Rôle de la PTOX dans la tolérance au stress lumineux chez les plantes alpines Etude d écotypes alpins chez Arabidopsis thaliana

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rôle de la PTOX dans la tolérance au stress lumineux chez les plantes alpines Etude d écotypes alpins chez Arabidopsis thaliana"

Transcription

1 Rapport de stage 1 ère année de Master Environnement Spécialité Ecologie, Biodiversité, Evolution (EBE) Valérie GUITTET Soutenance : 7-8 juin 2010 Rôle de la PTOX dans la tolérance au stress lumineux chez les plantes alpines Etude d écotypes alpins chez Arabidopsis thaliana Laboratoire Ecologie Systématique Evolution (Université Paris-XI) Ecophysiologie Végétale Durée du stage : 15 février - 28 mars 2010 Responsable de stage : Peter Streb Année universitaire :

2 Sommaire Remerciements p3 Introduction p4 I. Matériels et méthodes p Mesure de fluorescence chlorophyllienne p a. Description de la technique de mesure de la fluorescence et des paramètres associés 1.1. b. Description du matériel utilisé 1.1. c. Description du protocole expérimental 1.2. Calcul de l ETR (electron transport rate) p Extraction de la protéine PTOX par Western Blot p13 II. Résultats p Mesure de fluorescence chlorophyllienne : calculs des qp et NPQ p a. Quenching photochimique qp 2.1. b. Quenching non-photochimique NPQ 2.2. Calcul de l ETR (electron transport rate) p Extraction de la protéine PTOX par Western Blot p21 III. Discussion p22 Conclusion p29 Bibliographie p30 Annexes p32 Abstract / Résumé p36 2

3 Remerciements Je remercie tout d abord mon responsable de stage Mr Peter Streb, pour m avoir intégré à son équipe, pour toute l aide et le temps qu il m a consacré au cours du stage. Je remercie également Constance Laureau, thésarde à l ESE, pour toutes les réponses qu elle m a apportée et sans qui je n aurai pu réaliser les Western Blots. Enfin je remercie toutes les personnes qui ont pu contribuer de près ou de loin au bon déroulement de ce stage. 3

4 Introduction Que se soit en conditions naturelles ou en culture, les plantes sont fréquemment exposées à des conditions environnementales défavorables à l origine d un stress. Le stress est communément défini comme un facteur environnemental ne permettant pas le développement optimal de la plante, comme par exemple une forte lumière (stress abiotique). Les conditions environnementales stressantes jouent un rôle majeur en déterminant comment le sol et le climat limitent la distribution des espèces. Les plantes alpines poussent à de hautes altitudes, elles sont ainsi exposées à des conditions environnementales extrêmes, notamment de fortes intensités lumineuses et des températures variables (faibles ou fortes). De plus, la saison de croissance des plantes herbacées alpines est très courte (deux ou trois mois), elles ont donc besoin d un système d assimilation du carbone très efficace (Streb et al, 1997 ; Streb et al, 2005). De nombreuses études ont montré que la photosynthèse des plantes alpines était bien adaptée à ces conditions climatiques de haute altitude : large optimum de température permettant l assimilation efficace du carbone et maintien de la photosynthèse sous de fortes radiations lumineuses. Les plantes sont acclimatées à utiliser l énergie absorbée si le flux quantique reçu est similaire à celui de leur condition de croissance. A la lumière, selon le flux quantique absorbé, la protéine D1 du photosystème II (PSII) est dégradée en permanence et resynthétisée à la même vitesse. Si la lumière reçue est trop forte, c est-à-dire si le flux quantique reçu excède la capacité photosynthétique de la plante, l inactivation peut excéder la réparation et la plante risque la photoinhibition du PSII (diminution du rendement quantique induit par la lumière). L exposition à de fortes radiations lumineuses, associée à d autres conditions de stress (une faible température par exemple), induit la formation d oxygène réactif (ROS : reactive oxygen species) à l origine du stress oxydant. L oxygène réactif est formé en permanence dans les membranes, mais en grande quantité, il peut être dangereux pour la plante. Les ROS sont généralement formés en conditions réductrices (accumulation des électrons dans la chaine de transport), par réduction de O 2 (transfert d un électron) en ion superoxyde O - - 2, à l origine de destructions membranaires. De plus, O 2 peut réagir (réaction de Haber Weiss) pour former des ions hydroxyles HO - très dangereux pour la plante (destructions cellulaires). L oxygène singulet (réaction de la chlorophylle avec l oxygène) est également très réactif. La production de ROS peut affecter la synthèse de protéines, et notamment la protéine D1 du PSII. Une faible température associée au stress oxydant ralentit les réactions enzymatiques et par conséquent le renouvellement de la protéine D1. Ainsi, les conditions défavorables de haute altitude (forte lumière, faible température) peuvent induire la photoinhibition du PSII chez des plantes non-acclimatées (Streb et al, 1997). De plus, une forte température peut altérer la fluidité des membranes thylakoïdiennes et inhiber le transport d électrons lors de la 4

5 photosynthèse (Yordanov et al, 1986 ; Schreiber & Berry, 1977). Les plantes ont développé de nombreux systèmes de protection leur permettant d éliminer cet oxygène réactif ou d empêcher sa production. L enzyme superoxyde dismutase (SOD), associée aux enzymes ascorbate peroxydase (APX) et glutathion peroxydase (GPX), est impliquée dans la détoxification des ions superoxydes - O 2 par production d H 2 O dans les chloroplastes (système antioxydant) (Foyer et al, 1994). La quantité d antioxydants dans les plantes alpines augmente avec l altitude (Wildi & Lütz, 1996). Le cycle des xanthophylles permet de dissiper l énergie en excès sous forme de chaleur (Demming- Adam & Adam, 1993). La photorespiration peut consommer jusqu à 30% des électrons résultant de la réaction primaire de la photosynthèse. Elle permet ainsi d éviter une sur-réduction de la chaine de transport photosynthétique à l origine de la production de ROS (Heber et al, 1996). La quantité de caroténoïdes dans les thylakoïdes augmente dans des plantes acclimatées, suggérant que les caroténoïdes sont impliqués dans les mécanismes de photo-protection des plantes (Tallon & Quiles, 2007). Enfin, la protéine PTOX (plastid terminal oxidase), aussi connu sous le nom d IMMUTANS, serait impliquée dans la protection des plantes contre le stress oxydant, en prévenant une surréduction du pool de plastoquinones dans les chloroplastes. Elle serait capable de transférer les électrons de la plastoquinone à l oxygène, immédiatement transformé en H 2 O dans le stroma, sans générer d espèces oxygènes réactives (Streb et al, 2005). Située du côté stroma de la membrane thylakoïdienne, elle jouerait ainsi le rôle d accepteur alternatif d électrons. Cette enzyme, associée à la NADH DH (NADH Déshydrogénase) est impliquée dans la chlororespiration (Quiles, 2006). Bennoun (1982) définit la chlororespiration comme une chaine de transport d électrons située dans la membrane du thylakoïde, en interaction avec la chaine de transport photosynthétique (circulation des électrons entre PSII et PSI) et impliquant l oxydation non-photochimique des plastoquinones. Cependant, la PTOX est une protéine mineure dans de nombreuses espèces de plantes déjà étudiées et sa capacité à consommer les électrons en excès parait être faible (Peltier & Cournac, 2002). Cette enzyme est pourtant très abondante chez Ranunculus glacialis, une plante alpine de haute altitude, dont la quantité excède celles de nombreuses autres plantes, notamment des feuilles de tomates transgéniques sur-exprimant la PTOX. De plus, la quantité de PTOX chez R. glacialis diminue fortement lors d une désacclimatation (22 C à faible lumière pendant trois semaines), suggérant qu elle tient un rôle important dans la protection contre la lumière forte. Enfin, l abondance de la PTOX chez Geum montanum, une autre plante alpine, est corrélée avec l altitude (Streb et al, 2005). La PTOX serait de ce fait une protéine importante dans l adaptation des plantes alpines aux conditions environnementales difficiles induisant un stress oxydant. Cependant, aucun test n est actuellement disponible pour quantifier le rôle de la PTOX comme accepteur alternatif d électrons. Le but du stage est de développer une méthode, basée sur la fluorescence chlorophyllienne, afin de mettre en évidence le rôle de la PTOX chez les plantes alpines. 5

6 I. Matériels et méthodes 1.1. Mesure de fluorescence chlorophyllienne 1.1. a. Description de la technique de mesure de la fluorescence et des paramètres associés L énergie lumineuse absorbée par la chlorophylle d une feuille peut être utilisée de trois façons différentes. Elle peut être utilisée pour réaliser la photosynthèse (photochimie), l énergie en excès peut être dissipée sous forme de chaleur ou réémise sous forme de lumière (fluorescence chlorophyllienne). Cependant, la quantité de lumière absorbée ré-émise sous forme de fluorescence est très faible : seulement 1 à 3% de la lumière totale absorbée. Cela représente donc un rendement de fluorescence (énergie émise par fluorescence / énergie absorbée par le PSII) très faible. Ces trois processus sont en compétition, du fait que si l efficacité de l un d eux augmente, celle des deux autres diminue. Ainsi, en mesurant le rendement de la fluorescence chlorophyllienne, on peut obtenir des informations concernant la photochimie et la libération de chaleur (Maxwell & Johnson, 2000). Figure 1 : Les trois voies d utilisation de l énergie La lumière bleue excite la chlorophylle vers un niveau énergétique S2, et la lumière rouge vers un niveau S1. Lorsqu un électron retombe du niveau S1, cela entraine une libération d énergie qui peut être utilisée par trois processus : photosynthèse, fluorescence et émission de chaleur. Technique de mesure de l émission de fluorescence de la chlorophylle d une feuille : (Cornic, 2007) Figure 2 : schéma du dispositif 6

7 Trois sources lumineuses sont produites : - une lumière modulée ou lumière analytique (lambda < 680nm) émise par une LED. Il lui correspond une fluorescence modulée qui est amplifiée. Cette lumière analytique de flux quantique constant et très faible permet de mesurer la fluorescence Fo. - une lumière actinique (lumière solaire ou toute autre source lumineuse susceptible d activer la photosynthèse) produisant une émission de fluorescence par la feuille, non amplifiée. La lumière actinique modifie l état redox de Q A (et donc l état d ouverture des centres PSII), qui résulte d une part de l afflux d électrons par les antennes (réactions amonts) et d autre part de l utilisation de ces électrons pour l assimilation du CO 2 et de l O 2, etc. (réactions avales). - une source de lumière sursaturante (flash lumineux) : environ µmol photons/m 2 /s, qui provoque la fermeture des centres PSII. Quand tous les centres sont fermés, la fluorescence est maximale (Fm). Variation de la fluorescence en fonction du temps sur une feuille intacte (Cornic, 2007) : La variabilité de la fluorescence est due principalement au PSII. En effet, au niveau du PSI, le quenching photochimique (qp) est toujours maximal. La fluorescence est donc faible et ne varie pas. La raison de cette faible fluorescence est que le PSI trouve toujours un accepteur d électrons : même si NADP + n est pas libre ou que le transport cyclique est bloqué, le PSI peut transférer les électrons à l oxygène. Au niveau du PSII, la fluorescence dépend de l état redox du pool de plastoquinones et en particulier de Q A. Elle dépend également du gradient de protons. La feuille est maintenue à l obscurité 30 minutes environ avant d être éclairée par une lumière modulée (LM) de très faible intensité. La fluorescence atteint un niveau minimal Fo (les Q A sont oxydées au maximum et tous les centres PSII sont ouverts). La feuille reçoit ensuite un flash de lumière sursaturante (LSS), qui provoque la fermeture des centres PSII (Q A réduites brutalement au maximum) qui ne peuvent plus faire de photochimie. La fluorescence atteint un niveau maximal Fm. Puis Q A donne ses électrons à Q B et l émission de fluorescence diminue (oxydation de Q A ). La lumière actinique (LA < LSS) provoque la fermeture de quelques centres PSII (réduction partielle des Q A ) ainsi qu une augmentation de l émission de fluorescence jusqu à un niveau Fp puis Fs (valeur stationnaire correspondant à la réoxydation des Q A ). En effet, la photosynthèse est induite à la lumière et donc les électrons sont consommés. Lorsqu un flash de lumière sursaturante est donnée, on atteint le niveau de fluorescence Fm (fluorescence maximale à la lumière). L augmentation de la fluorescence lors du flash est proportionnelle au nombre de Q A oxydées 7

8 pouvant être réduites. La différence entre Fm et Fm (avec Fm > Fm ) est proportionnelle à l énergie émise sous la forme de chaleur, qui dépend du gradient de protons. Lorsque la lumière actinique est éteinte, on atteint un niveau Fo. Le niveau Fo est récupéré si la feuille est maintenue à l obscurité. Le schéma ci-dessous représente les variations de fluorescence d une feuille selon les traitements lumineux décrits précédemment. Figure 3 : Variation de la fluorescence en fonction du temps sur une feuille intacte La fluorescence sera supprimée par deux phénomènes : le quenching non-photochimique (émission d énergie sous forme de chaleur) et le quenching photochimique (lié au nombre de Q A oxydées pouvant être réduites en réalisant la photosynthèse). - le quenching photochimique qp : Il correspond à une estimation de la capacité du PSII à atténuer la fluorescence en réalisant la photochimie. Cette capacité est liée à la concentration de centres ouverts susceptibles d accepter les électrons, donc liée à l état redox de Q A. Si la photosynthèse est maximale, la fluorescence ainsi que l émission de chaleur sont minimales. On appelle cette suppression quenching photochimique. Le quenching photochimique se calcule selon la formule suivante : qp = Fq / Fv Fq correspond à la différence entre Fm (fluorescence maximale d une feuille adaptée à la lumière) et F (fluorescence émise par une feuille recevant une lumière actinique). Fv correspond à la différence entre Fm et Fo (fluorescence minimale d une feuille adaptée à la lumière). - le quenching non-photochimique qn ou NPQ : NPQ estime la capacité du PSII à supprimer la fluorescence en diminuant l énergie d excitation par perte de chaleur. Tous changements dans les mesures de NPQ indiquent un changement dans l efficacité de la dissipation thermique. En général, une augmentation de NPQ est le résultat de la mise en place de mécanismes de protection de la feuille contre des dommages pouvant être induits par une forte lumière par exemple. 8

9 NPQ peut être décomposé en trois paramètres : - qe (quenching énergétique) : est associé au transport de protons vers le lumen sous lumière forte et donc régule le niveau d excitation du PSII - qi (quenching par la photoinhibition) : résulte de la photoinhibition du PSII - qt (quenching associé aux états de transition) : résulte de la phosphorylation des complexes recevant la lumière associés au PSII Généralement, sur des plantes non-stressées exposées à une lumière modérée à saturante, qe est le paramètre principal. Afin de diminuer l énergie lumineuse absorbée en excès, la plante est capable de dissiper cette énergie sous forme de chaleur. Ce mécanisme met en jeu le cycle des xanthophylles, la protéine PsbS associée au PSII ainsi qu une enzyme présente dans le lumen du thylakoïde : la violaxanthine dé-époxidase (VDE) (cf Fig. 4). Une forte intensité lumineuse induit un flux électronique important entre PSII et PSI, ce qui provoque l acidification du lumen (accumulation de protons H + transportés depuis le stroma vers le lumen par le pool de PQ). Il en résulte l activation de la VDE qui se fixe à la membrane du thylakoïde et convertit la violaxanthine en zéaxanthine, induisant la protonation de PsbS (cf Fig. 4 et 5). Ceci provoque un changement conformationnel des antennes liées au PSII, la quantité de chaleur émise par le PsbS augmente, et qe augmente. Lorsque l intensité lumineuse diminue, la déprotonation de PsbS et la reconversion de la zéaxanthine en violaxanthine provoque une diminution de qe. C est ce que l on appelle le quenching non-photochimique (la photochimie n intervient pas dans cette extinction puisque la lumière sursaturante ferme tous les centres). La diminution de Fm à la lumière (Fm < Fm) est due à l augmentation de la dissipation de chaleur. Figure 4 : organisation du PSII et son rôle dans la dissipation de l énergie en excès par émission de chaleur 9

10 Figure 5 : cycle des xanthophylles Le quenching non-photochimique se calcule de la façon suivante : NPQ = (Fm-Fm ) / Fm b. Description du matériel utilisé - Arabidopsis thaliana : un écotype contrôle Col0 et deux écotypes alpins Jo et J3E - DBMIB (2,5-dibromo-3-methyl-6-isopropyl-p-benzoquinone) et DCMU (3-(3,4- dichlorophenyl)-1,1-dimethylurea) : inhibiteurs du transport des électrons au niveau de la chaine photosynthétique (voir principe des inhibiteurs en page 12) - Mini-PAM (pulse amplitude modulated fluorometre) relié à une source lumineuse - Un enregistreur (LINSEIS) L Source lumineuse Enregistreur Mini-PAM Figure 6 : Matériel utilisé pour les mesures de fluorescence chlorophyllienne 10

11 1.1. c. Description du protocole expérimental Après acclimatation à l obscurité pendant 30 minutes, une feuille d Arabidopsis thaliana est placée sur la trajectoire du faisceau lumineux, associée à une bande de papier filtre imbibée d eau distillée pour éviter son desséchement. Figure 7 : Détails du dispositif La feuille est soumise à différentes intensités lumineuses successives (10, 50, 100, 250 µmol/m 2 /s), chacune des séries lumineuses étant séparée par une minute d obscurité. Un flash de lumière sursaturante est également programmé pour émettre toutes les 5minutes. Le mini-pam enregistre les variations de fluorescence émises par la feuille, retransmises ensuite à l enregistreur qui fournit un enregistrement papier de ces variations. A partir de cet enregistrement papier seront relevées les différentes valeurs nécessaires aux calculs du qp et du NPQ. La feuille subit ensuite un traitement au DBMIB (immersion dans une solution de DBMIB 25 µm et passage sous vide). Les séries lumineuses sont répétées de la même façon que précédemment. La feuille subit pour finir un traitement au DCMU (immersion dans une solution de DCMU 50 µm et passage sous vide, puis incubation 10 min (écotype Col0) ou 20 min (écotypes alpins Jo et J3E)) et les mêmes séries lumineuses sont répétées. L objectif étant de montrer l activité de la protéine PTOX dans des feuilles d A. thaliana, les différentes intensités lumineuses ainsi que les concentrations en inhibiteurs ont été choisi de façon à ne pas entrainer la destruction du PSII (lumière trop forte, concentration trop élevée en inhibiteurs). En effet, si le PSII est détruit, les flux électroniques circulant dans la chaine de transport seront inexistants, et aucune observation concernant la protéine PTOX ne pourra être faite sur les différents écotypes. Le but est de moduler l activité photosynthétique sans entrainer la destruction du PSII. 11

12 Principe des inhibiteurs DBMIB et DCMU : Le DBMIB et le DCMU sont des inhibiteurs qui agissent au niveau de la chaine de transport photosynthétique des électrons. Ils sont utilisés dans le même objectif : bloquer le transport des électrons du PSII vers le PSI, et par conséquent induire la réduction des quinones du PSII. Leur site d action est cependant différent : le DBMIB se fixe sur le Cytochrome b6f à la place de la plastoquinone ; le DCMU (herbicide, nom commercial : diuron) se fixe par contre directement sur le PSII à la place de Q B, ce qui induit la réduction de toutes les Q A (accumulation des électrons qui ne sont plus utilisés dans la chaine de transport). La fluorescence est alors maximale. La photosynthèse en présence de DCMU est nulle, l énergie est donc entièrement émise sous forme de chaleur et de fluorescence. L utilisation de ces deux inhibiteurs permettra d apporter des réponses d une part concernant la fonctionnalité de la protéine PTOX et d autre part sur son rôle dans le maintien du flux électronique en PSII et PSI permettant la réalisation de la photosynthèse. DCMU DBMIB Figure 8 : Chaine de transport des électrons entre PSII et PSI Localisation de la PTOX et des cibles du DBMIB et du DCMU Les différents résultats obtenus par fluorescence chlorophyllienne (qp et NPQ pour les trois écotypes et pour chaque traitement : témoin, DBMIB, DCMU) seront analysés par des tests statistiques de comparaison de moyennes (critère de test t : Student). 12

13 1.2. Calcul de l ETR (electron transport rate) Comme nous l avons vu précédemment, les inhibiteurs utilisés ont pour objectif de bloquer le transport des électrons au sein de la chaine de transport. Nous allons donc quantifier ce transport électronique au sein de feuilles non traitées (témoins) et de feuilles traitées au DBMIB et au DCMU. L ETR se calcule de la manière suivante : ETR = ФPSII * PFD * a * (0,5) avec : - ФPSII : mesure la proportion de lumière absorbée par la chlorophylle associée au PSII et qui sera utilisée dans la photochimie, et plus particulièrement dans la réduction de Q A (= efficacité du PSII) ; - PFD * a : lumière absorbée (µmol photon/m 2 /s) sachant que PFD (Photon Flux Density) correspond à l intensité lumineuse reçue par la feuille (10, 50, 100 et 250 µmol/m 2 /s) et que a est calculé de la manière suivante : (100% - % T - % R)/100 (avec %T : % lumière reçue par la feuille et %R : % lumière réfléchie par la feuille) ; - 0,5 : facteur tenant compte de la répartition de l énergie entre le PSII et le PSI. Mesure de ФPSII : Les résultats obtenus par fluorescence chlorophyllienne (cf chapitre 1.1. Mesure de fluorescence chlorophyllienne) sont réutilisés ici puisque ФPSII correspond au ratio Fm / Fq (paramètres décrits précédemment). Mesure de a : Les paramètres T et R s obtiennent par le biais de la spectrophotométrie. Une feuille par écotype est soumise à un rayon lumineux. La quantité de lumière transmise et réfléchie par la feuille est calculée automatiquement pour chaque longueur d onde entre 400 et 700 nm (300 valeurs par prise). Il suffit par la suite de calculer la moyenne des %T et %R entre 400 et 700 nm pour chaque écotype, puis de faire le calcul (100% - %T - %R)/100 pour obtenir les trois valeurs de a. Les résultats obtenus seront également traités par des tests statistiques de comparaison de moyennes (critère de test t : Student) Extraction de la protéine PTOX par Western Blot L objectif est de quantifier la protéine PTOX présente dans les trois écotypes d A. thaliana, et de déterminer si des conditions de stress (faible ou forte température, forte lumière) peuvent entrainer des modifications dans la quantité de cette protéine. 13

14 Des feuilles d Arabidopsis thaliana (écotype Col0 et écotypes alpins Jo et J3E) ont subi au préalable différents traitements de lumière ou de température : pour chaque écotype, quatre traitements différents sont réalisés : - aucun traitement : feuilles témoins (lumière reçue : 80 µmol/m 2 /s) - exposition à une plus forte lumière (120 µmol/m 2 /s) pour Col0 uniquement - traitement à faible température (4 C, lumière reçue : 100 µmol/m 2 /s) pendant 5 jours - traitement à forte température (33 C, lumière reçue : 100 µmol/m 2 /s) pendant 4 jours Les feuilles prélevées sont immédiatement congelées dans de l azote liquide. Méthode d extraction protéique par Western Blot : Les principales étapes sont les suivantes : 1. Préparation des échantillons : les feuilles préalablement congelées sont broyées dans l azote liquide, et le broyat est suspendu dans des solutions tampon. Les protéines membranaires sont séparées des protéines solubles par centrifugations successives. 2. Electrophorèse : Les protéines migrent successivement dans un gel de concentration à 3% de polyacrylamide (0,1% SDS), puis dans un gel de séparation à 13% (0,1% SDS). Dans le champ électrique, les protéines sont donc séparées en fonction de leur masse et non en fonction de leur charge électrique. 3. Transfert sur membrane de nitrocellulose : Les protéines sont électrotransférées sur une membrane de nitrocellulose dans un appareil de transfert Biorad. 4. Immunodétection : Incubation en présence d anticorps primaires anti-ptox, puis d anticorps secondaires anti-ig de lapin. 5. Révélation sur films photographiques : Dans une chambre noire, la membrane est mise à incuber dans une solution de révélation (kit de chimioluminescence). Un film photographique est ensuite placé au niveau de la membrane, mais le contact direct est évité à l aide d un film plastique inséré entre les deux. Après un court instant, on réalise le développement du film photographique. Le détail des cinq étapes est disponible en Annexe 1. 14

15 II. Résultats : 2.1. Mesure de fluorescence chlorophyllienne : calculs des qp et NPQ Pour chaque écotype d A. thaliana, 4 à 6 répétitions sont effectuées. Les résultats obtenus sont traités sous le logiciel Excel. La moyenne des valeurs de qp et NPQ obtenues pour chaque intensité lumineuse (10, 50, 100, 250 µmol/m 2 /s) est calculée a. Quenching photochimique qp Unités relatives 1,200 1,000 0,800 0,600 0,400 0,200 0,000 Valeurs de qp selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype Col0) Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 10 min d'incubation Graphique n 1 : écotype Col0 (6 répétitions) Unités relatives 1,200 1,000 0,800 0,600 0,400 0,200 0,000 Valeurs de qp selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype alpin Jo) Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 20min d'incubation Graphique n 2 : écotype alpin Jo (5 répétitions) 15

16 Unités relatives 1,200 1,000 0,800 0,600 0,400 0,200 0,000 Valeurs de qp selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype alpin J3E) Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Graphique n 3 : écotype alpin J3E (4 répétitions) Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 20min incubation On remarque que les valeurs de qp diminuent avec l intensité lumineuse reçue par la feuille, quels que soient l écotype et le traitement (témoin, DBMIB ou DCMU). On remarque également qu après traitement au DBMIB, l écotype Col0 comparé aux écotypes alpins Jo et J3E ne répond pas de la même façon. Les valeurs de qp chez Col0 paraissent beaucoup plus faibles par rapport aux valeurs du témoin, alors que chez les deux écotypes alpins, les valeurs de qp semblent être assez similaires au témoin. Concernant le DCMU, la réponse de la plante est semblable chez les trois écotypes. Le quenching photochimique est fortement inhibé dès l exposition de la feuille à une source lumineuse, et finit par être nul à la fin de l expérience. Des tests statistiques basés sur des comparaisons de moyennes sont réalisés afin d établir la significativité de telles différences entre les écotypes. Concernant l écotype Col0, les valeurs de qp après traitement au DBMIB et après traitement au DCMU sont significativement différentes au seuil de 5% des valeurs témoins, quelle que soit l intensité lumineuse à laquelle la feuille traitée est soumise (Pc < 0,05) (cf Tableaux 1 et 2 Annexe 2). Pour l écotype alpin Jo, des résultats similaires sont trouvés lors du traitement au DCMU : différence significative de valeurs moyennes de qp entre les feuilles traitées au DCMU et les feuilles témoin au seuil de 5%, quelle que soit l intensité lumineuse (Pc < 0,05) (cf Tableau 4 Annexe 2). Par contre, les valeurs moyennes de qp entre les feuilles témoin et les feuilles traitées au DBMIB pour chaque intensité lumineuse ne sont pas significativement différentes au seuil de 5% (Pc > 0,05) (cf Tableau 3 Annexe 2). 16

17 Chez l écotype alpin J3E, malgré des résultats graphiques similaires à l écotype alpin Jo qui nous poussent à conclure de la même façon, seule les données obtenues sous faible lumière (10µmol/m 2 /s) permettent de conclure qu il n y a pas de différence significative entre la feuille témoin et la feuille traitée au DBMIB, au seuil de 5% (Pc = 0,759 > 0,05). Pour les trois autres valeurs correspondant aux intensités lumineuses suivantes, les tests statistiques réalisés indiquent une différence significative au seuil de 5% entre la feuille témoin et la feuille traitée au DBMIB (Pc < 0,05) (cf Tableau 5 Annexe 2). Concernant le traitement au DCMU, il existe une différence significative entre la feuille témoin et la feuille traitée au seuil de 5% (Pc < 0,05) (cf Tableau 6 Annexe 2) b. Quenching non-photochimique NPQ 1,000 Valeurs du NPQ selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype Col0) Unités relatives 0,800 0,600 0,400 0,200 Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 10min d'incubation 0, Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Graphique n 4 : écotype Col0 (6 répétitions) Unités relatives 1,000 0,800 0,600 0,400 0,200 0,000 Valeurs du NPQ selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype alpin Jo) Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 20min d'incubation Graphique n 5 : écotype alpin Jo (5 répétitions) 17

18 Unités relatives 1,000 0,800 0,600 0,400 0,200 0,000 Valeurs du NPQ selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype alpin J3E) Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Graphique n 6 : écotype alpin J3E (4 répétitions) Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 20min d'incubation Quel que soit l écotype ou le type de traitement considéré, on remarque que les valeurs de NPQ augmentent avec la quantité de lumière reçue par la feuille, avec une nette augmentation à 250 µmol/m 2 /s. Les valeurs de NPQ mesurées à 10, 50 et 100 µmol/m 2 /s sont très faibles et donc considérées comme étant négligeables. On ne s attachera donc qu aux résultats obtenus à 250 µmol/m 2 /s. Chez Col0, la différence observable entre la feuille témoin et la feuille traitée soit au DBMIB, soit au DCMU est significative au seuil de 5% (Pc = 0,038 < 0,05 et Pc = 0,002 < 0,05 respectivement). Le quenching non-photochimique est donc plus important dans une feuille non traitée aux inhibiteurs. Chez l écotype alpin Jo au contraire, il n existe aucune différence significative au seuil de 5% entre la feuille témoin et celle traitée au DBMIB (Pc = 0,97 > 0,05). Par contre, concernant le traitement au DCMU, la différence de NPQ par rapport au témoin est significative au seuil de 5% (Pc = 0,0097 < 0,05). Concernant le deuxième écotype alpin J3E, les résultats obtenus sont similaires à Jo. Aucune différence de NPQ n est observée entre la feuille témoin et la feuille traitée au DBMIB (Pc = 0,49 > 0,05). Enfin, entre la feuille témoin et la feuille traitée au DCMU, il existe une différence significative au seuil de 5% (Pc = 0,014 < 0,05). 18

19 2.2. Calcul de l ETR (electron transport rate) ETR (J) Valeurs de l'etr (electron transport rate) selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype Col0) Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 10min d'incubation Graphique n 7 : écotype Col0 (6 répétitions) ETR (J) Valeurs de l'etr (electron transport rate) selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype alpin Jo) Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 20min d'incubation Graphique n 8 : écotype alpin Jo (5 répétitions) 19

20 ETR (J) Valeurs de l'etr (electron transport rate) selon la lumière reçue par une feuille d'a. thaliana (écotype alpin J3E) Feuille témoin Avec DBMIB 25µM sans incubation Avec DCMU 50µM 20min d'incubation Intensités lumineuses (µmol/m2/s) Graphique n 9 : écotype alpin J3E (4 répétitions) Dans le cas des feuilles témoin (quel que soit l écotype), la quantité d électrons transportés augmente avec la quantité de lumière reçue par la feuille. Plus la lumière reçue est forte (et donc plus l énergie reçue est importante), plus la quantité d électrons qui transitent dans la chaine de transport entre PSII et PSI est élevée. On remarque une différence entre l écotype Col0 d une part, et les écotypes alpins Jo et J3E d autre part. La quantité d électrons transportée est similaire chez les deux écotypes alpins et elle est également plus importante par rapport à Col0. Le flux électronique est donc facilité chez les écotypes alpins en comparaison à Col0. Lors du traitement au DBMIB, la quantité d électrons transportés chez Col0 par rapport au témoin est significativement plus faible au seuil de 5% (Pc < 0,05). Au contraire, les flux électroniques entre PSII et PSI ne sont pas significativement différents du témoin chez Jo au seuil de 5% (Pc > 0,05). Concernant J3E, les résultats graphiques laissent croire à des résultats similaires à l écotype Jo. Pourtant, d après les tests statistiques réalisés, la quantité d électrons transportés entre PSII et PSI chez la feuille témoin et la feuille traitée est significativement différente au seuil de 5% (Pc < 0,05). Dans le cas du traitement au DCMU par contre, les valeurs d ETR sont très proches de 0 voire même totalement nulles chez les trois écotypes. Le transport des électrons est bloqué. Les tests statistiques réalisés montrent pour les trois écotypes une différence significative des valeurs d ETR entre la feuille témoin et la feuille traitée au seuil de 5% (Pc < 0,05). 20

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Les plantes et la lumière

Les plantes et la lumière Les plantes et la lumière Première partie : la lumière comme source d énergie Pierre.carol@upmc.fr http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/photosynthese-cours/index.htm 1. Introduction La lumière est la source

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS Fiche sujet-élève Les végétaux chlorophylliens collectent l énergie lumineuse grâce à différents pigments foliaires que l on peut classer en deux catégories : - les chlorophylles a et b d une part, - les

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Séquence pédagogique

Séquence pédagogique Séquence pédagogique Les matériaux de l espace L ensemble des questions concerne à la fois les sciences de la vie et de la Terre et la physique-chimie, dans le cadre des thèmes de convergence que sont

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Expérimentation assistée par ordinateur sur la productivité des algues

Expérimentation assistée par ordinateur sur la productivité des algues 2 Expérimentation assistée par ordinateur sur la productivité des algues Activité réalisée au Collège Ahuntsic par ALICE MARCOTTE du Collège Ahuntsic 2 Expérimentation assistée par ordinateur sur la productivité

Plus en détail

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle.

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. Description du système Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. La vitesse de la pompe varie de façon à ce que la température de l eau qui reparte vers le poêle soit toujours de 60 C. Le débit

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II.

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II. 0 Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 I. Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 1. Réduction de la consommation de carburant... 4 2. Réduction des émissions de gaz polluants...

Plus en détail

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET?

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Décembre 2010 En 2009, Eco-Emballages, ELIPSO et Valorplast se sont associés pour conduire une étude d évaluation des impacts environnementaux

Plus en détail

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2 ANNEXE H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Annexe H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Les oxydes d azote (NOx=NO+NO 2 ) émis par les vaporisateurs de GNL et les méthaniers subissent

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

FICHE PRODUIT COREYE CACHE Architecture technique En bref Plateforme Clients Web Coreye Cache applicative Références Principe de fonctionnement

FICHE PRODUIT COREYE CACHE Architecture technique En bref Plateforme Clients Web Coreye Cache applicative Références Principe de fonctionnement COREYE CACHE Solution d absorption de charge pour une disponibilité et une performance optimales des applications Web En bref Architecture technique La plateforme Coreye Cache délivre la majeure partie

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Les résistances de point neutre

Les résistances de point neutre Les résistances de point neutre Lorsque l on souhaite limiter fortement le courant dans le neutre du réseau, on utilise une résistance de point neutre. Les risques de résonance parallèle ou série sont

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

TP Détection d intrusion Sommaire

TP Détection d intrusion Sommaire TP Détection d intrusion Sommaire Détection d intrusion : fiche professeur... 2 Capteur à infra-rouge et chaîne de mesure... 4 Correction... 14 1 Détection d intrusion : fiche professeur L'activité proposée

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP 63 L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES NATURELLES Perspectives pour une Expérimentation Assistée par Ordinateur (EX.A.O.) Serge CESARANO, André VIDEAUD I- OBJECTIFS DE L'EXPÉRIMENTATION

Plus en détail

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY LE NOUVEL EQUIPEMENT DE MESURE OPTIMAP TM MARQUE LE DEBUT D UNE REVOLUTION

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences

2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences 2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences Jean-Etienne Poirrier Centre de Neurobiologie Cellulaire et Moléculaire Centre de Recherches du Cyclotron Université de

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail