Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir"

Transcription

1 Notions d ECG 1 Compétences à acquérir Réaliser un ECG 12 dérivations Placer les électrodes d un monitoring Lire un ECG normal Reconnaître et d agir face aux troubles du rythme et de conduction les plus fréquents Citer les éléments de surveillance/ecg/pace/défibrillation 2 Définition Enregistrement des variations électriques des fibres myocardiques en fonction du temps Les variations de potentiels sont captées en # points du corps appelés dérivations 3 1

2 Principe Toute cellule vivante est électriquement chargée polarisée Si stimulation électrique, chimique ou mécanique, les charges + - = dépolarisation Retour à la situation initiale = repolarisation Les cellules du myocarde se dépolarisent spontanément = automatique 4 Circuit électrique du coeur 5 Circuit électrique du coeur Nœud sino-auriculaire = nœud sinusal (Keith et Flack) nœud auriculoventriculaire (Achoff et Tawara) Faisceau de His septum IV Branches gauche et droite Fibres de Purkinje 6 2

3 Le matériel Elctrocardiographe à vitesse standard 25mm/sec Du papier millimètre 1 case/mm/0,04sec 1 ligne + foncée / 5mm= 0,2sec 5 grands carrés/sec 7 Le matériel Les électrodes = disques métalliques + bandes élastiques aux membres ou ventouses au thorax La pâte conductrice 8 Les dérivations Les périphériques ou frontales = 4 électrodes bras droit et gauche, jambes gauche et droite(neutre): explorent le plan vertical frontal Les précordiales: explorent le plan horizontal sont 6 et très proches du coeur 9 3

4 Les dérivations frontales Les dérivations bipolaires = D1 D2 D3 qui décrivent le triangle d Einthoven 10 Les dérivations frontales Les dérivations unipolaires = avr avl avf correspondent au membre connecté 11 Les dérivations précordiales 12 4

5 Les électrodes du monito 13 Les ondes Les ondes = P Q R S T L ensemble Q R S = un complexe L espace entre les ondes = segment 14 Analyse des ondes Onde P = dépolarisation des oreillettes<0,10sec = 3 carreaux Positive en D1 Si normale = rythme sinusal 15 5

6 Analyse des ondes Espace PQ = passage de l influx de la paroi auriculaire au faisceau de His = 0,11 à 0,20secs(3-5 carreaux) Varie avec âge et rythme mais reste constant 16 Analyse des ondes Le complexe QRS = dépolarisation des ventricules < 0,12sec(2,5 carreaux) Si > = bloc de branche = stimulation des ventricules retardée 17 Analyse des ondes Le segment ST= période entre la dépolarisation complète et le début de la repolarisation du muscle ventriculaire Il est isoélectrique 18 6

7 Analyse des ondes Onde T = période de récupération du ventricule Onde asymétrique et de même signe que QRS Se modifie quand la récupération est anormale 19 Analyse gk0yg&feature=related 20 Avantages et limites de l ECG Examen indolore répété dans le temps Document précis, nominé, daté // clinique Normalité = suite PQRST,60-100/ Si fréquence ou forme des ondes anormales arythmie Classification localisation et mécanisme responsable du trouble 21 7

8 Localisation des arythmies Nœud sinusal = rythmes sinusaux Les oreillettes = rythmes auriculaires Le nœud auriculo-ventriculaire = rythme nodaux Les ventricules = rythmes ventriculaires 22 Mécanismes des arythmies Les tachycardies > 100/ Les bradycardies < 60/ Les extrasystoles = battements prématurés Les échappements = battements retardés Le flutter = tachycardie régulière La fibrillation = tachycardie irrégulière Les troubles de conduction 23 Un peu de tout La conduction sens + rapide dans le sens nle Automatisme Sinusal: 70-80/ Nœud AV: 30-40/ Faisceau de His:40-55/ Ventricules: 20-40/ 24 8

9 Analyse du tracé La fréquence Les ondes: présentes, la forme, la durée La conduction: toujours ou parfois présente, la durée Le rythme: régulier ou non 25 Les troubles du rythme 26 Les troubles du rythme Anomalie de fréquence et de régularité des battements cardiaques 27 9

10 Les troubles du rythme auriculaire Naissent dans l oreillette et montrent: Onde P anormale QRS normaux Conduction AV normale ou allongée 28 Les extrasystoles Systoles prématurées d origine auriculaire Le patient ne s en rend pas compte Si > 6/ trouble + grave 29 L ESA ECG n 1 = bigéminisme auriculaire FC: nle P: anormale ou inversée, # du P sinusal QRS: nle Conduction: le battement nle retard = pause compensatoire Rythme nle 30 10

11 L ESA: étiologies Idiopathiques Cardiopathies ischémiques valvulaires plus souvent Troubles métaboliques et hydro électrolytiques Excitants Hyperthyroïdie 31 ESA: traitement et rôle infirmier Traitement: si < 6-8/ rien si > 8/ anti arythmique Rôle infirmier: si monito repérer, enregistrer, avertir le médecin si pas monito repérer à la prise des pulsations et avertir si nombreuses afin de détecter une aggravation 32 Tachycardie jonctionnelle ou maladie de Bouveret Accès de tachycardie sur anomalies du nœud AV Tachycardie régulière à complexes fins Fréquence: Bat/ P absents Espaces R-R réguliers Arrêt tachycardie souvent spontané 33 11

12 Traitement Manœuvres vagales: 1. massage du sinus carotidien (! Perméabilité des carotides) 2. Compression des globes oculaires Injection intraveineuse d adénosine Striadyne ou de Tildiem Prévention des récidives: bétabloquant ou inhibiteur calcique 34 Maladie de Bouveret 35 La fibrillation auriculaire Hyper excitabilité des oreillettes avec de multiples foyers ectopiques Trouble supra ventriculaire le + fréquent Activité auriculaire irrégulière, anarchique, rapide avec une fréquence de / Fréquence ventriculaire - rapide 36 12

13 La FA: ECG n 5 FC: rapide +/-150/ P: inexistant, vermiculation de la ligne de base(onde f) QRS: normaux, mais surviennent irrégulièrement Conduction: bloquée dans le nœud AV Rythme irrégulier 37 La FA PrHnk&feature=related uksc&feature=related pour en voir plus 38 La FA: étiologies Idiopathiques Cardiaques: valvulopathies coronariennes chirurgie cardiaque myocardite L hyperthyroïdie Les affections respiratoires 39 13

14 La FA: rôle infirmier Repérer l arythmie, l enregistrer Évaluer le retentissement circulatoire TA Douleur angineuse Prévenir le médecin Préparer, administrer et surveiller le traitement adéquat 40 FA: traitement Si FA bien supportée: traitement médicamenteux Si elle perdure: risque de formation de caillots embolies anticoagulants Si mal supportée: choc électrique externe après anticoagulant 41 Le flutter auriculaire Parent de la FA mais plus rare Contraction rapide,anormale mais régulière des oreillettes Conduction filtrée au niveau du nœud AV 42 14

15 Flutter auriculaire: ECG 8 et 21 FC: / bloc AV P: en dents de scie = ondes f QRS: normaux Conduction: souvent présence d un bloc AV variable 4:1 Rythme: souvent régulier 43 Flutter auriculaire: étiologies, traitement et rôle infirmier Les étiologies et le rôle infirmier sont les mêmes que pour la FA Le traitement: idem FA + technique «overdrive» auriculaire 44 Les troubles du rythme ventriculaire Le rythme est dit ventriculaire lorsqu il est issu des ventricules Il montre des QRS élargis >0,12sec ou 3 petits carreaux L onde T est modifiée 45 15

16 Les extrasystoles ventriculaires Impulsion électrique d un foyer ectopique du ventricule Accompagne souvent l infarctus Décrit comme «palpitations» 46 ESV: ECG n 20 FC: habituellement normale Onde P absente ou dans le complexe QRS QRS: anormal, élargi et déformé en fonction de l endroit où naît l impulsion Pour l ESV pas de conduction de O V Rythme régulier par pause compensatoire 47 ESV: ECG n 9 FC: normale Onde P absente avant l extrasystole QRS: déformés et de morphologies variables en fonction de l endroit où ils naissent ESV polymorphes ou multifocales Plus dangereuses que le tracé précédent 48 16

17 ESV: étiologies Idem que les ESA mais toujours penser à une complication de l infarctus du myocarde Une suite de + 3 ESV = une salve ESV de même forme = unifocale ESV de formes polymorphes ou multifocales 49 ESV:traitement et rôle infirmier Les repérer, déterminer leur fréquence et leurs formes, vérifier l ionogramme Traiter la cause Préparation et administration du traitement anti arythmique (Cordarone ) Surveiller l efficacité 50 La tachycardie ventriculaire Trouble du rythme au départ des ventricules +/- bien tolérée: palpitation collap sus Pronostic est péjoratif 51 17

18 TV FC: rapide / Onde P: souvent cachée dans le QRS, sa fréquence est indépendante des QRS QRS élargis Conduction: les ventricules sont entraînés par un foyer ectopique Rythme régulier 52 TV: ECG n 24 FC: rapide après 2 puls sinusales P non visible QRS élargis Conduction: dissociation AV Rythme régulier 53 Tachycardie ventriculaire Wm80c&feature=related 54 18

19 TV Rôle infirmier Repérer, enregistrer, observer la répercussion hémodynamique, avertir le médecin Si patient conscient anti arythmique (Cordarone ) Si patient inconscient choc électrique externe Une TV peut une Settat fibrillation urgentologie ventriculaire 55 La fibrillation ventriculaire Contractions anarchiques des ventricules Arrêt de la circulation Arythmie létale 56 Fibrillation ventriculaire Responsable de la plupart des morts subites à la phase préhospitalière des IDM. En moyenne, 10% des patients présentent une FV à ce stade, avec une mortalité voisine de 50%. Le risque le plus élevé se situe dans les 6 premières heures

20 Fibrillation ventriculaire Description : Successions d ondes amples et anarchiques. Amplitudes variables. FV à grandes et petites mailles (ondulation de la ligne de base). Se dégrade en tracé isoélectrique. Traitement : C est une urgence absolue d emblée : Coup de poing sternal. A renouveler jusqu à : Choc électrique externe. 200 Joules à renouveler éventuellement, 200, 300 puis 360 Joules. 58 FV: ECG n 7 FC: très rapide ou pas perçue par le monitoring Onde P: absente QRS: absents ou anormaux, irréguliers Conduction: inexistante Rythme irrégulier 59 Fibrillation ventriculaire 60 20

21 FV : étiologies, rôle infirmier et traitement Souvent complication de l infarctus Mort subite Identifier l arythmie et pratiquer une réanimation cardiovasculaire avant la défibrillation Corriger l acidose et prévenir les récidives 61 Les blocs intra ventriculaires Anomalie de conduction au sein des branches du faisceau de His Se traduit par un élargissement du QRS Si bloc des 2 branches = bloc du faisceau = bloc cardiaque complet 62 Les troubles de conduction intra ventriculaires: ECG n 13 Le bloc de branches se caractérise par une interruption de la conduction intra ventriculaire QRS > 0,12sec ou +, déformé 63 21

22 Les troubles du rythme nodaux: ESN: ECG n 25 Une excitation naît dans le nœud AV Onde P parfois absente ou inversée Espace PR < 0,12sec Rythme régulier 64 Rythme nodal ou jonctionnel: ECG n 14 FC: souvent lente Onde P: anormale, inversée, mal placée QRS: normal Conduction: les oreillettes sont stimulées de manière rétrograde Rythme régulier 65 Rythme nodal: étiologies, traitement et rôle infirmier Etiologies: activité vagale excessive ou intoxication digitalique dépression du nœud sinusal Traitement : la cause ou stimulation si FC trop lente Rôle infirmier: idem 66 22

23 Les blocs auriculo ventriculaires Cheminement de la dépolarisation du nœud SA muscle ventriculaire anormal : allongé PR > 0,20sec 67 Le BAV 1 er degré FC: normale Allongement de PR Chaque P est suivi d un QRS Rythme régulier 68 BAV 1 er : tracé n 3 Intervalle PR > 0,20sec Ondes T inversées = ischémie du myocarde Etiologies : ischémie du nœud AV ou intox digitalique Traitement : rien ou atropine si PR > 0,26sec Détecter l aggravation 69 23

24 Le BAV 2 ème degré Parfois l excitation ne traverse pas le nœud AV ou le faisceau de His Quand cela se produit de façon intermittente = Bloc du 2 ème degré Il existe 3 sortes de BAV 2 ème degré 70 Le Mobitz type II FC : normale Ondes P : présentes QRS : normaux Conduction : intervalle PR allongé, constant et parfois P non suivi d un QRS 71 BAV 2 ème degré type Wenckebach Allongement progressif de l espace PR Absence de conduction d une contraction auriculaire ventricule Répétition de ce cycle 72 24

25 BAV 2 ème degré type 2/1 Alternance de battements auriculaires transmis et non transmis + de P que de QRS 73 BAV 2 ème degré: étiologies,traitement et rôle infirmier, ECG12 Etiologies: idem les autres blocs Traitement: bloc imprévisible dans son évolution et dans les si et sy stimulation Rôle infirmier: reconnaître avertir le médecin, stop digitaliques et anti arythmiques 74 BAV 3 ème degré Le nœud AV bloque toutes les impulsions du nœud sinusal Absence de relation entre les P et les QRS Les contractions ventriculaires surviennent par des échappements 75 25

26 BAV 3 ème degré: ECG 6 Onde P sans relation avec QRS Dissociation Auriculo-Ventriculaire Etiologie: ischémie nœud AV Traitement: stimulateur endo-cavitaire 76 La défibrillation 77 Le choc électrique externe ou la défibrillation Définition Les indications Les défibrillateurs Méthodes d administration des chocs Rôle infirmier 78 26

27 Définition Faire passer à travers la paroi du cœur un courant électrique dépolarisation simultanée des cellules myocardiques interrompant ainsi les phénomènes de réentrée: FV ou TV 79 Buts: Le but est de ramener toutes les fibres du myocarde au même potentiel électrique grâce à un courant électrique Choc électrique de voltage élevé et de brève durée administré à travers la paroi thoracique Le nœud sinusal reprend les commandes 80 Indications Défibrillation en urgence fibrillation ventriculaire Choc électrique externe ou cardioversion troubles du rythme réfractaires aux traitements médicamenteux FA, TV, flutter auriculaire et Bouveret 81 27

28 Les défibrillateurs Les défibrillateurs manuels: puissance et mode d administration sous le contrôle médicale Les défibrillateurs automatiques implantables : électrodes sur le cœur et délivrent le choc si FV 82 Les défibrillateurs: Les DSA (semi automatique)ou DEA (externe automatisé): défibrillateurs qui reconnaissent le rythme. La fonction semi automatique implique une analyse de l ECG par l appareil. L appareil informe le sauveteur si le choc est indiqué. Après information vocale, le sauveteur «choc» 83 Le défibrillateur implantable 84 28

29 Le défibrillateur manuel et le DSA 85 Evolution: L onde monophasique : énergie nécessaire = 200, 200, 300 Joules L onde biphasique : énergie nécessaire moindre = Joules. Sécurité plus importante, s adaptent à l impédance thoracique efficacité et effets secondaires 86 Méthodes d administration des chocs Dans le cycle cardiaque, il y a une période vulnérable = onde T et une période réfractaire = QRS Choc synchrone: administré sur la période dite réfractaire du cycle cardiaque = QRS Choc asynchrone: choc qui ne tient pas compte du cycle cardiaque 87 29

30 Indications Choc synchrone: pour des troubles du rythme où les QRS existent FA, TV, Flutter auriculaire, Bouveret = Cardioversion Choc asynchrone: les troubles du rythme où il n y a pas de complexe QRS FV = défibrillation 88 Cardioversion: rôle infirmier 89 Préparation du patient: Arrêt des digitaliques 48h avant Anticoagulation pour INR 2-3 Antiarythmiques à poursuivre Biologie: (iono, urée, créat, coag) Si patient avec Pace, avertir le service de rythmologie A jeun le jour du choc Perfusion périphérique 90 30

31 Cardioversion : rôle infirmier Monitoring: câble ECG câble synchro module de saturation module de TA non invasive Défibrillateur: test de fonctionnement raccords monito mode synchro plaques conductrices 91 La cardioversion Anesthésie : O2, masque, ambu, canule de Guedel, système d aspiration, anesthésique de courte durée 92 La chambre 93 31

32 Procédure Accueil du patient, infos, installation, paramètres Anesthésie Choc biphasique: 30 joules, 75, 150, 200, 200 ne pas toucher le lit Les défibrillations doivent être rapprochées (charge de l appareil) Enregistrer les séquences et prise des paramètres après chaque choc ECG final 94 Procédure 95 Défibrillation q3pc (2) Dly63k&feature=related (1) 96 32

33 Réveil du patient S assurer qu il respire, que les voies respiratoires sont libres Reprise de conscience et mobilise les 4 membres Paramètres et communication des résultats Retour à l étage, surveillance pendant 6 h (pas conduire le jour du choc) 97 La défibrillation 98 Législation: Défibrillation manuelle externe est réservée aux infirmiers porteurs du titre professionnel particulier d infirmier spécialisé en soins intensifs et d urgence (B1) 99 33

34 Législation DEA et PAD (Public Access Défibrillation) Loi du 12 juin 2006 autorise l utilisation des DEA par les non médecins Pour l ERC (European Resuscitation Concil), mise à disposition d un appareil dans un lieux public si > 2 arrêts cardiaques /an Priorité donnée au massage cardiaque 100 Critères d utilisation : Pour appareil monophasique Pour appareil biphasique Patient > 12 ans, > 45 Kg état de mort apparente: pas de conscience, pas de respiration, pas de pouls. De moins en moins utilisé Patient > 25 Kg et > 8 ans état de mort apparente: pas de conscience, pas de respiration, pas de pouls 101 La défibrillation : rôle infirmier Reconnaître l arythmie, urgence, maîtrise des gestes d urgence Un réanime, l autre prépare le matériel de défibrillation Défibriller en asynchrone Continuer la réanimation et recommencer si nécessaire

35 Consignes de sécurité: Éviter la proximité de l O² (1m) Éviter un terrain humide Éviter la transmission par le métal Prévenir l entourage du danger GSM éloigné 103 Le stimulateur cardiaque Définition: le pacemaker est un appareil électronique qui émet des impulsions électriques pour régulariser le rythme cardiaque quand le mécanisme naturel est défaillant 104 Les indications Les blocs auriculo ventriculaires Les bradycardies mal tolérées Les blocs de branches du faisceau de His Le bloc sino auriculaire La maladie de l oreillette

36 Les types de Pacemaker Les sondes endo-cavitaires temporaires Les externes transcutanés La stimulation épicardique = électrodes métalliques placées sur le myocarde Le pace maker implantable 106 Placement pacemaker temporaire Technique de Seldinger Utilisation de l amplificateur de brillance Trajet de la sonde: VCS OD VD apex du ventricule 107 Sondes et boîtiers

37 Rôle infirmier Idem que mise en place Swan et voie centrale + Réglage du boîtier Allumage, position choisie: asynchrone ou «demand» Fréquence Seuil de stimulation </= 1,5 m.a RX thorax / j 109 Rôle infirmier Au niveau de la ponction Infection AC Position de la sonde Fonctionnement: ECG 1x/j présence des «spike» seuil d intensité connexions 110 Le boîtier et la sonde ventriculaire

38 Fonctionnement du pacemaker La présence de spike avant le QRS montre une stimulation ventriculaire complexe élargi: il s agit d un pacemaker monochambre 112 Fonctionnement du pacemaker On peut voir un spike avant l onde P et un autre devant le QRS: il s agit d un pacemaker double chambre 113 Incidents Lors du placement troubles du rythme Position du spike mobiliser la sonde Absence de spike vérifier les piles, connexions Présence d un hoquet irritation du nerf vague

39 Stimulateur définitif Préparation du patient L informer sur la nécessité, le déroulement, la durée de l intervention, l anesthésie Rassembler les résultats des examens Malade à jeun Voie veineuse Légère PM 115 L intervention Installation confortable car patient conscient + collaboration Matériel idem temporaire + boîtier Asepsie Collaboration chirurgien + rythmologue 116 Implantation du boîtier et des sondes

40 Technique d implantation endocavitaire Céphalique ou sous-clavière VCS OD Tricuspide VD Professeur Paul Menu 118 Stimulateurs implantables 119 La période post opératoire RX position du matériel Surveillance habituelle : pansement, douleur, paramètres, monito présence de spike AC /2-3 j Position semi assise et limiter les mouvements fixer la sonde dans le muscle cardiaque Bras en écharpe éviter la mobilisation des sondes implantées +/- 6 semaines

41 Surveillance à long terme Après 2-3 jours sortie médecin traitant pour la cicatrice Carnet de surveillance : type de pacemaker Contrôle après 3 mois et /an Vérification des réglages Pas de RMN,! Bistouri électrique! Si défibrillation 121 Et que dire encore? Toutes les activités, micro ondes, GSM OK Sports OK sauf contact Voyages OK Protection du lieu de l implantation au soleil Ne pas travailler près de gros aimants, circuits d allumage ou champs électromagnétiques 122 Codification des stimulateurs Un code international de 3 lettres définit le type de stimulateur La première lettre la cavité stimulée V, A, D, 0 La deuxième lettre la cavité détectée ou écoutée V, A, D, O

42 Codification des stimulateurs La troisième la réponse du pace maker face à la détection de l activité propre du myocarde I = stimulateur inhibé par la détection T = stimulateur déclenché par détection D = stimulateur inhibé par un potentiel et déclenché par un autre O = pas de détection donc pas de réponse 124 Codification des stimulateurs La quatrième lettre = capacité de programmation et d asservissement P = fréquence programmable M = multi programmable C = communication R = fréquence asservie à l activité physique 125 Codification des stimulateurs La cinquième lettre est utile pour les défibrillateurs Exemple: VVIR DDDR

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Troubles du rythme jonctionnel

Troubles du rythme jonctionnel Définition Troubles du rythme jonctionnel Nés au niveau du N.A.V.A.T. ou dans le tronc du HIS, avec : Ondes P rétrogrades, avant, pendant ou après le QRS des QRS normaux ou élargis Extrasystole jonctionnelle

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Physiopathologie Le cœur: Muscle creux qui, par sa contraction rythmique, assure la progression du sang à l intérieur

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

Les pathologies cardiaques

Les pathologies cardiaques Ce chapitre décrit très sommairement les différentes pathologies cardiaques susceptibles d être repérées en étudiant un enregistrement Holter. Le but, ici, n est pas d analyser précisément leurs origines,

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES Onde ou Avec CVA P P R = ou Différent du de base Normale Rythme de base sinusal différent du de base Morphologie rsr moins élargi que le de l ESV Tachycardie

Plus en détail

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 INTRODUCTION Les stimulateurs cardiaques ou PM, ont pour fonction essentielle de prévenir les effets néfastes d une bradycardie, notamment lors de la survenue

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie Anatomie Physiologie ECG D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr Anatomie Physiologie Les relais mettent un petit peu de temps à se mettre en place POSSIBLES SYNCOPES

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002. Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences SEMINAIRES IRIS

Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002. Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences SEMINAIRES IRIS Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002 Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences Lusadusu Daniel MD Mols Pierre MD PhD SUS CHU Saint Pierre, ULB Avertissement: cette présentation n est pas

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS EN SI Le monitoring cardiaque Ferron Fred version_3_2011 1 Saunders Nursing Survival Guide ECGs and the Heart Elsevier à consommer sans modération. L E.C.G.

Plus en détail

Dossier Médical de Base

Dossier Médical de Base Dossier Médical de Base (Tous Ages Tous Niveaux) Joueur : Nom :....Prénom :. Date de naissance : (Jour-Mois-Année). Club :... Poste : Caractéristiques : - Gardien de but - Défenseur - Milieu - Attaquant

Plus en détail

LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE

LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE DEPARTEMENT DE RYTHMOLOGIE ET STIMULATION CARDIAQUE CLINIQUE DU PONT DE CHAUME ANATOMIE DU COEUR Oreillette droite Oreillette gauche «frontière électrique» Ventricule

Plus en détail

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Diapo 1 : Après de nombreuses recherches menées sur des stimulateurs externes au début du XXème siècle, c est en 1951 que fut inventé le premier stimulateur cardiaque

Plus en détail

Troubles du rythme. Changer leur évolution. Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies

Troubles du rythme. Changer leur évolution. Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies Quelques repères comprendre éditorial Jean-Claude Daubert Quelques repères Le cœur au repos bat normalement entre 60 et 80 fois par minute,

Plus en détail

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 MATERIEL UTILISE Siemens Symphony 1.5T Antenne corps en réseau phasé couplée à l antenne rachis

Plus en détail

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Pr Julien Amour Université Pierre & Marie Curie Anesthésie-Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Pr Hervé Dupont Amiens

Plus en détail

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Généralités sur la stimulation cardiaque SOMMAIRE 2 Historique Rappel anatomique Stimulateur cardiaque Composants et structure Nomenclature Fonctionnement

Plus en détail

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Objectifs: 1. Décrire le système de conduction de base dans le coeur 2. Apprenez les bases de l'analyse bande

Plus en détail

Introduction à l ECG

Introduction à l ECG Introduction à l ECG Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Dépolarisation et repolarisation du coeur Types de cellules cardiaques Il existe 2 types de cellules morphologiquement

Plus en détail

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) :

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) : 1 Les dispositifs électroniques cardiaques implantés : une «injection de rappel». Christian Bauer Hôpital de la Croix-Rousse HCL Lyon Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008)

Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008) Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008) 1. L électrocardiogramme normal 1.1. Rappel d electrophysiologie cardiaque 1.1.1. Activité

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 LA GENESE DU SIGNAL ECG Le myocarde à comme particularité de présente une dépolarisation spontanée. Cette activité électrique va générer une

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN)

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) Tous les troubles du rythme naissant au-dessous de la bifurcation du faisceau de His. Ils comprennent : les extra-systoles ventriculaires, les tachycardies

Plus en détail

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010 Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque Dr Traullé 03 février 2010 Plan 1. Rappel anatomique 2. Electrophysiologie cellulaire la cellule myocardique les propriétés des myocytes

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie Déclaration d intérêt obligatoire je n ai aucune relation financière avec l industrie Comment utiliser un aimant aux urgences? Application à la stimulation cardiaque KérébelS. (1), KérébelD. (2), PauleP.

Plus en détail

Les modes de stimulation bases de temps

Les modes de stimulation bases de temps Les modes de stimulation bases de temps Xavier Copie Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis Les modes de stimulation bases de temps «Toute la compréhension de l électrocardiographie des stimulateurs

Plus en détail

Potentiel d action cardiaque

Potentiel d action cardiaque Potentiel d action cardiaque.2.4.6 sec Potentiel rapide - oreillette - faisceau de His -ventricule Potentiel lent - noeud sinusal - noeud a-v I Na I Ca-L I Ca-L I to I K1 I K I K1 I K If I Ca-T Arythmies:

Plus en détail

Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI)

Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI) Cardiologie 1 Olivier Bourgeois-Chabot Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI) Wendy Camacho Conseillère en soins infirmiers, soins intensifs, Direction des soins

Plus en détail

L'électrocardiogramme de repos normal

L'électrocardiogramme de repos normal L'électrocardiogramme de repos normal Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Les principes de base... 1 2 Enregistrement de l'ecg... 2 3 Le parallèle anatomo-électrique... 3 4 Interprétation

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents

Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents OMS 1998 Programme de la journée Table ronde «cérébrale» Qualité de vie Consentement ETP «PM-DAI» Médecin

Plus en détail

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse.

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Dr Le Loup CAS 1 - Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Elle présente une plaie du coude gauche hémorragique.

Plus en détail

La Défibrillation Externe Automatisée

La Défibrillation Externe Automatisée La Défibrillation Externe Automatisée 13 e Conférence annuelle du loisir municipal Association québécoise du loisir municipal Octobre 2012 1 Pourquoi s équiper d un Défibrillateur? Disponibilité? Emplacement?

Plus en détail

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque?

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? How to read a Holter in patients implanted with pacemaker? V. Algalarrondo* * Unité Inserm U 769, signalisation et physiopathologie

Plus en détail

Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante.

Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante. Travail Douleur Durée: 10 minutes Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante. Pensez à haute voix et expliquez votre démarche! Maximum 3 points

Plus en détail

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP)

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Chacun peut être confronté à une personne en arrêt cardio-respiratoire (ACR). Cela peut survenir lors de la pratique d un sport mais également sur la voie publique ou

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

Troubles du rythme périopératoire

Troubles du rythme périopératoire Troubles du rythme périopératoire Ivan Philip Département d Anesthésie Institut Mutualiste Montsouris Troubles du rythme périopératoire Prise en charge préopératoire Survenue peropératoire Survenue postopératoire

Plus en détail

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et GARDEZ LE RYTHME 2 6 5 8 7 8 2 9 1 10 4 7 3 6 1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et inférieure 8.

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009)

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Chalon sur Saône: Cardiologie interventionnelle Coronarographie Angioplastie coronarienne Cardiologie interventionnelle pédiatrique Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Dr Christophe Girardot 15/01/2015

Plus en détail

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER Le défibrillateur Dr Hamdi BOUBAKER Défibrillation ou Choc électrique externe le défibrillation: geste consistant à faire passer volontairement et brièvement un courant électrique dans le cœur en cas des

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls L E.C.G. pour les nuls Yannick GOTTWALLES La systole ventriculaire débute avec le QRS et s achève à la fin de l onde T. Elle englobe ainsi les phases de dépolarisation et de repolarisation des ventricules.

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir C Decoene Pôle d anesthésie-réanimation CardioThoracique CHRU Lille Pôle de Cardiologie Pr Lablanche, Pr Kacet, Pr Rey Stimulateurs et autres

Plus en détail

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence CESU 73 cesu 73 1 Sommaire historique et législation la chaîne de survie le défibrillateur semi automatique

Plus en détail

Item 309 : Électrocardiogramme

Item 309 : Électrocardiogramme Item 309 : Électrocardiogramme Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Interprétation de l'ecg...6

Plus en détail

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Centre Hospitalier Général de Valenciennes L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Journée AREPAC 2006 PRESENTATION Introduction Épidémiologie Historique

Plus en détail

Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. Décembre 2006-SAMU 76B

Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. Décembre 2006-SAMU 76B Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. 1 La mort subite Affections cardio-vasculaires : 1ere cause de mortalité en France (32% des décès) Problème de santé publique «c est une mort non prévisible

Plus en détail

Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques

Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques Nisha Arenja a, Thomas Cron a, b, Michael Kühne a a Electrophysiologie/cardiologie, Hôpital universitaire de Bâle b Cabinet de cardiologie, équipe cardiologique,

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES

TROUBLES DU RYTHME ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES TROUBLES DU RYTHME CHANGER LEUR ÉVOLUTION ARYTHMIES, TACHYCARDIES,FIBRILLATIONS, EXTRASYSTOLES, BRADYCARDIES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize **

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** Fibrillation auriculaire 1 Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** * Service de Cardiologie, CHU Nord, 13015 Marseille Tél : 0491968682 Fax : 0491962162 E-mail : levy@aix.pacwan.net **

Plus en détail

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES 325 PALPITATIONS Objectifs : chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE

Plus en détail

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

Exercices applications Rappels de cours Méthodologie

Exercices applications Rappels de cours Méthodologie Exercices applications Rappels de cours Méthodologie Amphi Beauchamp 2010-2011 QCM 1 Un électrocardiogramme enregistré en conditions standards fait apparaître un rythme régulier avec un espace de 12 mm

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Bases Théoriques. Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique. F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP. de la

Bases Théoriques. Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique. F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP. de la de la Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP DIU Rythmologie et Stimulation Cardiaque 2013 Défibrillation VF VF therapy Thanks I needed that! Défibrillation

Plus en détail

Défibrillation de l enfant : Quelles indications? Quels enjeux?

Défibrillation de l enfant : Quelles indications? Quels enjeux? Chapitre 99 Défibrillation de l enfant : Quelles indications? Quels enjeux? A. DUVAL, A. SWITONSKI, J.F. DIEPENDAELE, E. WIEL, P. GOLDSTEIN Points essentiels L arrêt cardiaque de l enfant n est qu exceptionnellement

Plus en détail

Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé

Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé Dr Pierre Taboulet GH Saint-Louis-Lariboisière Urgences, Cardiologie 75010 Paris, France pierre.taboulet@sls.aphp.fr JNUC3 Deauville 5 décembre 2014 Conflit

Plus en détail

La fibrillation auriculaire (236a) Docteur Pascal DEFAYE, Professeur Gérald VANZETTO Octobre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

La fibrillation auriculaire (236a) Docteur Pascal DEFAYE, Professeur Gérald VANZETTO Octobre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) La fibrillation auriculaire (236a) Docteur Pascal DEFAYE, Professeur Gérald VANZETTO Octobre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Anatomie et physiologie Sémiologie clinique Sémiologie paraclinique

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

L arrêt cardio-respiratoire A.C.R

L arrêt cardio-respiratoire A.C.R JPG/Réa-CHB/2002 1 L arrêt cardio-respiratoire A.C.R JPG/Réa-CHB/2002 2 La prise en charge I.D.E de l arrêt cardio-respiratoire (A.C.R) 1- Introduction. 2- Mécanisme de l A.C.R. 3- Diagnostic. 4- Etiologies.

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Physiologie Cardio Vx

Physiologie Cardio Vx Physiologie Cardio Vx Anatomie du Coeur 3 Circulation pulmonaire Circulation systémique 5 ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE Auteur : Dr.M.K.Bourahli Faculté de Médecine Constantine Université Mentouri 3 Service

Plus en détail

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE INTRODUCTION REPARTITION DES PATIENTS 2003 % 100 80 60 40 60,10% 39,90% 59,10% 40,90% 20 0 77,4 ans 80 ans 78,1 ans 80,6 ans primo-implantations

Plus en détail

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemaker (stimulateur cardiaque) Défibrillateur automatique interne Pacemaker (stimulateur

Plus en détail

Sémiologie cardio-vasculaire

Sémiologie cardio-vasculaire Sémiologie cardio-vasculaire Q-1 A quoi sert la classification NYHA? Décrivez la. Q-2 Décrire la douleur d angor d effort. Citez les principaux éléments sémiologiques recueillis à l interrogatoire qui

Plus en détail

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1 D. A. E Défibrillateur Automatisé Externe Med-Cdt Yann Coulon 1 DSA : Défibrillateur Semi Automatique DEA : Défibrillateur Entièrement Automatique Med-Cdt Yann Coulon 2 Décret 98-239 du 27 Mars 1998 :

Plus en détail

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0 N 1 QUIZ ECG Nancy N 2 Cadeau de Noël 2006 15 jours post-op Dysfonction sinusale «pure» Sorin Group Symphony DR sondes A bi et V uni «passives» N 3 Contrôle 15 jours post-op - AAIsafe R pour dysfonction

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1 PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR ARCO 2009-2011 1 INTRODUCTION Première rencontre en octobre 2009 dans le cadre de l A.R.C.O. Après intervention du

Plus en détail

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy La défibrillation, la cardioversion Qu est ce qu il y a dans un DAI? Une source d'énergie : la (les) pile(s)

Plus en détail

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE MOTIF DE CONSULTATION Douleur basi-thoracique gauche à type de construction survenant au repos sans irradiation

Plus en détail