Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir"

Transcription

1 Notions d ECG 1 Compétences à acquérir Réaliser un ECG 12 dérivations Placer les électrodes d un monitoring Lire un ECG normal Reconnaître et d agir face aux troubles du rythme et de conduction les plus fréquents Citer les éléments de surveillance/ecg/pace/défibrillation 2 Définition Enregistrement des variations électriques des fibres myocardiques en fonction du temps Les variations de potentiels sont captées en # points du corps appelés dérivations 3 1

2 Principe Toute cellule vivante est électriquement chargée polarisée Si stimulation électrique, chimique ou mécanique, les charges + - = dépolarisation Retour à la situation initiale = repolarisation Les cellules du myocarde se dépolarisent spontanément = automatique 4 Circuit électrique du coeur 5 Circuit électrique du coeur Nœud sino-auriculaire = nœud sinusal (Keith et Flack) nœud auriculoventriculaire (Achoff et Tawara) Faisceau de His septum IV Branches gauche et droite Fibres de Purkinje 6 2

3 Le matériel Elctrocardiographe à vitesse standard 25mm/sec Du papier millimètre 1 case/mm/0,04sec 1 ligne + foncée / 5mm= 0,2sec 5 grands carrés/sec 7 Le matériel Les électrodes = disques métalliques + bandes élastiques aux membres ou ventouses au thorax La pâte conductrice 8 Les dérivations Les périphériques ou frontales = 4 électrodes bras droit et gauche, jambes gauche et droite(neutre): explorent le plan vertical frontal Les précordiales: explorent le plan horizontal sont 6 et très proches du coeur 9 3

4 Les dérivations frontales Les dérivations bipolaires = D1 D2 D3 qui décrivent le triangle d Einthoven 10 Les dérivations frontales Les dérivations unipolaires = avr avl avf correspondent au membre connecté 11 Les dérivations précordiales 12 4

5 Les électrodes du monito 13 Les ondes Les ondes = P Q R S T L ensemble Q R S = un complexe L espace entre les ondes = segment 14 Analyse des ondes Onde P = dépolarisation des oreillettes<0,10sec = 3 carreaux Positive en D1 Si normale = rythme sinusal 15 5

6 Analyse des ondes Espace PQ = passage de l influx de la paroi auriculaire au faisceau de His = 0,11 à 0,20secs(3-5 carreaux) Varie avec âge et rythme mais reste constant 16 Analyse des ondes Le complexe QRS = dépolarisation des ventricules < 0,12sec(2,5 carreaux) Si > = bloc de branche = stimulation des ventricules retardée 17 Analyse des ondes Le segment ST= période entre la dépolarisation complète et le début de la repolarisation du muscle ventriculaire Il est isoélectrique 18 6

7 Analyse des ondes Onde T = période de récupération du ventricule Onde asymétrique et de même signe que QRS Se modifie quand la récupération est anormale 19 Analyse gk0yg&feature=related 20 Avantages et limites de l ECG Examen indolore répété dans le temps Document précis, nominé, daté // clinique Normalité = suite PQRST,60-100/ Si fréquence ou forme des ondes anormales arythmie Classification localisation et mécanisme responsable du trouble 21 7

8 Localisation des arythmies Nœud sinusal = rythmes sinusaux Les oreillettes = rythmes auriculaires Le nœud auriculo-ventriculaire = rythme nodaux Les ventricules = rythmes ventriculaires 22 Mécanismes des arythmies Les tachycardies > 100/ Les bradycardies < 60/ Les extrasystoles = battements prématurés Les échappements = battements retardés Le flutter = tachycardie régulière La fibrillation = tachycardie irrégulière Les troubles de conduction 23 Un peu de tout La conduction sens + rapide dans le sens nle Automatisme Sinusal: 70-80/ Nœud AV: 30-40/ Faisceau de His:40-55/ Ventricules: 20-40/ 24 8

9 Analyse du tracé La fréquence Les ondes: présentes, la forme, la durée La conduction: toujours ou parfois présente, la durée Le rythme: régulier ou non 25 Les troubles du rythme 26 Les troubles du rythme Anomalie de fréquence et de régularité des battements cardiaques 27 9

10 Les troubles du rythme auriculaire Naissent dans l oreillette et montrent: Onde P anormale QRS normaux Conduction AV normale ou allongée 28 Les extrasystoles Systoles prématurées d origine auriculaire Le patient ne s en rend pas compte Si > 6/ trouble + grave 29 L ESA ECG n 1 = bigéminisme auriculaire FC: nle P: anormale ou inversée, # du P sinusal QRS: nle Conduction: le battement nle retard = pause compensatoire Rythme nle 30 10

11 L ESA: étiologies Idiopathiques Cardiopathies ischémiques valvulaires plus souvent Troubles métaboliques et hydro électrolytiques Excitants Hyperthyroïdie 31 ESA: traitement et rôle infirmier Traitement: si < 6-8/ rien si > 8/ anti arythmique Rôle infirmier: si monito repérer, enregistrer, avertir le médecin si pas monito repérer à la prise des pulsations et avertir si nombreuses afin de détecter une aggravation 32 Tachycardie jonctionnelle ou maladie de Bouveret Accès de tachycardie sur anomalies du nœud AV Tachycardie régulière à complexes fins Fréquence: Bat/ P absents Espaces R-R réguliers Arrêt tachycardie souvent spontané 33 11

12 Traitement Manœuvres vagales: 1. massage du sinus carotidien (! Perméabilité des carotides) 2. Compression des globes oculaires Injection intraveineuse d adénosine Striadyne ou de Tildiem Prévention des récidives: bétabloquant ou inhibiteur calcique 34 Maladie de Bouveret 35 La fibrillation auriculaire Hyper excitabilité des oreillettes avec de multiples foyers ectopiques Trouble supra ventriculaire le + fréquent Activité auriculaire irrégulière, anarchique, rapide avec une fréquence de / Fréquence ventriculaire - rapide 36 12

13 La FA: ECG n 5 FC: rapide +/-150/ P: inexistant, vermiculation de la ligne de base(onde f) QRS: normaux, mais surviennent irrégulièrement Conduction: bloquée dans le nœud AV Rythme irrégulier 37 La FA PrHnk&feature=related uksc&feature=related pour en voir plus 38 La FA: étiologies Idiopathiques Cardiaques: valvulopathies coronariennes chirurgie cardiaque myocardite L hyperthyroïdie Les affections respiratoires 39 13

14 La FA: rôle infirmier Repérer l arythmie, l enregistrer Évaluer le retentissement circulatoire TA Douleur angineuse Prévenir le médecin Préparer, administrer et surveiller le traitement adéquat 40 FA: traitement Si FA bien supportée: traitement médicamenteux Si elle perdure: risque de formation de caillots embolies anticoagulants Si mal supportée: choc électrique externe après anticoagulant 41 Le flutter auriculaire Parent de la FA mais plus rare Contraction rapide,anormale mais régulière des oreillettes Conduction filtrée au niveau du nœud AV 42 14

15 Flutter auriculaire: ECG 8 et 21 FC: / bloc AV P: en dents de scie = ondes f QRS: normaux Conduction: souvent présence d un bloc AV variable 4:1 Rythme: souvent régulier 43 Flutter auriculaire: étiologies, traitement et rôle infirmier Les étiologies et le rôle infirmier sont les mêmes que pour la FA Le traitement: idem FA + technique «overdrive» auriculaire 44 Les troubles du rythme ventriculaire Le rythme est dit ventriculaire lorsqu il est issu des ventricules Il montre des QRS élargis >0,12sec ou 3 petits carreaux L onde T est modifiée 45 15

16 Les extrasystoles ventriculaires Impulsion électrique d un foyer ectopique du ventricule Accompagne souvent l infarctus Décrit comme «palpitations» 46 ESV: ECG n 20 FC: habituellement normale Onde P absente ou dans le complexe QRS QRS: anormal, élargi et déformé en fonction de l endroit où naît l impulsion Pour l ESV pas de conduction de O V Rythme régulier par pause compensatoire 47 ESV: ECG n 9 FC: normale Onde P absente avant l extrasystole QRS: déformés et de morphologies variables en fonction de l endroit où ils naissent ESV polymorphes ou multifocales Plus dangereuses que le tracé précédent 48 16

17 ESV: étiologies Idem que les ESA mais toujours penser à une complication de l infarctus du myocarde Une suite de + 3 ESV = une salve ESV de même forme = unifocale ESV de formes polymorphes ou multifocales 49 ESV:traitement et rôle infirmier Les repérer, déterminer leur fréquence et leurs formes, vérifier l ionogramme Traiter la cause Préparation et administration du traitement anti arythmique (Cordarone ) Surveiller l efficacité 50 La tachycardie ventriculaire Trouble du rythme au départ des ventricules +/- bien tolérée: palpitation collap sus Pronostic est péjoratif 51 17

18 TV FC: rapide / Onde P: souvent cachée dans le QRS, sa fréquence est indépendante des QRS QRS élargis Conduction: les ventricules sont entraînés par un foyer ectopique Rythme régulier 52 TV: ECG n 24 FC: rapide après 2 puls sinusales P non visible QRS élargis Conduction: dissociation AV Rythme régulier 53 Tachycardie ventriculaire Wm80c&feature=related 54 18

19 TV Rôle infirmier Repérer, enregistrer, observer la répercussion hémodynamique, avertir le médecin Si patient conscient anti arythmique (Cordarone ) Si patient inconscient choc électrique externe Une TV peut une Settat fibrillation urgentologie ventriculaire 55 La fibrillation ventriculaire Contractions anarchiques des ventricules Arrêt de la circulation Arythmie létale 56 Fibrillation ventriculaire Responsable de la plupart des morts subites à la phase préhospitalière des IDM. En moyenne, 10% des patients présentent une FV à ce stade, avec une mortalité voisine de 50%. Le risque le plus élevé se situe dans les 6 premières heures

20 Fibrillation ventriculaire Description : Successions d ondes amples et anarchiques. Amplitudes variables. FV à grandes et petites mailles (ondulation de la ligne de base). Se dégrade en tracé isoélectrique. Traitement : C est une urgence absolue d emblée : Coup de poing sternal. A renouveler jusqu à : Choc électrique externe. 200 Joules à renouveler éventuellement, 200, 300 puis 360 Joules. 58 FV: ECG n 7 FC: très rapide ou pas perçue par le monitoring Onde P: absente QRS: absents ou anormaux, irréguliers Conduction: inexistante Rythme irrégulier 59 Fibrillation ventriculaire 60 20

21 FV : étiologies, rôle infirmier et traitement Souvent complication de l infarctus Mort subite Identifier l arythmie et pratiquer une réanimation cardiovasculaire avant la défibrillation Corriger l acidose et prévenir les récidives 61 Les blocs intra ventriculaires Anomalie de conduction au sein des branches du faisceau de His Se traduit par un élargissement du QRS Si bloc des 2 branches = bloc du faisceau = bloc cardiaque complet 62 Les troubles de conduction intra ventriculaires: ECG n 13 Le bloc de branches se caractérise par une interruption de la conduction intra ventriculaire QRS > 0,12sec ou +, déformé 63 21

22 Les troubles du rythme nodaux: ESN: ECG n 25 Une excitation naît dans le nœud AV Onde P parfois absente ou inversée Espace PR < 0,12sec Rythme régulier 64 Rythme nodal ou jonctionnel: ECG n 14 FC: souvent lente Onde P: anormale, inversée, mal placée QRS: normal Conduction: les oreillettes sont stimulées de manière rétrograde Rythme régulier 65 Rythme nodal: étiologies, traitement et rôle infirmier Etiologies: activité vagale excessive ou intoxication digitalique dépression du nœud sinusal Traitement : la cause ou stimulation si FC trop lente Rôle infirmier: idem 66 22

23 Les blocs auriculo ventriculaires Cheminement de la dépolarisation du nœud SA muscle ventriculaire anormal : allongé PR > 0,20sec 67 Le BAV 1 er degré FC: normale Allongement de PR Chaque P est suivi d un QRS Rythme régulier 68 BAV 1 er : tracé n 3 Intervalle PR > 0,20sec Ondes T inversées = ischémie du myocarde Etiologies : ischémie du nœud AV ou intox digitalique Traitement : rien ou atropine si PR > 0,26sec Détecter l aggravation 69 23

24 Le BAV 2 ème degré Parfois l excitation ne traverse pas le nœud AV ou le faisceau de His Quand cela se produit de façon intermittente = Bloc du 2 ème degré Il existe 3 sortes de BAV 2 ème degré 70 Le Mobitz type II FC : normale Ondes P : présentes QRS : normaux Conduction : intervalle PR allongé, constant et parfois P non suivi d un QRS 71 BAV 2 ème degré type Wenckebach Allongement progressif de l espace PR Absence de conduction d une contraction auriculaire ventricule Répétition de ce cycle 72 24

25 BAV 2 ème degré type 2/1 Alternance de battements auriculaires transmis et non transmis + de P que de QRS 73 BAV 2 ème degré: étiologies,traitement et rôle infirmier, ECG12 Etiologies: idem les autres blocs Traitement: bloc imprévisible dans son évolution et dans les si et sy stimulation Rôle infirmier: reconnaître avertir le médecin, stop digitaliques et anti arythmiques 74 BAV 3 ème degré Le nœud AV bloque toutes les impulsions du nœud sinusal Absence de relation entre les P et les QRS Les contractions ventriculaires surviennent par des échappements 75 25

26 BAV 3 ème degré: ECG 6 Onde P sans relation avec QRS Dissociation Auriculo-Ventriculaire Etiologie: ischémie nœud AV Traitement: stimulateur endo-cavitaire 76 La défibrillation 77 Le choc électrique externe ou la défibrillation Définition Les indications Les défibrillateurs Méthodes d administration des chocs Rôle infirmier 78 26

27 Définition Faire passer à travers la paroi du cœur un courant électrique dépolarisation simultanée des cellules myocardiques interrompant ainsi les phénomènes de réentrée: FV ou TV 79 Buts: Le but est de ramener toutes les fibres du myocarde au même potentiel électrique grâce à un courant électrique Choc électrique de voltage élevé et de brève durée administré à travers la paroi thoracique Le nœud sinusal reprend les commandes 80 Indications Défibrillation en urgence fibrillation ventriculaire Choc électrique externe ou cardioversion troubles du rythme réfractaires aux traitements médicamenteux FA, TV, flutter auriculaire et Bouveret 81 27

28 Les défibrillateurs Les défibrillateurs manuels: puissance et mode d administration sous le contrôle médicale Les défibrillateurs automatiques implantables : électrodes sur le cœur et délivrent le choc si FV 82 Les défibrillateurs: Les DSA (semi automatique)ou DEA (externe automatisé): défibrillateurs qui reconnaissent le rythme. La fonction semi automatique implique une analyse de l ECG par l appareil. L appareil informe le sauveteur si le choc est indiqué. Après information vocale, le sauveteur «choc» 83 Le défibrillateur implantable 84 28

29 Le défibrillateur manuel et le DSA 85 Evolution: L onde monophasique : énergie nécessaire = 200, 200, 300 Joules L onde biphasique : énergie nécessaire moindre = Joules. Sécurité plus importante, s adaptent à l impédance thoracique efficacité et effets secondaires 86 Méthodes d administration des chocs Dans le cycle cardiaque, il y a une période vulnérable = onde T et une période réfractaire = QRS Choc synchrone: administré sur la période dite réfractaire du cycle cardiaque = QRS Choc asynchrone: choc qui ne tient pas compte du cycle cardiaque 87 29

30 Indications Choc synchrone: pour des troubles du rythme où les QRS existent FA, TV, Flutter auriculaire, Bouveret = Cardioversion Choc asynchrone: les troubles du rythme où il n y a pas de complexe QRS FV = défibrillation 88 Cardioversion: rôle infirmier 89 Préparation du patient: Arrêt des digitaliques 48h avant Anticoagulation pour INR 2-3 Antiarythmiques à poursuivre Biologie: (iono, urée, créat, coag) Si patient avec Pace, avertir le service de rythmologie A jeun le jour du choc Perfusion périphérique 90 30

31 Cardioversion : rôle infirmier Monitoring: câble ECG câble synchro module de saturation module de TA non invasive Défibrillateur: test de fonctionnement raccords monito mode synchro plaques conductrices 91 La cardioversion Anesthésie : O2, masque, ambu, canule de Guedel, système d aspiration, anesthésique de courte durée 92 La chambre 93 31

32 Procédure Accueil du patient, infos, installation, paramètres Anesthésie Choc biphasique: 30 joules, 75, 150, 200, 200 ne pas toucher le lit Les défibrillations doivent être rapprochées (charge de l appareil) Enregistrer les séquences et prise des paramètres après chaque choc ECG final 94 Procédure 95 Défibrillation q3pc (2) Dly63k&feature=related (1) 96 32

33 Réveil du patient S assurer qu il respire, que les voies respiratoires sont libres Reprise de conscience et mobilise les 4 membres Paramètres et communication des résultats Retour à l étage, surveillance pendant 6 h (pas conduire le jour du choc) 97 La défibrillation 98 Législation: Défibrillation manuelle externe est réservée aux infirmiers porteurs du titre professionnel particulier d infirmier spécialisé en soins intensifs et d urgence (B1) 99 33

34 Législation DEA et PAD (Public Access Défibrillation) Loi du 12 juin 2006 autorise l utilisation des DEA par les non médecins Pour l ERC (European Resuscitation Concil), mise à disposition d un appareil dans un lieux public si > 2 arrêts cardiaques /an Priorité donnée au massage cardiaque 100 Critères d utilisation : Pour appareil monophasique Pour appareil biphasique Patient > 12 ans, > 45 Kg état de mort apparente: pas de conscience, pas de respiration, pas de pouls. De moins en moins utilisé Patient > 25 Kg et > 8 ans état de mort apparente: pas de conscience, pas de respiration, pas de pouls 101 La défibrillation : rôle infirmier Reconnaître l arythmie, urgence, maîtrise des gestes d urgence Un réanime, l autre prépare le matériel de défibrillation Défibriller en asynchrone Continuer la réanimation et recommencer si nécessaire

35 Consignes de sécurité: Éviter la proximité de l O² (1m) Éviter un terrain humide Éviter la transmission par le métal Prévenir l entourage du danger GSM éloigné 103 Le stimulateur cardiaque Définition: le pacemaker est un appareil électronique qui émet des impulsions électriques pour régulariser le rythme cardiaque quand le mécanisme naturel est défaillant 104 Les indications Les blocs auriculo ventriculaires Les bradycardies mal tolérées Les blocs de branches du faisceau de His Le bloc sino auriculaire La maladie de l oreillette

36 Les types de Pacemaker Les sondes endo-cavitaires temporaires Les externes transcutanés La stimulation épicardique = électrodes métalliques placées sur le myocarde Le pace maker implantable 106 Placement pacemaker temporaire Technique de Seldinger Utilisation de l amplificateur de brillance Trajet de la sonde: VCS OD VD apex du ventricule 107 Sondes et boîtiers

37 Rôle infirmier Idem que mise en place Swan et voie centrale + Réglage du boîtier Allumage, position choisie: asynchrone ou «demand» Fréquence Seuil de stimulation </= 1,5 m.a RX thorax / j 109 Rôle infirmier Au niveau de la ponction Infection AC Position de la sonde Fonctionnement: ECG 1x/j présence des «spike» seuil d intensité connexions 110 Le boîtier et la sonde ventriculaire

38 Fonctionnement du pacemaker La présence de spike avant le QRS montre une stimulation ventriculaire complexe élargi: il s agit d un pacemaker monochambre 112 Fonctionnement du pacemaker On peut voir un spike avant l onde P et un autre devant le QRS: il s agit d un pacemaker double chambre 113 Incidents Lors du placement troubles du rythme Position du spike mobiliser la sonde Absence de spike vérifier les piles, connexions Présence d un hoquet irritation du nerf vague

39 Stimulateur définitif Préparation du patient L informer sur la nécessité, le déroulement, la durée de l intervention, l anesthésie Rassembler les résultats des examens Malade à jeun Voie veineuse Légère PM 115 L intervention Installation confortable car patient conscient + collaboration Matériel idem temporaire + boîtier Asepsie Collaboration chirurgien + rythmologue 116 Implantation du boîtier et des sondes

40 Technique d implantation endocavitaire Céphalique ou sous-clavière VCS OD Tricuspide VD Professeur Paul Menu 118 Stimulateurs implantables 119 La période post opératoire RX position du matériel Surveillance habituelle : pansement, douleur, paramètres, monito présence de spike AC /2-3 j Position semi assise et limiter les mouvements fixer la sonde dans le muscle cardiaque Bras en écharpe éviter la mobilisation des sondes implantées +/- 6 semaines

41 Surveillance à long terme Après 2-3 jours sortie médecin traitant pour la cicatrice Carnet de surveillance : type de pacemaker Contrôle après 3 mois et /an Vérification des réglages Pas de RMN,! Bistouri électrique! Si défibrillation 121 Et que dire encore? Toutes les activités, micro ondes, GSM OK Sports OK sauf contact Voyages OK Protection du lieu de l implantation au soleil Ne pas travailler près de gros aimants, circuits d allumage ou champs électromagnétiques 122 Codification des stimulateurs Un code international de 3 lettres définit le type de stimulateur La première lettre la cavité stimulée V, A, D, 0 La deuxième lettre la cavité détectée ou écoutée V, A, D, O

42 Codification des stimulateurs La troisième la réponse du pace maker face à la détection de l activité propre du myocarde I = stimulateur inhibé par la détection T = stimulateur déclenché par détection D = stimulateur inhibé par un potentiel et déclenché par un autre O = pas de détection donc pas de réponse 124 Codification des stimulateurs La quatrième lettre = capacité de programmation et d asservissement P = fréquence programmable M = multi programmable C = communication R = fréquence asservie à l activité physique 125 Codification des stimulateurs La cinquième lettre est utile pour les défibrillateurs Exemple: VVIR DDDR

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS EN SI Le monitoring cardiaque Ferron Fred version_3_2011 1 Saunders Nursing Survival Guide ECGs and the Heart Elsevier à consommer sans modération. L E.C.G.

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES

TROUBLES DU RYTHME ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES TROUBLES DU RYTHME CHANGER LEUR ÉVOLUTION ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemaker (stimulateur cardiaque) Défibrillateur automatique interne Pacemaker (stimulateur

Plus en détail

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE INTRODUCTION REPARTITION DES PATIENTS 2003 % 100 80 60 40 60,10% 39,90% 59,10% 40,90% 20 0 77,4 ans 80 ans 78,1 ans 80,6 ans primo-implantations

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

La fibrillation auriculaire : au cœur du problème

La fibrillation auriculaire : au cœur du problème La fibrillation auriculaire : au cœur du problème Cette brochure a été spécialement conçue pour les personnes souffrant de fibrillation auriculaire (FA), un trouble souvent décrit comme un rythme cardiaque

Plus en détail

Table ronde du 26 mars 2009

Table ronde du 26 mars 2009 La défibrillation Table ronde du 26 mars 2009 1 La défibrillation Généralités Le rythme cardiaque régulier ou rythme sinusal : le cœur se contracte et se relâche de façon régulière pour assurer un flux

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

INTRODUCTION. Cet examen permet une évaluation sémiologique et diagnostique pour aboutir à une action thérapeutique.

INTRODUCTION. Cet examen permet une évaluation sémiologique et diagnostique pour aboutir à une action thérapeutique. SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 INTRODUCTION... 2 I. Historique... 3 II. Cadre législatif... 3 III Rappel anatomo-physiologique... 4 1. L'activation électrique du noeud sinusal... 4 2. Conséquence des stimuli électriques...

Plus en détail

Moniteur ECG monocanal portable sans fil (HCG-801-E) Dépistage et autosurveillance des événements cardiaques

Moniteur ECG monocanal portable sans fil (HCG-801-E) Dépistage et autosurveillance des événements cardiaques Dépistage et autosurveillance des événements cardiaques Moniteur ECG monocanal portable sans fil (HCG-801-E) Compact - Sans fil Simple d utilisation Rapide - Discret www.omron-healthcare.com Zoom sur la

Plus en détail

LES PATIENTS PORTEURS D UN DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE SE SENTENT-ILS BIEN INFORMES?

LES PATIENTS PORTEURS D UN DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE SE SENTENT-ILS BIEN INFORMES? ECNAS SAINT AUBAIN SAINTE ELISABETH Section Soins infirmiers Place Louise Godin, 15 5000 Namur www.saint-aubain.be LES PATIENTS PORTEURS D UN DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE SE SENTENT-ILS BIEN INFORMES? Travail

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, août 2014 1 Situation infirmière

Plus en détail

Défibrillateur Cardiaque Automatisé

Défibrillateur Cardiaque Automatisé Défibrillateur Cardiaque Automatisé Décret n 2007-705 du 4 mai 2007 : autorise toute personne, même non médecin, à utiliser un défibrillateur pour sauver des vies. Def-i Accessible au grand public, ce

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011

QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011 QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011 DÉFIBRILLATION Faire passer un courant électrique au travers du cœur à une intensité suffisante pour dépolariser une

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

Le premier et le seul Défibrillateur Entièrement Automatique équipé d une réelle assistance au massage cardiaque Intègre la technologie Un Défibrillateur Automatisé Externe (DAE) 100% utile. En cas

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

R Series. Intervenez en toute confiance avec la technologie. Code Ready (Code Urgence)

R Series. Intervenez en toute confiance avec la technologie. Code Ready (Code Urgence) R Series Intervenez en toute confiance avec la technologie Code Ready (Code Urgence) Le premier et l unique défibrillateur Code-Ready Il n y a pas pire moment pour découvrir qu un défibrillateur n est

Plus en détail

EURO DEFI PADS 52502000IU9I 2012/10

EURO DEFI PADS 52502000IU9I 2012/10 EURO DEFI PADS 52502000IU9I 2012/10 PLAQUES MULTI-FONCTIONS JETABLES EURODEFIPADS NOTICE D UTILISATION DESCRIPTION DU PRODUIT Les plaques multifonctions jetables EURODEFIPADS sont composées de deux électrodes

Plus en détail

Défibrillateur automatique Implantable

Défibrillateur automatique Implantable Défibrillateur automatique Implantable endocavitaire (DAI) La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la générosité de ses donateurs

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques Défibrillateur Philips HeartStart OnSite Caractéristiques techniques Défibrillateur Modèle Gamme de défibrillateur Éléments livrés Type d onde Énergie Intervalle entre chocs Délivrance rapide du choc Instructions

Plus en détail

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Assises du CNCH 23 novembre 2013 Dr R Fouché, centre hospitalier Belfort-Montbéliard La télécardiologie en France en 2012 : où en est-on? Premières prothèses

Plus en détail

LE DÉFIBRILLATEUR CARDIAQUE

LE DÉFIBRILLATEUR CARDIAQUE COLLÈGE NOTRE-DAME DE BON SECOURS RUE DE MERBES, 23/25 7130 BINCHE LE DÉFIBRILLATEUR CARDIAQUE IMPLANTABLE EST-IL LA SOLUTION POUR ÉVITER LA MORT SUBITE CARDIAQUE? PROMOTRICE : MME BEAUJEAN DEL COL MARIE

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation. Le secourisme facile

Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation. Le secourisme facile LIFEPAK CR Plus DEfibrillateur Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation Le secourisme facile L arrêt cardiaque brutal frappe sans prévenir. LA MORT SUBITE Frappe sans prévenir.

Plus en détail

LE DÉFIBRILLATEUR IMPLANTABLE

LE DÉFIBRILLATEUR IMPLANTABLE LE DÉFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Brochure d information à l intention de l usager Pour vous, pour la vie Vous allez bénéficier d un défibrillateur implantable. Cette brochure a été conçue pour répondre à

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Jean Marc DAVY - Maxime PONS Le défibrillateur implantable La moitié de nos patients porteurs d'une cardiopathie décèdent subitement à domicile ou dans des lieux publics. Cette mort subite a certes de

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

METHODES PRATIQUES POUR ANALYSER UN HOLTER

METHODES PRATIQUES POUR ANALYSER UN HOLTER METHODES PRATIQUES POUR ANALYSER UN HOLTER pour Quick Reader version 2.00 et supérieure. par Yves Faisandier v.1.1.a Poser un Holter est de plus en plus facile : appareils plus ergonomiques, moins d électrodes,

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales

Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales ! Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales Recommanda)ons DE LA DIRECTION DE LA SÉCURITÉ CIVILE relatives!!! à l initiation du grand public à la prise en charge de l

Plus en détail

Prise en charge cardiologique

Prise en charge cardiologique Yves Roland / Fotolia.com AFM / L. Audinet Prise en charge cardiologique et maladies neuromusculaires SEPTEMBRE 2012 Le cœur est un muscle vital pour l organisme. Telle une pompe, il propulse le sang jusqu

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 01 juillet 2014 CONCLUSIONS ELUNA 8 SR-T, stimulateur cardiaque implantable simple s chambre

Plus en détail

25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages. Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte

25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages. Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte 25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte Plan A. Introduction B. Donner l'alerte I. L'alerte en milieu

Plus en détail

Logiciel NorthEast Monitoring, Inc. Holter LX Analysis. Mode d emploi international

Logiciel NorthEast Monitoring, Inc. Holter LX Analysis. Mode d emploi international Logiciel NorthEast Monitoring, Inc. Mode d emploi international Version française (French version) NorthEast Monitoring, Inc. 141 Parker Street, Suite 111 Téléphone : [+1] 978-46 Maynard, MA 01754 USA

Plus en détail

Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales

Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales Le Kin-AP est une évaluation qui se déroule à travers un parcours comprenant différentes stations qui simulent les tâches que le technicien ambulancier-paramédic

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires Dr André Pisapia Sce de Rythmologie et Stimulation Cardiaque Dr Patrice Bergeron Sce de

Plus en détail

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Docteur Jean-Pierre PERTEK Chef de service d anesthésie réanimation L arrêt cardio-respiratoire est un événement

Plus en détail

Manuel d utilisation du Défibrillateur automatisé externe (DAE)

Manuel d utilisation du Défibrillateur automatisé externe (DAE) Manuel d utilisation du Défibrillateur automatisé externe (DAE) IMPORTANT Lisez attentivement et intégralement le présent manuel d utilisation avant d utiliser l appareil pour la première fois. Les informations

Plus en détail

236 - FIBRILLATION AURICULAIRE JM Fauvel 2009

236 - FIBRILLATION AURICULAIRE JM Fauvel 2009 236 - FIBRILLATION AURICULAIRE JM Fauvel 2009 Plan 1. Généralités 2. Définition et aspect électrocardiographique 2.1. La fibrillation auriculaire (FA) 2.2. Les ventriculogrammes 2.3. Arythmies associées

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE FÉDÉRATION DE CARDIOLOGIE.

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE FÉDÉRATION DE CARDIOLOGIE. LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE FÉDÉRATION DE CARDIOLOGIE. PRÉSENTATION HÔPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

UE 2.2 C4 FONCTION CARDIAQUE : COURS 1

UE 2.2 C4 FONCTION CARDIAQUE : COURS 1 UE 2.2 C4 FONCTION CARDIAQUE : COURS 1 I. ANATOMIE DU CŒUR A. DIMENSIONS, SITUATION ET ORIENTATION Dimensions : ρ poids = 250 à 350 g. ρ longueur = 12 à 14 cm. Situé dans le médiastin (= cavité centrale

Plus en détail

7. TECHNIQUES EN RYTHMOLOGIE

7. TECHNIQUES EN RYTHMOLOGIE chap7-cardio-2012-10pg_cardio-2011-demeester 04/10/12 15:37 Page1 7. TECHNIQUES EN RYTHMOLOGIE La rythmologie est la spécialité de la cardiologie qui étudie les troubles du rythme. Les examens ou techniques

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

TEPZZ 6845_5A_T EP 2 684 515 A1 (19) (11) EP 2 684 515 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61B 5/02 (2006.01) A61B 5/024 (2006.

TEPZZ 6845_5A_T EP 2 684 515 A1 (19) (11) EP 2 684 515 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61B 5/02 (2006.01) A61B 5/024 (2006. (19) TEPZZ 6845_5A_T (11) EP 2 684 515 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 15.01.2014 Bulletin 2014/03 (51) Int Cl.: A61B 5/02 (2006.01) A61B 5/024 (2006.01) (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail. Dr JY Tabet

Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail. Dr JY Tabet Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail Dr JY Tabet Les maladies cardiovasculaires sont nombreuses, et il existe de multiples interactions entre les pathologies. Plusieurs

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 TECHNIQUE 9.1 MISE EN ŒUVRE D UN DAE 1. Justification La survie des personnes en arrêt cardio-respiratoire par fonctionnement anarchique du cœur est amélioré si une défibrillation est réalisée précocement.

Plus en détail

REPÈRES PARTENAIRES. En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d arrêt cardiaque.

REPÈRES PARTENAIRES. En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d arrêt cardiaque. Arrêt cardiaque REPÈRES En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d arrêt cardiaque. Sans prise en charge immédiate, plus de 90 % des arrêts cardiaques sont fatals. 7 fois sur 10,

Plus en détail

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin.

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin. La mort subite est la conséquence d un arrêt cardiaque et respiratoire. Elle survient soudainement chez un individu qui se livre à ses occupations habituelles : au travail, en faisant ses courses, mais

Plus en détail

Cours CSE-2009 MSR - Corrigé TEST 1

Cours CSE-2009 MSR - Corrigé TEST 1 Cours CSE-2009 MSR - Corrigé TEST 1 Cours CSE 2009 - Corrigé Test 1 1 HEIG-VD / MSR CSE Test 1 HEIG-VD MSR 18/03/2009 Etude d un défibrillateur automatique Lors d une fibrillation ventriculaire, les contractions

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

SW012. Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite. Manuel de référence

SW012. Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite. Manuel de référence Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite Manuel de référence 0123 2008 Les dénominations suivantes sont des marques commerciales de Medtronic : CareAlert,

Plus en détail

Les défibrillateurs POWERHEART G3

Les défibrillateurs POWERHEART G3 Au cœur de la réanimation Les défibrillateurs POWERHEART G3 Linde: Living healthcare* 2 Les défibrillateurs POWERHEART G3 La gamme de défibrillateurs POWERHEART Afin de compléter son offre de matériels

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

Technologies du défibrillateur et des sondes de défibrillation

Technologies du défibrillateur et des sondes de défibrillation Technologies du défibrillateur et des sondes de défibrillation D.LAMAISON Clermont Ferrand Michel Mirowski 1924-1990 Histoire de la défibrillation 1850 Carl Ludwig (1816-1895) Premier tracé, chez l animal,

Plus en détail

Complexe. Guide à l intention des patients et des familles 40, RUE RUSKIN, OTTAWA ON K1Y 4W7 T 613.761.5000 WWW.OTTAWAHEART.CA UOHI 82 (07/2015)

Complexe. Guide à l intention des patients et des familles 40, RUE RUSKIN, OTTAWA ON K1Y 4W7 T 613.761.5000 WWW.OTTAWAHEART.CA UOHI 82 (07/2015) Ablation Complexe Guide à l intention des patients et des familles UOHI 82 (07/2015) 40, RUE RUSKIN, OTTAWA ON K1Y 4W7 T 613.761.5000 WWW.OTTAWAHEART.CA VEUILLEZ APPORTER CE GUIDE À L INSTITUT DE CARDIOLOGIE

Plus en détail

Oxygéner et Ventiler 2 ventilations pour 30 comptessions thoraciques (30:2) Mettre en place le défibrillateur Analyser le rythme (rapidement!

Oxygéner et Ventiler 2 ventilations pour 30 comptessions thoraciques (30:2) Mettre en place le défibrillateur Analyser le rythme (rapidement! 4.3.1 ACR Adulte Confirmation ACR Absence de réaction à la stimulation, respiration agonique (gasping) ou absente Contrôle du pouls facultatif (toujours < 10 secondes) Protocole ad hoc Commencer les compressions

Plus en détail

Un choc pour une vie!

Un choc pour une vie! www.cardiouest.fr Un choc pour une vie! Spécialiste Défibrillateurs Formations 1ers Secours 6, rue Eugène Quessot 35000 RENNES Tél : 02 30 96 19 53 Mail : info@cardiouest.fr CardiAid est conçu pour rendre

Plus en détail

CardiOuest Mail : info@cardiouest.fr - Téléphone : 02.30.96.19.53.

CardiOuest Mail : info@cardiouest.fr - Téléphone : 02.30.96.19.53. CardiOuest Chaque jour en France, environ 200 personnes succombent d'un Arrêt Cardiaque Soudain (ACS). C'est 10 fois plus que le nombre de victime d'accident de la route. Faute d'intervention rapide, le

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES SOMMAIRE : Définitions DAE / DSA / DEA. Les accessoires recommandés. Notion de système d information pour les secours spécialisés. Les

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Relevé d électrocardiogramme

Relevé d électrocardiogramme Relevé d électrocardiogramme La contraction du muscle cardiaque est commandée par un signal électrique qui prend naissance dans l oreillette droite et se propage aux ventricules le long de ners appelés

Plus en détail

Manuel d implantation. Stimulateur cardiaque VDD

Manuel d implantation. Stimulateur cardiaque VDD Manuel d implantation Stimulateur cardiaque VDD blank blank TABLE DES MATIERES 1. Description générale... 6 2. Indications... 6 3. Contre-indications... 7 3.1. Généralités... 7 3.2. Complications éventuelles...

Plus en détail

Mémoire pour l obtention du Diplôme. de Médecine Agricole

Mémoire pour l obtention du Diplôme. de Médecine Agricole 14 rue Auguste Comte 37000 Tours 02 47 66 61 07 Institut National de Médecine Agricole Mémoire pour l obtention du Diplôme de Médecine Agricole Défibrillation automatique externe Réglementation, équipement

Plus en détail

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation automatisée externe par le public Conférence d Experts Coordonnateur : Pr P

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE L'AEDPLUS

FICHE TECHNIQUE CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE L'AEDPLUS RENSEIGNEMENTS GENERAUX La réponse aux questions suivantes n'est pas valorisée Nom commercial du produit ZOLL AEDPlus Lieu(x) de fabrication pays U.S.A. Date de la 1ère commercialisation mois/année Juin

Plus en détail

Organisation de la Consultation et du Suivi

Organisation de la Consultation et du Suivi Organisation de la Consultation et du Suivi DIU de Stimulation Cardiaque 2006-2007 Dr Franck HALIMI C.M.C. de Parly II, Le Chesnay Franck HALIMI Fréquence des visites de suivi 1 à 3 mois après l implantation

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test et programme préparatoire INTRODUCTION 3 DIRECTIVES PRÉLIMINAIRES 3 TESTS PRÉLIMINAIRES 3 PROTOCOLE DU TEST TAP-PAR 4 STATION 1 4

Plus en détail

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Maladie des valves Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Quelques repères épidémiologie éditorial Pr Bernard Iung Quelques repères Les maladies des valves

Plus en détail

À propos de votre DCI

À propos de votre DCI À propos de votre DCI Manuel du patient UNE ENTREPRISE DÉVOUÉE À SES PATIENTS Medtronic a été fondée en 1949 par M. Earl Bakken, un étudiant diplômé en électrotechnique, et son beau-frère, M. Palmer J.

Plus en détail

SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN

SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN Informations relatives aux procédures d IRM pour défibrillateurs Evera MRI SureScan et sondes SureScan Manuel technique pour l'irm 0123 2014 La liste suivante

Plus en détail