PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière."

Transcription

1 PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75

2 Pas de conflits d intérêts.

3 Définitions Pré éclampsie

4 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie

5 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie œdèmes

6 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie œdèmes HTA > 140/90

7 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h

8 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA

9 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA

10 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Pré éclampsie avec l un des critères suivants : Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA

11 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Pré éclampsie avec l un des critères suivants : HTA sévère (PAS >160 mmhg et/ou PAD > 110mmHG Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA

12 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Pré éclampsie avec l un des critères suivants : HTA sévère (PAS >160 mmhg et/ou PAD > 110mmHG Atteinte rénale sévère Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA

13 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Pré éclampsie avec l un des critères suivants : HTA sévère (PAS >160 mmhg et/ou PAD > 110mmHG Atteinte rénale sévère OAP Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA

14 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA Pré éclampsie avec l un des critères suivants : HTA sévère (PAS >160 mmhg et/ou PAD > 110mmHG Atteinte rénale sévère OAP Barre épigastrique persistante

15 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA Pré éclampsie avec l un des critères suivants : HTA sévère (PAS >160 mmhg et/ou PAD > 110mmHG Atteinte rénale sévère OAP Barre épigastrique persistante Eclampsie ou troubles neurologiques rebelles

16 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA Pré éclampsie avec l un des critères suivants : HTA sévère (PAS >160 mmhg et/ou PAD > 110mmHG Atteinte rénale sévère OAP Barre épigastrique persistante Eclampsie ou troubles neurologiques rebelles HELLP syndrome

17 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA Pré éclampsie avec l un des critères suivants : HTA sévère (PAS >160 mmhg et/ou PAD > 110mmHG Atteinte rénale sévère OAP Barre épigastrique persistante Eclampsie ou troubles neurologiques rebelles HELLP syndrome Thrombopénie < /mm3 de sang

18 Définitions Pré éclampsie Pré éclampsie Pré éclampsie sévère œdèmes HTA > 140/90 Protéinurie > 300 mg/24h Chez une femme sans pathologie rénale antérieure, ayant une terme de grossesse > 25 SA Pré éclampsie avec l un des critères suivants : HTA sévère (PAS >160 mmhg et/ou PAD > 110mmHG Atteinte rénale sévère OAP Barre épigastrique persistante Eclampsie ou troubles neurologiques rebelles HELLP syndrome Thrombopénie < /mm3 de sang HRP ou retentissement foetal

19 Physiopathologie

20 Physiopathologie Facteurs génétiques. Facteurs environnementaux. Facteurs immunologiques.

21 Physiopathologie Facteurs génétiques. Facteurs environnementaux. Facteurs immunologiques. Anomalie vasculaire placentaire. Ischémie placentaire.

22 Physiopathologie Facteurs génétiques. Facteurs environnementaux. Facteurs immunologiques. Anomalie vasculaire placentaire. Ischémie placentaire. Libération de médiateurs angiogéniques Exacerbation de l état pro-inflammatoire Ac stimulant l angiotensine 2

23 Physiopathologie Facteurs génétiques. Facteurs environnementaux. Facteurs immunologiques. Anomalie vasculaire placentaire. Ischémie placentaire. Libération de médiateurs angiogéniques Exacerbation de l état pro-inflammatoire Ac stimulant l angiotensine 2 Dysfonctionnement de l endothélium vasculaire avec activation de la coagulation. Vasoconstriction avec HTA

24 Physiopathologie Facteurs génétiques. Facteurs environnementaux. Facteurs immunologiques. Anomalie vasculaire placentaire. Ischémie placentaire. Libération de médiateurs angiogéniques Exacerbation de l état pro-inflammatoire Ac stimulant l angiotensine 2 Dysfonctionnement de l endothélium vasculaire avec activation de la coagulation. Vasoconstriction avec HTA protéinurie IRA

25 Physiopathologie Facteurs génétiques. Facteurs environnementaux. Facteurs immunologiques. Anomalie vasculaire placentaire. Ischémie placentaire. Libération de médiateurs angiogéniques Exacerbation de l état pro-inflammatoire Ac stimulant l angiotensine 2 Dysfonctionnement de l endothélium vasculaire avec activation de la coagulation. Vasoconstriction avec HTA protéinurie IRA HELLP syndrôme

26 Physiopathologie Facteurs génétiques. Facteurs environnementaux. Facteurs immunologiques. Anomalie vasculaire placentaire. Ischémie placentaire. Libération de médiateurs angiogéniques Exacerbation de l état pro-inflammatoire Ac stimulant l angiotensine 2 Dysfonctionnement de l endothélium vasculaire avec activation de la coagulation. Vasoconstriction avec HTA protéinurie IRA HELLP syndrôme Eclampsie

27 Physiopathologie Facteurs génétiques. Facteurs environnementaux. Facteurs immunologiques. Anomalie vasculaire placentaire. Ischémie placentaire. Libération de médiateurs angiogéniques Exacerbation de l état pro-inflammatoire Ac stimulant l angiotensine 2 Dysfonctionnement de l endothélium vasculaire avec activation de la coagulation. Vasoconstriction avec HTA protéinurie IRA HELLP syndrôme Eclampsie aggravation de l ischémie

28 Eléments d orientation pour la prise en charge

29 Eléments d orientation pour la prise en charge Diagnostique sur critères simples (HTA /protéinurie /Oedèmes.

30 Eléments d orientation pour la prise en charge Diagnostique sur critères simples (HTA /protéinurie /Oedèmes. Monitorage FC, PNI +++, SPO2, FR durant toute la prise en charge.

31 Eléments d orientation pour la prise en charge Diagnostique sur critères simples (HTA /protéinurie /Oedèmes. Monitorage FC, PNI +++, SPO2, FR durant toute la prise en charge. Bilan.

32 Eléments d orientation pour la prise en charge Diagnostique sur critères simples (HTA /protéinurie /Oedèmes. Monitorage FC, PNI +++, SPO2, FR durant toute la prise en charge. Bilan. Recherche de forme sévère et/ou complications.

33 Bilan Fœtal Maternel BVR: à répéter dans les formes graves toutes les 4 à 6 heures.

34 Bilan Fœtal Maternel Enregistrement du rythme cardiaque fœtal. BVR: à répéter dans les formes graves toutes les 4 à 6 heures.

35 Bilan Fœtal Maternel Enregistrement du rythme cardiaque fœtal. Recherche d un RCIU BVR: à répéter dans les formes graves toutes les 4 à 6 heures.

36 Bilan Fœtal Maternel Enregistrement du rythme cardiaque fœtal. Recherche d un RCIU Bilan vasculo-rénal initial: Urée, ionogramme sanguin et urinaire. BVR: à répéter dans les formes graves toutes les 4 à 6 heures.

37 Bilan Fœtal Maternel Enregistrement du rythme cardiaque fœtal. Recherche d un RCIU Bilan vasculo-rénal initial: Urée, ionogramme sanguin et urinaire. Protéinurie des 24 heures BVR: à répéter dans les formes graves toutes les 4 à 6 heures.

38 Bilan Fœtal Maternel Enregistrement du rythme cardiaque fœtal. Recherche d un RCIU Bilan vasculo-rénal initial: Urée, ionogramme sanguin et urinaire. Protéinurie des 24 heures BHC BVR: à répéter dans les formes graves toutes les 4 à 6 heures.

39 Bilan Fœtal Maternel Enregistrement du rythme cardiaque fœtal. Recherche d un RCIU Bilan vasculo-rénal initial: Urée, ionogramme sanguin et urinaire. Protéinurie des 24 heures BHC NFS, Plaquettes, recherche des schizocytes, dosage d haptoglobine. BVR: à répéter dans les formes graves toutes les 4 à 6 heures.

40 Bilan Fœtal Maternel Enregistrement du rythme cardiaque fœtal. Recherche d un RCIU Bilan vasculo-rénal initial: Urée, ionogramme sanguin et urinaire. Protéinurie des 24 heures BHC NFS, Plaquettes, recherche des schizocytes, dosage d haptoglobine. Hémostase complète BVR: à répéter dans les formes graves toutes les 4 à 6 heures.

41 Recherche formes sévères et complications

42 Recherche formes sévères et complications HTA sévère

43 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente

44 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente céphalées, troubles visuels, ROT vif, barre épigastrique

45 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC

46 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC confusion, troubles de la conscience, déficit

47 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC Atteinte cardiovasculaire

48 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC Atteinte cardiovasculaire Dyspnée, désaturation, OAP

49 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC Atteinte cardiovasculaire Signes d HRP

50 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC Atteinte cardiovasculaire Signes d HRP douleurs pelviennes, contractures pelviennes, métrorragies, signes de choc

51 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC Atteinte cardiovasculaire Signes d HRP Signes d insuffisance rénale.

52 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC Atteinte cardiovasculaire Signes d HRP Signes d insuffisance rénale. HELLP syndrome.

53 Recherche formes sévères et complications HTA sévère Signe d éclampsie imminente Signes d AVC Atteinte cardiovasculaire Signes d HRP Signes d insuffisance rénale. HELLP syndrome. RCIU.

54

55 Le traitement étiologique de la PE est l arrêt de la grossesse.

56

57 le terme est un élément clé de la Conduite à tenir!

58

59 Conduite à tenir par rapport au terme.

60 Conduite à tenir par rapport au terme. < 24 SA IMG

61 Conduite à tenir par rapport au terme. < 24 SA > 24 SA IMG discussion du maintien de la grossesse

62 Conduite à tenir par rapport au terme. < 24 SA > 24 SA < 34 SA IMG discussion du maintien de la grossesse maturation pulmonaire par bétaméthasone

63 Conduite à tenir par rapport au terme. < 24 SA > 24 SA < 34 SA > 34 SA IMG discussion du maintien de la grossesse maturation pulmonaire par bétaméthasone ttt jusqu à 36 SA si stable

64 Conduite à tenir par rapport au terme. < 24 SA > 24 SA < 34 SA > 34 SA > 36 SA IMG discussion du maintien de la grossesse maturation pulmonaire par bétaméthasone ttt jusqu à 36 SA si stable accouchement sans délai

65 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux.

66 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable

67 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable Traitement conservateur si possible.

68 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable Traitement conservateur si possible. Mater niveau 2 ou 3 selon âge gestationnel

69 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable Traitement conservateur si possible. Mater niveau 2 ou 3 selon âge gestationnel Si < à 34 SA maturation pulmonaire par bétaméthazone (Célestene ) 12mg en deux doses espacées de 24 heures.

70 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable PE sévère Traitement conservateur si possible. Mater niveau 2 ou 3 selon âge gestationnel Si < à 34 SA maturation pulmonaire par bétaméthazone (Célestene ) 12mg en deux doses espacées de 24 heures.

71 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable Traitement conservateur si possible. Mater niveau 2 ou 3 selon âge gestationnel Si < à 34 SA maturation pulmonaire par bétaméthazone (Célestene ) 12mg en deux doses espacées de 24 heures. PE sévère Interruption rapide voire immédiate de la grossesse.

72 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable Traitement conservateur si possible. Mater niveau 2 ou 3 selon âge gestationnel Si < à 34 SA maturation pulmonaire par bétaméthazone (Célestene ) 12mg en deux doses espacées de 24 heures. PE sévère Interruption rapide voire immédiate de la grossesse. Après 1 dose de bétamethazone si possible.

73 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable Traitement conservateur si possible. Mater niveau 2 ou 3 selon âge gestationnel Si < à 34 SA maturation pulmonaire par bétaméthazone (Célestene ) 12mg en deux doses espacées de 24 heures. PE sévère Interruption rapide voire immédiate de la grossesse. Après 1 dose de bétamethazone si possible. Dans mater niveau 1 si transfert in utéro impossible pour cause d urgence.

74 Orientation de la patiente selon critères maternels et fœtaux. PE Stable Traitement conservateur si possible. Mater niveau 2 ou 3 selon âge gestationnel Si < à 34 SA maturation pulmonaire par bétaméthazone (Célestene ) 12mg en deux doses espacées de 24 heures. PE sévère Interruption rapide voire immédiate de la grossesse. Après 1 dose de bétamethazone si possible. Dans mater niveau 1 si transfert in utéro impossible pour cause d urgence. Transfert mère et enfant vers un site approprié après la césarienne.

75 Critères d arrêt de la grossesse

76 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : Critères maternels après maturation pulmonaire : Critères fœtaux

77 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Critères maternels après maturation pulmonaire : Critères fœtaux

78 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Dégradation rapide et importante du bilan biologique Critères maternels après maturation pulmonaire : Critères fœtaux

79 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Dégradation rapide et importante du bilan biologique Apparition de complications cliniques (OAP, HRP, éclampsie, ) Critères maternels après maturation pulmonaire : Critères fœtaux

80 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Dégradation rapide et importante du bilan biologique Apparition de complications cliniques (OAP, HRP, éclampsie, ) Critères maternels après maturation pulmonaire : Insuffisance rénale. Critères fœtaux

81 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Dégradation rapide et importante du bilan biologique Apparition de complications cliniques (OAP, HRP, éclampsie, ) Critères maternels après maturation pulmonaire : Insuffisance rénale. Anomalies neurologiques persistantes. Critères fœtaux

82 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Dégradation rapide et importante du bilan biologique Apparition de complications cliniques (OAP, HRP, éclampsie, ) Critères maternels après maturation pulmonaire : Insuffisance rénale. Anomalies neurologiques persistantes. Douleur épigastrique persistantes. Critères fœtaux

83 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Dégradation rapide et importante du bilan biologique Apparition de complications cliniques (OAP, HRP, éclampsie, ) Critères maternels après maturation pulmonaire : Insuffisance rénale. Anomalies neurologiques persistantes. Douleur épigastrique persistantes. HELLP syndrome. Critères fœtaux

84 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Dégradation rapide et importante du bilan biologique Apparition de complications cliniques (OAP, HRP, éclampsie, ) Critères maternels après maturation pulmonaire : Insuffisance rénale. Anomalies neurologiques persistantes. Douleur épigastrique persistantes. HELLP syndrome. Critères fœtaux Anomalies du RCF.

85 Critères d arrêt de la grossesse Critères maternels en urgence : HTA non contrôlée Dégradation rapide et importante du bilan biologique Apparition de complications cliniques (OAP, HRP, éclampsie, ) Critères maternels après maturation pulmonaire : Insuffisance rénale. Anomalies neurologiques persistantes. Douleur épigastrique persistantes. HELLP syndrome. Critères fœtaux Anomalies du RCF. Retard de croissance sévère au delà de 32 SA.

86 Complications de la PE

87 Eclampsie. Complications de la PE

88 Complications de la PE Eclampsie. HELLP syndrome.

89 Complications de la PE Eclampsie. HELLP syndrome. Insuffisance Rénale Aiguë.

90 Complications de la PE Eclampsie. HELLP syndrome. Insuffisance Rénale Aiguë. HRP

91 Complications de la PE Eclampsie. HELLP syndrome. Insuffisance Rénale Aiguë. HRP Hématome sous capsulaire du foie.

92 Complications de la PE Eclampsie. HELLP syndrome. Insuffisance Rénale Aiguë. HRP Hématome sous capsulaire du foie. Complications hémorragiques cérébrales.

93 Complications de la PE Eclampsie. HELLP syndrome. Insuffisance Rénale Aiguë. HRP Hématome sous capsulaire du foie. Complications hémorragiques cérébrales. CIVD, fibrinolyse.

94 Complications de la PE Eclampsie. HELLP syndrome. Insuffisance Rénale Aiguë. HRP Hématome sous capsulaire du foie. Complications hémorragiques cérébrales. CIVD, fibrinolyse. RCIU, mort foetale.

95 Eclampsie

96 Eclampsie Survenue d une ou plusieurs crises convulsives dans le cadre d une PE.

97 Eclampsie Survenue d une ou plusieurs crises convulsives dans le cadre d une PE. Traitement préventif MgSO4 4g IVSE 30 min puis 1g par heure pendant 24 h en cas d apparition de signes neurologiques.

98 Eclampsie Survenue d une ou plusieurs crises convulsives dans le cadre d une PE. Traitement préventif MgSO4 4g IVSE 30 min puis 1g par heure pendant 24 h en cas d apparition de signes neurologiques. Surveillance : Recherche dyspnée, SpO2, ROT (disparition = surdosage), magnésémie, créatinémie.

99 Eclampsie

100 En cas de crise Eclampsie

101 Eclampsie Libération des VAS et oxygénothérapie. En cas de crise

102 Eclampsie Libération des VAS et oxygénothérapie. Contrôle de l HTA. En cas de crise

103 Eclampsie Libération des VAS et oxygénothérapie. Contrôle de l HTA. MgSO4. En cas de crise

104 Eclampsie Libération des VAS et oxygénothérapie. Contrôle de l HTA. MgSO4. Rivotril 0.25 à 0.5 mg/h si nécessaire. En cas de crise

105 Eclampsie Libération des VAS et oxygénothérapie. Contrôle de l HTA. MgSO4. Rivotril 0.25 à 0.5 mg/h si nécessaire. Décision d extraction ou d accouchement. En cas de crise

106 Eclampsie Libération des VAS et oxygénothérapie. Contrôle de l HTA. MgSO4. Rivotril 0.25 à 0.5 mg/h si nécessaire. Décision d extraction ou d accouchement. Si état de mal convulsif : extraction sous AG. En cas de crise

107 HELLP syndrome

108 Hemolysis. HELLP syndrome

109 HELLP syndrome Hemolysis. Elevated Enzyme Liver : hémolyse hépatique ASAT > 70 UI/L.

110 HELLP syndrome Hemolysis. Elevated Enzyme Liver : hémolyse hépatique ASAT > 70 UI/L. Low Platelet < /mm3. Signes cliniques:

111 HELLP syndrome Hemolysis. Elevated Enzyme Liver : hémolyse hépatique ASAT > 70 UI/L. Low Platelet < /mm3. Signes cliniques: Céphalées troubles visuels. Barre épigastrique, nausées vomissements, diarrhée. Métrorragies.

112 HELLP syndrome Hemolysis. Elevated Enzyme Liver : hémolyse hépatique ASAT > 70 UI/L. Low Platelet < /mm3. Signes cliniques: Céphalées troubles visuels. Barre épigastrique, nausées vomissements, diarrhée. Métrorragies. La PEC est la même que toutes PE sévère, avec ou sans HELLP.

113 Traitement anti hypertenseur

114 Sulfate de Magnésium

115 Sulfate de Magnésium Propriétés anti hypertensives et anti convulsivantes.

116 Sulfate de Magnésium Propriétés anti hypertensives et anti convulsivantes. CI : IRA, maladies neuro musculaires.

117 Sulfate de Magnésium Propriétés anti hypertensives et anti convulsivantes. CI : IRA, maladies neuro musculaires. Poso : 4g IVSE 30 min puis 1g/h pendant 24h.

118 Sulfate de Magnésium Propriétés anti hypertensives et anti convulsivantes. CI : IRA, maladies neuro musculaires. Poso : 4g IVSE 30 min puis 1g/h pendant 24h. Surv : Dyspnée, SPO2, ROT (disparition = surdosage) magnésémie, créatinémie.

119 Sulfate de Magnésium Propriétés anti hypertensives et anti convulsivantes. CI : IRA, maladies neuro musculaires. Poso : 4g IVSE 30 min puis 1g/h pendant 24h. Surv : Dyspnée, SPO2, ROT (disparition = surdosage) magnésémie, créatinémie. Antidote : Gluconate de Calcium 1g IVL.

120 Autres traitements

121 Autres traitements Troubles de l hémostase: Apport de facteurs de coagulation (PFC, PPSB). Transfusion de plaquettes. Apport fibrinogène. Acide tranexamique.

122 Autres traitements Troubles de l hémostase: Apport de facteurs de coagulation (PFC, PPSB). Transfusion de plaquettes. Apport fibrinogène. Acide tranexamique. Traitement antalgique Paracétamol contre les céphalées. Réduire les posologies selon bilan hépatique.

123 Anesthésie et PE : ALR

124 Anesthésie et PE : ALR Technique de choix

125 Anesthésie et PE : ALR Technique de choix CI : Détresse respiratoire, état de choc, urgence extrême, thrombopénie (< pour RA; < pour APD).

126 Anesthésie et PE : ALR Technique de choix CI : Détresse respiratoire, état de choc, urgence extrême, thrombopénie (< pour RA; < pour APD). Remplissage vasculaire limité (< 1000 ml).

127 Anesthésie et PE : ALR Technique de choix CI : Détresse respiratoire, état de choc, urgence extrême, thrombopénie (< pour RA; < pour APD). Remplissage vasculaire limité (< 1000 ml). Diminution ou arrêt du traitement anti hypertenseur.

128 Anesthésie et PE : ALR Technique de choix CI : Détresse respiratoire, état de choc, urgence extrême, thrombopénie (< pour RA; < pour APD). Remplissage vasculaire limité (< 1000 ml). Diminution ou arrêt du traitement anti hypertenseur. Si hypotension utilisation prudente de vasopresseur.

129 Anesthésie et PE : AG

130 Anesthésie et PE : AG Réévaluation de l airway.

131 Anesthésie et PE : AG Réévaluation de l airway. Risque d IOT difficile.

132 Anesthésie et PE : AG Réévaluation de l airway. Risque d IOT difficile. 2 intervenants.

133 Anesthésie et PE : AG Réévaluation de l airway. Risque d IOT difficile. 2 intervenants. FeO2 >90% ou 4 capacités vitales selon urgence.

134 Anesthésie et PE : AG Réévaluation de l airway. Risque d IOT difficile. 2 intervenants. FeO2 >90% ou 4 capacités vitales selon urgence. ISR modifiée : Penthotal. Célocurine. Rémifentanil 1μg/kg ou Sufenta 10 μg.

135 Anesthésie et PE : AG

136 Anesthésie et PE : AG Traitement antihypertenseur maintenu et adapté.

137 Anesthésie et PE : AG Traitement antihypertenseur maintenu et adapté. Injection d ocytocine possible pendant et après le travail.

138 Anesthésie et PE : AG Traitement antihypertenseur maintenu et adapté. Injection d ocytocine possible pendant et après le travail. Risque d obstruction laryngée à l extubation.

139 Après L accouchement

140 Après L accouchement Surveillance clinique stricte durant les 48 premières heures. tension. neurologique. saignements. apports hydriques et diurèse. poids. Prévention des thromboses veineuses. biologique. Traitement anti hypertenseur adapté. Relais per os quand patiente stabilisée.

141 Merci de votre attention

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Objectifs : Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Diagnostiquer et connaître les principes de prévention et de prise en charge de l hypertension

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

GROSSESSE et lupus/sapl

GROSSESSE et lupus/sapl GROSSESSE et lupus/sapl Nathalie Costedoat-Chalumeau Centre de référence maladies autoimmunes et systémiques rares Service Médecine Interne Hôpital Cochin Paris Rappels et définitions Critères cliniques

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Hématome rétro-placentaire ( HRP )

Hématome rétro-placentaire ( HRP ) Hématome rétro-placentaire ( HRP ) L hématome rétroplacentaire (HRP) ou abruptio placentae correspond au décollement prématuré d un placenta normalement inséré (DPPNI). La lésion anatomique est formée

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

ANDRIANASOLO Andomalala Ravonirina

ANDRIANASOLO Andomalala Ravonirina ANDRIANASOLO Andomalala Ravonirina ASPECTS EPIDEMIO-CLINIQUES DES PREECLAMPSIES SEVERES A L HOPITAL UNIVERSITAIRE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE DE BEFELATANANA EN 2009 Thèse de Doctorat en Médecine UNIVERSITE

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain)

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain) NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain) Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre Méthode «Recommandations pour la pratique clinique» RECOMMANDATIONS Novembre

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo

Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo Journée inter-smur 35 Dr S. MULON 17/04/2014 Hémorragie : l hémorragie est définie par l effusion d une quantité plus ou moins considérable de sang hors d un vaisseau

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Les NOACs en situation de crise

Les NOACs en situation de crise Les NOACs en situation de crise Vanderhofstadt Quentin Stagiaire en médecine interne (CHHF) Février 2013 Supervision : Dr Guillen 1 Les NOACs en situation de crise Pourquoi un staff à ce sujet R/ de plus

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle)

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Le traitement des calculs urétéraux et rénaux a beaucoup changé depuis 1980 avec la venue d un appareil

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Complications de la transfusion

Complications de la transfusion Complications de la transfusion Traditionnellement, les accidents transfusionnels sont décrits selon leur cause, immunologique, infectieuse, autre. Il est cependant plus didactique de les étudier selon

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie. Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot

XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie. Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot Les sources les plus fréquentes des litiges actuels 1. Le non respect

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Réanimation des formes graves de prééclampsie

Réanimation des formes graves de prééclampsie Réanimation des formes graves de prééclampsie Conférence d'experts - 2000 Texte court Experts: F. Audibert (CNGOF), G. Aya (Sfar), F. Bayoumeu (Star), D. Benhamou (Sfar), G. Boehm (Sfar), P. Branchu (Sfar),

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Soins Inrmiers aux brûlés

Soins Inrmiers aux brûlés Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/2009 1 Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

PLAN 1. INTRODUCTION 2. MATERIEL ET METHODES 3. RESULTATS 4. DISCUSSION 5. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES

PLAN 1. INTRODUCTION 2. MATERIEL ET METHODES 3. RESULTATS 4. DISCUSSION 5. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES ABBREVIATION ACOG: American College of Obstetricians and Gynecologists ARCF: Anomalies du rythme cardiaque fœtal ATCD: Antécédent AVB: Accouchement voie basse CG: Culot globulaire CHU: Centre Hospitalier

Plus en détail

ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005)

ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005) ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005) PLAN : - Lieux d exercice. - Rappel des notions essentielles à connaître en NeuroAnesthésie. - Rôle IADE. - Cas particulier de l enfant. LIEUX D EXERCICE.

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE Assurer le suivi des personnes recevant un Page 1 de 12 O.C. 6.5 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les connaissances et les compétences nécessaires,

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

ETUDE EPIDEMIO-CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE DE LA CRISE D ECLAMPSIE A L HOPITAL DE GAO MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE,

ETUDE EPIDEMIO-CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE DE LA CRISE D ECLAMPSIE A L HOPITAL DE GAO MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE, MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE, SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ****************** UNIVERSITE DE BAMAKO REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple- Un But- Une Foi ANNEE UNIVERSITAIRE : 2007-2008 N../

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP I Définition L'insuffisance cardiaque droite (IVD) se traduit par une augmentation des pressions de remplissage télédiastolique du ventricule droit (VD). Le

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE. Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier

INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE. Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier AVORTEMENTS SPONTANES et MORT FŒTALE IN UTERO Définitions OMS : avortements spontanés =

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES

Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES Avec la participation de : Conférence de consensus THROMBOPHILIE ET GROSSESSE PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES Vendredi 14 mars 2003 - Institut Pasteur Paris TEXTE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Vous venez de présenter une thrombose cérébrale et vous êtes hospitalisé. Il y a beaucoup de questions que vous vous posez sur ce qui s est passé et sur ce qui va arriver

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive?

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Pourquoi une analyse du sang avant la prise de la pilule? En France 10% de la population est porteuse de mutations génétiques d hypercoagulabilité,

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Prise en charge du nouveauné prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Docteur JeanFrançois Magny Institut de Puériculture et de Périnatalogie Problématique double Prise en charge de la prématurité

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail