Brucella. B. abortus as viewed by electron microscopy Cells are approximately µm in diameter and µm in length

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Brucella. B. abortus as viewed by electron microscopy Cells are approximately 0.5-0.7 µm in diameter and 0.6-1.5 µm in length"

Transcription

1 Brucella B. abortus as viewed by electron microscopy Cells are approximately µm in diameter and µm in length

2 Projet BBSRC-ZELS: contrôle multisectoriel de la brucellose dans les principales zones de production laitière péri-urbaines d Afrique de l Ouest et du Centre Formation : diagnostic sérologique de la brucellose John McGiven

3 Plan de la présentation Qui suis-je? Objectifs de l atelier? Brucella Diagnostic sérologique de la brucellose (vue d ensemble) Standardisation des sérodiagnostics La sérologie dans le cadre du projet ZELS Méthodes : ELISA indirect (lait) ELISA par compétition (sérum) Test au Rose Bengale Protocole de test Contrôle de compétences Sérologie ZELS : développement d analyses DIVA et dispositifs portatifs

4 John McGiven Animal & Plant Health Agency = Agence pour la santé animale et végétale (Weybridge) Laboratoire National et International (OIE) de Référence pour la Brucellose Collaboration avec la FAO et l OMS pour le diagnostic de la brucellose Diagnostic sérologique de routine (commerce/surveillance/insémination artificielle) Culture bactériologique Recherche appliquée et développement Épidemiologie et diagnostic moléculaires (ADN) Développement de méthodes de diagnostic immunologiques

5 Objectifs de l atelier Enseigner les méthodes de sérologie conventionnelle, dans le but de les appliquer au sein du projet ZELS. Développer les compétences nécessaires pour que vous puissiez les appliquer dans vos laboratoires respectifs Créer un accès direct aux fournisseurs de tests diagnostiques dès aujourd hui Développer un réseau de collaborateurs Assurer la réussite de l enquête de séroprévalence

6 La brucellose Causée par Brucella, bactérie intracellulaire Cocco-bacille Gram négatif Le genre contient 6 espèces principales (B. abortus, B. melitensis, B. suis, B. canis, B. ovis & B. neotomae), B. abortus, B. melitensis & B. suis sont lisses (recouvertes de polysaccharide O = OPS) et sont les plus pathogènes pour le bétail et l Homme B. ovis & B. canis sont rugueuses (ont naturellement perdu leur OPS)

7 Spectre d hôtes Les représentants du genre Brucella peuvent être isolés chez un grand nombre d hôtes (bétail, chien, cheval, sanglier, rongeurs, lièvre, camélidés, bison, renne, élan, alpaga, chamois, phoque, dauphin, marsouin, babouin, crapaud, renard.) Cependant, chaque espèce présente un tropisme accru pour un certain nombre d hôtes, dits primaires. Le pouvoir pathogène chez les hôtes secondaires est faible ou nul. L infection des hôtes secondaires peut par contre être importante sur le plan épidémiologique. Les différentes espèces de Brucella sont très proches et les bases de la préférence d hôtes sont encore mal comprises. Hôtes primaires pour chaque espèce: B. abortus : grands ruminants B. melitensis : petits ruminants B. suis biovars 1, 2, or 3 : porcs B. ovis : moutons B. canis : chiens B. ceti : dauphins ou marsouins (selon clade) B. pinnipedialis : phoques

8 Sérologie en quoi est-ce important? Maladie silencieuse (animaux): signes cliniques absents ou frustes Culture de Brucella sp. : difficile à réaliser, coûteux et dangereux PCR sur sang ou tissus : peu fiable actuellement Echantillons de sérum facilement accessibles et coût relativement faible de la sérologie. Il existe de nombreux tests sérologiques, permettant de s ajuster aux besoins et aux conditions de laboratoire Possibilités d effectuer de nombreux tests à la chaine Les analyses sérologiques présentent une bonne sensibilité car l OPS de Brucella déclenche une réponse immunitaire humorale importante. Dans toutes les techniques de diagnostic sérologique de routine (approuvées par l OIE), l antigène utilisé est contient une grande proportion d OPS. Selon la technique, l antigène utilisé est: cellule entière (RBT/SAT/CFT) slps (i/c ELISA) OPS (FPA) La sérologie constitue le socle des programmes d éradication et de surveillance destiné à obtenir ou conserver le statut officiellement indemne de brucellose de l OIE.

9 Sérologie classique = techniques utilisant la cellule entière comme antigène Agglutination sérique = test de Wright (1897) Test de fixation du complément (1963) Test au Rose Bengale (RBT) (1967), épreuve à l antigène tamponné sur plaque (BPAT) (1984) Le contrôle et l éradication de la brucellose grâce à ces techniques SONT possibles (par exemple, Grande- Bretagne 1985)

10 Sérologie contemporaine Objective & quantitative slps ielisa (1976) slps celisa (1989) OPS FPA (1996) Tous ces tests sont efficaces car l antigène OPS est immuno-dominant. Attention, ils doivent être standardisés afin de garantir un pouvoir diagnostic optimal.

11 OIE: Le manuel terrestre et les laboratoires de référence Procédures reconnues au niveau international dans le secteur du diagnostic et de la vaccination Méthodes standardisées et détaillées Analyses requises pour le commerce international Surveillance épidémiologique pour prouver l absence de maladie Révisé et mis à jour par des experts internationaux de chaque pathologie Les laboratoires de référence de l OIE ont une mission de formation et de diffusion des bonnes pratiques de laboratoire. L APHA est l institution qui compte le plus de laboratoires de référence OIE

12 Standardisation des tests sérologiques Manuel OIE, Chapitre Brucellose Bovine (2. Sérologie) NE_BRUCELL.pdf Description des protocoles standards pour la production d antigène et les procédures de diagnostic (RBT, BPAT, CFT, ielisa, celisa, FPA ) Décrit également l utilisation des Séra de référence OIE pour s assurer que chaque analyse répond aux standards en terme d efficacité diagnostique. Afin de pouvoir interpréter les résultats d analyse en fonction des valeurs de référence et des données historiques, il est impératif de respecter les normes OIE: L antigène utilisé pour le RBT est standardisé afin que le Sérum Standard International de l OIE soit positif à une dilution au 1/45 et négatif à une dilution au 1/55, lorsque le protocole standard est respecté. Les kits ELISA sont standardisés de manière à fournir des résultats positifs et négatifs respectivement avec les échantillons de référence OIE positifs et négatifs, sous réserve que le protocole standard soit appliqué et que les conditions de contrôle interne soient respectées. Seules des analyses de bonne qualité fournissent des bons résultats!

13 OPS: l antigène humoral immuno-dominant Non-reducing end c2 c1 c1 c2 c1 c2 c1 c2 c6 c4 L OPS (poly-saccharide O) des souches lisses de Brucella (B. abortus, B. melitensis & B. suis) est un homo-polymère non-ramifié de 4-6-dideoxy-4-formamido-mannopyranosyl (D-Rha4Fo), longueur moyenne ~ 44 unités Reducing end Image adapted from Haag et al 2010

14 ABTS (Absorbance max à 405 nm) Brucella slps ELISA indirect (ELISA-i) Les plaques d ELISA sont pré-sensibilisées (antigène fixé) Ajouter le lait/sérum et laisser incuber Plaque ELISA en polystyrène Anticorps de lapin anti-igg 1 de bovin, marqué avec enzyme HRP Rincer Ajouter l anticorps anti-igg1 conjugué à l enzyme HRP (peroxidase) Rincer Ajouter le substrat de l HRP et laisser incuber Arrêter la réaction et lire l absorbance

15 ELISA-i lait Brucella (pour la détection des anticorps anti-brucella slps) Ajouter 50 µl de solution tampon dans chaque puit de la plaque (sensibilisée avec le slps) Ajouter 50 µl des échantillons à tester (lait) dans chacun des puits de la plaque ELISA (colonnes 1-10) Ajouter 50 µl des échantillons contrôles (lait) dans les puits des colonnes 11 et 12 laisser le puit H12 vide (pas de lait) Laisser incuber 30 minutes à température ambiante sur un agitateur rotatif puis rincer la plaque 5 fois. Ajouter 100 µl de conjugué anti-bovin/hrp (dilué au préalable à la concentration adéquate) dans chaque puit. Laisser incuber 30 minutes à température ambiante sur un agitateur rotatif puis rincer la plaque 5 fois. Ajouter 100 µl de substrat ABTS-H 2 O 2 (dilué au préalable à la concentration adéquate) et laisser incuber à température ambiante sur la paillasse pendant ~ 15 minutes Ajouter de l azoture de sodium pour stopper la réaction et lire l absorbance de chaque puit (densité optique, DO) à 405 nm

16 ELISA-i lait Brucella (pour la détection des anticorps anti-brucella slps) Ajout des échantillons de lait: 1. Echantillons à tester: colonnes 1-10, 1 échantillon par puit (T) 2. Contrôle positif: A11 H11 (+) 3. Contrôle intermédiaire: A12 - D12 (M) 4. Contrôle négatif : E12 G12 (-) 5. Vide: H12 (B)

17 ELISA-i lait Brucella: analyse des résultats Effectuer les vérifications numériques (Quality Control Calculations) indiquées ci-dessous sur les valeurs des contrôles afin de vérifier que la qualité des données est suffisante pour pouvoir utiliser les résultats. DO (densité optique) du puit vide < 0,1 Soustraire la valeur du puit vide de toutes les autres valeurs de DO avant de poursuivre les calculs. Moyenne des DO des contrôles négatifs < 0,1 Moyenne des DO des contrôles positifs > 0,7 Le Coefficient de liaison (Binding Ratio) est > 10 (Moyenne des contrôles positifs / Moyenne des contrôles négatifs) La moyenne des contrôles intermédiaires vaut 10% à 30% de la moyenne des contrôles positifs Si tous ces critères sont satisfaits, les résultats des tests peuvent être utilisés. Calcul de la valeur finale pour chaque échantillon testé: (DO échantillon / moyenne des DO des contrôles positifs) x 100 (exprimé en %) Les résultats supérieurs ou égaux à 10.0% sont considérés positifs.

18 ELISA-i lait Brucella : la crème du lait Dans certains cas, la crème présente dans l échantillon de lait peut causer une réaction faussement positive à cause de sa viscosité. Eviter d ajouter la partie crémeuse de l échantillon de lait dans les puits d ELISA. Afin d éviter de prélever la crème, l embout de la pipette doit traverser la couche de crème afin d aspirer uniquement le lait situé en dessous. De plus, l embout de la pipette doit être essuyé avant de déposer le lait sur la plaque ELISA. Dans certains cas, le récipient contenant l échantillon de lait peut être retourné avant de l ouvrir. Ainsi on peut aspirer la petite quantité de lait qui a été retenue dans le couvercle. Si un doute existe sur le fait que la viscosité de l échantillon ait pu influer sur un résultat positif, l échantillon doit être re-testé en prenant les précautions mentionnées ci-dessus.

19 ELISA-c sérum Incubation simultanée de sérum et d anticorps IgM anti- Brucella slps (marquee par l enzyme HRP) Absence d anticorps sériques anti-slps liaison des IgM et réaction enzymatique colorée Présence d anticorps sériques compétition entre ces anticorps et les IgM pour la liaison au slps IgG de souris anti-slps de Brucella, marqué par enzyme HRP Anticorps sérique antislps de Brucella Brucella slps Negative Positive

20 ELISA-c (pour la détection des anticorps anti-brucella slps) Ajouter 20 µl de sérum à tester dans les puits de la plaque ELISA préimprégnée avec le slps (colonnes 1 10) Ajouter 20 µl de sérum contrôle positif dans les puits F11 H12 Ajouter 20 µl de sérum contrôle négatif dans les puits A11 C12 Ajouter 100 µl d IgM marquées par l HRP (dans du diluant tamponné) dans tous les puits. Agiter énergiquement pendant 2 minutes pour mélanger le sérum et le conjugué. Laisser incuber pendant 30 minutes à température ambiante sur un agitateur rotatif puis rincer la plaque 5 fois. Ajouter 100 µl de substrat ABTS H 2 O 2 (dilué au préalable) dans tous les puits ELISA et laisser incuber à température ambiante sur la paillasse pendant ~ 15 minutes Ajouter 100 µl d acide citrique pour stopper la réaction dans tous les puits puis lire les valeurs d absorbance (densité optique, DO) à 450 nm.

21 Ajout des échantillons de sérum ELISA-c (pour la détection des anticorps anti-brucella slps) 1. Echantillons à tester: colonnes 1-10, un échantillon par puit (T) 2. Contrôle positif: F11 H1211 (+) 3. Contrôle négatif: A11 - C12 (-) 4. Contrôle conjugué seul (IgM marquée): D11 E12 (C)

22 ELISA-c Brucella: analyse des résultats Effectuer les vérifications numériques (Quality Control Calculations) indiquées ci-dessous sur les valeurs des contrôles afin de vérifier que la qualité des données est suffisante pour utiliser les résultats. Moyenne des DO des 6 puits contrôles négatifs > Moyenne des DO des 6 puits contrôles positifs < Moyenne des DO des 4 puits conjugué seul > Coefficient de liaison > 10 (moyenne des contrôles négatifs / moyenne des contrôles positifs) Si tous ces critères sont satisfaits, les résultats des tests peuvent être utilisés. Calcul de la valeur finale pour chaque échantillon testé: (DO échantillon / moyenne des DO des contrôles conjugué seul) x 100 (exprimé en %) Les résultats inférieurs ou égaux à 60.0% sont considérés positifs.

23 Traçabilité des données d ELISA Même si les analyses sont de bonne qualité, elles perdent leur valeur en l absence d un système de traçabilité des données. L identification des résultats doit impérativement correspondre à celle des échantillons. Toutes les données doivent être conservées : données brutes (DO brutes, tests et contrôles) et données calculées (pourcentages) La conservation des données brutes est essentielle pour pouvoir résoudre le problème d éventuelles valeurs extrêmes, dont on ne se rendrait compte que plus tard dans l étude. Les données brutes sont également nécessaires lorsqu on souhaite ajuster les seuils de positivité / négativité pour s adapter aux conditions locales. Conservez tout!

24 L antigène du TRB doit être agité avant utilisation afin d homogénéiser les cellules en suspension. L antigène du TRB doit être remis à température ambiante avant utilisation (prélever et réchauffer seulement le volume nécessaire à l analyse il faut éviter de refroidir et réchauffer de manière répétée la solution mère). Ajouter 30 µl de sérum sur une lame (ou céramique) & 30 µl d antigène. Un contrôle positif et un contrôle négatif doivent être réalisés à chaque fois qu une analyse est effectuée. Mélanger avec un instrument propre (ex: embout de pipette) Placer sur l agitateur à balancement pendant 4 minutes Lire l agglutination : le Negative résultat est soit positif soit négatif. Test au Rose Bengale (TRB) Positive

25 Travaux pratiques Atelier pratique : 2 demi-journées par groupe ELISA-i lait, ELISA-c sérum & TRB Chaque participant aura l occasion de pratiquer, n hésitez pas à poser des questions L objectif est d appliquer ces techniques dans vos laboratoires respectifs L APHA (John McGiven) vous enverra les kits d analyse. Il vous sera également envoyé un panel de sérums pré-testés. Ce panel est destiné à effectuer une vérification en aveugle de votre capacité à réaliser chaque test correctement. Nous vous demandons de tester ce panel d échantillons et de nous renvoyer les résultats. Nous vous enverrons ensuite une compilation des résultats de tous les participants. Les résultats seront codés de manière à ce que chaque personne puisse identifier uniquement ses propres résultats (seuls les coordinateurs du projet auront accès à l ensemble des identifiants).

26 Prochaine étape: test DIVA Les vaccins anti-brucella les plus protecteurs contiennent l antigène OPS (B. abortus S19 & B. melitensis Rev1) L OPS est un ingrédient clé pour la formulation d un vaccin optimal. Le principal inconvénient de ce type de vaccin est la production d anticorps anti-ops qui peuvent interférer avec la sérologie. Pour cette raison, il est difficile d utiliser de manière simultanée les deux types de prophylaxie, vaccination et dépistage/abattage dans les programmes de contrôle et d éradication de la maladie. Il est également difficile d estimer l efficacité des campagnes de vaccination car la sérologie n est pas utilisable. L OIE n attribue pas de statut officiellement indemne de brucellose lorsque la vaccination a été pratiquée depuis moins de 3 ans. Cependant, l arrêt de la vaccination au profit d un programme de dépistage/abattage présente un risque de réémergence de la maladie. Un test permettant de différencier les animaux infectés et vaccinés (DIVA) contribuerait à résoudre ce problème.

27 Généralités sur les analyses DIVA conventionnelles Elles consistent à utiliser des vaccins dépourvus d OPS et à utiliser l OPS (ou antigène apparenté) lors du dépistage. Cependant les vaccins non basés sur l OPS (souches rugueuses ou vaccins sub-unitaires) sont moins protecteurs (ex: B. abortus RB51) L objectif est de trouver une alternative à l OPS pour les tests de dépistage et éliminer l antigène cible du vaccin candidat, pour produire une combinaison vaccin / analyse DIVA. Problème : aucune alternative à l OPS et LPS n a été trouvée dans les tests de dépistage. Les tentatives pour trouver un antigène protéique magique permettant de différencier les animaux naturellement infectés par des souches lisses de Brucella des animaux vaccinés ont été reléguées dans les archives, principalement car la sensibilité et la spécificité des analyses basées sur les antigènes protéiques ne peuvent pas rivaliser avec celles basées sur le LPS (Chaves-Olarte et al., 2012) Les antigènes protéiques ne semblent pas être la solution.

28 Concept DIVA au sein du projet ZELS : utiliser des antigènes slps profonds La logique de cette approche est basée sur le fait que les animaux infectés naturellement produisent une réponse immunitaire antislps plus diversifiée que les animaux vaccinés, du fait de l intensité de l infection. Nous allons donc évaluer l utilisation de 2 antigènes slps profonds ( cachés ) comme antigènes de dépistage DIVA. Le premier est le LPS des souches rugueuses (absence d OPS) Le second est un OPS inversé présenté dans l orientation opposée à son orientation naturelle.

29 Antigènes DIVA potentiels Image adapted from Haag et al 2010 Antigène OPS purifié présenté à l envers rlps (lipide A et sucres centraux) = LPS des souches rugueuses

30 Test Développent d un dispositif d immunochromatographie (Lateral Flow Device) pour la détection des anticorps sériques anti-brucella Simple Portatif Fiable Sensible Spécifique Durable Standardisé Innovant (potentiellement)

31 Un dispositif de test utilisable sur le terrain directement Exemples de tests indirects: Virus FMD (Ferris et al 2009) Sample Virus de la maladie vésiculaire porcine (Ferris et al 2009) Antibovine anti-slps Serum antibody Brucella slps Anticorps anti- Anaplasma marginale (Nielsen et al 2009) Anticorps anti-brucella (Abdoel et al 2007)

32 Remerciements Defra (Gouvernement GB) APHA Brucella workgroup Dr Adrian Whatmore Laurence Howells Lucy Duncombe Andrew Taylor Lorraine Perrett The Royal Veterinary College Professor Javier Guitian Laura Craighead EISMV Professor Kone Professor Ayih-Akakpo

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9

BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9 BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9 Contient Des Caractères ÉtrangesG. RENOUX, M. PLOMMET, A. Philippon To cite

Plus en détail

Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet

Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet SOMMAIRE Matériel et réactifs nécessaires... P.2 Déroulement de l expérience... P.3 Préparation, électrophorèse et protocole de transfert... P.3 Protocole de

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH

Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH Fax 00 33 (0) 2 32 88 83 10 e-mail : francois.simon@chu-rouen.fr I. Les moyens du diagnostic sérologique VIH II. Les tests disponibles III. Les stratégies

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

Flashkit Microcystines

Flashkit Microcystines Outil de détection d des Microcystines Aurélie SEIGNARD Mars 2009 Plan 1. Présentation de la société Agdia-Biofords 2. Principe d un kit de diagnostic sous forme de bandelette 3. Le Flashkit Microcystines

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Document de l expert(e)

Document de l expert(e) Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Document de l expert(e) Temps imparti 50 minutes

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Département de biologie Page 1 sur 6

Département de biologie Page 1 sur 6 Département de biologie Page 1 sur 6 TP de Biologie Moléculaire : BIO 36 Marion Benoîst, Keith Dudley, Dominique Charmot Introduction Lors de ce TP vous allez cloner des molécules d ADN. L objectif est

Plus en détail

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Présentation du test Formation TROD SFLS Akli BOUAZIZ 15/12/2011 PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Point Contrôle (Protéine A) Membrane Nitrocellulose Absorbant Point Test (gp36/ gp41) N 134 Onglet d

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Pour la purification de l ADN génomique des kits de prélèvements Oragene et ORAcollect. Pour tout protocole et

Plus en détail

Travaux pratiques d immunologie

Travaux pratiques d immunologie Travaux pratiques d immunologie I. Introduction Ces manipulations ont pour but d étudier certaines techniques immunologiques, de comprendre les mécanismes moléculaires mis en jeu dans chacune, d en tirer

Plus en détail

Plasmid DNA purification

Plasmid DNA purification Plasmid DNA purification Excerpt from user manual - Français - NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra Plus NucleoBond Xtra Plus January 2013 / Rev. 11 Plasmid DNA purification Français Introduction

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES AVIAIRES Principales espèces pathogènes chez les poules et les dindes: Mycoplasma gallisepticum, M. synoviae, M. meleagridis, M. iowae, Tropisme

Plus en détail

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour test diagnostique in vitro PI-TT.610-FR-V5 Instructions Utilisation visée

Plus en détail

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Diagnostic de la rage en laboratoire Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Structure de gouvernance - ACIA L ACIA relève du ministre de l Agriculture,

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Name... Vorname... Kandidatennummer... Datum...

Plus en détail

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs universitaires dans le domaine de l évaluation des risques pour la santé des animaux Le savoir au service du public Questionnaires d enquête

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus

Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus I. Introduction 1. Principe La réaction antigène-anticorps lorsqu'elle met en œuvre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI REF. : CC/VM/01 révision A Date de Création : 08/12/2003 Date de Révision : 07/12/2004 Rédaction : Mme.

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du 9 avril 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 27 juin 1995 sur les épizooties 1 est modifiée comme suit: Art. 43, al. 3 3 Il est interdit

Plus en détail

INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. Analyzer and Influenza A+B FIA. Choisir le mode de l analyseur.

INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. Analyzer and Influenza A+B FIA. Choisir le mode de l analyseur. Eject Analyzer and Influenza FIA INSTRUCTIONS PRINCIPALES Destiné exclusivement à l analyseur Sofia. PROCÉDURE DU TEST Tous les échantillons cliniques doivent être à température ambiante avant de commencer

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011

Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011 Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011 Introduction Les maladies virales transmises par les arthropodes hématophages

Plus en détail

Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages. Dr Alexis Lécu Paris Zoo

Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages. Dr Alexis Lécu Paris Zoo Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages Dr Alexis Lécu Paris Zoo 1 Introduction OMS 2005 : 1 personne sur 3 contaminée dans le monde 2 millions de morts par an 14-16 millions

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Préparation et fixation par organe 5.00. Recherche de sédiments dans les urines 6.55

Préparation et fixation par organe 5.00. Recherche de sédiments dans les urines 6.55 Tarifs Bovins Autopsie Animal de moins de 150 kg 20.00 Animal de 150 à 400 kg 34.00 Animal de plus de 400 kg 57.00 Décérébration sur suspicion ESB 336.00 Cytologie Dénombrement cellulaire du lait 8.35

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

RisqueMycotoxines et Salmonellesdans le bléet les farines

RisqueMycotoxines et Salmonellesdans le bléet les farines RisqueMycotoxines et Salmonellesdans le bléet les farines Le portfolio de solutions le plus large Allergène, mycotoxines, germes pathogènes, OGM, contrôle de l hygiène, flores d altération Milieux de cultures

Plus en détail

Interprétation des résultats et troubleshooting

Interprétation des résultats et troubleshooting Interprétation des résultats et troubleshooting Le Service de séquençage du Centre d innovation Génome Québec et Université McGill utilise des appareils 3730xl DNA Analyzer d Applied Biosystems. Cette

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green

Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green Pour les produits AnyGenes : Cat # PMSX-F2S Cat # PMSX-F4S Cat # PMSX-F8S Cat # PMSX-F12S Cat # PMSX-F24S (* Cat # pour toutes les références

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Pr B Lina Hospices Civils de Lyon, CNR des virus influenza (Sud), F69677, Bron Université de Lyon, Université Lyon 1, F69372, Lyon JNI 15

Plus en détail

Encéphalopathies Spongiformes Transmissibles

Encéphalopathies Spongiformes Transmissibles AU001 Autopsie lot de poussin (10) AU002 Autopsie lot volaille, oiseaux (5) AUTOPSIE AU003 AU004 AU005 AU006 AU007 AU008 AU009 Autopsie lapin,lièvre Autopsie chien, chat (adulte), NAC Autopsie petit ruminant

Plus en détail

CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015

CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015 N/REF : CDU/MPE/1371.01/animaux/généralités/ CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015 1. Bovins en provenance de Belgique A. Conditions générales

Plus en détail

Lecture automatisée. Séminaire de formation continue IAL. Dr V. Aubert

Lecture automatisée. Séminaire de formation continue IAL. Dr V. Aubert Anticorps anti-nucléaire: anti nucléaire: Lecture automatisée avec le NOVA View Séminaire de formation continue IAL Lausanne 14 Lausanne, 14.11.2013 11 2013 Dr V. Aubert Service d immunologie Service d

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Conclusions Projet Aquamanche Aquatic management of catchments for health and environment Gestion des eaux des bassin versants pour la santé et l environnement Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Les

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes DIRECTION DE L'EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTROLES CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

Plus en détail

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets Mabsolys-2015-FR:Mise en page 1 03/07/15 14:02 Page1 le département prestataire de services de MABSolys de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela,

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis UMR INRA-Université 0483, Immunologie Parasitaire et Vaccinologie, Biothérapies Anti-infectieuses, 37200

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Laboratoire de Touraine Page 1

Laboratoire de Touraine Page 1 FDK LVD/BIO/SER/943 Recherche d'anticorps contre le Syndrome Buvard(s) Elisa Indirecte Kit Monocupule Idexx FAC LVD/BIO/SER/951 Recherche d'anticorps totaux contre la Maladie Buvard(s) Elisa Indirecte

Plus en détail

Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales. Thème 3A2 L immunité adaptative. Le groupage sanguin ABO

Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales. Thème 3A2 L immunité adaptative. Le groupage sanguin ABO édusol accalauréat général Sciences de la vie et de la Terre nnale zéro Sciences de la vie et de la Terre Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales Thème 32 L immunité adaptative Sujet

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né né Dr Marie-José STELLING Musée des grenouilles à Estavayer-le-Lac Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un

Plus en détail

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie SESSION 2005 CAPET externe et CAFEP Section : Biotechnologies Option : Biochimie - génie biologique TRAVAUX PRATIQUES Première partie : Techniques de biochimie Durée totale : 4 heures SUIVI DE LA PURIFICATION

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Catalogue des prestations analytiques santé animale 2013

Catalogue des prestations analytiques santé animale 2013 Catalogue des prestations analytiques santé animale 2013 Les analyses ne figurant pas dans ce catalogue sont expédiées à un laboratoire compétent aux frais du client (frais de conditionnement de 9,23 HT).

Plus en détail