Conditions de culture Consommation d O 2 (nmoles O 2 /min)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conditions de culture Consommation d O 2 (nmoles O 2 /min)"

Transcription

1 Effets de l anoxie/ré-oxygénation sur les chondrocytes équins Respiration cellulaire (fonction mitochondriale) des chondrocytes équins Pour les essais en oxymétrie, 10 7 chondrocytes articulaires équins ont été cultivés pendant 48 h à 21 % ou à 5 % d O 2 et en présence de 0, 1 ou 4,5 g/l de glucose. Durant ces 48 h de préconditionnement, le nombre des cellules est resté stable (faibles variations non significatives), sauf à 21 % d O 2 et 0 g/l de glucose où la décroissance est significative par rapport aux conditions de culture à 1 g/l de glucose (figure 52). Les conditions de culture les mieux adaptées au maintien cellulaire sont 5 % d O 2 et 1 g/l de glucose, avec une légère augmentation (non significative) du nombre de cellules. Figure 52 : Nombre de chondrocytes vivants après 48 h de préconditionnement sous différentes tensions d O 2 et à différentes concentrations en glucose dans le milieu (moyennes ± SD ; n= 3). Après la période de 48 h de préconditionnement aux différentes conditions de culture et pour effectuer les mesures en oxymétrie, la concentration du milieu en O 2 est fixée à 225 nmol d O 2 141

2 (50 % de saturation du milieu), ce qui équivaut à une tension en O 2 de 13%, valeur intermédiaire entre 5% et 21% d O 2. La consommation d O 2 est enregistrée en fonction du temps et le calcul de la pente de la courbe fournit la consommation en O 2, exprimée en nmoles O 2 /minute. Avant anoxie, la consommation d O 2 est linéaire, avec une très faible pente, sans influence de la concentration du glucose dans le milieu ou de la tension d O 2 utilisées lors du préconditionnement (figure 53 I et II, partie gauche avant anoxie). Les consommations d O 2 moyennes varient entre 0,081 et 0,106 nmoles O 2 /min (tableau VII, valeurs de pente avant anoxie). En tenant compte du nombre de cellules dans chaque essai, la consommation moyenne est estimée à 20,5 pmol O 2 /min/10 6 chondrocytes. Comparés à d autres lignées cellulaires comme les cellules THP-1 (promonocytes humains en lignée continue) dépendantes de l O 2 et les cellules thymiques, les chondrocytes consomment 26 fois moins d O 2 que les cellules THP-1 qui, dans nos conditions de culture habituelles, consomment 544 pmol O 2 /min/10 6 cellules (figure 53, III) et environ 10 fois moins que les cellules thymiques qui consomment 200 pmol O 2 /min/10 6 cellules (Verlaet et al., 2002). Conditions de culture Consommation d O 2 (nmoles O 2 /min) O 2 (%) glucose (g/l) Avant anoxie Après anoxie ,083 ± 0, ± ,081 ± 0, ± ± ± Moyenne à 21% O ± ± 0.027* ± ± ± ± ± ± Moyenne à 5% O ± ± Table VII : Consommation d O 2 par les chondrocytes équins, exprimée par les valeurs de pente (valeurs négatives) calculées à partir des courbes en oxymétrie (moyennes ± SD). Les chondrocytes équins ont été préconditionnés à 21 % ou à 5 % d O 2 avec des concentrations variables en glucose dans le milieu de culture (n = 3 pour chaque condition). * p < 0.01 versus avant anoxie. 142

3 Figure 53 : Consommation d O 2 par 10 7 chondrocytes préconditionnés pendant 48 h en suspension à 5 % (I) ou 21 % (II) d O 2 et en présence de concentrations variables en glucose dans le milieu, en comparaison avec cellules THP-1 (III). Courbes A, B et C : 0 g/l, 1 g/l et 4,5 g/l de glucose, respectivement. Les flèches à deux extrémités indiquent la période d anoxie (25 min) : extrémité gauche de la flèche, barbotage de N 2 ; extrémité droite de la flèche, ré-oxygénation. 143

4 La faible consommation d O 2 par les chondrocytes oblige à les amener en anoxie par barbotage de N 2 dans la cellule d oxymétrie (extrémité gauche de la flèche sur la figure 53), tandis que les cellules THP-1 atteignent spontanément l anoxie après 35 minutes de respiration (figure 53 III). Après ré-oxygénation, les courbes d oxymétrie montrent que les chondrocytes préconditionnés à 21 % d O 2 consomment d avantage d O 2, indépendamment de la concentration en glucose dans le milieu : la valeur moyenne de consommation d O 2 est significativement augmentée (figure 53 I et II, partie de droite ; tableau VII, après anoxie). Il n y a cependant pas de modification de l allure de la courbe. Par contre, l anoxie a clairement modifié la pente de la consommation d O 2 par les cellules THP-1 : la courbe est devenue parabolique, signe d une altération de la respiration cellulaire (figure 53 III, partie droite). La viabilité cellulaire est toujours restée supérieure à 90 % après l expérience d A/R. Sur les chondrocytes cultivés à 5 % d O 2, nous avons vérifié le fonctionnement de la cytochrome c oxydase (complexe de la chaîne respiratoire qui réduit l O 2 ) après perméabilisation au Triton X- 100 et l avons comparé à celui des cellules THP-1. Nous avons mesuré les valeurs de 0,35 et 1,02 µmol de cytochrome c oxydé/min/10 6 cellules, pour les chondrocytes et les THP-1 respectivement. La chaîne mitochondriale des chondrocytes est donc fonctionnelle, avec une activité 3 fois inférieure à celle des promonocytes humains Production d espèces radicalaires Les chondrocytes, après préculture, sont soumis à des cycles répétés d A/R puis analysés pour la détection d espèces radicalaires par RPE en présence d un piégeur de spin. La répétition des cycles d A/R n a pas modifié significativement les pentes des courbes d oxymétrie (figure 54) et la recherche d espèces radicalaires n a donné aucun résultat significatif : nous n avons enregistré aucun signal RPE d adduit de spin montrant la production d O 2 ou d un radical lipidique. L absence de signal RPE suggère que les cycles d A/R de courte durée n induisent pas une activation du métabolisme de l O 2 suffisante pour permettre l observation d une production d espèces radicalaires par les chondrocytes équins. 144

5 Figure 54 : Mesure de la consommation d O 2 par 10 7 chondrocytes avant et après plusieurs cycles d anoxie/ré-oxygénation. L anoxie est atteinte par barbotage de N 2 dans la solution (flèche verticale). Les flèches à deux pointes (A) indiquent les périodes d anoxie Effets métaboliques En 2 heures (durée totale de l expérience d A/R et d oxymétrie), les chondrocytes ont consommé entre 23 % et 35 % du glucose disponible dans le milieu (figure 55). La consommation de glucose était significativement plus élevée pour les chondrocytes en milieu à 4,5 g/l glucose, indépendamment de la tension en O 2 appliquée lors de la préculture. La production de lactate était plus élevée en présence de 1g/l de glucose, sans effet de la tension en O 2 utilisée lors de la préculture (figure 56). À 4,5 g/l de glucose, la production de lactate était statistiquement différente selon les conditions d oxygénation lors de la préculture (p < 0,01). 145

6 Figure 55 : Consommation du glucose (moyenne ± SD) par 10 7 chondrocytes pendant la durée de l expérience d oxymétrie avec A/R (n= 3). Les cellules ont été préconditionnées pendant 48 h à 5 % ou à 21 % d O 2, avec 1 ou 4,5 g/l glucose dans le milieu de culture. Figure 56 : Libération du lactate (moyenne ± SD) par 10 7 chondrocytes pendant l expérience d oxymétrie avec A/R (n= 3). Les cellules ont été préconditionnées pendant 48 h à 5 % ou à 21 % d O 2 et 1 ou 4.5 g/l glucose dans le milieu de culture. 146

7 Discussion Cette partie du travail apporte plusieurs observations intéressantes (Schneider et al., 2007) : 1. la faible consommation d O 2 par les chondrocytes équins (20.5 pmol O 2 /min/10 6 cellules comparés aux 544 pmol/min/10 6 consommés par les promonocytes THP-1), avec un effet très limité de l A/R, 2. l absence de formation d espèces radicalaires par les chondrocytes, même après plusieurs cycles d A/R. Il faut tenir compte de la sensibilité limitée de la technique RPE qui nécessite un nombre élevé (de l ordre de centres) pour obtenir un signal détectable, mais l absence de signal permet d exclure une production «massive» d espèces radicalaires par les chondrocytes sous l effet de l A/R et confirme leur métabolisme de type anaérobie. 3. l augmentation de la consommation de glucose et la diminution de la production de lactate par les chondrocytes cultivés à 4,5 g glucose/l, sans effet de la tension en O 2. Il existe peu de données sur l étude de la consommation d O 2 par les chondrocytes, et particulièrement par les chondrocytes équins. La consommation d O 2 par les chondrocytes articulaires bovins (animaux âgés de 18 à 24 mois) soumis à 10 % et 21 % d O 2 se situe entre 7,7 et 12 nanomoles d O 2 /h/10 6 cellules, correspondant à 128,3 et 200 pmoles/min/10 6 cellules (Zhou et al., 2004). Cette consommation est similiaire à celle des cellules thymiques (lignée cellulaire dépendante d O 2 ) (Verlaet et al., 2002) et plus élevée que celle que nous avons mesurée. Cette différence peut difficilement s expliquer par l espèce, mais par les conditions de travail : Zhou et al. ont utilisé des chondrocytes isolés mais non soumis à une période de culture préalable et ont réalisé leurs expériences d oxymétrie en présence de 1 g/l glucose. D autres auteurs ont observé une augmentation de la consommation en O 2 lorsque les chondrocytes sont soumis aux hautes concentrations d O 2 (Lane et al., 1977), augmentation qui contribuerait à la production de radicaux libres suite à une altération de la chaîne mitochondriale. Quelques travaux ont été consacrés à la mesure de la consommation d O 2 par les chondrocytes dans une perspective de «tissue engineering», pour multiplier les chondrocytes et obtenir un nombre important de cellules destinées à une utilisation de réparation du cartilage (Haselgrove et al., 1993; Nehring et al., 1999; Obradovic et Meldon, 2000 ; Malda et al., 2004). Notre but était tout différent : nous avons utilisé des chondrocytes matures maintenus en culture sans dédifférenciation et sans chercher à provoquer leur multiplication, en vue de mesurer leur consommation d O 2 et leur 147

8 réponse à l A/R. Les résultats présentés dans ce travail ne peuvent donc pas être comparés à ceux mentionnés dans ces études. La faible consommation d O 2 par les chondrocytes équins confirme nos observations précédentes où, soumis aux conditions de privation en O 2 quasi totale, les chondrocytes pouvaient survivre en culture pour des durées de plusieurs jours (Schneider et al., 2004). Les chondrocytes ont également survécu à l absence de glucose pendant 48 h et maintenu une consommation d O 2 similaire à celle des chondrocytes préconditionnés en présence de 1 or 4,5 g/l glucose. Ces observations suggèrent que la phosphorylation oxydative mitochondriale contribue peu à l apport énergétique nécessaire aux chondrocytes pour lesquels la glycolyse anaérobie oxydative (ou la β-oxydation des lipides) pourrait être la source dominante d ATP. Les chondrocytes articulaires pourraient disposer d un stock important de réserves en énergie. On a émis l hypothèse que les mitochondries des chondrocytes sont dépourvues en certains cytochromes et que la stimulation de la glycolyse dans le cartilage articulaire est obtenue par des oxydants exogènes tels que l O 2 en condition physiologique ou d autres oxydants en condition d absence d O 2 (Lee et Urban, 2002). Une mesure de l activité de la cytochrome c oxydase des chondrocytes équins a montré que cette activité était présente, bien qu inférieure à celle des cellules THP-1. La très faible consommation d O 2 par les chondrocytes ne peut donc pas s expliquer par une chaîne mitochondriale incomplète au niveau de la cytochrome c oxydase (complexe IV), mais elle pourrait être le résultat d une activité réduite des complexes I, II et III. Dans les chondrocytes articulaires humains ostéoarthritiques cultivés en monocouche, on a décrit une activité réduite des complexes II et III et signalé que la plus grande partie des mitochondries étaient «de-energized», tandis que la masse mitochondriale était augmentée (Maneiro et al., 2003). Les mitochondries présentaient une dépolarisation du potentiel transmembranaire, conduisant à un gonflement mitochondrial avec rupture de la membrane et libération de facteurs inducteurs d apoptose. Le même groupe de chercheurs a signalé une activité réduite du complexe I de la chaîne mitochondriale associée au vieillissement et une suppression de l activité du complexe IV par le NO (Maneiro et al., 2005). Mais ces conditions ne correspondent pas à nos conditions de travail. Après anoxie, la consommation d O 2 par les chondrocytes articulaires équins reste linéaire (pas de modification de l allure de la pente respiratoire). Les chondrocytes conditionnés à 5 % d O 2 montraient une réduction de la respiration mitochondriale, mais sans atteindre la signification 148

9 statistique, et ceux préconditionnés à 21 % O 2 une accélération significative de la consommation d O 2, indépendamment de la concentration en glucose du milieu. Cette accélération est modeste si on la compare aux modifications de pente et d allure observées pour les cellules THP-1 soumises à l A/R. Actuellement, il est impossible de déterminer si cette augmentation postanoxique de la consommation d O 2 est due à une augmentation de l activité mitochondriale ou à l activité d une autre oxydase comme une oxydase cytoplasmique «NADPH-oxidase-like» (Moulton et al., 1997). La faible activité de la fonction respiratoire mitochondriale peut expliquer que les chondrocytes articulaires équins ne répondent pas (même en l absence de glucose) à l anoxie profonde et aux cycles d A/R par une importante production d espèces radicalaires. Des études antérieures sur chondrocytes humains et sur chondrocytes de lapin, cultivés à 21 % d O 2, ont montré l existence d un métabolisme oxydant activé après anoxie (Henrotin et al., 1993 ; Tiku et al., 1998). On ne peut exclure une réactivité différente des chondrocytes équins, mais l explication la plus vraisemblable à cette divergence de résultats se trouve dans les différences entre techniques utilisées. La formation de ROS après anoxie a été démontrée par des mesures en fluorescence, essentiellement pour la détection d H 2 O 2, et par la mesure du pentane formé lors de la peroxydation lipidique, deux produits dont la formation est consécutive à une production d espèces radicalaires mais qui sont des produits plus stables que les espèces radicalaires et qui peuvent s accumuler au cours de la réaction (Henrotin et al., 1993). Tiku et al. (1998) mentionnent une production d O 2 et d H 2 O 2 par les chondrocytes, mais après une stimulation par le PMA en présence de Fe 2+, et la formation d OH par le cartilage non stimulé (lapin et homme) toujours en présence de Fe 2+. Leurs conditions de travail simulent les conditions rencontrées dans l inflammation, considérée comme pouvant être accompagnée d une production des ROS (Kawai et al., 2000), plutôt qu une situation d A/R sans autre stimulation. Lorsque les chondrocytes sont cultivés in vitro à 21 % d O 2, ils se trouvent en état d hyperoxie (par rapport à leurs conditions in vivo) capable de perturber leur statut redox (Cernanec et al., 2002 ; Schneider et al., 2004 ; Mathy-Hartert et al., 2005) et d entraîner une réponse à l anoxie. Par ailleurs, aucune étude en RPE n a démontré la formation d espèces radicalaires par les chondrocytes, quelle que soit leur espèce d origine. La détection d un signal RPE nécessite un 149

10 nombre important de cellules pour obtenir le nombre suffisant de centres radicalaires capables de former le signal RPE. On peut donc conclure que la production d espèces radicalaires par les chondrocytes sans stimulation autre que l A/R reste très faible, en deçà des limites de détection par RPE couplée au spin trapping. Une dernière observation surprenante fut que la consommation en glucose et la libération de lactate étaient dépendantes de la concentration en glucose dans le milieu et non de la tension en O 2 appliquée lors du préconditionnement. À 4.5 g/l de glucose, les chondrocytes ont consommé davantage de glucose, sans modification significative de la pente respiratoire. On peut invoquer un transport accru du glucose conduisant au stockage sous forme de glycogène ou à une synthèse accrue des protéoglycanes ou des lipides (Lee et Urban, 2002). On a décrit une réduction de la consommation d O 2 induite par le glucose (effet Crabtree) avec une glycolyse limitée, suggérant un possible empoisonnement des chondrocytes articulaires par un excès de glucose (Otte, 1991) et trouvé que la consommation en glucose et la production de lactate par les chondrocytes aux basses tensions d O 2 étaient supérieures à celles des fibrocytes cultivés à 21 % (effet Pasteur) (Marcus, 1973). Dans nos expériences, la consommation du glucose était supérieure à la libération du lactate, indépendamment des conditions de culture, et la production de lactate était réduite pour les cellules conditionnées à 4,5 g/l de glucose, indicateur possible d une modification du métabolisme du glucose lorsque sa concentration extracellulaire est élevée, permettant d éviter un excès de lactate et une réduction du ph intracellulaire. Pour une expérimentation sur les chondrocytes articulaires équins imitant au mieux les conditions in vivo, il est sans doute préférable d utiliser un milieu de culture avec une concentration physiologique en glucose Production des ROS par les synoviocytes Respiration cellulaire (fonction mitochondriale) lors de l A/R Après culture jusqu à confluence suivie de trypsination (viabilité cellulaire > 95%), les synoviocytes (HIG-82 et cellules primaires équines) présentent une respiration mitochondriale régulière. Les courbes de consommation d O 2 sont semblables pour les deux lignées de synoviocytes ; elles sont linéaires, avec une valeur de pente égale à 11 nanomoles O 2 /min/

11 cellules (figure 57, courbe 1) cellules consomment en 20 minutes la totalité de l O 2 dissous dans le milieu et atteignent l anoxie sans nécessité d un barbotage à l azote. Les cycles d A/R entraînent une diminution progressive de la pente respiratoire (figure 57, courbes 2, 3 et 4). Figure 57 : Consommation d O 2 par 10 7 synoviocytes (HIG-82) et effets de cycles répétitifs d A/R (n= 3). Les flèches à deux pointes (A) indiquent les périodes d anoxie. Les 4 pentes respiratoires (1 à 4) sont égales à 11, 5,5, 4 et 3,2 nanomoles d O 2 consommé/min/10 7 cellules. Après la première période d anoxie, la valeur de la pente respiratoire est tombée à 5,55 nanomoles O 2 /min/10 7 cellules (réduction de 50 %) et ce ralentissement a continué aux deuxième et troisième périodes d anoxie avec des valeurs de pente respiratoire égales à 4.0 et 3.22 nanomoles O 2 /min/10 7 cellules respectivement, ce qui montre une diminution de moins en moins marquée. Après la dernière période d anoxie, l allure de la courbe change: elle n est plus linéaire, signe de l existence de dommages mitochondriaux. La viabilité cellulaire était 75 % à la fin de l étude. Pour vérifier l effet d une stimulation préalable des synoviocytes sur leur réponse ultérieure à l A/R, nous avons utilisé le PMA, un activateur du complexe NADPH-oxydase via la protéine kinase C. Il a été ajouté (à 10-7 M) aux synoviocytes après 7 minutes de respiration cellulaire et a provoqué une accélération de la consommation d O 2 : la valeur de la pente mesurée en oxymétrie a atteint, après PMA, 150% de la valeur avant PMA. Mais cette stimulation au PMA n a pas 151

12 influencé la réponse ultérieure à l A/R: le ralentissement de la respiration cellulaire s est maintenu dans les mêmes proportions Mise en évidence d une production d espèces radicalaires par RPE-spin trapping lors de l A/R La production d espèces radicalaires par 10 7 synoviocytes (cellules HIG-82 et synoviocytes équins primaires) a été démontrée par RPE en présence de POBN avec ou sans addition d éthanol (POBN/EtOH). Les spectres RPE sont représentés sur les figures 58 et 59. Les spectres contrôles sont obtenus avec des synoviocytes équins en normoxie en présence de POBN/EtOH : aucun signal RPE n est mesurable (figures 58 A et 59 A). Par contre, après les cycles d A/R, on enregistre un spectre RPE à six lignes, caractéristique des adduits de spin POBN/ CH(OH)CH 3 (POBN/ethoxy) avec les constantes de couplage suivantes : a N = 15.7 G et a H = 2.7 G (figures 58 B et 59 B). Le signal RPE des synoviocytes équins primaires (figure 58 B) était plus intense que celui des synoviocytes HIG-82 (figure 59 B). En l absence d éthanol, le spectre RPE montre un signal à 3 lignes, avec la constante de couplage a N = 15,2 G, caractéristique d un adduit de spin POBN/lipide suggérant la formation de radicaux centrés sur un carbone d une chaîne lipidique (figure 59 C). 152

13 Figure 58 : Signal RPE produit par 10 7 synoviocytes équins après 3 cycles d A/R (spin trap : POBN en présence d éthanol). Les flèches verticales indiquent les lignes caractéristiques du signal: présence d un adduit POBN/éthoxy. Nombre de scans : 6. (A) Contrôle (cellules en normoxie) et (B) cellules soumises aux cycles d A/R. La flèche horizontale indique le sens de l augmentation du champ magnétique (H). 153

14 Figure 59 : Signal RPE produit par 10 7 synoviocytes (HIG-82) à la fin de 3 cycles d A/R (spin trap : POBN). Les flèches verticales indiquent les lignes caractéristiques du signal. La flèche horizontale indique le sens de l augmentation du champ magnétique A : contrôle (cellules en normoxie). B : cellules soumises aux cycles d A/R en présence d éthanol, signal d un adduit POBN/éthoxy. C : cellules soumises aux cycles d A/R en l absence d éthanol, signal d un adduit POBN/lipide. 154

15 Effets de stimulateurs sur la production globale de ROS (mesure de l éthylène par chromatographie en phase gazeuse) Variabilité de la production de ROS selon l origine des synoviocytes Les synoviocytes présentent un métabolisme oxydatif de base, mesurable sans aucune stimulation préalable et correspondant à une production d éthylène de 2 à 25 picomoles/10 6 cellules, avec une importante variabilité selon la culture et l origine de la membrane synoviale. Pour cette raison, dans toutes les expériences, la production d éthylène par les cellules activées a été comparée à celle des cellules non activées prise comme 100 % (contrôle). Cette importante variabilité de base a rendu impossible la démonstration claire d un effet de l A/R sur la production d éthylène. Réponse à une stimulation par le PMA et effet du DPI Le PMA exerce un effet activateur, extrêmement variable selon l origine des synoviocytes (figure 60, histogrammes 2, 3 et 4). La production d éthylène après PMA atteint parfois jusqu à 1000 % par rapport au contrôle sans stimulation, mais elle peut aussi ne pas dépasser 150 %. L intensité de l effet du PMA est liée à l activité oxydante de base que présentent déjà les synoviocytes sans stimulation. L effet activateur est lié à la concentration en PMA utilisée (figure 60, histogrammes 4, 5 et 6). Il augmente avec le nombre de synoviocytes utilisés, mais pas de manière proportionnelle à leur nombre (figure 61, histogrammes 2 et 3) et est aboli lorsque l activation est faite après addition de diphényl iodonium (DPI), un inhibiteur des enzymes à flavine (figure 61, histogramme 4). L utilisation du DPI peut entraîner une chute de la production d éthylène endessous de la valeur du contrôle. 155

16 Figure 60 : Production d espèces oxydantes (estimée par la mesure de l éthylène libéré à partir du KMB) par synoviocytes équins activés par le PMA, exprimée en % de la valeur contrôle (C : synoviocytes non activés) (n=3). Histogrammes 2, 3 et 4 : activation par 10-7 M PMA ; les synoviocytes sont isolés à partir de trois échantillons de membrane synoviale différents. Histogrammes 5 et 6 : activation respectivement par 10-8 et 10-9 M PMA ; les synoviocytes proviennent de la même membrane synoviale que ceux de l histogramme 4. Figure 61 : Production d espèces oxydantes (estimée par la mesure de l éthylène libéré à partir du KMB) par les synoviocytes équins activés par 10-8 M PMA, exprimée en % de la valeur contrôle (C : synoviocytes non activés) (n=3). Histogramme 2 : synoviocytes ; histogramme 3 : synoviocytes ; histogramme 4 : synoviocytes M DPI. 156

17 Réponse à une stimulation par le TNF-α et les LPS Comme les synoviocytes répondent à une stimulation par un agent pharmacologique, nous avons aussi utilisé deux agents de stimulation naturels pour tester leur réponse: le TNF-α et les LPS. Ces agents ont été pré-incubés durant une nuit avec les cellules avant l étude de production d éthylène. Ils ont induit une stimulation modérée des synoviocytes (figure 62, histogrammes 2 et 3), avec un effet inhibiteur du DPI (figure 62, histogramme 4). Figure 62 : Production d espèces oxydantes (estimée par la mesure de l éthylène libéré à partir du KMB) par les synoviocytes équins activés par 10 U de TNF-α (histogramme 2) ou 1 µg de LPS (histogramme 3) exprimée en % de la valeur contrôle (C : synoviocytes non activés) (n=3). Histogramme 4 : effet du DPI sur l activation par le LPS. Nous avons confirmé l action stimulante du TNF-α par des essais en RPE en utilisant le spin trap DMPO. Un signal RPE de faible intensité a été enregistré lorsque les cellules sont stimulées par 100 U de TNF-α. Le spectre RPE est constitué de quatre raies d intensité 1 :2 :2 :1, caractéristique de l adduit de spin DMPO-OH résultant de la décomposition de l adduit DMPO- OOH formé lors de la réaction du spin trap avec d O 2 (figure 63, flèches noires) (Britigan et al., 1990 ; Mouithys-Mickalad et al., 2001). La présence d un signal RPE confirme qu il y a une faible production de radicaux par les synoviocytes stimulés au TNF-α, mais des essais complémentaires sont nécessaires pour préciser ces premiers résultats, particulièrement parce que 157

18 le spectre RPE montre également trois raies plus intenses (figure 63, flèches rouges) qui sont dues à l oxydation du spin trap DMPO au contact des cellules et qui viennent masquer l adduit de spin formé. Figure 63 : Signal RPE produit par 10 7 synoviocytes stimulés par le TNF-α (100 U) en présence du spin trap DMPO. Les 4 flèches verticales noires indiquent les lignes caractéristiques du signal et les trois flèches rouges les raies caractéristiques de l oxydation du DPMO par les cellules. La flèche horizontale indique le sens de l augmentation du champ magnétique (en Gauss) Discussion Les observations essentielles de cette partie du travail sont les suivantes (Schneider et al., 2005) : - l étude en oxymétrie a démontré que les synoviocytes consomment l O 2, que la fonction mitochondriale des synoviocytes est altérée par les cycles répétitifs d A/R et que leur consommation d O 2 peut être activée par le PMA. - la RPE a prouvé que les synoviocytes produisent des radicaux libres sous l effet des cycles d A/R. 158

19 - l étude par la mesure de l éthylène a montré que les synoviocytes sont capables de produire des ROS, que cette activité oxydante existe à l état basal (auto-activation) avec une grande variabilité selon le lot cellulaire et qu elle peut être augmentée par une stimulation au PMA, au TNF-α et par les LPS. La consommation d O 2 par les synoviocytes est élevée (de l ordre de la nanomole d O 2 /min/10 6 cellules), environ deux fois plus élevée que celle des cellules THP-1. Cette consommation importante pourrait expliquer leur sensibilité à l A/R. Sous l effet des cycles d A/R, la courbe oxymétrique montre une augmentation du temps nécessaire pour consommer tout l O 2 réintroduit lors de la ré-oxygénation (diminution de la pente respiratoire) et ce retard s accroît après chaque nouvelle période d anoxie. Cette diminution ne peut pas être totalement imputée à une mortalité cellulaire en cours d expérience puisque la viabilité cellulaire comptée à la fin des manipulations est toujours restée égale ou supérieure à 75 %. De plus, lors de la dernière mesure de la consommation d O 2, la courbe oxymétrique n est plus linéaire, témoin d une altération de la fonction mitochondriale. La mesure de la consommation d O 2 est considérée comme le reflet de la fonction mitochondriale, mais pour les synoviocytes équins, on ne peut pas exclure la participation d une activité enzymatique de type «NADPH-oxidase like» ou NOX puisque la stimulation par le PMA augmente la consommation d O 2 et qu il est admis que cet agent pharmacologique agit, via la PKC, sur l activité de la NADPH-oxydase (Babior, 1999). L existence d une activité de type NOX dans les synoviocytes à l état basal est confirmée par les mesures de l éthylène. Les synoviocytes sont capables de produire de l éthylène à partir du KMB : la formation d éthylène résulte de l attaque du KMB par les espèces radicalaires ( OH, ions ferryls, radicaux alcoxyles ou peroxyles) et deux molécules d éthylène sont produites à partir de deux molécules de KMB (Winston et al., 1998 ; Mouithys-Mickalad et al., 2001). Dans le modèle de mesure de l éthylène comme témoin d une attaque oxydante du KMB, l addition d HRP augmente considérablement la réaction parce que cette enzyme en utilisant H 2 O 2 produit des espèces plus oxydantes qu H 2 O 2 lui-même (Rush et Koppenol, 1986). La production d éthylène induite par l activité oxydante des synoviocytes équins peut être attribuée à une production d H 2 O 2, lui-même dérivé d O 2 produit par l activité d une enzyme de type NADPH oxydase. Sans stimulation, les synoviocytes équins en culture présentent déjà cette activité, mais 159

20 la stimulation par le PMA l augmente de manière dose-dépendante. L effet stimulateur du PMA est bloqué par le DPI, un composé qui agit au niveau de la flavine dans les NOX. Mais le PMA active également la NOS (Tepperman et al., 2000) et le DPI n est pas spécifique des NOX mais touche d autres enzymes à flavine (Hancock et Jones, 1987), comme la NOS dont on admet qu elle peut produire O 2 en plus du NO, capables de réagir in situ et de produire le peroxynitrite, un puissant agent peroxydant (Vasquez-Vivar et al., 1998). La réponse positive des synoviocytes à une stimulation par le TNF-α ou les LPS (augmentation de la production d éthylène), deux substances agissant par la voie des récepteurs membranaires et aboutissant à la stimulation de la PKC, apporte un argument supplémentaire au rôle des NOX et NOS. L A/R a induit des altérations de la chaîne respiratoire mitochondriale (observées en oxymétrie) et il est admis qu une chaîne mitochondriale altérée conduit à une production d O 2 ou d autres espèces radicalaires (Di Lisa et Bernardi, 1998 ; Bernardi et al., 2001 ; Andreyev et al., 2005). Cependant, sur la production globale de ROS par les synoviocytes équins mesurée par la production d éthylène à partir de l oxydation du KMB, nous n avons pas observé d effet significatif de l A/R. Ici, il faut rappeler que la méthode chromatographique utilisant l oxydation du KMB en éthylène mesure surtout l activité de production des ROS par des enzymes situées près ou à la surface des cellules. Pour que les espèces radicalaires et oxydantes produites dans la mitochondrie ou le cytosol puissent agir sur le KMB, il faut soit que le KMB et l HRP pénètrent dans la cellule, ce qui n est pas démontré pour le KMB et impossible pour l HRP, soit que ces espèces atteignent la surface cellulaire. On ne peut pas exclure qu au cours de l A/R une production d O 2 et de ses dérivés ait eu lieu au niveau de la chaîne respiratoire mitochondriale, par la NOS mitochondriale activée ou par la xanthine oxydase, mais qu elle ait été insuffisante pour amener l oxydation du KMB à la surface de la cellule. Il faut rappeler aussi que la durée de chaque période d anoxie était courte (25 minutes). L étude en RPE confirme cependant que les synoviocytes réagissent aux cycles d A/R par une production de radicaux libres, sans addition de stimulateurs exogènes. Les signaux observés sont ceux des adduits POBN/éthoxy qui peuvent être attribués à la réaction d une espèce radicalaire dérivée de l O 2 avec le couple POBN/EtOH (Du et al., 1999). Des études antérieures ont montré que la POBN peut traverser la membrane mitochondriale, arriver dans le compartiment matriciel 160

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME..... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 LA RETINOPATHIE DIABETIQUE.. 31 I-LE DIABETE SUCRE ET SES COMPLICATIONS 31 1-Le

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

Le métier d enseignant chercheur

Le métier d enseignant chercheur Conférence d UV industrie n 4. Le métier d enseignant chercheur Donnée le 18 janvier 2006, Par Isabelle Margaill. Groupe numéro 4 I. Parcours universitaire. Son parcours : Etude de pharmacie : -5ème année

Plus en détail

BIO241 année 2007-2008

BIO241 année 2007-2008 BIO241 année 2007-2008 Examen Terminal de 2 nde session du 17 juin 2008 Documents et calculatrice non autorisés Notation sur 100 points ATTENTION!!!! Rédiger les 3 parties sur des feuilles séparées 5 pages

Plus en détail

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques Les filières énergétiques Sources : Bases physiologiques de l activité physique. Fox et Mathews. Vigot, Paris, 1984. Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport.

Plus en détail

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6).

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). II.2.4.3 LA CHAINE RESPIRATOIRE MITOCHONDRIALE La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). Figure 2-6 Résumé du métabolisme énergétique

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Niveau Niveau Introduction Pourquoi optimiser la récupération? Récupération = étape essentielle du processus

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses MAINARD, D ; FRANCIN, PJ GUILLAUME, C ; POTTIE, P ; PRESLE, N UMR-CNRS 7561 «Physiopathologie, Pharmacologie et BioIngénierie

Plus en détail

Anti-TNFα : nouveaux médicaments, nouveaux dopants?

Anti-TNFα : nouveaux médicaments, nouveaux dopants? Anti-TNFα : nouveaux médicaments, nouveaux dopants? M. MAROT*, J.-Y. PETIT, A. ORTEGA*, A. PINEAU*, Y. MAUGARS,* M. POTIRON-JOSSE* Communication présentée par le Professeur des Universités, laboratoire

Plus en détail

Physiologie du Muscle Strié Squelettique

Physiologie du Muscle Strié Squelettique Module Appareil Locomoteur DFGSM S4 Physiologie du Muscle Strié Squelettique «Notions de Physiologie Appliquée» Docteur Fabien PILLARD, MCU-PH Service d Exploration de la Fonction Respiratoire et de Médecine

Plus en détail

Notes TD1. + 2 H+ + 2 e NADH + H+. - des synthèses d'atp par phosphorylation d'adp (formation nette de deux molécules d'atp) : 2 ADP + 2 Pi

Notes TD1. + 2 H+ + 2 e NADH + H+. - des synthèses d'atp par phosphorylation d'adp (formation nette de deux molécules d'atp) : 2 ADP + 2 Pi Notes TD1 La glycolyse (2ATP) La glycolyse est une voie métabolique d'assimilation du glucose et de production d'énergie. Elle se déroule dans le cytoplasme de la cellule. Comme son nom l'indique elle

Plus en détail

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Quand l extrémité Ct de la protéine a traversé la membrane, le peptide signal est éliminé par coupure par une signal

Plus en détail

La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes :

La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes : PRESSION ATMOSPHERIQUE ET PIO 2 La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes : altitude Arcachon (0 m)

Plus en détail

Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014. NOM : Prénom : Groupe :

Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014. NOM : Prénom : Groupe : Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014 NOM : Prénom : Groupe : Rapport de Stage Groupe 00 I) FILIERES ENERGETIQUES AU COURS DE L EXERCICE INTENSE REPETE... 3 1) PRODUCTION D ENERGIE... 3 2) GLYCOLYSE

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire

Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire S'il vous plaît lisez l'ensemble du sujet avant de commencer. Les questions 1-8 et 12-14 sont des questions de biologie générale. Dans les questions

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Nutrition : de l apport énergétique àla nutrition fonctionnel. Denis Riché

Nutrition : de l apport énergétique àla nutrition fonctionnel. Denis Riché Nutrition : de l apport énergétique àla nutrition fonctionnel. Denis Riché 30 années de nutrition. Les développements de la fin du XXème siècle ont porté sur : Les moyens de saturer les réserves de glycogène

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres

De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres Les nouvelles orientations en radiobiologie et radiopathologie SFRP - 18 novembre 2004 De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres Pr. Monique Gardès-Albert Laboratoire de Chimie-Physique

Plus en détail

Immunophénotypage et étude des cellules

Immunophénotypage et étude des cellules Jeudi 20 novembre 2014 LEBLANC Romane L2 Relecture : Brassier Julia TSSIB Pr P. Robert 6 pages Immunophénotypage et étude des cellules Plan A. Introduction B. Phénotypage lymphocytaire C. Tests fonctionnels

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES LES MICROLESIONS MUSCULAIRES PHYSIOPATHOLOGIE DIAGNOSTIC PRISE EN CHARGE Docteur CASCUA Stéphane Hôpital national de Saint Maurice Les microlésions musculaires CONTRACTURES COURBATURES crampes «brûlures

Plus en détail

nergétique La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés.

nergétique La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés. Bioénerg nergétique des réactions r biochimiques Définitions La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés. Un système est une partie de

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Analyse d article Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg M1 UE8b 21/3/2013 Pubmed http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Structure d un article original Titre Résumé structuré : Contexte scientifique, objectifs,

Plus en détail

Données scientifiques et hypothèses

Données scientifiques et hypothèses Académie nationale de pharmacie séance thématique du 27 janvier 2010 Effets des flavonoïdes alimentaires sur la santé Conclusions : Données scientifiques et hypothèses Mécanismes potentiels des effets

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang Transport des gaz dans le sang A Introduction : La fonction respiratoire du sang représente le transport des gaz respiratoires: du poumon aux tissus pour l oxygène, en sens inverse pour le dioxyde de carbone.

Plus en détail

Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone

Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone Le traitement du diabète NID doit prendre en compte la spécificité de cette maladie: il ne suffit pas de restaurer

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010 Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Pré-requis Notions de ph, acides, bases, ampholytes Mesure du ph, Physiologie des échanges gazeux respiratoire,

Plus en détail

LES TRANSPORTS GAZEUX

LES TRANSPORTS GAZEUX LES TRANSPORTS GAZEUX I - TRANSPORT DE L OXYGENE 1.1 GENERALITES + Composition de l atmosphère L atmosphère est composée d azote (79%), d oxygène (21%) et de traces de gaz carbonique. Chacun de ces gaz

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien.

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien. 1 CHAPITRE II Des protéines actives dans la catalyse : les enzymes 2 L ensemble des caractères observables ou non d un individu constitue son phénotype. Ces caractères sont observables directement sur

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP

Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP INTRODUCTION La trisomie 21 Description clinique Trisomie 21

Plus en détail

LE STRESS OXYDANT. L3 - Mention Entraînement Sportif 1

LE STRESS OXYDANT. L3 - Mention Entraînement Sportif 1 LE STRESS OXYDANT L3 - Mention Entraînement Sportif 1 Plan 1.Introduction 2.Origines du stress oxydant 3.Les espèces oxygénées activées 4.Conséquences du Stress oxydant 5.«Un paradoxe: l'utilité des radicaux

Plus en détail

Protéger la qualité du produit par un suivi microbiologique en temps réel

Protéger la qualité du produit par un suivi microbiologique en temps réel Kits d ATP-métrie de nouvelle Génération pour le suivi de l activité Microbiologique dans l industrie chimique : Peinture, enrobage, latex, émulsion de polymères Protéger la qualité du produit par un suivi

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS La triade de l écotoxicologie Milieu physique (eau ou sédiment) EXPOSITION Organisme

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques?

Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques? Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques? AX Bigard Institut de Recherche Biomédicale des Armées 38702 La Tronche - 91220 Brétigny / Orge Activité physique et prévention

Plus en détail

A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L. B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L

A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L. B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L EQUILIBRE ACIDE-BASE Question 1 :l état acido-basique A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L C) La

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse

Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse Mars 2010 Mise à jour : juillet 2010 Mise à jour : 28 septembre 2010 Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse 1. Quelles prothèses mammaires

Plus en détail

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ 1 Introduction...2 2 Risques électriques...3 2.1 Pour les personnes...3 2.2 Pour les équipements...3 3 Liens entre les risques et les paramètres électriques...3 3.1 Tension...3

Plus en détail

Mesure de l activité enzymatique

Mesure de l activité enzymatique Mesure de l activité enzymatique - dans cette section, nous traiterons des aspects plus pratiques de la mesure de l activité d une enzyme A. Principes de base - l activité enzymatique est influencée à

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Pattern d expression chez les rongeurs, dans l ovaire humain, et fonction de reproduction dans des modèles de souris transgéniques

Plus en détail

L ENTRAINEMENT EN APNEE

L ENTRAINEMENT EN APNEE L ENTRAINEMENT EN APNEE par Frédéric Lemaître, docteur en physiologie du sport 1 ) effets de l entraînement a) durée de l apnée b) volumes pulmonaires c) chémosensibilité au CO2 d) bradycardie e) aspects

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

1-Modifications du taux des protéines de stress au cours d'activités physiques. C- Education pour la santé, entraînement, dopage, performance et APS

1-Modifications du taux des protéines de stress au cours d'activités physiques. C- Education pour la santé, entraînement, dopage, performance et APS 1-Modifications du taux des protéines de stress au cours d'activités physiques. C- Education pour la santé, entraînement, dopage, performance et APS 2- G. GUTIERREZ*, A. MIDOL**, K. BENDHAOU*, M. SERRAR*,

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

LA PHOTOSYNTHÈSE : un mécanisme de photophosphorylation

LA PHOTOSYNTHÈSE : un mécanisme de photophosphorylation LA PHOTOSYNTHÈSE : un mécanisme de photophosphorylation Les végétaux photosynthétiques captent et transforment l'énergie solaire sous forme d'atp et de NADPH. Ces molécules sont alors utilisées pour la

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

Les liaisons riches en énergie

Les liaisons riches en énergie Les liaisons riches en énergie Définition: liaison dont la rupture libère beaucoup d énergie (dont la synthèse consomme beaucoup d énergie). I. Liaison anhydride phosphorique Elle résulte d une élimination

Plus en détail

Physiologie du Pancréas endocrine

Physiologie du Pancréas endocrine Physiologie du Pancréas endocrine 1 I. Introduction II. Insuline Plan 1. Sécrétion 2. Régulation 3. Actions physiologiques 4. Mode d action III. Glucagon 2 2eme Année de médecine 1 Cellules β I. Introduction

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice

Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice Professeur Frédéric CHARBONNIER Laboratoire de Neurobiologie des Réseaux Sensorimoteurs- CNRS/Université Paris Descartes Les travaux que je

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique. Professeur Patrick LEVY

Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique. Professeur Patrick LEVY UE MPSfO - Physiologie Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique Professeur Patrick LEVY Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Généralités (I) L équilibre

Plus en détail

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1 BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE Aspects moléculaires et cellulaires Généralités 2008 Apoptose Diapo 1 1 Importance physiologique Développement Formation des membres Neurones du systèmes nerveux Contrôle

Plus en détail

Bioénergétique de l exercice musculaire

Bioénergétique de l exercice musculaire Bioénergétique de l exercice musculaire 1 Afin de se maintenir en vie, une cellule doit continuellement "travailler". Donc, elle a besoin d'énergie (énergie = capacité à produire du travail). Travail mécanique

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN Les enzymes sont une catégorie particulière de protéines qui interviennent dans la plupart des réaction chimique qui se déroulent à l'intérieur

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS 19 QCMs DURÉE DE L ÉPREUVE : 1 HEURE LES CALCULATRICES NE SONT PAS AUTORISÉES Le sujet comprend 8 pages, veuillez

Plus en détail

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Préparation à l Agrégation Interne Paris VI 2009-2010 Séances des 19 et 23 septembre LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Les mots clés : Lipide, glucide, protide, acide nucléique, monomère, polymère,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés...

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés... 2.0 TABLE DES MATIÈRES Pour Mme X Introduction.....1 Résumé de vos résultats......... 2 SANTÉ MÉTABOLIQUE Vitamine C..................4 Folate.......5 Charge glycémique......... 6 SANTÉ CARDIOVASCULAIRE

Plus en détail

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Introduction Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Le développement psychologique du bébé C est un développement extraordinaire, en vitesse et en ampleur, en moins de 3 ans avec un programme

Plus en détail

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons.

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. OXYDO-REDUCTION I) Définitions 1) Oxydant et Réducteur Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. 2) Couple rédox On parle de

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail