Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette"

Transcription

1 Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette! A. Paugam* RÉSUMÉ. Depuis quelques années, de nouveaux tests diagnostiques du paludisme sont disponibles. Ils reposent sur la détection de protéines spécifiques de P. falciparum (ParaSight -F ; ICT Malaria Pf ), voire de P. falciparum et P. vivax (OptiMAL ). Simples de réalisation, ces tests peuvent être pratiqués par un personnel non spécialisé. À partir de quelques microlitres de sang et en moins de 15 minutes, le résultat est apprécié à l œil nu par l apparition ou non d une bande spécifique sur une bandelette de nitrocellulose. Si la sensibilité de ces tests est comparable à celle du frottis sanguin, elle reste inférieure à celle de la goutte épaisse. De plus, leur spécificité, actuellement réduite à une ou deux espèces de Plasmodium, et l absence de quantification de la densité parasitaire font que ces tests ne peuvent remplacer l examen microscopique qui reste la technique de référence pour le diagnostic du paludisme. Toutefois, en l absence de laboratoire, de personnel expérimenté ou en cas d épidémie, ces tests sont un apport essentiel dans la lutte contre le paludisme. Mots-clés : Paludisme - Plasmodium falciparum - ICT Malaria Pf - ParaSight -F - OptiMAL. Le paludisme est une des maladies infectieuses les plus meurtrières au monde. Rien qu en Afrique, Plasmodium falciparum est responsable d au moins un million de morts par an. Pour les personnes non immunes infectées par P. falciparum et non traitées, la létalité varie de 1-2 % à plus de 20 % (1). En 1998, dans le Nord-Est du Kenya, après deux années de sécheresse, les inondations dues à El Niño ont provoqué une épidémie dont le taux brut de mortalité a été estimé, pour la seule ville de Wajir ( habitants), pendant une période de 2 mois, à 9,4 décès quotidiens pour habitants, soit un total de plus de morts (2). Le diagnostic du paludisme repose sur la mise en évidence du parasite lors de l examen microscopique d un prélèvement sanguin (frottis, goutte épaisse). Depuis plus d un siècle, date de la découverte de l hématozoaire par Alphonse Laveran (premier Français lauréat du prix Nobel de médecine en 1907), la technique n a que peu évolué. Si les colorants modernes tels que les colorants de Field (RAL, Diff-Quick ) agissent en quelques minutes, alors que le classique Giemsa nécessite plusieurs dizaines de minutes, le temps de lecture des lames reste inchangé. Il faut toujours compter au moins 20 minutes d examen avant de rendre un frottis négatif. Bien que cette technique soit facile à mettre en œuvre, il faut souligner qu elle nécessite un personnel expérimenté, un matériel fragile et un temps d examen non négligeable. La recherche de nouveaux tests diagnostiques, plus simples à mettre en œuvre, est devenue un axe essentiel de la stratégie de la lutte contre le paludisme menée par l OMS (3). *Laboratoire de parasitologie-mycologie, hôpital Cochin, Paris. NOUVEAUX TESTS De nouveaux tests biologiques, disponibles depuis peu, pourraient répondre à ce besoin. Le principe de ces tests repose sur la détection sanguine d antigènes spécifiques de Plasmodium. Il s agit d une réaction immunochromatographique sur bandelette de nitrocellulose. Le test fait intervenir deux anticorps, spécifiques de l antigène parasitaire à détecter. Le premier anticorps est immobilisé sur la bandelette : c est l anticorps qui va fixer l antigène parasitaire (anticorps récepteur). Le deuxième anticorps est couplé à un colorant (anticorps révélateur). Soit il migre le long de la bandelette jusqu au premier anticorps en même temps que l échantillon sanguin (ICT Malaria Pf ), soit l échantillon sanguin migre vers l anticorps récepteur, et dans un deuxième temps, c est au tour du réactif contenant l anticorps révélateur de migrer vers l anticorps récepteur (ParaSight -F). Si l échantillon contient l antigène parasitaire, le complexe anticorps révélateur-antigène-anticorps récepteur définit une bande visible à l œil nu. La réalisation du test nécessite un ou plusieurs réactifs, séparés ou associés (réactif de lyse, de migration, de révélation, de lavage). Dans tous les cas, le diagnostic est obtenu en moins de 15 minutes (10-15 minutes). Comparables pour leur réalisation et leur lecture aux tests de grossesse, ces tests diagnostiques peuvent être effectués par un personnel non spécialisé. On peut classer ces tests en deux catégories : ceux qui détectent une glycoprotéine spécifique de P. falciparum (HRP-2 : Histidin Rich Protein 2) et ceux qui détectent les isoenzymes de la lactate déshydrogénase (LDH). Cette deuxième catégorie de test détecte à la fois la LDH du genre Plasmodium (pldh) et la LDH spécifique de P. falciparum (pfldh). Tous ces tests peuvent être réalisés à partir de sang capillaire ou veineux (tubes avec EDTA ou héparine). La Lettre de l Infectiologue - Tome XV - n 6 - juin

2 Détection d HRP-2 En France, deux tests sont disponibles : le ParaSight -F (Becton Dickinson, Meylan, France) et l ICT Malaria Pf (Fumouze, Levallois-Perret, France) (figure 1). En termes d utilisation, la principale différence entre ces tests concerne la température de conservation des kits : 37 C pour ParaSight -F et +2 à + 8 C pour ICT Malaria Pf. Après environ dix minutes de manipulation, la présence de l HRP-2 se traduit par l apparition d un trait rose, visible à l œil nu, soit sur une bandelette libre (ParaSight -F), soit sur une bandelette enchâssée dans une carte-test (ICT Malaria Pf ). L apparition d une bande témoin, garantissant la bonne exécution du test, est nécessaire à toute interprétation du test. Lorsque l on compare les résultats obtenus avec le ParaSight -F et l ICT Malaria Pf, ceux-ci apparaissent similaires (4). ParaSight -F Détection de LDH Un seul test est commercialisé (non disponible en France) : l OptiMAL (Flow Inc, États-Unis) (figure 2). Le résultat est obtenu en une dizaine de minutes. Selon la localisation de la bande de détection sur la bandelette, le test permet de distinguer les LDH spécifiques de P. falciparum (pfldh) de celles spécifiques du genre Plasmodium (pldh) (figure 2). En fait, selon différentes études d évaluation, la LDH dite du genre Plasmodium n apparaît détectable que s il s agit des espèces falciparum et vivax. D ailleurs, pour le fabricant, la détection se limite à P. falciparum et P. vivax. Lorsque le test détecte P. falciparum, deux bandes sont visibles (pldh et pfldh), et lorsque le test détecte P. vivax, une seule bande apparaît (pldh). Comme pour les tests précédents, l apparition d une bande témoin, garantissant la bonne exécution du test, est nécessaire à toute interprétation. Ces différents tests ont été évalués en prenant le diagnostic microscopique comme référence (frottis et goutte épaisse). Positif Négatif OptiMAL Positif Positif Négatif C HRP-2 C P. falciparum ICT Malaria Pf pfldh pldh P. falciparum P. vivax Positif Négatif Figure 1. Représentation schématique du test de détection des isoenzymes de LDH (lactase déshydrogénase). c T P. falciparum C : contrôle de réaction T : test c T Figure 1. Représentation schématique des tests de détection de l antigène HRP-2 (Histidine-Rich Protein 2). Faux négatifs! Faible parasitémie. La sensibilité des tests varie en fonction de la parasitémie. Globalement, on peut considérer que leur sensibilité est comparable à celle obtenue avec un frottis sanguin. En dessous de 100 parasites/µl, il y a une nette diminution de la détection (5, 6) (tableau I). Le seuil de détection de ces techniques ne permet pas de détecter les faibles parasitémies (5-20 p/µl), dont le diagnostic n est possible que par l examen microscopique par la technique de la goutte épaisse. Parasitémie Sensibilité des tests (parasite/µl) OptiMAL P. falciparum P. falciparum P. vivax ICT Malaria Pf ParaSight -F % (12/22) 61 % (24/39) 71,4 % (15/22) 71,4 % (15/22) > ,8 % (13/14) 93,4 % (43/46) 96,4 % (55/57) 100 % (57/57) Tableau I. Sensibilité des tests en fonction de la parasitémie (5, 6). 226 La Lettre de l Infectiologue - Tome XV - n 6 - juin 2000

3 ! Forte parasitémie. Récemment, une publication a fait état d un test ParaSight -F négatif chez un malade symptomatique pour lequel la microscopie avait retrouvé 30 % d hématies parasitées par P. falciparum (7). D autres études ont également rapporté des négativités pour des parasitémies élevées, que ce soit pour la détection d HRP-2 ou de LDH. Ces parasitémies étaient nettement au-dessus du seuil de détection : parasites/µl (8) :1400 p/µl (9), p/µl (10), p/µl (11). Il faut noter que la répétition du test à un jour d intervalle (9), ou encore la dilution de l échantillon (7) ont pu parfois permettre de lever la fausse négativité des tests. Toutefois, la raison de ces faux négatifs reste obscure. Parmi les différentes hypothèses avancées, la possibilité de souches déficitaires en HRP-2 a été confirmée par l étude de neuf isolats de P. falciparum provenant du Mali et issues de malades pour lesquels le Para- Sight -F était négatif. Pour six de ces neuf souches, le gène HRP-2 n a pas été détecté par PCR (12). Faux positifs! Circulation prolongée de l antigénémie. Le suivi en parallèle, par microscopie et détection de l antigène HRP-2, de malades infectés par P. falciparum et traités, a mis en évidence une détection prolongée d HRP-2, après disparition de la parasitémie. Cette détection a pu être observée plus de 15 jours après la négativité microscopique (13). La circulation prolongée d HRP-2 ne permet pas d utiliser ces tests pour surveiller l évolution d un traitement ou pour détecter les souches résistantes de P. falciparum. En revanche, la détection de LDH, bien corrélée avec la parasitémie, semble adaptée au dépistage de résistances aux antipaludéens (14).! Facteur rhumatoïde. Le facteur rhumatoïde (FR) a été rapidement identifié comme pouvant être à l origine de fausses positivités (15, 16). Bien que ces faux positifs aient été rapportés pour tous les tests, leur fréquence varie selon la nature du test. Sur 79 prélèvements sanguins positifs pour le FR, issus d autant d individus (sans antécédents de paludisme, non originaires de zone d endémie et n ayant pas séjourné en zone d endémie depuis au moins 5 ans), les pourcentages de fausses positivités observés avec les tests ParaSight -F, ICT Malaria Pf et OptiMAL sont respectivement de 19 %, 8 % et 4% (17). Pour expliquer le plus faible pourcentage de fausses positivités avec l ICT Malaria Pf par rapport au ParaSight -F, qui détectent le même antigène, la nature du premier anticorps a été évoquée : respectivement IgM et lgg (18). Ces différences de fréquence de fausses positivités selon la nature du test ont récemment été confirmées par une étude portant sur 133 échantillons sanguins positifs pour le facteur rhumatoïde et sans infection palustre, 26 % étaient positifs pour le test ICT Malaria Pf et 3,5 % pour le test OptiMAL (19). Les principales caractéristiques de ces tests sont résumées par le tableau II. UTILISATION DES TESTS EN ZONE D ENDÉMIE En zone d endémie, le manque de structures médicalisées et le manque de personnel qualifié limitent le recours au diagnostic microscopique du paludisme et favorisent les traitements présomptifs devant tout syndrome fébrile. Ces traitements généralisés, à l aveugle, contribuent à sélectionner des souches de P. falciparum résistantes à des molécules, par ailleurs de plus en plus coûteuses, sans compter qu ils retardent d autant la recherche du bon diagnostic. C est pour ces raisons que l OMS préconise la mise au point de tests biologiques simples, moins contraignants que la microscopie (3). En zone de transmission, le manque de sensibilité des tests de détection antigéniques apparaît moins crucial que pour le diagnostic d importation puisque, dans les populations ayant une prémunition vis-à-vis du paludisme, les seuils de parasitémie à l origine de la symptomatologie sont plus élevés que dans une population non immune (20). En revanche, l absence quasi totale de quantification du résultat est un inconvénient par rapport à la microscopie. Une interprétation semi-quantitative, selon l aspect de la bande (plus ou moins nette), ne donne qu une faible corrélation avec la parasitémie. La persistance de l antigène HRP-2 plusieurs semaines après disparition de la parasitémie ne permet pas de détecter les résistances de P. falciparum au traitement. Mais, par ailleurs, cette circulation prolongée de l antigène HRP-2, détectable en l absence de parasitémie, semble être un atout pour le dépistage du paludisme chez la femme enceinte. L infection par P. falciparum au cours de la grossesse, rarement responsable de paludisme congénital, accroît le risque de prématurité et de petit poids de naissance. Pour ces femmes, asymptomatiques pour la plupart, l examen microscopique de sang périphérique ne permet de dépister que 80 % des cas. Pour une femme sur cinq, le diagnostic n est porté qu à l accouchement par mise en évidence microscopique du parasite sur frottis placentaire. Dans une étude prospective réalisée au Came- Caractéristique ParaSight -F ICT Malaria Pf OptiMAL Nature de l antigène détecté Glycoprotéine : HRP-2 Enzymes : LDH Espèce plasmodiale diagnostiquée P. falciparum P. falciparum et P. vivax Volume de sang par test 50 µl 10 µl 10 µl Fausse positivité avec le FR* Surveillance du traitement Non Oui Commercialisation en France Oui Non *FR : facteur rhumatoïde. Tableau II. Principales caractéristiques des tests de détection d antigène plasmodial par immunochromatographie sur bandelette. La Lettre de l Infectiologue - Tome XV - n 6 - juin

4 roun pour 181 femmes enceintes (21), l infection par P. falciparum a été recherchée dans le sang périphérique par examen microscopique (frottis, goutte épaisse) et par détection antigénique d HRP-2 (ICT Malaria Pf ). À l accouchement, des frottis placentaires étaient systématiquement réalisés. On a diagnostiqué une infection à P. falciparum chez 64 femmes. Cinquante-quatre ont pu être dépistées par la microscopie du sang périphérique, alors que pour dix, seuls les frottis de sang placentaires ont permis le diagnostic. L ICT Malaria Pf a permis de dépister 59 des 64 cas. Dans cette indication, si la détection antigénique n apparaît que modérément plus sensible que la microscopie (89 % versus 84 %), l association ICT Malaria Pf et microscopie permet d obtenir une sensibilité de 93,8 %. Le plus grand obstacle à l utilisation de ces tests reste leur coût, variable selon les pays mais en moyenne compris entre 2 et 10 dollars le test, alors que l OMS préconise un coût inférieur à 0,4 dollar pour inclure véritablement ces tests dans la stratégie de lutte contre P. falciparum (18). D ores et déjà, deux tests de détection d HRP-2 sont commercialisés à moins de 1 dollar, comme le Paracheck Pf, de fabrication indienne (Nosten F. Shoklo Malaria Reseach Unit, Thailand, communication personnelle) et le PATH Falciparum Malaria test (22). UTILISATION POUR LE DIAGNOSTIC DE PALUDISME D IMPORTATION D après différentes études, la sensibilité et la spécificité des tests de détection antigéniques restent, là encore, inférieures à la microscopie (23, 24) (tableau III). En France, ces tests sont encore peu répandus, comme en témoignent les extraits suivants concernant le diagnostic biologique du paludisme, issus de la conférence de consensus de la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) de 1999 consacrée à la prise en charge et à la prévention du paludisme d importation à P. falciparum (25) : Le jury propose la technique du frottis sanguin en première intention pour le diagnostic du paludisme [...]. La goutte épaisse, plus sensible, est l examen de référence, mais sa lecture est plus délicate [...]. Les autres techniques (telles que la détection d antigènes solubles spécifiques de P. falciparum) ne sont pratiquement pas utilisées dans les laboratoires polyvalents du fait de leur coût et de leur non-remboursement par la Sécurité sociale. Par contre, dans les services spécialisés, elles peuvent être un apport au diagnostic immédiat de P. falciparum, soit une aide à un diagnostic rétrospectif. Bien que cette dernière phrase n ait pas été explicitée, il nous semble licite de proposer les indications suivantes d utilisation des tests pour le diagnostic immédiat et rétrospectif pour un laboratoire spécialisé comme cela a été énoncé par la conférence de consensus. Pour le diagnostic immédiat, le manque de sensibilité de ces tests en cas de faibles parasitémies limite d autant leur seule utilisation en première intention ; aussi ne peuvent-ils être qu un complément du diagnostic microscopique, par exemple, lorsque le diagnostic microscopique d espèce est difficile (absence de gamétocytes et parasites asexués en trop faible nombre pour conclure sur l aspect général du frottis ; morphologie parasitaire altérée ou pouvant avoir été altérée par une chimioprophylaxie antipaludéenne). Pour le diagnostic rétrospectif, la persistance prolongée de l antigène HRP-2 peut permettre un diagnostic à distance de l accès lorsque la parasitémie n est plus détectable par microscopie ; ce diagnostic rétrospectif antigénique a l avantage d une réponse plus rapide que la classique sérologie. UTILISATION PAR LE VOYAGEUR Les séjours touristiques en zones d endémies palustres sont de plus en plus fréquents. Les voyageurs peuvent désormais choisir des destinations très éloignées de toute structure médicale. Dans ces situations, compte tenu des résistances de P. falciparum aux principaux antipaludéens et de la gravité potentielle de l infection, il est fréquent que le voyageur bénéficie, en plus des recommandations générales concernant la prophylaxie des piqûres de moustiques et du traitement prophylactique médicamenteux, de la prescription d un traitement curatif à utiliser en cas de fièvre. Dans ces situations, la question de l intérêt de l utilisation des tests de détection antigénique par le voyageur a rapidement été posée. Différentes études prospectives ont évalué l utilisation des tests antigéniques comme moyen d autodiagnostic pour le voyageur. Quel que soit le test utilisé, celui-ci nécessite un prélèvement sanguin. Les difficultés rencontrées pour recueillir le sang et remplir le tube capillaire sont le principal obstacle à la réalisation du test. Cela peut expliquer jusqu à 71 % (22/31) des échecs techniques rapportés par les voyageurs (26). L utilisation du ParaSight -F, en consultation, par le médecin, a confirmé la difficulté de recueil des 50 µl de sang total. Sur 140 prélèvements, pour 42 (30 %), le médecin a dû s y prendre à deux fois pour remplir le capillaire (27). Plus généralement, les défauts de manipulation des tests sont, en grande partie, à rapporter à la mauvaise compréhension des notices rédigées par les fabricants. Si l on fournit un mode d emploi adapté aux touristes (sans termes techniques et en tenant compte des remarques des utilisateurs) (28), si l on associe instructions écrites et orales en remettant le kit au voyageur (29), les proportions d échec ne sont plus que de l ordre de 9 % à 10 % respectivement, alors qu elles peuvent atteindre 25 (29) Paramètre ParaSight -F ICT Malaria Pf ParaSight -F ICT Malaria Pf Sensibilité 95 % (116/122) 95 % (116/122) 96 % (51/53) 96 % (51/53) Spécificité 90 % (116/129) 89 % (115/129) 6 % (95/99) 98 % (99/101) Tableau III. Paludisme d importation : performances comparées du ParaSight -F et de l ICT Malaria Pf par rapport à la microscopie (23, 24). 228 La Lettre de l Infectiologue - Tome XV - n 6 - juin 2000

5 à 32 % (26) si la notice du fabricant est fournie sans explication. L utilisation de vidéo pourrait encore abaisser les erreurs. Enfin, les difficultés d interprétation des tests en cas de faible (< 0,1 % d hématies parasitées) ou de forte parasitémie (> 2 %) limitent d autant l utilisation de ces tests par le voyageur (30). CONCLUSION Les tests de détection antigénique par immunochromatographie sur bandelette ne peuvent prétendre remplacer le diagnostic microscopique. Ils sont moins sensibles que la goutte épaisse, ne sont pas ou peu quantitatifs et ne permettent le diagnostic que d une (P. falciparum) ou deux (P. falciparum et P. vivax) espèces. Toutefois, leur sensibilité, proche de celle obtenue par frottis, permet un diagnostic rapide de P. falciparum, même par un personnel peu qualifié et dans un environnement démuni de toute structure sanitaire. La commercialisation de tests à moins d un dollar peut permettre d envisager l utilisation de ces tests dans la stratégie de lutte contre le paludisme, en limitant notamment les traitements injustifiés, qui retardent d autant les vrais diagnostics et qui participent, par la prescription d antipaludéens de plus en plus coûteux et inutiles, à la progression de la résistance des antipaludéens vis-à-vis de P. falciparum. " 11. Jelinek T., Grobush M., Schwenke S., Steildl S., von Sonnenburg F., Nothdurft H., Klein E., Loscher T. Sensitivity and specificity of dipstick tests for rapid diagnosis of malaria in noimmune travellers. J Clin Microbiol 1999 ; 37 : Traore I., Koita O., Doumbo O., Kassambara L., Ouattara A., Diakite M., Sagara I., Diallo M., Krogstad D. Field studies of the Parasight F test in a malaria endemic area : cost, feasibility, sensitivity, specificity, predictive value and deletion of the hrp2 gene among wild type Plasmodium falciparum in Mali. Am J Trop Med Hyg 1997 ; 57 : Schiff C., Premji Z., Minjas J. The rapid manual Parasight-F test. A new diagnostic tool for Plasmodium falciparum infection. Trans Roy Soc Trop Med Hyg 1993 ; 87 : Oduola A., Omitowoju G., Sowumi A., Makler M., Falade C., Kyle D., Fehintola F., Ogundahunsi A., Schuster B., Mihhous W. Plasmodium falciparum : evaluation of lactate deshydrogenase in monitoring therapeutic response to standard antimalarial drugs in Nigeria. Exp Parasitol 1994 ; 87 : Laferl H., Kandel K., Pichler H. False positive dipstick test for malaria. N Engl J Med 1997 ; 337 : Bartoloni A., Strohmeyer M., Sabatinelli G., Benucci M., Serni U., Paradisi F. False positive ParaSight-F test for malaria in patients with rheumatoid factor. Trans R Soc Trop Med Hyg 1998 ; 92 : Grobusch M., Alpermann U., Schwenke S., Jelinek T., Warhurst D. False positive rapid tests for malaria in patients with rheumatoid factor. Lancet 1999 ; 353 : Makler M., Palmer C., Ager A. A review of practical techniques for the diagnosis of malaria. Ann Trop Med Parasitol 1998 ; 92 : Iqbal J., Sher A., Rab A. Plasmodium falciparum histidine-rich protein 2-based immunocapture diagnosis assay for malaria : cross reactivity with rheumatoid factors. J Clin Microbiol 2000 ; 38 : Hanscheid T. Diagnosis of malaria : a review of alternatives to conventional microscopy. Clin Lab Haematol 1999 ; 21 : R É F É R E N C E S B I B L I O G R A P H I Q U E S 1. Alles H., Mendis K., Carter R. Malaria mortality rates in south Asia and in Africa : implications for malaria control. Parasitol Today 1998 ; 14 : Brown V., Issak M., Rossi M., Barboza P., Paugam A. Epidemic of malaria in north-eastern Kenya. Lancet 1998 ; 352 : WHO. A rapid dipstick antigen capture assay for the diagnosis of falciparum malaria. WHO Informal Consultation on recent advances in diagnosis techniques and vaccines for malaria. Bull World Health Organ 1996 ; 74 : Cavallo J.D., Hernandez E., Gerome P., Plotton T., Debord T., Le Vagueresse R. Antigénémie HRP-2 et paludisme d importation à Plasmodium falciparum : comparaison du Parasight-F et de l ICT Malaria Pf. Med Trop 1997 ; 57 : Iqbal J., Sher A., Hira P.R., Al-Owaish R. Comparison of the optimal test with PCR for diagnosis of malaria immigrants. J Clin Microbiol 1999 ; 37 : Kilian A.H., Mughusu E.B., Kabagambe G., von Sonnenburg F. Comparison of two rapid HRP 2-based diagnostic tests for Plasmodium falciparum. Trans R Soc Trop Med Hyg 1997 ; 91 : Risch L., Bader M., Huber A.R. Self-use of rapid tests for malaria diagnosis. Lancet 2000 ; 355 : Beadle C., Long G., Weiss W., McElroy P., Maret S., Oloo A., Hoffman S. Diagnosis of malaria by detection of Plasmodium falciparum HRP-2 antigen with a rapid dipstick antigen-capture assay. Lancet 1994 ; 343 : Pieroni P., Mills C.D., Ohrt C., Harrington M.A., Kain K.C. Comparison of the ParaSight-F test and the ICT Malaria Pf test with the polymerase chain reaction for the diagnosis of Plasmodium falciparum malaria in travellers. Trans R Soc Trop Med Hyg 1998 ; 92 : Kilian A.H.D., Kabagambe G., Byamukama W., Langi P., Weis P., von Sonnenburg F. Application of the ParaSight dipstick test for the malaria diagnosis in a district control program. Acta Tropica 1999 ; 72 : Leke R., Djokam R., Mbu R., Leke R., Fogako J., Megnekou R., Metenou S., Sama G., Zhou Y., Cadigan T., Parra M., Taylor D. Detection of the Plasmodium falciparum antigen histidine-rich protein 2 in blood of pregnant women : implications for diagnosis placental malaria. J Clin Microbiol 1999 ; 37 : Mills C., Burgess D., Taylor H., Kain K. Evaluation of a rapid and inexpensive dipstick assay for the diagnosis of Plasmodium falciparum malaria. Bull World Health Organ 1999 ; 77 : Van den Ende J., Vervoort T., Van Gompel A., Lynen L. Evaluation of two tests based on the detection of histidin rich protein 2 for the diagnosis of imported Plasmodium falciparum malaria. Trans R Soc Trop Med Hyg 1998 ; 92 : Cavallo J.D., Hernandez E., Gerome P., Plotton N., Debord T., Le Vagueresse R. Serum HRP-2 antigens and imported Plasmodium falciparum malaria : comparison of ParaSight-F and ICT Malaria Pf. Med Trop 1997 ; 57 : Conférence de consensus. Prise en charge et prévention du paludisme d importation à Plasmodium falciparum. Med Mal Infect 1999 ; 29 : Jelinek T., Amsler L., Grobush M., Nothdurft H. Self-use of rapid tests for malaria diagnosis by tourists. Lancet 1999 ; 354 : Bouchaud O., Houzé S., Longuet C., di Piazza J., Ruggieri C., Sécardin Y., Coulaud J., Le Bras J. Use of the Parasight-F diagnostic test for imported malaria in a travel clinic. Am J Trop Med Hyg (Sous presse). 28. Behrens R.H., Whitty C. Self-use of rapid tests for malaria diagnosis. Lancet 2000 ; 355 : Trachsler M., Schlagenhauf P., Steffen R. Feasibility of a rapid dipstick antigen-capture assay for self-testing of travellers malaria. Trop Med Int Health 1999 ; 4 : Funk M., Schlagenhauf P., Tschopp A., Steffen R. MalaQuick versus ParaSight-F as a diagnostic aid in travellers malaria. Trans R Soc Trop Med Hyg 1999 ; 93 : La Lettre de l Infectiologue - Tome XV - n 6 - juin

6 Formation Médicale Continue M C I. Lors d une épidémie de paludisme à Plasmodium falciparum dans une population non immune, et en l absence de prise en charge thérapeutique, la létalité varie de : II. Les tests diagnostiques du paludisme par détection immunochromatographique de l antigène HRP-2 de P. falciparum (ParaSight -F, ICT Malaria Pf ): a. 0 à 1 % b. 1 à 20 % c. 20 à 40 % d. 40 à 60 % e. 60 à 80 % a. permettent également le diagnostic des trois autres espèces de Plasmodium b. nécessitent une prise de sang par ponction veineuse c. peuvent être réalisés en l absence de toute structure sanitaire d. peuvent être faussement négatifs en raison de l existence d une souche de P. falciparum déficitaire en HRP-2 e. peuvent être positifs alors que la parasitémie a disparu à l examen microscopique III. Le test diagnostique par détection immunochromatographique des isoenzymes de LDH : LDH de P. falciparum et LDH du genre Plasmodium (OptiMAL ): IV. En zone d endémie, l infection à P. falciparum au cours de la grossesse : a. permet le diagnostic des quatre espèces de Plasmodium b. permet seulement le diagnostic de P. falciparum et P. vivax c. peut détecter les souches de P. falciparum résistantes au traitement d. est négatif lorsque la parasitémie est indétectable par la microscopie e. est moins sensible au facteur rhumatoïde (fausse positivité) que les tests de détection d HRP-2 a. est souvent asymptomatique b. peut être responsable d un petit poids à la naissance c. n est parfois diagnostiquée que sur le frottis de sang placentaire d. peut être responsable de prématurité e. semble plus souvent diagnostiquée par la détection dans le sang périphérique de l antigène HRP-2 que par la mise en évidence microscopique du parasite Voir réponses page 251 Les articles publiés dans La Lettre de l Infectiologue le sont sous la seule responsabilité de leurs auteurs. Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction par tous procédés réservés pour tous pays. octobre EDIMARK S.A. Imprimé en France - Differdange S.A Sannois - Dépôt légal 2 e trimestre La Lettre de l Infectiologue - Tome XV - n 6 - juin 2000

Mise au point. Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance.

Mise au point. Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance. Mise au point Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance. J. Maslin a, T. Coton b, C. Martinaud a, D. Lignac c, L. Journaux d, F. Grassin e, B. Chagneau f. a Fédération des Laboratoires,

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 II.1 Dans le monde II.2 Au Maroc

Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 II.1 Dans le monde II.2 Au Maroc Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 I. INTRODUCTION... 3 II. EPIDEMIOLOGIE... 5 II.1 Dans le monde... 5 II.2 Au Maroc... 6 III. DIAGNOSTIC MORPHOLOGIQUE DES PARASITES... 12 IV. DONNEES DIAGNOSTIQUES

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

sporozoïtes Oocystes* Schizontes* ookinètes mérozoites zygotes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours)

sporozoïtes Oocystes* Schizontes* ookinètes mérozoites zygotes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours) 500 Nombre de cas de paludisme diagnostiqué en Belgique LA MALARIA : Nombre de cas 400 300 200 100 0 Méthodes diagnostiques 1984 1986 1988 1990 1992 1994 Année 1996 1998 2000 2002 LA MALARIA fr 2006 ver

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

ACCES UNIVERSEL AUX TESTS DIAGNOSTIQUES DU PALUDISME

ACCES UNIVERSEL AUX TESTS DIAGNOSTIQUES DU PALUDISME ACHIEVING Accès universel aux tests diagnostiques du paludisme Manuel Pratique Programme mondial de lutte antipaludique Organisation Mondiale de la Santé 20 avenue Appia 1211 Genève 27 Suisse http://www.who.int/malaria/en/

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme. Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011)

Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme. Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011) Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011) Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme Bilan des

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR)

Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR) Comment utiliser Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR) MALARIA Rapid Diagnostic Test for P. falciparum malaria Device Pf Un guide pour la formation au niveau du village et du district Modifié

Plus en détail

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Paludisme et voyages. Pr Thierry Debord

Paludisme et voyages. Pr Thierry Debord Paludisme et voyages Pr Thierry Debord Priorité pour la santé mondiale Le paludisme sévit dans 99 pays. Plus de 3 milliards de personnes risquent de contracter la maladie. Par rapport à l année 2000 :

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge Paludisme 2005 Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge NH.Tuan IFMT Séminaire du paludisme Déc. 2005 1 Laos National Policy for Malaria Diagnosis and Treatment 1. Use Guidelines for diagnosis

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Apport d un nouveau test Interféron Gamma

Apport d un nouveau test Interféron Gamma Apport d un nouveau test Interféron Gamma Dr D. Bonnet Service de maladies infectieuses Bichat Claude bernard Tuberculose 1/3 population mondiale infectée par BK Primo infection asymptomatique 90% des

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Rapport annuel d activités. Centre de national de référence du Paludisme. Année d exercice 2012

Rapport annuel d activités. Centre de national de référence du Paludisme. Année d exercice 2012 Rapport annuel d activités 2013 Centre de national de référence du Paludisme Année d exercice 2012 Table des matières 1. RESUME ANALYTIQUE DES ACTIVITES 2012... 9 2. MISSIONS ET ORGANISATION DU CNR...

Plus en détail

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec AVIS DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LA RUBÉOLE Comité sur l immunisation du Québec Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec Juin

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS

DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS A-L. Basse-Guérineau 1,2 et le comité de relecture 3 1 Institut de veille sanitaire ; 2 Laboratoire de virologie, Hôpital Saint-Vincent de Paul, Paris ; 3 N. Dupin

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique

Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique Organisation mondiale de la Santé 2012 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne 1 1 Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne Dr Christian Hubert Médecins du Monde - Mission France Guyane CASO de Cayenne Réunion COREVIH Guadeloupe 26/11/2010 MDM : Soigner

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Prévention et Contrôle du Paludisme pendant la Grossesse

Prévention et Contrôle du Paludisme pendant la Grossesse Prévention et Contrôle du Paludisme pendant la Grossesse Un atelier pour les prestataires de soins de santé Paludisme : Réalités 250 millions de cas chaque année à travers le monde* 9 sur 10 cas surviennent

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011 Cartographie et SIG en Santé Publique 1 Mandat de l'oms "La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain" Constitution de

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME

INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME Des progrès extrêmement importants ont été réalisés ces dernières années dans la lutte contre le paludisme, mais ces avancées sont fragiles et réparties de façon inégale.

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Diagnostic de la rage en laboratoire Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Structure de gouvernance - ACIA L ACIA relève du ministre de l Agriculture,

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES QUI, COMMENT ET COMBIEN DE TEMPS DESENSIBILISER? JOËLLE BIRNBAUM UPRES EA 3287 Université de la Méditerranée Service Pneumo-alergologie Hôpital Ste Marguerite, Marseille

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte GESTION D UNE EPIDEMIE DE DERMATITES LIEES A CIMEX LECTULARIUS DANS UNE UNITE DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER SPECIALISE DE LA SAVOIE : RETOUR D EXPERIENCE Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot

Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre Centre de compétence régionale de l HTAP UMR INSERM 1086 «Cancers et Préventions», Université

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Plan stratégique de l UNHCR pour la lutte contre le Paludisme 2008-2012

Plan stratégique de l UNHCR pour la lutte contre le Paludisme 2008-2012 Plan stratégique de l UNHCR pour la lutte contre le Paludisme 2008-2012 PLAN STRATÉGIQUE DE L UNHCR POUR LA LUTTE CONTRE LE PALUDISME 2008-2012 Table des matières Résumé d orientation...iii 2 Introduction...III

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Les voyageurs atteints du

Les voyageurs atteints du Les voyageurs atteints du VIH : comment les conseiller? Depuis la venue de traitements efficaces, les personnes infectées par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) ont grandement amélioré leur qualité

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail