Mise au point. Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise au point. Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance."

Transcription

1 Mise au point Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance. J. Maslin a, T. Coton b, C. Martinaud a, D. Lignac c, L. Journaux d, F. Grassin e, B. Chagneau f. a Fédération des Laboratoires, HIA Sainte-Anne, BP Toulon Cedex. b Service de Gastroentérologie, HIA Laveran, BP Marseille Cedex 13. c 2 e Régiment étranger parachutiste, Camp Raffali Calvi. d 1er Régiment parachutiste d Infanterie de Marine, Citadelle général Berge, BP Bayonne Cedex. e Service de médecine, Groupement médico-chirurgical Bouffard, SP Armées. f 2 e Régiment étranger d Infanterie, rue Vincent Faïta, Quartier col de Chabrières, BP Nîmes Armées. Article reçu le 27 aout 2008, accepté le 8 septembre Résumé Le diagnostic du paludisme est une urgence, l évolution du patient restant imprévisible et pouvant aboutir au décès. À côté de la mise en évidence directe du parasite dans le sang qui reste la référence, des tests rapides antigéniques ont été développés. Ces bandelettes sensibilisées par des anticorps monoclonaux sont simples d utilisation et rapides. D un apport précieux pour le médecin en opérations extérieures ou en poste isolé, leur interprétation reste délicate. Deux observations rapportées à Djibouti permettent de présenter un aspect méconnu de la surestimation diagnostique liée à un non respect des consignes d utilisation de ces tests et d en rappeler leur principe. Bien qu étant de bons outils complémentaires au sein d un faisceau d arguments, les tests rapides antigéniques ne doivent jamais être interprétés isolément. Mots-clés : Diagnostic biologique. Faux positif. Paludisme. Test antigénique. Abstract RAPID DIPSTICK TEST FOR MALARIA : A CURIOUS DISCREPANCY. Summary: Malaria is a burden in sub-saharian endemic countries and represent an urgent laboratory diagnosis, the evolution of the patient remaining unforeseeable. Besides the conventional test allowing the direct research of trophozoite in blood, which keeps being the reference, numerous rapid dipstick assays has been developed. They are based on the capture of parasite antigen using monoclonal antibodies and are of a great contribution for an isolated medical structure during overseas deployments. They contribute to ensure appropriate treatment and an early case management but their clinical usefulness and interpretation remains limited. We report two observations of French soldiers from Djibouti presenting a non described false positive aspect due to a wrong use of the procedure. The rapid dipsticks are effective tools for the diagnosis of malaria but their association with other tests should be considered. Keywords: Biological diagnosis. False positive. Malaria. Rapid dipstick test. Introduction. Le paludisme à P.falciparumest une urgence biologique et thérapeutique. On estime qu entre 60 % et 65 % des cas J. MASLIN, médecin en chef. T. COTON, médecin en chef. C. MARTINAUD, médecin principal. D. LIGNAC, médecin en chef. L. JOURNAUX, médecin en chef. F. GRASSIN, médecin en chef. B. CHAGNEAU, médecin principal. Correspondance : J. MASLIN, Fédération des laboratoires, HIA Sainte-Anne, BP Toulon Cedex. déclarés chaque année dans les armées, ont été diagnostiqués par des médecins en poste isolé (Le paludisme dans les armées, année 2008, Doc. N 72/IMTSSA/DESP/US2E/09). Le nombre de cas déclarés ces quatre dernières années était respectivement de 619, 568, 333 et 420 pour 2005, 2006, 2007, 2008 (Bulletin épidémiologique des armées N 01/2008, DCSSA/AST/TEC/EPID, mai 2008 et référence précédente). En 2008, le nombre de militaires français exposés au paludisme était de (personnels tournants et permanents). Avec 80 accès déclarés l année médecine et armées, 2010, 38, 1, xx-xx 137

2 dernière, le taux d incidence (2,4 p 100 h.an) était en augmentation par rapport à Il est communément admis que le devenir du patient dépend avant tout du délai diagnostique, et à côté de l examen du frottis sanguin, technique de référence et seule preuve formelle mettant en évidence directement le parasite, les tests rapides ont trouvés naturellement leur place. Ces tests ont l avantage de leur simplicité d utilisation et de leur rapidité mais leur interprétation reste délicate. Si l on craint surtout le résultat faussement négatif qui peut être dramatique pour le malade, la surestimation, bien que moins dangereuse, égare le diagnostic et n est pas sans conséquences notamment en terme de disponibilité opérationnelle, de coût, et de surveillance épidémiologique. À propos de deux observations, nous rappelons le principe de ces tests dont découle les précautions d emploi et présentons un aspect méconnu de leur limite : le résultat faux positif lié à un non respect des consignes d utilisation. Observations. La compagnie d infanterie de la 13 e Demi Brigade de Légion Étrangère (13 e DBLE), stationnée à Djibouti rentrait d une mission de deux mois à Birao en République Centrafricaine (RCA) à la fin du mois de mai2007 (saison chaude et sèche). La prophylaxie anti-palustre choisie était la doxycycline (100 mg/j). Le lendemain de leur retour à Djibouti, deux légionnaires consultaient au service médical d unité (SMU) de la 13 e DBLE pour une diarrhée fébrile. L hypothèse diagnostique du paludisme de retour de zone d endémie était naturellement évoquée, et un test de diagnostic rapide (TDR) de type Core Malaria Pan/Pv/Pf (Core-Diagnostics, Birmingham, UK) était réalisé en salle de soins sur une paillasse du SMU. Les tests étaient positifs pour Plasmodium falciparum pour les deux patients. Les deux légionnaires étaient adressés au service des urgences du Groupement médico-chirurgical Bouffard (GMCB). Un prélèvement sanguin était réalisé et adressé au laboratoire de biologie clinique du GMCB accompagné d une demande d hémogramme, numération plaquettaire, et d une confirmation du diagnostic d espèce avec calcul de la parasitémie. Les militaires étaient hospitalisés dans le service de médecine du GMCB. Au laboratoire, les taux de plaquettes étaient normaux et les deux tests de concentration à l acridine orange (QBC test) négatifs. Les frottis sanguins ne retrouvaient pas de parasites, l aspect cytologique étant normal hormis la présence de quelques lymphocytes activés. Les deux patients âgés respectivement de 25 et 29 ans, n étaient plus fébriles à leur admission dans le service de médecine, et leur examen clinique était non contributif. Ils avouaient n avoir suivi aucune chimioprophylaxie anti-palustre. Le reste du bilan biologique était sans particularités en dehors d un syndrome inflammatoire (CRP à 83 mg/l et 53 mg/l). Les contrôles des tests QBC et de la détection de l HRP2 restaient négatifs. Les coprocultures et recherche de kystes, œufs, parasites (KOP) ne mettaient pas en évidence d agent pathogène chez le premier patient, l absence de selles ne permettant pas de réaliser de coprocultures-kop chez l autre légionnaire. Dans les deux cas, l évolution était favorable, et autorisait un retour à l unité après 48 heures d observation. Bien que les CRP étaient supérieures aux valeurs attendues au cours des diarrhées associées aux virus entériques (moyenne = 34 mg/l), le diagnostic de sortie retenu était une gastroentérite aiguë probablement d origine virale. Devant cette discordance entre les TDR réalisés au SMU et les examens réalisés au laboratoire du GMCB, une enquête était menée. Elle mit en évidence une initiative de l infirmier ayant réalisé le test qui entraîna une mauvaise utilisation du test de diagnostic rapide au SMU. En effet, le flacon de tampon de lyse et migration fourni par le constructeur du coffret étant vide, le test avait été réalisé avec de l eau pour préparation injectable (PPI) à la place du réactif dédié. Discussion. Rappels : les tests de diagnostic rapide du paludisme. Principe des tests de diagnostic rapide. Tous les TDR reposent sur le même principe et permettent de mettre en évidence la présence de Plasmodium. Ils sont caractérisés par leur facilité d emploi et d interprétation, l absence de traitement initial de l échantillon (sang total), et l obtention d un résultat en moins de 30 minutes (1). Ces tests sont basés sur la détection d antigènes circulants (protéines ou enzymes) spécifiques de l hématozoaire. Ils mettent en évidence, d une part, la glycoprotéine HRP-2 (histidine rich protein-2) spécifique de l espèce Plasmodium falciparum; d autre part, l isoenzyme LDH dans sa conformation pan-ldh : commune à toutes les espèces plasmodiales, ou spécifique de l espèce Plasmodium vivax(pv LDH), ou de l espèce Plasmodium falciparum (Pf LDH). Le principe des TDR est l immunochromatographie sur membrane. Ils se présentent sous forme de petit boîtier type «savonnette». Le sang total, recueilli la plupart du temps au niveau de la pulpe du doigt est déposé à l une des extrémités d une membrane de nitrocellulose. Si l antigène recherché est présent, il se lie avec des anticorps monoclonaux spécifiques (Ac anti-hrp-2, Ac anti-pan LDH, Ac anti- Pf LDH, Ac anti-pv LDH) d origine animale et préalablement déposés sur la membrane. Ces anticorps sont marqués d un chromogène, le plus souvent à l or colloïdal. L addition d un tampon de lyse permet aux complexes antigènes anticorps de migrer par capillarité. Ils sont arrêtés par d autres anticorps fixés à la membrane, dirigés contre le même antigène. Il se forme alors un sandwich : un résultat positif se traduit par l apparition d une bande colorée. L excès d anticorps d origine animale va continuer à migrer et sera arrêté plus en aval par un anticorps anti-anticorps animal fixé à la membrane, une nouvelle ligne colorée valide ainsi le bon fonctionnement du test et sert de contrôle interne. 138 j. maslin

3 Il peut exister plusieurs anticorps reconnaissant plusieurs antigènes et permettant la mise en évidence de plusieurs épitopes parasitaires. Tests commerciaux disponibles. Actuellement huit principaux tests immunochromatographiques sont disponibles. Il s agit de Core Malaria, Palutop+4, Now ICT Malaria, ICT Malaria, Palutop, Kat-Quick Malaria, OptiMAL Pf 1, OptiMAL Pf 2 (tab. I). Ces tests rapides peuvent être classés en de Plasmodium falciparum exposée à la surface du globule rouge parasité et, en même temps, sécrétée par les formes sexués et les jeunes gamétocytes au cours du cycle érythrocytaire avec un pic au moment de la rupture des schizontes. Il existe une circulation prolongée d HRP-2 détectable une quinzaine de jours après la disparition du parasite du sang. Cette persistance autorise un diagnostic rétrospectif mais ne permet donc pas de juger de l efficacité d un traitement. À l inverse, les LDH sont produites exclusivement Tableau I. Caractéristiques des tests de diagnostic rapide du paludisme. Nom du test Core Malaria Palutop+4 Now ICT Malaria ICT Malaria Palutop Kat-Quick Malaria Fabriquant Core diagnostics All diag Fumouze Fumouze All diag AES OptiMAL Pf 1 OptiMAL Pf 2 Diagnostics laboratories Diagnostics laboratories Antigène HRP Pan-LDH Pf-LDH + + Pv-LDH+ + + Température de Conservation ( C) Durée de réalisation +2 ; ; ; ; ; ; ; min 15 min 20 min 5 min 15 min 15 min 20 min 20 min fonction du nombre d antigènes détectés, de leur temps de réalisation ou de leur intervalle de température de conservation (2). La plupart, à l exception de la série OptiMAL permettent la mise en évidence de l HRP-2 ; certains dont le Core Malaria autorisent la mise en évidence précise d une autre espèce (Plasmodium vivax) en plus de la mise en évidence «générique» d un plasmodium. La sensibilité et la spécificité revendiquées par les constructeurs de ces tests sont comparables (3). D une manière générale, la sensibilité des tests peut être prise en défaut lors de parasitémies basses (inférieures au seuil de détection) et des absences de bandes Pan-LDH ont été observées dans certaines infections à Plasmodium ovale (4). Test disponible dans les unités : core malaria pan/pv/pf. Principe du test. Il s agit d un test qualitatif utilisant du sang total et détectant la protéine «histidine rich protein-2» de Plasmodium falciparum (Pf HRP-2), l isoenzyme LDH spécifique de Plasmodium vivax et l isoforme LDH commune aux quatre espèces de Plasmodiumpathogènes. Il permet donc le diagnostic de paludisme et la différenciation d espèce entre falciparum, vivax et ovale/ malariae. La protéine HRP-2 est une protéine spécifique pendant le stade érythrocytaire du parasite et ne persistent pas après disparition du parasite, rendant possible un «suivi» de l efficacité du traitement (tab. II). Limites du test. Faux négatifs (tab. III). La limite de détection, qui est commune à l ensemble des TDR, est de l ordre de 100 parasites par μl soit Tableau II. Interprétation des résultats du test Core Malaria Pan/Pv/Pf. Contrôle Pan (Pan LDH) Pv (pldh P.vivax) Pf (HRP2) P falciparum Interprétation Absence de parasite Présence de P.falciparum Présence de P.vivax Infection mixte P.falciparum / P.vivax Infection P.ovale ou P.vivax Traitement en cours d une infection à P.falciparum test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance 139

4 Tableau III. Synthèse des principaux risques de faux négatifs et faux positifs lors de l interprétation des résultats des tests de diagnostic rapide. Risques de faux négatifs Faible parasitémie : seuil HRP2 = 100 hp* / μl seuil pldh = 100 à 500 hp / μl Présence d anticorps anti HRP2 (rare) Mutation du gène codant l HRP2 (rare) Mauvaise conservation ou kit périmé Phénomène de prozone** à très forte parasitémie Risques de faux positifs Lecture trop tardive après le dépôt des réactifs Présence d auto anticorps ou facteurs rhumatoïdes Remplacement du tampon de lyse par une autre solution * HP : hématies parasitées. ** : phénomène observé en cas de trop forte concentration antigénique aboutissant à une saturation de la réaction. 0,002 % d hématies infectées, ce qui est comparable à la sensibilité de la lecture du frottis par un biologiste expérimenté. Une faible parasitémie risque donc de conduire à un résultat faux négatif. Le recours à une méthode de concentration est, dans ce cas, indispensable. Suivant les études, la sensibilité est comprise entre 88 % et 95 %, elle n est donc jamais de 100 %, et il faut garder à l esprit qu elle est classiquement bien moindre pour P. ovale (3). Faux positifs (tab. III). La présence d anticorps anti-anticorps d origine animale, ou de facteur rhumatoïde à des taux élevés peut être à l origine de faux positifs (5, 6). Une lecture trop tardive peut également conduire à l apparition d un signal positif (7). Dans notre observation, nous décrivons une nouvelle cause de faux positif, liée à l utilisation de l eau PPI à la place du tampon de migration-lyse. Les TDR réalisés à l unité n ayant pu être contrôlés et pour confirmer le rôle de l eau PPI dans ces faux positifs, nous avons effectué au Laboratoire de biologie clinique du GMC Bouffard des tests de diagnostic rapide à partir de sang de patients asymptomatiques, non exposés au risque paludique et dont les résultats des QBC tests réalisés à titre systématique étaient négatifs. Dix tests ont été réalisés en double avec utilisation de l eau PPI, dans un cas et de tampon du kit dans l autre cas. Les tests faits avec de l eau PPI étaient tous positifs et ceux faits avec du solvant étaient tous négatifs (fig. 1). La recherche du mécanisme de cette réaction auprès du fabriquant du kit, s est soldée par une fin de non-recevoir: le kit devant être utilisé dans le strict respect de sa notice. Il s avère que le tampon de migration n est pas un élément neutre de la réaction antigène-anticorps qui se produit au cours de la migration de l échantillon sur la bandelette de nitrocellulose. Il possède en particulier un ph constant optimisé pour la réaction, ce qui n est pas le cas de l eau PPI dont le ph peut même être acide. Un deuxième élément est la composition du tampon : celui-ci contient des éléments détergents et saturants. Ces molécules permettent d éviter les interactions non spécifiques qui peuvent se produire entre toutes les protéines et donc entre les anticorps fixés et les molécules migrants sur la bandelette (notamment les anticorps marqués et les protéines contenues dans le prélèvement). Conclusion. Les TDR sont adaptés au contexte d urgence, en zone d endémie, dans des conditions précaires. Leur utilisation, si elle est simple, doit être confiée à des professionnels de santé formés, connaissant les règles d interprétation, d emploi, et les limites des tests. La connaissance des faux négatifs est classique, celle des faux positifs est plus rare. Figure 1. Résultats de patients non impaludés (eau PPI versus tampon fabriquant). Tests réalisés sur les mêmes échantillons avec de l eau PPI (a) et avec le tampon adéquat (b). Les tests réalisés en eau PPI sont tous positifs (a), les tests réalisés avec le tampon sont tous négatifs (b). Dans les deux cas, les tests sont validés par la ligne de contrôle C. (Pour une lecture plus aisée seuls 4 résultats sur 10 sont montrés). 140 j. maslin

5 Nous rappelons, à l appui de cette observation, que la validation de ces tests n est valable que dans la mesure où ils sont conservés et utilisés en stricte conformité avec les indications du fabriquant. Toute dérive dans leur emploi doit être immédiatement rectifiée. Dans tous les cas, ces tests ne dispensent pas de réaliser un examen du frottis sanguin par un biologiste qui permet seul de confirmer la présence de Plasmodium, d en préciser l espèce en cause et d établir la parasitémie en cas de P. falciparum. D une manière générale ces tests doivent être inclus dans un algorithme décisionnel et ne pas être employés seuls (8, 9). Il est par ailleurs souhaitable, au moindre doute, d adresser les lames à un laboratoire de parasitologie de référence pour obtenir un avis d expert. Ces rappels nous paraissent importants si l on considère l apport des TDR à la fois comme aide au diagnostic, mais également comme preuve parasitologique pour la surveillance épidémiologique du paludisme au même titre que le frottis sanguin, la goutte épaisse, ou le test de concentration à l acridine orange. En effet leur utilisation non conforme peut avoir des conséquences multiples: diagnostiques, économiques, opérationnelles (indisponibilité du militaire) et épidémiologiques (déclarations erronées). RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. A Moody. Rapid Diagostic Tests For Malaria Parasites. Clinical Microbiology Reviews : Chakour M, Koeck JL, Maslin J, Nicand E, Chadli M, Nizou JYet al. Diagnostic biologique rapide en contexte épidémique : états des lieux, perspectives. Médecine et Maladies Infectieuses 2003 ; 33 : Hance P, Garnotel E, De Pina JJ, Vedy S, Ragot C, Chadli M et al. Tests immunochromatographiques rapides de détection du paludisme, principes et stratégies d utilisation. Médecine tropicale 2005; 65: Moody A, Hunt-Cooke A, Gabbette E, Chiodini P. Performance of the Optimal malaria antigen capture dipstick for malaria diagnosis and treatment monitoring at the Hospital for Tropical disease, London. British Journal of Haematology 2000 ; 109 : Grobusch M, Alpermann U, Schwenke S et coll. False positive rapid tests for malaria in patients with rheumatoid factor. Lancet 1999 ; 353 : Bartoloni A, Sabatinelli G, Benucci M. Performance of two rapid tests for Plasmodium falciparum malaria in patients with rheumatoid factors. New England Journal of Medicine 1997 ; 22 : XIII e conference de consensus : paludisme à Plasmodium falciparum. Actualisation documents/consensus/2007-paludisme-court.pdf. 8. Wongsrichanalai C, Barcus M-J, Muth S, Sutamihardja A, Wernsdorfer W-H. A review of malaria diagnostic tools : microscopy and rapid diagnostic test (RDT). American Journal of Tropical Medicine and Hygiene 2007 ; 77 : Delaunay P, Estran-Pomares C, Marty P. Diagnostic du paludisme : frottis sanguin, goutte épaisse et tests antigéniques. Médecine et Maladies Infectieuses 2008 ; 38 : S121-S123. test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance 141

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Présentation du test Formation TROD SFLS Akli BOUAZIZ 15/12/2011 PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Point Contrôle (Protéine A) Membrane Nitrocellulose Absorbant Point Test (gp36/ gp41) N 134 Onglet d

Plus en détail

Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte

Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte 1 S. Larréché, 2 C. Rapp, 1 H. Delacour, 1 F. Janvier, 2 C. Ficko, 1 J.E. Pilo, 1 A. Mérens

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette

Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette! A. Paugam* RÉSUMÉ. Depuis quelques années, de nouveaux tests diagnostiques du paludisme sont disponibles. Ils reposent

Plus en détail

Documentation. Sommaire

Documentation. Sommaire COMPTE RENDU : n 162 EEQ : Test Rapide Paludisme Centre Toulousain pour le Contrôle de qualité en Biologie clinique Date d édition : 26/10/2016 Association déclarée à la Préfecture de la Haute-Garonne

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Diagnostic biologique du paludisme

Diagnostic biologique du paludisme COURS DE COLLEGE DES MALADIES INFECTIEUSES MICROBIOLOGIE PARASITOLOGIE Diagnostic biologique du paludisme 01 Mars 2012 Faculté de Médecine de Sousse Principes des techniques utilisées dans le diagnostic

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence

Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Paludisme 250 millions d épisodes aigus par an 800

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

sporozoïtes Oocystes* Schizontes* ookinètes mérozoites zygotes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours)

sporozoïtes Oocystes* Schizontes* ookinètes mérozoites zygotes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours) 500 Nombre de cas de paludisme diagnostiqué en Belgique LA MALARIA : Nombre de cas 400 300 200 100 0 Méthodes diagnostiques 1984 1986 1988 1990 1992 1994 Année 1996 1998 2000 2002 LA MALARIA fr 2006 ver

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Rôle dans le système de gestion de la qualité Gérer les problèmes, ou traiter les erreurs est important pour que le laboratoire offre un

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 II.1 Dans le monde II.2 Au Maroc

Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 II.1 Dans le monde II.2 Au Maroc Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 I. INTRODUCTION... 3 II. EPIDEMIOLOGIE... 5 II.1 Dans le monde... 5 II.2 Au Maroc... 6 III. DIAGNOSTIC MORPHOLOGIQUE DES PARASITES... 12 IV. DONNEES DIAGNOSTIQUES

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

LE PALUDISME. Epidémiologie : La répartition mondiale varie en fonction du parasite.

LE PALUDISME. Epidémiologie : La répartition mondiale varie en fonction du parasite. LE PALUDISME Généralités : Le paludisme ou malaria est la parasitose la plus létale (1-3 millions de décès par an!!) L homme est à la fois HI et HD Les horaires de piqûres se situent essentiellement entre

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Paludisme d importation à la Réunion 2003-2007

Paludisme d importation à la Réunion 2003-2007 Paludisme d importation à la Réunion 2003-2007 Eric D Ortenzio 1, Jean Sébastien Dehecq 2, Philippe Renault 1, Christian Lassalle 2, Vincent Pierre 1, Daouda Sissoko 1 1 Cire Réunion Mayotte - Institut

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement GenoLyse VER 1.0 Notice d'utilisation IFU-51610-09 pour usage diagnostique in vitro uniquement 10/2012 GenoLyse Kit d Extraction d ADN Bactérien Veuillez lire attentivement la notice d utilisation dans

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

INFECTIONS CHEZ LES VOYAGEURS

INFECTIONS CHEZ LES VOYAGEURS INFECTIONS CHEZ LES VOYAGEURS Vignettes 1. Damien 18 ans «babacool» le fils d une de vos patiente, vient vous voir en consultation car il part 1 an en Asie avec son sac à dos. 2. Un jeune couple vient

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

Gale Retour d expérience. UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013

Gale Retour d expérience. UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013 Gale Retour d expérience UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013 Un service Service de médecine spécialisée rhumatologie 27 lits, 7 chambres doubles Personnel médical, paramédical, kinésithérapeute,

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Vos défis sont aussi les nôtres. à la source de la santé, la pertinence du diagnostic

Vos défis sont aussi les nôtres. à la source de la santé, la pertinence du diagnostic à la source de la santé, la pertinence du diagnostic Vos défis sont aussi les nôtres Les enjeux de la microbiologie Les dépenses liées aux traitements anti-infectieux représentent très souvent le plus

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Flashkit Microcystines

Flashkit Microcystines Outil de détection d des Microcystines Aurélie SEIGNARD Mars 2009 Plan 1. Présentation de la société Agdia-Biofords 2. Principe d un kit de diagnostic sous forme de bandelette 3. Le Flashkit Microcystines

Plus en détail

Le Paludisme en Guyane et l axe francophone Guyane Antilles Haïti

Le Paludisme en Guyane et l axe francophone Guyane Antilles Haïti Le Paludisme en Guyane et l axe francophone Guyane Antilles Haïti Pr. Bernard Carme Chef du Service de Parasitologie et Mycologie (Equipe EA 3593) Centre Hospitalier de Cayenne et Faculté de Médecine des

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP Préambule important aux industriels: ne pas déposer de dossier directement auprès

Plus en détail

Orientations diagnostiques chez le voyageur au retour dʼun pays exotique. G.E. Piérard (1)

Orientations diagnostiques chez le voyageur au retour dʼun pays exotique. G.E. Piérard (1) Orientations diagnostiques chez le voyageur au retour dʼun pays exotique. 1.- G.E. Piérard (1) (1) Chargé de Cours, Chef de Service, Université de Liège, service de Dermatopathologie Les demandes de tiré

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin Dr Gazin P UR3P

Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin Dr Gazin P UR3P Relations hôtes parasites Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin P 1 Paludisme Un mort toutes les 30 secondes En France 5 à 6000 cas /an P. falciparum : 84% Accès graves : 3 à 6%

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Compte rendu PRI EMS OI 2014

Compte rendu PRI EMS OI 2014 Compte rendu PRI EMS OI 2014 Rédacteur(s) : MLC/LL/MA/JBV Objet : Lieu : ½ Journée de formation continue Le Nautile - La Saline les Bains Accueil L ouverture de cette journée a été faite par la responsable

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

Dossier de presse. Mise en place d un dispositif régional de garde pour la prise en charge de la bronchiolite

Dossier de presse. Mise en place d un dispositif régional de garde pour la prise en charge de la bronchiolite Jeudi 11 décembre 2014 Dossier de presse Mise en place d un dispositif régional de garde pour la prise en charge de la bronchiolite Contacts Presse : Olivier BONNET - Président URPS - 06 08 53 79 33 Aurélie

Plus en détail

VIKIA HIV 1/2. Formation SFLS RENNES 22 juin 2012

VIKIA HIV 1/2. Formation SFLS RENNES 22 juin 2012 VIKIA HIV 1/2 Test Rapide d Orientation Diagnostique (TROD) pour la détection des anticorps anti VIH-1 et 2 à partir de sérum, plasma ou sang total Formation SFLS RENNES 22 juin 2012 VIKIA HIV 1/2 (25

Plus en détail

Ardon, le 16 décembre 2013.

Ardon, le 16 décembre 2013. URGENT: Référence: RAPPEL VOLONTAIRE DE PRODUITS MCV-2013-121 Ardon, le 16 décembre 2013. Lettre recommandée avec accusé de réception. DESTINATAIRES : DISPOSITIF MEDICAL CONCERNE : Correspondant Local

Plus en détail

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique.

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Y. Hansmann, S. Sferrazza, N. Lefebvre, P. Zachary, S. De Martino, B. Jaulhac, D. Christmann Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option)

La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option) La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option) Son but est de vous permettre d approfondir des notions qui vous intéressent soit de manière générale, soit en prévision d une orientation

Plus en détail

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge Paludisme 2005 Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge NH.Tuan IFMT Séminaire du paludisme Déc. 2005 1 Laos National Policy for Malaria Diagnosis and Treatment 1. Use Guidelines for diagnosis

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

ACTUALITES DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DU PALUDISME. Résumé : diagnostic rapide, PCR. Abstract: Rapid diagnosic test, PCR.

ACTUALITES DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DU PALUDISME. Résumé : diagnostic rapide, PCR. Abstract: Rapid diagnosic test, PCR. R EVUE G ENERALE ACTUALITES DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DU PALUDISME CURRENT BIOLOGICAL DIAGNOSIS OF MALARIA E Siala, R Ben Abdallah, A Bouratbine K Aoun. Laboratoire de Parasitologie clinique, Institut Pasteur

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Gestion de crise en Pharmacovigilance

Gestion de crise en Pharmacovigilance Cours DIU FIEC 16 octobre 2008 Véronique LAMARQUE PFIZER Senior Directeur Évaluation de Santé, Sécurité et Gestion de Risque Une définition... parmi d autres Une crise est un événement qui survient quand

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005)

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Pré-Requis : Anatomie faciale Principes de traitement des plaies Principes d'antibiothérapie

Plus en détail

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux INTRODUCTION-CANCER DU COL Ces vingt dernières années, le CANCER

Plus en détail

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes ARLIN Rhône-Alpes Relais de proximité du CCLIN Sud-Est ARLIN Rhône-Alpes Missions définies par Arrêté en

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Carge virale du VHB : ADN-VHB ADN-VHB 11CHB1 Mars 2011 Edition : Septembre 2011 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285 Saint

Plus en détail