JOURNAL DU CŒUR D UN FRANC-MAÇON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JOURNAL DU CŒUR D UN FRANC-MAÇON"

Transcription

1 JOURNAL DU CŒUR D UN FRANC-MAÇON Un secret sans mystère Jak BOAZ

2 PREAMBULE On a tous entendu parler un jour de la Franc-maçonnerie. Société secrète, chargée de mystères agrégés au fil de l histoire d hommes de bien, depuis le moyen âge en passant par le siècle des Lumières ou simple volonté discrète d être avant tout une démarche pour tenter la rencontre avec soi-même? «C était un soir de 1998, à la suite d une conférence humaniste menée par Patrick KESSEL alors Grand Maître du Grand Orient de France et fils de l écrivain, qu il m avait semblé important d en savoir plus et pourquoi pas, tenter d entrer en Franc-maçonnerie. Une fois encore, j allais m apercevoir qu il faut vivre les choses afin de pouvoir s en étonner peut-être» Loin du traitement connu de ce sujet autour des mystères et du sensationnel, ce témoignage largement romancé, souhaite vous faire découvrir ce dont on ne parle que peu ou mal : pourquoi devient-on franc-maçon, que fait-on réellement en Franc-Maçonnerie et quels changements profonds cela peut-il opérer sur une femme ou un homme. Véritable journal intime comme si vous y étiez, vivez cette aventure au cœur de la Franc-maçonnerie pour en saisir, sinon les codes et ses «secrets», le sens et la profondeur d une démarche humaine transmise depuis des siècles. 2

3 «Le seul véritable voyage, ce ne serait pas d aller vers de nouveaux paysages, mais d avoir d autres yeux» Marcel PROUST Chapitre I Il était une fois Au sol, les pavés brillaient du reflet de cette lumière verte que font les lampadaires urbains quand la nuit est installée. Mon pas était assuré. Malgré la pluie, on était loin d une ambiance singing in the rain d autant que j avais oublié de prendre le parapluie. Seul, le bruit des talons de rares passants pressés de rentrer chez eux, m accompagnait. Ce soir, je me rendais à cette convocation que j avais reçu quelques jours auparavant. L adresse du rendez-vous donné, n était en fait qu à une dizaine de minutes de marche depuis mon domicile... 3

4 À l heure dite, j étais arrivé. Le 33 était une cour sombre qu il fallait franchir sans aucune indication apparente. Bon, je ne m attendais pas à une enseigne sur laquelle aurait été écrit «Franc-Maçonnerie, bienvenue au club!», mais quand même, c était plus que discret. Je sonnais, un bip déclencha la grande porte d entrée, j entrais. Dans le hall où quelques vitrines exposaient des objets maçonniques, un des types qui montaient et descendaient un grand escalier l air très affairé, me jeta : «Salut mon Frère!». Je me demandais où je mettais les pieds. Mon frère? Frère de qui? De quoi? ça démarrait fort, il ne manquerait plus que ce soit une secte! Il avait dû se rendre compte de sa méprise et rectifia : «Monsieur, c est pour quoi?». Je lui indiquai que j avais été convoqué. Il acquiesça aussitôt en ajoutant : «Attendez ici, quelqu un va venir vous accueillir». J attendais patiemment avec l idée de repartir qui me traversa l esprit quand arriva un grand gaillard avec une voix douce et posée : «Bonjour, je m appelle Bernard, nous sommes heureux de vous recevoir, je vous propose un verre de bienvenue en «salle humide». «Salle humide», ça m a fait penser cave ou cachot. Faut dire que j étais mûr pour penser n importe quoi à ce moment-là. Intrigué sans être inquiet mais quand même un peu plus rassuré lorsqu on accéda au bar après une porte battante. C est ça la «salle humide», le restaurant et le bar! Son éclairage chaleureux m invitait autant que les mines réjouies de ceux qui étaient là. 4

5 «Bonsoir, vous êtes Jean? Tenez, prenez ce que vous voulez, je reviens dans quelques instants» Même si j avais été mis à l écart dans la salle, ma curiosité m obligeait à observer, tenter d écouter les conversation dont je ne captais pas grand chose et moins encore, le sens complet de leur conversation. Rapidement, je lançais un regard à l autre bout du bar. Quelques hommes en costume sombre, chemise blanche et cravate noire, discutaient, prenant l apéro debout contre le bar. Habillés comme ça, on aurait vraiment dit des pingouins, entre garçons de café et musiciens d orchestre Lumière tamisée, l ambiance de ce qui m apparaissait comme un club pour homme un peu à l anglaise, était celle de joyeux quadras parlant boulot, de leurs familles et de leurs gosses Bizarre, anachronique parfois mais pas vraiment dangereux en fait! Adossé au fond du bar en train de siroter un martini, une main se posa sur mon épaule. «Vous êtes Jean? Bonsoir, venez et suivez moi» furent les seuls mots d accueil. Je finissais mon verre avec empressement et le suivis. On emprunta un couloir qui avait le charme d une caserne au carrelage à damiers noir et blanc. Le long du mur, étaient accrochés des portraits d hommes sans doute importants au vu des décors qu ils portaient. Colliers, tabliers, médailles, ils me rappelaient mon service militaire On entra dans une pièce, le silence était pesant. «Je vais vous passer un bandeau sur les yeux Voilà, il est bien mis» et s assura que je ne voyais rien. Noir absolu, j étais aveugle. «Restez là, Bernard vient vous chercher dans un moment». Comme si j allais bouger, privé de la vue dans un endroit qui tout à coup devenait hostile. 5

6 Tout de suite mon nez avait pris le relais. Une odeur de craie ou celle d une classe d école qui aurait été fermée pendant les vacances. Malgré tout, je me sentais calme et confiant, enfin, c est ce que je me disais fort pour me rassurer. Les mains moites étaient la vérité de mon état, j entendais mon cœur, un peu trop. C est long, très long, au point que j essayais de deviner jusqu à la couleur du papier peint pour passer le temps. Des pas lointains dans le couloir, c est pour moi Des voix qui s éloignent, des rires, des gloussements puis, à nouveau le silence. «Qu est-ce que je fous là?» Je n eus pas le temps d y réfléchir vraiment, tout à coup, la porte s ouvre, Je reconnais la voix douce de Bernard. «Voilà, comment cela va se passer, nous allons ensemble rejoindre une salle où vous serez assis au milieu de gens qui vous poseront des questions, il conviendra d apporter des réponses spontanées, sincères et sans malice», il ajouta que mes yeux resteraient bien sûr bandés jusqu au retour. Curieusement, ce qui sonnait à mon oreille était sa façon parfois de s exprimer, ou plutôt le français employé. Cela me faisait penser à des tournures de vieux français, presque désuètes. «C est ok?» conclut-il, je répondis oui. «Alors, tenez vous fermement à moi, et faitesmoi confiance, marchons!». Il m aida à me lever de ma chaise puis, comme ces infirmières qui vous tiennent le bras pour faire prudemment quelques pas, il me guida dans les dédales du bâtiment. J essayais de réaliser la marche que j effectuais, comptant jusqu à mes pas, tournant là à gauche puis ensuite à droite. 6

7 Très vite, je perdis le sens de l orientation et me retrouvais totalement guidé. Un dernier escalier en colimaçon, soudain, une porte fermée devant mon nez. On s arrêta net. Il frappa curieusement mais fermement ; on parla et l on vint nous ouvrir. «Accompagnez le profane au centre, donnez lui un siège et assurez-vous qu il ne voit rien». Combien étaient-ils autour de moi, impossible à dire mais en nombre important. Seuls, des bruits de chaises au sol, de frottements de vêtements, de bribes et de murmures inaudibles m indiquaient la proximité de ces gens à quelques mètres et moi au centre. Un grand silence succéda au brouhaha de mon arrivée, la voix qui semblait venir de la même direction dit alors : «Monsieur, vous avez marqué le souhait de nous rejoindre. Avant toutes choses et permettre de savoir si vous en êtes digne, vous devez répondre à nos questions sans détour, en êtes-vous d accord?» Je disais oui comme un automate trop occupé à tenter d imaginer ce qui devait m encercler. Des gens, ça, il y en avait mais combien? Impossible de s en faire une idée. Mon cœur battait fort. Le fait d être assis ne l aidait pas et coupait ma respiration. Je tentais de regagner mon calme. Une chose était sûre, ils me voyaient, me regardaient et me scrutaient tandis que moi, pas. Privé de lumière, je me sentais pour la première fois de ma vie affaibli et me cramponnais à cette petite virgule de lumière que faisait mon bandeau à la lisière du creux de mon nez et de mes joues. «Monsieur, qu est-ce qui vous amène ainsi à vouloir nous rejoindre?» Dramatique! Immédiatement, aucune réponse ne me venait! 7

8 Je me sentais aussi honteux que lorsque, écolier sur l estrade, il m arrivait de rester muet à la question du professeur, où le silence s éternisait marquant lourdement mon ignorance et surtout la leçon pas apprise. Retour en arrière : ça n était pas un hasard si j avais reconnu l odeur de la craie et de l école! La question, si elle ne manquait pas de sens, provoquait en moi une incapacité à exprimer le moindre sentiment où tout du moins, réveilla cette gêne que l on a parfois à dire les choses tellement on les ressent. Conscient que chacun des mots que j allais prononcé avait une importance, et s il me paraissait plus simple de tout mesurer et de contrôler ; là, pour le coup, la machine s était grippée et me laissait stupidement sans voix. À ce moment précis, par ce détail, je comprenais combien dans mon existence, mes positions et convictions s exprimaient davantage par le filtre de la forme que par l élan du fond et du cœur. J en fus gêné... Pour être honnête, j avais déjà été furtivement dans cette difficulté, c était lors d un des entretiens préalables à cette étape. On appelle ça les «enquêtes». Trois rencontres avec des frères désignés pour se renseigner et permettre un compte-rendu sur l éventuel candidat. Comprendre leurs motivations réelles, leurs valeurs et la quête qui les porte. De mon point de vue, cela s était bien passé, j étais tombé sur des types très bien et brillant dans des genres différents. Jacques avait été le premier. Nous nous étions rencontrés dans un troquet de son quartier, et la conversation s était engagée rapidement. 8

9 En fait, comme cela m arrivait parfois, je prétendais à une question en considérant dans la seconde suivante où je l avais posée, de son utilité Victime d une sorte d idéalisation abstraite, je m attachais avec obstination à l idée toute faite d un genre humain, entre fleur bleue et ringardise. Un peu comme si, une fois monté dans un taxi, vous aimeriez être d emblée assez intime avec le chauffeur au point qu il puisse deviner l adresse à laquelle vous souhaitez vous rendre pas simple! C était un peu à l image de ma vie, réclamant d autrui intensité et profondeur d âme, j avais moi-même la consistance d un bouchon de liège. Rétif à tous ces gens qui se prennent au sérieux, j oscillais gentiment entre légèreté, dérision et cynisme. J appelais ça «humour», on se rassure comme on peut. Jacques, toujours en face de moi, m avait entrepris sur toutes sortes de questions les plus diverses. Celles auxquelles la banalité de la vie quotidienne ne laissent plus trop de place. J avais le sentiment réel qu il s intéressait à ce que j étais. C était très agréable, pourtant il me donnait la sensation de se passionner plus encore pour ce qu il disait. Non pas au point de s écouter parler mais un peu comme un prof qu il était d ailleurs. Je le découvris plus tard dans la conversation. Puis vint une question totalement saugrenue : «L amour fait-il parti de ta vie?» J étais stupéfait par cette question. Stoppé net. Ramené d un coup à une sorte d écoute primordiale. Qu est-ce que ce type d un mètre quatre-vingt-dix que je ne connais pas vient me parler d amour? Je tentais de m échapper. J ai baragouiné deux, trois banalités, famille, femme, enfant, amitié Ça avait eu l air de le contenter. 9

10 Sauf que là, j étais au milieu d eux, un bandeau sur les yeux, assis sur une chaise et que la question me fut reposée avec insistance : «Excusez-moi monsieur, mais pourriez-vous nous dire ce qui vous amène ainsi à vouloir nous rejoindre?!» À bien y réfléchir et par l éducation que j avais reçue, rien ne me prédisposait un jour, à m intéresser à la Francmaçonnerie et encore moins à imaginer la rejoindre. D ailleurs, je ne connaissais rien, ni de la franc-maçonnerie et encore moins des francs-maçons. Où alors si, juste chaque année lors des vacances sur la plage au bord de la mer lézardant au soleil, le magazine de presse sur la serviette que vous lisez distraitement, contient toujours un article du genre «La franc-maçonnerie, société et réseau secret» ou mieux encore «L argent et le pouvoir des francsmaçons» Bref, juste à lire pour participer à l effort économique de presse! Pour le reste, rien à apprendre concernant l éventuel sens d une telle démarche. Enfant turbulent et imprévisible, auteur de toutes les bêtises et coups tordus, j avais fait suer tous mes professeurs et instituteurs, aumôniers, chefs scout, bref, tous les symboles d une éducation «catho-classique». Pas par conviction, on s en doutera. Sans être rebelle, j étais plutôt le prototype du petit morveux. Contre tout ce qui était pour et inversement, j en avais fait très tôt un principe sans fondement. Mon seul luxe, rêveur. Je l avais toujours été. Sur mon carnet scolaire, chaque mois était inscrit : élève indiscipliné, faisant preuve de «mauvais esprit», doublé d une sorte d absence parce que toujours dans les nuages! 10

11 Être dans la lune était mon adresse, j y étais bien, comme ces écoliers qui ont le regard tourné vers la fenêtre mâchonnant le bout de leur crayon. Plus tard, une seule chose me révoltait, l injustice. Pour le reste, ce curieux sentiment de ne rien avoir jamais décidé de ma vie, je m étais habitué à me laisser porter par les événements Cette insouciance me quitta à l adolescence par le décès prématuré d un père à l âge de quarante-trois ans, suivi quelque temps après par celui de ma mère. Les obligations de l aîné que j étais, m avaient contraint à devenir sage et responsable, arrêtant net les frasques de l enfance. Puis il y eut des rencontres dans le cadre professionnel, des actions militantes, des mandats sociaux, quelques engagements. Parallèlement, un mariage pendant 18 ans, une magnifique fille qui grandissait belle comme un soleil. Puis un divorce, issue d une histoire sans fin juste pour lui tenter de lui en donner une. Je crois que c est à ce momentlà que j ai décidé de faire les comptes. Quarante ans passés pour apprendre à compter, il était peut-être temps. De la Franc-maçonnerie, je ne savais rien. C est un pur hasard que je l aie rencontré. Le tout premier contact avait eu lieu un soir de 1998, Une conférence était donnée dans un grand théâtre de la ville, sur les rapports mondiaux nordsud. Celle-ci était menée par un animateur brillant et généreux, Patrick KESSEL, le fils du célèbre écrivain... J apprenais incidemment ce soir-là qu il était alors Grand Maître du Grand Orient de France. Il avait disséqué les grands questionnements géopolitiques de notre monde, ses échanges déséquilibrés, ces injustices flagrantes sur une 11

12 planète où, pourtant, les richesses ne manquent pas. Rappelant que les systèmes sociaux malgré leurs complications, devaient rester au service des hommes et non l inverse. Ces dissonances développées, racontées, argumentées avec passion et visiblement vécue par l orateur, m avaient touché en plein cœur. Je n avais pas attendu un tel rassemblement pour agir moimême depuis longtemps dans des projets caritatifs, mais le discours que je recevais ce soir-là me touchait particulièrement. Un cocktail succéda à l intervention, des questions furent posées par certains, une réponse en guise de conclusion pourtant retint mon attention. «Voilà, j ai été ravi de vous rencontrer, mais sachez que s il s agit de la fin de ma conférence, c est sans doute le début, pour vous qui m avez écouté ce soir, de comprendre et agir en conscience dans un monde qui en manque!». Longuement applaudi, il quitta rapidement les lieux, mais les échanges continuèrent avec l équipe d organisateurs de la soirée. Ils dirent leur appartenance à la Franc-Maçonnerie, et nous engagèrent à venir les rencontrer si nous souhaitions continuer la conversation. C était la toute première fois que j entendais parler de Francs-maçons et de Franc-Maçonnerie, et il m avait semblé important d en savoir plus. À la suite de quoi, j avais pris mon téléphone et appelé le numéro pour un rendez-vous, tout est parti de là Comme une injonction, je fus brutalement ramené à la réalité : «S il vous plaît Monsieur, nous attendons votre réponse!». Je dis enfin : «Excusez-moi Jusqu à présent ma vie s est déroulée sans accroc, je peux même dire avec un 12

13 certain bonheur. J ai bénéficié d une enfance heureuse, je n ai pas de revanche à prendre sur la vie. Je fais un métier que j aime, j essaie de participer à ma mesure au bonheur des autres, mais tout cela ne me suffit plus aujourd hui. Il n y a pas de cohésion ni de sens réel à mon existence. J attends plus, je veux plus de cette vie qui s écoule si vite que souvent, je ne m en sens pas totalement l auteur. C est pour tenter d en comprendre l essentiel qui m échappe, c est pour mettre de l ordre aujourd hui dans cette sorte de confusion que je souhaite vous rejoindre enfin, si cela peut être». Il y eut un silence et aucun commentaire ne vint troubler celui-ci. Tout était venu d un trait comme si le cœur avait parlé plus vite que l esprit. Puis d autres questions s enchaînèrent : «Qui êtes-vous vraiment?», «Etes-vous croyant et si oui, en quoi?», «La liberté est-elle pour vous une vertu à défendre?», «Votre compagne ou épouse estelle d accord avec votre projet?» Venant de tous côtés, j étais interpellé et chacune de mes réponses appelait un commentaire. Parfois, j avais le sentiment et la légèreté de vivre un match de ping-pong, à d autres moments plus pénibles, celui d être un boxeur sonné sous les coups au centre du ring. J avais hâte d en terminer quand surgit une dernière question : «Monsieur, si nous vous acceptions au sein de notre groupe, et qu à visage découvert vous reconnaissiez quelqu un qui, dans la vie profane aurait eu maille à partie avec vous, accepteriez-vous de lui pardonner?». Je répondis immédiatement : «Ça dépend!». Le silence qui s en suivit m obligea à compléter : «Ça dépend du différend. S il s agit d un conflit engageant seulement un préjudice matériel, je 13

14 peux sans doute passer dessus, par contre si cela devait toucher un individu, un proche, un ami, je ne pense pas!». Au moment même de le dire, je prenais conscience que mon commentaire n était pas celui qu on attendait. Pressentant que répondre «cash» ne paierait paradoxalement pas, je n avais rien changé à ma réponse. Quelques questions encore et l on annonça qu on allait me raccompagner. On me remercia. Je quittais la salle en déambulant à nouveau et me retrouvais vite dans ce qui me semblait être le couloir d entrée. Là, on m ôta mon bandeau, me salua chaleureusement sur l air de «on vous écrira». Le portail se referma derrière moi. Après tant de densité, le vide, le froid de la nuit fraîche. Il ne pleuvait plus, j étais frigorifié, sans doute la tension qui retombait et la fatigue accumulée aussi. En marchant de retour chez moi, je repensais à cette curieuse soirée. En deux heures et quelques phrases, j avais plus parlé de moi qu en toute ma vie! Dans la rue, j entendais mes pas et marchais hâtivement, j en avais marre et voulais me coucher. Quelques semaines après, je recevais un courrier qui m annonçait «l ajournement de ma candidature». J attends toujours! Un temps était passé, les obligations de la vie, son train excessif qui perd l individu qui n y prend pas garde, m avaient englouties. Oubliées les bonnes résolutions, mise de côté la volonté d un rendez-vous avec moi-même. Une inconstance de plus, juste quelques fulgurances ; je m en voulais. Sans doute ni tenais-je pas autant qu à me perdre! Rien que de bonnes excuses. Mon travail, la famille, mon épouse et ma fille bien sûr, me demandaient de consacrer du temps, de l attention; mais l exigence et le tourbillon des responsabilités ne pouvaient me cacher l essentiel : quand m entendrai- 14

15 je enfin? Où aller chercher ce courage pour n être qu à soi? Il a fallu un week-end que nous avions prévu de longue date avec un couple d amis. Partir ensemble pour souffler avaiton dit. Quitter le gris de la ville pour le gris bleu des nuages changeants de l océan. Direction Biarritz. Nos compagnes étaient dans un véhicule devant nous et moi avec Mathieu, en suivant dans l autre. Blabla boulot, blabla responsabilités et projets professionnels, échanges convenus, passages où le silence ronronnait autant que le moteur du véhicule, les yeux parfois hagards à suivre distraitement les essuie-glaces qui chassaient cette petite pluie fine qui accompagne souvent un séjour au Pays basque. Puis Mathieu me posa une question, «As-tu une passion dans la vie?» je répondis oui, qu il s agissait de l art, de la peinture surtout qui permet de m évader de toutes contingences, d élaborer mes rêves en images, de rentrer aussi dans l art et la création des autres. De sentir la vie, mieux, le seul moment où j avais le sentiment de respirer ma vie. J avais été sincère et direct. Je m en voulais un peu de ne pas avoir spontanément répondu «ma fille!». D avoir été surpris par cet élan, d avoir fait cette réponse personnelle, égoïste. Il avait dû sentir ma gêne car il ajouta : «Tu sais, il est sans doute essentiel de donner et d apporter aux autres, à ceux qui sont importants à nos yeux et à notre cœur, mais il est encore plus important de l être à nos propres yeux Ne serait-ce que pour pouvoir partager ou mieux donner». Ce genre d argument elliptique m agaçait toujours un peu et réveillait curieusement en moi, une sourde colère. Vous saisissez le sens général mais jamais réellement une explication 15

16 tangible, une démonstration immédiate. Comme une bonne recette efficace à appliquer, à consommer. Attente puérile mais rassurante. Je prenais la mesure que rien n était décidément écrit, comme parfois on le voudrait confortablement, comme lire une feuille de route, la suivre et avancer dans sa vie. J entrevoyais bien que cette discussion était d une certaine façon, une boîte de Pandore que j allais ouvrir et Dieu seul savait où cela me mènerait J avouais à mon ami m être parfois perdu, disant même l avoir préféré afin de m éviter et surtout ne pas me trouver. Je disais même que cette passion pour la peinture, n avait pas été poussée au bout, que j entretenais avec elle un lien très fort bien sûr, mais que jamais je n avais eu le courage d aller au fond, pour voir qui j étais enfin. J avais même usé de l argument que la peinture des autres m intéressait bien plus que la mienne Si ce médium si précieux avait échoué, que pouvais-je sérieusement envisager alors? Les kilomètres passaient, la campagne basque présentait un ciel dégagé plus nous avancions vers l océan. Notre discussion calme, mais parfois pressante me faisait du bien, rien n avait été négocié, et Mathieu ne m avait guère ménagé. «Chacun de nous, à son heure, se pose des questions de fond et de sens sur sa propre vie. Ton acuité à constater ce qui peut être apparenté à une sorte de fuite, et ta gêne aujourd hui à la vivre tend peut-être, à démontrer qu il est sans doute l heure d un vrai changement. Pourquoi n accepterais-tu pas l idée d aller justement à ta propre rencontre?». 16

17 Nous arrivions dans les faubourgs de Biarritz, la mer au loin était grise et belle avec ses rouleaux cadencés, le ciel devenait bleu, seuls quelques nuages récalcitrants étaient les derniers témoins de ma colère passée. Seul subsistait à cet instant précis, un embarras à essayer de saisir l idée d aller vers soi Replié dans mes pensées, considérant les vertus de la simplicité et sans doute de l humilité, Mathieu m avoua comme un coup de tonnerre : «Jean, je suis franc-maçon, accepterais-tu nous rejoindre. La conversation que nous avons menée ensemble me laisse à penser que cette expérience peut t être enrichissante et profitable. Réfléchis et donne-moi ta réponse dans quelque temps. Si cela devait te tenter, sache que j en serai fier et serai ton parrain. Par contre, reviens vers moi pour me le dire, car de mon côté, je ne t en reparlerai plus, jamais». J étais abasourdi. Je connaissais ce garçon depuis plus de vingt ans, nous avions partagé ensemble par le passé, des moments forts, lors d engagements professionnels et avant tout une profonde amitié. La fidélité trouvée en lui, m avait depuis longtemps, réconcilié avec les hommes, enfin certains. Mais jamais je n aurai pu l imaginer Franc-Maçon! Mais en fait, je ne savais rien de sa vie et lui, si peu de la mienne et pourtant, en quelques instants, dans cette voiture lors de ce voyage, je m étais livré à lui sincèrement. Rarement dans ma vie, je ne m étais laissé aller en confiance à ce point. Il était Franc-maçon! Sans saisir le moindre mot de tout cela qui me rassurait dans cet instant à nommer «hasard», j avais le pressentiment de l importance capitale du moment. La vie parfois, nous fait faire mille circonvolu- 17

18 tions pour vous ramener en un centre à la vitesse d un éclair. Ce dernier détail, je devais le comprendre. C était même urgent. Le week-end était passé. Un peu de temps aussi, mais rapidement je l avais rappelé, j avais besoin de lui poser des questions. D abord, ça veut dire quoi être Franc-Maçon? Pour quoi faire?. Cela restait abstrait pour moi, d ailleurs, je ne voyais pas de rapport qui pouvait exister entre notre conversation et la Franc-maçonnerie. J attendais plus d informations. Je fus assez déçu. Il m avait donné quelques réponses qui ne pouvaient me satisfaire. «C est difficile à expliquer, il faudrait que tu le sois pour comprendre concrètement. Rajoutant : Difficile car tout passe par toimême et ce que je pourrais t en dire ou expliquer ne serait pas d un véritable intérêt». Une savonnette dans des mains humides ne m aurait pas mieux parlé! Et j aurai aimé qu on puisse me dire clairement ce que pouvait être un «accomplissement de soi» par la Franc-Maçonnerie, et surtout comment? Ainsi une démarche initiatique au sein de la Francmaçonnerie, et l initiation plus précisément, serait de nature à provoquer une radicale et fondamentale modification de notre pensée et de notre être, de notre manière de penser et de notre manière de vivre. Sentant ma frustration, Mathieu avait repris : «Bon, je vais essayer de t en dire plus». Je percevais son embarras à rendre concret, une chose qui ne l était apparemment pas. Une chose du cœur avant celle de l esprit et une expérience sans doute difficile à raconter, qui ne vaut que parce qu on l a vécu. 18

19 «Concrètement, il s agit, comme le disent nos vieux rituels, de passer des ténèbres à la Lumière. Et par cette lumière qui nous illumine, de changer notre être et notre vie». En même temps reprit-il, «il ne s agit pas seulement d aller vers la Lumière et de se reposer dans une vaine contemplation, mais par celle-ci, de nous entraîner à une action plus efficace et plus juste». «Il faut comprendre que le but essentiel d une initiation maçonnique est de changer l homme que tu es pour t ouvrir, d abord à toi-même et grandir. Et pour passer du stade où tu te trouves à celui «d homme nouveau», une sorte «d homme conscience». Il convenait donc, d accepter dans ce qu il convient de nommer une renaissance symbolique, une nouvelle naissance et ainsi, de rendre possible cette promesse de changement. «Mais pour atteindre cet objectif, il convient que tu répondes et te soumettes à certaines conditions: La première de toute initiation aux mystères de la Franc-Maçonnerie, est d être un homme «né libre et de bonnes moeurs». La deuxième condition, consiste dans une mort symbolique que tu devras accepter. En effet, celui qui aspire à la lumière doit d abord, dans une première épreuve, se dépouiller de tout son passé, des préjugés que la vie profane a pu accumuler en lui. Il doit «mourir à ce qu il était», redevenir en quelque sorte un enfant, un «enfant nu». Mais cette remise en question, cette renaissance ne saurait se passer n importe où et n importe comment. Elle ne peut s effectuer que dans un lieu séparé du monde et dans un temps différent de celui qui est le nôtre au quotidien. Un espace et un temps séparés, secrets, non pas dans un quelconque édifice, mais dans un Temple sacralisé par le Rite lui-même. Comprends-tu?». 19

20 Pas vraiment. Pour moi, tout cela à entendre n était que des phrases abstraites, n en saisissant pas grand-chose, je me surprenais à être plutôt inquiet. Qu est-ce donc que ce rituel qui vous fait renaître dans un lieu sûr et caché du monde? Sacré, avait-il même dit Toutefois, je ressentais confusément la présence d une vérité dans ses paroles, sans en comprendre le sens, j y sentais intuitivement quelque chose en accord et de bon pour moi. «Attention, continua-t-il profitant de mon attention, ce n est pas une décision à la légère. Se découvrir à ses propres yeux est sans doute passionnant mais souvent, une révélation brutale ou incommodante. J ai vu beaucoup d hommes changer, se modifier pour gagner l harmonie indispensable à la réalisation de soi mais cette mutation ne s est pas faite sans difficulté. Avoir le projet d une initiation maçonnique est donc de permettre à tout homme de devenir un «autre homme», un homme véritable, c est-à-dire de découvrir en lui ce qui est sagesse, force et beauté. Trouver le chemin de sa propre spiritualité, ce qui en soi est amour et vérité, rendre perceptible ce qui s adresse au cœur en premier. Cependant, il ne pourra y parvenir qu en accomplissant dans sa recherche, une action et une oeuvre qui sont à la fois la condition et la raison d être de ce dépassement. Il s agit, une fois encore, de savoir découvrir notre dimension «verticale» ou spirituelle, et de vouloir l accomplir et la réaliser». Bénis des Dieux! C était l exaltante impression que me faisaient les mots reçus de Mathieu. Vite, il me ramenait sur 20

21 terre, insistant sur le fait que toute démarche entamée n aurait de sens que si elle s accomplissait jusqu au bout. «Comprends bien que l initiation n a d intérêt que parce qu elle nous permet d appréhender une certaine idée de notre être et de la vérité qui le constitue. Elle n a de valeur que parce qu elle est une découverte, liée à une démarche elle-même vécue, que l on peut qualifier d existentielle. Si l émotion poétique consiste dans une sorte de perception naissante en une tendance à voir le monde autrement, l initiation s offre alors à toi comme une façon originale de percevoir et d appréhender autrement l Univers et les hommes comme nous-mêmes». Il conclut sa très longue réponse en citant Marcel Proust dans «A la Recherche du Temps Perdu : «Le seul véritable voyage, ce ne serait pas d aller vers de nouveaux paysages, mais d avoir d autres yeux». «De la même façon, Jean, la vocation de l initiation maçonnique est de nous apprendre à voir différemment, sinon de nous donner «d autres yeux». Bref, de nous donner un autre regard, sur les autres mais surtout et avant tout, sur nous-mêmes. Cette nouvelle façon de voir, constitue une conversion de notre âme tout entière et doit entraîner un changement profond en nous pour modifier notre vie». J avais reçu ses paroles studieusement et avec application, c était bien le moins que je pouvais faire après mes questions. Ce que j ignorais encore, c est que celles-ci où plutôt les réponses qu avait faites Mathieu, allaient bousculer en moi des idées bien ordonnées, rangées et à ce moment encore, tranquille. D un coup, j étais embarrassé, n étant pas si sûr au fond de vouloir m exposer, «m ouvrir» pour aller à la rencontre de 21

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

Témoignage. Gabrielle Charron-Rainville. Moka

Témoignage. Gabrielle Charron-Rainville. Moka Moka Gabrielle Charron-Rainville Témoignage À l été 2005, j'ai suivi une formation en leadership / apprenti-moniteur dans un camp en Ontario. J y ai amélioré mon anglais et eu énormément de plaisir. L

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin.

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin. Réécriture Réécriture Réécriture La nouvelle fantastique Au XIX ème siècle, un genre nouveau naît et se développe : la nouvelle fantastique. La nouvelle est un récit bref, présentant des personnages peu

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs!

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs! Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010 Découvrez EN APESANTEUR De BRIGIT H Et votez en couleurs! Les zones d interprétation se situent après le texte, ci-dessous. Pour voter, suivez les

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

L écrivain. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route.

L écrivain. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route. L écrivain Il se trouvait devant la porte. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route. Faire demi-tour il ne le pouvait! Pourquoi?

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs?

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Problème No 1 : Votre enfant ne fait pas de son mieux Les enfants qui manquent de motivation ne fournissent qu un minimum d

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Le Métier de survivre Le Métier Roman de survivre

Le Métier de survivre Le Métier Roman de survivre Marcelo Mariano Damiani Siskind Marcelo Damiani Marcelo Damiani Comme Le on Métier part, de comme survivre on reste Le Métier de survivre Le Métier Roman de survivre Roman Roman Traduit de l espagnol (Argentine)

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse 1 de Genre : Personnages : Costumes : Décors : Synopsis : comédie pour tout public, huit minutes environ contemporains salle de réunion, tables et chaises Une maison de retraite va s ouvrir et une consultante

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Pour te revoir. Zoé Sullivan. chapitre 20. image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net

Pour te revoir. Zoé Sullivan. chapitre 20. image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net Pour te revoir chapitre 20 Zoé Sullivan image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net À lire très important Le simple fait de lire le présent livre vous donne le droit de l'offrir en cadeau

Plus en détail

Réunion : la Diagonale des Fous

Réunion : la Diagonale des Fous J ai besoin de courir. Depuis toujours. Mes parents disent que j ai su trotter avant de marcher. J ai maintenant 32 ans et je viens de réaliser un vieux rêve : terminer la Diagonale des Fous, une course

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet la tendresse Jacques Ancet est né à Lyon en 1942. Il vit et travaille près d Annecy. Il est l auteur d une imposante œuvre poétique, et un des traducteurs essentiels de la poésie espagnole. son site :

Plus en détail

INTRODUCTION. L importance d un toucher conscient et intentionné. Pourquoi l automassage? Pourquoi le massage?

INTRODUCTION. L importance d un toucher conscient et intentionné. Pourquoi l automassage? Pourquoi le massage? INTRODUCTION L importance d un toucher conscient et intentionné Pourquoi le massage? Tout notre être a besoin de ressentir le toucher pour bien se développer. C est une nourriture vitale au même titre

Plus en détail

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois.

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois. SCÈNE UN Dans un petit village rural d Afrique, sous la chaleur écrasante de la mi-journée. Les femmes et les fillettes ramassent le bois nécessaires pour cuisiner. Sara et son amie Amina, deux écolières,

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Agathe : Simon, mon chéri! Simon (embrassant sa mère) : Salut maman. Mais tu es en pleine forme dis-moi! (embrassant Rebecca) Toi, par contre,

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

Jésus un homme rempli de l Esprit

Jésus un homme rempli de l Esprit Jésus un homme rempli de l Esprit L Esprit, qui habite en Jésus, l aide à accomplir sa mission par ses dons Comment Jésus vit et transmet les dons de l Esprit durant sa vie publique? Jésus a répandu les

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e

dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e Le Rêve de Madoff dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e 2013 Éditions Allia, Paris, 2013. i je suis assis sur un banc en pierre, en plein soleil. Un beau jour

Plus en détail

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble?

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? par Pauline Lalangue - 5 février 2015 publié sur www.guide-du-chien.com En tant qu amis des animaux, nous cherchons

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis,

Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis, Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis, Elisabeth nous a quittés au premier jour de l année nouvelle, avec cette discrétion élégante qu elle mettait en

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

Rentrer à l université L histoire de Malaika / épisode 03

Rentrer à l université L histoire de Malaika / épisode 03 Learning by Ear Travail et éducation Rentrer à l université L histoire de Malaika / épisode 03 Auteur : Njoki C. Muhoho Rédaction : Maja Dreyer Traduction : Julien Méchaussie Adaptation : Sandrine Blanchard

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la première fois. Leur bonne santé me précède. C est ma faute.

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait?

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? Approchez, tendez l oreille, écoutez notre petit lapin et vous saurez comment l école maternelle transforme les bébés en écoliers. C est

Plus en détail

www.relax34-villeveyrac.fr/votre-livre-je-maime-et-je-mapprouve/

www.relax34-villeveyrac.fr/votre-livre-je-maime-et-je-mapprouve/ Ecrit par Martine Poiret Coaching confiance en soi sur Skype ou au cabinet 06 26 64 32 25 1 Ce petit rapport vous est offert par Martine Poiret. Site www.relax34-villeveyrac.fr Vous pouvez l offrir à vos

Plus en détail

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Célébrer le deuil À l attention des familles et des proches Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Quel est le sens des funérailles chrétiennes? à Lors de ses funérailles, le défunt est entouré

Plus en détail

Suggestions d activités de développement spirituel

Suggestions d activités de développement spirituel Suggestions d activités de développement spirituel Le leadership : Suggestion de jeux avant d entamer la discussion : Le chef d orchestre : Un enfant sort de la salle ou on le couvre les yeux pendant un

Plus en détail

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde «Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde Nous sommes tous en quête de bonheur et de plénitude et souvent profondément insatisfaits de notre

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées.

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées. Élève 1 Nombre total de points 2 (77%) Devoir 1: Entretien 5 points Devoir 2 : Jeu de rôle 5 points Devoir 3 : Commentaire 4 points Transcription du commentaire (Temps de production 1:32 min) Prestation

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text A : B : A : B : A : B : Luc, ça va te manquer le lycée? Oh oui, surtout mes camarades de

Plus en détail

LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP

LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP 2006 1 Notions de base du commercial Principe de base Exercices Méthodologie Chronologie de l entretien 2 Notions de base du commercial Une personne fonctionne sur

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail