Les deux colonnes de la Franc-Maçonnerie La pierre et le sable

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les deux colonnes de la Franc-Maçonnerie La pierre et le sable"

Transcription

1 Université de Limoges École Doctorale Sciences de l Homme et de la Société n 375 Faculté des Lettres et Sciences Humaines Département des Sciences du langage Centre de Recherches Sémiotiques (CeReS) Les deux colonnes de la Franc-Maçonnerie La pierre et le sable Thèse pour l obtention du grade de docteur ès Lettres présentée et soutenue par Philippe Langlet sous la direction des professeurs Jacques Fontanille et Isabelle Klock-Fontanille Membres du jury : Jacques Fontanille, Université de Limoges, Institut universitaire de France Isabelle Klock-Fontanille, Université de Limoges, Institut catholique de Paris Pierre-Yves Beaurepaire, Université de Nice Sophia-Antipolis, Institut universitaire de France, rapporteur Jean-Pierre Lassalle, Université de Toulouse II-Le Mirail, rapporteur Jean-Pierre Levet, Université de Limoges Jérôme Rousse-Lacordaire, Institut catholique de Paris 1

2 2

3 Sommaire Introduction Le rituel maçonnique, objet d étude? Premières approches Définitions Le «rituel» Le «rite» Forme, support, contenu Le «rituel» est-il un genre littéraire? Peut-on définir un genre «rituel»? Approches diverses du rituel Rituel et rite L aspect séquentiel du rite L aspect symbolique Quelques approches du «rite» Rite, stéréotypie et archaïsme Rite et langage Précisions lexicales et «Rite maçonnique» La théorie des origines Déclinaisons de la théorie et cadre mental Quelques justifications de la «transition» Moyen Âge, légende et Maçonnerie La vulgate et les auteurs Effets de la «transition» Construction d une Histoire Éléments du Rite maçonnique Quelques typologies Principes d une taxinomie Le premier cercle, l espace environnant Le second cercle, l espace personnel Le troisième cercle, l espace intime Attitudes et postures Les mouvements Les gestes Les paroles Les sons Le centre du Rite Les caractères du Rite Le corpus Rites et obédiences La question du Rite d origine L échantillonnage Limites temporelles et spatiales Limites temporelles Limites spatiales Antients et Modernes Première Grande Loge Grande Loge d York Grande Loge des Antients Les «Traditioners» La Grande Loge Unie d Angleterre En France

4 2.4 Les rituels contemporains Rituels français Rituels dits «Écossais» Rituels Français Rituels «Écossais» Rectifiés Autres rituels Rituels anglophones L Angleterre L Irlande L Écosse Les États-Unis Autres pays Les rituels anciens Les rituels de Rit «Moderne» Le XVIII e siècle Le XIX e siècle Le XX e siècle Les rituels du Rite «écossais ancien» Le XVIII e siècle Le XIX e siècle Le XX e siècle Les autres rituels «écossais» Autres documents utilisés Les questions principales d une recherche Préambule Position des universitaires Chercheur ou cherchant Comment définir une recherche «authentique»? Délimitation de nos recherches La cérémonie d Initiation La cérémonie et ses structures Le serment Une ligne de partage La légende d Hiram La découverte de nouveaux outils Les structures de la légende Le double système Les sources chrétiennes Révisions radicales L apport de Vladimir Propp Les sources textuelles et la question de la traduction La «bibliothèque» et les erreurs de traduction Le jargon maçonnico-franglais Pertes de sens Juste interprétation, autant que possible Comment traduire la «perfection»? Les arts libéraux Rapprochements et incertitudes Vitruve et arts libéraux Martianus Capella et les arts libéraux Place de la rhétorique Un exemple de figure dans le discours Un exemple de figure dans le geste Invention et mémoire La mémoire et les lieux L exercice Linéaments de la méthode Le Tableau du Grade, image parlante Images et mots

5 Représentation et pensée Conclusions Bibliographie Franc-Maçonnerie Sciences du langage Anthropologie, ethnologie, rite, rituel Histoire Autres Rituels Annexes Annexe I Annexe II Annexe III Annexe IV Annexe V Annexe VI

6 Remerciements Je tiens à remercier mes directeurs de thèse, Jacques Fontanille et Isabelle Klock- Fontanille pour leur patience et leurs conseils, mais surtout pour leur soutien amical qui m a encouragé à reprendre et à terminer ce travail. Je remercie les quelques amis qui partagent mes recherches et mes centres d intérêt pour avoir dû subir, durant de longs mois, mes demandes de relectures et de correction. Je remercie enfin les différents chefs d établissement qui m ont permis de reprendre et de continuer mes études, ainsi que le personnel de la bibliothèque universitaire de Limoges pour sa disponibilité. Dédicace Je tiens particulièrement à dédier ce travail à la mémoire de mon ami et frère Jean Villegoureix, pour la sincérité de sa présence et la fidélité de son amitié, pour ses encouragements permanents, ses discussions enrichissantes et pour le partage d une culture extraordinaire dans bien des domaines, durant près de trente-cinq ans de quête partagée. Le grand professeur qu il était se voulait instituteur, celui qui établit quelqu un dans la connaissance. Qu il en soit infiniment remercié. Je le dédie aussi à mes parents que j ai sans doute attristé en refusant de suivre leurs traces d enseignants laïques, mais qui m ont laissé libre de mes choix. 6

7 Introduction Dans les années 1960, le climat intellectuel poussait à affirmer que l on vivait un moment d accélération des connaissances. Ce n était pas faux. La complexité du réel semblait exiger un effort long et soutenu pour ne pas céder au découragement. Tout paraissait possible à la science. Elle s enfonçait dans la matière pour la comprendre au plus profond. Tout était plus compliqué pour ce qui devait la rendre plus simple. Elle surfait, victorieuse, sur l écume des sociétés anciennes. François Le Lionnais, oulipien de vocation, écrivait sur «Les fausses sciences, maladies de notre civilisation» (1954) et Maurice Colignon avait publié contre «les faux prophètes et les sectes d aujourd hui» (1953). Les universitaires ne voyaient plus dans les rites que conduites prélogiques opposées aux développements de la raison humaine. La distance s accroissait entre religion et science, par les victoires de la lumière (des Lumières?) sur les superstitions magicoreligieuses du passé. Les études littéraires cherchaient dans des formulations mathématiques des reconnaissances de la part de ceux qui dominaient les débats : tout se parait d habits scientifiques. La «libération» scientifico-technologique semblait pourtant dangereuse à certains qui annonçaient qu on allait bientôt «crever la gueule ouverte», titre d une revue de pré-écologistes apocalyptiques. On annonçait toujours l inéluctable mort des rites et leur disparition logique, mais l homme se sentait «s échapper» à lui-même. Les études sur les rites n ont pas cessé pour autant, les intellectuels français dominants n ont pas été suivis par le reste du monde. Ce type de textes, les rituels, n a pourtant été scruté que par des spécialistes dont la dénomination académiquement reconnue d anthropologues ou d ethnologues les autorisait à se pencher sur des sujets marqués par l archaïsme et la primitivé. L historien, travaillant sur le passé, voyait le pardon lui être accordé. Il y a quarante ans, Paris voyait fleurir des slogans comme «Il est interdit d interdire», «La vie est ailleurs», «Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi», et «Sous les pavés, la plage». Ce dernier a été la source d un flot de commentaires, surtout politiques. Simple volonté de liberté, ou de libération!, ou conjonction heureuse d un moment de l histoire, l arrachage des pavés de Paris par des étudiants en révolte, luttant contre les diktats insupportables d une société trop rigide. L arrachage s accompagnait de la découverte du lit des pavés, le sable sur lequel ils reposaient. 7

8 Que la première hypothèse soit juste ou non, ou que ce soit une autre encore, la formule décrit de manière condensée et heureuse, et peut-être involontaire, et en cela elle n est que plus facile à retenir, une forte opposition culture/nature, la culture symbolisée par le «pavé», objet manufacturé du monde civilisé, pierre taillée destinée à établir fermement la durabilité d une voie de passage, et le sable, symbolisant, dans sa naïveté innocente, une nature rêvée comme vierge, mais dissimulée sous le poids oppressant de la pierre. La destruction du vernis culturel aurait fait retrouver le monde de la nature. Tout devenait possible! La réponse est sans doute aussi naïve, le sable n était sous les pavés que parce qu on l avait aussi extrait de la carrière et posée là par la volonté de l homme constructeur. Cette opposition n est pourtant pas fausse, elle est toujours à l œuvre, et partout. Le monde proposé à la réflexion de celui qui y naît n existe que parce qu il projette sur lui un regard qui trie en «naturel» et «culturel» les objets soumis à son examen. Mais ce regard trieur lui est enseigné par la même société qu il rejette parfois. L homme trie, classe, distingue, discrimine, isole les parties du continuum qui lui est proposé pour le comprendre. Il cherche à «s y retrouver». La métaphore des deux niveaux, ou des niveaux multiples 1, s applique bien sûr au texte, sens de surface et signification profonde, niveau apparent et réalité masquée. Le rite est assez comparable au texte, son niveau d exécution, apparent, se doublant d une réalité qui ne se dévoile que peu à peu. Nos travaux portent sur les textes utilisés par une pratique rituelle particulière, la Maçonnerie. Notre formation culturelle nous a conduit à considérer le fait maçonnique, en dehors de sa pratique, comme un fait culturel qu il convenait d étudier aussi en chercheur. Les sciences humaines, la comparaison avec d autres pratiques religieuses ou initiatiques sont indispensables. Parallèlement, il nous a fallu rechercher les textes originaux des rituels, souvent incompréhensibles car mal traduits, pour en comprendre l exacte portée. Telles sont les grandes lignes qui ont dirigé nos travaux. Il pourra apparaître que notre commentaire est parfois ironique sur tel ou tel point, ou sur certains comportements humains par rapport aux rituels. Ce point de vue décalé est pour nous une manière d approche possédant une vertu heuristique fondamentale, ce «pas de côté» souriant évitant de prendre pour argent comptant l imperturbable sérieux des ritualisants, mais aussi les textes dans leur première perception. 1 Lubac,

9 1. Le rituel maçonnique, objet d étude? 1.1 Premières approches L objet des différentes études que nous menons durant quarante ans de manière diffuse, et plus de vingt ans de manière assidue, est le Rite maçonnique. Nous n avons pu le faire que par l intermédiaire d une série de textes qui en retiennent la forme et, nous l espérons, le contenu. Nous appellerons ces textes d un terme général, le rituel. En dehors de la partie de cette présentation où nous évoquons brièvement d autres formes de rituel, «rituel» désignera le plus souvent la forme maçonnique, le rituel maçonnique, et ne sera pas ensuite précisé davantage, sauf à y ajouter des qualificatifs relatifs aux différents types rencontrés. Les premières questions que nous poserons, avant d entrer dans d autres considérations, seront : comment définir le rituel? et peut-il être un sujet d études? Elles se posent «bien entendu», parce que notre approche reste fondée sur une démarche définissant d abord les termes de son étude avant toute description des objets en composant le corpus. Il va de soi que nous n aborderons pas le rituel en anthropologue, ni en ethnologue, ni en historien, bien que les apports de ces différentes disciplines nous soient des plus fructueux. Nous ne nous y essaierons pas, car nous n avons pas été formé à leurs outils, même si nous les citons parfois. Nous abordons le rituel en curieux, par rapport à un rituel qui nous est plus familier que les autres, le rituel maçonnique ; en curieux, et aussi en amoureux des textes ; et en curieux de la manière dont ils articulent leur contenu. En ce qui nous concerne, le rituel sera un texte, que l on définisse «texte» comme forme de discours écrit ou oral 2. La manière dont nous l avons abordée pour la première fois s est faite sous la forme d un cahier imprimé contenant les indications relatives à une cérémonie maçonnique. Nous tenterons d abord de définir la notion de rituel. Nous chercherons ensuite s il peut s agir d un genre littéraire. Nous soulignerons quelques approches du rituel, et nous nous demanderons si la différence entre rituel et rite est pertinente. Nous examinerons comment le rite peut être caractérisé, s il est archaïque ou contempo- 2 Sur ce point, Stéphane Olivesi (université Lyon 2) ne se trompe pas en affirmant, dans sa recension de l ouvrage de Pascal Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, que cet auteur, «en indiquant que le rituel (employé comme substantif et non comme adjectif) est l ensemble des textes, issus en principe de la tradition, qui ordonnance les règles d organisation du rite (par exemple, les rituels de messes fixent leur agencement cérémoniel)», propose une définition de «caractère restrictif», et nous ajouterons, une erreur dans la perception de la notion de texte. S. Olivesi soulève, en effet, une question importante : «dans les sociétés sans écriture ou dans la vie profane la plus quotidienne, n existe-t-il pas des rituels (ensemble de règles suivies, sans être pour autant formalisées) qui régissent les pratiques sociales?» (Médias et identités). 9

10 rain, et quels sont les liens entre rite et langage. Nous verrons de quelle manière peut se caractériser le Rite maçonnique, quel est son univers mental, sa matrice, et donc ses limites et, enfin, quels sont les éléments permettant d établir le «style» maçonnique du rite. 1.2 Définitions Le «rituel» Pour l Académie, «rituel» est d abord rapporté à la religion catholique, par la définition qu il en donne dans son dictionnaire : «Livre liturgique catholique contenant les rites des sacrements et des sacramentaux et diverses formules (exorcismes, bénédictions)» 3, avant d être, mais par analogie seulement, défini comme «Ensemble de textes, sur papyrus ou gravés sur les murs des temples, indiquant l ordonnancement des cérémonies dans l ancienne Égypte» 4. Il est enfin élargi aux règles et aux rites d une religion (de toutes religions, donc) ou, même, d une association. À côté d un aspect religieux premier, on avance un aspect profane, mais la primauté donnée à la liturgie catholique révèle l héritage d une culture. La première édition du Dictionnaire (1694) contenait déjà : «Livre contenant le rit, ou rite d une Église, d un Diocese. Le rituel de Rome. Le rituel de Paris», avec l exemple, «On a imprimé un nouveau rituel» 5. La parole donnée à l étymologie, ensuite, rappellera des évidences mais, en fin de compte, les étymologistes ont toujours le dernier mot. Cela ne résoudra sans doute pas tout de la question, mais constituera un point de départ. Aristote pose ainsi, à propos du bonheur, qu «il faut partir des données connues» 6, et le rappel de l étymologie est, en un sens, l énoncé de données connues permettant de délimiter un premier champ dans la réflexion, même si, écrit Max Müller, «L étymologie traite d un passé qui n eut jamais de présent». La question sera celle du contenu sémantique qu il convient d attribuer aux termes employés. Comme syntagme nominal, rituel dérive de «livre rituel» (liure ritual) qu emploie Rabelais 7 en L expression rabelaisienne est la traduction directe du latin rituales libri, «livre traitant (ayant trait à) des rites», qu atteste le dictionnaire de Gaffiot 8. Il existe aussi un adjectif (syntagme adjectival) rituel, d abord employé pour désigner une action, un objet, un terme, ayant trait à l expression du rite, mais pouvant 3 Trésor de la langue française informatisé ( Dictionnaire de l Académie française, neuvième édition, Version informatisée. 4 Ibid. 5 Dictionnaire, 1694 : Aristote, 2004 : I, Rabelais, 1997 : 314 («disant ne sçay quelles conjurations en langue Ethrusque, et quelquefois lisant en un livre ritual, lequel pres elle portoit une de ses mystagogues»). 8 Gaffiot,

11 aussi, dans un usage quotidien et ordinaire, signifier traditionnel, pour dire coutumier ou usuel. Le sens est ici proche d habitude et de simple répétition, sans visée particulière. Pour les catholiques, si le rituel désigne le livre contenant les textes qui présentent le contenu (et le déroulement) des sacrements et autres célébrations liturgiques, on parlera plus volontiers, ou plus fréquemment, de «livres liturgiques» Le «rite» Le rituel nous conduit logiquement à préciser la notion de rite qui est sa raison d être comme livre des rites. Il nous faut, sans doute encore, en passer par l origine des mots. «Rite» est issu du latin ritus, d abord de même sens, «rite» ou «usage sacré», mais aussi «usage, méthode, coutume» et, enfin, «manière de vivre», ou «mœurs». L adverbe latin rite (formé sur ritus) signifie «selon les rites», ou «selon les règles», «convenablement», mais aussi «comme d habitude», «à juste titre» et «favorablement» et enfin, tout spécialement, «de la manière prescrite par la loi», «légalement», «formellement» ou «solennellement». La notion de rite connaît de nombreux synonymes, ou termes proches : cérémonie, magie, coutume, religion, pratique, culte, liturgie, observance, protocole, étiquette, tradition et, bien sûr aussi, habitude. Dans ce dernier cas, comme pour coutume, c est l aspect répétitif du rite qui est retenu, mais cela paraît aussi vrai de pratique. Cet aspect routinier du rite ne constitue pourtant pas son assise principale, elle n est que sa face apparente, une première écorce sur laquelle on peut s arrêter lorsqu on ne cherche pas à aller plus loin dans sa compréhension. Ce caractère est seulement vécu comme une réduction du rite au cérémonial (aspect extérieur), à une conception ritualiste d une liturgie, c est-à-dire qu ici cela «rime avec monotonie et litanie» 9. La cérémonie, l étiquette, l observance ou le protocole renvoient pourtant à des aspects formels de précision qui s ajoutent à l aspect public (extérieur) d un ordonnancement, mais la religion précise un contenu des rites. La magie n est associée à rituel que depuis peu, le Dictionnaire de 1694 proposait seulement, pour magie, «Art qui produit des effets merveilleux par des causes occultes». C est, plutôt qu un synonyme, un découpage de la notion de rite en religieux (civilisé) et primitif (sauvage). La coutume et la tradition et, sans doute encore la pratique, évoquent l aspect durable, car récurrent du rite. L un des schémas ci-dessus propose un rapprochement entre pratique (practice) et forme (pattern), mais nous dirons plutôt qu il s agit d une configuration. Ce dernier point est intéressant car il révèle l aspect de structure, donc de fixité, du rite. 9 Gelineau, 1989 :

12 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. Figure 1. Nébuleuses sémantiques autour de rite/ritual et coutume. La règle à suivre, le rite, détermine une mise en ordre des choses, une intention d organisation, ou de disposition, des objets du monde. Toute mise en ordre d un ensemble quelconque, vécu comme, a priori, épars, révèle une recherche de sens. Des objets disponibles sont re-disposés, pour en comprendre les relations d abord, si elles existent ensuite et, dans ce cas, pour saisir ce quelles sont, et enfin pour trouver la place correcte de chacun, y compris celle de l opérateur. L origine sanscrite et védique du terme latin, ta, présent en partie en français, indique «ce qui est conforme à l ordre», ce que rappelle, par exemple, René Guénon 10 (et beaucoup d autres ) et renvoie à plusieurs types d ordre : un ordre cosmique, un ordre des rapports dieux/hommes et des rapports entre les hommes, qui s expriment par une vérité rituellement prescrite et religieusement émise dans l ordre du sacrifice. Nous pourrions y ajouter un ordre des rapports entre les êtres, entre les êtres et les choses, entre les choses elles-mêmes 11. De la même racine viennent les mots art, arithmétique, rythme. Cette notion était désignée au Moyen Âge par le mot ordo dont l usage de dérivés est massivement présent dans notre culture Forme, support, contenu Ces quelques définitions contiennent différentes facettes qui en expriment les points principaux. Du point de vue formel, le «rituel» est essentiellement un ensemble textuel, un texte. Les différentes définitions révèlent que ce «texte» est indépendant de son support, qu il soit végétal (papyrus, papier), minéral (murs) et, nous pourrions ajouter, animal (parchemin). Ce texte pourra en particulier être entreposé dans la mémoire, individuelle, mais le plus souvent collective, dans le cas des textes oraux. Les deux aspects ne 10 Guénon, 1953 : chap. XIX. 11 On sent poindre la grande dualité qui s exprimera de différentes manières, profane/sacré, pur/impur, etc. (Douglas, 2001). 12

13 s excluent d ailleurs pas. Comme texte, le rituel, est un recueil et il peut être, même, envisagé comme une collection de textes particuliers. Il rassemble en effet l ensemble de ce qui concerne des cérémonies religieuses. En outre, la forme «texte» possède ellemême une configuration, constituant en partie son aspect officiel, réglementaire, et qui s est révélée dans la notion de rite. Cela signifie que ce texte ne sera pas structuré de n importe quelle manière. Le rituel possède un contenu dont l intention, la visée ultime est le religieux ou, sans doute plus exactement, le sacré. La différence entre les deux notions peut s établir à partir de l institutionnalisation des pratiques. Ce sont elles qui déterminent l aspect officiel, ou réglementaire, du texte, directement lié au caractère public, le contenu concernant les rites, c est-à-dire l ordonnancement réglementé de cérémonies, la liturgie. La visée immédiate du rituel sera la réitération des objets de son contenu, dans une forme stable. Le rappel de l étymologie ne contredit pas cet aspect, les rituales libri ne renvoyant qu à des rites de type religieux. Ces deux points conditionnent la durabilité du rite, qui sera considérée comme son caractère traditionnel, stabilité de la forme>réitération>stabilité dans le temps. Nous sommes donc face à plusieurs questions à partir d une seule notion. Le rituel sera considéré sous l aspect d un recueil d usages dont l objet général est de permettre (ou de faciliter) des pratiques (régulières) de type cérémoniel, liées en outre à la vie d un culte, s exprimant par les rites. L existence du rituel est ainsi fondée sur la nécessité de conserver la stabilité de la forme pour projeter cette dernière dans une stabilité temporelle, et de réunir l ensemble des règles du rite. La forme du texte retiendra les aspects répétitifs attachés aux différents éléments, mais aussi à l objet «rituel» dans son ensemble. Le rite semblant être fait pour être réitéré (répété), le rituel l indiquera. Nous trouvons ainsi des mots appartenant au champ religieux, et des mots désignant une activité répétitive (ou routinière 12 ) et suggérant, plus ou moins, le passé. Dans notre culture, cet aspect est, au moins, péjorant. Il appartiendrait au passé! Il est pourtant clair qu un rituel permet, dans le présent, d actualiser des pratiques venant, certes, du passé, au moins d un antécédent, mais toujours considérées comme actuelles. Leur visée ultime est conservée, leur valeur reste contemporaine pour ceux qui utilisent l objet rituel et en assument le contenu. Sans doute, les pratiques cérémonielles et cultuelles sont-elles plus essentielles pour aborder celui-ci, que la notion d habitude (la réitération), qui semble n en être qu une facette. 12 Mais volontaire! 13

14 L articulation semble se faire entre l aspect mémoriel le passé du texte et son actualisation son présent, auxquels nous devons ajouter la visée ultime, les considérations attachées au sacré. Il nous est sans doute possible de considérer la question comme «portant sur les rapports entre le passé des choses souvenues, le présent des choses aperçues et le futur des choses attendues» 13. Le rituel, entendu globalement, possède un dernier caractère que nous croyons utile de souligner : il est anonyme, sauf cas très exceptionnel. À l opposé de nombreux autres types de textes, qui ont soit un auteur identifié, soit un auteur que l on peut découvrir ou que l on peut présumer, le rituel n est pas la propriété de son ou de ses auteurs. Tout texte stabilisé par l écriture (quelque type d écriture), l impression ou d autres moyens de reproduction modernes ou anciens (gravure lithique), est d une certaine manière objectivé ou réifié. Il fait alors partie davantage de ses lecteurs (utilisateurs, à quelque titre que ce soit), ou plutôt de leur univers, que de son auteur. Le rituel le fait au double titre de texte réifié et de texte anonymé. Il n est plus que le bien (la propriété) de ses utilisateurs. Il ne l est plus qu en apparence, car il reste la parole authentifiée et autorisée de son auteur, qu il soit unique ou multiple, même s il disparaît et s efface derrière son texte. Ainsi, «on croirait presque qu aucun sujet humain ne s occupe d orchestrer la liturgie» 14. Par cette forme de dépossession, «l auteur» (une autorité ou un organisme reconnu comme tel), en «offrant» le texte aux pratiquants, prend en fait possession de l espace d une parole qu il emplit et qu il impose 15. En ce qui concerne la structure textuelle du rituel maçonnique, elle montre de nombreuses ressemblances de forme avec les catéchismes chrétiens ou les joca rum 16. Elle se présente toujours, globalement, comme une série de questions et de réponses (QR), une forme canoniquement «dialogique». Le principe de présentation n est pas une innovation, mais repose au contraire sur des fondements anthropologiques. L enseignement platonicien, comme ici l aspect formel du rite, suppose une relation permanente d altérité entre celui qui énonce et les autres 17. La forme catéchistique pren- 13 Ricœur, 2000 : Buc, 2003 : C est bien pour cette raison que l autorité dont émane le rituel se considère comme seule autorisée à le modifier, refusant jalousement les modifications apportées en dehors d elle comme des innovations sans valeur ou même destructrices. Le ne variatur existe aussi dans le domaine maçonnique. On défera dès que possible toute «commisssion du rituel» existant en dehors de celle de l autorité gestionnaire. 16 Mais aussi avec le type d enseignement platonicien fait de réponses à des questions, dans une progression de dévoilement de la pensée. 17 La méthode a ses fondements rhétoriques, l adresse directe à un «autre», qui peut prendre plusieurs postures (auditeur, lecteur, interlocuteur direct) apporte un poids à l énoncé en impliquant l autre. 14

15 dra corps ici entre trois acteurs principaux, le Vénérable Maître 18 (VM : le président), les 1 er et 2 e Surveillants (1S, 2S : les assesseurs). Le premier manifeste dans le rituel une présence langagière massive : il pourra parler seul, s adresser à chacun des Surveillants ou à un autre acteur du Rite (Officier, Maçon ou Candidat 19 ). Les autres acteurs auront ainsi une présence moindre de ce point de vue. La parole se manifestera sous forme monologuée (VM seul à un acteur silencieux), dialoguée (VM-Surv) ou triloguée (VM-1S- 2S) 20. On trouve aussi, entre les dialogues, des indications de procédures pratiques sur l ordonnancement de la cérémonie (attitudes, gestes, déplacements, positionnement d objets), des didascalies. Le rituel maçonnique présente les mêmes caractères d autorité et d anonymat que nous venons d évoquer. Il est effectivement très rare qu une version soit l œuvre d une personne seule mais, même lorsqu il est accompagné d un nom d auteur (nous le verrons dans la deuxième partie), son utilisation comme texte de référence des pratiques l anonymise quelque peu. Mais, de la même manière, il est le lieu (et l enjeu) d une forme d autorité, tirant sa légitimité de l organisme dont il émane. C est sa parole qu il contient, c est son monde qu il propose. Sous couvert d anonymat, il fournit le cadre mental où doit se développer le rite. Cela n implique pourtant pas que toute initiative soit impossible, surtout dans le domaine de l interprétation 1.3 Le «rituel» est-il un genre littéraire? Notre tendance au classement nous pousse très naturellement à ranger chaque type de texte au sein d une classification. Cela semble souvent l étape accompagnant la définition et la recherche étymologique. S il est défini comme texte, le «rituel» n appartient, semble-t-il, à aucune typologie des genres littéraires. Nous poserons, de manière très naïve, la question de la définition d un genre littéraire, même si on peut la trouver inutile. Un genre semble pouvoir être défini par «un ensemble de contraintes de formes, de thèmes et de types de discours entraînant un certain type de décodage» 21 sur cette production particulière qui apparaît comme conventionnelle en raison de ses contraintes. Le décodage (une reformulation) assure, ou doit assurer, une lecture intelligible de tel ou tel 18 Il nous faut ici souligner notre usage des majuscules. Certains termes seront affectés d une majuscule initiale pour désigner une notion appartenant à l aire maçonnique d usage. Ainsi, la Maçonnerie sera un raccourci pour Franc-Maçonnerie, que l on distinguera de la maçonnerie qui désignera la profession ou le métier. De même, Initiation sera maçonnique mais initiation désigne tout type d initiation. Nous pourrons préciser quelques autres usages lorsque de besoin. 19 Il va de soi que les termes employés sont généraux et n impliquent pas de limiter la pratique de ce Rite aux seuls représentants de la classe masculine. Mais par commodité nous ne préciserons pas sans cesse, comme un langage politiquement correct aime à le faire actuellement. 20 Une manifestation parmi d autres de la «triple voix», ou d un ternaire sonore. 21 Site 15

16 type de texte, en fonction de ses caractères. Le discours est moulé par ces contraintes qui permettent, à une communauté déterminée de producteurs et d usagers, de le reconnaître comme tel. La structure peut connaître quelques variations qui n affectent pas la stabilité du système. Or, la liste des genres littéraires est (parfois) très longue 22, comme nous l apprend l excellent site québécois «cours autodidactique du français écrit». Pourtant, le «rituel», comme texte, n en fait pas partie. Peut-on le glisser comme genre à part entière dans une telle liste et, en outre, pourquoi n est-il pas reconnu comme tel? Frédéric Gimello-Mesplomb affirme ainsi qu «avant d être littéraires, les genres ont été des pratiques assez naturelles» 23. Nous y souscrivons volontiers. «C est quand vont s instaurer les épopées, les cantiques, les contes et surtout la tragédie (avec ses concours publics) que le concept de genre s établira comme un fait culturel» 24. Mais notre culture, inquiète pourtant de tout classer, ne cite jamais le rituel comme genre. Si nous admettons les douze grandes catégories habituelles de la littérature (autobiographique, comique, didactique, dramatique, épique, épistolaire, lyrique, merveilleux et fantastique, oratoire, polémique, romanesque, tragique), nous découvrons qu un élément des rituels, la prière, est classé dans le sous-groupe de l exhortation, appartenant luimême à l art oratoire. Mais nous ne trouvons pas de «rituel» comme genre, ou comme espèce. Lorsque les douze catégories sont regroupées en trois plus générales (narratif, poésie, théâtre), pas de place non plus pour le rituel. Pour établir une typologie des textes, Denise Malrieu et François Rastier 25 définissent quatre niveaux hiérarchiques supérieurs au texte : les discours (ex. juridique, littéraire, essayiste, scientifique), les champs génériques (ex. théâtre, poésie, genres narratifs), les genres proprement dits (ex. comédie, roman «sérieux», roman policier, nouvelles, contes, mémoires et récits de voyage), les sous-genres (ex. roman par lettres). Le rituel n entre visiblement dans aucune de leurs catégories. Leur propre culture les pousse-t-elle à penser un instant à ce type de texte? Cela ne fait visiblement pas partie de leur horizon culturel. La question est peut-être là, dans une contrainte culturelle contingente. Dans Les genres littéraires 26, Dominique Combe distingue quatre grandes classes de textes : fiction narrative, poésie, théâtre et essai où il range, entre autres, le discours phi- 22 Le site «café» (cours autodidactique du français écrit) recense 141 genres différents (on consultera cette liste à l URL : On y découvre les danses rituelles (mais un rituel ne consiste pas qu à s agiter en rythme), les mythes, les énigmes, les légendes, les prières, les cérémonies canoniques. Sont-ce des «rituels» qui sont ainsi nommés? 23 Gimello-Mesplomb, 1998 reproduit dans son cours la liste de café.edu (communication personnelle). 24 Site 25 Malrieu-Rastier, Combe,

17 losophique ou théorique. Mais il ne cite jamais le mot rituel et, plus largement, il n évoque aucun texte de type religieux. Le site québécois «cafe» 27 connaît une entrée «Rituels. Textes religieux» mais ce qui est retenu ne nous semble pas décrire un genre littéraire particulier, ce serait plutôt une collection hétéroclite d objets appartenant à un champ religieux très général. On trouve, par contre, un grand nombre de sous-entrées que nous donnerons pour le plaisir, amen, angélus, antienne, ave, bénédicité, cantique, coronach, diurnal, doxologie, épicédion, grâces, hosanna, leitmotiv liturgique, macarisme (ou bénédiction), magnificat, mantra, noël, oratorio, oremus, patenôtre, psaume, et séquence, ayant trait au rituel, en particulier, chrétien, ou à des parties de rituel. Tout cela est intéressant, et précise de nombreux termes, formules, ou séquences isolées, mais ne décrit pas la notion de rituel qui nous semble plus globale. Un rituel (ici du domaine religieux) n est pas simplement une prière, mais il est souvent élaboré autour d une ou de plusieurs d entre elles. Il n est pas, non plus, un chant ou un poème religieux, mais il comprend souvent de telles séquences. Le rituel est souvent un «discours» de type religieux qui peut réunir plusieurs types de textes. Même s il a classé les textes, Aristote (le père de toutes les taxinomies 28 ) ne parle pas des rituels. Aucun auteur moderne glosant sur Aristote n y fait, non plus, la moindre allusion. Cela n a pas semblé intéresser Kant, ni Humboldt, ni Hegel, par exemple. S ils avaient traité de cette question, cela apparaîtrait rapidement à la lecture. Les grandes questions littéraires ou philosophiques n ont pas le temps, ni le goût, d aborder un rituel qui semble repoussé dans quelques recoins de la culture. C est comme si, ici, le rituel n existait pas. Mais il résiste. Il existe, néanmoins. Il nous semble d ailleurs surprenant qu on ne considère pas le rituel comme un genre à part entière car, aussi loin que l on remonte dans la littérature, pour dire dans l existence de textes, quels qu en soient les cultures et les supports, on trouve des rituels, et peut-être même des rituels avant des rapports de notaires, des contrats, des comptes et des calculs. Mais il semble que les formes diverses adoptées par les divers rituels n ont pas permis de les accueillir dans un genre unique. On découvre pourtant que le rituel, ou la notion générale de rituel, a suscité de très nombreuses études. En dehors de ce que nous appellerons les «professionnels» du rituel, anthropologues, sociologues, liturgistes ou religieux (et quelques Maçons, pour ce qui est de nos textes), les structuralistes ou les sémioticiens, qui peuvent être ou non religieux ou liturgistes, se sont emparés de l objet avec délectation, car ils y ont trouvé un large champ d application à leurs disciplines. Le décodage de l objet «rituel», considé- 27 Site de l Université de Montréal. URL : 28 Les Topiques et les Catégories. 17

18 ré comme «ensemble signifiant», a ainsi donné lieu à quelques études de ses structures, ou a été évoqué pour certains de ses aspects 29. Mais le partage des disciplines a ses limites et différentes études d anthropologues, de sociologues, d ethnologues ou d historiens, pour ne citer qu eux, révèlent l utilisation ancillaire de méthodes sémiotiques. Selon Philippe Buc, «La discipline historique a vu le «rituel» envahir les titres d ouvrages, d articles et de sessions de conférences» 30, au point qu il lui semble important de justifier cette attitude de ses collègues historiens. Quelques rares philosophes contemporains ont aussi consacré une part de leurs travaux ou ont abordé la notion de rite, même s ils utilisent parfois rite pour rituel. Nous citerons l exemple illustre de Paul Ricœur. Chez lui, la question est envisagée dans le cadre philosophique plus vaste d une réflexion sur l articulation du mythe et du rite, mais aussi penchée sur l approfondissement des problèmes de la mémoire, du temps, de l histoire et de l interprétation des textes bibliques. L interrogation demeure : pour quelles raisons le rituel n est-il pas considéré comme genre? Il est possible que l on ait donné la primauté à son intention et, dès lors, que celle-ci ait accaparé toute l attention au détriment de sa forme et de sa production. Le rite est pourtant modelé dans un type de textes qui donne une forme plastique particulière au contenu Peut-on définir un genre «rituel»? Si l on tente d établir quelque rapprochement entre le genre «rituel» et un quelconque genre reconnu, il nous faudra sans doute nous tourner une nouvelle fois vers Aristote. Nous tâcherons avec son aide de dégager des critères formels pour préciser la notion de rituel, même temporairement. Pourtant, sa Rhétorique ne traite que de l éloquence et sa Poétique, pour ce qui nous en est parvenu, ne porte globalement que sur le théâtre. Nous remarquerons en particulier dans ce traité qu il y avait établi une distinction entre ce qu on raconte, et ce qu on raconte et qu on mime en même temps, entre le narratif et le dramatique. Ainsi, au théâtre, les acteurs imitent en parlant mais aussi en agissant, en «jouant» le texte avec leur corps autant qu ils le jouent par la parole. Cela représentera un premier critère, l expression, ou l énonciation. En outre, Aristote définit la tragédie comme «la représentation d une action noble» 31 et elle utilise «un langage relevé d assaisonnements d espèces variées» 32, qui possède «rythme, mélodie et chant» 33. Ensuite, le théâtre repose sur l actualisation d un texte en public, sur la scène. Mais on peut dire qu il existe ici deux lignes de temps, le temps de l action 29 Fontanille, 2005 ; Van Tongeren, 1983 ; Oliveiro, Buc, 2003 : 195 sqq. 31 Aristote, 1980 : 6.49b. 32 Ibid. 33 Ibid. 18

19 (temps dramatique) et celui de la représentation vécue par le spectateur (temps scénique). Le temps dramatique peut couvrir une longue période, ou il énonce par divers artifices qu une longue période est couverte ; le temps scénique est celui que vit, de manière biologique, le spectateur, entre le début et la fin de la représentation. En outre, le théâtre repose sur un type particulier de langage «composé de deux faces complémentaires : le texte dramatique, les effets de régie» 34, c est-à-dire les indications ou didascalies. Le texte dit, et joué, est conditionné par les indications qui précisent où et comment le jouer, avec quel geste, dans quelle direction, etc. Enfin, le personnage retiendra notre attention en raison de son statut particulier. Si, pour la tragédie grecque, il n est qu un support de l action, il prendra ensuite, comme actuellement, une part plus importante du spectacle. Il nous semble que ces quatre critères peuvent s appliquer, avec quelques raisons, au rituel, entendu ici, à la manière ordinaire, comme performance du rite ayant été codifié en texte. Le rite n existe que par l actualisation du rituel qui le retient. Il s inscrit aussi dans une temporalité suspendue, appelé généralement «temps rituel», mais il comporte aussi deux autres temps, celui de l action (dans le cas du rituel maçonnique, par exemple, les pérégrinations du corps d Hiram) et celui de la «représentation» vécue par les participants, le temps que dure la «tenue». Mais peut-être faut-il y ajouter le temps rituel qui est «réellement» suspendu par le Rite, puisque tout se déroule (est censé se dérouler) dans un Midi permanent 35. La triple unité des classiques, lieu, temps, action, est en permanence transgressé au moins par le discours (comme le récit du Cid). Le rituel utilise ensuite un type particulier de «langage composé de deux faces complémentaires» : le texte dramatique, celui «du rituel» et que prononcent les Officiers, et les «effets de régie», c est-à-dire les indications du rituel (des didascalies). Le texte est dit et joué, et il est absolument conditionné par les indications précisant les gestes, les déplacements, les directions, les objets à utiliser, etc. Enfin, les personnages ont un statut extrêmement particulier puisqu ils ne sont pas un simple support de l action. Ils y participent de manière essentielle, en le dirigeant, pour certains, ou en y contribuant, pour les autres, toujours (soyons optimistes) de manière active. Les différences entre le rituel et le théâtre seront sans doute dans l intention, dans la fréquence de réitération et donc dans la nature des participants. L intention ne sera pas, pour le rituel, de divertir, mais elle peut être considérée sous l angle de la catharsis, ce point rapprochant le rituel de la tragédie selon les critères d Aristote. Comme elle encore, le rite/rituel fonctionnera sur un registre «noble» avec un langage châtié et qui 34 Stalloni, 2000 : Langlet, 2009a 7. 19

20 possèdera un rythme particulier. Le théâtre, ensuite, est rarement joué suivant des rythmes «rituels» 36, cosmiques (fêtes solsticiales, calendrier liturgique, fêtes des saints) ou périodiques choisis (pour la messe, par exemple, tous les jours, toutes les semaines, tous les mois, tous les ans pour les Mystères joués devant les cathédrales, etc., et pour les tenues 37 maçonniques, deux fois par mois, tel ou tel jour choisi et fixe). Nous remarquerons enfin que les participants sont ici des «adeptes», des ritualisants/ritualisés, et non des simples spectateurs, et que leur statut est directement lié à l intention du texte. Ils sont autant acteurs, participants, que spectateurs puisque le contenu du texte correspond à une intention transformatrice visant les participants. Un des participants ne connaît pourtant ni le texte ni l'intrigue : l impétrant, qui est le personnage principal de sa réception. Cela concerne chaque cérémonie où l on reçoit un candidat à un Grade quel qu il soit. 1.4 Approches diverses du rituel Il nous a donc semblé que le rituel n était pas objet d études comme «simple texte», nous voulons dire, déjà comme texte appartenant à un genre littéraire, au même titre que le roman ou la tragédie, au moyen des méthodes appliquées au langage, mais aussi comme type de texte avec ses particularités dont on étudierait les structures et les contenus. Le rituel entre néanmoins dans le champ de disciplines bien définies qui, si elles touchent nécessairement aux sciences humaines (mais certaines s en défendent âprement), ne peuvent être, à proprement parler, qualifiées de littéraires. La notion de rituel est ainsi plus particulièrement étudiée et de manière étendue, par l anthropologie et de plusieurs types (anthropologie sociale, culturelle, etc.), première discipline que nous citerons, puis par la sociologie (Pierre Bourdieu, par exemple). Nous trouverons ensuite l ethnologie et différentes variantes (l ethnolinguistique, l ethnoscénologie, ou l ethno-psychanalyse), et la psychologie, là aussi de différentes sortes («clinique», ou sociale, par exemple). Il existe, sur ce sujet, un laboratoire d ethnologie et de sociologie comparative (UMR 7535). La psychopathologie aussi pourra se pencher sur le sujet. Un laboratoire de Psychologie des Régulations Individuelles et Sociales : Clinique et Société, Équipe «Traumatisme et Processus de Subjectivation Individuelle et Familiale» étudie des «rituels», à l Université de Rouen. Certaines de ces disciplines semblent considérer le rituel comme une pathologie dont il conviendrait de faire une étude clinique Quelques psychanalystes ont d ailleurs cherché dans la psychologie des névroses des solutions pour leur compréhension des rites de pu- 36 Bien que cela ait pu, selon historiens et mythologues, être le cas à l origine. 37 Nom des réunions dans le jargon maçonnique. 20

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ EN PREAMBULE C est une épreuve de concours à part entière. C est le résultat d un vrai travail personnel. C est la pièce principale du dossier d inscription

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

La civilisation du livre

La civilisation du livre Niveau : TCL Année scolaire : 2009/2010 Composition de Français : 2ème Trimestre Durée : 03H00 Texte : La civilisation du livre L homme du XX e siècle hésite rarement entre le livre et la radio. La radio

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail La méthode de travail efficace Pour réussir ses études, il faut avant tout une bonne stratégie d apprentissage en organisant très méthodiquement sa façon d apprendre. Organiser un planning de travail La

Plus en détail

Préparer et faire une présentation

Préparer et faire une présentation Préparer et faire une présentation Hadj Batatia Thierry Millan 1 Questions Qu est ce qu une présentation? Qu est ce qu un support visuel? 2 Questions Qu est ce qui est commun aux activités d un Professeur

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

Réussir ses comptes rendus

Réussir ses comptes rendus Michelle Fayet Réussir ses comptes rendus Troisième édition, 1994, 2000, 2005. ISBN : 2-7081-3369-1 Introduction Mais enfin, qu est-ce qu un un compte rendu? Cette interrogation est celle de beaucoup de

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel,

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, 5 Passage Delessert 75010 Paris tél : +33 1 53 26 99 82 +33 6 10 59 95

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e )

FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e ) FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e ) Pascale Grégoire et Laurène Michaud, académie de Grenoble Niveaux et thèmes de programme 5 e, adaptable à tout niveau. Problématique

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur NOUVEAUX PROGRAMMES Objectifs de la classe de 6 e : tableaux récapitulatifs Lecture : Compétences et applications Textes issus de l héritage antique - La Bible - Homère, L Odyssée - Virgile, L Énéide -

Plus en détail

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal 1. Rappels des programmes 2008 Rappels des connaissances et compétences que les élèves doivent maîtriser Grammaire : Au cycle 2 : 1. identification du

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM ECOLE : Penzé Niveau de classe : CE2 CM1 CM2 ENSEIGNANTE : Aline Doillon Janvier Février 2011 A- Choix des items travaillés (programmes 2008)

Plus en détail

LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA PROCÉDURE DE VALIDATION D ACQUIS DE L EXPÉRIENCE POUR L ACCÈS AUX QUALIFICATIONS FÉDÉRALES

LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA PROCÉDURE DE VALIDATION D ACQUIS DE L EXPÉRIENCE POUR L ACCÈS AUX QUALIFICATIONS FÉDÉRALES Livret de présentation de la procédure de Validation d Acquis de l Expérience pour l accès aux qualifications fédérales. PARTIE 1 du dossier : RECEVABILITE PARTIE 2 du dossier : ANALYSE DE L EXPERIENCE

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

Activités extrascolaires afin de renforcer les motivations dans l apprentissage du et en français

Activités extrascolaires afin de renforcer les motivations dans l apprentissage du et en français Résumé: Activités extrascolaires afin de renforcer les motivations dans l apprentissage du et en français DA G Thi Thanh Thuy Département de langue et de civilisation françaises École supérieure de langues

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Avant-propos de la première édition

Avant-propos de la première édition de la première édition Ce livre a d abord été écrit pour nos étudiants. Des étudiants qui pour la plupart n aiment pas les mathématiques et se demandent pourquoi il leur faut apprendre des formules ésotériques

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES

REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES «J attends des chefs d établissements qu ils participent à l exercice de ma charge de pasteur en assurant une présentation de la foi chrétienne à tous les élèves,

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

Préparer la soutenance du m ém oire Descriptif : Quelques réflexions autour de la soutenance du mémoire, afin de s y préparer dans la sérénité.

Préparer la soutenance du m ém oire Descriptif : Quelques réflexions autour de la soutenance du mémoire, afin de s y préparer dans la sérénité. Préparer la soutenance du m ém oire Descriptif : Quelques réflexions autour de la soutenance du mémoire, afin de s y préparer dans la sérénité. Pascal Becker, cadre de santé, le 24 mai 2005 Rendre ses

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo»

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» L hôpital de jour pour adolescents de l ASM13 accueille pour des soins de longue durée des patients ayant tous présenté des troubles psychiques

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE Nathalie Gormezano Institut Supérieur d Interprétation et de Traduction (Paris) La traduction technique aujourd hui évolue

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Master de l Enseignement, de l'éducation et de la Formation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS. Présentation

Master de l Enseignement, de l'éducation et de la Formation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS. Présentation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS Présentation Dans la société française actuelle, on assiste simultanément à un «retour au religieux» et à une méconnaissance «du religieux» qui imposent une prise en compte

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?»

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» VOLUME 11, NO 1 AUTOMNE 2012 Cégep de Rimouski Développement pédagogique Annexe 2 du Pédagotrucs no 40 Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» Voici un guide qui t aidera

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom :

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom : 27. Projet d exposé Discours analytique : Des vampires aux Bermudes Français 20-2 Cahier de l élève Nom : Des vampires aux Bermudes DESCRIPTION DU PROJET Tu auras l occasion de faire un exposé où tu analyseras

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016.

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016. Aux Pouvoirs Organisateurs, Aux Chefs d'etablissements de l'enseignement Fondamental de l'enseignement Secondaire ordinaire et spécialisé de l Enseignement de Promotion Sociale de l Enseignement Supérieur

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Rapport de gestion de projet

Rapport de gestion de projet Rapport de gestion de projet Affectation des projets de programmation aux étudiants Université Montpellier II Licence 3 Lamant Adrien, Rogery Arthur, Maher Ishak April 2015 1 Membres de l équipe de développement

Plus en détail