB en France Synthèse Sponsorisé par Kingston Technology Préparé indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication : novembre 2011 Rapport d'étude du Ponemon

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003 Diarrhée à Rotavirus 1 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale,

Plus en détail

DOSAGE D ANTICORPS PAR L UTILISATION DU TEST ELISA

DOSAGE D ANTICORPS PAR L UTILISATION DU TEST ELISA Fiche sujet - candidat Après une vaccination, l organisme réagit par la production d anticorps dirigés contre l antigène injecté. Une mémoire immunitaire se met en place et lors d un second contact avec

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Baccalauréat sciences et technologies de laboratoire Sujet zéro Option biotechnologies Évaluation des compétences expérimentales Contrôle de l

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC. (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014)

POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC. (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014) POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014) PRINCIPES FONDAMENTAUX 1. Les crédits de subventions octroyés par

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES

DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES N DSSA/DSA Rabat le, 13/08/09 CODE DE PROCEDURE POUR LE CONTROLE PAR VACCINATION

Plus en détail

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Présentation du test Formation TROD SFLS Akli BOUAZIZ 15/12/2011 PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Point Contrôle (Protéine A) Membrane Nitrocellulose Absorbant Point Test (gp36/ gp41) N 134 Onglet d

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE 1- Question de synthèse (6 points) Au Nord du Pérou, on peut observer

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet. Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les

Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet. Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les porcelets puisqu ils sont soumis à plusieurs stress. Cette période

Plus en détail

Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques.

Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques. Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques. Bournine-Harchaoui Chafia ; Adjoud-saddadou Djamila; Benane-Kadi

Plus en détail

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 APPARITION DE LA MALADIE Dans l état actuel de la connaissance du dossier, le virus de la grippe H1N1 qui circule au Mexique se transmet d homme

Plus en détail

CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine

CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine CROPSAV POITOU-CHARENTES Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne

Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne E. Botelho-Nevers 1, L. Papazian 2, S. Badiaga 3, M. Leone 4, P. Brouqui 5 et M. Drancourt 5 1 Service de Maladies

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose congénitale Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose Protozoose cosmopolite très fréquente (45% population en France) Gravité variable selon le terrain Contamination

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C?

Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C? Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C? Véronique Signoret 1, Esther Pelpoir 1, Elsa Desnoues 1 Résumé. Avant 2011, à l UGAFL (Unité de Génétique et Amélioration des

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail