MAT et Grossesse. CJN MARSEILLE Mars 2010 Yahsou DELMAS Service de Néphrologie CHU Bordeaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MAT et Grossesse. CJN MARSEILLE Mars 2010 Yahsou DELMAS Service de Néphrologie CHU Bordeaux"

Transcription

1 MAT et Grossesse CJN MARSEILLE Mars 2010 Yahsou DELMAS Service de Néphrologie CHU Bordeaux

2 Définitions

3 Définition : microangiopathie thrombotique Anémie Hémolytique Mécanique Thrombopénie Périphérique Défaillance d organe

4 Définitions des termes obstétriques HTA gravidique (HTG) : PAS >140 mm Hg et/ou PAD >90 mm Hg après 20 SA et disparaissant avant fin 6ème sem postpartum Prééclampsie (PE) = HTG + protéinurie (> 0,3 g/24h) PE Sévère = PE + HTA sévère (PAS > 160 mm Hg et/ou PAD > 110 mm Hg) Et/ou atteinte rénale : oligurie ou créat > 135µM ou protu >5 g/j OAP ou barre épigastrique persistante ou HELLP syndrome éclampsie ou atteinte SNC (tb visuels, ROT polycinétiques,céphalées), Plq < /mm 3 Hématome Rétro Placentaire (HRP) ou retentissement foetal. PE précoce : survenant avant 32 SA HELLP syndrome : hémolyse + cytolyse hépatique + Tp Jan 2009 : Recommandations formalisées d experts communes SFAR/CNGOF/SFMP/SFNN

5 MAT et Grossesse =? Prééclampsie 5% des G HELLP 5% des PE SHAG PTT SHU.

6 Données de physiopathologie

7 Données de physiopathologie Préeclampsie

8 Prééclampsie : Anomalie de l invasion trophoblastique 1/ Invasion trophoblastique de la décidua NORMAL 2/ Vascularisation du trophoblaste 3/ Remodelage des A spiralées par le trophoblaste PREECLAMPSIE Karumanchi SA, Kidney Int 2005

9 Défaut de différenciation trophoblaste Normalement : switch phénotype épithélial endothélial CYTOTROPHOBLASTE INVASIF Placenta Normal Placenta Prééclampsie E Cadherine, α6β VE cadherine αvβ Défaut de coopération maternelles NK // trophoblastiques fœtales (Parham P, J exp med 2004) O2 faible ( 9 SA): favorise phénotype invasif avec mitoses (prolifération) du CT élevé (10 SA< ): favorise différenciation «vasculaire-endothéliale» du CT

10 Balance anti/pro angiogénique Soluble fms-like tyrosine kinase-1 : sflt-1 Variant du récepteur membranaire Flt-1 du VEGF et de PlGF Maynard SE, J Clin Invest 2003

11 Balance anti/pro angiogénique Soluble fms-like tyrosine kinase-1 : sflt-1 Variant du récepteur membranaire Flt-1 du VEGF Libéré par le placenta dans la circulation maternelle sflt-1 surexprimé chez la rate gestante HTA, protéinurie et endothéliose glomérulaire Maynard SE, J Clin Invest 2003

12 Balance anti/pro angiogénique Dysfonction endothéliale Karumanchi SA, Kidney Int 2005

13 Levine R, N Engl J Med 2004

14 Prééclampsie : Dysfonction endothéliale Soluble endoglin : seng Forme clivée, tronquée d un co-récepteur de TGF exprimé par la E et le syncytiotrophoblaste Dans la prééclampsie 2-3 mois avant les S. cliniques // Sévérité de la prééclampsie Inhibition de l action de TGF 1 sur la E (altération liaison au R) (-) activation enos (-) vasodilatation ( prostacycline) Venkatesha S, Nat Med 2006

15 Prééclampsie : valeur prédictive couple sflt et seng Odds Ratios ajustés pour prééclampsie préterme (A) ou à terme (B) selon le ratio sflt1:plgf et le taux de seng Si élevés, risque x 31!! Levine K, NEJM 2006

16 Prééclampsie : Dysfonction endothéliale Système Rénine-Angiotensine Grossesse normale : SRA (rénine ovarienne et déciduale)// densité de R à AgII réponse vasoconstrictrice à l AgII Prééclampsie : SRA // sensibilité des R à AgII Hétérodimérisation R à AgII et R à bradykinine (AT1-B2) 1 AC anti AT1 facilitants, implication de R 1 adrénergiques 2 Stimulant la sécrétion de sflt Chez 70% PE, - chez 80% Ctr 4 1_AbdAlla &al, Nat Med _Wallukat &al, J Clin Invest _ Zhou &al, Hypertension _Herse &al, Hypertension 2009

17 Dysfonction endothéliale : rôle du SRA Shah DM, Am J Physiol Renal Physiol 2005

18 Voie COMPT 2 ME 2 Me oestradiol, placenta [2 Me O] pendant la G Déstabilise les microtubules et inhibe HIF-1 α G chez souris Comt-/- vs Comt +/+ délivrance prématurée, perte fœtale >, poids placenta/decidua <, Nb infarctus placentaire > sflt 1 et HTA, pu Chez les humains? Kanasaki, Nature Jun 19;453(7198):1117

19 Voie COMPT 2 ME 2 Me oestradiol, placenta [2 Me O] pendant la G Déstabilise les microtubules et inhibe HIF-1 α G chez souris Comt-/- vs Comt +/+ délivrance prématurée, perte fœtale >, poids placenta/decidua <, Nb infarctus placentaire > sflt 1 et HTA, pu Chez les humains? Kanasaki, Nature Jun 19;453(7198):1117

20 Voie COMPT 2 ME 2 Me oestradiol, placenta [2 Me O] pendant la G Déstabilise les microtubules et inhibe HIF-1 α G chez souris Comt-/- vs Comt +/+ délivrance prématurée, perte fœtale >, poids placenta/decidua <, Nb infarctus placentaire > HTA, pu Chez les humains? Kanasaki, Nature Jun 19;453(7198):1117

21 Voie COMPT 2 ME 2 Me oestradiol, placenta [2 Me O] pendant la G Déstabilise les microtubules et inhibe HIF-1 α G chez souris Comt-/- vs Comt +/+ délivrance prématurée, perte fœtale >, poids placenta/decidua <, Nb infarctus placentaire > HTA, pu Chez les humains? Kanasaki, Nature Jun 19;453(7198):1117

22 Sb des CE vasculaires au climat anti angiogénique Balance anti/proangiogénique Ischémie Placentaire? Adaptation Beaufils et al. d après Sibai B, Lancet 2005;365:785

23 Facteurs favorisants L ischémie placentaire apparaît d autant plus que: l utérus est primipare (vascularisation peu développée) les besoins en O 2 sont accrus (grossesse gémellaire) s il existe une hypovolémie les Vx sont pathologiques (athérome, diabète, collagénose, ) il existe une thrombophilie (Mutation de Leiden,II, SAPL,

24 Prééclampsie : Dysfonction endothéliale Cardiovasculaire Vol Plasma RVP et PA PCap pulm ou PVC Contractilité Poumons OAP SDRA Reins Endothéliose glomérulaire Protéinurie DFG Créatininémie NTA, nécrose corticale Dysfonction endothéliale Activation // Altération Agents prostanoïdes, procoagulants, vasoconstricteurs Expression de molécules d adhésion Fœtus RCIU Mort foetale Foie Dépots de fibrine Nécrose périportale Enzymes hépatiques Hémorragie sous capsulaire HELLP SNC Oedeme Ischémie//infarctus//Hémorragie Vasospasme Troubles visuels Encéphalopathie hypertensive Eclampsie

25 Données de physiopathologie Conséquences SHAG

26 L histoire de Mme F 29 ans Pas d ATCD notable G1P0 H clinique pour métrorragie Présente depuis 5j : OMI, ictère Pas de notion d HTA Constat MFIU, accouchement par voie basse car début de W spontané

27 L histoire de Mme F 29 ans Hémorragie de la délivrance Tableau de CIVD avec persistance hémorragie Hb 5.6g/dl Plq TP 27% Fg 0.7g/L Transfert CHU pour embolisation utérine après 3CGR, 3PFC, 2.5L de remplissage

28 L histoire de Mme F 29 ans A J2 transfert néphrologie en raison oligurie créatinine > 400µM, diagnostic HELLP Hb 9.9g/dl, PNN 15500, Plq 64000, LDH 1110, Hpt <0.3g/L, protéinurie 1.5g/L (hématurie++) Schizocytes 2-1% ASAT 3N, ALAT 2N, GGT 4N, PAL 2N Bili totale 240µM dont 139µM conjuguée TP 39%, FV 48%, fg 1.4g/L (N2-5)

29 L histoire de Mme F 29 ans Interrogatoire : symptômes avant H Polyuro-polydispsie normo à hypoglycémique Vomissements+++ Avant l accouchement et l hémorragie Hb 16g/dl, Plq , TP 43%, fg 1.2g/L ASAT 4N, ALAT 7N, PAL 5N Créatinine 300µM, hyperuricémie 600µM Tableau typique de Stéatose Hépatique Aigue Gravidique ou «SHAG»

30 SHAG : des chiffres approximatifs 1/10000 accouchement? Sous estimé? Parfois associé HTAG (50%), HELLP (20%) Grossesses multiples, nulliparité 3 ème Trimestre Symptômes évocateurs : à rechercher +++ : outre la polyuro-polydipsie normog

31 Nécrose périportale, dépôts de fibrine (HELLP) Microvésicules lipidiques (SHAG) Vigil-De Gracia P, Int J Obst Gyn, 2001

32 SHAG et anomalie de la béta oxydation des acides gras SHAG dans 31 à 79% des grossesses dont le fœtus déficitaire en enzyme LCHAD. oxydation des AG = au niveau mitochondrial, source ATP CŒUR, MUSCLE, glucogénèse au niveau du foie.

33 SHAG et anomalie de la béta oxydation des acides gras JEUN, hypercatabolisme voie de secours avec oxydation des AG acetyl CoA source Energie Déficit HomoZ fœtus, HétéroZ mère : accumulation systémique AG + TG + dérivés toxiques surcharge lipidique diffuse (foie, rein, ) dysfonction endothéliale

34 SHAG et anomalie de la béta oxydation des acides gras Déficit chez l enfant, avec période néonatale ou qques mois // FD = jeun +++ Risque métabolique chez l enfant : Hypoglycémie sans cétose Stéatose à encéphalopathie hépatique Cardiomyopathie dilatée ou hypertrophique Rhabdomyolyse Convulsions Rétinopathie pigmentaire Mort subite

35 SHAG et anomalie de la béta oxydation des acides gras «En cas de HELLP syndrome sévère et surtout en cas de SHAG, il est possible de discuter un dépistage néonatal du déficit en LCHAD. A défaut, il est conseillé une surveillance attentive du nourrisson et la réalisation d un profil des acides gras à chaîne longue»* Maman = Vigilance 2 ème trimestre :créatinine, ac urique, AT III Alerte si anorexie, vomissements, fièvre Bébé= Profil acyl carnitine +/- rech m1528 G>C LCHAD *Jan 2009 : Recommandations formalisées d experts communes SFAR/CNGOF/SFMP/SFNN

36 Données de physiopathologie HELLP // ADAMTS 13, cpt// SHUa

37 HELLP, facteur Von Willebrand La dysfonction endothéliale: ratio propeptide/mature vwf vwf actif dans circulation générale + activité ADAMTS 13 Hulstein & al, J Thromb Haemost 2006

38 HELLP et régulation de la voie alterne du complément? Fakhouri & al,blood. 2008;112: )

39 Et complément-shua-grossesse? 21 SHUa associé à une G dont 18 an cpt + 79% poussée post-partum (data sur 19 ptes) Termes des poussées per-g 4, et 36 SA 14% précédé de PE 81% Hémodialyse et 62% IRT Pour les mutations du H : moins centrées sur SCR Risque max de poussée SHU parmi mutation cpt au cours 2ème G Sur 103 G chez 44 patientes an cpt : 4,7% perte BB, 7,7% preeclampsie, 17,4% poussée SHU Fakhouri et al., JASN 9 mars 2010!!

40 En pratique.?

41 En pratique.? Vigilance sur les maladies rares Où il existe des conduites préventive ou thérapeutique SPECIFIQUE délivrance placenta Par exemple le PTT

42 Melle D, 23 ans ATCD IVG en 1999 Césarienne à 24 SA en 2002 tableau de HELLP syndrome (?), pas de signes neuros, perte du BB à J3. Résolution spontanée Pas d anomalie du bilan (?) au décours 2003 hospitalisation à 17 SA d une troisième grossesse pour

43 Céphalée, asthénie, ecchymoses cutanées, TA 130/90, pas d oedeme Anémie (8,2 g/dl), hémolytique (LDH > 3000, Hpt < 0,01), COOMBS -, Schizocytes + (dans un 2nd temps) Thrombopénie /mm3, TCA, TP, Fg N Uricémie 200 µm, ASAT, ALAT N Urée 3,7 mm, Créatininémie 59 µm Protéinurie : +++, hématurie : -, leucocyturie : Plasmaphérèse quotidienne au PFC Corticothérapie orale 1 mg/kg/ j RCIU majeur et ITG décidée, enfant décédé in utéro la veille à 24 SA.

44 Normalisation de tous les paramètres biologiques sous plasmaphérèse et après l accouchement, sevrage rapide Bilan auto-immun Pas d ATCD d ictère néonatal non lié à une incompatibilité rhésus Aucun ATCD familial de thrombopénie

45 POURTANT Bilan à 2 mois de la dernière plasmaphérèse : Activité protéase du VWF effondrée < 5% Absence d inhibiteur Sœur jumelle homozygote, idem Parents profil hétérozygote, père et mère respectivement à 45% et 32% d activité (N %)

46 Classiquement, dans le PTT : ATCD personnel Ictère néonatal sévère thrombopénie, diagnostic PTI Période de survenue Premiers symptômes 55% 2ème TRI (Martin et al. AJOG 2008) Pas de correction à la délivrance CONTRE-EXEMPLE

47 ATCD Mlle B, 24 ans Tabagisme modéré, poursuivi 5 cig/j pdt grossesse Première grossesse, Hospitalisation à 30 SA pour prééclampsie = HTA (170 TAS) + albuminurie., Céphalées, myodesopsies, oedeme du visage Douleurs épigastriques et basi-thoraciques se projetant entre les omoplates

48 Césarienne en urgence = J0 Petit garçon de 1320g Maman : ASAT max 94, ALAT max 162 UI/L, J-2, J-1 Hb min>9g/dl, plq min J2, schizocytes : ND Haptoglobine 0,45 J-1, <0,08 J0 puis?? LDH 348 J-1 à max 848 J+4 puis?? Créat max 70 µm Résolutif SPONTANEMENT sans plasma Traitement par Loxen + HBPM 1 mois post partum

49 Enfant décédé à 6 semaines de vie d hémorragie digestive en rapport avec la prématurité Autopsie = entérocolite hémorragique. Placenta 230g pour 300g attendu. Infarctus multiples.

50 3 mois post-partum Normalité de la TA Normalité du bilan NFS, LDH, Hpt, Protéinurie Bilan de thrombophilie négatif ACAN négatifs ADAMTS 13 fait sur plq, contexte d hémolyse à minima 5%, sans inhibiteur Activité père 22%, mère 52%

51 PERSPECTIVES thérapeutiques pour PTT congénital Restitution de l activité protéase du VWF Infusion de 10 à 15 ml/kg de PFC pour un ADAMTS 13 à 15%? Une très faible activité protéase suffit Périodicité à définir : toutes les 2 à 4 sem? Ou + souvent car production de multimères ++ pendant la grossesse

52 SUIVI Melle B. pour deuxième grossesse PFC 1200 ml/2sem

53 SUIVI Melle B. pour deuxième grossesse PFC 1200 ml/2sem 1200 ml/sem

54 SUIVI Melle B. pour deuxième grossesse 1200 ml/2sem 1200 ml/sem

55 SUIVI Melle B. pour deuxième grossesse

56 ADAMTS 13 et grossesse N Baisse progressive à partir fin 1er Tri-début 2e (moy 52%, range 22-89%) Nullipares 65% < multipares 83% 94% 64% 64% (Sanchez-Luceros A, Thromb Haemost 2004; 92:1320) En parallèle, augmentation du facteur VonWillebrand Activité protéase et G normale Mannucci et al., Blood 2001

57 PTT et grossesse Grossesse = mode de présentation du PTT dans 10-25% des cas (Ezra Am J Hematol 1996, McCrae Semin Hematol 1997) 60-90% de risque de récidive pdt G (Vesely SK, Transfusion 2004; 44:1149) Premiers symptômes 55% 2ème TRI, 12% 1 ier TRI, 33% 3 ème TRI (Martin JN, AJOG 2008; 2008;199(2):98) RCIU et infarctus placentaires (Wurzei JM, N Engl J Med 1979; 301:503)

58 Cas rapportés PTT et G Etude , Tennessee Mortalité Maternelle 2/11 Perte Fœtale 3/10 Egerman Am J Obstet Gynecol 1996 Oct;175(4 Pt 1):950-6

59 Cas rapportés PTT et G 2006 : Scully, Blood Coagul Fibrinolysis, 17: patientes, diagnostic préalable ou pendant la grossesse de PTT (centre de référence Londres) Sous aspirine au long cours, ajout HBPM au diagnostic de G si pas déjà TTT (patiente 3), sauf 1 patiente (HBPM post-p), patiente 5.

60 Patiente, âge PTT ATCD ATCD G Début TTT TTT par PFC Evolution BB Patiente 1, 1 épisode 31 a G+ MF 21 SA 14 SA 6 S post p EP 1/2sem Césa 37SA OK 2720g Patiente 2, 1 épisode 33 a G+ MF 25 SA FCS 10 SA 14 SA EP 1 /2S 30 SA :1/S AVB 37SA déclenché HTA, PU OK 2150g Patiente 3, 5 épisodes 27a SNC, emb pulm AC SA EP 8-14 SA EP//perf 14-30SA EP 30- AVB 40SA déclenché OK 2800g Patiente 4, 21a Diag PTT à 18 SA SNC 18 SA EP 3-7/S Ritux /S 29SA-S+1 2EP/j péri partum Césa 32SA Suite crise comitiale OK 1045g - - Césa 41SA Pour arrêt du travail OK 3480g AC -!! Patiente 5, 1 épisode 29a Hémato - 6 ans. AC? 2006 : Scully, Blood Coagul Fibrinolysis, 17:459

61 Dosage activité ADAMTS13 % Patiente, âge Avant G 1er TRI 2e TRI 3e TRI 6 S postpartum Patiente 1, 31 a <5 ND ND 49 ND Patiente 2, 33 a < <5 Patiente 3, 27a (AC+) <5 < Patiente 4, 21a NA < Patiente 5, 29a : Scully, Blood Coagul Fibrinolysis, 17:459

62 PTT ou PTT + PE?? Etude rétrospective 166 G avec PTT Ratio LDH / AST 13 /1 vs 29 / 1 Dans PTT + PE vs PTT seul Valeur prédictive =?? Martin et al., AJOG 2008

63 Grossesse et Upshaw Schulman Fujimura, Br J Haematol Nov 26 9 femmes / 6 familles diagnostic PTT à leur première G 6/9 ATCD Tp dans l enfance : étiqueté PTI Tp durant 2ème trimestre pour leurs 15 G 16 BB (1 GG) 8 morts nés ou décès néonatal 7 prématurés sauf 1 suivi prospectif en plasmathérapie dès 8 SG

64

65 Diagnostic de présomption de purpura thrombotique thrombocytopénique ou SHU devant : 1. Hémato : Thrombopénie sévère et anémie hémolytique mécanique s aggravant à > J3 postpartum. Coagulation normale et CIVD résolutive 2. Neuro : Altération sévère des fonctions supérieures, anomalies focales (aphasie, déficit moteur), crises convulsives hors contexte HTA sévère ou à > J3 post-partum 3. Néphro : IRA oligurique 4. Systémique : HTA résolutive, 5. LDH augmentent // correction transaminases.

66 En cours à Bordeaux, travail sur PTT et Grossesse Rétrospectif sur requête informatique des NFS en provenance des maternités en 2008 Thrombopénies < signes atypiques ou de gravité de la MAT Thrombopénies < Hors contexte pathologique déjà connu (PTI, HPN..) acouchements, 17 dosages / 44 ptes à faire: 3 déficits sur 7 dosages réalisés (5%, 7%, 11%)

67 Diagnostics différentiels : signes discriminants MAT PE HELLP PTT SHU SHAG S Cliniques +/- OMI 70%Chaussier 40%Nausées Vomissements 30%Céphalées SNC T HTA ++ +/- +/- + +/- I rénale aigue - +/- +/ Plq IHC - +/ ATIII N Parfois N N Asthénie Vomissements Polyuro-dipsie Ictère

68 Diagnostics différentiels : signes discriminants MAT PE HELLP 1er TRIMESTRE PTT 12% 2ème TRIMESTRE 55% 3ème TRIMESTRE 80% ante partum Médiane 32 SA Post Partum 20% 33% SHUa SHAG

69 Dosage ADAMTS 13 fait oui/non?

70 Polyuro-polydipsie normoglycémique, ictère, vomissements* ASAT, ALAT, GGT, PAL, Bili* Glycémie, fibrinogène, TP, facteur V, PNN* *Si cytolyse hépatique + signes clin ou insuff. hépatocellulaire : SHAG? : recherche mutation LCHAD

71 Indication doppler des A rénales sera posée par le néphrologue à M3 Anomalie des protéines régulatrices du complément : modalités de dépistage à définir

72 Conclusion : vigilance sur pathologies d aspect similaires 1. Déficit en ADAMTS 13 : chez qui le rechercher? 2. Bétaoxydation des ac gras, dans SHAG 3. Penser aux dysrégulation du complément si «HELLP» avec atteinte rénale non résolutive ou du post-partum. 4. Coopération multidisciplinaire Cliniciens (Obstétriciens, Néphrologues, Internistes, Pédiatres,.) Hémato-immuno biologistes Anatomopathologistes

73 Conclusion Aujourd hui dans la PE, Délivrance après normalisation TA et PU.correction FDR cardio-vasculaires, aspirine pour G futures Demain : Portée future des découvertes physiopath récentes? Discrimination Plasmathérapie, ADAMTS 13 recombinant Traitement Me Oestradiol, antagonistes sflt, peptide bloqueur AT1-AA

74 Merci de votre attention

75 Fakhouri et al., JASN 9 mars 2010!!

76

77 Quelles sont les propositions vraies?. Le SHU atypique avec mutation du complément survient classiquement au cours du premier trimestre de la grossesse. Une poussée de PTT chez une déficiente congénitale en ADAMTS 13 peut régresser spontanément. L insuffisance rénale aiguë est exceptionnelle dans la stéatose aiguë gravidique. Une anomalie génétique chez l enfant peut entraîner un HELLP syndrome chez la mère. Le PTT est la microangiopathie où le taux de plaquettes est souvent le plus haut

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Objectifs : Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Diagnostiquer et connaître les principes de prévention et de prise en charge de l hypertension

Plus en détail

GROSSESSE et lupus/sapl

GROSSESSE et lupus/sapl GROSSESSE et lupus/sapl Nathalie Costedoat-Chalumeau Centre de référence maladies autoimmunes et systémiques rares Service Médecine Interne Hôpital Cochin Paris Rappels et définitions Critères cliniques

Plus en détail

Hématome rétro-placentaire ( HRP )

Hématome rétro-placentaire ( HRP ) Hématome rétro-placentaire ( HRP ) L hématome rétroplacentaire (HRP) ou abruptio placentae correspond au décollement prématuré d un placenta normalement inséré (DPPNI). La lésion anatomique est formée

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

DÉRÉGULATION DU COMPLÉMENT,

DÉRÉGULATION DU COMPLÉMENT, DÉRÉGULATION DU COMPLÉMENT, ADAMTS13 ET GROSSESSE Y. DELMAS, Néphrologie - CHU Pellegrin, BORDEAUX Session 1 Introduction : les microangiopathies de la grossesse Les microangiopathies (MAT) observées durant

Plus en détail

ANDRIANASOLO Andomalala Ravonirina

ANDRIANASOLO Andomalala Ravonirina ANDRIANASOLO Andomalala Ravonirina ASPECTS EPIDEMIO-CLINIQUES DES PREECLAMPSIES SEVERES A L HOPITAL UNIVERSITAIRE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE DE BEFELATANANA EN 2009 Thèse de Doctorat en Médecine UNIVERSITE

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ********************

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ******************** UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ******************** ANNEE 2008 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Présentée et soutenue

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE. Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier

INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE. Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier AVORTEMENTS SPONTANES et MORT FŒTALE IN UTERO Définitions OMS : avortements spontanés =

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

PLAN 1. INTRODUCTION 2. MATERIEL ET METHODES 3. RESULTATS 4. DISCUSSION 5. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES

PLAN 1. INTRODUCTION 2. MATERIEL ET METHODES 3. RESULTATS 4. DISCUSSION 5. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES ABBREVIATION ACOG: American College of Obstetricians and Gynecologists ARCF: Anomalies du rythme cardiaque fœtal ATCD: Antécédent AVB: Accouchement voie basse CG: Culot globulaire CHU: Centre Hospitalier

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES

Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES Avec la participation de : Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES Vendredi 14 mars 2003 - Institut Pasteur Paris TEXTE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre Méthode «Recommandations pour la pratique clinique» RECOMMANDATIONS Novembre

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP),

mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP), mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP), Troubles du rythme atrial ou ventriculaire Embolie pulmonaire BPCO sévère avec pressions droites élevées Insuffisance rénale Syndrome infectieux

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Réanimation des formes graves de prééclampsie

Réanimation des formes graves de prééclampsie Réanimation des formes graves de prééclampsie Conférence d'experts - 2000 Texte court Experts: F. Audibert (CNGOF), G. Aya (Sfar), F. Bayoumeu (Star), D. Benhamou (Sfar), G. Boehm (Sfar), P. Branchu (Sfar),

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Situations pathologiques pouvant relever de l hospitalisation à domicile au cours de l ante et du post-partum

Situations pathologiques pouvant relever de l hospitalisation à domicile au cours de l ante et du post-partum RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Situations pathologiques pouvant relever de l hospitalisation à domicile au cours de l ante et du post-partum Méthode «Recommandations par consensus formalisé» RECOMMANDATIONS

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE DIABETE Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE 1 Diabète Définition: Augmentation du taux de glucose dans le sang Dépistage: 1,20 g/l (6,7 mmol/l) si prélèvement plus de 2 heures après

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE D APRES «THROMBOTIC COMPLICATIONS OF MYELOPROLIFERATIVE NEOPLASMS : RISK ASSESSMENT AND RISK-GUIDED MANAGEMENT

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Module 2. De la conception à la naissance

Module 2. De la conception à la naissance Module 2. De la conception à la naissance ITEM 17. Principales complications de la grossesse Diagnostics différentiels d une hémorragie génitale Hématurie Rectorragie Diagnostics différentiels de l HTA

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens Pharmacologie Clinique des Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens Effets indésirables Aude FERRAN Plan Toxicité digestive Ulcères» Physiopathologie : effets locaux et systémiques» Cas du cheval Augmentation

Plus en détail

Xantho granulome juvenile AVEC atteinte hématologique. A propos de 2 cas

Xantho granulome juvenile AVEC atteinte hématologique. A propos de 2 cas Xantho granulome juvenile AVEC atteinte hématologique A propos de 2 cas CAS n 1 XXX end né en 02/07 ATCD et anamnèse Né à terme, eutrophe Pas d antécédent personnel ni familial particulier, 1 frère de

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Geneviève Plu-Bureau Gynécologie Endocrinologie, Hôpitaux universitaires Paris Centre, Port-Royal Unité d hémostase, Hôpital Cochin

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Formations spécialisées Section de la formation de l'infirmier / infirmière en pédiatrie

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Information transmise sous l autorité de l Agence fédérale des médicaments et des produits de santé

Information transmise sous l autorité de l Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE

NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE D r Eric OUHAYOUN Service de Médecine Nucléaire - P r J.P. Esquerré CHU Purpan Toulouse - France Néphrogramme isotopique Principe :

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL

INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL DIU THROMBOSE ET HEMOSTASE CLINIQUE Lyon 23 Janvier 2015 Larbi BOUDAOUD PH Hématologie Biologique

Plus en détail

Sources bibliographiques :

Sources bibliographiques : AP-HM LBM 00PREP01D004 Date d application: 2014-06-16 Version : 3 Rédaction : ALBANESE Brigitte, AILLAUD Marie Françoise, ARNOUX Dominique Validation : MORANGE Pierre, DIGNAT-GEORGE Françoise Approbation

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail