BIOCHIMIE DU SANG. Pathologie. Porphyries

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIOCHIMIE DU SANG. Pathologie. Porphyries"

Transcription

1 BIOCHIMIE DU SANG 1. Métabolisme de l erythrocyte 2. Production et élimination d éléments cellulaires: synthèse de hème: pathologies 3. Metabolisme et Transport du Fe 4. Composants du Plasma (structure & fonction) Porphyries Déficience aquise ou hereditaire de la synthèse du heme - accumulation et excretion augmentée des précurseurs metaboliques (each unique) - toutes les porphyries sont autosomales dominantes, sauf les porphyries congenitales erythropoietiques (recessives) origines: hepatique (=aïgue ou chronique) ou erythropoietique Certains intermédiaires tetrapyrrole sont photosensibles - formation de radicaux superoxide - croutes sur la peau, prurites - peau peut s assombrir, pilosité - hypertrichosis Pathologie - glycine ALAsynthetase ALAdeshydrase PBGdesaminase UROgene III synthetase UROgene decarboxylase COPROgene oxydase PROTOgene oxydase Ferrochélatase Fer 2+ Succinyl CoA ALA Porphyrie de Doss PDG Porphyrie aigue NV Intermittent (PAI) UROgène I Maladie de Günther UROgène III Porphyrie cutanée C Tardive (PCT) COPROgène Coproporphyrie NV+C PROTOgène Porphyrie variégata NV+C PROTOine Protoporphyrie HEME Utilisé par Cytochrome P450 1

2 Mitochondria PORPHYRIAS GLYCINE + SuccinylCoA ALA synthase 3p21/Xp11.21 δ-aminolevulinic acid(ala) ALA dehydratase 9q34 Porphobilinogen(PBG) PBG deaminase 11q23 hydroxymethylbilane Uroporphyrinogen III cosynthase 10q26 uroporphyrinogen III Uroporphyrinogen decarboxylase 1q34 coprophyrinogene III Coproporphyrinogen oxidase 9 Protoporphyrinogene IX Protoporphyrinogen protoporphyrin IX oxidase 1q14 Ferrochelatase Heme 18q21.3 ALA-dehydratase Deficiency porphyria Acute intermittent porphyria Congenital erythropoietic porphyria Prophyria cutanea tarda Herediatary coproporphyria Variegate porphyria Agent Orange Erythropoietic protoporphyria Chr9q PA : diagnostic génétique Recherche chez le cas index Porphyrie aigue intermittente Porphyrie de Doss (AR) Chr 11q * Population blanche d'afrique du sud Chr3q Enquête familiale Arbre généalogique Dépistage des sujets porteurs Diagnostic prénatal Copropophyrie héréditaire Porphyrie variegata* Chr1q porphyria cutanea tarda - porphyrie chronique - foie et tissus erythroides - deficience en uroporphyrinogène décarboxylase - souvent pas de symptomes avant ans expression clinique determinée par plusieurs facteurs: - surcharge en Fe hepatique - exposition au soleil - hepatitis B ou C - HIV symptomes comprennent: - boursouflures et eruptions cutanées - urine rouge-brun en lumière naturelle, ou rose-rouge en UV 2

3 Acute hepatic porphyrias - porphyrie aigue intermittente (hydroxymethylbilane synthase) - coproporphyrie héréditaire (coprophyrinogen oxidase) - variagate porphyrie (protoporphyrinogen oxidase) -symptomes similires - attaques aïgues et douleureuses de nature gastrointestinales, neurologiques/psychologiques, cardiovasculaires -souvent augmentée - par médicaments, barbituriques, infections, jeûnes, alcool - activateurs du système p450 - utilise le heme, - augmente ALA synthase, augmente les métabolites pathologiques erythropoietic porphyrias - porphyrie congenitale erythropoietique (uroporphyrinogen III synthase) - protoporphyrie erythropoietique (ferrochelatase) symptomes : - boursouflures et eruptions cutanées dans l enfance - cirrhose hépatique cholestatique et déficit hépatique progressif Traitement -soutien medical contre la douleur et vomissements - hemine: diminue synthèse de ALA synthase - éviter la lumière du soleil et certains médicaments, drogues, etc., Roi George III - Mad King George The Madness of Inbreeding Crises aigues de douleurs abdominales et confusion mentale - sans doute porphyrie - avec complications en raison de tous les médicaments que les médecins lui administraient vampires et loups-garous? - on pense que ce sont des porphyries mal interprétées au moyen-age - photosensibilité, sang rouge (aussi dents) hypertrichosis George III : fortes douleurs abdominales, confusion mentale, urine sombre. 3

4 Porphyries acquises - hexochlorobenzene comme fongicide en Turquie en 1950s - des milliers d enfants ont mangé du pain de blé traité - ont développé une porphyria cutanea tarda due à l inhibition de la uroporphyrinogène décarboxylase -due à une hypertrichosis - monkey children Porphyries acquises Empoisonnement au plomb - inhibition de ferrochelatase, ALA dehydratase - désplace le Zn +2 sur le site actif de l enzyme enfants - troubles du development - baisse de IQ - hyperactivité - insomnie - nombreux autres problèmes de santé adultes - fortes douleurs abdominales - confusion mentale - nombreux autres symptomes HCI = heme controlled inhibitor Heme stimulates hemoglobin synthesis in reticulocytes Reduced initiation of translation 4

5 Dans Erythrocyte, la synthèse de heme est regulatée au niveau des enzymes ferrochelatase* and porphobilinogen deaminase** TOXICITE au Plomb * ** Symptomes Irritibilité Lethargie insommnie maux de tête faible appetit douleurs abdominales (+ vomissements) Constipation Pathophysoiologie le Pb se lie sur de nombreux groupes sulfhydryl Inhibe de multiples reactions enzymatiques, en particulier celles de la biosynthesis du heme (PBG synthase & ferrochelatase) principal symptome d intoxication au Pb: élévation de 5-ALA sans augmentation concomitante de PBG BIOCHIMIE DU SANG 1. Métabolisme de l erythrocyte 2. Production et élimination d éléments cellulaires 3. Metabolisme et Transport du Fe 4. Composants du Plasma (structure & fonction): bilirubine - dégradation du hème 5

6 Extravascular Haemolysis Voies extravasculaires de Destruction de Globules Rouges (foie, moelle, & rate) Phagocytose & Lyse Hemoglobin Globine Heme Bilirubin Amino acides Fe 2+ pool d Amino acide Recycled Excreted Caractéristiques de l hemolyse intravasculaire : Haemoglobinemie (haptoglobine et haemopexine épuisés). Methemoglobinemie Hemoglobinurie. Hemosiderinurie. Caractéristiques d une dégradation accrue d erythrocytes : bilirubinemie non-conjuguée. Urobilinogenurie Haptoglobine diminuée Durée de vie GR 120 jours L HEMOLYSE PHYSIOLOGIQUE causes principales de la mort : diminution des activités enzymatiques provoquant ralentissement de la glycolyse et déficit en ATP, et diminution de la plasticité, incapacité à lutter contre l oxydation, et l hyper-hydratation Hémolyse extravasculaire = 90% capture des hématies âgées par Macrophages lieux: moelle osseuse, foie, rate marqueur hyper-hémolyse: augmentation de la Bilirubine non conjuguée (N < 10 mg/l) Hémolyse intravasculaire = 10% marqueur hyper-hémolyse: diminution de l Haptoglobine (N= 0,5-2,5 g/l) Autre marqueur : diminution de l Hémopexine (N=0,5-1,15 g/l) 6

7 Hémolyse physiologique BLOOD CELLS Hemoglobin Heme Globin O 2 CO Biliverdin IXα Heme oxygenase NADPH Biliverdin reductase Stercobilin excreted in feces Urobilinogen formed by bacteria INTESTINE reabsorbed into blood via bile duct to intestines Bilirubin diglucuronide (water-soluble) Urobilin excreted in urine KIDNEY NADP + Bilirubin (water-insoluble) via blood to the liver 2 UDP-glucuronic acid Bilirubin (water-insoluble) Catabolism of hemoglobin LIVER Terminologie Bilirubine libre ou non conjuguée = bilirubine indirecte= bilirubine liée et non liée Bilirubine conjuguée= bilirubine directe Bilirubine intra-erythrocytaire = bilirubine contenue dans le GR, elle explore la liaison albumine bilirubine en évaluant l affinité cellulaire pour la bilirubine, c est un reflet de la bilirubine non-liée (BNL, fraction neurotoxique de la bilirubine) Heme Degradation HEME NADPH Fe +3 BILIVERDINE NADPH NADP + BILIRUBINE BILIRUBINE diglucuronide Catabolisme du Heme O 2 (ouvre le noyau porphyrin) NADP + BILE 7

8 Traitement de Hemoglobin libre (Intravasculaire) Dégradation du hème Buts: 1. Scavenge iron 2. Empêcher des pertes majeures de Fe 3. Complexer le heme libre (très toxique) Haptoglobine : le complex hemoglobin-haptoglobin est rapidement métabolisé par le foie et la rate, formant un complexe Fe-globiune et bilirubine. Empêche une perte de Fe dans l urine. Hemopexine: lie heme libre. Le complexe heme-hemopexin est capté par le foie et le Fe est stoqué par la ferritine Methemalbumine: complexe le heme oxidé et albumin. Dégradation du Hème L essentiel du hème est d origine erythrocytaire (85%) - le rest provient de turnover de cytochromes, p450s, erythrocytes immature GR dure 120 jours, degradé par système reticuloendothelial (RE) Formation de Bilirubine RE : heme oxygenase microsomale - requiert NAPDH, O2 - hydroxyle le pont methenyl - Fe +2 oxidé en Fe +3-2ème reaction clive le noyau - CO libéré avec Fe +3 produit biliverdin = pigment vert réduit en bilirubine (rouge-orange) = pigments de bile Dégradation du Heme Capture de bilirubine par le foie hydrophobe - transporté par l albumine - des médicaments anioniques peuvent displacer la bilirubin, dommages du SNC chez le nourisson (salicylates) lie des protéines intracellulaires dans le foie - ligandin formation de bilirubine diglucuronide conjugation de 2 molecules de glucuronate - augmente solubilité - bilirubin glucuronyltransferase - l acide UDP-glucuronique est le doneur - la bilirubine conjuguée lie aussi l albumine, mais très faiblement 8

9 Degradation du Heme excretion de bilirubine dans la bile transport actif dans la bile -requiert de l energie - susceptible de troubles hépatiques - bilirubine non-conjuguée n est pas excretée formation d urobiline dans l intestin - bilrubine diglucuronide est hydrolysée et reduite par bacteries en urobilinogène - urobilinogene oxidée par bacteries en stercobiline - couleur brune des matières fecales - urobilinogène est en partie reabsorbée dans le sang - cycle enterohépatique de l urobilinogène (capté par le foie et re-excreté dans la bile) - urobilnogène: dans le rein - convertie en urobiline (jaune) ceci donne à l urine sa couleur caractéristique Terminologie Bilirubine libre ou non conjuguée = bilirubine indirecte= bilirubine liée et non liée Bilirubine conjuguée= bilirubine directe Bilirubine intra-erythrocytaire = bilirubine contenue dans le GR, elle explore la liaison albumine bilirubine en évaluant l affinité cellulaire pour la bilirubine, c est un reflet de la BNL ( fraction neurotoxique de la bilirubine) 9

10 Jaunissee (icterus) hyperbilirubinemie - provoque coloration jaune de la peau, ongles et sclerose HYPER-BILIRUBINEMIES concentrations plasmatiques augmentées de bilirubine (> 3 mg/dl) lorsqu il y a déséqulilbre entre production et excretion Cliniquement reconnu comme jaunisse - pas une maladie, mais un symptome de troubles sous-jacents Jaunisse Pré-hépatique (hemolytique) production excessive de bilirubine (supérieure aux capacités de conjuguaison du foie) suite à hémolyse Lyse excessive d érythrocytes souvent dûe à une maladie autoimmune; maladie hemolytique du nouveua-né (incompatibilité Rh- ou ABO-); érythrocytes structurallement anormaaux (Sickle cell disease); ou dégradation extravasculaire concentrations plasmatiques élevées de bilirubins non-conjuguée (concentration normale ~0.5 mg/dl) Jaunisse intra-hépatique Trouble de capture, conjugation, ou secretion ou bilirubine Reflète une dysfonction generalisée du foie (hepatocyte) Dans ce cas, hyperbilirubinemie est normallement accompagnée par d autres troubles des marqueurs biochemiques de la fonction hépatique 10

11 Jaunisse post-hepatique obstruction des voies biliaires Diagnostique de Jaunissee bilirubine plasmatique est conjuguée, les autres metabolites biliaires, p.ex. acides biliaires s accumulent dans le plasma Caracterisée par couleur pâle des selles (absence de bilirubine ou urobiline fécale), et urine sombre (bilirubine conjuguée élevée) En cas de complète obstruction, urobiline absente de l urine Causes de Hyper-bilirubinemie Types de Jaunisses jaunisse hemolytique - le foie peut traiter 3000 mg bilirubine/jour - normalement hemolyse massive produit davantage que ce qui peut être transformé - ne peut être conjugué - excrétion augmentée de bilirubine dans la bile, urobilinogene augmentée dans sang, urine - davantage de bilirubine non-conjuguée dans le sang = jaundice jaunisse obstructive - obstruction des voies biliaires - tumeur ou calculs biliaires - douleurs gastrointestinales - nausées - selles pâles - peut entraîner troubles hépatiques - bilirubine non-conjuguée plus élevée 11

12 Types de Jaunisses Jaunisse hepatocellulaire - endommagement du foie (cirrhose ou hepatite) provoque une élévation de bilirubine dans le sang, suite à manque de conjuguaison - bilirubine conjuguée n est pas exportée dans la bile donc diffuse dans le sang - urobilinogene augmentée dans circulation enterohépatique - => urine sombre, selles claires - ASAT & ALAT elevatées - nausées et anorexie Jaunisse du nouveau-né Les prematurés accumulent souvent de la bilirubine Cause: expression tardive de bilirubine glucuronyl-transferase - expression maximum (niveau adulte) à ~ 4 semaines - bilirubine en exces peut provoquer encephalopathie toxique (kernicterus) - traitement. lumière fluorescente bleue - convertit la bilirubine en composé plus polaire - sera excreté dans la bile sans conjugation - syndrome de Crigler-Najjar: deficience de bilirubine glucuronyltransferase Exemples d hyperbilirubinemies Anémie hémolytique Hepatite Calcul biliaire Troubles génétiques du Metabolisme de Bilirubine excess hemolysis Condition syndrome Crigler-Najjar syndrome Gilberts syndrome Dubin-Johnson Déficience Forte déficience en UDP-glucuronyltransferase activité réduite de UDP-glucuronyltransferase transport anormal de bilirubine conjuguée dans le systeme biliaire Bilirubine Bilirubine nonconjuguée Bilirubine nonconjuguée bilirubine conjuguée Tableau clinique Profonde jaunisse Très faible jaunise durant maladie Jaunisse modérée bilirubine non conjuguée (dans le sang) bilirubine conjuguée (libérée dans les canalicules biliaires) bilirubine non conjuguée (dans le sang) bilirubin conjuguée (dans le sang) bilirubine non conjuguée (dans le sang) bilirubin conjuguée (dans le sang) 12

13 Hb hème Globine et fer HEPATOCYTES Cycle de la bilirubine bilirubine liée Ligandines Y & Z Ac glucuronique Glucuronyl Tase Hème oxygénase Bilirubine conjuguée bactéries Biliverdine + CO réductase albumine bilirubine Bilirubine non liée β-glucuronidase Stercobilinogène et urobilinogène Myoglobine Cytochrome catalase Terminologie Bilirubine libre ou non conjuguée = bilirubine indirecte= bilirubine liée et non liée Bilirubine conjuguée= bilirubine directe Bilirubine intra-erythrocytaire = bilirubine contenue dans le GR, elle explore la liaison albumine bilirubine en évaluant l affinité cellulaire pour la bilirubine, c est un reflet de la BNL ( fraction neurotoxique de la bilirubine) Les ictères à bilirubine libre ICTÈRE DU NOUVEAU NE Hémolytique BILIRUBINE LIBRE BILIRUBINE CONJUGUÉE Non hémolytique : ictère simple : ictère au lait de mère : maladie de Gilbert /Crigler-Najjar : Hypothyroïdie ICTERES NON HEMOLYTIQUES Corpusculaire Extra corpusculaire 1 ) anomalie de la membrane: allo-immunisation : ABO et Rh spherocytose infectieux 2 ) anomalies enzymatiques: deficit en G6PD et en PK NB la thalassémie et la drépanocytose n ont pas de révélation néonatale du fait de l importance du contingent d hémoglobine F 13

14 Ictère simple 1- hémolyse physiologique plus importante chez le NN, (masse globulaire plus élevée et durée de vie des GR plus courte. 2- augmentation du taux d hème oxygénase, ( endotoxines bactériennes, stress post hypoxique. 3- immaturité de la glucuronyl Transférase 4- flore bactérienne se fait progressivement après la naissance. 5- protéine Y & Z synthétisée en post natal. 6- medicaments qui se lient à l albumines: caféine, diazépam, furosemide, digoxine, aminosides. ictère au lait de mère Début vers J5 Secondaire à l existence dans le lait d une lipoprotéine lipase, inhibant la glycuroconjugaison par libération excessive d acide gras inhibiteurs compétitifs de la bilirubine Disparition de l ictère à J3 de sevrage, ou après chauffage du lait à 56 C En pratique «on s en fout» enfin on explique à la maman qui est inquiète Maladie de Gilbert Trouble hépatique bénin Syndrome de Gilbert transmissible dans 50% des individus concernés Déficit partiel en glucuronyl transférase Maladie autosomique dominante ictère modéré en période néonatale Faible augmentation de bilirubine non-conjuguée dûe à une baisse de la capacité du foie de conjuguer la bilirubine souvent en corrélation avec une maladie ou un jeûne plus fréquent chez Hommes que chez Femmes début des symptomes dans l adolescence, et entre ans traité par faibles doses de phenobarbital pour stimuler l activité UDP glucuronyl transferase 14

15 Syndromes de Dubin-Johnson et Rotor Trouble de secretion biliaire de bilirubine conjuguée Accompagné d hyperbilirubinemie faible Maladie de Crigler-Najjar Type 1 Déficit complet et létal de la glucuronyl transférase Autosomique récessive Notion de consanguinité Type 2 Déficit partiel en glucuronyl transférase Autosomique dominant à pénétrance variable Syndrome Crigler-Najjar Autosomal recessive très rare < 200 cases dans le monde frequence genique < 1:1000 complete absence de forte reduction de conjuguaison de bilirubine accompagné de severe hyperbilirubinemie non-conjuguée, normalement présente dès la naissance individus présentent un grand risque kernicterus Ictères hémolytiques Condition fatale si l enzyme est completement absent Treatement par phototherapie (10-12 hrs/day) et transplantation hépatique vers 5 ans 15

16 Ictère hémolytique d origine corpusculaire Anomalie constitutionnelle de la membrane des GR Anomalie enzymatique de la membrane des GR Maladie de Minkowski-Chauffard ou sphérocytose héréditaire Transmission autosomique dominante de gravité variable (pas de prédisposition de population) Grande cause d anémie constitutionnelle fréquente dans la population française Maladie de Minkowski Chauffard ou sphérocytose héréditaire Physiopathologie Anomalie protéique membranaire au niveau de la spectrine Perturbation de la fonction ATP ase, avec flux exagéré de Na ds la cellule entraînant une hyper H2O ballonnement de la Cellule sphérocyte (perte de phosphopl membranaire perte de surface microsphérocyte irréversible dense et rigide se déformant mal pour traverser les petits capillaires de la rate (cordons de Billroth) HEMOLYSE ICTERE Autres anomalies constitutionnelles de la membrane des GR Elliptocytose familiale Stomatocytose héréditaire et anomalies d échanges des cations Acanthocytose constitutionnelle 16

17 Déficit en G6PD 1OO millions de porteurs (pourtour méditerranéens, Afrique, Asie) Physiopathologie >130 mutations (g situé sur le Chr X déficit surtout chez les hommes Fonction anormales:instabilité de la molécule qui se dégrade prématurément dans le GR Enzyme déficitaire: modification du site enzymatique - l affinité pour le substrat est réduite Accumulation de peroxyde toxique que la glutathion peroxydase ne pourra éliminer Hémolyse Diagnostic: dosage enzymatique Evolution parfois mortelle Traitement: transfusion et interdire les médicaments oxydants qui augmentent les peroxydes ( APS, sulfamides, chloramphénicol, vit K) Déficit en pyruvate kinase Maladie autosomique récessive Physiopathologie Défaut de régénération de l ATP déficit de la pompe Na et anomales des échanges lipidiques hémolyse chronique avec poussées Diagnostic dosage enzymatique Traitement Transfusion Splénectomie parfois si destruction splénique Incompatibilité ABO Mère O, enfant A ou B Passage d agglutinines irrégulières anti A ou B d origine maternelle dans la circulation fœtale, acquis lors d une transfusion ou d un contact antérieur avec l antigène COMMBS direct souvent (-), présence d agglutinines anti A ou B Incompatibilité Rhésus Mère Rh (-), enfant Rh (+) Physiopathologie Passage trans-placentaire d hématies fœtales porteuse de l Ag D, chez une mère Rh (-) au cours D une grossesse antérieure secondaire à Décollement trophoblastique HRP, FCS, IVG, GEU Prélèvements ovulaires (biopsie de trophoblaste, amniocentèse, PSF) Chirurgie abdo-pelvienne Traumatisme abdominal Ictère hémolytique infectieux Agression directe de l hématie par l agent infectieux Ictère à bilirubine conjuguée Physiopathologie Cholestase= déficit de sécrétion hépatique des acides biliaires Mécanisme Obstacle intra ou extra-hépatique Clinique Selles décolorées, urines foncées, +/- HM Cholestase extra hépatique 17

18 Cholestase extra hépatique Atrésie des voies biliaires 1/ enfants Précocité du diagnostic (échographie) et chirurgie < 6 semaines ou risque d évolution vers la cirrhose (transplantation) Cholestase intra hépatique Syndrome d Alagille ou paucité ductulaire syndromatique Cholestase et syndrome polymalformatif Autosomique dominant (Chr 20) Raréfaction des voies biliaires intra hépatique 10 % évolution vers la cirrhose Infection (E.Coli) foetopathie (rubéole, CMV), postnatal ( EBV, EchoV, Coxsakiie, adenov) Métabolique tyrosinémie, galactosémie, intolérance au fructose Endocrine déficit en cortisol, Hypoplasie congénitale des surrénales) Génétiques: syndrome de Zellweger, mucoviscidose, déficit en α1 antitrypsine Autres: cholangite sclérosante, hypoxie hépatique 18

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Ictères du nouveau-né

Ictères du nouveau-né Ictères du nouveau-né 1. Introduction L ictère est le symptôme le plus fréquent observé à la période néonatale. L hyperbilirubinémie (à bilirubinémie libre) est un phénomène fréquent et transitoire de

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

FORMULE SANGUINE (1) ERYTHROPOÏESE PHOTOMETRE CHAMBRE SEDIMENTATION ANEMIE Hb < 120 g./l. Hb < 135 g./l. RETICULOCYTES 50 120.10 9 /L (G/L) REGENERATIVE RETICULOCYTES > 120 G/L HYPOREGENERATIVE RETICULOCYTES

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Dépistage drépanocytose. Édition 2009

Dépistage drépanocytose. Édition 2009 Dépistage drépanocytose Édition 2009 ÊTre hétérozygote et alors Madame, Monsieur, Comme tous les nouveau-nés, votre bébé a eu un prélèvement de sang au talon. Ce prélèvement a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES Faculté de médecine Laboratoire de biochimie EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES S.A HAMMA PLAN DU COURS I- INTRODUCTION II- BILAN LIPIDIQUE 1- Bilan lipidique systématique 2- Bilan lipidique orienté

Plus en détail

La bêta-thalassémie. La maladie. l Qu est-ce que la bêta-thalassémie? l Qui peut en être atteint? Est-elle présente partout dans le monde?

La bêta-thalassémie. La maladie. l Qu est-ce que la bêta-thalassémie? l Qui peut en être atteint? Est-elle présente partout dans le monde? La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la bêtathalassémie.

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

L alpha-thalassémie. La maladie. l Qu est-ce que l alpha-thalassémie? l Qui peut en être atteint? Est-elle présente partout dans le monde?

L alpha-thalassémie. La maladie. l Qu est-ce que l alpha-thalassémie? l Qui peut en être atteint? Est-elle présente partout dans le monde? La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur l alphathalassémie.

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MINOCIN 100 mg gélules Minocycline Veuillez lire attentivement notice avant de prendre ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Métabolisme du fer : hepcidine Fer absorbé par les entérocytes des villosités duodénales : transporteur

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Le déficit en MCAD. La maladie. Déficit en acyl-coa déshydrogénase des acides gras à chaîne moyenne MCADD. Qu est-ce que le déficit en MCAD?

Le déficit en MCAD. La maladie. Déficit en acyl-coa déshydrogénase des acides gras à chaîne moyenne MCADD. Qu est-ce que le déficit en MCAD? Le déficit en MCAD Déficit en acyl-coa déshydrogénase des acides gras à chaîne moyenne MCADD La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

METABOLISME DES LIPOPROTEINES

METABOLISME DES LIPOPROTEINES 1 Chapitre 19 Pr Claude ZINSOU METABOLISME DES LIPOPROTEINES OBJECTIFS De l enseignant Compléter les connaissances relatives au métabolisme des lipides, dans lequel nous avons insisté sur leur dégradation

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

- 1 - Travail personnel d ECG

- 1 - Travail personnel d ECG - 1 - Travail personnel d ECG SOMMAIRE Préface page 3 Introduction page 4 Développement page 5 à 13 Qu est- ce que la protoporphyrie érythropoïétique? pages 5 à 6 Comment vivre avec la PPE? Quel impact

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une mucoviscidose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a révélé que votre bébé pouvait être atteint de mucoviscidose. Le test de la sueur vient de confirmer

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Ce manuel a comme objectif de fournir des informations aux patients et ses familiers à respect du Trait Drepanocytaire.

Ce manuel a comme objectif de fournir des informations aux patients et ses familiers à respect du Trait Drepanocytaire. Ce manuel a comme objectif de fournir des informations aux patients et ses familiers à respect du Trait Drepanocytaire. Nous savons que les informations médicales sont entourés, dans la plupart des cas,

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

PROFIL PSYCHOSOMATIQUE PAR LES ONGLES

PROFIL PSYCHOSOMATIQUE PAR LES ONGLES PROFIL PSYCHOSOMATIQUE PAR LES ONGLES Les ongles, comme toutes les extrémités du corps, sont une forme d élimination de l excédent nutritionnel, plus particulièrement des minéraux, protéines et graisses.

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Traitements contre la SP Gilenya MD

Traitements contre la SP Gilenya MD 1 Série Les Essentiels de MSology Gilenya MD (fingolimod) Document élaboré par MSology avec la précieuse collaboration des infirmières consultantes suivantes spécialisées en sclérose en plaques : Trudy

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

CHOIX DES EXAMENS DU METABOLISME DU FER EN CAS DE SUSPICION DE CARENCE EN FER

CHOIX DES EXAMENS DU METABOLISME DU FER EN CAS DE SUSPICION DE CARENCE EN FER RAPPORT D EVALUATION CHOIX DES EXAMENS DU METABOLISME DU FER EN CAS DE SUSPICION DE CARENCE EN FER Mars 2011 Service évaluation des actes professionnels 2, avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Formations spécialisées Section de la formation de l'infirmier / infirmière en pédiatrie

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Les tests thyroïdiens

Les tests thyroïdiens Les tests thyroïdiens Mise à jour de juin 2007 par S. Fatio Réf: les images et les graphiques sont tirés de www.endotext.org (textbook d endocrinologie online et libre d accès) QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES RAPPEL Les lipides sont un groupe hétérogène de substances qui ont des acides gras dans leur structure ou une molécule qui

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE

TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, mai 2005 Afssaps - 143/ 147, bd Anatole France

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

INSUFFISANCE HÉPATIQUE

INSUFFISANCE HÉPATIQUE INSUFFISANCE HÉPATIQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE HÉPATIQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance hépatique ne soit approuvé

Plus en détail

Comprendre l ictère du nouveau-né

Comprendre l ictère du nouveau-né MT-3426-2007 Comprendre l ictère du nouveau-né Dräger. La technologie pour la vie. 02 LIVRET DRÄGER ICTERE Qu est-ce que l ictère? Si quelqu un dit «votre bébé a un ictère/une jaunisse», cela signifie

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4 Anémie et maladie rénale chronique Phases 1-4 Initiative de qualité en matière d issue des maladies rénales de la National Kidney Foundation Saviez-vous que l initiative de qualité en matière d issue des

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Module 2. De la conception à la naissance

Module 2. De la conception à la naissance Module 2. De la conception à la naissance ITEM 17. Principales complications de la grossesse Diagnostics différentiels d une hémorragie génitale Hématurie Rectorragie Diagnostics différentiels de l HTA

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Lipoprotéines. TG et CE. Cholestérol. Différence en densité, taille, composition lipidique et protéique, mobilité électrophorétique

Lipoprotéines. TG et CE. Cholestérol. Différence en densité, taille, composition lipidique et protéique, mobilité électrophorétique Lipoprotéine ine TG et CE Apolipoprotéines Cholestérol Assemblage non covalent de lipides et d apolipoprotéines Phospholipides Complexe sphérique Surface : Phospholipide, Apolipoprotéine, Cholestérol libre

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail