leurs produits respectifs, et production d'anticorps spécinques. Mémoire présenté Département de biochimie Université Laval

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "leurs produits respectifs, et production d'anticorps spécinques. Mémoire présenté Département de biochimie Université Laval"

Transcription

1 Philippe Garneau Étude de la régulation de l'expression des gènes cyse et cyss de Batcillus subtitis : Surproduction et puriffcation de leurs produits respectifs, et production d'anticorps spécinques. Mémoire présenté a la Faculté des études supérieures de l'université Laval pour l'obtention du grade de Maître ès sciences (M. Sc.) Département de biochimie Faculté des sciences et de génie Université Laval O Philippe Garneau, 1999.

2 National Library 1*1 of Canada Acquisitions and Bibliographie Services Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 Wellington Street 395. rue Wellington Ottawa ON KI A ON4 OttawaON K1A ON4 Canada Canada Your Me Votre reterenœ Our fi* Notre reference The author has granted a nonexclusive licence allowing the National Library of Canada to reproduce, han, distribute or seu copies of this thesis in microform, paper or electronic formats. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts fiom it may be printed or otherwise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant a la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distribuer ou vendre des copies de cette thèse sous la forme de microfiche/nlm, de reproduction sur papier ou sur format électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

3 Résumé Les gènes cyse et cyss de Bacülus subtüis sont cotranscrits et sont régulés par un même mécanisme d'antitemiinaison de la transcription contrôlé par le niveau d'arntcvs. Les rôles divergents des produits de ces deux gènes (respectivement la sérine acétyltrarisférase (SAT) et la cystsny1-arnt synthétase (CysRS)) par rapport à la L-cystéine soulèvent la possibilité d'un second mécanisme de régulation de leur expression. En effet. la SAT contribue à former de la Gcystéine alors que la CysRS l'utilise lors d'une étape cruciale de la biosynthèse des protéines. C'exploration de l'existence d'un second mécanisme constitue l'objectif de ce projet de maîmse. Dans le cadre de ce projet. la SAT et la CysRS ont été surproduites et purifiées, pour permettre la production d'anticorps spécifiques. Ces derniers ont été obtenus. et ont permis de mesurer le niveau -intraceuulaire de la CysRS dans des échantillons de B. subtilis cultivé en rniueu minimal-glucose avec différentes sources de soufke; des variations de ces niveaux d a n t jusqu'à 3 fois ont été obsenrées selon la nature de la source de soufre. La SAT n'a pu être détectée dans ces échantillons de B. subtil&. en raison de la faible spécificité des anticorps obtenus lors de l'immunisation contre un variant synthétique de celle-ci, qui possède une queue d'histidines à son extrémité N-terminaie.

4 Tout d'abord, je tiens à remercier le Dr. Jacques Lapointe. pour sa patience lors de la correction préliminaire de ce mémoire et ses 0 encouragements durarit les longues périodes creuses qui ont parsemé ce projet de maîtrise. Je tiens également à remercier pour leurs conseils et leur opinions les membres de mon comité aviseur, les Dr. Michel Frenette. Serge Laberge et aussi M. MartLn Pelchat. qui sera lui aussi bientôt Docteur. J'aimerais remercier pour leur soutien, leurs conseils et de nombreux petits et grands senrices, les membres du laboratoire de biosynthèse des protéines que j'ai côtoyé lors de mon séjour : le Dr. Yves Gagnon, le Dr. Nathalie Champagne, Daniel Dubois, Éric Madore, Joëe Gauthier, Pierre-Marie Akochy. le Dr. Marie-Hélène Mazauric, et Louis- Patrick Gagnon. Des remerciements encore plus chaleureux pour le Dr. Lucille Lacoste et Mme Yang, également de ce laboratoire. pour leur aide essentielle à l'aboutissement de ce projet. J'aimerais aussi remercier Josée Lamoureux du laboratoire du Dr. André Darveau, ainsi que le Dr. Darveau lui-même, pour l'aide qu'ils ont apporté lors de mes Westerns. Je souhaite également remercier mes amis, Alain Labbé et Christian Blouin, qui malgré l'éloignement de leurs lieux d'études de doctorat respectif& ont su me prodiguer de nombreux conseils et encouragements. et ont su parfois comment me faire voir mes problèmes d'une perspective plus heureuse. En dernier lieu, je souhaite exprimer ma plus complète gratitude envers ma famiue, qui m'a supporté tout au long de ce projet de maîtrise.

5 Table des Matitres. Résumé: Avant-Propos: Remerciements Table des matières: Liste des Tableaux et Figures Abréviations utilisées: Chapitre 1 : Introduction: 1 1.1) Aminoacyl-ARNt synthétases chez les procaxyotes ) rôle et importance des aars chez les organismes vivants ) nécessité d'une régulation de l'expression des gènes codants pour des aars ) Régulation de i'expression des gènes des aars chez les procaryotes ) Régulation de l'expression des gènes procaryotes en général ) au niveau transcriptionne ) au niveau traductionnel ) dégradation des ARNm 1.2.2) Mécanismes de régulation de l'expression de certaines aars chez Escherichia coli ) Mécanismes de régulation de i'expression des aminoacyl-arnt synthétases chez B. subtüis ) Généralités ) L'antiterminaison de la transcription 1.3) Description de l'opéron gitx-cyse-cyss de BacilLus subtüis ) Position, arrangement et transcription des gènes. 11

6 1.3.2) Régulation de l'expression de cyse et cyss par l'antiterminaison de la transcription ) Particuliarités des transcrits. 1.4) Biosynthèse et utilisation de la cystéine chez les procaryotes ) Le sentier de biosynthèse de la cystéine chez E. coli ) Description de l'ensemble de la voie de biosynthèse ) La cystéine synthétase ) Le régulon cystéine ) La séruie acétyltransférase ) Biosynthèse de la cystéine chez Bacillus subtilis et les autres bactéries Gram-positives ) La cystéine comme précurseur d'autres composés. 1.5) Problématique. 1.6) Objectifs du projet. Chapitre 2 : Matériel et Méthodes. 2.1) Matériel utilisé ) Souches bactériennes et plasmides ) Enzymes, oligonucléotides et réactifs divers ) Milieux de culture utilisés. 2.2) Méthodologie ) Conditions de culture ) Préparation et traitement des extraits celiulaires ) Techniques de génétique moléculaire ) Dosages des protéines.

7 2.2.5) Techniques d'électrophorèse ) Méthodes de dosage enzymatique ) Méthode de dosage de l'activité CysRS ) Méthode de dosage de l'activité SAT ) Chromatographies ) Utiüsées lors de la purifkation de la QsRS ) Chromatographie d'échange d'anions ) Chromatographie sur colonne d'hydroxyapatite ) Uülïsées lors de la purification de l'hissat ) Techniques immunologiques ) Protocole d'immunisation des lapins ) Méthode de dosage des niveaux intracellulaires des protéines par immunodétection ) Conditions de protéolyse de l'hissat. Chapitre 3 : Résultats et Discussion ) Surproduction et purification de la CysRS de B. subfilis et préparation d'anticorps contre cette enzyme ) Transfomation de la souche E. coli DH5a avec le plasmide pyg ) Surproduction de la CysRS de B. subtilis chez E, coli DH5a ) Purification de la CysRS ) Partition dans un système à 2 phases ) Chromatographie d'échange d'anions ) Chromatographie sur colo~e d'hydroxyapatite ) Electrophorèse préparative de la QsRS ) Obtention d'anticorps de lapin contre la CysRS de B. sublilis.

8 vii ) Immunisation de lapins avec la CysRS purifiée. 3.1 A.2) Tests de la spécificité et de la sensibilité des sérums anti-cysrs. 3.2) Niveaux intracellulaires de la CysRS chez B. subtiüç 1Al. 3.3) Clonage du gène cyse de B. subtüls. surproduction et puriacation de 1'HisSAT, et préparation d'anticorps ) Construction du vecteur d'expression pet16bcyse ) Surproduction et purification de I'HisSAT ) Surproduction de I'HlsSAT ) Chromatographie d'affinité ) Chromatographie d'échanges d'anions à haute vitesse ) Coupure de la queue de la polyhistidine de I'HisSAT ) Electrophorèse préparative de I'HisSAT ) Obtention d'anticorps de lapin contre I'HisSAT de B. subtizis ) Immunisation de lapins avec 1'HisSAT purifiée ) Tests de la sensibilité et de la spécificité des sérums anti-hissat. Chapitre 4 : Conclusion générale. 4.1) Survol des résultats obtenus. 4.2) Perspectives.

9 Liste des Tableaux et des Figures. Titre : Fiwe 1 : Structures secondaires de la région a leader. de l'arn messager codant pour le gène thrs de Bacillus subtilis selon le niveau intraceuulaire de thréonyl-mtthr. F i ~ 2 e : Carte physique des gènes gluz, cyse. et cyss de Bucillus subtüh. Figure 3 : Mécanisme d'antiterminaison de la transcription de l'opéron gltx-cyse-cyss. Figure 4 : Alignement des séquences de type Shine-Dalgarno des gènes cyse et cyss avec la partie homologue de l'extrémité 3' de I'ARNr 16s de Bacillus subtilis. m e 5 : Chevauchement des gènes cyse et cyss de Bacillus subtüis. Figure 6 : Sentier de biosynthèse de la cystéine et mécanismes régulateurs le contrôlant. F i ~ 7 e : Représentation schématique des fonctions de la sérine acétyltransférase (SA3 et de la cystéïnyl-arnt synthétase (CysRS)dans la biosynthèse de la Gcystéine.

10 Tableau 1 : Description des souches bactériennes employées dans le cadre de ce projet de maîtrise. Tableau 2 : Séquences des oligonucléoti~esynthétisés dans le cadre de ce projet de maîtrise. Figure 8 : Surproduction de la CysRS de B. subtilis dans E. coli DH5a(pYG209) après induction de la transcription de cyss avec de I'IPTG. Figure 9 : Résultats de la chromatographie d'échange d'anions Q-Sepharose lors de la purification de la CysRS. Fimire 10 : Chromatographie de la CysRS sur colonne d'hydroxyapatite. Tableau 3 : Purification de la cystéinyl-arnt synthétase de B. subtil& surproduite à partir de 10.5 g (poids humide) de cellules de E. coli DH5a(pYG209), suite à l'induction à l'iptg 1 m. Figure 11 : Analyse par SDS-PAGE de fiactions provenant de plusieurs des étapes de purification de la QsRS. Fime 12 : Imrnunoempreinte a Western r de la CysRS de Baciüus subtilis 1Al obtenue de cultures en &eux minimaux Mg-glucose en présence ou non de divers acides minés.

11 Figure 13 : Quantification des niveaux intracellulaires de CysRS chez BacüZus subtilis cultivé en milieu minimal Mg + glucose 1%. Figure 14 : Courbes de croissance de B. subtitis 1A1 en milieu minimal M9+ glucose 1% supplémenté de certains acides aminés. F i ~ 15 e : Représentation schématique de la mutagenèse par PCR et du sous-clonage du gène cyse dans le vecteur de surexpression pet16b. Figure 16 : Surproduction de i'hissat dans E. coli BL2 1 (DE3)pLysS/pETlGb cyse. Fime 17 : Chromatographie d'affinité de I'HisSAT sur une colonne de résine HisBind (NoMgen). Firnire 18 : Résultats de la chromatographie haute vitesse de lwssat sur un échangeur d'anions de type POROS. Fime 19 : Essais de cïivage de la queue d'histidines de I'HisSAT par le facteur Xa. Fime 20 : Tests de I'immunodétection de la SAT de B. subtil& par des sérums anti-hissat.

12 Liste des Abréviations OC : aars : ADN : ARN : ARNm : A m : Asn : Asp : BSA : Cys : CysRS : d m : m: DTNB : DTT : EDTA : Fmt : Gh : Glu : HEPES : His : HisSAT : degré Celsius aminoacyl-arnt synthétase acide désoxyribonucléique acide ribonucléique ARN messager ARN de transfert asparagine acide aspartique albumine sérique bovine cystéine cystéinyl-arnt synthétase didésoxyribonucléotides mélange équimolaire de quatre désoqribonucléotides : ATP, CTP, 'ITP et GTP. 5.5'-dithionitro (acide benzoïque) dithiothréitol éthylènediamine tétraacétate N-formyl-méthionine met) glutamine acide glutamique N-12-hvdroxvethvl~i~erazine-N'l2-ethaneslhoc acidl histidine Sérine acétyltransférase avec 10 histidines et un site de reconnaissance du facteur X à à l'extrémité N-terminale. Immunoglobuline isoleucine isopropyl-p-d-thiogalactopyranoside Luria-Bertani

13 xii Leu : Lys : PCR : PMSF : SAT : SDS : SDS-PAGE : Ser : Stp : Thr: Tm : leucine lysine polymerase cimût reaction phénylméthyisulphonylfiuorure sérine acétyltransférase sodium dodécyl sulphate sodium dodecyl sulphate polyacry lamide gel electrophoresis serine arrêt de la traduction. thréonine température de fusion (pour un ADN bicaténaire. c'est la température à laquelle il y a bris de 50% des ponts hydrogènes). tryptophane

14 Chapitre 1 Introduction 1.1 Les aminoac~l-arnt smthétases chez les ~rocaryotes. 1,Ll Rôle et importance des amhoacyl-arnt svnthétases. Les arninoacyl-arnt synthétases (aars) sont des enzymes ubiquitaires essentielles au fonctionnement de la biosynthèse des protéines. Elles catalysent la réaction d'activation d'un acide aminé spécifique, ainsi que celle de l'estérification par cet acide aminé activé du ribose de I'extrémité 3' d'arns de transfert spécifiques à chacune de ces enzymes. La spécificité de ces réactions contribue a la capacité des ribosomes de respecter fidèlement le message génétique lors de la synthèse des protéines. Comme les aars régissent la première étape de la biosynthèse des protéines. leur activité fait l'objet d'un contrôle dépendant de la demande cellulaire des produits de leurs réactions. Ce contrôle peut être effectué à deux niveaux, soit celui de leur activité enzymatique, ou bien celui de la quantité de ces enzymes dans l'organisme. Tout d'abord, comme pour la plupart des enzymes. l'activité enzymatique des aars est fonction de l'équilibre entre les concentrations de leurs substrats et celles de leurs produits. Dans des conditions de croissance exponentielle, de l'ordre de 80 à 85% des ARNt sont aminoacylés, et ce pourcentage ne semble pas varier considérablement. Également. le fait que les activités des différentes aars correspondent aux niveaux d'incorporation de leus acides aminés propres dans les protéines en formation semble indiquer que ces enzymes ne jouent pas un rôle limitant pour la synthèse protéique (Gnuiberg-Manago, 1996). Cependant, un

15 équilibre entre le niveau intracellulaire des aminoacyl-arnt synthétases et les concentrations d'arnt est très important pour contrôler la fidélité du mécanisme de biosynthèse. En effet. il a été démontré qu'une surexpression de la glutaminyl-arnt synthétase de Escherichia coü in vivo produisait un niveau élevé d'aminoacylation de l'arnt supresseur ambre avec de la glutamirie. Cet effet est annulé lorsque l'arntc"'' est également surproduit (Swanson et d 1988). Cette constance dans la quantité de leurs produits, du rapport enzyme/arnt ainsi que leur rôle important dans le métabolisme cellulaire semblent exclure que les aminoacyl-arnt synthétases soient contrôlées finement au niveau de leur activité. Malgré cela. les aars de classe Ic requièrent la présence de leur ARNt pour se iier à leur acides aminés respectifs (Moras, l992). Aucun autre cas connu de contrôle allostérique de cette classe d'enzymes n'a été rapporté a ce jour. Ainsi, il semblerait que ce soit davantage au niveau de I'expression des gènes des aars que serait situé la régulation du niveau d'efficacité de ces enzymes : Nécessité d'une régulation cellulaire contrôlaat l'emression des gènes codant Dour les aminoacvl-arnt synthétases. Il a été observé chez la bactérie E. coli que la concentration en aars pouvait varier selon certaines conditions physiologiques. Dans cette bactérie, il a été montré pour 10 aars qu'une moyenne de 500 molécules était retrouvée par génome en milieu minimal avec une seule source de carbone, alors que la moyenne observée était supérieure à 800 en conditions de culture riches (Bremer et Dennis, 1987; Neidhardt et d 1977). De plus. la plupart des aars montrent une variation de l'ordre de deux fois de leurs niveaux de synthèse en réponse à une variation de la température de la culture de 28 à 42 C (Lemaux et d1978). il faut ajouter que le taux d'aminoacylation des ARNt joue un rôle très important au niveau même du

16 métabolisme cellulaire. Il pourrait. en influençant le niveau intracellulaire de ppûpp, semir de signal à la régulation stringente. du moins chez la bactérie E. coli (Grunberg-Manago. 1996). Les aminoacyl-arnt synthétases s'avèrent donc d'une telle importance, pour l'ensemble des processus cellulaires bactériens qu'il est nécessaire d'en savoir plus sur les mécanismes moléculaires qui contrôlent leur expression. procamotes. 1.2 : Régulation de l'ex~ression des gènes des aars chez les générai : Rédation de l'ex~ression des gènes nrocarvotes en Les gènes procaryotes peuvent être contrôlés à diverses étapes de leur expression. soit lors de la transcription de leur séquence d'adn en ARN messager. et également lors de la traduction du message génétique sur cet ARNm en un polypeptide. Ce polypeptide peut être ensuite modifié de différentes façons avant de former une protéine capable de jouer le rôle qui lui est alloué dans la machinerie ceiiulaire. Ces modifications sont parfois l'objet d'un contrôle. Également, la durée de vie de I'ARN messager vient jouer un grand rôle dans le niveau d'expression d'un gène donné. et peut aussi êixe la cible d'un mécanisme de régulation : au niveau transcriptionne1 La transcription d'un gène en un ARN messager est souvent l'objet d'un ou de plusieurs modes de régulation. En effet, un gène peut faire partie d'un opéron, et voir ainsi son expression liée a plusieurs autres gênes ayant des fonctions complémentaires. L'expression d'un tel opéron peut être alors contrôlée de façon à ce qu'elle soit déclenchée uniquement lorsque le besoin s'en fait sentir, comme c'est le cas de i'opéron lac de E. coli ou des

17 opérons de biosynthèse des acides aminés, comme i'opéron trp. Ce contrôle peut s'esectuer lors de l'initiation de la transcription, comme dans le cas de l'opéron lac, ou lorsque celle-ci est amorcée. et que i'arn polymérase rencontre des obstacles qui viennent ralentir ou arrêter son activité. comme c'est le cas pour l'opéron trp. Dans ces deux cas, ces modulations de I'activité de I'ARN polymérase sont causées par des conditions intracellulaires précises, soit l'absence de P-galactoside intracellulaire dans le cas de l'opéron lac et une haute concentration en tryptophane dans le cas de I'opéron trp (Singer et Berg. 1992). Il sera question plus loiri (à la section 1.2.3) de mécanismes similaires affectant l'expression de certaines aminoacyl-arnt synthétases d'e. colï : au niveau traductionne1 Plusieurs parallèles ont été remarqués entre les processus de la transcription et de la traduction. En effet. ces deux processus requièrent l'assemblage séquentiel d'un complexe enzymatique à un endroit précis d'une matrice d'acides nucléiques. Ainsi, un peu de la même façon. la traduction d'un gène peut être contrôlée à son initiation seion la nature et la disponibilité du site de fixation du ribosome, mais aussi lors du processus lui-même. par I'interférence de la structure secondaire de I'ARN messager ou d'autres protéines qui s'y lient également. De plus, la fin de la traduction d'une séquence codante peut permettre dans certains cas d'initier celle d'un gène adjacent, où l'absence d'un site de fixation fort pour les ribosomes diminue fortement l'expression. En effet, un modèle, présenté par Adhin et van Duin (1990). stipule que la sous-unité 30s du ribosome a la particularité de se déplacer sur une assez courte distance le long d'un ARNm jusqu'à ce qu'elle trouve un site favorable à l'initiation de la traduction. La sous-unité 30s peut se déplacer autant vers l'extrémité 3' que l'extrémité 5' de I'ARNm. Toutefois, le modèle de Adhin et van Duin ne démontre qu'une telle recherche d'un site d'initiation de la traduction ou nscanningr que dans

18 un cas particulier, celui d'une rémtiation traductionnelle, soit après que le ribosome ait terminé la traduction d'une séquence codante. Lorsqu'une seconde séquence codante dotée d'un codon d'initiation est présente près (e40 nucléotides. en amont ou en aval) du codon stop du premier gène. la sous-unité 30s va initier la traduction de ce second gène, sans qu'une séquence Shine-Daigarno soit nécessaire à sa fixation : dégradation des ARNm Le modèle de dégradation couramment accepté, qui date de moins de 10 ans. provient presque exclusivement de l'étude de E. coli (Hue et al 1995). Chez cette bactérie. les ARNm sont dégradés par un groupe de cinq ribonucléases, dont trois sont des endonucléases. la RNAse III, la RNAse E et la RNAse K. Les den autres enzymes sont des exonucléases, la polynucléotide phosphorylase (PNPase) et la RNAçe II qui dégradent 1'ARNm de l'extrémité 3' vers 5'. Tout d'abord, 1'ARNm est parcouni à partir de l'extrémité 5' vers i'aval par les endonucléases qui recherchent leur site de coupure. et qui clivent le brin après l'avoir trouvé. Les nombreux fkagments résultants sont alors dégradés par les exonucléases. Ce procédé laisse aux ARNm des demi-vies allant de 0.5 à 20 minutes chez les procaxyotes (Pedersen. et ai. 1978, Nilsson et al 1984). Iî semble dors évident que la dégradation des ARNm est un facteur déterminant du niveau d'expression génétique. La régulation de la demi-vie du message génétique codant pour les protéines pourrait être une façon pour l'organisme de contrôler le taux cellulaire de synthèse de ces demiêres. Ainsi, une telie variation (40 fois) daiis les demi-vies de différents ARNm pourrait être expliquée par l'existence de modes de protection contre la dégradation (Hajnsdorf et cd, 1994). Seulement quelques modes de protection de ItAFtNm contre la prédation par les ribonucléases ont été élucidés. L'un de ceux qui semblent être les plus répandus est la présence d'une structure secondaire en tige et

19 boucle à l'extrémité 3' de I'ARNm, laissée par l'arrêt de la transcription à la suite d'un temateu pindépendant. Certaines études ont établi que l'effiacité de cette protection est plus importante in vwo qu'in vitro. Cela laisse supposer que des facteurs protéiques pourraient être impliqués dans le blocage des nucléases au niveau de cette structure en 3' de I'ARNm (McLaren et al 1991). Une autre méthode de stabilisation semble être la coupure de l'arnm dans des régions importantes de la structure secondaire de ce dernier; par exemple 1'ARNm de thrs de Bacülus subtüis est clivé entre la boîte T et le terminateur, ce qui laisserait 1'ARNm avec une structure en tige et boucle en 5' (Condon et al 1996). Il a été montré qu'une telle structure protège l'arnm contre I'attaque des ribonuclêases (Belasco et al 1986) : Mécanismes de réguïatian de l'expression de certaines aars chez Escherichia coli. De façon générale, l'expression des gènes des aars est soumise à la régulation métabolique, c'est à dire qu'elle est samulée par une augmentation du taux de croissance cellulaire. L'augmentation de l'expression des aars est de 2 à 3 fois pour chaque augmentation de 5 fois de ce taux. Par contre, les gènes des aars ne semblent pas particulièrement sensibles à la régulation astringente)). et ce malgré le fait que la production des ARN stables (ARNr et Mt) est stoppée en réponse à celle-ci. Toutefois, chez E. colt 10 gènes d'aars voient la répression de leur expression levée par une carence en leurs acides aminés correspondants, mais pas par une carence globale de plusieurs acides aminés (Grunberg-Manago. 1996). Ce type de régulation permettrait au micro-organisme d'utiliser plus efficacement des concentrations faibles de l'acide aminé en question. Comme cela a été mentionné plus haut (section 1.1.2), environ la moitié des aafs voient leur expression réprimée de l'ordre de deux fois lors d'un changement de température soudain, ce qui est également obsenré dans les cas des facteurs d'élongations EF-G et EF-T mais pas dans celui du facteur

20 EF-Tu. Dans Ia plupart des cas. on ignore les mécanismes exacts par lesquels ces régulations sont exercées. Toujours chez E. colt l'expression des gènes des aars est contrôlée de multiples façons. Par exemple. le site d'initiation de la traduction du gène thrs est précédé d'une séquence %leader. qui peut prendre les formes de deux structures secondaires remarquablement similaires à celle du bras de l'anticodon de deux A R N isoaccepteurs ~ ~ (Romby et cd 1996; Moine et d 1990). La thréonyl-arnt synthétase reconnaît ces deux structures secondaires de l'arn messager et peut ainsi réprimer sa propre biosynthèse lorsqu'elle n'est pas associée à ~'ARN~~ (Springer, et al 1985). L'autorégulation traductionnelle est loin d'être le seul type de contrôle de l'expression des gènes des aars chez E. colt et SchirnrneI D'autres mécanismes (Ekztney 1981: Fayat et al 1983). tels que la répression transcriptionrielle dans le cas du gène alas ainsi que l'atténuation transcriptiomeile pour les gènes phest ont également été proposés, quoique dans le premier cas, il n'aitjamais été démontré in vivo (Putzer. 1997) : Mécanismes de régulation de I'emnssion des aminoacvl- ARNt synthétases chez B. subtilis : Généralités Chez B. subtüis, une bactérie Gram-positive, l'expression de cette classe d'enzymes est soumise à plusieurs facteurs différents de ceux découverts chez E. coli En premier lieu, contrairement à la situation chez E. coli, la grande majorité des gènes des aars sont transcrits dans le même sens que l'onde de réplication du chromosome de cette bactérie. 11 est à noter que cette disposition des gènes est partagée avec plus de 80% des transcrits de B.

21 subtiiis. incluant tous les gènes fortement exprimés étudiés jusqu'à maintenant. Il est possible que cet arrangement soit favorable au bon fonctiomement conjugué de la répiication et de la transcription (French, 1992). De plus. les gènes des aars sont principalement regroupés en trois sections sur le chromosome de B. subtüis, ce qui est également différent du cas de E. coli, où ils sont plutôt dispersés. Toutefois, on ignore à ce jour les raisons de tels regroupements. Notons également l'absence de glutaminyl- ARNt synthétase (GLnRS), remplacée par l'action conjugée de la glutaniyi- ARNt synthétase et d'une glutamy1-~~~t~~ amidotransférase. Cette amidotransférase a été retrouvée chez la majorité des organismes procaryotes (Gram-positifs, cyanobactéries) et les archaebactéries mais pas chez les bactéries pourpres (à l'exception de Rhizobium melitoti (Gagnon et al 1996)). ni les organismes eucaryotes, à l'exception de leurs organelles (pour une revue, voir Freist et al. 1998). Une autre différence entre les gènes des aminoacyï-arnt synthétases d'e. coli par rapport à celles de B. subtilis se retrouve au niveau du contrôle de leur expression. En effet, chez cette demière bactérie ainsi que chez plusieurs autres organismes Gram-positifs. plusieurs gènes, dont plus de la moitié des gènes d'aars et certains opérons de biosynthèse d'acides aminés sont conk6lés par un seul type de mécanisme, l'antitemiiriaison transcrip tiomeue. Le mécanisme d'antiterniiriaison de la transcription par intéraction d'un ARNt avec l'arnm en construction est particulièrement bien connu pour le gène th6 de B. subtüb. codant pour la thréonyl-arnt synthétase (ThrRS) (voir figure 1). Tout d'abord, la structure de la région du.leader. comporte un terminateur p-indépendant, qui &te la transcription de 1'ARNm de thrs en conditions où le niveau intracellulaire de thréonyi-arn~' est sufasant

22 pour la cellule, donc de façon générale beaucoup plus important que le niveau libre. Lorsque le niveau d'mtthr libre vient à augmenter. ce qui veut dire soit qu'il y ait diminution du niveau de thréonyl-arnt synthétase. soit qu'a y ait diminution de.la concentration intracellulaire en thréontne. la ceiiule a un besoin accru de cet enzyme. I'ARN~- L'anticodon GGU de vient alors se lier à un codon spécificateur ACC à l'aval de la boîte T d'un ARNm codant pour thrs en voie de synthèse. Son extrémité 3' acceptrice. CCA, va alors se lier à une courte séquence complémentaire GGU. située dans la boite T, ce qui déstabilise la structure du terminateur et forme une autre structure, i'antitemiinateur. Celui-ci permet la suite de la transcription de I'ARNm. et ainsi l'expression de thrs en 'ïhrrs. ce qui va faire diminuer le niveau ~ ' A Rlibre N ~ ~ dans la cellule, donc qui va rétablir par a feedback * la structure du temxinateur. Cela arrête alors l'expression de thrs (Putzer et al Grundy et Henkin, 1993). A cette action de I'ARNt non chargé sur la structure secondaire du leader de l'arnm codant pour l'aars correspondant s'ajoute possibiement celle de l'arnt chargé. avec lequel il serait en compétition pour les sites de fixation sur la séquence leader (Grundy et al Garrity et Zahler, 1994). Ce type de régulation par compétition permet sans doute un contrôle très fin de l'initiation de la traduction des gènes dotés de boîtes T sur la séquence leader de leur ARNm.

23 . FIQUIC 1 : Structures secondaires de la région a leader de I'ARN messager codant pour le gène thrs de B. subtüis selon le niveau intracdulaire de thréonyl-arn~~: La figure du haut (A) représente la forme de I'ARNm en présence d'un niveau élevé de thréonyl-arn~~. alors que la figure du bas (B) représente le cas ofi le niveau d'mtrir non-chargé est élevé (Condon et d 1996).

24 1.3 : Description de l'opéron algk-cusbcuss de Bacillus subtitis : Position et arrangement et transcription des gènes. L'opéron gwc-cyse-cyss est situé à environ 9 O ( pb) de l'origine de réplication du génome de B. subtüis. L'opéron contient trois gènes codant respectivement pour la glutamyl-arnt synthétase (GluRS). la sérine acétyitransférase (SA-. et la cystéinyl-arnt synthétase (CysRS) (figure 2). La séquence de cet opéron a été déterminée par l'équipe du Dr. Lapointe (Breton et al. 1990; Gagnon et d 1994.). qui a démontré que les gènes gwz. cyse et cyss sont CO-transcrits dans cet ordre a partir d'un promoteur situé à 40 pb en amont du codon d'initiation de gwl Il s'agit du premier cas connu où les gènes de deux aars sont CO-transcrits. soit gltx et cyss. Également. comme la sérine acétyltransférase est la première eilzyme de la voie de biosynthèse de la cystéine. l'opéron gwz-cyse-cyss est le premier cas rapporté de CO-transcription d'un gène d'aars avec celui d'une enzyme de la voie de biosynthèse de l'acide aminé correspondant. 0.5 Kb FfPurc 2: Carte physique des gènes gw cyse, et cyss de B. subtizis (Gagnon et al. 1994). Un promoteur est situé en amont du gène glk II initie Ia transcription des gènes de gauche à droite de la figure. Une structure de terminaison de la transcription p- indépendante (représentée par une structure en tige et boucle est située entre les gènes gltx et cyse, immédiatement en aval de la boîte T. Eue arrête la transcription après gltx en présence d'une forte concenhation de cystéinyl-arn~~. La boîte T induirait l'antiterminaison de la transcription a ce terrninateur à basse concentration de cystéinyl- A R N et ~ ~ ainsi la synthèse d 'un long transcrit Un site de coupure de ce Iong transcrit serait situé immédiatement en aval de la structure d 'antiterminaison. donnant un ARNm codant pour güx et un ARNm codant pour cyse et cyss qui conserverait la structure du terminateur pindépendant (Pelchat et Lapointe, 1999).

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

VI- Expression du génome

VI- Expression du génome VI- Expression du génome VI-1.- EXPRESSION DU GÉNOME- PRINCIPES GÉNÉRAUX DOGME CENTRAL Les gènes et l information génétique sont conservés sous forme d acides nucléiques La perpétuation à l identique de

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson 15 Applications des techniques de génie génétique à la gastro-entérologie et à l hépatologie : Paradigmes fondamentaux de la biologie moléculaire de la cellule G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J.

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire Séquence 2 L expression du patrimoine génétique Sommaire 1. La synthèse des protéines 2. Phénotypes, génotypes et environnement Synthèse de la séquence 2 Exercices de la séquence 2 Glossaire des séquences

Plus en détail

TAG, protéases et acides aminés modifiés

TAG, protéases et acides aminés modifiés TAG, protéases et acides aminés modifiés Les TAG Ce sont des protéines ou des peptides qui permettent la production, la détection, la stabilité et la purification aisée des protéines recombinantes lorsqu'elles

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012 Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation A. Galmiche, 2011-2012 1. Introduction et techniques de base 2. Détection des acides nucléiques et mesure de l expression des gènes: Hybridations PCR

Plus en détail

VI. Domaines protéiques

VI. Domaines protéiques Chapitre 1 Structure des protéines I. Rappels Définitions II. La Protein Data Bank (PDB) III. Angles dièdres et diagramme de ramachandran IV. Structures secondaires V. Structures supersecondaires VI. Domaines

Plus en détail

4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES

4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES 4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES 4.1 Épreuve écrite portant sur le programme général du secteur A (Biologie et physiologie cellulaires, biologie moléculaire: leur intégration au niveau des organismes).

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

Outils de gestion des ressources biologiques

Outils de gestion des ressources biologiques Le Cahier des Techniques de l INRA 2015 (84) N 1 Outils de gestion des ressources biologiques Frédéric Sanchez 1 *, Tou Cheu Xiong 1 Résumé. Les recherches en biologie génèrent un grand nombre d échantillons

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 Andrew Tolonen atolonen@genoscope.cns.fr Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 A- Généralités I- La vie sur terre telle que nous la connaissons ne

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE Organisé par l équipe pédagogique : Statistique bioinformatique du département IMATH Responsable de la formation : Pr. Jean-François Zagury Coordinateur des

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Différences entre Homme et singes?

Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Apparition de l œil? Apparition du vol? Apparition des hémoglobines? Molécule d hémoglobine HEME Chaîne polypeptidique de type 2 Chaîne

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps Présentation ADN Fishbase Jolien Bamps Les lois de Mendel et la transmission de l hérédité Gregor Mendel Moine et botaniste hongrois (1822-1884), en charge de maintenir le potager de son monastère Considéré

Plus en détail

LE RIBORÉGULATEUR THIB D ESCHERICHIA COLI : UNE RÉGULATION EN TRANS? par. Maxime Simoneau-Roy

LE RIBORÉGULATEUR THIB D ESCHERICHIA COLI : UNE RÉGULATION EN TRANS? par. Maxime Simoneau-Roy LE RIBORÉGULATEUR THIB D ESCHERICHIA COLI : UNE RÉGULATION EN TRANS? par Maxime Simoneau-Roy mémoire présenté au Département de biologie en vue de l'obtention du grade de maître ès sciences (M.Sc.) FACULTÉ

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Par Marie-Pier Bouchard Département de Biochimie

Université de Sherbrooke. Par Marie-Pier Bouchard Département de Biochimie Université de Sherbrooke Identification et caractérisation de la régulation de systèmes à deux composants impliqués dans la virulence de Salmonella Typhimurium par des ARN régulateurs Par Marie-Pier Bouchard

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

Biologie Moléculaire

Biologie Moléculaire Université Pierre et Marie Curie Biologie Moléculaire Objectifs au cours de Biochimie PAES 2009-2010 Pr. C. Housset (Chantal.Housset@st-antoine.inserm.fr) Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise

Plus en détail

Le séquençage à haut débit Mars 2011

Le séquençage à haut débit Mars 2011 Atelier Epigénétique Université Pierre et Marie Curie Le séquençage à haut débit Mars 2011 Stéphane Le Crom (lecrom@biologie.ens.fr) Institut de Biologie de l École normale supérieure (IBENS) de la Montagne

Plus en détail

Produire une protéine recombinante. Principes et Méthodes. de Biologie Moléculaire

Produire une protéine recombinante. Principes et Méthodes. de Biologie Moléculaire Produire une protéine recombinante Principes et Méthodes de Biologie Moléculaire Gabrielle Potocki-Veronese INSA-Laboratoire Biotechnologie-Bioprocédés Toulouse Equipe Ingénierie Enzymatique Moléculaire

Plus en détail

Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles

Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles http://perso.univ-rennes1.fr/serge.hardy/ utilisateur : biochimie mot de passe : 2007 L'ARNm, simple intermédiaire entre le

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

Production d une protéine recombinante

Production d une protéine recombinante 99 Production d une protéine recombinante Lic. B. PIRSON Lic. J-M. SERONT ISICHt - Mons Production de la protéine recombinante GFP (Green Fluorescent Protein d Aequoria victoria) par une bactérie ( E.

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Cônes PureSpeed. Pureté et concentration optimisées Cônes pour purification de Protéines

Cônes PureSpeed. Pureté et concentration optimisées Cônes pour purification de Protéines Cônes PureSpeed Cônes pour protéine PureSpeed Pureté et concentration optimales Rapide moins de 15 minutes Traitement simultané de plusieurs échantillons Pureté et concentration optimisées Cônes pour purification

Plus en détail

Les outils de génétique moléculaire Les techniques liées aux acides nucléiques

Les outils de génétique moléculaire Les techniques liées aux acides nucléiques Les outils de génétique moléculaire Les techniques liées aux acides nucléiques Sommaire Preparation des acides nucléiques Extraction / purification Les enzymes agissant sur les acides nucléiques Les enzymes

Plus en détail

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Paramédicale Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique HELHa Fleurus Rue de Bruxelles 101 6220

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

TP B43 Bio-Informatique 1. TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE

TP B43 Bio-Informatique 1. TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE TP B43 Bio-Informatique 1 TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE 1) Quelques commandes LINUX - Ouvrir un terminal (menu Applications Accessoires Terminal) - Afficher la

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Génie Génétique. Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris L3 IMS ISSBA

Génie Génétique. Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris L3 IMS ISSBA L3 IMS ISSBA Génie Génétique Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris COLONIER Thomas, DOMEN Robin, GUERIN Nathan Filière Biotechnologie L3 IMS ISSBA La

Plus en détail

Les acides nucléiques et génomes

Les acides nucléiques et génomes Chapitre 2 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Les acides nucléiques et génomes Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

BIOLOGIE MOLECULAIRE

BIOLOGIE MOLECULAIRE BIOLOGIE MOLECULAIRE I. Eléments importants de la structure des génomes eucaryotes 1. Chromosomes et chromatines a) Caractéristiques générales d'un chromosome Les chromosomes des eucaryotes sont des grosses

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Tableau 1. Liste (non exhaustive) des protéines se localisant dans les P-Bodies

Tableau 1. Liste (non exhaustive) des protéines se localisant dans les P-Bodies NOM FONCTION EFFET DE L ABSENCE OU DE REFERENCES LA SUREXPRESSION SUR LES P- BODIES XRN1 exonucléase 5 3 Absence : augmente la taille et le Bashkirov et al. 1997 Shet et Parker 2003 Cougot nombre des P-bodies

Plus en détail

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB...

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB... Formavie 2010 Les fichiers PDB Les fichiers PDB contiennent les informations qui vont permettre à des logiciels de visualisation moléculaire (ex : RasTop ou Jmol) d afficher les molécules. Un fichier au

Plus en détail

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines CELLINE Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines Une technologie à double compartiment Nutriments Déchets Glucose Glutamine Lactate Ammonium Compartiment du milieu de culture

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT activités Notions construites Mots clés Demander de décrire morphologiquement voisin/ voisine, lui demander son groupe sanguin, ses performances

Plus en détail

Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de Thermobacillus xylanilyticus

Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de Thermobacillus xylanilyticus Journées SFR condorcet Compiègne 8-9 juillet 2015 Projet Hydroseq : UMR FARE-CRRBM Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Introduction : l ère de la génomique

Introduction : l ère de la génomique Introduction : l ère de la génomique En 1995, pour la première fois, la séquence complète du génome d une cellule vivante a été déterminée. Il s agissait d Haemophilus influenzae, une bactérie responsable

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique Partie 1 : Spécificité d'un anticorps pour un déterminant antigénique du VIH La séropositivité pour le VIH correspond à la présence

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale Yves Tarte, dmv Vétérinaire chargé du développement vétérinaire Hill s Pet Nutrition Canada Inc A.T.S.A.Q. Février 2009 La nutrigénomique Science toute

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Classification d ARN codants et d ARN non-codants

Classification d ARN codants et d ARN non-codants Classification d ARN codants et d ARN non-codants THÈSE présentée et soutenue publiquement le 31 mars 2009 pour l obtention du Doctorat de l Université des Sciences et Technologies de Lille (spécialité

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE 4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE L écologie microbienne (ou étude des micro-organismes de l environnement) étudie : les relations entre les différentes populations de micro-organismes

Plus en détail

Data Mining. Rapport de Projet

Data Mining. Rapport de Projet Université Bordeaux I 2011 Nicolas FONTAINE Florence MAURIER Jonathan MERCIER Data Mining Rapport de Projet M2 Bioinformatique Responsable : P. Desbarat Table des matières Introduction 1 1 Choix des données

Plus en détail

Respiration Mitochondriale

Respiration Mitochondriale Université Pierre et Marie Curie Respiration Mitochondriale Objectifs au cours de Révisions Biochimie PCEM2 Révisions Biochimie Métabolique 2004-2005 Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise à

Plus en détail

ARN et bioinformatique: PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com

ARN et bioinformatique: PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com ARN et bioinformatique: Partie 1 PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com Sommaire Principes biologiques : Transcription/traduction, types d ARN, formes primaires/secondaires. Zuker

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

Production à l échelle semi industrielle de la protéase TEV

Production à l échelle semi industrielle de la protéase TEV Projet industriel Production à l échelle semi industrielle de la protéase TEV Année 2010/2011 Aurélie FREY & Marie-Paule ULMER GBMA 2011 Remerciements A ABCDEFCEABACDCDBAACDEDCC ACD AD ACD CC ADDD CDCE

Plus en détail

TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT

TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT Daniela LENER IBMC Texte conseillé pour consultation : Biochimie, Voet & Voet, ed. De Boeck. Dosage des protéines Pendant une purification

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail