THÈSE présentée par :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÈSE présentée par :"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DE STRASBOURG ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE U1121 ET U1110 THÈSE présentée par : Roxane SAAD (ALLES) soutenue le 27 novembre 2013 pour obtenir le grade de : Docteur de l Université de Strasbourg Discipline/Spécialité : Aspects Moléculaires Et Cellulaires De La Biologie Option Biologie Cellulaire Et Virologie Développement de nouveaux nanovecteurs pour les thérapies anti-hcv/hcc THÈSE dirigée par : Pr. Joëlle Ogier Pr. Thomas F. Baumert PU-PH, Université de Strasbourg PU-PH, Université de Strasbourg RAPPORTEURS : Dr. Sylvie Bégu MCU, HDR, Université de Montpellier 1 Pr. Philippe Barthélémy PU, HDR, Université Bordeaux Segalen EXAMINATRICE : Dr Béatrice Heurtault MCU, HDR, Université de Strasbourg SUPERVISEUR : Pr Florent Meyer PU-PH, HDR, Université de Strasbourg

2 Tomberseptfois,sereleverhuit(Proverbejaponais) "2"

3 Remerciements Jetiensdansunpremiertempsàremercierlesmembresdemonjurydethèse,quime font l honneur de juger mon travail. Merci au Docteur Sylvie Bégu et au Professeur Philippe Barthélémy d avoir accepté d être mes rapporteurs. Merci également au Docteur Béatrice Heurtault,quiadéjàsuivimontravaillorsdemaprésentationdemi"parcours,etquiaacceptéà nouveaud examinerdemontravail. Pendant les trois années qu a duré mon doctorat, j ai été accueillie dans deux laboratoires.merciauprofesseurthomasbaumert,directeurdel unitéinsermumr1110de m avoiraccueilliedanssonlaboratoire,maiségalementdem avoirchoisiecommedoctorante. MerciauProfesseurJoëlleOgier,appartenantàl unitéinsermumr1121,d avoiracceptéd être ma co"directrice de thèse. Je tiens également à remercier les directeurs successifs de l unité INSERMUMR1121,leDocteurJean"ClaudeVoegel,puisleProfesseurPierreSchaaf,dem avoir donnéuneplacedansleurséquipes,ainsiqueleprofesseurflorentmeyer.mercipourtonsuivi ettonencadrementtoutaulongdecestroisans. Merci aux membres de l U1121 pour votre aide et vos discussions: merci à Christine, Damien,pourvosconseilstechniquesetvotreaide.Merciauxanciensetnouveauxdoctorantset membresdel unitéavecquij aieul occasiondediscuteravecplaisir,mêmesiletempspasséau seindecetteunitéaétérelativementcourtaufinal :Morgane,Florence,Mathilde,Christophe, Julien,Christian,Christiane,Vincent,Géraldine,Armelle,Florian,Hayriye,Philippe,Dominique, Fabienne,Bernard,Engin Merciauxmembresdel U1110,avecquij aieul occasiondepasserdavantagedetemps. Mercipourvotresoutien,votreaideàtousmoments.Mercipourlesmotsfléchésdumidi,les discussionsen309oudanslescouloirsmerciàlaetitia,alizé,isabel,marine,marina,laura, Sarah,Charlotte,Mathieu,Emilie,Lamine,Rajeev,Dan,Nauman,CatherineF.,Joachim,Mirjam, Fei,Bin,Tao, Merciàl équipetechniqueetadministrative Onneseraitriensansvotretravail efficace:mercidominique,sigis,jérémy,patricia,nicolas,richard,catherinec.,etannemerci CatherineS.,Christine,Eric,Mirjam,d avoirfaitlerelaientrelesdeuxunités,etdem avoiraidé lorsquecelaétaitnécessairemercipourvosconseilsetvotreencadrement Merciégalementà Halima,quej aicroiséuncertainnombredefois Vousvenieztravailleretjerepartais Merci pourvosdiscussions,caatoujoursétéunplaisir Merci également à l équipe d enseignement d immuno Ca a été un vrai plaisir de travailleràvoscôtésmercisylvieetfreddem avoiraccueilliemerciàmescollègues,paul, Julie,Samuel,Benjamin,Hélène,j aieuplaisiràpartagerlessallesdetpavecvous "3"

4 Merciàtousceuxquej aipuoublierdeciter,etquej aieul occasiondecroiseraucours decestroisans Merciàtousmesamisquim ontsoutenupendantcestroisannées,qu ilsaientétéprès ouloin,maistoujoursprésentspourunpetitmotd encouragement,pourmeremonterlemoral, oupourcomparernosgalèresmerciàmestémoins,célineetyara,mercimarine,merciayman etmarina,george,jess,manu,siham,etrafael,mercipournosdiscussionsaumilieudelanuit pendant ma rédaction ^^ Merci également Francis et Michel, pour cette très agréable parenthèsemusicale,quim afaitbeaucoupdebien,mêmesiellenefutqu Ephémère;") UnénormeMerciàmesparentsetmonfrère,quim ontsoutenueetencouragéetoutau longduchemin.mercipourvotreamouretvotreconfianceenmoi,etmercid avoircruenmoi Merciégalementàmesgrands"parents Cettepériodeamarquélafind unegénération,puisque trois d entre vous ont disparu en un peu plus d un an Merci à vous, Pierre, Christiane, et Thérèse,etàtoiGilbert,quinousaquittéilyalongtempsdéjà Sansvous,jeneseraipaslà Merciàtoi,Christian,également Tueslepremierquim adonnéenviedefairedelarecherche, etàm avoiraccueilliedanstonlaboratoire Lesmeilleursstagesquej aifaits Enfin, merci à toi mon amour, mon mari Tu as été là tout le long du parcours, m encourageant,mepoussant,meconsolant,t énervantàmaplacequandtumetrouvaistrop peuréactive;")jen auraispastenujusqu auboutsanstoi.tueslevraichercheurpourmoi,un modèlequej admire "4"

5 Table&des&matières REMERCIEMENTS) 3 TABLE)DES)MATIERES) 5 TABLE)DES)ILLUSTRATIONS) 7 ABREVIATIONS) 8 INTRODUCTION) 10 I. ARN)INTERFERENCE) Découvertedel ARNinterférence Mécanismedel ARNinterférence Potentieldel ARNinterférence QuellesdifférencesentresiRNA,shRNA?Quechoisir? LimitesetdéfidessiRNAthérapeutiques Modificationschimiques:améliorationdelastabilitéetdelacirculationdessiRNA TransportdessiRNA 28 II. VECTORISATION)DES)SIRNA) AdministrationdessiRNA Entréedesparticulesdanslescellules Quelssontlesparamètresimportantsàprendreencomptelorsduchoixduvecteur? Fonctionnalisation Différentstypesdevecteurs:avantagesetinconvénients Unvecteurdechoix:lesnanoparticulesdephosphatedecalciumenrobées 48 III. MODELES)UTILISES) Modèled infectioninvitro:virusdel hépatitec Carcinomehépatocellulaire(HCC)etautrestumeurs 66 OBJECTIFS) 71 MATERIEL)ET)METHODES) 73 I. MATÉRIEL) Polyéthylènimine(PEI) sirna Plasmides 75 "5"

6 4. Lignéescellulaires 76 II. METHODES) Préparationdesnanoparticules Caractérisationphysico"chimiquedesnanoparticules EvaluationdelacytotoxicitédesCPnp PréparationdesparticulesviralesHCVcc Expérimentationsin#vitro#«classiques» Techniquesd analyse Expérimentationin#vitroen3Detanalyse Expérimentationin#vivo 96 RESULTATS) 99 I. CARACTERISATION)DES)NANOPARTICULES)DE)PHOSPHATE)DE)CALCIUM)DE)FORMULATION) CPNP(SIRNA/PEIY) 2) ProductionetcaractérisationdesCPnp(siRNA/PEIY) Efficacitéd interférencearnin#vitro Efficacitéd interférencearnin#vivo Biodistributionin#vivo Conclusion 103 II. PREUVE)DE)CONCEPT):)EVALUATION)DE)LA)FORMULATION)CPNP(PEIPYR/SIRNA) 2,5)SUR)DES) MODELES)D HEPATITE)C) ConstructionetcaractérisationdesCPnp(PEIPyr/siRNA) Entréecellulaire,etlibérationdessiRNA ToxicitédesCPnp Inhibitiondel infectionparlehcvparlescpnp:preuvedeconcept Inhibitiondel expressionprotéiquedefacteurshôtesetdel infectionviraleassociée 116 III. PREUVE)DE)CONCEPT):)CPNP(PEIPYR/SIRNA) 2.5)ET)MODELES)TUMORAUX) CPnpetexpressiongéniquein#vitroenculturecellulairebidimensionnelle Inhibitiondelacroissancecellulaireparl interférencearn EvaluationspréliminairesdesCPnp(PEIPyr/siRNA) 2.5#in#vivo 136 CONCLUSIONS) 143 BIBLIOGRAPHIE) 147 ANNEXES) 165 ) "6"

7 Table&des&illustrations INTRODUCTION) IllustrationI"1:Modèlepossibled interférencegénétiquemédiéepardsrnachezc.#elegans...12 IllustrationI"2:VoiesdesARNinterférents...14 IllustrationI"3:siRNAetimmunité...19 IllustrationI"4:ModificationschimiquesdessiRNA...26 IllustrationII"1:Représentationdel entréedesnanoparticulesdanslescellulesnon"phagocytes...30 IllustrationII"2:Impactdelagéométriedesparticulessurleratiosurface/volume...34 IllustrationII"3:DifférentstypesdevecteursdesiRNA...39 IllustrationIII"1:Diagrammedel évolutiondel hépatitec...50 IllustrationIII"2:ReprésentationschématiquedelaparticuleduHCV...52 IllustrationIII"3:OrganisationgénétiqueetprotéinesduHCV...53 IllustrationIII"4:CycleviralduHCV...57 IllustrationIII"5:ModificationsanatomiquesetcellulairesconduisantauHCC...67 IllustrationIII"6:Productiondesphéroïdes...69 MATERIEL)ET)METHODES) IllustrationI"1:StructureduPEITyrosine(A)etduPEITyrosine"Galactose(B)...73 IllustrationI"2:StructureduPEIPyridine...73 IllustrationII"1:ReprésentationschématiquedelaproductionetenrobagedesCPnp...78 IllustrationII"2:Structureduvertd indocyanine...79 IllustrationII"3:Structuredel alizarinecomplexone...79 IllustrationII"4:Microscopieélectroniqueentransmission...83 IllustrationII"5:Microscopeconfocal...84 IllustrationII"6:Modèlesd infectionviraleetdetransfectionenpré"etenpost"infection...89 IllustrationII"7:qRT"PCR...92 IllustrationII"8:Cytométrieenflux...94 IllustrationII"1:Représentationschématiquedumodèledepré"infection IllustrationII"2:Représentationschématiquedumodèledepost"infection "7"

8 ABREVIATIONS ABRÉVIATIONS apoe, apob : apolipoprotéine E ou B aunp : gold nanoparticles, nanoparticules d or bp : base pair, paires de bases BET : bromure d éthidium BLI : bioluminescence BRG : Balb/c Rag2 -/- γc -/- BSA : Bovine serum albumine, albumine sérique bovine CHS : chalcone synthase CLD : chronic liver diseases, maladies hépatiques chroniques CLDN1 : claudine-1 CMV : cytomégalovirus CNT : carbon nanotubes, nanotubes de carbone CPnp : Calcium phosphate nanoparticle, nanoparticules de phosphate de calcium CPP : cell-penetrating peptide, peptide pénétrant les cellules CSC : cellules souches cancéreuses CT : computerized tomography, tomographie computée CypA : cyclophiline A DAA : direct acting antiviral, substances antivirales directes DAPI : 4',6'-diamidino-2-phénylindole DLS : Dynamic light scattering, Granulomètre à diffusion en dynamique de la lumière DMEM : Dulbecco s Modified Eagle s Medium, milieu de Eagle modifié par Dulbecco DMSO : Diméthylsulfoxyde dsrna : double stranded RNA, ARN double brin EEA1 : early endosome antigen 1, antigène 1 des endosomes précoces EGFR : epidermal growth factor receptor, récepteur du facteur de croissance épidermique EMC : extra-cellular matrix, matrice extracellulaire EMSA : electromobility shift assay, expérience de gel retard par électromobilité EphA2 : récepteur A2 de l ephrine EPR : enhanced permeability and retention, perméabilité et rétention augmentées FCS : Fetal Calf Serum, Sérum de veau foetal GAG : glycosaminoglycanes GFP : green fluorescent protein, protéine verte fluorescente HBV : hepatitis B virus, virus de l hépatite B HCC : hepatocellular carcinoma, carcinome hépatocellulaire HCV : hepatitis C virus, virus de l hépatite C HCVcc : particules recombinantes du HCV adaptées en culture cellulaire HCVpp : pseudoparticules du HCV HDL : high density lipoproteins, lipoprotéines de haute densité HIV : human immunodeficiency virus, virus de l immunodéficience humaine HS : héparanes sulfates HSC : hematopoietic stem cells, cellules souches hématopoiétiques HTA : host targeting agents, agents ciblant l'hôte i.p. : intra-péritonéal i.v. : intraveineux ICG : indocyanine green, vert d indocyanine IFNα : interféron alpha IFNβ : interféron bêta IFNγ : interféron gamma IL-2Rγ : γ-chain of the receptor for IL-2, chaîne gamma du récepteur à l IL-2 IL6 : interleukine 6 IL12 : interleukine 12 IRES : internal ribosome entry site, site d entrée interne du ribosome IRF3, IFR5, IFR7 : IFN regulatory factor 3,5 and 7, facteurs régulateurs de l IfN 3, 5 et 7 IRM : imagerie de résonance magnétique LDL : low density lipoproteins, lipoprotéines de faible densité LDLR : low density lipoproteins receptor, récepteur des lipoprotéines de faible densité LNA : locked nucleic acid, acide nucléique verrouillé LPS : lipopolysaccharide "8"

9 ABREVIATIONS LSPR : localized surface plasmon resonance, résonance plasmonique de surface localisée MAP3K : MAPK kinase kinases MAPK : mitogen-activated protein kinase, kinase activée par les mitogènes MEM : Minimum Essential Medium, milieu minimum essentiel mirna : microrna MLV : murine leukemia virus, virus de la leucémie murine mrna : messenger RNA, ARN messager MSN : mesoporous silica nanoparticles, nanoparticules de silice mésoporeuse MTT : bromure de 3 (4,5 diméthylthiazol 2 yl) 2,5 diphényltétrazolium nab : neutralizing antibodies, anticorps neutralisants NF-κB : Nuclear factor κb, facteur nucléaire de NS : non-structural protein, protéine non-structurale NTBC : 2-(2-nitro-4-trifluoro-methylbenzoyl)-1.3-cyclohexanedione OCLN : occludine PBS : Phosphate buffered saline, tampon phosphate salin PE : phycoerythrine PEG : polyéthylène glycol PEI: poly(éthylène imine) PEIPyr : PEI-Pyridine PEIY : PEI-Tyrosine PET : positron emission tomography, tomographie à émission de positrons PFA : Paraformaldéhyde PHH : primary human hepatocytes, hépatocytes primaires humains PI4KIIIα : phosphatydilinositol 4-kinase III alpha polyhema : polyhydroxyéthylméthacrylate qrt-pcr : quantitative real time polymerase chain reaction, réaction de polymérisation en chaîne quantitative en temps réel Rag2 : recombination activating gene 2, gène d activation de la recombinaison 2 Ras : rat sarcoma RdRp : RNA dependant RNA polymerase, polymérase à ARN dépendante de l ARN RE : réticulum endoplasmique REG : reticulum endoplasmique granuleux RES : système réticulo-endothélial RFP : red fluorescent protein, protéine fluorescente rouge RISC : RNA-induced silencing complex, complexe d interférence ARN induit par l ARN RLU : Relative Luminescence unit, unité relative de luminescence RNAi : ARN interférence RPMI 1640 : Roswell Parc Memorial Institute RTK : récepteurs à tyrosine kinase s.c. : sous-cutané SCID : Severe Combined Immunodeficiency, Immunodéficience combinée sévère SDS : Sodium Dodecyl Sulfate se1/se2 : forme soluble de E1 et E2 shrna : short hairpin RNA, petit ARN en structure tige-boucle sirna : short interfering RNA, petit ARN interférant SOC : Standard of care, traitement courant SPECT : single-photon emission computerized tomography SPIO : supramagnetic iron particles, particules de fer supramagnétiques SR-BI : récepteur scavenger de classe B de type I ssrna : single stranded RNA, ARN simple brin SV40 : simian virus 40, virus simien 40 SVR : sustained virological response, réponse virologique soutenue TAF : tumor associated fibroblasts, fibroblastes associés aux tumeurs TCID50 : 50 % tissue culture infective dose, dose permettant d infecter 50 % de la culture tissulaire TEM : transmission electronic microscopy, microscopie à transmission électronique TGFβ : Transforming growth factor β, facteur de croissance transformant β TLR : Toll like receptor TNFα: tumor necrosis factor, facteur de nécrose tumoral upa : urokinase plasminogène UTR : untranslated regions, régions non traduites VEGF : vascular endothelial growth factor, facteur de croissance de l endothélium vasculaire VLDL : very low density lipoproteins, lipoprotéines de très faible densité VLP : virus-like particles "9"

10 INTRODUCTION Introduction Malgré des avancées impressionnantes ces dernières années en médicine, et de nouvellesthérapiesdeplusenpluspoussées,denombreuxprogrèssontencorenécessaires.en virologie,parexemple,denombreusesinfectionsviralesrestentencoresanstraitementefficace, etlestraitementsexistantsprésententd importantseffetssecondairesetcontre"indications.de plus,ceux"cinepermettentgénéralementquedemaintenirl infectionàunniveaubasal,sans pour autant pouvoir éradiquer le virus. De même, en cancérologie, les traitements possibles, bienquetrèsefficaces,sontpeunombreux,limitésàlachimiothérapie,laradiothérapie,oula chirurgie. La majorité de ces techniques ne sont pas ciblées, et résultent en des effets secondairesimportantssurlestissussainsetl organismedespatients. En réponse à cette demande d alternatives thérapeutiques, différents systèmes d acheminementdemoléculessesontdéveloppés.unpanelcroissantdenanoparticulessonten cours d étude, produits à partir de matériaux aussi divers que les lipides, les métaux, ou les polymères, présentant tous des avantages et des inconvénients. L essor de ces vecteurs nanométriques a également redonné un second souffle à un outil thérapeutique des plus intéressants:l ARNinterférence.Eneffet,malgrédesrésultatsexpérimentauximpressionnants, l utilisation de cette technique est fortement limitée par la fragilité des molécules thérapeutiques,lessirna,etparleurfaiblerémanence.l utilisationdesnanovecteurspermet deprotégerlessirna,etdeleslibérerdefaçonprogressive,entraînantuneaugmentationdela rémanence d action de ceux"ci.la combinaison de ces deux outils laisse entrevoir de nombreusesperspectivesthérapeutiques,etlasuppressiondesécueilsayantempêchél emploi del ARNinterférencejusqu àprésent. Aucoursdesprochainespages,nousévoquerons,lesdomainesdesnanoparticulesetde l interférencearn.ceux"ciprésententdenombreusesapplicationsthérapeutiquespotentielles, illustrées dans ce travail par le développement de nanovecteurs d ARN interférents à visées antivirale(virusdel hépatitec)etanti"tumorale(carcinomehépatocellulaire).cescaspratiques serontl occasionpournousdetesterl impactdel outilthérapeutiquequenousavonschoiside développer.celui"ci,associantnanoparticulesetarninterférence,promet,commelemontrent lesrésultatsobtenus,d avoirunimpactnonnégligeabledansuncertainnombrededomaines médicaux. "10"

11 INTRODUCTION I. ARN)interférence) 1. Découverte)de)l ARN)interférence) L ARNinterférence(RNAi)aétédécouverteetdécritepourlapremièrefoisen1990,par Napoli,Lemieux,etJorgensen 1. Lors de l étude de l implication de la chalcone synthase (CHS) danslabiosynthèsedel anthocyanine(quidonnesacouleurauxpétunias),ilsontsurexprimé cetteenzymedanslesfleursgrâceàl introductiond untransgènecodantunechsexogène.le résultatsurprenantdecetteexpérience 42%despétuniasontblanchi,etlaconcentrationde CHS totale 50 fois inférieure à la concentration sauvage leur a permis d envisager que le transgènepuisseêtreunco"suppresseurdugèneendogène.lemêmephénomèneaétéobservé parromanoetmacinoen1992chezneurospora#crassa 2. En 1993, Lee et# al. progressent vers la compréhension de ce mécanisme. En effet, ils montrentquelin84,unpetitarndec.#elegans,participeaubondéveloppementdunématode ensefixantàunarnmessager(mrna)cible,cequiempêchealorssatraduction 3.Alafindes années1990,fire,melloet#al. vontpourlapremièrefoisexpliquerl atténuationdegènes,en émettantl hypothèsequelemécanismeobservén estpasbasésurunarnsimplebrin(ssrna), maissurundoublebrind ARN(dsRNA).Pourvérifiercettehypothèse,ilsontcomparél effetde ssrnaetdedsrnasurl expressiondugèneunc822chezc.#elegans 4,5.QuelesssRNAsoientsens ou antisens, leurs effets étaient entre 10 et 100 fois plus faibles que ceux du dsrna correspondant. De manière intéressante, l injection de ssrna sens, puis antisens, ou inversement, permettait de restaurer l efficacité d atténuation du gène, ce qui a permis de suggérerquelesdeuxtypesdessrnapeuvents hybriderin#vivoafindeformerledsrna.les travaux de Fire et Mello ont été récompensés en 2006 par le Prix Nobel de Physiologie et Médecine«pourleurdécouvertedel ARNinterférence gene#silencingpararndoublebrin». Au cours des deux années qui ont suivi, plusieurs équipes ont cherché et constaté la présence d intermédiaires ARN dans le mécanisme 6. En effet, des molécules de 21 à 25 nucléotides,lespetitsarninterférents("small#interfering#rna"ousirna),complémentairesdu mrna cible, ont été isolés. Il a été montré que l association mrna/sirna entraîne la dégradationdutranscritcorrespondant. En2000et2001,leséquipesdePasquinellietElbashirontmontréque,nonseulement lessirnaetmirnanesontpasuneexclusivitédec.#elegans,puisquedessirnaontégalement étéretrouvéschezleschampignons,plantes,etinsectes 7,maisquecemécanismeRNAiestaussi présent chez les vertébrés 8. Cela semblait de prime abord peu plausible, l immunité innée de ceux"ci, et notamment des mammifères, engendrant une réponse antivirale interféron "11"

12 INTRODUCTION importante lors de l introduction d ARN dans les cellules. L ARNi est donc un système très ancien,dontlamiseenplaceremonteàunepériodedel évolutionprécédantlaséparationdes animaux des végétaux. Les travaux de Elbashir ont également montré qu il était possible d utiliser des sirna synthétisés chimiquement et imitant les sirna natifs pour inhiber la traductiondemrnaciblesdanslescellulestransfectées.apartirdecepoint,l interférencearn estdevenueunetechniquedechoix,notammentpourlesétudesdegénomiquefonctionnelle. Genetics: Montgomery et al. Proc. Natl. Acad. Sci. USA 95 (1998) )Illustration)IY1):)Modèle)possible)d interférence)génétique)médiée)par)dsrna)chez)c.#elegans.) complex with a (hypothetical) protein or ribonucleoprotein (Source):)Montgomery)et#al.,) complex )) modification (e.g., by adenosine deaminase), or the recruitment or L interférence ARN a notamment été longuement étudiée chez la drosophile. Cela a removal of specific RNA-binding proteins. Whatever the mechanism of this initial interaction, our data suggest a rapid subsequent degra- permisladécouverted unensembleprotéiquecomplexeentrantenjeulorsdeladivisiondu dation of the entire targeted transcript. The secondary degradation 7, doublebrindel ARNinterférant.Cecomplexeaéténommé"RNA8Induced#Silencing#Complex",ou RISC 9.L'endoribonucléaseDicer,quantàelle,aétédécriteparl équipedebernsteinen2001 thought to be responsible for many transient cosuppression 10. FIG. 4. PossiblemodelfordsRNA-mediatedgeneticinterference in C. elegans. Uponintroductionintothecell,dsRNAisproposedto that allows unwinding of an arbitrary segment of the duplex. The complex would then search by homology for corresponding segments of cellular RNA. Recognition of cellular RNAs would be followed by aprocessmarkingthetargetrnafordegradation.possible marking mechanisms include direct cleavage of the target RNA, covalent machinery could involve a combination of components specific to RNA interference and or more general catabolic mechanisms. corresponding cellular gene (34). The first mechanism is effects, whereas the RNA-dependent methylation has been proposed to play a role in producing slower (but potentially more stable) changes in gene expression. For all of the genes we tested in C. elegans, RNAi effects were not heritable; nonetheless, Mello and colleagues (35) have observed a multigenerational effect for a small number of genes. It will be interesting to determine whether dsrna-triggered RNA decay plays a role in these processes, and if so how the interference state might become heritable for a subset of genes. We thank G. Seydoux, S. Dymecki, S. Strome, T. Blumenthal, B. Meyer, C. Mello, B. Kelly, S. Kostas, K. Liu, L. Timmons, J. Hsieh, B. Harfe, M. Hsu, J. Fleenor, and S. Parrish for helpful discussions. We also thank M. Wallenfang, G. Seydoux, and J. Priess for providing some of the clones used in this study. This research was supported in part by the National Institute of General Medical Sciences ( R01-GM37706 to A.F. and GM17164 to M.K.M.). 1. Proud, C. (1995) Trends Biochem. Sci. 20, Jacobs, B. L. & Langland, J. O. (1996) Virology 219, Fire, A., Xu, S., Montgomery, M. K., Kostas, S. A., Drive Mello, C. C. (1998) Nature (London) 391, Montgomery, M. K. & Fire, A. (1998) Trends Genet. 14, Matzke, M. A. & Matzke A. J. (1998) Cell Mol. Life S Nellen, W. & Lichtenstein, C. (1993) Trends Biochem Brenner, S. (1974) Genetics 77, Mello, C. C., Kramer, J. M., Stinchcomb, D. & Ambros, V. EMBO J. 10, Chalfie, M., Tu, Y., Euskirchen, G., Ward, W. & Pras (1994) Science 263, Draper, B. W., Mello, C. C., Bowerman, B., Hardin, J. & J. R. (1996) Cell 87, Jantsch-Plunger, V. (1993) Ph.D. thesis (Univ. of Vien enna, Austria). 12. Benian, G., Kiff, J., Neckelmann, N., Moerman, D. & Wat R. (1989) Nature (London) 342, Benian, G., L Hernault, S. & Morris, M. (1993) Geneti Wagner, R. W. & Sun, L. (1998) Nature (London) 391, Seydoux, G. & Fire, A. (1994) Development (Cambridge 120, Seydoux, G. & Fire, A. (1995) in Caenorhabditis elegans: M Biological Analysis of an Organism, Methods in Cell Biolo Epstein, H. F. & Shakes, D. C. (Academic, San Diego), V pp Harfe, B. & Fire, A. (1998) Development (Cambridge, U.K Patel, N. H. & Goodman, C. S. (1992) in Nonradioactive L and Detection of Biomolecules, ed.kessler,c.(springer,b pp Selker, E. U. (1997) Trends Genet. 13, Bass, B. L., Nishikura, K., Keller, W., Seeburg, P. H., E R. B., O Connell, M. A., Samuel, C. E. & Herbert, A. (199 3, Fire, A., Albertson, D., Harrison, S. W. & Moerman, D. G. Development (Cambridge, U.K.) 113, Gaudet J., VanderElst, I. & Spence, A. M. (1996) Mol. Bi 23. Doniach, T. & Hodgkin, J. A. (1984) Dev. Biol. 106, Kimble J., Edgar L. & Hirsh, D. (1984) Dev. Biol. 105, Wassenegger, M. & Pelissier, T. (1998) Plant Mol. B Zorio, D. A., Cheng, N. N., Blumenthal, T. & Spieth, J. Nature (London) 372, Clark, S. G., Lu, X. & Horvitz, H. R. (1994) Geneti Huang, L. S., Tzou, P. & Sternberg, P. W. (1994) Mol. Bi 5, Korf, I., Fan, Y. & Strome, S. (1998) Development (Cam U.K.) 125, Pulak, R. & Anderson, P. (1993) Genes Dev. 7, Morrison, M., Harris K. S. & Roth, M. B. (1997) Proc. Natl Sci. USA 94, Hodgkin, J., Papp, A., Pulak, R., Ambros, V. & Ander (1989) Genetics 123, Angell, S. M. & Baulcombe, D. C. (1997) EMBO J. 16, Wassenegger, M., Heimes, S., Riedel, L. & Sanger, H. L. Cell 76, Tabara, H., Grishok, A. & Mello, C. (1998) Science 282, 43 "12"

13 INTRODUCTION 2. Mécanisme)de)l ARN)interférence) Lemécanismed interférencearnestdéclenchélorsqu undsrnaexogèneestintroduit dans le cytoplasme de la cellule. Suite à cela, une endonucléase de la famille des RNaseIII, appelée Dicer, identifie le dsrna et le clive en fragments doubles brins de 21 à 23 paires de bases,avecungroupemonophosphateen5 etundinucléotidesortanten3 8.CeduplexeRNA estappelésirna. Dicer contient généralement un domaine hélicase/atpase, un domaine PAZ (Piwi Argonaute Zwille), deux domaines de type RNaseIII, et un domaine de liaison au dsrna 10. L extrémité sortante en 3 est caractéristique de l activité RNaseIII. La distance entre les domainespazetrnaseiiidéterminelatailledessirnaproduits.dicerlivreensuitelesirnaà RISC. La longueur du duplex sirna, ainsi que les extrémités distinctives sont des caractéristiquesnécessairespourlareconnaissanceefficaceetl intégrationdansrisc 9.Lecœur derisc,ainsiqueleprincipalexécuteurdel inhibitiond expressiongéniquemédiéeparrnai est la protéine Argonaute. Il existe quatre protéines Argonaute chez l Homme (AGO1"4), et l inhibitiond expressiongéniqueparlessirnaesteffectuéviaago2. PourengendreruneinterférencemédiéeparsiRNA,AGO2doitéjecterlebrinpassager, puis entreprendre différents cycles de reconnaissance, de clivage, et de libération du mrna cible,tandisquelebringuiderestelié,servantdeco"facteur.laséparationdesdeuxbrinsd ARN se fait grâce à une étape ATP"dépendante. Des études structurales ont révélé certains mécanismesnécessairesàl activitédeago2.ago2possèdetroisdomainesfonctionnels,paz, MID,etPIWI,cedernier,adoptantuneconformationdetypeRNaseH,fournitl énergieàrisc pour son activité de «débitage» 11. Lors du chargement de RISC, des évidences structurales suggèrent que les extrémités caractéristiques des sirna ont des fonctions d ancrage: le dinucléotideen3 estspécifiquementreconnuparledomainepazd Argonaute.Cetteextrémité sortanteplongeprofondémentdanslapochehydrophobiquedudomaine,danslaquellelabase du nucléotide terminal s associe à un cycle aromatique de l un des nombreux résidus aromatiquesquibordentlapoche.pendantcetemps,legroupephosphateen5 s insèreentre lesdomainesmidetpiwi,seliantàunionmagnésium,lui"mêmecoordonnéeàl extrémitéc" terminaledelaprotéine.concernantlasélectiondubringuide,lesdonnéesthermodynamiques suggèrent qu Argonaute sélectionne le brin possédant l extrémité 5 la moins stable thermodynamiquement,tandisquelebrinpassagerestclivépourentraînersonéjection. Une fois le brin guide complexé à RISC, celui"ci identifie les mrna qui lui sont complémentairesdanslecytoplasme.lasous"unitéderisc,argonaute,possédantuneactivité endonucléase, va se charger de réaliser un clivage du mrna cible en un site unique. Les "13"

14 INTRODUCTION fragments résultants, déstabilisés, sont alors totalement dégradés par les mécanismes endogènesnaturels.uncomplexeriscactivéestcapablededégraderdesmilliersdemolécules cibles. LamachinerieRNAipeutégalementêtremiseenmarchepardescourtsARNendogènes, appelésmicrorna(mirna) 12. Après une étape, réalisée dans le noyau, destinée à générer les pre"mirna à partir de leurs précurseurs pri"mirna, grâce à une enzyme de type RNase III, Drosha,ceux"cisontexportésdanslecytoplasme,etclivésparDicerafind obtenirlesmirna possédantlesmêmesstructuresterminalesquelessirna.silesmirnapeuventparfoisréguler leursciblesdelamêmemanièrequelessirna,leurmoded actionprincipaldiffère.eneffet,ces molécules ne sont que partiellement complémentaires à leurs cibles mrna, et vont principalementengendreruneinterférencegéniqueenopérantunerépressiontraductionnelle enaval,ainsiqueladégradationdesmrnapardéadénylation. Mechanism of RNAi (part 3) mirna Pol II/III Drosha Pol II/III shrna pri-mirna pre-mirna Exportin 5 shrna nucleus cytoplasm NPC Dicer sirna RISC 3 UTR Ribosome mrna RISC 3 UTR mrna A leading strand passenger strand RISC RISC mrna B Illustration)IY2):)Voies)des)ARN)interférents) (Source):)Jürgen)Wittmann,)Center)University)of)ErlangenYNürnberg)) Enfin,untroisièmetypedemoléculespeutactiverlamachinerieRNAi:lesshorthairpin RNA(shRNA).Ceux"cipeuventêtresynthétisésdanslacellulegrâceàuneproductionmédiée par un plasmide ADN, qui peut lui"même être empaqueté dans un vecteur rétroviral ou lentiviral.ilsconsistentendeuxséquencesarncomplémentairesde19à22bpreliéesparune courte boucle de 4 à 11 nucléotides, formant une structure en épingle à cheveux similaire à cellesdesmirna.leursynthèseàpartirduplasmideadnestdépendantedupromoteurchoisi, etpeutégalementêtreinductible,afindesélectionnerletypedecellulesexprimantleshrnain# vivo par exemple. Une fois transcrits, les séquences shrna sont exportées du noyau vers le cytosol,oùellessontreconnuespardicer,quivacliverlesshrnaenduplexessirna.lasuitedu mécanismeestidentiqueàceluidessirna.commetouteséquenceplasmidique,lesshrnasont capablesdes intégreràl ADNdelacellulehôte,etpermettentainsid obtenirdeslignéesstables présentantuneinterférencearncontinuesurungèneparticulier. "14"

15 INTRODUCTION 3. Potentiel)de)l ARN)interférence) LapuissancedelaRNAitientaufaitquelamachinerieendogèned interférencegénique peutêtredétournée afinderégulerartificiellementn importequelgèned intérêt.eneffet,en théorie, des sirna peuvent être générés pour tout gène à partir de son seul ARNm. Ce fort potentielafaitdelatechniquedernaiunedesstratégiesfavoritespoursupprimeruneactivité génique dans les cellules de mammifères. De plus, cette technique peut potentiellement être utilisée pour développer des thérapies pour un vaste éventail de maladies humaines, qu elles soientcauséesparunouquelquesgènes,commelesmaladiesgénétiques.l ARNinterférence pourraitégalementveniràboutd infectionsvirales,depathologiesautoimmunes,ouencorede cancers 13. Dansdenombreuxcas,notammentpourlescancers,etgrâceauxavancéesdansle domaine du séquençage, il serait possible d associer ce formidable outil à des cibles très précises, permettant ainsi de mettre en place une thérapie personnalisée et ciblée, et donc d augmenterd autantleschancesdesuccèsdutraitement. Lors de la conception d un traitement, la puissance d action de celui"ci est très importante. C est pourquoi l ARN interférence surpasse largement les autres technologies baséessurlesacidesnucléiquesantisens.eneffet,étantdonnéqu unbringuidepeutêtreutilisé pourcliverungrandnombred ARNm,aveclebondéclencheur,l ARNiprésenteuneefficacité surprenante. L efficacité de cette méthode peut cependant varier de manière importante, un grand nombre de facteurs étant impliqué. Si tous les paramètres ne sont pas encore bien délimités à l heure actuelle, il est clair que le design des sirna (notamment leur stabilité structurale), l accessibilité de la cible, ou encore d autres caractéristiques structurales, mais égalementladuréedevieetle«turn"over»delaprotéinecibléesontàprendreencompte. "15"

16 INTRODUCTION 4. Quelles)différences)entre)siRNA,)shRNA)?)Que)choisir)?) sirna 14 # LessiRNAsynthétiséschimiquementsontlaformelaplussimpledeRNAi.Cesontdes réactifs directement utilisables, qui ne nécessitent pas de manipulation particulière avant emploi. C est la méthode la plus rapide pour inhiber une expression génique spécifique. La synthèsedessirnapeutassezaisémentêtreréaliséeengrandesquantités.deplus,lessirna peuventêtremarquésparunfluorochrome,ouencoremodifiéschimiquement,afind améliorer leur stabilité. Enfin, il est plus facile de contrôler la quantité de sirna utilisé qu avec une approche vectorielle. Ce contrôle théorique de la quantité permet de minimiser les effets off" target et les effets non spécifiques. Un autre avantage de cette technique est qu il n est pas nécessairequelessirnasoientcaptésparlenoyaupourfaireeffet,contrairementauxshrna. Deplus,plusieurssiRNApeuventêtreutilisésenmêmetemps,afind augmenterleurpotentialité d action,maisilestindispensabledetesterchaquesirnaindividuellementetleursinteractions lorsd essaiscliniquesavantdepouvoirlesutiliserdemanièreconjointe. Comme nous le verrons plus loin, l un des plus importants obstacles à l obtention de RNAiefficaceaveclessiRNAestladifficultédetransfectiondenombreuxtypescellulaires,ainsi queladuréelimitéeettransitoiredeseffetsdessirnaaprèsleurtransfection.danslecasd une utilisationthérapeutiqueàlongterme,ilseranécessairededoserrégulièrementlessirnapour s assurerdumaintiendel efficacitédutraitement.deplus,cesmoléculessontcoûteusesetdonc peuutiliséesin#vivo,cesexpériencesnécessitantdegrandesquantitésdesirna.ellesnesont pas d une grande stabilité, et les possibilités de modifications chimiques pouvant augmenter leurstabilitépeuvententraînerunepertedefonction.ilfautdonctrouverlejusteéquilibredans les modifications entre la stabilité et l efficacité. Ce sujet sera discuté ultérieurement. Enfin, contrairementauxshrnaplasmidiques,leurexpressionn estpasinductible. shrna# LesshRNAnécessitentunemanipulationbeaucoupplusimportanteetlongueenamont de l expérience à proprement parler. En effet, comme toute construction plasmidique, il est nécessairederéaliser de nombreusesétapesdeclonagedes shrnadansleplasmide, puis de vérificationdeséquence.cetravailpeutdevenirtrèsfastidieuxsidifférentsgènesdoiventêtre inhibés.cependant,unefoisquelesconstructionssontréalisées,ellespeuventêtrereproduites facilement et sont très peu couteuses. Il est également possible d utiliser un unique vecteur d expression pour encoder de multiples shrna, augmentant le potentiel thérapeutique du produit.deplus,l expérimentateurn estpasdirectementencontactavecl ARN,maistravaille "16"

17 INTRODUCTION uniquement avec l ADN, qui est plus stable, et dont les manipulations et méthodes d acheminement vers les cellules sont bien connues. L utilisation d un vecteur lentiviral ou rétroviral pour infecter les cellules permet également de surmonter la difficulté de la transfectiondescellules,etd exprimerdegrandesquantitésdeshrnasurdelonguespériodes. En fonction du vecteur choisi, l expression peut être transitoire ou stable, et des systèmes d inductiondel expressionexistent. Cette méthode n est toutefois pas utilisable pour réaliser un «screen» de shrna. En effet, chaque construction est bien trop laborieuse pour que cela ait un intérêt. Il n est pas possibledemarquerdirectementlesshrnaexprimés.enfin,commetouteconstructionadn,ily adespossibilitésd intégrationsdanslegénomedelacellule,aveclesrisquesquecelacomporte: coupured ungène,décalageducadredelectured uneséquence,modificationd unpromoteur... Que#choisir#?# Demanièregénérale,sicertainsavantagesdelatechniqueshRNApeuventsemblerplus attrayantsqueceuxdessirna,ilfauttoutefoisprendreencompted autresparamètres.eneffet, malgrélespointspositifsdestabilitéetd expressioninductibleetàlong"termedesshrna,le risqued intégrationdanslegénomeestunproblèmenonnégligeable:d unpointdevueéthique, il serait difficile de justifier la transformation d un être humain en organisme génétiquement modifié,mêmesilapremièreintentionestlouable.ilexistedeplusunrisquequel intégration génomique se fasse au niveau des gamètes, entraînant non seulement la transformation génétiquedupatient,maiségalementpotentiellementcelledesadescendance. Pour l instant les données concernant l intégration de plasmides dans le génome sont trop limitées pour pouvoir assurer une insertion dans une zone précise, et il est quasiment impossibledecertifierquecetteinsertion,mêmesilazoneysemblepropice,nesoitpassans effetsdélétèresultérieurementàd autresniveauxmétaboliquesouphysiologiques.deplus,si cette éventualité pourrait être envisagée dans le cadre d un traitement de maladie génétique incurable, comment la justifier dans le cadre d une infection ou d un cancer, aussi virulents soient"ils,siletraitementpeutengendrerdavantagedecomplicationsparlasuite? Danslecadredemathèse,leproblèmeseposedifféremment,maisn invalidecependant pas cette réflexion. En effet, le but de mon travail n est pas de traiter de façon parfaite une pathologie,maisbiendemettreenavantuneméthodedevectorisationdessirna,etderéaliser lapreuvedeconceptdesonefficacité.danscecadre,lebutestdetravailleraveclesmolécules desirnadirectement,afind améliorerl efficacitédutraitement les utilisant, en «sublimant» leurs capacités par un apport extérieur capable de favoriser leur stabilité, et leur libération à longterme. "17"

18 INTRODUCTION 5. Limites)et)défi)des)siRNA)thérapeutiques) Grâceàleurefficacitéetspécificitéd interférencegénique,lepotentielthérapeutiquedes sirnaestcolossal,commecelaaétédémontrédansuncertainnombred étudesin#vitroetin# vivo.ilrestecependantungrandnombred obstaclesàfranchirafindepouvoirexploitertoutela puissancedecettetechnologie 13. Stabilité#et#ciblage#des#siRNA# Dans le sérum, comme dans les tissus, les sirna sont très sensibles à la dégradation enzymatique.eneffet,lademi"viedesirnanusdanslesérumsesitueentrequelquesminutes et une heure 15. De plus, du fait de leur faible masse moléculaire, les sirna sont rapidement excrétés par les reins. De ce fait, la détermination d une dose adéquate pour le traitement au niveaudelazoneciblée,etd autantplusauniveaudescellulescibles,estunréeldéfi 16. Unefoisarrivésauniveaudescellulescibles,lessiRNAdoiventencorearriveràpasserla membrane cellulaire. Cependant, la taille, ainsi que la charge négative des sirna nus en empêcheladiffusion.encasd entréedessirnaparlesvoiesd endocytose,illeurfautencore pouvoiraccéderaucytoplasme,oùilsrisquentd êtredégradésparlesrnasescytosoliques.une foistouscesobstaclespassés,lessirnan onttoujourspasétéreconnusetincorporéàrisc Interférence#offYtarget# Outre les difficultés d acheminement, des effets off8target ont été constatés lors d analyses microarray, c est"à"dire l interférence de gènes autres que ceux dont l inhibition d expression est souhaitée 17. Ces effets off8target sont évidemment indésirables, puisqu ils peuvent entrainer des modifications de l expression génique, ainsi que des modification cellulairesimprévues. Enaccordavecnosconnaissancesdel interférencedesmirna,lesrésultatsobtenuslors d étudesrécentessemblentlogiques 18,19.Eneffet,cesétudesontmontréqueleseffetsoff8target sont liés à des homologies de séquences de six ou sept nucléotides, ce qui s apparente à la complémentarité partielle obtenue entre le mrna et le mirna. De plus, les sirna peuvent égalementêtrecomplémentairesauxmirnaendogènes,quiontpourrôlederégulercertaines famillesdegènes 20.Pourtoutescesraisons,ilestindispensabled apporteruneattentiontoute particulière au choix du brin guide, afin de limiter autant que possible ces effets off8target.# Cependant,l avancéedenosconnaissancesconcernantlesmécanismesd interférencearn,les prédictions bioinformatiques utilisables pour la création des sirna se font de plus en plus précises,etpourrontprobablementàl avenirréduire,voiresupprimertotalementl interférence off8target. "18"

19 INTRODUCTION Activation#de#la#réponse#immunitaire# L activation de l immunité innée par les sirna fait potentiellement partie des effets indésirables de ceux"ci in# vivo. En effet, la libération excessive de cytokines, ainsi que les syndromes inflammatoires qui y sont associés peuvent engendrer une réaction toxique, en particulierchezl Homme.Bienquel idéed exploitercetteréponseimmunitairedanslecadrede thérapiesanti"cancéreusesouanti"infectieusessoitséduisante,sondéveloppementrequièreune précautioninfinie,dufaitdelasensibilitéhumaineàlatoxicitémédiéeparlescytokines. L administrationsystémiquedesirnapeutengendreruneréponseimmunitaireinnée, induisant la production de cytokines pro"inflammatoires telles que le tumor necrosis factor alpha (TNFα), l interleukin"6 (IL"6), et des interférons (IFN), en particulier de l IFN"alpha (IFNα). En effet, lorsque les sirna sont acheminés vers des cellules immunitaires, ceux"ci engendrent la production d IFNα dans les cellules dendritiques plasmacytoïdes (pdc), et de cytokinesinflammatoiresdanslescellulesdentritiquesmyéloïdes(mdc) 21,22. Illustration)IY3):)siRNA)et)immunité) (Modifiée)à)partir)de)Olejniczak)et#al.,) )) "19"

20 INTRODUCTION Cette activation de l immunité innée permet à l hôte de se protéger d agents potentiellementinfectieuxoudecorpsétrangers.plusieursvoiespeuventêtreactivéesparles sirna, étant soit médiée par les récepteurs Toll"like (TLR; mise en jeu des TLR3, 7 et 8, sensiblesàl ARN),soitnon"TLR"médiée(pardesprotéinesintracellulairestellesquelegène1 inductibleparl aciderétinoïque,rig1).lestroistypesdetlrsontprincipalementsituésdans la cellule, et captent des acides nucléiques de pathogènes lorsqu ils sont dégradés par les endolysosomes.tlr3sesitueégalementensurfacedecertainstypescellulaires,etrig1,quant àlui,vasefixerauxsirnadanslecytoplasme.enfonctiondeleurmodedetransportetdeleur présentation, les sirna peuvent potentiellement activer à la fois les réponses immunitaires dépendantesetindépendantesdestlr.deplus,laprésencedesirnaimmunostimulantspeut également initier une réponse immune adaptative en potentialisant la production d anticorps dirigés contre les composants du vecteur. Ceux"ci peuvent alors augmenter la clairance des vecteursdessirna,etainsidiminuerl efficacitédestraitementsultérieurs. TLR7etTLR8 TouslesTLRneréagissentpasauxmêmesstimuli.Eneffet,lesTLR7et8reconnaissent plusparticulièrementcertainesséquencesdessrna(poly"uridine(poly"u),ourégionsrichesen guanosine(g)etenu 24.IlamêmeétésuggéréplusrécemmentquelesligandsdeTLR7soient uniquement définis par la présence d une chaîne de riboses et de groupes de plusieurs U relativementrapprochés 25.LanatureexactedesmotifsreconnusparlesTLR7/8n estpasclaire pour l instant. Il semble cependant que le motif 5 "UGU"3 soit particulièrement immunostimulant,alorsquelasuppressiondesudanscemotif,ainsiqu enévitantlaprésence deséquencesrichesenguréduitlepotentielimmunostimulantduduplex 22.Cesmotifsnesont cependantpaslesseulsreconnusparlestlr7/8.eneffet,unegrandemajoritédesséquences sirnaprésententuneactivitéimmunostimulantedeplusoumoinsforteintensité. LefaitquelaréponseimmunitairemédiéeparlesTLRsoitdépendantedesséquencesde sirna présente des conséquences importantes pour le développement des technologies employant les sirna, soulignant la nécessité de sélectionner les contrôles expérimentaux adéquats.eneffet,ilestindispensabledepouvoirdifférencierleseffetsnonspécifiquesinduits pardesséquencesciblesoucontrôlesimmunostimulatrices,notammentin#vivo 26. LessignauxTLR7et8sontvéhiculésexclusivementparlaprotéineadaptatriceMyD88 (IllustrationI"3) 27,28.L associationdestlretdemyd88vaentraînerlaformationd uncomplexe de signalisation qui aboutira à la translocation de NF"κB, et à l activation de facteurs de transcriptions tels que IRF5 et IRF7, qui vont provoquer la surexpression de l IFNα et des cytokinespro"inflammatoires 27. "20"

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

Le RNA silencing: mécanisme d inactivation de l expression des gènes

Le RNA silencing: mécanisme d inactivation de l expression des gènes Le RNA silencing: mécanisme d inactivation de l expression des gènes Patrice Crété Laboratoire de Génétique et de Biophysique des plantes UMR6191,Faculté des Sciences de Luminy INTRODUCTION Chez les plantes,

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

RNA interference. Charles Lecellier. Institut de Genetique Moleculaire de Montpellier CNRS UMR 5535 - IFR 122

RNA interference. Charles Lecellier. Institut de Genetique Moleculaire de Montpellier CNRS UMR 5535 - IFR 122 RNA interference Charles Lecellier Institut de Genetique Moleculaire de Montpellier CNRS UMR 5535 - IFR 122 1919 Route de Mende 34293 Montpellier Cedex 5 Phone : 33 (0) 4 34 35 96 78 Fax : 33 (0) 4 34

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Inhibition du facteur de transcription Stat 3 par la technique des sirnas, une thérapie à l horizon? Année 2005-06

Inhibition du facteur de transcription Stat 3 par la technique des sirnas, une thérapie à l horizon? Année 2005-06 Année 2005-06 Inhibition du facteur de transcription Stat 3 par la technique des sirnas, une thérapie à l horizon? MENARD Baptiste LABORDE DIT PERE Samuel 1 SOMMAIRE RESUME..3 I.INTRODUCTION....4 A. Le

Plus en détail

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire 69 ème Journées Scientifiques de l AFEF Mercredi 28 Septembre 2011 Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire Marion Maurel INSERM U1053 Bordeaux

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Olivia Mercier Touzet UMR2724 IRD/CNRS/UM1 Laboratoire de Parasitologie-Mycologie MONTPELLIER olivia.touzet@univ-montp1.fr

Olivia Mercier Touzet UMR2724 IRD/CNRS/UM1 Laboratoire de Parasitologie-Mycologie MONTPELLIER olivia.touzet@univ-montp1.fr Olivia Mercier Touzet UMR2724 IRD/CNRS/UM1 Laboratoire de Parasitologie-Mycologie MONTPELLIER olivia.touzet@univ-montp1.fr UE méthodologique : «Outils de manipulations des génomes et d expression des gènes

Plus en détail

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Loïc Martin 6 avril 2012 Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Travail effectué, à l'université de Genève, Sciences

Plus en détail

Biogenèse et mécanismes d action d ARN non-codants chez la drosophile

Biogenèse et mécanismes d action d ARN non-codants chez la drosophile M2 Génétique - Paris 6 Génétique des Caractères Complexes 15 novembre 2007 (2h) Biogenèse et mécanismes d action d des petits ARN non-codants chez la drosophile Christophe ANTONIEWSKI antoniew@pasteur.fr

Plus en détail

Small RNA-mediated Silencing. *M Mechanism for gene regulation involving i small noncoding RNA. * Innate host cell defense mechanism against viruses

Small RNA-mediated Silencing. *M Mechanism for gene regulation involving i small noncoding RNA. * Innate host cell defense mechanism against viruses HIV-1 gene expression is a key regulator of AIDS progression Tat Cellular Factors HIV-1 gene expression Cellular Factors Activation Repression High viremia Transcriptional latency AIDS progression Reservoir

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Examen Janvier 2008 Introduction (à lire attentivement) L actualité

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux Leem Direction des Affaires scientifiques pharmaceutiques et médicales 11 décembre 2008 Le plan d études du Leem Les segments

Plus en détail

2012>2020. Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche. Vendredi 24 mai 2013

2012>2020. Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche. Vendredi 24 mai 2013 2012>2020 Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche Vendredi 24 mai 2013 2 Laboratoire CBM Doctorante : Wissem DERAREDJ Lycée : Pothier Le récepteur 5-HT 6 de la sérotonine

Plus en détail

Dedy Septiadi LDC Juin 2015, 4

Dedy Septiadi LDC Juin 2015, 4 Institut de science et d'ingénierie supramoléculaires (ISIS)-Strasbourg Dedy Septiadi LDC Juin 2015, 4 Laboratoire de Chimie et des Biomatériaux Supramoléculaires Molécules et matériaux fonctionnels pour

Plus en détail

Virus et machinerie cellulaire

Virus et machinerie cellulaire Virus et machinerie cellulaire 1 Dr Céline Bressollette-Bodin Multiplication des virus dans la cellule - principales étapes - mécanismes de transcription / réplication Les interactions virus / cellules

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines Génie génétique Définition : Ensemble de méthodes d investigation et d expérimentation sur les gènes. Outils nécessaires : ADN recombinant, enzyme de restriction, vecteur, banque ADNc, sonde nucléique...

Plus en détail

l innovation à la mesure de vos recherches www.labtech.fr

l innovation à la mesure de vos recherches www.labtech.fr l innovation à la mesure de vos recherches www.labtech.fr GAMME PRODUITS Une ligne complète de réactifs de transfection dédiés aux chercheurs. BioCellChallenge est une société innovante qui créé, développe

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Les outils du génie génétique.

Les outils du génie génétique. Les outils du génie génétique. I\ Les enzymes. On va se servir des enzymes pour couper, coller et synthétiser des acides nucléiques. A\ Les polymérases. Toutes les polymérases agissent de 5 vers 3. En

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

CRIBLAGE D UN GENE PAR L ARN INTERFERENCE

CRIBLAGE D UN GENE PAR L ARN INTERFERENCE JANOT Caroline Master Immunotechnologies Paris VI TAP Julien Master Biodiversité Paris VI CRIBLAGE D UN GENE PAR L ARN INTERFERENCE Responsables : Linda Kohl Philippe Bastin 2006 Objectifs Le but de notre

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Isorce Nathalie Baier Céline M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Introduction : Voie NF κb Dérégulation : cancers Rôle de NF κb et de l inflammation dans : les différentes étapes de la tumeur du colon Conclusion

Plus en détail

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Qu est ce que la biologie cellulaire? La biologie cellulaire étudie les cellules et leurs organites, les processus vitaux qui s'y déroulent ainsi que les mécanismes

Plus en détail

LES ANTICORPS ANTI-SRP

LES ANTICORPS ANTI-SRP LES ANTICORPS ANTI-SRP Les anticorps anti-srp ont été décrits pour la première fois par Reeves et col., en 1986, chez un patient atteint d une polymyosite (1). D autres observations ont été rapportées

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve.

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Concours B ENSA B-0112B BIOLOGIE Durée : 4 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE INTRODUCTION d'après le cours du Dr NEHRBASS L enveloppe nucléaire renferme l ADN et défini le compartiment nucléaire. Elle est formé de 2 membranes concentriques

Plus en détail

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI 2 Digestion par les enzymes SalI et EcoRV Digestion par les enzymes XhoI et SmaI Klenow: sous-unité de l ADN Polymérase I d E. coli possédant une activité ADN polymérase 5-3 et une activité exonucléasique

Plus en détail

Résultats : Partie III

Résultats : Partie III Résultats : Partie III Analyse des rôles respectifs de RhoA et RhoC dans le phénotype des cellules d adénocarcinome prostatique Introduction Parmi les protéines du sous-groupe Rho, RhoC a été décrit comme

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012 Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation A. Galmiche, 2011-2012 1. Introduction et techniques de base 2. Détection des acides nucléiques et mesure de l expression des gènes: Hybridations PCR

Plus en détail

NANOPARTICULES D ORD Qu en attendent les biologistes?

NANOPARTICULES D ORD Qu en attendent les biologistes? NANOPARTICULE D ORD Qu en attendent les biologistes? Gérard Morel Laboratoire de Physiologie Intégrative Cellulaire et Moléculaire UMR 5123 CNR téphane Roux Laboratoire de Physico-Chimie des Matériaux

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien?

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 10 décembre 2009 Cholestérol et Alzheimer: des arguments Facteurs de risque

Plus en détail

II. interaction virus-cellule

II. interaction virus-cellule II. Interaction virus-cellule Les virus ne sont pas des organismes autonomes, à l inverse de la plupart des bactéries ou des protozoaires. Les virus sont des parasites obligés qui dépendent de la cellule

Plus en détail

Imagerie de l expression génique

Imagerie de l expression génique Franck Couillaud MODULE NATIONAL D'ENSEIGNEMENT DE TECHNOLOGIES AVANCEES Imagerie de l expression génique Université de Bordeaux Résonnance Magnétique des Systèmes Biologiques CNRS UMR 5536 et des thérapies

Plus en détail

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Quand l extrémité Ct de la protéine a traversé la membrane, le peptide signal est éliminé par coupure par une signal

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Insulinorésistance et cancers

Insulinorésistance et cancers Insulinorésistance et cancers L insulinorésistance est présente dans de nombreuses situations comme (Godsland I.F. 2009) : - Le vieillissement ; - La sédentarité ; - L obésité abdominale ; - Le diabète

Plus en détail

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code.

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. Une mutation, peut entraîner une modification de la séquence des

Plus en détail

Comment les virus usurpent les voies de transport cellulaires?

Comment les virus usurpent les voies de transport cellulaires? Comment les virus usurpent les voies de transport cellulaires? Fabienne Rayne Laboratoire Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité UMR5234 7 novembre 2013 Cours non exhaustif Quelques exemples pour

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

Manipulation des acides nucléiques

Manipulation des acides nucléiques Manipulation des acides nucléiques (voir chapitre 6 du Voet et Voet) - les acides nucléiques forment des polymères : ADN et ARN - ils sont composés de 4 nucléotides: A, C, G et T pour l ADN A, C, G et

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Les objets de l évolution :

Les objets de l évolution : Les objets de l évolution : éléments de biologie cellulaire Table des matières Les 3 règnes et leurs spécificitéss Les cellules procaryotes Les cellules eucaryotes Les cellules végétales Les cellules de

Plus en détail

Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce

Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait aux études cliniques précoces portant sur les thérapies cellulaires et géniques.

Plus en détail

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés V. Exemples choisis 1. Classification et propriétés Autrefois, les Polyomavirus et les Papillomavirus étaient regroupés en une famille unique nommée Papovaviridae (nom qui regroupe le début du nom de chaque

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM Défis reliés à l infection par le VIH Paul Jolicoeur, M.D., Ph. D. Chercheur fondamental Directeur de l unité de recherche

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

La dengue Biologie Moléculaire & Pathogénie

La dengue Biologie Moléculaire & Pathogénie Agence Universitaire de la Francophonie COOPERATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE AVEC LE VIET NAM Paris, Octobre 2008 Partie II: La dengue Biologie Moléculaire & Pathogénie Philippe Desprès II-01 particules

Plus en détail

La virologie générale et médicale

La virologie générale et médicale 11/02/2015 (11h12h) BUJON Solène L2 (CR : Hamza Berguigua) AIH Pr de Lamballerie 10 pages La virologie générale et médicale Plan A. Structure des virus cycle I. Définition d un virus II. Les constituants

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE Symposium du 11 octobre 2014 Plan I. Introduction L obésité II. III. IV. Notions de pharmacocinétique Modifications pharmacocinétiques Quelques exemples

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail