COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux"

Transcription

1 COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL

2 I Détection des pathogènes par le système immunitaire II Présentation du système d exportation de type III (TTSS) III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.1 Présentation du genre Yersinia II.2 Invasion cellulaire II.3 Les protéines effectrices IV Exemple de pathogène végétal : Pseudomonas syringae V Autres exemples

3 I Détection des pathogènes par le système immunitaire Comparaison mammifère/plante de la reconnaissance d un pathogène bactérien Mammifère Plante Motif reconnu Pathogen-Associated Molecular Pattern PAMPs LPS Protéines de choc froid Flagelline Récepteur extracellulaire Toll-Like Récepteur TLR Receptor-Like Kinase RLK Récepteur intracellulaire Nucleotide binding Oligomerization Domain NOD Protéines R Réponses engendrées Réponse innée Réponse hypersensible

4 I Détection des pathogènes par le système immunitaire Récepteurs de reconnaissance des molécules bactériennes par les mammifères et les plantes

5 I Détection des pathogènes par le système immunitaire Détection d un pathogène Cascades de réaction via les MAP Kinases Activation des facteurs de transcription Mammifère Facteur de transcription NF-κB Plante Facteurs de transcription WRKY Réponse immunitaire

6 II Présentation du système d exportation de type III (TTSS) Appelé également injectisome Libération de protéines effectrices à l intérieur de la cellule hôte Structure complexe 20 gènes dont 9 gènes avec forte similarité entre les bactéries possédant un TTSS Exemples de TTSS Gènes ysc chez Yersinia Gènes hrp chez Pseudomonas

7 II Présentation du système d exportation de type III (TTSS) Synthèse et exportation des protéines effectrices

8 II Présentation du système d exportation de type III (TTSS) Régulation du TTSS : Facteurs environnementaux : - Température - Calcium, fer - Osmolarité - Phase de croissance - Tension en oxygène - Densité cellulaire - ph - Contact avec l hôte Activation complète de l expression du TTSS Ouverture du TTSS Régulateurs - Système à 2 composants - Protéines de liaison à l ARN - Quorum Sensing - Facteurs alternatifs σ

9 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.1 Présentation du genre Yersinia Le genre Yersinia : Bacille Gram Immobile Non sporulant Famille des Entérobactéries Une dizaine d espèces dont 3 pathogènes : - Yersinia pestis - Yersinia enterocolitica - Yersinia pseudotuberculosis

10 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.2 Invasion cellulaire Voie principale via les cellules M Mécanisme d entrée par «zippering» Liaison de haute affinité Protéine membranaire bactérienne Invasine (Inv) Récepteur transmembranaire eucaryote Intégrine β1 Translocation au niveau du dôme Zone riche en cellules phagocytaires (macrophages, cellules dendritiques)

11 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices Protéines effectrices = YOP (Yersinia Outer Protein) 6 YOPs chez Yersinia pestis Gènes de virulence sur 3 plasmides chez Yersinia pestis - Plasmide pcd (70 kb) Virulence - Plasmide ppcp (9,5 kb) Transmission inter individuelle - Plasmide pmt (100 kb) Résistance à la phagocytose Plasmide pcd1 de Yersinia pestis

12 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices o YOP B, YOP D Formation du pore (1,2 à 3,5 nm) au niveau de la membrane eucaryote Régions hydrophobes Participation de LcrV Injectisome de Yersinia pestis

13 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices o LcrV Formation du pore au niveau de la membrane eucaryote Détermine la taille du pore (1,2 à 3,5 nm) Stimulation de la production d IL-10 par les macrophages via la voie des TLR2 Cytokine anti-inflammatoire TNF-α et IFN-γ

14 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices o YOP H (468 aa) Tyrosine phosphatase Inhibition de l activation de la réponse immunitaire Inhibition de l activation de la GTPase Prévention de l activation des lymphocytes T et B Inhibition de la phagocytose Déphosphorylation des protéines d adhésion des cellules phagocytaires Inhibition de la sécrétion de chimioattracteurs produits par les macrophages Inhibition de la dégranulation des neutrophiles Blocage de la voie de signalisation du Ca 2+

15 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices o YOP E (219 aa) GTPase activating protein Activité anti-phagocytaire Inhibition de la polymérisation de l actine via l inactivation des GTPases de la famille rho Changement de conformation des rho GTPases par insertion d un résidu arginine au niveau du site catalytique Inhibition de la réponse inflammatoire Inhibition de la maturation de signaux de transduction produit par les macrophages

16 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices o YOP M (409 aa) Leucine-rich protein Formation d un cylindre avec 4 monomères Hypothétique régulation de gènes Action au niveau du noyau Hypothétique régulation de fonctions cellulaires Action en complexe avec 2 kinase cytoplasmiques Rôle hypothétique dans la réduction des cellules NK Mutation x la virulence

17 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices o YOP J (288 aa) Cystéine protéase Inhibition de la réponse immunitaire Inhibition des voies cellulaires des MAPK et NF-κB Liaison avec kinases et contrôle de l ubiquitination Induction de l apoptose des macrophages et cellules dendritiques Activation de caspases Inhibition de l activation de NF-κB Inhibition de l activation de la réponse adaptative

18 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices o YOP O (730 aa) Sérine thréonine kinase Activité anti-phagocytaire Inhibition de la polymérisation de l actine via l inactivation des GTPases de la famille rho

19 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices o YOP T (322 aa) Cystéine protéase Activité anti-phagocytaire Inhibition de la polymérisation de l actine via l inactivation GTPases de la famille rho des Coupure au niveau de la liaison entre la membrane cytoplasmique et la GTPase

20 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices Mécanismes d action des YOPs

21 III Exemple de pathogène animal : Yersinia sp. II.3 Les protéines effectrices Rétrocontrôle de la régulation des YOPs

22 IV Exemple de pathogène végétal : Pseudomonas syringae Protéines homologues à celles de Yersinia : TTSS : Corps basal : gènes hrc Injectisome : gènes hrp Protéines effectrices : Protéines Avr Protéines Hop

23 IV Exemple de pathogène végétal : Pseudomonas syringae Hypothèses des fonctions des protéines effectrices : Inhibition de la Réponse Hypersensible (HR) Action sur les enzymes de production d espèces réactives? (H ) Inhibition de la Réponse Acquise Systémique (SAR) Inhibition de la voie de l acide salicylique? - Inhibition de la nécrose autour de l infection? - Diminution de la synthèse des protéines de défense (PR) Relargage de composés à l extérieur Recrutement de nouvelles cellules bactériennes? Intensification de l invasion?

24 IV Exemple de pathogène végétal : Pseudomonas syringae Schéma du TTSS de Pseudomonas syringae

25 V Autres exemples Autres pathogènes de mammifères ayant un TTSS : - Salmonella typhimurium - Pseudomonas aeruginosa - Escherichia coli Autres pathogènes de plante ayant un TTSS : - Erwinia amylovora - Xanthomonas campestris Utilisé lors de l invasion cellulaire ou pour inhiber la défense de l hôte Présence de 2 TTSS chez certaines bactéries pathogènes d animaux Ex : Salmonella typhimurium

26 Merci de votre attention!!

27 B I B L I O G R A P H I E Collmer A., Lindenberg M., Petnicki-Ocwieja T., Schneider DJ., Alfano JR. Genomic mining type III secretion system effectors in Pseudomonas syringae yields new picks for all TTSS prospectors. TRENDS in Microbiology Vol.10 No.10 October Espinosa A., Alfano JR. Disabling surveillance: bacterial type III secretion system effectors that suppress innate immunity. Cellular Microbiology (2004) 6(11), He SY., Nomura K., Whittam TS. Type III protein secretion mechanism in mammalian and plant pathogens. Biochimica et Biophysica Acta 1694 (2004) Lahaye T., Bonas U. Molecular secrets of bacterial type III effector proteins. TRENDS in Plant Science Vol.6 No.10 October Sansonetti P. Aspects modernes de la guerre des bactéries intestinales. Masson, Paris, Viboud GI., Bliska JB. Yersinia Outer Proteins: Role in Modulation of Host Cell Signaling Responses and Pathogenesis. Annu. Rev. Microbiol :69 89.

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

La résistance aux pathogènes du point de vue de la génétique

La résistance aux pathogènes du point de vue de la génétique La résistance aux pathogènes du point de vue de la génétique Résistance non-hôte. Tous les génotypes d une espèce donnée sont résistants à toutes les génotypes (souches) d un pathogéne donné. Il n est

Plus en détail

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte.

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Le but étant de prendre connaissance des événements qui peuvent surgir dans une cellule au cours d une infection

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Pr. B. Jaulhac Laboratoire de Bactériologie Faculté de Médecine GENERALITES L'Homme vit dans un environnement peuplé de très nombreux micro-organismes : bactéries,

Plus en détail

CELLULES DENDRITIQUES ET F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011)

CELLULES DENDRITIQUES ET F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011) CELLULES DENDRITIQUES ET ALLERGIE RESPIRATOIRE F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011) LE SYSTEME IMMUNITAIRE Système inné Système ancien de défense Pathogenrecognition receptors(prr) codés par des cellules germinales

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale RALANDISON Stéphane Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Soirée Rhumato, 28 février 2013 Introduction Habitudes pratiques:

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Communication intercellulaire : Les Cytokines

Communication intercellulaire : Les Cytokines PCEM 2- Cours de Biologie cellulaire n 8 Professeur : M. COHEN-SOLAL Jeudi 13 Décembre 2007, 10h30 Ronéotypeur : DENIAU Benjamin Communication intercellulaire : Les Cytokines 1 SOMMAIRE I/ INTRODUCTION

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose,

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Mort cellulaire Quelques généralités Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Rôles physiologiques variés : morphogenèse, élaboration du système immunitaire,

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A.

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A. APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE A. Définition B. Circonstances de survenue de l apoptose 1 ) Apoptose physiologique 2 ) Apoptose pathologique C. Modifications morphologiques et biochimiques D. Déroulement

Plus en détail

Module 1 Biologie cellulaire

Module 1 Biologie cellulaire Module 1 Biologie cellulaire Chapitre 3: Cycle cellulaire et mort des cellules eucaryotes II. Régulation du cycle cellulaire II. Régulation du cycle cellulaire 1. Acteurs 2. Moments d intervention et action

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

La photoperception chez les plantes et son rôle dans le développement. Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction

La photoperception chez les plantes et son rôle dans le développement. Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction Anisotrope : Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction Tropisme : réaction d'orientation des organes d'une plante à une anisotropie de milieu. Exemples : la lumière, la gravité,

Plus en détail

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative Master 1 Bactério 10/01/09 8h30-10h30 RT : Stéphanie Ripert-Bernusset RL: Benjamin de Sainte Marie Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative PLAN DU COURS : I- GENOME

Plus en détail

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie riologie-hygiène CHU Rangueil Bactérie = cellule vivante procaryote synthèses ses cellulaires croissance et multiplication intra

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B M1 immuno 11/12/07 RT : Sauvet gabriella TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B 1- Stimulation des lymphocytes par l antigène 2- Plusieurs protéines membranaires «aident» le récepteur de l antigène

Plus en détail

Les récepteurs de l immunité innée. Emmanuel Hermann Faculté de Pharmacie de Lille 2 Immunologie 2008-2009 3ème année FCB

Les récepteurs de l immunité innée. Emmanuel Hermann Faculté de Pharmacie de Lille 2 Immunologie 2008-2009 3ème année FCB Les récepteurs de l immunité innée Emmanuel Hermann Faculté de Pharmacie de Lille 2 Immunologie 2008-2009 3ème année FCB L immunité innée est une réponse immédiate qui survient chez tout individu en l

Plus en détail

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1 BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE Aspects moléculaires et cellulaires Généralités 2008 Apoptose Diapo 1 1 Importance physiologique Développement Formation des membres Neurones du systèmes nerveux Contrôle

Plus en détail

ABSENCE DE MEMOIRE IMMUNOLOGIQUE

ABSENCE DE MEMOIRE IMMUNOLOGIQUE Immunite innee Ancienne chez tous les organismes multicellulaires Rapide premiere ligne de defense Immediate pas besoin d activation prealable Forte Elimine la majorite des pathogenes / microorganismes

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Mitose Mitose Mitose Interphase Interphase Interphase Activité MPF Quantité de cycline B Corrélation

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse XXII ème JRPI 13 10 2015 Pr M. Labalette Biothérapies Déficit immunitaire secondaire Susceptibilité aux infections (1 er effet secondaire des biothérapies)

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Différentes activités enzymatiques intrinsèques ont été mise en évidence : Activité tyrosine kinase (TK) Ex : le récepteur au DGF, à l EGF ou les récepteurs

Plus en détail

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries De nombreuses espèces microbiennes vivent sur la peau et sur les muqueuses (bouche, fosses nasales, appareil digestif, vagin ) sans exercer pour autant

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg Adrien Paoli Aurore Strugala FRAP & FLIP Technique FRAP Technique FLIP Avantages & inconvénients Exemples d application Alternatives Adrien Paoli Aurore Strugala Introduction > Technique FRAP > Technique

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

LES TOXINES PROTEIQUES BACTERIENNES. Deux types de toxines bactériennes. Classification des toxines protéiques bactériennes

LES TOXINES PROTEIQUES BACTERIENNES. Deux types de toxines bactériennes. Classification des toxines protéiques bactériennes LES TXINES PRTEIQUES BACTERIENNES Deux types de toxines bactériennes Romain Volmer ENVT r.volmer@envt.fr 1) le LPS = endotoxine constituant de la membrane externe des bactéries Gram nature lipopolysaccharidique

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

constituant de la membrane externe des bactéries Gram

constituant de la membrane externe des bactéries Gram Deux types de toxines bactériennes 1) le LPS = endotoxine constituant de la membrane externe des bactéries Gram nature lipopolysaccharidique libéré pendant la croissance et les divisions bactériennes produit

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Isorce Nathalie Baier Céline M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Introduction : Voie NF κb Dérégulation : cancers Rôle de NF κb et de l inflammation dans : les différentes étapes de la tumeur du colon Conclusion

Plus en détail

9/06/11. Clostridium difficile Clostridium sordellii. deux bactéries toxinogènes apparentées. deux stades évolutifs de pathogénicité

9/06/11. Clostridium difficile Clostridium sordellii. deux bactéries toxinogènes apparentées. deux stades évolutifs de pathogénicité Clostridium difficile Clostridium sordellii deux bactéries toxinogènes apparentées deux stades évolutifs de pathogénicité C. sordellii C. difficile - Bacille Gram positif - sporulé habitat : environnement

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos 11 Remerciements 13 Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 I. Les glucides 15 1. Les oses ou monosaccarides 15 2. Les diholosides ou disaccharides 15 3. Les polyholosides

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Docteur Serge BOTTARI

Docteur Serge BOTTARI Biologie Cellulaire Chapitre 5 : L adhérence cellulaire : les protéines d adhérence cellule-matrice extracellulaire Docteur Serge BOTTARI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble

Plus en détail

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES I/La flore microbienne. Les microbes peuvent aider le vivant comme être capables de le détériorer, l homme comporte 10 13 cellules et 10 14 bactéries et

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

27/02/2012. Rôle de l immunité innée. Etapes de l immunité innée. Auto-Immune Immunité acquise. Auto-Inflammatoire t Immunité innée

27/02/2012. Rôle de l immunité innée. Etapes de l immunité innée. Auto-Immune Immunité acquise. Auto-Inflammatoire t Immunité innée Qu est ce qu une Maladie auto-inflammatoire? Maladie inflammatoire De l immunité CONTINUUM Auto-Inflammatoire t Immunité innée IL1 Auto-Immune Immunité acquise Hereditaires (monogeniques) - Fièvres récurrentes:

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Nicolas Buchon, Nichole A. Broderick, Mickael Poidevin, Sylvain Pradervand, and Bruno Lemaitre Cell Host & Microbe 5, February 19, 2009

Nicolas Buchon, Nichole A. Broderick, Mickael Poidevin, Sylvain Pradervand, and Bruno Lemaitre Cell Host & Microbe 5, February 19, 2009 Nicolas Buchon, Nichole A. Broderick, Mickael Poidevin, Sylvain Pradervand, and Bruno Lemaitre Cell Host & Microbe 5, February 19, 2009 LECA Julie & MARTINEZ Sébastien IMMUNITE CHEZ LA DROSOPHILE Mélanisation

Plus en détail

LES BIENFAITS DU MIEL

LES BIENFAITS DU MIEL LES BIENFAITS DU MIEL HISTOIRE LE MIEL est un produit fabriqué par les abeilles à partir du nectar des fleurs et a été utilisé dans diverses cultures depuis des milliers d années. Il existe des références

Plus en détail

Parasites Bactéries. Pathogène à multiplication. extracellulaire. Pathogène à multiplication. intracellulaire. Virus

Parasites Bactéries. Pathogène à multiplication. extracellulaire. Pathogène à multiplication. intracellulaire. Virus sylvain.dubucquoi@chru-lille.fr Facteurs de croissance et vasculogenèse Th17 Treg Organiser une réponse immunitaire adaptée Éviter une réponse inappropriée Parasites Bactéries Th2 Th1 Agressions «intérieures»

Plus en détail

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Four checkpoints Components of the DNA Damage Checkpoint SIGNALS SENSORS TRANSDUCERS EFFECTORS TARGETS (UV, HU, replication errors) CDK2 Cyclin E/A ATR

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM Cours d Immunologie Ronéo-Typeur : Anne-Laure Hermann Mardi 4 décembre 17h-19h Sylvain Latour SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM I)Généralités A.Localisation

Plus en détail

Biofilm bactérien. Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr. CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est

Biofilm bactérien. Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr. CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est Biofilm bactérien Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est Deux modes de vie bactérienne Bactéries isolées Bactéries qui se développent en communauté

Plus en détail

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin Le cycle de division cellulaire D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin I. Les phases du cycle cellulaire 1. L interphase Phase G1, Phase S, Phase G2 2. La mitose ou phase M Prophase, Prométaphase,

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Les structures de reconnaissance antigénique du système immunitaire. F. Forquet, L2 Biologie intégrée

Les structures de reconnaissance antigénique du système immunitaire. F. Forquet, L2 Biologie intégrée Les structures de reconnaissance antigénique du système immunitaire F. Forquet, L2 Biologie intégrée Notion de Récepteur : -> structure de Reconnaissance d un motif antigénique 2 Types : - Récepteurs de

Plus en détail

SIGNALISATION CELLULAIRE

SIGNALISATION CELLULAIRE SIGNALISATION CELLULAIRE Voies de communication cellulaire A distance Par contact direct Voies de communication cellulaire SIGNALISATION (en) signal transduction - Terme specifique MEDLINE - 1972-3 elements

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

La membrane synoviale

La membrane synoviale La membrane synoviale - origine mésenchymateuse - recouvre toute les surfaces articulaires sauf le cartilage. - délimite une cavité contenant le liquide synovial qui assure la lubrification de l articulation

Plus en détail

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES VOIE DES HOSHOINOSITIDES LE DIACYLGLYCEROL ACTIVE LA KC L INOSITOL TRI HOSHATE (I3) ROVOQUE LA LIBERATION DE Ca ++ INTRACELLULAIRE (10-6 M Ca ++ ) Ca ++ pompe [Ca ++ ] extra-cellulaire (sang) 2.5 mm (2,5.10-3

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 1 : L apoptose ou mort cellulaire programmée Professeur François BERGER Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Agenda. Introduction Concept de l apoptose Bases moléculaires de l apoptose Apoptose et pathologies Apoptose et cancer

Agenda. Introduction Concept de l apoptose Bases moléculaires de l apoptose Apoptose et pathologies Apoptose et cancer Agenda Introduction Concept de l apoptose Bases moléculaires de l apoptose Apoptose et pathologies Apoptose et cancer Objectifs Le but de ce cours est : d'apporter des connaissances théoriques sur l aspect

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

Résistance systémique induite

Résistance systémique induite Résistance systémique induite not colonized + Rhizobacteria P. thivervalensis MLG45 Control + Pathogen P. syringae DC3000 La colonisation par une bactérie non-pathogène protége contre un pathogène Pathogens

Plus en détail

Le pathogéne est capable d infecter l espéce mais certains génotypes (cultivars) de la plante sont resistants

Le pathogéne est capable d infecter l espéce mais certains génotypes (cultivars) de la plante sont resistants Resistance non-hôte. La plupart des plants sont résistantes (non-hôte) à la plupart des pathogénes. Tous les génotypes d une espéce donnée sont résistant à toutes les souches d un pathogéne donné. Résistance

Plus en détail

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI 2 Digestion par les enzymes SalI et EcoRV Digestion par les enzymes XhoI et SmaI Klenow: sous-unité de l ADN Polymérase I d E. coli possédant une activité ADN polymérase 5-3 et une activité exonucléasique

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S

La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S Dr Gerardo Ferbeyre Département de biochimie, E515 g.ferbeyre@umontreal.ca Nous avons étudiés en détaille la structure et la régulation des différents

Plus en détail