25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages. Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages. Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte"

Transcription

1 25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte Plan A. Introduction B. Donner l'alerte I. L'alerte en milieu extra-hospitalier II. L'alerte en milieu intra-hospitalier III. Une fois l'alerte donnée (en milieu intra-hospitalier) IV. La chaîne de survie C. Les premiers gestes à réaliser en cas d'arrêt cardiaque I. Phase neurologique II. Phase respiratoire III. Phase cardio-circulatoire D. La réanimation cardiaque I. Le massage cardiaque externe II. La défibrillation précoce A. Introduction Examens : CM : Dossier sur un cas clinique (et non des QCM) TP : Mise en situation en binôme Objectifs pédagogiques du cours : Comprendre toute l'importance de l'alerte rapide et orientée Connaître les premières réactions face à la détresse vitale supposée : Organisationnelles Techniques Cliniques Connaître les premiers gestes de réanimation Cardiaque Respiratoire Savoir utiliser un défibrillateur automatisé externe Généralités à propos des arrêts cardiaques : Dans près d'un tiers des cas, l'arrêt cardiaque se manifeste par une douleur thoracique ou une dyspnée. Les arrêts cardiaques concernent plus les hommes que les femmes et la tranche d'âge est la plus touchée avec 40%. La survie à 30 jours d'un arrêt cardiaque «médical» (par rapport à un arrêt survenant après un traumatisme) est de 5,3% en France. 1/8

2 Il existe encore une marge de progrès, par rapport à certaines villes américaines. Les personnes sont dirigées vers un service de réanimation, avec très souvent l'intervention d'un cardiologue, en cas d'infarctus du myocarde. Plus de 80% des patients survivants n'auront PAS de séquelles neurologiques. Taux de survie en fonction du délai d'un arrêt cardio-respiratoire (ACR) La grande majorité sont initialement des fibrillations ventriculaires. Une défibrillation immédiate permet jusqu'à 90% de survie. Par ailleurs, on observe que chaque minute écoulée après un arrêt cardiaque en fibrillation ventriculaire diminue les chances de survie du patient de 10% à la sortie de l'hôpital. B. Donner l'alerte L'alerte doit être rapide et orientée : I. L'alerte en milieu extra-hospitalier Sauf en milieu traumatologique (Accidents de la route,...), il ne faut pas appeler les pompiers mais directement le SAMU. Un arrêt cardiaque va nécessiter l'intervention d'un médecin, il vaut donc mieux appeler immédiatement le SAMU et éviter de perdre des minutes précieuses pour le patient. Il faut donner l'alerte le plus vite possible, en prenant en compte le délai d'arrivée des secours. Appeler le 112 correspond en France au 18. Le numéro du SAMU est le 15. II. L'alerte en milieu intra-hospitalier Dans la plupart des hôpitaux, des procédures existent afin de raccourcir autant que possible le délai d'intervention : Dans le cas de l hôpital de la Timone, appeler le 60 permet d'avoir un médecin sénior réanimateur de garde au téléphone (Directement ou via le central de la réanimation d'urgence et médicale). La plupart des hôpitaux possèdent ce système, le numéro d'urgence est alors en évidence, à la vue de tous. Le poste de la réanimation d'urgence et médicale est un cadran qui ne permet pas d'émettre d'appels. Le numéro 60 sera affiché dans les lieux d'hospitalisation, de présence et de passage. Tous les appels arrivant au 60 doivent faire l'objet d'un enregistrement systématique et d'un relevé mensuel à adresser à la direction. Plus le temps de défibriller la personne est grand, moins la survie existe. III. Une fois l'alerte donnée (Situation en milieu intra-hospitalier) Ne JAMAIS rester seul : Les IDE arrêtent ce qu'elles font et viennent aider. 2/8

3 Deux personnes dont le médecin s'occupent du bilan clinique et des premières mesures de réanimation. Une IDE va récupérer le chariot d'urgence (2/3 des médecins ne savant en général pas où se trouve le chariot d'urgence..) : Pour préparer des drogues d'urgence Pour avoir le ballon auto-gonflant et un masque à haute concentration. Une Aide Soignante va chercher la bouteille d'oxygène. Étiologie des arrêts cardiaques : Causes cardiaques (Surtout en extra-hospitalier) : Infarctus du myocarde Troubles du rythme Dysplasie arythmogène du ventricule droit (Syndrome du Brugada) Causes non primitivement cardiaques (Surtout en intra-hospitalier et au domicile du patient) : Sepsis Hypoxémie En intra-hospitalier ou au domicile des patients, les causes cardiaques ne représentent qu'un tiers des cas des arrêts cardiaques. C'est l'inverse en extra-hospitalier. Pronostic : Le résultat de la Réanimation Cardio-Pulmonaire (RCP) est variable, il y a entre 5 et 30% de survie. Cela dépend de : L'étiologie L'âge du patient La durée de la réanimation cardio-pulmonaire La prise en charge IV. La chaîne de survie Le concept de la chaîne de survie (+++) 1. Appel immédiat au 15 (ou 60 à la Timone) 2. Réanimation cardiopulmonaire précoce 3. Défibrillation précoce 4. Réanimation cardio-pulmonaire spécialisée précoce (SAMU ou réanimation à l'hôpital) C. Les premiers gestes à réaliser en cas d'arrêt cardiaque Si une personne, n'appartenant pas au milieu médical, a l'impression qu'un patient est mort, elle aura raison à 95% et doit commencer la réanimation immédiatement. 3/8

4 Pour les professionnels de santé, trois phases doivent être observées : (1) Phase neurologique (2) Phase respiratoire (3) Phase cardio-circulatoire et ce, quelle que soit la cause! I. Phase neurologique Est-ce que le patient est conscient, est-ce qu'il répond? On secoue sans brutalité la victime (ON NE LA DEPLACE PAS sauf absolue nécessité, hors milieu hospitalier). Le diagnostic doit être fait en moins de 10 secondes. Vérification de l'inconscience : La victime ne répond pas aux questions, ne réagit pas à un ordre simple, elle est immobile. Le premier diagnostic différentiel de l'arrêt cardiaque est le malaise vagal! En cas de malaise vagal (Hypertonie du système vague), le patient est en bradycardie donc il y a une diminution du débit cardiaque et une hypoxémie intracérébrale. Il faut donc aider le retour veineux et allonger la personne en lui mettant les jambes en l'air. Inutile de donner du sucre ou de l'eau S'il y a une réponse PAS d'arrêt cardiaque Si pas de réponse Phase suivante Est-ce que le patient respire, ventile? II. Phase respiratoire Le diagnostic doit également durer moins de 10 secondes. Il faut assurer la subluxation du maxillaire inférieure du patient afin de permettre au patient de reprendre sa respiration (si son état le permet)(1) et d'observer le soulèvement le thorax, écouter le bruit de l'air à l'expiration et sentir le souffle d'air sur la joue (2). (1) (2) Toutes les causes d'arrêt ou de détresse respiratoire d'étiologie neurologique, métabolique ou ORL vont pouvoir être d'abord pris en charge par cette libération. Il y a une quinzaine de paire de muscles qui assurent la liberté des voies aériennes supérieures en permanence, mais un coma, quelqu'en soit la cause, entraîne un arrêt de leur fonctionnement. 4/8

5 Libération des voies aériennes supérieures en cas d'étouffement : 1- Ablation des corps étrangers 2- Hyperextension de la tête 3- Soulèvement du menton avec l'index et le majeur S'il n'y a pas d'arrêt respiratoire complet? (Sera revu en TP) Maintien de la liberté des voies aériennes supérieures au besoin, manœuvres de désobstruction (Manoeuvre de Heimlich par exemple) Oxygénothérapie Position latérale de sécurité (PLS) Il y a une ventilation Pas d'arrêt cardiaque (Si le patient inconscient ventile, il faut le mettre en position latérale de sécurité (PLS)) S'il n'y a pas de ventilation Phase suivante Vérification de l'état cardio-circulatoire du patient III. Phase cardio-circulatoire Prise de pouls carotidien (Et ni radial ni fémoral!) : Le diagnostic doit durer 10 secondes (Et pas moins, pour ne pas rater de battements en cas de bradycardie). Le pouls carotidien se prend en appuyant «profondément» entre la trachée et le muscle sterno-cléidomastoïdien. Il ne suffit pas de poser ses doigts sur le cou. En dessous de 90 mmhg de tension artérielle : Plus de pouls radial Autour de mmhg de tension artérielle : Plus de pouls fémoral Seul le pouls carotidien reste jusqu'au décès de la personne. Quand on vérifie la conscience de la personne, il faut prendre le pouls carotidien. Tout le bilan neurologique/respiratoire/cardiocirculatoire doit prendre environ 20 secondes. Si la personne ne ventile pas mais présence d'une circulation : Pas d'arrêt cardiaque. Donc, la vérification de l'arrêt cardio-respiratoire revient à observer : Perte de connaissance Absence de réactivité Arrêt respiratoire ou respiration agonique 5/8

6 Pour le médecin entrainé Prise de pouls carotidien On donne alors la priorité absolue au massage cardiaque externe qui peut être débuté sans ventilation durant 3 à 4 minutes tout en limitant au maximum les périodes de no-flow coronaire. D. La réanimation cardiaque I. Le massage cardiaque externe Pour le massage cardiaque externe (ou MCE), le patient doit être : Sur le dos Sur un plan dur (Pas sur un lit, même en milieu intra-hospitalier. Il faut le mettre sur planche à masser que l'on peut trouver sur le chariot d'urgence ou par terre) Pour le secouriste : Paume des mains au milieu du sternum (entre les deux mamelons). Si les mains sont à plat, le massage est beaucoup moins efficace, et il y a un risque pour les côtes. Les épaules à la verticale du thorax : Il faut être près du patient! Bras tendus (Épaules, coudes et poignets fixes, c'est le bassin qui fait pivot) Poids du corps sur les mains Il faut masser rapidement afin de remplacer la qualité de l'éjection du ventricule droit par la quantité. Le massage de sera jamais aussi bon que le débit cardiaque «normal». Il faut réaliser 100 compressions par minute et chaque dépression sternale doit être de 4 à 5 cm. Le ratio temps de compression / temps de décompression doit être égal à 1. Au bout de 4 minutes, il va falloir apporter de l'oxygène et donc mettre en place une alternance : 30 massages cardiaques externes puis 2 insufflations (et ce, qu'il y ait un ou deux secouristes) 2 exceptions majeures : Noyade, quelque soit l'âge : D'emblée 5 insufflations avec de commencer le cycle 30/2 Enfant de moins de 10/12 ans : Les causes d'arrêt cardiaques sont principalement d'origine respiratoire, on commence donc d'emblée par 5 insufflations avant de commencer l'alternance 30/2 II. La défibrillation précoce Arrêt cardiaque = arrêt mécanique du cœur 6/8

7 Mais plus de 90% des patients gardent pendant quelques minutes une activité électrique. Ces arrêts cardiaques sont souvent dus à une contraction anarchique du cœur : C'est la fibrillation ventriculaire. Il faut alors défibriller C'est le plus souvent le cas des arrêts extra-hospitaliers, qui sont «récupérables», dus à une anomalie du rythme cardiaque et il n'y a plus de débit cardiaque suffisant. Le défibrillateur va remettre à zéro toutes les cellules myocardiques anarchiques. Il envoie un choc électrique externe qui part de la première électrode à la deuxième dans l'axe électrique du cœur et qui va tenter de permettre au cœur de retrouver son autonomie. Quand défibriller? Soit persistance d'une activité électrique : Le plus souvent fibrillation ventriculaire Il faut choquer +++ Soit il n'y a plus d'activité électrique : Le tracé ECG est plat Il NE faut PAS choquer +++ C'est l'indication de l'adrénaline et il faut masser La première électrode doit être posée sur 2ème espace intercostal de la ligne médioclaviculaire droite et la deuxième sur le 4/5ème espace intercostal de la ligne médioaxillaire gauche. Ces indications sont marquées sur les électrodes. Comment défibriller? Le plus rapidement possible, d'où l'importance d'une simplification de la procédure et de la généralisation des défibrillateurs semi automatiques. Le défibrillateur automatisé externe va alors réaliser une analyse du rythme et donner une indication du choc. Défibrillateur monophasique : Pour les défibrillateur avec ondes monophasiques (Ils existent encore à l'hôpital, mais ils ont tendance à se rarifier) : Il faut défibriller avec une énergie de 360 joules directement. Ils déchargent uniquement du pôle au pôle + et ne permettent pas l'inversion des électrodes. Défibrillateur biphasique : Les défibrillateurs automatisés externes fonctionnent eux via une onde biphasique : Une onde part dans un sens et l'autre dans l'autre sens. De cette façon, les cellules myocardiques qui ne sont pas «remises à zéro» avec la première onde le seront avec la deuxième. Chaque onde est ainsi moins importante, 150 joules contre 360 joules. Ce n'est pas un aspect négligeable car le cœur souffre à chaque choc électrique. Même si les chocs doivent être répétés, les effets négatifs seront moindre en comparaison. De plus, étant donné qu'il décharge des les deux sens, il permet une erreur d'électrode. 7/8

8 SCHEMA RECAPITULATIF VAS : Voies Aériennes Supérieures VS : Ventilation Spontanée Il faut reprendre le pouls toutes les deux minutes et ce pendant 10 secondes. En deux minutes, il faut avoir fait 5 cycles 30/2. Une fois un choc délivré, il faut reprendre le massage cardiaque immédiatement et ne reprendre le pouls carotidien qu'au bout de 2 minutes. Seul un médecin thésé (Ni même un interne) peut décider d'arrêter une réanimation. Un arrêt cardiaque n'est dit réfractaire qu'au bout de 30 minutes. Le diaporama du prof devrait être sur l'ent rapidement. Chose promise chose due, petite dédicace aux tocards du boulevard Baille de ce jeudi très très matinal (Et la team des fouines of course <3) 8/8

Chaîne de survie, arrêt cardio-respiratoire

Chaîne de survie, arrêt cardio-respiratoire 03/10/2013 COHEN Sarah L2 Médecine d'urgence Pr. Pierre Michelet 8 pages Chaîne de survie, arrêt cardio-respiratoire Plan A. Une alerte rapide et orientée I. En milieu intra hospitalier II. En milieu extra

Plus en détail

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP)

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Chacun peut être confronté à une personne en arrêt cardio-respiratoire (ACR). Cela peut survenir lors de la pratique d un sport mais également sur la voie publique ou

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence CESU 73 cesu 73 1 Sommaire historique et législation la chaîne de survie le défibrillateur semi automatique

Plus en détail

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER Le défibrillateur Dr Hamdi BOUBAKER Défibrillation ou Choc électrique externe le défibrillation: geste consistant à faire passer volontairement et brièvement un courant électrique dans le cœur en cas des

Plus en détail

Introduction. La Séquence

Introduction. La Séquence Recommandations du Conseil Belge de Réanimation (BRC) pour la Réanimation Cardio-Pulmonaire et la Défibrillation Externe Automatisée par les premiers intervenants formés aux techniques de l Aide Médicale

Plus en détail

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile 1 ARRÊT CARDIO-RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque peut être d origine cardiaque ou secondaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1 PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR ARCO 2009-2011 1 INTRODUCTION Première rencontre en octobre 2009 dans le cadre de l A.R.C.O. Après intervention du

Plus en détail

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Gestes de secours Chapitre 5 Appel au secours Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Ce qu il ne faut pas faire Utiliser les signes conventionnels Choisir un endroit dégagé pour être repéré.

Plus en détail

Le premier et le seul Défibrillateur Entièrement Automatique équipé d une réelle assistance au massage cardiaque Intègre la technologie Un Défibrillateur Automatisé Externe (DAE) 100% utile. En cas

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

URGENCES CARDIAQUES Objectif global :

URGENCES CARDIAQUES Objectif global : URGENCES CARDIAQUES Objectif global : => Etre capable de prendre en charge une personne victime d'un accident cardio-respiratoire dans une situation quotidienne et en milieu hospitalier. Sommaire -Les

Plus en détail

DEA REGLES DE SECURITE ET UTILISATION PRATIQUE. D. CAILLOCE Pôle Anesthésie-Réanimation-SAMU

DEA REGLES DE SECURITE ET UTILISATION PRATIQUE. D. CAILLOCE Pôle Anesthésie-Réanimation-SAMU DEA REGLES DE SECURITE ET UTILISATION PRATIQUE D. CAILLOCE Pôle Anesthésie-Réanimation-SAMU LES CHIFFRES Europe :700 000 décès/an par mort subite France : 20 000 à 50 000 80% des AC ont lieu au domicile

Plus en détail

Fibrillation & défibrillation cardiaques

Fibrillation & défibrillation cardiaques Fibrillation & défibrillation cardiaques Le coeur, un circuit électrique Le cœur est un muscle qui se contracte selon un rythme régulier, d environ 60 à 100 battements par minute. Chaque battement est

Plus en détail

MANUEL DE PREMIERS SECOURS

MANUEL DE PREMIERS SECOURS MANUEL DE PREMIERS SECOURS PRÉAMBULE Ce manuel est destiné aux guides et accompagnateurs qui peuvent rencontrer, dans le cadre de leur activité professionnelle, des situations d'urgence. Il ne se substitue

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

COEUR ET ACTIVITES PHYSIQUES SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E)

COEUR ET ACTIVITES PHYSIQUES SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E) SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E) PLAN PROPOSE LES GESTES DE PREMIERS SECOURS L'UTILISATION DU DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE ( SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE

Plus en détail

Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. Décembre 2006-SAMU 76B

Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. Décembre 2006-SAMU 76B Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. 1 La mort subite Affections cardio-vasculaires : 1ere cause de mortalité en France (32% des décès) Problème de santé publique «c est une mort non prévisible

Plus en détail

RIFA-Plongée Capacité N 6

RIFA-Plongée Capacité N 6 RIFA-Plongée Capacité N 6 Mise en œuvre des techniques adaptées à l état de la victime Réactions et Intervention Face à l Accident de Plongée Mise en œuvre des techniques adaptées à l état de la victime

Plus en détail

Fiche EN 10 : ARRÊT CARDIAQUE

Fiche EN 10 : ARRÊT CARDIAQUE Fiche EN 10 : ARRÊT CARDIAQUE I. : Une perte de connaissance de la victime, parfois accompagnée au tout début de convulsions espiration rine ne se soulèvent. «gasps» doit être considérée comme un arrêt

Plus en détail

Fiche EN 10 : ARRÊT CARDIAQUE Il s agit de l urgence absolue

Fiche EN 10 : ARRÊT CARDIAQUE Il s agit de l urgence absolue Fiche EN 10 : ARRÊT CARDIAQUE Il s agit de l urgence absolue I. LES SIGNES D UN ARRÊT CARDIAQUE La survenue d un arrêt cardiaque (AC) se traduit par : Une perte de connaissance de la victime, parfois accompagnée

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Table ronde du 26 mars 2009

Table ronde du 26 mars 2009 La défibrillation Table ronde du 26 mars 2009 1 La défibrillation Généralités Le rythme cardiaque régulier ou rythme sinusal : le cœur se contracte et se relâche de façon régulière pour assurer un flux

Plus en détail

cardio-pulmonaire (RCP) est réalisée dans les plus brefs délais. La RCP permettra : De suppléer la respiration défaillante par une ventilation

cardio-pulmonaire (RCP) est réalisée dans les plus brefs délais. La RCP permettra : De suppléer la respiration défaillante par une ventilation L ARRÊT CARDIAQUE 2. LES SIGNES D UN ARRÊT CARDIAQUE La survenue d un arrêt cardiaque (AC) se traduit par : Une perte de connaissance de la victime, parfois accompagnée au tout début de convulsions ; L

Plus en détail

L ARRÊT CARDIAQUE. Le sauveteur doit permettre la réalisation d une série d actions pour augmenter les chances de survie de la victime :

L ARRÊT CARDIAQUE. Le sauveteur doit permettre la réalisation d une série d actions pour augmenter les chances de survie de la victime : Définition - Signes L ARRÊT CARDIAQUE Une personne est en arrêt cardiaque lorsque son cœur ne fonctionne plus ou fonctionne d une façon anarchique, ne permettant plus d assurer l oxygénation du cerveau.

Plus en détail

Lecture préparatoire du cours de DEA

Lecture préparatoire du cours de DEA www.activecanadian.com ACTIVE Lecture préparatoire du cours de DEA Active Canadian vous souhaite la bienvenue à la formation de gestion d urgence des arrêts cardiaque. Pendant ce cours vous allez pratiquer

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

L arrêt cardio-respiratoire A.C.R

L arrêt cardio-respiratoire A.C.R JPG/Réa-CHB/2002 1 L arrêt cardio-respiratoire A.C.R JPG/Réa-CHB/2002 2 La prise en charge I.D.E de l arrêt cardio-respiratoire (A.C.R) 1- Introduction. 2- Mécanisme de l A.C.R. 3- Diagnostic. 4- Etiologies.

Plus en détail

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM 2009 1. La Défibrillation Automatisée Externe 1. 1. Définition : Défibrillation automatisée consiste à faire traverser le cœur en arrêt circulatoire

Plus en détail

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé Plan d intervention Objectif La réglementation La chaîne de secours Objectif général

Plus en détail

Formation à l'utilisation du défibrillateur semi-automatique

Formation à l'utilisation du défibrillateur semi-automatique Formation à l'utilisation du défibrillateur semi-automatique Grilles d'évaluation Conformes au Guide national de référence GRILLE D'ÉVALUATION FORMATIVE DSA FE1 - RCP de base en équipe (sans DSA) Situation

Plus en détail

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1 D. A. E Défibrillateur Automatisé Externe Med-Cdt Yann Coulon 1 DSA : Défibrillateur Semi Automatique DEA : Défibrillateur Entièrement Automatique Med-Cdt Yann Coulon 2 Décret 98-239 du 27 Mars 1998 :

Plus en détail

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE. Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE. Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon INTRODUCTION La mort subite concerne approximativement 50 000 personnes par an en France Le pronostic de l ACR reste sombre

Plus en détail

BLS AED-SRC COMPLET Basic Life Support Automated External Defibrillation

BLS AED-SRC COMPLET Basic Life Support Automated External Defibrillation BLS AED-SRC COMPLET Basic Life Support Automated External Defibrillation Swiss Resuscitation Council 2010 tous droit réservé «Le Défibrillateur» Swiss Resuscitation Council 2010 tous droit réservé Compétences

Plus en détail

Fondation des maladies du cœur du Canada. Soins immédiats en réanimation (SIR) pour les dispensateurs de soins de santé. Examen écrit intérimaire

Fondation des maladies du cœur du Canada. Soins immédiats en réanimation (SIR) pour les dispensateurs de soins de santé. Examen écrit intérimaire SUC Fondation des maladies du cœur du Canada. Soins immédiats en réanimation (SIR) pour les dispensateurs de soins de santé Examen écrit intérimaire Version A Novembre 2010 Cours de SIR à l intention des

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES

Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES Maladies cardiovasculaires : 1 ère causes de mortalité avant 75 ans Un tiers des IDM meurent avant d atteindre l hôpital Rythme initial pré-hospitalier : FV/TV

Plus en détail

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Centre Hospitalier Général de Valenciennes L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Journée AREPAC 2006 PRESENTATION Introduction Épidémiologie Historique

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

RCP / DEA Quoi de neuf en 2010?

RCP / DEA Quoi de neuf en 2010? RCP / DEA Quoi de neuf en 2010? Recommandations de l ERC - BRC http://www.erc.edu http://www.resuscitation.be Chaîne de survie Quoi de neuf? BLS Intrahospitalier Détection précoce Intervention rapide de

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Décret n 2012-565 du 24 avril 2012 relatif à la Commission nationale des

Plus en détail

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS Préambule: rôle du secouriste niveau 2 Les détresses respiratoires 1-1- Rôle de la ventilation 1-2- Anatomie 1-3- Principales causes des détresses respiratoires

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

dessins et scénario Kéline Fichter Éditions CHEPE

dessins et scénario Kéline Fichter Éditions CHEPE L arrêt cardiaque touche en France environ 60 000 personnes par an. C est la première cause de mortalité, bien loin devant les accidents de la route (4 600 morts en 2007). C est un tueur qui tue «au hasard»,

Plus en détail

LA VICTIME EST INCONSCIENTE ET NE RESPIRE PAS

LA VICTIME EST INCONSCIENTE ET NE RESPIRE PAS LA VICTIME EST INCONSCIENTE ET NE RESPIRE PAS Mettre en œuvre une réanimation cardio-pulmonaire (R.C.P.) et réaliser une défibrillation pour une victime qui ne respire pas. OBSERVER / PROTEGER / SAIGNEMENT?

Plus en détail

ASPHYXIE PAR CORPS ÉTRANGER. larynx. La gravité du tableau clinique sera directement fonction de l'importance de l'obstruction : totale ou partielle.

ASPHYXIE PAR CORPS ÉTRANGER. larynx. La gravité du tableau clinique sera directement fonction de l'importance de l'obstruction : totale ou partielle. PS2 ASPHYXIE PAR CORPS ÉTRANGER L'obstruction des voies respiratoires par un corps étranger est une urgence vitale. Plus d'une centaine de décès sont imputés chaque année à une asphyxie consécutive à une

Plus en détail

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Docteur Jean-Pierre PERTEK Chef de service d anesthésie réanimation L arrêt cardio-respiratoire est un événement

Plus en détail

Soixante mille adultes sont victimes

Soixante mille adultes sont victimes dmt dossier médico-technique 89 TC 86 Le défibrillateur semi-automatique : place dans la chaîne des secours et intérêt dans le milieu du travail L opportunité de la mise en place de défibrillateurs semi-automatiques

Plus en détail

Mort Subite du Sportif

Mort Subite du Sportif Mort Subite du Sportif 3 minutes et un défibrillateur pour sauver une vie Dr Olivier CAPEL-SAMU de Lyon Médecine d Urgence Médecine du Sport et de la Plongée Médecin du LOU Rugby 11 janvier 2009, fédérale

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Nous pouvons tous sauver

Nous pouvons tous sauver 1 Nous pouvons tous sauver des vies Vous pouvez sauver une personne victime d un arrêt cardio-respiratoire grâce au défibrillateur automatisé externe (DAE). Il délivre un choc électrique au muscle cardiaque,

Plus en détail

IL Y A URGENCE! En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d un arrêt cardiaque.

IL Y A URGENCE! En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d un arrêt cardiaque. ARRÊT CARDIAQUE : IL Y A URGENCE! En France, chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d un arrêt cardiaque. Le taux de survie à un arrêt cardiaque en France est de 2à 3% ; il est 4 à 5 fois

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales

Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales ! Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales Recommanda)ons DE LA DIRECTION DE LA SÉCURITÉ CIVILE relatives!!! à l initiation du grand public à la prise en charge de l

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE. Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE

LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE. Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE FACE A L URGENCE VITALE «FAIRE VITE» «FAIRE BIEN» Les bons gestes

Plus en détail

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin.

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin. La mort subite est la conséquence d un arrêt cardiaque et respiratoire. Elle survient soudainement chez un individu qui se livre à ses occupations habituelles : au travail, en faisant ses courses, mais

Plus en détail

Elle relève uniquement de la

Elle relève uniquement de la Elle relève uniquement de la responsabilité de l employeur, Logiquement il s appuie sur son conseil légitime et naturel, le médecin du travail Rien n interdit de prendre attache du SAMU local, c est même

Plus en détail

Atelier gestes d urgences

Atelier gestes d urgences Atelier gestes d urgences L arrêt cardio-respiratoire Pré-test 1- Question à choix multiples: A- L arrêt cardio-respiratoire est plus souvent d origine respiratoire chez l enfant. B- L arrêt cardio-respiratoire

Plus en détail

RE-ACTUALISATION DES CONNAISSANCES SUR LA BONNE GESTION DES ACCIDENTS DE PLONGEE EN APNEE

RE-ACTUALISATION DES CONNAISSANCES SUR LA BONNE GESTION DES ACCIDENTS DE PLONGEE EN APNEE RE-ACTUALISATION DES CONNAISSANCES SUR LA BONNE GESTION DES ACCIDENTS DE PLONGEE EN APNEE Docteur Pierre Dusein Plongeur, Médecin du Sport, Médecin Fédéral FFESSM Conflans-Ste-Honorine, RIFA Apnée; décembre

Plus en détail

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 ARRET CARDIO RESPIRATOIRE C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 Introduction 50 à 60 000 morts subites en France par an 3 % de survie sans séquelle Survie dépend de la rapidité d une RACS, elle même dépendante

Plus en détail

Se former. aux gestes qui sauvent. et apprendre à utiliser un défibrillateur

Se former. aux gestes qui sauvent. et apprendre à utiliser un défibrillateur Se former aux gestes qui sauvent et apprendre à utiliser un défibrillateur L'intervention dans les premières minutes, avant l'arrivée des secours, est capitale. Connaître les bons réflexes vous aide à

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Réanimation Cardio-Pulmonaire de l enfant

Réanimation Cardio-Pulmonaire de l enfant JLAR 31 mars - 01 avril 2011 Arrêt cardiaque chez l enfant Réanimation Cardio-Pulmonaire de l enfant Biarent D et al. European Resuscitation Council Guidelines for Resuscitation 2010 Section 6. PLS. Resuscitation

Plus en détail

Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010. Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie

Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010. Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010 Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie Épidémiologie Incidence annuelle comprise entre 7 et 20/ 100000 dans les

Plus en détail

FORMATION CONTINUE EN SECOURISME DES ESR DU 31

FORMATION CONTINUE EN SECOURISME DES ESR DU 31 FORMATION CONTINUE EN SECOURISME DES ESR DU 31 POUR L ANNEE 2009 INSTRUCTEURS BRI BOULAROUAH SEBASTIEN 1ere Classe LEBRUN CHRISTOPHE RESPONSABLE FORMATION LTN RENARD OLIVIER OBJECTIF GENERAL DU SECOURISME

Plus en détail

A.F.G.S.U. 1. Les Formations diplômantes. Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC.

A.F.G.S.U. 1. Les Formations diplômantes. Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC. A.F.G.S.U. 1 Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence Niveau 1 Arrêté du 3 mars 2006 Validité 4 ans Acquérir les connaissances nécessaires à l identification d une urgence à caractère médical

Plus en détail

Que recommande le Swiss Resuscitation Council (SRC)?

Que recommande le Swiss Resuscitation Council (SRC)? UPDATE DES DIRECTIVES BASIC LIFE SUPPORT (BLS) 2005 Que recommande le Swiss Resuscitation Council (SRC)? Martin Brüesch, Past-President, Swiss Resuscitation Council (SRC) Adresse de correspondance: pour

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod

Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod Service d Anesthésie-Réanimation-Smur Hôpital Beaujon, Clichy 1 2 Recommandations françaises Recommandations formalisées d experts sur la prise en charge

Plus en détail

Attestation de Formation aux Gestes & Soins d Urgence. Niveau II

Attestation de Formation aux Gestes & Soins d Urgence. Niveau II POLE DE MEDECINE D'URGENCE ET MEDECINE PREVENTIVE Centre d'enseignement des Soins d'urgences CESU du Cantal : 04.71.46.82 41- : 04.71.46.82 47 : Sau@ch-aurillac.fr Dr Laurent CAUMON Directeur Médical Fabrice

Plus en détail

SeSa. Dossier de présentation. Formations reconnues par l ADEPS et la Fédération Wallonie Bruxelles. S e S a a s b l

SeSa. Dossier de présentation. Formations reconnues par l ADEPS et la Fédération Wallonie Bruxelles. S e S a a s b l Dossier de présentation SeSa S e S a a s b l Formations reconnues par l ADEPS et la Fédération Wallonie Bruxelles. C h a u s s é e R o m a i n e, 2 8 7 0 8 0, N o i r c h a i n 0 4 9 3 / 1 9. 95. 16 w

Plus en détail

Premières minutes Premiers secours

Premières minutes Premiers secours Premières minutes Premiers secours LA CHAÎNE DE SAUVETAGE Non professionnels Mesures de secours immédiates Donner l'alarme Premiers secours Premiers soins. Transport Hôpital Soins hospitaliers Ambulance

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

Se protéger et protéger la victime «PROTEGER-ALERTER-SECOURIR» Prévenir

Se protéger et protéger la victime «PROTEGER-ALERTER-SECOURIR» Prévenir Mercredi 17 avril 2013 remise à niveau PSC1 Céline Stern instructrice secourisme Céline Sourimant CPC EPS Interieur.gouv.fr => référentiel PSC1 Se protéger et protéger la victime «PROTEGER-ALERTER-SECOURIR»

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

Pro. EPN- Education Nationale Initiation grand public ACR et DAE Page - 1 -

Pro. EPN- Education Nationale Initiation grand public ACR et DAE Page - 1 - Pro EPN- Education Nationale Initiation grand public ACR et DAE Page - 1 - SOMMAIRE Page de garde page : 1 Sommaire page : 2 Fiche pratique page : 3 Programme page : 4 Progression pédagogique pages : 6

Plus en détail

LES PATHOLOGIES DE L URGENCE CARDIAQUE

LES PATHOLOGIES DE L URGENCE CARDIAQUE FICHE TECHNIQUE décembre 2008 ARRÊT CARDIAQUE Par le Professeur Étienne Aliot, Chef du département des maladies cardiovasculaires, CHU de Nancy le Professeur Jacques Mansourati Département de Cardiologie,

Plus en détail

LA DÉFIBRILLATION AUTOMATISÉE EXTERNE 1. OBJECTIFS

LA DÉFIBRILLATION AUTOMATISÉE EXTERNE 1. OBJECTIFS LA DÉFIBRILLATION AUTOMATISÉE EXTERNE 1. OBJECTIFS 2. LES DIFFÉRENTS MAILLONS DE LA CHAÎNE DE SURVIE La chaîne de survie identifie les différentes actions à réaliser et qui ont une importance capitale

Plus en détail

«Premiers gestes» Formation de base pour les enseignants

«Premiers gestes» Formation de base pour les enseignants «Premiers gestes» Formation de base pour les enseignants (extrait d «Apprendre à porter secours» MEN 2006, disponible sur http://eduscol.education.fr/d0118) Objectifs de la formation Démarche générale

Plus en détail

La Défibrillation Externe Automatisée

La Défibrillation Externe Automatisée La Défibrillation Externe Automatisée 13 e Conférence annuelle du loisir municipal Association québécoise du loisir municipal Octobre 2012 1 Pourquoi s équiper d un Défibrillateur? Disponibilité? Emplacement?

Plus en détail

PSC1. Nom : Année : Prénom : 8 thèmes :

PSC1. Nom : Année : Prénom : 8 thèmes : PSC1 Nom : Année : Prénom : Classe : 8 thèmes : 1 Protection des populations 2 Message d'alerte 3 Obstruction des Voies aériennes 4 Hémorragies externes 5 Atteinte de la peau et des muqueuses 6 Traumatisme

Plus en détail

Campagne «Arrêt cardiaque : 1 vie = 3 gestes»

Campagne «Arrêt cardiaque : 1 vie = 3 gestes» Campagne «Arrêt cardiaque : 1 vie = 3 gestes» DOSSIER DE PRESSE du 19 janvier 2008 Fiche 1 SOMMAIRE Lancement de la campagne annuelle d'information grand public : «Arrêt cardiaque : 1 vie = 3 gestes» p.3

Plus en détail

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68 L arrêt cardiaque sur le terrain Guillaume BOIS SDIS 68 Epidémiologie de l AC extra-hospitalier 36-128/10 5 hbts/an. Europe : - 38/10 5 dont 17/10 5 FV. - Survie AC : 5,2 (Tartu, Estonie) à 20 % (Stavanger,

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 TECHNIQUE 9.1 MISE EN ŒUVRE D UN DAE 1. Justification La survie des personnes en arrêt cardio-respiratoire par fonctionnement anarchique du cœur est amélioré si une défibrillation est réalisée précocement.

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Centre d'enseignement des Soins d'urgence SAMU 64B

CATALOGUE DE FORMATION. Centre d'enseignement des Soins d'urgence SAMU 64B CATALOGUE DE FORMATION Centre d'enseignement des Soins d'urgence SAMU 64B L équipe d encadrement et de formateurs du CESU 64B Version 2 Dispositions communes aux formations Organisation : locaux : Centre

Plus en détail

Arrêt cardiaque Premier registre national

Arrêt cardiaque Premier registre national Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé PRESENTATION du document ci-joint www.lepetitsitesante.fr Des centaines d'actualités, reportages et dossiers Santé et Environnement Arrêt cardiaque

Plus en détail

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CENTRE HOSPITALIER De La Rochelle CATALOGUE FORMATIONS CESU 17 2012 Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CESU 17 - CENTRE HOSPITALIER LA ROCHELLE 17019 LA ROCHELLE CEDEX 1

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Réanimation de l arrêt cardiorespiratoire chez l enfant

Réanimation de l arrêt cardiorespiratoire chez l enfant Réanimation de l arrêt cardiorespiratoire chez l enfant Définition : Inconscient Sans mouvements respiratoires = ACR RCP I. RÉANIMATION CARDIO-RESPIRATOIRE ÉLÉMENTAIRE Débuter réanimation cardio-pulmonaire

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 17/11/2012 Réf.: CMUB-042 Pagination : 1 de 7 Rédacteurs Date 17/11/2012 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 042 Dr Valérie Hamelin (Chenove) Approbation

Plus en détail

Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation?

Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation? Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation? Le jeudi 25 mars 2010 à 14h30, à la Maison des Sports, Monsieur Jean Pierre

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATIONS centre d enseignement des soins d urgence 2012-2013

PROGRAMME DE FORMATIONS centre d enseignement des soins d urgence 2012-2013 URGENCE EN MILIEU SCOLAIRE INITIATION A L UTILISATION DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES P.S.C. 1. Secourisme Formations qualifiantes FORMATION AUX RISQUES N.R.B.C. FORMATIONS SPECIALISEES EN MEDECINE A.F.G.S.U.

Plus en détail

Arrêt cardiaque: 1 VIE = 3 GESTES. Fédération Française de Cardiologie Campagne 2008

Arrêt cardiaque: 1 VIE = 3 GESTES. Fédération Française de Cardiologie Campagne 2008 Arrêt cardiaque: 1 VIE = 3 GESTES Fédération Française de Cardiologie Campagne 2008 CLUB CŒUR ET SANTE DE THIONVILLE Dr JY THISSE 24 09 2008 2 DEFINITION MORGAGNI-1762: mort qui, prévue ou non, emporte

Plus en détail

Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au

Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au En 2008 27 rue du Docteur Lettry, BP 2233 56 322 LORIENT cedex Par L Péron I. Ce dispositif repose sur plusieurs axes : Une procédure d appel simple

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Les textes et pictogrammes sont extraits de l aide mémoire SST de l INRS AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Cet aide-mémoire est téléchargeable sur notre site internet http://www.formenpreve-formations.fr/

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL «Au-delà de l obligation réglementaire, un enjeu de prévention» EVOLUTION DES PROGRAMMES DE SST Des textes récents des ministères chargés de la santé et de l intérieur

Plus en détail