Limiter les infections nosocomiales: Les mesures d hygiène qui marchent vraiment

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Limiter les infections nosocomiales: Les mesures d hygiène qui marchent vraiment"

Transcription

1 Limiter les infections nosocomiales: Les mesures d hygiène qui marchent vraiment Antoine ROCH, Marseille Isabelle JOUSSET, Marseille Soutien: SAGE

2 Taux d incidence d'infections nosocomiales en réanimation I. urinaires (18%) Pneumopathies (47%) Bactériémies (12%) Manuportage Autres -KT (13%)

3 Mesures spécifiques Voies aériennes : Vérification de l étanchéité du ballonnet à chaque soin oro-pharyngé Soin oro-pharyngé 3 fois par 24h avec une solution antiseptique à la Chlorexidine Patient en position semi-assise proche des 45 (sauf si contre-indication) Soins nasaux avec sérum physiologique

4 Mesures spécifiques Sonde urinaire: Utiliser un système de sondage clos ou pré-connecté (Tegaderm entre sonde et sac) Se poser chaque jour la question du maintien du sondage Respect de l hygiène des mains lors de la pose et des vidanges du sac collecteur Vérifier que le dispositif est plus bas que le patient

5 Mesures spécifiques Cathéters vasculaires: Se poser chaque jour la question du maintien des cathéters Eviter dès que possible le site fémoral Remplacer dans les 48 h un cathéter fémoral posé en urgence Respect de l hygiène des mains tout le long du soin Pour poser un cathéter central: blouse, gants stériles, masque, calot Maintien d un cathéter périphérique 4 jours Traçabilité écrite quotidienne du point de ponction

6 Mesures transversales d hygiène Hygiène en général Programmes Décontamination cutanée

7 Sax H, Allegranzi B, Uçkay I, Larson E, Boyce J, Pittet D. J Hosp Infect 2007;67:9-21

8 Des progrès à faire, des moments clés 55 services dans 5 pays 1- avant contact patient 2- avant acte aseptique 3- après contact avec liquide biologique 4- Après contact du patient 5- Après contact avec l environnement du patient Lancet Inf Dis 2013; 13:

9 108 ICU 5 mesures recommandées: - lavage des mains - asepsie stricte à l insertion - désinfection du site à la chlorhexidine - éviter le site fémoral - enlever les cathéters inutiles

10 108 ICU Formation 5 mesures recommandées: du personnel responsable de l insertion et de la maintenance des cathéters à l application - lavage des des mains 5 interventions avec sessions régulières pour les personnels responsables de la prescription - full-barrier et precautions de l insertion des cathéters; Une - désinfection équipe, dans du site chaque à la chlorhexidine réanimation, composée d un médecin et d une infirmière consacrant chacun - éviter 20% le site de leur fémoral temps à cette activité, Un - enlever comité les de cathéters pilotage comprenant inutiles un médecin senior, un cadre de santé et l équipe ci-dessus; Le recueil mensuel des bactériémies avec retour d information auprès des équipes concernées

11 Etude BacterHy Apport de la présence régulière d un Hygiéniste dans la prévention des Bactériémies acquises en Réanimation

12 Hypothèse testée l intervention quotidienne d un infirmier hygiéniste dans un service de réanimation sur la base d un demi équivalent temps plein, permet une réduction du taux d attaque des bactériémies acquises en réanimation (nombre de premières bactériémies pour 100 patients admis) par rapport à la diffusion de recommandations simples de type «bundle».

13 Infections liées aux KT

14 Voies de contamination des cathéters Infections (n) 2 1 Via la face interne: endoluminal Via la face externe: extraluminal 0 < 10 j > 10 j Durée de cathétérisme Raad 93

15 Faut-il décontaminer la peau?

16 Influence de la colonisation cutanée Sur les CVC : Voie extraluminale Sur les bactériémies via les infections sur CVC Sur la transmission croisée via manuportage des soignants

17 Prévention des bactériémies liées au CVC Mesures efficaces Antisepsie lors de la pose Éponges ou pansements à la CHX

18

19 L Interruption imprévue de l occlusivitédu pansement (souillé ou décollé) est un facteur de risque majeur d infection de cathéter! Hasard ratio d'infection ILC BLC Premiere Deuxième derniere Interruption non prévue de cathéter Timsit CCM 2012

20 Infections sur KT

21 colonisation

22 Prévention des bactériémies liées aux KT Mesures efficaces Antisepsie lors de la pose Éponges CHX

23 Prévention des bactériémies liées aux KT Mesures efficaces Antisepsie lors de la pose Éponges ou pansements CHX Quid de la toilette à la CHX? Peu de RCT Résultats divergents Mais plutôt en faveur de la toilette à la CHX

24 Bactériémies associées aux cathéters

25 Une seule étude randomisée vs 11 non randomisées Réanimation médicale +++ Définition du critère de jugement variable

26 Neuf unités (soins intensifs et unités de transplantation moelle osseuse) - six hôpitaux toilette quotidienne avec lingettes imprégnées de CHX à 2% sans rinçage Vs toilette normale Multicentrique, cluster-cross over, sans insu Durée : 2 X 6 mois Critère de jugement : BMR et incidence des bactériémies nosocomiales dans les deux périodes

27 7727 patients inclus Pas de réactions cutanées graves p = 0,03 réduction de 23% p = 0,007 réduction de 28%

28 Dix unités de soins intensifs pédiatriques ; 5 hôpitaux Age supérieur à 2 mois toilette quotidienne avec lingettes imprégnées de CHX à 2% sans rinçage Vs toilette standard Multicentrique, cluster-crossover, sans insu Durée : 2 X 6 mois Critère de jugement : Incidence des bactériémies nosocomiales dans les deux périodes

29 4947 patients inclus Per protocole: exclusion des séjours < 2 j Peu de réactions cutanées associées à la CHX 1,2 pour 1000 jours IC 95 % : 0,60-2,2

30 Cas du SARM

31 Cluster RCT 43 hôpitaux randomisés, 74 USI et patients Lingettes imprégnées de CHX à 2% + mupirocine à 2% intranasale Trois stratégies de réduction du risque de SARM évaluées : «Pratique standard»: dépistage des patients porteurs d'un SARM au niveau nasal lors de leur admission en soins intensifs Suivi de précautions complémentaires «Contact» des patients positifs «Décolonisation ciblée»: dépistage suivi d'une décolonisation des patients positifs Cinq jours de mupirocine nasale et une toilette quotidienne à la CHX «Décolonisation universelle»: Mupirocine nasale et toilette à la CHX à tous les patients sans dépistage préalable

32 Par rapport à la période antérieure à l'étude : Dépistage + isolement : n'a pas diminué le risque d'infection à SARM Dépistage + décolonisation: A réduit le risque d'infection à SARM de 25% A réduit le risque de bactériémie tous germes de 22% Décolonisation universelle: A réduit le risque d'infection à SARM de 37% A réduit le risque de bactériémie tous germes de 44%

33 NNT décolonisation universelle Il fallait traiter 181 patients pour prévenir une infection par SARM 54 patients pour prévenir une bactériémie Selon les auteurs : Avantage de la décolonisation universelle = Suppression des prélèvements dépistage du SARM Résultats généralisables à tous les hôpitaux Inclusion dans l étude de différents types d hôpitaux

34 Faut-il décontaminer la peau? Oui, très probablement Quelles cibles? Colonisation : oui Infection : oui Quelles substances/produits? CHX Quelles modalités? lingettes imprégnées Quelle concentration? 2 % Quel niveau de preuve? RCT, mais cluster

35 Et dans la vraie vie?

36 Objectifs secondaires Densité d incidence des bactériémies acquises en réanimation (nombre total de bactériémies acquises en réanimation pour 1000 j d hospitalisation) Taux d attaque et densité d incidence des infections sur cathéter veineux central, artériel et veineux périphérique des infections urinaires Des pneumonies nosocomiales Densité d incidence des bactériémies acquises en réanimation à Staphylocoque doré methicilline-résistant (SAMR), à Pseudomonas aeruginosa, à Acinetobacter species, à enterobactéries sécrétrices de BLSE etàlevures

37 Objectifs secondaires Durée de séjour en réanimation Durée d hospitalisation Durées de cathétérisme, totale et avant survenue d une bactériémie, Nombre de jours vivant en réanimation sans antibiotiques Mortalité en réanimation Mortalité hospitalière Evolution de la compliance aux recommandations sur l hygiène des mains, la pose et l entretien de cathéters vasculaires et urinaires(audits répétés) Evolution de la perception des recommandations par les soignants et de la perception de leur comportement face à ces recommandations Le ratio coût-efficacité de l intervention quotidienne de l hygiéniste

38 Design étude prospective, non interventionnelle, contrôlée, croisée, multicentrique, utilisant une randomisation en groupes de comparaison (clusters) des 6 services de réanimation participant à l étude. Les 6 centres seront randomisés en 2 groupes selon l ordre despériodesd intervention m1

39 Diapositive 38 m1 Durée de l'étude? moussa; 28/01/2013

40 Plannning 1/09/13 14/10/13 14/12/13 2 MOIS 13/01/14 03/02/14 3 semaines 03/02/14 29/08/14 7 MOIS 01/09/14 30/09/14 1 mois 01/10/14 31/10/14 m2 1 mois 02/11/14 28/11/14 1 mois 1/12/15 30/05/15 7 mois NORD REA 1 arc Contrôle + MPH - H + WO - WO - MPB - B + REA 2 arc Contrôle + MPH - H + WO - WO - MPB - B + CONCEPTIO N REA 1 arc Contrôle + MPB - B + WO - MPH - H + 02/11/15 30/04/15 REA 2 arc Contrôle + MPB - B + WO - MPH - H + TIMONE

41 Diapositive 39 m2 Définir les abbréviations moussa; 28/01/2013

42 Critères d inclusion des patients Tous les patients admis dans les centres participants seront inclus dans l étude et feront l objet d une information. Iln aypasdecritèred exclusion. m3

43 Diapositive 40 m3 Nombre d'inclusions prévu moussa; 28/01/2013

44 Contenu des recommandations simples (bundle): m4 Précautions standards Cathéters vasculaires Sondes urinaires

45 Diapositive 41 m4 Pour faciliter la compréhension, je reprendrai le tableau du dérouleùent de l'étude et j'expliquerai à quoi correspond chaque phase: contrôle:... MPB:... moussa; 28/01/2013

46 Diffusion des recommandations simples réunions d information de tout le personnel soignant distribution de cartes de poche du bundle à tous les personnels soignants L affichage des bundles en format A4 dans chaque box et zones de passage Pendant les 7 mois d évaluation, des réunions d information de tout le personnel seront organisées tous les deux mois, permettant l information des nouveaux personnels et la distribution de nouvelles cartes de poches

47 Organisation de la présence de l infirmier hygiéniste présence quotidienne pendant 3 h dans chaque centre du lundi au vendredi à des heures différentes permettant d aborder tous les types de soins réalisés au cours d une journée, avec une répartition 2/3 jour et 1/3 nuit

48 Organisation de la présence de l infirmier hygiéniste dans chaque centre: 10 h par semaine de présence auprès des personnels de jour 5h par semaine de présence auprès des personnels de nuit 5h par semaine de temps de préparation et d analyse

49 Période de mise en place les hygiénistes organiseront: Une formation ou perfectionnement du personnel par groupes de fonction: Tenues adéquates du personnel Hygiène des mains (lavage simple, lavage antiseptique, lavage chirurgical) Indications et procédure des mesures de protection renforcées Nettoyage et rangement du box et des espaces communs Pose et entretien des cathéters veineux centraux et périphériques, artériels et urinaires Les recommandations récentes sur la prévention des infections liées aux cathéters vasculaires et urinaires

50 Période d évaluation Principales missions des hygiénistes : Formation continue du personnel (10% du temps) Formation du nouveau personnel(20% du temps) Interaction avec le CLIN local pour déclencher la mise en place de mesures de précautions renforcées en cas de portage de bactéries multi-résistantes (selon recommandations locales) ou de diarrhée infectieuse (5% du temps) Audits (50% du temps) Réunions /6 semaines avecrendu des taux de bactériémies, rendu des audits, exposé des progrès à réaliser, discussion sur les problèmes rencontrés dans l application des recommandations Discussion quotidienne avec les médecins de l intérêt de maintenir en place les cathéters vasculaires et urinaires(5% du temps) Rendu des audits par posters affichés dans la réanimation

51 CRF Rempli intégralement par les ARC Sur base de données: Démographiques Ventilation, dialyse, nutrition, antibiothérapie Cathéters Infections nosocomiales

Limiter les infections nosocomiales: Les mesures d hygiène qui marchent vraiment. Antoine ROCH, Marseille Isabelle JOUSSET, Marseille

Limiter les infections nosocomiales: Les mesures d hygiène qui marchent vraiment. Antoine ROCH, Marseille Isabelle JOUSSET, Marseille Limiter les infections nosocomiales: Les mesures d hygiène qui marchent vraiment Antoine ROCH, Marseille Isabelle JOUSSET, Marseille Taux d incidence d'infections nosocomiales en réanimation I. urinaires

Plus en détail

Contexte national. Contexte à l hôpital Bichat. Contexte national. Contexte à l hôpital Bichat. Contexte à l hôpital Bichat 26/09/2014

Contexte national. Contexte à l hôpital Bichat. Contexte national. Contexte à l hôpital Bichat. Contexte à l hôpital Bichat 26/09/2014 Comment mener un audit CVC hors réanimation Contexte national Sarah Jolivet (interne) Gisèle Bendjelloul (infirmière hygiéniste) UHLIN 26/04/2011 Enquête nationale de prévalence 2006 : 4.6% des patients

Plus en détail

Les facteurs de risque d ILC

Les facteurs de risque d ILC Facteurs de risque Les facteurs de risque d ILC Le matériel utilisé Adhérence des micro organismes > pour les cathéters en PVC La densité de la flore cutanée au site d insertion Le nombre de manipulations

Plus en détail

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BAB EL OUED SERVICE D ÉPIDÉMIOLOGIE ET MÉDECINE PRÉVENTIVE Deuxième forum paramédical international de Sétif 08 et 09 décembre 2010 INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

TECHNIQUE DE POSE DE PERFUSION OU D INJECTION ET DE PRELEVEMENT SANGUIN SUR CHAMBRE IMPLANTABLE. Date de validation : 06/09/2006 Visa Dr G.

TECHNIQUE DE POSE DE PERFUSION OU D INJECTION ET DE PRELEVEMENT SANGUIN SUR CHAMBRE IMPLANTABLE. Date de validation : 06/09/2006 Visa Dr G. Page 1/6 I. OBJECTIFS Assurer un soin infirmier efficace et efficient dans le respect des règles d hygiène et d asepsie. Assurer la sécurité, le confort et le soutien psychologique des malades. II. DOMAINE

Plus en détail

Georgette Grech 1, Nadim Cassir 1, Sami Hraiech 2, Laurent Papazian 2 Isabelle Jousset 2, Sabine Valéra 2, Fanny Genoud 1. CLIN Hôpital Nord 2

Georgette Grech 1, Nadim Cassir 1, Sami Hraiech 2, Laurent Papazian 2 Isabelle Jousset 2, Sabine Valéra 2, Fanny Genoud 1. CLIN Hôpital Nord 2 Utilisation de Lingettes pré-imprégnées de Chlorexidine à 2% pour la Toilette de Patients de Réanimation : Impact sur le Taux d Incidence des Bactériémies, le Confort des Patients et le Temps de Travail

Plus en détail

SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS

SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS INFECTION ASSOCIÉE AUX SOINS (IAS) Infection qui survient : au cours ou au décours d une prise en charge diagnostique, thérapeutique, palliative,

Plus en détail

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Question 1 En préopératoire, quels dépistages systématiques et quelles stratégies

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

Fiche 1. Dépistage des patients porteurs de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM)

Fiche 1. Dépistage des patients porteurs de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) Fiche 1 EN DEHORS D UN CONTEXTE ÉPIDÉMIQUE 1 Dépistage des patients porteurs de Le dépistage doit être réalisé dans un cadre défini par le CLIN de l établissement. Les mesures appliquées aux patients porteurs

Plus en détail

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe QUESTIONS HYGIENE Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe Question 10: Dans un service un patient est porteur de la gale, des précautions

Plus en détail

Revue de la littérature Antibiotique BMR - Cathéters. XXIV e Congrès National de la Société d Hygiène hospitalière

Revue de la littérature Antibiotique BMR - Cathéters. XXIV e Congrès National de la Société d Hygiène hospitalière Revue de la littérature Antibiotique BMR - Cathéters XXIV e Congrès National de la Société d Hygiène hospitalière Préambule Aucun conflit d intérêt (à l exception de l amitié qui me lie a certains auteurs

Plus en détail

BACTERIEMIE, SEPTICEMIE Objectif. Techniques et méthodes I - LES BACTERIEMIES NOSOCOMIALES

BACTERIEMIE, SEPTICEMIE Objectif. Techniques et méthodes I - LES BACTERIEMIES NOSOCOMIALES BACTERIEMIE, SEPTICEMIE 2.04 Objectif Les bactériémies nosocomiales (BN) représentent 8 à 10% des infections nosocomiales (IN). Leur pronostic est souvent sévère : la mortalité attribuable est estimée

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

Les Hémocultures. -De la prescription au Laboratoire. D. Marsé CDS Service Infectiologie Pôle des Spécialités Médicales Archet CHU de Nice

Les Hémocultures. -De la prescription au Laboratoire. D. Marsé CDS Service Infectiologie Pôle des Spécialités Médicales Archet CHU de Nice Les Hémocultures -De la prescription au Laboratoire D. Marsé CDS Service Infectiologie Pôle des Spécialités Médicales Archet CHU de Nice CONSTAT Fréquence et importance de la réalisation d hémocultures

Plus en détail

GESTION PRE-OPERATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX

GESTION PRE-OPERATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION PRE-OPERATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX Janvier 2009 GECO J SELLIES EN FRANCE : CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET RECOMMANDATIONS «Les 100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections

Plus en détail

Recommandations concernant l hygiène en Anesthésie SFAR 1997

Recommandations concernant l hygiène en Anesthésie SFAR 1997 Recommandations concernant l hygiène en Anesthésie SFAR 1997! Calot, Masque et gants stériles! Casaque stérile «par analogie à la pose d un cathéter veineux central»! Champ stérile Recommandations pour

Plus en détail

Corinne TAMAMES Cadre expert en hygiène (Hôpital de la Pitié Salpêtrière Paris) Marcelino TAMAMES Chirurgien orthopédiste (Bry sur Marne)

Corinne TAMAMES Cadre expert en hygiène (Hôpital de la Pitié Salpêtrière Paris) Marcelino TAMAMES Chirurgien orthopédiste (Bry sur Marne) Corinne TAMAMES Cadre expert en hygiène (Hôpital de la Pitié Salpêtrière Paris) Marcelino TAMAMES Chirurgien orthopédiste (Bry sur Marne) Introduction ISO = 3 ème infection associée aux soins 13.5% des

Plus en détail

Nadine Briquet IDE Virginie Plessis IDE Paul brousse Septembre Septembre 2013 Nadine BRIQUET - Virginie PLESSIS - IDES 1

Nadine Briquet IDE Virginie Plessis IDE Paul brousse Septembre Septembre 2013 Nadine BRIQUET - Virginie PLESSIS - IDES 1 Nadine Briquet IDE Virginie Plessis IDE Paul brousse Septembre 2013 1 Présentation de l hôpital universitaire Paul BROUSSE 737 lits, dont : 135 lits pôle MFADU 15 lits de Réanimation 14 lits Soins intensifs

Plus en détail

Voies Veineuses Centrales et Procédures. Réanimation Médicale Hôpital Central CHU Nancy

Voies Veineuses Centrales et Procédures. Réanimation Médicale Hôpital Central CHU Nancy Voies Veineuses Centrales et Procédures Réanimation Médicale Hôpital Central CHU Nancy Présentation du service 14 lits de réanimation médicale adulte 750 patients/an Durée moyenne de séjour : 6.5 jours

Plus en détail

SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION

SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION Hélène LEFORT Cadre infirmier Service de Réanimation Médicale Hôpitaux de Brabois CHRU NANCY 18ème

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales 17/05/2017 (11h-12h) GAZE Laura L2 CR : CHAZAL Justine Pr Fenollar 8 Pages AIH Infections nosocomiales Infections nosocomiales Plan A. Définitions I. Infections associées aux soins II. Autres définitions

Plus en détail

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 PRECAUTIONS STANDARD BON USAGE DES GANTS Isabelle RABERIN - Infirmière hygiéniste Stéphanie GUINAND

Plus en détail

de dispositifs vasculaires centraux

de dispositifs vasculaires centraux N 242- CL24 Impact de l intervention sur les infections de dispositifs vasculaires centraux A.Belkacem 1,2, C.Gillard 1, V.Talon 3, V.Chigot 4, L.Perniceni 1, J-C.Nguyen 5, F.Savinelli 6, J.Tredaniel 7,C.Couzigou

Plus en détail

Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque. Ph Meurin Les Grands Prés

Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque. Ph Meurin Les Grands Prés Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque Ph Meurin Les Grands Prés Septembre 2014 Je ne déclare pas de conflit d intérêt à propos de cette présentation Enquête Hygiène GERS Etat des lieux Les CRC accueillent

Plus en détail

Utilisation des Chambres à Cathéter Implantable (CCI)

Utilisation des Chambres à Cathéter Implantable (CCI) Évaluation des Pratiques Professionnelles Utilisation des Chambres à Cathéter Implantable (CCI) Equipe Opérationnelle d Hygiène Service Qualité & Gestion des Risques Clinique La Casamance Aubagne Présentation

Plus en détail

AUDIT DES PRATIQUES DE REFECTION DES PANSEMENTS ET DES CHANGEMENTS DE LIGNES DE PERFUSION DES CATHETERS VEINEUX CENTRAUX (CVC) EN REANIMATION ADULTE

AUDIT DES PRATIQUES DE REFECTION DES PANSEMENTS ET DES CHANGEMENTS DE LIGNES DE PERFUSION DES CATHETERS VEINEUX CENTRAUX (CVC) EN REANIMATION ADULTE AUDIT DES PRATIQUES DE REFECTION DES PANSEMENTS ET DES CHANGEMENTS DE LIGNES DE PERFUSION DES CATHETERS VEINEUX CENTRAUX (CVC) EN REANIMATION ADULTE Unité de Gestion du Risque Infectieux ( UGRI) Jeudi

Plus en détail

CATHETER VEINEUX CENTRAL Objectif. Techniques et méthodes I - INDICATIONS ET MATERIEL

CATHETER VEINEUX CENTRAL Objectif. Techniques et méthodes I - INDICATIONS ET MATERIEL CATHETER VEINEUX CENTRAL 8.04 Objectif La mise en œuvre de techniques de soins rigoureuses, écrites et respectées par tous, peut permettre de réduire considérablement la fréquence des infections de cathéters

Plus en détail

Oltra Luc, Cadre de santé en hygiène. Service d hygiène, épidémiologie et prévention Groupement Hôpital Edouard Herriot (GHEH), Lyon, France

Oltra Luc, Cadre de santé en hygiène. Service d hygiène, épidémiologie et prévention Groupement Hôpital Edouard Herriot (GHEH), Lyon, France Analyse de la politique de maîtrise de la diffusion des entérobactéries résistantes aux C3G dans 3 unités de réanimation d un centre hospitalier universitaire Oltra Luc, Cadre de santé en hygiène Service

Plus en détail

Les antiseptiques et les dispositifs invasifs Questions / Réponses

Les antiseptiques et les dispositifs invasifs Questions / Réponses Les antiseptiques et les dispositifs invasifs Questions / Réponses Les produits d usage courant Antiseptiques : Bactéricide à large spectre, rapidité d action Produits courants en milieu de soins Polyvidone

Plus en détail

PROGRAMME D AMELIORATION DE L HYGIENE DES MAINS

PROGRAMME D AMELIORATION DE L HYGIENE DES MAINS PROGRAMME D AMELIORATION DE L HYGIENE DES MAINS Constats sur l hygiène des mains Lavage des mains : mesures essentielle de la préventions des IN difficultés techniques et pratiques du lavage des mains

Plus en détail

Dr Justine MILLON. Auteur:

Dr Justine MILLON. Auteur: Epidémiologie des bactéries multirésistantes aux antibiotiques au Centre Hospitalier Régional Félix-Guyon de Saint Denis de la Réunion en 2009 et Etude des connaissances et des pratiques des médecins généralistes

Plus en détail

Exemple de compte-rendu des résultats :

Exemple de compte-rendu des résultats : Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries multi-résistantes* dans les établissements de santé. * Staphylococcus aureus résistants à la méticilline, Enterobacteries productrice de béta-lactamase

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS)

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) IN / IAS Hospitalisation Absente à l admission Délai 48h après l admission Délai > période d incubation Exemple : légionnellose 10 jours

Plus en détail

Efficacité des solutions désinfectantes (1) Salzman MB, J Clin Microbiol 1993 Étude expérimentale in vitro randomisée contrôlée concernant la manipula

Efficacité des solutions désinfectantes (1) Salzman MB, J Clin Microbiol 1993 Étude expérimentale in vitro randomisée contrôlée concernant la manipula Utilisation du cathéter Manipulation du cathéter, des tubulures et robinets Efficacité des solutions désinfectantes (1) Salzman MB, J Clin Microbiol 1993 Étude expérimentale in vitro randomisée contrôlée

Plus en détail

Quel antiseptique pour les soins des CVC en réanimation? Olivier MIMOZ Service d Anesthésie-Réanimation Inserm U-1070 Université de Poitiers

Quel antiseptique pour les soins des CVC en réanimation? Olivier MIMOZ Service d Anesthésie-Réanimation Inserm U-1070 Université de Poitiers Quel antiseptique pour les soins des CVC en réanimation? Olivier MIMOZ Service d Anesthésie-Réanimation Inserm U-1070 Université de Poitiers Conflits d intérêt Bayer Health-Care Sarget Viatris Meda Cardinal

Plus en détail

Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées

Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées Pr. Jacques Fabry Lyon contre les Infections Nosocomiales Sud-Est 1 Rôle du portage dans les infections Pas de portage acquises

Plus en détail

Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1

Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1 Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en 2014 Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1 Présentation du CH de Niort Département des Deux-Sèvres

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire 32èmes Journées d Etude et de Perfectionnement de l UNAIBODE, Lyon, mai 2015 Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc

Plus en détail

3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI)

3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI) Qualité et prévention 3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI) Introduction Les infections acquises au sein de l établissement, d origine plurifactorielle, sont susceptibles de

Plus en détail

SONDAGE URINAIRE CLOS VS NON CLOS. BOUSSETTA Jihen LAZARO Marine

SONDAGE URINAIRE CLOS VS NON CLOS. BOUSSETTA Jihen LAZARO Marine 1 SONDAGE URINAIRE CLOS VS NON CLOS BOUSSETTA Jihen LAZARO Marine Sondage urinaire 2 Objectif: introduction aseptique d une sonde stérile dans la vessie par l urètre diagnostic Thérapeutique: drainage,

Plus en détail

Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : Ref. Service : Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Version : 0 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de pages : 5 1. OBJET Cette procédure à pour

Plus en détail

Qu est ce qui marche dans un bundle? (le visible, le perceptible, et l impalpable)

Qu est ce qui marche dans un bundle? (le visible, le perceptible, et l impalpable) Qu est ce qui marche dans un bundle? (le visible, le perceptible, et l impalpable) Jean-Christophe Lucet UHLIN Hôpital Bichat-Claude Bernard Université Paris VII Denis Diderot SF2H, 9 juin 2011 Un «bundle»,

Plus en détail

FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE

FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE La Clinique Mégival accueille: 95 lits d hospitalisation de chirurgie et de médecine 30 lits de soins de suite et de réadaptation 18 places de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

Hygiène des mains. Equipe Opérationelle d Hygiène

Hygiène des mains. Equipe Opérationelle d Hygiène Hygiène des mains Equipe Opérationelle d Hygiène La flore cutanée La flore résidente : Flore permanente, stable chez un même individu, sans danger pour un individu sain. Utile rôle de barrière en s opposant

Plus en détail

La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard

La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard SARM : relation portage infection Incidence en situation d épidémie installée

Plus en détail

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins M.ERB

Plus en détail

Dispositifs intravasculaires de longue durée (DIVLD) ANTENNE RÉGIONALE MIDI-PYRÉNÉES CCLIN SUD-OUEST 2014

Dispositifs intravasculaires de longue durée (DIVLD) ANTENNE RÉGIONALE MIDI-PYRÉNÉES CCLIN SUD-OUEST 2014 Dispositifs intravasculaires de longue durée (DIVLD) ANTENNE RÉGIONALE MIDI-PYRÉNÉES CCLIN SUD-OUEST 2014 Dispositifs intravasculaires En établissement de santé En HAD Fréquence d exposition Prévalence

Plus en détail

«Audit CVP» Cathéters veineux périphériques. Formation des auditeurs et des relais

«Audit CVP» Cathéters veineux périphériques. Formation des auditeurs et des relais «Audit CVP» Cathéters veineux périphériques Formation des auditeurs et des relais Objectifs et référentiels utilisés 1. Mesurer l application des bonnes pratiques 2. Sensibiliser le personnel aux recommandations

Plus en détail

Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière

Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière Mécanisme de résistance bactérienne: moyen de lutte mis en œuvre par la bactérie pour empêcher l action de l antibiotique

Plus en détail

Recommandations pour le personnel de la DDI 2014

Recommandations pour le personnel de la DDI 2014 Hygiène Hospitalière Recommandations pour le personnel de la DDI 2014 S. BROWET INFIRMIERE HYGIENISTE Avril 2014 1.Rôle de l Hygiène Hospitalière Prévention des infections nosocomiales 5 à 7 % des hospitalisations

Plus en détail

Quelle information donner vers «la ville» pour les patients porteurs d EBLSE à leur sortie?

Quelle information donner vers «la ville» pour les patients porteurs d EBLSE à leur sortie? Quelle information donner vers «la ville» pour les patients porteurs d EBLSE à leur sortie? 25 juin 2013 Sylvain Diamantis CH Melun (77) Organisation de la lutte contre les BMR à l hôpital Des réseaux

Plus en détail

MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE

MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE I OBJET et DOMAINE D APPLICATION Prévenir les infections liées aux cathéters veineux périphériques courts. Le mode opératoire concerne

Plus en détail

GESTION PRE OPERATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX

GESTION PRE OPERATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX COMITÉ D ORGANISATION SFHH Présidente, Marie-Louise GOETZ Coordonnateur, Jacques FABRY SOCIETES PARTENAIRES ANAES Sociétés Françaises de chirurgie AFU,SFCP,SOFCOT,SFORL,SFC SF Neuro-chir, SF Ophtalmo,

Plus en détail

Pneumopathies et Cathéters veineux Lu pour vous!

Pneumopathies et Cathéters veineux Lu pour vous! Pneumopathies et Cathéters veineux Lu pour vous! Par Gabriel Birgand Blog: http://www.gabrielbirgand.fr/ @Gbirgand Mortalité attribuable et PAVM Meta-analyse de données individuelles 24 études et 6284

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE Professeur Michel Drancourt Laboratoire de Microbiologie-Hygiène Hôpital de la Timone Michel.Drancourt@univmed.fr http://www.mediterranee-infection.com/

Plus en détail

CHECK LIST SONDAGE URINAIRE

CHECK LIST SONDAGE URINAIRE CHECK LIST SONDAGE URINAIRE Mode d'emploi Groupe de travail ARIH ARLIN Mars 2013 Introduction ENP 2012 : 300 330 patients inclus Prévalence des patients infectés : 5,1 % Infections urinaires = 29,9 % des

Plus en détail

Evaluation autour des CCI (Chambre à cathéter implantable)

Evaluation autour des CCI (Chambre à cathéter implantable) Fiche n 1 : Avant la pose de CCI Audit organisationnel : 1 fiche par établissement «poseur» Répondre à l'ensemble des questions ci-dessous 1-1 Une Check-list Voie Veineuse Centrale est mise en place dans

Plus en détail

Infections Urinaires en réanimation (IU)

Infections Urinaires en réanimation (IU) Infections Urinaires en réanimation (IU) Introduction Les infections urinaires Fréquentes : la plus fréquente des IN à l hôpital ¼ des IN en réanimation Graves parfois : pyélonéphrites, prostatites, bactériémies

Plus en détail

Dr Emmanuelle Girou Hôpital Henri Mondor Dr Jean-Christophe Lucet Hôpital Bichat-Claude Bernard Dr Caroline Maslo AP-HP

Dr Emmanuelle Girou Hôpital Henri Mondor Dr Jean-Christophe Lucet Hôpital Bichat-Claude Bernard Dr Caroline Maslo AP-HP Dr Emmanuelle Girou Hôpital Henri Mondor Dr Jean-Christophe Lucet Hôpital Bichat-Claude Bernard Dr Caroline Maslo AP-HP 2 Rappels Données générales 3 (Pré)-histoire de la désinfection des mains Deux services

Plus en détail

Visite de risques en réanimation adulte

Visite de risques en réanimation adulte Visite de risques en réanimation adulte Qualité et sécurité de la pose et de l entretien des cathéters veineux centraux (CVC) MOUET A., MORENO V., LESTEVEN C., PROUST V., D'ALCHE GAUTIER M-J., LE COUTOUR

Plus en détail

sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait

sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait Infections nosocomiales en gériatrie Les infections chez les sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait Processus de vieillissement Altération de la fonction immunitaire Achlorhydrie gastrique

Plus en détail

Prélèvements bactériologiques

Prélèvements bactériologiques Prélèvements bactériologiques Diagnostique direct : on recherche la bactérie responsable de l infection. Le prélèvement peut se faire soit au niveau du foyer infectieux soit à distance. Importance de :

Plus en détail

Introduction. Prévention des infections en Établissements d Hébergementd pour Personnes Agées DépendantesD

Introduction. Prévention des infections en Établissements d Hébergementd pour Personnes Agées DépendantesD Prévention des infections en Établissements d Hébergementd pour Personnes Agées DépendantesD François PUISIEUX CHRU de LILLE et Université de Lille 2 Introduction Bien que 445 000 personnes âgées environ

Plus en détail

Importance de l hygiène des mains

Importance de l hygiène des mains Observance de l hygiène des mains et obstacles à l utilisation des solutions hydro-alcooliques en réanimation Mme Sophie Hayaud, Cadre Hygiéniste Mme Audrey Martin, IDE Hygiéniste Réunion des infirmières

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Réseau REA-Raisin. Surveillance des Infections Nosocomiales en Réanimation Adulte. Région Grand Est

Réseau REA-Raisin. Surveillance des Infections Nosocomiales en Réanimation Adulte. Région Grand Est CENTRE DE COORDINATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DE L'EST Hôpitaux de Brabois, Rue du Morvan, 54511 VANDOEUVRE Lès NANCY CEDEX Tél. : 03.83.15.34.73 - Fax : 03.83.15.39.73 E-mail :

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 91 page 1 Copyright CMIT ITEM N 91 : INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) ET LIEES AUX SOINS (LS) OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition Item 91 page 1 Copyright CMIT ITEM N 91 : INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) ET LIEES AUX SOINS (LS) OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 91 page 1 ITEM N 91 : INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) ET LIEES AUX SOINS (LS) OBJECTIFS TERMINAUX I. Reconnaître le caractère nosocomial d une infection II. Savoir appliquer

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

Compétence 4 UE 4.4. S2

Compétence 4 UE 4.4. S2 Compétence 4 UE 4.4. S2 HEMOCULTURE SITUATION: Vous êtes en stage en pneumologie, vous prenez en charge Mme H, 75ans entrée pour pneumopathie. Vous prenez sa température, elle a 39 5, la patiente vous

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Règles d hygiène Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques Objectifs du soin Appliquer les bonnes pratiques afin de réduire le risque infectieux

Plus en détail

Prévention des infections liées aux cathéters veineux centraux

Prévention des infections liées aux cathéters veineux centraux Prévention des infections liées aux cathéters veineux centraux Anne-Marie Rogues Hygiène Hospitalière - Unité Inserm 657 Particularités Divers types de CVC et contextes d utilisation variés Travaux en

Plus en détail

Prévention des infections nosocomiales par la promotion de l hygiène des mains: un projet national

Prévention des infections nosocomiales par la promotion de l hygiène des mains: un projet national Prévention des infections nosocomiales par la promotion de l hygiène des mains: un projet national Dr. Anne Simon Symposium NSIH Bruxelles, le 2 mars 2004 Infections nosocomiales: Incidence et «coûts»

Plus en détail

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES, LES NOUVEAUTÉS, SPÉCIFICITÉS EN CANCEROLOGIE ET HEMATOLOGIE (isolement protecteur). Soirée thématique régionale ONCOLIE 25 juin 2015 Véronique DENIZOT

Plus en détail

TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE

TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE DIFFUSION : Groupe de Prévention des Infections en Cancérologie PO GPIC N 000 VERSION N 2 Date : 30/01/2012

Plus en détail

Le risque infectieux

Le risque infectieux Le risque infectieux I- Définitions Risque : probabilité de survenue d un événement indésirable causant un préjudice au patient, au soignant, au visiteur. Contamination : processus entraînant la présence

Plus en détail

Gestion du risque infectieux lié aux cathéters à chambre implantable (CCI)

Gestion du risque infectieux lié aux cathéters à chambre implantable (CCI) EOHI : Gestion du risque infectieux lié aux cathéters à chambre implantable (CCI) - Mmes S. Nottebaert, Dr Caroline LAURANS, médecin hygiéniste, pour l Équipe Opérationnelle d Hygiène et d Infectiologie

Plus en détail

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Dr M-C LAURAIN Praticien Hospitalier 17 juin 2016 I -Données démographiques Il y a de plus en plus de personnes âgées Année

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

Antisepsie sur peau saine Recommandations SF2H 2016

Antisepsie sur peau saine Recommandations SF2H 2016 Antisepsie sur peau saine Recommandations SF2H 2016 Réunion du réseau des Professionnels de Santé du Secteur des Soins de Ville, HAD, SSIAD, IDE Libéraux de Midi-Pyrénées ARLIN Midi-Pyrénées 9 juin 2016

Plus en détail

LES INFECTIONS LES INFECTIONS NOSOCOMIALES NOSOCOMIALES

LES INFECTIONS LES INFECTIONS NOSOCOMIALES NOSOCOMIALES LES INFECTIONS LES INFECTIONS NOSOCOMIALES NOSOCOMIALES Charles Santré Réanimation Polyvalente Centre Hospitalier de la Région Annécienne - F 74011 Cedex I - DEFINITIONS. Infection qui n'est pas présente

Plus en détail

CHOISIR LA BONNE PROCEDURE POUR L HYGIENE DES MAINS

CHOISIR LA BONNE PROCEDURE POUR L HYGIENE DES MAINS CHOISIR LA BONNE PROCEDURE POUR L HYGIENE DES MAINS 6.02 Objectif La réalisation systématique d'une désinfection des mains entre 2 soins est une procédure qui diminue la fréquence des infections nosocomiales.

Plus en détail

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_-

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- Réflexion sur les indicateurs du projet de tableau de bord: intérêts et difficultés E Martin, CHI Elbeuf-Louviers/Val de Reuil

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST réalisée Centre par l ARLIN de Formation Midi-Pyrénées des Professions CCLIN Sud-Ouest de Santé en partenariat avec la Formation Permanente des Professions

Plus en détail

Physiopathologie. Environnemental : air, eau, matériel Manuporté : colonisation par des bactéries pathogènes

Physiopathologie. Environnemental : air, eau, matériel Manuporté : colonisation par des bactéries pathogènes Physiopathologie Origine des germes colonisant les voies aériennes Exogène Environnemental : air, eau, matériel Manuporté : colonisation par des bactéries pathogènes Endogène Dissémination hématogène,

Plus en détail

L abord vasculaire en EHPAD

L abord vasculaire en EHPAD L abord vasculaire en EHPAD 3éme journée de formation et d information Prévention du risque infectieux en EHPAD Mardi 10 mai 2011 ARLIN Nord Pas-de-Calais Denis Thillard ARLIN Haute Normandie Différents

Plus en détail

POSE ET ENTRETIEN D UNE VOIE VEINEUSE PERIPHERIQUE EN PEDIATRIE

POSE ET ENTRETIEN D UNE VOIE VEINEUSE PERIPHERIQUE EN PEDIATRIE POSE ET ENTRETIEN D UNE VOIE VEINEUSE PERIPHERIQUE EN PEDIATRIE VERSION N 1 Page 1/7 Date de validation : 20/03/2007 I. Définition Soins infirmiers techniques permettant d assurer la pose et l entretien

Plus en détail

Gestion des voies veineuses centrales dans un service de réanimation néonatale : Cartographie du risque infectieux

Gestion des voies veineuses centrales dans un service de réanimation néonatale : Cartographie du risque infectieux Gestion des voies veineuses centrales dans un service de réanimation néonatale : Cartographie du risque infectieux 1 ère Journée Régionale Nord Pas de Calais / Picardie Prévention des Infections Associées

Plus en détail

Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires. Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI

Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires. Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI INTRODUCTION Bactériémies Les bactériémies constituent une cause majeure de morbidité et de mortalité

Plus en détail

Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD)

Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD) Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD) Audit observance Hygiène des mains en UAD E Seringe, F Boulot, N Godefroy (Arlin idf) Congrès Lille 2016 XVèmes rencontres

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

Formation en ligne. Voie veineuse périphérique adulte et pédiatrique Voie sous-cutanée Hémocultures. N. Khouider

Formation en ligne. Voie veineuse périphérique adulte et pédiatrique Voie sous-cutanée Hémocultures. N. Khouider Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Formation en ligne Voie veineuse périphérique adulte et pédiatrique Voie sous-cutanée Hémocultures N.

Plus en détail

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections nosocomiales en Réanimation. Emmanuelle Leray, Bernard Branger, C.CLIN-Ouest.

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections nosocomiales en Réanimation. Emmanuelle Leray, Bernard Branger, C.CLIN-Ouest. C.CLIN-Ouest Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Basse-Normandie Centre Bretagne Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Surveillance des infections

Plus en détail

Protocole de prélèvement des hémocultures en prélèvement unique (chez l'adulte)

Protocole de prélèvement des hémocultures en prélèvement unique (chez l'adulte) 1. Objet : Ce mode opératoire décrit la réalisation des hémocultures, examens permettant de faire le diagnostic des bactériémies et fongémies. Le prélèvement unique consiste à prélever en même temps 4

Plus en détail

de surveillance des abords veineux périphp riphériques: riques: Comment s engager dans le circuit de l amélioration des pratiques soignantes?

de surveillance des abords veineux périphp riphériques: riques: Comment s engager dans le circuit de l amélioration des pratiques soignantes? Audit d une d méthode m de surveillance des abords veineux périphp riphériques: riques: Comment s engager dans le circuit de l amélioration des pratiques soignantes? Melle BOUCKENHEIMER Carole Dr HAUTEMANIERE

Plus en détail

Quels freins à l application des recommandations. Limites des recommandations?

Quels freins à l application des recommandations. Limites des recommandations? «Toute société, tout groupe professionnel qui élabore des recommandations est confronté à la question suivante non encore résolue : quel est le meilleur moyen pour mettre en œuvre ces recommandations et

Plus en détail

L hygiène des mains est le moyen le plus important pour protéger nos patients contre les infections!

L hygiène des mains est le moyen le plus important pour protéger nos patients contre les infections! L hygiène des mains est le moyen le plus important pour protéger nos patients contre les infections! Les «5 Moments» sont? Les moments où nous effectuons «la pause» avant chaque procédure invasive (par

Plus en détail

3. DOCUMENTS DE REFERENCE :

3. DOCUMENTS DE REFERENCE : 1. OBJET : La présente instruction décrit le pansement et la manipulation de la chambre à cathéter implantable. 2. DOMAINE D APPLICATION : La présente instruction s applique au niveau du Service d Hématologie.

Plus en détail