réellement qualifiés; conetituent des élément e indispensables de la formation professionnel:+e. -..

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- 61 - réellement qualifiés; conetituent des élément e indispensables de la formation professionnel:+e. -.."

Transcription

1 Meme là o~ la qualification professionnelle ~ ' évolue pas aussi rapidement, la compréhensi0n du eystème 'soc-i al.et de l a finalité de la pro- duction, la participation à. la ges.tion, san..s lesquelles un.ouvri er 1.et un einployé ne 'peuvent ~tre réellement qualifiés; conetituent des élément e indispensables de la formation professionnel:+e. -.. Ainsi les exigence.s de la qualification professionnelle rencontrent celles de l ' éducation générale et les temps sont mrirs pour tenter,.. au niveau d '~e politique globale, une synthèse de la vie et de la culture. C'est là une entreprise considérabl e qui néce s~ ite pour ~tre pleinement réussie, non seulement un effort d 1 adaptation aux transformations éconòmiques et techniqu~s, mais encore des choix claire sur la société à promouvoir et sur les traits fondamentaux de l 'homme à former. Entreprise d'aut~t plus - di~ficile à mener qu 'il s'agit de donner.. uné reponse globale à des problèmes pensés jusqu 'ici isolément. Entreprise vitale pour l 'Europe qui ne peut repondre au.x besoins de ses habitants qua si elle réalise à. tous. moments le meil1eur ac!)ord possib.le en~ ~e conditions de développement économique et social et :les p!!ogrèe de. lléducat~on. Une première conc1us~on sur le plan pratique est que désojrme.ib ; :.> ; il ne f~ut plus t.rai ter séparément les problèmes d'éducation générale et de f~rmation professionnelle, qui forment un tout indissociab.le. Si l 1 éducation générale n 'a pas pour mission de répondre aux besoins. de l'économie et si, par contra, la formation profeesionnelle. doit mieux répondre. à. qes besoins, toutes deux doivent constìtuer deux pha ses successi ves. du processus d ' ~nseignement les et aucun élève ne doi t entrar dane la yie active sans avoir reç,u une form~tion profe~sionnelle. Pour répondre aux besoins de l ' économie, la f ormation professionnelle pourrait, dans une première étape, avoir un.caractère polyvalent et s 'acheminer progressivement vers la préparation directe ~~ t.ches spéqialisées.

2 ~ 'exigence d 'une formation polyvalente s 'affir me au fur et à mesure que se transforment les connaissances de base nécessaires pour exercer les activités de la vie moderne. Il faut av9ir présent à 1 l 'esprit que le découpage des activit és humaines par professione, par métiers, comporte une part d 'arbitraire qui peut ~tre légitimement remise en cause au fur et à mesure que se développent les connaissances techniques et les modalités du savoir-faire. En fait, il faut probablement refaire l 'inventaire des connai.ssances et des savoir-faire nécessaires à l 'exercice de certaines professione et de certains métiers. Il faut m~me accepter la perspective d'efforts nouveaux pour créer de nouvelles professione et de nouveaux métiers, c'est- à- dire pour regrouper sous de nouvelles dénominations l es connaissances et les savoir-faire qu 'appellent les innovations technologiques de tous ordres. A tous les niveaux de l 'instruction, les générations montantes doivent ~tre initiées à la vie sociale en général, à la vie des entreprises, à la vie économique, aux ~oyens et méthodes nouveaux de gestion, d'information, aux moyens de communication et de télécommunication. Elles doivent aussi ~tre préparées à intégrer dans leur vie courante les méthodes et moyens actuellement recouverts par le mot 11 informatique 11 et à consentir les efforts de perfectionnement et de recyclage do~t on sait aujourd 'hui clairement qu 'ils s 'imposent et s 'imposeront plus encor~,_, dans un proche avenir, mais dont l 'on conçoit également qu'ils puissent faire peser sur de nombreux travailieurs une véritable angoisse. Dans les années qui viennent, devra notamment se aévelopper la profession de conseiller socio-économique, apte à développer chez les travailleurs un état d'esprit conciliant la recherche de la sécurité d'emploi, le souci de la promotion du revenu 1 la nécessité du changement et l 'effort d 'adaptation professionnelle. La formation générale et professionnelle doivent avoir un caractère ~ermanent et continu. Cela signifie non seulement que les conditions permettant le perfectionnement continu e t des recyclages doivent ~tre organisées, mais que les rapporta entra processus d 1 enseignement et vie

3 professionnejle doivent etra revus dane le cadre d'une éducation permanente. La formation professionnello des adultes pour satisfaire aux besoins qui découlent de la mobilité, prendra vrais~mblablement à ~ ' aven ir un autre caractère. Elle comportera des périodes de recy clago fréquentes et brèvos. En attendant, les m~yens da ce typo de formation doivent otre renforcés, l0s métiers enseignés plus diversifi és ot les méthodes mieux adaptées à la psychologie des adultes. La pratiquc du congé- éducation qui consisto à accordar un congé spécial payé aux travailleur s désireux d'acquérir uno for mation sociale, culturello, syndical0 ou professionn~lle devrait etre généralisée.

4 ..

5 III. TENDRE VERS UN EMPLOI OPTU.u'\.1 # L' économie, ce sont d' abord des hommes qui travaillent, par,ce travail acquièrent un revenu et consomment, d ' où l ' importanoe de l ' emploi. L'un des problèmès f ondarnentaux de l'économie èst celui de l ' adéquation entra la population demandée et la population disponible. Cette adéqu~t~tion est très difficiie à établir. La population demandée est très mal connue. Bien qu'en progrès constant, les techniques de prévision d ' emploi ne permettent pas encore d' orientar avec suffisamment de certitude, les actions de formation professionnelle. Construites à partir de l ' évolution probable de la production des différentes branches, laquelle ne peut avoir un caractère rigoureux, elles sont tributaires du degré d ' accélération du progrès technique qui est très difficile à PFévoir. Quel.s qua soient les progrès accomplis en ce domaine - la recherche de techniques t oujours plus ~ine_s do i t ~tre favorisée, notamment celles qui visent à traduire en termes ~ ' empl o is les besoins de la collectivité - une très grande souplesse devra toujours présider à l ' organisation du marché du travail. La population disponible est constituée de personnes cherchant un travail correspondant à la formation qdelles ont reçue, choisi, en fonction de "leurs aptitudes, de leurs aspirations, d ' informations généralement incomplètes sur le marché du travail et des.circ~~~~ances. Le recours à l ' ordinateur qui transformera profondément les Qothodes utilisées par les services de l ' emploi, doit permettre d ' am31iorer d' une manière importante la connaissance des forces de travail da.ns la Conummauté notamm8nt quan"t à leur qualifica"tion et leur localisation. A: c.e _propos il convi..ndrai t que soi t assurée dès le départ une coordination des-: io chhiquc~ et des méthodes utilisées, Il serait de plus nécessaire qu'une définition commune des travailleurs en cbomage et en sous- emploi soit adoptée. Un échange accru d' informations a.~ d' ~xpériences portant t:ur les moyens de donner une meilleuro efficacité aux services de main-d'oeuvre rendrait un service appréciable. La population disponi ble s 'idenhfie ma1 à là. population demandéc. Nombreuses sont, parmi les jeunes, les personnes qui n ' ont pas été formées, ou qui l'ont été pour un travail qu 'ils n ' effeotueront jamais. Le cas le plus

6 typique est celui des jeunes des milieux ruraux qui, préparés pour restar à l a t er re, se voient contraints de la qui tter. c homage pour l es hommes cle professions excédentaires, mauvaise utilisation d ' hommes inadaptéar. insuf- ' 1 fisance de revenus pour les personnes et les familles, et de ressources publiques, l ' inadéquation entre population demandée et population disponible 1 coftte très cher. Elle oriente de plus la production et la distribution de biens dans des directions qui ne répondent pas nécessairement à l ' intéret général. C' est que la politique économique et la politique de l ' emploi sont conditionnées l ' une par l'autre. Si l ' économie doit dana l ' élaboration de ses programmes tenir compte des ressources actuelles et potentielles de naind' oeuvre, une politique de l ' emploi doit s ' efforcer d ' adapter cette main-d' oeuvre aux besoins de l ' économie. Bien que la population active disponible exerce une influence sur l ' organisation de la production et de la distribution, les contraintes sont beaucoup plus fortes en sens inverse. C' est la r aison pour laquelle une politique de l ' emploi doit intégrer, au coeur m~me de ses préoccupations, les problèmes de la création d ' emplois, de l ' orientation et de la localisation des investissements. Une politique active de l ' emploi doit viser à réduire le plus possible les d5séquilibres numériques et qualitatifs entre les ressources et les besoins en main-d' oeuvre tant réels que potentiels ; ~nél i o rer la structure~ofessionnelle et géographique de la main- d' oeuvre en fonction des besoins de l ' economie et réciproquement tenir compte dans l ' élaboration et l a mise en oeuvre des prograrnmes d' activité économiquo de la structure des ressources r éelles et potentielles en main-d' oeuvre accordar des aides diversifiées techniques, financières et administratives 1 aux personnes jeunes et adultes, en ch8mo.ge total ou partiel ou n ' a~rant encore jamais exercé d' activité, désireuses et susceptibles de travuiller mais qui rencontrent des difficultés dans la recherche d'une activité rémunérée, adaptée à leurs c~pacités et répondant à leurs aspirations, en raison d 'un manque de formation théorique ou pratique, d 'un handicap physique ou ment al ou d' un autre obstacle tenant à la distance du lieu d ' emploi, au manque de logement ou à tòut un autre motif. x x x

7 De nos jours, au point de développement économique et de pro0rès social où l ' on est parvenu dans la CommUnauté économique européenne, il est nécessaire de dépasser l ' aspect purement quantitatif de l'emploi, afi~ de donner pricirité à l'aspect qualitatif. Des. difficultés les pl~s tenaces, les lacunes les plus graves que rencontrent en effet les initiatives prises en vue d' assurer un meilleur équilibre général de l ' emploi,sont essentiollement d ' ordre qualitatif. Il convient notamment de cerner d ' une manièpe toujours plus prgcise la réalité du sous-emploi. Est sous-employé celui dont le revenu est particulièrement b~s rapport aux moyennes de rémunérations, celui dont les conditions de travail sont mauvaises du fait d 'un temps de travail trop réduit, d' un budget- temps daséquilibré, eolui doni).: l è t rava.il -.ae inférieur à des possiolités et n ' offre pas de possibilités de réelle ~ ;. promotion. Par 1' intégration au sous-emploi des élt:itnents de salaire, de condìtions de travail, d ' ::environnement, de possiblités de promo.tion et l tenda' rev~tir sa véritable dimension. Il d'eff~cacité, le plein emp o~ ~ devient l'emploi optimal. Pour que le progrès technique coincide avec un réel progrès social, il faut " ennoblir" 1 es postes de tra\l'ail et en particulier : automatiser les taches f astidieuses par leur simplicité extreme - ou rebutantes-par leur pénibilité ou leur malpropreté ; _ alléger les postes de travail, suite à dea études bénéficiant des progrès de l ' ergonomia. Cet all égement des poste~ devrait bén~ficier, en tout premier lieu, aux h an d., femmes aux J'eunes, aux travailleurs agés. ~capes, aux, par

8 - 67 Il est de plue souhaitable d'introduire de l a souplesse dans les conditions qui président à l a mise au travail et notamment étudier l es possibilités de développement du travail à temps partiel, dans des conditions qui assurent à cette forme de travail toutes l es garanties nécessair es et n ' entravent pas les per spectives de pr omotion. Les femmes ayant des r esponsabilités f amiliales, les jeunes, les tra.vailleurs, techniciens et cadres.. qui r essentent l a nécessité de stages de perfectionnement ou de recyclcge 1 doivent etr e les premiers à en profiter. x x La r éalisation d~ emploi optimal dans la Communauté au cours de la période posera un certain nombr e d' exigences découlant, d'une part, de l ' accroissement continu de la dem~de individuelle et collective, et, d ' autre part, de la diminution relative du volume de la popul ati on active dçns 1 1 ensemble de la Communauté, ainsi que des r éductions importantes de la duroc du travail auxquelles l ' on peut s ' attendre compte tenu de l'amélioration de l a productivité. Les années qui viennent seront vraisemblablement marquées par une forte diminution des emplois dans le primaire, une stabilisation dans le secondaire, une augmentation dans le ter tiair e et une diminution du nombre de travailleurs indépendants. Il sera ìmportant de veiller à ce que ces mouvements cotncident avec le dével oppement économique et que la répar tition des forces de travail entre l es différents secteurs ne précède pas les développements économiques, mais les accompagna en l es aidant. Cette évolution ira de pair avec une diminu t;ion relative et absolue du nombre des travailleurs manuels. Les problèmes liés aux localisations de la main-d' oeuvr e pr~ndront une grande importance. En effet, l ' exode de l ' agriculture se poursuivra en m~me temps que les efforts pour aménager le territoire, décongestionner les grandes villes et favoriser des regroupements de population active autour de x

9 , de centres d ' activité d ' importance variée. L' aménagement èt l ' or ganisation des traneports quotidiens des ~ravailleure devront faire l ' ob3et d 'une gtande. l attention pour éviter la naissance de problèmes difficilement sol ubles, tels que : la fatigue anormale et le bruit, sources de dép~ession et d ' aik~deptation pr ofondes ; la cherté du logement, déterminée par la spéculation foncière, la congestion urbaine, sources de montée de prix des terrains et des services. Pour répondre aux conditions dans leequelles s ' exerce l ' é1.ctivit6 économique aujourd ' hui, sous l ' influence des déc.ouvertes scientifiques, du progrès technique et de la transformation des modes de produire et de Sbr&~niser, il faut promouvoir la ~qbilité. doit y ~tre S' adapter a ùhe situation nouvelle demanda un effort, le tr~vailleur aidé. A la base de cette action, une distinction faite entra le revènu 1 la carrière. professionnelle et le contenu de 1 ' ernpioi, Pour ce qui est du revenu e't de la carrière, des ga.tanties : aides. à la réc.da.ptation, ' à la réinstallation, au logement,... ~. -.., et une certaine sécuri té doivent ~tre accordées. L' emploi en contraire doit ~tre mobile. Aucun progrès, tant sur le plan humain qu ' économique, n ' est possible si cette distinction n ' est pas établi e ' car en san abs.ence l i on est condui t soit à pr~ner une stabilité qui freine le progrès, sòit ~aire supporter ce dernier par les travailleurs les plus désarmés et les plus démunis, alors que le co~t de l ' évolution doit ~tre assumé par la société. Les mutations ne doivent. pas constituer pour les intéressés une surprise, un événement brutal, destructeur. C' est la raison pour laquelle ils doivent ~tre associés à toutes décisions relatives aux mutations, lesquelles doivent ~tre nécessaire. qui posent,. sa~f Il faut ~tre préparées en tenant compte du temps d 1 adaptati9n particulièrement attentif au cas. des ~sonnes adultes très r~es exceptions, dea èas difficiles. La mise à le. retraite anticipée ne doit pas ~tre la solution à ces cas..

10 _; 69 Un hornme, m~me rendu inapte par l ' évàution technique, ne doit pas ~tre exclu de la société. Cependant, la rapidité prévisible de çette évolution dans les dix années àvenir, risque de poser pour les personnes de 45 à 60 ou 65 ans, des.problèmes à. la solution desquels il fa:udra de plus en plu; travailler. Dans tous les cas où le choix est possible, à la solution d ' assistance viagère 1 de rètraite anticipée, doit ~tre préférée la réadaptation à une nouvelle ~ctivit é, solution plus humaine mais aussi plus économique, Il faut lutter, notamment par l' information, con tre des idées fe.usses trop souvent admises par les directions d ' entreprises relatives à la structpre d ' age du personnel. Se référant à certains exemples de société hautement industrialisées et par un souci exagéré de productivité, trop d ' entreprises se refusent à recruter certaines catégories de personnel, par exemple, des jeunes non encore libérés de leursobligations militaires, des dipl8més r6cents et donc insuffisamment expér.imentés, d es travailleurs de plus de 40 <:'ns sous pr0texte de leur incapacité à s ' adapter. En ngriculture et, naturellement dans une moindre mesur e, dans le petit commerce, la population occupée est manifestement en surnombre. Cette évidence longtemps contestée est aujourd'hui admise. Le départ des uns est nécessaire pour améliorer le revenu des aut ree. Or, jusqu ' à présent, peu a été fait pour prévoir et org~~iser grande majorité des travailleurs, après avoir suivi ~ne la r econversion de ces secteurs. La très filière traditionnelle de départ, occupen"7ies ernplois non qualifiés. Des structures, des progr.:unmes et des m6thodes adéquates doivent donc ~tre besoins et l ' on doit ~tre créas ou adaptés pour r épondre ~tx attentif aux aspects psycho- sociologiques de l a reconversion, qui ont ici une grande irnportance parce qu ' elle met en c~use un mode de vie et non seulement une activité professionnelle. Les intéressés doivent ~tre intimement associés à toutes les phases de la reconversion. Il ne suffit pas d' aider le travailleur à s ' adapter par des aides appropriées. Il faut encore et peut-~tre surtout, mettre en oeuvre une politique cohérente de mobilité. Les éléments d ' une telle politique ont déj~ indiqués : ne plus séparer éducation générale et formation professionnello, 6t é '

11 organiser une orientation scolaire et professionnelle continue - l ' orientation devant également toucher les personnes de 45 à 60 ou 65 ans - dispenser une formation professionnelle échelonnée allant de la polyvalence, à la,spéciwlisation7 utiliser des méthodes pédagogiques actives, créer une éducati~n permenente et continue, lutter contre l ' échec scolaire, organiser un contrale permanent des connaissances, a.ffiner le s. méthodes de prévision d' emploi 1 améliorer l ' efficacité des services de main- d ' oeuvre, développer les moycns de réadaptation professionnelle. Dans les activités où le lien avec la production est direct, et à plus forte raison mesurable, le problème des travailleurs en surnombre peut etre posé correc tement... Il n ' eri est. pas de meme dans les activités où l'acte productif est moins bien défini, moins visible, notamment dans les professione du tertiaire. L 1 optimation de l'emploi doit cependant etre recherchée dans toutes les activités et le t r avaù imp:i:-òductif éliminé. L' opinion. selon laqu~lle.,. mieux vaut qu' une personne soit mal employée plut8t què de n'etre pas employée du tout, doit etre comba~t~e. Elle entretient une paresse d'esprit préjudiciable à la solution des problèmes de l'emploi, elle est contraire à l"in-téretgénéral bien compris. Les. accqrds, conqentrations ou fusions d ' cntre- ; :. prises peu.vent etre l ' occasion de rechercher une optimation,, mais ils peuvent : ;.. conduire aussi à des éliminations abusives, ~i doivent etre combattues. Là encore, les intéressés. doivent etre as~ociés. aux mesures qui les conce1~cnt. Si dans le secteur industrie! les r econv:er si:ons se font de plus en plus d 'une man:em organi sé e, il n' en est pas de J;lleme daris l' artisanat 1 peti t corrunerce et l ' agricul ture. Dans ce dernier secteur notamment, co1,1pte tenu du nombre de personnes dont le départ est prévu dans les dix proch~ines années, il n'est pas possible de laisser au hasard le soin de disposer de milliers de personnes. Une programmation d ' ensemble do i t et re pensée e!; mise en oeuvre. La mobilité professionnelle, la transformation rapide des taches mettront de plus en plus les travailleur~;j lo dans des condi tions susce ptibles de nuire à leur sécuri té et à l eur santé. Le ;risque v~endr~.surtout de l ' ignorance - toxic i té. du produi t, 'danger invisi ble d~ radiatj,p_~, é tran~eté dos innovations - La prévention sera donc rendue plus difficile par la mobilité de l'emploi et exigera, plus encore que par le passé, beaucoup d ' efforts.

12 x x x La participation de la fomme à l'activité économique pose des problèmes d' ordre particulier dont la bonne solution peut contribuer à faire face aux besoins de main- d'oeuvre ainsi qu'à alléger les charges qui pèseront do plus en pl~s sur la population active, compte tenu de la diminution du vohme de cette population et de la réduction de l~ vie de travail. L'accès de la main-d'oeuvre féminine aux activités professionnelles doit ~tre favorisé par une politique appropriée de formation et do rédaptation professionnelles, conçue non seulement pour facilitar le passage d ' un type d'activité à un autre, mais aussi pour inciter les femmes, qui y seraicnt disposées, à entrer ou à rentrer dans la vie active. A cet égard, il convient de donner aux femmes des possibilités de qualification leur ouvrant pratiquement tous les emplois. Les objectifs à poursuivre, afin de valoriser pleinement le travail féminin par aissent ~tre les suivants : assurer l ' éducation et l'information des femmes et des jeunes filles tout en éveillant leur intéret pour une activité professionnelle, notamment adapter et développer l ' enseignement technique des jeunes filles en vue d ' c,ccro~tre la qualité et la diversité de la formation professionne'lle ; supprimer les limitations à caractère discriminatoire, qui, pour ellas, barrent l ' accès de certaines professions;. réaliser intégralement l'égalité des salaires entre hommes et femmes s r.:ieaximiner d~ns un esprit de progrès les critères médicaux règlementant les mesures de protection des femmes au travail ; faciliter le travail à temps partiel, pour autant que l'organisation en soit réglementée légalement ou par conventions collectives ; procéder à certaines adaptations en matière de ~écurit é sociale et de fiscalité ; développer la participation des femmes aux organes de représentation des travailleurs dans l'entreprise. Pour ce qui est du travail des mères, les objectifs socio-économiques peuvent ~tre définis camme suit :

13 réaliser une pro~ection effective et génoralisée de la maternité au b5néfice de toutes les femmes exerçant une activité professionnelle; int~rdire~ur les femmes en état de grossesse l es travau~ dangereux, tant par leur nature que par les conditions dans lesquelles ile sont effect~és - acoor der la possibilité aux femmes qui ne se trouvent pas en état de reprendre leur emploi du fait de la maternité,.de bénaficier d'un congé.post- natal assorti d' une clause de réemploi obligatoire ; interdire le licenciement et le déclassement d ' une femme en état de groseesse ou dtsposant d 1 ttn congé de maternité - assurer à cette m~me catégorie de travailleusee, gra.ce aux éqitipements sociaux, notamment l ee crèchee, gar deries d ' enfante, éool es maternel les qui sont encore en nombr e très insuffisant, une aide économique eet eanit aire ten~t c ompte. à la foia d 'impératifs liés à des critères financiers et de préoccupations de santé visant la protection de la mère et de l ' enfant. VALORISER LA MIGRATION La libre circulation des t~availl eurs a intéressé, au cours 'des dernières années, à peù près salariés par an, dont l a très grande majorité. provient d' Italie... Environ italiens travaill nt en effet 'actuellement dans les autres pays membres, de la Communauté, dont en Allemagne et en Fre..nce. Y comp,ris. les JDembres d~ leur famill.e, ce sont presque 2 millions de personnes dont..le st atut professionnel et social dé.pend de la: libre circulation. Nais dans les cinq pays de la Còmmunauté que l'on classe aujourd 1 hui camme pays d 'immigration, il est également f ait de plus en plus appel. à aes travailleur s migrante qui proyiennent des pa;ys "extérieurs" à' la Commu.nauté. Leur nombre dépasse les 2 millions dont 1/3 de femmes. Ils sont p~at ique ment tous originaires du bassin méditerra.née, 90 %. sont occupés en Allemagne et en Fra.noe. La grande_ major~té d'entre eux occupent des emplois non qualifiés. S' il est fait recours aux travailleurs migrants c ' est, d' une p~rt, pour pourvoir aux besoins en travailleurs qualifiés des indùstries dont le rythme de développement dépasse la croissance deé 'dieponib'ni tés du marché

14 73 '"t régulier de l'empl oi. C' est, d' autre part, pour accomplir des t!ohes ingrates, pénibles, insalubres, que les nationaux ne veulent plus r emplir et que l ' immigrant, sans qualification, sane réserves économiques et habitué à un niveau de vie plus bas se pli e à acqepter... Aux inconvénients et. aux difficultés, d ' ordre social notamment, soulevés par les mi grations, s ' ajoutent sur le plan économique une série d' autres. Le recour s facile à la main-d' oeuvre extérieure à la Communauté peut contr ibuer à créer dana certains cas une surchauffe éc~n omique. Ce recours peut dana las pays d' accueil, réduire les efforts pour l a pleine utilisation de to~ts la populati on d ' ~ge actif - femmes, handicapéa, -.La mécanisation de certainea t~hes peu attrayantes peut ~t re retardée par le fait que l ' on peut utiliser de la main-d' oeuvr e extra- nationale encore disposée à s ' en charger. Il y a plus, l ' émigration soustrait au pays d'origine les éléments les plus ~namiques de l a population, masque parfois et accentua les difficultés du développement, re~arde enfin le décoll age économique. Cela étant ia situation actuelle, il f~ut~terminer l es objectifs essentiels pour donner à l~ migration, à la fois le maximum de pr otection humaine, et, pour t ous les pays concernés, le maximum d ' efficacité sur le plan de la promotion sociale et du rendement économique. Avant tout, le système de l a libra circulation et notamment l ' ensemble dee moyens politico-techniques qu' il présuppose, doit etre utilisé pour mettre au point dee méthodes et des solutions qui, en partant de l a plateforme communautaire, pourraient etre graduellement appliquées à l ' ensemble des trav~illeurs migrants. Il s ' agit d 'un processus déjà amorcé, mais qu ' il faut rendre plus rapide et pluà c ohérent. Toutes les solutions étudiées et réalisées à l ' avant age des travailleurs communautaires devraient etre étendues, par étapes, et en commençant par les travailleurs des pays associés, à l ' ensemble de la force de travail régulièrement immigr.ée dans la Communauté. Ce processus devrait commencer par établir une parité e~tre les travailleurs nationc~ux et les travailleur s étrangers employés dans la Communauté en ce qui concerne les mesures de sécurité sociale et les initiatives de formation professionnelle.

15 pourraient ~tre Cette exigence de base posée, les objectifs concrete à atteindre - l ' Europe communau~aire.. dpi~, et ici apparatt la l iaison entre l' inulligfation et le développement sol~daire. d~s peuples,, poursu~vre une politique d' immigration dans la perspective du développement écon.omique de toutes les parties intéressées. par le prapessus migratoire. Il faut aviter une croissance désé- ;. ~ ' quilibrée des seul,s pays les plus ~vancé s. - les pays d 'immigrati an -.,.. notamment si cette croiss~ce devait avoir camme condition ou résultat un recul soci al. et un affaib~issement des r égions médi~erranéennes de l'appar e il productif, de le. 'plupart... d' où sont originaires les migrante - il est indispensable, pour que l a migration constitue un fact eu~. positif pour l es pays en voi e de développement,.. ql.ie l t émigrant puisse, à son retour, -prendre t out de sui te et ef'ficacement place. dana l ' effort de dév:elopp!3ment - de son peys... Cet objectif ess~nti~l peut seulement etre réalisé par une concertàti:on organique entre pays d' émigration; d ' immigration et ~ rganes, communautaires, afin de r éaliser dea programmés.spécifiques qe fqrmatio~ professionnel.le qui r ép0ndent au double but dè :r:endre rapidement utilisables les travaipeurs migrants dépourvus de qualification dans l~s.~vructures indust:éelles.. des pays d.' accueil et de compléter cette formation çlans l t optique de l es rend.l e '. j!.-,......,... aptes à ex~rcer les actiy~tés _ professionnelles correspondant aux besoins et l!!. a.tpr stand.,~s de l'industrie du PaJ"S d ~ origine. C et effort, qui d.émande -- en mesur~ ~ gal~, i~~éniosi.~é ~echni~~~ gé~é ~o~ité po~iùque et moyens ' ii~~ciers.. '... ~.... l eff.icaces, pourrai t ~tre pr~posé camme l ' une dea t aches priori t aires du _.. t! i. ~. J Fonds Social renouvelé; - immédiatement après la formati oh professiopnelle conçue de manièr~ à r épondre aux particulari tés de l a si tuation de l' émigrant, le problème le plus i lilportant à r ésoudre semble celui de donner une instruction adéquate aux en~ants des travailleu rs migrante dans le pays d' accueil. Tout en permettant à c es enfants de bénéficier de l ' enseignement de ce. pays..._ des coure pr oparatoir ee int ensifs de langue et d ini tiation aux méthodes utilisées sont.très souvent nécessairef il est indispensableie l eur donner la possibilité de maintenir et de ronforcer la connaissance de l eur langue et d ' approfondir les él éments essentiels de leur culture d ' origine. De pair avec cette action pour les jeunes, il faut menar une politique plus généreuse et davantage marquée par l ' imagination en faveur de la promotion social e et culturelle dea adultes cela quelqu ' en soit les difficultés réelles.

16 Le pr oblème - souvent angoissant - du logement doit t r ouver dea solutions plus appropriées et plus concertées que ce n ' a été le cas jusqu' à p1~sent. - Des efforts multipliés doivent ~tre faits pour favor iser l ' inse~ion social e des migrants dana la société d ' accueil. L' aotion doit concerner,d' une part, la personne du travailleur migrant et lorsqu' ils l ' accompagnent les mcmbres de sa famille et, d'autre part, la collectivité d ' e~cueil afin qu' elle se comporte, à l ' égard des migrante, confor mément aux principes de l~ solidarité humaine l~ piu~ a~tiye. A cette fin, une grande extension doi t tre donnée aux servicès sociaux spécialisés dans les problèmes de 1 1 immigration capables de répondr e à un large éventail de besdns, tels que : l ' information, la lutte contre le déracinement, l'assistance pour assurer ~ne égalit~ complète en matière de conditions de vie et de travail et pour aider l ' émigrant à faire valoir ses droits, l ' ercouragement à la participution à la vie locale sur le plan administratif, s,yndical et politique - perticipation des émigrants aux organes syndicaux, et conseils d es comr.nxnes - Si toutes l es actions esquissées ci-de ssus sont très opportunes, voire nécessaires, le but essentiel est de fonder les mouvements migratoires sur les bases de libre ohoix et non sur un fait d ' explusion du milieu d ' origine à cause d' inexorables exigences -économiques. C' est dana une politique rationnelle - dorio sociale - de l ' invostissement et de l ' équilibre régional de la croissance que réside la clé des l corrections indispensables aux distorsions sociales et aux misères humaines qui naissent des migrations actuelles. Celles- ci restent cependant encore nécessaires comme facteur d' une politique de plein emploi et de promotion professionnelle dans ~ l ' ensemble de la C.E.E. et dana certaines régions socio- économiques dont le développement est lié aux relations avec la C. ~. E...

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Emploi Québec Mauricie L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Août 2003 Plan de la présentation Introduction : la toile de fond Le contexte économique

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire?

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire? Juin 2012 Questions sociales Qu est-ce que le mi-temps thérapeutique? Le mi-temps thérapeutique se met en place après avis du médecin traitant et du médecin de la Sécurité sociale, à la suite d un arrêt

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail.

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. De l école au métier Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. Prise de position sur l intégration professionnelle d insieme Suisse, de l association Cerebral Suisse

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23 Introduction La place de sa sécurité sociale dans le système de protection sociale 5 I. La construction du système de protection sociale 5 1. Les influences de Bismarck et de Beveridge 6 2. La structuration

Plus en détail

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP)

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP) Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le personnel enseignant primaire et secondaire (FSE et FPEP) Avril 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec 2 3 Catégories de prestataires Travailleuses

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI Quels sont les droits et les obligations : - du salarié de droit privé? - du fonctionnaire? -du travailleur

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

[2010] La rubrique pour les Seniors

[2010] La rubrique pour les Seniors [2010] a rubrique pour les Seniors a retraite en quelques chiffres: 1,8 cotisant pour un retraité aujourd'hui face à 1,2 cotisant pour un retraité en 2050. a pension moyenne d'un retraité est de 1 400

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

LOI PORTANT REFORME DES RETRAITES

LOI PORTANT REFORME DES RETRAITES LOI PORTANT REFORME DES RETRAITES La loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, parue au JO du 10 novembre 2010 introduit de nouvelles dispositions. Le décret n 2003-1306 du 26 décembre 2003 relatif au régime

Plus en détail

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés n 58 novembre 2010 ISSN 1967-6158 Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi Données 2008 emploi formation insertion Franche-Comté La loi du 10 juillet 1987 relative à l obligation

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Panorama des CONTRATS de travail

Panorama des CONTRATS de travail Janvier 2010 Panorama des CONTRATS de travail L essentiel contrat par contrat Choisir un contrat selon vos besoins Éléments clés pour gérer vos contrats L essentiel contrat par contrat Signes particuliers

Plus en détail

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux.

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Prévoyance Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Une fois à la retraite, vous tenez à préserver votre liberté et indépendance. Il importe

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Messier-Bugatti ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES la CFDT, représentée par Monsieur Alain GUILLAUME, Délégué Syndical Central la CFE-CGC, représentée par Monsieur

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

SUÈDE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK).

SUÈDE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK). SUÈDE Nomenclature ATP KBT Pension complémentaire Complément municipal au titre du logement Unité monétaire Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK). Notes générales

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise?

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise? Comment construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi Quel est cet outil? Cet outil propose d établir des indicateurs concernant des problématiques sociales que vous rencontrez couramment et certaines

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants 1 Les prestations 2 Les prestations maladie-maternité 1/2 Les prestations maladie en nature (médicaments, honoraires ) sont les mêmes que les

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

MESURES DE REDRESSEMENT

MESURES DE REDRESSEMENT 1 LES MESURES pour l intégration des personnes handicapées au programme d accès à l égalité Le présent document propose des exemples de mesures qui peuvent faire partie du rapport d élaboration pour l

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE (CDPDJ) OCTOBRE 2005 LLee ppr réésseennt

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

CCFP 14 décembre 2015

CCFP 14 décembre 2015 CCFP 14 décembre 2015 Débat annuel sur les orientations de la politique des retraites dans la fonction publique 2 ème thème 1 2 ème thème 2. Une approche de l équité inter-régimes au regard de l impact

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Taux global de nomination préférentielle

Taux global de nomination préférentielle 6.2 MESURES DE REDRESSEMENT 1 Taux global de nomination préférentielle Les mesures de redressement d un programme d accès à l égalité ont pour but d augmenter la représentation de chaque groupe visé afin

Plus en détail

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 1 PLAN Propos introductifs I.Les modalités de la restructuration des entreprises

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Description du produit BusinessComposit. Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises

Description du produit BusinessComposit. Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises Description du produit BusinessComposit Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises 1 Conforme au marché et aux courtiers Les courtiers veulent des solutions de prévoyance

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Organisme de sécurité sociale chargé de la mission de service public d encaisser les cotisations et d assurer le service des prestations au regard de la

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - EGALITÉ - FRATERNITÉ DELEGATION AUX DROITS DES FEMMES ET A L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Paris, le 24 janvier 2013 L accueil de la petite enfance,

Plus en détail