JOURNAL DU CŒUR D UN FRANC-MAÇON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JOURNAL DU CŒUR D UN FRANC-MAÇON"

Transcription

1 JOURNAL DU CŒUR D UN FRANC-MAÇON Un secret sans mystère Jak BOAZ

2 PREAMBULE On a tous entendu parler un jour de la Franc-maçonnerie. Société secrète, chargée de mystères agrégés au fil de l histoire d hommes de bien, depuis le moyen âge en passant par le siècle des Lumières ou simple volonté discrète d être avant tout une démarche pour tenter la rencontre avec soi-même? «C était un soir de 1998, à la suite d une conférence humaniste menée par Patrick KESSEL alors Grand Maître du Grand Orient de France et fils de l écrivain, qu il m avait semblé important d en savoir plus et pourquoi pas, tenter d entrer en Franc-maçonnerie. Une fois encore, j allais m apercevoir qu il faut vivre les choses afin de pouvoir s en étonner peut-être» Loin du traitement connu de ce sujet autour des mystères et du sensationnel, ce témoignage largement romancé, souhaite vous faire découvrir ce dont on ne parle que peu ou mal : pourquoi devient-on franc-maçon, que fait-on réellement en Franc-Maçonnerie et quels changements profonds cela peut-il opérer sur une femme ou un homme. Véritable journal intime comme si vous y étiez, vivez cette aventure au cœur de la Franc-maçonnerie pour en saisir, sinon les codes et ses «secrets», le sens et la profondeur d une démarche humaine transmise depuis des siècles. 2

3 «Le seul véritable voyage, ce ne serait pas d aller vers de nouveaux paysages, mais d avoir d autres yeux» Marcel PROUST Chapitre I Il était une fois Au sol, les pavés brillaient du reflet de cette lumière verte que font les lampadaires urbains quand la nuit est installée. Mon pas était assuré. Malgré la pluie, on était loin d une ambiance singing in the rain d autant que j avais oublié de prendre le parapluie. Seul, le bruit des talons de rares passants pressés de rentrer chez eux, m accompagnait. Ce soir, je me rendais à cette convocation que j avais reçu quelques jours auparavant. L adresse du rendez-vous donné, n était en fait qu à une dizaine de minutes de marche depuis mon domicile... 3

4 À l heure dite, j étais arrivé. Le 33 était une cour sombre qu il fallait franchir sans aucune indication apparente. Bon, je ne m attendais pas à une enseigne sur laquelle aurait été écrit «Franc-Maçonnerie, bienvenue au club!», mais quand même, c était plus que discret. Je sonnais, un bip déclencha la grande porte d entrée, j entrais. Dans le hall où quelques vitrines exposaient des objets maçonniques, un des types qui montaient et descendaient un grand escalier l air très affairé, me jeta : «Salut mon Frère!». Je me demandais où je mettais les pieds. Mon frère? Frère de qui? De quoi? ça démarrait fort, il ne manquerait plus que ce soit une secte! Il avait dû se rendre compte de sa méprise et rectifia : «Monsieur, c est pour quoi?». Je lui indiquai que j avais été convoqué. Il acquiesça aussitôt en ajoutant : «Attendez ici, quelqu un va venir vous accueillir». J attendais patiemment avec l idée de repartir qui me traversa l esprit quand arriva un grand gaillard avec une voix douce et posée : «Bonjour, je m appelle Bernard, nous sommes heureux de vous recevoir, je vous propose un verre de bienvenue en «salle humide». «Salle humide», ça m a fait penser cave ou cachot. Faut dire que j étais mûr pour penser n importe quoi à ce moment-là. Intrigué sans être inquiet mais quand même un peu plus rassuré lorsqu on accéda au bar après une porte battante. C est ça la «salle humide», le restaurant et le bar! Son éclairage chaleureux m invitait autant que les mines réjouies de ceux qui étaient là. 4

5 «Bonsoir, vous êtes Jean? Tenez, prenez ce que vous voulez, je reviens dans quelques instants» Même si j avais été mis à l écart dans la salle, ma curiosité m obligeait à observer, tenter d écouter les conversation dont je ne captais pas grand chose et moins encore, le sens complet de leur conversation. Rapidement, je lançais un regard à l autre bout du bar. Quelques hommes en costume sombre, chemise blanche et cravate noire, discutaient, prenant l apéro debout contre le bar. Habillés comme ça, on aurait vraiment dit des pingouins, entre garçons de café et musiciens d orchestre Lumière tamisée, l ambiance de ce qui m apparaissait comme un club pour homme un peu à l anglaise, était celle de joyeux quadras parlant boulot, de leurs familles et de leurs gosses Bizarre, anachronique parfois mais pas vraiment dangereux en fait! Adossé au fond du bar en train de siroter un martini, une main se posa sur mon épaule. «Vous êtes Jean? Bonsoir, venez et suivez moi» furent les seuls mots d accueil. Je finissais mon verre avec empressement et le suivis. On emprunta un couloir qui avait le charme d une caserne au carrelage à damiers noir et blanc. Le long du mur, étaient accrochés des portraits d hommes sans doute importants au vu des décors qu ils portaient. Colliers, tabliers, médailles, ils me rappelaient mon service militaire On entra dans une pièce, le silence était pesant. «Je vais vous passer un bandeau sur les yeux Voilà, il est bien mis» et s assura que je ne voyais rien. Noir absolu, j étais aveugle. «Restez là, Bernard vient vous chercher dans un moment». Comme si j allais bouger, privé de la vue dans un endroit qui tout à coup devenait hostile. 5

6 Tout de suite mon nez avait pris le relais. Une odeur de craie ou celle d une classe d école qui aurait été fermée pendant les vacances. Malgré tout, je me sentais calme et confiant, enfin, c est ce que je me disais fort pour me rassurer. Les mains moites étaient la vérité de mon état, j entendais mon cœur, un peu trop. C est long, très long, au point que j essayais de deviner jusqu à la couleur du papier peint pour passer le temps. Des pas lointains dans le couloir, c est pour moi Des voix qui s éloignent, des rires, des gloussements puis, à nouveau le silence. «Qu est-ce que je fous là?» Je n eus pas le temps d y réfléchir vraiment, tout à coup, la porte s ouvre, Je reconnais la voix douce de Bernard. «Voilà, comment cela va se passer, nous allons ensemble rejoindre une salle où vous serez assis au milieu de gens qui vous poseront des questions, il conviendra d apporter des réponses spontanées, sincères et sans malice», il ajouta que mes yeux resteraient bien sûr bandés jusqu au retour. Curieusement, ce qui sonnait à mon oreille était sa façon parfois de s exprimer, ou plutôt le français employé. Cela me faisait penser à des tournures de vieux français, presque désuètes. «C est ok?» conclut-il, je répondis oui. «Alors, tenez vous fermement à moi, et faitesmoi confiance, marchons!». Il m aida à me lever de ma chaise puis, comme ces infirmières qui vous tiennent le bras pour faire prudemment quelques pas, il me guida dans les dédales du bâtiment. J essayais de réaliser la marche que j effectuais, comptant jusqu à mes pas, tournant là à gauche puis ensuite à droite. 6

7 Très vite, je perdis le sens de l orientation et me retrouvais totalement guidé. Un dernier escalier en colimaçon, soudain, une porte fermée devant mon nez. On s arrêta net. Il frappa curieusement mais fermement ; on parla et l on vint nous ouvrir. «Accompagnez le profane au centre, donnez lui un siège et assurez-vous qu il ne voit rien». Combien étaient-ils autour de moi, impossible à dire mais en nombre important. Seuls, des bruits de chaises au sol, de frottements de vêtements, de bribes et de murmures inaudibles m indiquaient la proximité de ces gens à quelques mètres et moi au centre. Un grand silence succéda au brouhaha de mon arrivée, la voix qui semblait venir de la même direction dit alors : «Monsieur, vous avez marqué le souhait de nous rejoindre. Avant toutes choses et permettre de savoir si vous en êtes digne, vous devez répondre à nos questions sans détour, en êtes-vous d accord?» Je disais oui comme un automate trop occupé à tenter d imaginer ce qui devait m encercler. Des gens, ça, il y en avait mais combien? Impossible de s en faire une idée. Mon cœur battait fort. Le fait d être assis ne l aidait pas et coupait ma respiration. Je tentais de regagner mon calme. Une chose était sûre, ils me voyaient, me regardaient et me scrutaient tandis que moi, pas. Privé de lumière, je me sentais pour la première fois de ma vie affaibli et me cramponnais à cette petite virgule de lumière que faisait mon bandeau à la lisière du creux de mon nez et de mes joues. «Monsieur, qu est-ce qui vous amène ainsi à vouloir nous rejoindre?» Dramatique! Immédiatement, aucune réponse ne me venait! 7

8 Je me sentais aussi honteux que lorsque, écolier sur l estrade, il m arrivait de rester muet à la question du professeur, où le silence s éternisait marquant lourdement mon ignorance et surtout la leçon pas apprise. Retour en arrière : ça n était pas un hasard si j avais reconnu l odeur de la craie et de l école! La question, si elle ne manquait pas de sens, provoquait en moi une incapacité à exprimer le moindre sentiment où tout du moins, réveilla cette gêne que l on a parfois à dire les choses tellement on les ressent. Conscient que chacun des mots que j allais prononcé avait une importance, et s il me paraissait plus simple de tout mesurer et de contrôler ; là, pour le coup, la machine s était grippée et me laissait stupidement sans voix. À ce moment précis, par ce détail, je comprenais combien dans mon existence, mes positions et convictions s exprimaient davantage par le filtre de la forme que par l élan du fond et du cœur. J en fus gêné... Pour être honnête, j avais déjà été furtivement dans cette difficulté, c était lors d un des entretiens préalables à cette étape. On appelle ça les «enquêtes». Trois rencontres avec des frères désignés pour se renseigner et permettre un compte-rendu sur l éventuel candidat. Comprendre leurs motivations réelles, leurs valeurs et la quête qui les porte. De mon point de vue, cela s était bien passé, j étais tombé sur des types très bien et brillant dans des genres différents. Jacques avait été le premier. Nous nous étions rencontrés dans un troquet de son quartier, et la conversation s était engagée rapidement. 8

9 En fait, comme cela m arrivait parfois, je prétendais à une question en considérant dans la seconde suivante où je l avais posée, de son utilité Victime d une sorte d idéalisation abstraite, je m attachais avec obstination à l idée toute faite d un genre humain, entre fleur bleue et ringardise. Un peu comme si, une fois monté dans un taxi, vous aimeriez être d emblée assez intime avec le chauffeur au point qu il puisse deviner l adresse à laquelle vous souhaitez vous rendre pas simple! C était un peu à l image de ma vie, réclamant d autrui intensité et profondeur d âme, j avais moi-même la consistance d un bouchon de liège. Rétif à tous ces gens qui se prennent au sérieux, j oscillais gentiment entre légèreté, dérision et cynisme. J appelais ça «humour», on se rassure comme on peut. Jacques, toujours en face de moi, m avait entrepris sur toutes sortes de questions les plus diverses. Celles auxquelles la banalité de la vie quotidienne ne laissent plus trop de place. J avais le sentiment réel qu il s intéressait à ce que j étais. C était très agréable, pourtant il me donnait la sensation de se passionner plus encore pour ce qu il disait. Non pas au point de s écouter parler mais un peu comme un prof qu il était d ailleurs. Je le découvris plus tard dans la conversation. Puis vint une question totalement saugrenue : «L amour fait-il parti de ta vie?» J étais stupéfait par cette question. Stoppé net. Ramené d un coup à une sorte d écoute primordiale. Qu est-ce que ce type d un mètre quatre-vingt-dix que je ne connais pas vient me parler d amour? Je tentais de m échapper. J ai baragouiné deux, trois banalités, famille, femme, enfant, amitié Ça avait eu l air de le contenter. 9

10 Sauf que là, j étais au milieu d eux, un bandeau sur les yeux, assis sur une chaise et que la question me fut reposée avec insistance : «Excusez-moi monsieur, mais pourriez-vous nous dire ce qui vous amène ainsi à vouloir nous rejoindre?!» À bien y réfléchir et par l éducation que j avais reçue, rien ne me prédisposait un jour, à m intéresser à la Francmaçonnerie et encore moins à imaginer la rejoindre. D ailleurs, je ne connaissais rien, ni de la franc-maçonnerie et encore moins des francs-maçons. Où alors si, juste chaque année lors des vacances sur la plage au bord de la mer lézardant au soleil, le magazine de presse sur la serviette que vous lisez distraitement, contient toujours un article du genre «La franc-maçonnerie, société et réseau secret» ou mieux encore «L argent et le pouvoir des francsmaçons» Bref, juste à lire pour participer à l effort économique de presse! Pour le reste, rien à apprendre concernant l éventuel sens d une telle démarche. Enfant turbulent et imprévisible, auteur de toutes les bêtises et coups tordus, j avais fait suer tous mes professeurs et instituteurs, aumôniers, chefs scout, bref, tous les symboles d une éducation «catho-classique». Pas par conviction, on s en doutera. Sans être rebelle, j étais plutôt le prototype du petit morveux. Contre tout ce qui était pour et inversement, j en avais fait très tôt un principe sans fondement. Mon seul luxe, rêveur. Je l avais toujours été. Sur mon carnet scolaire, chaque mois était inscrit : élève indiscipliné, faisant preuve de «mauvais esprit», doublé d une sorte d absence parce que toujours dans les nuages! 10

11 Être dans la lune était mon adresse, j y étais bien, comme ces écoliers qui ont le regard tourné vers la fenêtre mâchonnant le bout de leur crayon. Plus tard, une seule chose me révoltait, l injustice. Pour le reste, ce curieux sentiment de ne rien avoir jamais décidé de ma vie, je m étais habitué à me laisser porter par les événements Cette insouciance me quitta à l adolescence par le décès prématuré d un père à l âge de quarante-trois ans, suivi quelque temps après par celui de ma mère. Les obligations de l aîné que j étais, m avaient contraint à devenir sage et responsable, arrêtant net les frasques de l enfance. Puis il y eut des rencontres dans le cadre professionnel, des actions militantes, des mandats sociaux, quelques engagements. Parallèlement, un mariage pendant 18 ans, une magnifique fille qui grandissait belle comme un soleil. Puis un divorce, issue d une histoire sans fin juste pour lui tenter de lui en donner une. Je crois que c est à ce momentlà que j ai décidé de faire les comptes. Quarante ans passés pour apprendre à compter, il était peut-être temps. De la Franc-maçonnerie, je ne savais rien. C est un pur hasard que je l aie rencontré. Le tout premier contact avait eu lieu un soir de 1998, Une conférence était donnée dans un grand théâtre de la ville, sur les rapports mondiaux nordsud. Celle-ci était menée par un animateur brillant et généreux, Patrick KESSEL, le fils du célèbre écrivain... J apprenais incidemment ce soir-là qu il était alors Grand Maître du Grand Orient de France. Il avait disséqué les grands questionnements géopolitiques de notre monde, ses échanges déséquilibrés, ces injustices flagrantes sur une 11

12 planète où, pourtant, les richesses ne manquent pas. Rappelant que les systèmes sociaux malgré leurs complications, devaient rester au service des hommes et non l inverse. Ces dissonances développées, racontées, argumentées avec passion et visiblement vécue par l orateur, m avaient touché en plein cœur. Je n avais pas attendu un tel rassemblement pour agir moimême depuis longtemps dans des projets caritatifs, mais le discours que je recevais ce soir-là me touchait particulièrement. Un cocktail succéda à l intervention, des questions furent posées par certains, une réponse en guise de conclusion pourtant retint mon attention. «Voilà, j ai été ravi de vous rencontrer, mais sachez que s il s agit de la fin de ma conférence, c est sans doute le début, pour vous qui m avez écouté ce soir, de comprendre et agir en conscience dans un monde qui en manque!». Longuement applaudi, il quitta rapidement les lieux, mais les échanges continuèrent avec l équipe d organisateurs de la soirée. Ils dirent leur appartenance à la Franc-Maçonnerie, et nous engagèrent à venir les rencontrer si nous souhaitions continuer la conversation. C était la toute première fois que j entendais parler de Francs-maçons et de Franc-Maçonnerie, et il m avait semblé important d en savoir plus. À la suite de quoi, j avais pris mon téléphone et appelé le numéro pour un rendez-vous, tout est parti de là Comme une injonction, je fus brutalement ramené à la réalité : «S il vous plaît Monsieur, nous attendons votre réponse!». Je dis enfin : «Excusez-moi Jusqu à présent ma vie s est déroulée sans accroc, je peux même dire avec un 12

13 certain bonheur. J ai bénéficié d une enfance heureuse, je n ai pas de revanche à prendre sur la vie. Je fais un métier que j aime, j essaie de participer à ma mesure au bonheur des autres, mais tout cela ne me suffit plus aujourd hui. Il n y a pas de cohésion ni de sens réel à mon existence. J attends plus, je veux plus de cette vie qui s écoule si vite que souvent, je ne m en sens pas totalement l auteur. C est pour tenter d en comprendre l essentiel qui m échappe, c est pour mettre de l ordre aujourd hui dans cette sorte de confusion que je souhaite vous rejoindre enfin, si cela peut être». Il y eut un silence et aucun commentaire ne vint troubler celui-ci. Tout était venu d un trait comme si le cœur avait parlé plus vite que l esprit. Puis d autres questions s enchaînèrent : «Qui êtes-vous vraiment?», «Etes-vous croyant et si oui, en quoi?», «La liberté est-elle pour vous une vertu à défendre?», «Votre compagne ou épouse estelle d accord avec votre projet?» Venant de tous côtés, j étais interpellé et chacune de mes réponses appelait un commentaire. Parfois, j avais le sentiment et la légèreté de vivre un match de ping-pong, à d autres moments plus pénibles, celui d être un boxeur sonné sous les coups au centre du ring. J avais hâte d en terminer quand surgit une dernière question : «Monsieur, si nous vous acceptions au sein de notre groupe, et qu à visage découvert vous reconnaissiez quelqu un qui, dans la vie profane aurait eu maille à partie avec vous, accepteriez-vous de lui pardonner?». Je répondis immédiatement : «Ça dépend!». Le silence qui s en suivit m obligea à compléter : «Ça dépend du différend. S il s agit d un conflit engageant seulement un préjudice matériel, je 13

14 peux sans doute passer dessus, par contre si cela devait toucher un individu, un proche, un ami, je ne pense pas!». Au moment même de le dire, je prenais conscience que mon commentaire n était pas celui qu on attendait. Pressentant que répondre «cash» ne paierait paradoxalement pas, je n avais rien changé à ma réponse. Quelques questions encore et l on annonça qu on allait me raccompagner. On me remercia. Je quittais la salle en déambulant à nouveau et me retrouvais vite dans ce qui me semblait être le couloir d entrée. Là, on m ôta mon bandeau, me salua chaleureusement sur l air de «on vous écrira». Le portail se referma derrière moi. Après tant de densité, le vide, le froid de la nuit fraîche. Il ne pleuvait plus, j étais frigorifié, sans doute la tension qui retombait et la fatigue accumulée aussi. En marchant de retour chez moi, je repensais à cette curieuse soirée. En deux heures et quelques phrases, j avais plus parlé de moi qu en toute ma vie! Dans la rue, j entendais mes pas et marchais hâtivement, j en avais marre et voulais me coucher. Quelques semaines après, je recevais un courrier qui m annonçait «l ajournement de ma candidature». J attends toujours! Un temps était passé, les obligations de la vie, son train excessif qui perd l individu qui n y prend pas garde, m avaient englouties. Oubliées les bonnes résolutions, mise de côté la volonté d un rendez-vous avec moi-même. Une inconstance de plus, juste quelques fulgurances ; je m en voulais. Sans doute ni tenais-je pas autant qu à me perdre! Rien que de bonnes excuses. Mon travail, la famille, mon épouse et ma fille bien sûr, me demandaient de consacrer du temps, de l attention; mais l exigence et le tourbillon des responsabilités ne pouvaient me cacher l essentiel : quand m entendrai- 14

15 je enfin? Où aller chercher ce courage pour n être qu à soi? Il a fallu un week-end que nous avions prévu de longue date avec un couple d amis. Partir ensemble pour souffler avaiton dit. Quitter le gris de la ville pour le gris bleu des nuages changeants de l océan. Direction Biarritz. Nos compagnes étaient dans un véhicule devant nous et moi avec Mathieu, en suivant dans l autre. Blabla boulot, blabla responsabilités et projets professionnels, échanges convenus, passages où le silence ronronnait autant que le moteur du véhicule, les yeux parfois hagards à suivre distraitement les essuie-glaces qui chassaient cette petite pluie fine qui accompagne souvent un séjour au Pays basque. Puis Mathieu me posa une question, «As-tu une passion dans la vie?» je répondis oui, qu il s agissait de l art, de la peinture surtout qui permet de m évader de toutes contingences, d élaborer mes rêves en images, de rentrer aussi dans l art et la création des autres. De sentir la vie, mieux, le seul moment où j avais le sentiment de respirer ma vie. J avais été sincère et direct. Je m en voulais un peu de ne pas avoir spontanément répondu «ma fille!». D avoir été surpris par cet élan, d avoir fait cette réponse personnelle, égoïste. Il avait dû sentir ma gêne car il ajouta : «Tu sais, il est sans doute essentiel de donner et d apporter aux autres, à ceux qui sont importants à nos yeux et à notre cœur, mais il est encore plus important de l être à nos propres yeux Ne serait-ce que pour pouvoir partager ou mieux donner». Ce genre d argument elliptique m agaçait toujours un peu et réveillait curieusement en moi, une sourde colère. Vous saisissez le sens général mais jamais réellement une explication 15

16 tangible, une démonstration immédiate. Comme une bonne recette efficace à appliquer, à consommer. Attente puérile mais rassurante. Je prenais la mesure que rien n était décidément écrit, comme parfois on le voudrait confortablement, comme lire une feuille de route, la suivre et avancer dans sa vie. J entrevoyais bien que cette discussion était d une certaine façon, une boîte de Pandore que j allais ouvrir et Dieu seul savait où cela me mènerait J avouais à mon ami m être parfois perdu, disant même l avoir préféré afin de m éviter et surtout ne pas me trouver. Je disais même que cette passion pour la peinture, n avait pas été poussée au bout, que j entretenais avec elle un lien très fort bien sûr, mais que jamais je n avais eu le courage d aller au fond, pour voir qui j étais enfin. J avais même usé de l argument que la peinture des autres m intéressait bien plus que la mienne Si ce médium si précieux avait échoué, que pouvais-je sérieusement envisager alors? Les kilomètres passaient, la campagne basque présentait un ciel dégagé plus nous avancions vers l océan. Notre discussion calme, mais parfois pressante me faisait du bien, rien n avait été négocié, et Mathieu ne m avait guère ménagé. «Chacun de nous, à son heure, se pose des questions de fond et de sens sur sa propre vie. Ton acuité à constater ce qui peut être apparenté à une sorte de fuite, et ta gêne aujourd hui à la vivre tend peut-être, à démontrer qu il est sans doute l heure d un vrai changement. Pourquoi n accepterais-tu pas l idée d aller justement à ta propre rencontre?». 16

17 Nous arrivions dans les faubourgs de Biarritz, la mer au loin était grise et belle avec ses rouleaux cadencés, le ciel devenait bleu, seuls quelques nuages récalcitrants étaient les derniers témoins de ma colère passée. Seul subsistait à cet instant précis, un embarras à essayer de saisir l idée d aller vers soi Replié dans mes pensées, considérant les vertus de la simplicité et sans doute de l humilité, Mathieu m avoua comme un coup de tonnerre : «Jean, je suis franc-maçon, accepterais-tu nous rejoindre. La conversation que nous avons menée ensemble me laisse à penser que cette expérience peut t être enrichissante et profitable. Réfléchis et donne-moi ta réponse dans quelque temps. Si cela devait te tenter, sache que j en serai fier et serai ton parrain. Par contre, reviens vers moi pour me le dire, car de mon côté, je ne t en reparlerai plus, jamais». J étais abasourdi. Je connaissais ce garçon depuis plus de vingt ans, nous avions partagé ensemble par le passé, des moments forts, lors d engagements professionnels et avant tout une profonde amitié. La fidélité trouvée en lui, m avait depuis longtemps, réconcilié avec les hommes, enfin certains. Mais jamais je n aurai pu l imaginer Franc-Maçon! Mais en fait, je ne savais rien de sa vie et lui, si peu de la mienne et pourtant, en quelques instants, dans cette voiture lors de ce voyage, je m étais livré à lui sincèrement. Rarement dans ma vie, je ne m étais laissé aller en confiance à ce point. Il était Franc-maçon! Sans saisir le moindre mot de tout cela qui me rassurait dans cet instant à nommer «hasard», j avais le pressentiment de l importance capitale du moment. La vie parfois, nous fait faire mille circonvolu- 17

18 tions pour vous ramener en un centre à la vitesse d un éclair. Ce dernier détail, je devais le comprendre. C était même urgent. Le week-end était passé. Un peu de temps aussi, mais rapidement je l avais rappelé, j avais besoin de lui poser des questions. D abord, ça veut dire quoi être Franc-Maçon? Pour quoi faire?. Cela restait abstrait pour moi, d ailleurs, je ne voyais pas de rapport qui pouvait exister entre notre conversation et la Franc-maçonnerie. J attendais plus d informations. Je fus assez déçu. Il m avait donné quelques réponses qui ne pouvaient me satisfaire. «C est difficile à expliquer, il faudrait que tu le sois pour comprendre concrètement. Rajoutant : Difficile car tout passe par toimême et ce que je pourrais t en dire ou expliquer ne serait pas d un véritable intérêt». Une savonnette dans des mains humides ne m aurait pas mieux parlé! Et j aurai aimé qu on puisse me dire clairement ce que pouvait être un «accomplissement de soi» par la Franc-Maçonnerie, et surtout comment? Ainsi une démarche initiatique au sein de la Francmaçonnerie, et l initiation plus précisément, serait de nature à provoquer une radicale et fondamentale modification de notre pensée et de notre être, de notre manière de penser et de notre manière de vivre. Sentant ma frustration, Mathieu avait repris : «Bon, je vais essayer de t en dire plus». Je percevais son embarras à rendre concret, une chose qui ne l était apparemment pas. Une chose du cœur avant celle de l esprit et une expérience sans doute difficile à raconter, qui ne vaut que parce qu on l a vécu. 18

19 «Concrètement, il s agit, comme le disent nos vieux rituels, de passer des ténèbres à la Lumière. Et par cette lumière qui nous illumine, de changer notre être et notre vie». En même temps reprit-il, «il ne s agit pas seulement d aller vers la Lumière et de se reposer dans une vaine contemplation, mais par celle-ci, de nous entraîner à une action plus efficace et plus juste». «Il faut comprendre que le but essentiel d une initiation maçonnique est de changer l homme que tu es pour t ouvrir, d abord à toi-même et grandir. Et pour passer du stade où tu te trouves à celui «d homme nouveau», une sorte «d homme conscience». Il convenait donc, d accepter dans ce qu il convient de nommer une renaissance symbolique, une nouvelle naissance et ainsi, de rendre possible cette promesse de changement. «Mais pour atteindre cet objectif, il convient que tu répondes et te soumettes à certaines conditions: La première de toute initiation aux mystères de la Franc-Maçonnerie, est d être un homme «né libre et de bonnes moeurs». La deuxième condition, consiste dans une mort symbolique que tu devras accepter. En effet, celui qui aspire à la lumière doit d abord, dans une première épreuve, se dépouiller de tout son passé, des préjugés que la vie profane a pu accumuler en lui. Il doit «mourir à ce qu il était», redevenir en quelque sorte un enfant, un «enfant nu». Mais cette remise en question, cette renaissance ne saurait se passer n importe où et n importe comment. Elle ne peut s effectuer que dans un lieu séparé du monde et dans un temps différent de celui qui est le nôtre au quotidien. Un espace et un temps séparés, secrets, non pas dans un quelconque édifice, mais dans un Temple sacralisé par le Rite lui-même. Comprends-tu?». 19

20 Pas vraiment. Pour moi, tout cela à entendre n était que des phrases abstraites, n en saisissant pas grand-chose, je me surprenais à être plutôt inquiet. Qu est-ce donc que ce rituel qui vous fait renaître dans un lieu sûr et caché du monde? Sacré, avait-il même dit Toutefois, je ressentais confusément la présence d une vérité dans ses paroles, sans en comprendre le sens, j y sentais intuitivement quelque chose en accord et de bon pour moi. «Attention, continua-t-il profitant de mon attention, ce n est pas une décision à la légère. Se découvrir à ses propres yeux est sans doute passionnant mais souvent, une révélation brutale ou incommodante. J ai vu beaucoup d hommes changer, se modifier pour gagner l harmonie indispensable à la réalisation de soi mais cette mutation ne s est pas faite sans difficulté. Avoir le projet d une initiation maçonnique est donc de permettre à tout homme de devenir un «autre homme», un homme véritable, c est-à-dire de découvrir en lui ce qui est sagesse, force et beauté. Trouver le chemin de sa propre spiritualité, ce qui en soi est amour et vérité, rendre perceptible ce qui s adresse au cœur en premier. Cependant, il ne pourra y parvenir qu en accomplissant dans sa recherche, une action et une oeuvre qui sont à la fois la condition et la raison d être de ce dépassement. Il s agit, une fois encore, de savoir découvrir notre dimension «verticale» ou spirituelle, et de vouloir l accomplir et la réaliser». Bénis des Dieux! C était l exaltante impression que me faisaient les mots reçus de Mathieu. Vite, il me ramenait sur 20

21 terre, insistant sur le fait que toute démarche entamée n aurait de sens que si elle s accomplissait jusqu au bout. «Comprends bien que l initiation n a d intérêt que parce qu elle nous permet d appréhender une certaine idée de notre être et de la vérité qui le constitue. Elle n a de valeur que parce qu elle est une découverte, liée à une démarche elle-même vécue, que l on peut qualifier d existentielle. Si l émotion poétique consiste dans une sorte de perception naissante en une tendance à voir le monde autrement, l initiation s offre alors à toi comme une façon originale de percevoir et d appréhender autrement l Univers et les hommes comme nous-mêmes». Il conclut sa très longue réponse en citant Marcel Proust dans «A la Recherche du Temps Perdu : «Le seul véritable voyage, ce ne serait pas d aller vers de nouveaux paysages, mais d avoir d autres yeux». «De la même façon, Jean, la vocation de l initiation maçonnique est de nous apprendre à voir différemment, sinon de nous donner «d autres yeux». Bref, de nous donner un autre regard, sur les autres mais surtout et avant tout, sur nous-mêmes. Cette nouvelle façon de voir, constitue une conversion de notre âme tout entière et doit entraîner un changement profond en nous pour modifier notre vie». J avais reçu ses paroles studieusement et avec application, c était bien le moins que je pouvais faire après mes questions. Ce que j ignorais encore, c est que celles-ci où plutôt les réponses qu avait faites Mathieu, allaient bousculer en moi des idées bien ordonnées, rangées et à ce moment encore, tranquille. D un coup, j étais embarrassé, n étant pas si sûr au fond de vouloir m exposer, «m ouvrir» pour aller à la rencontre de 21

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3 JANVIER 2008 LIRE C EST GRANDIR DOSSIER PÉDAGOGIQUE SÉLECTION DU MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Sommaire Gabrielle Vincent 2 Résumé 2 AXES D ÉTUDE : 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

LA LETTRE D UN COACH

LA LETTRE D UN COACH LA LETTRE D UN COACH COACH DIDIER GAGNANT KALIPE N 18 du Dimanche 04 Mai 2014 «Il fallait commencer un peu plutôt ; c'est-à-dire maintenant et résolument.» Un Coach vous enseigne la Méthode qui permet

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Au pays du non voyant

Au pays du non voyant Olivier Guiryanan Au pays du non voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Et avant, c était comment?

Et avant, c était comment? 3 Et avant, c était comment? Objectifs de l unité Tâche La première partie de l évaluation comprend une tâche, QUELS CHANGEMENTS!, divisée en quatre phases. Dans la première phase, il s agit d écouter

Plus en détail

à quoi sert de cartographier votre réseau?

à quoi sert de cartographier votre réseau? Orange Campus module 4 cette fiche méthode vous propose une démarche concrète pour construire et cultiver votre réseau. avant-propos contrairement à beaucoup d idées reçues, le networking basé sur des

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Session : 2005 Code : Page : 1/4 CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Epreuve de Français SESSION 2005 SUJET Ce sujet comporte 4 pages : de la page 1/4 à la page 4/4. Assurez-vous que cet exemplaire est complet. Si

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Manuscrit et Vocabulaire

Manuscrit et Vocabulaire Manuscrit et Vocabulaire Histoires fantastiques : En voiture! «Bienvenue dans votre voiture. Je vais accompagner pendant votre voyage. Laissez-moi vous guider!» On entend une voix mélodieuse quand Papa

Plus en détail

Déterminants possessifs

Déterminants possessifs POSSESSIFS MATÉRIEL POUR ALLOPHONES 1 Déterminants Déterminants référents Déterminants possessifs Le déterminant possessif indique une relation d appartenance, de possession, de parenté, d origine, etc.,

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

Commandements prospection téléphonique Market-Pie - 2013. Décrocher des rendez-vous au téléphone! Les 13 Commandements

Commandements prospection téléphonique Market-Pie - 2013. Décrocher des rendez-vous au téléphone! Les 13 Commandements Décrocher des rendez-vous au téléphone! Les 13 Commandements Les commandements de la prospection téléphonique Market-Pie - 2013 1. L image du Téléprospecteur, tu effaceras! La prospection téléphonique

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent enfant enlevé par l autre parent En cas d urgence, COMPOSEZ LE 911. Premières étapes à faire immédiatement Cette liste de contrôle vous aidera à rassembler toute l information utile aux corps policiers.

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Charte de vie de la section fondamentale. Centre Scolaire de Ma Campagne. Confucius

Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Charte de vie de la section fondamentale. Centre Scolaire de Ma Campagne. Confucius 2015 2016 Charte de vie de la section fondamentale Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Confucius Centre Scolaire de Ma Campagne Rue Africaine, 3 1050 Bruxelles Pour vivre en groupe correctement

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

Exemple de tâche complexe utilisant le français, les mathématiques, la technologie et l éducation civique - Niveau 6 e

Exemple de tâche complexe utilisant le français, les mathématiques, la technologie et l éducation civique - Niveau 6 e Exemple de tâche complexe utilisant le français, les mathématiques, la technologie et l éducation civique - Niveau 6 e Tâche 1 er niveau : exécuter une opération : procédures de base, réaliser, reproduire

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte»

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» - Fichier «Gestion main de fer» Cet outil, à utiliser chaque semaine, permet de réaliser une synthèse de l

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème :

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : COMMUNIQUEZ : parlez la bonne langue! Le chef d entreprise du bâtiment parle à ses clients,

Plus en détail

Le prisonnier de l'eau

Le prisonnier de l'eau 1 Un tunnel temporel en 1320? e professeur Auvernaux fit entrer ses quatre visiteurs dans l appartement et leur montra l entrée du salon. En même temps, il s excusa en quelques mots. L«C est gentil à vous

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche?

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Texte : Lydia Heller Rédaction : Maja Dreyer Adaptation : Julien Méchaussie Introduction Bonjour et bienvenue dans notre série d émissions

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution PRENDRE DE MEILLEURES PHOTOS 101 Par Lesley Ouimet Rien de plus facile que de prendre une photo numérique, mais c est un peu plus difficile de prendre une bonne photo numérique. Qu est-ce qui différencie

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie)

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Raconté par Lisa Ann Marsoli Illustrations de Mario Cortes, Valeria Turati et des Disney Storybook Artists Jean-Christophe a une chambre remplie

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel Personnages

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

STEPHEN KING. Dôme. Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL

STEPHEN KING. Dôme. Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL STEPHEN KING Dôme Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL L AVION ET LA MARMOTTE 1 À deux mille pieds d altitude, Claudette Sanders prenait une leçon de

Plus en détail

LE TRÉSOR OUBLIÉ DE L ARC-EN-CIEL Série de 8 livres illustrés : Auteure/illustratrice : Martine Dussart

LE TRÉSOR OUBLIÉ DE L ARC-EN-CIEL Série de 8 livres illustrés : Auteure/illustratrice : Martine Dussart LE TRÉSOR OUBLIÉ DE L ARC-EN-CIEL Série de 8 livres illustrés : Auteure/illustratrice : Martine Dussart Tout public de 8 à 88 ans. Par le récit et l image, les livres permettent de : faire connaître aux

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail